Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03769
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 17, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03769

Full Text
Clment Maqloire
MJhEC'rEUK
1358, hUL*AAir,HlCAIXK 1338
TELEPh ONE jY 2242
Ia n.difltrite Je, taiN Ml ld
lertatttl |iii tor m ei I iy ItfiKfaiipp df tout nrepM u>|l>-
vins, eit son aminuuu.
D>umtr
2bmc ANNEE N 7531
FORT-AL PitfNCE( HATI )
Une Courageuse Campagne
est entreprise clans tous les
Pays pour supot imer ce
crime: LA GUERRE44 I
/
\UX ROY

L'heure est venue la So-1 En Allemagne, par Son
Icit des Nutious n'organiser Eruinence Monseip.oenr Chri
I Droit, la Justice et la Po- ; tian Schreiber, archevque de
lie entre les Etats pour as- j Berlin, Mr le Dr Hugo Wen
a;tr chacun leur scurit.
l'urgente ncessit en est de-
jootre par les problmes
jeoDomiques, territoriaux, mi
iires, financiers et autres
fiegi'.euten ce moment les
javernemcnts et les peuples
il dehors de toute po iti
!j/e, I'L'sion Univirsei.li
ut supprimer ce trime .la
ftERRi: invite les Fdra -
lions et les Associations di
Victimes de la Guerre de 1914
191S C Mutiles, Veuves, An-
ciens t,onibattints, prison-
niers deguere ). !* Socits
Kientiflques, li traire^artis-
tique, pi oies si o on et Us
^agriculteurs, industriels,
(Oudionaain s, commerants
ouvriers et employ*; se
laire inscrire 130, lue de
Rennes.Paris (6e), pour eidei
l'Assemble de Genve con-
fier la Cour Permanent
de Justice Internationale ou
si l'Assemble de Genve h
pieierea une Commission 01-
ticieWc de Grands Juristes i
mission d'etaborer dans les
dtails Je D uil des Nation i
et laco.oustitutiou Mondiale >
lus 3 organes : 1 Lgislatif,
Judiciaire, 3o Excutif, d-
veloppes dans un volume ce
300 pages oliert aux pr-opi*-
puuibtes de l'uvrequis'ins
criuut pour participer cetie
Bttgue.
^Ces ueux projets labores
ttit par cette Haute Juridic-
fon.sf^jt far cette Co ni misai u
tfitieile de Grands Juristes.
liisant ru,besoin le iComi-
l'expens nomme rn 1927
ir rassembler les docu-
*s de Droit international,
ieut prsents en sance
kre de '.'Asssemblce de Ge
we aux 54 Etats membres
!*laSocit des Nations,pour
mrc, par cette Assembiet,
topis, consacrs en droit et
Pitis et. ensuite soumis lu
heation des parlements de
s 54 Etats adhrents la
Wil des bat ions laquel e
tondront par ta force invi
Wfe des (vertement* el de l o-
mon, se joindre tous les
^ysdu Monde.
U attendant l'heure o la
Metdts Nations sera sul-
'l'Samment seconde par l'opi*
iiunl publique pour achever
on uvre d'organisation ju-
ridique de la paix.il serait in-
Itotedene pas rendre un hom
ai?e de reconnaissance M.
* prsidant h Aristide Bnoud
JQ> est parvenu a instituer
** tapes d'acheminement
Jjsceplan : 1 o Locarno,
If1-Le Pacte de Taris. 3e
"'Commission d Etudes pour
JUuo huroi eenne" en vue
trouverune solution aux
problmes internationaux les
plus urgents.
Cette opinion publicjue.nos
roBu-renciers se sont assigns
lomde tche de la iip
Ministre d
Hr.
Ltuion Universelle" "pou-
"Primer ce crime :La guer-
"dans son action civiiisa-
j^. patriotique et humani-
t soutenue :
En France par toutes les
DS,
^ ;1 Ernioence le Cardinal
er er. archevque de Paris
;||; 'stem Charles Ve-nes.
'lent du Consistoire, M.
< on, ancien
Prusse.
Dans chaque pjys, pard'
inittentes personnalits reli
gictnes, littraires et [Oiti
ques.
tu France, elle est encou-
rage par Messieurs les Pr
sidei.ts et ies Procureurs G-
nraux de la Cour de Jis-
sation et de la Cour d'Appel
de Pdris, Messieurs le Prsi
dent et le Procureur de I
Rpublique du Tribunal Civ '
de la Seine, Messieurs les B
tonn'ers et anciens Batonniei
de l'Ordre des Avocats
Cour d'Appel de Paris, les
Chambres ''es Avous d'appel
etdes Avous de 1re Inst i -
e. par tout le monde j idi
cijire.
272 Fdrations et A so i
tions.
Au Snat et la C'miiI n-
tes Dputes, deux iouprs
omprenant 154 Sna'curs el
Mi Dputs, ptsids par M
le Dr Fernand Merlin, sua-
eur, et aJ.Paul Marchundeau,
leput, sous les prsidence^
l'honneur de MM. paiuleve,
Aristide Briand, Mario Bous-
un, Henry de Jouvencl.Hen*
ry t'at et Jean Heunessy
opinent cette carapi.gae a
ira vers tout l'Univers.
En dix annes, ses cont-
r i.ciers ont lait prs de 2.00:)
confrences dont 50 dans les
iius grandes villes allemau
tes. Il n'est pas une rgion de
l'Allemagne qui n'ait entendu
a parole de l'uu d'eux. L'une
des j coulieuces laites a Ber
tiu a t prside par M. le
Dr Weudot, ancieu Ministre
M. Le jFca, Professeur de
Prusse.
iJion luternational la Fa-
ilte te Droit de Paris dont
li science juridique est repu-
t je dclare :
a II a fallu des sicles
'humaune pour passer du
Iroit de justice prive l'ar-
bitrage, puis au Juge public.
Combien de temps taudra-i-
il la Socit des Nations
pour russira imposera tout
conflit un rglement judiciai-
re, mme l'aibitrage obliga-
toire ? C'est l'tape qui reste
encore accomplira la com-
munaut internationale pour
devenir une vritable soci-
t. lL'i societas, ibi jus."
Ce temps, il appartient aux
Groupements organiss
s'ils le veulent d'en att-
nuer la dure.'Il est pour eux
un devoir humanitaire de ne
pas hsiter se joindre aux
.'.72 Fdrations et Associa
lions adhrentes a 1 Union
Universelle "Pour supprimer
ce crime : La Guerre" dont le
Plau de Socit Gurale des
Naiions labore depuis 1908.
dvelopp et propag eu plei-
n
a
otetiti ires du Traite de Paix
et du Pacte de Versailles, et
depuis aux Assembles de
rjenve.
Une toi inbranlable allaitI
jusqu'au sacrifice soulve cette
(JKuvre Juridique, c'est sa
pnneipaleressource;pourElc,
depuis 10 .fus, se confren-
ciers lui tonsacient gratuite-
ment leur temps, certains
l'emre eux:de l'argent et leur
29 annes de succs.
LONGUE -S
NI LES DOITS
Prrst.sgf? vos dents des fcilliers de microbes rions i -
ire bouche. Brsses-tai Idns les jours. Voyez valre den-
l] ': au moins A*tox lois i- an.
WlNft f-C*LOX po.n le misimu a de p o'ecl on
abord, parce que c'es m \ h
ntnce ne peut netiov*'r m-ieus. Puis, iree qt |
aygne... rien ne pun^a mi ux. Votre '
vieo k pi s ton -e. i ta |cni i
Irsliss. Aucune dcaioralion
<->x
f la b< cli n <<(-
Je l'mail, ni ini -
lion d i g
CA 0\ vou sa i
?egarde. i umm* n-
ce/ .- njoui d'hui
vous en sei u Votre
phiil :: B< il |, J-.i-j j
vez sujourd'hi ; pocr
un chantillon c
toi1 del poudn den-

La m weHebott, htrict CAI OX.
I.ALVX t ouvre MC RES!
< m rmeia 4k h Obi
Cily, t:,
'."Hif^mtvfHUNItUiJUh..
Ad Xo. 2
T
tCBTtiiriMIIII.illllVT3H
UNE MAISON OE SANT
Il vient de s'ouvrir ;n la
ne Capois, No 715), une mai
-il de sant, sous la direc-
non de M le Dr Dhomond.
L* dmioi&trateur eu est Mr
Emile Dhomond. Madame
liolliteBapiisie.-age-lemme
p.eiicultrice, laurate de b
maternit de Paris, est la di-
rutiiee scientifique du nou
vel tablissement.
Il faut lliciterle Dr Dho-
mond pour son imtiative.D-
sorniais, les malades auronl
un endroit o J'Is pourront
e laire soignei avec toutes
1 s conditions d'hygine dsj-
. Iles. La maison de saut
i anquait ici.Elle existe main*
tenant. C'est un progrs et
cest pourquoi II tant souhai* j
iti plein succs l'entreprise.
Echos
o -
- Mr F us!ir:<; de Pena
crit au Temps pour de
mentit Peutrenlel du In
laineux journal fa. ioicaia .
La Ouinon qui pn lend q
le dput Virgilio i'ruji lo,l
e du "lsi.tenl, eut, ini Cap,
au coins d'une visite, ui r
entrevue avec divers Doraini
cains dnl le dil correspon-
dant. Mr Faustino en pren
occasion pour dclarer qu'il
;i des motifs const nt-, de re
connaissance envei s le pi
pie hatien, Cela lait pluisu
de l'entendre.
Mr liuenaventura S m
chez a gal ment crit au
le in psi poui lleir if la cam
pagne de dnigrement du trop
Idiiieux journal dominical
-i ;i Opiuioua et l'accu sa tiu
mprisable porte, par le di
journal dominicain, contr
i.i mmeire du snateur Zd
T.
La population el le co ;.-
merce Jacmel, se plaignen
d ce que, depuis des semai-
nes, encore que le ruuiea
soient^en d excellentes on-
ditioos le courrier ''
" ce QVirciVe
l< i'soir
Moih eur Marc Arty.Oo-
yen du ^Tribunal de 1re lut
1? guerre.fut en I9l8p opos
iux Allis, en 1919 aux Piui
'aux :
DROIT JUSTICE -POLICE
seront demain les nouveaux
lments de l'iullueuce pres-
t gieuse de la France ; cette
bernante de bon grain n'en
semence pas seulement son
ronr** < lii-'mp. t Ile t\i fc
rente et prodiaoe. elle jetb
pl< ines Biaias t livre aux
vents qui les emportent les
germes destins a leon 1er tance, n laas Hier I hpital
lis terres les plus arides et j ou |lc retenait le mauvais tat
les plus lointaines. \e ta ssote Compltement r-
de Port-
i' n 1;
l"**-ieni du Consistoire, M. nemreri
Jf}'. Grand Rabbin de Fran- ( situation.
n j 5es 5 principes tondamsu
La Tranee restera toujours Ubii' ''honorable magistral,
la tte delaciviliaation,de.|Ia.u.M!e_u' IM"ITa P"

main elle prsentera ce ; I in
l'Assemble de Genve pour,
une fois pour toutes, dlivrer
dfinitivement le monde de
la lolie sanglante qui le cor-
rompt depuis 2,000. ns.
Les adhsions des Fdra*
lions el Associations de
me que les adhsions 1
duellesa cette campagne
la suppression des gue res
sont reues lJ0,i ue dtKeuuo,
Paris (e ).
sou sige.
Faute le monde, la fle
organise en l4ioanear du
nsonnier '.' m II >a (i lre
renvoye, sine die.Ci ,1,
X itre confrre l'Elan
informe que res Hun,
viennent de faire: I icquish
iio,, du ocal de !
puur y installer un cin
p.irlan:. C mplimeuls,
Le miiie coolris m u
rend q.e l'aapirantoffl.
cier Yves fourcaut, radi du
MARDI 17 NOVEMBRE 1M1
.
E LA P03LICIL
TOITE "
l
i {opinion 'de no/re eo.*i
L'ELAN, sur fa campa n
entreprise \ '>r tes
Ire ta publicit gratuite :
ON DIT....
Q e ns confrres vont ie
- m m lei j'tais '< pu\t q 1
1 '= 1 t m >e d'une entente
1 oui mniic Un a la publicit
iti > des j ttiies : 1 es si
ea ; ai des.
'- a-voi d i h u.t qnc
vo : n'ai. entendu notre
: pp< i, ou iii z-voui descendu
m I) it que vo i n'tes pss rest
11 h uteui | our nous eu-
Itndn :
Tu hbuI | eu -idre, li, bas
J ente 1 .
Avtfc ces rponses nigm&ti-
quts l'eriti nds d< |a un contr t
tut demandei m |e suis contre.
li vaul mu ux tretranc tt diie
in mu ptosee,
J tu: contre; car nous 1 voi s
: loiuttae ci : ut ri cevi ir gra-
'' : ; '' re, ; i.-i, eiectm 1I1,
1 ', itgi meui. Les :> pus l;
ailivroui gial ; il n'est 1
|ue m us lassioua les aa-
i.OUCts glatis, quon lise uns
,curuaiiA u l'il,
-\i:iii pioiueitie et t. nu sont
deux.
r-awley, Robelin, Mme Bakei
i duuuent paa encore ds p"
Hier S crdit. La Cie. tUctriqu*
1 loujoura son bordereau.
us 13 poa adol p:is encore troi -
1 celle ce vif]. ,i". ir pur.
uiieeu urs, Rdacteura si he-
uiien ut- journaux se latigueni
UlOlt U.- IUtl)S;()l .
' Bll ...ni que toutes le.-
louii sses soient realisea ; uut
is recuites soient piauqueuieui
u-ployees, grandes el pentes
buoucaa, fonga si couits ai.i-
ikdoiveui eut impuuiescou-
ic u.' 1. et la* abonuementk de*
loui eue pa\es, ti nous nou
us a4 Matin, el ces) jus-
tice.
JACKO.
>,
rropos
humide!
>.
M. Picrra Laval, parlant poor les
1 le mois deruiei ,empoi 1 u
M il plu lo rapliic
I il H
iux tudiants uni 1 1 cv
ni incuntektablemen
,; es pi 11 rit .i d,- j.-iu
. I' parnil Iqul de nu mu que u
1 nom des cent | i ls frai \,
<
re |u en mmo temps- |i
ludicourl partait d'Iiaiti poui ; 1.
111 'ii', lui, coin
.1 s du v. .u 1
sei/e bouli il les .!,
notre clbre RHUM SARTHE i I.
"i-i .' Ou. pur pruiiun du cr. I).
-moi si Pierre Hudicourt n'a
iifom-'j Pierre Laval !
dred l'Ecole Militaire nom
'il'-, a ira vers la Irm
ire el est maintenanl ofll-
er dans l'arme dominical*
Sl I" I "t et constanl i
ient ds mainti nom d en
regtVrer ne Ip dil Vve*
['"," ,;ol n perdu toute qua-
lit d'Ha ( n
Hier, au Pool de 1.) !V.
,:'c('''' '-' ans la direction
s Peti
ive, l'aul > que piloail no-
ire ami Philippe Lafi ni m s
\ ' : \ le. h
i ment
f de Difision
f,e are Mr Luc Elie,
' e I9 VOl-
,,,r rai, ton!
y sur

rj
n
un
i;l e |..-, d iu |ui< lu te.f
;iirfi
;v
... a vu dimi 1 the en jaurna-
lis'f- u pstientail d'tre eu
re srd sl s h :! vers un di-
1er o il e : d | ri d ns une
; Ini I. lias le e-iint'ons de la
I ii .'u Cul de S c L 11 to ar-
liv e In en vi es^e. Mais 0 11
t u de calme et de la srnit
ri lr< il, de l'.bset-ee d'au*.
' c v i ures prs du vieil ac-
queduc, l'I'omms du quatrime
II 1 \ nii mprit qu il y avait
in u, I si en du E*, il chercha
i s'ei rendre compte. Le repaa
<';ni poor T heures du soir. Un
confrre [slons Psvait mystifi;
il promit Reprendre sa revan-
che.
a.
... a vu !;i mine ii dignes d 1
qu.'ques-uns, l'air amus ds
quelques autres su Cnsmp-de*
Mars o se donnait I hre cours
une audieni e carnbii <-, Qne sa
disait-ondaos n ope de et in*
ni que Idu m e j attail iitai
I ersonne ne si n ai eieal ?
v de ten ps en 'i mps, on eu-
R 11 i.i di s mots o I sil qu*s
tu a de KenskofT,du voleorqoi
1 : lin hier, dn ministre lou-
i jeune... Notre il re-
I Iti dt \ < pouvoir percer le
mvktre des mots vsgaettent
1 nttndas.

nu di .li i nier in ds
nos | :s chai tuants viveurs r-
i sa connaissance des
ont t htes et son gol sr
1 1 de ne paa trouver du
/ rbaneourt un de uos
glands clabl.ss.emen's o l'on
danse. Ce n'est pas Terrace-
Gardsn,


... la vu plus tard dans la
nuit. 11 continuait son rcit
" ... Alois, je me suis dit qu'il
faut, colS que cote, avant da
rentre/, Sjue je me paye le plai-
sir de quelques Barbancourt...
Un de uns amis, Mio, m'avait
pour ma consoler, oliert tin
whisky, mais ce n'tait pas ce
que je voulais. Il me fallsil mon
Rhum Barbancourt. Et |e Unit
par le d.'eouvt ir, save/.-vous
dois quelles circonstances?"
Notiu t. l enregistra avec plai*.
su 1 joii du cnarmanl et in-
(onigible noceur, srbilrs au
;-i''l trs sr.
... ;i souri de joie en rrtsoti*
\ La Pi i se" d'hier les
Irai 1 sympathiques de noire
grand ulpteur Normil Chaslea,
i|ui !' poilic,comms on le sait,
lu i'.o il t ommunsl que pr"
i>dait Lh nu nt Magloire. Xur-
in'ii liai les es: eujourd luu can-
d dal. Il vint tre le premier
.inmi si 1 goui su proebain
Conseil. Tous Dos souhaits l'nc-
. ip ; '.

... n vu un tiungcr qui pro-
1 stail FLDORA0O pendant
, 1 Fl ri -nui iait en appfoa-
ni. L chi ni disait :
l! me Mal de la ."ine \>i-
lion pas auii 1 chose.
l'a clou! murmura ." Il a
parfjilemcol raisou."
OE Si
Ce*l ,i"o. Messe iiolenneTe
d'action de g'cas suivie d'un
le Deum que "La Renaissance",
ocli artistique, a invit, le
mercredi 18 novembre courant,
7 heures prcises du matin,
..iule. Cette crmonie
reli Bura lien demain, eu
U : i 1 n du double an-
nivei s iii e de la bataille de Ver-
lien vembre 1803 ) et de
l'avnement au Pouvoir du
V r.ce it ( ls nove.n-
,1 1
REVEUTIONS SEIfSUOWiELLES
iUTB
1 -. .r un .t.tPMf,
' * ". ..



LB MATIN ^1 ?jovimhii4331
Le coin littraire
* o-
AU FLANC DU MORNE
\ Pierre RCCOUHT
o
^cn
un rve. ,! vo
de Isiesi r h "M
(1 foi r n
li ville. M : i
conque n l.i
i nrprem z pie i. A
vos v m s, les
sent, i s ni
rentemb?i i i
que-l a. Je
mail fen int, i
un jour, du h une pr >-
rn!t'' le, de \
b i, Saint' ri
lime d.i Moi Hopi al. I
nierai*, de plu
prs-n .
puscult*. l i! pour
ccudoir, v
rit i lui li rince ; el vo
Irr fl
prises avsc n I
lablc
rapetisses da a i s ;
tu! ptri (l lo ni
une ( o itempl i i ma
Dcor bi i n :
couchant iro|
,J!L'i sensation d une immi
foret impressionne la v
dain. l'n ol irert,
lchet de bla
mou ni, en un
dans l< bleu de I > a i,Pqi
Prince .'
\)i\ su ut, pur d '' i '
Au Noi d, ai ; ta
tel nu lac, dans une d
de tel n', la n.: r sta
te da II 'l-Aii. c iuto
fourmilier de cahutes, i
plombe. A di ni
se, la petite ( h ip< Il i
pluel. avec son I 'I ui
jaune .suie, pi
croise, elle a l'i
le, accroupi La b .'tu
vers l'Est, o se chifl
toulles de plantes
tittamte inppnrl del TS i'.
deux gigantesqui
sjues sur une large pelote ver
te seianceut, i Non
loin, sur la croup. la
ne, des murs sculai
cent, ue Fort N
son pi eslig d'antan,
coucher l il sur s
res d .
filan se ons bleuts de monta
laines.
Les regards chutent
vagues de verdure, a l'ai
Antoine, lai
vin, i ;t eneba
eempe de teuill iges, t;
jusqu*aux confia
Cbose, psysagi
fiitloresque. Une \
e de rames o vi> nt
8amer Lu.le I i va : ve
lois-Verna si; nau
des cataractes d'abond
trondaisons que
Cl de l. les ci nus al
haut:, pic .\ .
gnons mergent, i de bra
c.hags. Cependant, 0
le doo|on que
clocher un Sa< r -
prs, vers la Sud, des o ;i
des laearneSf de i
tonnes l'encs Irent de i
bouquets, dam no b iu dt
dre. De coquettes laui
sent. On dconvi b la loi
gris noir de Is VI i >
3ue domine tout un
e maisons d't
lecture, les li les des n
c'est l'eu-de-Clioso.
Comme pour p irfsir
le, en lace d? ce site
la nature a dcrit l'ar
de la h lie de Pot
Et, ces?, l'Ouest,
d'azur d'une mer, to ume<
de jeux de relie!:.
Des voiles lilliputiennes, in
cli i les sors la Jbn i !
rade ;,I. ise t. A mo
nir se briser conlrt
du rochi r Foi M
wiiuit long anl
sa forme et il e. i.
sur des rails mouvants Pi
un petit bois d
le port, tandis qu'i
mangliers, bou i 9
parsment l'onde de lcbsi
d'meraude.
Ce n'est pas sans
d'un pleur que les v us
client un riant panorama.
. |usqu'iei, nous
que la i >udt 'U-
Porl-au -Prim i.
id au N i '.'" oii choses
; l qu irlier
i ui--i*>ii- le Cbose, un
mds -irbres,
o ea n tards, tour a
trive sur un
de tdi'a en! isaa ou se
tenl su groupes de
gi d s .ici len's
. ; i !. lamas dis-
omres, I
dans la | p 11 ve
i dire en on n on
et circulai*
ir l'un p in< "ii-
D N i ' i>"ne
j oeil jaillis-
I ride, 1 leui
on oneiua*
u bleu du ciel.
Hymne de pierre clam ni la loi
, avec a
. i traie, la ri
, u i le ts
I
i e s'
| <; e i sa
tiouette, \ .li "ne h- la
i s'allonge la loi ore
r da Lyci b National, o
ni des a rot >u
d ci le. \ i i ind on r"
cloch r d Sai n -.1 -
, n igea dans un po 11 oe
i i le I -i" i i.
' d'une gaz il a
.ni: i la
Sun L nia tsGon-
u i i ird ii b--. Ver
al ch irpa Haut es
p ,i d iii 11 idio. *
i vue
11 rb lensitie,
. Une vi i ab l i, e -
i bOl. V
es ila t) i para.s
s . I ..;, ueuts d rue
trOUS 1 Bp B snile
m iguifiq les d i
s de la site. Au ce i ,
.i du Cil a
: pa >ais Nation .
l ira n ml nu -l> ne
ruu li iple d ne
. 11 i I I I .
iment, c p iur mi .ui
. i |i |iiy i i de o :l
. i ii du rai*
U issalinea, aux
.u Q s de
j.ie le
, m i
- '. a is pi esi
lui tue i iIiumou
.o i arni -.
. ug ir u l'ai
kull qu. I
au de proie, un di |is u
. lait s 11 lie
..,'.. . Justice -ionl
i oupoles |auue |
; I eltel v g ilh< 'e
, SOUS les s a-
au vert Ion
i ine,buildi ,
m iyu I
,. piliers
,Nou 101 ,,s'ar-
., ,. di Saints une.
, Il : i : U 11
......il... 1er
. I loita nul i ni-
, u. v ..Cil u.
v Dis,
h ui i astre i
i din ne
... ils
, |je des cen-
i ur l mire.
Iralthit. Au
. ;auche, u,i
lougs ai br .
le. La s o li-
ai-
i urci r di i Ilot, A
: ,i d.au i
.m par la uuil uue
I oug ,
b d'un iram rude. Les
a, un
nani io
. inlor-
., : ||i ... B o .t.
" l -,
i li j ibte.
00. agi .'ni
les ai bi'es
: |, !l I .ai!
d i Bas-Peu de-Chose
Les de
illes ; les lames parses
Gin-7aldv
CE SOIR
Le Fils de la Nuit.
(!SUITE)
ET
Le Bonheur!
IL tu s'acheta pas i pris d'argent. Et padasy...
tu argent, il est difficile aujourd'hui d'tre heureuft.
Ourrc un compte d'pargne sans tarder: c'mt la
frataire dciaiche fsire pour assurer l'aTeoir.
Ci un po:.- ;tut ur. fiUltif
* Jah$ af.wu e'* tigu
V-*
La Banque Royale
du Canada
Le Sept de Trfle
(SU''E)
Entre : 11,50 ; Balcon : 1.00.
VENDREDI
L'Amour plus tort que le Devoir :
Le mensonge j
de Nina Petrowna
avec 3rigiitp Hlm et Waiwick Ward
E< tre : 1, 2, 3 gourdes.
d bois qui h i-ni ; l'cho du
h it de bches qui coupent,
t pp'i's aysana nus pirmi les
buissons ; h m''dope de D'
cherous harosas, tout dnote
un primiht village et un perp-
toel dboispme>it. Lps regards
volteni dan un essaim de mi
g >>ns loit, uniformment mo-
'i ru s'y''. Non peints, m ilheu-
reusemebl.Le ronn d'o.-il en se-
rait bau lise, n'i lit le crpu*-
( nie qui ^pand sur toutes ces
'(Mes monorhromes, une tulle
l>leu c'air. I) -s bauches de ba-
isses, ! s squelettes de mi-
ons, OflMout Aux alentours,d
i a rroniqu' s ch iu n es, com-
me bouscules.
L-b s ; Notre D ne, un pomt roug<
orne. E>oile iiuj udents qu
to nhe et qui s'accroche.
\]\w vaste rumeur urna^',
dferle d hs le Coeur. D vala I
la colli i .eule, la cha son gr-
di S gri |o s :icc >mp g le. da s
le M'ir, le munir qui morne a
I a il' de la capitale
Arsne POMPK
qus. Nous cmseillons
nos jeunes camarades dont la
possibilit de perlection a t
dimanche rvle de poursui /re
avec amour les entranements
H surtout d'obsrver les rgies
de 'hygine.
4h.45pm. Le ma'ch de foot-
bs" V olettsquipe coalise,
a soulevA l'enthousiasme dh-
ran'du public Jeu rapide, m-
thodique, technique Des deux
co'^s on attaque H on se dtend
; nvee un md'nse qui a BPra-
j chA non \)*s les appl udisse
men's de la foule.mais shs cris
trpi 's, assourdiss iDtt. R
lu Mal : match nul.
-- Hn ancien grand membr*
te i'LJ. S. S. H. q i- non cou
na sso.is i oui tre avare d>lo"
. ge<, aorti de sa rserve puritai"
oe, nous s confess que l'U. S.
S.Hdi-pnsed lo pour recevoir dignement les
trangers. Que de prog es I
Nous le croyons comme lui.
Mais ( il y a toujours un
mais pejoratit ) nous condam-
nons svrement la conduite
antisportive ou Capi'aine de
I Equipe de la''Violette'1 et sou-
haitons de tout cur que Mr
If, Savain (capitaine) s entende
mieux avec son cousin Ramyr
Chenet (joueur).Leur anlagoois-
rne ne peut que rompre la dis-
cipline, iiminuer la force et
deaannsf I quipe en pi-ence
de l'adversaire. Le <.o< pren-
diont-i's ? Nous le sou h* Mous.
Cep'-n i ii Mes-ieu s, OUS i dsappoint vos admoateurs.
Nous blmons voire ton tui'e
sur le (eirai.i d honneui.
DENTOL
oLrfnnuce
AnTISCPntm
M.
Jou nal le Main -Por|ii
r. h,
Prince.
UL""""liJi)IC']|J, '*n f i'Wnc de 100/1 ni m s, 50/1 quarts
No're ami, Mr le snat ur
!' ::cu:,v Vf. ::i2l>-3 1/2 Ibs., 10/1 qallon & 5 aillions, est
nUtner, i envir m un
mois de se|o u
Nous lui re u ons i
tresympathie.
' Li iicilleure huile pour la cuisine et /a.
Vie sportiv
o
O-m
I'ah.. I ECONTI. 3 lires p.nr
Temp> rad un. Poule consid-
rable, Aspect des grand jours
de l'U. SSII. On s crase Bans
un murmure de protestation
ImiI le dsu d'tre a.i premier
rang, de voir,d'applaudir lia nu*
lu louie. Le triomphe es' COm
plet. Nous ugi ittons ls ne pas
pouvoir lu i ic* un compte-rendu
dtaill de la plus grandiose
manifestation sport.ve que l'U.
S.S.H. ait organise ; que ( ?ux
les lecteurs de Le Vf ilio
qui ny ont pas t, nous par
donneul, nuis nous avons not
pour eux le> noms de quelques
aihlies et leui psrtoimance.
Le BpC k r nnnonce le
rsultats : laiurment de poids:
SI Victoi 9 n.9l,P.Baker u 15
S. Ambroise Bok42,
Les 100 mtres plats :H^h ni.
111, itk M'5, laaarin 11 8
U iOO m : Hit h ird 0" 800 m.
M ir m 7 2 34 Saut en longueur:
B ikei 0 n6 v. i nn 5 81. tir*
lando .72. Saul en hauteur :
H ker 1 83 Saut la perche ;
1). Rousiei 2,70.
On constata noe certaine d-
Qcieuce dans le rendement d>-
oo8 athltes ; Is cause en ssl
I, i ori,assports
! > ,-eu pat
t:i!)l
e
si lalimen prfi des enfants. !
E i vente dans fou es les bonnes Epic^j
ries le la Rpubliau. m
Pour commande s'adresser
L PHITZM Va\TN-A(iGERHOLM &C\
Aqents de COHN PHODUTS
RFINING C\ New-York-
CiBlFf;*iJSsESaT HW ^---
G. THIEKRY ft C*. Suce
s \. n. 1_Z.DU8
39, Rvc Ci.:*r PARIS
PHOTOG>KJHNIg
,j.,
II.'M
' 4 ir. 7ft
caTalouub am ty+ctvft ur TtKjn 4^r>6--
Le llluiiu Barbaucourl
Dont la renomme est nnivarselle a gard sa premire place
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
Dpt :Rue des Caan



A t. fcUll r.
1 Nayafibre ijjji
BMaesaJ -il"""
.. i i
----------ILA
))
PRSENTE
Les Midgcl adios
|A5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMPLIFICATION PEMODE
Nouvelles Lampes'Nouvelle conception
Heure Rccepli0 . Mi illeur March.
LA COMPAGNIE
(
OFFRE AV PLBLIC
1
i
Un n.uiiu la porte de louiez les bour-
ses, et presu niant ton les les qualits d'une
Grande Machine.
Nous invitons le public venir voir les
diffrents modles exposs en nos ma-
lasins. ;
Kneers LOLVMBIA Music Hall.
KNEEVS GARAGE
Vu'lesart. 7, 7 me S.StBe
lina, et 14 de la loi lectorale du 7
l'uillet ISSU.
Considrant qu'il y a lieu d'tablir
la liste lectorale eu vue nion, le 10 janvier NW2 des **ein-
Ides prima h ci ,<*
l;put de la 1re pl 'le la Sme eir-
tenscription de la Capitale, lesCon-
teillera CiuiMiiinaux et italui-i sur
i'meo" R 'a Con 'itU-
tion, selon la loi du M juillet 1M1.
ARRET al
Ail. 1 Tous I eu* I. la clr-
ontci iplii n 61e le P i t-ao-
Hrinco, jouiaacai le iu rapicili iMac-
4..le sont lotit) mii i. crire
sur lus fevistn > ou\i'i i- a rel > ... t.
l'Htel ita Ville le 29 octobre I9SJ.
Ari. '2- Lea Inscriptions aeroni re-
lues toua lei joora ouvrables, du-
rant einy heures au moins par joui,
jusqu' la clture deilnitlve qui au-
iu lieu |e .'(i dcembre prochain.
Ait. 3-La Commission d'inscrip-
tion leeti raie forme le 27 octobre
ItfSl.eat compose comme suit:
Prsident: CharlesUlavois, mem-
bre de la Commission Communale.
Membres: Arthur Isidore ot l'aul tr-
fuire.
Ait.Le prsent arrt qui abroge
celui eu date du lu octobre 1031 < ru
aprs approbation de la Secrtairerie
dtitat de l'intrieur, pu bli.nlticb et
excut la dilligeuce de l'Admiois-
tration Communale.
hait l'Htel de Ville a Port-au-
Prlnco, le S Novembre 1031.
La Prsident de la Commission
Communale: Frdric Dcvn nbacd.
bes membres:FlixVin rd,Charles
Ulavoia.
Vuet approuv: Le Secrtaire dY-
Ml de l'Intrieur Emm. MA.Ml'V
rtir copie conforme:
Le Secrtaire de l'Adminietaatien
bommunale.
i,
Clique pointe a?ft *&!*
doit p;irvor
i ail \j
par onie preuve roi ET!!.
A'-ant d'tre a<..i I :\ \tr " i >\. w. e
uluma doit peiner ;.. i m /. iiaides ni*,)*'"""*
sine u'i- i'..i-; ' ** !'>"* 1 ' c
|| : I. M] li ,. >l.l-
te par fa ita Si lur travail ne r*w par l-s orne
inspection* du fji'*r il paie une i'd.-insdl.
N I P i i m I '.!' la I' ili'. i .. i iie .
.i.. n. leur psif lion.
I !>:. inl.i sont tu vente p r-
tnut d a . : iSf :-

I quel HP '- Duoibl l de Ime
butent du rwrber serabe i-(Senior OrS '
reui .I.- vous dmontrer JuniorOi ' "'
' 'i us traits... so n MOHil .* LAl'RIN :
laissera i la douce ir p, o. Bot *
vcl ite du Parker Ddh Por'.-au-1'rlnre. I
fold .. la plume tSs . -.-"*
uress,
H
.
puits ClAl
ut HiiiUL
t.' -*

IbW
., : .'', ''- \
n
F. Ct'VlLLY
'


M
PANAMA RAILROA
iD
lEMel LINE
i Il IV!lCt/j
TE BMWN
; roi
Les chargeurs iont pris da
noter que le xtenmer t.ii^io
bal i e-.t atleoiti Port-au-
Prince^ venant de CrUiobal,
Canal Zone. !e mercredi 2 >
novembre 1931.
Les permu d'embarque-
meotseruol dlivrs pour le
rrl des'i' alion de New
York et ries Tofls Europens
.sur demande teiie a ce bu-
reau.
Lie sleamer |arlira le mmo
jour 2 brei i>. tti., directe-
ment pour jSfeW'York, i>"e-
nani fret malle ot passagers.
Port-au-Prince, le l(i dov,
Jas. H. C. VAN REI)
.4^evt/ (iencrai
9
!
..... PIS DE FAIRE ON PETIT TOUR AI ALUMINUM LINE
TPPUAfK rAHl)KTV l diparts duvv.tsdevi-w- .iillans et de
J l^l\l\i^VV.il^-\ ir\I MJL^LV MOBILE POUR LtS PORTS rlAlT I--NS.
i_ __ .__ ____ , > <- i
[ Chez W. KAHL
Petionville
llHHpieds d'ali'lcdc I> blissanisnt le plus Irais des sa
w> 'e Port-- -Piinc
kulement 13 mi^u'es 'auto sur uue acellon'e rmU
"halle. Vues u!pi vt-;;l'n esdi la ville et lu port.
Bolsajnt ria loutca es; ces.
Il
.v\ruilal^ I T*kJL\ UI-rf 1 Ull 1 ,J 11(111 '-.^O.
Un steamer laissera New-Oi 'ans e 17 novembre et Mo-
bile le 19 novembre directement pour Petit-Go&ve, Porau-
Priaca (et les Ports du Nord.
fort-eu-PriDce, le i) novembre 1931
Lt] INUal LIXH
A. DE MATTEK Co, Agents Gnraux
11
^logements poiticulifrs paar les pansions de jear
Moaina au de mais.
BAVJMt
CHi*rion,
GOUTTER
NEVRALGIE

Dr. Beogu, n, r H
GRAN riOX RABAIS 50-M
600 pa i res 11 e s< > ; ts cm's i r.t n-
qers pour dames
Ancien prix Or 6.-
Frix (iclael 5.-
.300 Paires de chaussure
trangres pour hommes
Ancien prie Or 8.-
P/*/.r acluel
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Oi 3.-
, /V-'.r acluel /.Dfl
i Pour deux ,; seulement
i Novembre et Dcembre.
//.-
Insurance
Une des plus fortes COMPAGNIES
fCANADIENNES d'ASSLHANCE
sur la VIE
* *-> rt ft *-
Ht
Toi]tri les Polices
DE LA
ni un
i
iTaTB1
m
v;:<
a
I i
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
LL
ai
jS omprenneni la Protection contre la J
Foudre sans augmentation de t*lix
J nts (Gnraux


I
)
Mardi
17 Nov 'c 19
4 -A'jr.E
KJ *Y74Jl
' r! a lnee
' ' i riii'2
t
t. --! ---i, mm
UN
r*"; r
il HnWMtmwwav>ii< MM*" "* . -M^t
->.
i
Kpiri

'
..
^PAST 'IDA
. i
Mais Bur1 'ca
PAS;:
"BLES
VEND.
..oia
VALDA
Le steamer \farit-iffite,
parti X< w York I 12 n i
tcrnbre murant, via nnvwi
pi St-Mdrc es' attendu 'on
sa Prince, le leudi 10 cri II
i trtira 'e mme jour pour
les ports (ic la Colombie el
OTxtobal. Canal Zone prenait
fiv et passagers,
! e m.-inilesl' de ce navire
n <; r ;ivion-p'>s*', ds 'e
lundi '< la sema ne, rai a U
diape nn les chargeurs aux
bureaux de la Co(npagnievro(
Porl r. -l'ri icc le 14 noveni
pie 11-31.
Cofotnbian Stenmship C lue
i F. CUSMKNTS
Gn rai* Agent.
ne
Panama Railroad SiamshiD Li
Service de jrci ci de dssaqers enlt
Anyaioi r
virn. w. SKEL >V *
I l U: H
0. Wi,,M
< "i< i\
T, II. n,V,W,""":'0. WUW
Jle (niT3 arr arr ^val ai aria ; I aeruLta liaraw.
KNr.iAND scotLanu r^vosE
Measra (i. W. SUELDON A Uo.,
17 li mes Street, Lerrpo il.tingland
r %*. "* 1" I 1 1 t I inriniM'.l ifftti t )|| -
nil' i h lue* aefrtee' tetraupmde j**uUrt attitpZ ^'Q,
nrtj f^uron-ns ii \'w-Yord t Cri.stob.il. Canal Zone, Isthme' d"*!? ^
Voici la liste de nos agent! pour lea principaux porta da l'Eliront. ' 4aa'*'
Lykes Brothe ; SS in
Taxe Htiitl nojn s>rt0
Le m ni 11 el <*
i et tntj . W dn <' i eut ave
1 orueu-i u,
Pour i # i... *
lniD^rta'iotiK suivi i
UNE.
Les i r i
Si? urinr c M 13 i i '
S/S '.'-.' I' ''
Steamer ':' '931
Sleantr Tilii 4 br< 1 '.<1
Kurenu : Uuti in V la B
6G6
(
j ituii ; lliaoi delleeide
la nvi ilgic eu 30 min i tes.
Arr rz on relioidissement le
nrerrier joi et la malaria en
rois jours.
o>ttvnnve le Bb du retroi
dit enent
MR5DAMBS,
jPout ( vous-mmes tem
|tissue, aucun produit n'galai
u miumsw
Ttnrmn ^&iacsz psnncTNindi
tei pirtoo
,... ._ MHdrogMrin4>nw
.Gros: -.. 0 FS/tCM, 4'-"'-)m-Pnrfen,
^'-'^fS^SrsammW
Glf.i.atly Hekkrt k <"o
21 Raejde \ ia Repnblfq
!*1irspille.
Herna Peron & f'o. Ltd.
53 Q'-ai Genrgi V.
'I.i vie.
HefBn t'priin A' To, I.td,
Une dn Moulin Vapeur,
Boulogne sur" 'Mer.
Marv. a. Rfhdii'A ".
11 AMrpgade < npenha^Br.
''SLO. %ORWAY.
Ini rpi tifna'
Spedi 'ODtorlkap Osl>.
MM. Atlantic Freiph Corna
a'li baus, Hamburg 1.
''.rrn-'any.
Measrs Atlantic Freigai
rorpor < on
Germany
lirsan" AI lantic F-eingbt
'oro'n.,
24 Ovi Jord ers,
Antwerpti Belinu.
lus f<\n t J- LWi
Pana.
iito mM t :> rjr
11 *ij r-i i j i itii.
pi rker\| i i4 k-Io^LU..
J rtuo rtoy,
I*i i, Irii.r.
leur, U. t'iaiv i. lvrraj. Vi 1 j iti^
-orris iuh>. i#a^tn4!
N'orlisk tiipress,
Co hanbarg.i
4ttara \KAvni fa*tir
Corp'n
\~>i w. n ninSi'i
1 t l n 1 '. ite
m
a I
:
-
.r
f.-
PROGRS NOUVi AU
/?^f/A/ NOUVEAU
s m J f

ff l!*i B %f lr M t m
'V '
i
.
!"
Prix rel ni I
ALCOOL DEFIANT T3UTE C ;
GLAIHIK VIERGE
Chez G. I ZG
jr'ti : A3gla des rues l'en t et dn Pt i -Phone:3313

Liqueurs Sirops BAY RUM Kau de Coloqn
Tous ces produits de la dis!ilerie de l'Aicile sont eaau|
et parfois suprieurs en nualih\ aux articles similair
n\\<, tout iii porlcotant moins cher.
IMPORTATION DEVINS
Dt-POT: RUF*DU MVOASIN DE L'ETAT ?*&* ,0E LA B NQJK NATIONV L
M FONTAINl


... ....... * vw.;. MHHMHMi ^v-^.rfw,./*, A4^*>'M- HunltM **
^anwapiiiwij un*Ma*BWMqcw.

A -VOUS
i la
Gen< i I Pire & Lif
Assi >ration Ll
de ILind )
LE FAIT EST INCONTESTABLE
l;,i la (!
^!e ce genre, i i c
ajndc
Set P<
: ilices |
eauas A ai
SJi P :;
geurs devrait
d'au cii i
Veuve

. etdea bina vatlta orgaiaatina
unp diction qni ranraaM la
. ;ts oc tonn! par la iounra
h 4 >:i 'ucc, douioiagea
ropi bls en Hati
tivers eutii i Toua !cs voya-
;..t d'ni ice contre accidenii
.. ; "c dollar! V. C
\M, uxCave
Gett la quintessence des meilleures

>s.
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs.
C'est co qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAIV.Z
-.(>(>

i.. G1LG
J".
te
immu
m mma

r. -
Hdes
*L
Charlu r- vjalebi anche & Go,
1224, Chemin des Dalles, 122J
VA


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs