Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03781
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: December 1, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03781

Full Text

Clment Maqloire
DIRECTEUR *
1358, RUE AMclUCAINE 1358
TELEPHONE N2242
1rs minai ilta iloiirni Mre Irai-
Ird mu-mi pird il i-ipililr avec Ifs
nrill lh nuire Hlrs doivfi
reeslilter un Sim 'aaili tWt
la nation lawllf tllri apf#W"
iMi.l ri la sWjsrH,
Terftk llurtadl Kl
2brne ANNEE N 7544
| ORT-AG-PtlN' fc( JiSill )
MARDI 1er DECEMBRE 1931
VIEUX SOUVENIRS..
o
Quand il fut appel la di-
rection des affaires de la R-
publique par l'une de ces at-
tentions spciales do n le
Destin se plat parfois a don
ner le spectacle rconfortant,
le cabinet, qui allait tre d
,j,m sous le nom de cabinet
Firmin-Mnos, accusa la vo-
lont d'apporter une amlio-
ration l'tat de nos finances,
oui tait alors assez alarmant,
et cette fin, il labora un
orofiramrae de rformes pra*
tiques, qui s'inspirait de la
plus stricte conomie.
Ce progiamme, dont le De-
soin se taisait sentir, reut
comme on le sait, un accueil
chaleureux de l'opinion, car
die attendait beaucoup de Ip
collaboration de ces hommes
distingus dont elle .tait
accoutume clbrer les
hautes vertus. 11 parait qu en-
ira ler- repiseotauts d-i L-
alifl.il nue l'ouverture de a
session avait .amens cette
annula dans U capitale, et
coTd* lExcttHI il existait
[eue sais quel dissentiment
Lcret dont l action Intente
tait luneste la coopration
loyale des deux grands pou.
voirs de l'Etat.
Quelle tait donc la cause
de cttte espce d'hostilit que
ja presse, sous une inll-ence
mystrieuse, ne se lalsait
point Jaute d'exciter, de ren-
dre huilante, s'il est permis
de s'exprimer aiusi / Cette
uimosil rcsu'.tait-elle dune
impression lcheuse que les
parlementaires s'taient ins-
pire les uns aux autres a
leur insu ? ,
Au tmoignage de MrLlricn
Duvivier qui ayant appartenu
cette lgislature, tait quali-
fi pour connatre ce qui s y
passait, il y ava.tur^uce a
dtruire ki mauvaise impres-
sion dont nous venons de
ptrltr-, aussi le prtexte d un
verre de Champagne Mderi
l'occ.sio.idelheureuxiivene^
ment du ministre m. -> en
prsence dan* le salon de Ion
d'eux quelques uns des mem-
bres les plus importants de
la Clvinil.re el le Secicta.re
d Etat de l'Intrieur. ,
A cette entrevue qui tut
d'abord assez lioide t qui
ftoit par tre plus coi.lan e.
1, Ru\ce ayant t rompue,
tu.entch-nges des assuran-
ces de bonne entente (.ont il
put tre tir un excellent au-
gure pour l'avenir.
Aucun ,n .'entendu ne sub-
sistant plus la suite de ces
tormelles dclarations, l ou-
verture de la session, que le
pays rclamait a grands cris
Se"pouvait gure .trader en
longueur. Elle neut poin
lieu cependant: leiWfOd
Corps, invoquant lelol de
soute de quelques-uns des
siens dont l'absence ta. un
obstacle l'atteinte du quo-
rum, manifestait peu d em-
pressement rpondre a l ap-
pel de la Chambre. M-
Chambre n'avait pas en r
.pie de cet empchement
elle dcida de se: r unir en
dpit de tout, et des IA pTJ-
jours de sa runion, elle se
U l'ouvre, en hqu'^ul
quelques travaux d orclte in
trieur dout la ncess'.e se-
tait impose elle a la ces-
sion prcdente.
Au terme d'un long mois
tendant lequel, su attendant
ni c le Snat daignt prendre
la rsolution de taire comme
elle, elle s'appliqua de sou
uieux excuter les dits tra
Naux, elle exprima le dsir
tien naturel, comme on en
contiindia, d'obtenir le trai-
tement qui lu. lat du pour
k u.....'at-qucl il a ck hil
allusion, et s'adressa cet
ellct au Secrtaire d'Etat de
l'intrieur. Le Secrtaire d'E-
tat de l'Intrieur lit la sourde
oreille cette juste demande
(qu'il regardait comme iutenv
jpestive, et fit tat, pour l'lu-
der, des mesures d'conomie
prconises par le gouverne-
ment. Toutefois, sous l'assaut
de plus eu plus pressan-
des rclamations, il condest
cendit reconnatre en laveur
de la Chambre la promesse
d'une sortie de tonds, mais
une condition, c'est que la
Chambre dnont la con-
duite trange et rprhensible
des pres conscrits qui n'eu-
leudaieul poiul jusque l taire
cas de la crise que traversait
le pays.
Celte proposition de dnon-
ciation n'tait-elle point pour
la Chambre une ofl :bw d'une
gravit paiticuliie? Il n'est
point besoin d'ajouter que la
Chambre la repoussa de toute
son indignation et de tout son
mpris.La situation tait telle,
quand se rpandit travers la
ville avec une rapidit fou-
droyante une nouvelle sen-
sationnelle dont le got de
scandale qui est naturel au
public s'empara avec l'avidit
qu'il est tacite de concevoir :
le Cabinet dont l'honorabili-
l tait intangible, ce cabinet
hautain et incorruptible, ce
prestigieux cabinet eu un mot
s'tait adjug, allocation que
ne portait point le budge des
frais d'installation n'levant
la roude somme de huit mille
gourdes. Que* scandale! Le j
renom de probit inattaqua-
ble, don! jouissaient les colla-
borateurs de Son Excellence
le Prrdeu! Tiresias Simon
Sam, eu taisait presque douter
tout le monde, et comme il
tait impossible que cette in-
certitude se prolonget plus
longtemps, il tait demande
d'y taire la lumire.
Qui donc tait plac pour
la laire jaillir avec plus de
promptitude que la Chambre
qui venait d'ouvrir enfin so-
lennellement?
Ce lut le Dput Dartigue*
nave qui s'acquitta de celte
dlicate et importante mis-
sion.
ALIX ROY
29 annes de succs.
i !nr~ r------------------..-^.mh
ISKMHBt'l
glade qui tut le p einier d-
put de la Chambre des de-
ptes lorsque cette assemble
lut cre eu 1810,
Si puissant que soit i'at-
trait des souvenirs histori-
ques qu'voque la vue de
quelques coins de terre de
retentir dans les tumultes
le n >s assembles dlirantes
avec una ampleur >i prp in-
d: m e, d'en prouver l'ac-
tio.i sur l'| upressionnabilit
d'un auditoire intelligent,por-
tait iMrli^uenave accepter
un iiio leste emploi de pro-
I
UUC1UUC3 V.U1I1.-J "<- wi.w ----- - i. i "
notre incomparable pays, ue, lesseur lfiolt secondaire
nous y attardons roint, et de sa ville nalale.etdans cette
laissons l'historien le soin sphre, il tait en mesure de
de dterminer la contribution se rendre compte de 1 tendue
de chacune de ces peines ue se nioytus.
patries a la knmettou del Uueat point inutile de-
grande dont les annales son
si fconde! d enseignements
pour le philosopha.
Durtiguena/e, la curiosit
arJente et un vil dsir d'ap-
prendre qui la science res
(refaite de ses matres ne su In
lisait plus, tut envoy au IV-
tit-Semmaire Collge St Mar-
tial qui comptait celte po-
jouter que le no u Veau pro*
teaseur avait loujours eu une
prdilection, uu got 1res vit
pour lealelirei qu'il cultivait
assidment, ne se do.'tant
point qu'un jour elles le con-
fieraient di ido rire 11 des
lai leui s de i.i poluique, bu
ces temps luiUUlUS, Dira
gueuave, avec lu collabora-
que, en son sain, la plupart ; "on de quelques s mis, ne
des intelligences qui dans la | ddaignait point de S occuper
suite devaient rehausser dejde ineUire et ceet mus. que
tain d'clat cet tablissement lu vide de l Auee-rf-VejU eut
scolaire. Fuis ie jeutw Dartt l agrable surprise de voir
aneaave, ses tudes acheves, reprsenter quelques-une* des
retourna sonclocherqa.de tragdies de corneille et de
aireui de se renseigner sur | H-tme. dont le souvenir s est
tout il s habituait a jeter d. s gaid dM les unes del
renards investigateurs eu/ les : plupart des contemporaine
tres el les choses qui l'ea-
touraicut.
Il eut vile le sentiment que
dans une dmocratie o le
gain de la vie tait soumis
laot d ventualit*, i etaii in
l'ea a peu I i -t s:iic-is nu:.-
lai. il 11 a ces activ ie. dia n l-
liquo, S U < ufaiJi'iiave avait
le presseutimeui que le mo-
ment tait arriv o il allait
louer (m roi;; de premier pian

Dartiguenave tait alors un
homme de trente ans, d'une
haute taille que semblait sur-
lev le port habituel d'une
ample et longue redingote ; il
avait une tte en quelque
sorte massive, l'une de ces
physionomies iuoubliables
que paraissent avoir mode-
les le spectacle permanent
de la bassesse et le contact de
l'iniquit.
Ce tut l'Anse--Veau.chet-
lieu de l'arrondissement de
Nippes, que Dartiguenava vit
le jour et qu'il fit ses tou-
tes premires ludes. S'il
taut en croire ceux qui ont
visit celte commune, elle est
Tune des plus intressantes et
des plus pittoresques de la
[Rpublique; elle trappe et at-
tire le voyageur par le char-
me indfinissable qui se d-
gage de son aspect.
L'histoire nous rapjorle
qu'Anse--Veau lut le thtre
de laits caractristiques par-
mi lesquels il sied de rappe-
ler en passant le combat san-
glant que la ville livra
Acaau, tutur cfce des Piquets,
qui, tant alors ommandant
de l'arrondissement, voulait
se saisir de la personne du
commandant de la Place, le-
quel, disait-il. le contrai iait
dans son ambition de parve-
nir la prsidence de la R-
publique. Auke-Veau, en
outre, Vil m lire Ertsme Au-
dispensable de essorer Hn- dans les aUairea de la riepn-
dpendance p ii le choix d'une >'I 'V
arrire.el parmi celles dont cn*llei. ls ira de la
l'examen atteotil occupa sa commune, vouUut lui dou-
pense, l'tude des codes eut r un leittoiguage de Iestime
toute si prlrcnee.ll se livra profonde quus uvaieul pour
eh consquence la pratiqueH". tedsiguaieul a i uuaui.
de cette science et y conquit I "e, Jx lections geuerales
rapidement ses grades. Il .. de 18U6, pour les repreaeuler
sans dire quels barreau [** r'arlemenl, et c est la que
de l'Anse- Veao tut bien aise oui le rliouvo.is qui se
d'accuet'llr celte recrue qui
allait du reste lui laire ursU I
honneur.
La paix inaltrable et pro
toude de la province esl fa-
vorable h culture patiente.
a l'exercice de la parole, de
cette parole qui tourmentait
si tort Lacordaire lorsque le
grand prdicateur nriu'aii en
chaire, et le dsir irrsistible
de laire l'essai de la sienne
dont le futur homme politi-
que ne souponnait point la
porte, et qui tait destine
pi pate a livrer BU t. billet
'n min-.Men ,s une gr m le i-
taille qu'il perdra,et au lende-
main ue laquelle il sera cl-
1)1 c.
Maurice G. BRU M
(A suivie)
\ vous contre accident
Ma cjjeu rai Aecideni Kir* I
Lite Asusr.uue orporati ) Ij-
mi'ed . Vvt* K. Bruii'n
Aye'l Gnral i>oor ''" H.

7^
I .

?Zw^^\m*z
... i.tlX..::
TOUX ET RHUMES
ne sont que 1rs iTnnr-coureurs de I- bronchite mortelle, d*
l'inlluenza et des troubles pulmonaires.
SCOTTS EMl ILSION calme la tout la plus opirJJltrc et chats*
le pire rhume. Prenez-en rEiilircment.
Elle protge les p. u.T.oni, renforce la corp* et siTernii l*
force de resiiuncr.
InttezpoBT obtenir l'asti -ntitfa*
SCOTT'S
EMULSION
d'KuiU de foie de morue nervfie
Riebe en Viummn A* D
Amu de m,,; HAKOLD F. RTTCHIB i CO.. 1
M NwM An. '. il'A.
t'.n rrmrrciant nolf niinnhl<'\
tl sympathique Dr Justin kon
ht pour les sentiments expfi ;
mes avec tant rfe WetweiHanc*
notre endroit, nous prenons
plaisir publier la belle lettre
suivants par laquelle il fait
connatre au grand publie la
physionomie du jeune artiste:
ANTOINE OERENONCOURT
Poil-au-Prince, -INov. 1031.
Mou cher Diiceteur,
Vous ;ivtz, il y a quelquei
jours, nrodoil une pa(a da cri (
lique d'art du jeune crivain
sculpteur Anloine Dereaoncourl.
Je vous dois d'abor l un mol
de Iftlicilations. Lia de vos litres
les i>lii> solidea l'admiration
1 t\ la reconnaissance de ions,
est d'avoir, lootst les poques,
depuis ijne vous dirigea votre
journal, tendu une main pater-
nelle aux (canes talents dins
:<;us les domaines, ^i ce n'eai
la an i manitestation de vrai
palriotisnie, js ua sais vraiment
>m ce que c'est qie d'aimer son
pays.
vutoine Derenoncourt est i
peine ^ de vingt-deux ans.
Ces! l'ont-lieudet, dans un
milieu tout prosaque, quel-
ques pas dis marchandes lo-
quaoas et partois tapageuses,
I resqu'aucarratourdeja grand -
tente avec le chemii de la
Crois-ds-liouquets, entre deux
canaux aux courants gris el
Fangeux, qu'Antoine Derenon
court a coucu et excut ses pre
raires otnvrei d'art. Aprs
\,.ir achev sa qualiiuie a
Si-Louis de Isonsague, il s'loi-
gna de la ville. Sou pre, l'tlOu-
ueie spculateur, avait depuis
quelque temps, lu domicile
Oaus ce coin81 aride delaPlaun
v.u Cul-Ue-:-)ac. Dans les pre-
miers monienta, celui-ci s'eiira*
va de la passion irrsistible du
jeune homme pour le dessin e
la sculpture Antoine tait si
litMeiba personne dlicats ei
uisie respirait ta d le chagrin
inconsolable que lui laissait la
iiiorl de sa mre tant aime !
Mais le p.e tait entre deux al-
ternatives pnibles. Arracher I*
liis des amours nobles el dan-
gereuses, c'etail laire de lui la
proie de ses chagrins.
Alors vogue la galre Ai h il
de matriel, commande de li-
vres, suralimentation du jeune
Mijei : tout cela tut envisage pji
Derenoaeomt pour son lils.
Quelques mois d'tudes, d'es-
sais, lit les ouvrage se multh
plu ut.Tableaux de peinture, sta-
tues de saints, etc., tmoignent
ou dveloppement du jeune
talent, il s'est dvelopp com-
me sous l'inspiration d'une te
nergique, imperturbable.
Ce qui m'a le plu tonne et
merveille, c'est la progression
in:ctuelle du jeune homme
en un bi court espace de temps.
Modeste et timide, toujours bon
entant, nccueilla.it paysans et
visiteurs citadine avec le mme
sourire et la mme simplicit
que sou pre, rieu dans sa per-
sonne ne tmoignait qu'il put
n voir une conception d'Art com-
me celle dont votre beau jour-
nal a oAeri une mamlestaiion,
Il prendra rang Ct 6*0
grand Normil Charles qu'il aime
d'amour. Comme son aine, il
procde directement de la ua-
ture, de nolie riche et 'on-
name nature ulricinue qur nos
dtracteurs ue compi i nnent pas
et ne peuvent pas comprendre,
parce qu'ils n'ont pus cette sen-
sibilit spciale et ce non d'es-
pnt particulier sans lesquels la
priuiiiive et savante Afrique tai
un mythe et une ci mdie...
Comme je suis h ng, mon cher
Directeur !
Cme voulez-vois ?. P.'dus
est----
bien cordia ement,
U< Justin MONTAS.
* ... n revi l'antre soir, Is
su d'uni poire de l'clairage
oubi -, Is visvge du Port-au-
Pri ica d'autreloi'a t'm* les t
blimenl* nnblica, >' lallntfe
courir aux lampes i k'-rosine.
et uux chandellee. Ches Gai-
; i, il rail ni ivtn oyer la par-
tic ; le billard. \ Uaitiaaa, on
en lai quitte pour ta peur; car
l'heure prcisa de la belle re-
prsanUlteu annonce, l'tee*
tricit reasnscita ... lluin lan le
visage enlin rassrn de Ma-
laine Taldy. C'el de la veino,
Madame, et qui i ,l de ne
pas rftler la Veine Capus,
qui figurait a l'a lich .
* *
... voit Ions les q inz jours,
une quipe -1 d'Ilv-
gine taire la la lelle de la 4*
avenue de B rlovi uiltieur
est qua le hir.is mis e < i il n'est
jaunis enlev, et c'est donc
connue si l'on n" rail rieo tait.

... a vu un ai ..aOU, tien*
reux comme u sson dans
|>0ii au milieu te Iroia jolies
franaises, rce ml srnfei
l'ortau-Pn ! Pour viter
l'e re jug 6 *a ci>n verst ion, il
itti u ie cliamp >K ' Sllr d'tre
bien pige a *<> manires, mais
il luiss. ! lu i u percer le
bout de l'on ihe et ci ut con-
lu-'iir tout a lait ses chiruaii-
le.-. invites en leur Coudant inat-
tend uenlieWoi.j'oftre lechna-
i ign, m n les taUiens n'en te
,mi jamais autan', ils n'oiil pa^
le sou. \ qui le feras-tu croire,
Grgoire?
... voit que le malheur les uns
lait le bonheur des entrai el
que la panne d'tectriotto qui a
fait le dsespoir des uns l'autre
soir, a bien servi les intrts d*>
certain galant de nos anus. On
lui tenait la drage haute de-
puis dea jours dj. On roulait
et brusquement pu ne voulait
plus. Il ne savait plus a qOff1
.ami se vouer. Pendant qu'ils-
taient en tl tele don i.iclx
soir, lui la pressant de soi
mieux, elle se dtendant avet
opinitret, un couit circuit In*
espr plongea dans l'ombr
la ville, elle salon ou ils taNT*
maienl sans abouin .,. '.e tt>
bref et dcisil!.. une ro.uanc
sans parole!

... l'a vu partir tonte vites-
se,appel d'urgence au itlpho
ne, par une voix de lemme. C'-
tait moins gruve qu'il ne Idva.i
d'abord pens, on roulait set'
lement lui mettra sous le ; yeu>,
une dloyaut de conu rem
qui, ta laveur des tiquettes
contrefait l'excellent rhum don;
il est Tactil agent.
11 remercia du renseignement,
et songeait n punir, quand un
jolie visiteuse, el qu'on lui pr-
senta tout de suile, le dcidi
i prolonger sa visite. Sur 1
tard, quand il partit enfin, il n-
songeait plus a la dloyaut di.
concurrent, gris qu'il tait,par
les caresses, qu'entre deux ab-
sences mnages de la mal
iresse de cau*, il venait d'e-
ebangar eu impromptu ava: la
jolie visiteuse.

... voit que la cigarette Cham-
pion a conquis les sphres di
ploiiiitiques: c'esi aiusi qu' la
rception du distingu charge
d'sfiaires Italien, aprs les g-
teaux et les liqueur, on n'a tu-
m que la Champion- pour
la plus grande joie des invits.
MESDAMES,
Pour teint!: e vous-mme! tous
tissus, aucun produit n'gale
ia 'MAVRESQVE'l
Il NMAGtxS PERFECTION HU |
. ;rou
-*' .. iprlw d'IUTll I
Cf. >". Afrts-Pari$\

Par le paquebots Car imare,
de la-Cie.^iie. l'i ansatlan'ique,
arriv vendredi dernier. st re-
venus. Ex. Monseigneur Conan,
ancien archevque de Port-an-
Pr ace, qui.il y a quelques mois,
tait p;u ii pour irauce.
Nous sdressoos u vnrable
[, a I4 iccasion de son heu-
T'nr ...,)i-, l'expression de no*
tt-3 r -spi-i i ii-. sy up iiaia.


\r.r ""-" .-..,,>.,.. wimjm mi
U! )iTE
do
V ri i A 8 L E S
TU I E& ':-" :'- ;
bien rwPLO'fr, tu ta
pr;
rotro Go-
combv;
tos K!k m< i, 1
MAI}--. ;;.
l:.
.
ri
.... I De, timbre Ittol
;n
-


LES ACCIDENT-5
o -
27 Novp.nb P 1931.
Lovinsky Vilain, Il il. R i<
*e l'Huit--r. mon'.Blessure con-
Echos
o
lus* rgion I.-nnta!e.
D*ir Eli, 1010. Porl il Lo
pnr. Rlesturea tranchantes des
a rades ourihi e i irl rieur es,
j >u gau he.
Gustav.- Va! 1919.Rac Maea-
fofli* Bleatore contt* niveau
pireclal gauche,
Archer Ren, 1887. Portail,
SI Joseph. Luxation du genou.
G. Tretnan, blessure tran-
chanfe.
St Hobert Pierre Charlea ;
blessure tranchante cutr che
?du, avant-bras et ma a.
28 Noverabra lU.il
Jn Bapliita Meailie, ISStOrTT
lion ville. Plaie conta: de la
ftmbe droite.
Michel Rostand : 1900 U.uud
Mie Traumatisme de t'paule
droite.
Jean Ucie ; 11)20, Petioo-
vi'e hectare cuisse gauche
(Interne).
Pierre ftuuol : 1913, Lalui
fracture probable tniar droii
1/3 iuter : D'.eeearea lOatases
rgion ihoraaque exl. gauche
et au pavillon oreille droite
Intern).
Baptise Justin : 1832, Bel-
Air Ble.-.s>ure contiise ri gtoo zy-
gomatique oaaogrnicli t gau-
ctie, lvre suprieure.
Coolard Andr : ISLi, Che
min des Oallei Bleas e con-
luse au dessous de l'util g u-
che.
Colin St tort; (Mme) :.1M8,
Avenue DeeeeJine Foru contu
ion paule, luxation probable.
Djaie Gabriel : IVU, iiois
Veina blessure t ranci; mie (lu
petit doigt de la niai u droite.
Coibert Sanon : 1915 Maiaon
Centrale, blessures n.ctn.iu-.
igtuns plantaire gaucii .
Flix Oriolas ltKJj, Poile
Marchand, blessure lonlu&c
joue gauche.
2(J Novti i>re 193)
Jean Oina ; 1888 La Saline,
Bleeeure contuse rgiou occipi
taie
Jean Brmite ; 1912 Uiiolon,
Weasure tranchante ancienne
eu Iront, diode*
Soray Flix : 1898, Rne I
roux, Blessures contui rgioi
frontale gauche et t. l'arcade
*ournhre gauche.
Louis Exlma ; 1850. Dernier,
B.tssuu-, contnae aux eux gt
uoux, rgion occipital groli
nui es aux coudes mai: -, conlO
s on rgion houio parie aie droi
te.
Joseph Rosalie : lion Boit de
Chne, Egratinure la tace int.
di 1/3 inl'er. d* la droi ,
Valruis Antoine : l.v.-i.Croix
d;s iiossaics, Bleeeoiaa par
lest; piquant, paule b uche r-
gion deltoidienne de _;cni de
prolondeui
18 accidenta el iixes : u tours
de la seule nuit du 27 su 28
i. iveuibie___ C'est nn record
n.juitant, et qu: ncessite une
.lion dcisive de la p< 1 cr,tanl
x i-.--vis des chaufleurs en tl
* isiblfc d'ivresse, que d s can-
di lais aux criant toujoi: spr's
p ortir dne arate.ti ne t fil p i
dsarnter.ceux en po session
de qui on trouve des armes
r eue licence, il Lui encore ap
i iquer la loi oui rgit W-ur rat,
* leur enkvcr toi te vellit
no recomm ccer.
Notre confrre Casiers
D i une directi ur de La
Libre Tribune, a t appel
au cabinet du juge d'inttrnc-
lion poor dire comment il a
po avoir les lettres de M.
Jolibois adresses a 00 cor-
respondant de .exteo qui ont
t publies di'iis son joPTOal.
| Cei lettres ont t'remises an
juge Lescot.
Il se dit qu'aujourd'hui
se lera la distribution des cli-
[oea aux fonctionnaires qui
attendent avec une impatience
(jul l'on devine.
Un tragique accident sur
11 roule de Reuskoll : on
mion dvale, renverse une
lysaone qui.grivemeot l>
se, est Iraospoi tee l'Hg
utal gei.r. l.Soo lut est assvz
. t c.
Mr ftdh< oar
en 1919, sous pietexle j
is matriaux en prove* I
serviront a d'autres |
Auguste,
; ua tlgramme au
i temps iigu le la lmoli-
ion Chabert d'une gi ode
uaiso i en maouoerie cous
mile eu 1919, s'us pitexte
[ne le
tant se
:oostructions.
Le personnel de la i).
i. T. P. qui n'avait pas t
pay de sesappoin emeots dp
uois d'octobre,a reu samedi
uatiu les chques eu vue de
ce paiement.
L. ; claques en vue du
laiemei I i.ux fond oonairss ds-
leura tppoiatementa du mois
le i ov mbre ont ele distrib .es
.( i lot hier matin. Quelque
malantt aprs les guichett dt
a l>. .\. A. il. taient envahit
L'exposition des uvre! du
H iutre SwOit a dbut hu r dans
oie des salles du b.iuieui Ou
trvice national de t'Eaaeigae
j uent prolestionnel, j)lave dt
i l'Indpendance.
L'exposition Scott comprem
i tableaux, ri prsentant det
scnea divei i ia de la vu- di
.'oi'.-au Priuce el de ses envi-
ons, de Kenskoll et du C..|
Hatien,
M. Louit Loinhc-ur, dpot,
iDcren miuistrt al no des plus
irillantt h .mines politiquea de
l-'rai ce, ai. moi i a l Agt da 59
mis. Il t;:-it inaci ii ^u yioupe de
i j. in< ii t radical !.
La I) arteroent des llela-
.,oi s ExU u mes du .lapon
len< oc avec amertume les
commentaire! de Stimsoa, sur
,cs activita ilu Jupon en Mand-
chou rie. Echange de notea en*
In
ci*
esi
ire Tokio et \\ aahtngtoa.
i on. clo -.
Le Colonel Lindbergh
i irli de Miami a dealination
de NewVt ik.
Le i'rsiiieii! Machadt I
quitt le Palaia National hier,
dana son aoto blinde,en com-
l ignie du gni tl Hei rera.i lu l
l'arme, poui une visite
d inspection l*in|neor.
Son par le Caii-
i : Monae gneor Conan,
Moi Jul le Sap*
ur des Prret des Caves. 11
i rea, Monsieur Blanc, Alla-
li CtJiipr.ercial de Fiance
Haiti, If. A J M lui, Madame
al Mentiei r Natid, Madame
Ityir et s^ i-1 r. Mademoiselle
ro lu- Ma elle Rote*
no .i. \i i> M. Cagne-
io ii S, Mo u Ul l'ati f'.
DE PLUME DE POCHE EN PLUME DE BUREAU
EN O SECONDES.
Chaque Parker Duofold est convertible.
jer eoi.tinue a ajouter daulrcs perrccliomie-
Cllils dcrue... le double usage du Parker
voui moum'z changer voire compagnon de
unie de Puieau, elle vous sort doublement au
e.
ililts contribuein faciliter l'crituretai ^J.OOJ
olold de luxe |WPl>lf" de .,,a,kci' *><>-
j loin, bau s pression ajout
iorOr 8 Or ll|,a T.i,esr sa,,s afcrl pour cri-
ior Or H. Or9.6|' ? T2 ,(1_''lu'r,' d'uneca-
Ipaoil de l/,4o/o, il prend de
MU & LAURIN IJ.ec-evouSia.riiK.|l:.nld'crire
10.000 mots. Le barillet en Par-
Iker Permanite est incassable,
lel 24 o/o plus lger que le ca-
outchouc. Il y a sept couleurs
belles el jolies pour vous en fa-
ciliter le choix.
Voyez et essayez les plumes,
crayons et paru..
rat de bureau*
dans tous lesf
bons magasins.
En achetant une
pu rurede bureau
on a la pointe
effile gratis.
Propos
humides
Je reais de temps tintre 'le petits
tapiars imprims. Sur le dernier, je
is:gurit une migraine on nvral-
gie en :in mintes,an froid dis le pre-
mier jour et la mal.nia, en Unis
jours. Il s'agit d'un medicament.de
ceux qu'on dit tre des spcialits
tomme si tous les mdicaments n'-
taient pas spcialement indiqus
centre les maux qu'ils gurissent.
Celui-l un nom form de 3 chif-
fres- O n'est qu'un numro. Un -
nonyme. On ma l'a recommand
sans doute afin que je le signale aux
lecteurs des propos. J'en sais an au-
tre ipii non seulement I gnri mais
prserve da migraine, de nvralgie,
de froid,de malaria et le reste: c'est le
RIl'.M SARTHE CACHET D'OR.
Immunisez-VOUS en vous en munis-
sant.
M
________ OUOV;., ..

' : - *. *
w l
i; ".;.-'l '''-.;
'.'/i
Ur. BttOUt, ta, tatta,. i uris.
COLE ELIE DUBOIS
Jeu Ii 3 Dcembre,aoralleo
dans le chaoelle de llole
Elle Dubois, la lte do Patron
de l'Elabltssemenl; St Fren-
vus Xaviei. Les ancienoei
lves et les amis de l'Ecole
suit invits la inesse qui se
dira lis.l/2,le d dceorbre'
et l'exposition des Ouvra
ges les 5 el dcembre.
AYEZ TOUJOURS CHEZ VOUS
LES PRODUITS LACTS
CLUB DE PETtTGOAVE
La Club de Partit'GoAve a
Bl son bal annuel au samedi
10 dcembre prochain^ e les
cartes d'invitutiou vont ie
lances.
Nous avons dj eu l*oora
sion d'assister aux fles ofier-
leiparcettfl sympathiqoe to-
ciet, el ce fut t Uaque lois le*
grand succs.
Le nouveau prsident, no-
treami t^mileViftal, l'iuten-
llOfl de donner tant l'clat di-
siiablc ce bal, ket nous ne
doutons pas qu'il russiss- ;
d'jlcurs.nous en reparlerons
t
l.a maison VINCENT C,\U
D1NAU avise le public tl le
con'.merce qu'a partir du lei-
dcembre 1931. sa maison de
commerce sera Iranslre
daci la halle auciencemenl
occupe par la Socil d'im-
ni talion Gnrale, rue B ir.nc
Foi.
Por!-au-Prirca,le 110 no cm-
bre lai.
Lait condens, Lait strilis,
Lait en poudre
pour prparer des djeuners complets en
30 secondes par simple addition d'eau
Le nom ESBENSEN est un cachet de
garantie. La marque ESBENSEN se
vendant beaucoup, les stocks sont sou-
vent renouvels, avec des produits tou-
jours frais.
Nourrissons, convalescents, vieillards,
pour qui il est recommand du lait
non-poil n, sont srs de trouver dans
les produits ESBENSEN un aliment
sain, qui permet de ragir contre les
pertes de l'orqanisme.
Adoplez qalement pour le premier
repas du matin le beurre de lable ES-
BENSEN, de qot exquis, recommaii-
dable pour ses qualits nutritives,assi-
milables.Indispensable aux sportsmen.
EN VENTE DANS TOUTES LES BONNES MISONS D'ALIMENTATION.
Le Rhum Barbanewt
nt la ranorama esiaBQiTersellt a gi.-d a premire place
Demandez partout :
UN BARBANCOUHT
OpOt Rue de* Caar


tlii A I ,

HC
Le sleamtr Bolivar parti
ileNew-Yok le 19 courant.
via Cap-Halien et Porl-de-
paix, est atteudu Port.au*
l'riuce le jeudi 26 courant. 11 ,
repartira le mme jour pour ,
les ports de la Colombie et :
iristoiwl. Canal Zene, prenant
Ift et passagers.
Le manifeste de ce navire
Itj par avion-poste est a la
,Iinu< itliun d,cs i barge u s aux
imrti'ux ne li Comrptig lie.rue
|.;iVeiSICIf. I
i.jtl mPriuce.le 21 novem 1
brc IVSI-
Oihmbiun Steamship C> l,r
in ural-A^ m.
ment fl,mMTOl,ll,OBda la mod9 et " rviiao
-!au Lygne*/ ne pcul sortir ,e iour quV,vec Dn LU1 In :' '"d"
ce 1 2. La Nouvelle blanchisserie AU CYGNE est
presss qui veulent cependant conserver leur lcga kc.
3. Madame! Vous avez regrett dj des ins ccs dans le lavage de
votre linge de soie ; alors seagez aux soins qu'y porte la Nouve le B .nehit-
erie AU CYGNE a.
. Aujourd'hui plus que jamais! ne restez pas iHimci'
Phftilrt fie votre linge. La Nouvelle Blanchisserie .AU GY(5 fSs *.ran i
le linge compltement dsinfect au sortir de ses machines.
Dlicieuse confcclion
de Iromaije
.. te dlice de voire famille
A
ia tiwvtu.e
g
Ex>nenisfCRit
. M ,
iicctxriitvf-J

Il y a un tas
de choses....
Qo'on se figure introuvables en
Haili, tels que Chapeaux de
toie Haut de lorme Servait a
hyginiques Bis et Chtus-
hclUs de laine pour rhutnnti
Lin's Pommades Plu ko jour
lisser les cheveux crpu t'y.
F|t m m s charlcston pour p'age et
[fite e'cloek des prix modi-
stes tin
. Paul E. .luxil.i
llClffiTS"
Mme Waller Scott e' Mme
?ve Ailien W. Scott il leurs
enlar's cMou* Ips antres pa-
rent* C allis fiii'rcipiil bien
Miremml Sou licellenss
If l'raidep* de 'i
que. Sou Ex. Monsi i#
Legouaze, la Pi esse el toes
les amis qui leur ont (moi
gD leur sympathie l'oi-cnsiso
je la msrt de leur rrg'ctl:
A drien W. Scolt
Port-au-Princc.25 nov. 1331
I F-TICrrST
Lt5 Rt^URE75
h
L'tXAtTITLrW
Prop. Vve. Jh. CHANCY.
A SAINT-MARC
27 novembre 1931.
Ilie matin, Monsieur Inttr-
val Guerrier, propritaire de
camion conduit par son causin
a t assassin du c' du Gros-
Merne. Monsieur Inlerva!
Guprritr, tommp d'habitude, se
rendait dan le Nord pour ache-
ter du cal.
On croit que le crime a eu
pour but le vo', tt n a rien de
Rpobli commun avec la lutte lectorale,
isiiiu*iir'Mons,eur Iu,erv' Guerrier ne
occupant que de son com-
merce. Il a t grivement
bless, de mme que sen cou-
sin La (larde d Hati, de m-
me que la justice, saut en mou-
vement pour rechercher le cri-
miuel.
AVIS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Stefmship Une a l'avantage dau
rioncer les dparts suivants de New Yo'k pour port au rnnee
Hati, directement, duiaui le moi* de Dcembre 1031 :
Dparts de hew )ork. Arrivage Port au-Prince.
Steamer ( Guayaquil le 1er dcembre 1981 le 7 dc.1931
8|S Cristobai a le 8 dcmlnc le B dcembre 1UI1
US Hoeoaventurai Iods; 11)31 le 21 dcembre
Steamer Ancon le 22 dcembre le 27 dcembre 1U31.
Panama Rsilroad Steampship Une
Jas IJ. C. VAN REED
Agent General
.pptfosanf, i r imei M D '
! pxjnis pi .! >lii t : i x lu;
*vi e du I mu > i\ 'T. pour
' quoi ne p : I i ru t *o!re
lamillc si jourd but mme ?
Tis I ci'e prpoier, sui-
vi l henli rnenl i." recette I
droite el etuployt z du I" ow :.
Ki ai*' pai < e t > avi c ce l">
mi*ge v n u ; ob ienrtn i ane
w ur dliciiM s? i e l> o n
!\ :>'i el pa< ipiu i*c, ; I i t -
un r.l s'-'- el pipai >{)V'--rA--
menl peur loua l> s c'ima,"a
[I ^'.'K' da lai < alti Ht on lu
marque.
Damai di / loi'jours le Iro
m ige Kn H. Q >e ( aoil Suimi ,
Ainneair, Pirru ri'n ri le nou
veau Velvei , mois lonjours
1
Gu)f Pacific Mail [>ine Ltd
San Francisco, U S.A.
Le steamer Point Fermin ayant laiss Port la nd Florifla
le 17 du courant est attendu $ Port au Prince Ie23deerebre
via Vancouver.Seattle. Oakland Alameda.Los Angeles,{PueptO
(olumb:a, Kingston et continuera le mme jour pour Ta m
plco, Floride, prenant Irt et passagers.
Le steamer Point Sur devant laisser Port la nd le 20
dcembre 1031. est attendu PoTi ab Prince le 20 janvier
1932, via Vanconver,Se;ilt!e,()ak!and Alamedi.San Francisco,
Los Angeles. Puerto Colunbis, Kingston el repartira le
mme jour pour Tampico. Floiida. prenant bel et passagers.
Port au Prince, le 27 novembre 1931,
A. deMATTEIS &Co.
Agents Gnraux pour Hati.
'-** N. *-, W*-.'^t.rt.-
Le Bonheur!
IL ne s'achte pas prix d'argent. Et cependant,
sans argent, il est difficile aujourd'hui d'tre heuretuft
Oivrez un compte d'pargne sans tarder: c'est la
premire dmarche faire pour aasurer l'avenir.
! r tmt pour itnti un pl^uH
d* i**rt if mu va nom
mis
La Banque Royale
' du Canada
m mm
Gin-laldu
CE SOIR
Mathias Sandorf
ET
Le Sept deTr lie
( SUITE )
Entre : D.M ; Balcon : 1.0t.
V i LA PREPARATION
,s lioulllir l"* rnacaro*
;, | ,u i| r- iu s li.'e jurau'
,.,. ,,,;'.. il >r| innent landraa
,.i | ,,.,, il6'air Mettra un
itou .1,- licurre, des oignons ft
u ; |n >ul vert. Ajoutes Ans
lonviii-s. du net. i'tu potm el
iiilts euire tu ailaaln. allaa-
aet la mes -t ajoile **
ha i l de .mm.*-. Mttue
; njoulex le resta et frenisgs pj
m 'i /. dans I"1"' eiwu I
'M .i '2,"> minutai
Ki" I' Vicu" in'"' i M'Tiiy e
|f au' en t -i I ur e' <| *
li'.
H WlEY SALES GORPOttATION
DiMr batetti :
Perl au Priace. Ilu.ii.
MILLE QUAI 1E CENTS
PisfMille quai s,en lettre?, ou en .ii;ll,es,repi.senteai
l'quautite de paires d chaussure: i m hoivgrf'oiifta
et fillettes, que I i*oi *i.\tti\T lilUIXO est tu trais m
liquider. Oui, KfVfer. D'ailieora, ii est tacile oc coolrOitr
le lait en t'ariiant In./. GauDINO avant d'alb r plus loiu.
Mres de famille couomea el Ma Si pilile conscients de
vos responaablils, u'hsites paa u sous approvisionner
chez Gaudino pour la lia de l'en ce; il y va de votre iie
rt !
Erratum
Dans la i.o'e ci desatrs, on B sys'cMuali(juenienl ennis de
ni utionner que le stock de asitu rade la niaiaon Viiicewl
Gaudinoest devenir ledemerl lormidable,que*eu vnede la
fin de l'anne, l";mi Qandlno va,ds le mais prochain, u -
cuper l'ami dm balte de la Scscit d'Importation (ura^,
c'est A dire piesqueu lue de la balle qu'il occupe actuelle-
ment et qui rat vraiment tiup petite pour contenir les cas.-
miis, uavaie cbaussnieSi paitumerie, eic, etc, etc.
lffTt4l"',l'K"-*M'';-'J -mt nnmtt
LE PREMIER RANG
Soutenus noi :o uombieus clicqts qui elle donne
toute satislacliou, .. atiou rouge a ris le premier rang.
LA ST1TIN MUGE
IGASOI JN'iv IH ILE )- 405, Hue Pave.
l.s..*fc. Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
[CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
i
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
Toutes \e? Polices
DE LA
i

-Mi' -- -
f ScomDrenncnt la Protection contre
Foudre sans auarm ntationde **1*'
nCo *
Aqents Gnraux
2^&5


Mardi
lier Dcembre 1931
Le Matin
4 l'A >.*.
25eme ANNEE N 7544
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
^W'-J!"1
* m
"A-/*.'*W,*1 ->*-"
l>WP WS^Mh*B|IXw^i,
? .Liibirana
.**-'--
Panama Railroad Steamship Line
Service de fret el de passagers entie
Angleterre
Lcoise
France
Mrs. G. W. SIIEDOX & C 17, James Street, Liverpool, Englan
THEFOLLOWiNG ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL jPORTS IN EUROPE:
ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE,
Messss G. VV. SHELDQNA Co.
17. Jnrnes Slreet, Liverpool, Englsnd
La France, Messis G. W. Sheldon & Go, are represented hy the tollowing
t'ius rapide et pli s direct service de transport de passagers et du ftt entre Hati
et les ports Europens, vi& New York.et Crislobal, Canal Zone, htlime de Pat,ama. '
Toici la liste~.le nos ageuts pour les priucipeam porttL l'htrop* :
Glilatly HENIY&Co
21 Rue de b Kpubliqu )
AarM i le.
Hernu Prou 53 Quai Co orges V.
Havre.
Hernu Prou & Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Boulogne sur Mer.
M-s.s-s A Bl >!X & Co.
21, Alleogade, Copenhague,
Oslo, No. vtav.
International
Speditionsselk p ()>lo.
MM- Atlantic K.cight i. rpn
Dallinhaus, Ilamburg 1.
Gei mai y
Messts Atlantic Freigh'.
Corpora'ion
"Germa y
Messrs Atlantic Fieigh!
Corp-.,
24 Quai .loi aens,
Antwerps.B.'.eium
Hfbko Pekon & Cie Ltd
05 Une d< s Maris,
Paris
IIkk.ni Prou & Co I.'d.
Rue de Tranquillit,
Dunke; que.
Hernu Peron & ( o Ltd.,
9 Hue Roy,
Bordeaux,
Gikoe, Italv.
Messrs JJknuy Coe & Cl&\ if
Piazza S. Matteo.N* l&Gener
CoTTBNBimO, SWEDEH,
Nordisk Express.
Cothenburg.
Messrs Ati.altig Fheight
Corp n.
Kon Emma plein
Rotterdam Hollande
Messrs Stkrmann &. Co
la
ALUMINUM UNI
Dparts de NewO/lius et M >bile pour Port au Prince
Santo Domingo et Macarbo.
Ports Dparts Dcen are Dparts Janvier
New Orlans, La 1 r dc. 2) dcembre
Mobile, Ala S dcembre 31 dcembre
Port au Prince (arriv) 10 dc. 7 [envier
Petit Gove ( arriv ) 11 dc.
Aux Cayes ( arriv ) 12 dc.
Jacmel ( arriv ) 1 t dc.
JSanto Dgo City 10 dc.
Su Pedro de M. 17 dc.
11
13
janvier
janvier
janvier
[envier
Aiacaraibo Ven.
11 janvii r
20 dcc. )7 janvl r
20
28
4
6
0
8
10
11
14
lauvier
janvier
lvrier
lvrier
lvrier
lvrier
fvrier
fvrier
lvrier
Ports Sud Hatiens
Dparti Fvrier
23 lvrier 1982
2J fvrier 1932
3 mars 1932
5 mars 19132
5 mars 1932
7 mais liX2
9 mais 1902
1) mars 1032
13 mars 1932
Dparts de New tr'inset M ibila pour Port au Prince I orts lu Nord Ha if ni
San o Domingo et Maeuraibo.
Ports Dporta Dcembi
Nlw Orlans. La. dpart 15 dcembre 1981
Mobile Ala, La dpart 17 dcemb e
Port au Prince, ( arrive'- ) 24 dceml re
Cap Hatien (arrive 26 dcembre
Puerto Piata ( arriv )
San l'edro de Maons
Santo Domingo R. D.
liacaraibo, V< n.
27 dcembre
29 dcembre
30 dc. mbre
2 janvier
Porl-iu Prince, le 27 novembre W81
Pour tous les aines renseignements l'adresser Messieurs
a. De HATTEIS & Co, Agents Gnra
Depuis Janvier Dparts Fvrier
12 janvier v< lvrier 1932
14 j invier 11 lvrier 1932
21 janvier 18 lvrier 1932
23 janvier 20 lvrier 1932
24 | invier 21 lvrier 1932
20 janvier i3 lviitr 1992
27 janvier 24 lvrier 1932
30 janvier 27 lvrier 1932
l'.X.
i .raaaHfMhitiiwiii
bUK.'-UOJ
I IMIIIIIIH ! ||.JJ
I
ASSUREZ-VOUS
la
Gnera! Accident Fire & Lif
Assurance Corporation Lld.
de Perth ( Scotland )
car la CENEPAL x est une les pins puissantes et de* plna vastes> orgaaiaatloaa
jftt ^e genrt. Le seleil ne se couche js mais sir sou champ d'action qui embrasse le.
fende
Ses^ Polices coutre incendie convren aussi les dpts occasionns par i> louure
Ses Polices pour .a biles couvrent vols, incendie, -nilvei lence, dommages
aais's autrui dans sa personne on dais tas biens, .
Ses Polices Maritimes mists par ses branches d'Europ; sont parabies en Hat S
Ses Polices contre ai sont valables dans l'univers entier. Tous les yoya-
Rurs devraient done prendre la prcaution de te munir d'une police contre accidents
ni moins 4000 dollars, la prime a tant que 'e 1/2 / soit 20 dollars L. L.
Veuve F. BERMINGH uxC-ives
Agent Guei. i tlaiU
SOUS'GENTS Port-an-Prince. 1G. G1LG
JEAN liLANCHET J r rie
coLuiim
prsf:nte
Les

llidgel Radios

A 5& 7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMPL1FICA1ION PEMODE
iSouvelles LampesNouvelle conception
Meilleure RceptionMeilleur March,
LA COMPAGNIE
Columbia
OFFRE AU PIBL1C
Un Radio la porte de toutes les bour-
ses, et prsentant toutes les qualits d'une
Grande Machine.
Nous invitons le puhlic venir voir les
dilfrents modles exposs en nos ma-
gasins.
Kncevs COLUMBIA Music Hall
KNEER'S GARAGE
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Il 11 II 111 *

f
C'est la quintessence des meilleure.'
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs.
*
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
'
BRBIERaTHIERRT
G.TISIEXSAC",**
3, *m Cifi PAWi


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs