Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03774
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 23, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03774

Full Text
Clment Maqloire
1358. hUfc AMcKlCAlNE 1358
TKLLPhONE N'2242
Si tu rtfcftiiinf un ici
(fui fcoit audossui d3
tM forces, tu le joua4
m1 et tu abandonne
celui que tu pouri of ;
remplir avec distinc-
tion.
EPICTTE
2bme ANNEE N 7S37
PORT-AU-PKINCb( UA11I )
LUNDI 23 NOVFMBRE l
U. S. S. H.
10Oion des Socits
fportives Hatiennes
u-
p rc-Leconte, Port-au-Prince,
|f le 19 Novembre 198)
Q|RC0LAtRE N* 2.
Il Messieurs les Membres de
u ru. S. S H.
ges chers Camarades,
Le 6 Fvrier prochain mar-
iera le7e anuiversa re olym-
[Jjue de notre entre offi-
IJtlle duos le monde sportil.
Ed eflei, il y aura vingt huit
p.depnis qu' leur retour
||France, des jeunes gens
port-tu Prince, des Cayes,
f|Purt-de-Paix, runis a lu
pitaie pour lter le tente-
'lire de 1 Indpendance Na-
lionale, cooidonnrent le
nouvement qu'ils avaient
nc dans leur localit.
J'estime, chers Camarades,
Bedaal'intit. du sport,
chaque Q!yp ; i'f'e, cette date
Ejttredigutriut-u! rlbre.
En ce nioiiii:! o \otie rri-
Cosiasme ip |r1 p'os
brillante leaaissui ci au mou-
Renient athltique, o i union
d tous est en traiu de nous
per d'un stadium, je viens
vous proposer quau centre
dn premier touruaut de notre
piste, il soit construit notre
ror/e dt Maratou. Elle don*
Sera entre, non eulement
Mcoacoursdecrosvcouiitty,
mais,dju> l's glandes solen-
lites, au dfi e le nos quip- 6
etiilUs.Ce monumeni.des
sine par un de. nos {tunes
iportils, l'Ingnieur L. L)a-
lencour, aura un cachet olym-
pique et national. Il sera ue-
or d'un bas-reliel reprsen-
bDt des coureurs, discoboles
antres, aux gestes classi-
i, et | ortera a son fruntrs-
, gravs eu lettres dor sur
plaques de marbre, les
us de:
i L'aies Sportive Ilatiaste
1904
Mlmirba Fondatburs

Le cas
deM.Jolibois
II y a sept jaurs depuis que
M. J. Joiikois fils, dpute de la
1re circonscription de Port-au
Prince, a t. d'ordre de l'au-
torit judiciaire, crou au P-
nitentier national. On sait qu'il
st inculp de cem| liai d ns
I assassinat de sou collgue Elius
Elle qui tait dput de ..as
Cahobaf,
On ne peut pas di l'emprisonnement du dput de
Port-au-Prince a produit une
grosia imprtssion su 1 opinion
publique,encore qu'an ut puisse
contester la lgalit de la me-
sure. Mais en dpit de cette l-
galit, 1 flaire a un immense
relent ISS me-ni parce qu'avant
tout il s'agit d un membre de la
reprstuiauon nationale.
C'eut pourquoi les meilleurs
esprits, (qu'ils soient ; mis ou
adversaire de M. Joubois, >on
convaincus qu'une so'utis qui-
table sera do. ne cette aflaire.
L'instiuchon judiciaire ''oit
s'activer peur aboutir eu i re-
tenir M. Jobboa dans les lieni
da ta prvention, s'il y a de sul-
Usa .les charges contre lui, ou
le renvoy hors ne cause. Il est
permis de dire M Lsent,
juge-instracleur, qu'on attend
de lui une <'cis on dans l'an
ou l'autre sent, BMis une dci-
sion qui doit intervenir enlou
re de loaies les lorrnes de L loi.
Llda
NOL ET LE PAYS
> sera un numro sensa-
t o-iel celui que noire sym-
p iihique conlreie t Le Pays*
p "entre pour tter l'anniver
i e dt la naistai ced ut.mit-
ta.
bu couverture de ceNusnto
sera du jamais vu.
Et c'est la Compagnie li-
Ih 'graphique d'Hati qui est
chaige de ce joli travail.
c n'est doi.c pas peu dite.
Hil. Antoine (Justin), Am-
prd (Lonce), Ba&tieii (Emi-
h Bast'cn (Auguste), Che-
Nier (Andr F.), Chevallier
*n F.), Chenet (Ludovic),
foet (Marcel), Coupeaud
Wave). Coupeaud (Paul),
J^rt ( Auguste;, Elie ( Luc
M Faubert ( Andr ), Fau-
gj (Potion). Favart (J. An-
j"Derieniiquez t Alphonse),
Jtnriquez (Constantin), l.a-
*r,tre(Ginua), Laroche (Ai'.'
t). Martelly (Gustave), I a-
"W (Albert;, Prophte (Tr-
J.1'), Sylvain (Joseph), Syl-
a (Gabriel), Thard ( Al-
"S. S. H. 1912
^res Fondtes *
LArcher|tils (Stphen ), Bou-
rreau ( Haul ), Chevailiei
P1 J. ), twald ( R. Ro-
Jl\ Favart (J. Autoine ),
Hubert (Arthur). Henri-
Vf 1 Constantin ), Laroche
Couard), Larcche (Andr;.
Toc.ae (Auguste), Pesca\
",u Plcn, (Hamilton), Prezeau
****). Watt (Ldmuud).
^quil
ai SU
notre
londrent l'u
onsacrrent en
notre \j. S. S. H.
? ce,,e Poi te sera
re 'e grand nit
prisera toujours h>t.
Communication de ;
S 8rands * peli,s'
iu nrs et is, je vous
loir.-, Us laira parvenir
LUq Ir.esorier votre contri-
w miiiaae qu'elle ssit.
'
fin que le Coslit puise
i ht ver cette construction
.ivant le 'i Fvrier, date que
"Oiis fterons sdennellement,
mes cheii Camarades.
j'ai eu, au nom de I U.S.S.H,
a solliciter du <>ouveruement
ta concession des terrains de
l'Etat,situs prs du littoral,
l'endroit appel i Htel des
Palmiers i, entre la Source Sa-
e et l'Impasse du Portail,
lin d'iustaller pour nos so-
cits, six terrains d'eutralue
meut.
Avec l'aide de nos vaillants
collgues du Comit et les
concours elli< aces que je nu
I suis d'avance assures, je me
propose d'assainir et d enjo-
liver enfle partie de la vllie o
en ce moment ou semble
inaugurer un lotlissement et
o l'on construit actuellement
des chaumires et bicaques,
indignes des quais de notre
^ort-au-Prince. En emplo-
yant les lves des coles al-
li lies u l'Union pour h s tra-
vaux d'embellissement et
gricolcs de ces pelouses,-uni-
ne cela se pratique dans cer-
tains centres sportits, l'U. S.
S H. dotera notre Capitale
Tua coin chaimant qui por-
.crt le nom du gnreux do-
nateur :
PaRC^STEMO VINCENT
Nous esprons qu' cette
date, nous seront dj en
possession dt notre nouveau
do .une et sue le 0 Fvrier,
no s \ patrons la premiie
pierre du pavillon tt avee les
t.einuuies pioloculaires de
circonstance, nous aurons ain-
>i dignement clbr, chers
Camuiades, notre VUsne
olympiade d'existence.
Anbh* F. CHKVALLM
ALIX ROY
29 annes de succpr.
Le coin littraire

LE FORT JACQUES
o-
Pour tre du Mutin il laui grand honneur d'avair loun.i
tre constant, et c'est l ma au pays quelques chefs d'Etal
gloire d'tre toujours dehuOt pour le mom.s habile... Kens
koll es la reine 'u piur >
vaste plaine du Col de-S;'C svec
ses riches pla ni lions rthine
beaul infinir.Bnfln in vasle pa-

d'd
sur Its opinions que j'ai libre-
ment omises dans les colonnes
d'- ce journai.
Ecrire,, c'est en qup'que orte
accomplir sa dtstiiie, s.'tout
loi >qu<- '"* haque jour, l'on se
vod oblig de se ba'tre cntre
l?s specnes du dgot ei les
'arves toujours odieuses que
jymboiise de nos jours la p r-
versit humaine. Et grandt est
la fiert que l'on prouve le
laire dans un organe incarnant
la P.nse Hahenne .
La pamejj hattienn ? .., Ce
doit 're cette heure la ten-
sion les volonts, des neigiea
*t des curs vers le M ion plie
d'une commun* avnir.iion : le
salut nationM C* doi1 'r- i our
tous, ,ive>- I o bl> des la deurs
du tass, lu loi en un venir
de r dresstrr. n p 'no ii| e ; e'
pour chacun en puni uher le
tiveloppeinent progretafl de
ss lacuili et le souci constant
d. leur oetlechonueniful.
Ce:, rflaiioi s. jo nlts ma
soi! de conn t-e, on1, duran
mon sjour K nk>f|, ^u'd
mes pas au loi Jai qui a ,ves-
tige abandonn d'un patte de
gloire mili aire.
Le jour se lait. Kembof] s'en-
dort pourtant dans la nuit des
brouillards. Rien ne s'y dislin-
gue : aucune maison, aucun ar-
bre. Ton1 semble mon, car,
pas mme l'aboiement d'un
chien lvlateur d'une vie.Nuit
sombre au milieu du gran-'jour
o partout la vie se rei rend.
Noua voici, mes conip. gnons
at moi.qui 'franchissons la butte
par ee matin humide d un di-
manche d'ottobit* Mou-quetai-
res d'un nouveau genre guids
celle lois par le triomphe d'un
Propos
humides
W'n Candidat aux lection* proclvii
ns eu, rilel de Ville, mailla
partir avae le prsidant de In com-
mission d'inscri| ti n. il en est .su I
rorl meonlout, au point qu'il Impri-
mai un bullelin spcial pour dire v'".
quatre vrits a tutti quanti. On di-
*aJ sourtanl Quea>i m irast bien aux
inscriptions, Tout y ekt normal et va
sur un rythme rguliar; tape par ta-
pe. Qu'est il tirusqiienient advenu '.'
Il parait, loi d'un contrerr, qaa le
p rside n del commission d'inscrip-
tion s es! montr nerveux, certain
jonrqn'i! loiillVait de coaslipalion...
On affirme que ce maiiTaia moment
est pass, depuis i;ue. b en avis, cal
dile s'est mis l'usage du PHI'M
SARTIIE CACIIKT DOlt qui agit
krnieusemeiit sur tau les rgauM
de l'haaiioc. *
rorama sous nos regards blouis
KorroM dans le fort. Un g-
nie s'y rvle qui semble pla-
ner gnr nos les. La poudrire
d'abord attire noire enriosil :
maisonnette de torme reclan-
guiaira vi i naiben*entraient.
Et, l'espni vers la pass, nona
revoyons le grand ges'e de ces
lui qui M| li'S ne va lu!
aveu- que des bravt dan- la
'lle Irtpique o ntqntt un
pays.
I"n -uile i o i?. visilor-s les
< ki libres su* les murs d'^q ai-
les s>- lisent les r-nma d s i orn
braui viaiteura r\< i nous v ont
nrc es. Cht-nibr hants)it e'
noue voquant cso're esp-it
e loil de Jons i :u expiar.,
L>uvai in-e ; m .'inour de l.i
Libert. Ta constitution colo-
niale n I naant i g'oira au re-
gi'd de I hum > ni a lait pour-
tant la.parle au* yens de Na-
polon. Pansons
SpsiIs parlent notre ini* les
oomb'eux b luletl et les vieux
cano'-s qui y SOmnieiUtnl dans
une altitude encore guerrire...
Leaveatigas auiqutls l'atltcne
un souvenir de gloire ont la
vertu d'avoir nae expreaaina
snblime. Auaai cas rtliquea
nous uni mordus au cteur an
nous dsignant nain devoir an
temps opportun.
nous le culte d un pan eh< r
Tout sur naire ra da conspire
i aviver en VlOttl le cull d'mi
pasa iher qui doit demaurer
q tnd mme Un dt nos guides
pour rassembler ses compa<
g >OnS d.:ns un M dinei qu'il
amour plus grand parce que ioll U ce jour les runit tu'soa
immatriel notre soif d' p- d un
prendre nous voici chev. u-
chant enlredeux haies de pe-
tit baume , reine embaume
de la flore tropicale.Seule notre
passion de connatre gale l'al-
lure de nos trois chevaux qui
.semblent paituger notre d-sir
d'atteindre notre but
Nous sommes sur la r-onl*.
Rude est la monte qui va d'
Rend k-vous au fort : mais
la langue du plerin est larg'-
ment compense par la volupt
qu'il prouve de se trouver ai
but... I)eux heures de roule '.
et, voici le lort qui semble ten-
dre la main son compagnon
comme lui del ss : le lort
Alexandre.
Ils semblent vouloir s'lrein
die tous deux dans un geste
lariibi ..
Lelambia tait vibrer les mes
de-esclaves anonymes qui nous
ont cr une l'ttrie. i eue vo-
lont, seconde par l'effort de
louUs une tact martyre, a ac-
compli le miracle duo< miu-
vation historique. Bouckman
tu scne du "Bois Caman' o
e tus de |'A I r i q u e s:-u-
v fce ont bu un tang I b ra-
' r, !uu' cela mi pressionoe
dans ce Ion u so di lambi
qui tait vibrer mon me. ilie:
encore il a su Mectritti les va
let reux compaguons de Pral
ce; eiettou, paui-tre, demeu-
ra pour beaucoup dans l'attrou-
pement malheureusement mys-
tifi des victimes de Maiciu-
tene; L'histoire imnartiale, un
joui.e failei-, cai ; n'\ a na-
dsespr de regret et d'espoii ; ae doute, ils lurent dt/ sacri
regiet de leurs anciers jours de fies,
splendeur.espoir d'tre un jour Traverson-
utiliss pour le triomphe d'une
grande cause..,
prs des cimes, prs du ciel.
La majest du heu invile a la
pi 1re* et noire me s'incline
au souille d'un pass de gran-
deur historique... Mante de nos
Aeux endoimies cans la g'oi-
maiiitenant au
" lort Alexandre jusqu' pre-
inahev. Je liens d'un grand
ami, qui vont ce'de heure
ma pense et mon c mur, qu li
a t construit I poque co-
loniale par un ancien gouver-
neur de Porl-au Prince. Mal-
I
t.. it r o Kranci respe ci uue te un-
re.salutet paido,.Uneloisde te^se des opinions d.iuuVe
plus ,e redisavec un illusi.c: Be d a a i e dt n'tre p^
anteS[;-i_____^.- a,......... I"'accord avec lui. Le lort jc
Pardon, mles Aeux ru si
lence svre.
Avant d'y pntrer, uni n er-
veille nouj" captive : l'oil-au-
Prince nos puds I aspect
d'un grano bol quel multuoio*-
re ; bouquet d noi- t vi m
ment o pas une tleui, pas n -
rr.e la violette ne se cache mal-
gr sa solitude native.Pli s prs
dt nous l'tionville semble s n-
doimir dans la tnsless* dm' leur de notie lepubliciue
injnste abandon malgr ton lpres la bataille de "bibart"
ac
ques est antrieur au loi t \-
Jexandre.Ce qui le preuve, cVsl
le peu d'intrt qua celui-' < ol-
lie aux v. B : L,,e S|
conalrui n< i loi me r
gulaire .-.(. poii| imui Miuu
eril un ha m d< Dette ..-,
a iviuterienr. \Jm nu \,, -
Mon me parait plus Vltlsem
"labi. Pour dtruire une mina-
it accusation de l'h. oire, le
oblique
Sibart'
Lll PATBIOTIOUE
ES DISSOUTE
a
' gouvernement a aw la
'' ision de divsoudre I Union
l'i riotique, dont les activit*,
dam l'actuelle campagne lic
loral*. lui ont paru tubvi rai
tte. L'antorisahoi de tt coniti
tuT lui a etr retire,
rluppelon* q e c l'e as cici
tja i t t*n<4.- en iy'2() su-
l'iniiiative d*- Mr 0>org*-s Sy'
vain que depuis aile men
an* vigoureuse el srdente ram
P'g le ici el nui lvHts fuis.
pour les buis de reven healion
nationale dont I.-. reconstilulion
de* rh imbrea lgitUtives tait
l'an d'-* principaux.
r^EnSs
Kl'
Hati dans le I uerto-
Rico lllusirado
o
Il QOUS a t agrable de
lire, cIjiis le i Puerto- Ri o
Illustrtdor.unt page signe dt
Melle Lolita Cuebas fans la-
quelle la chai manie peliie
artiste dit le pias grand bien
d'Hati et des tiaiem. nielle
Cuebns est partie il y a quel-
que* n ois pour visiter ton
naysnata ,Pua to-K.co.qu'el e
u couuaistnit pas nncore
lant venue trs jeune en liaiti
nvtc sa famille, qui y vil de-
puis. L'attention de Mclle
Lolita Cuebas pour Hati esl
d'autant plus admirable.
qu'elle coosulut une loquente
rplique lu campagne sourde
de dnigrement,^ renlorct
parnotrn isolement du tait de
t.' langue, dans le bassin des
Antilles, qui en ces temps
ont particulirement,tt trou-
ve detanenee contre no it.
Nous admirions et nous ai -
uiiousdop, et autant qu'une
Hait* m e,Mademoise'le Lo-
lita Cubat, ; uni i m -n eu,,
et pou, son merveilleux ta-
lent de cantatrice. i\ous al
Ions dsolant nous mettre
I aimer pour son grand coeur
et la spontauil tffactOtttat
avec laquelle, moire dans
sa vraie patrie-, elle a consacre
it premiai lan du m uytun
u Hati, su pairie d'adoption.
Meus ne l'ouLlierons ras Ma-
demoiselle !
... a lu dans lu u L lue Tribn*
ne de notre atui Castera De-
Iienneune juslificatian pour la
moins originale, de I impatience
que M. Charles Lilavoip. Prsi-
dent de la Commission d*ins>
criplions, aurait, parat-il, tmoi-
gn un candidat.
"Noire contrre crit. Mausiew
Charles Lilavois a montr da
l'i-.ei veinent uue seule lois, et
encore cela est d ce qu'il
'ait.ce jour-l,constip..." Par*
gea>vous, commissaire !

... a vu, samedi dernier, nu
sinillanl c!iel de section, uiaaa*
tacha eu accroc lie i ru i, qui
reiilraii en ville, a ihfvtl (au*
son rapport bebdomadai r i
bureau de lu Police. BienM i
g! dans un dolnian uU u iioa
ions militaires dor*, ravo ver
bien en vue au ct, fusil en nn-
doulire, casqu, l'ie. notre
otlicier avait b.-lle n'iuie, aec
son registre sous l'aisarlla.
Son cheval,qui Dsemplit pa
tilt bien t'aimliaris B*tc len
conqutes du Prtg et, fit aa
cart imprvu au tanat-gt MM
auto... et voil roulant dans b*
poussire tusi! et dolnian, balles,
casque, registre, revu tr ai ca-
valier.
Cela fit lire les badauds* mais
i uiiu.u-i' ne tous pi m pas go-
ter cette mauvaise plaisanteiie
de sa monture, ni le succa
qu'elle obttntil auprs de* l
moins de la scne.
I aurait difi en lace de relu,
construit par Oessalmes. Or.ce
tort en lace du lort Jacques d-
truit la lgende dt la princesse
Climne.
Et puis ces deux forts qui
semblent vouloir se tendre la
main.ne reprsenlent ils par un
symbole?... Pour mai c'est en-
core l'union, qui a triomph
dans le pass, qui doit vaincra
d*nv i* prsent et qui i-incra
qu nd i> me dans l'avenir.
I c lui
"'" ' ' Ki i K k u eu>.
1 I ' i '*( .r a
rester plan longuapt i u cea
i o semblent palpiter tel
,,u Ws d.s km ,j, Jon.
urs u uic panie uiaiheu-
se.
Joseph KOLAM;
* t
... a vu un ami lonctionaalrt
d'un I cpaihiiiciit administrant
prendie le mors aux dents, par
ce qu'une certaine Madame
Franois, avec qui il cohabitait
dapuis peu, venait de denner
un coup de ominchette aa
connut. U avait beau taire la
mu.m, il restait visible qua cela
lui SVtltqntnd mme lui quel-
que chose.Une s'arracha pas les
cheveux, car il les a ras. toaia
il poussa des cris de rage et aa-
uie n'hsita pas dmonter lai
same le lit du mnage, pay
parait-il de ses deniers, el le
faire enlever par un camioa.
a c'est vilain, M. le chef de
Bureau!

... a vu la semaine dernire
dans un grand dancing won-
dain de Port-au-Princa ou d'-
lenteur, un jeune homme d'ei*
cellente famille qui accompa-
gnait sa fiance encauri r
. occasion des consomuiatiaaa
ju n ..tait fail servir une lia-
initiante contiontabon avec aa
garon de l'tablissement. La
scne, sans la sagesse du pro-
pritaire de l'tablissement qai
n'insista pat. allait mme tour-
ner a la confusion du psendo-
gentilhomme car le girtjt l'ac-
cusait d'avoir eecauote certai-
nes fiches, et dsiguait mme la
,.uJie o ou pouvait les relreu-
ver.
... s'tsl dtourn de hoate.. *
... voil que c'est derrire les
Miiines d.Etienne Cm mil le aa
l'on peut admuer l'une daa pi os
bel es bibliothques halieaaej*.
Onze mille volumes qua des
particuliers lui oui remis pour
tire relis... avec l'art que fan
tait.
*

... a 'constat de visu chez
Paul Auxilla, qu'il y a bas da
;>oie et bas de soie, comme il
y a fagot et fagot... U fant aller
voir cl .Madame, et du mme
coup choisir, au comptoir sm-
v. nt, les dlicats souliers que
des bas pareils exigent.
A vendre
Une proprit :> pj< rft
^ur 15<. tvt c tint i i do
six picc. et
i ern i. Rue Cai lr ftru,
aux, i n tans da
Le M :


* fyy
L 2
ull matin m NoMhrft mx
niiimu
Pour rpondre au dsir expri-
m par un de nvs amis, nous
'(produisons de I a pin on /'r ;
Itcle suivant :
LES RVOLUTIONS
Blpedilion< en Ptilii > de P
nier Bilailtei >orhales frro
lciHint riq in aulo-caniidat
l/ntardient signatures et document* ollilieli.
pAn Bmilud MomBm
u Les ions domin -
caines d'aufourd'hui ont moins
d'iraporlanc qu'un irilulca
de Villa ConaaaJo. Ces rvo-
lutions ne cont que des scan-
dales de la /oie publique, des
vocifrations de jjens inoccups
tt disuuteurs les affairai de
simple police qui ne mritent
que l'attention de l'immdiat
agent de circulation.
En aucun temps le nombre
ce rvolutionnaires n'a t\
plus rduit, ni plu | indeelai
des rvolutions-. Parce que
les rvolutions le maintenant
se rduisent de vides exercices
de paro'es dam lesquels il n'y
a pas d perlei de vies, nui
bien de temps el de papier, el
un consl ml v nen, no.i de
sang mai i d'encre, four cela
l'oisive t iQtai ne de quatre ou
six dd rgW ddain offi-
ciel est i i seule rai .on de leur
exil vo! >ntaire organise
chaque iastaut une expdi-
tion* ... par des lettres, rem-
plit de m i un Fenita
en papier ai occupe imaginai*
rement i.mlei les villes mari-
limes de i R |ue. Et avec
ces expditions envoyes sous
enveloppes, avec CM soulve-
ments p ir crit, avec ces escar-
mouche1, verbcli s, la chai
nerie pi- end qu'elle a couru
l'titranger inquiter l'aine du
Prsident Trujillo, du mme
homme
Fouvoi..
volont, non en amenant des
vies la mort, mais en les eu
dlivrant aprs un combjt corps
corps avec la nature.
Le cliei de ces soulvements
?eibuix est cet insignifiant ex
Commissaire du gouvernement
d: m ce aro lgant qui
l ma l'administration de Hoia-
GEOGRAPHIE LOCALE
Nous avons nn un exem-
dI lire (le la fWOfllUPHM L*
CALE. P31' ^^- Maurice Daetl-
ne el Andr Li-uitand. alite
l'Imprimerie du enrbfl le
i n#>ignenent >rnff>ssionnd
L'ou r me. trs b en prsen-
ta lypog** "uniquement,est tes
l ne l'usage des lves des
oies rurales. Il a t crit,
lit la prlace, d'aprs les
trineipes m > Icrn.s qui 4, 0
vernent l'en vigne ment le 'a
Gographie 'ans les coles
i*m*nl ires. Il contient di-
verses r'ores intressant
l'conomie agricole dd pays
En remerciant les auteurs
pour l'Mi graciera envoi.nous
nous leur adre so il, ooa vits
oui pli me ts.
Echos
S'
Prix la
o-
,es
nent
n laiiles I D oue-
lcernes p ir l'Alliance
tranaiae de Port au l'rin e
iux cl'njeni |ui ont accom
pli des actes d'hrosme au
eoura des (1er i-es Inonda*
nous seront remises oea jours-
ci aux mdaills dans leurs
communes respectives.
Ils sont au no nb-e d j ci i
|uante sept. PI s les le u
tiers sout des p ivsaus culti-
vateurs.
C'est une action louble ac-
complie par le C "n't U itien
de l'Alliance iranaise.
que joar plus amoureux de
cA.ndreita(t) et ainsi succes-
sivement.
Une des particularits de
! cjui, 0 peine arriv au cette correspondance.c'estqu on
r, prouva l'acier de sa n'y parle que d'aftaires, et ain-
si nous lisons dans tt ne lettre :
A cause de Doua Flenda le
dveloppement de t'afiaira a
rtarde, car la mardi m dise est
prte, mais il laul la payer d a-
vance."
Dans une autre o i lit : "Don*
nez-moi des dtails de l'aBaire.
parce qu'il tant donner des
no Vasqnez dguisait en nom renseignements la maison
mes dll employes de palais
sans (Meuse et les conduisait
secrtement des endroits ex
ira muroi ,od elles laissaient ,
vertu mise en morceaux panai
les ronces mtall lue*.
principale ".
Dans une autre : ''Faites
voir au Docteur que 'l'.illn
se t( ra et que lions liions tf <
gner beaucoup d argent '.
El nous, (jui n'avoua jamati
C'est Je mme satyre corpu- |al rvolutionnaire du genre
lent qui s'en orgueil lissait n'a rufiian et |udaqi
voir fait dans les austres car
cls sociaux de Washington de
conqutes amoureuses dout, si
on avait eu la certitude, l'hou
neur el II bonheur de plus d un
diplomate hiapane-amricaio
n'ensor; raient pal Bain et saut.
C'est le mme qui tant Pana
dshnuora sa haute fonction eu
apportant des menaces de mai
>ur dans le loyer vertueux d un
de :-es compatriotes.
Un tel Tenono rural se pie
clame lui-mme Chef de ra
velution et candidat la Prsi-
dence Ainsi l'a Arment ne.
lettres souscrites par un Raiael,
par un Angel, ( 1 ) et par d.iu-
Ires noms qui correspondeui a
des valeurs politiques retir)
del circulation, taute di
demande. Ces lettres tnreoi
crites des citoyens auxquell-
es charlatans qui paadrm a
l'tranger supposaient toujours
loigns do Prsident Tiajillo;
et ea elles apparaissaient ui
des ne us de temmes les su|els
compromis dausces entreprise*
verbales :
Quels noms de femmes
avaient a afticker des gens qui
montrrent si peu de conUi* .,,
tions d'hommes dans les brii-ioa va jusque l'expdient use
iautes occasions qui leur lurent ^dela talaiflealioo ne sig.iuiuie.s,
offertes par le Mogeti et le Qe j de documenta et de decta
e de ces cli u
latans, qui lam.us avons ei des
expditionnaires de meoiongri
I lion de ceux qui ave I
imminents nique i de la via se
mettent dans une embarcu-
non presque toujours h agile
et dbarquent ur n'importe
quelle cie dsert, mal arm e
Bal ravitaille,ei uvec la pro-
lubiliie detomb r dani unee n
muscade ei d eu iu-ills ; mais
rebtooi tonns devani la b-
lte. le sans gne el ''indiscie-
lion ne supposons pas la per-
versit- avec lesquels on p*r
, d ni itsou>1,i^i.{>ec:l.'bies des
liiaUUulsdl l'aiii- iVque, que
ion preteud impliquer dans
ces '.du es' rvolutionnaires ;
avec kasquKli oa parie <.ie per
sOUUel irs lu i:." s laus ce
pays, que l'ou tau para, e
cooipl.ces uaus ces dang leuses
entreprises ; ivc lesquels ou
veut laire croire que des di
ploiuaies liispuuo-oiueiicaus
accreUiies a Aakbington, t-vo
lisent des menuvres crimi-
ueiles coutxe ia paix de la H*
publique Dominicaioa r tanuii
qui. repaiiu ucs iniemperao
ces de langage inseu>e et dv.1
i,igi"iieulauou bopli'soques, et
!: novembre 1930 |
o
-Le droit a triomph" Z
e Tribunal de Cassation a
rendu son arrt, reietani la
demande de dt^use d'excu
ter, Introduite par la Com-
mission .orain mate, contre
l'or lounance de t eir de 'ho
Durable D je i Mural Di'en
coin i ; ord lunance aii"U
lent la lormtiou traudubu-
se de la Commission d'ins-
c loti n u* de l'inoubl able
S .i-disant tirage au soi l du 'il
octobre coule. Le Tribunal
Suprme s'eiaut prououce.ou
va voir si Monsieur Josej h
Murtelly.pres.deat de la Com-
mission Co ninuuale, a cm
tinuer sa rbellion centre la
dcision judiciaire. Il "'y
a pas de duUie ^u aU oo-
meni o paratra cette en c-
niiiu rgulier ment somm t,
l'arrt signiti.le P.sident de
la lou.iiiiasioucoiiimuuaiest-
ra mis demeure de IlSe*
chern.
Les adversaires ont eu
terrai! quand U dciaon a ete
couuue ici; ils oui t cou-
fondus, car l'arrt est veuu
apporter les preuves de leur
mlait .Jusqu' cette heure,
us ne s j. t i.t pas compren-
dre, que le es i dent Vi cent
fiiu aw I principal, ne
p >urra ja mis prter sou
appui a l I >cs qui sont
c iotrair a Loi. {ju% i*
Loi, il a b.ujours eu en
de.mand i. ppiicationet t o-
aervanco. -von attiiude dans
cet incident a prouv, une
lois de plus, qu'il est reste
le prestlgieni Prsident de
l'AsSfmble Nationale Cous
uiuantt Un .dict U'Ltat sem-
biible ne peut pa. encourager
un louctiounaire qui se moi
hors la I0t.i Nous allons
voir le l'ic. Icui dj la Com-
mission Cummupate a l'u.
vie La C immuai ou d'ins-
cription tonne, les inscrip-
tions ouvertea, est-il possible
que .donneur Joseph Martel-
y ri -.te V rende ut de la
," issi m um n u u aie ?
, Dans .sa tmrit, U
u trop ti ivaille pur .ses ru. les
vilains a |eier du discre
dit aur le bouverutaicui du
, .. i \ i.ci.i cl sui s m
esprit de lu.tice. :>;:: ueuie
a sonne; ceat sou >tU4 ijd$
cant IU l'ace/ que le U >U
vernement uojt pnaotereu ie
inetiaul a la icuaiie. Le
Prsident Vincent donnera
une grauue sali tacuoo a la
population. U agi a ainsi
pour juui'-utr le calme des
esprits eu UDUUUI de ta ga
ruuue uu\ e.eciei rs. ^a luiic
electoittie dua te cal m sac
lomplira parie irio.uphcdes
Cui JM us |iopviiaires.
...Noul ICI iiiii i.is.iuaud, iuu .
u non c.i me. les voix |U-
Vtuscs du soo peuple DUUI
aiiiveu : ViVe lu Vole de Ml
Muie : Vive le Uraud Cartel
luviuuole i*
rieu >, Paultre, liai Cra*
ceui Jcau-li .pUSie, Ui Louis
Iveuol.
Correspondant.
rabo?
Oa parle dans les dites let-
tres du peu de confiance qu'ins-
pire dj la conduite de "Mette
Mdina", et que is tante, Do-
na flrida, est une dame lis
auisrable' (3) : et que tous
tes rvolutionnaires sont cha-
0) On prsume que cet Angel Ht
Mr Angel Moule- avec.it de Mon
(2)Il parait jue l'on parle de Don
Fra#rico Vlaquer et UenuindS
qui on doni* le surnom de cblciie"
quand on reut l'exploiter
Huit allie.elles pour taira ae-
croue a cens qui v.veul la vie
politique Ue cinquante ans pas
ses, que des louclionnaueii de
i Amrique du iNord, dont quel-
ques uns ns connue ici, uni
eur posuiou compromise dans
cette "afl^ire".
lit nous n'avons pas fini.
huiibo A MOHEL
Septembre UO, Ji'31
[3) Nom fminin qu'on donse sa
aiuUit Morale*.
LES INSCRIPTIONS
LLLUlUliALtS
Fremicrt circenserwtion
Report lSu'Ji
20 n ve uore 1931
t, 1re section) 1^5
(2me secuon) 219
o
Monsieur Josehh Lebreton
qui vient d''re nomm Chef
de la section vtrinaire
Dsinven a t. pendant cinq
ans. l'assisant principal du
Dr llouahten Lors de la fer-
meture du S. T. A. il tut nom-
me par W P.sident Roy se-
crtaire do Cabinet particu-
lie du Prsident rl'Hatti.
Venlredi iirs-midi. le
\one Leac t, chr de Tins-
irn lion de l'aflYrr le meur
tre du iip tiois Elie, s'est
tran-p 't1 au Pnitencier na-
io -I o i' a procd Tin-
ter ngatoira cie \t. J. lotibois
Fils. L'instruction.se pour-
auit.
Il y eut vendredi dernier
un commencement d'incendie,
t rut du Centre, dais le voisi-
I nage de l'Asile tranais.
La Opinion > jui a it
tr ailcntive ne n le-, .-
nements liai lie us se d-
ni aie qu'est-ce qol se
nasse eu Hati, pa'ce que deux
personnalits politique*, dont
lune de mata lie s ont mortes
rcemment et que quelques
arre-dations. d'odre te l'an-
tonte julieiaire, ot t ope-
re>. Nous dira-Uelle ce qui
se oisse en sa malt Ml?
Il semble que M Vil e-
Ua louiu Leconte sen.ii l'uni,
que candidat au sige snato-
rial vacant pour le dparte*
me i du Nord.Si ceci se cou
firme, ce s< ra un bel exemple
de discipline politique.
Un rgal artisii>iua nous
est prorai* pour le 5 decf ore
proehaio. Un groU|>e de musi-
ciennes, dont Meile Clmence
Chraquit est la charmante ani-
matrice, nou<= oft ir i i i c i icert
Hatiens . Q I tes b Mes
minutes en persoeciive.
L^s fonctionnaire* des d-
prl'inenis des Bnances et du
eomoierce, l'occisioa lu l
snniversbire de l'eleciioa du
Prsi lent Vincent, lui oui I lit
parvenir des a tresses de tiici-
tuions et y ont exprim h ara
sentiments le 111 lue et d'attj
chemenl son gouvernement.
._ Le \n de ven Iredl 2<* wo-
vembr.- de La Lb 1' ibo e
rontiinl la suite de \ rponse
t- vi. A 'toi d Pie i m a is
du StioUS O) Il i ' > J! OUI
lu Plan Korb s que nol on
Irie lui a p issees fouj iui >
lus sensationnelle*, ' rvla*
li) is tu Ctiel la t'c-.rti >l \ ij .al
T .v dhsie.
O.i ne sa I que' accueil le
J pon est dispus^ t taire ju
g oupe d il cli -. n. r -, -
glais amricains c. t.a.ei. ,
que la Ligue d *- Ne'ioii* j d
lgus eu Vlandclioune,
Le vice amiral Uyid pro-
jette une nouvelle expdition
au ple Sud.
U i gouverne! ne it l : lpeu-
da il Vient de ie COOStlt'J r dans
|u Province le 11 ni ni; Ri m g,
ayant si tte Ch g Cbioboi,
cr^alurp du Japon* Le nouvel
glal r fus- to n senne >l d all-
geance iu gouvernenen N io-
nal Chinois.
Alpbi ns XIII ex-roi d'En
p'gne, d'aprs 'a drision de
i ssfin|.i't- Constituante, vote
malgr in du ion- Ramonai, --ubiia ta
J prison v.e s il s avise de ren-
trer en E-pagne, et la peine de
mon su iom?nte quel ju -H--
lion contre leGonvernem* nt R-
pubhciin.
Aristide Brimd el r\u.bas-
ladeur Amricain en France,
Chrles G. Dawee, ant eu ven-
dredi une conversation dune
lie n, louchant le problme
ne hkK liouneii.
Voulez-vous avoir
DES BATTERIES,
NOUVELLEMENT
ARRIVES 7
qui vous donneront toute
satisfaction ? Allez chez
JOHN H. WOOLLEY,
Grand'Rue
o vous trouverez :
B
A
- Baltery (Heavy DutyJ
45 Volts
-Battery 4 1/2 Volts et|
2 2 1/2 Volts
- Dry Cell 6 Volts proul
allumage et pour flash-
liqhtsde toutes dimen-
sions.
P. F. Esbi-nst
Copenhague, Danemark
Lait conden.se, Lait evapor^
Lait strilis,Lait en poudr
Produite de laiterie de qualit, soui eontrl
du gouvernement d.juo'j la marque
la plus rpandue dans les familles
LUTCONDENSi incT, riebe en *:i
en csisee ne 48 boites de Uox.net
jS boites de 7 os. net
' 'J40 boites de a ez. net
LUT tV\ OK. non-uncr, ricbiel
ea rsisae de 41 boites de li o. Ml
.....4.8 boites de Vi oz. t
LAIT NATUREL STtRI IS .
en caisse de 48 boites de 1 a m
LUT EN OUDRE. riche en crme
en caisse de 2 ofi LBS. aet
en esisse di 60 1 LBS nal
EN VENTE : PorUauPrince
AU BON MARCHE, Maison A. Boit
o Ion trouvera les stocks toujours Irais, oast**,,i
aoutels- et dans toutes les bonnes oietnas.
IENTS (TENERXUX Ed. Eslve k Ce. PnH*j
Echantillon Iran o sur demande.
89i3
Deuxime circonscription
Heport 8,212
^0nov.l931(2c:ne sect) o
a (3iue sec.,) i
^eme sect.) 1U1
8 43b
To tel au 20 not. 1911 17,d*
A Saint-Marc
La Consii-sienCemninn.ile. prside
par Nousieor Jasetl Harlell, dr
Tint Ir Juije d liistruclloa
Nous apprenons que, confor-
mment a l'article 73 de la loi
lectorale, une plainte a t d-
pose devant le Juge d'Ins'roc*
non contre la Commission t'.om
mun-d-. H*" citations on t
rumi lances. L'instruction est
entame.
CoiUsESPONeAIT,
Lin-laldv
DIMA1N SOIR
Le Fils de la Nuit.
( IIITE )
T
Le Sept de Trfle
( SUITE )
Entre : 0.50 ; Bslcon : 1.0t.
-*...
Le iliiim Harbawourl
Vont le renomme est universelle a gard se premire plae*
Demandes partont :
UN BARRANCOURT
Dpei -i-lae dea GeaaM
^


1 li W^il&^r ^--Ui.lu' W)
coi m ni
PRSENTE
I
Les
MMgel adios

^5&7 I AMPES-SUPERHETERODYNli
AMPL1FICA1 IOhi PEMODE
louvelles LampesNouvelle conception
(eilleure Rceptin Meilleur March.
LA COMPAGNIE
Columbia
m mm m
Wr M. A. BlflnAim ,
Mattre-Tailleur
. \o n'ais:r d'annonce" "
niijiMr m notamment e
nciens ci eonbien eonst^n'
cliente.M,^ \n VoV-n-P-"""
que :1e la Province, qui
i nni i ri o maison ^e eoe'ec-
lioot pour hommes, leramea
ci garonnets
(.-i tahissement mil pst si
in presqo'en lace de la mai-
son Reinhnlri A Co., ou X
1718, rue du Magasin de l'E-
lat, fournit les lissas de tous
eenres, et Monsieur Bien
Aim, bien connu de tant la
monde, rserve un cor*isl
accueil cens oui l'honore-
ron! de leur confiait e,
I OFFRE AV PLBLIC
Un Radio la porte d toutes le bour-
ses, et prsentant toutes les qualits d'une
Grande Machine.
Nous invitons le puBlit avenir vii 1 s
"diffrents '-modles exposes en nos ma- -
tlgtim pour lHnntru b
ion des ovivrlor
iltottra
Les conrs fie la Ligne s'ou-
vnront le 2 dcembre pro-
chain. IN se feront les lundi.
mercredi et vendredi, de 8
heures 9 heures du soir.
Un patriotique appel est
(ait tous ceux qui feulent
concourir sauve1 le aeuple
hatien de l'ignorance pour
porter nos ouvriers analpha-
nets venir s'inscrire au si*f-
pc social de la Ligue l'Ir.ce
de la rethdrale,cbque |our.
dr 8 heures a.m. lh.30 p.m.
les samedis et dimanches
eteepta.
Les inscriptions eront re
eues jusqu' concurrence de
80 lves lormanl le premier
goupe.L'inslrudion de chaque
groupe durera quatre mois.
Port-au Prince, le 19 uo
vemhre 1931.
Le Cornil? Technique d
Direction de la Ligue.
aasins.
Kneers COLVMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE
SOUVENEZ-VOUS
ET VOUS AUSSI JEUNES GENS.
Que puisque l'on juge i'ail.re ses lruils, l'HITITil
ICPEMIAI bit sereramminde ri l'iBtesrftf 1rs rsiliai !.
Tant pour les aiirs ils tes* 11*1 shilssskis.
Pour 1 lude des lanfueS vivantes.
Que pour l'enseignement rapide et kir ds 1s Stie-
Dsctylo et de la ComplabMil.
Snngea qu'il s'y trouve une irrurochabU pension *f*MM
(Sport soins, discipline el lr Tsil ).
S'adresser : 137 Hue. Lamarre.tlphone : M91.
* mmm\ m *
)
Service National d Itggiine
et d'Assistante Lmblique.
Section de l'Enseianement
et et la Propagande llggine.
bstrtast a fljfiss si Ciuan
fiicstif.
Mardi prochain, 24 Novem-
bre, 3 heures 15 axactemenl
aura lien la salle d'Anatomie
de l'Ecole de Mdecine. la con-
Urene mensuelle d'Hygine,
accompagne de projections ci-
nmatographiques.
Les parents et les instituteurs
y sont cordialement inviter,
final que la preste.
Mme Vve Edmond Roumair.
ses eufams, et tous les autres
parents et allies remercient
bien sincrement Son Ex.le
Prsident de la Rpublique
1). Lgitime, le Prsident Eug.
Boy. le Corps Diplomatique,
Sa Grandeur Mgr Le Gouaze,
le Rvrend l're Suprieur
du Collge St Maitial.les Trs
Chers Frres de St Louis de
Gonaague, le pasteur Turn-
bull.les Heligieuses de St Jo-
seph de luny, la Presse et
tous les autres (amis de Port-
au-Prince et de la Province
qui leur ont donn des pieu
ves de sympathie 1 occasion
de la mort de leur trs re-
grett
Jean Joseph Edmond Roumain
Portau-Prince, le 21 nov.1931
w
V
.'J
MOUTH
VHv ;
? -- 3
mm.
"*.:j
TORINO
,
A. de
MATTEIS& C\
AGENTS
Assurei-vous contre o(aident
S la General Accident Pire A
Lile Asusrance Corporation Li-
mied . Vve F. Ierinmplntn,
Agent Gnral nom Hati .
Loterie Nationale d'Hati
4*6 IUie Bonne.Fot, Plions 33S
: a I.' lerie Katlonaled'tiatti est :
unr insti ution ha lement humanitaire pur lu multiplicit
." gin ciffi le n i\ homme* de tonte* conditions 'e fortune.
Em loy Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarie i*
tous ordres, fiens de maison ( domestiques ) snt?^rl*r
!, r hnd< nt.l.ux gi d p, neuveiil tP&y\TO\*
mille iou s Patrons de Coinmerce,ChehdMo [aux iusulftsances des ventes. pt>r l'achat d'un billet, qui eot
libre du ^-ouc'i des chances.
Mdecins Avocats, Ingnieurs, Suatetiis, Dputs, OrasMlB
Dignitaires de 1'Etat.Reprientaota de I Iniellectiialit, Jonc
nalisles.
Donaes l'excmu'e de vo're seildarlt sociale.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmente votre
I avoir.
Voni lous (lui hanitei l'iii i, r tant re billet de la LOTERIE NATIONALE l) HA l.
Manufaclwc hatienne
de ciciai elles
GEBARA& C
LES CIGARETTE^
BafBas Famal-Lon
Dessalinienne*
0 Colon >
Rpublicaine*
"Vorl-au-Princienne
Inmrunce t
Une des plus lottes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
i-m
Toutes les Polices
DE LA
*w iiiflxJ IR yUIIolMIj
omprennenl la Protection eontr* lt
Foudre sans auamentation de **x
FttfliJpflosatiCO
Aqenls Gnraux


*m*
&
Lundi
23 Novembre VJHl
aaSHguRf j ,V^9&f!?f9?9S'*f**:'n*'a-',i- *3wj cm wtww,.
4; PAies
25cme ANNEE N 7C3?
Port an-Pru ce
Tlpho; ef 2242
... tvwtv .
*, ..
S*BSBj -Ml ,
B^V
combat le rhumatisme
n,
Goutte
Eczma
Artrio*
Ofcait
mmit 'i URODONAL
MttoU W rrin, lave 1
bit s: !; arttculations
Il assouplit 1rs artres
t vite l'obsit.
L'Wrsrfsadl. C1' * iVsSuolvanl habituel e( normal de l'tsMfl uriquc. d ret sctds uriquo divulsnl dan le wng en
fi*"*' raV' > **v !. fermant Ici l^pbl goutteux de [ointutM, de cel ecide inique qui, sous tonne d'uralo in disait
B%BM*tS '* * *** rlmmc'.isante. ett deac le remde COiuptcl. comme le * Parti, Si !'-. ,'..'.'.Mcieo
".irtif '.'/M*.'" ! W. 20 Q rUW
un dM KpUsux de Pris, 8 tlS sis, Bus dsVsItnclci
- titisninwfr-^""'*
I^Mk*
Panama Pnilroad 6'tamshiu Line
Service de /tel el de oassueienetiliP
Mrs G. W. SHELOON A Co- 17 l,mes *rre*t, Uvbrpool !!,
lie fellone, m atr AfritU ( prildul strl* ja Loropp
ENGLAND, SCOTLaNo. W\CfcT *'
Mesura 6 W. SHELDON Go.,
IV James *treet, Levrpojl,Ea,'land
,* ..o Mi r ----

N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PEUT TOUR H
TERRACK-GAHDhN
Chez W. KAHL
;i Pefionville
fej|p pieds i'iliud J/labl aaen.cnl le plus liais des ee
rans e l'artsr -lVir.ee.
#~aj*uleniet 13 einu'ts d'auto nui une e*cIWntf <
mujelteTnee merveilleuses de I vtlii <> ,!
PjdinaonK de toutes c* rV'--
OfS GnUTERS SMIQW1CHS
arrangement nertieulina pour ie-. peu ui i i '
le semaine ea 4e mais..
MU
w
-.
'r
jEnap - i;' ;:i ii-
Icc-ji ? p. >a!^ m
Ipra Isitsi sr la
llUF-ulUIBEI
j(sYj... '.. j.'S, it
yf. . rjf ;
IcMMi trions, PA-,
\lUOI8filE,PIEVtS,\
HH UH A TlS HE S.)
Paul QAQE -
| PARIS, 32, K.dtCriatDt
rt TcNfrt T'k'trmatiat
Glelatly Henkev & Ce
21 Rue dt la la Rpublique
1 tiis.(i!U.s.
Ilerru Fcicn & Co, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hron Hron (lue du Moulin i Valeur,
Pf 1 Irgre m i Mer.
Me A BlsvMI &
'il I< 1 ^: d< 1111 hi'f ue.
OlLCL NOR%AY*
Ptt iim.tiODtl
Fped tiorsulksj Osle.
,'MM.tAtlrjtic Iio^ln Corpa
SalIlDlwns, iu Lui 1.
Genraoy.
lTe-iis 1I1-1 1 1 Fieigtil
! oiportion
Geiruany
Mea^rs Atiautic Fieingbt
i.orp d.,
24 Qu.'ii Jordaens,
Antwtrps, l'elium.

41 M c
Ua In
Pari-*.
'M
I
il
tl
-si
i
tiWMO 'MON A ;j LM
tiii le Tfaoi 1 lit^
Duiicerqu #|T
?***** '44JJISI ,J .Lt4.,
4 iue tijf/
B MMtitla
Piiit s. sUfraa.Jtj 13 i<1#/
Gjrrisju.ia. i.r:oas;
Norit^k Eipres*,
Goitiejuar^,
eaii'i \PL,vvrit: .Msitar
Co'n.
K01 Ea^iplaiQ,*
R-Jtteriin 1)11 nie
Memr Sri4if % t Go >
..^.-ij
Lykes Brothers SS Co lm.
Tansaua MmiU Saulo uornlngo- Rico Porto
Le sasI serrice hebdonia IjL eatre les parle du Golte du Teias dirvctemeul *v*
Pert-aN-Priana, Hati.
Faar la rceptiou rapide et le maniement habile d* vos
iBBparratiaas,, seTTer: foui toujours des uaviies de 't LYKr
t.e> preckaines arriTccs a l'ort-au-Prince sort*
Steamer a Genevive Lyke 27 novembre 1931
i-aaiar Tillie Lykes 4 dcen bn lttl
ttriresn :Rae"du Magasin dcTEtai. Boita foetale H
M%oOAR
avec
Aj^Anratour modem*
SUPER DPURATIF
ta o/ua -.i] -, /a plut comptmt
Le plus pratiqua aux Colonies
Combat : Maladies du Sanf, de I
1 Peau, lu Foio.ConttiDs.tiou,
Age critique *t PALUDISME. |
LABORATOIRES SAFFAR
39, Rue >.- U (.: .;j,;i-, PARIS |
<'trf aa ^ 1HK/I1LSTEAM
PACKET COMPANY
i e ste; nrr Colebra ve
nant de Kin^s'on e' des pr ris
dn Sud sera Porl ai-Piire
e 9 I ret n bre prre' '' en
route poi H 1 ro> Ma les
01 du N id
Royal Kl ail Steam Pocket
la J. Bit. 10
oulage des m*ei ?r*4te elde
'a n" Igie ei 30 nw "es
Anti'z uu relroidis era n le
>remi p jur et h m.:l. 1 i;i en
rois Jour g,
(Jt6souve leobdu refroi
dis>eni ut
Violetta
Athltique Club
Les membres de V.A.Ca
ROnl < OB' 'ius en ss mb'e
Geni le c lundi !i No un-
bre coure ,7he r' di< s. ir.
su Inral ord.11 1 e du I h
(225 Ru Deo shes Lche ).
Or die du Jour
) Lecture de lacoi es n-
dence;
F IIFRxRi) Pr ideot!
G. MITTON, Secret ire
ROGItES NpuVKAU
' 1 VM NOUVEAU
ITE1
Prix rduit
alcool 0 tant
CLAIRIN VIERGE
Ch'z G NAZON
epot Angle dts rues Fr d tt du Peuple.- PhoneMlS
SaSOS*,., rs.a>-Bf'
......
.
f

ASSUREZ-VOUS
la
Gnerai Accideni Fir & Lif
Assurance Corporation LUI
de Perth ( Scotlund )
aly la sGkNhPAL t> uit ne dts alus pulaeentes el des plus vastes ergaaisatiens
jtev> fsart. Le saleii ne te couche jamais sur son champ d'action qui einbruv.se le
iaa.Pelicas^contre incendie convient aussi les dgits occasio .^r la
Sas Palices pour Automobiles cou1 enl le, ioeendie, malveillpince^ domna}fe#
J?4ea autrui drts se personne ou dans >< n biens
B|s Pliras .Miuum; s mir.es nrr :,i i, imiIic d Ei 'ope sont payables en Mad
VaTrelicea contre accidenta sont valables dnnslunivers entier. T"us les voya-
Maip 4a\iaiant dune prendre la prcaution tie se munir d'une police contre accidents
j|l atasaa 4W dollars, lu prime aonueHe n'tant qcede t/2 / soit 20doUers t" C
Veuve F. BERxMINGHAM, AuxCavt
1 LE FAIT EST INCONTESTABLE
i

e
XJ
i
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runiss 1 t les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son armr.
GOUTEZ ET COMPAB1 Z -
Afleal Gnral peni Heiti
Panau-Pnaae, IG. GILG
JEAN BLNCHBI Je;is i
Hoir*.:.
> -* as *-

H/i Me
f

ei
Charher- alebi anche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1221
H


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs