Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03784
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 4, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03784

Full Text

Clment Mauloire
directeur
1358 rue amricaine 1353
TELEPHONE ISU 2212
Ublisc leaulai premier riif
nnur cire ww ; l inklligrflrc se Baet
il arrire pour leir
i iiriuen SYLV4
2bnje ANNEE N 7547
*>OiM.N. E(HAlin
VENDREDI 4 DECEMBRE 1931
VIEUX SOUVENIRS..
o
\ oir Li; Matin des 1er, ? et 3 Dcembre 1931).
nr
( Suite et Fin ).
Le Cabinet tait-il relle-
ment terre, comme l'avait
crie ce journaliste franais
qui. tant de pa sage Port-
au-Prince, avait assist cette
lanca mmorable? ("tait au
l'rsident de la Rpublique
le taire savoir, et en elet, ds
le lendemain, par une brve
et nergique proclamation que
le Moniteur Ofliciel i s'em-
pressait d'insrer, le gcural
Tirsias Simon Sam portait
la connaissance de la nation,
avec sa protestation vigou-
reuse, l'altitude singulire de
la Chambre qui, en crant
entre les deux grands pou
voirs un tat d'hostilit, voire
de guerre dont la responsa-
bilite ne retomberait point
sur lui, lui ravissait ses prin-
cipales prrogatives constitu-
tionnelles.
Que comptait faire la Cham-
bre en celle circonstance?
Et d'abord n'tait elle pas al-
le irop loin? ous la c >uvic-
tion tardive qu'il ne lui ser-
virait de rien de brouiller les
cartes, et ne voulant aucun
prix troubler la paix publique
et occasionner d'autres ml
heurs peut tre irrparables,
elle Mitonnait le prsident de
la Rpublique qu'elle avait
lsolu d'annuler purement et
simplement le vote donn par
elle an Cabinet dans sa sance
do 4 Juin.
Le recul du temps per*
mettant de juger les choses
avec impartialit, ne serait il
point intressant de se de-
mander de quel ct tait la
vrit dans ce contiit ?
L'opinion gnrale cl; it que
la Chambre s'tait tro, hte
de prendre nue dcision a-'ssi
extrme l'gard dut fait
dont la perptration n'tait
aprs tout qu'une simo'e n-
gligence ou irr^ulaii, et
que le Cabinet, qu'entourait
tant de prestige, aurait d
pundre toutes ses prcau-
tions pour ne point encourir
un pareil excs de svrit.
La seule question qu'il
taille se poser selon nous dans
l'examen d'un problme de
celte espce est la suivante:
quel tait le rgime qui carac-
trisait les Chambres sous
l'empire de la Constitution
de 1889? Etait-ce le rgime
parlementaire ou le rgime
dmocratique ou reprsenta-
nt ? C'tait ce dernier, et alors
comment se taisait-il qu'il lt
en possession de lune des
attributions esseniieile du r-
gime parlementaire: le droit
l'interpellation avec toutes
les consquences qui dcou-
lent de l'exercice de ce droit?
Puisque notre Cousti'ution,
cette ieuille de papier, aurait
dit Jutes Simon, lui recon-
naissait celui-ci, il tait vi-
dent que la premire cons-
quence qu'entrant la solu-
tion du cas qui nous oc upe
tait pour Ils Secrtaire l E'al
b'terpels de lournir i leine-
n;ent les explications (!- insu-
ltas par la Chambre e poni
celle-ci la facult inco< lesta-
ge d'appicier ces exp'ica-
ons, de les juger, si vous
toiiJez, d'y app tter t d >':i
n-^t-uue ta&cUon. D I s il
11 Hait plus vrai que I
ton de l'ordre du i'
g'tnave l'et lad i >'e*
"miles assigne,
e*cs qui au! i h
"rprobation puLI
Contrairement a l\
exprime par le .su lah tiu
icolht a la sance du Grand
| Corps date du S Mai 19.il,
. nous estimons que le Sccr-
| jrire d'Etat interpel, qii esi
inflig un vole de non e i-
| fiance, 8 plus lorte raison un
i blme ou la volont de rorb
I pre tous rapports avec lui,
est tenu de dmissionner de
sa haute lonction, non point
tant parce qu'il a perdu au-
prs de l'assemble l'autori'
morale et l'iolluence grce
quoi peuvent ne point lre
compromis ou trahis les int*
rs suprieurs de la Rpu-
blique, mais parce que, s'il ne
se conformait pas au verdict
prononc contre lui, la Cham-
bre, par le relus de voler l'im-
pt, disposerait d'un moyen
srieux d'branler le gouver-
nement et de porter par l ce
dernier rpudier un colla-
borateur inds:r.ible.
En vertu de ce qui prcde,
nous pensons que le Cabinet
Kirmin-Mnos aurait mieux
lait de se retirer la suite du
vote de blme qui lui lut in-
llig; s'il avait lud cette n-
cessit, soutenu malgr tout
par l'amiti du prsident de
la Rpublique, c'est peut-tre
parce qu'il avait mconnu
uu vritable intrt Et ce qui
le prouve, c'est que l'un de
ses membres les plus consi-
drables tait oblig quelques
jours aprs de tirer sa rv-
rence, sa position tant deve-
nue intenable au sein de la
Chambre, disait il au prsi-
dent de la Rpublique, en
taisant valoir auprs de celui-
ci la lorce de cette raison
qui lui interdisait de revenir
sur la dmissiou qu'il lui re-
mettait.
La presse, comme nous
l'avons marqu au dbut de
ces lignes, avait pris uue pat
activea ces dbatsqui passion-
naieut le pays, et l'exception
d'un ou de deux qui, ayant
partag le point de vue d'i
gouvernement, le soutenaient
tant bien que ma', tous les
priodiques q u i s ditaient
daos la capitale, car le quoti-
dien n'avait point encore pris
celle extension, celle ampleur
que les exigences de l'infor-
mation se prparaient lui
douner, eei priodiques, dis-
je, lerraillaieut 1 unisson en
laveur de la Chambre, et plus
spcialement la Revue Ex
press qu'avait popularise ce
diable o'homme d'Yvon-de-
Cur Volant, notre trs sym-
pathique et distingu con-
frre Stenio Vincent, qui la
fortune rservait le redouta-
ble honneur de prsider onx
desliues de la Republique.
Maurice C. BRUN.
UNE CONFERENCE SUR LAQUES-
DES FRONTIERES
HAITIANO-UOHINICAINES
M.Mario E liuerra, directeur
du tournai &lDiiirio,t Sanlii go
. os Cebalretos, actuellt : exil en Hati, prooonci ra d
,i u ; he, .'' 10 ^ ares du M
V''
I
.
. boern
M. < m Doit
lissi s*
.in
, v \ le rotre
; entendre le conf-
rant iai dominicain.
ALIX ROY
29 annes de succs.
Propos
humides]
Un confrre a publi lu rote sui-
vante :il r l remis en nos bureaux
une enveloppe,contenkB)t si\ coupon*
Ne cnsttez pas!
LORSQUE l'incendie 3c dclare, il est trop tard
pour viter la perte des documents importants d-
poses sous clef dans un tiroir votre bureau ou
dans votre demeure.
Remplacer ces documents coterait cher et
serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
trs peu pour les protger.
Ne remettez pas demain la location d'un
Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard.
Pour deux sous par jour, vous achetez la protection.
Tetaaain OMigaiiorn Action*
Documenta Police* J'AMUrucca
Papiai Je Pimille
F21
La Banque Royale
du Canada
?XT (>
A DAMIEN
ne In I olere Nationale. Il* son t'a m
disposition de qui poarra l'identifier
comme tu riant le propritaire, Si
c'est \>)us le proprio de ces coupons
de Ri L. N., courez vite au Temps.
Mail pas comme a: les mains vides.
Il ya. pour la remise, une condition
sine d'iodiquer. L'ayant droit reprendra
ce c|in esl son bien contre une bou-
teille de RHUM sahtiii; CACHET
D'OR, la seule rcompense qu'exige
le Irvui'nir.
Pour nos coles
Les cofes'primaires de Porl
au-l'riucc sont mal logeai el
il existe de vastes locaux
construits rcemment ponr
les futures coles... de l'ree
man et qui, depuis plus d'un
an restent termes, ati grand
lonnement de tout ce monde.
Pourquoi ne pat Utiliser les
magnifiques btiments qui ont
>, i ) i la salie de billai n. I
cote beaucoup d argent a in M (| ,
la caisse publique ? Fant-il ; Dfr,.et< BHM
que les coles primaire con-
tinuent fonctionnera dans
des maisons de tortune.quand
l'Etat peut disposer de lo-
... voil que certaines falalila
M rptent avec une rgularit
vraitnc-1 frot l i le, ainsi
([u'ttn < liarrn ant di-
sons dti. Si. b en ni,
attrape, deux I main*.
l'alle 11 au re'< penne
rnvslri use irs
a Marlitsenf. qusr-
tier ont fini \ er. lia
I se m u I ( i pi i i i (te
'agrable,au point t fat
panne toujours II i se
enfin leve, on eoil no
chancei x appauttic-> n '-
son du voiainage, i i a In-
mas el marqu :*.
ches rouget, qui s'y
Iroraper, un dessm de lvrts.

k
... Toit,chaque *o\r, < I. : Q .i-
raod un pote-cotit t
lain i\i et qui, la ff it
Diousleehe rbAtaine i n
croe, ressemble i icn eut A
(uillauinc II. Le bA oua la
brHs, il n'amena lai i mit dans
eaux appropris ?
En vrit, c'est a n'y rien
comprendre. Si le Ministre de
l'Inatrudion Publique ren-
contre des ditlicults, pour*
quoi ne porte til pas la cjues
tion devant l'opinion ?
Nous reviendrons U dessus.
Aprs une pause,Mr Lirutaud
continue :
"Ne us estimons que les coles
rurales doivent contribuer ef-
fective ruent une amlioration
de l'Agriculture. Le problme
baitien est essentielloment du-
catiot nel. Le facteur le plus
important dans la production
agricole comme dans loules
les autres, c'est l'homme et
c'est surtout de la situation ma-
trielle et morale de ce dernier
que dpend fa production. On
dsire que le paysan produise
dnvan'age.Or il n'en sent pas la
nceskil, ayant trs peu de be-
soins sattstaire.C'est ('duca-
tions que nous allons demander
de crer des besoins au paysan.
A ce point de vue, nous avons
tait Chatard, prs de Plaisan-
ce, une exprience dfinitive.
Nous avons tabli.il y a quatre
ans. une terme cole suprieu-
re, fonctionnant sur la base de
l'rnternat.Nous y avons envoy
de jaunes lves ayant achev
leurs tudes primaires d?us
d autres termes coles et venant
ious de districts ruraux. L, ils
ont appris d'abord mieux vi-
vre, se mieux nourrir, se
mieux vtrr, etc. Parmi les huit
premiirs tudiants de Chtard,
il y en a sept qui vieuneut de
subir avec succs leurs examens
I Ecole Centrale d'Agriculture,
section normale.Nous allons en
taire des instituteurs ruraux et
desleimters modles qui iiont I
fi lu r d'exempte chez eux
enseignement rural obira
a uue loi semblable celle des
.ji.icas. Il lenda a remonter
la hauteur de laquelle il loin I
si df mettra a etve, les
uts soui communicants.
I e point du projet
; r.es coles tin a-
I que uous dsirons les
i p u p ii en 1er*
lOt nous a t it le re-
- de vouloir et seigner
liuie d'un | on i de vue
Motii.ei des eu:, nls gs
de lu a VA us Ce t proche
l'est aa tonde.On n'a pa. coin
pris la but de l'enseignement
a<4i tcole que nous donnons dans
dos coles pnmaires.iNous von-
ions, en instruisant les er lauts,
crer et enlrelenir cl" z oui
l'amour, le respect de l'agricnl*
ture et les y at acher lortement.
Nous avons peur qu'unp itts-
Iruction purement classique ne
les dtourne du sol. On s'est
aperu que pareille chose s'-
.tait produite dans l'Inde der-
niremert.L'n des derniers bul
lelins du Bureau international
d'Education de Genve nous a
appris que pour remdier cel
inconvnient, les autorits an-
glaises allaient adopter ce sys-
tme d'coles primaires agrico-
les.
"Partout, que ce soit dans le
commerce, I industrie on l'tgri-
culture, le besoin se teit si nlir
d'un personnel qualifi, poss-
dant une instruction complte.
Les coles techniques sont les
vritables coles de l'avenir
"C'est dans cet ordre d'ides
qu'on verra, dans un temps d-
termin, des ralisations qui,en
grande partie, seront menes
bonne fin parle semee de l'en-
seignement rural dont les buts
se poursuivront avec un inlas-
sable esprit de suite."
Nous remercions M. Liautaud
de ses intormations. Ses con-|
naissances sur li vie et les be-
soins des paysans, sur les pro-
blmes de l'enseignement ru-
ral qui demandent une solution
ratiounelle immdiate, en lont
un homme capable de rendre
de grands services au pays.
C'est le right man in the right
place. Cerveau lucide, il peut a
la lois organiser et administrer.
Nous avons lu sur son visage
la confiance, le ferme espoir en
l'avenir et une intelligenie me-
sure des ralits qur offrent plus
que des promesses.
T. A. V.
(A s u lire)
U) Voir La Iatis des i!7, 28, 80
Novembre t ' Dseeaabra 1U81.
A vendre
Une table manger avec!
tepl clinses et uue fable rou-
ante th. J
S'adresser: i
Mrs DE.vN, Kue L
POUR LA X' OLYMPIADE
o
T !> les gouvernements ont
vot ces jours-ci de tories va
leurs pour leur participation
aux jeux de Los Angeles.
A ptopos des voies et moyen
de notre quipe, voici ce qu<
nous a d;t le l'rsident du C.
O. II.
Par l'intermdiaire du Mi-
nistre Bellegarde, le Gouverne-
ment Ame>fein, ainsi que U
Comit Organisateur des Jeux
de Los Angeles,avant Confirm
l'invitation pour qu'Hati parti-
cipai aux Jeux de fa Xe Olyin
piade, le Comtl Olympique
Hatien s'est mis a fa prpara*
(ton d'une, quipe.
Aprs Us rsultats obtenus
dans les Jeux de Paris et d'Ame
lerdam. il lui est facile de trou-
ver des lments capables de
ligurer dignement dans cetle
joute internationale. Mais fa
grande question est de trouve!
les moyens de financer ce d-
placement. Seul le concours du
Gouvernemont, en Hati, a tou-
jours assui la participation
Haitienne. Par suite de la crise
mondiale, Hati subissant les
contrecoups, se trouve en'lace
d'un budget rduit. Le C.O.H. a
donc pens au moyen d obte-
nir le concours du (ionvarne*
ment sans rclamer de fonds
du trsor ; il a demand au
Gouvernement, comme on
procde en Suisse el dans d'au-
tres pays pour les uvres de
grande utilit publique, de lai
re une surchaige et une sur-
taxte limite sur notre collec-
tion de timbres-poste, qui se-
rait dnomme: Collection
Haitienne de la Xme Olym
piade .Cette surtaxe, tout en
lonrniaaanl au . o H. les vnh
et moyens ncessaire:-, : 'aftVr-
teratt en rien les vn es ordi-
naires des timbres d,- |'| lat.car
gra e aux collectionne n les
timbres olyiii(/iqut"> sert eut vi-
te enlevs Ainai serait couvi u
la con ribution du ( ouvern -
ment, le C. O. H ^e ,, .,., VM, i
par ses propres moyens t
runir sa qnote*pa
La Collection Olyn piquepoi
terait l'iracriplion Xmc Olym-
ne. Il lit e de lampe en temps sa
montre, et ds qu i COI .^ a-
t. qu'il i si dix h< i"- t; a
on chapeau < n ms > d< oa
lui, et lire .-a ri reuce
la mme rliact b'e,
qui marqua sa m i.ue.
... lui idrefse un u gard rd-
tectneiu, pour seneigaett m a*
tien.

... a vu l'autre soir, que 1 on
petit fort bien courir ppres de ux
liwes la lois, contrairement
are qu'en pense le piovetbe.
il y a a la rue Monialars, une
jeune veuve qui se c rso'e nvec.
det.x unis, deu\ emil rgele-
meut gneteux, et qui jusqu'
CCI den.iers temps,signoraieu .
grce l'horaire dii. t ( ii im-
pos chacun, pour fviief les
contusions. Or j'aulre si ir, [?
deux uvaux se renronlrren'.
Surprise de pari Cons*ei nation da II jeune vet-
ve. Il n'y el pas de Ui m| -
tant, car le lendemain eu petrt
malin, Nothk il a revu Ma-
dame foute radieuse, <|m < < u
seuil, regardait p.-!:-. cte a
cte, ses deux (bornissi ura lie*a
depuis par une amiti loyale.
qui met 'oui en eo; m t.
*

... voit que Fred ssitit avec
mpressemerl les n ou riiei oc-
casions eitre Bgn b'< ses
clenis. (^'est ainsi que dimai i le:
proi h'itn, en allant prendre som
sockistl Eldorado, ou pourra
sans se dplacer en et dre si N
r\ad o, le rsultai du tirage de
la Lo'erie Nationale. ChouetteI
Gairaud.
... voit qu' .S/e/c-.S,'./)-///i,
rentre de la Place Geflrard, la
vie se prsenie en ro-e, gice
l'excellence des coi sou ma-
tions, le charme eie la niusiqu
el de l'aimable compagnie qu'on
y trouve.

... voil qaa les jardins fleuris
de la ( (Me u'azur, se sont don-
n rend*/ vous, aux vitrine sde
pai fumerie de ''ail Aiaii.a.
Guerlain, Coiv, Houbigant, Hi-
Band, Volineux, Lenlberiea Jar-
dley, llhamel, P ver, Lubin,
rorvd. Madame, e(uelle mtrque
vous e boisira-t on pour \e;s
trennes?
piadeel ci n me ses dtvarci-
ns- sei it aussi lie leibei-
rbe par le monde spcr'il. Kl
serait vendue, comme t > > '- s
limbres.par les voies officielles.
Il va sans dire que ces timbres
ne seraient achets que par
ceux qui wndraieii contri-
buer i I ee .\ieoi\mpique.
N t i I vivement le
Pr idi ni ; i \<- Ce mi e du t.. O.
H. de celte hemenae initiative
laquelle nous souhaitons la pins
g and succs.




. u^.embie ltfjil

o MRMt

Socit Biblique et des Li-
vres Religieux d'Hati
FONDeIe 19 MARS 1885

> i
-------c
Nous ne croyons ptn pouvoir
manquer au devoir de ren
^nr la pulihc su- noir demie
Uunion du Dimanche de In
liible qui ROI lieu, COtfltD* nous
l'avions diu annonc, le 13 Oc-
I jbrf expir, le mutin
fi$\ii msaid^nte* ( >Ve >iey,
Ji iptisle et St-Paul ) d<; la G-
pit-JB).
La*Sbci/ :'> bliqun re-
prsente :'i \V siey p le If
Vice-Prsident le l)r 11. I
NoCl accomppgo du <' > !
'-on Ethart, I!
liste r>;ir FAg*n' ln
Conseiller Hcrwich I'. SSOi
* l'Kgliae St-I'iil tX M- Jii.
Dambreville an, 2 e V
Prsident et le 2ma
du Comit central, Mr Paul Bt-
ron.


Oa sait que la Socit Btblh
que s'est l .'.uours r s > v
soir pour prendre pari k cette
grande solennit dans l'un o
l'autre des '.) glises
Cette inne*ci, neai Y. roni si i.
fivec le concours des P
Turnbull, de rivalise We
ne et Robes tfarc, d II."
Uaplint", sous la prsi lem d;
Kv. Kennedy, de l'tijliae Si
Pauf. !
A (i lis. 1/2 nous avions corn-
lit h kl par le chant
u c Divine parole .
veau cantique Urt chant avec
raln par tonte l'assemble
qui se tint debout et A S hs. 1/2
. mnion avait pris lin....
11 y avait immensment de
Le Pasteur-Prsident a p^r'.
iar Valeur del Bible; l'A-
I-Gnral, Mr A. Jackson, a
c qu lajaea mots sur la
igande biblique l'trang r
et en Hati >t le Snateur Dr j j'o >cial. Vouloir loi dic-
'II est inconcevable qu'ont
puisse eu vouloir un bot
ine par le seul tait qu'il rem-
plit son devoir comme le
rclame la nature de ses tonc-
tims.On aurait trouv plus
naturel que luyant ses res-
ponsabilits il se mette au
dessous de la tche qu'attend
de lui la socit ou .le gou-
vernement. |
'Nous n'eu voulons pour'
preuve que les commentaires
qui vont leur train propos !
rdu Juge d'Instruction, Elle
Lescof.On n'hsite pas expri
: s gard des appr-
ciation* dsobligeantes -Com-
me si M. Lesot n'tait pas
oblige de s'employer par tous
les moyens que la loi met sa
tosiUon la protection de
REIESCIEStlIS
Mr Paul Sals, ses e ifunl.
et tous les autres pareuts
eiivn'i rit I expression de leur
protond.; m-ounaissance et de
eurs r'iiii rciementl infinis
tous les amis qui, en per-
sonne, par correspondance ou
par tlgiftBBOMi leur out
donn un tmoignage de sym
pathle l'occision de la mort
de leur reg etle :
Alice Ykstouchci Sals
survenue subitement a T.o
y es (Franc?), le (J novembre
1931.
dtail sur les circonstances de I l'aurait trouv de garder les
cette fi.-i prmature de notre! gourdes, si elle le dsire,
compatriote. (titre de rcompense, et de lut
lin accordant un souvenir. retourner charitablemen1,
mu son souvenir, nous J sous le voile de l'anonymat',
adressons sa laraille nos J le porteleuiile et les papiers.
trs sympathiques coudoie-1
ances. | ~
rf^i ni
Pr e-Mars a lait une importants
c : utr l'Enseignement
gleux dans In pdagogie ha-
tienne Un chai i iorm
de chacune <\< s ,' I We$-
leyenue, Baptiste et St Paul i
par le chant de irs
d BOX cantiques et 4 liilettes
ool dit, lour tour, de remar-
quables posies religieuses.
Rt province, la lete a Aie c-
lbre avec enthousiasme au
fer une ligne de
NCROLOGIE
qui iens<
que no. s reuetyusou ici
.i la Capitale et en province :
PoaT-Au-Prince
Collecte du culte du m Uin i
Wea lev eue
I Baits'c
de In! K union du soir
Gc'es. 10 00
7.78
17,78
19,70
Collecte de l'Eglise
VIN( i.
.',, de .K'i mie?
mal kl et suir: G. 90,00]
[aitien 2i,00
G. 57,48
conduite ou
l'intimider pour l'empcher
d remplir la mission confie
s u esprit de joetieeet sa
moralit c'est taire preuve de
perversit mentale.
"Il en est de mme de M.
Paul to qui, comme prlat
d'arrondissements, entend
apporter au Gouvernement
i d soit le dvouement et la
(loyaut qu'on est en droit
liom-
cette
ver-
se
monlrenl svres son gard.
C'est injuste.II laul qu'on s'ha-
bi. te A celte iiie que le ser-
viteur d'un gouvernement
quelle qU soit la Jonction
qu'il oci i e ne doit point tai-
re double je i en agissant
daus l'ombre contre celui qui
lui u donn sa confiance.
'Le t nctionnaire qui ne
partage pas !a politique du
gou 11 : meut n'a qu'unevoie
to.it indique: sa dmission.
LES INSCRIPTIONS !
tLEC MES
Premire circonseviotion j
Report Jl,>7j
2 dcembre 1931 ;218
Un rble reu, hier, de Nice
( '-'ranec ), nous annrend la
mort de Mme Vve Dr Aubry,
ci-devant Vve J. J. Chancy.
mre de Mme remanie Aubry I
Cor.icwsky, de Mrs Joseph!
Paul, Daniel et Andr. Nous
nous associons au deuil de la
lamille et lui prsealons nos
vives condolances.
Un cblogramme arriv
hier matin annonce la mort
i atlendue de notre grand
pianiste et compositeur
JUSTIN EUE
qui s'tait install depuis quel
ques annes New York.
On n'a encore reu aucun
11175
Deuxime circonscription
H e port 10,530
2 dc. 1931
Hsfldc noinaaa
u
Total
22 811
PORTEFEUtLLE PERDU
o
lac DORSINVILLE
En descendant d'uns auto
de "La Ligne" Mr Luc Dor-
i avilie a perdu mercredi
raidi un porteleuiile bleu ma-
rine qui porte ses initiales.di-
vers papiers n'ayant devaleur
que pour lui mme et une
somma en gourdes,
y 11 supplie la personne qui
tapi i" pir h) ,v> iII. i. v . ; tic
sjctiSaje (mhldistenmtit :
3 BRULURES CftAMftS
ACIDITS ^i:.2T0MAC
ULCRE GASTRIQUES
3 COItfiESW^ ** FOiE
digesiumi fLnibl
Proilutt v v cowiaws
7, a?. Cjnjtant-Cfl'pdi*. i AXIS 7*
KM w.v;a *
', />,y :! -' PUMMf A des Gohflives
8,u0
Sona n verae U l \i Lgent'Garal
pour torrneruti chiflre rond
.Ll Comit
v,v?. nent
Agences
encore un
'central r i a
le> Ealise ; -t I
qui nous o it
ine lois une
mesure de i intrt qu' dles por<
tenta notre tlvavreen dtresi ..
Que Dieu le leur rend i !...
*
Comme suite ce compte>
rendu, nous publieria le plus
tt possible celui de la solen-
nit tenue a l'Eglise Vesleyeq-
ne au Cap-Haitien en regrettant
G- 123,00
G. 1 W,48
g la
(Gde?. ntiftO
.le J 'is ne ^puissions publier
liaeeara de Mr Alain Cl-

Echos
o
Notre centrera / Appel in
tonne que M. Lys La..irtue.cau
didal la dputaticu aux Go
naive, ayant voulu suosttatre
frauduleusement les registn
d'inscription a t airil et set;!
dtr au juge d'insti uction.
MM. Saturnin V in,cois el
Ernest Lescoulla:r, \ isident
secrtaire de l'Union Econo-
mique de la Solidan des Ou-
vriers d'Hati, ont t appels
au Parquet avant-hit r.
11 tombe, depuis Jeux se-
maines, de toiles pli i a dans le
Nord. Le* roules sont dloo
et la rcolte de cal p irait me-
nace.
Deux employs de l'Admi-
nistration Gnrale des Contri
butions, MM. Christi: a Durai) I
et Maurice Habau, c i ont t
renvoys pour raisoi d'cono-
mie.
Le Dme tirage de la L< -
terie Natinr.ale aura I u aj' i -
atemain dimanche 6 dcembre.
Demain soir, Haitnin ,
aura lieu le grand con rt qu'o
Irent au public afellea ''lmem i
Chraquit, George t'a Molire
Marie Mose, violoiiis'.'', violoi.-
cellisle et pianiste. Aacua aman
de l'art, de la bonne musique el
le .lrmie ft les aotres qui
il'- prononce aarc) pardft,
i celai de Mr Edgard
S' i qm fait aux Gonaives
ce ivre modeste et coris-
le.
Poil au Prince, le l.S Novem<
1031.
L'Agent Gnral :
A. Jackson
r)u bon got ne fondra y n.
quer.
A Cin-Varits, dimanche
0 dcembre, la Jroupe de La
R taiasance rejouera Ua
D iei sous Blanchelaiide ", le
ai and drame historique de
Li uUuid Efhart. Belle soire
pective.
On B g laie de grandes inon-
i Do-
apin rg i d (!e Santiago
Idi i o : Caballeros.
SB -*m Mui CE QUE DISENT
L'Opini )N. Sous ce litre
La hommes du devoir m
htre couJi re publie :
a beaucoup taire i
'on oarvjenne '
11 Nocveluste:
"l'.nions iranc... Nous en
i\o.)scu l'envie ma in tes lois...
Mais la consigne que r.ous
avions reue de notre Direc-
teur, cngag.tle baisse,dana
la c.o)page tde-lorale.tait de
roi lier.
".Nous avons donc ronfl,et
o aurions probablement
: cette nliiii.de.n elail-ce
le coup de clairon de "L'Ap-
pel4.
* Pi J ns franc...? Oui, un
peu. Quand M. Fred. Duvi-
gneaud \>- it position d ius la
camp i^iie lectorale, pous le
plaignmes lis sincrement,
el pour des laisons divertes.
"Qu'allait il cberciiar vrai
il bus cette galeee. cet
ii mm.' jeune, ardent, loyal,
dont l'un de-j principaux 0e-
l uts, hlas! I rea de souplesse
pour voluer habilement en-
tre ia souj noi! i r e des uns et
la : U; idi" utr< ..'.'Quinze
. ; i :oi e l regime
de ... lonvi ntiod, r ne partic'i-
i ion eCfective, mteiligente
et bonnle aux rcents v"
m meiiis qui aV
r du 18 novi m-
bre D.i.jnt l'A^sciiibUedei
legus d Ai ioit.li- :. uuent
(a direction des opra lions
loraies closes par la belle
mrne du 11 lobre^n 'aient
i i de lui un leader potittafoe
i de ti us.
En lace des adversaires
'futile belle foice utiliser !
Preuve
de bon sens...
il y
pour que l'on parvienne
bangerla fausse conception l' ";' rrrura
qui prva il jusqu'ici dans * \'-\ lu c ;
i, ; ceui poliuques. La
plainte des reeponsabiliia, |V',
l'intolrance vis-a- isdesjopi-
lions contraires, le parti-pris
tl la passion l'absence pus
(| ia totale du sentiment du
.voir... tel semble lre le
ciit rmm de certains hommes
gronpe politique.
Son i
oie; 11 ron nje ai
ivi r'. < Ile : \ .il d. j:" prh do
Crj e Chine toprieur \>ovr
i
Paul E. Auxilf*
lui offrit on Eventai! en \ '< ose
bl s.
Le lliiiiii Ba
AYEZ TOUJOURS CHEZ VOUS
LES PRODUITS LACTS
.
lii. 0
l
Lait condens,Lait strilis,
Lait en poudre
pour prparer des djeuners complets en
30 secondes par simple addition d'eau
} e nom ESBENSEN est un cachet de
ci nantie.. La marque ESBENSEN se
vendant beaucoup, les stocks sont sou-
vent renouvels,avec des produits tou-
jours frais.
Nourrissons, convalescents, vieillards,
pour |qui il st recommand du lait
non-poli ne, sont srs de trouver dans
les produits ESBENSEN un aliment
sain, qui permet de ragir contre les
pertes deTotcj misme.
Adoptez qalement pour le premier
repas du malin le beurre de table ES-
BENSEN, de aot exquis, i ecomman-
dable pour ses qualits nuti itives,assi-
nniables.Indispensable aux sportsmen.
EN VENTE DANS TOUTES TES BONNES MAISONS D'ALIMENTATION. '
Dont la renomme'est universelle a gard sa premire place'
Demander partout :
,\ HARBANCOtJIlT
tieoi :Rua des Csar
A.
H4.i.'


:

a

-
i m :
! :#
en ferblanc de 100/1 oints, cjurfeSO/,
20-3 1/2 lbs 10/1 gallon & 5 gallons, est
la meilleure huile pour la cuisine et la
table.
est l'aliment prfr des enfants."
x\ vente dans lou es les bonnes picc
ries de la Rpublicuie.
Pour commande s'adresser
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & C .
Aqents de CORN PRODUTS
REFINING Cl) New-York.
orur
U

m V( Mi*
haud, M le ni laire bnuis
Michaod, \' r t : -, V.
Ci mea i '..
Ile Phi uh io iwh i. ;. m
\ J'.uil Miclmn I. Molles M nie
I < \ Eugnie MIchand,Monsieur
Kdmond Michand ren en lent
i ieo suii ( i\ !,, ri eud
l're Balinwei h. !n Srinii:nr e
Toile ; SI M le cur de
Ste Ain eja Maiso i F,. Preetz-
mann Aggerbolm & !o., I s
polaires li Pvsquier, Ed. K-
iujI, L.ViUvwroay, Mr Dumnsse
Pierre Louis, Directeur du
journal l'Opinion , le juge
Lon f ahens ei Ions les ni
hesumisde la Capitale et de la
Province qui leur oui dmn
ciis preuves de symoalhiei
la moi t de li ur
li reg el :
gNOl Hei i;v MICII-UJI).
I ' ' e beap ; a
e* In d l I !0n em<
brfl roura f el lea prient d i
rroire li ur vire gralitnde'
Pi r an-Prince, le 3<) uov-
1931,
CHANGE
DE
,.,,...
AVJS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Steamship Line a l'avantage d'an-
tioncer les dparts suivants de New York pour port-au-printe
Hati, directement, duraut le mois de Dcembre 1931 :
Dparts de New \ ork. Arrivages Port au-Grince.
Steamer c Guayaquil le 1er dcembre 11)151 le 7 dc.1931.
&\S Cristobal le 8 dcembre
S/S Buenaventura 15 dc. 1931
Steamer Ancou le 22 dcembre
R!llil>ll!IIII![|lll!lllll!IIIIIIHHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIU
La MDICATION par les GLANDES
ie 13 dcembre 1931
le 21 dcembre
le 27 dcembre 1931.
X
3
S
>
=3
O
D,
E
Panama Hailroad .Steaiupshp Line
Jas H- C VAN REED
Agent Gnral
CD.
3"
o
ex
es
CD
CD
Gult Pacific Mail Line Ltd
l San Francisco, U S.A.
Le steamer^ Point Fermin ayant laiss Portland (Floride*
le 17 du courant est atlcndu Port au Prince le23 dcembre
via Vancouver.Seattle, (l-iklaud Alumcda,Los Angeles. Puerto
Columbia, Kingston et continuera le mme jour pour Tara
pico, Florida, prenant Irt et passagers.
Le'steamer Point Sur devaut laisser Portland le 20
dcemhre 1931, est aiundu Pori au Prince le 2( janvier
1932, via Vanconver,Sealtle,Oakland Alameda.San Francisco,
Los Angeles, Puerlo Colombie Kingston et repartira le
mme jour pour Tarn pico, Florida, prenant trt et passagers.
Port au Prince, le 27 novembre 1931,
A. deMATTEIS Co.
Agents Gnraux pour Hati.
Le'GLANDOPHILE"
est un titrait de gjaadss fraches
d'animaux slectionns parmi 1rs
espce! les plus vigoureuses ; son
emploi se conseille clans l-s cas survants :
Les troubles nerveux, la dpression
physique et morale, la vieillesse pr-
coce. C'est le produit de choix rions
tous les cas d'Impuissance sexuelle
tant chez l'homme que chez la femme.
l'.ir ion ictton rapide si durable sur
IVnvinlilr le toutes les fondions, I*
"OI.ANMiPHU.I"constitue | rpa-
rateur le plus nergique dont l'ac-
tion se traduit par un rajeunissement
total cli' l'organisme.
Le "GLANDOPHILE"
ne contient aucun produit toxique
et peut tre pris par TOUT LE MONDE :
entants, adultes et vieillards dos 'J MXSI.
Demandez donc le "QL ANDOPHILE :
H pour l'homme ou F pour la femme.
*'"tlce gratuite et vente i
P.SfiJOURN-W. HUCII, Port-au-Prince
Si dans TOUTES les lionnes pharmacies
Siuli distnbutiuri : A. THOMAS & C
15. Rue Martel. PARIS
Ln maison Vive IX f Ci:
Dix.M v\ -s- le public el e
commerce qu' paiijr dj 1er
dcembre 1931, sa maison de
corn m rce lei b Iran lre
daus la b Ile am enn1 n eut
occupe par le Socit d'im-
poi latioa l iurale.rue ioune
Foi.
Port-au IVince.le 30 nov m
bre 1931.
POUR RIRE EU SOCIL
Drmtaim U r<*-(lMii t *ois d
Nms. IMmi< Kswe. i'itiiMgi
Utioo, Mo1cm. Ch.awma, Sis..
Sir. la tsirt I'ip. I,pn:-yi <
i araar (nvo)M a haauttmbrss
RIRS PARISIBN. tes. . osa
POiSSONMIKR !>AI.S S"
A
01:
EUE POIK
et1 deux ir.olo nr le-
PILULES ORIENTALES
l:< iculesqui direloppci raf*
Icrmissrnt, rtconsniucoi la
tciii, effacent les saillie
ci Jet paule, et donnent ta
busie un gracieux eaioo..point
S Blfnt:ilsais:,3 peut la sanls.
Approuver par In ctltbrittt rtJtcjtm
h**rn n".ts.n.i,vEtuV;-*'.r\n
A for, r-b" At.nrtc :i .
et imj.c -'iiiUipLarina.!,*
LE SENATEUR SHOOT RECOM-
MANDE L'AUGMENTATION
DES IMPOTS
Washington, 18 novembre.
Le colonel Charles A. L/ndbergh
8 rendu visite M. Dino Gran-
di, minislre des alfairei trang-
res d'Italie, aussil aprs .on
arrive Bolliog 1 ield. Il ve-
nait de New York et se rend
ftfiani.
M. Smoot, pu'sident de la
commission des flnancea du S-
nai, porte-voix de l'administra-
tion dans les questions de recet-
tes, a recommand l'augmen-
tation de i*imp6t .ur le revenu
et l'tablissement d'une laxed-
vente sur certains objets.
Pendant le mois d'octobre,
la balance commerciale a l
trs !. v rable. Les e*xportu!ion
ont attemi Or 205 millions el
les importations Or lfc'J millions.
PETE BROWN
RUE BONNE FOI
t Li,lu,lminin RABAIS 500/0
600 paires de souliers tran-
qeis pour clames
Ancien prl Or 6.-
Prix (tcluel 3.-
300 Paires rie chaussure*
trangres pour hommes
Ancien prix Or 8.-,
Prix actuel 4.-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Oi 3.-
Prix aclue 1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et Dcembre.
LE PREMIER RANG
Soutenue par ses nomb nts \ qui elle donne
toute satisfaction, a ion a prix le premier rang.
L* STATION BOUGE
i^GASOLINE; HUILE.) 406, Rue Pave.
l il
m
Cinc-laldv
CE SOIlt
Pour la dernire lois :
Pana me
rve [\uth Weyher, Jaque Calelain et Charles Vanel.
Entre : 1,00 { Balcon : 2,00.
DIMANCHE
A 8IJ1URES
Une clbre oprette viennoise indite et une] intrigue sinon*
k ose passionne :
L'Archiduc Jean
ave .'v i i U uni 11 [go Syin.
Entre : -, .'*, 1 gourdes.
MnaVMHS
\ijmor*rmnmrtm mr^M---mMa>..lFM>^^m. -a***Si**., *J*tv ;m-.-mnN-.',j'*mmemmvi tal-imiH,1^ araiO
^^0BBtwxrv*iKit'***mmmtmBmmHpmrirtm \
ifi m, is ' EX ? A.r.1 H -
-;
Une des plus fortes,COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
>v
Toutes les Polices
DE LA
comprennent la Protection contre 'a
Foudre sans auqm ntation de taux
sas-*'-
-^r. ***.
BJMHsM
-M i
>
rg.LeBoswCo i
( Aqents f .raux J



Vendredi
4 Dcembre 1931
Le Matin
4 PAGBt
2neme ANNEE N 7547
Port au-Prince
Tl plume : 2242
uni
r.xii

Panama Railroad Steamship Line
Service de frl ei de passagers en Ire
Angleterre '
Jb cosse
*J France
et
I
Mrs. G. W. SHEDON & C 17, James Street, LiverI'Ool, Engl.\> i> '
THE FOLLOW1NG ARE OUK AGENTS AT PRINCIPAL PORTS IN EUROPE:
ENGLAN1), SCOTLAND. FRANCE.
'.I la uii ; V. A l .. ) | M : .
&. 17, James Street. Liverpool, Englann
La France, Mesara G. W. Sheldon & Co, are reprsente! by the tollovving'
Plus rapide et plus direct service de transport de passages et du fret entre Uaiti
les ports Europens.vi New York.et Crislobal, Canal Zone, Isthme de Panama.
ports
Voici la lis!e"de nos agents pour Ici i riucipeaux fporl de l'Europe :
V
Gi.ki.ati.y HENKEYACO
21 Rue de la Rpublique
M ri se il le.
Ilerru Prou & ( o, Ltd.
,">3 Quai Georges V.
Havre.
Hernu Prou & Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Boulogne sur Mer.
Mettra A. Bbndix & Co,
R21. Allengade, Copenhague.
Osi.o, Nokway.
Intel national
Speditionsselkap Orfo.
MM. Atlantic Freight Corpn
Dallinhaus, Ilamburg I.
Gei ni a uy!
Messrs Atlantic Freight
Corporation
Germany
Messrs Atlantic Freight
: Corpn.,
r 21 QuaJ ..'ordaens,
Antwerp\Beleium
!
Iernu I'f.hon & Cie Ltd
95 Rue des Maria,
Paris.
Hr.KM Peron& Co Ltd.,
Rue de Tranquillit.
Dunkerque.
Hernu Peron & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
1 Bordeaux,
Gknoe, Italy.
Messrs Henry Coe & Ci.erif
Pia//a S. Matteo.N0 15Ge;ier
Gottbnburo, Sweden, t
Nordisk Express.
[ Cothenburg.
Messrs Atlaltic Freight
Coup n.
Kon Emmaplein
Rotterdam Hollande
Messrs Stermann & Co
ALUMINUM LINE
Dparts de.'New Orlans et Mobile pour Port au Prince Ports Sud Hatiens
Santo Domingo et Mauarho.
Porta Dparti Dcembre D
New Orlans, La 1er dc. 29 dcembre
Mobile, Ala S dcembre 31 dcembre
Port au Prince[(arriv) 10 dc. /
Petit Gove ( arriv ) 12 dc.
Aux Cayes ( arriv ) 12 dc.
Jacmel ( arriv ; 11 dc.
Santo Dgo City 16 (\ci.\
San Pedro de M. 17 dee.
Macaraibo Ven. 20\dec.
pinvier
janvier
janvier
janvier
janvier
14 janvier
)7 janvier
il
11
13
parla Janvier
2b lanvier
2 janvier
i [fvrier
(i lvrier
'i lvrier
J8 lvrier
10 fvrier
11 fvrier
14 lvrier
Dparts Fvrier
23 lvrier 1932 '
25 lvrier 1932
3 mars' 1932
5 mars 1932
5 mais 1932
7 mars 1932
9 mars 1932
10 mars 1934
13 murs 1932
Dparts de New Orlans et Mobile pour Port au Prince loi ta du Nord Heliens
Santo Domingo et liocereibo.
Ports Dparts Dcembre
New Orlans. La. dpart l dcembre 1931
Mobile Ala, La dpari 17 dcembre
Port au Prince, ( arrive ) 24 dcembre
Cap Hatien arrive ) 26 dcembre
Puerto Plata (arri ir )
San Pedro de Macoris
Sauto Domiugo R. D.
Macarabo, Vin.
27 dcembre
29 dcembre
30 dcimbre
2 janvier
Port-au-Prince, le 27 novembre 1931
Pour lous le* autres renaeignementa 'adresser Mcssje
A. De iiATTEIS & Co, Agents G
Dparta Janvier
12 janvier
14 j un
21 janvier
23 janvii r
24 janvier
26 janvier
27 janvif r
30 janvier
Dparts Fvrier
H lvrier 1932
11 lvrier 1932
1S lvrier 1932
20 lvrier 1932
21 lvrier 1932
3 (viier 1992
24 lvrier 1932
27 lvrier 1932
urs
ur-iux.


e
Cachet Mirga
.intinvrnllquc
luip" ii en <" 'l'Mic's minute Fivre, Grippe, Migraine,
Rhumatisme Mdicament de choix toujour* efjtcact tt tan
binyer. Bnltei 'le! et 12 rachets. En vente dan touleshonneI'h,,
Uboratoire.l-jDocteur OIRAUD.Pk.nn.ci.i LYON Ol'I.LINS(FrMC)
\)t\*: j l-ort- eu-prlnc* : i harmacic lil'CH.
Aw-arrz-rop contre arcidj-n'
.* Ij. C*>p*rl Accule ni f-'ire
l.ilr Astsr?nie Corporation Li
mt'ed Vve F. Berminpha 0
Agert GfD^rat Donr Hati.
M0SCAT0 PASSIT0
ano
r--
Passif
INCOMPARABLE VIN
DE DESSERT
A. de MATTEIS & C,
AGENTS GNRAUX
* Le Purgatif ir'al1
c'est la M
|-lLLCLEdD^UfflOT
147, Rue du Faub. St-Denis, Paris J
Facile a prenc're.
Ne nccerailanl auc.-n prparai*.
M m provoque jrazis de dcfol. I
Suppriment la d'.lle-,
tlle 03 dtbilite pas |c malade.
NWfeUl pas de repo. i I. chambre, i
elle ne cause bbbbm perte de lenps.
fluj :... -, Ir.u, ^ Imilare,
jelleej | ..^^i.mt-ksciw.
DOSE | n-'~---. i 3 P.lule.
JUVE, 1 FM
1 K
Lykes Brotheis SS Co hic.
T. xas Hati Santo Domingo- Rlc3 Porto
| e (rf entre les ports du (jolie nu Texas diucieineut avec
Port-au-Prince, Maiti.
Pour ht rrrpt on rapide el le maniement habile de \m
Iroportatioi s, seivez vous toujours des navires de .'* LYwS
UNE.
Lea preehainea arriv^eaa P< rt-au-Frince sort-
i fiiiL
Steaan r < TilUe l.yk *
S/S Mai; arei \kes>
vle.nner Ruili Lvkesi
Sliamei lieiu vive Lykcs
Steamer Aimeria Lykef
l rlten bte 1W1
11 dcembre 1931
18 dcembre 1931
23 dcembre llJ.>2
1er janvier 1992
Cureau : Rue du Magasin del'Ha., Boite lcstale B
L
Le sli nmrr 1 Guovaquil est I
attendu For'*ac-Prince, ve.
n;mt de New Vo k le lundi /
dcemlxe 1931, avee:96 sacs
de correspondance et partira
le mme jour pour Cristobal,
Canal Z me direciement, pre-
nant \ Port an-Prince, le 3 dc.
1931.
J;s H.C. VAN'REED
Agen'-gnral
VOSGES
(France)
VITTEL
GRANDE SOURCE
-^i=- ..CTION LECTIVE SUR LE REIN ______^j
Cure complte de l'ARTHRITISME
Saison du 20 Mal au 25 Septembre
courses runis OOLF POLO th*a**f osiko
PARO SPOIAL POUR LES ENFANTS^
* Train directe) l PARIS (Oare le 1-BatO h VITTEl.
En vente danil le i.rtnnpalm Pharmaci, Drogiurim et Mations M'AHm^^g^,
ASSUBEZ-VOUS
la
General Accident Fire & Li
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrth ( Scotlnnd )
Lir ttt GENEBAL a est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le solei! ne se couche jamais sur sou champ d'action qni embrasse le.
monde
Ses.Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre
Ses Polices pour Auoi>; b les couvrent vols, incendie, malveillpnce. dommages
causs autrui dans s;< perst i ne ou dans ses biens.
Ses Polices Mariiiu.es en ises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre ai : ts sont valables dans lunivers entier. Tous les yoya-
Seurs devraiei.' donc pren Ire la prcaution de se munir d'une police contre accidenta
'an moins 40C dollar s. la prime annuelle n'tant que de t/2 /' soit 20 dollars L'. C.
Veuve F. BEHM1NGHAM, AuxCave^
SOUSAGENTS
i,
f _
e Agent Gnral pour Uaiti.
Fort-an -frire_. IG. I
JEAN BLANCHETJrmie
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Le Rh m Sarthe
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui tait son arme.
GOUTEZ ET COMPABVZ!
ri


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs