Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03778
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 27, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03778

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
1358 RULi.AMtRlCAlNE 13*3
TELEPHONER 2242

U najal asn< ri| cach rnm
l'avenir ; nonn vitou mir.' >ii
n tiers paisses, fins* "oni.fi de a
qui fat ri hnrrililutlr dr ce S'il
MU,
At.atsle FRANCE
25me ANNEE 7641
POR-AU-PRINCE( HATI )
?ENDBEPI 27 NOTEMBRE 19!

rt
VERS DAMIEN
Ds qu'on quitte la gare de
h P.C... un long et large ru-
j, de terre grasse mle
parfois de sable gris ou jaune
droule jusqu'aux proton*
Lrsde la pleine du Cul^de
Sic. A partir du camp d'avia-
oo, en avanant vers Chan-
Lgrelle, a droite et gauche
clques misrables cahutes
vlent la prsence de rares
bitants. Pas de culture d-
nis toujours.* La cime mou-
uoneuse d'une torl de baya-
^Ddes, de caaapchiers, s'-
y sur un 'parcours consi-
kble.
lu temps de la colonisation
/Daise, sous les adssinis-
fleurs Larnage et Maillait,
i j'ai bonne mmoire, un
ijstnir d irrigation dont on
brelev les traces avait rendu
prospres ces rgions. On n'a
pssu le conserver, hlas I et
depuis lors, l'acacia, l'alos,
diflrentes crces de cactus,
de lianes ?< dur'oppent en
pleine libell et donnent a
ces lieux un aspect dsol et
MHge. Ce jerpetuel crou-
lcmeut de toutes choses est la
grande tristesse de la vie : ce
qui' tut n'est plus et ne sera
jamais plus.
Une disette d'eau se tait
sentir i travers le pays. C'est
lia mal gnral. S'il est vrai
que l'irrigation est une des
conditions essentielles du cl-
teloppement agricole, l'on
doit reconnatre que le man*
3ne d'eau est une des causes
n marasme o est plonge
notre agriculture et dont elle
ne semble pas prs d'en sor-
tir. Il laut observer aussi que
les travaux d'irrigation de la I
colonisation franaise avaient,
Hfaits par des esclaves. Au-
,juni mu, le peuple sou-,
(erain ou non * doit peiner
oui' gagner sa vie lui mme
cou instruction devrait tre
aut tout dirige vers le la
r productif. Ainsi que
s toute la nature, la pa
se et le moindre eftort ten-
t toujours l'emporter
r les habitudes d'activit les
lieux organises,
itfatine radieuse, d'une
nicheur dlicieuse. Ma poi-
frine se dilate. Je hune l'air
(pleins poumons. Je roule
vitesse rduite pour mieux
jouir de la douceur de l'heure,
malgr le lger staccato im-
prim la voiture par la
route dfonce a certains en-
endroits, par des camions. Il
n'y a rua de plus efficace,
parce matin exquis, pour re-
mettre les penses d'aplomb
et revigorer le corps fatigu.
C'est un arrt,un entracte des
soucis quotidiens qui vous
assaillent... Les montagnes du
Mirebalais se profilent dans
le lointain. Elles estompent
le bleu du ciel. Un vol de
tourterelles traverse la route
porte de fusil et mes ins-
tincts de chasseur se rveil-
lent. Ces bois doivent receler
aussi des bandes de pintades
sauvages. Quellei belles chas-
ses pour un amateur I
Aprs avoir laiss la Hasco
dout les activits sont bien
connues, voici Drouillard.aux
champs de cannes empana-
chs de verdure ondulant au
souille du vent. Ancienne
proprit de l'ex Pisident
(eflrard qui y avait plac de
torts capitaux et une immi-
gration de gens de couleur
amricains, elle a connu,
l'poque de son gouverne-
ment, une prosprit qu'elle
n'a pas pu reconqurir, mal-
gr les amliorations et inno*
valions apportes par la Has-
co qui l'exploite actuellement.
Puis, c'est le carrefour Viu-
cent, gauche la route qui
conduit Sibert et l'Arca-
haie, Sibert o Coutilien
Coustard protgea la retraite
de Ption poursuivi par les
dragons du Nord.
11 rditait le geste de Cris-
toval dans Bernant.
On arrive maintenant
Sarths o se fabrique le/a-
utrii.r rhum si apprci Ys
amateurs pour sa finesse, sa
souplesse, son moelleux et un
certain bouquet remplis de
charme, a Cazeau dont la pe-
tite rivire serpentant na-
gure travers la route a t
capte et canalise. Ses eaux
bienfaisantes qui se gaspil-
laient apportent maintenant
la fertilit aux champs aveisi-
sinants. Et enfin aaaen o
nous descendons, le Directeur
du Matin et moi.
I/Ida
ALIX ROY
29 annes de succs.
nses* jk 'VMK9MIHVOjnBTJflaja]0BMBWQB%tflBVOJ93Bnin?nn^
Gazline Gratis
A la STATION IDALE.
ar'Fu ct de J. D. Maxwell
Da jtadi sa isnanehe 20 ^courant inclusivement .tout
acheteur de 1 (qtinae) gallons de gaaoline comptent a droit
nn gallon gratis.
Approvisionnez-vous la
STATION IDALE
A7 rclamez votre ticket pour choque gallon achet.

niants, 7o Us fonctionnaires du
Gouvernement ( Service Postal.
Dlgu des Finances.etc. ). 8
les Grands Fonctionnaires (Ser-
vice* d'Hygine, Douane, Tra-
vaux Publics.) etc. Wo les Olli-
eiara du Manne Corps, lOo le
Tribunal de Premire Instance,
le Parquet, l'Ordre des Avocats,
les Reprsentants des Cultes,
Ho la Couronne oflerte par le
Prsident de la Rpublique
porte par un officier de sa
la Musique de la Garde d'Hait
et au milieu d'un peuple im-
mense dbordant de toutes les
rues, malgr une plui" ballante
prit la direction du Cimetire
qui dj tait envahi, par des
milliers d individus se bouscu.
tant pour occuper les premires
placrs, dans les environs de la
iombe.C'est doncauprix de mil-
le dilftenl's et un traversant
lentement.pniblement et auris-
que de perdre baleine, les rangs
Maison Militaire, le lieuten; ut j serrs dune masse compacte
Armand Tessiez, 12o les Parle- d'hommes, de femmes et d en-
mentaires, 13o le Char Fun- fants.de toutes les conditions so-
bre, 14o la Vve Charles Zamor ciales.que les porteurs des restes
accompagne du Prfet Joseph
Nol, reprsentant le Gouver-
| nement de la Rpublique, lio
le Chef de la Maison Militaire,
le Capitaine Durc Armand, re-
prsentant Monsieur le Prsi-
dent Stnio Vincrnt, lOo les
Membres de la famille du d-
funt, 17oJle cortg .
mortels, recouverts du Drapeau
National du Regrett Snateur
Charles Zamor. purent les d-
poser dans le ci: de sa der-
nire demeure.
La pluie, la rumeur d" la lofl-
le norme, ne nous pe mir i t
pas d'entendre les mois d a-
dieu qui turent adresss au
Parmi les nombieuses ccu- Dfunt par le (hf de l'Eai Ma-
ronnes, on voyait celles ofler- jor le Capitaine Durc Armand
tes par la Chambre des Dpu- '. au nom du Prsident Sinio
ts et les Exils Dominicains Vincent en dposant sur la
en ville. J tombe la Couronne offerte en
Les cordons dn pole talent j cette circonstance par le Chef
tenus par un snateur, les d- j de l'Etat, ainsi que ceux d'un
auts Horace Bsllerive.Jean B- : Snateur au nom du Snat de
Iwsire, Kdgard Pierre-Louit. la Rpublique et du Dput
( A suivre )
T. Jk.V
A la Cathdrale, on remar-
quait, aur son trne. Son Ex-
eellence Monseigneur Jan, les
Colonels de l'Occupation et de
Jean Ithzaire, au nom de la
Chambre des Reprsentants.
Cependant, nous reproduisons
ci-dessous le beau discours lu-
la Carde d'Hati, accompagns j nbre prononc cette occa-
de leurs otflciers suprieurs, le siou par le Dr Ption Boncy.an-
Notre confrre Las Amnalbs CAreisas a publi une relation
Pouvante des funrailles eu snuteur Charles Zamor. bous
produisons ci-aprs cette page l'intention des nombreux et
met amis de /'illustre dfunt, et aussi comme un nouvel hom'
euuudu Matin au grand mort :
tes funrailles du Snateur
Charles Zamor
te
Les funrailles dn Snateur
{{'les Zamor, dcd le mardi
{novembre 1931, vers les
J h f'Jnien, ont eu lieu ici, le
jMemain, mercredi, veis les
'heures da l'aprs-midi. Elles
"rfnl grandioses ; dignes de la
p imposante da celui qui joua
in des principaux rles dans
*0jeloppement de notre his-
,0lr\caQtemporaine.
L Snateur Charles Zamer a
, Lne fin chrtienne, non aeu-
ttteuten voulant recevoir les
J^iers sacrements, mais en-
,re. tn exprimant son dsir
* mourir en paix avec tout le
,nde. U reut la visite de son
le Vnrable Prlat,
Jeil,
n Excellence Monseigneur
J*[suzan qui, g de 83 ans.
tonne de le voir s'en aller
J*10*, c'est--dire un ge o
" "oanne peut encore vivre
i^?Ps- M" Raymond La-
urel, lUlin Llitnne, notre
I)irecteur,etc, les nombreux pa-
rents et amis l'assistrent aussi
dans ses derniers moments.
Lorsqu'il rendit son me a
Dieu, toute la ville lut secoue
d'une pnible motion et devant
sa maison, situe dans la rue
Henry Christophe, se troava,
campe sous la plaie, une loule
norme, apportant i la lamille
plore l'hommageireaptctueux
de sa sympathie et disant dans
sa p r o I o n d e I consternation :
i Comment estjmort cet Hom-
me qui avait chapp tous les
dangersjde la Guerre et profi-
tait de tousajesjavantages de la
Paix ? mmmZ .J
Aprs l'autopsie da cadavre,
eurent lieu Us funrailles, sui-
vant le protocole ci-dessous :
*lo Les lves des coles, 2o
la Musique de la U, d'H., 3a le
Bataillon de la Garde d'Hati
4o le* diflreutes assortions,
5o les directeurs des Banques,
Go les reprsentants des Ccn>
Corps consulaire,les principaux
ngociants,exportateurs hailiens
et trangers, etc., etc.
Le Chanoine Jean Marie La-
crampe officiait.
citn Ministre d'Hati Berlin.
Lorsque la pluie cessa de
tomber, que le soleil, vainqueur
des nuages, se coucha dan-,
un bain de ta mi re, que la na-
Aprs la crmonie funbre, ture, par consquent, reprit son
le cortge, aux sons lugubres de deuil nocturne, les gardes qui

Le Bonheur!
IL m 'acheta paa i prit d'&rgant II
ans argent, il t*t diBa.lt aujourd'hui d'tre
Ouvre* un compte d'pacgM sans tarder: t
parauxa dmarche 1 faire pour assurer Tavanf.
et > fMai +m mm
La Banque Royale
5 du Canada
et or
I OE LA S. D'H.
ET mmi DUT!
( VOL. 2 n )
Noi s accusons avec plaisir
"pton du dernier numro
de la revue de la Socit d'His-
toire et de Gographie d'Hati,
do.it le Docteur C. Pressoir est,
comme on le sailje grant ris-
ponaable.
Le sommaire, partici'irenipn
intressant, comporte un comp-
te-rendu dtaill et du o la oln-
me alerte du Snateur Price
Mars, de la participation ha-
tienne la commmoration du
centenaire de l'abb Grgoire,
une lettre du Snateur aux
Membres du Corps Lcgislalil
pour leui demander de sasso-
cier ans ftes commmorativea
du giar.d philanthrope, le ma-
g's ml discours pr< nonce par le
Snateur Mais i Veho, lieu de
naissance de l'abb Grgoire, la
conlrence.si justement applau-
die, prononce le 31 mai 1031
la So<,t d'Histoire et de
(> t graphie d'Hati par Ne Du
racine Vaval, .-ur l'abb Gr*
coin dana ^^s i apports ve<
Si Doaiipgos et Hain... et enfin
et dans un autre ordie d'ides,
le Mmoire du Prolessenf l'r-
ban sur In Gographie Botani-
que d'HaitI, extrait du "Je volu-
me Nous remercions le Dr Pres-
soir de son gracieux en/oi que
nous avons parcouru avec la
heil de CODStater que nous
avons t dignement reprsen-
ts aux ltes grandioses du cen-
tenaire de h bb Grgoire.Peut-
t'e hiui-il quand mme re-
greiler l'omission inexplicable
i dant, ce numro consacr
l'abbe Grgoire ) du magisral
discours prononc la Sorbon-
ue el en prsence du Prsident
de la Rpublique Francaise.par
notre Ministre en France, Mr
y o'i.vantin Mayard 11 n'eut cer-
tain ment rien dpar.
Ajontons, pojr loir, que le
numro a e;e imprim avec un
soin tout particulier qui en
agrmente fa lecture, et lait
vraiment honneur l'imprime-
rie de notre aiui et couhre
V. Valcin.
AVIS
o
A la suite d'une runion
des intresss, il a t dcid
que la publication du journal
r La Presse sera provisoire-
ment suspendue. L'Imprime-
rie La Presse continuera
comme par le passe excu-
ter toutes les commandes :
Travaux de ville, dition
d'ouvrages, photogra vu rcs.ctc.
Port-au-Prince, le 20 No-
vembre JlJ3l.
entourrent encore la tombe
du cher Disparu firent enten-
dre, en sou honneur, trois sal-
ves de mousqueterie, tandis
qu'un clairon camp dans une
attitude martiale, modula dans
son instrument envelopp du
Drapeau National un chant
d'adieu. H dut laire1 tressaillir
d'motion guerrire l'Ombre de.
celui qui avait vcu dans la
carrire des armes et enfin
mourait dans la pourpre curule
d'un Snateur de la Rpublique.
La loule elle-mme, value
plus de trois mille personnes
dfila devant les restes mortels
du dlunt, s'attacha au cer-
cueil et la tombe du dernier
survivant de cette pliade de
gnraux qui taient hier les
n i1". absolus de ce Pays.
li ta Hait, pour la porter
it disperser, ^ue les fossoyeurs
levassent sur elle leurs pelles en
lui disant : Vousvous tes trop
intresse cet Homme duianl
sa vie ; laisai -
maintenan en pa s, dau* la
Mort.
... a vu hier une auto en rew
morquer une autre qu'avait im-
mobilise une panne rasleucoo-
treuse. Tout alla bien pendant
quelque temps, puis crael la
remorqueuse s'immobilisa son
tout... Une troisime auto vint
alors la rescousseet trs obli-
geamment remorqua le deux
paralytiques |usqu au pins pro-
chain garage
*
... voit une maison du quar-
tier, hier encore tout anime
des bats d'un i*nn Miixpt le
cinq ans, estombtie b*in|n*
manl par la mort.. I?*i 'i
ipectaole dchirent qoe i< '*.
sespoir de la pauvi hum..*,
devant le petit rorpi retroufi, et
les veux termes de son ga-^-

.. vad que notre ami Svlele
Cator t'assujettit un entrana*
ment mthodique, pour i*con-
qurir le record du m ut Mi laa-
gueur que lui a rceRWi'et a-
lev le Japonais Non bu. Ne
vous avisez pas rts ta m ni ci da
lui offrir an verre de bire, il
s'est mis en pnitencs ; ortive:
a ften Irstche.
... l'a vu l'antre j*r, odaat
aux instances d- ; i. ; >.-s umw,
I pour la premire lois dapani
son lanieux sol de7 mtresW,
r\r .'-. i :i nouvcmi l'laatieit
de ses jarret et umiquer 7 m-
tres 32. C'est pronieitenrl
N'our (lv.i. lui envoie ua af
fectueus renard d'encoarage
ment.
... voit, cli :| c midi, ckf.
noire ami Baiil, alias Baaumaat
suChamp-de Mars, une respec-
tacle compagnie de plus de qua*
rante ans : un ex-iamislre, oa
banquier, de gros bonnets da
commerce, un ingnieur, an
gant allemand, sirotant avec
un recueillement de cannais
seurs le merveilleux caaktail
dont la Maison a U secret...
C'est l'excellente compagnie qa'-
OO y trouve toute heure, so-
tant que l'accueil toujours aima-
ble du patron, qui fait de cet
tablissement a peine pins spa-
cieux qu'une cellule de prison-
nier l'un des plus distiagos ca-
ls de Port-au-Prince.

... voit qu'en aMeadaat. de
dballer et d exposer ses jouets
de fin d'anne, notraami Past,
AuxiLA, (jui tient ea qaa sa
maison soit le Paradis des En-
laids, ollie au plus bus prix,dea
poupes articules, liabills
comme des princesses at posa
les petits garons, daa ballons
increvables en caoutchouc, avec
lesquels nos citoyens mineurs
pourrons, en rva tout an moins,
explorer le Ple Nord t le
Ple Sud.
UNE TRISTESSE
DE PLUS
Le Snateur Prie Mare la
date du 10 avril 1031 proposait
par lettre, que chaque Membre
du Corps Lgislatif s'engaget
verser une cotisation da cinq
dollais, destiue contribaer
aux frais des ltes du Centenaire
de l'Abb G goire, et de l'rec-
tion d un mannsaent en son
honneur Paris.
La suggestion est adopte
l'unanimit, mais, ajaate avec
amertume le Snateur Mars...
quelques-uns seulement ont ver-
s la cotisation... le plus grand
nombre s'en eat abstenu.
1. sve< une ironie qu'on If-
. de ne pas seutir le Dec-
teu: Mars flagelle : <(Ju ceux
qui ont bien voulu rpondrai
mon appel et cenx qui en 0nt
t empchs reoivent ici mes
leur rctementi les plus chaleu-
reux nom du Ccml d- Pa,
11-..." Tuntt tnau I 'ristel


T
r*4tffca
us
3 27 ftavax 1**1
S***: <4(MM|
Ency
clique de S. S. Pie XI
sur la crise conomique
et la course inquitante
aux armements.
les am


Aai vsrables frifs les Palriar
ehe, Primais, lrjbe?esiiirs,E>e(|i<'s,
et aiiln'; rdio.iirps ru \r.\i\
et rtnianiniou avec le Sije
\|isl(iiijiic 1*1 K XI, l'api*.
Ua nouveau flan menace e!
frappa dj eo grande 'partie
le irou jau qui Nou e&tconV
li, el avec plus le viii t .
encore celte portion plus lei.-
que tonnent les eniants, 'a
chsse ouvrire, le- travail*
leurs,tous ceux qui b sognent
et qui peinent.
lue iNuliiiiid a MVxHIents Imaii-
Irurs n-iliiit.- a une Isdigfnce
eilrtae,
Nous entendons parler de
la si grave crise Qnancifr
(|ui pse sur les peuples et
accentue en tous paya les
pouvantables progrs du ch-
mage: (.'est. ainsi qu'une telie
multitude d'honntes al excel-
lents travailleurs, qui r.e de
manden' rien d'autre que de
gagner honorablement leur
pain quotidien, que le divin
commandement leur tait sol
llciter chaque jour du Pre.
cieste, se voient lduits.avec
leurs ta milles une extrme
indigence. Leurs p. i u
mu Notre ictur ;
iNous. (ont rpter,,.
bm tendresse de ooramisi
tion. la parole qui sortit du
cur trs aim du divin MLal
tre, en prsence de a toul
languissant de taira : .bi.sv/vo/'
super turbam.
lae multitude de petits esfsstS
irivl de pain et de joie.
Mail notre coninihration
se tait plus1 vive encore, cou-
sidrant cette multitude de
petits enfants,victimes les]
innocentes de ce triste
de choses, et qui demand ut
du pain, alors que pcisoum
ne le leur rompt, i. Dans .
ambiance de misre,ils voient
s'vanouir cette joie et ce
sourire que leur mr ingnue
cherche inconsciemment au-
tour d'eux.
avec l'hiver et la plaie du ehomigC,
l'riasperalioii redouter Ali
lualkuureiu.
Or voici que l'hiver apprq
che, ave- ce cortge de sout-
lrauces et de privations que
la iroide saison apporte aux
pauvres gens, et spcialement
a l'enfance si tendre. Il y ;i
tout lieu de reloue qo
plaie du chmage> don: 6 ou
parlions, n'aille s'aggrav
au pointMque l'indigence
tant de lanaillesSdju si
lheureuses et de leurs enlan
abandonns les pousse ce
qu' Dieu^ue plaise l'exas-
pration S'est tout cela qu'en-
visage avec anxit Notre
cur de l're.. Aussi, comme
l'on fait dj eu de pareilles
occasions. Nos prdcesseurs
et jagure encore Notre im-
mdiat prdcesseur Benoit
XV, de suiute mmoire,Noui
levons la voix el adressons
Notre appel tous ceux qdi
oui le sens de la lui il de la
charit chrtiennes, comme
pour une croisade Jde charit
et dj secours, qui, tout i
soulageant les corps et t o
rconfortant les mes, tera
renatre oneconliance
dissipera les troubles senti*
ineuta que la misre o
dre, teindra le leu de la
ne et des passions pour le
remplacer par les ardeurs de
l'amour et de < <
. 'le lien plus noble et plus
- Iricl d | a;x. de la pros-
prit individuelle el sociale.
^ I Hpital gnral hatien
out t idm s d'urgence avant
par suite d'aceiden!: Em-
manuel Oossous.blessure ron-
tusc"au cui chevelu, Iree*
turc du liers intrieur, cubi-
tus gauche. Mme Millieu
Ernest, [foites contusions, -
Tn mne Mur.i',contusuiu
an poignet, gratignores la
main dioile et au genoudroit.
le saeaia rae d une c
de chi rite.
ralsade
(l'est donc une croisade de
'- mour et sans doute
aussi do sacrifies, laquelle
Nous convions tous les fils
d'un mime Pre, membres
d'une scu e e' grande famille,
I qui est la famille mme de
D h, et tous participant.com
me des trres, la prosprit
et .i la joie, ainsi qu' l'ad-
versit et a ix douleurs corn*
munes. A cette croisade.Nous
les convions tous comme a
un devoir sacr. Oesl d'ail-
on commai a\ for-
mel de loi vanglique et
que s a procl m comme
lepr rimordlal, rsu-
nel syntha d jtous les au-
, celui d cha H, que
tris Cii
eu des jours ine e1 de
guerre (m les, a iocul-
' si lortment et tant de
que diocse, Non! ne voyons
d'inconvnient ce que
vous vous unissiez vos
mtropolitains respectifs ou
i quelque institution
niable, d'efficacit prou-
et jouissant de v(>tre con
if i .ce.
Dj nous ^vous avons In
vi* '; user "de tous les mo-
yens eu votre pouvoir;la pri
re, la prdication, la presse,
mais Nous voulons aussi tr<
les premiers nous adressai
vos fidles pour ies engager
in viscribus Christi rpon-
dre avec une gnreuse charile
sjrotre appel, eu mettant en
pratique les industries qui
HoUre Lettre Apostolique
vous aura suggres.
Jsus oui'
jre si lonemi'iH
prises, ju ' en l
narque de son pontifl at.
la
Bothousiasae de? pinir relie ereiisde.
Aujourd'hui, Nous alliions
- lement l'attention
mr s trs daox prcepte,
non seulement en tant que
ievo me et comprenant
toul i que, mais
oaime le sublime idal pro-
io tr< icuiiremant aux
plus gnreuses ei plus
|i tireuses de pertactiorl chr
leunei lit Nous ne croyons
levoir insister beaucoup,
tant il est clair que scu les
;ette gnrosit les curs,
celte ferveur dea
Henni s, ave : leur lan de d-
nouement ii' riflees
l r le .saiui
Je cens surtout qui sont le
plus dignes de comp i lion,
comme ci tu tou ion
le petits entai russira
>;ir un ellort de concorde
inanim, surmonter tes
i- e. difficults de l'ha
prrhe |la misrietrde
Mais, parce que les seuls
ellorts humains sont insulfi-
18 si la grc de Dieu ue
leur vient en eeoura^levons
tous de ferventes prires
l'Auteur de tout bien pour
<|iu-, dans son iunie misri-
corde, il abrge cette priode
de tribulations. Et, l'inten-
tion de nos fn i. qui sout-
irent, rpta plus d'in
tensit que j niais la prire
que Jsus lui-mme nous a
enseigne : J'uncm iwstrum
i otiiunum d hobis hodit.
Que tous se rappellent,com-
aie gage d'mulation et de
rconfort, que ie divin R-
de npteur retiendra comme
Uil a lui-mme ce que nous
tns tait pour ses pauvres
(Matin, xxv, 40).et que, selon
une autre parole consolante,
venir eu aide aux entants par
iur pour lui. c'est avoir
autant d'gards sa propre
personne, ( Matth. xvni, 5. )
!
M .e ii te.
Ncessil d*trrter i:> cesrie
deplorpBle am aiuniuei
Par ailleurs, tant
|ue la cou i se effrne a
armi une part rsul-
ta te I tre les
peuples, et cause .l'autre pa t
d noi mes dpenses sou itrai-
iubl c, n i
.s le moindre coefficient le
i crise prsente, Nous ue
> >uv i abstenir de rc-
qoui le taire Noirs le
lent de Notre
qu'on
ne l'ait pas encore compris, et
Nous vous exhortons tous,
l^ res, pour que
vous vui :. empioyie: i
les esprits par tous li
moyens de prdication si de
I rr dre disposition et
a disposer les curs auxre-
I ates de la droite raison et
[lus en de la foi chr*
tienne.
Devoir ci :t
des iYqiei d u- i,i
11 nous W que
us sera le ren-
-vous la charit e d
.s fidles.
on mme temps que ntre
de butiou des sceours
qu'ils aor ports. Et si
( tait plus oppo tun eu quel-
\i,r al ,ueu pour U**petits euhiity
[in, la II te que l'Eglise
: bre aujourd'hui Nous rap-
pelle, connue pour jconclure
tations, les mou-
vantes paroles de Jsus, qui,
aprs avoir lev, selon le
mot tde Saint Chrysostome,
d'inexpugnables remparts au-
tour de lame des eulauts,
aj mtait Gardez-vous bi sn
de m pi iser l'un de ces pe-
tits, cari je vo ... le dis, leurs
anges voient sanscesse la face
) dmon Pre, qui est dans les
cieux. ( Matth. xviu, 10,).
Ce seront prcisment es an-
ges qui, dans le ciel, prsen-
teront au Seigneur les actes
da charit accomplis par des
poeurg gnreux envers les
eulauts, et qui, leur tour,
obtiendront les plus abon-
dantes bndictions pour ceux
ENRIQUE VALVERDE
M. Morille, l'aimable et dis-
tingn Charg d'Aftaires de la
Hlpubliqi-e Dominicaine en
Hati, r.ni* a fait le plaisir de
nons prMttSf en nos bureau
le Capital! e aviatear Domini-
caln, Knriqne Valverde qui pi
lot" l'av:on N. C. 782.
Le capitaine Valverde qae
nous croyons avoir dj vu
Port-su-Prince, lors de la vi-
rile aflBcielle* de Vasques Bor-
ne, est un ps3sionn de l'avia-
lion, e qui parle de se* diff-
rents vols evee un enthousias-
me o perce sa li'e.de repartir.
Parti de Ntw-York siir.edi der-
nier, le capitaine a touch Mia-
mi et diligentes villes de Cuba,
avant de se posr, hier mii,
sur noie arodrome, d'o il
s'est d'ailleurs envol quelques
heures aprs destination ;de
Santo-Domingn.
Nous regrettons qu'il sil trap
lard pour lui souhaiter un agra-
qle sjour Port-au-Prince.
LA FTE LITTERAIRE
OES PUPILLES
C'est bien samedi, le 28 no-
vembre, qu'aura lieu la soire
littraire des Paaillea de Saint-
Antoine. Tout le monde cm-
iia;l l'i.-.frt qu'offrent, rhaque
ane, ces reprseplattone.
Le comiqae si ra, pTralt-il,
poo! eelte lois jusqu'aux plus
extrmeslimiles: F.mbrnmons
nous FolIeviHc , mlange de
ton rire, d'lgance et de grce,
promet le plus clatant succs.
Il'nit une bergre , fent
d'Andr Kivoire, sera savam-
raenf interprte par Mme Jac-
queline Wiener Sdvera, Mlles
J. Silvera et M. Hoy.
L'nn de nos meilleur violo-
niateS a consenti rehausser la
ft de sa talentueuse collabo-
ration.
Il parait, de plus, que les or-
ganisa'rices nous rservent une
surprise exceptionnelle, quel-
que chose d'indit et de seura-
lionnel.
Les cartes vendue sont dj
nombreuses, ceux qui dsirent
des plpces 2 gourdes doivent
se pret#r nrre q'*llas snt
linvi.'. , ceuxqni nimaut mieux
les tatrtenila rservs doivent
retenir au plus tt leent places
p. ,... qUe !e intnleurs num-
ro-, n'enlvent. Ils trotiverOSt
de* carte i Cin-Vrit*., saa
Mlles Mathon e Sylvain.
LE Pmcs
OES APPOINTEMENTS
/.c Dpartement des Mnctoces
nous cummuiiKjue :
L'impossibili matrielle de ra-
juster lesjcomptes ettatsjde
paiement d'octobre et de no-
vembre sur la base nouvelle-
ment tablie et la ncessit de
modifier les plaques d'impres-
sion entraneront ua retard de
quelques jours dans la dli-
vrance das chques Port-au-
Prince et de deux semaines en-
qui auront pris cur u ie I vjron pcmr les paiements. ef-
cause si sainte. i tectuer dans les parties du pays
En OUtre, i'approche de! les plus loignes. Les chques
de dcembre seront distribus
la date habituelle.
la tte anuuelle du Christ-Koi,
dont uous avons augure le
rgne et la paix, ds le dbut
Notre pontificat, il Nous
semble grandement opportun,
pour bien prparer celle tte,
de laire dans les glises parois
siales de solennels triduuras
implorant de Dieu ^des pi-n*
ses de paix et les dons c-
lestes, en ;^ge desquels Nous
vous envoyons a vous, Vn-
rables Frres et tous ceux
qui rpondront Notre pa-
ternel appel, la Bndiction
apostolique.
Donnera Home, prs Saint]
Pierre, le 2 octobre, le des'~
LES INSCRIPTIONS
tLEGTORALES
Pic mitre circo nscriolion
Report 10,15:5
25 novembre 1031 9.35J
10.407
Dru vicul: circonscription
Report 9,352
Saints*Anges *;urdiens,eu l'an-. x& nov. 1031 100
ne 1031, dixime de Notre] -----------
Fonli lient. 9.152
PIE XI, PIPE Total 19.939
"mt*m
ajaapi
Propos
I humides*
l'n journal l'est Honm' que Nla-
damc C.andy ( elle continue de taire
parler d'elle et beaucoup) soit passe
ici l'autre jour. Cela veut dire que
l'avion qui la transportait ayanf at-
terri notre alro du Pont-Poilue, la
candide Hosa a touch notre lerre.
Ce que ne digre pas notre confrre
qui rappelle que l'hrone a t ex-
pulse d'IIaili. Comment a-t-elle pu
y paaier, mme en tape, sans que...
Quoi ?... Ritn que la terre, a-t-elle
dit, h l'aUarrtaaagt, cette bonnj terre
qnl produit ce que nulle autre au
monde ne donne pareillemenl. .le
n'ai qu'un quart d'heure a y passer,
mais c'est suffisant paur avoir lo
temps de boire un coquetel au
KIIVM 8ARTHECaCHET D'OB. Et
le lianc de courir aux Caves d'Hati.
Echos
o
M. Balmir, candidat la
magistrature communale du
Cap-Hatien, la suite d'une
altercation avec le prsident
de la Commission d'inscrip-
tion, a t arrt et dpos
en prison.
Une Commission Com-
munale a t forme pour
remplacer le Conseil Commu-
nal dissous de Jrmie. Ceci a
provoqu des manifestations
populaires.
Noire Ministre Santo-
Domingo, Mr Leco^ps, a pro-
test dans les colonnes de La
Opinion contre l'impertinente
dclaration de Mme Candy
qu'elle avait t invite au
Palais National.
La Opinion a renouvel
ses attaques contre la presse
hatienne.. Ce contrre domi-
nicain est un cas.
Le numio de septem-
bre-octobre des Annales de
Mdecine batienne a paru
avec de Savantes ludes des
docteurs F. Fouron et Catts
Pressoir.
-- M. Foucbari Martineau,
prsident du Suat, a reu,
avant hier aprs-midi, l'aima-
ble visite du nouveau Charg
du Reich en Hati.
Il est piobable que le
prochain numro du Moni-
teur comporte le budget de
l'exercice 1931/1932.
Violette Ahlclic Club >
a acee t de se rencontrer
avec le Racing Cluhi, mais
elle propose la date An G d*
cembre pour le match, le di-
manche 29 novembre devant
se jouer ie match St. Georges
Club contre quipe coalise.
Fausse alerle mercredi
fit Purgatif iral
**-*** as
F'-I!* prenne,
*m provoque iwmitiL*
IcC; ne dbilita pasUm^
N,-KiK-,.nlpMder,pot4,
lellenecauKaacuneptrtedeSr
f n... Mb, que iou.ie, iJ/T
|^.cl,parcoMqtte4noiM"3S
do:.e SFl'SCAT;vE,tjl3Pn-lt '
^ ,.,..., cux.wvb.1 Pa*"
Il ne savait
comment ;
faire... i
Quand par hasard, il entra dm
le plus chic magasin de la ville '
et constata qu'il est inutile com-
mander 1 tjanger, pnisqu'm
jonr le jour, il peut se pourvoir
rje tout ce que comporte ion
trousseau. Il partit de chez
Paul E. Auxll
radieux.
soir: les pompiers cooromot
vainement la recherobed'on
incendie an haut 'le la ville,
Le numro de dcembre
du ( Bulletin de .Notre-Dame
du Perptuel Secours qui
s'dite a;i Cap-Hatien est
paru avec un intressant som-
maire.
Les snateurs prsenti
la Capitale se sont runi
hier m tin au Palais lgislatif
pour envisager le cas du d-
pit Joli boit.
Notre ami ViciorFoutns
a t nomm clerc la Sta-
tion exprimentale d'levage
de -Savaune Papaille, riin-
che.
Vous dont le visage'ei
triste, ie regard sombre, allei
i HaUiana dimanche soir,
vous y verrez a La Veine
d'AUred Capus, uue trsamu
saute comilie, pleiue d'es-
prit et de finesse se drou-
lant dans un milieu bien l
gant et trs parisien. Sandra
vlilorvanofl, Rolla Norman.
Paulelte Berger et Elraiw
Vautier, vous drideront, et
vous prendrez une bonne le-
on d'optimisme.
666??.
Gin-7aldi!
GB SOIR
Pour la derniers lois le splsnJide Clm :
Les Aventures
de Casanova
avec Ivan Mosjoukine.
Kntrf : 1.00 ; Balcon : 2.S0.
UI MANCHE
A81IKCUES
En amour, c'est comme la chaase. Il ne (ai;! pa* c'?;,',' .
liCv: .s h loia. La clbre pice d'AOSS 1 Ca; ns
LA VEINE
vous en donnera la preuve; interprt pnr Sandra M>
Rolla Norman, Pauletti liergc r.
Entre : 2, 3, 4 gourdes.
ol
KT
VOO
CFriUc>
GRANDE SOURCE
*$HW&? ACTION LECTIVS au lb ""l.-^jVifi
Cure complte de lARTHRlTI**
gaiton du 20 Mai au 26 Septembre ntSlfi
QQURSES TEMMS OOLF POLO TH A TRE_lJ~*~
PARO MPOIML POUR LLS tmFAJTS
Train. MfMH i PARI (Oi.ro am riB*tl' ^TS-^Jft
n T.nf " ! PrlDe.pml.J Pharm.cl... Dro^^ey,^ gfgSL^Tn^
JB^IlWKOQri
Dont la renomme est0nnivrselle a gard sa premire place'
lu-mandez partout :
UN HARBANCOl'RT
Dpt Hue des Caan


US *LViJ ~ 27 4\o^cii..ic lJJ
'*' l*W
BIfiRE -NATIONALE-
de la Braderie Nationale
EST LA MEILLEURE
Cuchei
fc,
A ifi w
ntIn Supp -Ime fn quelque mli>n!.-n Fivre, Gr.'ppft, Pff'qralne,
Hh nratiti -.s |f< I wnc i d toi* l< u ffjlcact ci * r.Bulti del et 13 cachets, invente dam tontes bonBM Ph'"
llluiwflll iiDocteuraiRAUD.Phre; t.. LYON OULLiNS(Fncf)
\jrp+\ Port-m-Frlnc- Phi rmaclt HL'LII.
\ icxico liepuis dos annes la ro:
annuelle de mon Ligne enlre les villes de
Mexico et Pruebla a t accept comme
l'une di 1 plus convaincantes prouves de
la puissance, de la vitesse, des qualits
de construction et de la lorce dis auto-
mobiles. L'ascension de cette rampe est
de 7,22 / et le point culminant est de
10,486 pieds au-dessus du niveau de la
mer.
En comptition avec un grand nombre
de quaire, six et huit cylindres deux
Willys Six de srie ont gagn la premire
et la deuxime place. La gagnante cou-
vert la course a 7 millts S l'heure en
71 lu m. :es exactement.
Pike's Peak- the USA,. Cla-
sic balayant la lameuse monte jus-
u'au laite de Pike'sPeak deux HoadsUr
/illys Six de srie ont enlev la pre-
mire el ia seconde place.
La Willys gagnante a rouvert la route de
Ces lecords sensationnels sont cerf
exemples concrets ds brillantes
automob
S
la montagne de 12 milles 1/3 en 24 mi-
nutes lg secondes 1/5, tablissant un
nouveau record.
La seconde Willys Six l'a tait en 25 mi-
nutes et 18 secondes.
JJ"*oe Dry Lake, California,
U.S.A. Up mille en deuxime Vitesse
dmarrage rapide en 86 secondi i
90 avrage de vitesse 53.812 milles par
heure.
00 milles couvertes en 7 li ntes 4k secondes une vitesse moyenoe
de /0 milles 2988 par heure.
Auckland, New-Zeland Aux
Lsss;tis de Contiance organis prr la
Automobile Association, la Mdaille d'Or
pour les plus hautes marques dans la
consommation d'essence a t gagne par
une Willys Six le nombre de mille au
gallon actuel est de 27 mi'lcs au gallou
imprial.
ains tous les points de vue et des
et conomiques performances des
les Willys.

LES
KNEER'S GARAGE
Distributeur
Pue Pava Port-au-Prince, ( Hati) Plions : TIU-'JM.
be7Tes~
HWf)P VIT'M.,i CM l^V^S."* -'e*1
A UTOS
taanBajaajaaaaji
DE
LA W I L L V S-0 V I R L AND
m^Mmunm^mmtWlOtMPmsmmsmmmrl^.'m^.
&mwm
LOTERIE S1 MICHEL
' '' If i - pioJUtlc t'k(jjlint 4e Plai-
sance i pl*cec s< .. le ou a ntt l/e du /'.< et du S are,
Pn chain tiraye: 8 hovemte, 3 lis pm.au Cap hatien
Rpartition des lots :
lu I o' 11.000
-me K)t 1-2L0
' < me !ot (100
i lui oe i.)W
ici de 121
:'. 1 ' 00 gnuri. 180
<> Iota d 80 gi ardas 300
le de 15 ijo
J0 l de 12 [cinrd 1M0
- t i i-.- >. de i i lot ;. 120 240
'). ; do 2ir.e lo' 60 12*
2 i !Ii me 80 tfO
'' i' < t> r mlinonl | ar les
deux i ' rs iffres des
nds ; ">s la s. A I. 0 1872
/es billes sont tni>enle laWhliothcuu,- moderne '/.
isseuse" W, rue Dnies Delouches, fort uuFrinm.
erie Nationale d'Haiti
41 G, Hue Ior.ne.Fol, Phone : 3358
f i Loterie Natlonaled'Haltl est :
une institution nanti ment huroanitain par la multiplicit
d'oeuvres qu'elle se pr ; e d'aider, une ckoaca de biea
tre offerte a nx hommes de toutes conditions 4a farina*.
Employ, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisaas, Salaries >
tous ordres, Gens de maison ( domcttiqaaa, ) snas parler
lei r i dgi I roovan Bnt deux goudes, peuvent gagner trois
nulle gourdes. Patrons de Commerce. (.befsd'Jndustie, parti
sus iusufsanci s des vi ntes, pi r l'achat d'un billet, qui tous
libre du souri ces chances.
Mdecins, Avoea la, Ingnieurs, Seateeis, Dputs, (irands
Dignitaires de l'Etat.Reprscntants de rintcllectualit, Jour
nalisles.
Donne/, l'exemple de vi'vc solidarit sociale.
Rentiers, capitalistes, comme eu [osant, aagmeatn votre
.voir.
Vous b.us qui habitez Haili, rrndea-liri serriee en ake
:ant!eh;l!et de h LOTERIE N\TIONALE D'HATI.
Ja.V.KIIi->' t*-r*mm WB"M. ...-.
<
'

Manufacture lia'dicnne
de chai elles
G E BAH A &t
LES CGARE'ITES
lai'Bas amal-Lon
Dessalimenne1
' Colon
Rpublicaine*
Poii-au-Prmcicnne
m s-s c
Lo steamer mBolivar parti
de New York la 11) t ouraut,
via Cap-Hal len et Port de.
Paix, i si attendu i oi I .au*
Prince le jeudi 26 coi nt. Il
repartira le mme jour pour
les ports de la Colombie et
tristobal, Canal Zone, prenant
Ut et passagers.
Le manifesta de ce navire
rej par avion-posteeet 4 II
disposition des chargeurs aux
bureaux de la Compagnie,rue
T aversire.
Port-anPrince.ls 24 noveai-
Lie 1981.
Colombiqn Steamihip CW lue
1. CLEMENTS
Gnral-Agcat.

Toutes? les Polices
DE LA
Insurance
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d#ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
ini
"Il
! ^comprennent la Protection contre 1*
r5n L ,<-^. w *J -. **. -____ __ L i . .. J A l 41 Hl !
Kl
iM"' ladbn
- J*wJ*r*>''"
Foudre sans auamentation de ta*
i EugJLeBos&fCo
H Aqenis Gnraux ^


Vendredi
27 Novembre 1931
Le Matin
4 PA^BS
toi ANNEE N*74i
Pnrt-au- Prince
Tel- fit: 221*
i
\
^ ^yfWfc y<^BwegKg.vvi i ! iij iiiwii
*** -V^W*'\;H^-alN
I > ,
PRSENTE
Les

A 5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMPLIFICATION PENIODE
Nouvelles LampesNouvelle conception
Meilleure RceptinMeilleur March.
LA COMPAGNIE
Mr H. A. Bien Aim,
Mattre-Taillenr
A le plaisir d'annoncer au
public et notamment ses
anciens et combien constants
clientSftant de Port-au-Prince
que de la Province, qu'il a
rouvert sa maison de contec-
tions pour hommes, "femmes
et garonnets.
Cet tabissement qui est sl-
ta presqu'en face ne la mai
son Reinhold & Co., au No
1718, rue du Magasin de l'E-
tat, fournit les tissus de tous
genres, et Monsieur Bien-
Aim, bien connu de tout le
monde, rserve un cordial
accueil ceux qui l'honore-
ront de leur confiance.
Lykes Brothers SS Co lnc
rTxsto --Hati Sano uoraingo- Rico porf
rjLe al *ervie hebdomadaire et rgulier passage
fret titra 1m ports d i Golfe du Texas directemen L
Pert-ae-Priaee, tiaiti. l 1
Poar 11 rception rapide et le maniement habile da
lppertatioas, serves voua toujo 1rs des navires de < 1i vS
a*N&. LYK
Les prccaaiues arrives a Port-au-Prince sont*
Steaaier Tillie Lykes J4 dcembre UMl
Bureau : Rue: lu Viigtsii deflfitai, Boite Postale 8
?o
A vendre
Utt proprit de .">9 pieds
sur 155, avec une maison de
six pices. Entre Lalue et
Bois-Verna. Rue Carlstroum.
S'adresser aux bureaux de
Le Matin.
OFFRE AU PLBUC
Lin Radio la porte de toutes les bour-
ses, et prsentant toutes les qualits d'une
Grande Machine.
Nous invitons ie public venir voir les
diffrents modles exposs en nos ma-
gasins.
Kneers COLVMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE
COItnOMERII MONT CARHBL
HYPPOLITE JEUDI.
Propritaire.
Annonce ss nombreuse et
fidle clientle qu'il vient de
transfrer sa cordonnerie en
face de l'Administration das
Postes, Grand'Rae, No 1721.
On trouvera comme tou-
jours un grand assortiment
de chaussures trangre! el
du pays, de la piraumerie,
des chapeaux pour hommes
et ieraraes, des chemises et
en d'autres articles de finesse
dpnton ne peut se passer pour
les ftes de fin d'anne. Les
articles se vendent des prix
dfiant toute concurrence.
Si vous voulex tre la
mode, visitez un moment la
Cordonnerie MOV r-CARMEL
en tara del Pos**i Grand*Rw
No, 1721.
Assurez-vous contre accident
* la General Accident Pire A
Life' Asusrance Corporation Li-
mi'ed . Vvc F. BorminghMB,
Agent G^nYral nonr Htlt.
N'OUBLIEZ PAS DE FAI UN PETIT
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 <)# ie4i ValHioV ytabliseemeet la plut trait d*,
?irons da Port tr -Prince.
Saaleaaeat 11 imite d'aulo sur tiua excellent rtol
asphalts. Taoa Merveilleuses da h ville et du port.
Boiseoua dt toutes espces.
DINERS GOUTERS SANDWL,
Vrrangeiuenls particulier pour las peusioos de jour
4* semaine on de mois.
~~SOUVENEZ-VOUS
lAMILLtS,
ET VOUS AUSSI JEUNES GENS.
Que puisque l'on juge l'arbre ses fruits,} l'HSTI
TIPI'jl. \U \ l, hfl ie rWMMlJfl et l'iHBtwptr les ricllaUi
Taut pour les ceurs < laaoiqaos 12e |ihilasibii.
Pour 1 tude des liu#usi vivantes.
Que pour Peasei^ncment rapide et sir,] de la*|N
actylo et de la Comptabilit.
Songea qu'il s'y trouve une irrenrchabl$ pmion t**li\
)Sport, soins, disciplina et travail).
S'adresser: 1537 Hue, Lamarre, tlphone :'M91.
o 4 4
)
S
Laboratoire Sjourn
Dnerai
P. SbSosun, Pharmacien
R. SfJonaNt, Pharmacienne l'Universit da Ptn>
M. SiourkA, Pharmacien de l'universit de Pria,aw|
interne des Hpitaux de Paris.
Analyses des Urines, du suc gastriqua, du ai| ( W|
eermann, Ure, Constante d'Ainbard, Glycnia)<#
Dos cacht ts.Des aitirei teales.
\
-Hi.ww.'.r'wi */' 'MiaavaMMiMMHMMinhM
n-i..W M MtMMMMMMMMMMiHM*


ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lif
Assurance Corporation Ltd,
; de Perth ( Scotlund )
VIT 11 GENERAL eal une des ftloi puissantes et des plus vastes orgaaisatioas.
Je se ^eare. Le soleil ne : oi he jamais sur son champ d'action qni embrassa le
Monde
SesjPolices'conlre ince idie couvrent aussi les dcgals occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vola, incendie, malveillance, dommages
autis a autrui dans si pi lOttua OU dans srs biens.
Ses Polices Maritime en I .ses branches d'Europe sont payables W Hati
Ses Polices contre ace i! en ta sont valables dans 1 uni vers entier. Tous les voya-
is devraient donc pre re la prcaution de se munir d'une police contre accidents
ime annuelle n'tant que de 1/2 /. soit 20 dollars l\ C.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
L
Il II ii m S
Tn moins 4000 dollars, lu
Veuve F. BIRMINGHAM, AuxCaves
iOUS EN*
Agent Gnre! pour llaita.
frt-a-Prme; 10. GILG
JEAN MANCHET JM'ie
C'est la e-uinteasenee des meilleures
(varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui] fait son arm<\
GOUTEZ ET COMPAR1 Z
Mosaque Haitienms
Charlier-Vlalebranche & Co.
1224, Chemin des Dalles, U
:268^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs