Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03803
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 5, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03803

Full Text

%
l�ment Magloire
136�, KUb AMEK1CA1NE 13*
TELEPHONE W2242
24�me ANNEE N� 7177
PORT-AU-PRINCE ( HA�TI )
L�s |ily< belles vies �ont, a M�*n
ijrr. relies �ni se rangent an msdVIf
t uni*un fl lin ma in.ii \en|in'>oni it,
�ai� sans miracle, sais exlftfl-
sauce.
MuYr.ltiXK
JANVIER 19il
� Question des Fronti�res
Les Rivi�res limites
��
�n�dehors de la nouvelle
mule de coop�ration �
{ercher sur la base des at-
butsde notre souverainet�.
(ridule qui dominera sans
,ute toute l'activit� politi-
1e de noire pays jusque
isation du traite de lOl">.
autre,' probl�me d�licat et
,icile dans l'ordre intern. -
lual sollicitera bient�t Pat-
tion des Pouvoir! publics:
ui des trouti�res hailiano-
j&minicaincs.
^/instrument diplomatique
de 21 janvier 1U2.I, commu-
��nient appel� r�glement d�-
tiuitit d'un litige presque s�-
culaire, a d�j� re�u un com-
tDPncement d'�xecution. La
Commission mixte de d�li-
nitation qu'il pr�voit a par
�uru la nouvelle lig> e >�pa
ive de la Baie de Mance
?�lfc aux Auses-a- i es. Soi'
. nport dira certainement le>
facult�s rencontr�es, les
lateuteudus provenant di
I d�nominations inexactes, les-
' u�iomptes d�rivant de lauv
Ml doun�es sur lesquelles lut
-.rr�t� le trac�, les moditica
dus territoriales impos�es
�s nouvelles perspectives de
Cession engendr�es par des
�lyressions g�om�triques im
�*opres. Nous n'nui inuuons
personne." INous croyons an
j�oiraire les honnoiables n�-
Biateurs du trait� d'absolue
Snne toi. Mais le lait bi utal
2t la : c'est mai. teu.mt qu�
tous avons v�ritablement une
question de trouti�res � i�-
I 9fiT\
JDaus le Matin du 30 avril
HJ29, sous la rubrique � Ob-
�rvations techniques� nous
�dons essa>� de montrei les
impr�cisions, les �quivoques
il les pr�judices qui r�sulte-
ieut pour l'�l�ment ha�tien
U trausterl de l�gions ha�-
limite.aucune division et qu'il
pourrait fort bien, au sur-
plus, comprendre la rivi�re
dans un Etal plut�t! que dans
l'autre ; qu'en tous cas, sui-
tes rivi�res effectivement corn
munes, il revenait eux deux
Chancelleries � d�terminer
par accord notre quote-part
de propri�t� par l'indication.
soit du milieu g�om�trique,
soit du Ibarveg, soit des aeux
a la iois selon que les cours
l'eau seraient navigables ou
non navigables
On s'eb nna qu'un � esprit
avis� i p�t croire un instant
que le cccouis� de la rivi�re
pourrait compiendre celle-ci
dans un Etat plut�t que dans
l'autre. Et on s'�cria : t En
./abstenant d�dire � quel des
leux Liais appartient le
,i cours � m�me du Ileiue,
Pour un Meilleur
Entretien
d'Accumulateurs
Faites que vos .^cumulateurs
soient examina par des ex-
perts. Les accumul�t� as
EXIDG, si parfaits qu'ils
soient, ont besoin d'entre-
tien. Laissez-nous exat"
les v�tres. Vnr QjU�
plus content de savoir qu<:
vous donnez � iz bons ac-
cutr.' krteuta l'entretien qu'ils
m�ritent.
KN&BfPS CAP i-Prhw�-�
THE BLBCTRIC ITOIAOI �A1 I \> -'�� WUJ�I�M�. B-U- < "
Ad. 311
LE ROI DESi RHUMS
Le Pr�sident
DKU
R�publique
ROUIT AVEC IMiTRUM�Htt
-<��-
L'ACCUMULATEUit L/E
LONGUE VIE
,ra�ec�.....,..,-.....,^^Ls\\ehEC7AR�AETJEN^
conform�ment � la r�gle Lp-| Hor� Co.icours-M�dailles d'Or
u-. nationale que c'e^t le tha�-]
weg des rivi�res qui sert de D�P�T CENTRAL : Hue du Magasin de IWat, WO i**�-
limite s�parative. Il ne peut y Prix Coarwjl . r0 bouteilles Odes 1.50 a Gdes 10.
avoir de dout� � cet �gard 1.1 -^ t moiti� Prix
CertM p�remploire . par Gallons de G. 5 a G. 10
uous ne saurions. pn Venle aussi : alcool rectifi� pour lii.uei.rs .extraits M
deux raisons. u , siro,)S el liqueurs. Extraits dha" d* U"
logne, de Lavande et rie Lilas. �Cocktail Nectar.� al-, Sucre,
Arr�t
au inel
souscrire
D'abord, en
nouciation
souscrire pour deux raisons. lonl( s smt,.,, pour sirops et liquet
D'abord, en drot, la renon j � de Uvan,|e et de Lilas. �Go<
nouciation ne se presum. ^.^ y.
�as; ensuite, le principe Ion- ()n ,rouvp ans,j Le R|]IIM NE
damenttt, en droit inter cerie (k. Mme L�d* ALPHONSE.
national, et qui ne soutire
....* d� ,0 miMioo. est oue le : _^...---------------� - --------�
Bne tradition, peuse et s�cu-
laire, taisait, pour ainsi dire,
obligation au Premier Magi tat
de la R*pubiiqoe,dt communier
avec soi peuple, dans le culte
des anc�tres, le 1er Janvier,
date anniversaire de la procla-
mation de noire Ind�pendance.
Une proclamation rappelait, �
c ette date, la le�on de 1804 et
gloriliait l'h�ro�sme qui nous
valut d'avoir une Patrie. Au-
jourd'hui, plus que jamais, qu'il
est question de noire nouvelle
Ind�pendance, il nous a �ru
d�cevant de ne pas en endr<-, �
noaveau, kl paioles de loi, de
patr.oiisme e< de vaillance qui
ont m h en si uten i l'a ne natio-
nale au cour* de ces quinze der-
ni� es a r�es d'�preuves.
La r mtine et la tradition se
ressemmVnt comme deux saurs.
Noa^ sommes d'avis que le Pr�-
lidtol Vincent rompe avec la
routine, mais qu'd n'oublie pas
les traditions qui son! comme le
fondemenl m�me de la Patrie et
o� elle puise, quand tout clian-
cede, ses plus belles veitusde
r�sistance.
Serait-il vraiment trop tard
pour r�paier cet oubli regret-
table ?
'

iCTAR au Bois-Vcrna. Epi-
pas de cli cussion, est que le
lleuvt qui coule entre deux
�tats u est pas obligatoire- !
ment un fleuve commun. Le
ileuve n'appartient aux Etats
riverains qu'a une condition ;
l'absolue impossibilit� pour
l'un d'eux de faire la preuve
de l'acquisition de son do-
maine exclusil et privil�gie I
par premi�re occupation, ces- j
sion, trait� ou autre litre va-
lide et l�gitime! Or, quand
le coins d'eau, eu lotaln�ou
eu traction, est la piopnete
ALIX ROY .
28 ann�es de succ�s^
enues, sous le rapport du d'un seul Etat,ce n est pas son
Tritoire national, du reg me milieu ou Ihalweg, mail w
^ncier prive, de la nationa- rive longeant ltaire �at, qui
ft�dej� acquise, de la seivi constitue la iron.icre ent.e
ade octroy�e aui le Lac Azuei, les deux pays.
le. Une copieuse r�plique j L'expression dn trait� do
lue, a la plume autoris�e dn | minicano hutien, lavoir que
idoutable pol�miste qu est ; le trac� suivra_ le �cours>> cb-
Auguste Magloue, sello.�a , telle rivi�re, dimplique dom
d�montrei que le traite pas, � le lumi�re di.�J.prta-
cipes, un droit implicite de
copropri�t� pour les Etats j
riverains si, avant la stipula-
tion contractuelle, le � cours �
appartenait d�j� � un terri-
toire d�termin� par occupa
non, cession ou Ire. Le
rASLLESS
D�BILIT�
^�

tait partait et que tout �tait
four le mieux duus le meil-
�ur des moud-, s ( Voir le
Utin des il, 15, 16, 18 et 21
lai 1U29).
Le moment tst peut-�tie
enu de ne pas laisser suc-
�diter la th�se optimiste, I silence des par us coiiracian-
utenue ici m�me, et de re-|tes, en ^^^ffS����
�endre eu cons�quence la|pas,comme le pei - 1
mtroveise. Nous
lerous par le

M�4�armt�nr ci ; Heuioglobine
� ftrit
Les Meilleures Etrennes
commeu- 5 a
probl�me des
livi�res-uiuites.
� �
Le trait� du 21 janvier pr�s
_irit que le trac� suivi a. en ce
i?,ui s'agit des rivi�res on fleu
I v�s d�marquant les deux tel-
le �cours� du Mas-
^rit
oires,
iuttraatiouile
l'id�e d'uue renanciaiion,
car il n'y a pas � ce sujcl
presoiiipt�ou
lirelra gable.
A d�taut d'une stipulation
�onveutionnelle expresse les
parties sont habiles a taire
valoir leurs .droits. El �est
seulement � d�faut de droits
; le a coins� ou .uii�- �"��""�"� - . .
nci-e de la Capotille, du l�-| posi t i is qu'interviendraien
To� de l'�rtibouite, du MaJ �es doctrines qui recherchent
,0"' ,u ' Ma proportion de souveiainele
des Liais riverains sur its
eaux.
jias, etc. Et nous avions
-�pin� que par lui-m�me, le
�cours� n'impliquait aucune
LIS HEluilJRlSS F�HKSNES l^ "S'SW�� S�
Umille el vo. paieol� tt am.s sonl les Di^u^ ��on. H
"""eut pour placeurs anu�es qu* vou, donneront le pLi.il *
,a o,:ltlPvoui WJjtaJjl ��- gjjj- rc^Zu.�. e, �
.rustique du raoade �dEurops. od�o.i r<'-,p
passent toujours trop vite. AU.iklZk svoiohoni-1
P M�me nos JAZZS .ont pour la plupart des J^ s>11 9
ques Parisiens qui sont tr�s appr�cies u��mejJ�A^riqae
q Nous venons de recevoir 400 nouveaux "arceaux e ��m�
est le plus grand et le plus vari� de la place .avec UoO num�ros
car une.gr.nd. quantit� de NugH� jgjjg- e �C�1'-
j. KAHAYANY.
Anglt Grand'Hue et Ru. Pirott.
Probl�me
Sachant que la mis�re bat
sou plt-io dans le pays, axpli
qurz |i()'.iiqi!'>i :
j,,� y a-t'il tant d. monde
� Assister ooi l�tes ?
2o - Y a t Uploa de voiturM
Je lui. en circulation?
3,, __ Les hommes surtout
s'hal.illent-ils mieux?
REPONSE
]o� Parce qu'il uy a qui
f i � f�ire. . .
2� parce que les vo sonl de plus en plus attra-
yantes. .
3o - l'arce que la Maison
- Vinoent CAUDINO
2/5, rue Bonne-Foi,
sestsparalisce eu article pour
hommes telsj que Casimirsde
toutes nuances et � tout pi�Xi
chapeaux fins, cravates ! et
chemises de toute be.iiile.que.
ar&cei son Stock lormidable.
Hic peut vendre � des prix d�-
liant r�ellement toute cooeur-
rence. Rend�z-voos � l'�videu-
ceen visitant la tueison Vin-
(�ent(iaudinof225f Rue Bonne-
Foi.
... ajnot� le d�sappoinlemen
d'un de nos amis qui parait en
compapnie d'une bien lolie une
pour Cvlh�re Mais au moment
de s'enaller, sa voiture se mit i
faire des rat�s, mauvais signe.
Le sell staler refusait de mar-
cher. Il descendit del� voiture,
se saisit de sa manivelle Rien
ne marchait pas. La petite fem-
me, blottie au fond de la voitur.
souriait, narquoise, et son sou-
rire semblait dire :
_ Ne serait-ce pas un sym-
bole, ceite voiture qui, surtoul
� ce iinmentl�, ne peut pas...
marcher9

... a not� <|ue la musique de
la GirdsdHitti a ex�cut�, par-
m- ciiq autres, les trois moi-
ctau\ suivants: �Mil huit cent
qa.tretdOocideJe.uty.. Hym-
ne patriotique�, paroles et Mu-
s que de Louis Homo. �St�niO
Vinc.nl�, iii�iingue de lh. Me-
n�s.

voit quole* sans-fil annonce
qu'e c'est � lui teduue machine
� compter que Ion a pu ti�l.i �
miner exHctement le nombre
des uens qui <�>l press� la main
au Pr�sident Hoover, � 1 occa-
sion du nouvel an. Ce chiftre
est e'aclement de six mille qua-
tre cent Vingt neuf personne*.
Ce qui donne � la perlormance
du Pr�sident Hoover un v�rita-
ble caract�re sportif. LLt le n�-
tre combien de mainsa-:-il pres-
s�es? Ne serad-d pas temps de
supprimer ces poigne �de mains
d�suctes et pour le moins fati-
ge�les?
� *
... a vu qu'un de nos amis .
failli, le jour de l'an, �tre vic-
time de la joie des autres, ha
eflet, il re�ut en plein vent
un projectil. lumineux, autre
ment dit feu d'artifice, mala
droitement lanc� pai Albert Me
(iullie. Le Dr noua a paru l�-
tf�remenl vex� de ceii�pluisan
ferie plut�t mauvaise.
!�
t
re
a-


-�"s
^, , v f Pradel � Vincent... des.vive p�r
H ntrP l\OllS c'� des � bas^par l�... btllitDH
1^1111 L, 11 yj iJ ^ % satjon desservices...m8lheureux
incident Manass� Si Fort Colin
Uann�elqui vient de s �couler
mporte avec elle des dates et
,Jes laits mi i oranles. Gr�ve
bes �tudiants, drame de Mar-
chaterre...lin du mandat de Boi-
no-�lection de Mi Eug�ne Hoy
� la premi�re magistratuie de
l'Etat, liquidation de sa vension
de retraite avant m�me la lin de
�on lucratii mandat �lections
no loin' *T�*.��*-i�r�------------ � �
et Moravia... cyclone de Sto-Do-
mingo, retraite de Monseigneur
Conan, bouillons populaire ..
Mayard � Par.s... Bellegarde a
vVaebiogton,bal,dn.Club-UmoD,
grev. du cap...
Le tait pins saillant de l'an-
n�e, demeure quand m�me,
lmauguialion de ce temple uni-
S
t
Beaut�
�on lucrati mandai eiecuou� � ii!w�6�'" �"-----r ,Tr� VlH�
l�gislatives �chec invra.sembla- que du Pla.su ques.Sea-b.de-
ble de Mayard�victoire du car-1
%tel... d�pul�s �marassas�^.Burr-
^\enaud reconnu Hdilien... � ce
lions pi�siutu ielles.�Chauvd
radioditosani la s�ance, Victoire
deii�nio Vincent... telicilation-
Madame, vous �tes, pri�e de
due � vos amies que, par
vertu de leurs gr�ces l'ann�e
qui vient de s'�couter porier-
dans l'hisioire du c�ur, !e nom
de Mayard, et embrassade de d ann�e de Sea-Side fen.
I
u A~mi> KMII K Z�PHIR, dipl�m�e d'un. Universit� de
a la population.'
Son salon de beaut� d�nomm� PAX HOTEL sera ouverj
,� public ce matin � 9 heures au Petit Four.(Anc,en local du
rark lune, en face de la L�gat-on Cubaine)
Heures de Iiavail.
9 heures a. m. � Midi
et de 2 h p. m.� � 10 h. p. m.
Ou y trouver, des g�teaux ei de '� cr�me � la glace.
Parfums
GUELDY
Cette semaine �st marqu�e
,H,ur fes �l�gantes par un �v�-
nement heureux.
Les parfumsbUEI.DY. le ma�-
tre pari umeur de Paris, sont ar
riv�s. H est d.uicile d'er- donner
une description, les mois et les
uualilicatits restant tous au-des-
sous de leur l�che. Il laut voir
de ses yeux et ressentir MO
pouvoir l'exprimer par des i hra
U, tout ce qu'une telle cr�ation
peut �voquer.
Daus leurs ravissants flacons,
ils doivent �tre chez tous le!
conriaisteurs.
� Une visite au bureau de Joe
Woolley, angle des mes Forl
Per et Am�ricaine, convaincr
1 les plus difficile..
Prix d�liant toute concurren
... a vu que l'Eldorado avait
p�vois� � l'occa-ion d�s t�te*
de lin danu�e.el remarqu� avec
plusirque l'ha�tien qu.stGai-
raud, gr�ce � deux amponles
i ileriniiteiitt-s. lune bleae, l'au-
tre rouge, ;i sa placer les f�tes
de sou �tab use ment sous le '
gne du drapeau national.
... a vu, le premier Ja.ivier
minuit,d�a le premier coup
canon, un pauvre homme se
ter � genoux et les bras lev�.
au ciel murmurer, avec un-
cent de sinc�rit� louchante
' � Mon Dieu, |e ne vo is
mande pas la saule, j'en ai.
jigent, je n'en ai que faire
ne saurais m'en servir. Mais,
vous en supplie, mou Dieuk.
do.oez-naoi un peu d'adresse
et d�courage po.ir que je puisse
man�uvrer parmi les brigands
et les m�> h �nts qui m'entourent.
Ei il se leva, coulent, all�gre,
comme si d�ia sa pri�re avait - .
�t� entendue.
si-
da
i?-
ac-
de-
Pas
et
je
kn vente aussi chez M. Gjor
dani, Cap-Ua�lien et chez T. C
Brutift.J�r�mie.
A qui la cl et?
Il a �t� apport� en uos bw
reaux une ciel. Pri�re au pre
pri�taire de la r�clamer.
... a vu, au l3ord-de-Mer, tan-
dis que la fouie qui passait
gueulait un � Minuit.Chr�tiens m,
tout h�riss� de fauss�e notes,
une pauvre peti'e prosl.tu�eqoi,
blottie contre un pilier d'un des
magasins du quartier, sanglotait
am�rement. Ses �paules mou-
laient et descendaient suivant
le rythme d'une profonde doa p
leur. Songeait-elle aux tenu.
lointains de son enlance, � n
duret� des �poques modernes,
� la cruaut� des homme.? Qu>
le dira?Mais elle �tail attendris
sant� cette tille dont la profes-
sion est de dispenser de Ltjuia
v\ qui ployait cependant so�-
le poids d'une grande douleur
dont uul, pas m�me elle peul
�tre, n'arrivait � savoir 1 origine
r.
c
nr
1
Assurez-vous coittr. accident
i> la � General Acculent Ere &
Lue Asusranct Corpoiation Li
m,ied �.� Vve F. Bwmin^l�am,
A&ent �S�n�ral pour �.�".
ILATEO
i


mit � i i � . i.� -�
il-'.^V - ��~�r
A
PAgfi^ 2
I ErMATIN- 5 Janvier 1931
,nwiii>�*y
�%.i

MMON
LeB"lit*'� SIMV10NS � sont|labriqu�s d'apr�s Itl r�gles du bon
sens, c'est '�-dire qu'ils oflrent Joules les commod.'es voulues pour
r�pondre au besoin du sommeil qu'ils ont pour mission de ssUstaift.
La loncue dur�e des lds SIMMONSIes rend tr�s peu co�teux et
�limine les ennuis de r�parations, de relouches et � remplace-
ments. Les lits SIMMONS se maintiennent dans tous les climats et
la chaleur, le Iroid et l'humidit� n'ont aucun eflet sur eux. Ils sont
hygi�niques et tr�s Utiles.
Ceci as constitue que quelques unes des raisons qu. lent que voui
devries consid�rez s�rieusement l'usage des articles � S1MMUN3 �
pour voire maison.
Vous pouvez voir ces jolis lits dans tousMes bons magasina
d'ameublement.
Hepr�sent� par :
Vloior N.MANSOUR & C
i JP.O.Box A-Hi�; Phone 9417#
Port-su-Priacs,HaTti'
mm ���**�
A. M. C. E
Son assembl�e g�n�rale]s'est
'�uniele 30 d�cembre et a I
proc�d� au renouvellement,
de sonf conseil d'administra- '
lion. Il est ainsi compos� : M.
!.. C. Lh�risson, pr�sident ;
Mme IL I erebours, vice-pr�
sidente.M. F. Soray, secr�taire
�n�rsl, Melic Jane Manier,
i secr�taire-adjoint ; Melle L
' Lh�risioo, tr�sori'te� IVclie
I5ei(lia Pressoir.blblii thecai-
ic-.
Les neul conseillers sont :
Mme M.Go�ry, Mellea Blamby
I Dop�; MM. le Dr Coles,
- I". Dis m boi s, L. l.oui>saint Dr.
! '-. Civil, Isnard Raymond,Cl.
' l'ollitl..
Lest un excellent c( nstil
d'administration dont presque
tous les membres ont �t� r��-
lus. :
i Mr Lh�risson loue l'�uvre
I de.l Lnlance d�bile entreprise ;
| par le Dr charmant ei tonne
' des v�ux pour son t��veiop-
pemeut parmi nous.
Profitant de celte occasion,
Mr. Lh�risson parle de la
discipline de la jeunesse sco
laire, desa tendance � l'�raan
cipatioD.de l'absence de coo-
p�ration de l'�cole avec la
famille. Il pris ses coll�gues
de toujours insister sur cette
coop�ration indispensable �j
la bonne �ducation de l'en-,
l'an t. |
Mr Lh�risson parle\encore ;
des services que nousreudentj
nos paysans qui sont les
Brands pourvoyeurs de la
R�publique Lepeudaut l'�cole
rurale n'est '.pas encore orga-
nis�e. .La pr�paration et la
Situation �conomique de lins
litilteur rural doivent �tre |
am�lioiees.uV�cole rurale doit j
�tre rendue vivante et attra-
yante. Le programme doit
cire appropri� aux besoins
.sociaux des �l�ves.
AVIS
V


BM1ME.BEUGUE
O-u�rlsori R.ixdioa.lQ cl�
GOUTTE-RHUMATISMES
NEVRALGIES
Dr. Bengu�, h, rb� Battu, � Paris.
Le Bal du
Club-Un ion
Y
Tout simplement un grand
succ�s. Un succ�s de monde et
d'entrain. Le bal d�buta exacte-
ment S neut heures et ne s ar-
r�ta qu'a quatre heures du ma-
lin, �ans, pendant m�me une
�coude, perdre un peu de ton
entrain. Musique, service, loul
.ut tr�s bien et chacun des in-
vit�s sortit heureux des quel-
�ues heures pass�es au (-/(//�
nton.
Voici au hasard de la memoi
re quelques unes des perron-
aelil�a reconnues � ce bal qu>
est le plus beau de la saison
te Ministre am�ricain et VIm
Dans Munro, le Ministre Domi-
nicain et Mme Mahgon, le
Charg� d'Aflaires d'Angleterre
�t Madame Magowan, le consul
am�ricain et Madame Donald
Hesth, M. Raoul Gaet|ensf
chancelier de la L�gation du
Ksich Allemand, M. Adh�mar
Auguste, Ministre de la Justice
et ss fille, M. le Chet du Cabi
nat du Pr�sident de la li� pu
blique et Madame Leho Malt
brauche.M. le Conseill r Fins a
eisret Mme de la Hue, M. Ha
mon Gonul�s, Secr�taire de 1�
L�gation Dominicaine. M. e>
lime 1. J. Bigio, Madame et les
demoiselles Mslv*i, Mme et les
demoiselles Jones, M. et Mm*
Pierre Archer, M et Mme Pierre
Anselme, le Capitaine Armand,
Chet d'i�lat Major du Pr�sident
dejal.it�publique, M et Mme
Christian ^Laporte,; Me Pieire
Hudicourt.Me Fran�ois Mat lion,
Met Mme Perry.Mme Anselme
sLMelle Anselme, M. Roger An-
se�me, M.#L�ou Alned,Sous-Se-
er�tsire dElat, Mme Ernest An-
toine et ss fille, M. et Mme Hi-
ehard Wisdmaier et Melles
Wisdmaier, Mme liourgaiu Jet
aa fille, Melle ^Delaquis., M et
Mme L�ho.Domiuique et.vl. Iles
Dominique, et Jauseme, M �el
Urne Am�ne Berthoumieux, M
Andr� Chevallier el Meile
Odette Ch* val lier, Mr et Mme
Csmille Borno, M et Mme Luc
Borno, M et Mme Bajeux, MM.
Fsnl Sal�s, Henri Ud�ide, Char-
les Gsetjens, K�nol Gornsit, le
Dr Chenet et les demoiselles
i ben�t. Mettes Vitlejoint, M m �
et les demoiselles Duplessy, Ml
il Mme L�on Laleau et Vieil*
llosy Saurel. Mr et Mme Cl�-
ment M �gloire, Mr el M a
1-ioen, Mme Edgsrd Fsnfan et
les demoiselles Sassiue, Mr le
lieutenant el Mme Fils-Aim�, M
llobert Nadal, Madame Charles
Lst�ve el les demoiselle Enl�ve,
Vlme Dr. t.ha�tes Mathon el les
demoiselles Vlaihon. Mr el Mm
lirant.Mr le 1). et Mme et Malle
Saiomon, Blr et Mme Paul Du
plessy, M. Max kQa�tel, M
Charles de Catalogne, M. Ernst
Luders, Melle M-jyard, Mr et
Mina liass�us, M ne Julia i'
zeau, M. Georges Via thon,
Monsieur M il Denuis, M Mas
vlonsanto, Mr et Mme Edouard
Jlaochard, Mme Nu.na Riga id,
vtmeSicard el Vielle Si ir I, M
Gaston Th�ard et Melle Merce-
des Th�ard, M. Philippe Tno
by Marcelin, M. Anlony Lesp�s,
y�. Yvon St-Victor,"M. et Mme
Robert Tr�msu, M llarry lip-
peuhc.uer, Mr et Mme Charles
vYiener, Mr et Mme Silvera, MM.
Pierre Latoutaut, Llie Noisette,
l'iioiuas Schomberg, Mr et Mme
Cl�ment Potuet, DraCarri�s et
Mme Carn�s,M. l'hoinsen, Mr el
vlme Maurice Laroche, Me!les
il�raux. MM. Elle Lescot, Arthur
Hameau, Jh P�ieira, Dr Mau-
rice Eilieart,. Pierre t�tlicaii,
Maurice Elle, MaxfcBrouard,
Paul Auxila, Mr et Mme Maie
Delaquis, Mr le Capitaine Go-
meau Montasse, Mr el Mellea
Montasse, M.Uolo Latontant, M.
\uguste Magleire, Mr et Mme
luguste Magloue lils, M. Tuno-
ihee Parel.Vlr Georges Magloire,
Mr et Mme Emile Poilevien,
vlM. Arnold de Delya,Edouaid
Baossan, r'ernsnd Edouard.etc,
etc.
Propos
cache'es
\.A fir�ve du Cap aurait pu avoir
drs cons� [uences s�riauses sans 1 ac-
tion efficace si prompte du Gouver-
nement.
D�s que la nouvelle en parvint a
p ,,| au-Prince, l^K�cutil lan�a au
Pr�fel duN trd la d�p�che suivante :
Pr�fel du Nord,
Procares irous�n'i nporteojuel pris
stock Rhum Sabthu �aohr dor
pouvant �tre achet� au Lap... et r�ga-
lez gr�vistes en attendaul l'arriv�e su
Ministreds l'Int�rieur.
Consi lerations,
TURNIER.
i. n�rns jour, le Ministre �!<� l'In-
t�rieur se pr�sentai! sur les lieux,
ivec deux Forts c unions n wliita i
,-1, irg�s de la pr�cieuse liqueui. Les
istes, llatl�s duproc�d�, mirenl
bas les armes... el tout finit par un
belle cuite en commun.
Devant nn pareil r�sutat,qn'attend-
� on donc, pour faire d�cr�ter d'utilit�
I publique le RHUM SARTHE CA-
CHET D'OR�
Mita,
.

'xSN.TT�
Le Chet de l'Etat s'�tait lad
epr�senter par le Cap. Armant,
son CUel d'Elat-Ma|or. En ain-
vant.ledistingu�otlicier pr�seul i
au Pr�sident duC.ub lei regret
du Pr�sident de la r�publique
accompagn�s.deises v�ux poui
la prosp�rit�. etf; le succ�s du
Club Union.i
Nous pr�sentons, d'une la�on
toute particuli�re, nos compli-
ments au Comit� do ( lub-inion
� l'occasion du-tr�s grand suc-
c�s que f�tes bal de bn d'ann�e.
�L'AMI DU PEUPLE�
Ltterifaeteris�fl silavtirfc Im
min Ti|seihsiier, reeeui d'ii-
tililr pulilii|iie
Nous avons le plaisir d'an-
no u-er � ls client�le que le ti-
rage du31 Dcembie, par suite
d'accord, l'eftectuers le Diman
che 11 Janvier 1031.
Ce sont les seuls billets main-
tenant � port�e des clients.
Tentes tontes les chances qu'-
on* re �L'Ami du Peuple�, et sur-
tout celles des trois primes: G.
5.0D0, G 2.0.10 el G. 800.
Le Comit� : Ibinv Tiopen-
hauer, Dneo'eui ; Joseph Al-
berlini. Membre; S.ivary B. Bo-
yer. Adniimslialeur.
Melle L.Lherisson parle des
programmes dis �coles pri-
maire** urbaines r�dig�s dsans
la participation des ma�tres*
ses et ma�tres int�ress�s.
Mrti. Laroche appuie Mi
Lh�risson et parle de l'ab-
sence d'�coles rurales dans
certaines sections importan-
tes de la Commune de l'Ar-
c ihaie.
A propos de la discipline
c Dr (t. Crnt pense comme |
dr Lh�risson Les pi.euis. en
4c >e ai, u atdeui pas assez les i
m.ut es. Cest un mal.
Vlr. Lbeiisso i parle des J
,) in Lpalei maladies qui r in |
^ent ujs centres rnaans. El'es.
sont dues � l'ignorame et � j d'Europe.
a m�connaissance totale de
'hygi�ne. Pour cela, il de-
naude de projeter nn peu -le
lumi�re dans ces centres cam
pagnards. Ssni rem�de, dans I
l�, 25 ans nos paysans, qui
co islituini la \ie du pays.
seront inapteeau traval phy-
sique. Us soin d�sorganises
psr le pian, la syphilis, la j
tuberculose, le paludisme. Le
Dr Coles dit d'ajuuier : les J
vers intestinaux.Beaucoup de j
ces mal idiessont coutagic u .es {
et 'r�^ d�bilitautes.
Toutes ces questiot s sou-
lev�es sont ti�s int�ressantes
et peuvent taire le sujet de
r�union d'un congr�s, dit Mr i
CL Pothel.
Oui, dit Mr Louissaiut, ce
sera le cougr�s des besoins
le l'enlaoce.L'Asninibl�e />>te
ce cong�s qui se tiendra �
hns ! i deuxi�me quinsniae
de mai. |
Rage do Vents !,.i,,i ra.-u,,.,, bau* tue nerf mir/m.

cari�e�. -
BAUME TUE-N
T nboratolre du Docteur OIRAID, Pliar
Uip�i kPort-
. M I ��Mh lui III � "IV T �IWTTB t VT1
M�riAQ�RilS!
Pour teindre tous tissus :
* LAINE, COTCX. SOIE, etc..
aucun prodi�t n'�galo
"la M�MESOVr
, -
et iou '
ERF MIRIGA
, rt. Hue Dolet LYON-OULLlWSiLrance;
l'.lCU.
x^>-
'ILE POI�HIffi
en deux mois par l�
i'ILULES ORIENTALES
les leulesqiti d�ftloppcnt. raf-
fermisscm. rrconsiiiuent las
'.! omt les sailliesuss�c-
�pauj 'i .lonnent au
bus'c un graocuxcmbonpo�iic
Blanfaltanlct pour la tante.
pprouves partes rt'.t�ritit mtdicalt�
RATI� Pk".45 R. t� I EfWoii�.PARIS
\ Porl-.'� I ri - Pb" AI nni'ii l
ci i up- b nncftPfaaiuidCiai.
Royal Mail Steam Paket C�
Le steamer "Culebra" venant de Kingston Londres et du
Sud est �tendu � Port-au-Prince le 7 janvier, prenant
fiel via le Nord pour lia vie, \nvers* Londres cl lous les ports
LJ. BIGIO
Agent U�ncral
T�l�phone: 231 \*
i)
n
Ca�uel
�Qsiszesst�es4'iBip'pi�lissi�
sa�riesji >,sar H.t.ii. leseBSii'
Nous avons re�u avec plsieu
une brochure �dit�e en anglais
par M. Ch/'Rosemond, sous i.
titre suggestil Quinze ann�e*
J imp�rialisme am�ricain en
Ha�ti. Libert� ou bi mort L'ou-
rrsge s'orne des nholos�e l'au
leur et ds et il. s de ses parents
et grands parents.
Nous en reparlerons. En at-
tendant, nous remercions M.
Charles Rose moud de son gra-
cieux envoi.
Le pr�sident de l'A. M. Cl.
,m,\ upera de toute son oiga-
Qtsation. Puis l'Assembl�e se
raine au vote �le l'Alliance
irao�aise: l'H�teten eonstruc-
t;on aura pour nom France'
il.iti. Le buste le Toussaint
Louverture sira install� � son
entr�e.
S�ance .d'un cachet "Sp�cial
de' cordialit� et d'ut: vif
int�r�t,pour l'�ducation le la
Jeuuesse.
Les seules pr�f�r�es] par
les v�ritables connaisseurs.
*\>
Le Hliiiiu Barliaucourl
Dont la uutunm�eest universelle a gard� aa piemi�re place*
Dtuiaiiutz pm tout :
UN BAMHWCOl H
D�pol :Kue des C�sars.
l
'


LE MATIN � 5 Janvier 1931
An lion Hardie Rhum Palmar�s
Extra fin
PAGE 3
Vente en Gros
&en d�tail
Nouvelles
Etranq�res
RADIO PRESS NEWS
Tt
�o�
D�cembre 19.'K)
; g Mort de Ionl leleiell
LONDRES�Lord Melcheit,
un des plus grands liuaucie.s
d'Augleierre.est mort ici Uicr.
Il avait j�t�^mdade de pie
bite depuis plusieurs Menai-
n�s. Lord �Melchett lut uu
des JhoiBiues les plus riche* aux op�ration'* aans la
djAngLterre etjavait doun� de | ont rencontr� un Iront rebelle
tories soin mes d'araeut � l'oe- aujourd'hui de I milles de long
Insiou. Le gouverneur Shaler
B convoqu� une conf�rence
imm�diate des leaders de
l'Elut poui b�tir uu plan d'ac-
tion.
1er Janvier 1931.
tlorl i�'uu yrauil jeifMUstf
irftilii
BUENOS-AIRES � L'Argen-
ine est en deuil aujourd'hui! de
la perle d'an de ses plus distin-
gu�s |ournalistes, Jos� Vlanuel
Eizaguirre, 78 ans, �diteur du
|Ourua| � Ll Prensa �.
La r�iellc (laasI'IuJc
RANGOON, ( Burma ).� Les
Iroupes anglaises, entraia�es
dans la iungle,
irge
l'�tablissement de
Pales'iue
cassion de
a M i ou juive en
Brochures s�ditieuses ra lloagiie
� BUDAPEST� Les autorit�s
hongroises ont enqu�t� au-
jourd nui sur des rapports
qu'un a�roplane myst�rieux
avait survole les districts de
aCemeusilpa el-G-ifo �kc-/ (i
avuitjeie des bio bures ,�n,
propiieluaut laaCen>io i, u.
jour de nouvel au, de lareb
duc Oilo au troue de Hon-
grie. .
Sir Ilibert tYilkins croit psswibV
de voyager .ha- la y la e.
NEW YORK �Sir Huber
Wilkins, explorateur areti
que, croit qu'un 50 IS uni ri )
g�ant, transportant le grai i
des provinces dd h prairie
Canadien ae sous la glace de
rlidioa Slraits tiendra quel
que jour ie port arctique le
Churchill, Manitou�, ouvei
toute Tann�e � S.r Huber
quia survol� la glace arctique
et march� dessus, esp�re
prouver l'�t� prochain qu'il
est beaucoup p ,is facile d'al-
1er dessous avec sou sou�,-
mann � Nautiius �.
Dearissiei probable �lu Secr�taire
(ill l'iTMtll'Ill HOOMI
WASHINGTON � (ieorge
Akerson, secr�taire du Pr�si
dent Hoover, peu� donner si
d�mission dans quelques s.
maines pour devenir direc
teur d'uue soci�le cin�mato-
graphique, a i-u e,� i apporte
Ttrribie iaccedic daas
le Voilh Uakolu
BISWARK..N. D � Uu iu.
cen lie d'une origine iud�ler
min�e a d�truit le building
prineipal du North Dakota
avec la perte des registres
officiels de chaque D�parte-
ment d'Etat, � Le dommage
p�cuniaire s'�l�vera � six cent
dans la junge de Tliarawaddy
o� les indig�nes avaient fortifi�
leur* d�lenses naturelles.Les re-
VARI�T�S i �L'�lan�
Jeudi 8 janvier 1931, a 8 lires
p. m , urand match de boxe
entre Marins Langlott, ha�i-en,
125 livres; al Bdouar�o l'erez,
dominicain, 133livres,qui ine�d
la r�vant h- d'Anna Crislina
ferullu, boxeuse dominicaine
Accoure/ en loule 1...
Entr�e : 12 et .1 gourdes.
Me II'i.licjiiri rappelle...
Me liudicnurt ra^pel'e � Si s
a uis que le rtgl sire dm*' rin-
don seia li me le samedi 0
janvier courant.
ht 1 s prie d aller se a re
inscrire.
lionne reromprase
A qui rapportera aux bureaux
j du journal une paire de lunettes
IIUI9 UCICII3C3 iia�uuuv.-.uw � >_ - � . . ,
belles ovaient renvers� et en- { dans un �lu. en cuir �gar� du s
tass� des arbres sur la route j la murn�e du dl deceuibr�-dei-
des Anglais cfUi avan�aient Les j oier�
Astbme
Soulagement el Gu�rison CTCDliT I
parlesCIllARBTTESonliPOUDRB Wr 'Va I
U trmwt lui lu Htpitau it PliinaKlts *i lin* wlm
Exiger la signuturti. I8PIC sur chaqut cijtnlti.
indig�nes �taient bien pourvus
de munitions.
I.i uoiiuiiii l'iTHikut du Gaaiil '
iiillioilil IfB illll alll
WASiIlN'il'O.N- L- i-> H
Cri i Ifcd (� 1) iwes.actoel arab m
mieur en Grande-Bretagne, i
�t� mis en avant par les r�pu-
blicains dans une conf�rence �
Washington, �tant li�-, proba-
blement l'homme capable de.
succ�der au s�nateur S meo i
F ss, comme Pr�s dent du 0 i
mit� National R p inHc i L
coiil�reacea tenu s u mi les r�
pabloain^de mu que du s�nat
et de la v b imbre on' �:� i.- r�-
sultai du choc caus� par la dis
pute entre Robert Lucas, direc-
teur ex�cutif du Comit� d cam
p.igne r�publicaine, el le s�na-
teur George. Norris, insurg�.
C'est l'id�e des chefs r�-
lubticains que l'ambassadeur
Daw s repr�senterai) plus ad�
qu ' emeiii toutes les orces du
parti r�publicain et agirait com-
me un pac fi � leur
lu filialisa dis allairta an Ouad.i
Nl>v YlMK - Comparative-
neut aux conditions existantes
� t�avera le monde, le Canada
joui: d'une situation d'aRaires
tavorabie, d'apr�s une revue de
u Royal Rauk ol Canada. Le
commerce ext�rieur du C ma I�
a d�cline � peu pr�s de 22 pour
i ni, sig ait- la revue.
\ou\elW roule p�dale a�ri lie
WASHINGTON� Leslg..s
a�rienne* am�ricainea et cane
henn�s se joindront dans I ou
vei ture de la route postale a�
rien ne de S.-Paul et Minneapo-
lis � Wtnnipeg, Canada, eu b -
vrier.La nouvelle roule co�tera
iux Etats-Unis � peu pr�s 220.
7u0 dollais.
K�belliou avort�
dans lia p�aileieier
MICHKiAN t 11 Y�Le courage
mille dollars d'api�s les esti-'dun sim le garde brisa une r�-
mations, taudis que la perle bellion aujouufhui dans le p�-
des registres constitue uue nitencier de l'Etat d'indiana el
somme �iiestimuble. Le sims- emp�cha lea douze plus d�ses-
trea commenc� sur le loilde p�r�s condamn�s dans la piison
la vieille structure, � lIue de compl�te, un projet d�va-
hauteur seulement de quatre , slo'V, , . � . . . .
�,a8eS o. ,est propag*',api.! ^N - ."jf^'oit
d�ment en �**���� >i�* r.n...i- uL-MLii� � je u >\
raM*�' ^w.i*,-i**��iB�uj
Mort
Mar�ohal Jo'fre
Tance e^t e ne ii' Un
ulns illua'rea entai tt
bal Joftr . ' * lia
Marne est mo t
du
!.;� r
�e >es
le V|ar
queir de ta
avait hier
Nom nous inclinnna devant
la m�moire de l'Illustre sol
du. el pr�sentons nos sinc�res
condol�ances � Mr Wiet, le
di&tingu� repr�sentant de la
Fiance eu Ha�ti.
�ikRE EH SOCI�T�
t. Damind� le *�->�il!iu� Album �
�^ i-itir.. liOpign Migii. Pmiidln�
lilioD. Monologue,. Chtetooi. Mut..
nr. Il Ulrt Iimar. tpprtndri Hat
i diniir Envoyiz 2 h.ncillmbrt�
RI.λ OARISIKN. 101. m. DM
POiaSONNIBR� PARIS ��*
L'imprimerie et l'adminis
tratioo du Journal soit trana
ter�es � la GraDd'Rue, N '
1912, nucienne maison J.
Pressoir
CORRESPONDANCE
Porl-au-Pnuce, le 31 D�cem-
bre [990,
Au Directeur do Matn
En Ville.
Monsieur la Directeur,
J'ai lu dans voie journal en
date du 30 D�cembre un article
relatif � uu contrat de Figues
Bananes dans l'Arlibonite, Com-
me la Ha�tien Hanuna <'o., est
int�ress�e dana lAitibonite aus-
si, nous avons pens� que nous
devous �claircir la sitoation un
peu.
\ oici Ce dont il s'agit : il y a
r�ellement une tentative d'avoir
un con.rat qui est r�sum� com-
me suit. Les paysans et les grande
p'anteursvont planter les Figues
B main s, la Hulian Banane Co.,
s'engige � acil er tons les pro-
duits au prix du march� ��' d'ai-
de uui �n s planteurs tlans Us
ca% u�eessi ey� afei t* fin ui
n�cessaiies; '�� Gouvernemenl
donnera l'eau pour I quelle lis
planteurs paieront 1rs droits,
deiu annue lemenl. Voil� donc . Hamburg Amerika t inie
une ai rai mutuel cousislaut en
pour transporter foules ces den-
r�es sur le march� �tranger,
dans ce cas on peu! �viter loule
intervention des capilaux�lian-
gera, mais il y a quelque (hose,
en arrivant sur le march� �lran-
^er. il se peul qu'on encouire le
nsque de boycottage de iaulia
cot� au si Donc avec ce m �
�onn�men! il r�sulte t,u il est
piesijue impossible d'emp�cher
les relations commi rciales e li-
nai ci�res eulie les nations.
Je vous piie de bien vouloir
publier celle letre;louS en voua
rem rciant, je vous pria d �
gr�er. Monsieur le Direct eu ",
n�s sa'ulalions les plus distin-
gu�es.
Maitiw Uanana CoMP�N> Ltd.
W Oumlin W'ILLK.V�S,
Presideu General I nager.
DE N T O L
..': DtfiTinuoe
igg ANT1SC.MIQUC
�'�..- �.


Journal l F. nu TIN
fort au r-rirce
L�s inscriptions
Pour les �'ectiooa compt�
mtntaiies du 15 janvier cou
lant, les inscriptions se sont
�levei s, du 1() d�cembre liK 0
au 3 janvier 1931, � t 581.
La liste e ectorale a�ra rlose
u samedi LU janvier coueant
Il est lies probable qu'o�
uiei dia le chifire de ti.bOO
i iSC; lis.
U PLUS ANCIHH IT U PLIS imMU .
INJECTION PEYRARD
DALUER
�t
DRAG�ES PEYRARD iM
a-�rlmmmmt Im
BLENNORRAGIE
TOUTES mARMAOU
l� PEYRARD. W, nu U GrtMlll, PARIS
trois pu ies, l'ime d�u ndanta
de I mire S< uhmenl diins ce
�iis le seul < pin ess onnane c'� si
lv.i',ii(ii.ri \i :.' donneuneeon
i sien n I F n pour avoir le
moi (^pole de l'arroagc.un point
( I r'eal 'oui Je ne vins donc pas
d'o� vient ce myst�re et tous
ces tripotages relatifs � un con-
trat dans I Arfibonite, car si
m nd le soin d'aller
Le na. ire i F�odosia � ve-
nant d'i urope, est attendu Ici
vers le 6 janvier, de passage
pour Ki igston, Sto Domiouo,
Sanliag' de Cuba, etc.prenant
L et et passager�1
Le Purgatif id�al1
^�i?
c'cal U
0
I
quelqu un
1ZT�*;,.:�.� ..^ Qouven � m. . oo lrooy�r.qn. malin.j pailira


�cro.oaie
d�pit des eltorlS criliqu� mon pays plus que per-
ue l entier servicedt pompif rs
de la ville. Les allaites du
har� Eug�nie II ut lie
\ve Achille Bar i ne
d�c�d� ava i hier � 2 heures
de I apr�s-midi.
|) la lia I de Mme Veuve
L 'w K iehlen-1 s sentants,
Mme Vve Fran�ois \andeet
ses enfant>| Mi & Mme Ker-
nand Barlhe et leur-, enlml*-.
Mr et Mme Frnsl Lemke et
leurs entants, Mr et Mme.Wal
ter Hirsch et leurs enfants,
Melles Alice et Germaine
Barthe.de la pari de seseotants
peils enfants et de tons les
autres parents et alli�s.
�Les fui�iailles'onl eu lieu
hier au milieu �l'un grand
coucou i s d'� mis.
�Le Matin� prie les familles
�prouv�es de recevoir l'ex-
pression de ses sinc�res con
dol�ances.
Le luxueux bateau touris-
tes i Keliance �, venant de
New York, est attendu ici
1 cri. � 7 h. du
a � 2 h. p. m,
i �xconlratdaRodenb�rg�ponr Kingston, Colon, i/i
es happ� de fbretuaion et le Havane etc, oiraot une ocea
seul concessionnaire mainte-1�fon unique pour passagers.
naulc.slleoouveinemenldHai- RglNBOLD A Co, Agents.
Si on n'a pas besoin de capi-1
taux �trangers pour nnli er daBS ) ^^_^-_^_���_________
le paya, qui va acheter les pro- �
doits? M�me pour le cale est-
ce qu'on n a pas besoin de mai-
sons �trang�res pour acheter
les denr�e� le coton, le C eao,
le cami �ch� ? Est-ce que tomes
ces denr�es nentrent pas dena
la m �me.at-gorieV Si quelqu'un
I in'eution de chas
rlLuLLdu
147, P.ue du Faub. St-Denit, ^ari$
Fa''iU � prendre,
Ns m'ceiaitant anctm pr^parallf,
elle ne provoque jamais de d�go�t.
Supprimant la diet<>,
e\U ne d�bili'.: pas le malade.
K'�--"��f?4Mit p^t de� rrpoa a lo chambrt,
| elle ne cause aucuce perle de temps.
Plul active que tout lea aimilalrM.
c!(: est, par cons�quent, moins ch�re.
( PtaCATlV:, 2�3 Pilula,
( LAXAT1VE. 1 r;iu!�
naaaaSBCst.� -z .tt-_t \jl :. t -
pi-ut avoir
n. r ton* 1( � <-api'aux �iiangi r>
il fan. avoir detcapi alislea 11 i
,�n pour financ i le> piojela,
,.ou. acheter tantes Us denr�es
el des baieaux a>s*z nombreux
i �**�, Ah
GRANDE S�URG
O
VOSCE'.*
ACTION
SUf� LE REIN
. �'.ECTTVL
Cure compl�te de l'ARTHRITlSME
Knison du 2d Mai au 25 Septembre
OOURSF3 * TENNIS . GOLF - POLO � TH��TRE - OA_SIJIO
PARO SP�OIAI POUR LES ENFA^iS
En
Tra�n�t direct� > PARIS
vent� dans les prt'ictpnle� l'ha- m�
(Unrt clo l'Batl A VITTEI.
les, Dromierle^ et Malsons d'Allmentf.t n.
\
Go�tez tous les
sonne, d'api es quelques uns,
mais je suis pour mon pays a
ont �t� jet�es i tort'pu a raison�, a dit Sinclair
dans un �tat de grande cou-1 Lewis, romancier, aux Alle-
Norlh Dakota
manda qui lui avaient dt mand�
| ce qu'il ferait en cas dp guerre
1 entre les Etals Unis et l'Europe.
ET VOTES CHOIX SAH�TERRA
INEVITABLEMENT SUR LE
S
panaas^^K�^ '**[&*�� muiata�ai
Toutes les Polices P
DE LA I
os
comprennent la Protection contre la

Foudre sans augmentation de taux�
t.
H
m
Agents G�n�raux
Qui, � prix �ua! est instii passable pour sa
puret� et la finesse de sou ar�me naturel
DISTILLERIE DE �AIGLh
M. FONTAINE, hounetaiie
D�p�t: Anale des rues Davl�s Deslouches
cl Maaasin de F Etal.
Repr�sentants: St-Maie: H. Deshamps
Cap-Ha�tien: M. Giordani
Jacmel: Paesal A. Bi un



I
..

Lundi
5 Janvier 1931
Le
4 PAGES
�>
al�mc ANKfiti IV 7177
^ort-au-Prime
� �l�Dhone : 2242
ii� siawn i -*mf .*��*> �*�**����*
UN MILLION DE
B�TONS PAR JOUR
Une grande production cxigt un grand dcbouch�,
et, pour s'assurer un grand d�bouche, il faut que
la plus fine qualit� s'uni-sc ;i la quantit� maximum.
Cet pourquoi les b�ti us de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent U |U)I fc
CHOCOLAT
AU LAIT
CADBURY
En vente dans toutes les bonnes �piceries
Joe WOOLLEY, Aqent
Avis au Commet ce
La Panama Railroud Steamship Line a l'avantage
d'annoncer les d�parts-, suivants de New-York pour
Port au Prince, directemeni^durant le mois de Janvier
lflM.
D�part S/StCristubal�le fl janvier 1930. le 11 Janvier 1930
< Buenaventura� le 13 � � le 19 Janvier 1930
S/S � Ancon � le 20 Janv, le 25 Janvier 193�
Jas.H. C. VAN REED
Agent G�n�ral
I
\ ASTHME
l �*( Oppression, Catarrhe,
^ Suffocattuns, �
7oux neroeusis.
jluoi taon certaine par le� P
iCI6M�ilkSCL�RY
eua PBUDBE CLERY
| Dr CU�RY, 53, Baul. El Martin, Paris. J
fcaW
Panama Railroad Stanishio Linc
Service de fret et de passaqers enlie
CNEW-YOBKCn Y N.-Y. W^tf^� *� *��* * " ^
Fus rapide'et: le plus di.ect service de transport de passagers �t'dg tr�i. entre Haiti
les ports Europ�ens vis New-Yord et Cristoba', Canal Zont, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs. G. W. SHELPON & O- 17 James Street. I.ivkrpool Engi and
| fTbr fellewiig srr enr Agents al iriitiMl port� in huiope :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James\ Street, Liverpool, Engiand
��� In rance, Messrs G. W. She�don A Co. are repr�sente�! by the tollowin lirras
Glklatli Henriit �. Co
21 Rue de la R�publique
Marseilles.
Hirnu Peron & C", Ltd.
M Quai George V.
Ha\re.
H�bnu Peron & Co., Ltd.
Rue du Moulin � Vapeur,
Boulorae sur Mer.'.
Messrs E. A. Bbndix & Ce �
21 Allengade. Copenhagee.
Oslo, Norway.
Internalional
�Speditionsselkip Oslo.
MM.Atlantic Frfight Corp'n
Ballinhaus, Hamburg 1.
Germa ny.
V MessRS Atlantic Freioht
Corporation
Germany
Messrs ' Atlantic Freinoht
Corpn..
1A Quai'Mordaem,
fctwera*, ieigi-�
Hkhn Peron & C lAd
95 Pue des Maris,
paris.
Herm Peron A Co Lld.,
Rut de Tranquilite,
Dunkcrque.
Hbrnu Pkron A Co lui.,
9 Rue Roy.
Bordeaux.
Genoe, Italy.
Henri Henry Coi & CUW Piazza SMatteoNo 15Geno*
Cottenburg. Swbdui.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messrs Atlantic Freicht
Corp'n.
Kon Emmaplein 3,
Rotterdam iHolland
Messrs Steimann <* Co
FAITES DES �CONOMIES
EN ACHETANT
l'oiirin m fi
L
La meilleure HUILE pour la table et
pour la cuisine.
En vente partout.
L PREETZMANN-AGGERHOLM & O
Acients
Au
March�
ESBENSEN est un lait condens� appr�-
ci� par les familles, pour la richesse de
sa cr�me; il est surtout recommand�
aux b�b�s par les m�decins.
Le CACAO jonas Hollandais esl de
qualit� sup�rieure.
En b lile de 1/4�lbs. � ().�>
En boile (le 1/2 Ibs. � 0 35
'En boite de 1 Ibs � 0I>0
EAU PERRIER� diqestive �l oar caisse^
en d�tail, 1/4 de bout, et 1/2 bouteille.!",
BAY-RUM de S1-THOMAS dejuaHt�
sup�rieure par caisse, bout, (il 1/2 bout.
Pols� boire en papier,vente enqf os& d�tail
Pai fumerie:Houbi#ant,Cotv et Cheramv.
Insurance C(r
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
surla^VlF
' EUGjLefBOSS� & Co!
Aaents G�n�raux10


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs