Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03793
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 15, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03793

Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR
1358, RUEl AMERICAINE 1358
TELEPHONE N\2242
2bme ANNEE N* 7556
A DAMIEN
Si van. observei ivec soin qui
.-oui Ifsijfus qui ne prtnt'Dl loutr,
jin M;.nient toujours, qui ne sont
MBlesta de personne, vous recou-
iwiiliea que ee IMl SIl-HtMl dont
peisouue u'esl reatest.
i\ uiiiii.iii:
PORT-AU-PRINCE( H^ITI )
MARDI 15 DECEMBRE 1931
(1
- o
XIII
iNous avons tent certai-
nes expricoces en ce qui a
trait l'effet des engrais sur
la production du coton, pour-
suit Mr Dardeau. Nous avons
aussi essay l'mondage ra-
tionnel et nous avons ob-
tenu des rsultats trs ap-
prciables. Des types de co-
tonniers monds ont pu don-
ner jusqu' 6 kilogrammes de
coton. Pour la premire lois,
nous avons tent de propager
le coton par les boutures. Ceci
dans le but de conserver les
caractres hrditaires, parce
['que, par les boutures, il n'y a
pas de changement gntique,
c'est--dire que les t; cteurs
restent stables.
Voulezvous nous dire ce
que sont devenues, depuis
rhatianisation de ce service,
les recherches sur le coton et
ce que vous comptez entre-
prendre pour augmenter la
production de ce coton slec-
tionne?
(Nous n'avons plus rien
laire avec le coton, me r-
pond Mr l)i'ni (.ni, puisque
les termes de Hulte-Lathan et
les parcelles exprimentales
de Damien,; bases de nosre*
cherches, sont exclusivement
confies au service de l'Ex-
tension Agricole. Nous cro-
yons savoir qu'il y a encore
d'autres raisons. Les alloca*
tionsont beaucoup diminu et
on n'a pas pn arriver une
entente avec le Dr Barker qui
a dvelopp ce type de coton
slectionn.
c H est urgent cependant de
continuer ces travaux de s-
lection, puisqu'il est acquis
que mme en tournissant
1.000 balles, il y aura tou-
jours un dbouch sr pour
ce coton. Voici l'opinion de
Mr liobson, Prsident de la
Manchester Cotton Exchange,
une autoiit en la matire, au
sujet des 51 balles de coton
hatien expdies Manches-
ter.
Les chantillons qui por-
tent la mention : trs bonne
qualit prsentent les ca-
ractres du c sea-island de
Ire classe, tandis que ceux
considrs comme mdiocres
se sont pas, en ralit, de
qualit trop mauvaise. Ils ne
sont intrieurs que si on les
compare au sea island . J
suis d'avis que cette slection
se poursuive exactement ide
la mme faon. Je vous con-
seille de standardiser et de
purifier votre type.
Monsieur Kbreau nous d-
clare : D'api es une tude g-
ntique des types de coton-
nier dvelopps la station
exprimentale de Damien, il
est trs probable que ce coton
soit uu ascendant en ligne di-
recte du type sea islandi, le
plus beau coton du monde.
Cette assertion trouve son
londement dans une tude
prcdente taite par le Doc-
teur r orbes qui s'exprime
insi: Quaud on se rappelle
dans sa tonne rudimendaire,
lut import aux Etats-Unis
d'un point quelconque des
Antilles, peut tre de l'Ile
d Hati en 1790 et que depuis,
il reprsente probablement le
plus beau coton du monde, il
semble qu'avec les mthodes
modernes scientifiques des-
lection, on pourrait rpter
cette amlioration en un laps
de temps beaucoup pluscourt,
en s'adressant la mme sour-
ce.
Notre coton slectionn
peut donc rivaliser arec les
meilleurs types deVoton sea
island dvelopps au sud
des Etats Unis ; il prsente
encore cet avantage qu'il n'est
pas seulement annuel : il es*
arborescent ou vivace, c'est-
-dire qu'il peut se maintenir
durant 4 aunes successives.
D'autre part, ce type de cotou
slectionn n'est pas suscep-
tible d'tre attaqu par le
charanon de la gousse qui est
un flau aux Etats Unis.
Voici un projet d'tudes
de notre section qui a t
soumis la.dirtction tecuni-
nique: J lo.,,Formation d'un
herbier avec les diflrents
chantillons de plantes ma-
lades d'Hati;; 2o. Participa-
tion de l'agent agricole ; 3o Re-
lev sanitaire des diflrentes
plantations dans toute la R-
publique ; 4o. Cartes gogra-
phiques montrant la distribu-
tion des maladies dans l'Ile;
5o. Diagrammes montrant les
relations entre le dveloppe-
ment d'une maladie et les
conditions climatriques; 0 ;.
S atistiques montrant les re-
lations entre la production et
la rpartition des maladies ;
7o. Rparation d'un ouvrage
de pathologie vgtale l'usa-
ge des tudiants de l'Ecole
Cen rde d'Agriculture. .
Nous entrons dans la salle
o se trouve l'herbier du
Service National de la Pro
duction Agricole. Il esl d'une
richesse prodigieuse. Ce sont
des fleurs,des touilles sches,
d'aprs les mthodes scienti-
fiques en usage. 5,500 tsp
ces diflreutes,aclasses et ca-
talogues.
Notre attention est attire
sur des chantillons de bois
de toutes espces, collection-
ns el identifies par l'ancien
dpartement de sylviculture.
Il y a 231 espces diflrentes
oflrant la coupe longitu-
dinale et tiansversale. Un
chantillon de bois cassave
par sa beaut, la tiuesse de
son grain, nous a paru mer-
veilleux. Son habitat normal
esl Williamsou, sur la route
le Sllnt-Marc, et il n'y en a
pas beaucoup.
Nous remercions Messieurs
Dardeau et Kbreau de s'tre
| mis si gracieusement notre
'disposition, et nous nous ren-
dons la section de Chimie
dont nous parlerons bientt.
ALIX ROY
29 annes de succs.
\
D S s i n couleur
relief sont obtenu; *
aisment avec la
SIIEXINH, peinture
dcorative lavable
"Bt fart plastique
'li nt la dcoration
mtrnt" contre
6 rj an timbrai
mandai

-

. t-
T. A. V.
(4 suivre)
*(1) Voir Le Matin des 27. 28,
Novembre. 2, 4. S. 7, 8. 9, 10. 12 et
14 Dcenbra lVttl.
SUR L'EXPOSITION
DE PEINTURE OE M. SCOTT
-- o -
Cette exposition de pc inlures
'fcales est, mon avis.ine ma-
fc!fstation qui, dans son genre,
J,a jamais eu de prcdent en
Hati. V
Monsieur Scott, de son >eil
dlRlpressionnisle, a jet un re-
fcrd protond sur la nature qui
His entoure et a pu en om-
pirridre tout le charme et la
p qu'inspire notre belle nature
sraisquyenne.pleine de couleur
ei de lumire, qu'en peintre
moderne il en a fix le souvenir
dans ses Iodes.
Scott se proccupe avant tout
e l'effet d'ensemble et du co-
-
, .-,., PLASTIC;!
^'UsW n RFA1 .
. m ;
-' ---.- I ....... ...J 4
VIENNENT D'ARRIVER
Jouets
Jouets Formidable SJoueLs
e
JOUETS
assortiment
JOUETS
JE " (. f
0llc,s Jouets Jouels
BAZAR METROPOLITAIN
ANGLE GRANDRUE El RUE BONNET FOI.
loi is. lin deux, trois coups de
brosse, dune lacture habile, il
vous ( onne la synthse o Ici
dtails sont seulement esquif*
ses.
Cela obtenu, il se soucie pue-
ra du reste, voire mme parioia
de couvrir entirement le pan-
neau.
Vuea de loin, ces taches, jus-
tes de ton, s'enveloppent, com
me on dit, et tonnent un en-
semble saisissant de relit! et de
vr.t.
Or les personnes, qui n'ont
pas une haute ide de l'art mo-
derne,trouvent de mauvais goI
son savant procd el vou
iraient^de prtrence une pein-
ture o les ton* sont bien lon-
dus t ne prsentant sasuih-
ce aucune saillie de touche. Ce-
pendant c'est l la magie du
mtier que d'arriver, par un as-
semblage de tons justes da va-
leur el de couleur, donner
l'impression gnrale d'un effet ;
et n'est-ce pas un charma pour
les yeux ces divers lments en-
trant dans la combinaison des
tons, restant plus ou moins vi-
sibles i chaque touche ? Scott
a procd par des touchws har-
dies, bien dans la forme des
objets et des choses ; il a dessi-
n avec le pinceau et a mis de
l'emptement certains endroits
pour mieux ccentuer le mo-
del.
Un de ses plus battu J aysa-
ges est un ettet de nuit sur une
cte. Il l'a peint dans une seule
gamme gris-bleue o l'ingalit
d'excution en a rompu la mo-
notonie. Les mollis du pitmiei
plan sont exprims par des tou-
ches paisses et mandes qui
contrastent avec la majest se-
reine de li mer rendue par des
louches plutt souple*! Lisse.
Aux montagnes oui tonnent le
dernier plan dont la ton plus
gris se rapproche .beaucoup en
perspective de celui du ciel, il
a apport une consistance de
couleur plus lgre, peinte dans
te mme sens qui distingue les
molils jds premier plan de la
imr. Seules, les lumires lian-
tes du rivage, indiques sur lu
loile par des taches d'un jaune
clair, mellent une noie rehaus-
sante I'eflet de ce paysage noc-
turne.
Il a aussi un clair de lune su-
pe.be o le disque d'un blanc
d'argent plane haut sur un ciel
' pur, peinl dans un ton gris bleu
tirant sur le vert. Sur ce ciel se
l tu heui dans un ton fonc les
arbres antre lesquels se jouent
les lelets de la lumire.Au pre-
mier plan, les arbres se dres-
sent au sommet d'une monta-
gne pittoresque, el au dernier
les montagnes sont d'un bel
elle) perspectd. Les autres pay-
sages, particulirement ceux o
se uouvent la paysaune monte
sur ton ne et la Houle de l'ur-
cy, ne sont pas moins admira-
bles par la couleur et l'excu-
tion.
R i m. les portraits, celui du
vieux noir esl plein d'expres-
sion et d'un model qui s'appa-
rente de trs prs la nature.
C'est en imitant les colorations
les plus diverses,, qu'il a minu-
tieusement observe'" sur son
modle, que l'artiste est arrive
a rendre la couleur naturelle
de la p au qui esi d'un brun
vio.ac. Celui a.issi d'une dame
ge personne claire tou'
aussi expressil et vivant, avec
es cheveux blauts.onduis.
Un portrait du Prsident Vm-
Qu'est-ze dira ?...'
La Nouvelle DOUI a paru
tellement pxtraordiuaire que
nous ne la donnons que sou*
toutes rserves, eu attendant
des prcisions. Voici ; On sait
que le sieur Nicbols, pro.
pritaire de I Htel amricain,
u mis lu eh I sous la porte en
prcoi ni C'lie des champs Ni-
u rellemet t les cranciers en
> u quitt 's p ) ir psr 1rs leur
argent. Jusque l, rieu d'ton-
: nt. M iis voil qu'un con-
sortium de marines, en pre-
i an! la suite des affaires, von-
drait installer une sorte
i tel, de restaurant, de bar
privs qui seraient aliments
! ;i bon com pie par des bois-
is il autres articles devant
itrer dans le pays sans ac-
quitter les droits, commecels
i pratique depuia longtemps
I our hs marchandises ven-
ues aux cantines de l'Occii-
i ation. Lt alors, ce serait une
sorte de concurrence contre
lequella aucun tablissement
similaire ne pourrait rsister.
Qu'est-ce qu'il y a de vrai
dans celle nouvelle histoire ?
Et qu'en pense le cite! de
l'Occupation, l'homme juste
it droit qu'est le colonel
Liitla?.:
cent a cheval lort ressemblant.
H n/a sembl que ce tableau
i.ms son usemble, identiqi t
i antres par la couleur, m
diflre lgrement par l'execi-
H .
Parmi les tableaux de genre,
qui sont aussi pleins de colora*
lion el de Ireicheur : l'hon d
ti. ; ni le coq et la marchand*
de dindes Ion! l*aduiira!ion de
tous. Cet artjsle qui croqua tout
;;u passage, a su saisir avec
exactitude l'expression dis phy-
sionomies. Le talent de Scotl
l'a (firme encore dans les scnes
nocturnes o joue le clair-obs-
cur. L'un de ses tableaux au
il lir le lune vous montre unt
scne de d-.nse devant une ca
bacs en chaume : la lumin
argente, peinte d'un ton gru
clair, rpandue un peu partout,
baigne la surface blanche de lu
chaumiiRi et la silhouetta gris-
bleue d'un arbre invisible, pro*
jete en partie, contracte celle
blancheur. Dans i'ombre, SB
premiei plan, sont placs les
hommes aux tambours qu'il ;
peints dl lis le rn:ne ton, ainsi
que la leinme qui 'anse au un-
ie u de la scne. On sent en ii-
gardant cette belle tude le tris-
son d'une nuit impressionnant!
dont le silence est troubl pat
les chants vaudouesques ml;
aux sons des tambours. Reniai
quable, uns autre scne du me
m genre mais d'un tllei dill-
!, o la lumire mystiqui
des p lia s l.unpes domine pui
le.ir ion jiune el brillant ei lai
voir sous la tounelie une popu-
lace dlirant aux sons des tant
bours. L, Scott semble avon
puis sa riche palette poui
montrer une entente j. ai laiti- di.
coloris : des rouges, des verts,
les blena chauus et dis bleu.*
troids sagencenl harmonieuse-
.nent avec le brun sombre de 11
nuit.
Somme toute, cette exposition
est un vrai rgal pour l'esprit et
les yeux.Nous remercions le c-
lbre artiste, de nous l'avoir
ollerle.
Jue.Jsuivant l'exemple de ce
maille, de ce congnre, nos
militants dans la carnere re-
noncent dsormais a copier des
vues de Venise, de Fontaine-
bleau, etc.,et aillent planter Kui
chevalet devant la nature, de-
vant l'incomparable ettet d'une
citadelle Laterrire au couchei
du soleil ou du panorama de la
ville.
Je ne puis terminer sans fli-
citer le Gouvernement; d'avoir
eu l'heureuse ide de laire visi-
ter celle exposition depeiulurco
locales par les coles. C'est la
uu beau uiouviiueul decianctie
c laveur de l'ait. Je souliailc
j,u'd tieuve encoie l'occasion
de le renouveler.
Antoine DiiltENONCOL'Ur
... le vil s'arrter chez Dereit
o il se lit servir du jambon,
du fromage, du loie gras, d. s
sardines, el puis du vin, du
rhum, des liqueurs et d'excel-
lents ci( ares,
-"Faites-en un sou! paquct.dt
manda-l-il i l'employ charg
d'anaacher." p;t u partit desti-
aatfoa de St.-Franois de Sales,
o il commanda des roses.
Muni de ses provisions et de
son Irais bouquet, qui pouvaient
laisser croire qu'il allait i quel-
que .parlie fine, il donna nu
chauffeur l'adresse, l'tion-
vilie. de notre spuituil, dli-
cieux, et hou vieux cher colla-
borateur Thos. A. Vilmensy...
qui avi.it luttout lait oubli
que ce dimanche tait bien son
X" aiinivt rsaire da naissance.
... vit ritliouuii;' (inu jus-
qu'aux Lu mes prendra dans
ses paumes, comme nu visage
d'en la ni, Its deux joins de son
dlicat ami... le regarder Ion.
guement avec un uiW'iidrisse-
menl muet,at puril comme un
hros, l'embrasser reprises
scr le front.

... le vit haiier un instant
cause d'un deuil rcent qui lui
le Tend si vite la Lrqnentation
les tablissements de plaisir. La
lumire, la musique, la curio-
sit ei le dsuvrement flairent
| i .niant par triompher de ses
scrupules. Il enleva avec une
hle fivreuse, et qui lui valut
une cuisante piqre d pinglr,
le brassard de crpe qui s'attris-
tait sa manche gauche, et pou-
vait le dnoncer. Ht en avant
pour la ltel Les regrets, que
diable, ne peuvent tre tei^
nels non plus, mme ceux qn-
laiaea la lamina la plueadorerl
Ah, U- veuf /oyeux! pansa tout
haut quelqu un. Kt il n'en fallut
lias plus, pour gader toute cette
belle joie oublieuse.
... a vu entrer' l'Htel de
France l'autre jour, un de nos
lus fameux cordonniers ila-
liens, portant des souliers eu
sacs msnvais*tat, conforma-
nent l'adage qui dit que les
[ensles plus mal chausss/umt
encore les cordonniers.
*
... les a vus djeunant qua-
tre chez Kahl Ftionville : his-
toire de cimenter a nouveau,
ans trs vieille camaraderie,
qu'une plaisanterie un peu pous-
se ava t OQ instant mise en
pril, a l'ge o difficilement
l'on se (ait de nouveaux amis,
il esl toujours pnible de se d-
partir de ceux que l'on a dj,
et dont on a prouv l'affection
t 11 dlicatesse. L'amiti est un
voyrge qu'on entreprend pour
la vie et auquel il esl toujours
douioiu. ux de mettre fin avant
le dernii r port.
... lsa vusau clnmpagne.tout
mus de se retrouver aussi in-
timas q l'avant l'alerte.

... voit qne la Ciile 'Or'A'
Ux Roy esl de toutes tes ttes.
C'est de la Coule d'or, et
rien que la Coule d'or que l'on
servit l'autre jour la rcep-
tion des journalistes au Palais.

...voit que si dtach qa'on
soit de Salan, de ses pompes et
de ses uvres, il est, difficile
une lois qu'on a rais les pieds S
Side.Siep-Inn, de ne pas s'y at-
tarder, et ne pas y retourner.
tssari /.-vous contre accident
*ls m General Accident Pire A
Asusrance Corporation Li-
mi'ed . Vve F. Bermnigham,
Agent Gnral ooar Hsli.
066
I


n

-. bic
..
.

J-3
Vie sportive
o -
Rvla de s;i parure des
grands ||ours, le P.ircLeconte
oflre, en ce jour, un ip Je
o
Hier,devant le juge Louis
Hameau, a con inn la plai-
doirie rie IViaireB.N.R. IL,
par Mes Seymonr
B
somptueux du l'arc-. Tiois
heures. La I i e pressa l'en
ir*'f on sYcraae; les entants,
les fimidCS, s laibles
curent no. sans peine si aprs
>ine lutte h le ti kel <1on-
nant droit l'accs, le *' asme'
Echos

\q\ dp le caJre judiciai-
i e.
- aL'Occi I lali:tel est le
tilre cit. journal hebdomad'ii-
re, paru samedi, ayant pour
lirecteui ; ro| i t nresi MM.
J. D. (Jrullon et V. Tejada.
qui ouvre les barri Parc j d >minicaina
i.econ'.e. Pias de six a e n . i { iveau conlrre
taieurs h.,-. ,t pre- mdite en frarals et en eapa.
mier rang, pour voir nos beaux
athltes broi xs volaei dans le
raagnili jue cadre, arl s'emenl
peint par les olliciels de IL'. S.
S. H. car Chevallier a commu-
niqu ses collabort sors sn
Hvra d'activit, Impression h
est la dfil dea athlte si All!
AlloI Daniel Ileurle! ou (nous
allions diie Papa V )|
nonce le commencement des
jeux. Les rsultats, au dira des
connaisseurs, aot peu appr
'tables par rapport la Mper
formance" dea joueurs interna-
tionaux ei des "rei ord ien*. Li
cause en est que, malgr leur
possibilit de rondement, car
unis lmai ts,ians aucune pr-
paration techuiqi a,
Iralaemeot, conc n ir u;
simple plaisir, pour en 11 i
nil. Nous avoni en ndu des
concurrents aoel npertui
bables : j d'i i i nais i
Avant-hier m i ai la
un bon "bond" el vl Un au-
tre : On m'a demand de cou
rir, je couis; mais je n'ai I
lmie.it la prtention
Mourion ou Th ard. lis ont-:
mrite, ils loni ie nombre.
Prochainement m as d net on
lel rsultats proi. p r I
' Haut-parleur". Pro< ups de
la russite da la 2' du
programme, nous n'avons
pu noter,avec le chronoml
les quaris de secondes, le
gnoi.
Lt reprsentation Ih-
tiaie organise par M Pollai
Paul [n'ayant pu avoir lieu
dimanche soir a t renvoye
une date ultrieure.
N otre contr re Va ri i
li Cap-Hatien, informe qu'
la suite d'une altercation en-
tre teura d'Hoi
Bellerive el d'Edmond Gan .
i Ranquitte, le dput Belle-
rive aurait t arrt el
consign, puis mis en li!>ei t.
Le mme conlrre, an-
nonant la prsence dans sa
trille du S. n leur l'nce Mars,
que la confrence qui
ui-cl I ivait prononcer si i
mission Prague, a t
contrarie !>;ir la police.
A Plaisance, au cours
s ii vaux de soubi ssement
l'une maison eu construc-
d, on o trouv plusieurs
?bjets pieux bun eu fouis. Les
es requises oui dress
>roc< -verbal.
La manitestation musi-
mi i are en l'bon-
ir d*Occide consistera en
un concert o il ne sera ex*
L que des morceaux du
matre
Il y a eu dans le di r
rails de candidatures. Cela
simplifie la situation lec >
cale dans les circonscriptions
nuies pour nos lecteurs. 1 I ement du Nord, quelques u-
fait laid. LesHbus el les U
ges s'impatienteot,s't rvent, ni
veulent partager la gloire dci
'Blancs Andr Thard, pei intresses.
aonnifiaot la discipline, le spot
lit, la i omptence, a'ejl cl isa-i
parmi liileura ai bih i
sa fermet, son d< pi u n
son eoop dil perant et .-i
enfla toutes les qaahti s
ractriaent i ai bure comptent.
Puisqu'il n'a pas t siffl, il a
conquis le puL lie.

Propos
humides
LE JEU DE F00T-3ALL
Pourquoi ne pas l'avouer ?
Dsillusion Avant de m
quer les diverses causes qui
motiv le peu d'int I
peci gnral il jeu, i 00* so
mes lorcs de recounaitr qi <
chaque unit des.deux i j i
peu d'exception pi i,
sente une valeur s p o r 11 v i
inconteste. Citons a a hasard :
les frres Berrouette, rapides et
clairvoyants ; Robert SI-l'-
arrire ferme sur se jamb
shootant avec un1 aisfl
lgante, les hres Audai ,
lides, tacticiens convi b
Jabon, Painaon, Conte, l
droyants, perants, mena
sans cesse le but de i' 'v
saue. .Mais ces jeunes g
n'ont pas t tavor
eirconatances et iln'i i son
ne qui rinsra de i ir la
crdit d h bile , de
re. L'intrt d'un match, son
allure, raide dana le* i ces en
prsence,en termes p lira :
l'U.S. S. II. dans uu b itd.
conciliation et de paix, oppo-
ae les uns aux a u l r e s le
joueurs d'un mme club, le&
jalonne dans deux camps ad
verses pour tirer partie de
l'entente ncessaire enire par-
tenaires afin d'avoir l'homog-
nit qui assure la victoil
Quoi de plus naturel
le frre moagi r le Irrs '
joueur d'o club vil
avec sou cotocilaire ? '
cet ordre dVi. B an
l^ra bon mnager
bon, un Painaon. Si Fort pas
ara le ballon Audaui, Cham
La 1 du Nord, c'est le
imposant d'un Journal qui s'-
dite au Cap-Hailien. Notre nouveau
i'odIYi re qui est bellt menl imprime
c promet il<' drekser un tableau
l'honneur o B'insci ront les noms
le tous les citoyens qui auront ac-
compli quelques actions d'clat sur
le champ de bataille lectorale. Il ne
n tnquera vraisemblablement pasde
lros pour rpondre a l'appel !<'
confrre. Leurs noms, I
loires, dbor i cadre du
ibleau civique promis par la "Pha-
, mge du !. Ceci est d'autant
plus sr qu'une rcompense Bera
dTerte chaque mri ant : une c i
......'.l s LRTIIE CACHE!
D'itll, le vin lu suffrage universel.
ilier gauche, jouera av
la-Louia, auisr boit. Corn
.rend qui veut. L'trangei ar-
iva bientt ; n'esl-il pael'heuri
prparer nos "boys" au sa
loi ? Oublions qu'on
i club, que l'ad-
B d'hier est le pai -
i r l'hui, voil ce que
La victoire
U urs hatien r s si ra l
ice entre !ts clubs
r. S. S. il Le Bleu J: i
v ml nti e| marqu on but
li ici le.
Dimauche,2e match du ch m
itonnai enlre la Jeunesse et
a Vit latl ".
F. 11.
, Lisez samedi la 'Vie s-por
ire").

Comment
le Parker Sans
Pression am-
liore votre criture.
Sans Pression* et le poids plume mis sn qui-
libie et combins dans le nouveau l'aiker Doofold
sont pour lui donner une telle p Miiptiiude et la
laci'ne uecouleme.il de l'encre lait que le stylo
crit piesquc de lui-mme.
Au lieu eies e-lloris avec une cn'ure dure d'une
mauvaise plume, vous trouvez le Parker Daolold
naiurel. Vous crive! sans eflori, sans preesion el
sans langue dea doigts ou de la main. La "Sans
Pression" limina les inconvnienti d'une plume
qui deligure une bonne criture, (.'est pourquoi
vous crive* mieux avec un Tarlur. Les nou-
veaux siylos l'aiker Doofold assortis avec les
crayona soni en aepl belles couleurs y compris U
combinaison u.u a-moderne :ve.i el petit; et noir
ci perle, LUaque Harker est lait de Parmanile m-
ible, 2S u/o plus lger que le caoutchouc, et
chav-uu a Id nouveaux Lerfectionuemeuts.
\ oyez ies plume el
crayons, el parure
Ul: bureau dans Les
lions magasins.
^r*
i';raumdi rammiBDaaaan
------v',^'.V ~* f .
''
Sbv4Jn
Dr. Bengn, io, Rue it.ua,. l'aris, __^
WmmmmmHmmmmMmm*mMmmiimmm.,% >,
Gin-Taldv,
CE SOIR
Pour la dernire lois :
Belphgor
OU LE FANTOME DU LOUVRE.
La Maison de la Haine
OU, L'HOMME A LA CAGOULE.
Entre : 0,50 ; Bjlcon : t.OG.
j Ce n est pas du Bluff
: La maison nton I. Saba ne roit pas ncessaire d'en"
mrer ici ses articles bieu rput de bonne qualit tels
' que : Crpe de Chiue, Sroile de soie, Crpe (ieorgette, Toile
t de soie, Voiles Chiflon., Toile Drap pur fil. Bas fil, Tri-
coline, Casimir, etc, etc. etc., qui ne sauraient tre surpat
ses par la concurrence.
A l'occasion dos ttos do fin d'annes
La Maison vend les articles"suivants.
Articles pour Darnes et "Fillettes.
Chapeaux paille d'Italie pour fillettes Gdes '2,25 ekaqat
iorme pour dames 3,00
Chapeaux pdUe d'Italie pour garonnet 3,00
" pour garonnet panama 3. Chapeaux paille Jean Bart sup. 5,00
garnis pour dames large 3.00
Chaussures pour dames No 3 5 Berge 16,50
m crpe soie 17,50
Chaussures pour dames No 3 5 noir 15,00
Et souliers Tennis Fleurs-Dentelles, eteetc
Articles pour hommes
Ch^Deaux^Canotier paille d'Italie Gourdes 4,50 ckiine
' Char lest on 6,00
' Panarra 3,00
Chapeaux Sandino 2,75
Toile double largeur pour costumes Gourdes 4,50 aaas
Toile tussor double larg. pour costume 4,50
Cbeviot noir M 4,50
Cheviot Gris double larg.ponr costumes 4,50
Serge Bleu marine 11.00
Serge Noir 1200
Chaussures pour hommes No 5 ar7 19,00
Casquettes tranaises 2.00
et Cravates. Soutiers Tenais, Ckmises hapeaux
laine Casimir coul. etc, etc.
Les prix des articles meutionns sont moiti de leurs
prix de revient malgr leur raichenr et leur utilit pour
les habillements des ttes.
N'hsitez pas; accourrez-y en foule, car ces prix exception-
nels sont pour le mois de^dcembre seulement.
VOIR CES ARTICLES C'ESTi LES ACHETER
N'OUBLIEZ PAS QUE DE LA MAISON
Anton I. SABA
1733, RUE OU MAGASIN DE L'TAT.
I
0mmm^ vin tonique
ET APRITIF
Un assorti-
ment patant
Inrlun.s des meilleure mar-
ques, Guerlain Coly llon-
bigani Higiiud Mnlyneux
Lenthric Yardley Channel
Piver Porvil Lubin e!c.
se trouva dans la grande vitrine,
chci
Paul E. Auxila
LA PRODUCTION D'AUTOMO-
BILES AUX TATS-UNIS.
Les P.tsta-Unla ^ le Canada
on! produit, pq 1029 : 5.000.000
units*; en 1930 : 8300.000 uni-
ts et pour 'es 8 premir-rs mois
de 1031 : 2050.000 uniie; la
production de 1931 tel value
2 400 000 units dont 45 pour
cent son! produite par le Genral
Molors et 25 pour cent par
Ford.
ri-..
VW'T1.
-*.-.~.* ? BIRBIER THIERRY
G. THIERRY k O*. itrr*
S. A. n. L.3M.UM
K, Rw CrilW PA9IS
FMOTOQWAPMI
C.Ml.f.. t".i !
m MB UN tniM
SALON de COIFFURE
La Garonne
Petit Four
Repassage, ondulation l'eau, rime en plis, Champoing.
Trcitement pour pellicules.
JOHN HARRIS
Le Khuni Barbaiicourl
Dont la renomme!est,universelle a gard sa premire place
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
npt -ilue des Csan



LE MATIN li Dcembre 1931
.-
fWt -f+j.*
METROHIIITAM
( ROGER UBRY, Directeur )
Angle Gi and Rue et Hue Bonne-Foi
N'EST PAS SEULEMENT UN BAZAR DE PREMIER ORDRE.
Son rayon dpicerie fine et comestible en gnral est des mieux assortis.
Aux meilleurs prix de la place : CHOCOLATS, RONRONS, GATEAUX,
BEURRE FRAIS, FRUITS et LGUMES frais toujours en glacire.
VINS I JOUEURS CHAMPAGNE
Service irrpi ochable
Livraison domicile
MILLE QUAI RE CENTS, Le Monde
Mille quatre cents,1 n lettre?, on eu chiflres.iepisenten: j
ls quantit dapniresd cbanaaures pour hommes,gatnuen]
et Bile Iles. qe la maison VIRflT (i\ll)l\0 eut en tr..iu de j
liquider. Oui. I q ;{<. 13ailleurs, il esi facile de contrler
le t;i 11! s'arr Mres de famille conomes e P.apa p.i 1 ite conscients de
vos responsables, a'h es j ter pas a vous approvisionner
chez Gaudiuo pour la fi 1 de l'a nue; il y Ta de votre int-
rt 1
Erratum
Dans la noie ci-dessrs on a systmatiquement omis de
mentionner que le stock de (iashn rs de la maison Vincent
(iaudino est devenu le lemenl lormidable.que.en vue de. la
fin de l'anne, l'ami fiuidlno va, ds le mois prochain, oc
ruper l'ancienne halle >Je la Socit d'Importation Gnrale,
cet! dire presqu'en lace de la halle qu'il occupe acIuHle-
nieut et qui est vraiment trop petite pour contenir les casi-
niiis, cravates, chaussu-es* parfumerie, etc, etc, etc.
NSTITUT GUY-JOSEPHBONNET EN PROGRESSION
Cet lab'issement qui a ouvert ses portes en Octobre der-
nier a vu von effectif s'augrneuWr de cent pour cent durant
le premier tiimestre.
Tous les poin's de son vaste programme d'enseigacmeol
classique complet et iftsHjaeaefl pratique s'ejcuteut la satia
faction des levs et des matres*Ces derniers sent parmi
Jes meilleurs qu'on | uisve trouver en Ha i.
M.vniAGK Samedi 12 d-
cembre a 5 heures de l'aprs-
midi eut lieu en s'rcte in'i
mite le mariage civil d ma-
demoiselle Lnre Sain*Grard
Joseph avec :"r le Dr S enon
Rcy.
. es tmoins taient du ct
de h marie :\lMleDr Marcel
Prigord, Normil Charles,
Lonce William et Maurice
Rey;et du ct le l'poux: K M.
le Dr. Uhx 1 on, Dr- Pnn-
teonel Bois, le Snateur De-
nis St-lode et Me Sterne Hey
Aprs la clbration eut
lieu une charmaute rception
Plionvile.
Nos meilleurs v x aux
nouveaux poux.
X'.J
en ferblanc de 100/1 Dinls, qurats 50/1,
20-3 1/2 Ibs., 10/1 gallon & 5 nations, est
la meilleure huile pour la cuisine et la
table.
Que les retardataires y envoient leurs enfants la rentre
de Janvier 1... Ces derniers en sortiront plus tard des, hom-
mes complets: une instruction solide ils joindront un-
ducation pratique par laite et une foi ce morale toute
preuve.
Aujourd'hui, 5 heures d
raprs-midi.tenue d'obligation
la Resp.Loge L'Etoile d'Ha-
ti, |So 5. e prsent avis Uent
Prix modiques Couditions gnrales avantageuses! li eu d'invitation.
FUNRAILLES DE JUSTIN ELIE
Mercredi seize dcembre
courant, les restes de Justin
Elle seront dposas dans
l'ancienne Cathdrale,ds l'ar-
rive du steamer i O >:." ,
Nassau qui les ramne de'
New- York.
Les funrailles dn prend
artiste aui ont lieu le mme
jour, 3 heures prcises de;
r*aprs-raidi.
Le ton "oi partira de la fa-
tbdrale pour se rendre au
cimetire.
A L'TOILE D'HATI N" 5
estl'alimc prl des enfants.
Eu vente dans loues les bonnes E picc
ries de la Rpublioue.
Pour commande s'adresser
L. PREETZMANN-AGGERHOLM
Aqents de CORN PRODUTS
REFINING C0., New-York.
& C.
r:.Mu# '.- <% -
,jmw#'JMc( Jimam***** '*
Tr***m.**fmt*- .*** M***'" J
r i "*
VI
v '. \.$
Toute? les Polie
DE LA
il
Une des plus fortes COMPAGNIES
Canadiennes d assurance
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
S
3

C
____f**f.L._ _
omprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
H


Aqents Gnraux
. v--. : Ml NKsftsI


Mardi
15 Dcembre 19
Le Malin
4' PAOrEB
2fieme AtNNKfc N- 7^4
Poit-au-1'riLce
Tlphone : 2t42
"""SHW
nu
." "
X ^V"%r VOTRE INTRT
^^ ^^ EXIGE S TOUJOt
l&yPASTILLES VALDA'
7^%V VKRITAULKH
A ^% qui De peuvent tre vcnJuet
ou'e.i BOIT' S portant le nom VALPA
Si on tous propose :
. UN REMDE MEILLEUR. UN REMDE AUSSI BON,
UN REMI DE MEILLEUR MARCH
CE N'EST RAS PANS VOTRE INTRT
Pour lo traitement des
MALADIES DEI VOIES RESPIRATOIRES
Employai toujoi
IjBS VBRITABIjBB
PASTILLES VALDfc.
Lyl

| Pour teindre vous-mmes loua !
tissus, aucun produit n'gale
\U MVRESOVE'l
! TIIMTURC KtMCftU PERFECTIONNE |
:iocic BogtM Pnou
---- ai ntaaaUbagatriMflMM I
t 0. r'HCOQ, Amj'iri-Pari'sj
sSfL... '
!
CHANGEMLNT D'ADRESSE
Mes Mar -Aurle Lit< ntan',
Adrien Douyou et Louis Ga-
rootf, OD< neeni leur bien
veillante clien'le qu'ils ont
translre leur cabinet la rue
du Dr Aubry, ct de l'im-
primerie de Mr Virgile Val-
cin.
Port-au Prince,le liJcem-
bre 1931,
Paris-Bazar
PETE BROWN
Soulage des injnxdelte et ]
la n ie en 30 minutes: j
Arrtez : n re'roidisseraent le
nremier jour et la malaria en
rois jours.
, ces Brothers SS C lnc
Texas Hait Santo uomingo- Rico >orto
e seul service hebdomadaire el rgulier passagers ri
fret' entre les ports du GoUe du Texas directement avec
I orl-au-Prince, Hati,
Pour la rception I le et ifve
importations, servez vo ; ; toufoi des navires d ; H L* l\-
UNE.
I^es prochaines arri < B t-au-Prince i
S/S i.Viargarct Lyk 11 dc< 1931
tteamer^xRnth \' si 18 d :11
Steamer << Genevive Lj -
Steamer lAlmeria Lykc i 1 r janvier 1992
bureau : Rue du M isin 'Etai, Boita P B
. i"i,
)
**RCE
oAHTt JEUNESSE
l.i" iii- nombreux mdecins
entrepris depuis I
i i mmorable l BHOWN-
M.ni lltj de rajeunir
humain par (absorption de Mandes
fraches conclusion maintes fols vrifie, qu'il est
maintenant possible, sans voir recours
nus procds opratoires (Stelnach,
molT), de reatilti r .'< l'arnanisme,
ehej l'homms i le iVnune,
on nergie el dues la
suite iK m iladl i | hj slqne i>u
brale, du vieillesse prmature, d'il-
tacer les stl [m il de dchance prcoce
et traiter limpulstsme* tsxusiis.
T. BJOt RN W. UViA\,l'i>rt-aii-l'rinre
et dans TOUTES les bonnes pharmacies.
LE "GLANDOPHILE"
Seule distributeurs : A. THOMAS & C
15, Rue Martel. PARIS
jrs -er.. nsssi';
sasM
AYEZ TOUJOURS CHEZ VOUS
LES PRODUITS LACTS
\
Lail condens,Lait strilis,
Lait en poudre
pour prparer des djeuners complets en
30 seconde par simple addition d'eau
Le nom ESBENSEN est un cachet de
garantie. La marque ESBENSEN se
vendant bai coup.les stocks sont sou-
vent renouvels,avec des produits tou-
jours irai .
Nourris ions, convalescents, vieillards,
pour qui il .st recommand du lait
non-poil ne, sont surs de trouver dans
les produits ESBE1 SEN un aliment
sain, qui permet de rcapir contre les
pertes de roiqanisme.
Adoptez aalement pour le premier
repas du malin le beurre de table ES-
BENSEN, de got exquis, recomman-
dabie pour ses qualits nutritives,assi-
milables.Indisi aux sportsmen.
EN VENTE DANS TOUTES LES i SAISONS D'ALIiEHTATlONS
Wr M. A. Bien Aim,
Matre Tailleur
A le plaisir d'annoncer au
public et notamment ses
anciens et combien constants
clicnts.tant de Poit-au-Prince
que de la Province, qu'il a
roi.vert sa maison de contec-
tions pour hommes, temmes
et garonnets.
(.et tabisseirent qui est si-
tu presqu'en lace de Ih mai-
ton Reiubo'd & l.o., au No
1718, rue du Magasin de l'B-
t:it, fournit les tissus de tous
genres, et Monsieur Bien
Aim, bien connu de tout le
monde, rserve uu cordial
accueil ceux qui l'h noie-
ront de leur confiance,
RUE BONNE FOI
COHDOWI Mb MONT CAKNBL
HYPPOLITE JEUDI.
1 ropritaire.
Annonce a ?a nombreuse et
fidle c'iir'c e qu'il vient de
traobtrer sa cordonnerie en
lace de l'Administration des
Postes, Grand'Hue, No 1721.
On tiouvera comme tou-
jours un grand assortiment
de chaussures trangres et
du pays, de la partnmerie,
des chapeaux pour hommes
et lemnus des chemises et
d'autr es articles de finesse
dont on ne peut lenasctr pour
les iles de fin d'anne. Les
articles se vendent des prix
dfiant toute intnurrer.ee.
Si vous voi b z etie la
m ode,eiritr z un iroment la
Cordonnerie MON i-C ARMEL
en tace del f o^te, Gr.nd l'ue
No. 1721
E LIQUIDATION RABAIS 50 Q/Q
600 paires de souliers tran
qers pour dames
Ancien prix Or 6.-
Frix acluel 3,-
300 Paires de chaussure
trangres oour hommes
Ancien prix Or 8.-
Prix actuel 4.-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien orix
Prix actuel
Or 3.-
1.50

AVIS
La Direction Centrale du
Service National d'Hygine el
d'Assistance Pi b q- e porti
la connaissance des ii tressa
que dsormais lesdel iratieni
de dc"- ^p tout 1 Hpital
| Gnral Hatien.
8 dcembre 1931
Pour deux mois seulement
Novembre et Dcembre.
Gulf Pacific Mail Line Ltd
San Francisco, U S.A.
Le steamer .Point Fermin ayant laiss PortlandaFloridt
le 17 du courant est attendu Port au Prince le 23 dcembre
via Vancouver.Seattle. Oakland Alameda.Los Angeles, Puerto
Columbia, Kingston et continuera le mme jour pour Tara
pico, Florida, prenant fret et pissngers.
Le steamer Point Sur devant laisser Portlandle 20
dcembre 1931, est attendu Pon au Prince le 26 janvier
1932, via Vanconver.Seattle.Oakland Alameda,San Francisco,
Los Angeles. Puerto Columbh. Kingston et repartira le
mme jour pour Tampico.Florida, prenant trt et passagers.
Port au Prince, le 27 novembre 1931,
A. deMATTEIS kCo.
Agents Gnraux pour Hati.
I aae fr*>.^,w^^,'*
I
\
LE FAIT EST INCONTESTABLE
!. h u ni Saillie

C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAKlZ!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs