Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03806
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 8, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03806

Full Text
KSiBBSI
Clment Magloire
UiftlfiCT&UftJ
1368, RUE AMERICAIN^ 1368
TELEPHONE N 2212
24me ANNEE N* 7183
f OltT-AU-FHlNi^l liAIT)
A-iiiomU'i' i|ii<* noiiN unustdnous
sur la, uioiil;i(|iic in ISIte*, 1mI
aiiloui di* nous s'abaisse, leswBoni-
uies el.les rien>.
Al (mi il" ViNY
Jhl'DI 8 JANVIER 1931
Un changement de Gouver-
nement n'est pas indiqu
dans 1 e s circonstance
actuelles.

Des conlrres, depuis quel-
ques jours, se lont l'cho
d'une rumeur qui voudrai!
que nous tussions la veille
d'un changement de cabinet,
ou tout au moins, d'un rema-
niement ministriel. Une telle
information, ainsi lauce ail-
leurs qu'eu Hati et sans tre
accompagne u'une cause ex-
plicative suffisante, lt mise
sur te compte d'un esprit
anoimal. Ici, elle jouit dVn
ble d'un certain crdit, sinon
de vrit, au moins de vrai-
semblance: de l'entrefilet de
journal elle- passe dans les
conversations, a masse mousse
comme pierre qui roule et de
vient un des facteurs de fin
qqitude politique attache
la situation prsente, comme
toute situation ditlicile ou
complique.
Cela est une survivance de
l'tat de choses gouvernera en
tal, caractristique de la plu
part de nos administrations
antrieures, o les change-
ments de cabinets ou de mi-
nistres taient devenus le re
sultat duu caprue personnel
du chet de l'Etat, base sui-
des considrations o la po
litique srieuse n'avait rien a
voir: les amis au ministre,
ayant assez dur, devaieut
taire place d'autres; ou bien
ils avaient dplu la caina-
rilla traditionnelle installe
dans les coulisses du palais
de la prsidence et des candi
dat au ministre, suppose-
plus complaisants, devaient
tre euliu relevs de leur ms
tance, prisonniers l'avance
d'eu ga ge m e u ts particuliers
nes plus srieuses que la
substance du dernier commu
nique,d'ailleurs iassurant,du
dpartement des relations ex-
trieures ou la simple igno-
rance de ce qui se passe entre
chancelleries. +40*
Maintenant, euvisageons la
double question du meino-
raodpni et .iu Cabinet sous
l'angle de l'amour-propre pi 1
soDuel tics ministres ai tuel>
qui, la plupart nation di rie*
rouges, poui raient tie dti
de constater que leur pollti
que, l'gard du traite et du
gouvernement amricain q<
serait pas d'accord avec le
ralisations. Car, d'aucun."
voudraient peut-tre que It
iiangenu nt ministriel do
on parle et pour cause ira
mdiate que le gouvernement
amricain ne serait pas dis
pos taire les concessi
;(u on attendait de lui.
Kl depuis quand donc leg 10
vernement d'un Lit indpen-
dant doit il faire dpendre
? seulement sa^ politique,
mais encore sa composition
mme, de la volont d'un
gouvernement tranger?
Chambres tantjacluellemeut
en vacances! quel juge auto-
ris a donc sanctionn dfa-
vorablement la conduite te-
nue jusqu'ici par le Cabinet?
lit. a Uelaul de celle sanction
o le Gouvernement aurait il
pu puiser les directives q u 1
l'inclineraient la retraite V
M. Sannon et ses collgue-
doivent bien se dire qu ils m
doivent qu'une chose l'opi
mon : gir dans le sens leurs dclarations antrieure ,
L'Idal Rhum
ALIX ROY
'4
28 annes, de succs.
Mes Lectures
De la discussion
absolument trangers, cela va appliquer dans le Ixonverue
de soi, a l'intrt gnerai. j meut la politique que ce:
Nous devons laire au f,si. dclarations ont pu laiM
dent actuel de la Hepbli^ue [ esprer. Ce 1 ont c-^ jjno.
et au Cabinet qui 1 assiste en
,, peut exigei de l'homme d ho
ce nu,: ut l'honneur de pen ) "ei" el de sincrit. Le n
ser que, avec eux, de telles
habitudes sont desu.es et pe
rimes. S il y a, l'ordre du
jour de l'action gouvei ne-
mentale, des questions assez
srieuses pour que, le cas
chant, les dtenteurs des
porteleuilles ministriels ac-
ceptent de jouer sur elles ieui
situation politique; par contre,
cette situation et ces ques-
tions ue peuvent pas tre dis-
jointes au point qu il son
possible ue parler d'un chau
geiuent de in nistres qui ue
corresponde pas a une evolu-
tiou des problmes que le
gouvernement confronte.
Four parler d'uue fjon
plus concrte, cl cousideran
que la principale question a
l'ordre du jour esl celle du
mmorandum que, des sa
naissance, le nouveau gouver-
nement a communique au
fjouveruemeut amricain re-
ativement a l'excution du
traite, comment^ vraimcn 1
pourrait -11 tre question de la
retraite du Cabinet, ouseule-
uieul de sa uodilicatlou, sans
que, enjnme temps, parall-
/;//it7i/,jropiuiou/ne4lt mise
au courant de l'elat des pour-
parlers eu ue les deux gou-
vernements sisuitout il de-
vait avoir rendu invitable un
changement dam le gouver-
nement du pays? __mfc
Nous aurions ai ne que le
temps lt passe, nous le 1 cr-
ions, de laduiiuisUatiou des
atlaires du pays au petit bon-
heur et c'est fjouixjuui uous
hsitons, pour uone pari, a
ajouter 101 aux ruiueuisayaul
/ nul ne sauiatl le leur Im pu tel
a faute. Si le gouvernement
nationaliste actuel ne russi!
pas dans ses elK ris de libra
lion, sou devoir n'est pas d<
s'eu aller et, jetant le manche
aprs la cogne, de laire place
i un gouvernement m u i 11 >
ou non nationaliste, qui ser h
j.nsi, d'ailleurs,eu tort mau-
vais.- postule vis -vis d
l'opinion du pays expiimee
tans la rcente grande cou-
ultalion nationale; mai* de
rester auxalanes jusqu' ce
iu'u u e manifestation n 0 a
Dcidment,''faucon de nos
organes de publicit ne saurait
se flattai d us libral qui
Malin : il n'en pas rare d<
dit le pour el le contre m
ccdai ci :'.;- h s colonnes 1
. 1 !i > la mme sin
,1 it ; et les habitus de
, de rdaction de la 1
\>i, Ql bien qi
tous les jours.aulour de la gran-
it- table qui trouve rui 1
collabos, t'es! qi i contn dira
lautre avec plua de succs, s
1 urs a'iuqui'er du bruil
les dussions el du trouble
il peut pro luire dam !
prit iiu Direct! ur qui, l deux
aas, su heu. te constamment
au piobline- de la paie du sa-
li.
Au mon enl mme o j'ci i -, j
je trouve une double illnatratia 1
le e<- que \a dis Un lis 1*8 s iVBOts
t remarquables aiticles dois
lesquels Abl I .V Lger donne
la rplique Auguste Magloire
,ui q stion d a frontires
et du trait de 1929, l'un corn-
ue i utre se pi classant dai s
Le Matin avec la nime^dsm-
volluie. liy u d S chances,d'ail-
leuis, pour q^ie, comme aulour
de la laide de rd ictio i, les
n-ux intressants cou r idicteui s
u- Iftch ut pas prisede siidi.
Il est bien entendu que j'en
parle sans en rien savoir.
La seconde illustration de ce
I te j'avance m'es) loornie par
noire dition du lundi d
,i maiue qui, i a premire page,
.) u to unne reproche au pr-
sident Vouent de a rompre
avec uni I lion parce qu i
le chel de i lvat n'a pas ci u
devoir, a l instar de tous ses
pi eu .ii s qui eu usrent el
en abu-ienl,,sortir une magis-
n aie | i o< lamation : A l
siou nu 1er janvier, amm
v.iie de i indpendance natio-
nale, et qui, mme page, 6(
colonne,demande la SUpre%sion,
pour les ches d'Etat, de la tra-
dition des poignes de mains,
dclare s dsutes et I di-
santes .
Il esl vi ai qui le spirituel r-
dacteur de la premire note
prend soin de distingue! entre
. routine et la tradition .
tout en Ls disant se ressemb ei
eouune^ deux surs', b est
l'avis que le prsident Vmcenl
rompe avec la roo ine.mais tiu'il
le fidle aux traditions ; et
comme, toujours son avis, !
proclamaiinu prsi entille d
1er janviei est une tradition.
lemen, le cas chant, avec la
plqa grande franchise ; on se
, m. pc la plus grande es-
piglerie'Nous ne fororaes pas
iilemen' des esprits Kbraus ;
nous sonimes aussi des esprits
viles de lumiie. Or dit-on,
c'est de la discussion qu'elle
jaillit. Mais qu'est-ce que je vais
, r n Notre l I...
Lux
Entre Nous
L'autre soir, un p< lit nci ( ni
g gravit lieiireusemeul. mil
tVpreuve le lad el le Bsvoir
du Directeur de Sea-Side
Inn. Voiei le- fail8.
I.i famille X avai' retenu une
i lubie numrote, mais comme
* elle s'l dl un instant dplace
poi i la danse une nuire lamille
i occup la place vacante.
Rclamation des premiers oc-
cupants ; relus des sei onds de
rendre la place... Intervention
du Dii ectear ..
M idsm, on va vous choi
-ir nue meilli me place..,
-IilUt le il nie tant celle table
. puisque c'est elle qu^ j'oc-
cupais.
In el. comme on ne pouvait
pas donner satisfaction aux deux
familles, l'une d'elles partit s, ju
r. nt de ne plus revenir... et
tout naturellement le patron j
en esl navr.
Mad uni voua les prie de j
dire a vos amies que l'incident
ne poqrra plus se renouveler...
du fait que les tables de Sea-
Side-1 in porteront dsormais la
carte du locataire... exactement j
C0 .une on lait, pour les eh uses
l'glise.et les places au thtre.
quivoque de l'opinion natb letDO p Bne ruiis, il lu
unie expi une
desaiistactiou.
sou gard 8
Nous convenons qu'il peut
tre pnible, pour certains
tempraments, de ,,subir au
pouvoir une politique autre
que la leur propre et de vivre
dans (uu rgime de eoniiaiu-
te. Mais le pouvoir n'est pas
lait de douceurs, et plus tel
lort de leur part, mme in-
tructueux, aura t nergique
el soutenu, plus grand sera
leur droit la reconnaissance
nationale.
.^.Au reste,ii est heureux que,
fans les conjonctures ac-
tuelles, le pays ait compter
avec un chel aussi ave ti que
si. Steuio Vincent, appel,
uus nul doutera ouvrir so-
in pour Hati 1re du gou-
ci uemenl acientdique. ^^^_
u s
.n veut de la s-uppr mer.
Fort bien ; mais pourquo
poignes de mains prsidentiel-
(a doivent-elles tre considres
comme une routine, tl non com-
me une Iraoition, et comme
telle doivent tre supprimes
quel est le criteruin qui per-
met de distinguer la loulme de
la tradition, et vice versa V,4 uS
Vous voyez donc que, au .W tin, on ue se contredit pas seu-
Propos
cachets
o
Il bl de la rclame pour un des
cinq grands rhums de la place, une
rclame toujours spirituelle, el qui
lui est tan doute paye au meilleur
prix.
Hier il m'invita chex lui, et comme
j'hsitais, il sorti! la formule magi-
que. laquelle pour ma pari je oal
jamais pu rsister. .....
1 n n boira du RHUM SARTHE
CACHET DUR.
Du RHUM SARTHEf la honni;
heure..;
Taxi En cinq hum des noua som-
mes sur le-, lieux. ta apporte deux
verres, du soda, de la glace, el une
bonteille qui ne portail pas l'tiquette
promise...
Ce n'est pas du' Saillie lui re-
nr0.-hai-je.... OUI m'ave/ mystifi..
Erreur lit-il... c'est du Sarthe Ca-
ehei d'or, seulement le mme que
Oswald Durand donnait le change eu
plant comme Tilleuls des entants
donl il tait peut-tre le pre, je lais
de la rclame pour un Hlunn dont je
ne bois jamais el avec le prix que
en touche, l'achte du RHl M SAR-
THE CACHET D'OR.
Pal l't du tout II
lionne rewsffue
A qui rapportera aux bureaux
du |ournal une paire de lunettes
pour objet une re.ot me du 1 llans un etul en cuir e^are dan-.
laUuuiei du jour, attendant, I la journe du ^1 dcembre der-
our cela, .d avoir Ues dou-Jmer.
*t*
)
l.sl une 'prescripliou de
Mdecin pour les Froids et les
Maux de tte- '.'est le remde
connu le plui rapide.
()(!>. en tablettes aussi.
t________---------------------------------'
a louer
Deux excellentes pices
d'aooarlcmenl, bteo situes
la Crand'Rue, quartier com-
me rein'.
S'adresser ;i
M-John WOOLLEY,
Grand'Roe.
Do toute fralch' i
Ii 'iif iv i 'Mir l'ad'o
Battery ponr Flashlights
f t moteur
; i m i y pour sonnerie Electri
que de la suprme marque
BrlKhl Stai.
S'adresser
john l! WOO LEY
DISQUES
PATH
ROUGES
0,30 Or.
JOHN 11 WOOLLEY,
Grand 'R ne.
Problme
Sachant que la misre bal
son plein dois le pays, expli
que/, pourquoi :
lo Y u fil lanl de monde
assister aux tles ?,
2o Y a t-il plus de voilures
de luxe en circulation ?
3o Les hommes surtout
s'habilient-ils mieux ?
REPONSE
lo Parce qu'il iry a que
i Ii ire.
2 l'.nceque les voitures
sont de plus en plus altra-
yantes.
So l'arec (jue la Maison
Vincent CAUDINO
2'i, rue Bonne-Foi,
'est spcialise en article p i
hommes tels que Casimirsd
toutes nuances et tout piix,
chapeaux fins,] cravates et
chemises de tonte beaut,quc,
grce son Stock formidable,
elle peut vendre des prix d-
fiant rellement ton le concur.
rencr. Rendez-vous l'viden-
ce en visitant la maison Vin-
cent Gaudino.225,Rue Bonne
Foi.
Pari unis
GUELDY
Salon de Beaut
Madame EMILK ZPH1R, diplme d'une Universit de.
BeaOti d s EtaisUuia,de r- tour dans le paysollre, ses services
a la population.
Sob salon de beaut dnomm PAX HO I l'-Lsera -ouvert
au public ce mattu 'J heu es au Petit loin .(Ancien local du
ar^-Inn, en face de la Lgahon Lobainej
tjcures de Travail :
9 heures a. m. Midi
el de 2 h p. m. 10 h. p. m.
On y trouvera des gteaux el de la crme a la glace.
| "Cette semaine est marque
pour les lgantes par un v-
nement heureux.
,Les parfums liUELDY, le ma-
tre parlumeur de Paris, sont ar-
rivs. Il est ditlicile d'en donner
une description, les mots et les
qualilicatits restant tous au-des-
sous de leur tache. lll_ laid voir
de ses yeux et ressentir sans
pouvon l'expiimerpardes phra-
ses, tout ce qu'une telle cration
peut voquer.
Dans leurs ravissants flacons,
ils doivent tre chez tous les
connau&eurs.
Une visite au bureau de Joe
Wootley, aDgle des rues Fort
Fer tt Auiencaine, convainc!a
us nlus n lin les.
Prix, dliant toute, concurren
ce.
En vente aussi chez M. Gior-
dani, Cap-Haitiea et chez T.
Brutus, Jrmie.
...a vu, dimanche aprs-midi,
a la matine de Hatiana, un
jeune nomme, dis-huit ans, l
gtmmenl vtu qui causait avec
une jolie jeune tille. Age seu-
lement de .. douze ans. Che-
veux 1res noirs. Visage prenant
une teinte lgrement mordore
sous les reflets du soleil. Yeux
langoureux. Sourire d'ange. Une
jeune beaut...
Li convi rsation tait vrai-
menl idyl que. Notre Homro
s i i m hail dlicatenu ni a l'o-
r illede s:, JuiieMa, lui prenait
quelquefois timidement la main
pour v glister quelque friandtv .
elqu'nn,-- nn camarade,
se i loui ii \( rs le jeune hom-
me, comme pour lui dire qu'i'/
n tait pas srieux,
u'i e i oui, i il. El il lit celte
rflexion, jusli en soi, mais ba-
nal lont di mme:
Est-ce que, i n amour, l'on
lie t compte de l'ge de celle
ijii l'on adore7 .


... a vu, le 1er Janvier, un
groupe de joyeux anus qui fi-
laient l'an i "iivt au. Il y avai',
Il nanl mu la table d ux hou-
leilli s de Uni m Henri (Iai oi:iu.
une Carte Rouge et une Cari?
el les rtards, lue-tte,
braillaient notre chant national.
Il manque If troisime cou-
I ur, la blanches dit un copain
d France entrant en coup de
vent. On apports une Carte
lilunt hc et la lioupe, en chur,
entonna lour n tour la Dessa-
(lmienne et la Marseillaise de-
'vaut le bicolnre haitieo. rt le t r i
colore franais unis par Henri
Gardera.

... a vu que le Prsident Ym-
eenl a dgust son bouillon et
pris son greg comme t<>ut le
monde, comme mut bon joi r*
nalisle d'ailleurs, le soir du .'51
Dcembre. Ilevant les bols ro-
manis les langues se dlirent*
Une gourgandine, ayant du
chien, captivante, voulait tre
la reine du festival po| ulaire et
comme m la complimentait
pour sa jolie tenue, n'ayant pas
\u venirie chel de l'fi al, elle
rpondii Hre, et se faisant plu
atlrayan e Ce n'est pas ton-
nant, j'ai achet toui cela au
mme magasin <|; Mmo, cln/.
r m i. l. Ai via.
Elle tut paye d un charmant
sourire.., dmocratique.

*
... Ils taient tous les deux
assis sur la peloi se du Chainp-
de-Mara el mangeaient paisi-
blemenl del canne sucre,
A laide deleuis im liai' i s, ils
pelaient habilement la fruit,
dont ils piessuraient entuite le
lus sun avec e n.ouvtinett
lent, continu,11 la lin latigant,
des mchoii i s.
I.i ils maiigeaieni avicuntel
u, avec lanl de plaisir
et de volup', que des ]eum s
Mlles,assises, prs d'eux, sur le
gazon, dsirrent, elles aussi,
goter de cette ragolante cau-
ne sucre.
On n'en vendait malheureu-
sement pas au ( hamp-de-Mars.
M,os le galant qui accompagnait
ces demoiselles, voulait, cote
que coule, Ieui procurer ce plai-
sir.
Abordant donc les deux jeu-
nes garons, M... leur demanda,
aimablement, de lui passer un
bton de leur provende de ro-
seaux juteux. Ils ne retusrent
pas. Mais rtslait trouver un
canif. Le galant n'en trouva pas.
Force lui lut donc de se ser-
vir, comme ces jeunes gens,
de ses dents, pour corcer le
truit l'intention de ses amies,
les quatre lgantes.
L'lan
L'imprimerie et l'adminis-
tration du Journal B0n| trans-
ites1 'la (iiand-Hue, No
l,i 12, ancienne maison J,
Pressoir.



PAGE = 2
LEIMATIN-8 Janvier 1931
Quinze ans IPourles
d'Imprialis-
me des E. U.
en Hati.
mauvais
abonns'!
Loterie
De la rcente brochure de tov
henri Ch, Hotemond publie
sou ce litret nous extrayons
les passuycs suiuanis qui en-
cadrent un portrait du Prsi-
dent \ mctnt.
Aux lections lgislatives
a m eurent lieu le 14 Octobre
ernier, les candidats natio-
nalistes la lgislature ont
balay le pays avec "une nia
jorit crasante sur les grou-
pes prn-amricains. Ce tut
une des'plus grandes mani-
festations de la puissance des
groupes nationalistes, aussi '
bien que de la faiblesse des J
torces pro- imricalnes. Le
1 lions prsidentielles, un nou-
veau prsident radical et auti
amricain, Mr Stnio Vincent,
tut lu. .le voudrais dire que
Mr Vincent est bien connu
travers le pays comme un
des plus dvous et des plus
loyaux nat.onalistcs. Il n'a
jamais man |uer d'exprimer,
chaque lois qu'il ft capable
de le taire, nui opinion contre
l'intervention des Etats-Unis
dans le pays. -La dmission
de Mr Vincent lut une mani
testation i diMiiab'e de son
tnti'.amricanisme qui se
poursuivit dans sa vigoureuse
et brave lutte partir de
cette priode jusqu'au mo
ment des dernire lections,
toujours avec les mmes vues.
Mr Vincent, tans son discours
d'inauguration le jour o il
tut proclam Prsident d'Ha
ti, a travers le radio,a dclar
une lois de plus que sou
gouvernement serait un gou
vernement de nationalistes
seulement, combattant pour
la libration du pays, pour
son mancipation. Il ne lais
sera aucune espace pour la
division dans ses rangs il
travaillera intensive ment a
l'vacuation Immdiate des
troupes des Etats Unis d'Ha
ti.
Mes relations avec le nou
veau prsident lu est une
aflaire d'annes; car le presi
dent s'est trouv un des cou-
disciples de mou pre et ami
de ma famille. J ai t son
admirateur et depuis ma
jeunesse, j'avais L'habitude
d'avoir de longues conversa-
lions avec lui propos de
diffrenteseboses jusqu' l'ge
o je suis arriv. Je me suis
trouve avec lui New York
et Washington en Fvrier
et Mars 1921,l'aidant rta-
blissement d'un mmoire de
l'Union Patriotique Hatien
ne, avec de pleins dtails sur
les conditions sociales, polili
que, conomiques et tinan
elres existant daus la Hpu
blique d'Hati sous l'occupa
tiou amricaine. Ce mmoire
tut prsent par le Comit
compos de trois membres,
Mr Paulus S union et Mr.
Perce va IjThobj. J'ai travaill
avec lui aussitotjmon retour
en Halti.quelques jours avaut
l'arrive de la Commission du
Prsident lloover et jusqu'
ce que i'ai laiss II.un, colla
boraut avec lui dans son
journal, Hati JournaU.
Je suis eu position de
dire que Mr Vincent a nou
seulement ma sympathie et
ma conliauce, mail je suit
sr qu'il a ele prouv qu'il a
l'amour et la confiance absolue
de la nation eutire. Je suis
sr que Mr Vincent, avec sa
politique, son cnlouiage (et
ses partisans lutteront jusqu'
ce qu'ils obtiennent la
rdemption du pay.s uou en
paroles, mais en actions vi-
tiles, pomma |e seus qu'il a
i .l'A ils sont lgion 1 Si vous
in pouvez, payer un abonne-
ment, pourquoi prenez-vous le
journal? Pourquoi obligez-vous
un facteur vous remettre chez
vous, tous les jours votre nu-
mro et pourquoi produisez
vous vos rclamations.quand il
y a un simple retard ?
Notre conlrre Hati-Jeur-
nal publie des considrations
trs justes sur cette importante
question. Nous ddions aux
mauvais abonns l'extrait sui-
vant de cet article :
On arrte, bien souvent, un
voleur qui n'a pris qu'un rgime
de bananes et on l'envoie en
prison pour quelques moi?,
voire mme des annes; mail
on aurait d avoir une prison
spciale o dposer les abonns
retardataires ou insolvables,
aux journaux hatiens. Le, on
ferait leur nouvelle ducation
un atelier d'imprimerie, par
exemple, dont on leur aurait
indiqu le fonctionnement, en
mme temps "qu'on leur mon
Irerail le mcanisme d'un jour-
nal ou d'une publication quel-
conque...
Si, BP'l U'ie pareille IfOD
de chose*, ils consentaient a
'abeooei aux journaux de leur
piy-, JS auii .sur qu'ils conse -
liraient aussi payer rguli-
rement leur abonnement, car
par exprience ils auraient ap-
pris l'importance des Trois
Gourdes qu'ils refusant de do i-
nei ; c'est un argent sacr, car
il luit vivre tout un atelier.
Que les abonns qui nous
payent bien reoivini nos meil-
leurs compliments; mais que
ceux qui ne nous payent pas et
qui lisent ces lignes, apprcient
les motifs qui l'ont lait crire.
Nous prsentons nos remer-
ciements Compagnon de
Jehu auteur de ces lignes
pour avoir signal le mal dont
i souflre et meurt la presse de
i noire pays. Il faut ajouter,
j ce qui n'est pas notieavan-
Stage et qui nous eit trs pnible
dire que tous les mauvais
abonns, rcalcitrants, de mau-
vaise loi, insolvables ou autres
sont des hatiens. Qu'ils tassent
un petit efioi't pour nous per-
mettre de vivre, car ils nous cau-
sent deux prjudices, d'abord
en nu payant pas, ensuite en pas-
sant le joamai leurs amis,
parents et voisins qui pourraient
peut :re devenir de srieux
abonns.
Nationale
1 :Des",g nsbien informs disent
que la Loterie Nationale s'est
constitue avec MM. Edouard
Lslve, Lynce Denis, etc. com-
me administrateurs. Les bn-
fices de rette'.Loterie serviraient
loul d'abord la cration et
l'entretien d'une Ecole de Mu-
sique, subventionneraient des
uvres de bienfaisance, prin-
cipalement La Crche.
Nous attendons des rensei-
gnements prcis sur l'organisa-
tion de cette grande Loterie de
l'Elit.
La nouvelle Comissimi (lonminale
On ne peut pas dire qu'eile
est tout tait nouvelle, puis-
que c'est toujours notre sym-
pathique confrre Frdric
Duvigneaud qui en est le
prsident. Nous lui prsen-
tons nos sincre flicitations
ainsi qu'aux deux nouveaux
membres MVl. Flix Viard et
Edouard G. Nelson.
Comme ou le /oit,la presse
est l'honneur, les troll
membres de la Commission
Communale tant les deux
premiers directeurs du h OU-
net isle et de Hati Journal, et
le troisime collaborateur
ce dernier quotidien.
r\ous saluons dans loti1
retraite nos amis Riche et
Aug. Paul.
ASSUREZ-VOUS
. la
s
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotltnd )
Pnr In CFX'FMAI est unedes nlus puissantes et des ,
ii' champ d'action ni embrasse le
malveillance, do nm*ijj
l
plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur
"""Ses l'olices contre incendie couv al .batl !.. d*fe '--casionn, lr Jj ***
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, te,
causs
Ses
Ses
geurs
d'au moi
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Gaves
Agent Gnral pour Hati.
SOUS-AGENTS
t'oit -au-I'nnce.
G. GILG
JEAN BLAiNCHETJimic
Bllletfl de la ClIIIM Notre ami C. Sinsarieq, l'ac-
lit Magistrat Communal de J-
rmie, nous a lait le plaisir de
nous remettre un exemplaire
du Bulletin de sa Commune qui
publie les matires suivantes :
Frtace, par OJave l'lit ; le
Rapport de la Commission
d'examen du Projet de Budget
prpar pour l'exercice 1930/
1031 du Conseil Communal ;
le Budget ; la Correspondance
et un bel article de Mr Elzwr
Vil aire.
Compliments et remercie-
ments.
I ilorH If letrisBM mi Hati
ICssl avec plaisir que nous si-
g a'ons I activit que dploie
te champion Sylvie- Ca'or pour
faire de no're Pavsun vrai cen-
tre ourislique. On bail ce que
g g ie chaque anne, aux pas-
su g s rpts des ouristes. la
Jamaique ne samionsassez encourager la
b< Il initiative de Cator qui nos
sdant tond so i ang'ais peut
tre de trs gran le utilit aux
trangers qui nous visitent. Le
bureau qu"u tabli cet cltel
Cator rend de prcieux services
et nous verrions avec joie les
Pouvoirs Publics s'intresser
ce mouvement qui ne peut tre
que profitable au Pays s"il coi
ti nue et se dveloppe.
Piess
No
uveaux
Substituts
la I iiiinl
il ma u elle
le bateau touriste He-
qui sera ici dimanche
personnage
Prsident de
BAUME. BHUGllE
GOUTTE-RHUMATISMES
NEVRALGIES
Dr. Lkngu, 16, r Baim,. Paris.
I.e Prsident 'le
sera ici
Par
liance
arrivera un personnage consi-
drable :1e Prsident del Uni
led Press qui, comme on le sait,
reprsente plus de 10.000 jour-
naux. Il ne passera malheureu-
sement que cinq six heures
parmi non*.
Cator qui, comme correspon
dan del Uni ed Prs, a reu
le cble annonant cette nou-
velle, nous a exprim son d^sir
de voir tous les directeurs et
rdacteurs de journaux aller, e;i
Le numro de Nol
du Petit Citoyen >
Nous avons reu, avec plai
sir, le numro de Nol du l'e-
ut Ci'oyen el de Quo Vadis
mi, i V diiigs tous les deux
par notre ami et collaborateur
Flix Magloire, Inspecteur des
Ecoles de Port-au-Prince et Pro
f-sseur de Droit Civil l'Ecole
de Droit.
Le numro es' lis lgam-
ment prsent, sous une cou-
verture bleue pile du plus bel
eftet, et qui constitue la page
de garde avec les souhaits de
bonne anne de ces deux in-
tressants journaux.
Un sommaire copieux, qui
comporte des proses el daa vers
lait de ce numro un vritable
CE SOIR
Nicholaa rlimky, le Roi,du rire dans :
le ngre; blanc
Entre: 1,00; Balcon : 2,00.
JVEfUlX ALAMBICS
pour DISTILLER it .1 tri IIIEII j
Les EAUX DEVIE,
RHUMS, . DEROY FILS AINi
CURBIHT I 1 I l H
76, rut au Thtre, 76
GUIDE PRATIQUE Si DlstlIliUur d'EAOX-b...
VIE, LSSENCE8 etc. MANUEL du Fabricant dr
.'H0VS et T41HF ILLUSTRE edrfssi fraac
ASTHME
Oppression, Catarrhi,
Suffocation,
Toux niroium.
Ourlion certaine par le*
CIGARETTES CLRY
.tu POUDRE CLERY
CLRY, 18, Rua da Mtu
IIII8.'
On annonce la Domina lion
de MM. Richard Salnave el Ber-
nard Desgrottes comme Substi-
tut! du Commissaire du Goo-
veinement pi es le Tribunal de
lei e [otlanca de Port au-Prinr.
Kncore deux excellents choin.
Compliments a notre charmant
conlrre Salnave et notre dis-
tingu collaborateur DesgrotWs.
Au 11 limitai tir 1re InManrr
Ce matin 10 heures pr-
cises seront installs dan
leurs nouvelles ton lions Mr
A'bert Blanche',nomm Com-
missaire du Gouvernement
prs le Tribunal de Premire
Instance de '.'ort-au-Priuce,
MM. Richard Salnave et Ber-
nard Desgrottes, Substituts.
(je sont d'heureux choix.A
nos amis Blanchet, Salnave
el Desgrottes, nous prsen
Ions nos meilleurs compli-
ments.
Daus notre numro de
demain nous donnerons le
compte-rendu de cette instal-
lation.
plus grand nombre possible, rgal olleri aux dlices des let-
la rencontie du distingu visi- | jrs.
teur. Nous croyons que nos
contrres ne manqueront pas
l'appel.
Nous remercions noire aima-!
ble confrre de sen gracieux i
envoi.
>a vigueur et lt courage de
utte i in |ii t e qu'il obtienne
la victoire.
llcuri Ch. RoSL.VtOND
Cator refuse l'auto...
An sujet de la petite note que
nous avions consacre l'auto
le Cator et dons laquelle nous
dplorions cet'e saisit- due la
ngligence des souscripteurs,
nous avons reu de notre sym-
pathique champion du monde,
le court mais suggestif billet
suivant :
Port-au-Prince, Hati.
le 7 Janvier 1931.
Monsieur Clment Magloire,
Directeur du Matin,
E V.
Mon Cher Directeur,
De retour d> la Rpublique
Dominicaine.j ai lu votre entre-
met au sujet de la saisie de mon
automobde.
Tout en vous remerciant in-
finiment de votre bonne atten-
tion, j'ai le regret de vous aviser
que pour des raisons person
nelles je ne puis accepter nou-
veau celle automobile.
v jVeuillez agrer, mon cher Di-
recteur, mes salutations distin-
gues.
Sylvie CATOR,
Royal Mail Steam Paket C
Le steamer "Culebra" venant de Kingston Londres et du
Sud est al endu Port-au-Prince le 7 janvier, prenant
fret via le \ 1 pour Havre, \nvers Londres el tous tes ports
d'Europe.
I. J- BIGIO
Agent Cinral
Tlphone : 2311.,
A louer
Une Maison ayant toutes
ses dpendances, situe au Bas
de l'eu de Chose,> Avenue
Charles Cameau.
S'adresser
Pernand DORLL'ANS
Avenue Charles Cameau.
Cigarclles
Hati au
tourisl
AVIS
hurrai
Cainel
t
Les steamers RKLlANCL,
STATENDAM etCAKlNTrllA
ont attendus a Portan Prinea
respectivement le IL le li et
le 14 crt, avec des touristes.
Les Qhaufleurs d'autos en
parlaitesconditions sont doue
pris de passer .s'inscrire eu
nos bureaux, le Jeudi Scoor-
rant
T'Hyrt-a.i-Priuce, ll^7 J.i i-
vier 1931.
llaitiunmJ ourist bureau
S. CATOR.

Cachet Miriga
antlnvralSIque
Supprime en quelque* minutr* Fivre, Grippe, Migraine,
Rhumatisme Mdicament dr choix loajoar* tfficact tt tant
tiangtr. BotlM tle 1 et 12 raclii'ts. t n rente dii toutf bonne* l'Ii
Uboratotr* iiapt l'on au-l'Hoi e : l'hursnacie Bl'CH.
* i *
dar
| Les |seules preterees par
jles vritables connaisseurs.
Le liliiim Itarluiiiroiir
--
Dont la renomme est tteiversalla a gard sa premire p'ace.
Demandez partout :
UN BARli i\COURT
Dpt :Rue des Csars.
A'- v


LE MATIN 8 Janvier 1931
PAGE :?
M
Mosaques
ns
Nouvelles
Etranqres
RADIO
PRESS NEWS
o
6 Janvier 1931.
Les Marina au fticaraqua
Washington Le snat a
adopt la rsolution demandant
au secrtaire d'Etat Stimson de
transmettre au Snat tous docu-
ments relatifs au maintien des
Marines au Nicaragua.
Nweau\ territoires annexer aux
Khi-, lins
WASHINGTON L'achat de
lajbasse Californie et d'une partie
de l'Etat de Sonora ( Mexique ),
pour tre annexs aux Etals
Unis, a t propos dans une
rsolution oflerte par le snateur
Ashurst de l'Arizons.
Le nouveau Prsident de l'ami uni
el les Ktats luis
WASHINGTON A la suite
d'une conlerence avec les l'onc
tionnaires du Dparlement d E-
tal, le Dr Don Ricardo Altaro,
nouvellement design Prsident
de Panama, a exprim sa con-
fiance que les Etats-Unis accor-
deront la reconnaissance son
gouvernement.
L'abolition de la prohiliilion
a Porto llico mi m seuie aecorauon de |i;i la-
SAN JUAN PORTO RICO | meuse tunique noire qu il porta
Une rsolution rclamant l'abo- i la bataille de la Marne.
semaine dernire au cours de
la rvolte, combat bravement
pour la vie aujourd'hui, bien
que les docteurs quile soignent
l'hpital Gorgas disent que sa
condition est presque sans es
poir. Ayers tait toujours con-
scient et s o u r i a i t tristement
quand ses amis vinrent lui ex-
primer leur sympathie.
IHMIN U.IS Al (iltVM) SOLDAT
DE PUHHJ
l'ar sans /il
PARIS, G Janvier. Des cen-
taines d hommes qui combatti-
lent avec le marchal Joflre
la bataille historique de la Maine
ont dfile devant la bire du
Sauveur de la France et il
y eut des larmes verses cette
occasion. Plusieurs milliers de
citoyens privs prsentrent
aussi leurs^derniers respects au
marchal.
rAHlS Le corps du mar-
chal Joseph Jollre est expos
sur un simple lu de camp mili-
luiie la chapelle Saint-Louis
aujourdhui tandis que des tuil-
iers de lrancais,beaucoupdn-
u eux portant leur uniforme
du temps de guerre et pleurant,
ont dfil derrire la bire.
Beaucoup de ses compatriotes
avaient attendu hors de la cha-
pelle depuis l'aurore pour ren-
die hommage au grand soldat de
Fiance. Une mdaille militaire
lut la seule dcoration de la ta-
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemins des Dalles, 1224
Tlphone : 2680

s
A
II
T
am
greable
iche
riomphant
II
ound
a rouble
I
opoique
E
nerqique

11
E
ich
ri u m plia ni
n
eroical
htion du 18me amendement
Porto-Rico a t adopte la
Convention de l'Association agri
cole. La rsolution demande la
restauration l'Ile du dioit de
rglementer lu [fabrication el la
vente data boissons.Elle deman-
de aussi au gouvernement in-
sulaire d'adopter un programma
d'ducation pour la temprance.
Un journal sir amricain
srieiiseiiicii bless Paaaai
PAN* VIN lia tw II F Aye ,
journaliste amricain, b'ess l
Le drapeau de Joflre fut pla-
ce sa licetaupiedde.sonhtsur
dix neul coussins de soie brill-
rent les quarante dcoratious
militaires qui lui lurent donnes
par les nations de la Guerre
Mondiale.
UTiOtf SE-iSATICliNELLES
US SECRT54ai SCIENCES OCCULTIS
I Svrtilr.cs. Maite. Pratique! secrtti dcveilaa
Domination de voloutee, i,>m ir-
i le assurant tous K*uytin
RI Pblltrei uioiiiphaicura
d'mnour. SaoraU des BurlHeurs
iH toui ptyi Nocn grauitc- t.crire
SOCIT FRANAISE
365. rue du Kt.ub.-St-Dtmia, PARIS
LE ROI DES RHUMS]
sllebECIARGAEMEIvS
Hors ConcoursMdailles d'Or.
DEPOT CENTRAL : Hue du Magasin de l'Etat. No 1940.
Prix^ourant : Embouteilles Cides 1.50 , Gdes 10.
1/2 i moiti Hrix
Par Gallons de G. 5 G. 40.
Eo Vente aussi :, alcool rectili pour liqueurs, extraits de
'toutes sortes, pour sirops et liqueurs. Extraits d'Eau de Co-
logne, de Lavande et de Lilas. Cocktail Nectar.^Caf, Sucre,
Clairin Vierge.
On trouve aussi Le RIHJM NECTAR.'au Bois-Verna. Epi-
cerie de Mme Ldu ALPHONSE.
CACHET D'OR
CACHET ROUGE
CACHET RLEU
neraetic
Fine Liqueur
Superfin
Fin
GOLD SEAL
RED SEAL
RLUE SEAL
m '* vu *+w *.
BRBiERalhltfv
G. THIERRY & C1', $'
39, Rai Crtutiar PARI
Oall i.,lril D
Joo pafn f ... riu l
lin 4 lr. 7
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Martinique avenant de N< w-Yok directement
est attendu , rort-au-Priice le 9 du courant, il partira le
mme jour pour Petit Gove, Miragone et Jrmicen route
pour les ports de la Colombie, prenant Irt et passagers.
Port-au Prince, le 7 Janvier 1930.
Colombian Steamship Company Inc.
GEBARA.& CoMAgents.
La Meilleure Manire
IL a t dmontr depuis plu
de cinquante ans que l'huile
de foie de morue muUionnee
est plus facile prendre et
digrer que sous la forme
ordinaire.
l'Emulsion Scott
est reconnue depuis plui de cin-
quante ans comme la fa-on la
plus agrable d'obtenir les bien-
faits de l'huile de foie de morue
pour la sant. Elle est mainte-
nant employe par des millions
de personnes.
Si vous n'avez jamais employ
l'huile de foie de morne
mulsionne, essayez la
aorte facile et agrable
l'EMULSJONSCOTT,
mm
Cordonnerie Mont*CarmeI
Hyppolile R. Jeudy
A COTE DE LA POSTE, GRAND'RUE 1722.
Vient d'arriver un bel et grand assortiment de Chanai!
res de toute fracheur et de toute beaut.
On y trouvera, en ontre.des bretelles. ravates,< hmisieltes
Chapeaux, etr, etc. et tous autres arlicles de choix, de bu
gol et bon march.
Mesdemoiselles. Mesdames. Messieurs, unevisile s'imun
; la CORDONNERIE MONT CAR M EL.
tUUMIS TOUX
BBONCHITIS
cATAJumn
GOUDRON
GUYOT
UQtUEUR
l)!)ll
Gotez ions les Hliuins
ET VOTRE CHOIX S'ARTERRA
INEVITABLEMENT SUR [.E
'foutes les Polices
OE LA
5
III
'est i
SIM G
g comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamrntation de tau>*
| huy.Leioss$Co
Agents Gnraux
wmmzwfflkmmwmkmmwmimmwmmzv
ui,a prix egai.est msurpassable pour sa
puret et la finesse de son arme naturel
DISTILLERIE DE t AIGLE
M. FONTAINE, Prooritaire
Dpt: Anale des rues Dants Deslouches
el Maaasin de lElal.
Reprsentants: St-Marc: H. Deshamps
* Cap-Hatien: M. Giordani
Jacmel: Pacsal A. Brun
'


Jeudi
8 Janvier 1931
Le Matin
24me ANNEt. 7l8i
fort-an-Prime
Tlphone : 2242
-4 P40ES
GLOBOLn
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Aamle
L. Cu. it CLOpr.OL
ugmeolc II force n. ivtuie
4 teni au* Mfft rajmnu
toute laui neripr. leur
aoupbsuc c< 1>" v.ffurur.
. 4> Ml
..ii ifcio
CLonr.ot
permet
le mftaiinu
d'eJlorti
5 .
!/ (oui les rv.ntsg-a
fur | tut prsenter la *ro-
AiiJ|iir artificielle, dont "il
parfois wjuIu frire IIM
Btthadt cupalile da rempla-
cer In tniii.fuslon lann'ilna
e'Ie-nienie et ceci avec avan-
tage, dliail on, malgr faille toujours avoir recoura
clic, au moins dans les caa
urgents DOUI ne rroyool pas
au* la i olirapla puisse
entier, en une oule ne caa.
Us rsultat l remarquable
qu'on paal uliteolr d'un co-
re prolonge de flobol Ko
far.- d'un orpanlime re-
m.Qter. icviviflar, k refai-
re, c'est toujours ce der-
nier que nous donneroDS la
prfrence.
D' H G h t mit,
, 11 tint i sciences,
I i Facult Jt
tidecmt ae l'rrli.
lu: ii -i mania CkatalMi
fi.-ar n Prit
i Paru,
?. n i- Parla, f
t.llitj. I .... il laa
i
iout ci |
Manufaciwe Hatienne
ae Ciaar elles .
GEBARA& G0
LES CIGARETTES
Bat Bas Fantal-Lon
Dessalinienne*
" Colon *
^Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
(ircc la finesse de leur arme font les dlice
dis vrais amateurs
Lykes Brothers S S Co Inc.
Texas Hati Santo Domingo Porto Ricot
Le seul service hebdoiuadaire et rguler passagers el
fret eutre les porta du Golfe du Texas dir.clemeul avec
Port-au-Prince, Ihiili.
Pour la rception rapide el le maniement habile de y s
importations, servez vous toujours 'les navires LINE.
Les prochaines arrives a r irt-au-Prince sont."
S/S aJMurgarel Lykesa 'e 8 Jnrvier 1931
s s a Tillifl Lyki i le 16
S/S Genevive Lykes le 23 janvier 1931
S/S Stella Lykei > le 30
S/S a Margaret l \k s le 5 li ier 1931
Bureau: Rue du Magasin de II ostae H 4(1
i
REMERCIEMENTS
Mme Venve I) imon l Br
.molle el ses enfants, Mr c
Mme Joseph JrAme, Mr et
Mme Mv'ilnl Briganlle, Mr
11 Mme Fernand Lemaine i
entai s, Mme Vve Latond Ri
gaud Emile Crvecu' el entants
Mr &MmeBoulogne Btignol't
cl entant, Mr el Mme Jo*tii
Doucel el entant, Mr el Mon
(lment Br'gnolle,Mret M nu
\bsolu Hyppolile, MM Lo
et Jean Utuprod, Melle Ger-
maine Biaise,M. Alfred Biaise,
Mr Franck D. penny, Melle-
I oufee el Francise B nny,
Mm Volupnie Bonny et en
!;ifits. Aime Vve Simono Bon
ny el entant, Mme Marie La -
tonche, Mme Vve Alexandre
Dupral et entant, Mme Idei
cide Betirac,el tous les antres
parente et allis,trs Bensibles
toutes lesfmarques de sym-
pathie dont ils onl t lob
jet :'i l'occasion de, la moi t :1e
leur regrett
\\amond I). Brignolle,
i prmaturment enlev
leur alli i lion, remen lent le
Scrta i e ries Relations Ext
Heures el des, Cultes, les r-
res iiu Sminaiic, les pri ea
J le SI Louis le Gouz igue, les
lamis de l't lil.Gow,de l'oit-.
au-Prince, de Grand Gove,l
de Miragoue, (Us Caves el
tics autres villes, et les prient
de recevoir l'expression de
leur reconnaissance mue.
Petit Goave, le Si dcem -
bre 19.10
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande production exitfe un grand dbouche,
et, pour Rassurer un grand dbouch, il faut que
la plus fine qualit s'uni-se la quantit maximum.
Cet pourquoi l btons de Chocolat au Lait
Cadburv ceignent le globe.
W>
CHOCOLAT
AU LAIT
CADBURY
En vente dans toutes les bonnes piceries
' Joe WOOLLEY, Aqent
Ce qui n*a ja nais t fait
Ce qui ne eut tre dpass ~*Z5*
Kola Ghampaane
F. SJOURN
Paar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
'rparation et Venir
PHARMACIE F.SEJOl I'NE
Anrilc des Hues Poux et du Centre.
i Horn-Line
o-
Panama Railroad Stanishio Linc
Service de fret cl de passagers culte
W-YORKCITY N. If. CBIM'OBAL, > ANAL ZONE et les PORTS del COTE
S OUEST tk lAMiiKlgUE du SUD.
JPlus ra
et les port
Voici
pide et le plus dit ect service de transport de laasagers
Europens via New Vont et Cristobal, Canal Zone,
la liste (le n
el lu IrtK entre II liti
Isthme le Panama
ils poui les pru ci aux : I Europe
teosHt France
Avis au Commet ce
La Panama Railroad Stepmsbip Line a l'avantage
d'annoncer les dparti suivjnts de New-Yok poui
Port an ''rince, tlireclemeni, durant le:mois de Janviei
1930.
Dpart S 8, Cristobal aie (5 janvier 1931. le 11 Janvier 1931
t Buenaventura te 13 le lit Janvier 1931
i S tt AncOQ le2DJanv, le 25 Janvier 19:11
Jas.H.C. VAN REfiD
^Agent Gnral
Le n. s WaldtrautHorn.
venant du Su i, est atlendo
vers le 7 janvier, en route
pour l'F.uroi e via le Nord,
prenant trt el passagers.
Le m;se Frida Horn V*
nant d Kurope, sera ici vers le
10 Janvier,partant pourK'ngl
ton, Slo Domingo et Curaao,
prenant Irt et passagers.
KElNBOLD&Cie, Agents.
L~i Commission
gCommunaie
de Part au Prince __
A le plaisir d'aviser le Com-
merce et le public en gnral
lue. par dcision du Gouver-
nement de li rpublique, ta
vente du Tabac en boucaul
lest permise partir du K
janvier prochain.
Htel de Ville, le 3 janviet
1931.
;/_ Angleterre
Mrs. G. W. SIlll i (>N vV Co- Yi .lames Street, Liverpool, Enql\nd
The lalloaiBi lit 'ir laeaU al sriaeiMl poi-fs m Barar :
LAND, n ITLaND. I-II.w ;!'
M ssrs 6, W. SIIELDON & o.
I' Street Liverpool, Euglan
In rauce, Messis G W Sheldon & Co. are repres :d ild / ttie l >ll >v\u (inns
Gi.i-i.vi i.v lli n y & Co
21 Une de Is llpublique
M irseill \s.
Hernu Peron & C*, 1 Id.
:>:; Qoa< G i ge V.
Max
IIkhnu Peron & Co., Ltd.
j Rue du Monli nr,
Bouloi'm sui
Messrs !". A. D NOIX & Co 1
21 Allengade. Copenbagen.t
Oblo, Korwai
Intel n
rSpeditlontse
MM.Ati.antk. Fri
Ballinhaus Hamburg 1.
Germany
^'MessRs Atlantic i
CORPORAI
G'v raany
Messrs vti.vmo Fusmaat
Corp'n.,
24 Quai J i
Antweips, Belgium
i
ih.ii s Pbron ,vi G" H i
93 Hue des Maris,
Paria,
Hehni Pi ron & Co I.ld.,
Rue de rranquilit,
Dunkerque.
Ill.HM l'KHON CO Ltd.,
i) H ne Hoy,
Bordeaux.
,' Il Al.Y.
rs Henri !oe & i i.f.ric.i
PlAZZA S MaTTEO.No lnGeiio:'
COTTENBURG. S\V1|,KN.
Nordisk ss,
Cod -'"irg,
Messis A. KREIGHT
Corp'n.
Kon Emmanleio 3,
Rotterdam Holland
Messis Steimann X Co
Insurance Cq
Uneadeslplus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUHANCE
I
sur la VIE
EUG. Le BOSS & Co
Aaents Gnrauxj |


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs