Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03796
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 18, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03796

Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR *'
1358, RUEl TELEPHONE N# 2242
Plusfj'aTanee'daiu U carrire
de la vie, plus je.lrouve le travail
iiecrssaifc.il devieil 8jia loatjue le
plus urttuil d > nplaisir el lirai
liiujue (oues le illusionde la >ie.
COHNEILLI
25me ANNEt: N* 7559
VBDREDI 18 DECEMBRE 1911
UNE MESURE
URGENTE...
BELLE SOIRE EN PERSPECTIVE
o
On d o u s gave de mots,
comme dit Hamlet; mais o
tout les ralits?...
En voil une trs fconde
qui peut tirer tout un Dpar-
27 1/2 or par 50 Kilos. Ces
droits corsidrs comme trop
levs pendant les cinq der
nires annes luisaient baisser
progressivement nos recettes
29
ALIX
annes
RCTY
T
de succs.
ment haltieu de la misre et I l'export. C'est pour cela,
du chmage. Plus de 125.000
babitanta 4 / de notre popu-
lation. Le devoir de tout ci-
toyen conscient et organis est
de chercher aider un laoti-
oet les pouvoirs publics con-
jurer la crise actuelle, sinon A
en attnuer les effets..
Nous ne devons put. laisser
le dficit budgtaire se creu-
ser indfiniment. Il faut avi-
ser aux moyens de l'arrter.
C'est pourquoi ie propose et
tout de suite au Ministre corn*
ptent de soumettre au Con-
seil un arrt pocr supprimer
compltement et le plu rapi-
dement possible ,tou$ les droits
el taxe* d'exportation sur le
cacao. Car avec l'avilissement
progressa des prix, celte den.
le promet de ne plus gurer
sur notre budget au titre de
recettes et peut tre de dispa.
rallre des ressources du
Pays-
Depuis prs de deux ans, on
devrait supprimei cet impt
pour ne pas tuer la matire
imposable. C'est mme un
axiome conomique.
En 1912 nous avions export
plus de 6.905 331 dollars.
En llJ 13,i lus de 3.919.120 dol.
En 1914,plus de 6.62D.844 dol.
Et les annes suivantes, l'ar-
ticle a suivi une courbe irr-
gulire jusqu' la pnultime
anne o les recettes figu-
raient pour G. 1.975.
Et pour l'anne budgtaire
1930 31: G. 513.
Si cela continue en l'an de
gjce 1931-1932, nous attein-
drons le zro dsir.
Cette franchise que nous
demandons pour le cacao et
qui s'impose rapidement aura
pour but :
lo. de rendre moins dfici
toire notre balance commer-
ciale en exerant plutt une
influence lavorable sur son
quilibre ; f-
2o. de taire monter les prix
ar les marchs intrieurs;
3o. d'augmenter le pouvoir
d'achat d'une partie du peuple
hatien dans les arrondisse-
ment surtout de Tibuion et
de Jrmie o cette culture
est trs tendue;
4o de supprimer le ch-
mage dans les villes de Dame-
Mane, d'Anse-d'Hainault et de
Jrmie et dans les deux ar-
rondissements en question
o il est install des usines
aujourd'hui fermes en rai-
son des bas prix de la mar-
chandise.
La capacit de production
du Pays en cacao est d envi-
ion sept millions de livres sur
une superficie totale d'envi-
ton li.500 carreaux de terre
<]ui en temps normal payait
comme droits et taxes 2.
pensant la mauvaise prpa
ration, que Monsieur Eugne
Roy, pendant sa Prsidence,
avait pris un arrt le 10 Oc-
tobre 1930 suspendant les
droits d'eiportation et les sur-
taxes sur une certaine eatgn
rie del marchandise dans le
but d'amliorer sa prpara-
lion aiin d'eu faciliter la vente
sur les marchs trangers.
L'arrt en question a con-
serv nanmoins intacts le
droit d'exportation, les sur-
taxes et droits additionnels
l'exportaiion de tout autre)
cacao quelle que soit sa pr-
paution.
AVIS COMMERCIAL
I
o
| Une grau le in re m aai :uli
et littraire sera donne n
l'Externat pi. .* i Abeilles
de la Ruche Sic Thrse au
profit des Eglises pauvres
d'Hati, Me dimanche 27 dc-
cembre 7 heures lu soir.
Deux superbes pices d'ac-J
lui lit : "La p. tile Rsinire moins o. nnu probaMenr nt qua
el 'a "Ves'alt", suivies d'un ion eouio l'homme orchestra
tableau vivant f^arprise ) uquelhomine-coniestible,par.
vous tennt passer du rire don, Ihommo-sondwich.
a mi l'homme tintnmrrr'.
(tiouu u. k
J'ai l'honneur d'aviser ma
grande ,Clienlle, [le com-
merce et le public en rjen-
f rai, que je viens d'tablir
l'anale des Rue Courbe
et Rue Roux,ancienne mai-
son de la Socit d'Impor-
tation Gnrale.
La confiance que maqran-
de clientle a dans ma mai-
son n'a pas besoin de R-
clame.
H. SILVERA
El malgr celte bonne nu
sure, la marchandise a reu-1
contr sur les marchs lraa* \ \ /i gra des difii uiis de vente, ma Maison de Commerce
provenant plutt de la sur-
proluetion mondiale. Et le
djs pris a ralenti l'ardeur de
n >s agr'Ciltecrs q u i refu
Sti C nq centimes la livre. Eu
eUer. d,:ns le rapport du Cou-
8-iilcr financier d'Octobre
1930, ii est dit que pendant le
premier trimestre de la pr-
s:nte au e U.cale, les exp
liions sont tombes de
996 000 Kilos a 344 000, soit
uue diminution de 65o/o. Et
le rapport 2 Septembre 1931
dit que le total des expdi-
tion* de l'exercice 1930-31
%'est leve 1.168.000 K contre
2.273 000 l'anue dernire.Lcs (
diruiuutious tant de 49 et de
74 o/o respectivement.
Le planteur hatien dcntis
rag, et juste ti'rc, nban
tenue cette culture et pour
mieux dire la rcolte. 11 pr-
Jre se croiser les bras et at-
tendre. Les cacaoyers sont
pourtant chargs toujours. La
moisson serait encore ajou-
tante si la mesure propose
ici est prise son temps.
Cest dire supprimer compt -
tement pour X temps et tout
de suite, par arrt, tous droits
et taxes d'exportation de quels
que nature qu ils soient.
Le pays aura lieu de flici-
ter le Gouvernement de sa
prvoyance conomique; car
il ne suffit pas toujours de
savoir appliquer des dpen-
ses, il faut surtout, dans notre
situation actuelle, chercher
empcher la faillite, mme au
prix des plus grands sacnfi
ces voir mme quand ils sont
productifs.
Notreasituation est grave et
pas dsesprante. Il y a en-
core de la marge pour notre
salut Et il ne serait pas bien
loin de nous, ce salut, si nous
pouvions runir toutes les
forces contributives de la na .
lion dans un suprme mou-
vement d'union nationale.
aux larmes, en "mme temps
qu'elles v.uis offriront *qq
vritable rgal artistique.
Aucun Hatien de cceor n
voudra n fuser de donner
aux sympathiques "Abeilles"
cette modeste lu nue de 2
gourdes e', en contribue!
I ornementation de nos glises,
s'assurer la protection de
l'aimable Sic Thrse de l'Eu-
faut Jsus.
U. S. S. H.
FOOT-BALL ASSOCIATION
3ME ORDRE
S mil |j lfl coura -t, deux
quipes de la sria des'mot*
encs dn ebampiouo it se ma
sureronl s"rle la ml du Pare
aprs
: econte 4 heures de
midi, i Petit-Racing Club
contre SUJacques Chili.
Ce match inaugurera !<
championnat de toot-ball du
3me ordre. Il sera arbitr
par A. S ,!oud.
L'ure: 10 centimes
L'ho nme-lintornarre... c'est
ainsi qu'il mrite du moins
d'ra njipel, est sans dou'
ferblantier do son tat, et poar
les h sons de son m ii r, et
oh)la| chaque jour, d'achetf*
dos l>i Ions doal il lire ira g->*
blets, si casseroles el si s csim
tiares. Iler.il avait Irtfuv, en*
dont, nue nfllire do-, et c'est
perdu on milieu d'une oingtetiva
de bidons, Lisant un Vacarme
d'enter, qu'on pouvait le ren-
contrer la rue Amricaine,
pouvant I peine marcher h n'y
a plus !e gamins, plus de l'uv
liblles j t'ort-au-t'nnce .. Lt
c'est dommage I

M"
V,'.
A DAMIEN
10
ac
qui
BOfflE RCOMPENSE
Une rcompense sen
corde la per oune
ramnera son propritaire,
B la me ''u Quai,Halle Dpt
Usine Manlegue. une chien-
ne, poil gris ardoise et noir,
race loup, ge d'un on,por-
tant un collier, qni o dispa-
ru dans la nuit du diman-
che 13. La personne nejoera
pas interroge.
- o
L'HtMMB ai la Rua
Prop
os
laieiit devenues plus qu'embarras-
santes. Il leur a ialli
XVI
Le domiine agricole de Da
mien se compose d'une ferme
d'environ soixante-cinq car-
reaux de terre qui non! pas t
mis sous assolement rg liier,
ces terres servant plutt a l'ex
primentation et a la p o.luc
lion des tonrrages ncessaires
au cheptel vivant. Ce cheptel
est compos*, nous dit M. Jules
Mnes, directeur de la seclion
d'levage, de vaches laitires
pur sang, 3/4 de sang et 1/2
sang, des races liolstein. Jersey,
Guernesey, de croisements in-
dignes et d'indignes.
Nousavonsactuellement une
cinquantaine de botes bovines
dans le troupeau laitier dont
vingt-cinq vaches en priode de
Iactalion et produisant un ren-
dement moyen de sept litres par
jour et par tl. Le lait est ven-
du une gourde le litre aux
clients, parre que pasteuris el
livr dans des conditions hygi-
niques. En dehors de la laite-
rie, nous avo.is d'autres spcu-
lations animales, telles que la
porcherie et particulirement la
oroduction mulassire. Nous de-
daUX lois par jour : le m! in a
cinq heures, el l'aprs-midi
trois heures. Avant chique Irai*
le, elles sont bien nettoyes,
mises ta tat de propret par-
laite, afin d'assurer la puret
du lait. La laiterie vend du lail
pour quatre cinq mille gour-
des par mois.
Arrs la traite du lail, il est
transport dans des usines o il j
est pasteuris, refroidi el mis en '
lu).'cilles en vue de la livrai-
son.
Un coup d'oeil au laboratoire
de pasteurisation nous permet
de constater la taon de proc-
der cette opration. Aprs la
traite, le lait est vers dans le
production
u un loug temps
pour alteindre cette longueur.Depuis
ce qni en tait rest a pouss et at-
i isetaMtantj>':*J^St Vooa mentionner aeaai rlcvago
hUIlllC eS VJtt^F^'* de, porcs dont le cro semer- A
TJltn ncort aelujes dcades, les races indignes avec celles Du*
CciCblM qui sont chez nous s'tant roC> Jersey, a donn de torts
coUts pour lui fa.ie envoi d'un 'ut
deClSuS SABTHI-: CACHET D'OR,
le.prcituxlixirde vie.
O
Encore un record battu : celai de
" 'ieiliesse. Le Turc Zaru Agha
ryait le dtenir. Voici qu'un cor-
^spondant de journal iamricain a
"couvert le Chinois Lce-Tsing-Yun
1U> compte cent quatre vingts ant-
ennes. Il le prouve en montrant les
Assurez-vous contje accident
Hn a General Accident tire &
Lilc Asnsrance CorporaVon Li-
[> deVe.Pm.in.e" n'.y^"^ ^edVv7 f! Herm^ii^J tout encourager et prot,
"wn. de 30 cemimtre delon^ienr | .r| ir H. | Lo traite des vaches
, --- w v
-VnlCcupo
bons rsultats. Le but essentiel
du service d'levage est celui
de dmonstration, d'auuiiora-
tion du btail et de proposition
des sujets amliors sur tous les
points du pays. Cest une lorm.
nouvelle de la production qu i
taut encourage et protger.
se tan
introduire. La pasteurisation
ayant eu lieu, le lail est pomp
sur un rfrigrant o il est re-
troidi une trs basse lemp-
ralure. U passe ensuite cl.m s la
machine embouteiller, est cap-
sul par un autre appareil
liras et livr aux clieuts. La plus
grande propret rg ie dans ce
laboratoire.
vi. Mnos ajoute :tOa se plaint
en rille que lo lait fonda une
gourde la bontaille soit un
prix de luxe et uaccessihle a
(oues les bourses. H est re-
marquer que dans tous les pays
ropicanx, le lait pasteuris ne
>is jamais vendu 0,'2U cts.of
1 ire. Nous luisons en ce mo-
ment des expriences capables
Toutes les plantai ornementales
sont vendre. {
Ici ce sont des orangers sir
qui servent de sujets pour le
pasennsataur ou il est chault greibge. Nous les greffons en
i 145 degrs Farenheit pendant I diilrentes espces de citrons
une demi-heure, opration qui itlles que orangers doux ci-
dtruit la plus grande partie tronmers, mandariniers, pam-
des microbes qui pourraient s'y J piemousses, tangenuiers, tic.
;'\ cot des orangers, il y a
des avocatiers indignes, que
l'on grelle eu diflrenles vari-
ts slectionnes emportant des
prix levs sur les marchs
lrangers telles que les Ulckin-
son, luette ( mexicaine) et Cul-
linson.
^ Nous passan. maintenant aux
jardina des (leurs et dea lg unes
donl nous vous parleiuus dans
no'.re prochain article.
de aoui permettre de diin'mi' r
le prix de n vient du lail. Pour
cela, nous essayons d'amliorer
la nourriture des Vaches, d'une
layon plus conomique. Si nous
ruaaioaons, ce sera (o d profit
pour le publie.*
Sous lo conduits de M.Pierre
rsinfchol i.^ Isoocli md hor
tu ullore, d n. le silence du,
agreste aux a'Ies ombreuses,
nous parcourons d'abord ;i p-
piuiro de piaules ornementales
ol d'arbres fruitiers. La ppi-
nire qui slectionne les plan-
tes, les arbustes, fait prosprer
les vgtations exotiques. La I
seclion d'horlicullure sa divise,
nom dit-il, en trois parties : l'art j
paysager ou la culture des plan-' ... les vit entrer chea Pmul
les ornementales, l'arbjricultu- : Auxila et o'erabrasser la bar-
re fruitire, la rullur? potagre. | be des Athniens. L'aimable
patron lit semblant do ne rien
voir pour tre dispens de tente
observation. Bras dessus, bros
dessous, ils visitrtnt le rayo
vu! <|ue M- Franois
Ion coo nue 'o i our l-i
lo io irde-orcille, t\ <> i iro mm-
i if r |r- COremil d-* n convrr-
nit-nt du j mrnol, \'n oq cl
bonneoi n cher ^t Mro, cto
l:iil plu ; is
qu'un I icleur n dn prendre h
liemin :!. votro c^l)' toi, pour >
dposer le i i ira il, el vous pei
n t n. Bons vous dplacer, do
savoir toul ce qui se passe in,
en provint l'tioneer.el d'-
soir sur l'actualit politique des
oni i ii- toutes utiles. Cest u.i
chifiro... oiiOJois.
... voua|vorroil avec 'ploiu#
taire le geste que la dtg'ft
commande el. opro cela, Uira
suspendre vitre abonnement m
tantaisie vous en prend. Co n-
pris, Junior?
*

... voit q K- Noll n'est pas tari.
Dj le i i irnillei donnent
rendes vous nu m gosN ih
/lolinc, ,i Ii ron Uo mePoi, a
u\\{! po lo de I Htel de Krao -.
On y ii > ive, pour do-u de I*-,
des pi ^ oibiON de \o<-l utU.--
ment dcors de clocheles, toiles el de bougies colorie.
On y trouve d'autres choses en-
core que vous aurez demain.

{ ... vod que les actions humai-
nes ont presque toujours des
mobiles secrets. A la suite d'u-
ne petite scne, sans clats d
voix, sans reproches blessant,
une scne comme il y en et
cent dt^j entre eux, il partit... t
depuis Irois jours on ne l'a pas
revu. La petite amie en est d-
sespre.Lui il a confi en grand
mystre a l'un de ses intimes qu'il
ne se prtera un rapproche-
ment que dans les premiers jours
de l'ai nrocliain;histoire de sa
drober au devoir des cadeaux
obligatoii es de lin d'anne.___,
-'.Comme mufle, c'eat tout tait
russi, n'est-ce pas ?
T. A. V.
(A suivre)
de la lingerie et le mirent prs-
qu' sec, puis ils grimprent
I tage, et se choisirent nn
amour de lit deux places...
toute la chambre coucher...
un salon complet, et une salle
manger moderne. Et ils s'eru-
brassrent nouveau sono l'oeil
un peu scandalis du patron.,,
mais ils s'en excusrent genti-
ment :
- Nos bans sont publis, nova
nous marions demain ; alors on
prend des arrhes. Excuses no*
tourderie.et montrez-nous vos
mo.0 Paul en tut tout d*
sarra*.

... a vn le Prsident d'un de
dos cercles mondains s'inlor-
mer prs dn grant de l'tat de
la buvette et conclure :
Au moins, vous n'aves pos
(1) Voir U Matin des '-'7.
. s, .1, 10, 12, i oubli la Ceu/ee of'Or Altx,
14, 15, M et 17 Dcembre 1W1, | Boy ?


i'AuL

9!
4. Aujourd'hui plus ; que jamais! ne restez pas indiffrent
Ihygiue de votre linge, la Nouvelle Blanchis:eri^ 'AU CYGNE garantit
le linge compltement dsinfect au soi li; i'e ses machines.
'* '*r^%fc,
/J%\* ii*ivveu.*(&EiMiMMSar|^
i
QUI P-TIErMT
Lir5 REWRP5
rif^'ti^i't"
530
Rue DntsDosl:oucl/sjj
Port-au-Prince
HATI
T
Prop. Vve. Jh. CHANCY.
Rue Pave, en face du Garage Barreyre.
HOMMAGE A JUSTIN ELIE

Du Temps, suiis lu signature
de Placide David :
Voici i\ pi inft trois mois, je
co J^aci us dam < 1.;: Presse
quelques bive> cou- dralioai
sur l'uvre de Justin Elie en-
Tisage dai.s ses rapports avec
noire folklore qui a t pour
distinctit,
Nous avons parl ailleurs de
celle louable tentative d'EUe, el
nous avons dit comment, en ic-
cueillant nos thines vaudou i-
ques, en les rlis,qnanl pour en
saisir le rytli-ne et les modula-
tions, il tall parvenu s to
ger une critare dont l'eurytli-
l'artiste, partil Ve ClopreV, mie trange raavail Irapp ds jnao.
l'unique lource d'inspiration. ClEOPATRE . Et ces airs
poj ulaires, que pendant d.s
ri cueillait
Re/euu dans son pays il en-
epril des tournes de e
b illammer.l ses ludes.
on- *
cerls qui le firent connatra et
apprcier a Port au-l'rince.Cap
Hatien, Cayes, Jacmel, Gonel-
ves, Santo-Domingo, St-Jean,
de Porio-Rico, Kingston, San-
tiago de Cuba, La Havane, Cu-
l'ort-auPrince
pas de sitt le
Comment eoss>jf prvu que
tr> bif"in!, allait tre Irapp
par la mort slupide, en plein
essor d'un talent qui s'allirinail
cliaque jour dans !> h uls mi-
lieux srtisliqaea amricains, ce-
lui (jui lut, avec Occide Jeaniv
et Ludovic Lamome, le pi tu
qualifi et le plus prestigjeo]
reprsentant de uo're musique.
plus de quinze annes d'une
trs 'roite amiti avec Elie sa
cours desquelles j'ai pu appr-
cier sa vaste et solide cultuit
pour laquelle l'harmonisation,
la lugue et le contrepoint n'a-
vaien. plus de seciet et sisistei
aux angoisses-, aux dcourage
:l
annes il ucueillait avec une
patience et un \ ferveur dont
Occide Jeanty el moi nous avons
i souvent tmoins, forment la
trame mlodique, de tontes las
uvres qu'il a publies depuis:
concertos, scherzos, suites, po-
mes symphoniqnes, lgendes
ele......Kl je. ne suis pas loin
de croil'S que joints a la pais*
ssnee d'vocation, au sentimen-
talisme de bon aloi, au don
d'expre aion uiuuue el dlie u-
i". de compositeur, je
p is loin de croire que ces aiis,
agi estes et sauvages, d'une lo-
uable parfois si marque et d un
si beau coloris harmoniss al
.orchestrs avec la science qu'il
menti U enthousiasmes par les- 6djil onl M .ourLt, ja C|,
quels, i urant las crises de cou:- i^ SuCLCS
position, son me passait .ou, j j^,,,, ^lie, tn euV,set...i
S tour, ma lont ressentir avec J. |,admira|ion du mon
une singulire acuit la doulu de* arugUqaa New-Yorkaie el
de cette mort et l immense V d J M{ 6alu;.I)lllllK. un dw .wnw
quelle a.sse dans le domaine, 0e [a J^..
de 1 art hatien. I :_- J
Aujourd'hui nous ne vouloni;J lt diViVeail plusieurs orchei
que ier sur le papier quelques ^ ^ ^ ^^ |||rt ,.
courts traita sur ce beau lem*
pramenl d'artiste qui aura le
certainement avec Occide, dan
l'ordre musical, un ; i cl ani-
mateur et un propagateur de
premier ordre... Il est vident
que si aujourd'hui Port-an-Prio
ce compte quelques bons mlo-
manes qui savent apprcier l'a-
cule coulempoiaine elle mm<
dont la technique et l'eslh l
que ne sont rien de moins que
revolutiouuaires : c'est Justin
Elie qu'on le doit
11 a t le continuateur d Oc*
cuiedans lt domaine ducalil...
Le premier a vulgaris les
grands matres de l'poque ro-
mantique, et particulirement
les mlodistes : Pounov,
Massenet,,Yerdi, Rossini. Biz i,
Wagner, _atc Lhe, lui, uous a
tamilianss avec la musique di
chambre et les pomes sympho
niques----- Longtemps encore,
nous nous souviendrons des
brillantes auditions de ses l-
ves o, ct des m ivres de
Mosart, des Bach, des liaudei,
de Haydn, de Beethoven tigu-
raitnt celles deSl-Satn-.liabiul
fiern, de Koisakov, de Gru-g,
de Brahms, de Lit/, de Kach-
maniuoll, de Csar Kiadk, de
Debussy, etc..
Mais le rve de Justin n'a pas
t seulement de faire tenir a la
musique la place qu'elle doit
avoir dans l'ordre de nos occu-
pations esthtiques, il a caress
uq rve d'une lVstiou plus
noble et d'une audacieuse har-
diesse, uvre qu'il tait en voie
de raliser quand la mort le
foudroya. 11 a voulu crer une
musique vrai ment naliouale,une
musique qui eut sa physiono-
mie propre et son caractre
ses de hlm (^ l'.oamount ) el
pour des maisons u'euregisir*-( Cessagnol.
me-ni de disques, tes temps cler-
Qiere, c'est lui qui conduisit un
concert radiodiffus ue Was-j
Illusion orchestra . .
Notre compatriote tait la
veille peut-elle de raliser son
rve tie toujours, la conscra-
tion de la musique hatienne
par sa vulgarisation dans les
centres artistiques. Il travail-
lait sans relftcne polir des
uvres qui devaient ouvrir cel-
te voie nos artistes.. Et c'est
en pleine ascension glorieuse,
que la mort l'a surpris...
ne perdra
souvenir des
nombreux rcitait o l'artiste
excuta le rpeiloiie classique
et moderne des grands virtuo-
ses. Les ilhapsodies et la Cam-
pamlii de I_i->zt, le* Sonates,
Sherzos Polonaises et Valses de
Chopin, l'tude en lorme de
Vais- de Sl-Seane, la Sonate
en sol mineur de Schumaitn
lurent parmi sts morceaux de
prdi ection.
Il te lassa bientt des fati-
gantes touilles et revint s'ta-
ne suis|blir a Port-au-Prince o il en-
treprit de londer un cours de
piano. U y russit parfaitement
et de nombreuses dames, |eu-
nea filles et quelques jeunet
gens ne tard ent pas veni
profiler de son enstignemeui -
Professeur trs svre et m
ticuieuz, ii russit dominer
ses lves un point tel que
pour la technique et l'interpr-
tatioci leur |eu se rapproche
beaucoup de celui du Matre.
On peut compter parmi ses
j plus remarquables lves Mme
I Justin Elie, Mme Evremont Car
. ne, Lucun Uibbert et Edouard
tentions au^-si di^c ; tess que g- \
nreuses. Jusqu' la fin de sa
vie, il demeur;- pour moi, mal-
gr tout, un trs bon camara-
de et je crois qi e tous ceux qui
ont eu l'approcher de trs
prs, en cons?tver >i in ex*
cellent souvenir."

Du t Devoir :
Par Le Nouvelliste de j-vdi
3 Dcembre, no ai avons eu con-
naissance de la douloureuse
nouvelle de la n oit du grand
pianiste Justin El e.survenue le
matin du mme jour New-
York-
Nous nous associons de tout
cur aux regrets de notre cou
Irre, ainsi qu'a l'loge qu'il a
lait du talent de ce remarquable
chantillon du Mrite Hatien.
A cette occasion, i otre conlrre
a rappel les noms de quelques-
uns de nos grands musiciens et
il a cit Occide Jeanty et Ludo-
vic Lamolhe, tous deux vivants,
et un mort : Nicolas Gefrard.
Pourtant, il en a oubli d'au-
tres et non des moindres el par-
mi lesquels nous comptons en
premire ligne un Eugne de
Lespinasse qui exe ;la en bien
des branches du Savoir et de
I' Mi, et que la mort nous a en-
lev encore en pusses ion de la
plinitude de ses laouks si ra-
ies et si brillantes.
Il y a eu encore un autre que
dapnis longtemps ro r ingrate
mmoire a envelopp dars le
linceul de l'oubli, p'us froid et
pins louf n que l* marbre du
tombeau. Nous voulons pailer
ici de Molard Monton qui lut
un de nos plus grau ris musi-
ciens et dont le talent de pre-
mier ordre," la fois souple et
vari,embrassait avec une gale
matrise presque toi s h s genres.
Il n'y eut pas qu'une manire,
parce qu'il extellait dans toutes.
Parmi ses uvres qui attes
lent la puissance et la varit
de son inspiation, nous citons
au hasard, de mmoire : Sou-
venir d'une Valseuse une val-
se qui eut le plus g and succs
en France si que Counod dcla-
ra digne de figurer parmi les
douze grandes valses classiques
doit elle complta le nombre*
la musique des uvies d'Os-
wald Durand : Sous le iian
guMt et Choucoune*, si po-
pulaires ch< z nous
Si noijs ue nous trompons
pa-., il faudr it ajouter celle
num aiio i la n :se en musi-
que de .\iariani ', pos puiesse de Tertulien Guilband
et qui commence par ces vers :
Maria ni est la perle de nos grves ;
Mariaoi ;i de fort jlis \eux,
Des yeux *)i beaux que travers leurs
prunelles
Semble briller en rjjoes rayon des
cieux.
Placide DAVID
Du Nouvelliste :
Nous devons l'intelligence
du sympathique Ludovic La-
inothe, noire grand artiste, de
pouvoir publier celte belle pa-
ge consacre a la mmoire du
regrett Juriin Elie, mort
New-York, el doi l la dpouil-
le, arrive ce matin, va bien-
tt reposer dans la terre natale :
LArt Hatien vient d'tre
cruellement Irapp : Justin Elie
qui est mort a New-York, o
il rsidait depuis dix ans, tait
certainement ici un des repr-
sentants les plus autoriss de
i Musique. Il y a consacr
loule sa vie, soit comme vir-
tuose, soit comme prolcsseur,
soit comme compositeui.
Trs jeune, ses parents ayant
remarqu en lui des dispositions
DUSicales peu communes, l'em-
menrenl Pans o aprs
luelquas annes d'tudes il lut
.dons comme lev au Cou
servatoire de Tans, il y acheva
Aux heures de loisir, laisses
par sis leons, il s'adonna la
composition et produisit un
lot ssstz important d'oeuvres
dont celles de la premire ma-
nire dans le t^ol des coni-
Cin-laldu
( E SOIR
Un grand fi1 m d'aprs la cMbre pice de Pierre V
Le Ruisseau
it le prt p""- Lucien Dalfoce et Louise Lagren"
E DIMANCHE
A 8 HEURES
Un grand drame ang lissant. Des scnes d'Amour pis ionnelles
dans :
Le Cirque d'pouvante
jou par Ellen Kurty. Cari Auer, SieglrieJ Arno et B. G'zkV
Entre : 2.?, 4 ^o irdcs.
3,09
3,00
3.K)
5,00
3.00
10,50
17,50
15,00
4,50
6,
3,00
2,75
4 50
4.50
4,50
4,50
11.00
1200
19,00
2.00
chaque
Ce n'est pas du Bluff
La maison Anton I. Saba ne croit pas ncessaire d'nn-
nirer ici ses articles bien rfuts de bonne qualit tels
que : Crpe de Chine, Voile de soie, Crpe (ieorgette, oile
de soie, Voiles Chiflon,, Toile Drap pur fil, Bas fil, Tri-
coline, Casimir, etc. etc. etc., qui ne sauraient tre surpss
s^s par la concurrence.
A l'occasion des tte de fin d'annee
La Maison vend les articles suivants.
Articles pour Dames alIPiliettea,
Chapeaux paille d'Italie pour lillete.s^ Gde 2,25
. forme pour dames "
Chapeaux piille d'Italie pour garonnet
" pour garonne panama
Chapeaux paille Jean Bart sup.
garnis pour dames large
Chaussures pour dames No 3 5 Berge
crpe soie
Chaussures pour dames No 3 5 noir
Et souliers Tennis Fleurs-Deutelles, eteetc
Articles pour hommes
Chaoeaux Canotier paille d'Italie Gourdes
* < Charleston
? M Pa narra
Chapeaux Sandino
Toile double largeur pour costumes Gourdes
Toile tussor double larg. pour costume
Cheviot noir '*
Cheviot Gris double larg.pour costumes
Serge Bleu marine **
Serge Noir "
Chaussures pour hommes No 5 a'7
Casquettes franaises
et Cravates. Souliers Tenais. ( h mises hapoeoi
laine Casimir coul. etc, etc.
Les prix des articles mentionns sont moiti de leurs
prix de revient malgr leur traichenr et leur utilit pair
les habillements des ltes.
N'hsitez pas; accourrez-y en foule.'car ces prixexceptiea-
ucls sont pour le^mois de^dcembre seulement.
chaque
auoe
positions de Liszt qui pendant
longtemps demeura son mod-
lejlavon.
^Flustard.il travailla beaucoup
a,,tics compositions inspires
de nuire lis riche lolklore et
avait roussi recueillir un grand
nombre de thmes originaux
dont il se servait pour produire
des uvies teintes de moder-
Inisme, colores la manire
orientale et tendant crer
dans notre milieu une cole
j nationale'semblable l'cole
j russe.
Parmi ses uvres (les plus
connues, on peut citer : Valse
de concert l'ofbnaise.en si b-
mol, une Bacchanale sur deux
thmes hatiens ; Les Chants de
la Montagne, les Danses Tropi-
cale.1, un Prlude, des enlr'ac-
les et une musique de scne
avec adaptation pour la "Cleo*
ptre" de Louis Henri Durand,
enlin.sa dcrniie uvre impor-
tante que nous entendmes au
radio;"Au pied des pyrami-
de'..'1
De toutes ses productions
quelles sont celles qui passe-
ront la postrit ? Le temps
seul peut le dire.
Elle, sous des dehors un peu
brusques, cachait une nature
1res sensible et poussait trs
loin le sentiment de la solida-
rit envers ses conlrres. Il
eui pour Occide lors de sa dis-
grce el de sa maladie des at-
Le louveoii d'- en grand ar-
tiste qui fi it lai t honneur no
tre Pays, bien que forte si vie
il lut un n connu, comme tant
d'autr- s li s remarquables d'Ha-
ti, parce que jon incontes-
table valeur olusquait les en-
vieux, ce souvenir mrrite d'tre
exhum d< l'oubli et inscrit au
Livre d'Oi des gloires nationa-
les. Ce sera un llturon de plus
la couronna de notre Patrie et
nous n avons pas voulu nian^
quer ce pieux devoir.
Qu'il nous soit permis, pour
finir, d'oflrir la famille p'o-
re du grand compositeur que
nous venons de perdre l'hom-
mage re ip r tueux de notre juste
admiration et le tribut de nos
regrets. C ux qui meurent jeu-
nes sont aims des dieux, di-
saient ls Grecs. A ce litre, Jus-
tin Elie comptera parmi les la-
vons de 'a Divinit, car il nous
a t ravi en pleine jouissance
de la doi ble jeunesse de l'ge et
du Talent, uu talent dont 1 ins-
piration musicale et la techm*
que impeccable semblaient cha-
que jour s'lever plus haut sur
les cimes de l'Ar'.
Le deuil de sa famille sera
aussi celui du Paye tout entier.
Mourir ainsi, c'est entrer vivan!
dans l'immortalit. La tomhe
ne pourra po nt garder son ta-
lent ni tonller le souille puis
tant de son uvre dont le
Pbonograpl e el le Radio re-
produiront chaque jour les Ilots
d'harmonies.
VOIR!CES IARTICLES CESTI LES ACHETER
N'OUBLIEZ PASQUE C'EST EDE LA
Anton L SABA
1733, RUE DU MAGASIN DE L'TAT.
Ne remettez pas!
LORSQUE VkamaM se dclare, il est trop tard
pour viter la perte des documents importants d-
poses sous clef dans un tiroir votre bureau ou
dans votre demeure.
Remplacer ces documents coterait cher et
serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
trs peu pour les protger.
Ne remettez pas demain la location d'un
Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard.
Pour deux sous par jour, vous achetez la protection.
Du..ii Mm 4'AwiuMt
ngkped
060
F3WI
La Banque Royale
du Canada
Le Khuiu Barbancoort
Dont la renommee*estuniverselle a gard sa premire place
Demandez parfont :
UN HARBANCOURT
Dpt :Rue des Caart
v-.


=
LE MATIN 13 :.V mbiv I 1
Echos
m

o
| sympathie.
Un heureux homme: \|
Mano Cluude.des Coteaux Au
j 8eme tirage de la loterie na-
tionale, il gagna le 2e lot de
Plr.iieurs de nos conl (JOCO gourdes. Au 9me et
rr ont publi des articles dernier tirage, le rcent, il a
ou il est rendu bel hommage Rigne le gros !o de 20.00 V,
notre grand musicien Justin M. Claude est candidat Im
h lie dont les funrailles ont magistrature communale. Ou
en lieu ici, avant-hier, avec yerra s'il gagnera encore le 10
le concours d'une nombreuse janvier.
sympathique assistance.
M. Morillo, charg d'at
foires de la Rpublique do-
minicaine, a t charg par
son gouvernement de le re-
prsenter rnx funrailles de
Justin Elie. Touchant geste
de fraternit.
Le Listin Diario a
adress ses condolances au
peuple et au ronvernrment
hatien l'occasion de la
mort de Justin Elie. Nous
A Perrale, rgi ou de
Cayes, le nomm Lger.char-
penlier de profession, a t
assassin. Une enqute judi-
ciaire est ouverte autour de
ce crime dont l'auteur est
inconnu.
Au Bazar Mtropolitain,
on trouve les plus jolis jouet
et les plus ingnieux. Vous
qui avez des entants, des fil-
leuls, et les enfants de vos
sommes sensibles ce geste amis, allez-y ces jours ci.
de notre confrre dominicain, j Dimanche 5 heures
Une ide retenir.celle, aprs-midi, grand meeting
suggre par l'Association ha- lectoral au Bel-Air. Me Eru-
tienne pour la Socit des
Nations, de crer un conseil
conomique qui tudierait nos
problmes conomiques et
sociaux et proposerait les so
lotions techniques qu'ils r-
clament.
manuel Trouillot y prendra
la parole pour exposer la
politique du gouvernement et
recommander la candidature
de M. Nemours Vincent dans
la 1re circonscription.
- i L'Action Nnlionitelt^iSJ?1^^^^
donnera le splendide film
informe qu'une action en sus
picion lgitime sera intro luite
contre le juge Lescot qui ins-
iLe Cirque d'Epouvante" jou
admirablement par Ellen
Kurty, Sieglried Arno, Cari
truit dans l'aflaire Elias Elie. K^bSETS n.i ,
Ce sont les avocats de M. Aner el Bernard Gaetske- Ce
Joli bois Fils, Mes Rigal et
Emile Canvin,qui en auraient
l'initiative.
J- Les scells ont t ap-
poss sur les portes du"Bazar
Odon dont le propritaire,
M. J. KariYhuy, est invisible
depuis quelques jours.
- Notre conlrre Louis
Callaid, directeur du "Pays-',
est soutirant depuis quelques
jours. Nous lui souhaitons un
prompt rtablissement de sa
sant et lui renouvelons notre
beau drame qui se droule
dans un grand cirque vous
fera assistera des scnes pal-
pitantes, mouvantes et pas-
sionnes. Et vous vivrez deux
heures d'angoisse avec les
merveilleux interprtes de ce
grand film.
; MONSIEUR EDOUARD MEV3
RECTIFIE
O
j Nous avons pour devoir de
gealer nos lecteurs q l'a l;<
I suite -le notre entrefilet 'I viol-
l>i r sous la rubrique Eou :r Meus en faillite , nous avo >-
reu la visite de l'honorable
commerant qui nous a deman-
d de rectifier l'information en
question en faisant la mise au
point suivante :
Il est absolument imprvi-
sible que le Tribunal Civil pro
nonce contre Monsieur Mevs
aucune dclaration de faillite.
Car ce te rquisition formule
en eflet avant hier par l'avocat
du Syndic de la Faillite Golden-
beitf, au cours de sa plaidoirie,
n'est londfl que sjr l'hypo'hse
gratuite qu'on voudrait luire
admettre, savoir que Mevs,
simple prteur .sur gage hypo-
thcaire de Uoldenberg Frres,
serait un associ commandi-
taire dguis de cette raison so-
ciale.
Monsieur Mevs est en outre
crancier chirogtaphaire de la
j mme lailiite. Il est porteur de
titres dont le carpclero demi ut
el contredit une si exorbitar'e
prtention. Il est donc pour le
j Diolr.s h.isardeux et prmatui
: de battre si tt la grosse caisse
autour de celte affaire dans le
; but de nuire au crdit du pr-
; leur en taisant natre avec tant
d'empressement dans l'opinion
1 publique la possibilit d'un d-
nouement encore trop probl-
matique pour qu on essaye dp.
den tirer profil.
ALL AMERICA MIES
SERVICE BESS3E.
AVIS
A l'ocotssi >n s P.e i di
N loi el in Premier Joi I
l'An fa r AU ta nca ' -
lue *>, acceptera us metsa
de vux et souhaits i taril
Iris rduit j environ le 1/3 de
l taxe ordinaire ). Taxe nii-
t niunv: dix : mots.
l'xemples : N w-York: I,!13,
France : 2,15.Allemagne : 2.25
Gran le Bretagae : 1,95, ll>l-
Iande2,l.").Suisse 2.15 etc Pour
tons renseigoementi s'adres
r la Ail America Cables
Inc. Tlphone 2727.

n
VOSGES
(Pronce)
1 ItllBn 1
fMMmmm
ACTION fLtCTIVB 3Uft LB REIN
Ctsie compte de l'ARTH&lIITlSJItE
Saison 'u 20 Mil au 25 Saptom'iro
nfk-'S TENNIS m QOLF POLO m YHtbAJp.E OASINO
PARO SPCIAL POUR LES NFANti
Tanins fHrpcii f*TTr* (n.tf3 ;io
."i VIT TRI,
Fn v^nto dana '' prlnclptloa rii u-r.i^c!.- ;, LVOfc.iwio u. .".Loin d'AllmenUUoP.
ni -. *. * i
D ENTOL
M TROIS (MERS
Aeoue deslHhs. Tl. 2819
Grande Liquidation de fin
d'anne du 20 dcembre au
15 janvier.
Profitez de l'occasion. Jouets
bon march pour aibre ce
Nol.
LES INSCRIPTIONS
LLECTORALES
Premire cirtnserBlhn
.fteporl 14.493
15 dceral re 19.51 182
14.675
Deuxime circonscription
Report 12.07:5
15 dc. 1031 H3
AUGMENTATION DE.L,EKCAl6SE-1-A^mJnl9iratlon *
OR DE LA BANQUE DE'FBANCE.J *
Avis de dpart
Total
12.216
26.8 IU
J'accuse...
oui j'accuse...
La Maison
Paul B. AuKila
Ho vendre meilleur march
qoe pnrlout 'es plus jolis Sou-
liers pour tommes tt estant;
toutes modes toutes peausse--
ries 'ous la'ons look s cou-
leurs ses Sa'ins 11 lams avec
et sans boucles sont des amours
pour les pieds.
- Le bilan hebdomadaire
de la Banque de France In-
liqoe nae augracnt:.lion de
IOU,442,OOC trarrs dana len-
caisse-or qui atteint aclnellr.
ment le chiffre de'b'7,953 mil-
lions de franct.
lil!lllllllllilllll':ilii:!illi;ill!!!ll!!llll!iri!IUIIII!ll!lllllllll!)
La MDICATION par les GLANDES
x
03
o
Z

m
E
o

o
ex
o
c
O
Les dpches pour New-
York (' l'Europe ( via New-
York direct) par le steamer
iNliterie seront fermes le
amrdi 10 du courant.
*
Les dpches pour New-
Voiktl l'citrone (via New-
Tork direct) par le steamer
a ri&lobal seront lermei
mardi 22 du courant.
Port-au-1 rince, le 17 dcem*
lie 19J1.
Le'GUKUOPHILE"
ii exlrt .li fi'd'chc-s
d'anlmoux slectionnas parmi les
plut vigoureuses ;
emploi se i
Les troablei aerveux, la d
l'iiy o pr-
coce, cv .i de Oholx dans
tous impuissance sexuelle
tant r\\c: l'homme qu i oh m la femme.
rapide il durable sur
IYiim-i ii>'.' de iniii i s, le
"GLANDOPHILE"
retour le plus nergique
tioti m traduit par un rajeunissement
total de l'en tu Isino.
Le "GLA^^DOPHLE,,
m soutient aucun produit texlq
etpeni n rOUTLE MOHDi: :
I SCXI s.
Demandi i donc le"OLANDCPHlLE":
H pour i homme ou F poui la fi mm .
* itlca i;:'iiiiin- 11 vente
P.SJOUnNft-W B! CH Pi .
ri dana TOUTES le
Seuls distribut-urs : A. THOMAS & Q*
15. Rue Martali PARIS
A PROIOS DE LA DCOUVERTE
DO N0UVE4U-H0NDE
o -
Mon rhei Dlreclear,
Dans mi u aiticle d'avant
I ier il rst publi pr dCoiP
nrte officielle, c'est plutt pr
1 cru verte non officielle que
s I. (leurs doivent retenir.
e u'auraii pas f.it cet erra
' m, s'il s'agissait d'un sujet
1 Ire que l'histoire. Voua
omprenez mon scrupule ?
Bien votre.
Luc DORSINVILM .
LEMMIiMMl
. mm
( ROGER AUBRY, Directeur )
Angle Gi and Rue el Rue Bonne-roi
N'EST PAS SEULEMENT UN BAZAR DE PREMIER ORDRE.
Son rayon d picerie fine el comeshble en gnral est des mieux assortis.
Aux meilleurs prix de la place: CHOCOLATS,BONBONS, GATEAUX
BEURRE FRAIS, FRUITS et LGUMES fiais toujours en glacire.
VINS LIQUEURS CHAMPAGNE
Service irrpi ochable
Livraison domicile
a ii. am^mmwKBmimmmB i-*..-anM
-nv^iiEB"*-.
Insurance Co
|Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSS & Co
Aaents Gnraux
$-mmwMmmmmmm >
Toutes les Polices
DE LA
>:$mA
gcomprennent la Protection contre Ia
Foudre sans auqmentation de taux
?
Aqents Gnraux
flOKta'- -> Mm
mtm
'utiL*MLM1
4



Vendredi
18 Dcembre 1931
Le Matin
4 FAfcB
Cachet
.
i:
- bh m**tv-Tm-\*m-'r
amrr-* imn mm > ?*** u. m"
DERE1X KENSKOFF DEREIX
6RAHD REVEILLOI POUR, LA VEILLE 01|[
Venez entendre la mena rie rainait A KGNbKdrr et
retenez votre tobte cb z*EREIX Kentkofl pour Rveil
loaner.
Un menu spen'li'l', unique Jol. 1.60 p i tte.
Musique. On dan* ro.
Ueteni / vos couvert!.
">ur tous renieig i mii ils v >yca : I) rcix, Port-au-Priuce |
t!phoue,'2t>31, I
Soulage dei uuuxMeite et
la nvralgie eu 30 minutes;
Arrtez un refroidissement le
1 nremier jwur et la malaria en
! tois jours.
Mil ulUm
r deux mois par le* *
PILULES ORIENTALES
les seules qui dcrcloppent, raf-
fanatisant, reconstituent ici
teint, ci:icent les sailliesosscu-
-cs des paules et donnent ta
bus'C un gracieux embonpoint i
I Dianfulsantsa peur la sant.
il ..Fcrluctltbrllis mt.ilcalH
S. HATIF Pr.--.4S.. 4. IDliUr.rARU
A Port h. Prlnci. Ph" AlbbrtixI
i toute, i >nnes pharmacie.
f Le Purgatif i.'al-
rUE-ILMI
147, Ru du Faub. St-ni, Pari
Facile a prendra.
No ncessitant aucun prcparalif,
elle ne provoque jamais de dfaut.
Supprimant la elle ne dbilite pas le malade.
N'exigeant paa de repos 1 la chambra,
elle ne causs aucune perte de temps.
Plu* active que tous le* similaire*,
elle M. par consquent, moins chre.
PURGATIVE, 2 3 PUula-
Offrez comme CADEAU de fin d'Anne
jj5S i
I
es
DE IA

LES NOUVELLES RADIOS
A 5 & 7 LAMPES
MUL11-MU cl FEMQDE
AIL ELECTRIC
rx
; *

Modle C- 51
5 lampes Or 65.
4. 3Ui
(
Modle C- 33
( r 85. 7 lampes.
haut par leur dynamique
Les meilleures Radios sur le march.
'.. '. "
1 I

I
1
DE UNDEZ UNE DMONSTRATION
El VOUS SEREZ SURPRIS CE LA
SUPERIORITE CE CES
'Radios Golumbia
SUR TOUTES LES AUTRES MARQUES.
N'achetez pas
une Radio avant \
d'essayer la
GOLUMBIA
Modle C 32.
Or 87,50 5 lampe
Modle C34
Oi 115 7 lampes
Knecrs GOLUMBIA Music Hall
Port-au-Prince
KNEEB'S GARAGE
. i
STEilP UNE
Le steamer iJ i< nave tu-?*,
est atteudu Pnrt-au Pince,
vi nan. 'de Ntw-Yo- k, le lundi
21 dcembre 1931; arc; 169
s:us de corres,tendance t
pai tira le mme iour directe-
ment pour*Gristo ml, Cana'
Zone, prenant tit et. malle
- Port -au-Prince, le 16 dc
VXtt
lai H. <\ VAN REED
Age n'-gnerai
THE ROYAL MAIL STEAM
MET COMPANY
AVIS
Le steamer "Gabnon" ve-
nant de Kingston et les ports
du Sud sera Port-au-Prince
!e S Janvier 1932 p enaut tret
et passagers pour l'rurope,
via les ports du Nord. ( prix
du pass g1 : dol. 100).
The Royal Mail S'eam
Packel Companf.
J. J. BIGIO
Tel pho e 2111.
A Louer
Impasse Lavau : (H is Verne)
maison, conl il rirum-.
S'adresser .-> t^ssil ('
^Franck N. <:ct. r.s.
I 23il
t la NU sikuxil ; u rUB iniuct ,
INJEOK riMRB
D'ALGER
t
JURAGES PEYRRD a' i
Ourtmmonl ia
BLENNORRAGIE
TOUTgS r-HAHM-CltS
dliltt PEYRsPD. M. rot i CriMilt. PARIS
t^ruse j>...MWugJM
2eme ANNElv N* 7659
a
Port-au-Prince]
Tlphone : 224C
1NSTITUTGUY-J0SEPH-B0NNET EN PROGRESSION
Cet tablissement quia oos'ert seg portes a i Octobre de,
nier a vn son eflectil s'augmenter da cent pour cent durant
le premier trimestre.
Tous les poin's de son vjste programme} eisei|ieatit
(lissique eamplet et i fasrjncmrnl pratiqua s'excutent la satis-
faction des lves et des roatlics.Ces derniers sout parmi
tes meilleurs qu'on paisse trouver en Hati.
Que les retardataires ^'envoient leurs enfants la rentre
de Janvier I... Ces derniers en sortiront plus tard des hom-
mes complets: une instruction solide ils joindront uns
ducation pratique parfaite et une force morale i tou'e
preuve. ^X
Prix modiques 1 Conditions gnrales avantageuses!
Guif Pacific Mail Line Lt San Francisco, U S.A.
Le steamer .Point Fermin ayant laiss PorttandFloridat
le 17 du courant est atlen lu a Portau Prince le23dceubre
via Vancouver.Seattle, Okland Alamedn.Los Angeles, Puerto
( olun bia, Kingston et coutinuera le mme jour poir Tarn
j ico, Floride, prenant fret et passagers.
Le steamer a Point Sun de*aot laisser Portlandle 00
dcembre 1931, est attendu a Port au Prince le 2 )an*ier
li)3'2, via Var.conver.Seaitle.Oakland Alameda.Sau Francisco,
Los Angeles, Puerto Colombh. Kingston et repartira la
mme jour ponr Tampico.Fioiida, prenant fret et passagers.
Portau Prince, le 87 novembre 1931,
A. deMTTEIS &Co.
Agents (jiBranx peur Hati
Pan American Airways,ln*
Pour les Ftes de fin d'aane.la Pan Amerlran Airwjys.Inrs
le plaisir d'annoncer son aimable clienl'e qu'elle leur
lait une rduction de vinut cinq pour cent ( 2b /.) sur teai
'es tickets AllerRetour, partir du 15 jnsqj'aa 91 d-
cembre.
Pour l'.s ports les plus prs, les^prix tler-rVtour soal
comme ait :
Port-au'Prince San Pedro de MroitsOr 37.50 an if h ?ia.^D
San Juan, Porto-Rico 78,00 t er 104
Nuevitas, Cuba 85,50 a 114
f -Miami. Floride J142.50 a 110
Pour d'au'res destinations, mire de s'adresser an ta-
rerude la Compagnie. Tlphona 3245.
i crtau Priuce, 11 dcembre 1931.
fan American Airways Ine.
E. J.NOONANN Airpon Managet.
I ykes Brothers SS C inc
Texas Baitl 8antoDomlngo- Rico Porto
Le seul aervite hebdomadaire et rgulier i passagers tt
net entre les ports du Colle du Texas directement itcc
Port-au-Prince, 'laiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile ^_JJ
imnortations, servez vous toujours des navires de .la LTH
LINE-3
Les prochaines arriv"es a Port-au-Prince :ont*
Steamer aRuth Lykes 18 dcembre 1931
Steamer Genevive Lykes 25 dcembre 1931
Steamer lAlmeria Lykes 1er janvier 1931
tinreau : Rue du Magasin del'cilai. Boite Postale B
. ... .-.., -,. v-*i -i_-' r-v>v, j*.iuiM
LE TAIT EST'INCONTESTABLE
jC
h
\
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPARVZ!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs