Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03794
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 16, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03794

Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR ,#
1358, RUELAMc-KlCAlNE 1358
TELEPHONE IV 2242
0.u'im huuune soit op niAtrr, esta
Df me (ait absolument rnn tuait
qu il '.uii iin frtment, cela me fait
l.uaucoun. Le prenuei ueunU des
QpiQJOns< C'est son b eu. Le .ciuml
aiUtt|U8 les >>| uuoue des entre, e
tVsi M biv.ii tie tous ies autres.
MOKTfiS jilLU
2bme ANNEE N- 7557
PORT-AD-PRNi E( HAl'll )
MERCREDI Ifi i i ( EMI RE M 31
AU LIVRE D'OR
DU MATIN
lll^ DE DEaTOSi
f-f"itMt Ht* ti<9 Si'I'!"' :iilnn tli'lluili
--o -
IV'"; loi lmplael lartl.....i UAiJME TUE NKIF KIRIGa.
Cnlini' iiiMant-.nmciit lu iloul.Miiym.iy la carif,n.-nr- in contar^ationdm dent,
Chaque bol"? contient le iuvCtfts*ilra jour l'obi ..:'i:"ii cl le paniemaDl daa d*nl
tvi-Kes. Seul, le Baamt Tu+thrf Mrlga lue le nerf dentaln 0 en Uvement Exiges I*
BAUME TUE-NERF MIRIGA
J cX -rto rt t'u Cocteui OIKAOD, ihun-m.;.-n. 8. Rua nott LYOW-OULUNB ik'riic
IMpt a Port-*u-Frlnce ; Pharmacie UU.1U
Le 8 avril 191(5. LE M ATIN,
sur une information que nous
tenions de noire collaborateur
Nemours Vincent, alors dput
de Hinche la 28e lgislature,
publiait une note dans laquelle
nous rapportions que les dpu-
ts s'taient iun3 sous les ga-
in.es du Palais Lgislatif, pour
Protester contre le dcret de
Excutif instituant la Cham-
bre en Assemble constituante,
t que le dpot Bailly, doyen
d'ge, qui prsidait la ru-
nion, avait annonc ses coll-
gues que des dputs s'taient
rendus chez le colonel Waller,
oui, aprs s'tre renseign sur
linconstitualit de la mesure,
Tait promis toute'garantie
l'Assemble, a la Icond itien
qu'elle travaillt dna le plus
grand calme. La mme rponse
avait t faite rar le Minisire
Amricain Bailly-Blanchard et,
joutait le dput Bailly, le co-
lonel Waller demandait la
Chambie de donner publicit
tous les acles qu'elle fourrait
diei.Hr loccasun de la pro-
testation. Les membres prsents
avaient tous sign,- en cons-
quence, la due protestation, et
la runion avait pris Un sur
cette dernire mesure, 11 heu-
res du matin.
Le lendemain,le colon 1 Wal-
ler noas faisait appeler a son
bureau, et nous demandait sur
le mode le plus violent de d-
mentir notre information sans
dlai. Cela tait impossible, et
nous n'hsitmes pas taire re-
marquer an colonel qu'on ne
dment que ce qui est inexact.
< Vous dmentirez, tonitrua
le colonel avec une violence
accrue, et en s'oubliant jusqu'
frapper du poing contre la ta-
ble... Vous dmentirez dans les
24 heures... ou je vous lais juger
par une cour martiale...
Il laut avoir vcu les premiers
m crue nts de l'occupation, la
brutalit mise en uvie pour
mater l'opinion publique, bil-
lonner la presse, et museler les
consciences, pour avoir une
juste ide de ce que reprsentait
la menace du colonel,et surtout
de l'attirail de terreur dploy
pour lui laite rendre son plein
eflet
Nous quittmes Je bureau du
Colonel Waller nous demandant
quel parti il (allait s'arrter.
Nemours Vincent, mis, nous
ne savons trop comment, au
courant de la situation dsesp-
re qui nous tait faite, vint
aona trouver l'Htel de Fran-
ce et le plus simplement du
monde, nous dclara qua pre-
nant toute la responsabilit de
l'inlormation, il tait dcid
ae prsenter devant le colonel
Waller pour maintenir, dans
toute sa teneur, la note du "Ma-
tin". Si le dput Bailly,- jouta-
til, a prt au colonel' Waller
et au ministre Bailly Blenchard
des propos qu'ils n'ont point
tenus, c'est affaire entre si
conscience et lai. Ce que je tiens
maintenir lace au colonel,
c'ast qu' la runion des dpu-
ts,sous les galeries de la Cham-
bre, les dclarations rapportes
par le "Matin'1, vraies ou faus-
ses, ont t publiquement com-
muniques et commentes.Nous
limes remarquer Nemours
que sa cocarde rendait sa si-
tuation particulirement dlica-
te, et qu'au surplus il n'avait
aucune responsabilit a pren-
dre, puisque l'inlormation dont
Bous nous tions fait l'cho ne
nous venait pas seulement de
loi. D'autres dputs nous l'a-
vaient confirme. A quoi bon
exposer sans raison et sans
profit pour personne ?
'-schoses entaieuil qua d
l dput Bailly.contre qui sans '' an et :
douta ou avait us de terribles
Doyens o'mtimidation al- rs an
honneur, publia un tommu-
ri.jd opposant au nom du liu-
nau Provisoire de la Chambre
le dmenti le plus formel aux
allgations continues ,dans le
Numro du 8 avril du journal
Le Matin *\ relatutment de
prtendit* propos changs en-
tre le Ministre des Etats-Unis,
Momieur t-. Colonel Waller et
diffrente groupes de dputs,
dlgus auprs de ces hauts
personnages. j
Ds lors la situation nous pa- '
rut sans issue. Il est impossibi j
de prsenter dans tous ses d >- '
lails ce chapitre horrible de
notre carrire de journaliste ; j
notre entretien avec M. l'Irck
Duvivier, notre visile.cn dses- j
poir de cause, 1h Lgation '
Amricaine, la rponse vasive
da Ministre Bailly*Blanchard, !
nous laissant l'impression qu'un '
troisime personnage assistait
invisible l'entretien, l'appari-
tion aussi brusque et troublan-
te, que s'il lui avait suffi de J
soulever un rideau, du colonel '
Waller, bolt.casqu, peronn, '
faisant nerveusement silfler sa i
cravacha, et n*. daignant mme
passalu'. r... l'air embarrass du
diplomate et son mot notre j
dpart ; Je n'y peux rien pour :
root...
Nous n'i mci pas l'occasion de
raconter autre dmarche Ne
mours Vincent... Sjontan nent
et no nbstant l'insistance que
nous avions mse l'an dissua-
der, il s'tait rendu au Bureau
du Colonel Waller, prenant
conseil de sa seule conscience
et de son seul courage.
Ce que fat l'entrevue il est p'i.s
facile de te la figi.rer que de la
raccn er imagines u >e vas'e
pice Iroide, avec des murs
sans ornemen'.. 5 ou u' ab es
o dr?s militaires,dans une cr-
pitation demitrailleuses.copi'Mit
en toute hte des ordres, la
m ii Irise a crire... des senti
nelks eux portes, baonnettes
au canon... des officiers de tous
grades entrant, sortant, tl-
phonant... revolver la cuisse
et tenue de campagne... Au
tond c'est le bureau du colo-
n<-| Waller ; il faut traverser
toute la pice pour y accder..
Wn tout petit homme, un ci-
vil, un r.gre parait au milieu i
de toute cette soldatesque ,
blanche, outre de morgue t!
de prjuge. 11 tire un bristol j
sur lequel s'inscrit : Nemours
Vincenl.dput du peuple... Oi j
l'iptroduit au; ls du colonel, i
qui le toise sans parvenir lui
taire baisser les yeux. On man-
de l'interptte... et le dialogue
commence
"Expliquez au Colonel que
je viens ici spontanment pren
die la responsabilit de la no-
te du Malin,rapportant les so-
lonnelles dclarations que le
dput Bailly a eu, i la runion
du 8 aoit dernier, lui prter
ainsi qu'au Minisire Amricain.
L'inlormation est de moi."
Un poing formidable s'abat
sur la table.
Et vous oses venir ce bu
reau, aprs avoir menti co nui
vous l'avez fait, sur m >n comp-
te, et sur celui du Ministre
Bailly-Blanchard?
Dites au co'onel, que s'il y
a un menteur, coup sur ce
n'est pas moi. J'ai rapport les
laits tels qu'ils se sont passs.
Les clats de voix du colonel
ont .-il ir tous les officiers pr-
sents dans la salle. Monteur
Nemours, cras par le nombre,
rambier.ee, la fureur du colo
nel, ressemble plus i un prison-
nier de guerre, qu' un tmoin
dposant.
Je lui ferai avaler son raen-
song
ALIX
29 annes
ROY
de succs.
Propos
.humides
An fond de la Manche uit le "'-
vire l\' \ pte qui y alla corps et
i aux temps d i lointains dos
insle**sous-marin i naniques. On
V-! ;i\ is qu'il j n Il dans les en-
v un trsor
I millions do dollars. On ne peut
ili indonner ; nui .equins et autres
I qui vivent i us i eau. El h a
il point besoin. It tout au
de se inhandriers de des-
i udre dans les cl mes de P'ISgyi te"
pour y retrouver le beau trsor, Las
Ira aux | tgresi dent quand, buis-
fm'
VIENNENT D'ARRIVER
Jouets
Formidable I
assortiment
Joueis" T ,
Jouets
Jouets
JOUETS
ouets

JOUETS
Joueis
BAZAR METROPOLITAIN
ANGLE GRAND'RUE El RUE BONNE FOI.
en imposer au colore!, et alors
qu'on s'attendait le. voir . I -
1er de r.ige, c'est d'une vex cal-
me, presque rassurante, qu il
met fin l'entretien.
C'est bianl l'enqn'e sera
mene... selon votre dsir, et si
elle tourne votre confusion,
vous saurez que de toute ma
carrier" de soldat, je n'ai ja-
mais une seule fois menac
en vain. Vous pouvez vous re
tirer...
Quand nous nous retrouv-
mes quelque* instants aprs
Nemours Vincent et nous...
c'est avec aux veux des clairs
de rvolte que nous noas sr-
imes cordialement la m
'ie lendemain, on <- fficiei m
ricain se prsentait au bu
du Matin et nous remettait une
note rectificative du co'onel
Waller, avec injonction de pu-
blier sut.s y changer une vir
gala. Li note parut et mil fia a
l'angoissant incident..
Au raoninl o Nemours Vin-
cent brigoe le aigi de dput
de Foit-iiu Prince. il no
paru qu'il convenait de la p
semer en pleine lumire, en
rapportant ce magnifique pi-
sods de sa vie publique.
luement, les travailleurs firent gr*
. Leur unique revendication : une
i l'ion journalire de RHUM SAR-
: CACHET IVOR qui procure
force, entrain et coui : : sans quoi
les millions n'm tr [eront pas.
A Louer
Jrapaase LavaaJ (Cois-Varna)
il conk ri modi ne.
S'adresser au Magasin de
Frant k N, Gaetgei .
Tel. 2.'i 17
A DAMIEN
(i
- o
XIV
Monsieur Martial A. Peints
est chel de la section de chi-
mie. MM. Georges Cadet, Ed.
Polynice fils assistants. Mon-
sieur Arnold Haspil est ;tc-
tuellement Columbus Uni-
versity, Ohio State, o il tu-
die la chimie agricole.
Les activits de cel'e sec-
tion,nous dit Monsieur Plrus,
comprennent le laboratoire
de chimie agricole et ce'ul de
chimie de l'Ecole Centrale
d'Agriculture. Gcyg' s Cadet
et El. Polynice fils sont des
spcialistes du laboratoirt da
nalyses agricoles. On y hit
l'analyse ides eux, des sois
de la mlasse, du sirop, du
sucre, dis alcools, des roches,
des minerais, des roches
chaux, du ciment, des ali-
ments, du fourrage et des en<>
grais. On y labore aussi des
relevs de sols, des ludes de
-Je maintiens que |i d.t la j t d'iri.igttion, de drai
vent. Au surplus ie peux eu- | H'"iw"
cm" la rpter: "R. examen de terr.rn
rpt
Le colonel ne tient pas en
plate. A grandes enjambes il
traverse en tous sens la pice,
puis tombant brusquement en
t t
i aujourd'hui mme,
vous ne dmentes par votre in-
formation, al aur le mode le
plus ca'tgonque, je vous tais
passer en jugement...
Je maintiens que l'inlor-
mation est exacte. Que le colo-
fasse une enqute I
ne
Tant de sang-troid a fini par
ns
dfectueux c les suggestions
des moyens propreslesam-
liorcr.la prparation d'engrais
base de phosphate de cal-
cium et aussi la prparation
de tankage. En outre, on four-
nit des renseignemeuis aur
des procds chimiques ainsi
que certaines recettes utiles.
t Nous faisons des experi-
ses pour l'office du Conseiller-
Financier, Receveur Gnral.
S'il a bes. in d~ savoir le taux
d'huile essentielle dans on
parluni alin de pouvoir appli-
quer le tarit, il nous en ex-
pdie l'chantillon et noua
l'analysons.
Aprs avoir exumi n cer
tains produits, nous dlivrons
des certificats pour servir au
besoin. Il y a eu un gn id
projet concernant la plaine da
Cul-de Sac, tudi et prse
par MM. Georges Cadet et Ed-
mond Polynice lils. Ce pu j
consiste, aprs avoir lait res-
sortir !e danger croissant au-
quel est expose la plaine du
Cul-de Sac, par suite de 1 l-
vation constante de la nappe
d'eau souterraine et le l'ao
cumuli'.tion de l'alcali noir,en
\l'tablissement d'un grand
canal de drainage qui partirait
de la rgion des lacs pour
aboutir i lamer. Les particu-
liers pourraient creuser des
canaux latraux; les eaux de
drainage viendraient tomber
dans le canal^ principal. Ue
cette faon, lespouvoirs pu-
blics y aidant, le drainage de
la plaine serait effectu. Inu-
tile de vous .dire le bnnce
lui eu rsulterait par le lait
de tant de terres incultivable*
qui seraient mises en par-
laite culture.
J'ai prsente galement
un projet. Je suggre cie trans-
former nolie laboratoire en
un laboratoire d'analyses ge-1
nciales qui pourrait re con-
idi .urne n laboratoin
n u ali-
- -1 tous >atr< s prodoit"
loslins rire livres ta
:od ation p iblique ie-
deul tudi analyss et 1
vente n'en serait autorisi
[u'avec le ris.i .lu labora
toire, comme cela se pratique
u pays trangers. 11 estbten
lu qu'on travaillerait ei
i lion avec le Service
l'Hygine qui se chargerait
le i !, ver et de nous taire
tenir des chantillons. Un
tel pr ij< suppose On person-
nel comptent et un matriel
de j erordre. Nonsavons
l'un et l'autre. Il s'agirait sim-
plement de pouvoir nous
n lire en mesure de bien
conduire les tudes, par une
rmunration suffisante.
En atraut,nou9 avons trou-
vM.Cadel entrain d'achevei
nue i arte de la Ici ae de Jla-
u dont il lait le relev
itrt ext oser la valeur des ter-
rains qu'on a analyss, en
dresser la carte cour les orme*
liorer, s'il y a lieu, j e relev
une lois achev, il sullhu di
coasultci le i apport qui y a
trait et la caiie y annexe
pour connatre la \aleur d-
eu.que portion de terrain, la
protondeur de la nappe sou
terra me, la teneur eu alcali,
en nocils en gnral. Ce
travail a t j fait pour
le la pli I i Uui-de-Sac,
celle de t'Artiboniti et des
Anses Pitres et est d'un in
trt considrable.
Nons parcourons ensuite
une chambre noue o tout est
dispos pour l photographie.
\ir i'iius s'occupe aussi dt
lev lo pi i de films dmons-
tratifs tirs dpreuves pho
tograph ques pour le Service
de Production NationalcAgri-
coie, la salie de dtermination
d'azote, des graisses, de la pro-
ie, la salie des balances. Il
y en a quatre de prcision et
g b le Valeur, sensibles
tu -ilvieille vie milligramme.
On 3 pse les chantillons
analyser.
f\ous visitons la salle de
chimie gnrale O se font
l'analyse des sols, des eaux e,
les analyses qualitatives. i y
a des burettes automatnjues,
ies tours lcctii tours moufle des baius ma-
rie, tout cela servant aux di-
verses phases d' es.
L'eau as pression est abon-
damment lournie.
T. A. V.
(A suivre)
... voit que ce~ iains profesaion-
nels, vivant largement debor
croies:ion, ont l'air de trouver
frange que le journaliste vive
10 si le son journal. L'u avo-
cat,atpas des moindres dport*
BU-Prince, trouve tout aatuiel
le se laire servir rgulirenient
aon ab nnement, et tonnant
d* recevoir un bordereau. Le
ga-on de recouvrement est
von cabinet matin et soir, con
lormment d'ailleurs aux pro-
messes chaque jour renou-
veles de toucher dans i'apres-
tnidi, puis demain. Et toujours
bredonilla. Pourtant le cher
mailre a occup des tondions
lucratives, tout dernirement il
sigeait au Conseil d'Etal, il m
>iguon .sur rue et brigoe eu ca-
t.ni vu ministre. C'est vi-
lain, \l Villon I
. votl (jue l.s petites blta-
inrea aecrtea sont panais le*
s cuisantea, au jeu de l'a,
nom et du hasard. Q i impore
1 11 tCOPi poui \u (ju'oa ail l'i-
/l s-e? iCptiiit>ii toit en ti-
lanl le partait amour, u-ec nue
mysl rieuse inconnue, da pas-
sage l'url-au Prince. Ce soir-
la, l'heure particultrement ex-
1 a s-.*, invitait aux longs bavar-
u \;"s, au* c i -. >a lenlaa, ap-
puyes .. L'auto filait, colevan-
la n.: r toute proche o le clair
de lune semait de minuscules
toiiea d'argent. Il avaii pria se*
mains, pour un aveu plus ten-
dre, quand, brusquement, elle
se dtendit comme un reasort
lch. r Nous n'nous pas plu.s
loin, niurmura-l.elle, il laut qoe
|e sois un rendez-vous avant
minuit. Lu ralit venait une
lois encore d'gorger le rve. Il
comprit, mais ne se rcria pa>'.
\ quoi lion d ailleurs V Et ce qui
i luJii sa Boofiranceplus cruelle.
c'est que ce tut lai qui la dpotai
sou rendez-vous, lu il se dit,
au moment de leur dernire
treinte, que la belle aventure
levait vraiment s'arrter l.
(i) Voir La Matin da
7. s, y, 1U. 12,
U et lo Dcembre Vtt\.
... a vu une boite de nuit da
. Grand Hue que dirige un bon
i qui rpond an nom de
Irancoi- un client indsirable
lu nom de Jolicur, qui, poar
faire l'intreeeanii 'amusait *
ptovoqu^r tout venant et laa-
cer les {dus grossires injures
i l'ailiese du Gouvernemeat,
\ un moment il lira mme un
outean ri en mens-a un de
ios amis, candidat S i magis-
raluie cvjrnmuiiale, qui passait
>.\\ tourne lectorale. L'peqi e
st lcon te en (i. rs - bras, mais
a police ne pourrait elle pus.
ii raun ner quelques uns la
on? L'exemple serait sala-
ore pojr les aatrea.

... voi. que chez !'aul Avxila,
la clientle se tait plua nom-
breuse, causa du bal pre*
ehain du C'ub de Petit-GoAvi,
du concert de Mme Thrse
Vieua-Clesca et des autrea ltei
te lin d'ann*. Cravates, casi-
m.rs, partnm, soieiies... c'e.^t
un vrttabia assaut qui se don-
ne chaque jour, aux vitrines
somptueuses de Faut Auxil*.
... a lu un passage d'une let-
tre de M. Ernest Chauvaf, notre
Commissaire i l'Exposition co-
'omale, qui rapporte que le Ju-
ry vient de dcerner aa m-
daille d or notre Cimre1te
i hampiun.
Assurez-vous contre accident
* la General Accident Fire A
.le Asusrance Corporation Li-
ui'ed r. Vve F. Beimnighaoc,
Agent Gnra, pjur Hati.


fAO>. :'
1
\i cioiiiej-. 1
a0MMaMI
LETTRE OUVERTE
Au Secrtaire d'Etat del Justice,
Eu sou Palais.
Port-au-Princ-, le 10 d^cem*
bre 1931.
hchos
o
On annonce pour fia de
cette semaine u u ueeting lec-
toral au cours duquel Me Km-
manuel Tronilloi prendra la pa-
role pour dfs politique
gouve neme ilalv i1 recomrmtn-
Unie ca li ial qa s'en rclame
dans la ln i irconscnption.
II. Berlin, ancien directeur
de la Compagnie de construc-
lion, est revenu dimanche dei -
nier d< E Un il a pas e
quelque a. Ou se souvie
que M.Berlin a t l'un de cou-
; onnaires des travaux de i
tonnage des rues de l'or eu-
Pi ince et qu'il v dirige i << irn-
porlanies entreprise! commer-
eciais.
Notre ami Henri G n dre a
Scrta,re d'Etat,
Le qoatitda courant j'ai I
sei', au nom de Mous eur
Edouard Allred, commerant
demeurant Logne, au Juge
de paix de cette ville, une re-
3ute en vue l'une commise
'huissier pour II signifleati
avec eommind rn ni de quatre
jugements excutoire! par il
con rainte par corps, rendue par
le inbii'u 1 de pain de Logne,
depuis Octobre dernier.
En dpit de sommations laites
ca juge d'ordonnancer la re-
qttHe, :l refuse.
Celte lequ'e et d'autres ga-
lement adresses et i imises
a Magistrat ont t en la pos-
session de Me Auguste Fauch
qui,( quel litre? on ne s it,)Ies a
prsentes au Commis' aire du
Go avenu-ment au cours d'une
enjule.
Jusqu' prsent, le juge la
garde par devers lui.
Vo.lu clone Monsieur Edouard S'treoperr de l'appendicite.
Allred, commerant, c ancier I __ M Winston Churchill a
de pins ^Quarante mille gour ?l |raup,\ par om nobile
des dans la seule Cou: il Une d,-*Le [)r p,cQardt qui le soigne
Logne, compltement paraly-
s oans l'exercice de tes droits
et nsenset u'une laillde certa ne
LE MATCH
DE
DIMANCHE PROCHAIN
o
Avec la reuaissauce du sport
repara hsent les belles qui-
pes d'antan. Dimanche pro-
chain on aura le plaisir de
revoir sur les pelouses du Parc
Leconte se mesurer la Vio-
llopital Gnral Hatien
Le 9 dcembre 1931
Les Accidents
o
Du 8 dcembre 1931
Georges Marguerite : 18
ans, Laine. Blessures tran-
chantes de la lace, ct gau-
che du .lobule de l'oreille i
.econie se mesurer m de r ion iufriea.
elle), championne, lai Jeu. Je (1(. ^Vinl.h*s droit.
Il
nesse Snortive Hatienne
,:i
Bely Saintaraie: 19 ans, rue
l'ancienne tenante eul^^^JSSS^ii%SSn
piounat national. Sii la tVlo-J^ ,a )ace;,nt< (lunconR
letteiest en lorme comme ont
sait, avec la personnalit et
la science sportive d'Andr
Thard,> Jeunesse, de 'ieni
un onze redoutable.
Noire grand public vieil-
eu un acci i.nt d'automobile dra,certes,assister cette par-
avant-hier dans la nui*., l\ n-
gle de la Grand'rtue et de la rue
duCliamp-de-Mars. il s'est cess
le bras. Nous dplorons cel ac-
cident et renouvelons notre
sympathie DOti ami.
Miss Jane Adams qui vient,
comme on le sait, d'obtenir le
prix Nobel, blil p a peu
l'hpital tlopkius O elle vient
tie sens itionnelle.
par le seul t'ait d'un juge de
paix....
C est ujne un dni de Justice,
M msieur le Secrtaire d'Etat,
q cet acte arbitraire du juge.
Espe;e-l-on voir Edouai I .. -
Ired, ou mu:, noua porter, nous
aussi, eoebriseaurs devant une
toire immonde ?
Va:ne esprance. La Loi -i L
Justice sum de ootre cl . C'esi
euleun nom que nous crions
et protestons. Noire voix don
tre entendue.
Desimoukuts sonteepeudani
dlgus, dii-on, pour provo-
quer ceux qui deruar.deut jus
tice et obtenir leur iucarc
lion de certaine complices, Tri
omplie ; nssi lacile que honteus,
mais rprouv par la morale et
quel? vindicte publique ,.ou;
chassera.
Ou paile ;us>i d'assassinat.
Qu'impt te !
L'incarcration, ou mme 1 as-
sassinat d un avocat demandant
Justice pour des opprims ne
seia daab nosannales |udiciaires
qu'une p;>ge noire ou une honte
de plus. Ni l'un ni l'auli e n arr-
teront le cours de la /u lice ven-
geresse. Celle-ci continuera.
Ces cynique;; auraient dj
mme choisi le temple de li
Justice pour le thtre de leurs
provocations. Allez
Mais de lembli l les provoca
tions ne pourront avoir pour
etlets que des actes irrparable*,
ou simplement malheui i ux.uij s
qui, les uns ou les autres auront
t les consquences c, ectes de
la conduite rvoltante des juges
Sur ceux-^i donc retomberont
toutes les responsabilits.
Si c'est la Loi qui autorise ui>
Juge agir commt agisseni
ceux de Logne, Secrtairi
ii'i.iat, je la dirai simplement
i.umorale, mais je m'y soumet-1
Irai parce qu'elle aura t la loi.
Mais si la loi prescrit loi
leraent tout le contraire de ce
qu'ils lont el qu'ils l'aient Si d-
librment transgresse mon
gard en relusani systmatique-
ment d'ordonnancer dans un
Bni ou dam un autre une re-
qute prsente leur ordon-
nance encore une Ion, je u ta
me justice.
Respectueuse m < ni,
CASIMIR, u :
Le Monde
MARIAGE
o
re'ev des contusions la lace
et une lusaUonde l'paule. Ou
craint une hmorrhagie interne.
On dit qu'il se lormera
prochainement une association
Fminine qui rclamera le droit
de vole pour les lemmes. Ces
dames pensent poser la ques-
tion pendant que la rvision
constitutionnelle est l'orure
lu jour.
A PROPOS DE U DECOUVERTE
DU NOUVEAU-MONDE
-O
C'est
un
le onze 'octobre
peu avant minuit que Juan
Rodrigo Bermi j maria do la
( Pinta >* cria pour la pre-
mire lois: 'terre terre el
salua le Nouveau Monde pai
un coup de canon
QUARTIER GENERAL DE LA
GARDE D'HATI
Port-au Prince (Rpublique
d'Hati, le 15 dcembre 1931.
o
Pour couper court aux inter
prtatiooi ridiculesdes ordres
gnraux de la torde relatifs
au maintien de l'ordre public
pendant la priode lectorale,
le Commandant de la Garde
d'Haili dclare que ces ins-
tructions ont t piises d'un
commun accord avec le Pr-
sident del Rpublique.
Cin-Ialdii
DEMAIN SOIR
Four la dernire lois
Belphgor
OU LE FANTOME DU LOUVRF.
( SUITE )
La Maison de la Haine
OU, L'HOMME A LA CAGOULE.
( SUITE )
Entre : 0.50 ; Balcon : 1.00.
Dor Paul: 14 ans,Bois Wit-
ty. Blessure conMise lu cuir
chev "lu par cou; de pied. 1
Remy Ceur^es: 22 ans, Bo- \
losse, bles^ures con uses du
cuir chevelu par coup de bal
!oo. I
Calixte Georges: 28 ans,',
l'ort au-Prlnce.blessare tran- j
chaule du cuir chevelu. { La maison \nloi. 1. Saba ne croil pas ncessaire d'ni'-
Grar | Danier : ;} ans,Port- mrer ici w* "licles bien r|.n'* de bonne qualit tels
au-Prince. orps eiiauger qne : Crpe de Chine, Voile de aoit, Crpe Georgette, Toi|
de suie. Voiles ( h-lon.. Toile Dr p pur fil, Bas fil, Tri-
coline. Casimir, ele, el;, etc., qui uo sauraient tre surpas
s's par la concurrence.
A l'occasion dois tte de fin d'annee
Ce n'est pas du Bluff
E
A Mi Clment Ma!oire,
Dir. i eur du joartfal .e Matin
En Ville.
11 dcembre 1981.
Mon cher Clment,
Je viens de lire ce matin la
note que lu as consacre l'en-
tretien que, sur son invitation,
lis directeurs de -* L'Homme
i Libre ont eu ve le Commis-
Dorant fe reatVTie la Duilff du Qonvernement. Je suis
louvoya devant cette terre malheureusement oblig d>
an louvoya
et le douze, an matin, le Pre*
u-ier Amiral des Indef Oc,,i-
ientales en prit muelle-
d possessio i, i nom des
Rois d'Espagne. C loinb tait
.'i Cuahanam, p< ite iie d
,roupe des Bal amas,de uii.s
ours terres anglaises q"H
bapiisa du DomdeSanSafoa-
dor.
Aprs avoir reconnu quel-
(i:cs autres petites Iles, il de
couvrit celle [ laquelle il
donna le nom I i ernandina,
ensuite l'Jgabella, puis la Joa
na ou I Suba de .->:i desgua-
tiou indienne, et enfin Kis-
queya, Bohio ou haiti qu'ar-
riv Punti -Koya, a C0 kilo-
(aire une lgre mise au joint.
Aucun des ai licles publis
dans le dernier numro de
L'Homme L-bre ne tombait
coup de la oi. 11 n'j
I sa d d< li com-
me eut le lai e remarquer le c.
substitutSainave.Nousa vonsl
appels pour no s entendre dire
que nous ruinons le prestige
a un juge d instruction . ->voue,
mouiller Clment, que Ion ne
saurait i-our si peu dranger
les gei s de leurs occupations.
Nous noua rservons, d'ail-
leurs, dans le plus prochain
nun ro de L'Homme Libre
d^ rapporter aussi fidlement
que possible l'entrevue cojr-
loisi q .ous avons eue a\ec
M. i Commibaaire du buu\>r-
l'oreille.
Auguste Lonisina: 22 ans,
rue des Casernes. Contusion
au niveau de l'omoplate.
Luca Emicia : 15 ans; quar-
tier St Joseph, plaie contuse
arcade sourcilire droi'e(com
balj).
Joseph Sara : 30 ans, Arca-
haie. Erosion du genou gau
che (combat ).
Joseph Maria ; 23 ans.Port-
au-l'rince, plaie contuse m-
dio paritale.
Pierre Philippe Hilaire: 22
ans, i'ort-au Prince,plaie con-
tuse de la lgion Irontale.
Peirault Prezeau; 35 aus,
rue h; l'enterrement,blessure
contuse lgre de la rgion
Irontale par coup de pierre.
Jeudi Fieuricio : 55 ans,
Logne, plaie contuse pied
droit ( par camion ).
Franois Qabelo : 40 ans,
contusion hanctie droite (chu-
Bernaville Cilia ; 19 ans.
habitaliou Duiuay. blessure
contuse joue droite ( coup de
pi ire).
Toussaint (esuer; l( ans,
Posle Al art hand. entorse pied
ci roi i.
Boyer l'.asianer ; 10 ans,
rue >lu Peupl, blessure con
tuse du cuir chevelu (chute).
cksa.se
La Maison vend les articles suivants.
Articles pour Dames et Fillettes.
Chapeaux paille d'Italie pour tille tes Gdei 2,25
'" lorme pour dames 300
ChapeauJ p il'e d'Italie pour garonuel 3.00
" pour garonuel panama 3 00
Chapeaux paille Jean Bart sup. 5,00
" ? garnis pour Uamea large 3.00
Chassures pour dames No 3 5 Berge 1U.50
' * crpe soie
Ch .ussures pour dames No 3 5 no r
Et souliers Tenuis FleHr*-Ueotellea, etc.etc
Ai licles pour hommes
Ch peaux ^Canotier paille d'iiahe Gourdes 4,50 chaque
t.hirleslon ()t0()
Paoema 3!(K)
(>h ipeaux S odin 2.75
Toile double largeur pour aoelamei Goordea 450
17,50
15,00
aune
Toile tussor double larg pour COOtume
Cheviot noir M
Cbeviol '.iris double larg pour coslumes
Serge Bleu mai me
i
it
4.50
4,50
4 50
U 00
1200
10.00
200
Serge .Noir
Ch lussores cour hommes $q 5 7
j Ca-.q -elles Ira n a i sas
et 4 ivatee wa'.iara Tennis, Ch%*miies bapeaox
i iue Casimircoul. rtaxeie.
Les p ix des articles mentionne s mt mnili'- de leurs
uix de revient.malgr mr traichem et leur utilit pour
ieN habillements des lies.
> h isitex pa; accourreX-y en loule, car ce- p ;x exception-
nels sont pour le mois tic* l< ceu.b.e seultinect.
>;
ICI M-
21 a m s,
tV (j e :.o ;> i-
Philomone
Chain') d M i.
e | u I dioit.
l> i e Uesilia: 38 a os Morne]
oaudclle Contusion estre-J
nme int. du bras ( combat ; I
( ho-,,1 i sec
VOIR CES ARTICLES C'EST TES ACHETER
N'OUBLIEZ PAS QUE CnT OE LA
Anton I. SABA
1733, RUE DU MAGASIN OE L'TAT.
FAILLITE D'EDOUARD G. IEVS
mtres environ a l'ouest du aemeut.
Putrto-Plata actuel et prs
d'un endroit O venait BC
jeter le Vaqu charg de pail-
lettes d'or, il Identifia pour
tre la terre dj rue.
Xotous que le 21 Octobre,
\lonzo Pinzoo lui avait tau: ii
compagnie et tait effective-
ne il parveuu vi ki ya 1 .
janvier 1403. mais n'avait pal
>ii dire comme l'amiral, en
abordant Punla-Roya : j'ai
trouv ce que je cherchais !
Notons, en outre, que con
[traircmeut ce qu'on a tou-
j jours dit : l'M ii a pi es avoir
ii >eule dcouverte eu
oui j ai vu.....
Quand sa chque en poche, il
entra cbi /
Paul E. Auxila
Il acheta ses trennes lui,
c'est--dire, une superbe cra-
e, .'! paires de chausseltexWil
' 14V7 ^ au cours d'un voyage jet soie, des chemiaes blanches
lortuit e, secielde pr-doou?\**W. Arrow et d'autres en
verte officielle >a t lu cinm
quime terre reconnue par
Colomb en 1492.
Cordialement toi,
L IIkmiv DURAND.
Co-Direc'eur de
S L'Homme Libre .
J'ai vu,
L'Imirahdil le savant Pru
. vien LuisUllora, otoys cuba
Nous avons rcu I lM,parl:au 5 dcembre, dont il
du ruariiga de Mile Ca henn |'Cntrmit orienta e.
^oaaooavea H.4ogneli. A.Jo- J)e {* ., ?i| BM nijlv t ..
eLa'b:il.clion nupli:, leur f?. a;:''
Mfj donueea l'glise S ^ d"L l!,
Aui^ia mardi 2i) dcemb en jue et se dirigea ven ce
coirs : heures 1 2 da sois. |autre i'e 1 arriva le
N js ca:upliiuents. I o dcembre. 1 C'tiil K isfe
zphir lanlaisie dernier cri; se
promctlant de revenir pour ses
mouchoirs, caleons, ehcmi-
seiks tl souliers.
ou Hati la premire baie
e laquelle il donna le nom
^e Saint-Nicolas.
Luc LtORSIiWILLL
Professeur d'Histoire.
( \. i t de la coniience
prononc le 17 janvier l'JUl)
Au Palais de Juslicr, Ici d
m'tin, une audience extraor- j
di ;re du tribunal ds Com-
mrce prside par le Juge Cu- j
villy.une aflaire sensationnelle I
a tl piaide entre Me Louis
Raymond d'une part et Mi
Franois Malhon de l'autre :
la hjillite d'Edouard G. Mets a
t demande solidairement
avec celle i j pronon
ce des Irres Goldenberg.
Cette demande est appuye sur
un conirat d'ouverture de cr-
dit qui lerait de Mevs l'asso-
ci commanditaire des Golden
beig et par leqtu I il lui srail
attribu un pouvoir de contr-
le sur les transactions commer-
ciales et industrielles de la
raison sociale Goldenherg Fi
res et une participation aux
al^as de ar-'lte grande entreprise.
La connnuatiou de cette im
portant audience aura lieu ce
matin.
SALON de COIFFURE
La Garonne
R
ep issage,
Petit Four
ndulati tu l'eau, m*se en plis, Chatnpolng.
Trei em< ni pour pellicules.
JOHN HABR1S

Lykes Brothers SS C inc
Texas Haitl Santo uomingo- Rico Porto
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret eulre les ports du Golle du Texas directement avec
Port-au-Prince. Haiti.
Pour la rception rapide et te maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de h bYK'i
LINE.
Les prochaines arrives a Pcrt-au-Prince sont*
Meamer**Ruth Lykes 18 dcembre 1931
Steamer Genevive Lykes 25 dcembre 1932
SteamerJiAlmeria Lykes 1er janvier 1992
fciureau : Rue du Magasin del'Etai. Boite Postale B
L'AFFAIRE DE L'COLE DE DROIT
On nous informa que | Dr,
par'rraenl de l'Instruction Pa*
bhqp :i r-:ms le dossi.r de celte
allant- (inscription raui d'an
ciena 1 ns) celai de i&
Jus;:, c.
O attend en ce moment l"o-
du conseil de l'O.dre
a^>> Avocats,
r
L ORGANISME est REMIS d'APLOMB
aa* le
1
! LACTOMORRHUOL
POUDRE de FOIE da MORUE SANS GOT NI OOEUR
TOUX, BH0NCHITES, ANMIE, LYMPHATISME, SUR*EM&%
Laboratoire DSJ.FBCN. 5. Rm Dtoa. PARIS
h nh- aa* : rv sua a cartave m
Barbaiicourl
Dont la renommee'est.universelle s gard sa 'premire placV
Demande? partout :
UN HARBANCOURT
Dpt :Rue dea Caan


LIi VIA'lIiN 1C 'J
:;
**
* *. r. .. . -.r--., ... M MHBM
r m in
fJffA
( ROGER AUBRY, Directeur )
Angle Gi andRue et Rue Bonne-Foi
N'EST PAS SEULEMENT UN RAZAR DE PREMIER ORDRE.
Son rayon dpiccrie fine et comestible en gnrai est des mieux assortis.
Aux meilleurs prix de la place: CHOCOLATS,BONBONS, GATEAUX,
BEURRE FRAIS, FRUITS et LGUMES frais toujours en glacire.
VINS LIQUEURS CHAMPAGNE
Service irrpi ochable
MILLE QUAI RE CENTS
Mille quatre ceils.en lettres, ou eu chiflres.reprsentent
la quantit de paires de chaussures pour bommcs.garonnets
at fillettes, que la maison R\U\I GAI l)l\0 est en Ira in de
liquider. Oui. Iia,iii>r. I/ailleurs, il est facile de contrler
le lait en s'ant'tant chez Gaudino avant d'aller plus loin-
Mres de laroiIle conomes et l',a pa i.ilite conscients de
vos risporsi blits, n'hsitez pas a vous appiovisionner
chez Gaudiix- pour la fin de l'an, e; il y va de votre nl-
Erratum
Dans la note ci-dessus, on a sysumatk'uiment omis de
mentionner que lestoik de lasinrrs de la maison Vincent
Gaudino est devenu teilemmt tormidable.que.eu vue de la
fin de l'anne, l'ami daudino va, ds le mois prochain, oc
cuper l'ancienne halle de la Socit d'Impoitalion Gnrale, '
c'est -dire piesqu'en lace de la halle qu'il occupe actuelle-;
ment et qui est vibin.enl liop petite poui couteuir les casi-
miis, cravates, cbaissni es, pai tumerie, rie, etc, etc.
PROGRS NOUVEAU
RhUM NOUVEAU
RHUM DELICIEUX GOUT EXQUIS
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURRENCE
CLAIRIN VIERGE
Chez G. :NAZON
Dpt : Angle des rues FroH et du Peuple.Phone 3113
Les Personnes
ges en rat
besoin
pour combattre les rhurr.es
et l bronchite dangereuse
Grand'maman connat, aprs 60 ans, la valeur de SCO II 3 FMTTLSION
comme remde de famille. C'est pourquoi quand 'es affei rions de poitrine
la menacent grand'maman se fie SCOTT'S EMULSION pour son confort
et sa protection.
Aucune prparation autre que la SCOTT'S EMIJT-SION est aussi fortifiante
pour la gorge et les poumons, Elle adoucit et ckatrise. Elle rchauffe le
corps et maintient la rsistance.
C'est le fortifiant parfait pour les personnes tr^s Jeunes 0.1 agcu Cest
le tonique d'hiver idal pour les gens d'p? moyen et les enfin: s en croissance
C'est la sauvegarde certaine contre les rharaca, la tipu-. et l'influenza.
Achetez tout de suite une grosse bouteille de SCOTT'S l'.V'ULSION.
L'tiliscz-l rgulirement.
iT'5
ION
sWJMWuta
d'huile de fore z msrue norvgienne
Riche en Vitamh:<.<: A et D
Depuis 60 ans !e remde de confiance pour:
TOUX, RHUMES MONCHITI ANEMIE
CONSOMPTION INFLUIMZA RACHITISME
Aasaci **s aian iiatold f. ritcmie & CO.,Iath
ataana A.r. u Mes Si., NwTesk, B, U. d*A.
vammmaMtmsammmmm
LES INSCRIPTIONS
tLECTORALES
Premire circonscrintion
Report 14.29(>
14 dcembre 1931 197
14.493
Deuxime circonscription
Report 11.991
14 dc. 1931 cM
Vvis
Livraison domicile
Total
12.0 73
26.566
t
On lait savoir tous ceoz
qu'il apportiendra,en vertu
d'ordre de la Dire< lion Gn-
lale des Travaux Publics, que
ie samedi 19 dcembre cou-
rant, 10 heures d\\ matin,
il sera procd au Garage
des Travaux Publica :'i la
vente aozenchres public
des articles suivants, au plus
oflrant et, dernier enchris-
seur:
1)2 cabrouels 4 roues,
On R ]fc Bcickel
fteneftae"
S hl'ANCES f i sLAHCHfJ
DES DENTS PLUS BLANCHES
de 3 Nuances en 3 J
rt ETcU*.""
UNI M
akaia ne '
atinetive l'M]
euae. dans des gencive* malaeine. i i est
cause par Ici .
dont la b< u
eteon
ordinaires u tt.
La l le: elle
tue 190 ml i -,
id .-. I..i ne 'est
. plu
1 nuances en trattj -..
- t ont dim/tmrm
Pour les meilleurs rsultat*, *>
'.a mthode recosuim: |
c sche. Il suffit tfls* i
mfxie Je Kolyno* sur uaa (SRSM i
I.-iitantanrment tranafanaea ai
M-jussc effervescente et at
d'un rolurae IS foia superlenr, a**>
pntre dans chacune de* fente*, SBrttV
tvsttrssurcs.Els*le* nettoie I
fait disparatre le* ca*a* 4t)
Salves cette mthode et vn |
seront constamment plut Ml
Votre *ourire laissera voir un* 1
aine, de* dent* d'un blanc tiat
des gencive* en parfait tat. **/
tube de Kolyno* aujourd's)*a-i
roi baker.
2) 2 i ^ i trangres.
,8) 2 i du p
4M ii Dodge d'une
tonne el ' n lle i'
moteur No D- 972-265.
6 ) 1 c i e d'il
tonne le 192(1
moU di No G N6 790, marque
T. P. 23.
<;> 1 loi Do Ice, 3/4 de
ton; !.; ; | moteor
, No C 846-812.
St Germain CHAMPAGNE
ASTHME j
Oppression, Catarrhr, f
Suffocation, i
Toux neroettsas. j;
Ouortion certaine- rar lo*
ClOARETTESGLK;
* FOUDRE C1.R
RY, M. Rue t* MsufteoffS, P'.RI!.
.i .in *umtm*_mBtntJ^tm '*w.*^a*j**Mj
i- :-..- f.-M.
*vn i - v mi .imwm^m
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
To'!^ Polices J
DE LA
*^w?n s
M
ai ir*w tamm
^

1 m
^comprennent la Protection contre la
m Foudre sans auqmentation de 4awx
ilp"g.LeBoss'(1o
Aqents Gnraux


Mercredi
16 Dcembn
Le
i
4 PA4MSS
.
-
Ofli me CADEAU de fin d'Anne
,
jouvex
DE LA
.
LES NOUVE1 S RADIOS
A : 7 AMPES
Ml LU-MU el FENIODE
ALL ELECTRIC
CHANGEMENT D'ADRESSE
Mes Ma- c-Aure Li toi i tant,
Adrien Uouyou ci Louis Ga*
roote, iniiincini leur bien
veillante i lientla q fils onl
transfr leur cabinet la rue
du Dr \':biy, ct 'le l'Im-
primerie de Mr Virgile Val-
cin.
Port-au-Prince,le 1 i ice.u-
bre 1931,
.

%-, S
Modle C- >1
5 lampes Or 5;").
Modle C- 33
Or 85. 7 lampes.
haut par leur dynamique
Les meilleures Radios sur le march.
DE.IANBEZ UNE DMONSTRATION
[f VOUS SEI URPRIS E LA
SUPRIORIT DECES
Iladios Golumbia
SUR rOUTES LES AUTRES BARQUES.
N'achetez pas
une Radio avant
J t ayer la
| COLUMBIA
Mr RI. A. Bien Aim,
Natre Tailleur
A le plaisir d'annoncer an
public et notammeut ses
anciens et combien constants
die lissant de Port-au-Prince
que de la Province, qu'il a
rouvert sa maison de conte*
lions pour hommes, leromes
et g.rounels
Cet etaLissemeut qui est si-
tu presqu'en lace de la mai-
son Reinbold & Go., au No
1718, rue du Magasin de l'E-
tat, fournit tes tissus de tous
genres, et Monsieur Mien
Aim, bien connu de tout le
monde, rserve du cordial
accuei! ceux qui l'honore-
ront, de leur confiance.
COUDOWKRIE M0\TC\RHBL
HYPPGLITE JEUDI.
! roprltalre.
Annonce sa nombreuse et
fidle clientle qu'il vient de
trandrer sa cordonnerie en
lace de l'Administration des
Postes, Grand'Kue, No 1721.
On trouvera comme tou-
jours un grand assortiment
'le chaussures trangres et
du pays, de la parlumerie,
des chapeaux pour hommes
et iemn.es des chemises et
d'autr es articles de finesse
dont on ne peut se passer pour
les ttes de fin d anne. Les
articles se vendent des prix
dfiant l >ue concurrence.
Si vous voulez tre la
mode.vif jjf/. un monen' la
Cordon m rie MON l-CARMEl
en tace le la 1 o te, Grand'Rne
No. 1721.
AVIS
Modle G 32.
i r 87,50 fi lampe*
;e C 34
.1
La Direction Gnrale du
Service National d'Hygine et
d'Assistance Publique porte
la connaissance des intresss
que dsormais les dclarations
de dcs se font l.Hpital
Gnral Hatien.
8 dcembre 1931
Oi 115. 7 lampes
Kneer's COLUMBIA Music Hall
Port-au-Prince
KNEER'S GARAGE
.r ..- . ** > ***-..*..
aLVuramansmmmamuiKtm
>* k wBwVH-*/-'n'* -sacr*1 i,
25ee ANNEE N" 77
Poit-au-l'riuce
Tlphone : 2212

S* UagMa*
PETE BROWN
RUE BONNE FOI
[
RABAIS 50 0/0
Or 6,
5-
600 paires de souliers tran
qers pour dames
Ancien prix
Prix acluel
300 Paires de chaussures
trangres pour hommes
Ancien prix Or 8.-
Prix actuel 4.-
1200 Chemises Manhatlan
dessins fantaisie
Ancien nrix
Prix acluel
Or 3.-
1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et Dcembre.
Gulf Pacific Mail Line Ltd
San Francisco, U S.A.
Le steamer-Point Frrnin avant laiss PcrllnHPloti.li'
le 17 du courant e>I attends a Porinu Prince le23amhi'
via Vancouver.Scalile Oi'k'ancl Alemeda.Los Angeles.Pwrio
olumbia, Kingston et continue a le mme jour poiirTia
pico, PloHds, prenant Irt el passagers.
I.e steamer Point Suri devaut laisser Porllandle
dcembre 1931. est attendu Por. nu Prince le 26 )>*
1932, via Vanconver,Se;itt!e,Ojkland Alameda.San Francisco,
Los Angeles. Puerto Columbii. Kingston et repartir! le
} mme jonr pour Tampicn.Plorida, prenant trl et passagers.
Port au Prince, le 27 novembre 1931,
A. deMATTEIS ACo.
Agents Gnraux pour Hati.
M*"
LE FAIT ESTgINCONTESTABLE
m Sarlhe
i
Ne "Droguez" pas un
Enfant. Enrhum
A la les drogues d-
Itngant l'ea mac dlicat d'ut
enfrf.
La employ e*
t, ne d pai
eo. i .....
agit do deux manires:
(1) Les ingrdients, dgags*
Ear la chaleur du corps, sont
Ma sous forme de vapeurs.
(2) En mme temps, le Vlckl
Foulage les douleurs comme un
aetaplasme.
VICKS
VAPOiiuw
si la quintessence des meilleures ^
varits de cannes d'un vaste territoire j
' r unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son arme.
i GOUTEZ ET COMPAREZ!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs