Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03779
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 28, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03779

Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR
1358, RUE {AMERICAINE 1358
4ELPHONEtN2242
lins je rciitr.' 0:1 mai, elu> je m
consulli', cl pin je lis rrs mo'.i
erill dans n;nn :\ne : soi* jnstc et
lu sens heureux.
Jean Jacques ItOISSEAI
25me ANNEE M 7512
PORT-AU-PRNCE( HATI )
SAMEDI 28 NOVEMBRE 1W1
VERS DAMIEN

il
L'Ida
Une alle jde palmiers toi -
doit au btiment principal qui
g prsente sous l'aspect d'un
vaste rectangle s*'levant sur
od tage. Du dehors, il appa-
pjl tout d'abord comme uu
Hoc un peu lourd, mais cette
premire impression dispa-
jjlt, mesure que l'ou s ap-
proche.a l'intrieur,une cour
spacieuse et claire o des
irbres de toutes espces ver-
ient leur ombre protectrice.
iujeiu, des champs.de can-
ies'stendent sur une grande
rotonde ur^ et tormentades
icbes vertes l'henzon.
Un large perron d'accs en-
I jdr de jolis parterres tleurii.
tous pntrons .maintenant
dansjun vestibule o nous
bous arrtons devant des col-
lections d'oiseaux, de reptiles
de Minraux de diverses sor-
tes de terrains du pays.
Le cadre nous a blouis et
ds l'entre, il nous a semble
que l'tablisiJuneot ne|renfer
me quelles trsois.
Nous gravissons l'e&cilier
et nousjiuiis arrtons l'ot
ce dtaMonsieui Auguste
Fabius, chef du secretariat.un
vieil ami et confrre, olliciei
de l'Instructiau Publique, m
daille de l'ordre Honneur e
Hrite, ex-prolesseur de rh-
torique au Lyce Petion, ex-
d/recteurduaPacilicateurisous
le gouvernement du gnral
jVord Alexis. C'est avec bien-
veillance qu'il nous reoit et
nous.introduit auprs de Mr
Turnier, le nouvel adminis-
trateur gnral qui prside
aux destines de notre agri-
culture. Son accueil est em-
preint d'une grande^courtoi-
sie.
Un cabinet^ de travail aus-
tre avec, au centre, une ta-
ble-bureau en acajou massil
mr laquelle des livres, des
Ivpiers, des dessins de toutes
tartes s'entassent. Par la le-
ttre, les pelouses calmes,ver-
oyantes, lumineuses du lou-
Irire chaud que posent les
hayons ensoleills de cette
matine dlicieuse, sont un
[enchantement pour les yeux.
Nous lui exposons la but
I de notre visite : un reportage
au iMa.TiNdes activits des
tervices qu'il dirige. Nous
voudrions porter la cou
naissance du public les obser-
vations protessionnelles des
chets de services et les am-
liorations d'ordre pratique
qu'ils comptent suggrer au
gouvernement, il se met im-
mdiatement notre disposi*
lion.
Comme vous aves di l'ap-
prendre.l'ancien Service Tech
nique a^changfde dnomi-
nation, nous dit Mr Turnier,
C'est maintenant le .service
national de la production
agricole et de l'enseignement
rural". L.ie innovation a t
cre qui consiste maintenant
en une cole normale rurale
appele tournir de*,institu-
teurs ruraux.
Elle compte cinquante l-
ve; dont quarante internes.
Il n'y a;plus de* bourses en
espces comme auparavant,
mais lesjlves internes sont
logs etnourris aux trais de
rtablissement. Il y a encore
cette innovation que toutes
les .coles rurales nationales
et mmer celles presbylrales,
relvent ."mainleuant du ser-
vice de la production [.agri-
cole. Non seulement nous
contrlons toutes les termes-
coles, mais encore les coles
rurales. Nous esprons,par ce
meyen,"obtenir,dans l'avenir,
les meilleurs rsultats possi-
bilit vais vous taire accom-
pagner^par le chef de bureau
de l'administration gnrale
qui vous introduira auprs
des|ditrents) chets de servi-
ces capables .de vous fournir
les renseignements dont vous
avex besoin #.
A unJcoup de sonnette, Mr
P G. Wol se prsente et Mr
Turnier, aprs lui avoir d-
duises motils de notre visite,
uous remet lui pour nous
prsenter aux divers chefs de
services de l'tablissement.
La dignit de l'homme,quel
qu'il soit, se mesure , son
sentiment des responsabilits.
Mr Turnier nous semble bien
imbu de ses responsabilits
et c'est sur cette pense que
nous prenons cong de lui,
aprs lui avoir souhait du
succs dans ses entreprises.
ALIX ROY
29 annes de succs.
TUEZ
CES SUCEURS
T. A. V
Lea petits monstiqaes tuent
plus d'hommes (que tous les
btes sauvages ensemble- La
fivre jaune, la malaria et les
autres maladies mertelles sont
la consquence de leur moi-
sure. Ne les laisses pas tou-
cher ceux que vou aimez.
Injectez du FI if.
SFIM est mortel peer les
mouches, moustiques, puces,
vers, tourmis, blattes, punai-
ses et leurs eeufs. Inollensit
pour veus. Ne tache pas. Ne
confondez pas le Flit avec les
autres insecticides. Cherchez
le soldat sur le bidon jaune
at la bande noire.
FLIT
__Marque- dpose* ,
(A suivre )"*
L'UNION NATIONALE
Sous les apparences d'une
trve loyale se poursuit au iond
l'iprt rivalit d'une coterie qui
ne veut pas savoir que l'union
nationale seule est capable de
crer le vi ai salut de la nation.
Le jeu tranc, dans la politi-
3ne, rside dans l'organisation
w partis, reprsents gnra-
lement dans les Chambres l-
|ilatives.
Kt o sont-ils, chez nous, les
Ptis qui rclament, avec leur
programme, un but dtermin
atteindre TJJ'ai beau cherchei
les menes soi-disant voluti-
fs, que je ne trouve rien de
consistant, itn de concret, au-
jnn programme tabli de parti.
^n ne rencontre que de vagues
'mules exprimes grands
'wiorts de luxe et de tracas ;
"s qui ne sont que de la pure
J|tt rature...
Le nationalisme, depuis l'oc-
^pation.estcr d'un senlboud
Jj*r des Hatiens patnotes.Ou le
^'isc.suivant les tempraments,
'intelligence et la connaissance
s hommes, en deux tran-
* : nationalisme tempr et
""'onalisme rouge.Les buts, eD
Principe, sont les mmes.Le na-
Jonlttme, tel qu'il est consti-
,tt<*ez uous, n'est pas un par-

ti politique. C'est aimplement
un groupement de citayens pa-
triotes qui revendiquent des
droits lgitimes.Il n'est donc que
temporaire. Et ds qne les buts
seront atteints, il disparatra de
la scne politique. Il taut ce-
pendant qu'il existe une com-
munaut haitieone permanente.
Une lorte armature sociale
qui doit chercher grouper,
srier les|intrts suprieurs du
Pays.Une union fonde non pas
sur l'quivoque ou l'hypocrisie ;
mais uue union loyale, base
sur l'amour dn Pays et l'intrt
gnral. Nous avous bien eu
F'Jnion patriotique qui vient de
mourir en tat de dcomposi-
tion aprs avoir atteint en par-
tie ses buts. Comme sa dcom-
position risquait d'atteindre un
bnt autre que celui pour lequel
elle tait cre, la nation l'a l-
galement supprime de nos ac-
tivits politiques...
f'Ce qu'ilr ous fauf maintenant,
C'est UNS COOl'SlUTlOU^NATION-
i.i ; mais une vaste coopra-
tion dont les grande "pouvoirs
de l'Etat leraicut partie. Toutes
les collectivits, tous les indivi-
dus ayant le dsir sincre de
donner au Pays un organisme
rgulier, avec fonctionnement
normal et honnte. Etablisse-
ment d'un programme d'union
nationale.Avo;r un organe de pu
bheit et discuter publiquement
dans ses colonnes les ides
relles de bien public dans on
large esprit de tolrance. Colla-
borer pour la solution de grands
problmes conomiques. Cher-
cher tuer, dans notre systme,
le virus rvolutionnaire et ap-
prendre aux gnrations des
coles aimer la paix et le tra-
vail. Mais il laut que tout se
lasse avec sincrit et bonne
loi. Cette uvre colossale qui
doit nous racheter en nous met-
tant sur de solides assises co-
nomiques d'abord,nous donne-
rait dsormais une place hono-
rable dans la galerie des civili-
ss.
Autrement ai nous conti-
nuons la comdie dans ce luxe
de turbulences, nous manger
le nez les ans les aulres.nous fi-
nirons par devenir dcidment
nuisibles,pas seulement nous-
mmes ; mais an monde entier.
Et l'injustice sanglante qui fla-
gellera noacompatriotes devien-
dra tellement grande qu'elle fini-
ra par taire naitre le socialis-
me. Et It socialisme dans
le cervean d'un peuple comme
le ntre aura toutes les tristes
couleurs de l'anarchie la plus
criminelle. Je ne souhaite pas
pour mon Pays pareille trans-
formation sociale.Mais on sem-
ble tout taire pour rvoltei la
dmocratie rpublicaine. Car
quand je vois par exemple que
l'argent de notre Trsor est ver-
se pleins bords certains m-
tques sans valeur et que l'on
verse les sous au compte gout'e
des Hatiens bien plus qual-
f*s,une sorte d'amertume vous
monte au cerveau et vous aven*
g!e dans l'esprit d'une lolle
anarchie......Voici 18 Amru
leaini dont j'ai donn la lis!e
dans un de mes derniers ar-
ticles, en dehors des avantages
matriels, tels que : exemption
de toutes impositions et taxes,
puisement pleines rnains des
provisions et toutes sortes de
marchandises au prix de revient
dans les magasins gnraux
etc. etc. qui touchent par mois
-Ot3675.
Et voil cot (je ne c le pas
le service et pour cause) toute
une administration dont les
lments du personnel (32, deux
lois plus, juste le double, et
non infrieurs en qualit et dont
le champ d'activit est plus
tendu) qui ne gagne par mois
que...... G. 8.127 avec au sur-
plus toutes les charges de la
vie : sa chret, toutes taxes et
impositions etc., etc..
18 Amricains G. 33.(575
18 Hatiens, (galit
de service) 4.0(33
G 29.612
t a ii*t, oui on
dillrence
Est-ce r v o
non ???
S,Que ces messieurs" sachent
que dans les Pays pauvres, l'en-
richissement des uns lait la mi-
sre des autres, Il y a des piin-
cipesqu'inspirent les sentiments
d'humanit et qui s'opposent a
1 asservissement des hommes.
Ce sont ces principes qui don-
nent de la pudeur ceux que
les circonstances ont trop large-
ment lavoriss. Aussi, le relus
de comprendre, ct de soi,
la misre des autres, peut crer
'* haine et le crime........
LE FOSSILE
Ctl en v- rlu d'un leite cen-
t naire que l'Union patriotique
a t dissoute. Un texte qui re-
monte 1836, et qui, en 1931,
continne de rgir nos activit*
notamment dans le domaine de
la politique.Car c'est bien parce
qu'elle s'occupait de poliHqm
c'est l'argument dvelopp dans
Iesleuilles officieusesque l'U-
nion s'est vue retire l'au'.ori-
saion dlre.
Faul-il m conclure qne la
politique eel matire interdite
Les juristes diionl mI n'y a
prs quelque contradiction en-
lie l'article 230 du code pnal
et un certain aride 20 de la
Constitution qui reconnat aux
Hatiens le droit de s'assembler
pour s'occuper di tou'es ques-
tions, sans que ce dror soit
soumis a autorisation pralable.
C'est une flaire d'interprta-
tion de textes. Nous nous pr-
occupons ici d'un tat de lai*.
'.. Il parait extravagant que dans
une rpublique dmocratique,
les activits politiques des ci>
loyens soient soumises l'au-
torisation, au conlr)le, la sur-
veillance, a la sanction de l'an*
toril publique libre de per-
mettre on de ne as permettre'
ces activits, de les to'rer ou
de les interdire. Au temps o
nous sommes, un pareil rgime
est violemment anachronique.
Et c'est cependant celui ^que
nous connaissons.
Rcemment, en des dclara-
lions retentissantes, Mr le Pr-
sident de la Rpublique dplo-
rait qu'il n'existt point chez
nous des partis organiss. Ce
qui, parait-il, oblige !e Pouvoir
d'intervenir dans les lections
lgislatives, par souci gnreux
de guider le peuple candide
dans le choix de ses reprsen-
tants.Ce qui ne va pas toujours
sans ^quelqu'imprvisible ditfi-
cull.
Or, l'Union Patriotique s'est
avise, semble-t-il, qu'elle pou-
vait, comme lorce organise,
prendre position dans l'actuelle
campagne lectorale. On ne le
lui peimel pas, cause, sans
doute, de l'inorlhcdoxie de sou
programme. Et le texte fossile
de I article 246 du code pnal
de jouer.
Ji.iiiiine ainsi dans toutes le3
lgislations de tous les pays des
textes dsneti. Souvent mme,
il s'en trouve qui ne sont pas
prcis m en t anachroniques,
mais que des gouvernements
altenfils l'volution sociale
laissent sous la poussire de
l'oubli, (-'est aflaire de sens et
de modration politiques.
Un exemple difiant : la loi
franaise tde 1884 qui permet
les unions de syndicats proies
sionnels ne prvoit p9s une or-
ganisation unifie du travail,
une sorte de pouvoir corpora-
tif suprme, t'est pourtant ce
qu'est la C. G. T. Aprs la gr-
ve gnrale de 11)20 dont elle
! Et au point de vue moral les
Amricains ont ici tous les hon-
neurs, toutes les considrations.
Et les pauvres Hatiens chez
eux, devant la police et ailleurs
ont connu tautes les humiliations
et ne sont considrs que com-
me des gourdes, des gens m-
prisables et de menus Iretins.
uetl cette ttiste situation qui
nous navre et nous rvolte la
fois.
Pour toutes ces raisons et
bien d'autres, il nous laut nous
rganiat*. Cooprer donner
au Pays un vrai statut de peu*
pie libre et indpendant.
Et ce magnifique mouvement
de iedrtssemer.t du Pays ne
pourra se raliser qu'avec la lor-
mation de /1 nion Notion*!*
Et celte rialiiation restera corn-
un n onument de I
sens el de patriotisme et lai-
Je tme ici lu graine.nue l'on
utilise la semence. Qu'un cabi-
net d'union natioi al se mette
ii lche. El demain, on pour-
ra, ton:me aux jours de joyeu-
ses veiiuanges.rcnirer avec sou-
rue nne moisson abondante.
Et tout It monde s'en trouvera
bitu : le roi, l'une et ni(
L'homme de la Pie
.. "ut (jo* !" lol i conqui
le quartier tra anim que li-
mitent la rue dus Case ne el
celle dn Magasin de lElat. De
c nq heures de lapis'inidi,
dans les petits cls enviren-
BSDtf, les loueurs sont attable
devant leurs cartons numrote.
Le bruit crpit des boules qu'
on remue dans la callebasta
voque un tambourinage de
pluie sur des loles... Le crieur
(ail inivre d'une blague ou d'n-
ne'assonance chaque numro
(ju'il lire. 22 : Les deux petite
canards. 13 : Marie-Thrse...
Tout d'un coup l'on entend ;
Quint-1 quinel Et l'heareux ga-
gnant enlve #s mises.


i... les a vus qaatre, loutre
soir, i nne table de l'Eldorado,
trois journalistes et un jend
musicien dont Sykora a vant
le falen! romantique. On ; pu croire qu'ils causaient litt-
rature ou musique., eh bien f
non, ils causaient l'ermms, avec
dans les yeux, la flamme ar-
dente de la passion et du dsir.
Brusquement l'un d'eux laussa
compagnie lu labie et Notrb
il le vit prendre lia chemin
qui n'tait pas celui du logis-
e
...l'a vu entier l-.'.deredo,
et l seulemrnl.se rappeler qu'il
avait pour deux heure! plue tt
donn rendtr.-vous un aati
qui s'tait morfonds l'etten-
dre. Il devait des excuses, maie
n'et pas la loyaut ou la aiaa-
plicil d'en convenir. Au eurv
plus il s'agissait d'un ami sens
bien grande importance, il n'y
avait donc pas se gner. II
l'aborda avec hauteur et c'est
tout juste s'il ne lui reprocha
de n'tre pas au rendee-vous
l'attendre encore... L'autre ae>
contenta de sourire... mais jura
en secret qu'on ae l'y prendrait
plus. Mais quelques heures pies
tard Notre il pensa qu'il avait
mal vu et que le plus attrist
des deux amis n'tait pas ce>
lui qu'on pense...
... voit un fanatique des soi"
res dansantes de Sea-Side-lnn
qui chaque samedi et chaque di-
manche, se prsente l'tablie*
sment avec sa lamille au com-
plet, deux heures an moine
avant l'arrive des musiciens.
Vous le dcouvrirez ce soir.
... a vu un lumeurparier qu'il
fumerait une cigarette jusqn'au
bout, sans perdre sa cendre. II
choisit une cigarette-Champion
et gagna son pari sans effort
Aucune autre cigarette ne per-
met un pareil exploit. Essayejf
avait t la fautrice, le minis-
tre Millerand dcida contra
elle des poursuites judiciairea
qui aboutirent ardonner ea
dissolution ... Dcision saus
lendemain:La C G. T. continua
son existence extra-lgale. Ca
qui n'empche point de l'appe-
1er participer, comme orga-
nisation reprsentative des tra*
vailieurs organiss, i toutes lee
entreprises otficielles dans l'or-
dre conomique et sociale et
mme diplomatique.
Ce n'est pas dire que iea
I pouvoirs publics ne soient sou*
vent agacs des mamtestationa
ti uiulintrs de cet organisme
torg peur la lutte des classes*
Mais l'Etat moderne est une
organisation complexe. Ce qui
lait qu'or*, ne peut mener sea
aflairrs, en voulant tre tran-
quille et immobile. On risqua
ainsi l'enlisement. H tant I*
radirlicn salutaire. Le choc
l lions, le heurt des
doctrines, la bataille des pro-
grammes. La Cit n'en prira
pas.EUe s'ttiolera de vivre sou
mode nnitorroe de penser,
' de dire.
N o u s risquons prcisrr.cnt
sous le diktat de l'article
2."0 qui vit !e jour soua Jean-
Pierre Boyer.
Victor THOMAS


PAii
LE MATIN s27 Xupuita} IW1
SEUL GILLETTE PEUT AMLIORER
LA GILLETTE
ET GILLETTE LA FAIT !
I
-&iJliMie
Voici*
le Nouveau
Rasoir et la
Nouvelle Lame
. -
(iramlcs jimlioMlinns
1. Cofiu renforce du rasoii Dm
oiaa plus pais ri ftrli pro g ni
la garde coude les chocs. Pas de
coupures". Les loi k coii s font
la Gillette raser plus suave neut.
2. Coins [coupe de lu lame. Pour
protger le lil la nouvelle lame
Gillette a les coins coups. Bile
conserve toujours son H le i talgr
'importe quel choc qui en once-
raitls coins de la garde.
3. Dent del garde plat larg i. Le
nouveau Gillette glisse plus uave*
incnt sui la figure. Il des dente
d'une forme nouvelte.scienti I rue-
menl praises 1 lOme de nillli-
mtre, pour procurer une birbe
plue commode.
I. Extrmitsquarries de lu lune.
La nouvelle lame Gillette a les ex-
trmits carres au heu d'tre
rondea. En la maniant ave : its
doigts vous jouisse/, d me.
b. Gardes cannele. La garde du
nouveau Gillette a un tanal nu
dessous du lil de la la m :. leci
permet la lame d'arriver la
base d la baic.
iU&ue
29 ans est une priode conserv la prfrence de tout le monde. Nonobstant la Gillette
le rasoir de sret original a acquis et conserve la prl-
lrence du monde ds sa prsen'ation il y a 2'J ans.
Maintenant il y a le nouveau rn?oir et la nouvelle lame Gillette,
amliors el perfectionns en cinq points importants et aussi
avant le fidle Gillette qui vous a aussi bien servi jusqu'ici.
Les changements sont si importants... si diffrents que tous le8
autres rasoir; deviennent antiques. Liiez la planchette insre
gauthr o entrent qui permettent au i ouveau lasoir et la nouvelle lame Gillette
n'offrir une nouvelle rapidit, une nouvelle fretcheur et une
nouvelle commodi lu baibe journalire.
Pour beaucoup de personnes ces changements paraissent pu-
rils. A tous, nous disons ceci : jusqu' ce que vous ne vous so-
yez, pas ras ;>,:pc un nouveau rasoir et une nouvelle lame Gil-
lette vous ne pouvez pas savoir la vraie signification de ces
cinq amliorations. Les rasoirs de scurit en gnral, sont de*
instruments de prcision, mais les dflrencea qui n'ont l'air de
rien, produisent des rsultats trs protonds. Les nouveaux Gil-
I ttc sont les rasoirs et les lames les plus avancs du monde. Seul
Gillette pouvait amliorer la Gillette et Gillette l'a lait. Ache-
tez nn nouveau rasoir Gillette aujourd'hui mme et apprciez
l'amlioration la plus importante dans le tait de se raser depuis
1902. Le nouveau Gillette est en vente partout.
Gillette Safety Razor Co.
Paquets de
O LAMES
80 cts Or
5 LAMES
40 cts Or
Les nouvelles
lames servent
dans tous les ra-
soirs deux pis.
s tfivritfftii-ie'm * -
Distributeurs : J. D. MAXWELL & C
Hue Rpublicaine. I'ort-au-Prinee, Haiti.
O

^a""""
* Gazoline Gratis ;|
A la STATION IDALE
Qraad'Rue ct de J. D. Maxwell
De jeudi [ai ^dimanche 3W ^courant inclusivement ton
chetenr de. 16 (qsinae) gallons de ^gaeolire comptant a droit
nn gallen gratis.
Approvisionnez-vous la
STATION IDALE
kl rclamez votre ticket pour chaque gallon achet.
Propos
humides
Un confrre n parl d'ane cons-
cription d'hatiens peur l'urine do-
minieaine." Il proteste et d'autant
plus vivement que ce recrutent il il
Dos compatriotes pour l'arme in ne
mie se t'ait sur notre territoire.
Vraiment un peu fort, cela.
Le Ducs antilen ne se |n n
Il est tout le mme impru lenl
prs tout tant pis pour lui.
nousne pouvons voir tranquillement
cet embauchage de nos eoaimes
chef nous. Ali a, non. Que Lo-
niriei nous laisse nos conscrits, el
qu'il nous commande pour autant
ue son trsor neut en rpondre du
HVM SARTHE CACHET D'OR
voil qui nous mettra d'accord atec
Imi.
Vie Sportive
PARC-LECONTE.- Demain
grand match de Foot-Ball :
S/ Ceorgt Club Equipe
coalise. Entre : O.Octs.Tri-
bunes 0,20. Equipe coalise :
But : Gbara,arrires; lilaise.
Vertus; demis : Jean Joseph,
PeUt*Frre,P. Armand;avanta
Comeau, Geo. Audant, Conte,
Wo dley, A. Colimon.JBem-
plaanta : H tbassoD,Baauvoir,
jbs. Vei na, Arbitre : Benoit
Arman i.
Entrainemenl de Volley-
< deux quipet f
ninines.
Un ban pour ces jeunes
filles ( et dames peut-tre,
|U*on nons exi use) qui s'en
tranaient mercredi dans une
>otie affreuse au Parc Le
coule". Nos sportamea gagne-
raient beaucoup imiter i'en-
thousiasme qui anime ces
Sportswomen.
Commerants, industriels,
hommes d'uflaires,|prolession-
nels, contribues la beaut
de la clture du "Parc-Lc-
conte" eu y taisant vos r-
clames.
- D'une lettre du Racng
'.lub Hatien adresse au
le I I 'Violette" nous
extrayons le passage suivant :
Certains que vous un man-
querez pas de relever le gant
que nous vu jetons, nous
voua invitoa,chers messieurs,
i croire uotre confrater-
nelle amiti". Sans coin- i
mentaires.
Voici comment la "Vio-
lette" relve le (/uni parfum',
"Nousvous suggrons de bien
vouloir choisir la date du 6
Dcembre pour la rencontre
que vous nous fuites l'hon-
neur de nous proposer '.Hum I
Amis lecteurs, nous vous in-
vitons aller assister cette
lutte titanesque.
Une quipe combine
du St-Georges<> et du "Mel-
bourne" de la Jam uque vou-
dn it venir ea Hati. Mais le
Conseil de l'U.S.S. H. prfra
s'en tenir la "Ail Jamaca"
et) traitant directeraeni avec
la Jamalca "Foot-Ball*1 Asso-
ciation".
Le tirage au sort pour
le championnat national de
Foot-Ball se tera demain avant
te match de"Saint-George"
Equipe coalise. Les Capitai-
nes du "Raciog" de la "Vio-
lette", des Cadets del G.d'H,
du Melbourue.du "St Georges,
de la "Jeunesse' sont pris
d'tre prsents.
g Le dfi lanc par le va-
leureux"Racing"aqueIque peu
assombli ^l'horizon... sportif.
Des partisans baveux ont
commenc leur propagande
malsaine.
Nous sommes en mesu-
re d'atlirmer que le Conseil
de l'U.S.S.H.j s'oppose toute
rencontre prive iuterclub.le
championnat tant virtuelle-
ment ouvert. {L'argument irr-
sistible du Prsident de l'U.S.
S.H. est que les intrts vitaux
de l'Union sont contraires
un match priv Racing-Vio-
lette/ne voulant pas perdre
le bnfice du championnat.
Nanmoins les deux clubs
peuvent s'entendre sur le
match dn G dcembre, qui se-
rait considr par le pouvoir
central comme le premier du
championnat. Le tirage au
sort se ferait entre les quatre
autres pour complter la pre
mire srie des matches du
championnat. La 'Violette"
est prte accepter n'im-
porte quelle dcision dans
l'intrt gnral.
Notre camarade Albert
Pair/Son vient de former un
Club dnomm Melbourne
Clubt quijprendra part a 'ce
Cin-laldi]
D1MAIN SOIR
A 4 HEURES 1/2 : Matine.
Le Calvaire d'un Enfanf
Ou ( VISAGES D'ENFANTS )
Entre : 0,50 ; Balcon : 1.00.
A 8 HEURES
En amour, c'est comme la chasse. Il ne faut pas chasser deux
livres la fois. La clbre pice ,d'Allred Capas :
LA VEINE
vous en donnera la preuve; interprt par Sandra MilowanoB
Rolla Norman, Pauletti Berger.
Entre : 2, 3, i gourdes.
Echos
-o
menaant du sort d'Elias Eli
s'il ne retire pas sa candidatu
j Le 80 novembre, la SaL
; Andr sera clbre la Croj
des-Missions et Dufort.
La reprsentation du drame1 .
Un duel sous Blanchelande ~ Wne comnaisaien de j
n'aura pas lieu demain soir. La j les' examinant BurdemandJJ
date en sera fixe ultrieure- du gouvernement, If cas dn]
membres d'un conseil commu-
nal candidats aux lections l*
gislativeset communales, a con-
clu eue s'ils ne se dmettent pas j
de leurs tonctions.ils doives! y
tre remplacs par le Pouvoir!
E
000
nient.
La Veine existe. Qui oserait
le nier! chaque jour nous en
apporte la preuve. Tel qui tra-
vaille, qui tait toutee quil peut
dont le visage triste ne s'claire """ --F-* \>*> u-w
jamais d'un sourire, voit sesef- | '' clldr8e de ''culiou
torts a peine recompeuss tan-1 s ,018'
dis que tel autre russit dans !
tout ce qu'il entreprend. Pour- j *
quoi celui-ci a-t-il la veine pour
lui quand l'autre ne l'a pas?
Allez Hatiana dimanche
soir et vous aurez la solution de
cette nigme, daus le beau film >
LA VEINE adapte de la cl-
bre pice d'AlIred Ci pus, inter-
prte par Sandra Milovanoft et
Rolla Norman.
A Prague, en Tchcoslova-
quie, la police a d ouvrir lefea
sur des meurtriers. 10 tus, 13
blesss.
L'Amirican Clipper, l'avion
commercial gant que pilote
Lindbergh, a reu une avarie
Barranquilla.
A Multden rencontre de
Cbinoiset de Japonais. 3 Japo-
nais tus et GO Chinois.
Les Italiens ont repouss
une attaque des Chinois, sur
leurs concessions Tientsin.
C'est une complication inatten
Notre confrre Le Nom/*
liste annonce en dernire lien-
re, dans son nomredo jeudi
2H novembre, que du ct de
Gros-Morne, deux parents' du
Prfet de Saint-Marc- sestr-1
res, prcise un autre contfre
ont t assassins par un incon*
nu arm de revolver.
D'apri les renseigiesients
trs prcis qua nous avons pn
avoir, on se trouve en prsence
pluft d'une tentative d'assassi-
nat, ayant pour mobile l vol.
Le Prfet de Saint-Marc
qu'un frre et qui se trouve at>
tuellement en Europe, poarii-
Tvant ses tudes mdicale.
- La .Chine insiste auprs de :V*LiLf^J&
A Jrmie, un groupe a
protest contre la dissolution du
conseil communal, un antre
groupe a approuv.
Le Temps a rapporte que
d'aprs rapport de la Garde
d'Haiti au Dpartement de l'In-
trieur, le dput Alfred Wil-
liams, candidat la rlection
a reu une lettre anonyme le
championnat. Compliments.
Lisez mardi la VIE SPOR-
TIVE.
F. H.
vant ses tudes mdicales. Il
PrH
i M
protession. L'agresseur s tait|
La .Chine insiste auprs de . .aI-i- T,-., H^nres >
vol en Mandchoune de troupes
Franaises, Anglaises, Italiennes
et Amricaines, devant occuper
la zone qui spare les Japonais
de l'arme Chinoise.
.magin.sansdoufe, qu'ils taient
porteurs de fortes valeurs, de!
vant servir i l'achat de denreil
Gros-Morne. L'incident ml
aucun caractre lectoral oupo-j
litique.

Ihumcsde&rvoj
Souladrfs avic
desVapeufi
L'inhalation d
vapeursierejj
plus wPPrt*J
i souvent l'anifl**
? VApoRyj
PourTout Refroidissent**
Le Kluini Barbaucourt
Dont le renomme est^nniverselle a gard sa premire place'
Demandez partout :
UN 13ARBANCOURT
Dpt :Rue des Csen
*#


Lt M.VA 1I\ . i Novcml.a- iJJl
m*
Dpurez votre Sang
curomal
t__ Kng est Impur, 11 charrie dei srorles,
JimIM. J"nt n* >m " '"'"""rasier. al
SEurrt*' *e traduisent en irritations eits-
*S. n bobos, si (ii-sagreables, si doulou-
'liu'ent: rlous, furoncles, boutons aux
Eiansslsons insupportables. Co sont enfin
JrBfcJres. les tumeurs et les fibromes qui
Jriniiient sur un organisme empoisonne Pp
jLnBflele. On pe>A viter tout cela ou s'en
^Vspidement par une cure au Curomal.
a indication la plus simple, la plus
le et la plus srientllliiue, jui utilise les
de plus da 23 plantes connues de nos
t des mdecins de I antiquit, mais dont
nur UiaAUD. pliarniacien n. par des pro-
jjfj niodernes runi les sucs dans une for-
p
*>-- *. ** ~~ m.... une lui -
fJjQiil lui a cote des annes d'expriences
mal ru
^ artres. ,.-------._..,,---------,
^hutsi fnrooclas, bmiiojjs. ulcres, tlou-
,u curomal i-ueril les maladies de la peau,
limai, dartres^ psoriasis^, dmangeaisons,
I Tdu rtaut, ge critiqua *'
I Tl MMBMt pml flacou CUROIHH
nul* fMulta n brocliure nulk-ath.
bonn*. pharmacie I i par |>
imr
*' _____
nnM pharniaclei. l'rapar par la
BAI'II, iharmasim. Laboraloiraa du Hhfln.
WJTpokt. LfON-OULLIHS (franc) *
Hfti rVt-e-/Yinw : l'harom.t HUCH. *

SPECTACLE
OECE
lins: que noua l'avons an-
b, les Pupilles de Saint-
line offrent aujourd'hui
Udi, Varits, une repr-
Kition thtrale dont le moins
' n puisse dire est qu'elle ra-
ra le record de recettes.
.Jugez en. Pices ? La dsopi
pecomdie de Labiche Km
isons-nous Folleville et la
llicieuse saynte en vers du
Jiraai3turge Irnnais Andr Ri-
|KJre Il tait u-.- brgre .Le
iten cosium'i de l40^ t...
iDnvrairgil.
Ajoultx des numros sen
ntionnels, des surprises s ni-
qoes, et un monologue tout
casser dbit par Daniel Thard
Du rire, se tordre, des ver;
charmants d'Andr Ri voire. Mais
le vient faiie Allred de. Musse
s tout cela ?.... Vraiment.
< demoiselles nous gtent !
loas irez fous Varits ce
wir : Une soire d'art et de lou-1
rire, une bonne uvre. Le tout.
pour le prix ordinaire d'une
liince de cinma.
est l'aliment prfr des entants.
En vente dans tou.es les bonnes pice-
ries de la Rpublioue.
Pour commande s'adresser
L.PREETZMANN-AGGERHOLM & C.
Aqcnts de CORNPRODUTS
REFINING C., New-York.
iTiPisV
pastilles"
* MIRATOM! m
* ^^xcuydaua; ot a
lllllllllinilllllllllllllllHNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIID
UMDICATION par les GLANDES
CD.
CP
<
a
'6LAHD0PHILE*
in extrait do cbndes fraches
maux slectionne parmi les
1rs plut vigoureuses ; son
lise conseille dans l-s cas suivants:
^troubles nerveux, la dpression
Wiqueet morale, la vieillesse pr-
M. C est le produit de oholx clans
"les cas il'lmpuluanco sexuoiie
chez l'homme que chez la femme.
>on action rapide et durable sur
eSilde ,0",cs '" ronclions. le
iJJWHDOPHILEconstitue le rpa-
y le plus nergique dont lac-
pietraciuit par un rajeunissement
total de l'organisme.
Ji "QLANDOPHILE"
en2.n!lcnt aucun produit toxique
WU'trc pris par TOUT LE MONDE :
.adultes et vieillards des 3 sexes,
ifwnde donc le "QLANDOPHILE ":
W 1 homme ou F pour la femme,
lu. ""tice Kra,uitl' et venter
iS?&i.,W BUCH. Port-au-Vrince
k U. .. E* ll's nonnes pharmacies
" fo'ntotiuri : A. THOMAS & C"
^16' R"e Martel. PARIS
^iiiiiiiiiiiiiiiriTiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Un assorti-
ment patant
i)e Parfums des meilleures
inarques, Guerlain Coty
Houbigant Rigaud Moly
n-ux Lenlhric Yardley
Channel Piver. Forvil -
Lubin, etc., se trouve dans la
grande vitrine, chez
PaulE. Auxila
tLECTORALES
Premire circonscription
Report 10,487
26 novembre 1931 280 '
10.7b7;
Deuxime circonscription '
Report 9,4>2
'^6nov. 1931 222
LA C,RLlTHOGRAPHiQUE
0 HATI
Fit lavoir au public el au
CO'fitiKTci- en panicilicr que
ses arelieri ne loi permet'#nt
p*is de labriquer des clicha
tant donn' qu'elle n'a pm
d'inatallation propre ceg-nre
de travail.
Total
9.(i71
20.441
AVIS
A la suite d'une runion
des intresss, il a t dcid
que la publication du journal
La Presse sera provisoire-
ment suspendue. L'Imprime-
rie La Presse continuera
comme par le pass excu
ter toutes les commandes .
Travaux de ville, dition
Touvrages, pho!ogravures,etc.
Port-au-Prince, le 25 No-
vembre 1931.
rAsv) i Ili'lJio/'/'fffW/OA'sl.
Soulagement Immdiat .i gu6riaon ,' '" I
GlobulesRbaud 1
Rsultat mervelilaux.surprenants mme ,
. Toutn Pharmacim Oemandtr Kotlei H
Mariage
f>. l'Eglise S'e-Anno sera
Clbr le sa edi Dcembre
prochain, 5 lues ci demie
du soir, le mariage de Made-
moiselle Anna Ju-Pierre avec
Mr Ernest H. Smith.
Meilleurs compliments.

tatsmervM-.leux.surprrnantsraemea f~h r\ *% /x ^
lufM Pharmael Demandtr /for.o El t. I '/ 1 t 1
UAI.ICHOUX. 7, Rue Victor-Hu J llllll f r
Bla-Colombes iSeina ^ \f\J\J ,
DESCHIENS
' "H6tDO0lobina
l.ir//n .-J*|***r"iy atlSass pn-srrlt par l'alite mdical.
upOrta-ur if la rjand, crue aux ferrugineux. A.dmf dans ie. HpltmuM dt *>mrlK
Dtei. 0k..l ; DES0HIKN8. ,. B P.u, Baudry. PARIS cl l'narnrnlfa. Mm
en ferblanc de 100/1 ninls, qurats50/l ,
20-3 1/2 lbs., 10/1 qallon & 5 dallons, est
la meilleure huile nour la cuisine et la
table.
PETE BROWN
RUE BQltKK-.ro I
lOElIfllnTl -- RABAIS 50 0 'fl
600 paires de souliers lr.ni-
qeis pour daines
Ancien prix Or (k-
Frix actuel .?.-
300 Paires de chaussures
trangres pour hommes
Ancien prix Or 8.-
PrLv actuel ' 4.-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Or 3.-
Prix actuel 1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et Dcembre.
i
STEAMSHIP LE
Le steamer i Ancon i est
attendu Port auPriuce, ve-
nant de New-York le diman
cbe 2d novembre 1931, avec :
9 passagers, lOsacs de cor-
respondance, et partira dans
l'apr.s-niiiii du mme jour
directement pour Cristobal,
Canal Zone.prenant,Irt,malle
et passagers.
Port au-Prince, le 2 bot.
1931.
Jas H.C.VANREED
Agent-gnral
Madame Walter Scott, ses
enfants et lotis les autres pa-
rents el allis remercient bien
sincrement So:i Etcellence
.le Prsident de la Rpubli
que, Son Ex. Monseigneur
Legouaze, la Presse et tous
les amis qui leur ont tmcV-
;.>n leur sympathie l'occasion
de la mort de leur regrett :
A il n'en IV. Scott
Port-au-Pi ince,25 nov. Ifll
Admlnlstratioa *'
des Postes
Avft DR US.PART
As:.uiez-vous contre accident
la flnerai Accident Pire A
Lilej Asusrance Corporation Li-
ini ed . Vve P. Bermingliaui,
A^ent Gnral pour Hali.
s-s c
o
Le steamer Bolivar parti
de New York le 19 courant.
via Cap-H al ien et Port de
1 aix, est attendu l'olau-
Prince le jeudi 20 courant, 11
i (partira le mme jour pour
les ports le la Colombie et
Irlstobal, Canal Zone, prenant
(nva ur uanni
Les dpches pour New-
Yorket lEurope ( Via New
York direct ) par le steamer
.( Orange Nassau sont fer-
mes aujourd'hui samedi 2f.
rant.
Irl et passagers.
Le manifeste de ce navire
reyu par avion-poste t la
disposition des chargeurs aax
bureaux de la.ompage-ie,rue
Traversire.
Porf-snprince le 24 novem-
bre 1931.
Colombiqn Steamthip Co lut
E. F. CLEMENTS
r.ncral-Agcnt.
Insurance Co
|l]ne des plus fortes COMPAGNIES
^CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
)utes les Polices
DE LA
^comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
Aqents Gnraux

&ummwamammLmiL&\
mi ^SBlRWsHLWlMatti


"'*d^#L'
I
Samedi
28 Novembre 1031
Le
i**
?--".*&. V
,!* "IlRLMl XaMWiWSiUUQK^MBMjaRHMMMV .3 ISMMOai J-i*Bfc.'
i
PRSENTE
Les



i
))
A 5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMFLIFICAlIOh' PEhJODE
Nouvelles LampesNouvelle conception
Meilleure RceptionMeilleur March.
LA COMPAGNIE


OFFRE AU PLBUC
Un Radio la porte de toutes les bour-
ses, et prsentant foules les qualitsd une
Grande Machine.
Nous invitons le public venir voir les
diffrents modles exposs en nos ma-
gasins.
Kneers COJJMB1A Music Hall.
KNEER'S GARAGE
ASSUREZ-VOUS
a
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
... de Perth ( Scothind )
tiar li tfifiNEPAL f &t une des pins puissaufeset des plus vastes orgaaisaliaas
ie a* gear*. l.t s 1 ei 1 ue ; couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le
ade r
Ses]|Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionn par la foudre
Ses Polices pour Automobile* couvrent vois, incendie, malveillance, dommages
Kifes a autrui daus la } ei sonne au dans i es biens.
Polices Maritime i mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati
Ontre auidents sont vaal es dons I univers entier. Tous les voya-
gus devraient donc pn ulre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
lu moius 4000 dollars, i.' pi une am aele n'tant que de 1/2 % soit 20 dollars L\ C.
Veuve F. BERMINGHAM^ AuxCaves
Agent Gnral pourllaiti.
SUS OENTS Port-au-t'nnce; 1G. GILG
JEAN BLANCHETJ';rrie
4 PAGES

*,-vMvn*mm \
D
Wr M. A.. Bien-Aim,
Mallrr-Taillenr
A le plaisir d'annoncer au
public et notamment ses
anciens et combien constants
clients,tant de Port-au-Prince
| que de la Province, qu'il a
rouvert sa maison de contec-
tioos pour hommes,temmes
et garonne 3.
Cet tabissementjqui est si-
tu presqn'en face de la mai
son HeinboM & Co., au No
1718, rue du Magasin de l'E-
tat, fournit les tissus de tous
genres, et Monsieur Bien-.
Aim, bien connu de tout le
monde, rserve un cordial
accueil a ceux qui l'honore-
ront de leur confiance.
A vendre
Une uroprit de 50 piedt
sur 15 six pices. Entra La lue et
Bois-Verna. Rue Carlstroum.
S'adresser aux bureaux de
Le Matin*.
COUDOWRtl lOtrCiMH.
HYPPOLITE JEUDI.
Propritaire.
Annonce sa uombreuse et
fidle clientle qu'il vient de
transfrer sa cordonnerie en
face de l'Administration dts
Postes, Grand'Rue, No 1721.
On trouvera comme tou-
jours un grand assortiment
de chaussures trangres el
du pays, de la parlumarie,
des chapeaux paur hommes
et femmes, des chemises et
en d'autres articles de fiues.e
dont on ne peut se passer poar
les ftes de fin d'anne, tes
articles se vendent des prix i
dfiant toute concurrence.
Si vous voulez tre a la
mode, visitez un moment la
CV.Ivn rie\O\r-C\R\lEL
pn t..e fla Toslc, Gr.md'Rua
No, 1721.
600
soulage Atn maox detiee de
la nvralgie en 30 minutes.
Arrtez un refroidissement le
nremier pur et la malaria en
trois jours.
Grili sauve le bb du retroi
drvsement
, *-*. .
25cm# ANNLL 7542
Port'au-PrinceJ
Tlphone 221J
Lykes Brothers SS Co ]n(
Texas - Hati Santo uomlngo- 'Rico
flL ! sarvice hebdomadaire et rgulier nasT.. '
trat antre las porta da Golfe du Texas directe!e,
Part-aa-Priaee, flaiti. l H
Paar la rception rapide et le maniement babil-il
iHMrtations, sarvez vous toujours des navires de .'t Ly
Lit aro^haines arrives a Port-au-Prince sont-
Steamer Tillie Lykes* 4 dcembre Ufej]
Bureau :[\i Mu Magasii Jel'KUi. Boite'Postale B
IIUEZ PAS OE FIE UN PETIT M
TERRACE-GARDEN
Chez W, KAHL
Petionville
l.tOi ileds )l tade L'tablissement le plus fraudai
virana et [art -Prince.
SaaleaieBi ) Minutes d'auto sur nue excellent re
asphalte. Tats aierveilieuses da la ville et du port.
Boiseons de toutes espces.
DINERS GOUTERS SANOIL
arrangements particulire paur las pension de am
da semaine au de mois.
SOUVENEZ-VOUS
JAMILLhS,
ET VOUS AUSSI JEUNES GENS.
T.S.U,.PJi^.",,oniu*e-rnrbre "s. Iruils.? I'IH
I il l;t \H\ Ll.fl ifreeeniraanJc ri Vimpese par les rriiillati
Tant pour lee reiirs dauiqaes 12e phitoettut.
Pour 1 tude des langues vivantes.
Que pour l'enseignement rapide et str da la H>.
Hactylo et de la Comptabilit.
Sougex qu'il s'y trouve une irrewochablt ptnoR jm
)Sport, soins, discipline el travail).
^'adresser : 1537 Hue, Lamarre, tlphone : M91.
Laboratoire Sjourn
Diaacvasas
F. Sioen.NS, Pharmacien
R. Sjourn*. Pharmacienne l'Universit da Pan'."'
M. Sjourk, Pharmacien de l'universit de Permise
interne des Hpitaux de Parii.
Analyses des Urines, du suc gastriejue. da mt (
armai nf Ure, Constante d'Ambard, Glycmie).]
:\ cictiats.Des matires tealcs.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Rhum Saillie
C'est la quintesaenae des meilleure!
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les''meilleurs terroirs.
C'est ce qui] fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
raM
mnw
saique Hatiennes
*u
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 122^
r*S*hoTrc : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs