Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03800
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 29, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03800

Full Text
Cl�ment Ma�jloire
D1REC1EUU
1358. 1\UE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N�2212
Le Matin
h s'est ses rare de toi] des
tuesirsir �le l� [<. ; i|i;i la digi it� BBfti i �
la tarisse, velll qui est rare et
iidiinralilc.
.Iules MIRUC
Mil m il� �H� 11 fBwivfftr�w rHU..,ia
St��nie ANNEE N� 7CC1
! I Ifl)
MARDI 29 DECEMBRE 1
A DAM1EN
(i)
�o -
A'A
Certaines &tni pr�leodent d'hier et celles de de main/Par
que sans /e />/ services haltianis�s UO toBc-| transformation, nous soul-
tiunuera comme auparavant.1 troas dans noire milieu de
Ils sont appel�s � p�i i. liter, � |a coexistence de m�thodes el
V
dispara�tre m�me, parce que
l'.ia�tien n'ob�it pas�l'ha�tien.
Son esprit d'indiscipline et de
r�volte le porte � traiter, sans
�gards, ses chets hi�rarchi-
ques dont il se croit toujours
l'�gal. Il a une tendance a leur
denier la sup�riorit�, l'auto-
lit� et tout doit de contr�le,
tandis que le blanc repr�sente
� ses_yenx, des principes de
Jorce, d'ordre et de progr�s.
L'influence in�luctable, du
ma�tre sur l'esclave persiste-
l-elle, en d�pit de noire lib�-
lation plus que centenaire?
Cette lib�ration a-t-elle all�e--
le les corps, � l'exclusion des
�mes? L'est Taine qui a^dit :
�Les fils d'esclaves engen-
drent des �mes d'esclave s.uurs
et impitoyables aux laibles,
dociles aux torts.�
fc^II est juste de recouna�tre
que, ie plus souvent, tes chels
places dans nos administra-
lions sont d�pourvus de pres-
tige et de. comp�tence. Par
pur esprit de partisane lie, les
gouvernements n o m meut
n'importe qui � n'importe
quoi. C'est ce qui nourrit
1 ambition chez beaucoup d'�-
l�ments int�rieurs d'escala-
der les hautes situa'ious de
J'Etat et ce qui a constitu� une
des causes essentielles des
1 �volutions incessantes qui
ont ravag� le pays, La der-
ni�re, celle du plan Forbes �
pacilique cependant � n'a
consiste, au tond, qu'en un
changement de personnes. 4^
D'autres individus se livrent
aux vaincs' agitations d'un
chauvinisme exaceibc. Haili
jara du te! telle est leur devise,
fcdie doit �voluer, par ses
piopres moyens, sans aucun
concours �tranger, Il le ut an-
nihiler les uctiv tes de l'euau-
ger, repousser ses capitaux,
interdire ses entrepn.\es g�-
n�ralement quelconques sut
notre territoire, ils d�clarent
que la cause priucipale de la
grande mis�re actuelle est
que l'ha�tien se voit r�duit a
ce vivre que d'une ph.ee de
l'Etat, alors que le*con merce
et l'industrie sont accapares
par des �trangers.
En citant ces opinions con-
tradictoires, nous pensons au
mot prolond de Tacite : i II y
bura des passions lant qu'il y
:ur�J de a bouiints.�
t Nous .cioyons otiic et .n�-
cessaire, nous consid�rons
comme un devoir de signa-
ler ce que nous devons actuel
lement envisager. Il nous luu
pr�ciser la situation.
L'�poque que nous vivons
�epr�secte une transition

de laits contjadicloires, <1e
lecliniques,de discipline d'hier
et de ci Iles de demain el �gale-
ment d'individus dont l'es-
prit s'obstine � regarder en
arri�re tandis que d'autres
veulent s'�lancer carr�ment
au devant de tout ce qui leur
semble nouveau.
Se d�gager du pets�, sV-
iever au-dessus du pr�sent
pour s'orienter vers l'avenir,
l'effort est diilici!e peut �tre
mais pas impossible.
Ainsi que nous l'avons d�-
j� d�clar�, � propos de l'Eu*
iiital General, la faillite des
services ha�tiauis�s C0i?stitue>
rait uue honte nationale, un
danger pour notre s�curit�
car elle lournirait le pr�texte
d'une seconde intervention
plus humiliante que la pre-
mi�re. 11 ne faut pas que par
la l�g�ret�, l'insouciance, l'in-
curie de certains de nos cou-
citoyens, des �uvres qui re-
posent enti�rement sur leur
intelligence et leur d�voue-
ment soient compromises,en
entra�nant pour le pays
des cons�queuces tatalcs. : q
comp�tence am�ricaine doit
�tre lemplac�e par l'incomp�-
tence ha�tienne, a dit le tWas-
hington Posl�,dans un arti-
ticie de Mars 1930, deux tois
reproduit au Matin. Nous de-
vons prouver le contraire.
Ceux qui font partie des
nouveaux services, � quelque
titre que ce soit.doivents'em-
ployer, par tous les moyens
en leur pouvoir.� une action
ictive et efficace qui assure
leur plein d�veloppement. Il
raul qu'ils aient cette aspira
t i o ;i alti�re, cette noble am-
bition stimul�es par l'amour
le la l'allie 11 jaul qu'il* ||(
pensent pas � tout ce q>" eai
6roli , mais � tout ce qui esl
plotre et honneur. La libelle,
t ind�pendance, la vie tie I�
Nation le commandent.
Eu terminant ce long repor
iage, nous adressons uossin
e�ies remerciements � tous
es chels de services el em-
ploy�s de l'Institut de Da-
jjituquiwnl bien voulu nous
pr�ter leur concours el nous
taciliter la lacne. Nous leur
en gardons uue vive itcon-
naissance.
Nous nous sentirions pay�s
de nos peines, si les lecteurs
duu.M, in� accueillaieut notre
petit travail avec la bienveil-
lance d< ni ils ont toujours
tait preuve a cotre �gal d.
T. AV.
29
._ ��� �%- *-��#
ALIX
ann�es
ROY
de succ�s.
N� �.'c.�S�ett

|Vobr
[Su iU
Li: Matin
tntre les lormes d'existencefeembrt 1832.
el fin)
� partir du 27 D�-
MODERNISME.
Paul et Emma vonl � l'O-
p�ra, On joue �Tnnnlinuser�.
Au troisi�me acte, Tannhau-
ser s'�croule devant le lii de
mort d'Elisabeth.
Km ma refoule un sanglot i
Propos
humides
i
�o
Le jour de No�l quelques quatie
�**en ivt la huiti�me du
r dt
Mais, tout de m�me, ils au- * in-r,
..',,. , ,\� . (!�'. il �'Ullllll I" I 1)1 \ 'lu-!' (I I RU I
raient bien eu le temps rAui�riqi (U.S.A.; tt
se tuer, une lois maries.
,
MARIAGE D'AMOUR
.� Vous �pouse/. U
tue poss�dant un revenu
10.000 dol. et vous voulez me
Taire croire que vous Faites un
mariage d'amour !
� Mais oui! J'aime l'argent
tjion-
a
a
. .j. Nom en a pn ilve
'.; venue des quilrr cents ant�-
irenx de m inter au bile
de notre* Honnet � VE �qw o� a"�
la masM iaapo inte du i
:. i .u. :'. : Henri. L�, i m ao-
lail les
�.[��-. \ji lonrisl-club du I
avait l'ait transporter rafltoante pro*
vision de RHUM SARTHE CACHET
D'OR dont iK �prouv�rent 1 excel-
lence � plus de douze cents m�lres
d'altitude.
pOI '
pos�e sois clef dans un : oa
da i . ire,
Re ce 3 d nta co'.
seraitp. . ' terg
tr�s peu pour 1<
Ne
1 �
rjcur,\
BW sH


V 4
rx-2�
W- >r+^A.m* *,*.. v-,

du c< ida
Tl
lift!
- 0 -
(Suite cl Fin)
Comme nous l'avons annon-
nonc� dans la 1�re | artie de
ci t article, nous donnons ci-
apr�s le compte-rendu de la
du �Dimanche de la Bible� te-
nue au Cap-Haitien sous la pr�-
sidence de Mr Rosemond plu-
vi�se. Nous le publions in
tcnsf> afin que le- public puis-
se jugerai l'�uvre que nous lai-
sons pour Dieu et pour la Pa-
trie est appr�ci�e a
au Cap-Haitien.
Port-au-Prince 18, Nov. 1931
A. .1.
*
� �
! e ilsMiehe de
llailirn
�oc�
La c�l�bration de la f�t<
�Dimanche de la Bibles a ':i l�< u
grandiastmenl le 18 du coun
au temple dt l'Eglise Wesleyen-
ne de cette ville. L'initiath e esl
partit de Monsieur Alexandn
Jackson, pr�sident de la Soi
t� Biblique et �tas Livras ;
gieux d'Ha�ti. El depuis, loi
les Eglises �vang�liquesdu ;
se sont ralli�es � cetft noble �
Les services �taient pr�
par le pr�dicateur Rosen
Pluvi�se, vu l'absence du i
ducteur de la dite Eglise, le :
leur Emmanuel I ici aux. retenu
� Port-au-Prince, il y a plus
d'un mois d�j�, pour raison
sant�. Au service du matin, i
avait une assis laine i ombi
se ; I*OTgue �tail tenu par la V i -
vr Rosalvo Bobo don! le
lui un vrai patriote, pi
�prouv� [��' ur s'�tre appliqu�,
toute sa vie, A mettre l'int�r�t du
Paysan dessus des siens; au
le pr�dicateur pr� (il� a parl�
de la Bible au poinl de vue de
-,:,n originalit� qui en fait,
jourd'hui enc�re, un livre uni-
que que sans coi . seul.
lui qui esl le cou
et la lin. jl
> cpou\ ail ire an
servant touU
naine. Comme (i.
pour la transmission de si
;es tant aux individ
nations.
. a ajout� le pr�d par
� plus de mille i inq
fur en I consaci
. � n ' : � '
. dif-
1 ! i l . .
lu mmi s de con ins el de
si :.')iiil qu � d
i > mptefencore parmi ( ux un l�-
aleur^li pr�tres, ,
i i ; i ii .d< ri ier . de � \xn\-
des ]
m '� i i el des hommes
. s lettres. Bien ,plus, i
sa valeur j histoire, psaumes, proverbes,
oracle:. �p�ti es, etc. J�� us-Christ
est d; us loul le livre com
H dempteur de l'homme pr�-
sent�, parlant de iclui-ci, tel
qu d esi d�s les premi�re � pa-
: d�chu 11 chass� du para-
terrestre presqu'imm�diate-
lll( ni apr�s sa loi l . el Ici,
on, dans les derni�res pages
du m�me livre, qu'il sera en se
il au plan du salut :
aun ' i; par I mp-
lei r dans le Paradis de Dieu
! ire nou\ elle.
la l.iblr SU ClB-
Cependaul !.�� �r
loute la f�te 1 un< mee
ucoup plus nombreuse, l'or-
tenu par la dame Alph
� l ince, nu ch�ur bien exe rc�
.' des eau! appropri�s,lec-
�'- de un portion de l'J
i ; ai le mi ie ; i
oui e cil co . o� le
i! li< i. >ia �p ird, l'Agent
.i Soci�t� Biblique, s'ei i ap-
i d�-
, i r, en fonction d
s : '. > i, le texl si ivanl
plti e de l'a] ;
inl honte de I Evangil
: '�. pi � an-
lut de tous
�. i [i uis,l
u fr�re Charles 1
! >ar le D
. : l et qui a p
: Quell
la col-
let le tradil oi ol-
� i
el son but : ' ion
t�altein
� ouru i oent
organ
K nous i ompi i nous le i e-
':'
Et le Livre est vraiment uni-1 pr�sentant de la Soci�t�, Me
Loterie
Nationale
;-o-
Le 2f) D�cembre ainsi q
ul annonc� eut lieu devant
un public Doml r� u\ et inU
l� le*dixi�me tirage i^o�
(crie Nationale d i
gros i G 16,1 (I �
Gtagi |
i,
182, 054 et '
I ts
l 100 go :
1218, . . . 0115. (-.
6471, i
1044,1117, 11 1330, 131)1,15
1659, 1770, ;
1*.
,5341 , (il
37,
.. 0495,
: .
i
Les niuiv.o.
5, 713J
I.
m�e i i a . -
pliures.
i
A louer
a ! !;�.'.
'Sadr< se
1
KUI j;,!
il- . ;.
LAI .ION
i 31 It�rera i 1
heu i
ce. le 2
b e 1931.
�ns revu,
Auguste \i
Iriote i
pour finir c< lie ri
produire ' -s pa
ours i
.
I.!.
i il
ions, il n';.
i huit chaqi
entretti nnenl
la p
rail.
.
il mutu
ie* politi
.uni... Donnon
sons i.:�
>nti-
menl

I
R.
... a vu l'anti e ii ur, vn pn a-
leur de d se plsf^naftl
D ul ds C� qus les ou�r�
j cband( s de volailh es re ve�
naient plus ollrir leurs mai*
proche, les dindes
sont en <"e nande.al )is les clients
ta< Is je pr�sentent plus d'in*
I. On vena comment je le*
i accueillerai i la morte-saison �
� �
... voit chez. Bonne, rue Bonus*
� ans porte de l'H�tel de
s |ou< Il merveilleux :
' . tambours, nutos, sol-
lomb, j our les gar�on*
I p�es �rincesset, srM�
cl�s mil '.seules de m�PSftr, et
a;n pour les fille!les.
des personnes trouve*
' pria 'i:es, des
terrines, des tante,
� et mille;
autres choses indispensables a
Une n bien l< n�e. Si vous
veux relu ||es...�toul-
1 onsp . avec un
o / ( cm
*
� �
� Siu-Sitlr-Inn, une
s qui ��� d�sesp�rait
! qu'a! . rd'.i au
bal de i I un bi-
aille d leur i.ies-
Le len m in, notre
li i t�l�phonait
� � i biio i �a>r�
. Cela v: lait
qu'un remerciaient iudi-
lioei que l'on
liinil i i�i . '��' pairu
11 . � > a-Side-
< in n le Champagne a
I le directeur de l'�tablis�
Bernent.
. > �
Do � lue de
ns . i oitur i �'. (ieui
q .i' Is se nioent
otdon-
i u'ils ( laient
� U est
' s uns
;; il llf.
tlVj que ( 'tD �tait
i 'n � ip arads averti
n�cessairement deux
in ?i i
... a vu) tu.'. ai i. Ai mi.a trois
i lieuses de poup�es,
i � vitrine, o� resplen-
i i jol s bas, i b."us-
� i'\ ers-
i ie de Is piuce. Trois
riLC� SCS avec des
d'ene hardiesse appuy�e
le, di a l�vres d'un
uptueui, U ndues l'on
des baisers passion-
! et puis ('es gorge.��
leiu �. i d'un mo-
wi al qne l'envie nt.it
"�u �me de loucher peur se
< i ui| i ... 'inoureuses
vous (ie chan ou
| rctl; me?
vo ' qne nonobstant l'avis
Maison
, I d�gustateun
1 il pas pour battus.
Leur li qne nouvelle inspirer
v des guerres napol�on-
o isii le � barcefer l'en-
sp�ct nos amis Paul
; jusqu'� ce qu'il se
ende. Bi certain que m�ma
i i osur en ciment arm�,
r d'oilrir a
ni qui cent lois de
I l� | mir \ous taiie
oi vi r � vous qui le labn-
qui la Goutte d'or Barban-
11 ' sans r v?I.
i gloire se paie.
:i ' ' inislttt
r en personne
ues amis � Side-Slep-
!� �illonnait sv�a
d. Le Ministre oltril le
e et partit la mu tte
simplement quu
' i gnifo..
1 m�che,
pji�n nt.
Hampy! V.ve k Fr�sidtut
1 Vmcentl


I '
nCMMi
anMMMM�''

_..'
l't. tuibic J-� 1
r^r* * .-.- - '^�r**
Le Bilan
dune Ann�e
L'ORIGINE DU TIMBRE-POSTE. \
Lettre ouverte
Al'
1TFUR l)F LF � M�llN� [prochaine, que le Umbre-posle
fflHMn Ictl invent�. Il vil le jour eji
Il v aura cent ans l'ann�e
i
-17"
� 0-
L�ng�
1931.
Mon -i'
22 d�cembre
Directeur,
J*a\ lis promis aux lecteurs
, quotidien �le coati-
11 ; ; [j o � dea laits dont
! les jugi i d paix de L�og�ue
Angleterre, et � ce propos,on
conte l'amusante anecdote
que voici :
Doux amoureux avant con-
Ptraonc? en ,p P*y* n'ignore
1 s conditions dans lesquelles
i* >l lien 1� 18 Novembre -!�>
l'inn�e demies � i ' <� 1 � clion � la
Premi�re Magistrature de l'Etal
tle l'int�gre St�nio Virent.
Le pavs �tui* presque d ma b�
�at d'ana�chie quand arriva
U grande Connus;..-... \men- ' ^ rcKdu coupables dans en co�t�t rien. D�s que le fac-
cune envoy�e par le I r sioYnl. , { , � j/OCcasion de
lloover. Tous es iv i-'s pohli-l'.c . , , , :
i^Tcoiitito�tonie i |. dite, l'exercire de leurs onctions,
Commission soumette leurpro-i Je tiendrai ma promesse,
gramme. La Cou.:-, non, en [quoi qui! j en advenir,
vertu des pleins pouvi ira � ejle Je 1rs dirai sansdelaill ri-
i.s sont en trop grande
venu entre eux d'un signe se-
cret qu'ils portaient sur un
i i de l'enveloppe, avaient
trouv� le moyen de corres-
pondre ainsi sans qu'il leu
ni de-
mi pl.ii)
octroy�s par le Pi�si
Etats-Unis, conclut
�le r�organisation d�nomm� :
l'tan Fornee. En ex�cution de ce
plan un gouvernent il provi-
soire lut constitua *
aux �lections l< � a qui
eurent lieu sans le ni � n ire in-
cident ; pas une seul interven-
tion de la police sur i ul le lei-
nioire durant lu | u e �lu 14
i -.tobre de l'an � W30 ; les.
�i set ions se pass� dooedaus
l'ordre le plus p i ait. � Le*
I M'ces da rOccQp-iuo i sa turent
m�me �tonn�es.
Le Cartel dont d lieur St�-
nio Vincent taisait | irti triom�
p n aux �lsctio i ; il d -vini
S�nateur de la R�| ubli rae.Mon-
Mrtur Constsutia M ir I, Lh ��
de Parti alors, a va cl perdu la
lu taille, adressa dei itlrea de
lelioitationa aux c in li la i
l.� dix-huit Nove br � la l'a -
n�s derni�re, l'A'.se ublee Ni*
luna'.e libre aanl r� tuie nom-
ma lir St�nio V ncent Pr�si-
dant de la R�publique avec une
majorit� �crasante. I rn.diale-
roant il convoqua ton . lescbela
�le parti aux Qaa d'en �le p >ur
1j formation d'un Ca i et. Pas
d'attitude qui sou pi., noble, li
liut l'union de tous p iur a
ver ce qui reste � sa. e >.;
dis que le gouverii u< il h i
lien entamait les n�gociatio
avec le Gouverne aent des
liuts-Uuis en vue de l'Haitiani-
ttation des services p i ilics, ans
opposition naquit cl pi il posi-
li m contre lui. Que peut-elle
avoir de bien constructif cette
opposition ? Rien, sinon l'dfe
toi que je iii'tj mette C'est loul.
Depuis lors on a beau oui �crit,
et un beau jour, � la salis!.iction

outra licti >o avec la 'plus
�l�mentaire dignit� de la Ma-
gistrature, pour que je le*
taise sans danger.
El ia Justice pour bise,
futilit� sociale ;>< ur bot, j'�
tabl d q ie ces juges -
lailli � h � h i
Mais a-v.nt que i e te taire,
ie veux d�s m inteuant lixer
le^ responsabilit�s.
leur se pr�sentait, ils regar-
daient chacun le coin de "en-
veloppe, cl ayant appris ce
qu'ils voulaient se dire re-
fusaient d'acquitter la taxe
de un shilling.
C'est pour d�pister cette pe-
tite supercherie qu'un com-
iikt; anl londonien, du nom
de Rowland llill, d�couvrit,
en 1832. le timbre-poste.
... ci votie Parker
DuufoWi prend 17,
4 0/0 d'encre de plus
. (|ii� la contenance de
'^'i la plume. Vissez la
\ couverture et ce bou-
J ton de reinpliaaagc-
� t patent� est scell� lier-
in�tu|ueiiKMil. Il ne
peut pas jeter l'encre
�-,,/- m�me :\c�identelle-
�� ment. Il n'y a pas de
levier cpii puisse s'ac-
" erochur � voire litige.
* Demainlez� vorledis-
tnbut.ur pour les
nombruux autres per
eclionnements du
parker.
H
. respossibilit�s. 'v, . V Y
Des faits nouvellement sur-1 que lutte entre le
mus m'obligent � citer d'au '�� , passjon, lut!
ven
tr�s noms. Des d�clarations
extraordinaire ni nt �tonnao
Le me conduisent � cel
n�cessit�. ' tu se rappelle que
j'avais annonc� w^a enqu�te
ordonn�e pari.- D�partement
de la Justice sur la conduite
des dits j i, et ; par
le ; o nm s du Gouverne-
ment de Petit-Co�ve.du 5 au
7 da courant. Dos faits'graves
o it �t� r�v�l�s � celte en-
qu� e.
On n'a pi s pu mer que
ouisa Nais.oica et Robert
Bran nient �t� remis eu li-
bert�, la prem �re, en vertu
l'an ; i lent prononc�
par un le samedi 28
novembre, � 9 heures �tu
joi '. en n ? entach�e de taux
rendue le lendemain dima
che i deux heures et dtmie
le l'apr�s midi : que la cita-
tion qui m'appelait en nullit�
l'i mprisonnement de Loui-
sa Naissance, ne comport�t
ni la demeure.ni le domicile,
ai 1 immatricule de l'huissier
g�n�rale, ou signa l'pccor 1 du 5 qui l'avait si e, et que le
Ao�t: c'�tait la march � � grands jjUge de paix l'ait
pas vers l'haitianisat. i. Le lei
octobre le Gonvero n il pri
d�clar�e vu-
ot'.iciellenienl possession des
trois grands services de l'Etat :
le service Technique, le servie*
a\iygi�ne,la Direclio \ Q�n�rab
des Travaux PnbliCi. Maigri
loas les commentaire p ission-
n�s, ces services mai :h tnt r�
giili�rement � la sati (faction de
tous. Donc en lait d � r�alisa-
tions on n'a rien � re iro �er au
Gouvernement de Mr Vincent
peadant celle ann�e q u s'u-
cli�ve.
Le Pr�sident Vincent leaanl �
c�ur l'�tat de mis�re dans le-
quel est livr� son peuple a 01 �
ganis� des cantiues pub les pou
permettre � tous de leler I
uaissauce de l'Homme i)ieu. I .
comme r�sultat de c lie un
gouvernementale la ruasse pro
l�tarienne a bambiU en plaa
�u cri de Vive St�nio Vincent !..
Avec 1932 qui a/ano mce.nona
souhaitons que le Pi i lideut Vin-
ceai l�ussisse dans 1 a
s�ment de son prou; m ae qi i
rst bon et r�alisai. ir jos
qu'� celle heure il u
tul�.� 11 est llaitic i �> nhenii
que tt patriote.
E. M. JOI.x VI i:.
l�B-
I ible � que le |ugemeut du
li manche ait �l� pr�par� �
l'avance, aucune pi�ce n'a-
yant �t� communiqu�e au ju-
ge, pour �tre e Lamin�e : que
mee ?
Non! j'affirme [qu'il eu est
incapable.
\-t-il donc tailli dans quel
devoir et
e � l'issue
le laquelle on enregistrerait
encore un triste triomphe de
celle-ci sur celui-l� ?
Son temp�rament en so�l
trirait, je n'en doute pas.
Cependant, jusqu'� pr�sent
le jeu n�taste continue ; les
injustices se poursuivent.
L ! J ige de u'x i * lus" d'or
donn in :er des r* qu�les et
d'assister des h lissiers dans
les ex�cutions � la requ�te
d'Edouard Allred.
S'il a re�/t dps instructions
en ce sens, ja'il le dse.
>inon. i'i '-. ?
Mv l� e ? Je le percerai.
Pour v ; venir, je partirai
'n i;;! [ne Mj ..-leur Thiers
h .:i te ne se c n he pas
i �tre le ; l�g� du So >s-Se
er�taire d lvat de l'Int�rieur
. ; du Comptable-payeur en
ce D�p rtemenl : Monsieur
M�nesky Rey, celui del'hono
rable Chef nia Cabinet parti
. � i I i i r de Son Ex., dont il se
dii nu co np�re.
Ces donn�es me serviront
de :! m > au dans le sentier
l�u�bre ix les inco.npr�hen
sibles.au boit duquel jecrains
Inrt !�.� d " mvrir m� n � une
tr de v�rit�.
Ah ! c ) nbien donc {e trem-
ble d�j� p iui tant de pr�s-
liges i ; ig�s| je voudrais les
Distributeurs :
MOHR & LAl'IUN
P. O. Box � M �
Port-au-Prince.
VC, (JOUI CIlCC.UlUluci,. mu�. t -� ��
Poriginalde mon acle d'appel sauver d me cttastrophe au
ait cl� en pleine audience
d�truit par Me Auguste Fau-
ch�, mou a Iwrsaire, et que;
pas un proc�s-verbal n'ait
�t� adress� � cette occasion ;
que iusqu'au 7du courant,au-
cun acte de ces proc�s, pas
m�me 1er citations sur les-
quelles I s deux limeuses d�
moins morale,mai i certaine,
Alors, je souhiite sinc�re
me.it pie detanl et si puissan
tes pr >t m li >ns se �� lient trom
p�es ensexer�aat ainsi dan>
le mal.
M is, si c'�tait le contraire?
Eh bien, on conviendra
avec moi que seules, les ini-
cisions avaient �t� rendues,, q dites dont mes clients ont
n'ait �t� enregistr�; que Tanis ' l� const immenl victim s de
A
VIS
Les trois r�c�-,� �; - de la
Dette Communale � ort-an-
Prince, aux Nos I � 217 et
218 l'�levant enM b'� ^ la
somme de Deux
gourdea(G.2r50 00 J � eu ta
veurdes sieurs t�. i i Fils &
Ox, ayant �l� �g in � s �nt d -
clar�s nuls et ion . * US,
N'iussign�s devant t. (aire
�tresser duplicata.
J'ort-au Prince,le28 Dec. 1931
Gustave^ e onn� le sa
me li 28 novembre � 9 heu-
du son p mr laits d�lic-
tueux, ail �t� relax� le len-
demain dimanche, � 10 heu-
res du m ttin, apr�s avoir
vers� Boixa ite quinze gour-
des-, sur une ra �ou de 150
i, i , , ; ..... OT Cl� JU
i . . i'u i i une de per-
dent en pri-
son, s tns juge ment, pour tait s ,
qu'elles i I m*, qne la
campa g Mil ire n ait pas-
s� eux jours el deux nuits
i u pi Iso ', s ; a |U (eraent,
pour ad in iri \w. ni civile
Le Commissaire du Gou �
vernement a constat� tout
cela.
�l-il tait son rapport ?
Dans ce rapport, aurait-il
induit en ern or ses uj �
rieurs hier n � biques ?
Ma�tre Andr� Tell F
�oiff, Com � � � tn
a toujours j > li -i ae
la i irl de Juges, une soit
ina ais�e vie justice, m'auront
emp�ch� de garder le silence,
qu'impor'e si i m m tour, en
ma qualit� le Membre de
I, Soci�t�, j; t'� nbe s iqs
Iqne main sacril�ge, nn
ird sanguinaire,ou une
balti as assine,ma conscience
s'�tai t r�volt�e aux cris d�
sesp�rants de la Justice qui
nil d �tre sans d�lense.
m is qui ne veut pas non
plus �tre d�tendue � demi.
CASIMIR, avosat
A sn�vre
ALL AMERICA PARLES
SERVICE MESSAGE.
Avis
A l'occassion des F�tes de
No�l et du Premier Jour de
l'An"la '� AU America Gables
Inc. �, acceptera les messages
de v�ux et souhaits � tarit
tr�s r�duit ( envirou le 1/3 de
la taxe ordinaire ). Taxe mi
nimum. dix : mots.
Fxemples New York : 1..13
France : 2,15..illemag: 2,25 en
Grande Rretagne .- 1,95, Hol
lande2,15,Suisse 215,etc. Pour
tous renseignements s'adres
ser � la AU America Cables
Inc. T�lenhone 2727.
R�sital (�i'ii�r.il lli�ticii
Accidents .
Da 19 d�cembre 1031.
Neptune 'Von�s.11 ans, Peu
de Chos? B'e suit eoatOSi fj'"e
in'e'ne d� la l�vre int�r. et a la
� �^ o i rnen'onn � e.
i I. inreal S7 ����, .St-'.larc.
Co lu'-e d*> ta l >ce t^huta).
Michel Satomon, 52 ans, La�
lu-* li essure contuse du men-
to i.
P ul \ i Irn, '2(i ans, Are^haie.
E i on BUS mall�oles sup'r.
' r. pie I gauche ( auto )
G'ord ni O 'OSta. 38 ans, rue
'� la R�volution. Blaasnreeoa
tus� d'ux geoi orteil piei Rosi lien [\osin�, '27 ans. B -
zo'o'i. Con'naioa i l'�paota
;. ir!v>,au bras droit,'l� la han-
che �.
Uird Loui les, 4'2 ans, B�l-
Air. Blessure contuse du cuir
chevelu.
Ulysse Andrcvil, 2'� �ns, Bois
Verna. Contagion avc-^. erosioa
de la l�vre saper, par coup de
poing.
L irianl Jo.elie. .'12 a-is, V il|e-
Bjr.h-nr. Blessure contuaa du
cuir chevelu.
Fila-Aim� R>ymonie� 10 ans,
Lalu-, l�'evsu � cou ta si de h
r. d<- lt main droite.
Vo cy Lilianae, 12 ans, Pea
de Cluse Blessure lier- ml-',
jambe droi e f i se externe.
N. V -i-'. 17 i h P)i-i i i
Prin �.-. Blessure pxr piuove
( clou).
^ '/� -uce H irir \, ']) m�, Li'ut�
F.'�c re du 1 3 loi -r. de I�
jamb �
Geogea Sylvain, 51 an., rue
du Centre. Bleasire -i-ri-.' du
cuir c'a veln, et mir-iur^ de
l'index droit.
HMi� Biamby, 39 ma, "orta�l
L'^oj�� ie. B�'ur lapecfl i II.
de lava )'� bras �riche
\ndr� S gn B essure h ancien � ,>ir coun
de bacb � aas ex u' l� I l*i
d x el d.i .m u- � .! . 'i
Casimii !'"'ls. ."�! ma, (ir ma'-
Rje, C mtu^iou des paupi�res.
Halo Coaie, 23 ans, rue des
Cisars. Blessure contuse de la
'ace ( sport )
Les choses
command�es
FORCE.
jANT� - �JEUNESSE
LM tnivmix (k- nombreux m�decin�
Irangaii et �lraiigiri entrapril d�puta ta
eommunlcotloo nu-nio :il>lc S�UUAHU .ur la powlbUlU �le rajeunir
l�ii-c- humain par robiorptloa �le nandaa
fra�ches d'anlnMUZ, ont conduit A cette
conclusion niaiiitcn fois verilice, qu'il est
muintcnanl possible, sans avoir recours
aux proc�tlM op�ratoires ( SUuMCh,
Voronoff). de restituer � l'organiaino,
cliuz l'homme comme chez la femme,
sou �nergie et sa vigueur perdues � la
suite de maladies, de fatigue physique ou
c�r�brale, da vieillesse pr�matur�e, d'ef-
facer les stigmates �le d�ch�ance pr�cocu
�I traiter llmpulssanco sexuelle.
P. SKJOl' RNf. - \V. BUCH, l'ort-au-Prinre
et.).m. TOUTES les bonnes pharmacies.
LE "GLANDOPHILE"
Stuli dittnjut�urs : A. THOMAS �4 O*
15, Rue Ma.-tU. PARIS
AVIS
LEGATION CE FRANCE
Les jeuues Fran�ais n�s du
I 1er juin 1911 au SI Mai I912
jet ceux qui �tant n�s anie-
jrieuremeut ont �t� omis lors
] des recensements des classes
'. pr�c�dentes sont pri�s de se
j pr�senter � la Chancellerie de
a L�gation de France depuis
a date du pr�sent avis jus-
qu'au 9 janvier 1932 � l'ex-
. eepti n des dimanches e! jours
j t�ri�s, dans la matin�e entre
9 heures et midi en vue de
leur inscription sur les la-
bleaux de recensement de la
prochaine classe.
Port-aa-Prince.Je 2/ d�*
cemb.e 1931.
a
A l'occasion du Nouvel An le
Ministre de France sera heu-
reux de recevoir � la Leoa.
tion de Frauce le vendredi
1er janvier.� onze heures tr�s
pr�cises du malin, 1rs Fran-
�ais et prot�g�s iran�ais et
lamis de la rrance et leurs
familles,
Port-au-Prince, Je 27 d�-
cerrbre 1931.
Notez ceci:
�*�
666
F.n remettant au bureau du
journal un ?ae � main �gar�
dan* l'pp'�s-midi de dimanche
damier, vous aurti une bonne al
r�compor>seet aucune question l'�!?��'
ne voussera pos�e. " DOT sauve
LIQUIDE on en TABLETTES
Soulage les maux de t�te
ou la n�vralgie eu 30 mitantes,
gu�rit un F'ioid le 1 remier
jour el la m da ia en trois
b�b� du troid.
[5� I-ttfi2 f'' -u
Cin�-lady
CE SOIR
Belpheqor
OU LE FANTOME DU LOUVRE
( SUITE )
La Maison de la Hai-ie
OU, L'HOMME A LA CAGOULE
( SUITE )
Enti�e : 11,50 ; Balcon : 100
Lu.: DORSINVILLE,
Professeur cTBiUoire cl
Directeur �le l'Institut
Guu Joseph Bonnet-
Avis
gi:
\)V\\ i\l
L'A Iminislratioa de la Lo-
onale d'Ha�ti aviac
quelh nie pour
t.iiion qui : i � ' � � ls! d�finitivement
Soitsou| lux� t la huiti�me heure (H
Serait . � heare,Cotn I e 1res p � : ici a m. ). En
�ire du I..... 1 Icoas�q , tout billet qui
,,,-( � n'a 1 a pas �. e vendu la veille
au'il aurait � ce point d�- du liram est consid�r� vendu.
N'arrivaient pas, mais la date
�tait si proche, que ce lut pour
lui un sauvetage,quand il trouva
chea
Paul C. .lux la
Lits � matelas � Orailltra �
Dc�p� T. les � Tapis de
pied � ServteUea de toile'1 �
sorties Je b m � Pautoull � �
Lavaboa �Eaux de toilette �
Ddoutricea,
menti Cette
1 0111

L'ADMIN STRATION
D E N T O L
Ce n'est pas cki Bluff
Li maison Anton I. Saba ne croit pas n�cessaire d'�m1-
m�rer i^i ses articles bien r�put�s de bonne qualit� tria
que : Cr�pe de Chine, Voile de soie, Cr�pe Georgetle* 0 la
de soie. Voiles Chlfton,, Toile � Drap pur Ql, Bas fil, Tn-
coline, Casimir, etc. etc, etc., qui ue sauraient �tre surpss
s^s par la concurrence.
A l'occasion des t�tes de fin d'anne�a
La Maison vend les articles suivants.
Articles'pour Danses et Fillettes.
Chapeaux paille d'Italie pour fillettes a Gdes 2,25 chaque
� *' Firme pour dames 3,06
Chapeaux p il'e d'Italie pour gai�onnel 3,00
44 " pour gar�onnet panama 3.00
(,ha peaux paille Jean Bart sup. 5,00
'� " garnis pour dames large 3.00
Chaussures pour d�mes No 3 � 5 Berge 16,90
� ' ' cr�pe soie 17.50
Chaussures pour dames No 3 � 5 no*r 15,00
Et souliers Tennis - Fleurs-Dentell. s, etc.etc
Articles pour honmes
ChsDeaux Canotier pai.le d'Italie � Gourdes |,50 clnq1^
'*� �� Charlcston o,00
�� Panana 3,00
Chapeaux Sandino 2.75
Toile double 1 irgeur pour costumes lourdes 4.50 aune
Toile tussor double iarg. pour costume 4 50
Cheviot noir " " " 4,50
Cheviot Gris double larg.pour costumes 4,50
Serge Bleu marine " " � 11,00
Serge Noir " 1200
Chanssorei pour hommes No 5 � 7 19.00
Casquettes tran�aises 20'i
et Cravates. � ^00tiers Tennis. � CSh?tHiies � hapeaux
laiue � Casimir coul. etc, etc.
Les p. ix des articles mentionn�s sont � moili� da leurs
ptii le revient malgr� leur traichenr et leur utilit� Pour
l'-s h bihements des ic.es.
N h�sitez pas; accourrez-y en foule, car ces p-�x c-xceptioD-
les sont pour le mois de decembr. seulemeu;.
VOIR CES ARTICLES C'EST LES ACHETER '
N'OUBLIEZ PAS QUE C'EST DE: LA
Anton I. SABA
1733, RUE DU MAGASIN DE L'�TAT.
,...,..�. torbaiicouri
l'u.ii t. icuo.nai^e est,nntverseile � gard� s� premi�re p'ace.
Demander partout :
UN BARBANCOURT
D�p�t :Rue des C�sar..


N -
" i
O^mbrt
WMI
ON �VITE
ON SOIGNE,
ON COMBAT
BFFICACBSMBNT
Toutes les Maladies
te
VOIES RESPIRATOIRES
par l'emploi de�
Past�LLes WAIDA
_, ANTISEPTIQUES
mais le tuccis n'$st assar� que al on emploi� bd�
PASTILLES VALDA V�RITABLES
Les EXIGER dans toutes les Fharmacies
En BOITES
portant le uom y
Vente � l'en:
AVIS
�-j- -
.
WIWWl� UlNM �..,..,�
On
Qltll
ri'orrf
VALDA
LE ROI DES RHUMS
Cest le Neehu Gctctjens
D�P�T CENTRAL:1940,RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Prix courants :
Rhum Nectar en bouteilles:
5 �toiles 7.50
4 �toiles 5,00
3 �toiles 4,00
2 �toiles 3,00
1 �toile 2,00
En 1/21) ou teilles moiti�
prix.
Par gallon de 8 � 40 gdes
le gallon.
Sirops et liqueurs de
premier choix.
VIN ROUGE & BLANC
Alcool pour liqueurs.
Extraits pour sirops
et liqueurs.
BAUME. BE.KG.U�
GOUTTE RHUMATISME
"NEVRALGIES "
';� il v voir � tons i
i) m tiendi a, en \
ei'e In Direction < e-
Dtralc des, Travaux Publh .
qvc le mercredi 29 d�cem-
bre courant, � 10heures du
matin.il srrn proc�d� an Ga�
ra�e des Travaux Publics � la
veine aux ench�res pi bliques
des trilclf s Miivauis :
1 � 2 (abroucts � l roues,
�ai(jue Studebaker.
2� 2 Mules �trang�res.
3� 2 Nlules du pays.
4� 1 Camion Dodge 1 tou-
ce 1/2, mod�le 1926.
5 � 1 Camion Dodge 1 Ion*
ne 1,2. n od�le 1926. Marque
T. i. 23.
0-1 Camion Dodge 3 I
tonne, mod�le li)2(>.
Si-Germain CHAMPAGNE
EncanteuPbl�c
d�licie minage est si l)on � maagecJ
*.-


� 6$
1 ' B

, - '


Dr. Bengu�, n, Rue Daim, > Paris,
�CHOS
- L'automobile de notre
ami, le S�nateur Prade', a
, heui l� samedi soir l'entant du
' d�put� Loris Gilles qui est
mort des �>uilcs de l'accident.
j Nous d�plorons ce malheur
et adressons nos sympathies
au malheureux p�re.
� Peudant ces derniers
jours, il y a eu d'innombra-
bles �danses� dans les quar-
tiers excentriques de la ville.
Sans discontinuer, jour et
nuit, les tambours r�son-
naient, Et �a continuera jus-
qu'apr�s les i Rois �...
� Le groupe Eug�ne Jean-
ly a publi� la liste de ses can-
didat au Conseil Communal.
Il reste deux ou trois autres
groupes � faire conna�tre les
leurs
� On lignait la brutal it�
deertains ageuts du corps
des d�tectives qui trop lacile*
fment jouent du b�ton sur
les pauvres gens. 11 serait bon
que le chef de la police les
appelle � l'ordre.
� Il reste trois jours pour
la cl�ture des listes d'inscrip
lion. Que les retardataires se
pressent.
� Adolf Hitler, leader na-
tional � socialiste allemand,
est attendu � Rome o� les la-
cistes s'exaltent � l'id�e {de le
j voir et de traiter avec lui...
� l'Allemagne s'appr�te �
! des repr�sailles douani�res
contre l'Angleterre qui a aug
mente son tarit.
� Les Chambres fran�aises
sont entr�es en vacances. Elles
se r�uniront le second mardi
de Janvier.
� M. Victor Oelbeau, ex-
(ommissaire du Gouverne-
ment � Petit-Go�ve.a �t� vic-
time d'une agression de la
part de M. Mont�s Auguste.
Celui-ci lui tira � balles et
lui porta plusieurs coups df
oignard.Blessures au vis g<",
u nez.� l'oreille. M.Delbea.i
st � l'h�pital de Petit-Go�ve.
son cas n'est pas jug� mor-
tel.
� c L'Action Nationale � a
... Et la vari�t� de plais
d�licieux que vous pou-
vez pr�parer est infi-
nie ...
HPOUT LE MONDB aime le l'ro-
A mage, el le fromage Krafl
contient de rares d�lices. Il n'est
pas seulemest excellent et l'em-
pli de saveur, mais pr�par�
d'une mani�re parfaite ; c'est la
plus digestible des nourritures.
Le fromage Krafl Suisse esl
tout particuli�rement bon. Car
Krafl Suisse esl soigneusemi
pr�par�, de fa�on � �tre un m�-
lange ayant les qualit�s d'un
fromage parfait. 11 est pur et ri-
Les enfant� aiment
le /;> mage KRAFT
cl n s pouvez leur en
donner autant qu'ils
.( aient.
che, uniforme quant � la sa-
veur el � la composil n.
Les entants l'aiment ... votre
m < � en demandera d< ux fois
C'< st un Fromage rare. qui sert
� de nombreux usagi
Il en esl de m�me pour les
autres d�licieuses vari�t�s de
Krafl Cheese... Ils sonl bons
par�e qu'ils .i �t� pr�par�s
pour l'�tre >urs. nom lissants.
savoureux, 11 d�licieux. Choi-
>/ le fromage Krafl ... En
v. ute che� votre �picier
et
' une autre V li�l� d�-
ni in. Vous n'en serez jamais
rassasi�.
PAWLEY SUES CORPORATION
Dislribateir :
hirl-aii-himo, Ha�ti.
KR�FT^^) CH�ESE

publi� la correspondance
�chang�e tntrf' on groupe de
d�pu es et le Soci�taire d'Etat
de l'Int�rieur au sujet de I cm
prisonmment de leur coll�-
gue Jolibois fils.
� Le D�partement de l'Ins-
truction publique a fix� au
lundi 11 janvier la renti�e
des �coles, apr�s 'es vacances
de fin d'ann�e Uepport aux
�lections g�n�rales.
� Le 2 janvier, repr�sen-
tation � Cin�-Vari�t�s de
o l'Empereur Dessalines �,
grande pi�ce patriotique de
Mas*Mon Coicou, par les
acteurs de la Renaissance.
� Les oh' g�la 1res fran�ais
de l'emprunt ha�tien �o/o
1010 ont intent�, devant le
Tribunal de Commu�e del�
Seine, un nouveau proc�s �
la National City Bans et � la
Banque Nationale d'Ha�ti. Un
! proc�-. analogi e f si d�j� en
� lance de ml te li ibi nal
| civil de la S< :
| (La Mis' i n Pat otiq � des
I Jeun� i �i n no eh ours
cU i iiien>,son bure m do : MM
Andr� Momplaisir, Seymou
Day et F�lix L lres-
pectivement pi es I, vice-
pr�sident et secr�taire
rai r��lus.
� L'Associ�tii � ancien-
nes �l�vesde l'E
organise pour le 2 j � � �� ie
dans 1'.:, t�s �n'di kei
messe qui se tien !' i dans h
onr de I E.. blifl lent.
� Au Bazar M�l
\L Aiil-rv. pmpn � ' r-
na ml <� t lui m�tu<
loir.servani les i m>m
brabea qui enl�vi les plus
jolis jouets qu a I ouve sur
ta place:
LES INSCRIPTIONS
p UECTOBALES
L port lii.04")
lue 1931 30�
16.360
/ < iu n nie cil* onscriplton
Keport 13.120
26 d�c. 1931 155
;#o
Total 29 02;")
a n ia pius mi %
IM&flON PE�BARD
D'ALGER
' RACEES PEYRARD �� 1
au�rlmmmnl la
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
VM M*�Vi
��uim �� -ir-f-*i.ij�l)ii n� tnni-�ri-------*� i ,>� .'��mmniiim.ifti
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
Canadiennes ^assurance
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
. -,mm W�tmwmmwmmMBm
Toutes les Polices
DE IA
�f|| | i1f)f|
^comprennent la Protection contre la
m
Foudre sans auamentation de taux
jsi
Aqents G�n�raux


Mardi
29 D�cembre 1931
Le Mat
I
4 PAGES
25erae ANNfcB N� 751
Po�t-an-l'riflce;
T�U pho^e t 2212

. ..*#>.r% a* n �m**:j�KKii4��*iAT.v��. �** �

C7*

O�lrez comme CADEAU de fin d'Arm�e
45�
.1�
combat le rhumatisme
Goutte
Ecz�ma
I Art�rio-
scl�rose f| i|

t ^

Ob�sit�
A* l *� RM (M �'"� i
AM ...��.....
\
tes

�. I
VI
y
Iles i
DE LA
i
hV
� i
'�!
iS
*v
URODOMAL
� i� le rein, lave le
;. g ..t: -ulationa
iU| I lei art�res
�t 'Vite i ob�sit�
^dorst, d. �md *' ;.,, , ,,,,.,�,�, �fan�*
Incruste le� m do, rb uni . est d
LES NOUVELLES RADIOS
A 5 & 7 LAMPES
MUL1I-MU el FEN70DE
�AU ELECTRIC�

-r-J|
:ft�*
^ ,u,r
TE US IP UN
: Uin ' ' " ' "
i , ;. po - Piii ' ' st
P � ('eNew-V" k l�' diman-
che 27 M� em -e 1931 �tc< :
2 m gers Sacs <"�'
�-!,c � i partira I' . � -u'.i l u nii'im joui
L reclement p< or l'iih'ol ;<\
Canal ZoBe,prena ni lrei.mi.lie
c passai ers.
Jas H. C. VAN REED
. geni-g�a�rsl
�s.-
* Mud�l* C- 31
Or 85. 7 lampes.
i
-
((
Mail

Lykes Brothers SS C� Inc
Texes - ��Itf - ���to uonaingo- Rico Porto
leseul service ni bel mad ers d
rrfV entre les porta i �
Port-au-I'rince, i�;v
Tour la r�ceptioi - dev�5
kir Dortatiooa, sema tooj ; d ^ M-
UNE.
Les prochaines ai � � � t-ao-Pi
Steamer lAln i Lyki i i-1'5
t'.ureau: Rue du M � le B
wmSSmSSSk wmmSmmSSS^m
Grande Liquidation -le fin
d'anu�e du 20 d�centre au
15 janvier.
t iofittzdel( cession.Joci
: i... d march� pour arbre ae
No�l.
MESDAMES,
! Pour teint�re vous-m�mes tous
..3, aucun produit n'�gale
La 'MAURESQUE!
. nffiE �!�MACiRE PERrZCTICMNft I
Eug�ne P�ROD
ot.^-' p �,im.itlcietUrogucrie�'ri!�W B
7 8�#/ K�f� C. Fr..1CGQ. ifHrtt-Pr.rls
m. - � . !.. �����M� U-SM g� M>*1UW> W�WRB
t ;

-�
(�.,$ '.<��
Ha d par leur dynamique
Les meilleures Radios sur le marh�
DEMANDEZ ONE D�MONSTRATION
Ef VOUS SEREZ SURPRIS DE LA
SUPERIORITE DECES
Radios Golumbia
SUR� TOUTES LES AUTRES MARQUES.
N'achetez pas
une Radio avanl
d'essayer la
COLLMBIA
en feblanc de 100/1 pints, quarts 50/1,
20-3 1/2 >., 10/1 gallon & 5 aallons, est
la meilleure huile pour la cuisine et la.
table.
Or 87.50 ") lampe*
Mod�le C 34
Or 115. 7 lampes
Kneers COLVMBIA Music Hall
Port-au-Prince
KEENR'S GARAGE
m iiiwiii i � 111 i ��.jr.nstjtim
!
W
�!
mm
estralimenl pr�f�r� des enfants
En venl u lou es les bonnes Epice-
ries de la ll�pnblioue.
Pour commande s'adresser �
LPREETZMANN-AGGE RHOLM &C�,
REF1N1NG C�., New-York.
Aqcnts doGOi^N PUODUTS
I
LE FAIT EST INCONTESTABLE
U
I
\�l
il il

C'est la quintessence des meilleures<
vari�t�s de cannes d'un vaste lerriloirc
r�unissant les meilleurs terroirs ]
C'est ce qui fait son ar�me.
GOUTEZ ET COMPAREZ!



Cl�ment Magloire
DIRECTEUR
1358* RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N�2242
LeNati
Le plus gt n 1 d�r�-
glement de l'esprit,
c'est de croire les cho-
i e* parce qu on veut
qu elles soient.
B03SUET

-
26 �me ANNEE N� 7565
PORT-vf ' � INCE( HaI�I)
MERCREDI 30 DECEMBRE l'.Ml
L'Exposition du Club-Union
�0
Au mus�e,; c'esl au mus�e marguerites, des poteries.des
que je vous conduis, nous dit s�lectes Japonaises des cous-
Cl�ment Magloire. : sins. En s�pias color�es, des
Au contraire de Mr de Bou-1 paysages de St-Marr, du Cap-
gr�lon qui pilotait ses nmis � Ha�tien, de Fort-Libert�, de
travers le mus�e d'Amsterdam Ktnskoii, de Plaisance, des
o� il d�peignait, devant cha-
Itlt

que tableau des grands ma�-
tres, les si vives, si originales
sensations d'art qu'il �prou>
?ait, notre directeur s'esquiva
prestement, en nous hissant
seuls au Club-Union.
marines, des grisailles retien-
nent l'attentiou. Egalement
une paysanne ber�ant son
enfant, une vue de la rivi�re
du Dondon, He la Coupe du
Limbe, de la rivi�re du Haut-
du-Cap, une temrae assise sur
29
ALIX
ROY
de succ�s.
seuls au Club-Union. ( du-Cap, une temrae assise sur
lucomparab'es visions d'art!, un rocher contemplant du
s'�criait le magnifique h�ros j Car�nage le Picolct. Dinnom-
de Jean Lorrain. Elles s'oflri- brables �tudes projettent en
Grande Liquidation
Chapeaux Chapeaux
reut, tout enti�res, � notre en
rhanteraentquandapr�s avoir
franchi le rez - de - chao�'�e
spacieux du Club, nous mon-
t�mes � l'�tage o� une sur-
prise nous attendait.
Que n'avons-nous If puis-
sance d'�vocation et nV r�ve
du prestigieux ami de Mrde
Morhmer pour taire passer
ta vos �mes ce frisson de
beaut� qu'il sut coirmini-
emer, lorsque, fi�rement dra-
p� dans sa pelisse, uni';' e en
son es| �ce, il s'esclamail :
Ces vieilles �toffas faiiLcs, je r.uis le
( magnilii|ne a nia ni
Cei.leurs et modes surann�, s, (|Ui
(dira voire cuchan ement?
m m � .- _ - - --
Toujours aimable et sou*
riante, Mme Cl�ment liogtoira
bous guide � travers une ex-
position d'objets vari�", de
toute beaut�, tabriqu�s avec
art par des mains ha�tiennes.
Elle ressemble par le c�ur �
quelque imp�ratrice de l�-
gende dout le plaisir �clate
toujours en raison directe de
celui qu'elle cause aux autres.
A l'entr�e, MrGiordtni ex-
pose des peintures de petites
lemmes dont les titres sugges-
tifs s'appliquent � des poses
naturelles. Le R�veil, Dan� les
nuages, 2 l'y a consomme du
Chapecux pour ho m rats, Ici nues et &r;r mi 's i des prix
( X' eptiontu !! ment bas.
jnt en! ivqatJ rtion d'autres articles tels: Toile, E milles, Verreries
fragments d'images l'ellorl i te etc. Chez
chercheur de l'artiste dont la
sensibilit�, l'esprit, le charme
sont tr�s attachants.
De Mme Cl�ment Magloire,
dans une autre selle, des
coussins, des peup�ef de sa�
Ion, des �bat-jour en soie,
satin, taffetas. Parmi lespou-
p�es.un marquis et nne mar-
quise dont les costume� r�v�-
lent toute la gr�ce et l'�l�-
gance du grand si�cle o� nous
aurions aim�.vivre.o� les rois
pensionnaient les �crivains,
un Pierrot et une Pierrette,
un Pierrot assis sur un quar-
tier de lune, une poup�e mo-
derne, une japonaise, un ca-
che-t�l�phone, des lanternes
japonaises. Un abat jour �
trois volants fait de cr�pe
georgette bleu naltier, d'une
finesse et d'une d�licatesse
merveilleuses, se balance au
souffle du vent et nous ravit
pas sa beaut�.
1828, rue Cou; b?,
AU FIL CES JOURS
Deux artistes
SALOHON H. TALAMAS
d la:e du Vlircii; Valli�re.
lu.
IT OU 0' C. LE BON
1931-1932
Les jours se suivent, mi la
ne Be resseml Icnl pas, �lit le
dicton.
Sous notreciel tropical au-
trefois si pur. lei jours de-
viennent t o u �> semblables,
tous laids, tou i sombre;. On
dirait des jours sans len le-
mains.
A chaque baltemenl de
paupi�res, l'horizon s'assom-
brit davani �ge, el sur d< �
f visages p�les or ble \
de. larme i de ang.
| j ! n. 1 des Ha�tiens sens�s
interrogent l'avenir, il leur
r�pond qu'il n'y ;i plus d'<
poir, pas m�me une perspec-
tive d'att�nuations de n
maux.
Cependant l'espril de cer-
i uns complaisants esl telle-
ment impr�gn� d'un opti-
- o�
-----------�. Paris, 19 d�cembre. - Le
A Cin�-Vaii�l�sj'aiassM�di
manche � la premi�re refrr�- sociologue et philosophe cou-
tentation de l'exquisa pi�ce ... nu dans le moud.' entier est
s'intitula �SON MAKI� et am ' raorl La nuit derni�re, i
firent jouer,il y a quelques-an- \ propri�t� de Marnela-Coquet-
n�es, sur la situe de Ja Micho [e, pr�s de Paris, ii �tait �ge
di�re � Paris, Paul G�rai d)
Robert Spilzcr qui s'associer
en une colla horatioJ o� un
lois de plus se sont allirm�es
les qualit�s les plus fines et les
plus brillantes.
Confiants en notre aptitude �
nous �lever aux purts joies i -
tellectuelles, tes deux beaux ar-
tistes que sont Madame Jac-
queline WieniM Silfrfi
misme cr�dule, qu on ne
pis que la Patr�
voil
agonis
des bo�tes � bonbons, des
boites � mouchoirs, � lingerie,
en fibres de cocotiers, des po
chtttta, un �cran o� un paon
d�ploie ses ailes ocell�es, de
bien jolies choses en v�rit�.
.^jMme Franck Chenet expose
des tables pyrograv�es, deux
peiutures � l'huile �La Iien-
, , ,, , contre i et �L'Adieu� motifs
gin et du vermouth, George** 18cme si�cle qui Ieront la joie
s chaud, /aza m�jnpj� des ama(eUiS.i
disques, [At tiomc, Zouzouns
Mlle Claire Denis expose I Charles de Catalogne, n'on
prend ses mises, Ad�laidc t�l�-
phone, sont troublant s de
m�rit� et.de vie. La gentillesse
nu peu nonchalante de leur
attitude, la finesse malicieuse
rie leur visage sont dignes de
l'admiration des plus difiieiles.
Elles ont une fra�cheur, une
saut� tr�s sympathiques.
Quelques-unes, d'une suavit�
exquise, t�moignent d'une
l�elie ma�trise.
Jl y a aussi des aquarelles
repr�sentant des sc�ms |du
pays, des pages d'album, une
s�rie de tables peintes, des
paravents, de la peinture sur
verre, Jsur soie, dps t�tes de
lemmes et des paysages, Plus
loin, nous voyons de la pein-
ture � l'huile, des sc�nes et
paysages tir�s du .Nord d'Ha�
U.Ues baigmuses au bord de la
rivi�re. Dans un d�cor de co-
cotiers et de grands arbres,
une rivi�re serpente au bord
de laquelle deux femmes as-
sises et une troisi�me d�bout
forment un groupe d'un r�a-
lisme puissant et d'une ai-
mable symphonie. Le joli site
que la fra�che verdure, l'eau
et le soleil rendent encore
plus beau 1 La rade du Cap-
iiaille n par un malin de bru-
me. Sur une mer aux teiutes
glauques, plaqu�es de aches
crises, cinq voiliers, voiles
tendues.^se dirigent vers le
large. Le ciel est sombre, de
gros nuages le sillonnent,
quelques o'seaux de mer vo
but vers la terre. L'ensemble
esl frappant, d'une qualit�
pertaite. Effets raus et sen-
sations fugitives enreg'.sirtes
avec une grande pericclioni
Nous avons admir� eucore
deMrGiordani, des panneaux
d�coratifs, un petit paravent
fcfeuri d'isbiscus,de roses et de
Nous descendons aux sa-
lons du Club o� se trouvent
le billard, la biblioth�que, les
tables de jeux, le piano, le ra-
dio, tout ce qui peut capti-
ver et retenir � toute heure
ses 40C membres. Cl�ment
Magloire en est le Pr�sident
et nous devons le louer hau-
tement d'avoir eu la g�n�-
reuse pens�e de pr�ter le
vaste �tage du local du Club sympathie et de
Union en vue d'aider � cette " "
haute manifestation de l'art
ha�tien.
lin f�licitant Mmes Cl�ment
Magloire, Franck Chenet, Mile
Claire Denis et MrGiordani de
la conscience et du talent
qu'ils out apport�s dans le
choix des objets composant
celle brillante exposition, des
efforts qu'ils ont d�ploy�s
pour 1 u i valoir le succ�s
qu'elle m�rite, nous invitons
les gens d'un goAt raffin�, aU
mant tout ce qui est beau, �
aller y passer quelques ins-
tants, en leur donnant l'as-I n�ment � ces deux alenis qui si
surance qu'ils ne le regrette- compl�tent mutuellement, ai
une minute, h�att� � nous ol-
Irir celle pi�ce spirituelle sans
Irails dVsprii,,ei en m�me temps
si riche de nuanees, d'o� se d�-
gage la plus sub �le m�lancolie.
Nous u exag�rons rien en �li-
sant la diteclion non pareille,
l'impression neuve qu'ont r�a-
lis�e pour nous les deux heu-
res exquises de celle reor�aen-
talion o� le latent des acteurs
s'�leva avec la plus merveil-
leuse aisance aux p�rip�tie* les
plus diliiciles.
Il tout hautement louer Nia-
dame Jacqueline Wiener-Silvera
e* Charles de Catalogne de \ ou� i,
malgr� l'incl�mence des heures
irisles que nous vivons, ei l'in-
compr�tiension qui trappe chez
nous tout ce qui tend a la beau-
t� sup�rieure de l'art, leur tllui t,
d�siuleress� peut on dire, � l in-
terpr�tation d'une telle �uvie.
Avec une attention pleine d<
bienvei lance,
vi les progr�s de
leur carri�re que tous deux r�-
v�rent brillante el qui l'est eu
plus en plus iliaque jour, et o�
s'est r�v�le un leient, �tiez l une,
tout de charme n-lu el, de fi-
nesse �l�gante, de gr�ce sou-
riante at parfois amp eint dun
path�tique l�el, et cliez l'autre,
exub�rant et g�n�reux, el � 1 oc-
casion paie des tendres lleui*
d'une se-itimenlalii� qui a con-
quis tous les coeurs.
Ils oni cueilli d�j� de beau]
laurier?! et d'antres grand.- suc-
c�s les attendent, et que teui le-
ra le public poi t-au princ en
dont la laveur est all�e aponta-
ront pas.
T. A. VILMENAY.
qui semblent laits pour giai du
ensemble et s'�panouir uuagni
fiqueinent dans uue m�me at
Parmi les ex-
positions..
���
Qu'il laut visiter, n'oubliez pas
d'aller voir l'exposition des Veu-
bles � l'�tage du grand Magasin
Paul E. Auxila
C ( st sans engagement pour
vo s; 'eulement.des fois la leu-
tei bon esl trop forte et le Pa-
in n avec le sourire ne refuse
pas l'argent.
de 'M nus.
Le Dr. Le Bon, qui i Lail
.uwLmi- dVJIa iiibliollu'-que.'
de philosophie scientifique el
membre de l'Acad�mie roya-
le lies sciences de Belgique, a
laiss� de norabreus i oeuvres
�ntitiques et autres : � La
>, a Trait� de physiologie
humaine �. " L'Equilation ac-
ll lie el ses principes " , ' ..
volution de la|Maliere "/'Ois-
soc i a 1 i o n de la Mati�re ",
'L'Homme <��. les Soci�t�s".
Ce qui lui a valu sa renom-
m�e imiveselle, ce sonl sis
ouvrages sur la psychologie:
� Les lois psyclioiogiqucs de
i'�\ olution U( i peuple. "," La
psychologie des fouie � ", < te.
mosph�red'arl el de beau!, qu'ih
ont su cr�er, comme une frai�
die oasis dans l'ambiance aride.
li laut que ion soit vraiment
�oucli� d'une gi�ce sp�ciale poui
d�dier louie une g�n�reuse ai
ueur � uue entreprise o� � la
v�ril�i seul, a sa pari l'id�al q u
ion porte eu soi, o� tout le jeu-
ne tutousiasme qui vous .sou-
lev�, tout l'eftort qui vous anime,
nbOOlit a pas plus de deux re-
prdaenlalions dune �uvre d�-
licieuse, l�ies^ �ph�m�res, leux
d'artifices sous le ciel d'�toiu>.
lis l�vent de cr�er ce public qu.
manque eucore pour les plu
,oliea chose�, de taire oaltrt e,
lui ce sixi�me sens, le sens dt
la beaut� d�sint�ress�e, P�ierim
passionn�s sur la louie d'eme*
ruiide, ils vont vers plus de ciai
.e, � la conqu�te d un id�al d an
qu'ils recherchent pour la di-
icction sup�rieure de ceux qui
ny croient pas. Qu'un lelr�ve(
lait pour tenter ces deux vrai
artistes, ue soit pas vain, et s'i
ne devait �lre que cela,� un
r�ve qui eclot un jour el puis
qui meurt,� qu'ils gurdeul .m
moins le m�rite ultime, la sa
islaction pure d'avoir ports sa
v.ux la plus bwlle UlUsiou qui
>oit.
L'on .oc l'autre.
... a u no're ami Nemours
Vincent lonr � lour � La Sa lie)*.
;ui liel A r, au Moine-� Ti f. �
BoIossp, a Bizotoo, en servira
< mmai l�. il s'agiasail de se
' i mpte (pie l'argent pro�
:^i i ta les d R� renia quar-
� il. la ville, pour le r�
veillon >'� s pauvres, n'avait pa-s
'� d�pens� � d autres fins.
., Les bouillons �taient, .suas
donle, succulents... Nemours f
go�ta en toute simplicit�, accla-
m� par la foule reconnaissante*
*
... a vu � SideStep'Inn� une
rharmante Mano lia, tjui r�pond
i'ii nomda Inanita, et qui adare
l cime ^es {ournaus, et plui
encore U � Dommages de joar-
nali�tes. Sans exclusivit� quand
m�me. Ci .si une petite gamine,
pas plui haute qu'une botte,
p�e, voluptueusement c< 11 es dl-�
b!en.
... a v.i un journalista de nos
., ii ; i vieux c< mpagnoa de
[ni entre deux bocka
i ii- il une petite coor res-
pectueuse, presque altendrie,
ai a langue \> iala qui
, de l'espagnol et de l'e peraiijta
i i co npi i liai- d', c'eal - � ,
; un in onl api es ils uuitli i*mi
sous un aspect qui mel pai salle, pour reprendre, sana
fois le personnage dans son | doute,la conversation plus in-
apparence la plus tristclap'us mement.
r�elle, cependanl ! 11 n'esl .. , _� %
pnsn?cessairjd'�num�rerl. i . ... Toil ch v �9oAne,riie)Bp-jfaa>-
. i � i �'()!,! � >.;. le de note de
111 ,; commises iu d�lr, R ^ d ^ #
mc.l de no i�nne natio- n�6| qoi fel!aieat| Madame, le
tans les affres les plus cruel-
les.
L'ann�e 1931 s'ach�ve corn-
m � un I o n g c rachemar !
Quelles surprises nous r�-
serve l'un n�e 1932 ?
Sommes-nous � la fin d'un
Irame, ou seulement au pro-
logue v
I), puis 1915, nous voyons
se d�rouler � un grand film,
lonl les princip iu ^ acteur �
le ce"
e tragi-com�die chan-
gent de costume selon I
circonstances, el reparaissent
liante par deux �l�ments en
pr�sence.vivanl dans un an-
rae suspect qui a tou-
jours entrave l'action du
pouvoir �tabli.r�duisanl ainsi
n >trc souverainet� en une
s nie de vassalit�. Le premier
el le plus bl�mable, c'esl ce
nationalisme camoufl�, qui
tire ses forces d'une opp<
lion insens�e i . btll ...
Le second c'< i i i]
lisme am�ricain repr�sent�
par Ja force br�la
Autour de ce loil > d'a-
raign�es se d�m�n � un pau-
vre peuple rain� par l'angois-
re el Iinertie, el il se df-
mande pc ri lexe s'il esl encore
possible denvisaj er l'< v du
lion du pays dans l'oi Ire, I
travail el l'union. Nous v< -
nous l'Am�ricain pouis dvi
ta r�alisation de so i pro
gramme imp�rialiste
.1 � s-si n de la Mer des Ca
bes, en raison m�me �le celle
v�rit� : l�go nomin �r leo,
�tanl donn� que les petits
peuples n'oni que des droil
imparfaits.
Mais, entre nous, 1 laitiens,
pourquoi celle m�fiance r�-
ciproque? pourquoi tanl de
bonheur de vos entants. Des
poup�es el d?s mobiliers cona-
, ' s de poup�e, salle a mangat.
Ii imbre � coucher, ustensiles
�te m�uage, tout ce qu'il ^laat
.,r qu'une poup '� � soit dam
s< s meubles. Pour l>s garcon-
nels on a encore l'embarras du
. hoii : soldais de plomb| t'row-
:-j< 1-iTeau, fusil, laioboora,
, :�)u Me.. Pi! i s.
. m les [rand personnel
ou Irouve... loul ce qui con-
I � une maison bien tenue...
Le d�j ment en vaut la peine*
� �
... b vu l'autre soir � Saa>
Ude Inn, l'�l�gaut �lablissemeut
lue dirige notre ami Hugo Meva.
et o� chaque samedi se donne
endez vous le Port-au-Prince
, u .:� auto qui s aliennait
ol�e dans l'ombre, lace � la
ner. Dans l'auto, un couple,
i a i:q ail le ment, �pluchai ta belle�
eut*, des h�tons de canne-4*
i , , i ou du jazz de ia Mai*
�OU. La I) igasse s'ammoncelait
ic�l� entas impressionnantsM
bh b enl non, on ue va pas a
SeuSiu -lnti� pour sucer de
i cHini-a-sucre, et jouir � l'�il
iu spectacle et de la musique.
Ju y va pour danser, causer el
Lousommer, autrement on reste
ranquille.ueiit chez soi... ^ ^
VIENNENT D'ARRIVER
Jouets
J
DENTOL
�Uets
naMaaBBaaaMaBBaaaMBMa.
Formidable
assortiment
1 Tc
3oue^s Jouets Jouefs
d�sunions 7 nous dont les
forces se d�sagr�gent chaque
jour, qui perdons i\u terrain
dans toutes les activit�s, vu
notre impuissance en pr�-
sence du Colosse qui r�ve no-
Ire asservissement d�finitif� a~
IJi quoi donc se r�sume, '
ce nationalisme qui en som-
me est bien �loign� du vrai
patriotisme? Ah ! si 1932 doit
nous r�server toujours des
surprises d�sagr�ables, que
ce nombre fatidique soil a-
bhor� par tous les Haitiens
sinc�res qui croient toujours
bu drapeau el peuvent saisir
le vrai sens du mot Pairie.
:^s D�cembre 1931.
Elie NOISE'l i .
Notez ceci :
En remettant au bureau du
journal oa sac � main �gar�
dans lapr�s-inidi de dimanche
dernier, vous aurez u ie bonne
r�compense el aucune question
nejvoussera pos�e.
... a vu l'autre |our, � l'arriv�e
e l'hydravion de la Han Air-
waya, deux dames tr�s con-
ues, piopri�laires toutes deux
l'h�tels i p�tes pour le contort
dt la cuisine, qui s'enguirlai-
lai.nl � (jui mieux mieux ;�t
euiblaien! sur le point de s*
prendre aux cheveux, llense;-
^nemenls pris, il parait que l'une
le ces dames. Fran�aise de ni*
�onalil�, se plaint de ce qae
, aulre, glace � sa nationalit�
allemande, b�n�ficie du privi�
�-e de monter a bord, la pre-
mi�re, en compagnie de l'agent
de la Ligna qui, lui aussi, est
Allemand. Naturellement, gr�ce
.^ cette concurrence un peu d�*
io)uie, l'H�tel O est.toujours
boi de de pensionnaires... et
il. ;. tout le temps d^s
u , ih \,.. .. L esl, en elle ,
|,s o i.KoOeiil. .
SSeores-vous contre accident
.'la � udicial Accident Firt A
Lits Asusrance Corporation Li-
ini ed *.� Vvi F. dei nilnigharni
l Agent Cjeuei al pour iiaii.


MAll.ViU - Ufc.eoibie \J 1
._��?-i.jrw.
�CHOS
" � Une deuxu e
sentation de la j
GSraldwS'o/i mari,i era �fl(
au public le samedi 2 j
vier par Mme Jacqueline Sil-
?era et sa compagnie. U
S'icc�s de la premi�re asi
celai de cette prochaine.
g�A cii ude-Saline,le >
d'intci�pt on a i i
ce n'est pi s dans la i du
jeu.
� L'incen li le,ol�
Port-dc-Paix l'auti [ne
�clata au m " de '�'� b>eS p�d�cr en stock. La plus avis�
raid Cinmc/ ( �ttt I .�tait hl.- i lidati .1 d�couvert le
ra�QUome/.u n ; CACHET D'OR, la
CJUverte par me auce. |n ,,,,ll)le cun�.e ,a
de six mille dolla l el mtres maux.
-- Les touris Uu-1 mmmiM .. ---------------
retanla 1 qui ar: i I
Propos
humides
Une �pid�mie 1 . Cazale 81 trouva daaa *a com-
te de i'Arcahaie. C'eai �n point
11 mi � p treille �poque. Liaei :
n g electoi �le. Il y a l� une
p >pul itlon ; atone ln'au-
, leui .. Gana pour qui on a
d'atleation coi jours-ci.
n 1 illa que lea Cazalaia
par la maia lie a �mu
lata de la premi�re cir-
m de Port-au-Prince dont
� 1 1-.1 ;i qui d'entre
1 av�ra 11 meilleure fn�eialit�
Par


Ha�tien le "jour de li avec
quatre' b sures de l.n'onl
pu y d�barquer, la liant
mauvaise. I 1 us la
raison : i �li
lejr attitude.
� Avant Lier l
paquebot 1 (lu
tenant d-; Santiago
est arriv� '�!. Fi
rique* ) Cai E. ei
ministre pl�nipoti d tire de
la Ht;
Port ai
�M.A;.!.fine Fn 1 , i- leva
italien, eil de' 1
para �t� publi I Moai
teuri du 21 d�ci ml
-U a mvelh ' �
communal
g�rer les in l�
mune li Baradi r< com
prend : M n. 1
pr�sident, Lessagi
et l'a il u , !
brss.
� M. Bis 1
cit id lat � 11
la 1�re cir<
Jicm I, doit r�|
a tio judi
c *=111 lui p VU
pioei.
� ] le
cl) iiu, de
I.�re L�on Lai
0 pointes (|iii s't
Aiusiquis nigrt.
Vie sportive
Parc Lecontc� I)
1 StoGeoi gi C a
le Militaire� pa 2
Lea �Cadets�
thousiastne du
io�
Mr et Mme Franc is Bistou*
Penlfl il.' ' � Mm lliia
. entants, ainsi que
i.'nls (l : lli�a re-
il lea nombreux nmi� qui
oui donn� des l�moigm ^> s
de Ihie � l'occasion de la
leur 1
I 1: N BlSTOl R�
PETE BROW
RUE BONNE FOI
-- RABAIS 50 /00
()()() paires de|souliers �tran-
qcis pour dames
Ancien prix
Prix actuel
ftOUO de D&II*S remploi � inipirri . .� du n.,�t �-ciiE'iiF'iiiiu.
litlmmMi.ntanoni'nt la .l...,liiir, <-..rn:.l !.. RonaWdtS
_______Lhf�M� boltt cor lien! le >�.-�.-...iv pa-i �, ,,,, den3
.. y �, E T ^ E. n E R F M ! RIG A' ''
laJSo�r. du Docteur QIBAUD. l'iuirmacleu. H. Kuo Dolel;. LYOH-OULUMS .�!*�*
;�00 Paires
�trang�res d
Ancien prix
Prix akiel
Or6.-
� S.-
de chaussures
ur hommes
Or &-
� 4.-
ALL AMERICA n*BLE8
SERVICE MESSAGE.
Avis�:
A l'occassio:; des F�tes de
No�l et du Premier Jour de
l'An la �AU America Gables
Inc. -, acceptera les messages
de v�ux et soubaits � tarif
tr�s r�duit ( environ le 1/3 de
la taxe ordinaire ). Taxe mi
nimum: dix : mots.
Fxemples New-York; 1,33
France : 2,15. Allemag: 2,25 en
Grande Bretagne : 1.H5, Hol.
lande2,15,Suisse 215,etc. Pour!
tous renseignements s'adres
ser � la AU America Gables
Inc. T�l�phone 2727.

prient croire A ls
� >r e 1 non
l'o;t au Priuce, 19 D�cembre
1.
Mr et Mme �ur�le Celbeft
11 mus \<- antres
. � .-.:. , rem� ii ni
Uxcelli
ur Le Gon 12 . ar-
de Port-an- Prince, le
Benoit, cur� de Sie-
\n, R�v. P�re Luc is, cu-
de la Sa-
i te en
: qui de
;�o -au-Pii rovin-
01 ' d ; qu� t '-
B |�oc-
1 tics
, ','//
I n le
li II plus | rolon I
.
a-Prince, le 19 D�cera-
� I � . .
1200 Chemises Manhattan
dessins fanlaisie
Ancien nrix Or
Prix a duel �
I
3.-
1.50
ment
Novembre et D�cembre
Pour deux moi s seule
Avis
u kanima j recon
�qoipe, avec
trulin , 0
avemr
meillenrs Club
N >us p '�aeatons
lions � ' ; un �
conseille:, an 1
seph (Dodo) d'�
de position a
autres Clubs i
bien tenir. Ci
remarquer que la '".
�tait au de:..-.
L'�quipe aurait pa r
ner, mais le m i en
rance et de co
failli changer la roi la lor-
tune eu laveur di
litaire, surtout la
temps.
�Ou nous 'i
cer que samedi 2 ,
� 2 hemt 11
3e cat�gorie el ;i 1 lu l
de 2e cat�gorie.
�Le �'> janvier trrivi
du Cap-Ha�tien l< It
dieu de bnl
dini LI'. S. S. il.
grand match de 1
quel participera Mr U
Ou ne pari qi 1 �
au Parc�Leconte.
goaliz a un il j
grand.-� ni!
eu France. H 1
Ha�tien. Qu'il :
nu panui 110 .
quanls" de I
pr�|)../
leur gardien de but
� I
l'U.S.S.U. ne publu �
correapondai
le coii ieil ...
Bill A '�' "
�Nous prions 1
de recevuii
vojux i-our V.i'32 et I
la f�te de l'ind�pendance
1.. nn la c I i
la l�te ! I'lnd*pen-
1 1 iale �! I - �! 1 ,v,,r
. b l�. H comporte,
ir-ies :
nstitu�s p 1
l de la R� p
midi, visite du Pi �sid 1
1 |iq � -.us 1 il
'.'.i �' 1
I i (", 131 'Min.
Le 1er Janvier, � Te-Den 1� � 8
d PEI ''. I� n
rnen
1 1 1 Co
\
Via : '
ur du Valais N
C�L�IiSSC INC
Le n '<'� traeda� venant
de Nen Yo k
-1 utteodu i'i, mt rcredi 30
Durant, � n rouie pour Aux
...l., meli les ports de la
{, tU mbic etc.
!..- Via ni leste de ce navire , ,., , , . I:.......,., _
� par avion est � la dispo q0 ;ivanj �t� �gir�s, sont d�-
m des clients dans nos (.( |r� Dull et non avenus, les
bureaux sisange rues Pav�e
t gali �.
1 \bian Steamshfp Co lue
Wm E.BLEO,Aneni.
Les trois r�c�piss�s de la
Dette Communale de Port-aO-
Prince, aux Nos. 218, 217 et
2�S s'c'evant ensemble j la
somme de Deux cen soixante
gonrdrt(6.260 00) �mis en la-
veut des sieurs G�bara Fils &
Avis
AVIS
L�GATION DE FRANCE
Les jeuues Fran�ais n�s du
1er juin 1911 au 31 Mai 1912
et ceux qui �tant n�s ant�-
rieurement ont �t� omis lors
des recensements des classes
pr�c�dentes sont pri�s de se
pr�senter � la Chancellerie de
a L�gation de Fiance depuis
a date du pr�sent avis jus.
qu'au 9 janvier 1932 � l'ex-
ception des dimanches et jours
f�ri�s, dans la matin�e entra
9 heures et midi en vue de
leur inscription sur les ta-
bleaux de recensement de^U
prochaine classe.
Port-an-Prince{le 27 |d�>
cemb-e 1931.
L'Administration d�j� Lo-
terie Nationale d'Ha�ti avise
Ics�placiers� que l'heure pour
les tirages est d�finitivement
fix�e A fa huiti�me heure T 8
heures pr�cises a. m. ). �n
cons�quence, tout billet qui
n'aura pas �t� vendu la iW//c
du tirage est consid�r� vendu
L'Administration
* �
A l'occasion du Nouvel An le
Ministre de Fiance sera heu-
reux de recevoir � la L�ga-
tion de Frauce le vendredi
lerjanvier.� onze heures tr�s
pr�cises du matin, les Fran-
�ais et prot�g�s tran�ais et
amis de la France et leurs
lamilles,
Port-au-Prince, le 27 d�-
cembre 1931.
s. ussifi es devant
il i ^.er '� 1 lic�:ta.
en taire
28 Dec 1031
i,: i.. nu.
CHEZ DEREIX
Grand d�ner dansant le
31 D�cembre � 1 dollar 50
par t�te. 1
Retenez vos couverts.
T�l�phone : 2631.
L'ORGANISME est REMIS d'�PLOMB
, PAR LE �
�'SX
TOm
DELPEOH
uol
POUDRE de FOIE do MORUE SANS GCUT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, AN�MIE, LYMPHATISME, SURMENAGE
Laboratoire DKLPBCH. 5. Rue Danton. PARIS
A r�t-iu Mot. : Pkiu WCH a CANTAVE H tort� fc�ai�t Ph�m�tM�
E.....' - - - : les ramons
n�nj li re, feui d
� � m g�n�r �le -, r�jouis�
;
CONCERT
LLECTORALES
A vendre
>

:... JOU j . -i
b . el ;3< l�g�res:
,j :uisi te ; une
: T Sedan,
;
W E ER
71-2.
Premii} e cir�*n*tri�tion
\: 16,350
J 23 d�.-, ibre 1931 333
KUJ83
Les �l�ves de Mme Th�r�se
Vieax-Clesca otlrw.nl ce soir, �
� rLi�iuna � une audition de
chant, i- u ���� U J : dernier r�-
ci'.^l de h " �� ide cantatrice
l�i virent .'� '. .sntr�e.
() i nu avec p'aiair entendre
les �l�ves de M ue CUsca, ce
Ce n'est pas du Bluff
La maison Anton I. Saba ne croit pas n�cessaire d'�nr-
m rer ici ses artieles bien t�put�* de bonne qualit� tels
I que : Cr�pc de Chine, Voile de soie, Cr�pe Grorgelte, o la
1 de soie, Voiles Chifton,, Toile � Di ip pur fil, Bas fil, Tri?
ro'ine, Casimir, etc. etc. etc., qui ne sauraient �ire sofpai
^�s par la concurrence.
A l'occasion des t�tes do fin d'anne�e
La Maison vend les articles suivants.
Articles pour Dair.es el Fillettes.
Cijpeaux paille d'Italie pour fillettes � Gde�
� " forme pour dames
Chapeaux p.iilie d'Italie pour gar�onnet
�� �" " pour gar�onne! panama
Chapeaux paille Jean Bart SOp.
m m garnis pour dam� s large
Cbaussurei pour dames No 3 � 5 Berge

: ! i.i
! r t i v ea don
� d te
lia d p.�
i 6! la reprise
N'ous ve
\
� .
L'.S S H. :
coi le di-
� p .i h
b i'
F. H.
Report 13.275 ___________
28 l�& " �- U COMISSI��f �RIPTION
�LECTORALE
DE PORT-AU-PRINCE
Ra| pelle au public que els
cr�pc soie
Chaussures pour dames No i � 5 nor
Et souliers Tennis
2 25
3.08
3,00
3.00
5,00
3.00
16,50
17.50
15,00
ebaqua
!
13,442
30.125
UN CONFR�RE CUBAIN
Inscriptii ns sero il fer n�es I c
Je i li 31 D�cembre �93�, � 1
.heu e p m.
N is re�u l'aimable vi-| porl-an*Prince. le 28 D�cem*
AI�
4,50
�.00
3.00
2.75
4 50
4.50
4.50
4,50
11,00
1200
19,00
2 00
ckas.ua
aune
,, mai i,Ia Vie Sportive)
te d M. ! lago Aigeciras,
; m.i ne politique
dn df ' ' � Port au-
du r�gime j
Machado, M. �lga (
'. 'ont r�cemment, forti t
de prist i ' � peine libAr�, il i I
min de l'�tranger.
Il p ammeol ponr
Saoto*Do ningo.Noua lui ren
s '.'� spreasiou de notre
vive sympathie.
b-�: 1931.
Ai
ouer
SIS"
Une c-) ilo;-! !)'j n tisaa
a i Bois Vern i
'Sadresser � :
Fran k II. U ITJFNS
R ie * Ma isinjde l'Etat.
Phone 2S47.
Fleurs-Dentell- s, etcelc
Articles pour hommes
ChaDeaux^Canolicr paile d'Italie � oou.des
h � Charleslon
�� �� Panarra
Chapeaux Sandino
Toile double largeur pour costumes Gourdes
Toile tussor double larg. pour costume
Cheviot noir �'
Cheviot Gris double larg.pour costumes
Serge Bleu marine '* '�
Serge Noir '*
Chtussures pour hommes No 5 � 7
Casquettes fran�aises
et Cravates. � Soutiers Tennis, � Chemises � hapeaux
laine � Casimir coul. etc. etc.
, Les prix des articles mentionn�s sont � raoilic. de leurs
ptix de revient malgr� leur traicheor et leur utilit� Polir
l les habillements des (�tes.
N'h�sitez pas; accourrez-y eu loule, car ces prix exception-
Ics sont pour le mois de d�cembre seulement.
VOIR CES ARTICLES C'EST LES ACHETER
N'OUBLIEZ PAS QUE C'EST DE L4
Anton I. SABA
1733, RUE DU MAGASIN DE L'�TAT.
Rliiiiii Barbatieourt
D�ni la renomm�e Set,universelle a gard� sa premt�re place
Demande* partout :
UN BARBANCOURT
H�p�t :Rue des C�un


LE MATIN V

�MM
LE MZ
mwm.il j-jXfcMOir�rm m m
I'
17, IM
( ROGER AUBRY, Directeur )
/
Angle Gi andRue et Rue Bonne-Foi
N'EST PAS SEULEMENT UN BAZAR DE PREMIER ORDRE
Son rayon d'�picerie fine et comestible en g�n�ral c sI des miens assorti?.
Aux meilleurs prix de la place : CHOCOLATS, BONBONS, GATEAUX,
BEURRE FRAIS, FRUITS et L�GUMES Irais ton joui s en glaci�re.
VINS LIQUEURS CHAMPAGNE
Service irr�pi ochable
Livraison � domicile.
�wjs
~~om �

X AITES du plus fini tabacs�la cr�me de nombreuses
ficeltes� \i Lucky Strike seule offre a la gorge la protection de
l'exclusif proc�de du "toj.'ing" (grillage).
CELLOPHANE IMPERMEABLE
A L'HUMIDITE
Cachet� ktrriKilqueinent�Toujours parfait
L'unique paquet Humidor
7..,i�et il est ouvert!
Voyec la nouvelle jatte a encoche en-haut du paquet.
Maintantt-en la moiti� avec le pouce. D�chirez l'autre
moiti�. C'est simplr. Rapide. Zip! et c'est tout Unique!
Enveloppe de cellor'une imperm�able � la poussi�re, �
l'humidit� et aux i:.icrobe�. Propre, prot�g�, joli �
FRAI9! Y-a-t-il rien de plus moderne que l'enveloppe
�Jet LUCKY, le paqu-t Huniidor perfectionn�si facile �
�Ifs toasted"
li pfotfcteon d� votre gorge contre tirr�etion, contre U toux
It U Cellophane imperm�able � l'humidit� garde
set ar�sne "to.ipted" (grill�) toujouri fruit.
YfrstaMM LUCKY STRIKF, 68 minutes modernes avec la meilleure
aYwlque de danet du mode, tous les mardi, jeudis et samedis, le soir,
, SUN.B.C.

Cin�-Jaldy
VENDREDI 1er JANVIER
A 4 heures 1/2 : Malin�e de Gala :
S. O. S.
Avec Gin� Man�s.� L'adaptation avec UJ bruits de temp�tes et
de toule sera tuile comme i la soir�e.
Entr�e : 1,00 ; Balcon : 1,50.
A 8 HEURES
Le grand filai :
Le Diamant du Tzar
avec Ivan PetftWich.
Entr�e � 1,00; Balcon : 2,00.
SAMEDI 2 JANVlEB
A 4 heures Ij2 : matin�e de Fou-Rire :
Le Roi du Cirque
avec Max Lii Entr�e : 0.50 ; B�!con : 100
A 8 HEURES
A ia demai de :
Mcssaiinc
En ertit r.
Entr�e :0MO\ Balcon : 1,00.
DIMANCHE 3 JANVIER
Pour la derni�re lois le premier fllm sonore donn� en Haili;
Rhapsodie Hongroise
r.vec Willy Pritsch,
L'-idaplation sonore fiite s^tci.'hnienl povr ce film comprend
chants et danser tl caillions,
Enli�e : 2, 3,4 gourdes.
I


�*�-*-

�A
'/ I
K.i* M.r.r.�l
PU� BUNCHU
* ' -
� Ici,Il
-
S'
I
-�
.
I
et i
i
une br
en uni
i
Scg
: io M�thode
Blanchir Les Dents
icha sont tu*"* DM mil-
H i �� UN en
nt d�log�s), les ocidet
utrnlla�n, les gencives sont
� � � le* et enfin, pour
tout, les dents sont
l i i p|
Ij tduT�l ntC, isiT. rente
r�rent� dans ses
. 1 i un centim�tre)
et en troll jours,
- la preuve
� de l'i Ki ai I � �ritinale qi."'xii.inr.li-
�M
�ENTIFMCI
Sm�
'4%
�ti$epttqu�
w-

mos

SALON DE COIFFURE
"LA COQUETTE"
SAMUEL PEREIRA
T�L�PHONA : 2544
R Hygi�ne. Coiffeurs exp�riment�s. Champomg, etc.
'rvniMni i �Mr�i�.
Toutes les Polices
DE LA
Insurance Co
Une des plus fortes .COMPAGNIES
[CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
* �

a iimuiimiuii tr s*
I *9
comprennent la Protection contre ta
i Foudre sans augmentation de taux
Euq.LvBos
�\>w..�
� �fc
Agents G�n�raux
'��m� m^k. ^vuna


M( edi
D�cembre 131
LA;
atin


4 PAO*
26eme ANNEE N� 7565
Port-au-Prince
T�lcphm-e : 2242
�... . � � �
: ��*,�;� ..r"���.
�W'11'Wl.-Mg.-tf
I
luirez comme CADEAU de fin d'Ann�e
��' -...����.. - ..,..
w'/l '
VIEUX \
da'l


R
vu
m

Des vins vieux
exquis
on fait mac�rer
des �corc:
de quinquinas
sup�rieurs
� � *
VG<
� le
lt!
.�
oiivclles cr�alioi
DE LA
MM1IH
k"
f.
LES NOUVELLES RADIOS
A 5 & 7 LAMPES
MUL7I-MU el PENJODE
�ALL ELECTRIC�
?

Vi. i 2QUE au QUINQUINA
Refusez les Imitations!
-jsurpentlenom de QUINQUINA
auvent celui de ' &2UBCNNET
M
Mod�le C-*31
5 lampcs'Or^o�.
Mod�le dr 33
Oi 85. 7 laiv.| es.
Lyk< Brothers ! Inc
Taxa' � Hnlti
� ; s el
Le seul si i
tre" en!
�*�'f-au
four
i^^>rta (.'lis,
UNE.
i.es pic
Steami r �
i;nre:r, | ne

|i
))
! IquiHation vie fin
e 1 ' | ' i' !'.
I; :, di I occasion. Jouel
i bon n an lie i our aibre de
�l.

� nmumm-.-- �*
i\ 11% &
liant par leur dynamique
Les meilleures Radios sur le marh�.
DEMANDEZ UNE DEMONSTRATION
ET VOUS SEREZ SURPRIS DE LA
SUPERIORITE DECES
Radios Golumbia
SUR' TOUTES LES AUTRES MARQUES.
N'achetez pas
une Radio avant
d'essayer la
COLUMBIA
; i **> - -, ' � ifi\
..



� SE
Mod�le C 32.
Or 87,r>o .") Ianape.<
Mod�-c C 34
Or il.'). 7 lairpe�
� � �� ------------
en feblai def 100/1 pints, quarts 50/1,
20-;$ 1/2 ;., 10/1 gallon & 5 aalions, est!
la meillei e huile pour la cuisine et la
table.
Kneers COLVMBIA Music Hall.
Port-au-Prince
KEENR'S GARAGE
? � �-*-���

est! i ment pr�f�r� des enfants.
En ven 5 bonnes �pice-
ries de la bliaue.
Pour con; nde s'adresser a
L.PJ ANN- iGERHOLM &C�.
R] '., New-York.
Auents deCOi NPRODUTS
u .o*c�in.-*>s jii �'afc^-ifcww
� rse~j
LE FA1TEST INCONTESTABLE!
1
m in Sa�
e
C'est la quintessence des meilleures
vari�t�s de cannes d'un vaste territoire
r�unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce c|ui fait son ar�me.
GOUTEZ ET COMPAREZ?
-i:


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs