Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03780
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 30, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03780

Full Text
K
sifl
.Y!
lment Majloire
DIRECTEUR
1338, RUE^ AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242
Il ii'v a pas de pliis ; issanl
satitte c litre la I asso soi.: ualff
(pic i'ador.tliiio do la eetll
MMRff
2bme ANNEE If 7543
POKT-.M
LUNDI 30 NOVEMBRE 1911
A PROPOS
DE
rvision Constitutionnelle
!.'
nii
%

ALIX ROY
Troisime Partie
Deux conceptions hatiennes du Pouvoir
^ ressortent,toutes deux, En consquence, pouvoir
^textes constitutionnels ou i fort "d'une part; tendance li-
l'bistoire politique et par- brale de l'autre. LejPouvoir
teotaire. Ce n'est ni la con-
liofl thocratique, ni celle
[droit divin, ni mme la
[irine dmocratique q u i
pas toujours une con*
ion librale. L'une a ses
Unes dans le pass de la
Lie et les autcdents
Jariques de nos anctres
Ce pouvaient se figurer le
Lioir que sous la forme
olue ; l'autre est une ap
jliou, dans le Nouvel Etal,
aides de libert et d'gu
\:t prconises par la Rvo-
lta franaise, 'est -dire
Nouvel Evangile qui reudit
sibles la libert et llnd-
rodauce.
L'uuc donna l'Eui^ire
essalines et la Royaut
Christophe *;ui incarnrent,
ta leur persouue, (a plus
haute conception du Pouvoii
ibsolu, systme fort et tra-
ditionnel appliqu alors pai
lUynajoril des Etats de l'Eu-
rope; l'autre trouva su ralb-
lafwu dans la' Rpublique
oai/ee par Ption; elle repou-
lit mieux l'Idal national,
m- la Rvolte contre la
France n'a jamais t que le
noyen de conqurir la Liber
gouverner
Excutif entend
par le moyen de la Force pure
comme si la seule Forc-e^pou-
vait raliser leOioit. Le pou
voir lgislatif, c'est--dire le
Libralisme dans ses jours
de gloire, en rclamant
les droits du peuple, veut
garder la pr potence, sem-
blant ignorer l'existence du
Pouvoir Excutif q u i d
tient la Force. Cet exclusivis-
me engendrera les malaises et
les crises politiques qui affec-
te ront si profondment la
Socit hatienne. Alors qu il
eut sulli du concours nces-
saire dt chacun des pouvoirs
pour assurer la prcnui' de
l'uvre tommune, le secta-
risme et 1 esprit d'intolrance
dtermitierout ies guerres iu-
testiues.
Cet tat d'esprit se rvle,
avec une vidente clart en
!87et en 1870 187(5 aprs
la restauration de la Consti-
tution dfl 8G7.
Qu'arrivcra-t il? Celle con-
ception pure de la Force
doctrine errone s'il eu lui
assura ie pouvoir ceux l
seuls qui pouvaieui disposer
le la Force.
29 annes de succs.
py-fJW"/. "ft'jg-.-rr.'f mat'.lVJl
A DAMIEN
V_-~.
III
(Voir les Nos des 27 et 28 novembre.)
Et celte Force, elle mme.
Mais la Rpublique de P- I >u lieu de venir l'appui du
Bon reposait, sou tour, sur
ineenerr initiale: elle cou-
pla dans le tait d'iuves ir le
oat, assemble uuique, des
|tacipuIt.s attributions gou-
nementales et de le mettre
prsence d'uu Pouvoir
pbtii trs faible. Ou abou-
Lu csarisme el la dtc'a-
| heureusement conjuis
[Esprit Rpublicain de
pou qui prit l'initiative de
Rvision en 1816.
P cif.'ie poque les nltribu-
du Pouvoir Excutil
W plus larges, et la Chain-
paitagc, concurremment
jjcle Snat, l'autorit lgis
pive. Sous l'empire de cir-
Instances qui ne peuvent
kaualyses cette place, il
itcependant une Opposi-
[onqui finit par user et era-
prter un Pouvoir assez tort
uurse maintenir vingt-c'uq
En 1813, la tendance lib-
*lf apparait dans toute sa
mineuse clart. Tous le>
uvoirs sont base d'ltc-
w. Cette constitution, si elle
J'aitpas impraticable,mon-
p avec ampleur que les hom-
N de cette poque se corn
rataient dans ['Idologie
jolUique. La prfecture qu'ils
wa.ent prvue, mcontente
'uilitaiies glorieux, vt-
ftns des guerres de l'ind-
jwlance; el leur libralisme,
l de aade, d'ailleurs, se
wrte une force relle: l'ar
^ qui seule peut assurer
or1re l'intrieur et conju-
;* it pril extrieur. On
'"'ans l'obligation de ron-
fle Pouvoir aux reprsen-
JJ,S es plus attitrs de la
ce- Et la dictature rena-
-in
,^sYslme militaire, le sys-
'rois
lort garde le pouvoir
i^ans aprs lesquels on eut
''K'Uqne qui est l'origine
^Prsident fidlement sou-
a 'a Constitution. Les
lances politiques l'o-
't cependant recourir
Ce fut
des li-
!H
panire forte.
Crre u le recul
*"* Publiques.
Aimable et souriant, Mr
Wol nous conduit M. Schil-
ler Nicolas.direc'i ur |tech li-
quo;du service national de- la
production Pgricole.
Jusqu' prsent, nous dit
Mr Nicolas, uousr> avons pas
labor de projets devant ser-
vir de base aux nouvelles acti-
vits du stryiee, tant donn
que l'arrt du 30 septembre
1931 institue un conseil con-
sultatif par le canal riuque'
doivent passer tous le pro-
jets. A la premire ru-
ni )ti de ce conseil, nous
allons envisager les rgle-
ments gnraux du service. Il
a t nomm cette fin et se
runit une fois par mois.
Ne croyez-veus pas que
la. constitution de ce Conseil
peut ralentir les activits du
service cause des retards N>- remercions Mr Nico-
qu'il peut apportera se runir? I is de m s rens igi emeots 11
le Directeur du toujours guid par Mi Wol
nois.Mr Hraux est reparti en
septembre et espre preo Ir
son M.S.i n juin de l'anne prq
rhaine. III se spcialise dans
le service d:1 F.xW nj ion va i
cole.Roger Dreyfus tudia it
Columbia Unieersily our
le Dpartement professionnel.
Arnauld Haspil, tudiant a
0 lio State Uiiiversily se sp
cialisedans la chimie gri-
coie.Anguste Bellegarde, Oh'o
State Univrrsitv. se p< ia-
lis" en science vtrinaire.
< J'ai confiance, ajoute Mr
Nicolas, dans le personnel
pi n sons mer, ordres et j'es.
pre qu'il se montrera 11
hauteur de su lche.Tous les
salaires ont t dimini es h
malgr cela, il: fourni! plus de
travail
Droit, la mconuut et viola
impunment toutes les garan-
ties constitutiouuelles prvues
;>ar les Coustilutious. Elle
livra de rudes assauts la
Libert) ,la terrassa et liuit
par asservir la Reprsenta-
tion Nationale, un autre l-
ment de la Souverainet.
C'est dans ces circonstan
ces que s'implanta 1 Occupa
tion Amricaine. Elle lut uue
Trve.
Quelle sera la nouvelle
conception du Pouvoir aprs
la Libration du Territoire ?
Certes, toutes les mesures
tendant conserver la Liber
t dans 1 Ordre seront les
plus ellicaces ; la vie en soci
l devant assurer la perJ'ecli
bilit indfiinie de l'individu,
il laudra reconstituer la soci
l heftienne sur des tais
plus solides. Prims les em-
prisonnements arbitraires,
prirf#s les bastonnades et
les excutions sommaires 1
prime aussi l're des rvo
lutions auxquelles doit succ
Jer une priode de libre dis-
cussion !
Mais noire socit est bien
malade. Une dmagogie in
consciente essaie d'en brau
1er les fonJtmects et d'euva
riir toutes les avenues du
'ouveir. Pour l'empcher de
raliser ses desseins liberlici
des, il laudrait, suivant le mot
Je Pascal, concilier la Justice
el la Force ; rprouver toutes
les entraves inutiles la Li
berl, tous les rglements et
privilges tyranuiques, taire
|ue ies lois limitent les droits
le chacun et aprs avoir as
sure l'ordre lgal et le rgne
de la Justice, laisser les lifter
ts prendre leur essor dans
l'air et la lumire.
La ralisation de col e tche
idale exige, semble-!- !, l'arri
ve J'un Homme prov lentiel.
Cet H uuooe viendra*! il? Ou
e^t-il dj n?
il. TLRLOXGE.
\
ui demande
Matin .
Non. je ne le crois pas.
rpond Mr Nicolas. Le con-
seil qui est compos de fous
les chefs de service et sige
au local mme de l'tablisse-
ment peut tre convoqu
n'importe quelle heure, dans
les eas d'urgence. U est pr-
sid par Mr Turnier.avec moi-
mme comme vice-prsident
et Mr Louis Djoie, au mme
litre.
i L'Ecole Tentrale p i ror-
ganise avec unellectil dcent
lves. En ce qui a Irait aux
cultures potagres.nouscomp-
tons laite beaucoup, des oi-
gnons surtout et lgumes de
toutes sortes pour le march
local.
Pendant tout le mois
: Propos
i humides
L'exposiUoo coloniale internatio-
nale de Paria :i li un mugaitique
Iriumpho (le l'art, la scienceetla rn-
thorie frai Ce il une dmons-
trative dfinitive : la France n'etl
urpasse par aucune nation dans
aucun domaine. Marne la matriel
(|ui restequand mmesoua l'emprise
matresse, alors a va, pai lout il
i.i i a va mettons (oui naturelle-
ment. Ce p i ment < qui a l
dmontr :' Vincennes. Ton! comme
i1 <"! aeejuia (pie les trois ; rondes
merveille i de l'I ,pns;'',, q unique
sont ls temple d'Anghor. les dan-
seuses malgaches el le RHVM S Ut-
THE CACHET D'OR, chef-d'OMi*e
lu gnie hatien.
EXPosrriflN oe tua-
m l PEINTURE
L'artiste William Edward
Scott exposera aea travaux de
peinture nu local du Service
National de l'Eo g manl
Professionnel du 3(J N
bra ;m 6 Dcembre prochain
Une invilatioa spciale es1
faite aux Ecolea de la Ville ve
nir visiter les aravfei locales
de l'Artiste ;
Les heures de visite seront
pour les Ecoles qui sa neront
ies enfanta des classe -up
neures lousjes jours, le ma-
tin de y heures midi al pour
le public de 2 heures 1/2*6
heures de l'apis midi,
Le Dimanche 6 Dcembre Tcx
position sera ouverte au pu-
blic touie la journe.
w&
nous nous dirigeons vers le
service de recettes et piie-
ments.
Mr. P. G. Wol, chel de bu-
reau l'a Jmini tration,dirige
le service des recettes el
paiements ainsi que celui de
la comptabilit. Il nous pr-
sente Messieurs Yves Des-
touches.Lucien Chauvet.Pier-
re Routier, Philippe Ldon-
tant, L. Durand, Saut Louis
leanty, Melle Guiteau et Mlle
Eugnie Lato ad, secrtaire,
membret du personnel. Notre
vieil ami Paul Cesvei, comp-
table et charg de la corres
pondance.nons reeoil avec son
ami bilit contumire. Ct r>\ un
rude travailleur, toujours
terme la besoane. I^i plus
LES ACCIDENTS
*< novembre
Nicolas Antoinette. Charit,
Habitation Hobtn (i'tioii Ville).
Blessures contuaea multiples,
membre infrieur droit. Prac-
iine 1 3 extrieur clavicule
gjuclie.
. belle expression d nergie, I
d octobre nous nous sommes physionomie la plus sympa-
occups des cultures qui exis- ihiqu-e.
taient dj ici. ftons avons
essay de les maintenir en
partait tat. A la Hatle La-
than o nous avons des
Nous attendons le budget
dfinitif de l'tablissement
pour ba '
des projets ag"1-
liiiiii */u nuuj . v wii uw>7 i- ar o
champs vie coton slectionn ,CG,e.'i de ,u P!us gfaode ira-
Porbcs Beker.nous avons d- iPp"ance,nus confie M. Woel.
pefas beaucoup d'activit lanl (l"e nous ne l'aurons
pense Deaucoup
pour combattre les chenilles
et obtenir une bonne rcolte.
Je dois vous dire qu'elle pro-
met beaucoup. Ici. Oaraien,
nous avons augment l'ten-
due des terres plantes en
caunes. Nous avons amlior
l'tat hyginique des tables
Nous avons trouv des veaux
eu trs mauvais tat, nous
sommes en Irain de poursui-
vie des tudes pour l'alimen
talion rationnelle des vaches
de la laiterie, de faon a la
mettre sur une base stricte-
me t commerciale et plus
productive.
s
pas, nous ne pourrons enta-
mer ct excuter de nouveaux
projets, tels que des planta-
lions de riz dans l'Arlibonite
et d'autres, que vois me p< r-
Mettret de ne pas divulguer
pour !e moment. |n s'ooeu-
paut des nccessiis du travail
agricole, les spcialistes de
1 tablissement ont cur de
dcouvrir les sources prolan-
des d'une vritable producti-
vit natiouale base sur des
orga isatlons scientifiques;
qu'on leur fasse confiance.
Je suis cei tain que le succs
consisiant eu
,..,,..... la ralisation
A la leimede Hinche.l'ou raPlde dan* l'excution de
s'occupe aussi beaucoup le
l'levage et de la production
de coton Forbes Baker. A
Ponds des-Ngres,nous avon?
trouv une terme exprimen-
tale pour le eaf. Nous ne
leurs Conceptions couronnera
leurs efforts. Au souffle d'un
espnt nouveau, libr de ta i-
tes les contins? n-e; gYis'cs
ou passives, d'immens*
grs seront obtenus li ne
faisons qu'entretenir la plan- taul l,as en douter
666??.
talion. Il tant bien envisager
qu'avec nos moyens consi
drablemTtn rduit.-., le cadre
(,e'. activits du service es
forcment restreint.
Nous entretenonatoujoui>
quatre boursiers l'Etranger.
Ce sont MM. Geoges Hrau s
tudiant l'Uuiversi d'Hh
nous co i

Puis, i
d t des
par Mel |
Sur rquisition sign
chefs de services, les fou:
tures sont remises au lur et
mesure ries besoins Elles
sont ranges dans un oi
parfait. (. qui permet de les
livrer rapidement.
Nous abordons les sections
d'art et de gnie rural. Mr
Fritz Maximilien. un petit
homme blond, souriant ct
ffiable, aux yeux verts, pro-
fonds et intelligents, dire -
leur de lu section d'art. Mr
Louis Dcatrel, chel de la
section du gnie rural, Mr.
Louis Chancy, contrleur et
Mr Pierre iNol, dessinateur*
nous font le meilleur accueil.
Toutes espces de dessins,
d'epures el dp devis sont la-
bores dans co service. C'est
le cerveau de l'tablissement.
Les relevs topographiq ies,
les travaux d'irrigation et de
drainage, Jes COOCtructtOOl
agricoles,1 les arpentages sont
tablis et excutes par le ser-
vice du gnie rural d'aprs les
mthodes scientifiques mo-
dernes. Mr Jbancy laii les
devis pour les ateliers de me-
miisene,dvbeuisterie,de char
pente, de forge, de terblcnle-
rie.de tissage de tauueiie.etc
Mr i'ierreNo est charg des
dessins pour le dpartement
d'Entomologie.
Quand nous arrivons, ils
sont tous i la besogne. Les
murs soui tapisses de cartes,
de dessins, de plans, de cro-
quis. Dans uu coiu.des jalous
de toutes longueurs. Sur des
tables, des instruments de
toutes lormes et de toutes
grandeurs. En pensant aux
bienfaits de leurs activits,
nous nous excusons n'avoir
trouble leurs Ira ; nous
nousrendons.toujoi is ^uid .
par Mr Woel.au service de
rural, i air
Andr Lia ut iu i nous expo
des consid is jui feront
l'objet de notre prochain
article.
T. A. V
I suivre )
A"-'
wn ', jui fdb sa* 'IM'ddorada
l'atScha anivanta : Une planche
de sain! '. l-rctl o/fra i l'occasion
de la fin de hume aux clients
retardataires une remise de
20o/o, sur 1rs bons arrirs.
C'est une chance maani/ique!
Mieux que esta, Gairaud, ca
sont des trennes!
*

... voit que certains chaut-
leurs croient encore pouvoir
faire la loi aux pr-ssigers, no.
nebatant les rappela a l'ordre
qu'en munies circonstances la
Police a d leur taire.
Le ebaufleur de la voi'ure
jnunc yooti affiche la craie
sur la cipole de M voilure* la course est de vingt-Cinq cen-
times, et le passager arriv
destination s'entend, j son granat
tonnemenl, rclamer le dou-
ble.
Nous signalons cet abus i la
Police pour qu'il y mette ordre
et pane qu'il a'aggrava prea-
que toujouis d'injures, et de
un u e es, qui peuvent ol)liger le
passager a se laire respecter.
... a vu l'autreaoir IVntr'acte
d'une tolia leprscnlahon qaisa
donnait un de no< grands
Cinmas, eue loule compacte^
rien que des hommes, malheu*
ri u&ement se prcipiter vers
la sortie... cerner l'tablisse.
menl et l'arroaar copieusement,
loutea ses laeadea. Le specta-
cle de lousces tioinmes, aligns
eoie (\ coto, al s soulageant en
chur, avait on ne sait quoi
d'impressionnant, au clair de
lune. Ah oui, nous sommes un
peuple libre, tout au moins de
laire ce que la dcente ailleurs
dfend... nu peuple de pom-
miers libres!


...a revu, avec plaisir, notre
vieil ami relrizf, qui nous re-
vient de France par le Cari-
mat. I aimable patron a bien
profit de son conjj, si l'on en
|uge sa mine panouie, et au
tard, que la sant et la bonne
humeur plaquent sur ses joues.
Noti il lui adresse un af-
fectueux regard de bienvenue.
... a vu. hier soir, a llailiana,
se drouler devant un public
enthousiaste quelques pisadea
de \b vie accidentes et libertine
da Caaanova, le chevalier da
Seingalt, et a admir taut par-
ticulirement la reconstitation
lu carnaval Venise, au dis*
huitime sicle. Les gondoles
illumines, les batailles de fleurs
et de confetti, la varit et la
somptuosit des travestis, tout
concourt bure de ce passage
du film une ferie charmante,
que le public et NoTRR il pren-
draient plaisir admirer une
nouvelle lois.

... a vu l'autre jour, ua im-
portant Snateur de la Rpu-
blique venu, disait-il, a'achetar
simplement une cravate,s'en tai-
re dchvrer loute une collection,
et prtendire pour donner la
change qu'il n'avait plus l'ge des
belles couleurs et des jolis des-
sins et que c''ait simplement
un cadeau destine sou fils...
Mais.Snaf. c'est quand on prend
de luge que la caj.uetterie de-
vient un devoir et que l'on api
prcie pleinement les jolies cho-
ses qu'on trouve chez Auxila.
UNE FOI
C
L
Le g .verneraent anglais or-
grande loir: des in-
ries britanniques qui se
lie idra Lonuies et Birruiu-
n^do 22 lvrier au 3 mars
1932.
On p ut s'adresser, pour ren-
ents, aux wagons-Uta,
.k, agence de tourisme,
Londres.


....~ i
U. MATIN 30 Novembre littl
-- -jtxwnKaaKv Vf*ananj ga&*i
Echos
o
Il n t demnn^ mi lo-
cateursdes maisons d'coles une
diminution no'oire des loyer*.
Dpartement et propritaires li-
niront par s'entendre, sinon...
Nous rappelons au public
que c'est samedi f) dcembre
que les charmantes artistes! Mel
les Clmence Chraquit.Mobre
et Mose donnent Hatienaleur
premier concert.
D'autres demoiselles.de grand
mrite, se feront entendre au
cours de cette intressante soi-
re.
Puisqu'il est question de
compressions budget a ires,pour-
quoi le Dparlement de Ins-
truction Publique; n'utilise-Ml
pas les deux grands locaux, de la
Place Sainte-Anne et du Portail
St JosepbVDes Ecoles nationales
sont assez mal logeai : ce serait
tout profit pour l'Etat.
A la place Boyer rlion
ville, les animaux e >avee cir
calent li brament. Les ha-
bilants de ce Mie charmant
?erraient ave plaisir qui -le
droit nae'tre ordre cet lat de
chosesj
Les choques du mois novembre ont t dlivrs ce
malin aux to ictionnairei de
Port-au-Prince,
Au Cimetire, deux gardas
S'imposent l'un a la barrire
principale ei L'autre ceie don-
nant accs a !a chapelle. Pau-
vres et losaoyeurs ne respec-
tent pas ce lieu de vrai repos.
Jusqu'ici on n'a pas pen*
a combler la crevasse de
la rue Darguin qui se trouva
immdiatement aprl le local
anciennement occup par le
Club amricain de Ptionville.
*jLes chauffeurs de la ligia
ont rduil le taril de la coui .e
an ville vingt-cinq centim -.
Pourquoi les grandes comp -
Unies ne dbitent*elles pas la
gi/.oline meilleur prix ? l.'.i i
et l'autre auraient gagner,
Hier a t le premier d -
manche de l'.ivent. Des a< i -
mons sur l'avnement du Chri t
seronl prononcs dans toutes
no; glises jusqu'au 24 I)
ceiubre.
Il est quesiion de la mie
la retraite du maestro Occi le
Jeanty, c'ut de la musique la Garde d'Hati. L2 lieuteni it
Luc Jean Baptiste, sous-ch ;t
de cette musique, serait le C -
cesseur dsign d'Occide.
Madame Marie E zabt ii
Ursule Salvant qui avait pCi t-
un Franais a recouvr sa na-
tionalit ha i tien ne.
Le Secrtaire d'Etat de l'I i-
lrieur a pus une arrt d't i-
pulsion contra la sieur Us 0
iVlontulia, de nationalit domi-
nicaine.Nous pouvons nous ;.:-
tendre une nouvelle. oft< 1
aive de La Opinioi\. Mais nos
batteries sont en position .,
On s'impatiente de l'arnv 1
du jour o l'on pourra enle i^
dre et applaudir Melies C ;
mnes Cheraquit,Georgetle M >-
hre et Marie Mose, les li es
musiciennes qui joueront a
concert du 5 dcembre,
HL mit i> t-<3Aktm4Uw-"

Remde nouveau
^
LA
eiROCALK
adopt par le Spcialiste) d Pans
\ soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
Digestion pnible
GURISON RAPIDE
Produit du Dr CORNELIUS
7, ar. Conitant-Coquelin, PARIS-7*
ES VENTE : "
M fort-ffrtnec I Pharmar' * BUCH
ni toirts feonnn Pharmacies
*
Autour de la dissolution du
Conseil Communal
de Jrmie
0
DOCUMENTS
TRIBUNAL tu: i:\ssari\
Prsieiee
Port-au-Prince,
bre 1931.
le 14 Octo-
presi-
Cassa-
Nous Km. Ethart,
deut du Tribunal de
tion, Eug. Decatrel, ju^e au
dit Tribunal, Ols Lger,Coin
missaire du Gouvernement,
Marc Art)', Doyen du Tribu-
nal de Premire Instance de
Por' au Prince, Albert Wan
chet, Commissaire du Gou-
vernement prs ce dernier
Tribunal.
Hennis an Cabinet du Pr-
sident du Tribunal de t>assa-
liou, ce jour, et sur la convo-
cation de celui-ci,
Aprs avoir pris c innais-
sance de la dpche en date
du 13 Octobre courant Ira is-
metlaut au Prsident du Tri-
bunal d_' Cassation la dp-
che en date lu 12 Octobre de
Air le Prsident de la Rpu-
blique au Secrtaire d'Etat de
voyant leur remplacement.
En toi de quoi, la prsente
consultation a t signe ce
jour 14 Octobre 193i. .. tmCimm
( Sign ) Era. Ethart,^ Eug.
catrel, Ols Lger, Marc
Artv, A. Blancbet,
Arrt
Stnio VINCENT
Prsident de la Rpublique
l'Intrieur, dpche par
la-
quelle fttr te Prsident lui de-
mande de tornaer une com-
mission de juristes dont les
Membres sont indiqus com-
me ci-dessus, l'ellet de r
po idrea la coDsnltdlion s
va le :
L'article.8 de la Loi lec-
torale eu Vigueur lait du Mu-
gis.rat Communal ou du i. re-
ndent de la Commission
Gomjuunale le Prsident de
la Commission d'inscription,
a Cependant, I article 9 dit
que lorsque le Magistrat Coin
menai se porte candidat, soit
aux lections lgislatives, sou
aux lections communales,.e
h.i commune, le Conseil Com-
munal dsignera l'un de Ses
Membres pour prsider ia
Commission d'inscription. A
rielaut de Conseil et dans le
cas o c'est le Prsident de la
Commission Communale qui
se porte candidat, le membre
le plus ge le remplacera.
t (Juo laui-il dcider, lois-
que ions les Memb.es d'un
conseil Communal se p^iteui
candidats soit aux lections
Lgislatives, :>uit aux lections
communales? Qui devra pr-
sider lu Commission d ins-
cription'.' La loi lectorale est
muette sur ce point. Mais
u'est-il pas vident que dans
l'esprit du Lgislateur, aucun
d e s Membres du Conseil
Communal ne peut, dans ce
cas, tre appel a prsider la
Co mm issiond Inscription?
Pour sauvegarder tous les in-
tits eu prsence, le t^puseil
tout entier ne devrait 11 pas
s'eflacer pour taire place a
une Commission Commu-
nale ? *
^Aprs change de vues,aTona
dcide l'unanimit que: les
lornnditts prvues par la 101
lectorale relativement aux
inscriptions sont d'ordie pu-
blie; que les fonctionnaires
chargs de 1 accomplissement
de CtS ioi niables ne peuvent,
par leur lait, y mettre obsta-
cle.
Ainsi donc, lorsque tous les
Membres d'un Conseil Com-
munal ou d'une Commission
Communale se portent can*
didals soit aux lections l-
gislatives, soit anx lections
communales, aucun d'eux m
pouvant prsider la Commis-
sion d Inscription, ils sont
tenus de se dmettre de leurs
Jonctions. S'ils s'abstiennent
de le taiie, le Pouvoir Excu-
tit, charg de l'excution des
lois, don intervenir pour as-
surer celte exeutiou eu pour-
Vu 1 arti :1e 75 de la Cous 1-
tutiou;
Considrant que les mem-
bres (iu Conseil Commun il
de le mie sont ou candidats
n li rlection,ou dmission-
naires, ou lgalement emp-
chs;
Considrant que, en moins
d'un mois, la Coaimissiou
d'iuscr ptiou de Jremie a eu
trois Prsidents tirs, tour
tour, du Conseil, candidat
dans son e is.inble la r-
lection ;
Considrant que, de ces
tiois Prsidents successils, le
premier a donn sa dmission
et n'est pas candi lat et que
J les deux eutresoot d renon-
cer a leur candidature dcla-
re la rlection pour pou-
voir tre habiles, d aprs eux,
prsider la Commission
d'Inscription;
Considrant qu'il importe de
mettre lin cet tat de choses
contraire l'esprit de la loi
et d'assurer plus de stabilit
daus le Service des Inscrip-
tions des lecteurs de Jei-
raie;
Considrant que la dclara-
lion de candidature rend, une
lois pour toutes.le membre du
Conseil Communal qui l'a
laite, inapte a prsider la Coin
mission d'inscription ;
Considrant que le lait par
un membre d uu Conseil Com-
munal de renoncer sa can-
didature, avec la prtention
de recouvrer, la convenance
de ses intrts ou des intits
de sou groupe, l'aptitude
prsider ia Commission d'ius-
cripuou, serait susceptible de
)eler le trouble daus le corps
lectoral eu taisant croire
des combinaisons de uatuie
porter atteinte la sincrit
des oprations d'inscription;
fc^Sur les rapports du Secr-
taire dEtat de 1 Intrieur et
du Prelet de Jrmie,
BULLETIN MENSUEL
Le. Service National d'Hygine
et d Assistance Publique a d-
cida de publier un Bulletin
mensuel qui comportera un r-
(mini de ses diverses activits
pendant le mois.Le 1er numro
| en est paru avec des renseigne-
ments sur les conditions sani-
taires suivis de tableaux statis-
tiques pour octobre 1931.
Cette publication permettra
de suivie ia marche de ce ser-
vice nouvellement plac sous
une direction hatienne.
Ville d'expditiou
Jrmie
Date : 23 Nov. 1931
Prsident d'Hati
Palais National.
Population de Jcremie pro
leste contre ingienee autoii-
ls locales dans lections, de
mande respect liberts publi
qu. set maintien Conseil Com-
munal, libremeut lu. en vi r-
lu :oi 3 Octobre 1881 viole
par nomination Commission
Communale.
Gazoline Gratis
A la STATION IDALE
Grand'Fue, ct de J. D. Maxwell
a jjeudi iaa >isaanchei.au.;courant inclusivement" i0 I
achetear de 15 ,(qainxe galions de :gaeoline comptant adroj
>n gallen gratis.
Approvisionnez-vous I;
STATION IDALE
Et rclamez votre ticket pour chaque gallon achet
Cin-laldi*
DEMAIN SOIR
Respectueusement,
(S) G. A. Lavaud, V. Rou-
mer, Mgne Laeossade, Jean
blancbet, Henri Bessou, Louis
Vilaire, Georges Jrme, R.
Jrme, Emile Jrme, Guy
Laforest, Plion Petit-File, J.
Sansaricq, L Mirtineau, M.
Villedrouiu, J. N. Brire,
Sansaricq
V

Mathias Sandorf
ET
Le Sept de Trfle
( SUITE )
Entre : 1.0t.
L'ENSEIGNEMENT
L
Arrte :
Art. 1er. Le Conseil Com-
munal de Jrmie est dissous,
lue Commission compose
des citoyens Joseph Lheiis-
sou, Prsident, Koger Rouzier
cl Calisthnea Joseph, mem-
bres, est institue pour grer
les intits de cette Commu-
ne jusqu'aux prochaines lec-
tii ns.
Ai t. S2, Le prsent Arrt
sera publi et excut a ia
diligence du Secrtaire d'Etat
de 1 intrieur.
(_ Donn au Palais National
Port-au-Prince, le 23 novem-
bre 1931, an 128me de l'In-
dpendance.
(S) Stnio VINCENT.
Le Secrtaire d'Etal de l'Int-
rieur,
(S) Emmanuel RAMP Y.
Pour copie contorme,
/.c Chef de Service des A/-
/uires et minimales,
GoHTRN ROUZIER, w.
Ville d'expdition
Jkkimie
Date: 24No\.1931.
Prsident d'Hati,
Palais National.
Dissolution Conseil Com-
munal justifie. Tous mens*
bres candidats rlection, ex-
cept trois en raison (onctions
incompatibles avec qualit
Conseiller communal. Ainsi
Conseil actuel ne pouvant
taire partie Commission ins-
cription pour garantir sinc-
rit et loyaut oprations lec-
torales, devait tre dissous
depuis longtemps. Chaqie
prsident in&criptiou sorti du
Conseil renonait uu lur et
mesure candidature dcla*
rc* pour se dmettre ensuite.
Instabilit absolument prju'
diciaij.e a tous intrts. Dci-
sion gouvernementale publi -
qu'.ment approuve par dis-
cours Magistrat Communal,
en prsence Membres Conseil
assistant instnllaiioa Commis
siou Communale, eu r onse
discours Prelet assisle Corps
constitus confirment entire
libert lections. Toutes pro-
testatiousConseil dissous pos
trieures installaPon et lai-
tes aprs dpart autorits lo-
cales qui garantissent libert
lectorale et respect de tous
droits.
Respectueusement.
(S'go) Marc. Qandidat Con-
seil Communal, Cassarnajor,
Dulay, Docteur Cave, Prin,
Vigoureux, Henri, Lacossade,
candidat Conseil communal,
Fourcand, candidat Dputa
tion, Flenry Sannon, Louis
Charles, Edgard Dubreuil.Ne-
thersol, Victor Rousseau, An-
toine Augusie, Cadet, Four-
cand fils, Hibbert, Lonidas,
Doris Jacques, Georges Same-
di, Piril Fourcand, ^.Eugne
tioland, Thomas , Germain,
Philantrope Nol, Compas,
Nazaire, Cave, Sylla, Ligue
lectorale, ( suivent les] signa
tares )
Etaient prsents Ie> autori
ts suivantes qui ont sign :
Doyen Boncy, Laraque, Coin
missaire du Gouvernement,
Dgrafl, substitut, Germain,
juge, Balmir, Juge de paix,
Nicolas, Inspecteur coles, Dr
Villedrouiu, Ollicier sanitaire,
Latailladefils, agent agricole,
Etienne Louis, greffier civil,
etc., etc.
Un arrt en date du 10 oc-
tobre, publi au hionileur du
23, institue au Dpailcmeut de
lAgriculture un Service d ins-
pection gnrale de l'Enseigne
nient rural relevant directe-
ment du Secrtaire d'Etat de
l'Agriculture.
Il est prvu trois inspecteurs-
gnraux dont drux rsidant
Port-au-Prince et le troisime
au Cap Hatien.Leurs appointe-
ments sont fixs mille gour-
des par mois pour les deui
premiers et huit cents gour-
des poui^le troisime.
Le territoire est divis en
quatre grandes divisions d'ins-
pection scolaire rurale : Noul
et Nord-Ouest,Artibouite,Ouest,
Sud.
A leurs attributions principa-
les d'inspection, les n^pecieuis
contrlent les e&amens d'ailmi -
sion et de sortie, les concours
la section normale de l'Ecole
centrale d'agriculture, donnent
leur avis sur les programmes,
sur les lieux d'tablissement des
nouvelles coles mrales.En ou-
tre, ils sont chargs de la pro-
paginde pour la trquentation
scolaire dans les campagnes, de
l'tude des moyens pour la par-
ticipation des communes aux
charges de renseignement ru-
ral, de provoquer la cration
d'association de notables en
vue de tins scolaires.
Ils publieront chaque, anne
un rapport dtaill sur les ac-
tivits de l'inspection gnrale.
LE DPARTEMENT
LA
Compagnie- Lithof|rapbiqoe i%
Fait savoir au public et a
commerce en particulier q
ses ateliers ne lui permet!
paa de tabriquer des clich
tant donn qu'elle n'a
d'installation propre ce |
de travail.
Union patriotique
Cesit eeajral
Port-m-Prince, 28 Doveml
11)31.
CttMMLNIQB
Contrairement ce qui 1
publi par I Opinion, |'H
patriotiq'Je.^ui a toujours 1
battu le Conseil d'Etat et
j sapprouv les nationalistesfj
en sollicitaient les su tirages, 1
jamais charg l'ei-prsidi
du Conseil d'E'at de lU26,d'as]
eu ne ambassade aux lilals-L'n
d'Amrique.
L'initiative attribue l'Unie
patriotique et les mesures d'ol
dre pratique prisas pour sa r(
lisation n'ont pu revenirquat
concurrents malheureux de "
Borno.
l.'Ad'iiiiiistrateur-dij.n,l
RIG*L
Le Secrlaire-gural,
Victor CAUVW1
LE
Un arrt en date du 10 oc-
tobre organise le personnel ad-fygnralement quelconque
l
Un arrt en dale du 2Sa^
vembre, pris en vertu de ar
cls 4 et 22 de la loi portai
fixation des dpenses de l'exe
cice 1931/1M2, dit que "lser
dits ouverts aux divers dpa
tem&nts ministriels pour l'exe
cice 1931/1932 serout ramer
la somme totale de Trentei
un millions neuf cent qua]
vingt dix-neuf mille neuf 1
soixante dix sept gourdes qu
rante sept centimes ( G. 31.JT
977.47 )."
Une rduction de 0 0/0
applique partir du 1er;
vembre, sur le montant ce 1
, hures, odemniis, trailemea
subventions, Irais et allocatto
minisbatit du Dpartement du
Travail qui comprend : un se-
crtairegnral, aux appointe-
ments de suc cents gourdes ; on
chet de bureau, aux appointe-
ments de quatre eents gourdes ;
un comptable, deux employs
et un dactylographe.
Le ;mine arrt a cr un
Inspecteur des ateliers du Ser-
vice national de l'enseignement
prolessionnel aux appointe-
ments de 555 gourdes et 150
gourdes pour Irais de voyage
et transport.
Assurez-vous contre accident
A la c tieneral Accident Fire &
Lile Asusrance Corporation Li-
mited . Vve F. Bermingham,
Agent Gnral pour Hati.
vus au budget pendant le
derniers mois de I exercice.
Les crdits de la Garde d
ti subissent une rduction
S 0/0. Une compression de
5 o/ajsera applique aux stM
ces du Gonseiller-financieN
ceveur-gnral Le budget
missien scientifique amne*
est ramene de 00.0(K> a 7
500 gourdts. Une rdaction
4 0/0 sera taite sur les crt<
aflects aux clergs, aux
grgations rel gieuses et
coles qui en dpendent.
Les articles du budget
cernant les obligations mtef"
tionales, les locations, peu
diverses, rentes viagres,
du Palais National, obJJ
postaux, Cie d'clairage elefl
que et transits maritimes 0'
biront aucune rduction.



Le iiluiiu BarbancouTt
Dont la renomme est^universelle a gard sa premire place*
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
Dpt :Rue des Caan
* ?


LE ftLVrjpi t(l Movemlire l'JJl
S-S f
i Mugi aiifi,
'J^.V-r'R ,**',
Le steamer Bolivar parti 1
iSeW-York le 19 courant, j
l Cap-Ha ien et Port-de-
JJ. "estatleudu Port.au-
Se le jeudi 26 courant. Il
Lartira le mme jour pour
a port* He la Colombie et
iffricM Canal Zone, prenant
Jet et passagers.
le manille de ce navire
reu Par avion-poste e tt la
dispositiou des chargeursanx
praux de la Compagnie,rue
Traversiere.
port noPriticele 24 novem-
bre 1931.
(fjbinbinn Sleamship G> lue
E. F. CLEMENTS
Gl ral-Agcnt.
T
* Pour suivra l'volution de la mode et son raffine
ment, l'homme lgant De pt-ut .sortir le iour uu'ifec un costuma blanchi
AU CYGNE .
2. La Nouvelle Blanchisserie AU GYQkXS >' cel't des gens
presss qui veulent cependjnt conserver leur illfltrr
3. Madame I Vous avez regrett dj des insuccs dans le lavage de
votre linge de soie : alors songez aux soins qu'y por'e II Nouvelle Blanchis-
serie AU CYGNE.
* Aujourd'hui plus que Jamais! ne restez pas indiffrent
l'hygine de votre linge. La Nouvelle Blanchisserie AU CYGNE garantit
le linge compltement dsinfect au sortir de ses machines
Ssheim
A

/C ^ (O 9
Ao sujet d'une note publi*
r notre conlrrel'LVEILdHm
Jd numro du 25 novembn
El concernant les produitsdt
jrUasile qui, prtend-on, subu
jts diflicuhs dans leur intfo
iction l'Hpital Gnral, di
,ldu DrBulxLou.nousavon
erch voir le Directeur G-
*al qui nous a donn les ren-
liguements suivants que nom
wu> empressons de publiti
^ur l'dification de nos lec-
teurs:
lo. Vu la modicit de noire
budget, et aux fins de raliser
desconomies nousnouspasson
de commiss:onnaire en nous
adressant m>* I briques fran-
aises, amricaines, allemandes
Il mdicaments qui uous ton
les meilleurs prix.
2o.__ Noua ne nous MfvODf
pas de spcialits, parce que
trop coteuses et inutiles. Nou-
Delaisons exception que poi r
celles qui sont absolument n-
cessaires (slovarsol ou spiro-
tid ) dans la lutte contre le pian.
3o Nous tenons cur qu.
jes Hpitaux ne servent pas :
des expriences in anima vil
par l'usage de spcialits n'ol
trant aucune garantie intriu
lqae et extrinsque.
4. L'acquisition des mdica
ments u.ie lois laite par le Ser-
vice nous veillons ce qu'ils m
soient ni gaspills ni dtourne.
de leur but humanitaire. Et voi-
l.
Nous savons par ailleurs
que la Direction de I Hpital
inial n'a pas l'initiative d'
cbeler des mdicaments,ce soin
'anl laiss la Direction G
urale du Service d'Hygine.
qui P-TIfrNT
Lt5 RCOTRI75
s*i
530
Rue D*nCiDe.'touo))cs||
PoRT-au l'RINCE
HATI
5f*CT(0f1I IA
T
L'CrXA^TlTiJClr
il
opeunhaqe, Danemark
Lait condens, Lmt vapor
Laitstriiis.Lail en poudre
Produits de laiterie e qualit, mn contrle
du {jouvenn men*. ..mois, 1 < unique
In plu rpandue dans les familles
LUT CONDENS, r**. iWie sa crme
en eaJssf de 1S boites de 11 os, n*t
a 00 boites de 7 ou. oet
240 boites de :t oz net
LAIT EVAIOR DOn-tutr, liihe en crme
en cnise de -1S boi'es d tfl ni net
" IN boites de l*i ex. net
LAIT NATUREL STftftll IS
en caisse de 48 boites de 18 M r;et
Prop. Vve. Jh. CHANCY.
Madame Walter Scott, ses
enlants el tous les autres pa-
rents et allis remercient bien
sincrement '%Sou Excellence
le Prsident de la Rpubli-
que, Son Ex. Monseigneur
Legouaxe, la Presse et tous
les amis qui leur ont tmoi-
gn leur sympathie l'occasion
de la mort de leur regrett :
Adrien W. Scott
Port-au-Pi icce,25 uov. 1931
LES INSCRIPTIONS
LLECTORALES
Premire circonscription
Report 10,707
27 novembre 1931 263
11.03o
Deuxime circonscription
Report 9,674
/7nov. 1931 162
AVIS AU COMMERCE
La Panama Uailroad Sleamship Liue a l'avantage d'an-,
noncer les dparts suivants de New 'Yoik pour port-au prince
Haiti,directement, durant le mois de Dcembre 1931 :
Dparts de h eu) \erk. Arrivages Port au-Prince.
Steamer c Guayaquil le 1er dcembre 1931 le 7 de.1931.
S|S Cristobal le 8 dcembre < te 18 dcembre 1981
L/S Buenaventurai 15 dc 1931 le 21 dcembre
Steamer a Ancou le 22 dcembre le 27 dcembre 1931.
Panama Railroad Steampihip Liue
Jas H-C. VAN REE0
Agent Gnral
LAIT EN fOL'DRE, riche en cmt>
en caisse de 2/56 LRS, net
< n caisse de do 1 LUS net
EN VENTE : a PorUau.Prine*
AU BON MARCHE. Vti d l'on trouvera de storki toujours Irais, cousfutmut ni ie
noi'vels et dai.s toutes Us bonnes piccriSSi
AGENTS GENERAUX VA. E>ve & Co. Port-u IMn.-a.
Echantillon Iran o sur demande.
Total
9.836
20.866
l'ai vu, oui
j'ai vu.... .
Quand, son chque en poche, i!
tutia chez
Paul E. Auxila
acheta ses lrenncs lui, c'est-
i-di<\ une superbe Cravate, .'5
paires de Chaussettes fil et soie,!
Jfs chemises blanches, marque!
Arrow tt d'autres en xphir
butaisie dernier cri; se promet-
tant de revenir pour ses mou-
hoiru, caleons-chemisettes et
souliers. 1
AVIS
A la suite d'une runion
des intresss, il a t dcid
que la publication du journal
sera provisoire-
mer t suspendue. L'Imprime-
rie La Presse continuera
comme par le pass excu-
ter toutes les commandes :
Travaux de ville, dition
d'ouvrages, pbologravures.etc.
Port-au-Prince, le 25 No-
vembre 1951.
Gult Pacific Mail Line Ltd
San Francisco, U S.A.
Le steamer tPoint Fermin ayant laiss Portland Florida
le 17 du courant est attendu Ponau Prince le23 dcembre
via Vancouver.Seattle, Oakland AIumeda.Los Angeles,;Puerto
Columbia, Kingston et coolinuera le mme jour pour Tarn
pico, Florida, prenant fret et passagers.
Le steamer Point Sun devant laisser Portland le 20
dcembre 1931, est attendu Pon au Prince le 26 janvier
1932, via Vanconver,Seattlr,Oak|and Alameda.San Francisco,
Los Augeles. Puerto Columbh, Kingston et repartira le
mme jour pour Tampico. Florida, prenant Irt et passageis.
Port au Prince, le 27 novembre 1931,
A. de MATTEIS k Co.
Agenls Gnraux pour Hati.
Ce qui n'a Jamais t lait
Ce qui ne r eut tre dpasse
Kola Champaqne
F. SJOURN
rpar dans des condition, HeoureniH
D'ASEPSIE
Prparation et Vci.le
?haiiiiacie F. SFJOL'Ii
Angle de rues Koux et du Centre
Voulez-vous avoir
DES BATTERIES
NOUVELLEMENT
ARRIVES
qui vous donneront toute
satisfaction ? Allez chez
JOHN H. WOOLLEY,
Grand'Rue
o vous trouverez :
B Battery Heavy Duty
45 Volts
CBattery 4 1/2 Volts et
Insurance Co
lUne des plus fortes COMPAGNIES
[CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
2 2 1/2 Volts
A Dry Cell 6 Volts prou
allumt! cet pour Hash-
liqhtstlc toutes dimen-
sions.
irsgssH mwmmat&mmmmmmmmmmmmm\
Toutes les Polices
DE LA
I ^comprennent la Protection contrs W
Foudre sans augmentation de ta**
lEug.LeBosstiCo
Aqents Gnraux


Lundi
U t 30 Novembre 1931
****'.'!L;r.T-ie3^l-. ^w*a> -j**
4 r A s v.
26itt:c ANNE.- iV 70lj
P* rt au-!'"i':' e
TlcphoM -2242
Bi s:
U... .5 Uji-i a",*~

.;i.jrn *J 't^*#>-
A
u
V
*
* 4LJ i f
.1
PRSENTE
SANG
avec
&ODAR
SUPER-DEPURATIF
La plu m /e p/ut complet
Le plus pratique aux Colonies
Combat : Maladies da San?;, de
la Peau, du Fois. Constioation,
Age critique et IALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR
39, Rue de ia Chapelle, PARIS
, 4Poa-?r//ici.:Pliar(r:!*W.Bi'CH.
Les

c.
A 5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMP UF ICA 1 ION PEh 7 ODE
Nouvelles LampesNouvelle conception
Meilleure Rception Meilleur March.
LA COMPAGNIE
AUX CX D'OR
Mr RI. A Bien-Aim,
Mallre-Tsilleir ,
A le plaisir d'annoncer un
public et notamment ses
anciens et combien constants
clients,tact de Poi t-au-Prinee
f que de ia Province, qu'il n
rouvert sa maison de confec-
tions pour hommes, femmes
et garonnets j
Cet tabisseraentiqui est si-
tu presqn'en face de la mai
son Reinbold & Co., au No
1718, rue du Magasin de l'E-
tat, fournit les tissus de tous
genres, et Monsieur Bien-
Aim, bien connu de tout le
monde, rserve un cordial
accueil ceux qui l'honore-
ront de leur confiance.
Lykes Brothers SS Co ln
Texas HalU Sanio-uornlngo- Rlco p
Le seul service hebdomadaire et rgulier na,t "
fret entre le. ports da Golfe du Texas directeS"* e|
Part-ai-Princc, Haiti. "eciement avec
JPurl rception rapide et le maniement habile a.-
Jfi'- ,crvc/ vous toniours des^avii ,s o ;j %v*
Les prochaines arrivera rort-au-Prioce son
8l~.tr tTUii. Lyke. 4 dcelU lw,
ureau : Une? lu Magasin dlitai, Boite l'ostale B
tfl
OFFRE AU PbBIAC
Un Radio la porte de foutes les bour-
ses, et prsentant toutes les qualits d'une
Grande Machine.
Nous invitons le public venir voir les
diffrents modles exposs en nos ma-
gasins.
Kneevs COLUMBIA Music Hall
KNEER'S GARAGE
r.OHMHITCME M9\ST I1I1MI!.
HYPP0L1TE JEUDI.
Propritaire.
Annonce sa nombreuse et
fidle clientle qu'il vient de
transfrer sa cordonnerie en
face de l'Administration des
Postes, Grand'Rue, No 1721.
On trouvera comme tou-
jours un grand assortiment
de chaussures trangres el
du pays, de la parkumerie,
des chapeaux pour kommes
et femmes, des chemises et
d'autres articlesdefiuesse dont
on ne peut s'en passer pour
les ftes de fin d'anne. Les
articles se vendent des prix
dfiaut toute concurrence.
Si vous voulez tre la
mode, visitez un moment la
Cordounerie MON l'-CARMEL
eu face del Poste, Graud'Rue
No, 1721.

SPUAIA/1TI
A. de MATTEIS & C,
AGENTS

... -.v.i. kmameaiscis.uniit mrtt\
\.. .m' i 1-4 L.i.io.,. r ia tniai ,. -rl<. umfi*M
SaAYSX, YOVS COnrTATEBU
II >.< t* C'iu mttttoJi l.T.n. '
' STti::ci?;s auttnUiact fer aiiitir:!.....
fl. KSC..2. F-
- er.-, lut- de ;- '.
l*S.r.cl0.tr.U3
l'AJKX't
T'-
Dans toatea
I les p.- -inrioa
ri du monde.
BIRE NATIONALE-
de la Brasserie Nationale
EST LA MEILLEURE
DE LA
* i
""......J^lC UIXIIK 1 WI3MJ
MJI-WUrUMTHI.VWW"
r
/ V
ASSUREZ-VOUS
la
General Ace i dent Pire & Lif
Assurance Corporation Ltd
de Perth ( Seotland )
m JSJl*!^^L f,t nnt,dts P'iiiS puissantes et des plus vastes organisations
SmmiS ^ S' conche J'am:lis s;jr son champ d'action qni embrasse le
^^oIIifes>lltreAiredJe.1wii ausi les dgts occasionns par la foudre
iimrJ ?i.S Pour Automobiles couvrent vols, incendie, nwlveillpnce, dommages
atsrs a autrui dans sa pc rsonoe ou dans ses biens.
I eajaj apwa
p&T 'Ma!'itinu l ,1!,scs Pr scs branches d'Europe sont payables en Hati
au,r;Lvr LVh0' C M ?Mtf w0? v;,:,,'<- dans 1 uiver entier tous les voVa-
Veuve F. BKRMIMGHAM, AuxCaves
SOUSGENTS
;
Agent Gnral pourliaili.
au-Prmce; 10. G1LG
JEAN BLAiSCHET Crais
LE FAIT EST INCONTESTABLE
mm Sari lie
> il
#
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui tait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
...v
osa ique
MM'
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 122-1
: 268
k


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs