Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03782
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 2, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03782

Full Text
r

r
l�ment Maqloire
DIRECTEUR
1358 RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N�2242
Tout passe ; I, tpace el le temps absorbent
beaufit jeunetse, amour, gloire et n�nie : la
viehunvut t nest r.en, ht mort pus davantage.
Aimez ou I."'�>��: fou�Hsrz ou �ouflret. admires
on insult : w'u i i montez n ij a ni grututSf ni petits, ni beaux, ni laids :
I infini est indiff�rent, l Indiff�rence eut infinie.
Hector BERLIOZ
25�me ANNEE N� 7545
nm�-aimmwmmLi-zr*�T*-'ar ,�**
FORT-A�J-PEiNCF( HA�TI )
MERCREDI 2 DECEMBRE 1931
VIEUX SOUVENIRS...
�: MM
ca�O-'a� '.t _"
�O �
( \ uir le num�ro d'hier ).
II

Les hommes de notre g�n�-
ntion se souviennent de cette
^ance taaieuse qui dura
toute une journ�e, et dans
uelle la passion la plus ar-
dente ne cessa de vibrer.
Dans la matin�e du 4 Juin
1897, la loule.sous l'impulsion
d'ooe curiosit� fr�n�tique,en
uhit le local du Pala!s l�gis-
latif dont elle obstrue toutes
Jes ouvertures, mais impuis-
mte � aller au-del�, elle est
tbl�g�e de se relouer dons
immense cour de l'�difice
o� elle se r�pand.
Confondu dans les flots
pn� cesse renouvel�s de cette
mer �trange, j'essaie d'y jouer
des cor.des, j'y �louftp. �ocom
pagn� de quelques ami< aui
ont eu la chance de ne point
me prrj-e de vue, jech* relie
i me placer pr� de I'u� e des
ien�ti es dont sout perc�es les
la�a'lrs du dit Icvnl, et j'y par-
viens au pi ix de mille difli-
cult�s. C'est l� que, durant six
longues heures dont je n au-
rai point senti le leut �coule-
�eut, j'entendrai successive-
ment avec plaisir on indifl�.
rence les paroles enflamm�es
des d�put�s Dartiguenave, Du-
vivier, Ducasse Pierre Louis
el Charles Heuraux qui sou-
tiennent riuterpel'ation, et
que je tressaillirai aux r�-
pliques luriboudes des Fir-
min, M�nos et Douyon.
Le d�put� Dartiguenave�
dont j'ai ou� vanter les m�-
rites et qui ne m'est point
sympathique, car je suis un
leroce admirateur de Firmin
tt de M�nos, lait cependant
iur mes vingt ans un d�cisil
et magnifique eflet: je pense
nue cet homme doit �tre a'ro�
fii d�lest� instantan�mpnt.en
eriu de la loi des affinit�s
Hectives L'originalit� de cette
t�te magistrale aux traits net.
ement accus�s est le point de
mire de mes regards. Darti-
guenave somme donc le Se-
cr�taire d'Etat de l'Int�rieur
Val�rius Douyon d'avoir �
^expliquer sur quatre ordon-
nances �mises par ce haut
lonctionnaire en laveur de
chacun de ses coll�gues, or-
donnances dont le montant
j'�l�ve � la somme de huit
mille gourdes, dont la sortie
illciiale
Ant�nor Firmin, ce concito-
yen pro�minent dont je ni*
gnore point la probit� et les
lumi�res abondantes. Mou bH.
miration s'appr�te � recueillir
la beaut� des paiolesqui vont
tomber de ces l�vres sup�>
rieures.
De l'endroit o� je suis, je
ne puis attraper que |e� mem-
bres de phrase suivants:
� Chambre de 1876 qui comp-
tait dans sou sein tant d'hnm
mes remarquables �, c Ed-
mond Paul w, i R�volution
fran�aise�,iMirabeau�, �L'Ar
moire de ter�...
Gr�ce � un apaisement
sensible des rumeurs dans
l'auditoire, je re�ois la pl�ni-
tude des paroles prononc�es
par le Secr�taire d Etat don�
il m'est donn� d'appr�cier le
brun et le l��yal visage.etdont
la tenue �l�gmte t�moigne
d'un souci m�ticuleux de sa
personne. Ant�nor Firmin
continue, d�clarant qu'il s'est
trouv� un homme pour d�.
noncer la grande pr�varica-
tion du Cabinet du 17 D�cem-
bre: cet homme, c'est le d�-
put� Sudre Dartiguenave
idont les yeux brillent plus
que la parole. � Correc-
tion parfaite de la gestion des
deniers publics par le Secr�-
taire d'Etat qui, depuis plus
de vingt ans occupe des fonc-
tions pcmetiant de s'enrichir
pour peu que l'on soi* mal-
honn�te, discussion d'une ob
jection de l'adversaire que
chacun des ministres devait
�mettre une ordonnance sur
le budget de son d�partement,
alors qu'il est certain que ce
n'est que dans le budget du
d�partement de l'Int�rieur
que figure une allocation pour
trais de tourc�e, distinction
eutre une d�pense extraordi-
naire et une d�pense ordiuai-
re, mise en demeure laite �
l'interpellateur de signaler en
quoi ces ordonnances ne vont
pas justifi�es, rappel d'une
vieille loi de 18 5 qui accor-
de des trais de tourn�e: 1�
Secr�taire d'Etat des Finances
s'�tend sur tous ces points de
mani�re � ne laisser flotter
aucun doute dans l'esprit de
l'auditoire, et sur le bruit in-
Chambre est
[Propos
humides
qui�tant que la
rev�t lei Proportions r�solue � infliger un bl�me
fuS" intol�rable d�fi c par ce au Cabinet, il cite l'aventure
ttmns de mis�:e sans p reille de ce pauvre h�re qui, 'on-
nTnons��eint�. Le Secr�- t.aiut�compara�tre devan un
taire d'Etat qui a du bambou |nge sous le gouvernement de
la l�g�ret� et la solidit�, et
dont ta voix raisonne malai-
s�ment, batouille en agitant
sans cesse un papier qu il
lient entre le pouce et 1 index:
cette aflaire n'a point ^im-
portance que l'on pr�tend lui
donner; si ces ordonnances
oct �t� �mises par son d�par-
tement, elles ne Font �t� qu en
vie d'une tourn�e que se pro-
posait de taire le pr�sident de
la R�publique dans quelques
localit�s du Nord afin de
montrer aux populations de
ces int�ressantes r�gions les
nouveaux collaborateurs qu il 1
l'�tait choisis: du reste elles
s'ou�r oint �t� touch�e*, et si
�ne modique valeur a du �tre
tiice de l'une d'elles, �a �t�
peur comm�morer les ono,I"
Insaires des 30 Mors et
M i derniers.
Boyer, ne put en obtenir gain
de cause, parce que ce juge
avait d�cid� de le condamner,
et qu'en signe de l'irr�vocabi
lit� de cette d�cision, il avait
baiss� sou gros pouce sur l'ar-
ticle ituer a pour ne plus
l'en d�placer.
J'applaudis � tout casser �
ceite p�roraison que je trouve
incompaiable, la jeunesse n'�-
tant point difiieile sur la cause
le ses enthousiasmes et les
prodiguant � plaisir.
Dartiguenave,pour balouer
ce discours, rem .nte � la tri-
bune: il s'y montre gouail -
leur, ironique, insoleut � sou
hait, s'y moque du liera on
du quart, malm�ne l'auteur
il i L'Egalit� des races hu-
maines,� de cet ouvrage qo'il
croit suspect, et ':�-
..i i aud uieusement sous l'o-
cr�taire d Etat des Finances, a
l'occasion de uuoi se produit
"n incident q^ n'a Pr!r' mue. .. heure s:�
*>ir pour la pienii�re lois
AUX
29 ann�es
ROY
de succ�s.
�o -
In ;ms de PU. s. s. II. publi�
dans un jauni' .i fort intrigu�. Le
k�ap*r*t\. i i�
tismeqoi les fl toujours res*- ' !?v� l:' ''"' ;"M| ' le �sot '!"'� "sent -
� , � � i . i ,. , ils r,e s.inl ivis iiotnlii-cii\ �In le iviiri
serres a leur insu.les Stimule ,,,,s journaux. l'�nigmaUque avlij
� lutter pour le triomphe du ayant paru. J'ai su de quoi il ru
bien : destruction des abus, "JowaaU. [ e pr�sident de la com-
respect des deniers publics,
restitution prochaine � la iw
lion de sf-s dioita rnis, prin-
cipalemeut de ses liber tel �l <
toi aies. Comment, anim� de
sentiment de ea d gnile et rio
son honneur, el tenant d'une
fa�on toute Sp�ciale � la con-
servation de ces biens pr�-
cieux, le Cabinet aurait-il pu
se rendre coupable de con-
cussion ? Comme tous ceux
que �a haine aveugle accable,
sa ni les emp�cher de faire
leur devoir, le secr�taire d'K-
tat a connu l'�pre exil, victime
vie celle politique �troite a
laquelle Faisait allusion tout
a l'heure sou coll�gue des
Finances.
Sur la terre �trang�re, son
o gueil d'Ha�tien a �t� sou-
.ans a la plus rude �preuve :
l� il a compar� avec le tableau
de naine que lui offrait sou
i ; orlun� pays le spectacle le
prosp�rit� et de bonheur qu'il
avait sens les y mx. et sous
l'influence de cette .i.stiuc-
tiou humiliante.il s'est p�n�-
tr� de la n�cessit� qu'il y au-
rait � abjurer tous projets
�goisles, tontes mesquines
passions, � d�pouiller en un
mot ceite d�lroque traditio i
neile s ma laquelle ii � st im-
possible de marcher vers l'a-
venir, vers le beau, vers
l'id�al.
Maurice C. BU UN
(A suivre)
mission de foot bail, spoilsman an-
se, avait Invit� lai eapitainaa des
clubs susdits � vider avec lui nu pe-
tit verre do RHUM SARTHE C.*-
CHET D'OR, la produit national
record.
LE NOUVEAU CHEF DE LU
E DE LU GARDE D'HA�TI
�o�
< oioi t >xlucl:�la commission de Pool
t hall invite les capitaine* du Ra :ln
i de la Violette, de la Jeunesse, du St-
irge*, des C t lets de la 0. d'il, et
=^^=^^ii i (*u Melbourne � une imnortanle!r�n�
������^��^��a j n ion �n l'are Le�on te � cinq henre*
. j � i i Cl'' apa� -midi. � C. i vous a un petit
ie ramasse la poignard et je le ce jour o� le lien du pattio-! u�rinyat�rieiix.Kt c'est cequlaaon-i
lui remets dsne b main.� tisnieqni les s toujours rc:- |fv*l;l curioait� de ceua qui lisent-J
Grand ncteor dnna cetje1
sc�ne parleiuenlaire que notre
souvenir replace sous r.os
yeux attendris, le d�put� Du-
vivier s'attache � laire un
mauvais sort ai Cabinet ou
plui�t � Firmin qu'il punit
ha|r cor tiiilemeul, mais lus
traits b. bel�s qu'il lui l;�nce
ne portent point, �mouss�s
par le tapage �nlernal que luit
l'auditoire.
Celapage se calme subite-
ment � l'appui ilion du Secr�-
taire d'�tat de la Justice � la
tribune, Muilte Solon M�nos,
qu'accueillent la bienveillance
et la laveur du public. M�nos
est connu comme ayant une
langue excessivement pendue
el une phrase d�licieusement
litt�raire. Aussi tes premiers
mots de sa harangue sont ils
couverts de chaleureux ap-
plaudissements.
Le secr�taire d'Etat expese
la situation pleiue de p�ril
qu'avait tuile au pays la mort
soudaine du a�n�ral Hyp-
poluc et qu�tait venue d�-
nouer l'�lection du g�n�ral
Sam, la terrible crise commer
eiale et linaci�re qui en �tait
r�sult�e et qui, ne lansmt
point indiff�rent ce deruier,
l'avait press� de taire choix
du cabinet qui a 1 honneur de
se pr�senter de vaut les Chu m
lires.
Que si quelques-uns des
membres de ce eabiuet.� uue
autre �poque, oui pu se m�-
conna�tre be combattre.appar-
teuant � des camps oppos�s,
il n'en est plus de m�me en
NotreffroM-l nvsicie i ' iccldf
Jeaofy ayant c'e, apr�s nne
longne el glorieuse carri�re,
mis � |i retrait^, le nremler
Ueutenant Lee Jean-Baptiste
a �t� nomm� Chef d? la mu-
sique de la Garde d'I.ii'i.
Le second lieoten ml �ma�l
Viilenlin en a �t� noui'iic
sous-chet.
En saluant le djttparl d'Oc-
cide q-ii si I ingleropa a dirig�
notre prtnc�pil orchestre avec
la comp�tence et l'autorit�
qu'o� sait, nous nr�svntmis
nos vives f�licitations au lieu-
fpii>i I � >r,�f� �n'is'e oui� von ;
talent a d�sign� pour le poste
rinj vient de lui �tre confi�.
Tons nos romn|�m�nts �gale*
mon' su nouveau sous chef
Ism-� Valentin.
[
A DAMIEN
(l
IV
Nous ptn�trona sas services J sur ce point que c'eit la pre�
de l'Enseignement rural dont I mi�.re lois dans I hialoira de
MM. Andr� Liautaud et Maurice
Da1 ligue sont les chets. En l'ab-
aeace de ce dernier, Mr Andr�
Liautaud se met obligeamment
� notre disposition.
Andr� Liautaud, n� le 1er Oc-
tobre lttOG. a tait ses �tudes �
Si Louis de Gonzague. a suivi
pendant un an et demi les cours
de l'Ecole Centrale, pass� une
ann�e compl�te � l'Universit�
de Columbia el poss�de le titre
de bachelier es sciences en �du-
cation. Il travaille � l'E^blisse-
ment depoia Janvier 1920.
l'Instruction Publique m Ha�ti
qu'un pareil travail elt enlt
pris. Il contribuera � lournir
des donn�es pr�cises sur notre
�ducation rurale. Les rapports
�jue nous avons d�j� re�ut noua
permettent d'affirmer que ces
difl�rentes �coles fonctionn. ni
d'une ta�on lamentable. Il y a
des instituteurs ruraux qui ne
savent m�me pas lire. C'est vrai-
ment honteux. Une exception
est laite en taveur de ceux em-
ploy�s dans les �coles pn>sby-
t�raies, parce que ces �col
Ao 1
Le bervice National d Hygi�-
ne et d'Assistance, qui loue- i
lionne, on le sai', BOttl la Ri- j
rec'ion comp�len e du Docteur
Rois L'on. Inaugure sou Bulle
tin Menant I, remportant on r�-
sum� de s.s d.verses aclivit�a.
Nous y puiserons au lur <�! t
mesure, les information! pou-
vant int�resser DOa lecleurs.
Cliniquks RORALH Le nom-
bre des malades soign�s as '
cours du u'o s d'octobre, dans j
les centres ruraux, a'�'�ve au
chiftre de 40 066.
As i.i: des Ali�n�s. N'ombra
d'intern�s : 1G7.
Service de quarantaine ma-
mriMi: 70 naviresel 28 a�r.mels
ont �l� au cours du nuis ad-
sala � la libre pratiqua, apr�a]
visi*e d'inspection du Service
de qaeraataint ma ri ti me.
Maladies i ifectueuses. � Un
cas de fi�vre Ivphoide n �l� re- !
�coles. |ev� � l'H�pital d�a Cayes.
Mau.ice Darligue est n� le 14 X0* contnMees par les ciirs. PnoFAO�NDEOHtgi�NE 70cau-
Miral9S.II a tait ses �tudes Noua_ avoua �^�H� d;?;
sa taible miin ne r�us-isv�-
,n�m- pas �declrrer mes h 1
bits, telum imbelle sine ictu,
au S�minaire jusqu'� la philo
sopbie, pass� deux ans � l'Ecole
Centrale d* griculture, �tudi�.
pendant deux ans. l'�ducation
rurale � I Universit� de Colum-
bia o� il a obienu le titre de
ma�tre es lettres en �ducation
Il travaille � I B ablissement de-
puis Ao�t 199&
Nous contr�lons, nous di! Mr
Liautaud, les termes-�coles e'
nous conlio'erons bient�t to l'ei
les seelea lurale?, nation des
e! presbvt�n les plac�es BO'H le
contr�le de ce Service pttr l'Ar-
1 �t� du 30 Septembre nul.
Kons �tabHaaona seteeft ment
!?� relev� de Ion 1 r�les
nationale! al inons
pgrticuli�remi b
rieietdea locanx. Nous rai>ona
subir n
nts proteaaeurs. Je v 1
�er d'une lac m toute fc�p
(D \
Novembre.
m�boration de ces �coles et I ^s
principaux points de ce plan
portent sur 1" l'augmentation
des salaires des instituteurs qui
ne gagnent actuellement qu'une
moyenne d�risoire de 90 g des.
70 centimes par mois; 2� l'am�-
lioration des locaux et du ma-
t�riel. Ce mat�riel est pour ainsi
dire inexistant. Il n'est pas rare
de rencontrer de ces �col-s
rurales avec un efledil de 210
�lev�s et un mat�riel ludnnen-
taire consistant en un ou deux
bancs; 3� la s�lection de 1101-
vpimx prole**eur* d'on niv< iu
intellectuel plus �lev�; 1� la r�-
lorme des m�thodes d'enaeign �-
ment en usage parce qu?, � m
pojnl U^ plus impoii
:t'un programme d'�ducation
s�n�s d'hygi�ne ont �'� laitea
dans les �coles de Tort au-I'rin-
ce.
Ces quelques renseignement!
�affiaent � �tablir quenoIreSer-
vice National d'Hygi�ne, mal-
gr� l'importante r�duction pra-
tiqu�e sur son budge', (onction*
ne plus diligemment que jamais*
C'eal l'ocoaaion Docteur Ru!x L�on et ses col-l
laborateurs.
Nous voulons d'un program-
me cla sique utilitaire p.us con-
I ne aux imp�rieuses n�ces-
sit� ;k(utiles. Il doit avoir en
rendre l'eiercice de ta
1 u . su �, plus tacile
ii perleetionncr,par cons�quent
rurale en Haiti est lam�lio a- !i''- frocteens. Ncna penaona
lard de vie ries* 9� k"s ll 11 rentes mati�res ge-
ais e tout ce qui se lait � !,e s
s qu'en t ml qu\
contribuent � am�liorer
y
�le doi' l'�tre en v e
de ce but * � atteindre; 5� enlin
l'initiative de toutes mesuras, de 1 individu si ie la r
1 e le pi : T. A. V
at Ur�le de ia t (.1 s dore )
... la voit souveut au seuil de
sa port", ave son repard m*1�
lancoliijue, et le sourire amer
gui d�cOUVTS ta canine dor�e
dont elle se pava le rhle, ��n
des tem is plus Inureux, i Cu-�
ba. Depuis son retour, elle se
d�brouilla c mme elle peut, et
plut�t ma! que bien, car le
client devient rare, parcimo*
niei x, poseur de lapins. Llle
n lad i;i (O'Kju�te d'un ami aaV
1 -iei.x, p�u eiur rnbrml. qui sut
'eidiii ;i ses beurws, el lui paie
son loynr -t parlois uns (niiet-
te .. Mais une veuve paas�,p) �e,
jeune, va us canins �riiflei/tle ..
La lutte �tait m�gole, Kli� lit
seu b\�n\ lie ne inn rOOipren*
ilit. r-i cacha son � Itasnn,
.. l'a vue, l'unie soir, au
moin ni <'� l'infld�ls sr pm-
cliail pour T'11,(5 ;!�.��, porter
sr>n iiioiiclioir � ses v<-ns pour
y �'-�-� ii���?� :i nein � .1 misie. da
m� 11 ? IVudress" huiuilt�ef
Q i! saura jamais-?
*
... vn l /jiiM y ;i so vent lo n
rie Ii rnupe j*�>x l#-�rra II lui
1.1 .m n n- t our as-1 tua, et pe.i-
kiiii arriver surs relard 0 s>-s
lin- liivaiiabletnent, au pre*
M ii r .i- m , |:i Ifinuie, (jui est
�1 ��''� \ (i ie que |obe, diiourne
I ;> >g�� en !,iMtii l'�ioge de son
ma '. absent pour quelq ea
jou s :
l' � mari mod�le, accen-
tue i-iii. ,q u ne me re|ues rien,
passionn� ardent ; nous nous a-
do;ons nuit � t jour ;
A la dixi�me visite, l'autre
s'est impatient�, au mom nt
o�, suivant la tactique habituel
le, la tenues convoit�e allai-,
une nouvelle lois, exalter son
homme...
� ' .I.� sais, je sais, flMl ;
c'est un angs, un archurg�, U�|
s�rnpliin,.. Mais votie paradis
est pour moi sans sttrsit, *�
Et il parti', plu �t vex�.
... a vu chef Gdraud. l'au're
sou, en couple d'amoureux
b'c 'i sous le Bsbl�sr �le droi'e
de ta barri�re d entr�e de l'�-
tablissement... Le gsF�oo, en�*
prSHS�, Ii' tout de suite de lu
luim�re, et s'inclina pour d �
mander les commandes:
� " Je ne peux pas vous dira
devant Madame ma pens�s s-
vec l'�nergie d�sirable, lit le
gslant, l'irieux; mais vous �irs
�ssiz intelligent, je supposai
pour trouver en plus exprc.inf,
un synonyme a /.ut.
E 1 bu n 1 /.ut, moosiser l'sllu*
meut|l *
L* gar�oo n'eu est pas enco-
re levenu.
f �
... a vu, hier, chez Paul Auxi-
la, un avo al-iu�decin qui fai-
sait ses emple tes de fin d'an-
n�e. Dss cusimirs, d�s crava'aa,
des Sbsmiass de soie, un Boraa-
Il00, des chaussettes, dra mou-
choirs .. Le docteur se choisit
un trousseau en r�gle;maiscsm�
me ii est mari�, il redouta lea
reproches de sa femme, et chou
sii.ii sou niiention, � et avec le
g'-�t le plus sur du inonde, �
des pyjamas, de la parfumerie,
et cm i ou six tissus da cois,
qui leroot de Madame la reine
admir�e des plus pi o. bains bals
du Cl.i >-l'ii on.
Noter CE l voit que la Maison
BarOanreurt non seulement
/erd son fameux Hhutn, mais
encore dea eaux de toiletta de
premier ordrs:Lsesnrie,Esn de
cologne Rosse, Soi due, B�y-
Hli un. � un pria d�liant Isnie
con�ut renc .
A. vendre
Une tab'e � maniier avec
sept chaisi s et une table ron*
l � te � th�.
S' il' esw r :
M sDE\N, -Rue4,


. . 2 Dt .cuibre 1!*.>1
�s-
PR�VISION G�N�RALE
DU TEMPS POUR ; IS
K-MCEIBRE
PAR JUSTIN LECONTE. '
- Le
Echos
A PROPOS OU PAIEMENT
I

�en-
Onam uned1
."> d re '�'� > grand va � r
tingaa lortail Si Joseph.MM-
;n- Duviella et Emmanuel
Trouillot y prendront 11 parois
nander la candi-
�mours Vin--
ce t.
� Un garde n �t� blcss de
irs coups de poignard
Dnforl o� il y avait allln-
p-irtir du �'2 jusqu'au .'51. parti� ienc 1 uonde n cause de li
cdi�rement dans les 2'ons[f�te de St Andr� qu'on c���-
Ts�Ml'�rUTl'iU-: bu
�im\s de D�cembre sera
rbinent trais; il tau
ter des jours chauds dui
iodes du 4 au 7, 15-1
au 25. Nos nuils dm
mois seront fra�ches; on sentira
�nome le troid durant la nuit, �
Le paiement a commenc�.
mais il est bon d'attirer l'at-
tention sur la fa�on de pro-
c�der des employ�s, pr�pos�s
nu service de paiement..
Les ch�ques pour appointe
ments qui contiennent une
fraction de cinq � neuf cenli-
[mes ne sont pas pay�s int�-
p�r
331
as;?/, �lev�es du ni/ea i de la
Busr.
S'a'tendre a m c.'v
peu nuageux durant
�i -j'ement.
rj lelque
aim�es
du 5 an 7. 13-15. 17-20, et du
22 au 24. Ciel plus nua ; ux du
t au 11, et durant la au rs
ours du mois, c'est �- �ire du
27 au 30.
pRl�SSI�N BAROM�TRIQU S -" I
birom�tre durant ce mois se
tiendra faiblement �lev� durant
les journ�es du 1er au I. Il le
�era davantage aux dal � sui-
vantes : du 4 au 7 qui sera la
p�riode la plus chaude du mois,
du 15 au 10, el du 23 an 25. En
dehors de ces dates, � pari
quelques Inib'es variations, il est
appel� � sa tenir au-dessous de
la normale.
Pliiks et ton ni: hue - Les
pluies durant D�cembre se
tr�s d�ficitaires au point de vue
de la quantit�. Par contre, de
lortes pluies de tr�s i du-
r�e, d'apr�s nos cak . ' >, ao�t
indiqu�es poorlesD�ps tements
du Nord et du Su i, durant la
p�riode dj 8 au 11, et la
ni�re semaine �lu moi�, c'est-�-
dire du 27 au 30.
Pour les d�partembnts du
Noim, du N�hi> Ouest, de t/Ar-
TIBONITi:, ET DB l.C.Hi � Ces
D�partements doivi ni
dra � de taiblei pi locales
les : 3, 5-0, ploi loi pi
avec sourd tonnerre le 7, 8; 9,
11; 13, 15; 19, SsO.Faib ; pi
les 21, 23. Pluies accorj pagn�ea
de tonnerre les 20, 30,
Ces d�partements doivent es-
p�rer un froid lensibl vers le
milieu et la fin �lu m >;
Pour les d�partements du
SlM), LES REGIONS DE ORT M -
Prince, de Jachel et di I �ogane
� S'attendre � des pi les les :
5. 7; a, 10; 11, 13, 15; 19, 21;
23, 25. 28, 21), 30.
Les pluies de pi. loi
quantit�s accomp ign� de I
aie tonnerre sont ind
rant la p�riode da V , � 10, el
la derni�re semaine i i mois,
c'est-�-dire du 27 au .'i
Vi.nts� Pour la N
� Los plus torts \> son!
diqu�s durant la p�ri du 1
auy.Deplus.lt:-. a � sont
avises de se mettre i i >,arde
contre de terribles ( ups de
vents, surtout en ha le nu:,
durant la p�riode du 24 au 29.
brait hier,
� M. Arno! 1 de Delva a �t�
nomme ing�nieur municipal.
Ce choix est heureux.
� L'exposition du peintre
Scott au local du Service de
i moment professionnel
attire depuis avant hier beau
coup (le v.si eus. C'est la
premi�re lois que nous con-
naissons ici une grande expo-
sition de peinture.
�Le Dr Ledan aurait retir�
SB candidature fl la d�puta-
de la 2e circonscription
de i Cayes (Torbeck, Port Sa -
lut). Le Dr Loubeau serait
donc sans concurrent.
� Apres l'exposition Scott,
l avons l'exposition du
peintre ha�tien Michetet Gior j
dani qui montrera ses �uvres.
On admirera en m�me temps
j lis travaux d'art de
unes Claire Denis et
nent Ifasloire.
�JDes candidats � la d�puta-
lion ion t de fr�quentes visites �
la Capitale.L'autre semaiue on
y remarquait MM. Ch�telain,
D�votjces jours-ci MM.Telsun,
fol lus Hoche.
� Samedi prochain, on en-
ia le joli con
� pr p.nent Melles
raquiLGeorgette
� Mo�se. Tous
d'a� l iront ap
plaudir les charmantes el
lusiciennes qui
ont quelques
instants de j e joie.
La traction est omise.
Si par exemple vous avei �
toucher tant de gourdes 53
centimes, vous recevrez les
unit�s indiqu�es, el les d�ci-
mes, mais pas les 3 centimes
Les chargeurs sont pri�s
de noter nue le steamer �An-
con� est attendu � Port-au-
Prince, venant de Cristobal,
Canal 2one, le mercredi 9
d�cembre 1931.
Los permis d'embarque-
ment seront d�livr�s pour le
.�r�t � destination de New-
York et des Forts Europ�ens
sur demande taite � ce bu-
reau.
Ce steamer partira le m�me
Cin�-laldv,
DOMAIN SOIR
Mathias Sandorf
A quel compte vont tous ces j jour � 2 heures p. m., directe
centimes ind�ment retenus?! meni pour New-York prenant
h et, malle, et passagers.
Port-au-Prince, le 30 nov.
1911.
Jas H. C. VANREID
Agent-g�n�ral
ET

Le Sept deTr� fie
( SWITE )
Entr�e : 0.�f ; Balcon : l.M.
LES INSCRIPTIONS
tLECTORALES
t fm
���"%'
Premi�re circonscription
Report 11,379
30 novembre 1931 267
11.048
lieu d�nie circonscription
Report 10,112
30 nov. 1931 200
Total
lt.351
21.997
Paris-Bazar
PETE BROWN
RUE BONNE FOX
LAF�TE DES PUPILLES
DE SAINT-ANTOINE
PREVISION DO TE�ilPS , UOR LE
MOIS DE DECEMBRE =331. El
CONCERNANT LES REG ONS DE
P�Tf-AU-PRINCE.
Temp�rature.� Tout a b
snnl toujours aux i tui
pluies ci-dessous in liq < es,
sera haute surtout enli U 6 i
le 10 du mois, pais enc re p
liant les derniers jours .' i
Mlle sera au-dessous i! la D<
inale du 3 au 5 et sui il i
�3 au 20. Une vag ! Iroid
passera entre le 17 et le
Pression baruuu triqi
suivra de tr�s pr�s les
tions de la temp�ratu : ; ai
�lie sera haute les | tn
iours. du 0 au t, ver� la 15 -
di 23 au 27. Llle j.era l> sse au-
tour du 4 et � enite le 10 et 14,
10, 17 el vers le 22.
finies e' t\uages,~- Oa doit
fe'illendre � que'ques ; .ei I
u un ciel nuageux du 1-2 du
U iu 7, du 11 au 13 oui . du 10
hu 20, autour du 23 i
/ �.a deux derniers jours i inoiv.
L � ciel sera clair el h- � i i
)e 8et 11 il du 11 ao 17. I a
� : 'anlit� de pluie qui I mba a
itra l�g�rement plu. I
)n normale d'environ I
La pluie normale est de 31 MM.
UNION PATRIOTIQUE
Le Comit� cenlralde l'Union
Patriot ous a fait par-
jir (| . 18 documents
jut place nous re-
rette le ne pouvoir pu
) i te ' 01. S do .:-
ne ils nti
aire eu date du 12
ao\. sur 1. s �lei lions
l�gi , adress�e aux co-
rn � aux ; une piotes"
; i itre i;i conti nu ition
�le l'intei s ati >u des Etais-
Unis dans nos affaires et con*
tre l*i ati in militaire ;
: pr�lats
Pi 1 u
i i -
e �
i ;
i i.e letti a i Si Ire d'E-
Bille et nombreuse assistance,
samedi soir, A Vari�t�s, o� les
pupilles de Saint-Antoine don-
naient leur grands soir�e th��-
trale i-' litt�raire.
La le e s'ouvre par un tordant
monologue, dit par Daniel Th�
: r I, qui met toute la salle en
gaiet�. Puis Madame Jaqueline
Wiener-bilvera, Melles Sylvain
et Roy interpr�tent II �tait une
berg�re, po�me dramatique
d'Andr� Hivoire. � Madame
Jacqueline Wiener Silvera ( la '
berg�re ), ravissante, adorable,;
et lyrique ! Melle Sylvain ( le
berger ). nonchalante et loin- J
1 ta lue ! Melle Roy (la princesse), �
' aimable et sympathique 1 Tr�s
� l'aise dans leurs r�les respec-
tifs, leur diction pure, et impec-
cable, esl un enchantement pour
l'oreil .
V�tu � la Musset, Carlo Pres-
� ii- dit, t .-suite, le Po�me � La-
martine 11 le dit avec �me. Et
� e ! �couta. Sdencieuse
H ueillie. ..es yeux ternies
Embrassons � nous Folleville
m coue la salle d'un rire fou.
,| , logne est �lincelant
tmque, et de gaiet�
.....te. C itioHieasoir, dans
le l�'ti du marquis ridicule el
lam ni amoureux, est �pa-
laut. R n ademoiselle Fernande
M : , ch -'� qui nous soup-
liruidit�,
. e a irice. Elle loi
imp - I ni-
rtbU Jeu plein de sang troid,et
de ct�nerie. Bravo, mademoi-
selle
Double Traitement
pour Un Enfant
Enrhum�
Loi enfanta d�tesleat ttrf.
"drogu�e", Lorsqu'on les fric-
tionne avee du Vieka, il ao�*�e�
le8 rhume* d� �Wt faena�,
sans "drojfuafew.
(1) S�s vapeurs salutaires,
d�gag�es par la ebaiesw en
corps, sont inhal�ee tout drert
dans les voies respiratoires ;
(2) Il soulage le* donleaw
comme le catap'asme d'antaa,
Veetts
VAPORUS
atdela Jusl , r laqu lie 1 gt tons nos compliments am
Union Patriotique proteste! or sa nisatenrs.
|ue proteste]
Ire Ici de'
oAM�E-J�UMES3R
Les travaux de nombreux m�decins
fran�ais et �trangen �ntreprU depuis m
communication m�morable de BROWK-
SEQU \lvll sur II possibilit� de rnjeunlr
l'�lre humain par rabsorplion de glande*
fralchua d'anlmanx, onl conduit � celte
conclusion maintesfoii r�rMI�a, an'ilest
maintenant possible, sans avoir recoure
aux proc�d�s op�ratoires ( Steinach,
Voronoff), de restituer � l'organisme,
ebax l'homme comme cher la femme,
�on �nergie et su vigueur [-erdues a la
suite de maladies, de fatigua physique ou
c�r�brare, de vieillesse pr�matur�e, d'ef-
facer les Stigmate* de d�ch�ance pr�coce
et traiter l'Impiilstanca sexuelle.
p.S�JOURN� - \V. iir(.!l,/'or/-aii-/>ri;ife
et dans TOUTES les bonnes pharmacies.
LE "GLANDOPHILE"
S�u/c ditrlbvlmtr* � A. THOMAS 4 O�
. , Rue Martel. PARIS
n n
T
i Ji � et me m- pr ni|r
' rrl. J Li yllr
I �
NAISSANCE )
i mille Verly Lea Cayaa, 28 Novembre 103
amis que! Monsieur Cl�meiv M"tfoir.%
i lente ci~r?�^�'
igrat
gar�on
: d.
Port-au-Prince.
Mon cher Directeur,
C\ il avec un r�el plaisir que je
viens vous annoncer le renou-.
vellemenl do mon abonnement
� vol re Q lolidien.
U nie semble que celui qui
a co nmenc'
vec infini i ne pPU! p
' mort sur I abonnement partira du Ur D�-
de la m�re j cemb <.
vou� su
De
ces
Londres, 24 novembre �L'a-
vion tfeant sera enti�rement
construit en m�tal et r�ali.��
par la linne Yiktei ; il est com-
mand� par le minist�re de l'air.
Cet avion est la repense da l'ap-
pareil de construction alleman-
de le � D. O X.� sur lequel
nottj avons d�j� donn� d'am-
ples renseignements.
Cet avion g�ant est �quip�
avec six moteurs Rolls Royce
de (J0(J C.V. chacun; il peut at-
teindre une vittssede 146 milles
(232 kilom�tres) � l'heure, tan-
dis que celle du � D. O. X. �
n'atteint que 134 milles. Sa
charge en vol est sup�rieure �
sept tonnes et est calcul�e pour
une dur�e de six heures, c'est-
�-dire presque deux fois celle de
l'avion allemand. L'appareil an-
glais poss�de quaran'e cabines
servant pendant le jour et vingt
autres destin�es aux passagers.
J'accuse...
emble que celui qai r%lml i7nPf>i1C�
�� � lin- LK MATIN OUI clLCUSe.
lus s'en passer; mon '
b P�n � du Petit/ '
svez, mon cher Directeur,
. salutations d'un de
La Maison
Paul E.
Auxlla
i St Martial.. T0S P1�8, ��ciens leclesijr�.
|fi denU| V-VKtor lHKMISTOCLE
' ' Il s lie ______
lo iloureuse
. � Ile assu
Qectueuse
L G. Tin EXHALER 'syn |
i�m ???
de vendre � meilleur march�
que partout les plus jolis SOU-
LIERS pour femmes et entauts;
toutes modes� toutes peausse-
ries � tous talon* � toutes
couleurs�ses Salins et lam�s
avec et sans boucles sont des
amours pour les pieds.
EL
RABAIS 50 0/0
000 paircs.de souliers �tran-
gers pour dames
Ancien prix Or 6.-
\Frix actuel � 3.-
300 Paires de chaussures
�trang�res pour hommes
Ancien prix Or 8.-
Prix actuel * 4-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Or 3.-
Prix actuel � 1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et D�cembre.
Lykes Brothers SS Co Inc.
) Taxas - Haitl � Santo uorulngo- Rico Perte
Le seul serviee hebdomadaire et r�gulier � passagers ci
k�i entre les ports dn Golte du Texas directement arec
Pnrt-en-Prince, Haiti. �
� |P#nr la r�ception rapide et le maniement habile d� JJ
importations, serves vous toujours des'navires de 'e LYKfc
L1NE.:
Les prochaines arriv�es a Port-au-Prince sort �
Steamer �Tillie Lykes� A d�cembre 1^11
S/S cMatgaret Lykes� 11 d�cembre 1931
Meainer sRotb Lykesi lt d�cembre 19S1
Steamer * Genevi�ve Lykes� 25 d�cembre 1932
Steamer iAlmeria Lykes� 1er janvier 1992
Bureau : Rue du Magasin del'gtai. Boite Postale B
s-sc�
Ln maison VINCENT GAU
DINAU avise le public et le
commerce qu'� partir du 1er
d�cembre 1931, sa maison de
commerce sera traust�r�e
daus la halle anciennement
occup�e par la Soci�t� d'Im-
portation G�n�rale,rue Bonne
Foi.
Port-au Prince.le 30 novem
h e 1931.
Le steamer � Baracoa� parti
da New-York le �)6 novemare
crt directement pour Port-au
Priuce est attendu le 2 d�-
cembre. Il repartira le m�me
jour pour Petit-Go�ve, Cayes
etJacmel, les ports,de la � u-
lombie et iristobal. Canal /�-
ne, prenant tr�t et passagrrs-
Port-au-Princede 30 novem-
bre 1931.
C�l�mbian Steamship C� \�c�
Wm E. BL�0,�f�t.
W.nt la renomm�* eat.nnivarsalle a gard� sa prtnei�r� plaee
Demandes partout :
UN BARBANCOURT
D�p�t :Rue des C�san
4 i


1 i. ):.. It


b*u ..-�<* ��-t.iMidS�.
� i � s �
� J t.J >*
�-


v3 *


en ferblanc de 100/1 oints, qurats50/l ,
20-3 1/2 lbs., 10/1 gallon & 5 gallons, est
la meilleure huile pour la cuisine et la
table.
"TT~""^ �
est l'aliment pr�f�r� des enfants.
En vente dans toules les bonnes �pice-i
ries de la R�publique.
Pour commande s'adresser �

Madame Neuve Henry Mi-
i liaud, Mr. le Qol tii e i obis !
Au� ijaud, Mr el Mme VVesnei j
Camcau, Mr Jose| h Mictiaud, j
' Melle Pttilom�nc ilichotxl, M ;
Paul Michutid, Melle� Mme '
et Fuy�nic Midi.im.I,Monsieur
kdrnond Michaud letren ient
bieu sinc�rement le R�v�rend
Peie U^lUuwetktdu Sun maire
Collage Si MariiiiUe cur�da
Sie Aune,la Maison L. PrtelZ-
ii� �!)� Aggerholoi & Jo., les
noi.iKs II. Pasquicr, lui. K�-
Dol,L.Viln.tuuv, Mr Damassa
Pierre Louis. Directeur du
journal ul'upimon �, le juge
| L�on La heu a ei tous les su*
treaSmis de ia Capitale et dt la
l'iuvince qui leur oui donne
les preuves de sympathies �
: I <;� cas on de lt mort de leu
li�s recette :
Ieno�t Hemo MICHAUD,

leur �poux, p�re beau-p�re
e' fr�re, d�c�d� le 20 novi-m.
I>re courant et les prient de
croire � leur vi\e gratitude'
l'or -an-Prince, le 30 uov-
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & C�.
Aqents de CORN PRODUTS
REFINING C\, New-York.
Mme Walter Scott.el Mme
Vve Adrien W. Scott et leurs
enlntots et tous les autres pa-
i lenls et alli�s remercient bleu
sinc�rement Son Excellence
le l'r�siieui de la R�pnbli-
que, Sou Ex. Monseigneur
Legouaze, ia Presse et tous
les amis qui leur ont t�moi-
gn� leur sympathie S l'occasion
de la mort de leur regrett� :
A drien \\. Scult
Fort au-rYince,25 nov. 1031
m\ ASTHME MARIAGE
^S*2�V OnniiliH. Caticrhi, _____
\*^�W SufTocitiom,
^�a*^ liamtrtinti.
�a*rlia>a ��TMlm* � M-1*� En l'�glise S�e Anne sera ce-
CIGARETTEl CL�RY leSr�. demain a 5 heures 1/2 du soir, le mariage de Melle
�� POUDRE CLERT Aquilia Gaspard avec Mr Pierre Narcisse.
O' OLɻY, II, �m f ������!. f �.'� S.* Nos nuilkurs v�ux aux tu-
�jl �* �>�'�� riiarauMMK | Qfl 1 l! I s < | ( t ,t.
Marcelii
i
E OE CH�P
Martine
t
et Co
AVJS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Steamsbip Line a l'avantage d'an -
iioncer les d�parts suivants de New York pour port-au-prince
Haiti, directement, durant le mois de D�cembre 1931 :
I �parts iehew \wk. Arrivages � Port-au-Frince.
Meamer i Guayaquil� le 1er d�cembre 1951 le 7 d�c.1931.
8lS � Cristobal � le t d�cembre � le 18 d�cembre 1911
�./S �Buenaventura� l� d�c. 1931 le 21 d�cembre �
? eamer a Ancen� le 22 d�cembre le 27 d�cembre 1931.
Fanama Hailroad Stearapship Line
Jas H- C. VAN REED
Agent G�n�ral
� L'INDIG�NE�.
Grand'RueNo210 4
-JP

m:
- .. r -,

...^J,'.'J,V..
L'ORGANISME est REMIS d'APLOMB
� PAU Lt a
1
LACTOMORRHUOL
DELPECH
POUDRE da FOIE da MORUE SANS GOUT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, AN�MIE, LYMPHATISME, SU/MENAGE
* laboratoire DELPECH. 5. Rue Dtnron. PARIS
A 9mmU*m : �V BVta * CARTAVE �< ��*� bw PWaadn
�:
�*�.*.�...- ��*�* "*-�-� �"
.?.--�- ���

Tftch

!s ia

'/vv
f
� '
Des 11 �lai :
IL ;-"Y - A'f

*��
&
Lui
Baaai
de 3 NUAJMCES
en 3 JOURS

i!.- i. ,

qui v.
Ko! y
un c<
; sa�di
V ...
'�'
| l>!aniho
..
! '-. D�t qu'elle
hc, elle �e tram-
.:� tl optique et
e i .":r.it:r d�n�
. pr tVntn.
- i.,usiblca de la
190 millions en
� -.:�:, imhe.i jaun�tre� et
lenn ce nourriture en
i , .�;Mcxntnt �llni-
. i HUMOC liai beaut�
t.
LACREMI DKNTIFWCt
Aniistptl � '-V:N
�Hu�.\l!
, n
*aiib
gmm
� 4 �J
/'�
V/
'.�:�

\

H
V3N TONIQUE.
T APftRITIP
mm

I .;,. ,
. V-''-;

vm-y-rxmuitvtnssfn mmmmmmmm��Km�a�mi��tmmi�mm
',''�'�>�--�'-';--
r$i

'.A�

�m
$m
:
W
� �

f<�"."
Chapeaux vari�s pour bommesiemmts et enfants fabr-
qu�s par des mains ha�liennes et avec, de la| paille du
pays.
Faites une visite� iL'Indi^�ue�.
GuJf Pacific Mail Line Ltd
San Francisco, U S.A.
Le steamer .Poinl IVrmin� ;iyart laiss� PurtlandcFforidas
le 17 du courant est allendn � Port au Prince le 23 d�cembie
via V\iii, >i. >i i,So\Hlc, l),kland A'amcda.Los Angeles.'Puerlo
Columbia, Kingston et continuera le m�me jour pour Tam
piCQi l'Ioiid.i, prenant (r�t'-1 passagers.
Ls steamer * Poinl Sur� dovsnt laisser Portlan 1 le i*
d�cembre 1931, est attendo � Pori sa Prince le 2R janvier
1932, via Vanconver.Sealtl*.1 ^�kland Mameda.Ssa Francisco,
Los Angeles, Puerto Columbin, Ci o �s ton et repartira la
m�me j >ur pour Tampico,Fiorida. prenant Ir�t et passagers.
Poi i au Prince, le 27 novembre 1931,
A. de MATTEIS k Co.
Agents G�n�raux pour Ha�ti.
V �M�^-
*, fx�&iii�mim�'"a**^w*!* <*�
ht

I
Une des plus forteifCOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
mmmmmmmmf�M
Toutes les Polices
OE LA
alfl�fl si a
^comprennent la ProteclioB coiitre 1*
Foudre sans auqm iitation de ta�T|
-^ m*
��sCo
S Aqents G�n�raux


*r �**-?s
Merci cdi
2 D�cembre 1931
Panama Railroad SteamshiD Une
Service ae fr�l cl de passagers enlie
Le il
Angleterre
Mrs. G. W. SliPDON & C"
ItOSHO
Fi ance
17, .James Street, Liviinpoor., Kngi.a? �
THE POLLOWING ARE OUR AGENTS Al PRINCIF�L PORTS IN Et ROPE
BNGUND, SCOTLAND, FRANCE.
I : ,. r v^ �[..)) I (.
17, James Street, Ltverpool, Englaod
La France, Messrs '1. W l I m &Co, are repr�sent�e! by the lollowio-
et
Plus rapide et plus iirecl service de transport de passaflers et du fret entre Haiti
les ports Europeens,vl� New Y >'k,el Crlslobal, Canal Zone, Isthme de Panama.
Voici la listejic aoa igtoU pour les priucipeaux port de l'Europe :
Glblatly HENKE\ al.
21 Bue de la ' �publique
Marseile.
Hemu P�rou & Co, L'd.
5JQnai ( rg< b \.
Havrr.
Hernu P�rou A Co, I. d
Hue du Moulin � Vapc� r.
li:.i .. I Ul MCI
Mcsi'is A. Bl .'ix * ;
21, Illengade, Co ei 1: gue.
Oslo No .way.
International
S >p4IUob ell p () :'>.
MM. Atlantic I eight C �r n
Dallinhaus, liainburtf I.
Gei ma u y i
Messrs Atlunl Freigli
Corpor ion
'Germa y
Mesbis Atlaulij Freij '
Cor; .,
21 (Mai ..i i aens,
Antwerps,Bc!eium
!
I
!
AU'MINUM LINi
!ii i;\i! PeAO.N & Cie Ltd
9."> Mue- des M�ris,
paris
IIi.hm P�rou & ( o Ltd.
Rae de Tranquillit�.
Duokeique.
Hernu P�rou & < o Ltd.,
9 Rat Roy,
Hordcaux,
Genoe, Italy.
Messrs Uiisr.v ( or: & Clkhih-
PlAZZA S- M.utfo.N- l�P.ener
i >)TTENBORG, SWfiDEM*
Nordiste Express.
Cothcnburg.
M- ssrs Ati.ai.tic Fhkight
Cori* n.
Kon Kmmaplein
Rotterdam ilollaude
Messrs Sii�kmann & Co
4
^
D^nartsde KtwOrl�ms et M >bile pour Port an Prince
d pansue w ^^ Domingo et Macaubo.
Ports D�parts D�cembre Di|.arts Janvier
New Orl�ans, b 't r d�c. 2J d�cembre 2o ,.nvie,
Mobile, Aie 3 de embre 31 d�cembre
Port au Prince (arriv�) 10 d�c. . janvier
�etU Go�ve ( arriv� ) 12 d�c. U janvier
ru"cayes(\rriv�) I'! d�c. ; janvier
jacmel' (arriv� ) Il d�c. 11 janvier
San oDgo City 1 ��� :� janvier
San Pedro de' M. 17 d�. p
W,c8raibo Yen. 20 dec. ) janvier
2$ janvier
4 l�vrier
(i l�vrier
<; l�vrier
jg f�vrier
10 f�vrier
11 f�vrier
14 l�vrier
Poits Sud Ha�tiens
D�parts F�vrier
23 l�vrier 1932
315 f�vrier 1932
;i mars 1932
f, .nais 1932
5 mais 1932
7 mars 4932
g nribra 1932
10 mars 1932
13 mars 1932
D�parts de New tr �iU et M >bil� pour Port au Prince- Ports du Nord H*�U*DI
uep San > Domingo et Mccaraibo.
Ports D�ports D�cen bre
New Orl�ans. La. d�pa I 15 d�c ub e 1931
Mobile AU, La d�pan 17
Port au Prince, ( arriv�e )2\ d�c� m
Cap Ha�tien t arriv�e � 26 d�.
Puerto Piala (arriv� l
San Pedro de Maeor.s
SanfeO Domingo R. �.
Macaralbo, Y*tn�
D�parts Janvier
12 i invier
11 j mvier
21 janvier
23 |anvier
24 i ravie*
26 |anvier
27 janvier
30 janvier
D parts F
9 l�vrier
11 l�vrier
18 l�vrier
20 l�vrier
21 l�vrier
^3 l�vrier
24 f�vrier
27 l�vrier
�vner
1932
1932
1932
1932
1932
1991
1932
1932

4 �A '��JIU'J �___1__-Ul
25mtm? ANNEE N" T.Ab
K
Port au-Prince*
T�l�pb^nr � 2242
I
29 d- embre
30 d� mbre
2 j �''' �o-1'
port-m Prince, le 27 novembre 1931
Pour tous les autres re ements a Iresser � Messieurs
iouI ., De MaTTF.IS & Co, Agents Otn runx.
/ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & LiL
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrtli ( Scotland i
. .r-PNFPAl r est i ! in plu* polMinletet des plus visfe� fe �^l'u soleil � ' � ' ' �P dWU�n ""' C"""JWe '"
sttonde ..... � � � 11, d�tf�ts o^casioi n�s par la tondre
�g�*���Sl: TX U*S*. �.1�UU.��. dom.�,.
-"�.s � a'utrui d ! ^'"seV�.r, ,'Enrope .0�. P I i � en Hail :
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxGayes
*OUS. G NVS
t G en
Isii�OX de D��WT�
fSanotio Dents rv;�Voi3spi�hm< �� -n-�mimT���ey"��gp-
, ,.,,,. m.ti.Ml�nf i.ifnt I" dot.lr.ir.. ,r.vo lu Wf^.��...rr I� �..� � � .lion *� d�l^
IT�eT fculf�* *^� T..i\� r W- �- -- I- n,rf totttal'�^.Jj|.t.-UJll ��
BAUME TUE-WE��F SV!SRiGA
Assur./.-vous runUc H'.-- ,,1. ,,,
* la � ;��Mifi,�i Acvidfrtl lu, ,j
Lde A-usra"iit Coi|ofiiiiur, |.|.
Il� ed �.� Vve F. Hrramiuh:, 4
A|C>nl 't*o*r�l tMtnr Htili,
��-���

PR�SENTE
((
))
A 5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMPLIFICAIIOIS PEMODE
Nouvelles Lampes�Nouvelle conceplion
Meilleure R�cepti�n�Meilleur March�,
LA COMPAGNIE
OFFRE AV PLBL�C
Un Radio � la port�e de toutes les bour-
ses, et pr�sentant toutes les qualit�s d'une
Grande Machine.
Nous invitons le public � venir voir les
diif�renls mod�les expos�s en nos ma-
(tasins.
Kneers COLUMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE

LE FAIT EST INCONTESTABLE
il il n m Sari lie
i
i
1 C'est la quintessence des meilleures
vari�t�s de cannes d'un vaste territoire
r�unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son ar�me.
GOUTEZ ET COMPARlZ!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs