Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03762
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 9, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03762

Full Text
Clment^ Magloire
Ul DIRECTEUR
tJt RUEj AMERICAINE 1358
1 'TELEPHONE N 2242
Rfq.inlf an finlaii de lai : t'est
.m dedans de- loi qu'est la Mm
du bien, ne source intarissable,
pourvu que tu touilles leojonrs.
MARC-AIRIE
jbBie ANNEE N 7524
PORT-AU-PRINCE( HATI )
LUNDI 9 NOVEMBRE !-
AYONS DU BON SENS
-------o---
On mne grands bruits au-
deslections lgislatives.
Jcinent la question eu
ltU peine. Elle doit dci-
da sort de la nation ha
ue. Deux camps apparte-
nu nationalisme le plus
sont en lace i'un delau-
'sedisputant les siges de
rt de l'enterrement.
Ln dsire franchement le
do Pays. Il tra/aille avec
ode et ardeur pour la
gnpalion et la jouissance
lie de notre indpen-
: c'est celui du Gouver-
nt. L'autte, toul en se
pompeusement des ti-
I d'un nationalisme
FJprocIpnic les mmes
i Ses activit* ont peur-
;ir.e aliu.r oblique. Foin
Jfcupulfs. Si propagande
tlraclssont venimeux. Il
od une atli'u i.- agressive
Eqnede nous rejeter dans
j convuh'ons i volution*
/ires. Un ! "-s leader s'a-
Uant I. -iJ ' nmnrphs
JlectiMir* .i ri( ci i ''in
teliiif,:: < Si ji' /" dois pus
pmer < '< r,> -uibre des
mes,j'ai>pel!erait>tu '< \ys
\ pires catastrophes. Ce.a
lui dire en bon franais :
omou lamricain C'est nous
meiner des jours sombres..
de tels propos ne sont
liDf empreints d'un patrio-
te trs lev. Je ne sais si
jn> Irorope; m n' |a crois
I l'iifio .m ti\ e le ce co-
dieit-patrioie est laite de
usions et d'intrts peasoo-
tls. El la cii. onscriptiou o
seiub'e en mener ti large
fcnrait-il, son fiel lecto-
L Je laisse la nation seul
f de celte loquence pa-
nque... Dcidment^ Don
chotte est de toutes les
tocs...
|us marchons sctoelle-
nr de ma dvais che-
p On ne semble pas corn*
rc que les vnements
i;1 suivre dcideront de
sert. Nous aurons
Irou d(s lauriers ou des
s,.
Gouvernement poursuit
pure cctuelle (1rs pour-
fiers avec le reprsentant
Washington. L;i conversa-
it est sene et nnrche
liait pour notre dmocra-
Itie. D'autre pat, nous som
mes la veille d'une raode
catastrophe conomene. Et
[ Dieu seul sait comment finira
pour nous l'anne bud :claire 1
Nous avons cependant des
chances d'en sortir, si le Gou-
vernement sait bien conduire
la barque. Mais le moindre
choc d'une opposition parle-
mentaire peut la taire chavi-
rer. C'est comme un grand
malade qui toute la famille
doit viter des motions...
Les lections de Janvier
prochain vont bouleverser
toutes les entrailles du Pays.
Il laut que chaque citoyen,eu
allant l'urne, prouve qu'il
c un prend ion! le d inaer q':e
u tus courrons et qu'il veut
manager son Pays tn votant
pour ceux qui ont comme
programme la politique du
fjofivernemerit.
Raisonnons un peu :
Si les coiniCR tatoram
envoient u la Chambre une
majorit comme celte rj hier ;
I se prodnir avec le PSVoif
Sxecutil infailliblement des
'ri lions qui ne pourront que
retarder le rglement de cer-
taines questions sociales,. M,
par consquent, nous pion
gef davantage 020s la misre
o nous avons tout a perdre
Le Gouverrieumi pve sa
lorce executive sera louj ors
le plus Ion I grignotera u
un ara auv rsetres et vivra
tant qu'il voudra ; mais ti sera
mcapab'e de va ni l'opposition,
mme affaiblie, de raliser
rieu de bon poUf e Pays, Est-
ce juste? C'est pourquoi uous
avons adopte le point de vue
de l'Excutif, sa politique qui
du reste est trs bonne. Car
elle a dj ralis certaines
revendications du Peuple et
son programme tn coaaporte
de i lus grandes qui se ra-
iise.om galement.
Donc, an 10 Janvier^ pis
d'abstentionniste! Que tous
les partisansdece programma
aient du courage lectoral ,el
aillent erenaenl a l'urne. Ils
accompliront ainsi t n grand
devoir que nous devons tous;
mais 'oui sans distinction au
Pays qui chavire.
L'HeMMK DE LA Rl'R.
NOUVELLE
PLANETE
Nesseur Pickerisg signale
'tisleise de re corps clesle
f** prolesseur William IL
LE
del des limites actuelles
Vstme solaire.
,A1' Pickering est un des
gastronomes qui avaient
redlt l'existence et la posi-
f* de Pluton, la plante
* . dcouverte il v a deux
Itureau de l'Ingnieur enJChcl
V(it att-riiue
o
1 Pour 24 heures, au
moins, le l:oflc par voitures
et camious est interrompu sur
--..., ,,,,, ,.. ;a roule Gouaves-Cap. Les
Bering, astronorre mi- * ^ la rivire Laquinte,
de l'observatoire prive entie Gonaives et Ennery,
avilie, la Jamaque, pr. gonfles par les pluies tor-,
*l qu'on dcouvrira une renlitHesdy la nuit dernire,
^yelle plante gante bien
O-del'i a,. i;.:r____^iiic
ont obstru le dbouch du
Pont et emport les rampes
d'accs. L'Ingnieur Dparte-
mental travaille activement
rparer les dgts.
2 H pleut dans le Sud,
et, depuis 4 jours.aux Caves.
Le trafic n'est pas iuterrm-
Trr-
t
\UX ROY
29 annes de succs.
le eoin littraire
o
POUR RIRE...SANS RIRE
A l\ i e de Ren Lai \
l
^^oouve,eplayneatehr- ^ bien ?ue la circulation
Clique a t nomme par o.t dit ici e 1PAVvnT
i, Plante P . LhPELLbT JEANNOT
Jf prolesseur estime que ce
Jveau corps clestt occupe
,e troisime rang pour la
^, parmi les plantes
'
Ingnieur en Chet
7 Novembre 1931
otre systme solaire, et.
Jeya dpass pour la taille,''
lar le gant Jupiter, qui
5*x lois sa grosseur, et par
J'Prs ses calculs, le dia-
^ede cette plante attain'
>**.000 mines, C'est -dire
de cinq lois celui de la
terre.
Sa dist rec du Soleil serait
entre 5 n illions et V) millions
de milles, soU 66 9 fois
celle de la terre au soleil. Son
orbite serait elliptique,
ce qui ex' liquerait les varia*
lions de distance.
La plante h tournerait au-
tour du soleil en 6T>(i ans.
Je pensais } tontes c Ml
eomsus lu bi*n- liiu^Jon'
p .
s: let biroud lies, r.os i
nos rV'S, nn>: fo>n '
jour... et h.- n s'e El lf* '''
I0DS El tout un innnr1 d'
poira cor-.!;;!;! SUT du
Capendarr*; mme aux d
du eora* que | n'ai plus, je m
s1- pi i ieu uni .u S)U\ e:,;i
( . soif nii.voM'lain, pnmi n.i' ^
Inaa rosttn* un ^i lair. ette n'-
rn# kMdiquf : RES ECT 2
l i-; POUVOIR i
ti.1 coila qu*, d aigre moi, il
clate, mon ur, tridei I. vio-
ml, > *!>':iil', veog ur, ^ ril clair, tand.s que M d me
La Loue, comme dans la
chnnson. semble me nsrguer.
et tous BMMti.liessicura les Elus
ri'nujo i h u .. < t de dam ai a I
I j i, i d > I vo x de cet an
ire, qui uit de rigolades^
d'ui'gn s d ripailles, o i
niot.s n.s plu*" i eaux, Ita rves
les jiIl^ lon* taitnt, p<" r es
belles, .s jouets que l'on br.se
son gr ik es dit : Je I... I
camp I L' i partit sans DOtti
iaisstr d adresse Depuis lors,
lve en moi, ircompns, ce mot
chef et vrai de lolie superbe it
d'insolence lgre que, seuls,
trouvent les rois qn perlent
un h ont de tudes pour dia-
;i:.it : Rc-peclez le pouvoir'.
Lk pouvoii et la sagesst de
ma mie I Tooi un tas de choses
qu'un las prendront jamais I Savez-vous
que les Ko Soleil et les Empe-
reurs se aool dcouverts quand
elle rptai) aux auir*. en leur
laisani uo pi*d 1< tez le pouvoir C'est penser le
contraire ti *e cr ts.t-r la contre,
ave; des discours longs d'ici
)usqu'a .Pontoise, coure des
principes imprissables, raill<*.
lutte* inutiles, quand, devant
soi, poinn i;t, drrsaes vers l'a-
venir, des lances insouilles...
Raapeclez le pouvo r I... El
l'on vous rtsptcltra, vous, VOS
ides et vos eeetes.. mme mal
heureux Toute l'bistoire in-
cluse m des curs assoiflcs I
Toutes les ambitions masques
par des ourirrv !
Le respect du pouvoir, e'aat
|c htra, d'abord Cesl le res-
peel de soi Et si, depuis la
dernire leon, nous sommes
encore nous demander s'il
nous laut lre du ct du man-
che ou de celui de la cogne, il
nous Icudra dire avec l'autre,
qui n'uvai pas tout lait tort :
Conviction et doute, erreur et
vrit ne sont que des mots
aussi vides qu'une bulle d'oir
irise ou terne \cetle butte est
l'image de la vie .'...
Apr- cela, ma mie. qui luit
et qui revient,tuntasque c tou-
jours dsirable, lu nu oiras, un
soir, loisque Madame La Lune
m'aura tir sa rvrence, ti je
dois, comme disait ce vuux
tou de Ren, respecter le pou
voir .'... Tout ton pouvoir I.., Et
dire qu'ils sont lsions, ceux
qui croient qu'ils peuvent s'en
moquer \ Si mal leur eu arrive,
ce ne sera pas laule de leur
avoir cri par dessus toi... et
les toits ; Caaja COU 1 Respectez
le pouvoir < Faudra-t-it leur
en vouloir ?... Il v a lanl de
choses lalre.., et refaire I
A commencer par noun-mi
J'3' pense : Quand Elle re-
viendra. Elle qui voyagea lort
et travers, connat coius et
recoins bouges et boudoirs, est
i, me d-js Lois, des voleurs et
ie. tous ; et qui baise mes l-
i v I VI
:
: : i
mande donc
'
i i's que, di
' rn -Jr' | -
' ' '
aux
:'i : Respecier le. pouvoir La
>ut
m..... OU! I DUS.*.
et ni tas d'anll : !...
. ..V-/. VOU', i 80
! v r^ D vn;:-, (! M.i-
. la i un du ouvoir, je
de, piii'ijii notre loi
te h:t le Rien 1 El, i n
s el luis mta sur
; parquet, Cmm< c s bril-
- qui ,' uingl il ,la vue. tou-
tes a o* volonts ensemble bons-
es, ions nr.% 6' es par s
.;. '.>' r
i i Il ont s
t.'o t r voltes.tno'en :w i
j:- me >i's : Qui <
un de ces soirs pareih a ceui
o nous sentions rn noua vi
brer toute l'ternit, s' les an
ires ont raison 'te nei Dai RES-
PECTER LE POUVOIR V
Va je semble l voir, toujours
nllan1 et \i mime u | no
j, ,-' OUI est -I!S : 11 ntr
jouis en veil, e' son sourire
intraduisible pour .lus d'o
et sou air Ij tes de pince*
sans-rire et de grand s il;;,' r
et loute sa personne m| ri -
g mt, ironique et narq" !
"Et se voix de gamin Ronail-
leur, et son cur spiendlde o
on rve semblait >re a l'troil
quind mni", chni'-nt encore,
les soirs,;ivec nous, au* loi U I
inconsoee, incoroprisea, m-
prisas Pespectez U Pouvoirl..
C'est beau, hem ma Mie,
d'tre des hommes, qui, pour
beaucoup, sont des fous,.! peu-
vent crier des choses comme
Cela sans se me tre genoux
devant d'antres qne Toi. M i
voyez-voussi le souvenir m'em-
porte, le Roi, vous d moi,
c mm- d ris a chanson, au-
ront peida le sourire qui est
l'apanage c le prestige de. tous
les roi' ; eji ti: |i ., i I je De
pourra g i U,8UX loules gares,
cas |ours-ci, comme aux lites
dbordantes, lancer, en son-
geant cet autre grand ton, le
mot de vengeance c: d'espoir :
i Respectez le Pouvoir
L. II. D
A Genve
Lp conflit sino-japonais a
t suivi Genve avec mo-
tion et intrt.
Le dlgu nipon lait cha-
que jour trs entour et l'ob-
I jet des sollicitations les plus
pressantes.
Chaque dpche, chaque
tlgrumme venant de Tokio
taient guetts.
Mais la routine garl.iit ses
droits.
Au plus tor du conflit, le
" dtgu nippon apporta an
secrtariat deux t^ran mes
ponant statistques... sur le
mouvement d la popu
Indice de calme danM ou
pays, dit-il s nullement, puis*
qu on expdie toutes s allai
res ceurantes!..

/t no!re confrre Agathttn H
s- LA PRESSE OU grand
haitien :

Un vieillard charmai;', s'est
(i anche ma-
se malt
i '..!_; .' an*
cicu Snateur de la Rpublique.
I p oup mn le pui t n
sHamis l'a i I hier en terre,
m i ailles avec dis*
!'.. Il aul ^" 'ii -
Sa d io ; d sj simplicit ?
de les mesurer.
irti boni tien de
; se liv I
avec l'opti on honnie
tion d'une f
S as, uns
de euaparl >it,
tes,
svee i pi e
il nous
le pnnee des amphi-
' ne !
n, doc i
ti d un i blonisae-
i ,D'i liresvona
I ronl de !.') v .: l
coi ces o l'utile et l'a
heureuse*
:. Ni ^ as simple-
ment ce nu?tin qu'esquisser le
:il perdu d'un bel exeni-
, lairednumaa t.nthousiaate,
, SOU esprit tait ou-
< :i a toutes les subtilits, U
;t avec autant de brio
de l'volution du charbon en
. q d'une, tra
bon musicale de List/.. M. Rou-
m :n : dans uie cbaumife corn-
as un salon, tait gal
ne; c'sT- dire q
(Irait le spectacle d'une bont,
U'une indulgence, d'une poli-
Icsse, jamais abandonnes. Les
.^ de la.-bas, qui lurent
sa grande faiblesse, verseront
des larmes bien sincres en ap-
prenant sa mort. Cor plus l'in-
ril socialement, intel-
- fit, loign de lui,
i sa maio se baissait pour
sienne. En ces temps
u toutes les bo n ns ma-
nires qui donnaient tant de
char.nos la vie disparaissent,
o des snobs et des primaires
io tiers, a imposent avec ou-
trecuidance, il est juste de ce-
ux morale ie ce
oird qui incarnait la vieille
ducation hatienne. Avac lui,
'tst un peu de grce authenu-
que que nous avons enterr
mer, .\1. Roumain lut l'homme
le plus courtois d'IIaiti.
La dernire l'ois que jeus
l'bonueur de le voir, ce lut a
Paria o il s'tait rendu pour
essayer de rtablir sa sant, ab-
me par une activit indus-
un t rai 00 (t e;re.
Ce i r-I, ...' u . philoso-
phie d e, il env> igeait
l'chance fatale, dans le cadre
i r U'une villa dS
Neuilly. J'opposais sa verte vieil-
IvMe, u |euneace de son cur
et de^son e n i au verdict de la
c marde qu il sentait rder]
de lui. 11 ;.postait en souriant :
ho je ne m'illusionne pas.
Si je. j-uis ici c'eit pour taire
plaisir un 1 unille___ mais
cela va li.-iu. Iv. puis pourquoi
un morti 1 doit-ll .s'tonner Ue
mourir ? Il est parti, me dit-
o ', avec la simple distinction
qui tait l i mre en toutes
choses. Savoir s'':a aller aveu
gr< I m. o i.iu, c'eit i
coi nue taon d'tre un hom-
me bien lev...
L-bas. a Terre-Neuve o,
maigie Us dceptions du sous-
sol, n voulait qaii y (i quand
de belles ralits mi-
nire pour la gueisoa de la
mis< ; atonale, ou pariera
sauvent, dans les veille, de ce
ire, aux
fins cheveux bl ;u s qui lait
: i cultiv, si bon,
AGATHON IL
BEVELITIOIS SEISATIOIRELLES
sWsVRAJSRCIUTS^
SsanaUflta. M*f. Cratite Mcreut c-wlee
ljoaatna,tkiD >- if.

. f
e'aanour. K**t m d- ca|
esouspavs N -*

lUClCl'S rKAHJ^pE
k-SSRsan*Kis
i.r.WuPWk,-!
'... voit que la Camel qui avait
perdu du terrain en Hati et qui
tait sur le point a"lre tout a
I o! supplante par a l'hestei'
fteld sur la place de l'orl-hu*
Prince, vient d^ lancer une fl*
coureuse oflensive, sou* loi me
o rclames parla ns, qui rap-
pellent que la l'Miuet est sans ri-
vale... Hardi, Aubryl
*
SA
... voit qi^Carrelour l'anima-
tion eal passe avac ia l't da
St. Charles... Les tonnelles ont
t di montes, les peins dan*
ciaga volants se sont tus et eut
labis de jeu on a souill les pe-
tits quinquetl. La bourg est en-
si vil dans le silence el la lits
... Les lendemains de trie,
mme ont l'air da-
veir mal aux cheveux.
... o vu au Portail l.-'ogae,
saim '-i matin, un emb irrea de
voiu res, qui menaa de s''er-
niser. Notre smi L. prsent if
h s lit ux, el qui avait lui aussi
li e de partir, organise un pe-
tit s,', sfice <: ordre, qoi ilasjaaa
bouleilla la rue en un ^ ho d'aeil.
Bravo, l.ouluuil
.. a vu an Parc Le o de, ne
p de q ' m snta., qui l l en san
temps un as du looi ball.s'es-
ss r di ibh r coiiihi i au boa
vieux temps. Hlas.l les juret
0 puu d'acier partir d'uni
ttctti ,;. Le vieux spoitSBMO
s'allais.s.t de lont soulong.et aid
de quelques jeunes amis qui
avaient peine toufler leura
rues, il se releva un peu con-
lus, mais dfinitivement guri
du ballon.

...l'a va entrer l'autre jour,
au bureau du Matin dont il n'a-
vait pas foul le seuil depuis
tanlet dix ans. C'est un trs vieil
1 m de la Maison, et mme in
c tllaborateur qui y crivit ja-
dia dus articles lincelants. un
malentendu avait provoqu an
c )tnmen.-ement de brouille, et
c lacuo avait dcid de garder
s;s positions. Un deuil rcente!
partag avait ressuscit les sym-
pillnes anciennes.
... le vit inspecter du regard
la pice, et les meub'es, tout
t nu de reconnatre les lmoiaa
d i pass. Les choses ont nae
a ne, mais c'est U n'ra...Al-
lons, puisqu'on ne cau.e plus
.e cause/ pas a votre viex Ma-
i n la peine de rester trap long-
temps sans vous revoir.


... a vu sous l'averse d'avant-
hier, un galant homme et qal
n'est pas heureux, descendre
d'un auto de la L'gae, pour eu*
vnr la portire, et aider un
dame prendre place. Le ga-
lant portait un chapsau trenn
sans doute ie matin mme. L'eae
en ruisselait comme d'ans
gouttire.
... adresse un regard dm!*
raid ace gentilhomme qui sacri-
fie si lgamment A la galante-
rie.

... ne vent plus la majestueuse
voisine qui profitait autretaia
du dpart des rdacteurs et de
Directeur pour taquiner sea
amies au tlphone. N'a-t-elle
plud'amiesTCralnt-eHa notre in
discrtion? C'est dommage,vrai-
ment, car elle tait paur Noth
il une vritable fte.
a >
... voit que Paul Auxila, pour
rpondre aux exigences d'une
clientle difficile, p^r chaque
occasion, reoit d'Europe bas
de soie et deue^es/tissus et nou-
veauts.
Passez voir la merveille qu est
i ite cravates.
irex-vous contre accident
rai Accident Pire A
ince Corporation Li-
.-.. Vve F. Rermiogkain,
Ageot ivurni pour Haffl,



LE MAJJfl j Navewta
V'\
yijrawyiMi
an
M M
A Ptionville
o
Depui9 plu de six moil les
raudei averses ont entire-
ment dlorm le lit ch la ri-
vire qui passe derrire l'glise
Saint-Pierre.
A la rue Daguin, prs de
l'ancien Club amricain, la cre-
vasse atteint de telles propor-
tions que autos et pitois ne
peuvent plus trouver un en-
droit o passer. Les matriau:;
sont pourtant pied d uvre.
Avec des troncs d'arbres et des
pierres, on peut lacilement ren
dre accessible aux uns el aux
autres celte partie intressa .vi-
de Ptionville.
-A la Wtce-Boyer, trs fr-
quente par les tamilles, on;
demande de laire vacuer les
animaux qui en ont pris posses-
sion.
Une cantine scolaire s im-
pose pour les entants qui 10 -
tent des rgions loign-s ou
bouig.
Ne pourrait-on pas la placer
prs de l'glise, proximit des
coles des Irres, des surs et
de l'cole nationale des filles?
Ce se rail laire une uv/e
d'humm n.
Une i-cole laque de garons
s'impost ; les niants refuss par
les frres ne .savent o aller
s'instrui;e.
Nous i!na!oas ce Lit in-
tention ci u Dpartement de l'Ias-
trucon publique.
La route de PorUsu-Pri.ice
Gros-Morne constitua ton-
jours ui rel danger pour ceux
qui circi knt eu auto avec les
pluies d ces jours ci.
Qu'on active la travail d'-
Urgiaseuient de (a voie, qui se
lait depi.is le mois de Juin el
qu'on iubiisse des garde-loua
prs du prcipice. Par aillaurs
Us tils rnalaluques et les po-
laux qui les sup] ottent sont
renverss.
-Services bvdraui que, l
phonique et M. S. A. donnent
pleine satistaction jusqtt a celte
heure.
L'ancienne prison devient
un repaire de brigands et seri
mme de dpotoirs aux pas-
sants. Lue clture s imposa.
Nous signalons ce lait I lut
iention de qui de droit,
Un incident
l'cole de
Mdecine
o
Un regrettable incident sel
survenu la se aine dernire
l'Ecole de Mdecine. Ea pre-
mire anno, l'tudiant Douyon
ayant eu colloque avec un pro-
fesseur a t par celui-ci mis
bors de la Classe. Ses eu ma ra-
de.;, prenant parti, se sont soli
darisi avec lui eu quittant eux
aussi leurs places (Jetait un
geste dinsurbordntation.
La direction au nom de i
cipline exige que ces tu nts
avant d'tre admis a suivre les
cours, prsentent des excua s au
prolesseur contre lequel ils ont
insi manifest'
On ne eanrai Irop appr uvtr
l'attitude do tel ml prise eu
l'occurrence par la direction d
l'Ecole do MuecUCt Nos tu-
diants de loues les coles su-
prieures doivent se pntrei
de l'esprit de. d, sel pli n- pour ne
pas se livrer tout moment
des maniestaiions intempes-
tives.
Propos
humides
o
Ils taient depuis quelque temps
bien tranquilles. On douterait de
leur prsence si de temps a auliv
dans la rue, on ne croisnt quelques
uns. Jamais 11 n'ont paru si bons
enCmls, ces grands gosses! Brus-
quement, ils refont parler deux. Ils
ont recommenc des exploits don 0:1
pensaient qu'ils ne se rendrait plus
coupables. Ils entranent en des en-
droits obscurs de pauvres conduc-
teurs de voitures publique qu ils as-
somment rudement de coups de
poings et de coups d'autres CbOMB.
C'est barbare, ces procds-la.Qucl-
qo'nn qui a reoo la conodeoes d'eux m'explique : Ha s nervent *
ride du dpart pioche vera pour jamais ou n'H M Sl*n-
THE CACHET D'OU, standard na-
tional.
IHlSKIiHn
[]ar entente S> la France el du
llrich pour les rparations
0
Berlin,1er novembre -Les
reprsentant du gouverne-
ment n'ont tait aucun com-
mentaire sur la suggestion
de M. Thomas W. Lamont
deimn bmt que I' llemaguc
' ntende^vec la Franceavant
cin les Etals-Un il prennent
une dcision au sujet des
i. ne europennes.
l) que M Laval sera ren-
tr 0 l'iris les conversations
di.; omaliques comm^m-eront
pour ''Hermine la mthode
la p'us satisfaisante emplo-
yer pour que r\!leruaime in-
dique son dsir de discuter
la question des rparations.

Cin-7aldu
DEMAIN SOOK
Le Fils de la Nuit.
ET
Le Sept de Trfle
Entre 11.50 ; Balcon : 1.00.
LE IBHEi
0f
hchos
LE
Les tials-l nis itneffeil les
wancfs d un an
o
Washington, 1er novembre!
Le dpartement d'Etat a c.i-
Le pril hatien ( ? ) rv
toute les tonnes dans innagi-
nation dominicaine. Nos voi-
sin:, ont aussi peur do noire
gourde. Nous ne croyions pas
notre papier^monnaK 11 puis-
saai.
D'aprs Le Temps, ta l'ine
Apple Company ou compagnie
d'Ananas a terme sts usines,
tablies dans le dpartement du
Nord, et licencie son personnel,
il en rsulte a.s centaines de
sanatravail.
Noire mme confrre dit
que la Compagnie de Sisal ou
jiite a diminue SCS activits et
nue les seules plantations du
aord contmueiii.iist-ce que Hors
du dparlement du Nom cette
coiupiiguie s'tait tablie l
\ la Uon&ve, il y a eu un
choc autre les partisans de M.
JollDQli et ceux de Al.Neuiouis
Vincent. On prtend que deux
[victime seraient reste sm ie
carrean.Uela va mal aiuoi.
Les nouvelle* de pioviuee
sigualeul ue loues pluies dans
l'ArUbonite et la Nord, '-.tues
d^s riviree.nolammeni du fleu-
ve Arilbomi*. Dans cne der-
nire rgion on procde des
tiavaux urgents.
Lu rreiae rappo le q a
Th mas A Elio 1 laisse la
majedit partie de sa fortune,
a ses cmanls d'aprs le tes
ta ment qui vient vt''re enre-
gistr a Newark, MewJcrsev
A l'exception de dons, at-
teignant un total de 28.000
douars, s >n secrtaire et
deux de ses ploi anciens
employs. ioha et Frederick
OU, dont le (>' emier est mort,
les six fils et lilies de l'inven-
teur reoivent la totalit le la
succession,
M. Edison n'a rien laisst
ux uvres de charit ni
aucune organisai ion civique
ou religieuse -il n'a.eucours
Je son existence, appartenu 1
aucune glise nia sa veuve
Ma chre lemme, aioa
Edison, a dj reu sa pan
adquate sous tonne de dons
ou autres, dit le dluut dans
son testament, et c'est la
raison pour laquelle die n esl
p -s mentionne dans a*e
dernires folomf
Les documents enregistr*
Newstk ne meolionueni
pas le montant de la succs-
sioo : mais on esti que la
v. |.,. :- de .'< rils q e M.
gdison pOSltl H pou v
affaires, el les valeurs qu il
.... ( ... | ,- elcuille,*.e mo it<
envlro 12 millions de dol
lar .
Naissance
If, et VI iriame Henri Domi-
nique mt I plaisir d'annon-
cer la nassnn'e d<* leur fille
harie-1 hrite \olande
gnrvenne jeudi dernier.
Nos comDlimenls
I LEGATION D'ITALIE
A l'o casioo da 62me an-
Diver-aire d" la naissance fle
S. M. le Roi dlri'ie Vlttorio
manuele III, le Charg d'At-
Lires et Madame Alfredo de
Matteis recevront la colouie
italienne et les amis d Italie,
merci (dl 11 couraut.dinsleur
do mi iie.avenue John Brown
No 1200. de 11 a.ru , 1 heure
aprs midi. ,
Pur lu-P^aeo, le 3 aovera
bre 1931.
N'OUBLIEZ M DE FIE UN PETIT TOUR |
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Ptionville
1 600 pieds d altitude. L'tablissement le \ lus trais des S|
virons de Port->r -Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur une excellente ronts
asphalte Vues merveilleuses de la ville et 1u port.
Boissons de toutes espces.
DINERS ERS
Vrrangemeuls particuliers pour les pensions de it
de semaine ou de mois.
b.c Genve la rCpOuse tavo-1 j, tt mauiarc uc |au.,uu ^ u. .
rable des taU Unis l'invi* voulait eniavei a-u
tation del Socit des n .'.tous
participer aux vacances
navales d un au po tr les
armements.
Avant d'envoyer le eablo*
gremme, M. SUmson a de
mand l'approbation du pr-
sident iioover.
La rponse.exprima latli-
tude absolument tavorable.iu
geuveruememt amricain eu
sujei do l'application imme-
-.diate de ces vacauces navales.
L'invitation de la bocieie
des uations a t envoye a
&2 nations en leur dematidaut
de rpondre a vint le 1er no-
vembre si elles accept ueut.
Le gonverneineut cepen-
dant a spciti que les va-
cances ne s'appliqueraient pas
aux navires dj en coustruc
tiou et qu'elles ne couceruc-
runi que les nouvelles cous
tructions qui auraieut com-
menc pendant ces vacances.
ie ne directeur ^ et*i v' '
olli-i-, e:i Uciiia idaal a. UlU
Uirs ue ?idr t lieux. 'J
eat ce peupU bOUVeisiu l
,>io 1-11 que nous loyouti icve-
lUI au ItUipS Ui >aualje^ ?
Du*Lci nessc, M Va.vu-
l.i 1 '. | .->, iKi ,.U ^ul 'i ouv
, b 11 iiluilc UmcUI'M) l
. u li i, utu^uee cuuiuj ,-
I a u o ^ aux tAier a au ,>. u-
j iu uicain, ia eont
, ..lu. . secorde p*i ^ \L
.cl.'- '-Ht dOUllUl^lU a un
0.oiij)c 1 paericaiu,pour 1 execu'
il. travsus ue iou es, ru .
kUUK te, pOniS,elC. l'i..va..\ ..
luxe, du .Te|da.
Notre contrera L Opinion
qui n avait pas paru pendau
quelques jours, et repara ven-
dredi dernier.
Paul tiorapd est en Am-
rique, it projette, parall*ili de
visiter les capitales ues pays
latino-amricains. Ou ne pense
^assaus eihoi qu'il poarrait m
\ ;u ..1 ie chez nous.
! ES PBOilES
ESPAGNOLS
o
Madrid,1er novembre En
vertu d'un dcret ?n a e
d*auiourd'hui. le Irai -nient
de ions les tonctionnair^s dn
gouvernement espaoo i, tant
dans les Servici s diploniati
unes, communications et e -
eeignemeut, ont t rduits de
5C 0/0.
Les tonctionnaires qui oui
t renvoys recevront une
pension deoOHU pour cent
de leur traitement normal,
selon le nombre d annes de
service. Ceux qui dmission-
neront volontairement auront
galement uue pension avant
le 1er janvier 1932.
Dpartement de la Po
ixcd de Port au ''rince
La 1 Novembre 1931.
Conformment au deuxime
paragiapne de l'Art. 3V0 du
C. I* relatif au tir des pices
d'artifices, le Dpartement de
li Police avise le public eu
gnral que l'explosion des
ptards, chlorate de potasse
etc., dans les rues de 'a 'api
laie est tormellement prohi-
be.
En consquent* e, tout con-
trevenant ce paragraphe
sera in'et expoi qui
de droit.
S. L- HOWARD.
Major, G d'H.
Chet de li Police.
t
l*
STAbfllC
GENERALE B"
THAHSJITUTIOUE
Le steamer Cari ma r .
perdra du navre le G love n
hre et d" Bordeaux p 10
novembie, prenant 1 r
et frl. Attendu a 1
Prince vers le 27 ouveinti e
Le eamer'i/i H.l" u n
du H re le il novemb e 1
de Bordeaux le 2 dcembre,
prenant 1 i. Attend Port*
au l'n e vers e iil en m
bre.
Port-au i*cince,le 5 novembre
ltoSi.
E. ROBEUN, Agent.
Voulez-vous avoir
DES BATTERIES
NOUVELLEMENT
ARRIVES
qui vous donneront toute
satisfaction ? Allez chez
JOHN H. WOOLLEY,
Grand'Rue j
o vous trouverez :
Bai U- v Heavy Dut!
45 Volts f
C Battery 4 1/2 Volteet
2 2 1/2 Volts f
A Dry Cel!6 Volts pou
allumage et pourflasn
liqhtsde toutes dimeni
sions.
LE PRIX NOBEL
DE
cpiyc
Slockh'.ra, 1er novctnl>re.
Le prix Nobel de mdecine
no ir 1981 a i dcern an '
Dr Otto H. Warbmg,
iiale allemand pour le cancer.
Avis
METHODE CYT0PHYLACTI0UE -.
HU PROFESSEUR P. DCLKT "*
Comprlmt aux tel hlogn de
m AQNESIUM
Rtcommandd dans (et afTectlons ds In
% PROSTATK
Iprventif^u cakcer
, rve Vfvfnnt. P s "t tovtt* PhTwicitt.
CABINET
Seymonr PRADEL
o
les amis du cabinet Pradel
qui ont en leur possession
dei livres de la bibliothque
sont instamment pris, pour
viter toue rclamation Be**-
inonelle.de les rtablii env \r
de t icihter l'inventaire et l.
;rle de^ ouvrages,
l'on au Prince, le 1(3 octobre
1931.
Trs sens bls aux tmoi-
gnage* de sympathie qui leur
ont t donns la mort de
Mme Soutirant Lahens, Mr
Soutirant Lahens, Mr et Mme
Lon Lahens et leurs entants,
Mr Georges Lahens et tous
les autres paenis prouvs
remercient S. E. Mr le Prsi-
dent de la Rpublique, S. G.
Mgr Le Gouaze.es Rv.pres
du St Esprit, les Surs de M
Joseph de Cluny, la Emilie
Normil Charles, lous les ams
de Poit-iu Prince et d' 1-
eurs qui les ont assists
l'occasion de celle perle don*
lonreusp.ei les assurent d'une
ternelle reconnaissance.
BIRE NATIONALE
DE LA
Brasserie National;
Se vend partout Or 0,1
se verre malqr saquai1
suprieure.
mu Barbancourl
Dont la renomme psi universelle a gard sa premire place
Demander pnrlont : _____
UN BARBANCOURT
Dpt :Rue des Ctarv


I*8
Lt; M/.iiiN e- y Nov u i i*w
-t*R
p '..
jSJjgp-.-.
vkes Brothers SS Co lnc

.. Hait* SiiUo-oomingo- Porto Rico
tfUl service hebdomadaire et rgulier MatafMl el
nlrelesporls du Golle du Texas directement arec
fL0-Pr r,r la rception rapide et le maniement habile de vos
%!ions, servez vous toujours des navires de LYKE
T2 prchaiaes arrives a Porl-au-Priace sont*
Steamer Genevive / l Steamer < Margnret Lvkcs 13 novembre 1931
g/S aAlmeria Lykeai 2 novembre 1031
Steamer Genevive Lylce 27 novembre 1931
Steamer Tiliie Lykes 4 dcembre 1931
. ,pau : Rue 'lu Magasin <1tTJtai Boite oataln
FANNIE UMTS
Marcelin Martine & Co.
Orsncl'Ru>No2t04
fv
llll
; *!
J
HLjca:
,:.:.
SIS AU COMMERCE
panan.o H lilroa 1 S enm-ldp Une a l'avant :.".* d'ans
I jes dparts suivants de New York pour iort u !nnce
r\\- t-:mer.t, durant le i >is N wm'ire 1931 :
BJd^Aww i orA-. /t nuage Port-au : H'-,*<.
rr( \..,,)n ie27 oc;o1)." 1931. le \*r novembre 1981
Gcristobal le 10 noven b'.e le 15 r>o> 11131
fs(ljHi'vo!niil> V fe 23 novembre 1931
tmrr "Hncoui le 21 nov mon Ip 29 novembre 1931
\*m jasH. VANRED
Agent Gnral
t"X<-
#
MIM ^" xaf .-..'- .* x .. * -.*..-
Manufaclwe Hatienne
| cfe ciaaietles
j G E BAR A & Gp
LES CIGARETTES
Bai'Bas Famal-Lon
Dessalimenne*
Colon *
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
-T'
-,',- -Jik-t '
Chapeaux varis pour hommcs.femmes et enfants (abf
qus par des maus hatiennes et avec, de laj paille du
p"}"" Faites une visite iL'lndiflnei.
F. EslKisen
Copenhague, Danemark
Lait condense, Lait vapor
Lait striliserait en poudre
Produits do.Iaiterie de qualit, sous contrle.
du gouvernement clanoia. la marquo
la plus rpandue tiansles fasnill
L.MT CONDENS, suce. iWm cra,e
or caiMi de i. boilei da H * B
<( ni boites e i "* ' '
< 240 boi M de 3 ol. uet
>
riche en crme
LAIT VArORl ,t'|-'ur^, .
H Cfti s de 48 bo tes de lt p*. net
.. .. is boitte de 12 oz. nel
LAIT Ni. : .STRILIS
en caitM i! 4S boilei de 10 o/. nel
LUT EN IOUDRE, riche en crme
:i caisi e < b 2/50 Ln.s. net
en caisse d^ 00 l LBS net
EN VENTE : PorNan-Prfnee
Ai; BON MAR< I A. Boit
,.,-, i'on | ....., t ns sto k I UH>ura t bis, constamment re-
nouvels- el ii u s lou es s bounes iytotrias,
AGENTS GENERAUX ; 1" i. E '* & Co. PorHn-Prlnf.
Echantillon Irancosnr demande.
.- ^.,..~- -** '^^ r *.
**WMfSS*M
629 H.00^ w* fe FS ^
du D- JAILLET
TONIQUE DEOEST1F RECONSTITUANT
Contre ;.tSlll aNIMIl d'crigiiia pesp.s*nto!pe,
AMEMIE consompttve,
ANtMIS par BM o irava'l ln!e!!sctuo! ou corporel,
_. ANwI!C3 cenrcutivos eux Moladles aigu,
* ANE.MSE tics Ppya chauds ^
cl contre les Moadics du TUBE D5GE6TIF.
, ew^..... ::^pKTnVa".-v. - ,muwfflu*.
MM n'EM-LOI : Un petit vur t llqUf.r ImmllIttH.r:-! Mf j_'MM._________
!
k ntoil : Toutes bon:.* rtarraaeie
^Billlllll'll IfM i^i aW'mslli "rTiTTl ~TT^~"
Pavic, 13 'AHIS {* >
SOUVENEZ-VOUS
nuits,
et vuu^ uss it Sens.
Que puisque l'on iuge l'srbn h h il. ; J )s**
TlFtMUI S; KcrecoBimssil ti > Hr !l>> rtiii ewiii .
Tant pour Ici t,n> rkisc dues : I hdseea4
|ou, [luda des Isngoti M 'pJWx*.
,,,,.. p0ur lenseigneroent rtpide tl fcr Dactylo el de la Comptabilit.
Sonnez qu'il s'y Irouve un.- vrurorhttMe i*ium icmir*
(Sport, soins, discipline et travail)
,dres*er : 1531 Rue, Lamarre, liphone : ml.
i 0\ . ,- ^tW UHEBOITE
^Va> VRITABLES
PASTILLES VALD A
BIEN EmPLOYE, UTILISEE A PROPOS
PRESERVERA
?otre Gorge, vot Bronolxot, vos Poumon
COMBATTRA EFFICACEMENT
tos Rhumat, Bronchite, Grippe, Influenzn, etc.
MAI SURTOUT HXIOEZ BIEN
LES VRITABLES
PASTILLES VALDA
vendues seulement en BOITES
portant la i!om
VALDA
i Liqueurs Sirops BAY RUM Eau de Coloane
Tous ces produits de la distilerie de 1 Amie sont euaux
et parfois suprieurs en Qualit, aux articles similaires
mis tout en port cotant moins cher.
IMPORTATION DE VINS
DEPOT- RUE DU MACASIN DE L'ETAT, H'.r. LA DE BANQUIi NaTIOKAU.
M. FONTAINE
_-_ _.,____...*.. ****** *-
11WI
""' (Si
- V"
. ^wiaw ~<
SB
, C I
'-V-,
i;f
Le des Plus fortes COMPAGNIES
(CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
I

'r
Tories les Police
DE LA
ta 4M f. ife &
: p '
II
U
[_ '
g:*3W*M BllIS.....
comprennent lo Protection contre la
J Foudre sans auamentation de tau^

-'i
h.
J^fjflf. fv
a
I
TW
ttg.II
or
BBMBMB
Aqents Gnraux
y


Lundi
9 Novembre 1931
*9 ifr
' m
II
4 PA-rs
Ar^i iY 724
Port flii-Pnuce,
Tlphone ; 2'H !
M
.M. .t.-.**>..*. .
A4.ut> '*** iwm



Rhums, ii


------......... M 1K
Nrraigle. ^
Graveiie
Affrte-drc
Obsit s
CGKlbat

.
26 CHAKL
BMb.lMW.Mitl C HA ILAIN
2 > 2 *<. m v-r- ..... CARIS
rt itk.n ;.......
tas-- -.**:.,
''"
"a

*.
'*'.

nr-< .
,'. .
,' .
' ,
l.

. .
I
. '
le, :.*r

l.c I
, 1(4 i i>
i. IjF.
rnl w
Panama Railroad S'tamshiD Line
Service de frl et de passagers enlie
Angleterre Ecosse France
Mr.. G. W. SIELDON & Co- 17 James Street, LlTBapoOL, KiWLm
lir (!!ewiig are iir Afeits at iriBtiMbMrtoLts Sorone
ENGIAND, SGOTLANO. PRANuS
Messrs G. W. SHELDON & Co.,
17 James Street, Levrpool.Eugland
l^ ff-iwi, Han-V '. W. Sheldoo & Ci, ira Mup.u.Mtji >yJt!ia ( .lio* n,
pins rapide et plus ditect servies de traaspor.de pisiaxrs etdj trw"onE'a
et les ports Europens via New-Yonl et CrUtobal, Canal Zjae, Isthme de P li
Vci la liste de nos agents pour le principaux ports de l'Europe JQ*'**
ii-
-
s


PROGRES NOUVEAU
RHUM hOJJVEAU
RHUM DLICIEUX GOUT EXOUiS
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE CiUilCE
LAIRIN VIERGE
6/7 r G. NAZON
jit : Aii* d*s raes Prou ti du Peujie. Phone: 3318
El
\ttD t ll'lSlt
rncltdin
IIIL-- I.6UIRI3.
jflf.i. i nrMl.'.di-
\rt. v, '
|t7r ..'i.^jifi
\LUDlSH[,Fli : ,jn%.
4//0 ?.) ''
&!!<* .* t| al *"> '.
rau! CAOC*
::V.T:,,,K.d.Cfr;:,!;
et 1 *** ?%* h-^-Vm
Glii.aTly Henkey & Co <
21 iVaeJde la la Rpublique
larseilles.
HerneSPeroo & Co, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
'iiernn reron Co.td,
U-.e%du Moulin Vapeur,
Boulogne "jSur'JMer.
Meurs. A. Benux^ C
'^lJAIlengade. Copenha^M.
Oslo, Nwrway.
'International
Speditionsselkap Oslo.
M M ..Atlantic Freight Corpn
'Jaliiuhaus, Hamburg 1-
.cru yny
Messrs Atlantic" Fuighi
: orpor*tloB
". Geimany
Ib'essri^Atliatic Freinai
Corpn.,
24 Quoi fordaena,
^Anlwerps, Itelium.
^^BfcaOBMiii l^"^^|*^*J*'*|w^'>^'t**",
H tau Paa > i % j;- l-^
y fat 1-3 .r;;
Pari*.
Ukrnu >saai| | Co f/ i.
^Rua da Traa^uUitj,
,' Oiukerqut.
faMI PfiRJN t > 4 /. I ;
,,9 rlue U)j;
KorJ<;aux.
Gfi )E, [T4LT.
ljssrs HaNMT Job ft CLaair.i
PaJKa >.VUrri,V > 13Giu-
iCorrajJBoaa. ivio
#,Nordisk Kv est, *
.Coihee>urg,f
.4isrs TLWM rlffVf
COR>'ft*.
Kou E u nanlem
Rotter-lirM Hollande
iii. i'iMvft '. >
i>^.v^-^.T!
ItfffJl
tttfft.
oiB <
: feeiea
Yaim
t Rires-
>/>
h.'ja '&.% jiix de ltc elde
Ij vrl|ie en 25t minutes
Arrtez ua reiroidiasemen ie
raaaier janr et la malaria en
Ueia jours.
Wi sauve le bb du retrni
elrssaaient
SANG PUR
Dpurez mn Sang
CUROMAL
>W naf t-t ar Q ka,rvl <*.M Itorif*.
" .V'.i* <>( UllipiH <1.\l fi'. <
atopurd* < jUint W irnti!oM
itnr. n bobo*. cUifrb'.M. il d-i-
ItlU fCUl : lOU. rUrOBC'.M bOJtCKB *"
avec
Rj(lnratif noAarns
SUPFRDEPURATIF
/.# p.'ua at)**. /s p/ift complet
te plus pratique aux Colonies
('>i!)! ji : M i i Sang. ! j
laPenu.ilii !-.. munition,
.-.LliUISME.
LABORATOIRES SAFFAB
39, Ri;o il- ta Clf.p*llf. PARIS |
. kfort u-Prncj;lJl'.riif.:liV/.BilCH.
! K'rai. 1* l..Tn.:r t 1m lbrbM .i
....''.:.ul r un |> : .> itn i ~
..*.. TlDt. OU I,' \ Ttttr fc I.J. 4 .'
rtrtr i.|i < Af.t ; -;. r au Curoav.U
M . iBtdlMUcn I* plu* iirnpli. I plu*
. ;i*.j i I pia Mitnaflqut. ;ui .--.*
'rix ils Bluj J* il plantai connuei de noi
Itra* ai daa malaeiiia da 1 aniiq.iit*, malt iloul
eDalaur Oiiiuud. pharmacien a, par dei pro-
aaJ-a modamaa rtunl laa auc daiu iine iop
..la q il lui a csdW de* anne d'expi-mara*
et da iraTaU. La *u<-e a couronne j eflortti
et la Curomaa gulnt lei malaJieid'- la |>eau.
renia, dartre, pioniau. Jmngeioris,
ir .giun. (arondu. b' Jtoyi, ulcre, duu-
luira d't Tititr^ ftfi erltiqu. ?
! ir-iunw' ? ni flanrii OUROMal,
nr. t.air. !,) atS'ult* t brochure riullcatlvr.
-- Taatai avarie pbaraitt. rrrparr par la
art. m aiPAl >. r-ar-.*a.in. Labornlolia dti hhAna,
, m La:t l'Cs OkLLlM (Prann)
^rli Pi'-nnritnti; rimmiaii afta. -
I k-~ ! nauiAtfJ #-v< M >**,
-. aSM
ASSUREZ-VOUS
la
General Accidenl Fire & Lifo
Assurance Cor >ration Ltd.
de Perth ( Scotlund x
J- J't'J* ENE,pAL esl une de: nuflea l #i i !ni v-t*e rgaalsatia-s
^^*>t. .eielnl r.< s.,- l(>: w .\-;#l Mi ekr.Mii-re le
*J*'oI!eB~caatre ina s, gts ecc loons por Iuiioit
..... .ay*<5l,fourAulonol couvn ( die. malveiilpnce, dommage!
CBBttfg^ ajtni daaii se perron j eoy am t< |
Jl ,rrts Maritimes mi&cR pai ses branchesd'E ablcsea>Hall
.., '^. (' ,r i!;v: lanslonivern Ions les vaya-
'.^ >!'!'i"!;' i!(" fie air d'une toi
a eus4*5Wf dollars, h. luue,e ml cjuede 1/i soit: i C, G
Veine F. BERMINGHAM, AuxGaves
iw.im'p^^rsnqBa^ m ,iwfVf,sjg.iimjmitJi-
LE FAIT EST INCONTESTABLE j
' i'S !'
'. (ini
Pert-aa-Priaea.
J Jcrcis
il B8
C'est la ajuinlesen9 des meilleures,',
varits de cannes d'un vaste territoire^
runissant les meilleurs terroirs. |
C'est ce qui fait son reine. j
GOUTEZ ET COMPAREZ!
m'^kmm'mnwti.wmK^^--*R * *"wBt
gpcnpajmia _*>
-P*fl*t'>' 9 ittJk *** '

y/fflit

yiLiiwitB
a
---'* *'> - -~r ;---------- ------------------'
>! Charlier- alebrancho & Co,
& 1224, Chemin des Dalles, 1224
4 .r.c>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs