Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03768
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 16, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03768

Full Text
l�ment Magloire
DIRECTEUR
vr�* hUE AMERICAINE 13*8
1 IELLPriONE.N�2242
Il \ a ur. <:r�B �lei|f � Iiireat
�M oui, C'e�l, qu'il lipiMH" lou;
j�lMfl ||| esl i antre la raihoa.
i moir�e ds MENUS
2i,�mc ANNEE M� 7130
P01VT-ALl�UINCE(HAlll)
LUNDI 16 NOVEMBRE H
(1
Mesures de Conscience...
--------0 �
Depuis quelque temps nous
�oni'lans une atmosph�re
Vmoins-values et de d�ficit.
#s�q�ilibre a g�gn� les
|5rie� et toutes Tes krt�i-
de notre activit� com-
pile. Ce qui porte les uns
JJvre au comble-goutte et
lutresdansta plus grande
�mis�res. Et celte situation
unacque de causer de l'aa-
Ldaus toutes les laniilbs.
bos-uous notre pain quo-
Atlacli� BU Con-
tr�le
Employ�juu paye-
ment
'Un expert-comp-
table coutiibu*
lions
jj Capitaine du Port
Inspecteur Alcool
et Tabac
Aide chel rcnlr�l ;
Douane
Employ� Domaine
Hou�
le Pays en ce nao
Z- choje bien triste a
i�ne vit que sur les
ibililes du ch�que � M.*-
|�si, nous avons applaud
piloris du Gouvernement
Ij�Mr de la Hue qui iOul
arrives a boucler nom
�et a torce de comprea-
i. Cela permettra � bien
jm'illes de ne pas tuourw
, taitu. Ces compression�
trgiquLSSir l'ensemble de�
Jteraents bduens aideron
iliriver, sausse jouter lans
Complications matlieiua-
fue!>, a un �quilibre e >mp-
ible du i budget uui va cu-
are subir- daus lecliapitn
les appointements � une le-
luciiou de io/o. bi le Goi-
eraement a �t� force d'arn-
|er a celle mesure p�nibb
our lui � de ne pas pouvoi
�lier aux contribuables i>
ilicc de cette douloureuse -
| uut croire ^tellement qu'il
papas pu laire autrement....
Cependant nous ti >um cou�
�le avec uue certaine amui -
(ILme qu'il existe encore de
ipoiuteaicuts un peu tro,
lodaleux. Ces appoint�.
:uts l'affichent daus� te m
it�re massit, comme in
jDt la mis�re publique,
ion tableau que jedouue
kg commentaire appro-
|j pour la .keule ville dt
Vu-Prince et dont les
tes �loquent! parlerai
l&eiils � la couscieuce u�.
;lu qui en ont.
RppOINTI.Ml.NTS PAR MOIS
bise il 1er Financier-He-
> ^H evsut -G�n�ral Iteveur-G�n�ral Doll. 12 �U
adjoint I oak
(recteur G�n�ral
^B des Contributions *r fJ26
tonlr�leur des
1 1 i I comptes � AU
J 1 fficier payeur autant chef Con- � 360
tributions lecteur Douane f yjo
totCustorusCou-
1 tr�l '.� :i35
il MeConseillerFi- �
J il �oncier c 333
����- ��.- -,~-w
'A u ~~._ .....
� .
*
300
3t�
2U0
250
250
250
9 '
aux rtov
Nosministrts.de qui rel�- 1
vent le Conseiller-Financier,
le Receveur G�n�ral adjoint
et le Directeur G�n�ral des
Contributions, Kne sont bud�
^clairement pay�s que de
�00 dollars par mois. Et les
appointent nts <)� dos chels
�e Division minist�riels qui
lirigcut des services autre-
ment importants que celui de
'attache au contr�le, par
-xeraple, ne touchent que
l�u dollars par mois. Juste la
noitic des appointements de
oet attach�. Les temps sout
>rop durs, avouons-le Iian-
b meut, pour conserver de
eis appointements.;
Je crois pour ma part que
c'est le moment pour les
.tais Uuis de prouver sa
uuissance protectrice qui n'a
;is l'air de |ouer. dans notre
malheureux Pays, le r�le
m'ils se sont assidues dans le
nouveau continent. La per-
onnt� ara ricaiu est trop
.. ->si ment pay� pour les
eraps actuels. Un devoir de
�ouscieuce doit rappeler ces
messieurs i la pudeur. Un i
�.maniement de leurs ap- \
loiulements s'impose devant
i d�tresse de taut de lamilles
qui soutirent.
Nous ne pouvons pas, d'au*
ne pari, demander au Gou-
vernement de ramentr les
appointements du Personnel
.luilieu u uu.taux coulorine a
ta mis�re aciuelle. Car ces
appoiutements ont toujours
cte et sont encore aujourd hui
au-dessous de leur standard
de vie.
Et si nous donnions k� le
budget, par exemple, du ser-
vice national de I Enseigne -
ment prolessiounel � service
Iralchemeut �tabli ou serait
�tonne de la pauvret� des
'appointements de ce budget.
Je veux m�me croira que les
allocations de ce service d�j�
comprim�es et surcowpri-
mecs, ne subiront pas la r�-
duction de o o/o qne vient de
voler le Conseil des Secr�tai-
res d'Etat.
l/l I�V\fK M LA Rll.
�o �
e
&an
s rire... Pour rire...
A la n�nioire du Dr Rosalvo ItOHO
'lais parti, un soir, pour
1 P'ys de r�ve et d'incon- ;
�J", ula m'arrive, h�las ! |
K|ue,ois*vous ,e savez !
I cela, meaocoup disent
Ie ne suis bon � rien et
Ve.� voyage dans la lune !
J�LJ bien leur lasse ! Et je
1 fetouruai. comme cela
"^e souvent a un Mas de
� qui partent avec fusil,,
T'e. gtetres et |ambieies
. "arms de tous les temps,
2?>�Hle I [{,eu. La non
d �tre ce deuil. Pas
|J� '*' Pas un diamant
e la Lune avait r�se�
j, j� balaucoire � d'autres !
1 d^rbe o� accrocher ma
toque et mes chansons! Ma
Mie qui. comme les autres
est la plus fid�le des infid�-
les, avait pris la clef des
champs.en oubliant ses pan-
toufles. Et voil� que, tout �
coup, pensant aux fid�lit�s
et aux infid�lit�s, d'Elles et
de la Vie, je le rfvlf, Lui qui
tut comme unj l'eve vivao� !
E j � ri> ! �Croyez-von^ ?
L'on a dit quelque part: tuile, c'esi la victoire! a^tC'eM
bon pr�texte pour ics pol-
ror.s, it les fuyardst Moi,
quand il m'arrive de croire
jue je puis avoir peur.je ris!
Le rire, c'est la victoire !
C'est alers que, devant moi,
je le vis debout, la t�te haute,
� e reg�ird dr )il et lointain,
fix� sur l'ave!;.r. L'ue lueur
ecl.iiuute et si douce tombant
de ses prunellesqoe ma cliam
breet la nuii toute ent �r sein
blaie.jt ei � r^ baigu�is ! S. s
mains, de gris perle gant�ami
Semblaient vouloir^en passanti
retenir quelque revenu quel-
que �pec ! ltiute sa persooue
robuste e! H�re et si laute l �tait la 1 Lt scmbbiii
vibrer eu la nuit noiic et ii
yonner ! Lt bOU gian i gi:sit
large, moins enioie que soi.
c�ur balayait ma tristesse el
mes rancuaurs, revenues de-
puis ijue la plus tid�le ne m'.i
laisse que ses pautoulles!
Et Lui, l'�tait l'espiit ; c'�-
tait le c�ur ; c �tait l'art et la
beaut� ! La merveilleuse s'.i-
tue d'abn�gation et de mora-
lit� et de patate! Citait Celui
dont la religion, r�ellemein,
s'appelait sacrilice. Ap�re !
U lut un autre Christ! Prmce!
Combien n'ont pas de lui le
(,-u l'a'.i u eue ave.: un sourire
et uue poign�e de mains !
Chel ! Par la plume, pui la
science, par �e c�ur par i�-
p�e ! Oui, l.hel ! qui oserait
eu douter �bi qui,f>aus d.jair,
e�tch nge la lace du monde..
ou, tout au moins, de notie
petit monde ! Comme le nez
de tleop�tre, suivant Pasca-1
Il savait ce qu'il voulait tt,
pour les avoir beaucoup cou
nus, m�decin de corps et co-
rcurdAmes, et obiei v�s, il
CoUU noilliiKS, si jamais il eo loi.
de ce petit pays . pour r�pt*
ter un mot cher au non mt)i us
cnerHuaiouuici uei hhii �
th ! oui ; INjur cela, uei s
notie pays ou trop de g- n
comprennent sans cOmpreii
die, liseul saus lire,se Cioieti
tout sans cire nen, l'on cro-
yait pouvoir se moquei u*
Lui. el de ses gants, et de fc
cravache proie � relever Ions
nsdelis, a cinitter toui Ita
visages ! Mais Lui. ii �tait
giai.d, il �tait noble i! �la i
pur! Il levait, �et, a ses heu-
rts, il �tait po�te aussi, (peu i
�re est-ce pour cela que l'un
dii qu'il elail Ion J�A une
llil'i meilleure, plus b. u
i> us b'O^p�ie, plus gfamn !
Et si jamais vous awaenUn-
wii cette VOl* cbaude.auleii't ;
ce timbre clair comme di
cristal ; ce langigc si po ;
cette ionne Impeccable] et ce
verbe I Si vous avez connu
cette simplicit� dans l'ac-
cueil ; celte �l�gance natu-
relle des mani�res : ce sou-
nre.crbi! de ses grandi yens
surtout ombiog�s de long�
cils, toujours, m�me aux ad-
versaires qu'il n'a jamais
voulu, aux pires minutes,
consid�rer comme des enne-
mis, bienveillant et largejcea
mains toujours tendue�
loyales et insouill�es 1 Vous
n'enssiez oubli� ce grand
m�connu ! Lt vous, comme
moi. cesoir,,dans la nuit noi-
re, o� la d�sesp�rance cleud
sur les c�urs son manton
ellroyable et glac�, oi lcsie>
ves arefotu m, � � fane, jui
,oo.ii.ut i indigner,irJssoi
\ oms IV ussitt en * nd . 1
telle h-me, repe'e- .eux uns
H BU1 buIh s. > es pa'ole q
demeureut :
o Ce qu'il nous la Ut ce n'est
pas un gouvernement iramu-
quin qu'aucun gouverneiu
da monde aura labrique el
p..
ropos
humides
On pouTa��lira a�ti* Infarmalion
� U ebrouiquf luondaina d'un
i..jiut journal |.-hi�icii: � l.� maha-
'. <\e Kapurilialj ^ Joiuui, I �
�ii sa r�sideoca flu boii �1? Boulo-
gne,ui d�jeunai pour quelquei inti-
mas, v Le iiiab:u-niali 4a tMipurtbaia
. m ncbla4iina.il le dUpala A r.�>-
� lii'iier lui-tnlma. �'aat aaaaa dii �
l.j aaula dili�uupa vutre eux. c'a*i
que 1* ui.iii luiaii a�i d^ raca ladiaa-
ae, laiuli� que le roi un blanc .landanl n. 1 al qu'il ap�
parliaa au |>ay* wee, �� plut aaa au
u nide. Le maharaja* ail kiuiaide;
.. faLapurtbala comnaa � Paii�. Ain ai
que le pi'uuta ta d�uarcat au�'- .
11 |o'urnal an quaslton pear taire a-
�ou'or'� I information, qu'a son ii�
leniier pour intiiaas, il avait offert,
Svaul aiapr�a, du UHU.M SARTIlt
CAdilLT d'oii qui u'eit jameiaab
lent da ta tabla.
'M
LA
OU UOCYEUR BilTEttl
(�' malin, en passant dam la
ru? Dante* Dcstoucbes, une en
de a attire no!r^
al'e ton : celle del� Ni rmacie
qu- f.enl douvrir noue tliur-
m ml ami le Dr iiuteail.
Cette pli rr�acie,quotqae nou-
velle, est richeiu' ni approvi*
sionu�e el pourvue d'nrj s,m vif��
qui, d�j�, louas lou r garantie
aux nombreux elienh q r :
aura bien'�t.
Toutes nos f�licitations au Dr
IJuteau (| 'i se coesa ; a ai ,vi i
u.ie toute iea..iiv il |u m b e
u >�� lo^ de plu � �<) i � > i (i'�-
ttitialive, ei aps m�*il ei ia taux
poui ia piospi i u� dr la m ison
�l �' i ai d�j� une maison d�
co iflan
HA�TI ET L'EXPOSITION
Un Air�t-' en dat� du 12
membre, publi� dans LE V<'
s'ITBUR da II, a ouvert ut
r�d ! extraordinaire de S,60O
^ourles "devant servira l'a�*
qaitt.mrr.l das derni�res d�-
f isr�- occasionn�es \> ir lu p n -
Icpatton d'tlaiti l'Lxno� i o
Coloniale Intern lionale de Pa-
ris."
d jnl il se fera le aras ma ope i
vr ml el tut�laire: un 70a-
vernemenl l bn iman ! tic n-
Pr�sentant* libres, ring libre-
ment par lt peuple ha�tien
libre. Et, cet homme, noir,
marron ou jaune, rejeton du
Septentrion, du Midi on de
I 0< cident.qu'ilsoit le bienve-
nu de tous et se mette a lu
t�<'lie ! Qu'il s'i/ inclhf (ivce
modestie, et calme, et s essaie
ati.r //'//.r de lotis � un peu
p'abn�gation. Que son pro
gramine.en m�me lemps qu'�
une moyenne de progr�s r�
�ilisables,vise d'aboiil,t-nsuile
il lou jours, � ectie chose
essentielle et urgente : a
tatafaction inleet u aie du l a*
ple\... 9
Fou! S�ut}doute, pour avoir
pu penser el �crire 11 i
Mais, moi�fou aoasi po
�ieurs.je mi d� "ime,... et
WIN . m. �
.ni revient, i la n cherche de
pantoufle .... vyu
t "* , n t.nient cora
me : A la <� ri \
Comme daus la �
L. H. 0.
I
21) ann�es de succ�s. i
POUR LES
L'inauguration tour l'instruction d niwiera
[j|c . jendi den
an lo "ti da '-�� �'� '' ''
Cens ignemenl 1 >an�
milles
Dori'i, initi itenr d ovre
de Si Ii lai �' bi reo
uua ocanl.l
CoaiKe <>"v �r, S 1 a tten� l.- -
1 : onrs, S. (.. Mgr La Gi se,
\i. !�. w h , nnniatri di Ki i
y. \. ,!(. j i barge' d Aflai-
resd'l Pierre de I i
que ille, -' cr�taire de 11 1
(ion de l-V n e, M l'um sr. d
rec sur du a.N.l*. \-. M. �'
1 oi, luge neur en > l> '� ilf* la
D. Q. T. ;'�� MM J� " '"'". �
Vieui, i'. Bloti !>i Uoraaiuvil,
lli-n� Isidore.
M, Dont, 1 n un b<
roi r , es bal <�
ligue, puis u passa la pr�siu
de la r�union .' M. J�r�aaie.
On ; dopta les stato 1
suit* > - 1 on suiva �le a
tt� \ol e a ,1'unanimil .
BESO riON
Coinaid�ranl que l'< '.'! (i'.:i
phab�tiame de ouvriei > b
. |l mu- di s C lUSI B � I
prol iss� pour II 1 Irai sas
nui la 1 ii',. � au
Conaideraal �| a e ci ; eudi ni
I o .vi ira* h uii" n est aussi bien
dou� que c< lai da n'importe quil
paya avanc�, n sis que la d�teut
d'insti ucuon le rend in pie i
donner le plein d�veloppement
de ses lai util 1� et q ' u tel �tat
de choses i.e saurait se pioluu-
f r davantage. ;
1 onaidi 1 uni qu'il impoi le q
l�uie dirigeantea'impose la de-
voit bo 111 0 :i ii 1 Q difluaer la
lumi�re da s la c asse des ham-
, �. qu.- la pins etetn
^juoii patriotique camman"
de � r aux movona de iBira
en soi te qiu: tous les ouvri�re
h uien ilnu.a incteuu ni s cheni,
pour i� moins lira el �crire, al
le plus loi possible, selon
m thoda r>" i.ia.i" la mi illeui 1.
lea soussi^o� s, en v
m imm�diat s l'eu '-
Vi c de .'i 1 .1 vi lei ^
unvi nu de (ondei
une association,ayant pour but
de Cr�er des tuai.s du soir .1
i'i.il au i rince et s.ur loua lea
autres points du p ijr� et o� loua
lea ouvri ni ad-
mis gralunema t pourvu quis
h pi 1 -.ri,,, 1 daus une lei
eal �. Lea couia sa feron
trou lo a p n s .-m uns 11 an
quarante le�ons
roui- aidai 1 in :at emenl .1 la
r�ebsaliou > Progiamuia,
u Ligui 1 onstitne sous 1 �
d�nomiu lion du : liyur pour
t instru* iion des ouvriers illet-
tr�s,
Ltle durera jusqu'� c
.�un but sait ait 1 : aies
p 11 un I omiM �. iill.il u'i .
l'eus, elle lait appel au pi Ii
usine m .. � na el aux
seniiuieuts 0 tiumanit� d 1 �
(rangera r�sidant en Ha�ti,
I.ui u roit-au-Finxce, ce 12
Novembre l'J31.
�C
s
Samedi apr�t-tridi onl eu
lieu en l'Lglisa proleitan e
rpiscopale, i�s obs�ques de
lunnj Ckvetand rioilu,
ancien inspecteur g�n�ral des
�coles industrielles, den �le a
l'�ge de L'� ans.
Noua adreseons nos vives
condol�ancea I la famille
iloliy el particuli�remtn'.a M.
Robert Uolly. p�re du |< m
et regrett� d�lunf.
Z�MA
i liMAKIUltMa. OIMIAIII l'.UftSi
� �* * � Marnai* UflMMM uBmi
POMMADB
FLORENT
ilutb, Taut ooaiTATaaai
Il 'II. I� c.'M *�l* dttirlf fi ii^tU'imi 0tr Sk�lt�rt 1
S. lien, H^JXejanajBj Dan, toMM
laLi. *����- lia U BBB| m* punnaetta
UMS d ' monda.
J 41 > W
... v il que le menu du l'.rand
[lutel >le Franco est chaque joui
sllkb�, bien en vue, � la porte
i conduit � l'escalier du rea>
1 urant, � l'�loge. N'y jetez pas
s stiix, .'i vous avtr. promis a
Madame de manger en lumille
ou si voua n'avex pas les mo-
yi us de d�jeuner en ville.Non,
u'j jetei p.'s les veux, l'euu vous
eu viendrait a la bouche.

... ;.i vu tout d�contenan�a.
� Ii suite d'un oubli paternel.
raedi l'tnteur de ����
joui-, lui remet un dollar�.cW
pour le cin�ma du dimanche.
!. limonade da retoar, les . �
naielles... prohib�es� cela va
< t d'autres petites s 1-
lislactioi s sur lesquelles il e,t
bon qu i- papa A'uu ieuoa
homme d� ISanalermeieajeai*
s'il ire an titre de ., �u�l
. Or,samedi dernii r,i� dei�
a 11 suite d'un impardouoa-
blc oubli, ne lui lut paa tendu*
I! | bien � r�clainer
1 |g l�midi'a le retint �-t l'ou-
bli lut sur le point d'�tre conta*
cr�. Comme tu es cong�s� ienn�l
1 remarqu� atee ansit e le pa-
pa, liier,qu'est-ceqei ne va pas?
� Je n'ai paa touch� encoNti"
voua-t-il en rougissaot, mon
dollar du samtd .
o 1 le lui tendit en r'unt sou*
tape et Noiiu CE 1. aiuus�, le
vu a'�chpaai presto, jubilant de
tout le plaisii en perspective
. �
... vuii � la rue Lvestonchee,
un �lablisaem�nl i l'enseigna
du Black-Cat fr�qurij� par lea
clients qui semblent avoir au-
bli� qne le dieii de l'un s'arr�-
te eu commence celni du pro-
chain. Les g�na du omartier
sont scandalis�s et des propos
extravagants dont cet int�res-
sant quartier esl devenu le th�-
�tre...
a
� �
...voit ejue les compressions
budg�taires sa font de plus eu
plus dramatiques, selon la lor-
muie d'actualit�. Il y a quelques
(ours, on renvoyait six emplo-
y�s du service de la douane.
1 s. maina dernaire, c'est A
l'office au conseiller financier,
qu'a )oue lu guillotine adminis-
Iralive. Six nouveaux employ�s
viennent d'�tre radi�s de la lis-
te de budgetivores. NefM (J��L
en est tout humide de sympa-
thie.
A D�FAUT Dt GRIVES
TI-�RCELIN PREND
N01? petits shines tonnent une
corporation piadleuse et turbu-
lente. Ils en viennent souvent
aux mains, et il arrive Ir�qnem*
ment qu'au cours de leur*
duels toujours s�rieux, le aang
coule.� C'est ainsi que l'autre
jour, l'un deux, � la suite d'une
discussion, blessa gravement in
camarade, et oftolt�, prit la faite.
Homme aucun gendarme n'a-
vuil �t� pr�sent � la sc�ne, l'a-
gresseur pouvai' ae croire assu-
r� de l'impunit�.C'�tait compter
sans son h�te, du moins sans
FN lit-Marcelin, assis comme tou-
jours les jambes ballantes a
l'arri�re du camion � toutons e
qui nvnit tout vu. Il n'eut qu'a
cueillir le fuyard au passage et
le mettre en �tat d'arrestation
Comme il n'appartient pas � lu
police et ne pouvait avoir dn
im uni es en poche, il proc�da
Comme avec ses clien's babi
1 son filet et par�
qua le d�linquant d�s lors im-
:nlis� dans le coftre grillag�.
Il Mer du devoir accompli, il
P' d sit ge � 1 o � du ' haufteai il
l'on roula vers le bureau de
Polie
Voil� cer ainement le plus
leau ceup de filet de Marcelin.
-*i


t/&*. 2
ms�
RECEPTION
NALISTES
Autiurde'VoIx d'o�
H tr� Tomb�"
NWS UKE LETTRE OU PRE
L l SIDENT TRUJ�LLO
�o�
Vsndredi dernier, de 5 1 7 -
heures p. m., les journalistes I
ont �t� le�us par le Pr�sident j
L�gation ^e la
R�publique Dominicain*
Port au-"rince, le 14 Novem-
bre 1931
Larreur, ad-'j1"
� Pays� ; Au*
Vincent, au Palais National.
Etaient pr�sents: M.l. Char-
les Moravia, directeur du
�Temps�; Marceau D�sinoT,r�-
dacteur en chel du � Nouvel�
liste�; Alphonse
ministrateur dj
guste et Jean Ma gloire, diruc- '
leur, et r�dacleurda lEd.pee ; ' ^^pomoT �Ja"oMdlntaa
Placide David eJSt�phsn K\t% s, | , V()|X ryoOTRETOH
directeur et r�i.ileur de �L>
Presse" ; Vaugirard Pie re NoC,
directeur de �l'Eveil� ; Mauric
Auguste,adtninistraten '.le �LO
pinion > ; F�l x Magloire, direc-
teur de" Quo Va dis, HnlT ; Kent
Isidore et Maurice Liautaud, di
recteurs de il'Appel"; Maurict
Brun, dirctetr du �Moniteur� ;
Castera D�tienne,directeur de|Lu
Libre Tribune: Lors Dorainvu
le, directeur de / Elan ; Lai
Laleau, directeur de haitt Joui
nal ; Cl�.'uent .Mag'o.re, dirai
teur du Matin
ivi ou�e, MM. Ahel L�gai,
s�cr�tait e dEtal des Relation�
Kal�rieures; Alexandre Ltieum-,
secr�taire d'Etat de l'Insiructiou
publique ; de I Agriculture el d.
lYavail, hhniu >nuel Kainpy si
cr�taiie dKtat de IInt�rieur �
de la Justice : L�lio ftfalebN -
che, Ch' I du C binai pat ici -
lier du Pr�sident de la Repub.
que; Benjamin Vincent ;,iiau u
Ion Rigaud ; J B. Donsinond ,
Dr Rei.� Saiomon; Ch taiia
Ceicou. Leroy Ch js� ut o j.'f &*�
cretaire du Uonsell desoe'�ie*
taires d'Etat ; Eug�ne Chassainy
directeur de l'I m prime ri a N�*
tionale.
R�ception cordiale el ci)
rninte.au cours de laquelh �
Pr�sident Vincent, avec s.i bo -
ne gr�ce habituelle, eut un m-
Jaimable pour chacun et u e
�tlention exquise pour tous.
Monsieur Cl�ment Magloir*
Directeur de LE MATIN
En Vill*
1
Monsieur le Directeur :
Dans l'edd on de ce jour de /
iotidien,�ouei '
BB )
roua a^ / publi� une liltre du
journaliste lommicain Lois
in -s qui tu' ti'� � n i e t* �lH�
l .n les dernier- jouis tu mot i
le Juillet de cette inn� p�r vi.
Pierre Augus'o Saillaii1, q m ���'
encore en priftO i en cet'e vill .
h la inorl d Alias, la Polira
le l'ort-iiu-rnnce (|1 la remise
U Consul G�n�ra de la H'",-i'-
uiiquc Dominicaine, �e� do
umeots, aig> nt e- �uirei^obj<
,j .e portait �a victime.
es documei la se trouvai une
me du Pr�sident Trujuiu que
tjue j ai le plaisir de vous re-
mettre el qu il seia oppuribi
le publier, CO que jesp�ie-i.
utre p.-n comme un acte d.-
ne d un journaliste bonnet* e
npai nul..
,i< voua �aine respect ueus
� .' n o. souscris voire sei -
vi eu. el ami.
t. 5ig..e ; v>. M. MOHILL')
Charge d .-�tl nie� d a R -
pub jui DmiiuU > -i e.
s
Dm.S

Echos
-0-
� l'n bu;i> n du Nouvtllisl�
paru vendredi dernier a u -
menti la nouvelle que M. Duv,
gneaud avait renonc� � :a can-
didature � la magistraluie com-
munale pour briguer le s.�ge Ut
la 'i�me circonscription de l'on-
ll-l'lli.a.
� La ligue popi*jt'inslructioii
des ouvriers illettr�s s'est inau-
gur�e jeudi dernier au local di
Service National de l'euseigUi
ment proteasionnel.On v a adop-
t� les statuts et vot� une r�so-
lui ion.
� Ont �t� remarqu�s au Pa-
lais National, la semaine der
m�re, quelques d�put�s, candi
dais � la r��lection ; MM. Ch�-
telain, l'iou, Louis Gilles.
� La Presse rapporte que M.
Carmito Ramirez, leader politi
que dominicain,lout r�cemim
exil� eu Ha�ti, a �t� no-mu
D�l�gu� extraordinaire du Pi�
bident Trujillo dans les district
d'A/.ua et de liarahona.
� Un domestique peu com-
mode, c'esi l'ex-domestiqua u<
l'Ev�que �arson. Il a assigo
ce deinier en correctionnel, t
r�clama dans ses concluaioui
contre le d�tendeur vingt mit�
dollars de dommages-iuiei�ts . i
deui ans d'emprisonnement..
C'est tout simplement scauu.-
ltux.
� Le Directeur �le La Opi
/< �urait, sans le mauvais �tat de*
loulea.lait le voyage a Pori-au-
Grince pour avoir des couvera
nous avec ks Dominicains e
teiil ici... Qui de droit ue pou.
rait-il pas taire le n�cessaire,
pour que le Directeur de Lu
Opinion qui ne laisse passe�
aucune occasion d? nous abreu-
ver u'outi �ges, sache qu'on h
lient tn ll.-n; pour un ind�sira
�Aux Cayes.M. M. rcelin Jo-
celyn a �le nomm� (tel�gu<
r mauces.
� ai, Christian Claude, an-
c:eu employ� � la douane des
ml ja&iuub^m yemj��m4i&
aris-llaz�ir
PETE BROWN
RUE BONNE-FOI
Cin�-laldv,
DEMAIN SOIR
Le Fils de la Nuit.
, o�ral Ralati u.eonidi s Tt u
o Vlolina, Pi�sidenl de la H -
blique Doiiniiuame.
No 23086
, >n o U luiuix K. D. �� 17 |Uil-
i m\
>iuih.t ui Lu ' m ^
o�l-. PrinCt HalU.
Cher Ami ;
je sai> s..ii>l�in des ren-� i
{D�ments contenus d.ins votre
eltre du lu juillet que je m'em-
(j.esse de d�mentir.
Je me suis inloim� discr�te
lient de tout ce que vous �ivez
uen voulu porter a ma con-
la�aaance et suivant votre d�*
^ir,� et c'est uni grande satis-
iaction pour moi,� je vous
uvoie un ch�que sur la Natio-
ial City Bank de Cent Dollars
(100 dollais,�� qui est la va�
urque vous hoilicitez de moi.
Vous, aussi bien que tous
i ux quionllaisse le puy;-,onlUe
i part de mou ijeuvei newent
s plus larges garantie*, et
ivuvent y reiouruei qumd ils
� d�sireront.
Je d�sirerais, quand vous se�
/. de retout ici, 'pe vou^ me
oyiez poui avoil une �chan-
ge d'impreskiona.
Sans rien de plus, je suis vo-
ie d�voue serviteur et ami:
(Sign�) Rstaal L. TRUJILLO
ijes, a �t� nomm� Collecteur
ie la douane d� Hirago�ue.
�D'apr�s ce quer.ij�poite no�
g coulr�rc La darde, quelq'un
urail mi� 18 heures pour taire
trajet Pori-au-Pnnce-Cayes,!
. suite des pluies r�centes.
Tout de m�me trop, MM. des
T. P.
� 1! para�t qu'une seule in-
lirmi�re est allecl�e a l'h�pital
les Layes qui enregistre un el-
lectll moyen de 200 malades.
.- n'est pas compr�hensible,
- L � Espagne, la commia*
ion des responsabilit�a des
onc-> lousliluantes a propos�
ie condamnation a la peine ce�
pilale du roi Alphonse XIII,pour
crime de l�se majest� contre
i souverainet� du peuple.Mais
., x-souveiain, heureusement
,our lui, est en exil a l'�tian-
� Deux nou/eaux Ha�tiens :
i. .luhus M. Parmer asi Mme
A . Me I n'ose h de natio
lalilc anglaise pr�c�demment.
�Les Japonais se sont empa
s du prince imp< nal i lr
j Husan Tu cnl i
lt SUI U:
jettent,
i.i . i; empereur de la Mande-
cl. i
[ LOUIDATION - R�BMS 50 0/0
600 paires de souliers �tran^
qers pour daines
Ancien pri'.. Or 6.-
Frix actuel � 3.-
300 Paires de chaussures
�trang�res pour hommes
Ancien prix Or 8.-
Prix acluet % 4.-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Or 3.-
Prix actuel � 1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et D�cembre.
�SUITE )
ET
Le Sept de Tr�fle
( SU'TE )
F.nli�e : 11,50 1 balcon: UN.
lt - � ��
-
Rem�de noiiYsau
LA
a�tptitptr ht Spic*/.;it*s�*Pa.it
soulage imm�diatement :
BRULURES - CRAMPES
ACIDIT�S a. lESTOMAC
ULC�RES GASTRIQUES
CONGESTION du FO�E
DIGESTION P�NIBLE
GU�R1S0H RAPIDE
Produit sa Dr CORNEL'.US
7, ai. Csastsat-Ctesffea, � ARiS-7�
gH lYNfl . "
< Pi � o*�*!��/!<� Pbsr�>�' . /. ? CH
�'. tOUlB� l'fVB Pf �r-i.nlM
en ferblanc de 100/1 pin s,
20-3 1/2 Ibs., 10/1 gallon &
la meilleure huil� \)<>iw \'<\
50/1 quarts,
5 aalions, es'
la cuisine et la
table.
ilk mm \m
1 11 m a II ii t m ;i batiilbi rit rrii i
palais de lluckiiyhae
�o�
Londres, 12 novembre.^ f[.
�le � ses principes, le mahat.
� a Gandhi s'est rendu su ptliii
de Buck ogham pour voir le roi
� orges. V, empeieur dea lodri.
T�ta simplement d'an paginai
I leic nue.
Montant les marchea, cou-
vertes d'un (apis rouge, qui me�
uen t � la galeiie de ubleaui,j/
inclina devant le roi n jj
� eine, les mains jointes seioa le
nuel des pr�tres hindous, ta
ronon�ant des parolcadiit|
�dictiun.
Tous les t�moins de cette c�-
emonie d�clarent que c'est la
us pittoresque qu'on aie ji�
nais vue au palais de Buckia*
gbam.
Le ioi sourit avec douceur �
vjandhi; mais nombre de per-
sonnes ]etaient des regards in*
quiets sur les jambes nuei etla
lAne d�nude du ma Huma.
(Jeorge V �changea dea sala*
allons avec les invit�s, au nom"
te de 600, parmi lesquels ta
. ouvaieal c*t nombreux malu-
r i|hs en costume d'apparat, el il
convia le mahatma � le suivie
lans son bureau pour avoir
avec lui un entretien particu-
lier.
La conversation dura un bol
moment, apr�s quoi Uaadbi
s'entretint quelques instantaavt�
la reine.
Le mahatma se retira ensuite,
le premier de tous les invit�s,
et ton d�part causa une certaine
stnsHtion parmi la cour, qui
consid�rait ce geste comme ne
manquement � l'�tiquette.
�Leurs Majest�s oui �t�chsr-
mante� � mon �gard*, a de*
ctar� Gandhi � J'aime beau-
coup le pnnce dt Galles�.
Le gouvernement britannique
a liuientiou de laire dellndl
une l�d�rulion pan-mdiesa*
lont le gouvernement *&
confie aux Indieus eui-a*"*
avec cei laines sauvegarda,��
que la d�lense nationale,les ��
aances et les eflaires �ttioi-f*
au cours de la p�riode uraasi-
oire.
j
est l'aliment pr�fet � des enfants.
*
En vente dans fou es les bonnes hpice
ries Pour commande s'adresser �
L PREETZMANN-AGGERHOLM & C�.
Aqenis de CORN PHODUTS
REFINING C, New-York.
Tr�s sensibles aux t�ffl�i1
^uageide sympathie qui le�
oui ete donn�s � la mort o�
Mme Souflrant 1^HENS�U?:
Soutirant Lahens.Mret MB�
i^eonLahenset leurs enlrtj
dr Georges Lahens et i�u
les autres parems �pro�J�
remercient S. E. Mrle "w
deut de la R�publique, v�
Mgr Le Gouaze,!es B�fiJJ
lu St Esprit, les S�urs de�
Joseph de Cluny, �V?Sl
Normil Charles, tous les ig
de Port-au Prince et ffjna
leurs qui les ont assistes'
l'occasion de cette perte dflj
loureuse.el les assurent do�
�ternelle recounaissance-
HE
Nous apprenons la. � J
Lascahobaa da 3*P0'�.i
EHe, assassin� dans des ci
tances myst�rieuses. ^ ^
d Instruction Lescotsesi
ur les lieux.
A bient�t d�tail�.
Le Khuni Barbaiicourt
Dont la renora�uae est aniversclls a gard� sa premi�re place
Demandez partout :
UN BARBANCOUrVT
G�peX Rue �tes Giaem
\


Ufc V/.llfr ^. 1U Ntj^fla.Ljr- \j^\
(M i Ml
LA
PR�SENTE
P. F. Esb
Les
� Midgrt adios

A5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
I AMPLIFICATION PEMODE
Nouvelles Lampes�Nouvelle conception
Meilleure R�ception�Meilleur March�.
LA COMPAGNIE
oliimbi
!
OFFRE AV PIBU�
]Un Radio � ta porter il toutesl< s ixwr-
es.et pr�sent n! loules l�s'qua'�tos l'une
iGrunde Machine".
Nous invitons le publie � venir voir l.s
Idiif�rents mod�les expos�s en nos ma-
gasins. .
Kneers LOLUMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE
sa*.
Vu lei �if. 7, 7tme alin�a, �.S�me
c ?.�a' f} U de ,a loi �lectorale du 7
m il te t 1930.
���uMM.I�ranrqiril va lieu d'�tablir
� liste �lectorale m vna nicu.leiu ianviet lUtfj de� Maam-
M�es primaires appel�es a �lire les
D�pot�s �onscrlplious de la Capitale, les C.on-
�eiilerixommunaui et a ttatucr su.
l amendement propos� A tioo, selon la lui du 38 juillet 1011.
ARRBTi
Art. 1 �Tons las lilojens de la cir-
conscription �lectorale de Port-au-
i rince, jouisesnl rte la capacit� �lec-
torale sont.imit�s se rafre inscrire
a l'uSf !*#*���" ��varia � �t effet.
a . �' , XlllL' leMoclobn 1831.
. . s "'triplions soronl re-
�ues tous les jours ouvrables, du-
rant einn banni au moins par jour,
jusqua fa eloliire d�finitive qui au'
sa lieuil, jff deceuibr. prochain.
au .i�La Commission d'inserip-
lon �lectorale form�e le 27 onol�.
'�Ml.est compos�e comma suit:
i r�sident: Charles Limvots, mem-
prt de la (.ouim ssion Coninumale.
Merahrea: Arthur Isidora et Paul re-
qui�re.
A,.f�H> pr�sent arr�t� �ol abroge
celui en clair du 10 ortol.iv ] apr�s approbation de la Secr�taire�
uhiai de rinl�rieur.publi�.aliich� al
meule* ladllKgence de l'Adminia-
tration Communale.
Fait* l'H�tel Je Ville A Port-au-
1 nnco, le 3 Novembre 1
Le Pr�sident de la Commission
Communale: Fr�d�ric Duviqnbavo.
Les membres :F�iix Viard.Charles
l.ilavois.
tJVX';:P]nouW:' J" Secr�taire d'E-
tat de Ifnt�rienr Emm. RAMPY
Pour copie conforme:
F. CUVILL�
Copenhague, Danemark
Lait conden.->c,Lail �vapor�
Laitst�rilis�,Laii 'en poudre
Produits de laiterie �o qualit�, �ous contr�le�
du youvornemem danoiN la marqua
la plux r�pandue dans les familles
LAfJ CONDENS� sucr�, iiche en caisse de 4$ Imites de li � / net
C�a |ti boites d�* 7 <>/. net
m .. 24:) boites de 3 o/.. net
LAIT �VAPOR�, nco-sDcfs, riche en cr�ons
en caftas de 4M boitas de 10 on. net
" IBboUtt de 12 o/. ne�
LAI? NATUREL ST�RI- IS�
tn caisse de 48 boi'ea de 1(3 *c<* ref
LAIT EN OUDRE rlcha en et En
ci i lia* de 1' fW I MS. n#i
an caisse de 80 1 1.13S net
EN VENTE : � Port-an. Pi ince
AU BON MARCHE, a'tison A. Boll� �
^� l'on trouvera des itocki Ion jours trris, constamment re-
ncQtel�s� et daca tontes !-s bonnes �piceries.
AGENTS GENERAUX . Ed. EM�ve ft Go, Port** Prince*
Echantillon Iramo sur < eniande.
UN CREDIT POUR LES
ELECTIONS LEGiSLA-

J :i num�ro exiraordiaaire du
MONITEUR a p;u ..�med.
avec, enlr'aelrea, nn An �t� e
date du 13 novembre, pour an
ouverture au D�part ment d
riuterhui d'un cr�dit eiiraor
dinaire de65UU0|>ouide� "no.
(ouvrir ks Irais n�cessit�s par
lel �lectioaa i�{;;lal,v.s e
vo < de I ame d�ment prop' s
� T n ce 128 de la Cu kL u-
tic."
SOUVENBZ-VOUS
hAMILLtS.
t VOUS
Que puisque.l'on juge l'arbre � ira huila, l l\>iilkl
I ll'i't.MIA L I.R bereetmBai�r ri l'iaaasf par \a r�sailaP*atlriall
laui pour Icatnri ilasitaes f le i [liiioophir.
Poui 1 �tude dcaljuguea vivante�
(Jtte pour l'ea&eignemeot rapide et kir <)a la ,-lcas-
Dactylo et de la Cumptabilite.
jSangei qu'il av trouve une kr�orochablt panaio/i svi*u*
'(Sport, soio>, diacipliue et travail).
S'adresser : 1537 l\uc, Lamarre, t�l�phone : M'Jl.
fcllEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR il
TERRACE-GAHDEN
Chez W. KAHL .
Petionville
MM pieds d'alltude L'�tabli iaement le plus irais das ea
PM de Port-sr -Prince.
[feulement 11 .ninu'as d'au'o sur une axcelleate rente
�li�e. Vues merveilleuses du la ville et Ju port.
Moissons de toutes esp�ces.
c| iiliiu u uiliiu uniiurriiiiii
jllrriDgetBenls patticuliffrs pjar les pensions de jo
P�a�iua eu de mois.
ur

Lykes BroUie. s SS Co Inc.
Texas - Ha�ti � Santo uomingo- Rico Porto
Le seul service hebdomadaire et r�gulier � pass;igeis e'
Ir�t entre les ports du Golte du Texas directement ava
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la r�ception rapide et !e maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de 'a LYK1
LINE.
Les prochaines arriv�es a Port-au-Prince sont�
Steamer � Genevi�ve Lvke* >: ri novemore 1931
oteamer c Margaret i.vkts
S/K aAliueria lykes'�
Steamer � Genevi�ve i.yke1 �
Steamer �Tillie Lykesa
Uureau : Hue iu Magasin del'Etar, Boite Postale B
Loterie Nalionale dHaili
410 Hue Bonne.Foi, Phone . 339al
La Loterie Natioualed'Halti est :
une ioatilution hautem.nt humanitaire par la multiple t�
d'ouvr�s qu'elle se propose d'uiier, une chance de bien
�tre u (Ter te aux nommes de toutes conditions de fortune.
Employ�s Fonctionnairea, Ouvriers, Artisans, Salari�s da
puis ordres, Gens de maison { domvetiques, ) sans parUr
leur budget raoyai d itdeoi good 5, pe�venl g-g-er irois
m Ile go u >des Patrons de Comincrce.Chefi d'Indus'ie p*ret
a'X usuifi ances dts ventes, par l'achat d'un bile!, qui vous
lib�re M�decins 'Avocats, Ing�nieurs, S�nateuts,D�put�s, Grands
Dignitaires de l'EtaURepr�senUata de t'IatellectuaUt�, Jour
nalisles.
Donnez l'exempleda voire solidarit� sociale.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmcniez voira
avoir.
Voi-s tous qui habitez llaiti, rendei>lui service en acbe
tant le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HA�TI.
13 novembre 1!�31
2Q novembre 1031
27 novembre 1i).'5l
4 d�cembr. nui
deDiJNTS
i�ayo do Oontas
,., � � i , -� , i. . . �. i'f :i i II�-. u�r
I, ,1m SAJME TUI Hinf MIRISS.
I ,T. � niai mei i r�}i �,��'. . ,-.. ...n J�. �"�<"�
_ , , .., i,. , , . ,. , 41. |MDM0 MM '!� ����
_irl�r.v Seul, le �iiimr Im-Ntrf Ulrlfa lui l* n. rf f nU m Mlln llT�m�ut. - EkI��� ��
BAUME TUE-NE^r' JWIIRIQA
I aLiastVlr* t Iiawu

W1CTUU
�nsurancp (a
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
! sur la VIE
��m�mm�^m&&.tmmm���mmwmmw& m
Toutes !�� no!ices J
DE LA
IU *J
0
!�comprennenl In Protection contre 'a fa
Foudre sans augmentation de taui

I
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
| Eug.LpBost�toGo
_ Aqents G�n�raux


I

Lundi
1G Novembre 1931

e Mal!
*
.imwww ^-��d.
4 A
���� I �'M9 �BBBB1ɗI��*�-
Port tu Frinee
i H�phone.: 3342
� Ht

SP
C
-3 �/>*"

Le steamrr � Martinique�,
parti de New York le 12 no-
te mbre courant, via ' onalves
et St-Marc est attendu � Port
eu-Prince, le ieuli 19 crt. 11
repartira le m�me jour pour
les ports de la Colombie et
Cristobal Can:�l Zoos prenant
Ir� et passagers,
I e m t'i'les'�- 'le C iWaVi
re�u pr ,�\ ion-no-te, d�s le
lundi de la sem i ><\ es' � la
di silion des chargeur* aux
bureaux de la C.ompagnie.rue
Traversi�re.
Port bu �Prince, Il 14 noreni
Ire 1931.
Cohmbian Meam�hin C� Inc
E. P.CLEMKNTS
G�n�ral-Agent.
mm oftR
Panama Railroad -Starnshin Line
Service ac fr�l el de passagers enlic
/ ngleterr� ' *oom* *JFi mio�
Mrs. a Vf. SHET 00N A Ho- 17 Ju-ne� Street. LtMnvoOi.. ^iui,
' T-f follawlsj aiT srr Arssii al irin�i|>9lan�rU' is Karspr- :
* ENtiLASD, SCOTLaND FRA.\un.
Nessrs G. W, 8UELDO�1 A Co.,
1 / Jaibm i Street, LeTrpool.Euglaas�
l>i/i;i '?. Reliai *'Ji irt.rfkiimui iyUu t *U isrfa focee
le et aflit i" "�' wr?�c� le transp>rtd3 .mssa^er* et lu tr�w eatrt H �
New-Tofd et Cristobal, Canal Zone, Isthme de p|
ur le* principaux ports da l'Jturopsftj
VI M T4 �t
et les ports. Europ�ens via Ni>w-Y<
Voici la liste de nos agents
'�u
avec
m6)(I
, Bit���ttv**� m�d�n�
8UPIR D�PURATIF
1 L� p/�� �dr, i* p/ua eompltt
[Le plut pratique aux Colonies
Icombat : Maladie du Sang, et |
lia Peau,du Foie.Coaatioation,
JAga critique �t PALUDISME.
] LABORATOIRES SAFFAR
39. Rue de la Chapelle, PARIS
il Hrt aa-Print* : PharmaaU H. gl'CH.

A. de MATTEIS&C0,
AGENTS
V� iMt HT9 ���I
isjj^n
PASTILLES
Ml RATON �
* 4oum mt cu^�ce�tit.
Glelatlt Hencrt* Jt r'
?l Rie.de la la Rfpubliq e
�tarseilles.
Eernu Peron A Co. LUI.
&3 Quai George T.
Havre.
'fUrnu P�rou ff 00,1.14,
Une du Moulin � Tapeur,
Boulogne sur lier.
Wea�rs. A. BEMirl ft CP
11 Al'npnde t'oi>enh*� ���
OssV NORWAT.
(ni rri Mons
� BfH] (.i ���� kap Os'�
\'A ' � F�e�gh1 On�*
naHi haut, Haml urt 1
O'n-anr.
ifa rs Atlantic Freti�
� orpor lion
Germany
"V.swVAtisutic Freiifjit
forprt.,
34 Qnei Jordaens,
Intwerps. IJeliun:
tes Hua* le� {�rit,.
Paria.
tsntu �nsii 4 Cd r, rVie ls friQjjiUU,
D i '.wer (ue.
��lies
C�
'iswi X
� rtue Roy,
6 >r leaux
IM,
Plv/.C
'i�-i ���
rtenar
IriLT.
Lias t Ctsnu<
v I vi'rs �. 4 i i ) �taa�
0>rr a : bq. > reos*
4 Mor Usk ciijres�,
Co ne-i � ir^
i��r< VsxATTte rat u
Loare'n
�lia ilnvan'eiq
^ �t-- h M ! .Vlof*
. tT" ' "" � ' :-> " M? ' �" *'
I. fi* bs || g Qp
k...u.
PROGRES NOUVEAU
RHUM JSiOVVEAU
RHUM DELICIEUX GOUT EXQUIS
Prix r�duit
ALCOOL DEFIANT TOUTL mSSBBi
�LAIRIN VIERGE
Chez G. NAZON
tff\ t A a gle des rues l'�rou et du Pc uple.� Phoue: 3513
* * & >j u r g? i

<$
M
J
Liqueurs Sirops BAY RU M Eau de'Coloan
Tous ces prodiiiNd* la dislilcr e'de lWialesont �aau
et parfois sup�rieurs en ciuali^V uix articles sirnilaii
mis, tout en port� co�tant moiiis cher.
IMPORTATION DEVfNS I
iEPOT: RUE'DU MU-ASIV DE LETAT *i*A ,0E LA B .KQOK NATIONALk
M. FONTMN
���r--'- -
...
,
nt/Kn
mit
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & \'\\.
Assurance Corporation Lt de IVrlh (Scothtnd )
Ur la �CitNI �^Al, , esl t: � >s puisse nies et�as plus yxii^ arfsejsatleil
^rjpjjtgaaic. Le s.uitil ue tu i sur soo champ d'actiou �."' p��rawie la
Sen^Polices contre in � dis i iu les d�g�ts �ccasionn�e par la (encre
Ses polices poor Antornol vols, inc< ndie, malvelilenc�, aeunnafw
eVSsj^i g wntjui daos se ; es biens ..
A Pelitr- '�' r v l.raiu-1:�^ .("Europe sont r^yefcles en Ha�ti
wTfglic-ef co ire vaiaLics danslunivera entier. Ton� !cs ^�T�-
U|xv �{�Traient djnc jirei de e mnoir d'une police contre accidents
�Aaj*a�vi*s 4Cey clolli rs. 1: ue'.le u'Clanl qi t de 1/2 �/. soit 20 dollars L. ^
Veuve F. Ri INGHAM, AuxCaves
Kent G.:i,�r?l p<>ui
,OUS 61 r�ort-�o-Pnnc�. !'-� '-iLCi
JEAN UJ..V Hl . J i�-1 it
LE FAIT EST INCONTESTABLE
L(

S
C'est la sjuinte^ienee des meilleures
vari�t�s de cannes cfufi vaste territoire
r�unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son ar�me,
i GOUTEZ ET COMPARU'
Mft*
HHP�
m %l
ri #i

Charlur- alebranclie & Co,
1224, Chemin des Dalles, YM
KJ
rie
lui
in;
le
les
Vf;
2<
La
ru
de
pi�
pi.
I
BJ
la
Ur
I
^
bi
1
J
te
Pr,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs