Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03758
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: November 4, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03758

Full Text


Clment Magloire
DlRECTEUU
Utt. RUt: AMcKICAlNE US
1 TLLEl'HONE W2242
l.'lioniiiic gsrfiv ri lesta
reira qu'il anflidr sens en lies
ri ('Iles qu'il reoit sur son nrnr.
-.
35me ANNEES 7l
pRT-AU-PrUNCE (HATI)
es Suggestion..
|telq*8 l
AUTOUR
SE LA
Rvision Constitutionnelle
h (i)
LA CHAMBRE DES COU i ES
Une autre des importantes
difications apporter la
uj Fondamentale, au cours
Jl'aucce 1932, est l'a restau-
re, de .) Chambe des
(jptes. Cette utile Insti-
Hon fonctionne encore a^ec
|n 'ans tous les centres
tas remonter es origi-
[|5,dous savons qu'elle a t
Unise chez noua par -a
:h'du H5 Spp'cmbre 1570.
L'elle a t prvue dsns la
Constitution de 18*9 et sup-
Lime. '' celle de 1911,
[pour tre m place par un
[jervicc < < Me dont il est
EtalluMi i h?r,een
tigur m-. ce
pvii e ai
Le ril ic ur'd I mstl-
tnti m de 11)18, --quoiqu'on
dis>: H. P., l'auteur de l'dito-
rial du Mtin du 17 Septem-
fcr*1931, s'il est hatien, a
dlibrment mis de ct, le
rentable organisme de coa-
fledes comptes de l'.\dmi-
oisif, l'on de l'Etal. S'il csl
ftrident que chez celui-l. i!
te rencontre nue profonde
fcnoaissanre de notre Droi
public, allie a une lude se
rieuse du milieu social et du
temprament hatien, il n'a
pas moins laiss h champ libre
bceuxqui taient venus nous
prendre le Self Govern
meut", a ceux qui aveient, de-
is (rois ans dj, la manu-
u n des fonds de l'Etal.
mx nouveaux comptables des
tiers publias, eomre qui
Is n'avions mme pas la
lource d'une h) pot cque
lie .
|uus s.vous quel a t le
tel d'une pareille incon*
pence: tous les droits et
fctsrc .livrs iitis (|ue nous
lisions jamais nous tendre
llple de leur mon tau t
toct et dpenss avecjlar-
?se et mchancet par des
actionnaires exotiques de
sauvais aloi et sans respon
W)i!i! lgale envers nou?,
Uflabsence totale de piets
ptlificatives, un rapport an-
tel dresse au petit bonheur
hr ces gargotiers, o ils
prennent occasion de nous
grer, une administratio i
pu l'eau, une impossibilit
prsenter des comptes g
raax aux Chambres lgisla-
Jes en careucc. Tel es, le
wo que nous pouvons btir
J tait de la suppression de
* Chambre des Comptes.
Il revient donc au Gouver-
nent actuel, qui est un
tfuvernemeut de rparation,
n gouvernement de progis,
Vu le souci de ses respou-
ilits et de ses devoirs.qui
ovisage les moyens prati-
Ves d'enrayer la crise co-
Jfc'que qui treint davan-
*& la Rpublique, depuis
!e.-ucsiurSl a ,a [{e du~
?Qe'. 'a libre volont popu-
J"re a iPhc l'homme de
y^f, le patriote avis qu'est
7 ^nio Vincent, de mettre
JJ30 ordre tout cela, en r-
lissant cet organisme de
J>le charg ue l'examen
Uquidaiiou ues cornp
e i administration gu-
1 de tous les compta Die*
qu c:s le trsor public, tels
l \ Les Collecteurs de-
ulJUes, le Directeur du bu-
tti V*-; i.i 4 29 Oottkn
reau des Contributions, et ses
prposs, les Creliers, les
Conseils communaux, les Of-
ficiers d'Etat Civil, le Direc-
teur gnral de l'Enseigne-
ment professionnel, le Direc-
teur gnral de la Production
agricole et de l'Enseignement
rural, le Directeur du Service
National d'Hygine publique,
le Directeur du llureau des
Tlgraphes et Tlphones,
les Directeurs de l'Enregistre-
ment et tous ceux qui. un
tilre quelconque, peroivent
ries valeurs, un droit, un iia-
ptou upe taxe pour compte
de l'Etat ou des Communes.
Quelle a t la pense gn-
ratrice de la suppression
de la Chambre des Comp-
tes dans la Constitution
le 11)157 Troublante
question laquelle il u'elt
pas ais de rpondre; toujours
est-il, i e n'est certes pas. pour
raison d'conomie, puisque
l'allocation rie famine qui
tait laisse cette importante
Institution apr 1916, pour
ses Membres et son personnel,
ne pouvait en rien alourdir le
budget de la Rpublique. -
Eu ellet, avant l'anne 191(5,
une valeur de deux mille cin-
quante-six dollars 40 cts.
(i056.20oram.) cuit allcie
au fonctionnement de la
Chambre des Comptes et
aptes 191'i. ce cbiflre tait i-
duit, pour Membres et per-
sonnel, la bagatelle de six
cents dollars (600.00 or a m.),
valeui bien intrieure au
chifire du traiiement mensuel
de n'importe quel Officiel du
Trait.
Les employs d'alors s'of-
frit eut en holocauste et ac-
ceptent lesaoifi :c, |)Our ne
pas laisser prir l'un des prin
cipaux louages du Service
Public. Plusieurs d'entre
eux continurent travailler
gratis, pour assurer 1 achve-
ment du dernier rapport eu
prparation Parmi ceux-l.
nous comptons feu Augusliu
Bois, de regrette mmoire. -
Gloire et honneur eux !...
La Cour des Comptes, une
lois instaure, je dis Cour,
parce que ce doit tre un
vritable tribunal administra-
tif, comme l en existe en
France, il n'est pas nces-
saire que ses Membres soiant
au nombre de neuf, comme
antrieurement. Cinq seu-
lement pourront suffire, lus
par le Snat, pour 3, 4 ou 5
ans, sur uue doub e liste de
caudidats; l'une fournie par
la Chambre basse et l'autre,
par le pouvoir Excutif.
Il faudra galement assurer
cette Cour, une certaine in-
dpendance et une certaine
autonomie. Elle devra.elle-
mme. repartir a valeur qui
lui sera aflecte, comme il lui
plaira entre ses employs;
choisir ses derniers et les
lire a la majorit de ses
Membres, les rvoquer et les
re n placer, si le cas v chet,
avec les mmes formalits,
sans aucune participation des
pouvo.es dirigeants, afin d'ex-
clure, en dehors de toute con-
siuraiiou publique, les non-
valeurs et les mdiocrits qui
encombrent l'administration
p iblique.
Voua, en peu de mots,
quelques liait* caractristi-
ques de ce Haut Tribunal qui
l/Ma!
ALIX ROY
29 annes de succs.
LA SITUATION LEC v ORALE
Dclarations du Prsident
de la Rpublique
4)
Notre confrre dipe a pu- calomnie, par
bli dans son numro de di-
manche, 1er novembee, d'im-
portantes dclaratious du Pr-
fculeni uc la Rpublique sur la
question dei lections lgisla-
tives.
On si' (ue dans 'nus !e pj
cf rttins rcupes manifestant Ue
? itp$ inquitudes quant a l'atti'
Iode du gouvernement ia* les
lections prochaines. A ci
gard,les tendances de quelques
fonctionnaires prteraient
quivoque ; ils semblent pt die parti pour des candidats
qui, par lactique ou autres, s<*.
prtendraient officiels .De l,
un malaise politique denl l'cho
e.si parvenu au Haiaia National j raie
sous lorme de protestation t(
de plamte contre les foucHoa*
naiicsde eti laines villes.
Il e*-t b.-uieux.qu'ei) prsence
d'un tat de choses passai i
ment inquietBn', des dclara-
tions formelles du cn'lda gou-
vernement soien' venues ap-
porter au Corps fecloral l'as
surauce qu;l pourra accora|Tii
l'injure. II est
bien certain qne, dans l''al
d'inorganisation politique o
se trouve no're socit, laisser
libre jou, sans conlie partie,
de telles tendances, de tels
agiaaaments, ce serait assorei
leur triomphe ri encourir de
graves tespo is ib Itts.
ii- Mais, hisardons-nous, on
partit, de ploeieare r-oints du
psys, aeeuser le gouvernement
press'on sur la conscience
des lec'eurs.
Que, pour aianrer son
triomphe dans l'uni", un g*a
vernement use 'le ses inoy lg:u:x, rien di ">'us lorm's
lorsqu'il a toute i'autorii m -
pour 1 re do
gouvernement digne c nom
et pour reprsenter vritable-
ment le principe l'ordre.An res-
te, il ne tant pas perdre de vue
que, dans les conjonctures ac
Ipelles, on dfi audacieux ; t
(de au goiiverneMj.iii qui a
pour devoir de le relever, de-
voir d'autant plus imprieux
que, lort de sa conscience, il a
dans la hyaliiet la libert le | fa conviclion do servir les in-
devoir auquel fa Coustiintion
le convie le 10 Janvier 1932
NoQfl re produisons ci-aprs
l'interview prsidentielle :
Sur la question des lections
lgislative, nous avons t ho-
nore > l'un entretien avec le
Chi de l'Etal que nous cio-
yons devoir communiquer
nos lecteurs pour uur permet-
tre d'accorder les piincipes
avec les circonstances uu mo-
ment.
Ap>es sv< ir commenc j)ar
remereti M. Mmo Vincent
de Mi bo grce avec laquel
le il veut bien se prter cet
en c iea de la grands faveur
qu'il nous lait ainsi, nous ame-
nons la : onversation sur la
question lectorale l*occa
lion de notre dilonal du 20
octobre sur la libert lgale
ei la libert moi ale.i
Nous n'avons pas acluei-
lement, dans le pays, de paills
organiss, siaSi que vou av-z
d'ailleurs eu le dire vous-|
tits, extrieurs et intrieurs,
les plus vi'aox du pava. Quant
faire pression sur la cons-
cience e i la volont des lec
leurs, je ne m'a m erai pas A re<
lever un reproche si videm-
ment gratuit. \ai~, i titre de
mise au point gnrale. \oic<
ce que j ai ( u r pliqoer, tout
rcemment, une ptition de
citoyens honorabl -s de Jacmel,
ptuion qui a et" rei)'oduie>
par votre confrre Le Temps* \
D'autre part, p "jos de fa
formation de co nmis isn com-
munale ou mme de toutes n-s
autres noaun; lions administra-
tives, que d> lois n'accuse-l-oo
pas le gouvtrnem .il de para-
tre prendre Larti pour telle opi-
nion ou telle SAtre, tomme si,
dans ces i ominat;ous, il tait
possible de satisfaire toutes les
opinions la lois .
s\. V ..>ei t se lait une m uu
te, pui> puursui e i
tomber po maofcea mois:
Cer es, je n'entends pas
mne plus d'une fois, nous dit i gnraliser dfavorablement en
d'abord M. S mo Vincent, de' parlant tout l'heure de, eux
partis dont les principe-, lejquipassn pour militer dans les
programme, dgages de loule rangs d ;-> adveiJ8M sa du gou
pioccupation d ma gogiq ue, | vernement : on peut y rencon-
eussent pu servir aux lecteurs, trer jes personnalits, les Iea
de saines directives A la pla-{ ders honorables qui, diflrant
ce de ces partis absents, nous de sentiments avec le gouver-1
ersonnaltls remuan- neraent sur certaines questions, '
MERCREDI 4 NOVEMBnE^l931
avons les p
les qui, groupes dans une op-
position systmatiquement hos-
(i e, ne se proposent daulre
lin, l'occasion des lections,
que de soulever le sentiment
populaire contre le gouverne-
ment.
Comment? parle traves
tissement de ses actes, par la
sera ch rg de juger les actes
( ct financier ) des Hauts
tonctiounaires le l'Etat; de
veiller ce qu'aucun article
de dpense du budget ne soit
dpass et qu'aucun transport
n'ait lieu; d'arrter les Comp-
tas des diffrentes administra-
tions de l'hlai; de recueille
ceteflet, totjs lenseignements
et toutes pi es justificatives
et de soumettre enliu au Par-
lement, chaque anne, le
compte gnral de l'Etat avsc
ses irrcusables observations.
Berthony MALET TE,
Mveat
questi
peuvent lre en accord avec lui
sur d'autres et, en tout cas,
n'entendent nullement consti-
tuer en lace de lui une force
sys aasaliqnement adverse. Je
suis trop libral et d'un libra-
lisme trop connu pour ne pas
reconnatre, dans une contra-
diction rationnelle de penses
et de vues, la principale con-
didon du progrs politique *.
Ici, nous changea ns quel-
ques considrations politiques
su- la situation gnrale du
pays, qui expliquent ces rfle-
xions du {'rsident :
Je conviens qu'il eut t
ddrable que notre socit po-
litique et que la majorit de
' os lecteurs moyens tussmt
- is que, a l epo me des grau les
nsultations u .'onales, la d-
cence des mu eus lectoraux
put disp-nser i gouvernement
de s'mouvoir n le rassurant
sur le remit il des lections
ainsi que sur le moralit et le
patriotisme i ventuels de 1 ration.
Ma s vo. i eavos bien qui
bobs n'en semmes pas encore
i
LL
GOUVERilEIIEN
OE TOKIO
REVELATIONS SENSATIONNELLES
eesTP.A15S&vRETSeeSCIENCIS(XniLTV
SviMUcee, VM Pnbeaee secrtes dvoiles
UvmlDOtton *ee voIudUi, fora ir*
rsssiib.e aei'iriBi tuu l*iueisst
t FuRTeno l"bllire ir.ornptieteufei
4 rao.i ii,U d** (USrtaooSJSV
de tout M?* Notice arei
reuse tlt bsothi (ta retlrtr
leilrssirslr 1 i s G^ nve, 25 oc-'obr^ M. i os-
hizewaa reprsentant du Japon,
a dclar de nouveau au con-
seil de la Socit des N lions
que san gouver: ement rattt^ail
de retirer ses troupes le 10 no-
vembre,
Dautre pir'.ll Dr S..-,reprsen-
tant d.* ;.; Cli ne, accept sans
i j si> le pi i ;,et du conseil
pnn. :. v compris !a date
fix^ pour l'vacuation.
M. Yosliiznwa a donn au con-
seil l'assurance que son geu-
vernement relire. < ses troupes
le plus vite possible mais de [
faon Qna la scurit des rsi-
dents jnpoiais ne soit pas me-
nace.

Tokio, 2.') o -niire. N!. Ken-
k.ihi Toshiztwa, dlgu japo
nais au conseil de la Socit des
Nations i Genve, a t instruit
par i u gouvernement d'inloi
mer le conseil que le Japon fera
de son mieux pour rintgrer
ompltement ses troupes iia^s
la zone du chemin de 1er mand*
boni t en l'espace de trois
semainessi la (mine est dispo-
se Cesser son agitatioi inti-
japonaiSfl en Chine.
(u insiste cependant ici, que
pieu qne le Japon soit prt
faire ventuellement des con-
cessiona sur la question du ro-
trail des troapos en Mandchou-
ris l'intrieur de la soae du
chemin de 1er, il lui esl impos-
sible de promettre formellement
de terminer l'vaCUatlO i pour
le Ift novembre, fors de lu pro-
ehaina rnoion du Co iseil,
La raa'che de l'v'cuadm,
dit-on, dpendrait ncessaire-
ment de la bonne volont et de
la capacit de ia Chine de ga-
rantir et de maintenir la pan
et l'ordre spra I" retrait den
troupes j iponatses.
Un souligna Tokio insti uct'ona donose a l'amb i
sadi nr i shiz iws ne reprsen-
tent pas ui\e uoavelU formule
mai-sont aimplemeni une con-
cession nouvelle la premire
des iroia lorsoules rdiges par
sir lv .c Drumm Mtd,
Os instruction" cependant
sont co*>aidres comme une
concession importante de. la
pari du Japon, parce qu'il a
jusqu' pre enl refus de pren-
dre sn considration aucune
question de hm le.
lOClCnt FRANAIM -
l. Lfnfrl ejvie prend le u-
vern ment aux lections ne-
laellea < st prciament.en gran-
de parlie, d sa proccup-'-
li >n d'tablir un fel ordre da
choses en tnetlant le peuple en
garde, pour lu prsent et pour
1 venir, contre les exploiteurs
et les sgitsteurs professionnels.
A c*^ moment, nous sentons
qaec'is' la fin de l'interview et
nous nous prparons prendre
cong lorsque le Prsident es-
quisse de l'index le geste qu'il
a un dernier mot nous dire ;
Cette alti'ude du gou-
vernement, comprhensible et
ncessaire, n'est naturellement
poa sans h nite : elle st limite
par les lois t par la libert la
nias absolue assure a tous.
Voua pouvez garantir fous
vos lecteura que tous pourront
aller l'urne sms aucune en-
trave, name morale, appujs
M.Vincent av
riante ; If gouvernement y a
d' qu'il i
sur ette libert
sa vicl.....
I bon s
letincl d'an
chie de quelq iestw.
t'i l vi-
go ce ut
I
qui nous lad {racteusement les
honneurs de U soi lie.
... voit que tous 1?" grands
dinars et les soupers fi .s sont
commands aujourd'hui chez.
Madame Mac-Inlosh... o le ser-
vice est irrprochable... la eni-
Sine hors pair., e I vaisselle
princire... Chez Ma;! ue Vtac-
infosh nn petit regret vous sai-
sit l'estomac ds l'heure dn
cel, et du dpart..-un regret
qui ne vous quitte qu'an plut
prochain couvert.
*
...l' vue anxieuse... faire le
bord-de mer, en qtti m ca-
deau offrir son fi ont
c'tait bientt la tl. 11 le hsi-
ta longuement entre oae | '<^
cravate roui lique u mu-
nie uri ue i '.;,n''. ci uu
Iom* ''U irette recourb c ">
m un eor e1 ei n l o'"'-.. tJlo
Be dcid H fin our le l'-poe-.
cigai itte . dorat i elle entra i hea
ii km ars, et < helo tou< un
,., .i- la d eieu e (traite
( .i.i *le .,n '' leiB-
dfendent pas i leurs
I! .-I 'S.
.. la vit a es cela !>nner
un billet I aim... h leten
,: mx mo'a i Viena orasser
f -, de ; < ha i
*
.v i v a o i irmaltt
, A i i Ile d'ail-
I, eti avec plai-
,i. ,;\- i ; loalion dea
j, | mgaatt sa
crei u i loy n ; dorabla. C'est
une \i- u- i liez Paul Auxiia, et
son Exjjesiiion de Meubles.
..
... le veif shaque matin, le vi-
sage illumin du mmo sourire
d'entsnt, descendre de sa bi-
cyclette et la ranger dans la
'ou--, avant de pntrer dans la
carr de Ii etdaction, o pen-
dant cinq bannes minnieail jattej
le dsarroi, avec sa mante ob.
quieuae de dislfibuer ses foi*
gnes de mains... l..r: ive et
au dparl.
fasse encore pour 'a botne,
et !e sourire, mais la poigne do
mains ([ii vous oblig-*. lcher
le crayon ei interrompre 1 ar-
ticle., si oi 'a remisait pour
les dimanches?..a va? Mer-
ci.

... a vu hier un dnronnf gen-
tilhossme amt ic in celui qui
a iuataur le le tri ne n ilai-
ti p'is entre trois journ&lis'tes
a S'.dor>d i H otlni le premier
co lit I, s'tonna <\.\n\ ne lai
permit pas d'oftrir enco.e Iea
BuivoBts... Chacun donc y alla
de sa petite tourne .. ei lout
aurait l des loti parfait si
Fred a'arvoit compliqu leaapo*
aes, eu les s ... I Le plus
agrablement du m rn.de... Il
prit tout sa ebarg < I per-
mit pas plus du gentiihomma
amricain, n .'aux journalistes,
dess prsentera la caisse. L'A-
miic'iin commanda aloracinq
couvert- .. nuis hlas!on avait
tous d leune dj ...
So ipona alors dit l'amphi-
trvon sans se dmo itrl
Et l'on dit qne le journalisme
ne nourrit pas son hompie !

... a vu au match de foot-
ball oegrmis en l'ho-inenr du
sprinter Thard, une centaine
de badauds s; unir lace aux
tribunes, b i'a d'admiration de-
vant T d et sa lemm. Lit?
tral ne it te co .nie tait man-
:s yeux qui ne lait pas
beau videmment,
puisque 1 issue du malchj on,
put le voir partir heureux et
, .n de mme l'-
. de est encore
Assurea-vous ci Ire accident
;^ la (eneral A cideni Fire 4
Lite Asuarance Qorporattisi Li-
un'ed Vve F. ci.-r.u ngham,
Agent vi moral p mr riati,
^


,'Agg 2
1 LK MAIIN-*-* Novembre IH1
'nma^v-..

Distributeurs : Mohr & Laui
P. 0. M - Port-au-Prince, Haiti.
V-12
Echos
L
Lt commission communale
de St-Marc s'est pourvue eu
Cassation contre l'ordonnan-
ce du juge des rfrs ordon-
nant de suspendre (et iuscrip
lions pour irrgularit dans
la formation de la commis-
sien d'inscription. En atten-
dit la dcision du haut tri.
bunal.l'inscription eststoppe
6 St-Marc.
Dans son Juterview
DJtre confrre Le Pays sur
U question du budget, M. De
La Mue, conseiller financier,
lit : Dites bien dans Yotre!
journal qu'il n'existe aucun{
conflit entre Al. Douyon et
moi... Ces' videmment bon
(d'il en soit ainsi/
A la Commune, avant-lien
les candidats ont demand
l'assister ou de se faire re-
prsenter la transcription
des listes lectorales. La
commission d'inscription,par
l'organe de M. Isidore, a re-
fuse d'admettre cette sugges-
tion.
Mr. Martel Goldmtnn,
candidat a la nagistrateure
communale de Ption-Ville,
la suie d'une querelle vio-
lente avec un lecteur, a t
arrt et dpos eu prison
aux ordres de la justice. ?
espre qu'il sera bientt mis
( en libert. g
- Les fonctionnaires nou
Tellement nomms aux ser-
vices haltiauises n'ont pas en-
core touch leurs traitements
du mois d'octobre, a cause
des ditticults touchant le
budget. On croit que d'ici le
M novembre la question sera
Hfcle.
- Ilaid-Journal informe que
Mr Chrysostme Uosemond a
dmissionn comme membre
du Comit Central de l'Union
Patriotique.C'est la dsunion
Nationaliste.
Par un lettre publi.-
dans L'Elan, Philippe Nardin
Auguste fait savoir sou ami
Hbert Paultre, candidat le
dputation, St-Marc, qu'il
est oblig de se ranger sous
la bannire gouveruemcptale
pour obir a son tempera
meut. Un conservateur.
;. Mr et Mme Andr Thard
ont t reus par le Prsident
Vincen qui a exprim not.ie
champion son adruiralion et
sa sympathie.
Nous publions avec plaisir,
cause de Iautorit de la signa-
ture, le compte rendu suivant
du premier concert de M liogu
mil oui nous avait t remis
trop tard pour notre dition du
jour :
Comme il avait t annonc,
le concert du clbre violon-
celliste eut lieu jeudi soir neuf
heures prcises. L'artiste trs
simplement fit son apparition
sur la coque te scne de Cin-
Varits. Bien que I acoustique
d la salle ne soit pas des meil-
leures, ds les premires notes,
le public tut conquis et uneselve
d'applaudissements couronna le
premier numro da copieux
programme. Ce premier mor-
ceau, c'tait ont sonat* tn so'
mineur de Henry Kccles.
Un MOI tout particulier avait
rside au choix des nsoiceous
et s II composition du pw ogram-
me dans leejjel, par une atten-
tion toute dlicate, l'ordre chro-
nologique tait suivi Les trois
mrceaux de musique ancienne
furent excu!s dans le style
sobre, la simplicit touchante
et la majest qui conviennent
adsSJrab'lement aux productions
de cette poque.
M. Boguini' SYKOrW qui est
aussi e! surtout d'un1 virtuosi-
t ingalable trouva ample ma-
tire au dveloppement de ses
qualits dans l'excution des
variations sur un style rococo
de P. Tschaikowsky En enten-
dant ce morceau excut avec
une telle matrise, on a l'impres-
sion d'entendre louer du vio-
loncelle pour la premire lois
car beaucoup d'auditeurs ne
peuvent penser que de tels traits
soient possibles sur le violon-
elle.
Les autres numros du pro-
gramme turent excuts avec
la mme sincrit, la mme
souplesse de taltnt. La difli-
cile transcription de l'Ave Ma-
ria de Srluibert-Wi'helmj. les
airs Bsskyr, l'tud' op. '25 No
7 t u r e n t merveilleusement
jous. A Iaudition des Lsrffl i
de J. S 'z Ion faillit pleurer
pour de hon et la Pileuse de
POWER fut bisse.
(J lanl noire compatriote
Mme Lucie Dcfly nous lui pr-
sentons nos plus chslerei
flicitations pour le talent d-
ploy dans rsccompagnamenl
dificile d'un virtuose de cette
snvcr&ure.
Ludovic LAMOTHfi
i
en anglais un bel hommage A
notre Ludovic I.amothe, qn'il
considre, dit-il, comme le plus
grand musicien de l'Amrique
du Sud et comme en genre
de la musique contemporaine.
Le discours traduit par M.
Vaillant souleva dans la salle
un enthousiasme bien compr-
hensible, et anquet, ms'fT*l'en-
vie visible qu'il en et, ne pu'
*e drober notn* ar'ist' nafio-
i a C'est pour ainsi dire trem-
blant d'motion que La-
mofhe aborda le piano et corn-
aoena l'excution de sa mer-
veilleuse fie danse espagnole.
Le cou de la oire tut l'ex-
cution au violoncelle avec ac
compagnem-nt au p'^no pir
fauteur, de la douloureuse
Page dalbum de Ludovic Ls-
raolhe. C'est une P"ge dont nous
avions dj go* I* eKarme
morbide, mais qu'il nous a sem-
KlA entendre pour la premier*
fois, 'nt le vio'oncel'e v ajon-
tail de richesses insouponne,
et de nuances ps*h*iiqnes. Le
public lectria fit. aux deux
grands srtittM, une ovation d-
lirante, et qui psml n* O'is de.
voir s'srrler
!)> fait, les arP:audicsemenK
ne cessrent, que lorsque, c-
dant ans instances 'te tous, t.-
nio'he eut consenti a roprondr*
le tabouret pour l'excution de
ce dt'cat sonne1 rnnica' qu'es
sa Libellule.
Soire un:qne oui mit
BoiiveUe f'iis an r*
parable martrise de \1. Bognmil,
et arrael a an publi si oublieux
et si indiffrent quand il s'agit
de gloires na'ionales -OccitTe,
Nonml Charles. Lamothe un
mouveme.it si vif et si oTdu
d'admiration que l'on peu ans
exagration dire que ce fut une
soire d'upo'hose.
10,000dolIars
de Prix
L emsw
D'ESSENCE
Walter Crilchlow, 1A95 D-
Street de Wheaton, Illinois F.
U. A a tait breveter un appareil
conoiniseur air humide r'
duisant la consommation d'es-
sence pt d'huile des automo
biles, assurant des reprises plus
rapides, des vilessps maximi
plus leves, permettant l'em-
ploi d'essences les plus ordit
naires et dcalaminant les mo-
teur?.
Les Ford signalent de 11 'il
kh au litre ; d'autres marques de
1/4 1/2 en plus.
10,000 dollars en espces po -
les meilleurs gains obtenus.
On demanda de Heures-.i-
tants pour les province el
cantons puuvaul .se taire a*
10UU par iuoiS
L'a Si. Ecrire eu anglais.
Propos
humides
-
Ies prrisions mtorologiques
j>iur le prisent mois de novembre
indiquent pluies, vents, orages. Que
pourtant l'on se rassure : il n'y anra
aucun sinistre. A moins que cela
n'ait t point peru par les mto-
rologues. Cl qui ne serait pas nou-
veau. Ni plus ni moins drle.La na-
ture mystrieuse cache encore beau-
coup de ces coups au prvisible des
humains indissrcts.Donc,nous pour-
rons avoir malheur avec ce qu'on
nous annonce d'intempries pour
novembre.Mais Justin Leeonte nom
rassure: 'esprer beaucoup 4e rose
durant le mois." K:i fait de rose il
a'v a pas comme le bientaisant
RlIUM SAHTHE CACHET D'OR sur
noire esprit et sur tout nous-rame.
qui mit nnn
-'if*l l'iacwirn
Ut
((
LE
OE
))
i II il
E

DE NOTRE NUMERO
-OHfER
e
Nous prions nos lecteurs de
e pas nus garder rigueur de
la mauvaise impression de no-
Ire dition d'hier due la n*
gligence de notre pressier qu
a dsert nos ateliers depuis
samedi en se taisant remplacer
par un ouvrier incomptent.
Nous prenons les mesures
pour viter le re oui de pareils
faits si prjudiciables i nos in
Mrets.
T
^3Le concert oft **' par le grand
violoncelliste tchcoslovaq te
Bogumil Sykera, a t;ni diman-
chesoir salle comble. Cela s'ex-
plique par la richesse du pro-
gramme aSsch. et par l'unani-
mit des journaux prsenter,
aprs son premier concert, M.
Itaguuiil comme un musicien
averti et un excutant kers pair.
Les diffrents numros du pro-
gramme ont soulev l'enthou-
SiaSBM de l'assistance qui re
p ises ft une chaleureuse ova-
hon au distingu mnocteo. et a
Madame Luci D ri v inl I i
coiioaguit si magidrsle sa piano.
Ajl'intermde M. Bogumil lat
Mardi, 3 novembre couran',
ont pu lieu au milieu d'une a<
sKtance nombreuse e recueillie
Jps funrailles d Mr Edmond
Roumain, ancien Snateur de li
l^epublique, dcd la veille
l'ace de 75 ans, muni des Sacr
menls de I glise.
..e Prsident de la Rpnbli
que s'tait fait reprsenter par
deux olfi -iers de sa maison mi
litaire et dans l'assistance se re-
marquaieni les reprsentants
de la Politique, du Journalisme,
du BarreeBi du Corps Diplo*
maliqne, eir.
Avec Mr Hnumain, disparat
une des personnaliis les plus
remarquables de notre socit
o se conservent les traditions
de tamilles. D'une ducation et
d'une culture ralfin^es. parlant
, l'allemand, l'anglais l'espagnol
et le tranais, pharms-rien di
plome, chimiste, musicien d
premier ordre et pianiste de
grand talent, il taisait l'admira
lion de tous ceux qui se trou
vaient en contact avec lui par
ses manires pleines de distinc-
lion, de grce, d'esprit et d'ru-
dition.
Roumain tait un gentilhom-
me accompli que tous les Ha-
tiens aimaient voir en contact
avec les trangers de valeur,
parce qu'il mettait en relie! les
qu.ah's et le gnie de notre
race.
Vus nous inclinons respec-
'i Ssenl levaBi lea rentes de
ce modle de bon Hatien et
Monsieur lean Brirc nous
s fail le d aisir de no s Re-
mettre lui-mme, en nos bu-
reaux.un xemp aire ddicac
de so i l'aine dialogu : Le
Drapeau de demain.
Le pome est ddie a iiot
grands m uts d I73'.f, aux
^victimes de \iarch iterre, aux
Frres \ urs du monde-- au
pays in h ltien.
u .von Hie et es mre
a sou amie Marthe 'lonsolst,
h- l s Moravia, Christian
Wer! igti, B uu Hicot et Syl-
vio Cutor.
i Ba attendant que nous ayons
} l'occasion de donner notre
sentiment sur le Draoeau le
demain, nous prions MrJcan
Brirc. dont le t dent mle
s'est dj tait une si belle
o ace dans les Lettres Hal-
tiennes.de trouver.ici.nos plus
vifs emerctmeots pour son
gracieux envoi et la ddicace,
qui en double le prix nos
yeux.
M. MORAND FAIT SON
: TOUR D AMERIOUE.
M. Pau Moran I a entrepris
une grande tourne littraire
en Amrique latine. U a pro-
nonc, il y a peu de jours, une
confrence, Bnenos-Ayres, sur
l'influence du cinma sur la lit-
trature. M. Morand visitera les
autres grandes Capitales laliuo
amricaines.
On se souvient que, il y a
quelques annes. M, Morand vi-
sita notre Pays e m dgr* l'ac-
ne I aimable et "vmpth'qu*
qu'il e-il. il ,. manqua point
ds son retour en Europe d e-
prsentons nos sincres condo- j enre de nous 1rs choes les plus
lances aux lamilles prouves, dsagrable?.
Pour les
afUiis Filles
Fait* an eiaai d* cette tonnante
. MoOO Kolynos antiseptique qui, grce ton
Uniquti Mthode D.'oase Sche, permet d'obtenir
let pluv sivrMilieux raultats.Elle rend rapide-
ment aux dents leur spUndidc blancheur naturelle.
En assainissant h' Bouche Bactrienne"
SI votdentj sont un perrr.ufl toud,
MMyta la Kolynrs. En qurlqurs
Jourt, quelle haurnue wifriM vou
ciru de voir 1^ ii.ti,nitii, ic clat, la
plcndide Llur.clie-ir dont est suscep-
tible votre dentition. La teintes
jauntres, la enric M les .il.ctior.s des
(tncive* ne tant i1 tu I atHm mais
tnt MtUsOH ;.i.r 1j "BoUClii Buc-
teiieni--."
Que cette condition il:-.-.iraise et
vodentsiinm6diatement retrouveront
toute leur t>l;u.c!ieur. Lrs pfltes denti-
frices ordinaires y s mt bnputasaflteSi
mais la Kolyno se enarga de tuer In
microbes rapidement et wans danger.
Pas d'eau, un centimtre de Kolynos
sur une brosse n t!int3 sche- t :11e est
la clbre Mthode Brojse sche
recc mmande par les sommits le l'.
dentaii e. Dis que U Kolynos pntra
dans la bouche elle se transforma |>
tantanment en une Mouise snti-,
tique et calmante. Elle s'infihrtdi
toutes les fissures, tue les microbei et
dbarrasse compltement la bouche de.
tous les acides.
Aprs trois jours d'emploi d* k
Kolynos, remorquer la blancheur tels
tante de vos dents-elles sont due.
nues 3 nuances plus blanches. Les
gencives sont plus fermes, plus roses
la bouche est plus propre, plusfrsichc'
C'est par milliers que le public t'^
rend compte tous les jours. Fsita
comme tout le mondeessaies l.
Kolynos sujourd'hui mme.
LA CREME DENTIFRICE
Antiseptique
Cin-Taldi
DEMAIN SOIR
1> tel SCltur Kudoljih Vdenlino d^rs
L'Aiile Noir
Eatre : (1,M ; Balcon : l.Oi.
TENDREOI
Pour la dernire lois, le film devant lre retourn
Casanova
avec le splendide acteur Iran Mosjouk'ne.
entre : 1, 2, 3 gourdes.
PATRIE. JJAN3 XtilElCOLQMBiAN S-S ^
l.a vivante et patriotique
pice de Pool Savoio, rejoue
vendredi soir Cin Varits,
a remport le mme gros su -
ces que la prcdente lois.
Le rsident Vincent reh uis
Psai la soire de sa prsence.
Les ictears, dont Paatlli,
interprtrent magnifique*
ment leurs rles
t L'Ecole \lutuelle,conadii'
stvoureuse de M issillou Coi
cou, bien joue, eut aussi d
sncs. Et Hapu Youte, imp
juble, reste lenlaut gt un
public.j
Il a tant fliciter Mr. Pan
Sa vain et la troupe de la K
naissance,doni l'animt un si
notre sympathique ami Cbris
lian Coicou.de leui constant i
.tfliruer le thtre hii
et y inircsser le public.
A vendre
Automobile ( f'onliac cosch
1929 ), Frigidaire, lits et mate-
las, salle tnanjfer( en chne }
meubles et ustensibles divers,
machin** crire portative,
vaisselle,Victrola Orthophonie,
m . h i,f coudre.
S'adresser au Charg d'Affai-
res de Sa Majest Britannique,
maison Robelin, Avenue John
Brown. Tlphone SRffl.
Le steamer Baracoa |
nant directement de Nef
York est attendu ici le 4M
vembre couraol. II repartifj
le mme jour pour auxCaj
et Jacrael en route pour I
p iris de la Colombie.CrisI^
bal, Canal Zone, prenant tr
et passagers.
Le mauileste du dit baie
arriv par uvion.est la
position des intresss en!
bureaux, rue du Mexique.
l'ort su-Prince, Ie3ww
bre 193 t.
Clombian StemshiiCo l"\
E. F. CLEMENTS
Gnrsl Agent.
L
i
ASTHME
Opireitlon, Cstorrhi,
SufTHetions.
TOUX HTiUHt.
Ouirlsnn crtl s>sr Je
CIGARETTES CLRT
.u, POUDRE CLERT
Dr CLtRT, II, Rvs ss Msikas^s. PARIS.*
LeschaigeurssoDtp"**
io;er que le steamer"
con est attendu P?'
Prince, venant de Cnstoi
Cansii Zone, le mercredi,'
novembre 1931.
Les permis d'emba q>
ment seront dlivrs pour
lit destination de m
York et des Ports Enrop
sur demande laite ce
Ce steamer partira iei
me jour, 2 heures
directement pour iNew
prenant fret, malle, et p^
fe-au-Prince.leSnoii
bre 1911. 4M B,
J-H- %3fJ
t toctMi I*har*n0'-1oo.
Htpn tarcn.hr* ""jJTim I"*'

Le IHium Barba iH'OuTt
Bont'la renomme est aaiverselle a gard sa premire place
Demandes partout :
UN BARBANCOURT
Dpt -Rue des Csan


Lt &i:;ii^ i :wvtiu: r, ty^i
,t*
il
))
0--
Depuis quelques jours, on
Jusqu'il" suiet de con-
l!otion : U Maison Cer-
'5J je Pierre r-iomiaie, le
;" dramaturge franais,
de plus merveilleux,
Leurs, .ue celJc t,JslV' ,e
I* deux curs qui se rebtl-
C, contre le Destin, aptes
Toiraccept de s y soumettre!
Dans une atmosphre de
l^ers. d'amour et de corn-
[JJ parmi les dcors du
UDtre Bont, Mme Jacque-
Jf, Wieuer-Silvera, Chartes
'Catalogue elles autres in-
terprtes voqueront pour
urSi le samedi 7 novembre,
drame mouvaut qui fit
iiir tout Paris.
^cation d?s maintenant
Aprs plan de ia sulle.eisan
Jaienti lion de prix ( 2, 3
Cire gourdes,) 1 htel d>
Cop-deMars, tlp. 3i53
Qu'on se rappelle le tncc
Laissant des prcdentes
EN ESPAGNE
r|y:fMvg.l
IlOg
Jel Mme Ption Moriss< t
>u le plaisir de ler le 27
Jdobre coul iJettt*Gof.
puissance de Icur-lme lille,
Lnommee Anlouicr.
Compliments aux poux.
A l'Etoile d Hati No 5
Les Membres de I* Respec-
Ifible l.*-ge < 1.1-iode -i .u
No5 sont iuloroi* qne u
Grand (Jrieit,.d'V''iii travail-
1er ie mardi 3 nowmbie, la
'tenue qui devait avoir lieu n
maie jour a t renvoye ai
vendredi 0 novembre 5 hres
de l'apis midi.
Le Mnrahle dlgu
?, Madrid, 26 octobre Le pr
sident Manuel Azana vient de
soumettre l'Assemble i a .o-
>alc une mesure qui donnerait
u gouvernement tous pouvoirs
pour agir contre les dsordres
avaiilisies poliWjues el reli-
f *ux S-.etfe proposition prend
lorce de loi, elle deraeur. rail en
vigueur pendant toute la dure
de la prsente Assemble.
hn vertu de cette mesure, le
ministre de l'Intrieur pourrai
dissoudre loute organisation
ou il considrerai comme uue
menace l'ordre public. Il au-
rait le droit de ptrooisition et
de sai. ic, d ; suspension de tous
lournau.i j opinions subversi-
ves, et de renvoi de lous lenc-
onnaires publics qui montre-
raient de la me liesse ou d la
egllgeuce Ouiis fauDiicaCO i de
loi,
Toute perxoone trouv* en
.ossession d'annta A leu ou
protessanl des sympathies pour
ancien rgime, se ia susceptible
emprisonnement. Toutes les
grves seront considres ill-
gales, moins de pravis de
nuit jours. Tous les grvistes
uitgaux seront passibles d'une
torte amende ou de l'exil.
L'ECHEC DE MAHATMA
Lmcoudooi contenus dana les caisse de savon CANDADO,
manufacture par Crnsellas & Ci<-, Havane, bout chang ailles
partit d'aujouid fuir contre Us cndeaoi primes suivants :
4 roui'ons un carton |vecjeui daigniliea
ci u; ons au collier eu ver e, lertsd il ;.n e QUJ ces
12 1/2 une paire de anlo (les
30 un service de table ( couteau. OurchelU, cuil.re)
oO une boite ouvi ine (cotun )
Quand vaus achetez du savon de lessive, exigez de votre
fournisseur le savon Caudado et un coupon CANO\D(J par
caisse de 20 briques.
Vous achterez le meilleur pavon et vous aurez droit des
cadeaux trs utiles
Les coupons peuvent |tre changs che :
Ed. BSTVR & (.o. Distributeurs
L PaBETZ^NN-AGGERHOLM & Co
l)i- h : 11 i i r .
Bns'tttK-srawsuMiKW'i* auii.wm
LOTERIE S' MCHtL
Aulori fi* '< I '.fj'i-'? e Ptsi-
tance \ c sous le haulcoiUr >.V duPrJei du bore.
Pu : 8 Novembre 3 hs / m au C r/i ronlMi
Pcji.ii lition dt s Iota :
Ici Lo'
ie Kit
: ma lot
1 lot de
2 loi de
;; lois tl 60 gourdes
lots de 30 gonrdes
i0 lct< de 15 *
1 lo lots de '2 grturdei
appri \. du li r lot 120
p. du 2tuelot 00
2 appr. du Sme 30
208 lois se terminant par
deu I e!.illres des
trois gros |ot| li. 0 1878
Les billets sont en renie lo Bibliothque moderne fut
Utseuse" olO ru Vantes Destouches, tort stu Prlmk
1*260
t>00
la*
l'Jt
tao
if>*
ltix.i
'240
128
00
les
Stt DE TABLE
Les tamilles sont inlorme
Iqp'elles trouveront un excellen
\kl de Table prpar par le-
[procds les plus modernes *
lifirant tontes les qualits d'hy
[pne et de puret dsirable .
En vente dans toutes les bon
lies piceries. Demandez l
lienrre de table Le Soleil.
fiuniitiiE
EN ANGLETERRE
ttndres, '2G octobre. - L
hldes chmeurs, en Grande
Klsgne, accusait le 12 octobre
|l diminution nu cours dt
|tai semaines conscutives.
A cette date, le nombre ds
his-lravail atteignait 2 raillions
Ij66.74U. soit 2-1.774 de moins
|p' la semaine prc dente, mai'
jlfOT-l de plus que I anne der
Utee la mme poque.
Belle occasion
vendre aulo Ihiick, iou
[n3 place*. Modle 1920.
Jaofair en parlait tal.comme
\kaf.
^preis^rhHlel AVENIR,
t9lc rue eu Centre et rue
pava
Londits, 20 octobre.Mahat-
na Gandhi, qui a fait savoir i^
'usieurs reprises qu'il est pro-
ondment dsappointa concer-
tant la marche de U conlrence
nire de l'Inde, a pris des
Jisposilions pour retourner
t- mbay le mais prochain.
L'Angleterre, a-t il dit au-
r^'hui. n'est pas plus prdle a
accder aux demandes ratio-
nalistes indiens qu'elle ne l'tait
quand il a quitt Bombay, el il
ne lui reste aucun espoir de voir
l'attitude de la Grande-Bretagne
se modifier. En l'absence d'in-
ic.liions de ce que |e gouver-
naient a l'intention de hirp, -
'.i' dit, il croit qu'il perd son
temps Londres.
Liqueurs Sirops BAY RUM Eau de Colonne
Tous ces produits de la disiilcrie del'Aiqlesont qauv
et parfois suprieurs en dualit, aux articles similaires
mis, tout en port cotant moins cher.
IMPORTATION DE VINS
iEPOT: BUE DU MAGASINOE L'ETAT, I lii-.S DELA BNQI
XAi.vNME
. FONTAINE
MAUX de DiNTS
_ __^_-------------m i.-.t..T-t.,n.-. radicale et dnnitlj*. gf
itseejQ do uttnws> i>mpioi .ni"-
itanoe,
nlr.Ui BAUME TUE-NEfl
llve. MT
F WIRICa.
deadeDtl
tmrle*
. Seul. SMmmm Tue-Serr *.T.tu. ta narf dfaire d.nnmvement.."f 7
BAUlflE TUE-NERF IVIBRiGA
SftSl!SJSA WT P^r-aalan. H.Bue l,cl.t LTOa-OOUJlia .^~>
t t,ottolr rtu Utcltur SIHAWU, Fi>. -...
SOUVENEZ-VOUS
rAlLU
EJ vud AUSSI
Mamijnchue Hatienne
ae. eiaoi elles
GEBARA & C
LES CIGARETTES
Bat Bas Famal-Lon
Dessalimenne*
' Colon *
.'Rpublicaine
Porl-au-Princienne
humesdcCerveau
Soulages avec
des Vapeurs
L'inhalation des
g^ vapeurs le rend
^*TjV plus supportable,
-^vw" souvent l'amliore.
VICKS
VAPOrub
Pour Tout Refroidissement
Que pni ue l'on tu i'atrbrt ses Iruis, 1 *ISSTITKT
Tiri't.MMl E m-rnomiii.tinl.' cl s'impose par les rsBllats!*.
TuuJ pour les mots ilanJ|iei lie philspWf.
l'ou Itude des languts vivantes.
Que pour l'enseignement rapide et swr de la Sto
l)j i\lo t de la C imptabilit.
S>i hvc une irroroehakle usntu itfMrt
( Sport, liscipline et travail ).
S'adresser : 1537 Hue Lamarre,tlphone
2*91.


A vendre
7ro/s roi unies d'histoire
d'Hati de Thomas haMou
tartonns el absolument iieu/s;
uue collection de douze v mes des Lois et Actes, annes
1916*1927.
S-adresser
Philippe S1ERLIN,
Rue Cmrm.leau.
k
LIEZ PAS OE FIE UN PETIT T
TERRACE-GARBEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.601 pieds d'ali;i le L'tabliuemeot 'ejlis irais des
uns i r -l'rii
Seulement d'auto sur une excellente rote
BSpha V*u -'c lu \ille et du port.
!. le toutes espces.
DINERS GOUTERS SANDWICHS
Irraogetnentf particuliers pour les pensions de janr
de semaine ou de mois.
UWITNt >. ..K.-m-
m%w
T.- >

Toutes les Polices
OE LA

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le ROSSE & Co
Aaents Gnraux
'

I
vit*.!
omprennenf la Protection contre %
Foudre sans auqmentation de t*"*,
Aqents Gnraux
, i


Mercredi
1 Novc mbre MVM
"XKiiS*acmrx*BHW!f< **> --. mmm .-
Le Matin
4 T AGES
-tHU MW ^V 7*19
Tort ai Priace
Tlphote : 214 2
ajgsa>
/5i\
(Ma* U foie
cl lez wrliculeHon,
tSnft l'sxidt uri"
activa l* nmtritt< n
et xytle Ut gralttt
n Nrleol au peut exister, l'acide urigue ne
uri; taur .' '. ei ai<|u dissolvant wkUlmleur qu I rtJrodonal! Celui-ci le ci
a* parMMI : M flbrpn musru la'rpa. de y
dlgistiYn pi'll BJoardll rnrnme ces tunique
ruTeit-M ailrie!;e qu'il incruste ; du derme qu'il
empftlr comme .- alvole pulmonaires et def
lmef.ta nerveui <|ti'il imprgne. D'ort l'on voit
la moKtpUcite a'eflsta kimfaisanta rsultant du
lavfe de l'orfsnisma, qui, lui seul, rceumo et
'csjMt'Mf l*r.t d Indications thrapeutiques. Qu'on
sit"S4>. autrefois, le discuter, c'est ffteheux ; il no
annale alus passible, a notre poque, d'en m
cannattre el d'en contester la valeur.
D' Brryoux,
il I. NmM Ht MUtttH Ht Utilf/- -.

combat la goutte
.
-Y?
:. >Tl if. '. '
,i;,T- ,-
. ! r I
'f/:.- tismes
le
..Culs
.. :itztique
Artrio*
Obsit
; <"-* ., nts C'.ATIILAIN
;\t \X\ aW* tiwda VAeacieaiiM. PARIS
s:.:.
\
ajsar.rft5i.Tiwwis:i^:"^:r..'TraHKrMB:'.. -_- -....asKaisuig.af
.*
-i
GENERALE
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
"?
II EXObia
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE COBNCE
CLAIHIN VIERGE
Chez G. NAZON
Dreet : A agir des rues Prou et du Tenu e. Phone: 3313
.
aaaai^^vyafiiKrtfgarar.
L'ORGANISME ost REMIS d'APLOMB
par te
LACTO
DELWCH
'UOL
POUDRE tf FOIE m MORUE SANS OOT NI ODEUO
TOUX, tONCHITES, AHME, L THIPHA TI8I*, Sf/maflAC
LtftoraMro DELPXCM. 5. Rr,e Danton. PAItS
rm-M-nii : iv irai a cartave ;... w,. r...

Le sleairrr < Macoris i. clr
retour de Santiacofde Cuba
rt des ports f'u Sttd.arr'fen
Portau-PriQce mercredi -,
novembre.
1' parlin le mne jour
pour If llj.-ra via les ports
tu Nord, Puerto Phi,, &
Juan de Porlo-Rico, prenant
passagers et Ir.
Port-aoPrince,le31 ocM931
E. R0BL1N, Agent.
ROYAL MAIL STT
PACKET mu
Le steamer cAra; a > ven;.i |
de Kingatoi et lea ports du
Sa I sera Port-au-P-ince la
9 novembre prenant fret pour
lu ivif. Af.vers,Londres, via
le p ils eu Noid.
Rayai A-i7 Sleem Ptcket Co
I. I. IIGIU
un rtj.i!i
n (Sux moli nr le.
PILULES ORIENTALES
les seules qui d?eloppent, rf-
fermisfnt, recnnsil'uem les
.mi, elTacent les sii.llcsosstu-
ses de psulcs ei donnent au
buste un praeieux embonpoint
eiinlulsartei pour la tanl.
" i . -vuifn par In ct'ttriUi mtiicatn
*n J. HATIF pk- , n ,, rEchfc.nhr.PA 18
J.Bil '< r'"' ia-Prt.ur Pk" tt.uailTlN;
i 'ojTi k->nnffphrnaetts
^
*^ *.-*h
"iM,

ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lifo
Assurance Coi oration Ltd
de Pcrth (Scoi-.ind >

Panama Railroad Stamship Line
Service de \ri et de passaqers entre
Angleterre cose Pia.no
Mrs. G. W. SHELDON & Co- 17 Ja ns Slreet. LiT.arooL* Kauj
ENGLANO, SCOfUNO. FRANiT **
Messra (i. W, SHBLDON & Co.,
17 James | Street, Levrpool.England
Glelatly Henket & Co
21 Rue.de la la Hrpubliqua
Marseille.
UeraaiJIVron & Co, Ltd.
il Quai George V.
'lavc.
^riernu Hros s Co, Ltd,
? .te du Moulin Vapeur
Boulogne sur Mer.
Movsr. A. Ben dix & L*
'2LAileijade llopenhapae.
;.Osl(, NamwT.
lntrrntional
Saedilionsff Ikap Oslo.:
MM.^Atlantic Frei^hi Corpn
Calliahaus, Itamburgl.
Germaoy.
|ftitra Atlantic Freigii
('orporatioi
Germany
N'estis At.aulic Freinght
Corpu.,
24 Qnai Jordaens,
Anlwerps, Beliune.
ta.- Ptto.^ X C {LU
9i r\ue;Ji itriL
Paris.
Ha t; |YtaH'f.'u
Diiker/ae.
* 9 tiae [\o/t
Bordeatx.
Javjf, Ititr. '
tywi Tiiwf :>* t k*MtA
C 'l'rs.faOBQ. S'-TtnM *
htorJisk Exprs*,
C^t^iei^ari,**
atwiM iTLv^irtc faviaf
Cmp's.
liiv - *'*-
.1\oa Lnnulein;
llolt^riin HlUade
C i ; i. u c
D'ADRESSE
Lykes Brotbers SS Co In
t
Ptur cause |j^d'agrtndiast
mrnt pt dans le but de dot-
ner pleine ftenti"6 satisfac-
tion s s clirnts, la Mdson
Hvppov Jeu 1y est transte
rce c'o de Lop: z, en tac-
de la Paste.

666
stulage des m aux delte etde
la nvralgie en 30 miuutes.
Arrtez un refroidissement le
minier Jtor et la malaria eu
trois jours.
H'56 sauve le bb du refroi
discernent,
Tcxas Haitl Santo-uoraingo.. Porto RI
Le saul survies hebdomadaire et rgulier passsiR,,
rt entr.- les ports du Go!le du Teias direcienteat
l'ort-atj-Prince, ffahi.
Pour la rception rapide et le maniement bn^jR de
importations, servez rots toujours des navires de '<* L
Les prechuines arrives a Port-au-Prince sout \
Steamer Rutk Lvkes , ; .otemort
btraraer c Margaret Lvket 13 nnverrbre 19,
b/b -Aluiera Lykes 21 novembre 193
Steamer Genevive Lykes 27 novembre m
Steamer Tillie Lykes 4 dcentre liU
tinreat : Rue 1u Magasin del'fctai. Boite Postait fi
v>~waa
Mme Carmilus
Pierre Louis
nus de I Enlmemr.il !ts 1M1
Blanchisserie po ir les nr -
ionnairea,avc prr>niesse e
acoramoder, et de remplacer
les boutons etc, etc.
Prix trs modr
AVJS AU COMMERCE
L^* eananta Hailroad Steaimkip Lias a l'avsatage>
ttooeer les dparts suivants de New York pour rort-Mi
Hati, directement, durant le mois Novembre 1131:
Dpmrts dehca>\rk. Arrivages Port-wFa*.
Stramer < Ancou le 27 octobre PJ31 le 1er nuiet^
N|S u Cnstobal le L) nove-ubre te 15 net
w/S G.icya^u.li 1/ le 2tt noveamT
iieamer ^ncous le 24 no^-mbra le A notii
's H. T^NKEED
Agent Gnerai
Mn.1
a
LE FAIT EST INCONTESTABLE
tm la GENlPAL Ml usr des uias aiaaa>lM ai -u* 1 u
tUMmta U ntetl ne se eeucae tmWir mS jT- "l*****"-
Maille jiaia snr aoj cita::; 'aaKaw ,ai tatartase II
Stt|PaJiett|titrt incendie tonvraDtanaai tM u.a. ,
Sas Paliers pour otomobiiea coi* -' '4-^ ^'-^ ^'' totrt
cause autrui aVna m personne au dans ses | ,,e> m,Uc,,,"c' #iMii
7;-"---"*?^me tnoneilt H.D|-ot do 1/! .
Veuve P. BERMINGHAM, Au ave
WS iEiVT*
serai <: U
l'dV. L Ci:;.T J.rsaia
C'est la'tfiiinteatene* des meilleure)

varits de cannes d'un vaste territoire
runissant, les meilleurs terroirs. \
C'est ce qui fait son arinf.
GOUTEZ ET COMPAP1 Z !
rg^^^^^^KBKBHtKPtTT
i-11 1 1 il|-;
.
^,?H^S
Charher-vialebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 12^
^iphone : 2680
r
r
h
v
4
le
|4
>
le
I
1
il


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs