Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03805
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 7, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03805

Full Text
Clment Magloire
1368, RUE AMER1CIHK 1W8
TELEPHONE &22U
ar
k^
Mm AHXd&s*m
Ujrumr d'us peuple se s?
aesuir sas plus an nombre tue I
fraidrur dis homme ne se amure
la taille ; l'unique Mesure, c'est
la qualit d'iuit'IUgeset et de vertu
jii ni i runtulr." dau> ce peuple.
\ !!! III (O
PORT-AU-PTUMugg.HAIT
MERCREDI 7 JANVIER 1911
1915.
Le Contrle de nos Douanes
i
o
UlfB DBHARCHE FRANAISE
Nous avons reproduit l'autre
jour un mmorandum, ant-
rieur A 1915, de la .lgation
amricaine protestant contre
les contrats financiers de 1910
gouvernement d'Antoine
Simon , et particulirement
contre le contrle indirect de
nos recettes douanires par
la Banque Nationale de la
Rpublique d'Hati ayant son
sige social Paris.
JlEn attendant de revenir
dans le dtail sur ce docu
ment, ce qui et notre bu.
dans cette reproduction,
nous publions aujourd'nui la
lettre ci-dessous du Directeui
de notre jjauque d'Etat pr-
cdente, alors la Banque Aa
lionale d'haili, o nous trou-
vons la premire tentative dt
je geure qui fut incontesta-
blement un acheminement
vers les aventures qui Dont
atteignirent par la suite :
Se BANQUE NATIONALE I) HATI
Port-au-Prince, 18 mars 1899
c Mon cher Prsident,
v Je ne puis avoir une meil-
leure occasion que celie do
dpart du ministre des fioan
t'es Lafontant pour vous en-
voyer m n aflectueux souve-
nir et vous exprimer mes
souhaits pour votre sant et
l'heureux rsultat que vous
attendez de cette pnible tour-
ne entreprise dans le Sud et
pour laquelle le gouverne-
aent a d s'imposer le sa-
crifice que vous connaissez.
Je vous suis pas pas
dans votre tourne. Prsident,
et je fais des veux pour que
ces iutressautes populations
du Sud comprennent les gran
des ncessits du moment : j Per<*u creuse la fosse dans
Paix, Union, Travail, Honn- I laquelle nous devons dispa
tet.
ment vons et de vous signa- [
1er le danger qui nous me-!
nace
De grce, Prsident'que
le Gouvernement fasse un
retour sur lui-mme, qu'il
comprenne enfin que la ruine
est notre porte, et que, sou-
cieux de 1 avenir, il apporte
tout de suite un remde la
situation, en arrtant les d-
penses exagres, en suppri-
mant les emplois inutiles et
en faisant des conomies sur
le service de la solde et de
la ration;'enfin, qu'il qui-
libre son budget. 11 le peut et
il doit le faire!
C e;t de vous, cher Pr-:
aident, que tout le monde
attend la rforme. L'affection,
la vnration et le respect
qu'a pour vous tout le peuple
naltien et la confiance qu'ins-
pire l'tranger la connais-
sance de ces sentiments, tout-
A-fait en harmonie avec ceux
jue professent pour vous vos
amis trangers rsidant dans
ON VITE
ON SOIGNE,
ON COMBAT
EFFICACEMENT
'Toutes les Maladies
de.
VOIES RESPIRATOIRES
par l'emploi de.
Pastilles VALDA
ANTISEPTIQUES
Mats le succs n'est assur que si ou tmploli bien
LES
PASTILLES VALDA VRITABLES
les EXIGER dans tontes les Pharmacies
En BOITES
portant le uoot
VALDA
L'Ithil 1.I.IMI
ALIX ROY
28 annes de succs.
travailler honorablemenWont
en lui apportant notre cou-
le pays, vous donnent l'auto cours Pour sa prosprit, tt le
rite siilfisante pour imposer dsir votre volont et taire rompre PHMgi la premire raagis-
avec les mauvaises tendances trature de l'Etat marqu d'un
qui,dans les dernires aunes, uvenir ineffaable,
out port dpenser plus n vous priant, mon cher
AMt les ressource* dn pays Prsident, de vouloir bien'effet, elle y a ajout la tourni-
ne pouvaient le permettre, "r agrer Mme Sam mes ture des livres, cahiers et cra-
Neus avons tous les yeux xs hommages les plus respec- yons dans toutes les coles pri-
sui vous, et vous supplions lueu* ie vous renouvelle maires. Elle a^ait mme prvu
Je sauvei-votre Patrie. I l'expression de ma plus vive, daQS chaque rgiment d lnfan-
F aincre et respectueuse aftec- '""*. "np role eraluite

prnnts lorsque l'on sait que la
plus grande partie de la lgisla-
tion coloniale des assembles
rvolutionnaires,qui tut copieu-
se, a t laite pour Saint-Do-
mingue ?
Mais Ihtiti a t encore plus
loin dans la voie de la gratuit.
Afin de lui laire rendre tout soi
c Nous vous offrons 1 e s
moyens, profitez eo, Prsi-
de t. Les Chambres vont se
runir et elles peuvent tra-
vailler sur notre projet. Il n'y
a pas un instant perdre,
comme je vous le disais plus
haut, il faut que le gouverne-
ment ouvre l'exercice pro-
chain avec une administration
toute autre, car chaque jour
lion.
ipeeti
J. DE LA MYRE.
Je ne doute pas que les
bons conseils que vous leur
donnerez ne soient mis en
pratique. Hlas 1 nous en
avons bien besoin, car nous
sommes sur le point de som-
brer.
Depuis votre dpart, Pr-
sident, je ne cesse de rllech r
sur les rem les apporter
la situation trs critique du
pays, et, de quelque ct que
je me tourne, je vois immi-
nent l'effondrement complet
d'Hati, si nous ne nous an-
tons pas sur la mauvaise
pente o nous sommes enga-
gs.
Le' moment est critique
et il n'y a pas un instant a
perdre pour viter une catas-
trophe. Je vous supplie, mon
cher Prsident, pour vous,
pour le pays, de prter toute
votre attention au projet fi-
nancier que j ai remis au mi-
nistre des finances. Ne voyex
pas en moi seulement le di-
recteur de la Banque, qui a
pour devoir de vous signaler
les dangers que tait courir au
pays une situation financire
des plus compliques; niais
voyea aussi l'ami dvou que
j'ai toujours t pour le gn-
ral Sam. "
> i Cette amiti n'a pu que
augmenter depuis que vous
tes Pisideat, car celui qu.
est la tte du Pouvoir m-
rite encore plus d amiti et
de sympathie de ta part de
es amis qui connaissent bien
les difficults et les proccu-
pations que donne une pa-
reille charge. Vous m'avez
donn trop de gages de con-
Gratuit et
Obligation'
SCOLAIRES L\ UAIil
raitre.
A plusieurs reprises, je
vous ai entretenu du projet
qui va vous tre soumis et
vous sembliez redouter le
mcontentement gnral que
soulverait la remise des
douanes des trangers. Mais
ta Banque peut-elle tre con-
sidre comme trangre? Je
ne le crois pas, Prsident ; le
rle quelle remplit en Hati
depuis dix-neut ans lui donne
le droit de penser qu'elle a
reudu dj des services si-
gnals au pays et qu'elle ins-
pire assez de confiance pour
que le gouvernement lui con-
de le service de ses douanes,
surtout lorsque de cette re-
mise de service doit natre
ie relvement de toute la na-
tion.
Je suis convaincu, Prsi
dent, qu'en lisant attentive-
ment le projet que nous sou-
mettons au gouvernement,
vous vous rendrez compte des
avantages immenses qui en
dcoulent, et que, soucieux
comme vous l'tes de voir ce
pauvre pays se reievtr mt\
marcher dans ta voie du pro
grs, vous n hsiterez pas
1 adopter, le taire adopter
par le gouvernement tout en-
tier, et a le prsenter aux
Chambres ds leur ouverture;
carie temps presse et il taut
prendre toutes ses mesures
-uur pouvoir l'appliquer des
le ler Octobre piocuain, ei
taire renatre, en attendant, la
confiance disparue.
veuillez m excuser, Prsi-
dent, de vous parler avec au-
tant de franchi:*; mais, si je
te tais,' c'est, croyez-le bi. n,
par atlection pour vous et par
ance et d amiti pour que je I amiti et intrt pour ce cher
ne me permette pas, au|our-| payeront ta bunne et loyale
dhui, de m'ouvnr entire-1 hospitalit nous permet de
L'alfluence qui s'est manileste
la rentre de la classe de si-
xime, dont la gratuit vient
d'tre dcide, a ramen l'atten
lion sur cette importante me-
sure. De nombreuses questions
se posent ce sujet : la gratuit
sera-t-elle rduite une anne,
S une classe, ou gagnera-t-elle,
les annes suivantes, tout l'en-
seignement secondaire t Et l'en-
seignement suprieur ? Est-ce
une tentative isole, un simple
essai, ou le dbut d'une large r-
forme ?
A ce propos, il est intressant
de rappeler que dans la Repu
bliqae d'Hati le seul Etat de
l'Amrique o le franais est la
langue officielle l'enseigne-
ment, qui est obligatoire au pre-
mier degr, est gratuit tous
les degrs. Cette obligation ei
cette gratuit sont des souvenirs
de la Rvolu non franaise et
proviennent de la loi do 29 Pri-
maire, an II, 19 dcembre 1793.
Ce n'est d'ailleurs pas le seul
exemple de l'influence de la l-
gislstion rvolutionnaire. La
constitution montagnarde de
1793 a servi de modle i la
Constitution hatienne de 1843.
Comment s'louner de ces em-
. 'l'ins-
truction dans laquelle on ensei-
gnera lire, crire et les pie-
in i ers lments de l'arithmti-
que . C'tait, d'ailleurs, le pro-
gramme des coles primaires
pendant la Rvolution.
Celui qui, djfc en 1810 avait
ralis ces rlorrnes, tait le roi
Henry-Christophe. (I tait venu
Saint-Domingue avec le comte
d'Estaing sous les ordre* duquel
il avait combattu en Amrique.
L'anne trannse et les troupes
de Saint-Domingue avaient vail
laniment et pour une part trs
importante, contribu la vic-
toire des Insurgents.Le tombeau
du comte d'Estaing existe enco-
re nu cimetire Sainte- \nne a
Port au-Prince. Son nergique
devise y est grave : Tout par
Force et par Volont.
Noble relique pieusement con
serve qui, avec les vieilles lois
que j'ai rappeles et la langue
franaise obstinment conser-
ve, maintient l'union sacre
entre l'ancienne colonie et son
ancienne mre-patrie. Tous ces
glorieux et touchants souvenirs,
auxquels les Hatiens demeu-
rent fidles, leur permettent de
communier dans un mme idal
franais de progrs/le vaillance
et de gloire. Us me permettent
de runir, dans un commun
amour, la patrie hatienne et
la plus gra de patrie franaise.
(Du Gaulois)
NEMOURS.
Bons rrsnprisr --,-
A qui rapportera aux bureaux
du iournal une pairs de lunettes
dans un tui en cuir gar dans
la |Ourne du 31 dcembre der-
nier.
A LOUER
Deux excellentes pices
d'appartement, bien s'tues a
la Graiid'Rup, quartier com-
mercial.
S'adresser a
U John WOOLLEY,
Grand'Rue.
i
Do toute fracheur
Bitte ry pour Radio
Battery* ponr Flashlichts
9 moteur;
attery pour sonnerie Electri
que de la suprme marque
Briflbt Star.
S'adresser
John H WOOLLEY
Salon de Beaut
DISQUES
PATH
ROUGES
0,30 Or.
JOHN H.WOOLLEY,
Grand'Rae.
Assurez-vous contre aecidtinl
la Geneial Accident Pire A
Lile Asusrance Corporation Li
mitpd . Vve F. Herminwhm,
Age' i''nml oonr Mh'mi,
Problme
Sachant que la misre bat
son plein dans le pays, expli
quez pourquoi :
lo Y a t'il tant de monde
assister aux fles ?
2o Y a t-il plus de voilures
de luxe en circulation?
3o Les hommes surtout
s uauiiicui-na Miu-iiA j
REPONSE
lo Parce qu'il n'y a que
a faire. B'
2 parce que les voitures
sont de plus en plus attra-
yantes.
3o Farce que la Maison
Vincent CAUDINO
2l6, rue Bonne-Foi,
s'est spcialise enn'ticle pour
hommes tels que Casimitsdr
toutes nuances et tout piix,
chapeaux fins, cravates et
chemises de toute beaut,que,
grce son Stock formidable,
elle peut vendre des prix d-
fiant rellement toute concur-
rence Rendez-vous l'videu"
ce en visitant la maison Vin-
cent Gaodlno,226| Bue Bonne-
Foi.
... voit chaque dimanche,
Ctu-Taldy, une jolie jeune Aile
qui vient une arai heure su
moins avant le spectacle et, s'as-
seyant, elle met son charpe sur
lu chaise qui est voisine de la
sienne. On devine que c'est
pour une parente vieille qu'elle
garde la chaise. Mais non, ce
n'est que pour son flirt qui se
paie le luxe, sachant que sa pla-
ce est rserve, de venir trs
tard au cinma, quand le film
depuis longtemps a commenc.
Quelqu'un qui est du bon vieux
temps est chaque fois offusqu
de ce spectacle et atlirme que,
jadis c'est le jeune homme qui
viendrait d'abord et se charge-
ait de rserver me place pour
celle qui il I it la cour. Mais
les lemps son' changs et les
femmes entrent carrment dans
ce qui, nagure encore, tait le
privilge exclusif des hommes.
. voit qu'avec cet'e semaine,
la vie a rintgr sa voie nor-
male L're des fles s'est ache-
ve, dimanche soir, et chacun
reprend, comme par le pass, le
louid collier du travail et des in-
quiludes.E'ceuxqui ne trouvent
par leurs joies en eux-mmes
ou dans leurs occupations quo-
tidiennes, parlent dj du car-
naval. C'est aller un peu vite,
tout de mme!

... a vu, dimanche soir, com-
ment la loule amasse aux abords
de Haltiana s'est anime de-
vant l'cran lumineux. C'taient
des cris, des rires, des hilarits
qui n en finissaient. Et lorsque
sur l'cran parut le lum neux
ovation Taldy et c'est ainsi
qu'elle la remerciait de lui avoir
tait passer quelques bonnes heu-
res de ioie pure, in'ense et sai-
ne.
M
.
... a vu, avant-hier soir, dans
une des rues les plus passantes
de Port-au-Prince, dans une
vieille auto en panne depuis
quelque lemps, deux types as-
sez, suspe'ts. Des an os qui pas-
saient lanaient vers eux vaine-
meut tous les (eux de leurs pha-
res On arrivait bien les re-
connatre, mais pas i les porter
ne pas exhiber ainsi en pleir e
ville leurs amours douteuses et
li
ue guette heureusement legen-
arme. A quand la rafle?
Madame EMILE ZH!R, diplme d'une Universit de
Beaut des Etat Unis.de n tour dans le pays oflre, ses services
la population.
Son salon de beaut dnomm PAX HOTEL-'sera fouvert
an public ce matin 9 heures au Petit Four (Ancien local du
t'arVInne, en face de la Lgation Cubaine)
Heures de Travail :
9 heures a. m. Midi
et dej2 h p. m. 10 h, p. m,
On y trouvera des gteaux et de la crme a la glace.
Parfums
GUELDY
Celle semaine est marque
pour les lgantes par un v-
nement heureux.
Les,parfumsuUELpY, le mat-
tre'parlumeur de Paris, sont ar-
rivs. U est difficile d'en donner
une description, les mots et les
qualificatits restant tous au-des-
sous de leur tche. Il faut voir
de ses yeux et ressentir sans
pouvoir l'exprimer par des phra-
ses, tout ce qu'une telle cration
peut voquer.
Dansjieurs ravissantsjflacons,
ils doivent tre chez tous les
connaisseurs.
Une visite sa bureau de Joe
Woolley, angle des rues Fort
Fer et Amricaine, convainc i a
les plus difficiles.
Prix dfiant toute concurren
ce.
En vente aussi chez M. Gior-
dani, Cap-llalien et chez T. C.
lirutus, Jremie.
A qui la clef?
Il a t apport ucs bu
reaux une clef. Prire au pro
prietaire de la rclamer.

... en a vu un qui donnait un
mauvais conseil. U parlait de
grve certains employs de
certaine entreprise qui, son
dire, ne rtribuait pas, comme
il le mrite le travail fourni. Un
de ceux qui ce dsuvr s'a-
dressait, eut assez de prsence
d'esprit pour dtourner par un
bon mot l'attention des autres
qui, dj, coutaient bnvole-
ment le conseiller II dit : Soyez
sans crainte. Nous nous mettrons
en give lorsque nous ne gagne-
rons pas assez d'argent pour
nous payer notre Coule Tfir
d'Alix Roy.
* *
i
... ie voyait, mercredi soir, si*
ler et venir sur le trottoir du
Champ de-Mars, fumant sans
trve, s'asseyant sur un banc, se
levant, et recommenant sa pro
menade dsespre ...j
U attendait quelqu'une, pour
sur. Mais le jeune homme at-
tendit en vain. Car elle ne vint
as. Par cette nuit loile de
anvier, elle festoyait, sans dou-
te, en compagnie de quelques
camarades...
Onze heures sonnrent. Ses
pieds martelaient toujours le
trottoir de la Place. Et elle ue
venait pas!...
U eut alors an sanglot, car
c'tait pour la premire fois
qu il allait se trouver en tte--
t< te avec une bien jolie jeune
tille. Mais, optum .le, il fil trve
son dsespoir.
Et abandonnant le Cnamp-
de-Mars, dsol et morne ainsi
qu'un cimetire, il rintgra son
logis, pdestre ment m.
i
_.,


!YX
'
*"*
PAGE 2
LEfMATlN--? Janvier 1931
[c- D mini(
dit Kul FER
Nouvelles
DE
L'Artibonite
Cin-Varits
JEUDI 8 JANVIER
8 lues du soir
GRAND MATCH DE
BOXE
SENSATIONNEL
Edouardo Perez
DOMINIG IN, 1 15 Livres
Ed Pevi . Anna Chrialina r eralta
la r Dominicaine
&
Marins Lanqlois HFS
HA1TII N.125 l-i-.e .
ACCOUREZ TOUS
Entre: 2 cl 3 Gourdes n nus unguois
LTIlIGRATIONSflfflWB
Notre confrre La Raction \
poursuivant sa campagne ton-
lie l'lment syrien,* demande |
dans son dition de dimanche
dernier qu'on hrrte l'immigra-
tion syrieune. Nous croyons,
pense-t-il, que ce terait la .une
Ile bonne mesure. A I pren-
dre, le Gouvernement de Mr
Vincent gagnerait beaucoup
dans l'estime nationale. >'
hn attendant que nous
vt U4O0 |UT la quesioi-, 1)008
ci oyons savoir que sdtts la
Gouvernement du Praidenl
Borno, des restriction* Ira a
rieuses avaient t appoiVe-. l
libre ei Ire des syriena- en Hait.
Ces mesures D'ayant pestrap;
porte.-, les consuls et autres
agents responsables doivent y
tenu lermement la main.
Lu loin cas, la question m
riie d le eiudie.
de taire l'acquisition de la pro-
Uri t du Champ de Mars, o se
Prouvat Farisiana et appar-
enn la Maison Estve, en
v "e de Ja construction de sa
T galion de Port-au-Prince
Cette acquisition a la e
peur la somme^.de Dix .Mille
Dollars. ^ ,
Ce nouvel difice sers, an en
pasaouler. un des pins beaux
5e la Cspitale et contribuera
l'embellissement de la superbe
Place Dessalines.
Mariage
Hier, en l'Eglise paroissiale
de Saut-Louia du Nord a't
br, .") heures du r le
I mariage de Mlle Marthe Pu joert
, avec Camille Auguste. Meil-
louis compliments.
A-'-T^
?i
m/^i
CE SOIR
Nous venons d
de sonree certaine q nu n Ci
mi e de Planteurs
tu vue d'tudier le proj<
dMrrimt.on de la Plaine de
rArtibonite el de soumettre
au Gouverne nenl une pi ti
non v relative.
A cet eflet, une excuri
era organise dois a Va
de l'Artibonite le dimam lie
11 courant. Un train i'
sera la disposition d< s in-
vits ce jour, il lais
Capitale <> heures lu m
i J ii *'
Mcmbies de son (iou
ment, lea Hauts Pouvoirs de
r*Etat,seront coi lialerni
vies,ainsi que les DOtabil
du Commerce t de I i
nance tant Hatiennes q
Irangres, lea Membre
Presse Haitie d
Le Comit esl insi i
pose :
A. Valbru iteur.S
Mare, pri si lent.
Clment Verna, planteui
St-Murc, membre.
Emile Miot, Industriel, si
Marc, membre
Candelon H gau I, pis ni u
St-Maie. membre.
Hrard Julien, pi mteur, t
tite Ri\ 1re, raembi .
Paul Emile Dorsainville,
planteur, Petite-Rivire,mem-
bre.
Lon Dvot/'planteur, si-
Marc, membre.
La maiiilestation promet
d'avoir*un cachet particulier,
car si le prsident Vincent
daiguejrpendreii l'invitation,
ce sera une occasion excep-
tionnelle pour lui d'affirmer
son "programme d'amliora-
tion^agricole en accueillant
8urJpiaceBles dolances de ce
peuple et eu marquant de la
haule^pprwhaiion la solution
d'un .problme palpitant el
urgent d'intrt rgional et
national, car [l'arrosage de la
Plaine de^TArtibonite pourra
de suite utiliser des milliers
de bras,cierBun,ceitaip bien-
tre dans la classi des |i
ltaires de ibonue volonl
aans travail ci surtout tat*
une paix durable par le tra-
vail permettant au Gouverne-,
ment dans le calma et 'e i
cueillemenldc consolider pai
des oeuvres mritoire! le :
blissement de I aisance, DO
seulement dans l'Etat m
dans la Grande Famille bai
tienne.
N.B. Tous les Inviti
L1X)
qui voudront jouir 'le !
01 i lion t lUti S)
: i du coup l
gui s du Ht uve pi'
ctement la Petite-
K> | u le bac sera mi
position pour le In
la rive gau tie, lie I
ion.

Uao bonne mesure
,.u Gouvernement
Ooinmicaui
.--.**.
Prvision sn lenpi peur la rfiM
de oiI an l lime,mois de Jaaiier
1934.
I.iiit 19 i d 31, la
pi ure restera au-des-
e la no I i !,i-
sus de l i aormale |u' lux daU
I, 9, 12, 17, 18, 22
24 el ^vers le :o. La tempe
:atuie pi*** ' '
! io i baromti ique
i ute pendant 18 jou s
.les :;i | m s du mois ; elle
baissera au-dessous de^ la
i qu'aux dates soi
1. l, 9, 15, 23, l
Les pluies tomberont
peu prs normal
len e vers un
ii li tiiiiin. eux u on < in
odrea p tes et
i i- i m, igea au di ssus de I
uale ^ .5 ), i|ue \ ei ^ lea 3,
l, il, lu, 14, 15, 18, 2.), 24 el
".*, 31; les plus tortes pluies
ubei oui Ivera le milieu 11
la tin 'lu mois.jg
'..(',. TIPPENH UER.
'. PIERRE III DICOtfRT
I a i ie ne 11 ; hil pas.
g fom ne nous
H, \i Hndicourl
.; est en pleii e [orme Le peuple
m ni de l'Oue t sent
q.. i levoii d'i nvi y< r
la !" Snat ci ni
mps
nse jaoaco i p-
tei pour 11 cause du Pays Les
teirp on un i" u de
tvr ; I y aurait mauvaise
pas Un p r lr de
me i lierai ut au service
du Paj |U .lis qu'il
dep i o emps soi sei
vie is "tli leus s
g ,, o m le donc sins-
ci ir el qu au jour des lec
lioi i e eu toute dposer
son m etm poui M* Pierre 11 i
d o l'un de plus qualifis
oour oiv.uiie. : u S'-'i it de la li
pnhl q ta 'i de VItiti-
m. ur s i do Vin< enl.
NVI.NWI tSI h\\S.\US Ml IIS
ous avons revu avec plaiaii
Un niant camarade qu'esi
i hophile Sulnave, le chan
S innier bien .connu revenu
i ceinmenl de New Yoi k o
il .i lait uii.st'jour.de quelques
uainea,
.\iiiis' souhaitons la bien
v nue Salua /e que ses
chansons enregistres pour
le grauaophone ont reo lu
, dans toute la Repu
tue.
I. r cin ulaire No. 20 ( i ;
bli l .'
ia) le Secrtaire dEa! du
T, i iil el d s Co nmunn
Monsieur T. Pina Chev Un r.
al de notifl i iux kdinm s
iel Agents des Pos i
i phesd la H
i Dom n i .M' confonn-
men i Loi et bux Wsol i
i ,| l'Ho oi ibl Prs leol
', Is li
dficient en i
Franchi e postale C
rsia
le Chef de ta Maison Wilil
,i.i P i l > :r ai
11. a) d.- la Prsidence.I krche
V(. Dou nes.taCha ubre
les u ipte t les i>ffi< e su-
baltei ; imoiuu
.h i nbi m d< Co umerce le San-
o-D un n g , de S u h igo t de
. .. -, |ea i m s i
i iniei i U eui des i
. m e I lgi m> les, la
\ Du ectiou i tes Tra\
ibiica, ... Di ''
evenus, les Uirec eurs des
i..ux di ii. es Gouvei
oc i la ConnuiS'
, ua Cad >s i.iie, u s luspeci urs
> el des T. lgraplies,
, I ispectaurs .1 i losirucuou j
.Jubliqu< leaia danls dtins d Col vin est un tait aecompp
Iruciion Publique, lea Juges de le nuis la laineuse runion de
Premire Instance, les olAciers r lion-Ville o ", le
nie., la Kolice Nationale ous lecrtaii dEtat de l'Agn-
ae, les procurei rs cul ai eun l pr< ndre lon-
iiul el lea jugea iosti uction, taiasance du plan de rlonne
.i Presse Nationale, !e Rece- de ce lernier >.
eui G Douanes: li Voila une opiuion nettement
I oblique, I s es i u e. Notre conlrre a-t-il
taires d Etat,la secrtaire- tort ? \ [ il i
Grande soire populaire of-
ferte par MTTaldy devant
les Tribunes. w;Le Prince
Charmant].
di:\imn soin
Nu IioIhs I!i" ky, le Koi iir-' LE NGRErJ BLANC
Entre: 1,00; Balcon : 2,00.
I A
Nomination
de Col vin
Sou < io io ttes
sant conlrre La \\ etion
) vin st-d co umii
n du eleur du Service
Tech n.| e ? Si ou1, qu >n le
dise '...
Pojr nous, la aomi laiion
LE ROI DES RHUMS
eslle lECTARGAETJEM
Hors Concours^tdailles d'Or.
DPT CENTRAL : Rue du Magasin de l'Etat, No 1946.
Prix Courant : En bouteilles 'ides 1 50 (ides 10.
1/2 i moiti i ix
Par Gallons ;dc G. 5 .i <<. td.
K i Vente aussi : alcool rectifi pour liqueurs, extraits de
toutes sortes, pour sirops et liquex rs. Extraits d'Eau de Co-
lo4ue, de i.avamte et de Lilas. kCo ktail Nectar. Gt, Sucre,
Clairiu Vierge.
On iro'ive aussi Le RHIM NtCTAR au Bois-Verna, Epi-
renie de Mme Ld ALPHONSE.
HovalMailSteam Paket G0
Le steamer "Culebra" venant de Kingston Londres et du
.sud est al end u Port-au-t?riuce le 7 janvier, prenant
fit via le No. i pour Havre, \nvers Londres et tous tes ports
l'Europe,
I.J BIGIO
Agent Uenral
Tlphone ?X\\H

h'imi'liiri' ilr la Mlle
Les dpches pour New-York
el m ope ( vi. i New-York di
rel nai steamer Ateon
m n*d tini mer
t redi i J avi r,
louer
;. iV lit toute,
i (s aitueaii Ba
e Peu Chose, .Avenue
harU
S'mli i
md DORLEVNS
.\\. Q .'. t ha us ...IHU..U
\i in ( h -i lea Curs,
: \ sanitaire, la a ipenn-
i nddnce de li eigni m. ni, le
iciaiie tle la COUI sup.eine
U Justice, les tribunaux, les ju
et les ni i 1 iiiiiiiitl
iriea, les Consuls des L. U.
iixid.ini dans u- paya, !.. So
cil de s Vincent de Paul, la
Croix Roug Dominicaine, le
secrtaire du conseil suprieur
Douanes, le Si rvice des
il lu.u.eie Santiago et
irtp-P .; ;<, ; i .-'.i 1
ic .t. i lient 't ai roa ige, I
. dominicaines^ le Consul
u Yi nzula, le Direc-
.. .n eu Conseil Municipal,
Le Gouvei neoaeul du Pisi
Vinceut ue pou ri iit-il pas
rder pareil privirg de
cluse po sle .. cet li
. cl ll\ | IUI
; \ il .,. I a
(eut d'Hati-Journal i et
;.-ui|j- milit dans la
diffic il's
*nou somunes aux prises po ir
m... ace de DOS pu-
fraocht p
pour les journ
i grau11 on
in
do tO Klein
d la H, pu
l.es i i is sont
ESTOMAC
Remde nouveau J
Cliffatetits
Daniel
LA
adopt par lu Spicialstas d Paris
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDE
Produit du Dr CORNELIUS
7, t. ComUnt-Coquelin, PAR1S-7"
EN VENTE :
M Port-au-Prlnc* : Phrmiel W. WC:l
t toutes bonnet Pl-tr ulc*
Les seules prfres par
les vritables connaisseurs.
Le lUiuni Oaibaiicoiir
Dont lomme est universelle a yard sa pieruiert p'ace.
Dtiuanotz partout :
UN BARBANCOt IVf
Dpt :Kue Uwb Csars.
-^


LE MATIN 7 Janvier 1931
PAGE 3
Hatien ies
Chariier-Malebranche & Co,
1224, Chemins des Dalles, 1221
Tlphone : 680
Prop
os
cachets
-o
Un conseil
intempesti
Ces' celui* que "nous donne
noire confrre Le Noupelliste
te. lire la corresponde me
change" enlre le Chel de la
Gendarmerie et le Chel de la
On connat le mot de (iihe, mou-
rant : J
-- De la lumire, de la lumire, I
s'criait le Rran I porte altra uni, en I '
voyant son chevet, se pencher le
visage exangue et osseux de la Ca-
marde.
S'il vivait encore de nos jours al
qu'il et i r liter sa mort, il rp-
terait certainement le mme cri en y
ajoutant simplement deux autres
mots :
De la lumire, de la lumire,
s'crierait*il encore et poar prciser
davantage, il dirait: de la lumire-
en bouteille. i ''"ployer pour avoir cette
' co respondance sous lesye-ix?
En tous cal poorguoi avoir at-
Et comme il serait, cette minul
entour de gens intelligents, nul dou-
te qu'on lui eut offert un coup d<
HHG'.YI SARTHE,CAGHET DOff.qui.
comme on te sait, est du soleil en
bouteille.
la lliiii.iii Bbbjoi O et H Quia-
""lin Williams
, Notre confrre Haili.Jour-
nalen annonant la publica-
tion d'une lettre du sympathi-
que snateur Paultre, eu pre i I
occasion pour faire une mise
au point qu'il croit ncessaire
et conclu! : Nous so i mes en
mesure d'-affirrrier que le Go >-
verneinent actuel ignore tout
des propagandes l'ai es au bn
fice de I entreprise HaiTiaa lli-
nana Company et qu'ai crue
opinion personnelle voire un
engagemen' queli <> iq le - n'a
t do me sui la qu sfcion.
Retour
deMgrNoel
A
Slo-!Dominqo
LA OPINION,l'important jour-
nal bien inloim de Sanlo-Do-
Musique des" la tarde d'Hati, i mingo annonce le retour
correspondance que eeitaine- ISanlo-Uoromg dans les pre-
mi Adollo Noael, archevque de
l'an hidioce.se.
On saii que fminent pi lut
a eie hux Elati-Unis avec i h -
lenl on oblt i ii, en y mettant
uni grandein*laiance, des londa
pai un les ci Indiques aani n-
cains pour rpaiei quelqiei
glises de lr Capitale voinne
endoaunagei par le dernier
cyclone. LA OPINION dil que
l'Archt vque a t l'objel aux
Riais-Unis il une iect pion ;.!-
Iectuei.se, mais notre confiera
J aiuttt*1 (|U h ne sait pas s'il a
atteint le succs qu'il esprait
de s<: mission,
ipoi
ment il B lue, lui mme el qui
est,;parait-il, relative un ordre
qui peiiivd de jouer 1804e,
Votre coi t re vont ail il noua
taire co matre la procdure
tendu jusqu' Vincent pour
lonier cette autorisation qu md,
iv'aat le Prsident Vincnl il
y a eu le Gouverne lient 1res
nationaliste de M. Eugne Rov?
Noire COOlrrf nous expliquera
t-il ce retard ?
Au
_ercle
Port-au Princien
Ce grand Cercle ollre sa ne li
10 Janvier dans son splt ndide
local du Champ de Mais un
grand Hn a l'occasion de lan-
nivaraairede sa loiidatioo. Inu-
tile de Faire savoir que la u nue
de mir i st de rigueur.
Brillant* tte en pei >pec Eu I iniui'iir it deii\ officiers
il IcaaVmic
Dne lte rcrative el lit
traie aura lieu dimanche 11
Janvier, a 2 henri s e! <\> n i
trs ,)!<- ises de l'i r -mi 'i.
la rueCharror, No 123, ^onw
de M ne Vv,- o. ffrf\ en l'h^n
neur de MV1. Ilor mus Laven
ture et fanai H v nond qui
viennent;d'lre nomma ()i(i( iers
d'Acadmie par le Gouverne-, puU4 &ugslton, ci,,,,, U
ment trana.s. Havane etc, oftranl aue occa
Nous renouvelons nos I- In-- |
Hnmhurg Amerika Lini
Le n n ire i F i !<>s i ve-
nanl d'tuirope, esl attendu ici
vers le 7 janv r, de passage
pour Ki igslon, Slo Dominso,
S ntiigo I Cuba, etc. pre an t
i et pass gei n

Lt luxueux bateau louris-
!c-- Reli iUC , venant de
New Yen k, <"t attendu ici
dimanche II 11 cri. a 7 h. du
matin, il partira 2 h. p m
Kingston,
St'iiiicc j)0|uilii;ie de CilSH offerte
iar Tatdj
Ce 'soir devant llaiiiana il
y u m a une sance de cinma
populaire que la distingue di-
rectrice de i c< quel tablirai -
ment, Taldy, oftr ses aima-
biea et nombreux ciienia.
Mr Lucien Hibbert
port pour Wvahing ten
Nous apprenons avec \ laiftir
que sur la demande ri l'uni-
versit Amricaine Ho w s.i d,te-
rre ami Lucien Rib bfl '. \ H -
lesseur de mal h o ni h, us iu
Lyce de l'ort-1 u-1 ) il H | s 11
aujourd'hui pur l'.-1 u i x ] < i r
la ne. d( s ci vis ('e lit! (fie | 11 -
danl six me:!, de Jarvifl Juin
1031
LE MATIN se r.j. uitc-i des plus hffoi i x ( i i a fi l*i,
\!r Hihheil lu n' 11 I : lin i ( e
liante culture el n'uni iiiice
d'siu clion
Nous luiprsunlo 19 n il meil-
leur eompliments.
MONSII.IK KKMSI IIU.Alll
Notie ,m-i hni'st Kigaud qui
occupa avec distinction dill
rentes tondions importante!
dtpuii', conseillei d'Etal, dl-
gue l'Hxposdiou de Bruxelles
vient d'tre appel la di-
lution de la Lgation o llaili
de La Havane avec le litre d'Kn
veye Extraordinaire et Mnns-
ie Plnipotentiaire.
Nous lui prsentons nos sin
tras h iu lUiiH'i .
talions nos amis Liventuie
Raymond.
I
suiii unique pour passagi i
RElNtiOLL) tN: Co, Agents.
L'Elan

L'imprimerie et l'ad'minii
trationdu Journal so t tians
leres la liand'IUic, N"
IU 12, ancienne maison J
Preas.oir.
VARiTS
CE SOIR
H pi ise dt :
BEN-HUR
2 &3.
K9E
Lykes Brothers S S Co Inc.
Texas Hati Santo-uomingo Porto Ricot
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret entre les porls du Colle du Texas directement avec-
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, seivez vous ou jours des uavires < 'e !a LYKEo
LINE.
Les prjcluioes arrives Port-au-Prince sont-"
S/S Mrnarel Lykes 'e 84Jarvier 1931
S/S Tillie Lykes le 16
S/S> Genevive Lykes le 23 jaavjeif.1931
S/S Stella L>kcsi C le :o
S/S Margarel Lykesag-le "> lviier 1931.
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat, Uoile Postale B 4G.
BxMLRt IEIHEiXTS
Mme Veuve Daniond liri.
gnolle ei ses ei lanls, Mr tl
Mine Joseph Jrme, jMr et
Mme Mytthil iinguolle, Mr
et Mme Fernaod Lemaine et
entants, M me Vve Latoud Ri-
gau i et entants. Mr et Mme
Emile Crvecur et entants,
Mi &MmeBoulogne Iinguolle
et entant, Mr et Mme Justin
Duucci cl cnlaul. Mr el Mine
Clment brignolle.Mret Mme
Absolu llyppohie, MM. Leou
et Jean Uuilliod, Jielle Oer-
maine Blaise.M. Alfred biaise,
Mr Franck O. Bunriy, Mettes
Louise ei Piauciue Bouny,
Mme VolU| nie Bon y et en-
luuts, Mme Vve S u ouo liou-
r.y ci eolunt) Mme Marie La-
toui lie, -Mme Vve Alex.n.die
JDupratet .entant, Mme Idel-
citte lieliiac.el tous les autres
pareuts ci ains.trs sensibles
toutes] les marques de sym-
pathie dont ils oui eie l'ob-
|e t a l'oecusiuu defcla moit de
Leur regrett
Uuinond D.Jlrigiiolle,
^ prmaturment enlev
leur allechon, remercient Je
Secrtaire des Relations Ext-
rieures cl des Cultes, les P-
res du Sminaire, les Fi res
de Si Louis deJGonzague, les
anus de l'i IiI.Cji vc.de l'oit-
au Prince, de (iiaud Guftve,
te Miragoue, eks Cays et
des autres villes, el les plient
de recevoir l'expression de
ie n r reconnsissai ce e mue.
Petit-tjove, le M dcem- ,
le Parteslw Plissler
C'est Me Paracelse Plis-
sier que le Gouvernement rient
de confier la charge nflnspac-
leur des Le oies de la t.ucons-
uipiion des Gonalves. ^^
Le choix est des plus heureux.
\u leiissitr est un ancien
uiembie de l'enseignement pi i
maire, un ancien Kcpetiteio au
Lyce .National des Gonaves,
i i ieii Piolesseur dans les
- lasses d'humani'. Il .lut dj
Inspecteur des coles et a laiss
le souvenir d'un tonctionnaire
lompeleiit el dvou.
Nous lui prsentons nos sin-
lres lehcilalions en nous r-
louissant de ce que le Gouver-
nement bit appele la chaige
u'Im f ! On, L'-toloN I lliilll-
ii.e qui eoiiVienl, a eause ele
m s n,i n. .-siinn s et de son ex-
prience.
Cachet i^iriga
Supprima il .lurTqiWniiTTinr. r.te*i -,- .,.,.-, - -'
Bh^Miime Mi ammt dt rft ,i* toujoun /fbac$ t mm
lUid.le. l'icelirt.ISnenliMntlouMbonnMPh
ai).ci.ur(;iHAun.Pv.r.i.u.TOR-oiJii.ms(r-.)
M
LaboriktO l.,H*i .> ft\- wMbm lfci-'- BCCH
Cordonnerie Moni-Carmel
Hyppoliie R. Jeudi]
A COTE DE LA POSTE, GHAND'IUIK 1722
Vient d'arriver un bel et grand assortiment de ChaUSSU de
res de toule fracheur et de toute branl. d'autonn biles et 1/8 w:i tiers
On y trouvera, en outre,dos breteUes,Cravstes,ch i ntst Itei de prix : Toutes acauisitioni
Chapeaux,etc, etc, et t^us antres articles de choix, de hou laites a la Wekt Indien. _
got et bon march. Char Bsilery ur lt*5-
Mesdemoiselles,Mesdames, Messieurs, unswisite s'impose MILLION Frres.
la CORDONNERIE MONT CAHMilL. llplume 1366.
Il |*j a qu'un isiQm iniaitasl
SecondHand
Paris Station
ILLIi.N FRa\RES t
Grand Rue No 100g
Tlphone JMs.
La seule maison bien assortie
a Rpublique en pices
Ijil iy;io.
!
>ita 10g
ET VOTRE CHOIX SARTERRA
INEVITABLliMIiNT SUK LE
Toutes V4 Polices
E I A


O

comprentient la Protection contre la m
Foudre sans anamentation de tuxE
set !
Agents Gnraux
llgTJaMMWIIIB^^iiliiiiB^
^ui, prix uiKestinsurpassahle pour sa
[puret et la finesse de son arme naturel
DISlLLEfUE DE AIGLE
M. EONTAINE, Prooritaire
Dpt: Anale des rues Dants Deslouches
el Maaasin de fElal. >+
Reprsentants: St-Marc: H. Dpsfe'mps
Cap-Hatien: $L ^*rdani
" Jacmel: l^tf A. Bi un
v-


9LJLJM---------------

k
Mercredi
\1 Janvier 1931
Le Matin
4 P4aKR
. .-" t ..
24me ANNfcE ;, 7182
Kort-au-Prince
1 luhone : 2242
(
JUBOL
rduque l'Intestin
s- '

Caastipatien
Entrite
Vertiges
Dyspepsie
Migraines
);, , ni CHATllAW
*#* i / > ; a. y | !*'!*
*
rolir rfIftr n eewir
sonf prenez chaque
seir un comprim et
JWM9L
[axstlf. nul u .Un,rnr r| I fiilrliie
I mel irm-ril i remttptllo) U f
ni.r .1 une rlnui iiieiiii|iH' (conll*
iti.m .(.iilmi-m le l a*r t|ir)rl i. iimu | In Kiliiuiqur (dtralli hiliaim
rt !...,i..i .u.. liB>lil)|ulMilliiilin|
.ne nl..l.:.. r.pii.i. i|t U |,.min,u,
I' r '......" i tacile ri-.m lui li< n
ItMll ftruii i|i. 11,unique ail itril.nl 4
'' 'ri-u-mu ni fi. lu le n-mae
.....' qui fait du Jubal le latatif
le ihuii de fi mine.. dr> nlaiih. le
ittNeaaJt ,| ,|.. ,)el,i|i|,..
lr Pi<..ni,
Anurn rhrf .le rfmfW ;iMirnl,
' In hnrtill,' 4, \;,4, .,, ,<,. i; .;...;.,,,
VoilA la petit r..imer.ei)r de l'Intestin
:.,
Manufacluie Hatienne
ae Ciaai elles
GEBARA& C
LES CIGARETTES
Bat Bas Fanlal-Lon
Dessalinicnne
- Colon '
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
UfCC A lajfinesiede leur arme font les dlice?
des vrais amateurs
nMmimiiiiiHtiHiittiiiiiiiimtiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiii
"GLANDOPHILE
|
s.
E
03
g-
a
La Mdication par les Glandes
Le GLANDOPHILE
et un extrait de tlandtt fraches
'animaux slectionns parmi let
eeps que la scrtion glandulaire ches ces
animaux est la qulntettenct ; son
emploi se corneille dam lea cas suivants:
Las troublas mmui et inaomalee,
Lt dpression physique at moral,
I-'affaitiliiasmantgnrai,
La croiaaanee diffioile,
La rachitisme,
Las suite de UTre,
La K.lieni prcooe,
'eet le produit de choix daat ton.
las eas d'impuissance sexuelle tant
eaet 1 homme que chat la femme
Lai 'QLANDODUILC*
eer son action rapide et durable toi
I ensemble de toutes les fonctions, cons-
titue le rp, .sur la plue rter-
que dont l'action ne te traduit ns
feulement par une sensation da bien-tre
mut par un rajaunlatemant tetei
de 1 organisme.
Derntndex donc :
i1!tSHKDOPHILl-H m I'Ismmm
U' OLANDOPHILt pr ettrl.fta.ms
La "GLANDOPHILE*
M contient auour. produit texlaue
et peut tre pris par 'i OUT Ltt MONDE :
tnbntt, adultes et vtellltrdt Je 1 sage*
Notice gratuite et vente :
. sjourne. ., PMm+iwmt
et dan toutes lesjonne i 1.-1 m.titt.
| AWt iitribufuri : A. THOMAS O
I 1B, Rua Martel, PARIS-
niiinHiiiiiiuiiiiiiiiiiMiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiuiuiiiniiifli \
\
\
Panama Railroad Stamship Linc
Service de fret et de passaqers entre
NEW-YORKC1TY N.-Y. CRlSTOBAL, tANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de 1 AMuRlijUE du SUD.
Pins rapide et le plus diiect service de transport de passagers et'du trt entre Hati
t les ports Europens v.o New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux porta de l'Europe :
. ^,nBletrr Ecosse France
Mrs. G. AV. SHELION Go- 17 James Street. I.iverpool. Enoland
| JTbr (ullowiiq arf er Agents at prianpnl purin il Earope :
ENGLAND, SCOTLaND. PRAVcS
Messrs G. W, SHELDON & Co,
17 James) Street, Liverpool, Enpland
**! In ranw, Messrs G. W. Sheldon &. Co. are represeoled by the followin flrms
y
Glelatlt Hrxkkt ACo
21 Rue del Rpublique
Marseilles.
Hernu Peron & CS, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hbrnu Pkhon & Co., Ltd.
t Rue du Boaliu Vapeur,
Boulo.'.ne sur Mer.tJ
Messrs E. A. Bknoix & Cs
21 Ailengade. Copeiiha^en.
Oslo, Norway.
Internalion I
TSpeditionsseil. i|i Oslo.
AM.ATrjaNTIC FRR!04r Corp*n
Ballinbaus. Hamburg 1.
Germany.
y\ Mesans Atlantic Frbiobt
Corporation
Germany
Mtesrs Atlantic Frbingbt
Corp'n.,
Si Quai Jordaens,
Satwerpa, Bet^iwai
l
HsRN Peron A C" Lt I
06 Rue des Maris,
Paris.
Hernu Pehon;& Co Lld.,
Rue'de Tranquilit,
Duukerque.
Hi
Lld.,
inu Peron & Co
* 9 Rue Roy,
Bordeaux.
; Genoe, Italy.
Messrs Hbnry Coe & Clerici
Piaaxa S Matteo.No lSGaaof
Cottenburg. Sweden.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messrs Atlant ic Freight
Corp'n.
Kon Emma plein 3,
Rotterdam Holland
liasara SurmutHi k C
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande production exige un grand debo*xaix%
at, pour e'aaaurer un grand dbouch, il faut qmt
la plus fine qualit s'uniete la quantit maximum.
Cc-t pourquoi les btons de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent le globe.
CHOCOLAT
AU LAIT
CADBURY.
i
En vente dans toutes les^bonnes piceries
Joe WOLXy! Anent
Ce qui n' jamais t fait
Ce qui ne ~eut tre dpass
Kola Champaqne
F. SJOURN
Ppai dans d*s conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation e Ve'<
' PHARMACIE F.SEJOI RJCE
Angle des Rnes Roox et nu Ccttre.
-i
Avis au Commeice
l Horn-Line
-o-
Le m/s Waldtraut Horna.
Tenant du Sud, est attendu
?ers le 7 janvier, en routa
pour l'Europe via le tord,
prenant trt et passagers.
Le m/s t Frida Horn , Te
nant d Europe, sera ici vers la
10 Janvier,parlant pour Ring
ton, Sto-Demingo et CuraaO|
prenant fret et passagers.
REINBOLD Cie, Agents.
La Panama Railroad Stenmship Line a l'avantage
d'anuoncer les dparti suivants de New-York pour
Port au Prince, directement, durant le mois de Janvier
1930.
Dport de AcwTor/r Arrivages fort au Prinee
S/SiCristuballe 6 janvier 1931. le 11 Janvier 1931
c Buenaventura le 13 le 19 Janvier 1931
S/S faucon le20Janv. le 25 Janvier 1931
Jas.H. C. VAN REED
Agent Gnral
La Commission 0
Communal
as Part sa l'riaee
A le plaisir d'aviser le com-
merce et le public en gnral
qae. par dcision du Gouver-
nement de h Rpublique, la
vent' da Tabac en boacault
eal permise partir da 15
janvier prochain.
Htel de Villa, la S janvier
1931.
,
Insurance Co
Unejdesi plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES, d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSS & Co
Aaents Gnraux


.-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs