Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03765
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 12, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03765

Full Text
Clment Maqloire
mhblThUtt
iMt ivbik AMcKICAlNE 1358
lLLLPhOWfc. N2'J42
f/HpHRiit attriadr le ara-
i_mih' de la fr!i i'f lorsque chnaie
nuimdu cemprendra qor son pro-
pre houbrui riiUc ! Ir benhtur
ici autres. Emile ZOLl
jbme ANNEE N 75;>7
I ORT-AU PRINCE( HATI )
JEUDI 12 NOVEMBRE 1981

AU HL LcS JUUHS
Semaine en musique
La semaine qui vient de fi-
nir aura t, sans conteste.
u0e semaine de musique. Nos
jours et nos heures ont con-
nu pendant cette courte p-
riode, le sortilge d'une ioie
inattendue qui a gratifie nos
iescomme d'une appantioD
d'tloiles.
jjogumil Sykora, fils de tu
| Tchcoslovaquie lointaine, et
indovic Lamothe, entant de
j, terre brune d'Hati, abreu-
ves pareillement la source
iernellc de l'art, associs pai
\ jlraternit des curs d'lm
| i se cherchent par del l'i-
ice et le temps, dispense-
nt nos mes anxieuses de
beaut, impatientes de grce
etdlgance, I enchamement
d'oo art exquis, dont le sou-
venir nous sduit encore.
Un ou deux jours, te mer.
veillenx talent des deux
grands irtifcles interposa en-
tre la sombie ralue hatienne
et nous de claires vision: a-
rieuues, de nouvelles innes
de uous-rnme* et dea nulles.
Une^gratitude intiuie est
due unions ceux qui nous
ouvrent les rves en nous
apportaut d'un geste souve-
rain et gracieux le ien su-
prme d l'art. La ntre,
donnons la pleine et entire
ijcea deux incomparables
artistes iis dans noire adrni-
ration comme ils le sont u-
dlectiblement par les m>sie-
rieuses ailinits qui, ainsi
qu'un destin obscur.les poussa
l'un /ers l'autre par les,roules
incertaues de la vie. Dou-
nons-la comme une pure cho-
se desiuteressee, comme on
lotlre uu bouquet de ileurs
Ulanchas, ei en mme temps
livec telle intime et inquicie
pveur qu'inspirent les joie
hemres, Us leics sans leu-
i unain.
Car que. nous reslerat il de
l.s heures suaves, quand l'uu
W ru liera pour les rivages
lointains et que l'autre, uu
[instant ravi lui-mme*, se
litfugiera comme avaul dans
la silence mouvant des
||rauds artistes mconnus ?
] Il nous restera cette chose
belle et splentique qu'est le
iiouvenir d'une iutense mo-
tion artistique, souvenir ida-
lis de regret, et qui aura
pour nous 1 attirance magique
l'un songe.
Disous-le, il restera aussi le
gramophone qui, mieux que
I* radio encore uu parlai te,sa il
dispenser avec plnitude les
plus exquises jouissances.
Des saisons entires, Ch. de
J notre ami, .qu'une culture
spciale acquise ds l'enfance
prpara ce qu'on peut ap-
peler la religion de la muai
JIQe, nous convia de bril-
hntes auditions phonographi-
ques.
Ces soirs-l, nous arrivions
vec notre lassitude accoutu-
me des choses. Larrothe,
notre guide trs sr en la
^constance, nous devanait
toujours. Nous n'avions qu
lasser la porte et l'enchan-
tement commenait Le voi
SlQage s'tait tu et le silence
jjesuro enlinceulait la rue.
jartois le passage rapide
;Qne auto troublait uotie
Dam la Raubiie.se Dominicaine
DE U LOI
DE CIRCONSTANCE
Mr William E. Duuu r>i aomni
Agent Spcial
Comme consquence de la
mise en vigueur ds la Loi de
Circonstance relative a la sus-
pension du paiement des fonds
d'amortissement de la Dette Ex-
trieure Dominicaine, don Le
Matin* a publi le texte, dans
soo No de samedi, le Gouver-
nement Dominicain vient de
dsigner M. W. L. Uuun.comme
Agent Spcial , charg de re-
cevoir les valaurs provenant
des receltes douanires et dont
l'emploi a t nettement prvu
pour ire appliqu el dpens
selon que la Loi l'indique.
M< William I:. Dunnesi dj
connu a Pori-au-i'nnce o il h
r-mpli lis Ipnctiooa de Duce-
sur dej on ribuions.
j.-ui-.[i ii sesi agi d'un nou
vd en^.iunt pour la Ila-ubi;-
Jue voisine, Mr Dunn fil parue
Jun: mission dexperis areri
cuns pour examiner le finan-
ces Dominicaines, et il r?mpls-
sut, pjsqu'ieu le lescttom
l'Expert financier, auprs el *
la ch irge du Gouvernement
' Dominicain. Sa nouvelle loue-
| tion.piobableruenl.march-ra de
pur avec l'autre,tant donn la
j.uiexil des deux mission.
Mr Geoiges Abhcs, probable-
ment uu Dominicain,a i coin
me Adjom pour le travaux
auxiliaires. "
Des circulaire ont l pas-
ses aux Collecteurs des Doua-
uei et des port de Sauio Do-
mingo, Pue. lo-Flala et San Pe-
dro de Macor s eu vue des ver-
sements a tflectuet a M. Dunn,
chaque mois ; aucun olfic* ad
.ninistratit douv.ih ne ara
ci ce pour le seivice de la Loi
de Circonstance *.
LE 18
E
La Renaissance qui orga'
nist la double manifestation
religieuse et artistique du 18
novembre, date anniversaire
de la batiiIle de Vertires et
de l lection n la Prsidence
de Mr Vincent s'active pour
une pleine russite de son
projet.
L'est le beau drame de Liait
taml Ethart Un duel sous
Bl mchelande qui sera juu,
Voil dj un point du
programme de la soire qui
en conditionne le succs
"[tance si pure, et nous
jtotuons au geste brusque
otre hte d'envoyer a
Qs les diables l'impiioyab e
"". Je vois encore sa
u bUture se plier le
-<* ot plier iegre-
to iur un disque et.com me
j,..Un rite auguste, ses doigt
gaiement%n essuyer la; harmonie ingale.
^ vec la douceur d'uuc
caresse. Nous autres, nous
avions ralis l'me qu'il fal-
lait pour gottr ces pures
ivresses. Dli* de toui souci,
nous entrions peu peu dans
le rve d'une vie idalise. Un
soir la Symphonie hroque du
Grand Beethoven nous mit
dans (a plus noble exaltation;
je me souviens d'un trio de
Schubert, d'un concerto de
Mendelssohn aux grces par-
fois mivres, et de certain
concerto de Rachmaninol que
notre ami nous annona en
triomphant, et qui prludait
par de magniflauea accords
qui ravissaient Laaiothe au-
del toute expression, la So-
nate Appasionata de Beetho-
ven nous laissait uneimpies-
sion d'absolue perlection m-
lodique tandis que certaines
tudes de Chopin mettaient
en nous l'moi tofice d'une
grce sentimentale et dolente
o la matrialit n'avait nulle
part
Ainsi passaient, trop brves
ces belles heures, interrom-
pues hlas! depuis longtemps
ei qui mlaient a nos instants
I monotones les prestiges d'une
ALIX ROY
29 annes de succs.
A l'iioiw DE TIIElTilS
LETTRE A rJACQUE-
i
L'IK * i/Abtke;
LINt SIL
(SUTE .vFlN )
( Voir Ir .Vu. d hier)
Vous t.e>. Mina doute, ap re.
Madame, ci une tctie m belle et noble vous attend, celle
da ramener le senlirnent des
nobles choses qnl rendent l'hom-
me digne de a' lever au-d-s^u^
da l'hom'Tiedans le cur de vos
compairioies. bi on ne s'y prend
pis a*sz 16: leur, coi dea to
cilles huit ont par a'ankyloser et
un certain moment nous pofif-
aetooa dea cri ussi rmique-
fIne ceux des hommes prhialo-
nqnea dont noua avons parle
au dbut. VJ ce arait dur d'a-
vtr rt'ccmmencer.
Par pia, par charit, londez
donc une colfl o vou donne
u/. des leon de diction. De
la, peut lire, Ifs pouvoirs pu
blics Uniront par cornprendie
qn il est urgent de btir un th-
tre paur que ce peuple (misse
rellement volutur et mural
srieusement les sarcasmes de
ceux qui nous traitent d'arri-
rs. Lea dieux veuillent quil->
aient menu !
Vous tes letnmc, Madame, et
vous comprenez, mieux qu'il ne
sutlit pas de dite : Nous avons
uue me latine, une ducation
latine quand notie timbra cet
taux et mit, que nous avons
petdu jusqu' i<> laugur, b en
o,i:e nous ayons plus d'coles
qu'autieloia." D.ns Flor dei
Fango une fide Je ruisseau dit;
Yo no soy una put car |a -suin
de bonne lumile. Fartois nou
entendons dire par des gens a
nui leur ducation n'a en rien
profit ; Moin te tait philoso-
phie, ou, moin l passe Lalue ''
C'est un scandale ou un sacri-
lge...
On m'en voudra de dire que
de taus les peuples des Antilles
1 Hatien est celui qui use ou
emploie le moins sa langue
olhcielle mme lorsqu'il esi ha-
bill. Bien plus ou es-ayr de se
moquer dis li l du proie uriai
qui essayent de orui de l'on
nire.
" Il y a peu de villes en Rp. Do
minicaine qui n'aient pas leui
thtre, m*,ie des villes int-
rieures telles que Moca qui om
leur thtres depuis plus d
trente ans et la plupart du temps
ce sont lea municipalits qui lea
haussent. Le Giand Thtre, de
Kingston est un difice aussi
grand que l'Ecole du Service
Technique de lu Place de la Ca-
thdrale. Il a trois range de
galeries et pent contenir 2000
personnes.
Je vona en supplie. Madame,
essayez quelque chose, un mou-
vement. 11 est temps au moius
que nous maichions sur les
bnsees de nos trres d'Amri-
que du Nord qui sont en train
de conqurir l'Europe par l'art.
Une Maria Anderson, une 1 lo-
rence Mills, un Roland Kayes
sont de renomme mondiale et
ce tout dea colored rnen. Un
Paul Robeson dark as the
night" est la meilleur adenr
qu'on ait jamais trouv poor
jouer le rle d'Othello et Lon-
dres nt veut pas le lcher.
Durant l't dernier la clie-
nte de Hampton composs de
quarante jeunes gens des deux
sexes, nuancs du pfus pla des
Nordiques jusqu'au plus ombre
bne, vient de rcolter le ploa
grand succs que no congn-
res aient reeneili dan les plus
grands thtres de Londres, Pa-
ns, Rome, Vieeee. VA quand on
lit Vienne c'est tout ce que ce
nom implique. Nous disons tou-
jouis Paris, mais quand Vienne
met son Uiv sar un lait moaical
ou lhaatrl il n'y a nlus rien a
d r ; c'est coiddij Vienne, di-
sent les Vieuiiois.
En dpit de lu prononciation
aaglatee de votre nom, je me
doute que vous soyez Viennoise
il oy a qu.1 piononcei le W en
alleu a i i pour que Wiener v-
gn li'- Vi nnoie. Je lois comme
tout le monde car mou igno-
r!>ce i.e nie permet p;s de
comprendre muiours ics choses
de mon t> 'VS.
M n helaa I malheurcose
ra^iit il sembla qu'il n'y i-.t
ch z nous que vuu-, el vous
reah l Cependant j crois que
VOUS avez aaseZ de largeur te
rues pour ne pjs la ire comme
ces quelques ninlisiuis goste
de noiie lde qui disent un
vlorandou un ticboui ; Voy z
que nous ne somme pas i onl-
ine le raaie des thiuens qui
sont......! Ensuite on se la. iir
de ce que les Morand et les Re
l)oux qui chouent sur nos pla-
ges mettent tous dans le tnma
sac ei tournent Vilain el no<
ulea en ridicule. Bien attraps,
paa vrai ?
Si |\ !:jis i Ils qni lifi, je vous
prouiet)rais d \u .- aidi r dat s
nid petite sphiie d'action ^\m
de ces jours j* do.....raie une
coo'treucr. Ou plulOt u ie cau-
serie sur "Mil que et Langage
car je vous envie et je v.u.s
plains dtre une des .seules
pouvoir dire connue VOUS le
dite avec votre tnnb e > t voir
accent divin :
J i'aiii,c Je vou i jore qu la
lie iiensntGordon i.si innocent
S mvi ztt liai z-vtiui !
Mais il y u que Vous av. z re-
i. peui-e..e, uu'ciel l'influence
s 'ciits, car
Mon cur ta voix s abandonn.
Car cent iiieu qui lu donne,
La courennt.
Adieu, Madame, si je voulais
outinner je perdrais l'occasion
l'aller entendre Syltora de qui
Verlaine dirait :
Les sanglots longs
Des violons
De Vautomne
Bercent mon cur
D'une langueur
Monuluiie
et je pense au souvenir les jours
Danvaie d.uj-i passs, ceuxqu-
oaa traversons et aux aunes
pie l'avenir tient en rserve
pour nous; et en regardant les
Iruilles moites |e mesurprendn
a pleurer, comme disait un de
nos meilleurs crivains que la
politisas nous i ravi, ur lea
cadavres de nos i lus.uns lau-
ches. (I;
loum CEANDLER.
(Fin)
(/) Seymour J'radel.
AMENDEMENT
Propos la Conslitulion /Loi
du 28 juillet 1931".
Art. 1er Est et demeure
abrog l'article 128 de la Cons-
titution de 1918.
AM.2 Les .!. ux Chambre
atatuetont dsormais sur toute
rvision constitutionnelle.
Art.3.( Transitoire . Vu les
circonstance-, !a rvi-ion rone-
titutionn Ile aura heo par l'As-
semble Nationale, u cours de
la prochaine aaasion ordinaire
du Corps Lgisla'il.
A cet effet, l'Assemble Na-
tionale, adoptera telle proc-
dure provuoi-e qui lui paratra
convenHble. pour raliser la
rvision envisage.
| Propos
humides
le
Soyons d'abord hatien, dit un
confrre. J'y souscris de tout cceur
.Mai-;, propos, le moyen de* n'tre
pas hatien d'abord,'tout d'abord
quand ":i ,-st n sur ce sol, qu'on y
vit. y peine, y souffre : tautes les
douleur;, peiionnelles, familiales,
latlonales, Bl a na nous manque
)h?. fol d'Hatien. Pt a dure depuis
.". temps, l't a continue irapito-
vablemeat. Et a ne veut point lin 9"
Lt a dconcerte, droula, date*
pre Btfa,c'est ragiqna. Mata on
est, on reste hatien qaand mme
D'abord et surtout. l'A puis il y a
quelque chose qui nom empche-
rait, malgr nous, de nVlre pas bi-
ii.-'is uit. graux. Celle cliose-l elle-
mme si profondment hatienne, f
r'est le HIIL'M SARTIIE CACHET
D'Oll dont tout vi.ii bailien doit
patriotiqnemaal mire usa^e.
il PilOPOS 00 PHARE
&
o
Ou sa rappelle que, a la Vvt
Confrence l'an Amricaine, il
lut dcid, selon une proposi-
tion laite pur la dlgation Do-
minicaine, qu'on phare seiait
rige sur la cote de la ville de
Santo Domingo pour perptuel
le souvenir el la memoirn du
g r u n O navigateur Christophe
Uotoaab, dcouvreur de l'Am-
rique.
Uu concours vient Vavoir
lieu is. Km de Janeiro, pour
l'adoption du meilleur projei
archiieclurat, ei M. Albert Ivei-
m y, lepresentam Oe l'Union
Pan Amricaine( ainsi que Mr
Juliio Cealero, repraaenianl di-
ploiualique de la Kepubiique
Dominicaine, oui tous deux pris
pan au scrutin, au cours du-
quel le Juiy a dsigne Mr 1. L.
ieave, architecte anglais ue
NultingliauDf comme ayant ob-
tenu le 1er prix, leuipnssaiil
l'objet pratique uu coucours.
jLe Injuveinemeul leraii bien
u.i auivra de pies les condi-
tion) relativea a i part a pren-
oie par noire Pays a une telle
Oeuvra, car loui le Continent
k'eai intereaaa a celle pense de
graiiiudeanver le clbre Pilota
de la Sauta-Maria.
xNuu* nou piemettons d'ail-
leurs de UOB renseigner et de
reuseiguir a cet gard.
IRE OE S. Il
VICTOR EMMANUEL II.
e
Hier les Lgation! et Con
aolataont arbor leur pavil-
lons a l'occasion de l'anni-
vcMs.iire dVla naissance de S.
M. Vi:tor-I,nmanuel IIJl.Koi
d'iialie.Le monnrquc,en ellet,
naquit Naples le 11 no-
vembre 1169, et monta sur
le troue d'Italie en 1900 : il
pril le commandement de
l'arme italienne pendant la
Grande guerre se faisant dis
tiuguer par sa science et sa
bravoure. Victor Emmanuel III
avait pous en 18% la prin-
cesse Hlne de Montngro.
Le distingu Charg d'Aflai-
res d'Italie, Mr -V. de Matleis
a olcrt eu cette occasion, une
charmante rception a la-
quelle ont particip ses col
lgues duCo p*> Diplomatique
el Consulaire, les officiels du
gouvernement et les amis de
sa Laation.
Noos ollrons nos meilleurs
compliments a Mr Matteis qui dirige avec tantde
lact la Lgation d'Italie
Por-asi-Prince.
F.EVELATIQRS SERSiTIOIIELLES
ImVxaii simiTi dMiauicu oc- ui ru
WtiUn^ *l , rnl^M MdHlt.wlM
l>*ai.u.:ua voMom* f m., r
rttliltblc Murin. 4 tu l*iut,
iPoKTt'HB rblJlrw, n?.iil#ut,
d'kmoMT. t.rM ilV.M'ir
tuut^*)., N socikjs 'ijrfflan *
...a surpris un jeune premier,
derrire les comptoir d'une
grande picerie de la place, qui
l'emploie que des vendeuses.
Tl baisse, le jeune esth e
(qui a les yeux gi is, et leschf-
veoxmarrona) tait tout im-
plernant occup se iaire les
onglet comme une coquette.Ci-
senux, limes, brillant, brosses.
tour le rle parliciprent taire
de ces m lins d'hommes, pour
un jo'ir au moins, la plus mi-
gnonne paire demain de Port-
au-Prince. Une manucure n'eut
pis mieux russi.
Visiblement satisfait, il hail*
sa ses mains hauteur il, lvres,
en groupa les doig's en lais-
ceau, et s'administra lof-mein i
un amoareos baiaer.
... le vit pulir quand il S*apef-
pal qu il r.'ctait pas sent ei .me
Notrf CEil n'avait pus p*rda
un dtail de cette adoration de
soi
...a vu l'entre soir, rleui amis
mutnelleiaent pris dan l'en-
cbanlemant de leur prttnct
qu ils m niaient io',demenl ou*
b'i* l'heure. L'on d eux * dci-
da enlin rompre le dm me.
J'ai un randes'vnu galant,
avoua t-'d, et tu ma 'r faisais
presque oublivr.
J'ai le mme ganra de ren-
dezVona aussi, confia l'autre
son lour. el j'avou qu'il m'eut
t pniblede l'oublier.-Lesdeux
amis reotrrent, chacun dan
la voi!.;-.', el ils dmarrent
en directions opposes.

... a lu l'autre jour dans Lu
M* 11 \ l sous la signature da
Ph. Carpentier, une belle page
littraire, consacre la Fto
des Morts. Un joli brin de plu-
me, et trempe do la plus dis-
crte sensibilit. Henseigne-
ments..pns, l'h. Carpentier est
on typo de la Maison, mais un
typo qui a des lettres, et qui
lait de la littrature son violon
d'Ingres.
... adresse un battement mn
de paupires ce typo qui aaa-
nie avec une gale maitrise les
lettres et les caractres.
... ne voit plus P. a>., pris qu'il
est sans doute pur les exigences
de sa campagne lectorale. P. D.
c'est Plaisir, comme tout Port-
au-Prince sait. Or un dus amis
de P. D tut l'autre midi invit
boire par la Direction.
Avec plaisir aquiesa-l-il.
le regrette dans cecas.con*
clut le Directeur... Plaisir n'est
pas prsent, il devient dans ces
conditions tout lait impossi-
ble pour vous de boire avec lui.
Tir quand mme partes
cheveux, Directeur.

...voit qu'aux grandes rcep-
tions, on ne sert plus que la
CouU-e d Or Alix lioy, et les eh
garettet Champion. C'#st d'ail-
leurs ainsi qu'on a procd hier
la rception de la Laation
d'Italie, en l'honni ur de 1 nni
versaire de Victor Emmanuel I
... voit qu'au Cap-Haitien, on
a des attentions spciale pour
les Morts. En eflet, notre con-
Irre Les Annales Capoises
nous intormeque la Musique de
la Garde d'Hati, dont la tche
est de rcrer les vivants au
Parc Baptiste, et les malade
l'Hpital Justinier), a eu dans
l'aprs.midi du dimanche 1er
novembre un* dlicate atten-
tien l'endroit des dlunts, en
donnant au cimetire en leur
Imnneur un concert rehauss
par l'excution des morceaux
tunhres de Chopin. Moxart,
Beethoven.
Cette ralisation musicale,
ajoute notre factieux contrTS
a d permettre A nos Morte de
dormir davantage en pan
Et mme, cher confrre, a
du leur adoucir les mesura, |
leur apprendre mieux vivre.


.~ 2.
iliisBMl M
fjsjBBBSBaV
*SMU
WlllJIJJg?
.r.
t*-*
VALET, i ; favori de n o m m o s u
d si r n t se r a s <: r commodmcnl
MMMS
" Vi'lll
'Dl SI lEI I.
Distributeurs: Mohr& Laurin
MMUM
49, Lut Ht',m mur
88-80, Bouletard Sbartopol
PARIS .
Tondant
LE ffiERLEUS IMftCHE 00 RIOnDE
rroouiii dis rnoillris marnais
il touiourt li primirri imciraar
UNS SEULS QUALITE :
it
LA MEILLEURE
n
P. 0. a M Port au-Piince, Hati.
V-13
Echt
)S
U
Pi
UUl
Le iouroal dominicain
La Opinion a qui derni>e
ment dnotai; n: l.i i'. esse Ha-
tienne au i ( ii|t!e Hatien,
vient dans son numro du
7 courant presque de tairei
amende houoraole La Opi-
nion lotlbail : que nous vU
vions lotis, Dominicains et
Hatien, dan* la Rpublique
Dominicaine el ea liaiti.com-
nie dact'juno tncine maison.!
C'est charnuct, mais ooos]
Ht comprenons pins. Que de-J
viennent dans ce baiser La-
muurel'e le /loi unir liailten I
qu'il iavi: en liguer et labour
d haili \inc contre lav|u Ile
il faut dresser une muraille?...
Sept indigents ont t
iniiumi avant hier sans cr-
cueil Ce spectacle macabre a
icvolt l'assistance. Rensei-
gnements pris, la Jante n'en
titrait pas a l'Adinmi-draliou
Communale, mais bien au
oervice d'Hygine qui boude
parce que la subvention de f
n80 gourdes qu'o lui aceor
liait jusqu'ici par mois, a t
ramene eenl dollars.
En tout cas, que la Com*
mune et le Service d'lygine
s'entendent pour viter le
retour de pareils iai's.
La Pressa deman U
que J'OU lasse un inventaire}
gnral del |). G. T P. qui
comprendrai' un tat ns
lieux, avec descriptions des
foutes, ponts et autres cous
tructions ou seraient duon-
cs tous les vices. . rpara
lions urgentes et leur cot
approximatit. Jels mettrait eu
cllet la responsabilit de l'iu
gnieur Jeanool couver'
|our l'avenir.
Une Ecole libre de Droit."
vieul de s'ouvrir au\ Caves
sous la direction de Me Dc-
lorme, et avec la collabora
lion de Mes Marcel lorissel,
Marcel Lubio et Franck Cou
d. Compliments.
Programme 'luCoacert
du Dimancho 15 no
vembro 1931.
WwHm : o. iuvn
o
1 Royal Australian JNavy.
'i La Gazza La (Ira.
:*- Attila.
4 Il est minuit.
f> La Pierre des Druides.
<> Quand vous Souriez.
7 Manulaclurc Ha ienne
de chapeaux-L'Indigne
Meringue de,0. Jeantv.
COIUE
o-
\'n li s arl. 7,7 c ne alina, 8,Sema
nlina, el 11 < 1*-' Ij i< lectorale du 7
luiltet 1930.
c.o isidranl qu'il y i eu d'tablir
1 i liste lectorale en V ie le la ru-
nion, le lu janvier 1933 dus asssm-
>r maires appeles ;i dire les
Dputs de la 1re et de la 2me cir-
conscriptions le la Ca 'itale, les Gm-
scillei i Communaux ai i statuer sur
l'amendement propos la Constita*
lion, selon la loi lu '-'Il juillet 1981.
ARRETE:
Art. ITous les oyens da la clr
conscription lectoral*, de Port-au-
Prince, jouissant (le la capacit lec-
lorale sont invits se faire inscrire
sur les registres ouverts rel effet,
l'Htel de Villa le 'l\\ octobre 1931.
Ail. 2Les inscriptions seront re-
ues tous les jours ouvrables, dn
rant cinq heures au inoins par jour,
jusqu' la cltura dfiniUve qui au
ra lieu le .n dcembre prochain.
Art. 8 La Commission d'inserip-
lion lectorale Forme le 27 octobre
1931, est compose comme suit:
Prsident^ Charles I..Iavois, inem-
bre da la Commission Communale.
Nleiiilnes: Artiuir Isidore et Paul FsV
quira.
Ait.-Le prsenl ant qui abroge
celui en date du 10 octobre 1931 sera
aprs approbation de Is Secrtairene
OT.t.il de l'inlciieiir,publie,.i.'Oclu- el
excut a i diliigence de i Admiu'u-
iration Communale.
Fait a l'Hl 'i l- Ville Port-au-
Princo, le 3 Novembre 1931.
Le Pr lidenl de 11 Coin nission
Communale: Frdric i>i vioneaud.
bes membres :FIix Viard,Charles
Lilavois.
Vu et approuv: Le Secrtaire d'E-
tal da l'Intrieur. Eram. RAMPY
Pour copia con.1 >r a i:
Le Secrtaire de l'Administration
i a i ni na le.
F. < l'VILLY
D
eces
LE
De Pai i. es; parvenue, a vaut-
Hier, la nouvelle da la mort
di Mme PaulSalS, ne Alice
: )< stout lies. Ut st une d e s
> us syinp ithiques et char*
mantes Qgures de notre so
aet |UI i eu est aller.
Nous sdressoui en cette
triste circonstance nos vives
condolances Monsieur P ail
Siis, a Madame Vve Dants
;) si iu< li -s, Monsieur et
Madame Franois Oalencour,
i M \1. Fr i-, Grard et
Yves I tea oucli -s et tous les
antres parents.
Un te : a m me de Cu-
raao annonce la mort de
Gaspard Monsanto, Irte de
leu Blesse Monsanto.
Condolances aux parents
prouvs et particulirement
aux Itres Uuusauto.
A L'ECOLE OE MEDECIN
L
'lier, vers 10 lieuies du ma-
lin, le Prsident Vincent, Ira
dmocratiquement, a'asl pr-
sent la Commua' pour a ins-
crira et recevoir sa caria d'-
lecteur.
Eu accomplissant cet acte
civique, le Cuei da l'Etat don-
L'incidenl survenu l'autre
semaine a l'Ecole lu Ifdo*
ne, entre un pro tesson r et
un tudiant de la 1re anne,
a t heureusement rgl a
a satisfaction de ce profits
leur et de la direction.
C'est tant mieux. Il ne reste
I ' 80 11 literq 'aucun non
i.. il ne /tenue lsor
ii Be r '.i lis:iihne
1 tablisse me t que dirige
ivre
de dvouement le Dr Justin
ne resemple a tous les ci'oyeii.-. Do-iiini^uo,
CORS^ESPNDANCE
l.ijiilioii de ht
Itpp'.i'i ii|iic Dumiuicainc
Port-au-Prince, la 1 i ov ni-
b 11)31.
Monsieur le Directeur du joui '
nul 1 l Matin
En Ville.
Monsieur le Directeur,
J'a< le plaisir de vous infor-
mer rja'fl ia dire di 10 oc obre I
dernier fut sign^ un contrat j
pour l'ascution d besucou
de travaux pablicseutr* 1* Go
Vainement Domniain et l
Il i io8 S! m Bellasl Oo n
ny te Chic igo USA
P i tni i s t ;. vaul qui ^e o t
entrepris ligure la raconslru
tion le la roule Duarie d pui-
li vdie de Santo Domingo )u
qu'A MooloCristy, dune Ion.1
aaeni le 293 k tomtrei ; 4
Kilomtres de rue el .'! dgo i
ia is la ville deSanto*Doanogo;
11 ponts en divers pointa del !
R publique; construction df
deux marchs et d'un abattoir
moderne ; la conslruc ion et la
r-- >ar i ou d >u res i >. es et
osa v ai u'nnlii pub ju-
L'ar ic e (i de ce co ti :l fixe
Cent mille dollars la caution
les contraeti ura poui couvrir
les reapoasabl ts en cas d'une
esi ul'on defcclu u e et le Gou-
varn mautD 'n "icain aura le
droit d'inspection sur h rali-
.s tioa de ces Iravaus.
LexcuLon Je ces Ira Va us
importants*! qui commenceront
16 jours aprs la signature du
contrat, onsti'ue I tape la plus
bi illan de prog as en n pi ise
d -.:s la Rpubliqm I),) n :: ...
n-, permettant au Uo iv i m -
i ii ni du Pia 1 m Ti ajillo -tt
m u r du travail el le bien tie
a di .s milliers d'ouvi iers indi-
gnes en '-.es temps le cilse eo-
mtq le qui ail cte 'ous les
P u\"
mes r emenls an
ur la ; iibucation de
ii je ni" sousciis,
I Diret leur, v()ire
vie ur el ni.
M. .. MORILLO,
v-.ii.ig d'Affaires de la Rp.
Dominicaine!
Aayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROCUBRIE, RSRBOBJSTIRIK
SPCIALITS
Franaises et Etrangtes
SELS US QUININB FURS
Tout produits an flacon,
ampouUi, comprimt, e*ehtt$
SOLUTIONS HYPODBRMIQUBS
*.N^>^QKa, CBUNTUIUBS
a *A8 A VARICBS
APPAREILS HTGIII0US8
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Stringui hypodirmiqut
Ptiarmicli 1% Poilu, Il feyege
CoffVea Phanasoestiqnii
pour usines. CommuRii, ne.
Projets de Factures
c t to us renseignemen ts
- j. demanda adi-tttit
ft.nn.fi* GANONNE
49, Rns Raumur
53-SO, Boulev.-vrd Sbajtopol
PARIS
TAISON UNIQUE
aucune wocnuii
{';' ,.i m-.\ Vt\ o r.i l'Etraupur
_.
m&$m*
LES INSCRIPTIONS
m Premire Circonscription
Du 20 octobre au
10 nov 1931 4316
10 ovembre 1931
1re section .'522
2cme section 340
4978
De n vie me Circonscription
l)i 29 octobre nu
10 novembre 1931 4710
10 av. 2me se<'io i 171
Sme section 250
4me section 13i
v
LE
DE L'ARMISTICE
Total
humer os omis :
5270
1C J.57
Le monde en'ier a clbre
h u i Is 13 me anniversaire de
li mistice Grande Querre de 1914 en allen-
dant i|ue ion scellt dlinttive-
mant la paix par le trait solennel
ds Versailles. C'est un jour de
recueillement, qui, a Ioccasion
des bruits de guerre entre la
China et la JapoO| prend la si-
oniflcatlOO d'un examen mon-
dal de conscience Plusdestttg !
r.VrlTHODE CYTOPHYLACTIQUE <
DU PR0FESSLUR P. DELBET
DELBIASEI
Comprim aux tels halogne de I
m aon ta) m as
Recommand' dans le* affections do lai
c PROSTATE
PRVENTIFju CAKCERI
*. rut Vif""'. ?' > 0 It.fn P^irmitil.
666
1re Circonscription, 1re )
sec ion : 945 954 inclu.si- j
vernent |
1re Circonscription, 2me
section : 1100 a 1009 inclusi-
vernent 11 25150 a 2005 tnclu-
sivemei t.
2me irconscription Sme
se lion 2100 a 299.) inclusi-
vement.
sablage des maux de tte etde
la nvralgie en 30 min tes
Arrtes oo relroi liasrmenl le
nrcmier jour et la malaria en
trois jours. ;
6'0sauve ie b > du relroi
dissement ,
Cin-laldv
ce sont
Le Fils de la Nuit.
( Sl'ITE)
Le Sept de Trfle
(Sl'ITE )
Entre :0,50; Ralcco : 1.0t.
DEMAIN SOI a
La'|)lus lormidable production de laJ)fsaiioa :
Les Espions
" avec VN illy Kristch et Lia Ebenschulz
Fa.ne : 1X0 ; Balcon : 2.00.
ALUMINUM LINE
DEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLANS ET DE
MOBILE POUR LES PORTS HATIENS.
S Un steamer laissera New-Oilaus le 17 novembre el Mo
l>i le 19 novembre directement pour Petit-Gove, Por^u.
l'rii ce|et les Ports du Nord.
Port-au-Prince, le 9 novembre 1931
ALU?:iNUM LL\E
A. DR MATTEK k Co, genr Gnraux
HUILIEZ PAS DE FAI UN PETIT TOUR \
TERRACE-GAHDEN
Chez W. KAHL
Petionville
l'.\ loi pieds d'altitude. L'tablissement le plus trais des si
Tirons de Port-a r 'Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur one excelleale n ate
asphalte Vues m1 rvei l uses de la ville et du poi t.
Moissons de toutes espres.
VrranRfincnts par'iruliers pour les pensions de jasr
de semaine ou de mois.*J
Loterie Nationale d'Haiti
416, Rue Bonne.Foi, Phone : 3358
La Loterie Nationale d'Hati est :
une institution hautement humanitaire par la multiplie;!*
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, me clnnce de hka
tre offerte aux hommes de toutes conditions le lorlu .e.
Employs Fonclionn lires, Ouvriers. Artisans, Salaries
tous ordres, Gens le maison ( domestiques, ) snos pjrltf
leor budget moyannantdeux goudes, peuvent ^igucrasal
mille ^ou les Patrons le Com aerce.Chets d'ImiustiejBBl
aux iusulfisauccs des ventes, par l'achat d'uu bdlet, qui vous
libre du souci dos chances.
Mdecins, Vvocats. Ingnie us, Sn teuts, Dputs, Grands
Dignitaires de lEljt.Reprsentants de l'Iuteilecluali'.e, Joor
natistes.
Donnez l'exem;)!- le votre *o'ii it'it'* ,ocialf.
Rentiers, capitalistes, com n^ en jouant, augm^ntcivelfl
avoir.
Vous tous qui habitez Ha'i, reodezdui servies enache
(anlte billet de Ij LUTEMIE N v NON \L!i DU'.in.
Un malentendu regret
table entre les Juges
Lcscot et Lescouflair.
Avant-hier matin, la suite
d'une observation produite
par k juge Lescooftairao |uge
l'Instruction Leseot qui ne
'rouvait dans 0 Cubinel
,1 instrurtion, une violente al-
tercation se } produisit entre
Us deux juges,
i & W ki**** I
Foiie Intestin
EHF0ICEZ-V0US BIE!! CECI CShf W^
Qsifttrttaa
Crttcrlu
Aigreur
Brilui; !
. ., Hiecter l'iatat>n. u talf.t S vrjuw
?!&** Indlqestlons || POUDFttS OE COCK )
: l-aop-jtoira de POinnES m: ttneit *> jMJtCm (Frr
\ ....-..:. Prince: ....... >- iv.:fll.
Le Juge Leseot fit appel
la Police pour procder a
l'arrestation du juge LeCOO-
llair qui, levant la menace
te prison, de-.'iierp'ssait avant
1 arrive d*s gardes.
Voil une affaire bien ma
iheureose.
, j-i>, I, ru 1!iir(M t
RADICALI
ET BAP1
slennim
jSMSStSSSSSl
UflM h *
UWIOW
Le Ithnm Barbancoort
Dont la renomme st nnivers.rlle a gard sa p r-rai? e place
Demandes purtont :
UN BARBAN'COURT
DpA! Rue des Csarv
? .


J L
I r,

||





4.
il
iizar
Lferblaric de 100/1 pinfs, 50 1 quarts,
(0-3 1/2 Ibs., 10/1 gallon & 5 cillons, esl
meilleure huile pour la cuisine et la
ible.
PETE BROWN


esti'alinent prfr des enfants.
In vente dans tou es les bonnes pie -
tes do la Rcpublioue.
-- RASAIS 50 0/0
600 paires de souliers tran-
gers pour clames
Ancien prix Or 6-
Frix actuel 3-
300 Paires de chaussures
trangres pour hommes
Ancien prix Or 8.-
Pri.v actuel |._
1200 Chemises Manhattan

Pour cou mande s'adn sser a
LPREEZMANN-AGGERHOLM
fantai:
Or

& G0.,
o
Aaents de CRN PRODUTS
REFINING C% New-York.
dessins
Ancien prix
Prix actuel
Pour deux i'u)iss> ulcmcni
Novembre et Dcembre.
3.-
1.50
i * -. ..<
LOTERIE S'MICHEL I LA FFE DE CA!
|iu/onVf f,ar le Gouvernement '/ profil de l Eto/f de Plii-
tt et place sons le haut contr Me du Prfet do So d
Prochain liraije: S hovenib eu 3 hs p 01 au Cap ha lien.
Pparlilion cit .s lots :
1er lot
JcMiie !0t
'une lot
1 lot de
2 h i de
3 lois de 60 goct'di s
10 loti dt 80 g<> m'es
0.000
J2C0
600
10
120
180
300
150
1680
240
10 lui* de 15
140 lots de 12 goorde*
2approx. dn 1 r lot 120
2 a p. du 2m-lot (50 120
2 Bppr. du Sme i0 60
2l)8 lois se tcin.ioi.lit par les
deux demi rs ( 1. i lires des
trois fcroslols (j. lJ 1872
" billets sont en renie la Bibliothque moderne
P*e" 6/0, rue Danls Destoiiches, fort au.Prince.
On te rappellera que. c'est '
demain ve*ritedi, 13 noein
bre. 8 b< lires dll soir.qi \-"i
aa lieu Cin-V. rils la le e
en I honneur de and lu.
Le public port au>prlncien
dont on connr.it la grande
sympathie pour notre clnn-
sonnicr national aura l'ocia-
sion. demain soir, de loi re-
nouveler I hommage de son
admiration.
Rappelons que l'entre g
nrele sera d'Une goorde et
les places en luge D' ux gour-
des.
SOUVENEZ-VOUS
rlHLLtS.
ET NUS M JEUNES GENS.
Q r ''"' ""- l'on iiifie l'arbre ue< ils, I J\STITll
* ' \','1' 'I.1 ^ernuinniiBile ri s'imps<-jm;- 1rs rsnllnls atteins.
T.-.nt pour Ifgionrs 'l.iMM|iie 12 h philosophie
Pmii i *ine> des I .
Que pour < le la Stoo
D i }'() t de fa Comptab'l
Sonjj^ qu'il s\- Irouve une //7Vl, m s,v)>r, r
(Sport si in*, rlii 'ipline et vail |,
S'adrc8*cr : 1537 Rue, Ij ihone : 191.
*
t
La
.ykes Brothc s > Inc
Texas --Haiti Banto uoxut $o porto
Le seul siTv.ee hebdon i ulier j ;crs el
itt entre les ports du Go le du fexas dircel vec
Port-au-Prince, 4aili.
Tour l rception rapide el le ncnl ,. ode vos
i m nortations, servez vous toi; jo iq LYK"
UNE.
Les i es arrives n I\mI~ i
Steamer Gen .-. ; l ."!
Sb amer < Margan I L\l |;i |
S/S a ucTi i I y .o ..!
LE GARAGE
KNEER
TOUJOURS OE
^ L'PT.
I '.,:':. \i le pre-
mier induire les FreeVVhee
linp . n HATI.
Y. Km ', fnyag'if ti*
quet'Tvri u i !" ta-Lui, s'i-
nitie i'l i it< :-e e tontrs le
inve i '. ; ei lectionrementa
de rinduktiis automobile. Ceci
permet au Q?-"{e Kneer, d'in
troduire Hati, tous In crations mm; i w .s, appropris
pour Haiti.
II y a environ un an, Mr.
Kneer uopoila les StuJebakar
Frea Wheeling , les essaya sur
les routes d'Haiti, et les trouva
entirement eflicaces I cono-
< s loiii Ici points de vue
ca r
Y: Kneer vif.itmrdialemelkt
Pavai t; en lue \\ lueling
sur !t.s voilurei lgres et de
bas prix. Il comprit (juune
grande cooomie sur la guso
lit- et les rparations pour-
rai: lra ralUe, ii les voi-
de La Lignt talait
quipes du systme Fraa
Wbeelingi ( roues libres) -t
immdiatement il prsenta ion
point de vue [ la grande (loin
pa^nit- WILLYS-KNIGHT; ceila
derniers coope-.a nvei Mr.
Kneer, i installa la systme
Fie Wheeling ( rooea li*
In s ) sur 'oues les voitures
WILLYS SIX.
Vooaaerei heureux de rouler
dans une aWillys Sx quipe
du systme Frea Wneeling .
Vous pour/, passer 'l'une vi-
tesse l'aulrt-, sans dclrayer.
Celle voi'ure a une In ce mo-
Irice de 65 cheveux -.-peur, et
surpassera la pertormanea de
n'importa quelle vo i ra de sa
.'. Bile donneia plus de
aa gai on de g ..oline, et
Il i p de ni lert.
: e Gari ge knei i donnera des
ont>tratioDs Rpcialaa de
Willys Six quipes Frea
W lu elii ! iin" ceux qui n
lexoot lu di inaude.
Lis propritaires d'auto pu-
blique sont principalement in-
tresss ce parletiounemant
moderne.
Le (iar d'installer le systme Free
Wheeling" sur les DOOOE,
ESSEX, Hl'OSON et STUDli-
BAKLH.
Avant d acheter une automo-
bile, essayas la FIK WHEE
LING. ""
E
Tei| h. : 22.'!I 2318.
COMPAGNIE GENERALE
' M'
Si:1 mer GencM i ,yk< ^
Steamer T : ykes
Bureau : Rue du M uM'ijuu, l*ostale B
Le steamer Carimar i
partira du Havre le 6 novem.
Ore et de Bordeaux le 10
novembre, prenant passagers
et fret. Attendu Port-au-
Frince vers le 27 novembre.
Le steamer"Caolal*' partir.!
lu II ivre le 27 novembre et
de Bordeaux le 2 dcembre
prenant fret Attendu Port-
au*Priace vers le 31 dcem-
bre. E. ROBEUN
Insurance

l

[Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES ..'.d'ASSURANCE
j sur la VTE
ELU. Le ROSSE & Co
Aaents Gnraux
- rnm*?"-miim&i mm
TciTies les Polices
OE LA
'Mmmmmm
i*Jk t>>}
l
Sr.--'stl ^eomnrenneni la Protection contre la S
Foudre sans auqux'iitahonde taux
1
Aqents Gnraux


I
Jeudi
12 Novembre 1931
4 rAOll
2*So AlfNM W mwi
Port an friuce
Tlphone : 2*i42
wmmmmmmmima^ctmtmtm - '' .j*M*mmmmmmm
.-**>
Panama Railroad -Slamship Lin.
combat ie rhumatisme
Goutte
Ecic Un
Artrio*
Sci +
Obsit
Cmmi '
Aon I 4' MM I -

URODONAL
netl it ie rein, lave lo
:^.re->ifkrticu!tion
i! BMOUplit !en artre
: "vit; 'obdslttf.
I.'l.'uxlon; *. (V Ctl ; Idi urit|lM . ir.-nl..,;{ tnt lu smjf *n
BMSfM ! a;jl.' i ltfl i.'iui. ' i ;...' i ,,- ;>,'\'.c u i ,i f| I, *oi. foriHP t ti(*'i! (in clilll\,
liicrnslf \h o< < .-'... il mu ii< : | rhumal'tim climii|it 4>;i*rnui>i.
pUL d,' 'l le l-ri', il i Ai.-. Lut dl ' fclri, et l>.tr-fba.TTa.cl*
J eiwce cfe /r/ e/ de passaqers en h*
Angleterre EcOStt8 Pr.I
Mr.. S W. rofeUXy,A>- 17 I.* Street. UfwooiaR
^le MwtfM art en Aaeats il riari|afeaerts' ii Eirt i '
NGLAND. SCOTLAND. FRa'n.tT **
M cs.v s ft. W, SUfiLOON k Go.,
-17 Jarae* Street, U?rpool,KagltB4

? Lirai ra.rav.E
PROGRS NOUVEAU
rtfc/M NOUVEAU
IT
u plis uuttiu it il nu y rtua
HUECTION PETBARD
D'ALGER
t
lUGin KTK1RBI* 1
tmrimmt te
ILEIRORRAGIE
Totnn nuMics
U, H, r^ || ffimni. MMJ
nri int
Glelatlt Hknkey* ft Ctfi
21 Rue^dc la la Rpublique
itfarseillea.
Hron l'eroo &. Co, Ltd.
53 Quoi George V.
Havre.
JHernu Heroi Co, Ltd.
Une du Moulin a Tapeur
Boulogne sm'/Mer.
Me*sr*. A. BembuQa .
21]Allrngae!e. Copenhopne.
Otto, NeitwAY.
'lui ruatioDal
Speditiuittlkap Oslit.
MM A l'on lie Freight Cornn
Callinhaus, lUmburgl.
Gcrrrany.
Ifessrs Atlantic" Freitfhi
! orporotion
Gerruany
Wbmh Atiautic Freingjhl
Cor pu.,
24 Quoi Jordpens,
Antwerps, Hlium.

U11 Pj ^i k > lW
Paris.
ikt10 iai t :0 lu.
*IJ i3 lVll|!ilit^ '
l)uWe;'j45.
**< t>i*>^ i ;.'.Lu.
Kie it,j,
l#OrJMOLi
G ma, Irvr.r.
il m s rle^tr Con Gaamitj
PfAMi S. lirrae, fj l'iGnaa
urr*j,ii. S^o*;
ffjrlnk Etoratl, '
C Jttie ib-irg,
A*\&i r:.\viifc :-aa
Gow's.
Witter Ut 4'tnHe
f{c^< JkCol
**
Prix rduit
ALCmOii[Oy[SfflKE i
CLAIHIN VIERGE
.-..-.. *..-* t-**, -< .^ JW*^J. _.w>...^
i>*f4l
6/c- G. NAZON
Angla >!' ri es Prou et du Peup'.e. Phooe: 8313
J i
<.n$iu # #i ^

Fmt Bbs
parce qo*fll sont nottlttl avec
un soin OXeaptiM ne!propre,
dlieati tt poft.
CUITS TANS FEU
AU MOULIN 12 1 laiRES
Fww:n Avoine 3 Minttk**
Liqueurs Sirops BAY RUM F au de Coloa
Tous ces produits de la distilerie de TAitiL* sont m
^1 parfois suprieurs en aualifo, aux arlicies siinilai
mis, tout en port cotant moins cher.
IMPORTATION DE VINS
DEPOT: RUE DU MAX'ASfM DE L'ETAT RES ,0E LA BaKQUK NATIONALb
M. FONTM
<0v.4.%. >i.ja>r..*i <**tv .. **w* ..#..-.%... -----.-*..-
-
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lift.
Assurance Corporation Lld
de Pcrtli ( Scoll.md )
.
LE FAIT EST INCONTESTABLE!
in is jj i ne
car la tGENEBAL t eti ose dea pi s pu si u ci et lo !*** orfilil*ti
tett|nrt, Le soleil Bt se couebe je roaii lur a u champ d*actia qi eaiOfaaai le
Sei|Pollcet*antrt incendie couvreot an&a les n oc ttonne* par la louera
Ses paliccs pour Automol 'es i :. v.,,.i. ] uendie, lualveili^oce, domtaagcl
causes iutrui oaiiaa personne . biens
Sfet foliti M:iiiii: r- t'ni.;i->i.i -, i... .: Kurope sonl [ ay^blen ci Ha.h
STPelieea centra .-. ti ttui.i vuiabit; dut Fuuixera euiie. T*ea les fnta-
gaars devraient d'jim prendre !a ecnntirn '*u aaeioi 4000 dollars. l;i prinn ' mit 20 dot lai a t'. C
Veuve F. BERMIXGHAM, AuxCaves
Cest ia ajuinleseeiiee des meilleure
varits de cannes d'un vasie terriloinj
1 runissant les meilleurs terroir*.
C'est ce qui fait son arme.
i GOUTEZ ET COMPAREZ!
aUUS i/EN'TS
;ni t nral pour '>'"
i\> 'nuctt. I ii. llLG
Ji^AN BLA.NUIE :
H.Jk.iM
tlt* iuique
[TKSH& *'>ii,a'!!r*!***,p'
9
S-Jfa* ~T'
>"ig.l"-ll!-,.li!iillJ-lJfAL
mmmm
t*mt.m ""
a
nhen
ns
Charlier-Vialebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, Y&
r''iteohone : 2(>W
V 0


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs