Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03756
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: October 31, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03756

Full Text

lment Maqloire
^ UllCTEUR "
Lga RUh AMnKiCAlNE 1358
1 Ti-Ltl'HONh. N'2242
JT '
' oo(esln(eiqD'D terr tant le
monde tiauquillr .'ans ttn f ! fjoi
se iIobuc le nom ilr rpublique wh
peut tre assure pir 11 libert u >
est pis. i.OUlSQUM
jBmc ANNEE N* 7517
I

, .1
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
SAMEDI 31 Qctekre li*
E ET L'HISTOIRE OE
LARE!
ISE
( Voir les .Numros des 28.29 et 30 octobre 1$3I )
IV
(_ SUITE^ET FIN )
O-rf ;
uns le premier lome de
Hmoire Militaire de la Guerre
jltyeDdance de St-Domin-
i',afin de taire connailre le
(particulier des habitants,
organisation politique et
yslrative de la Colonie,
un schma de La
(D politique et sociale
s, des Libres et des
i''et du "Gouvernement
baint Louverture."
i ",U Rvolution Fran-
t i Saint-Domingue j'ai
od intressant pisode :
! liorno dans l'histoire
ii," qui relate plus par-
lement l'histoire de quel-
membres de celte vieille
Ile dans la lutte pour la
mquie des droits civils et
liques des Libres.
iu.it- de Snni Domingue
les dernires annes du
lavernement Royal, au d-
de la Rvolution Franaise
soas le Gouvernement de
ossaint Louverture, obligeait
(reprendre celle d*s rap-
itequi lurent toujours Ir-
btt de la grande Ile avec
Colonies des autres Nations
.avec les Nations qui pos-
Mi ou ne possdaient pas
Colonies dans le Nouveau
de.
crivis donc "l'Histoire des
litions Extrieures de Sainl-
eiegue". J en publierai,
si longtemps, un sensation-
pisode : La participation
Stinl'Domingue la guerr
Idrpendauce des Etats-Un
^'Amrique du Nord." J'ex-
tt, dans son entier, ce qui
[as encore t ralis, l'his-
te celle participation,
se lera alors une jus
des seiowrs dt toutes
ti ont expdis de
t de Sain Dotaingne
rg-nti Amricains. Ii
s xagr de dclarer
Mns ces secours aussi
^ueconsidrables et pio-
jamais cte Insurgents
nt pu se librer.
peut dire que Toussaint
kflore inangura les re-
olficielles de Saint-Do-
avec le vieux Royaume
iiaue et la jeune Rpu-
des Etats-Unis. Il se
toit les nombreux Trai-
. Commerce signs avec
PO'Kauces anglo-saxonnes
,nn stulemeni leur ar-
at des avantages inu-
'^rservs aux senls ne-
nl de la M.iropoe-. il
pendant t tau, avani
"tt exceplons pour les
ools*. majs encere ac-
PW aux Etats Unis des
88es politiques en pr
11 la nomination et lta-
mpnt de Consuls dans les
l^y. Agents commer-
*>tes, dont le.rle tait
Jelopper les relations
"cales, mais qui natu-
nt, essayaient de dve-
'Mufluence politique de
^tioQ. LeS premiers
m' -fe les Etats-Unis de
iS; dn Nord accratl-
P'es des Gouvernements
*
Idal Rhum
AUX ROY
-9 annes de succs.
du N'ouveau'-Motvie, turent ac-
crdits Saint-Domingue.Aus-
sitt aprs on installation au
Cap-Franais,le gnralLeclerc,
qui commandait l'expdition
et devait tre le Capitaine G-
nral de la Colonie, renvoya le
Consul Amricain qui J exer
ait ses (onctions.
Afin d'intensifier les relations
conomiques avec ces puissan-
ces qui dominaient la Mer, afin
de permettre le ravitaillement
complet de la grande Ile, afin
de lui conserver tous ses d-
bouchs, Toussaint Louverture
signa des Traits avec l'Angle-
terre et avec les Etats-Unis.
Si une nouvelle guerre inter-
venait entre la France et 1 An-
gleterre, SainU'omingue tait
cette lots, assur de ne pas
courir le risque d'tre aliam,
m de. voir ses ville bombai-
des ou ses c San stalat politique, vis--vis
de la Mtropole ne sersil pas
atodil, la Colonie continuant
a taire partie de l Empire Fian-
ait, dont elle tait une impor-
tante traction, sans avoir i
cramai e dlie couquie pex
lAaglelenr, qui devait *espea>
rr sa neuiiaiit. D'ailleui>,
elle s'tait prcdemment et
toute ktulc victorieusement d-
tendue, avjit rfjit hors de
>on territoire les envahisseurs
espagnols et tegteia j our de-
uturcr Fraiiai:e et Libre sous
s plis du drapeau tricolore.
Ces quelques pages sullistct
a pouver la place de tout pre-
mier ordre qu'occupe Toussaint-
Louveiture dans l'Histoire de
^jint-Domingue pendant ia pe-
. iode Rvolutionnaire. Il a
lou le rle le plus important
tans toutes les manifestations
o iliques, conomiques, l-
tale* et militai-es, intrieure:.
et extrieures de cette tragique
et glorieuse pope
Ces quelques pages laissent
aussi d viiui la situation sp-
cule ue la grande le, place*
.au point sensible de cet im-
utiiii Nouveau Monde, et dont
i sort ne pouvait, dj, lais-
ser aucune Nation indillrenie.
Sur son sol les ambitions de
mus les grands peuples se sont
heurte. Car sa situation
gographique privilgie, s'a-
joutait sou incompaiable ri-
chesse. Si elle doit sa position
4* la Nature, au Destin un
Destin malheureux ou heureux
elle devait la France sa
prosprit, comme alla lui doit
toujours tes disciplines intel-
lectuelle et morale. Saint Do
mingue a t la premire et la
plus magnifique rslisatio i du
gnie colonisateur de la Fran-
ce, dont Hati, fille ane de la
Rvolution, conserve pieuse-
ment la langue, la tradition, le
souvenir, l'amour.
NEMOURS.
! Ancien Ministre Plnipotentiai-
re dhaili Paris
Ancien vice-Prsident de tAs-
sembltede laSociet des Nations.
(Fin)
Le Bonheur!
IL ae s'achte pas prix d'argent. Et cependant,
sans argent, il est difficile aujourd'hui d'tre heureux.
Ouvre un compte d'pargne sans tarder: c'est la
premire dmarche i faire pour assurer l'avenir.
Cl m pour ui Ui f.\t.tU
dt faiu afidirtt cfk- ium
La Banque P^yale
du Canada
NOVEMBRE
Novembre.,, triUiit '...
C'est Novembre qui tr ice dans
le ciel de lternit la premires
couleurs du crpuscule de I An-
ne... Ds qu'il arrive, il fait
s'panouir dans Ions les c les fleurs des souvenirs affec-
lueur, tristes, douloureux...
qu'on cueille, pieusement, une i
une, tel un chapelet qu'on qr*
ne... Oui, ce voyageur sinistre
veille en nous des sentiments
afpineanls, car, il nous apporte,
(/uns les plis de son lurije et
sombre muutcau,\ te jour o sa
Commmore le culte de* cires
cbers qui ne sontlplus ., It culte
des morts !..
MUS
Exil et Patrii
Pour la Toussai .t
""Novembre...p,e que je vois,
ce que j'entends,emplit l'me
d'uue iudiinissshie mlan-
colie. L'houime sent le poids
del vie, il se courbe, sis
yeux attachs sur la terre
semblent chercher la pla< e
du tombeau.
Il a la sens.-.lion qu'il n'est
pas ckez lui, ici-bas. Il est
l'etraDgcr,// terra alina,dans
un lieu de passage, sur uue
terre d'exil.
Et l'Eg ise. pour le conso
1er de ses trislesses.poui jeter
dans son me un rayon
d'esprance, lui montre, au
iour de la lle de tous les
Siinls. lui montre le ciel du
Bon D eu :
O homme, coute :
Tu n'es pas fils de la terre.
Ton me est grande, elle est
imwense. A ton me, il but
les espaces infiais le ctet
O homme, regarde, regarde
la patrie. Ce regard te degutt-
tera da la terre.
Au ciel pas de maladie r
pas de vieillesse, point d'en
nemis redoutables et pri
des.
liais des smis Dieu, la
Beaut Infinie qui ut lassera
jamais ton regard, la Vierge
Marie, la douce Mre, entou-
re des mille toiles qui for-
ment sa couronne.
Les Anges sont la, volti-
geant autour du trne de
Dieu.comme un essain mlo-
dieux et parfum d'abeilles
dans un champ de fleurs.
Et aussi, est l, l'arme
vermeille des Martyrs, lg ou
toute rouge d'un sang g n
reux, l'arme virginale des
pouses du Christ.
Et | leins de grce et e
gloire, ton pre, ta mre, tes
1 rires, tes amis
O homme, coute, coute
les chants du ciel !
Une seule voix, forme par
les voix joyeuses de la Vierge
Marie, des prophtes, des
martyrs, des confesseurs, et
des vierges, chante le doux
cantique da l'amour et del
reconnaissance.
Seigneur Dieu, tu nous a
rachets avec ton sang, et iu
noua a tablis dans ta de-
meure ternelle. Sois bni
Nous vivons des jours de joie
qui ne finiront jamais.
Puissent tons les Sain ts
i
propos
humides
-o
Un pelil homme jaune, lits du So-
leil levant, s'est avis de sauter plus
oin en longueur que notre Bylvio.
Il a luit cinq centimtres dt plus <|ue
lui. Di-puis que ce. lsullat a til su
ici, tout le monde objurgue natre
. 1. A m pion le sauU-r huil mtres pour
pic le recor.fi mondial du saut en
longueur ne nous soit ravi. Certains
sont assez contraris de la perfor-
mance du nippon. Cette race est ca-
pable de garaei l'avance qu'il a ra-
lUe.Et mme de se dpasser. C'est
relii-vrai..Mais j'ai confiance que ce
record nous icsiera. Cator dpassera
les Tm.'Jri du sauteur jaune. M fera
mieux qua a parcs qu'il trouve ici
le KI1UM SAUTIIK CACHET l>'OR
pour le maintenir en toujours bonne
forme.
LE JAPON ET LE
CONSEIL OE LA SD.N.
Genxe, 24 Oclokve. Le
Japon a relus de permettre
au conseil de la Socit des
nations de fixer une limite
de temps pour le retrait de
ses troupes de la zone du
chemin de ter mandHiourien
Monsieur Yoshizawa, dl-
gu japonais, n dclar que
sou pays se propose de retirer
ses troupes ds que les con
ditions de scurit le permet
tront mais qu'il ue pouvai'
accepter uue date dfinie.
Mr Yoshizawa rpondait
ainsi i une rsolution de Mon
sieur Briand, prsident du
conseil, suggrant que l'va-
cuation ft termine le 16 no-
vembre, Hte laquelle se
runira la prochaine session
eu conseil.
La rsolution de Mr Briand
ne convenait pas du reste au
Dr Sze, reprsentant de la
Chine, qui veut plus de temps
t our dnia u 1er des instruc*
lions Nankin.
Le programme de M. Briand
demande non seulement que
le japon termine l'vacuation
A date fixe mais que les gou-
vernements chinois et japo-
nais entament des ngocia-
tions directes pour le retrait
des troupes.
parler pour nous.au j mr de
sur fte I Puisse la grce du
Christ nous conduire, aprs
la misre prsente, | la gloire
o le spectacle csi si beau et
es hauts si mlodieux.
( U'mprs un cantique du
XI \ me sicle )
:.

A wcmre... tristes^ !..,
Tons sont en pr>i<> aux m'-
mes penses nnvranles,aux me
mes souffrances ultimes (pie
causent les affections ravies par
la Mort... Il n'y , vraiment,
que par la tristesse et la dou-
leur qu'on puisse traduire No-
vembre .'...
Le peintre, sur sa toile, pour
fixer une allgorie de \ovevi-
bre, entre mille motifs,ralisera
celui ci et si mouvant ;
a Par un temps chagrin, parmi
des fleurs aux nuances diverses
mais morosesjoutes une femme
plore une pouse ou bien
une mre se penche tendre-
ment sur une tombe chre: sur-
monte dune croix!..* Ta-
bleau d Une tragique, beaut d-
celant toutes les motions du
cteur meurtri de l'artiste '..,.
L est boulevers par les ravage,
que commet parmi nous la fa-
talit crucI/Cf par tant de sou
ventre amers cl qu'enveloppe le
plus imuenelrable mgslre,pour
jouer un air qui caractrise
Novembre, fera sangloter son
instrument en excutant un
adagio mlancolique .'...
/.c pote, qui a le don desen-
tir mieux que personne, servi
pur la Muse, sa compagne eon
solalric.e, en des lgies No
vembre, dira, dans le langage
symliolique des dieuxt des cho-
ses bien Iristes!...H voquera des
souveniis chers... Il compatira
aux cruelles dceptions, aur
tendresse s perdues enfin lou
les les peines causes par la
Ktorl qui foui verser des pleurs
sincres, tenaillent le cur, en-
deuillent l'dmc I...
El, chacun, pour traduire
Novembre aura toujours vo-
quer tout en cueillant, avec
pit, les /leurs des souvenirs
dans le petit jardin qu est son
cur dans un langage tris-
tement imag, une douloureuse
histoire mouille de larmes...
Novembre... tristesse !...
Pu. CaRPENTiBR
LEX-
accus de hante Irahiton
-o
Madrid, 24 Octobre. I.a
commission des responsabili-
ts de l'Assemble nationale a
dci d nrri'ser l'ex roi Al-
phonse de i haute trahison
contre l'Etat espagnol pour
avoir lavonse la dictature du
gnral Primo de Rivera.
D'autres hauts fonctionnaires
de la dictature seront gale-
ment mis en ac usation.
La commission mptecon-
frer dans uelques jours
avec Monsieur Bestei-o, pr-
sident de l'Assemble pour
fixer une date pour la lecture
des accusations devant les
dputs. La commission re- '
coram der me l'Ass. mbte
foncti nnt comme tribunal et I
aiette un vote.
... a vu que chaque jour, H
quatre heurts de l'a prs-midi,
il entre rgulirement a l'Utel
du Champ-de-Mars de* groupe?
trs presss. Est-ce une conspi-
ration qui se prpare? Hansei-
gnements pns.ee sont toatsint-
plein nt les gens pradsnts qm
se dpchent de louer, suivant
plau de la salle, leurs place
pour la reprsentation deaLi
Maison Cerne. Cette euvr ;
magnifique de Pierre Frondai c
sera interprte par Mme Jac-
queline \Viener-Silver.i et r
compagnie, le samedi 7 nnveoi.
are, en soire. On peut ru>
par tlphone, No. !*!Y't. Prit
des places : Gdes. 2, \\ : loge,: ?.
(,>u on se 'dpche doac ; \-a
cartes s'enlvent !
_.
...l'a vu si heureuse d> IVt.
ve de notre sprinter h:ilii* qu'elle ne pouvait *e tenir o'ej
parler tout venant, hi.is bt
ligne qu'elle avait arrte avec
dea gestes viIn, elle n'e'mt pas
plus tt installe sur ! baa-
qnette qu'elle innon i nu i Uaul'-
leur que c'tait poar iuatre
heures, q m ce serait < h / Che-
vatlier, quil tait inv.i <-t que
d'ailleurs loul Po t- m ''rince
iuii invit. \ ,en un batte-
ment pii ipii s :'. |, roe de
tant lia |oie dbordante a cause
de bon petit qu'elle al j.i revoir.
... i vu avant hier matin le*
funrailles militaires du cola>
nel Turner. rcemment mort
d'un accident d'aroplane.
Dfil de trois bataillons de
mannes, musique en tte. Le
colonel Little, Chel de la Bri-
gade, escort de deux ofUciers
suivis de deux rdonnances
cheval, prcdait le cortge que
survalait une escadrille d'a-
roplanes.
...a ru le chapelain protes-
tant du Murine Corps cote A
crtte, presque bras dessus bras
dessous, avec le prtre catho-
lique derrire le char funbre
du dfunt qui tait catholique.
Cela devrait intresser taus cent
qui, chez nous, ont l'esprit
troit et leur servir d'difica-
tion.
... a noie avec satisfj:liaa ce
bel et louchant esprit de tol-
lance.

... voit qu' KanskafT, Andr
bereix, pour tre plus are;ihle :\ sa clientle, at-
Hche ds la veille, le menu eu
jour. CoBBtne cela, A n'v a de
sopriee, m quant cc'qi'i
va manger,ni quant a ce qu'aa
devra payer. Lu prcaution eu*
parail toutefois inutile.car chez
Dcreix, comme s'en tendroai
coanple ceux qui se seienl ins-
crits temps pour les vacances
de h Toussaint et du jour des
Mort la (tjisine es toujours
agrable et varie...et les prix.
juste ce qj'ti faut peur que l
client n'emporte pas l'impres-
sion d'avoir hberg gratis.
... a vu l'Hlel de France,
toutes les tables occupes, l'an"
fcVe midi, par des lecteurs
encadrs de chefs de t+uque-
ment. On avait l'air d'attendre
quelque chose qui ne venait
pas, et Franois se demandait
sans doute, si ses intrts ne
l'obligeaient pas inviter ces
clients inconnus, au surplus
bruyants et dry, tenir leurs
assises en plein air quand sou-
n retentit la sonnerie da
! r- hm * <'e !'<*'.:hlissemeat.
\ '
Cil q as i notai aprs :! y avait
lis sandwichs varis toutes
les tables, da la bire, des cock-
tails, des cigarettes...
.. reg'etie 1 ordre ayant
tf d nnc pai tlphone do
re pouvo.r dsigner le candi-
gen reux qui rgale si
somp ueu.-emant d tectettrt
ruraur.


]Aj*t 2
Lfc MAIN iU (JaoitfaV 1"J '1

-sw

Ils sont amliors
en y points
Vitaux
LE
ET LA NOUVELLE

La liillcltf prsents au public un
nouveau rasoir et une nouvelle
nie amliors. Trs en avant
de l'antique magnifique. La
nouvelle amlioration vraie du
nouveau Gillette se trouve dans le
bit de se raser depuis 190*2 que
la (illettc tut prsente.
Cinq Changements importants per-
mettent au nouveau rasoir(ullette de
donner une meilleure barbe.
1. /.es coins du rasoir renforcs le pro-
tc/c contre les chocs. 2, Les coins cou-
/ts des lumen liminent les coupures.
J. Le nouveau peigne de scurit avec
les dents amliores donnent une meil-
leure barbe. 4. La garde cannele per-
met la lame de vous raser de trs prs.
'>. Les extrmits iquarris vous per-
mettent de la manier avec plus de faci-
lit et de scurit.
Faites l'acquisition eujounl'hui m-
me d'un ncuvcju rasoir Gillette.NaKende* f
uu jour de plus pour jouir des bnfice du
merveilleux rjsoir tt de la merveilleuse lame.
Gillette Safety Razor Co.
EN VENTE
Distributeurs :
J. D. MAXWELL & C
ftue Rpublicain?, Portai Prince.
K**\m: v~--*'"i"v trmm +**
Echo fi
o
Par arrts publis au
Aonitenr, M. Cyril A. l'owell,
de nationalit anglaise, et .M.
Alexandre A. Anduze, de na-
tionalit danoise, sont deve-
nus hatiens.
L'Ecole de droit des
Caves a t rouverte la se '
ruaiue dernire sous la direc-
tion comptente de Me Louis
Joseph Eugne Delerme.
Les pluies ont commenc
dans le Sud. Les routes sont
devenues impraticables, no-
tamment dans l'arrondisse-
ment des Coteaux.Aux Caves,
la rivire La Ravina du
sud, en lorte crue l'autre
Remanie, a caus quelques
dgts.
Il y aura le 1er novem-
bre, fle de La Toussaint,
messe a la chapelle de Keus-
ceft.
Notre confrre La (larde
signale un crime commis
hhotihejbmtsection rurale
desCayes. Deux mineurs s*
tant rend un aux champs n'en
revinrent pas. On les relrou
va, apra recherches, hachs
de coups de maechettes.Aprs
des soins, ils purent parler.
La solide a mis en tat d'ar-
restatipaj deux individus qu'on
souponne tre les auteurs
du crime.
Monsieur Praneois I.
Wiet, E. E. et ministre plni-
potentiaire de la Republique
iranaise en Hati est rentre
a tant hier par le paqueboi
Naeoris, del Compagnu
Gnrale Transatlantique. Il
reprend la direction de la
Lgation de France.
Avant-hier mercredi, M.
Und Vos Zti Puttliz, chargi
-d'affaires d'Allemagne en Hai
ti. nouvellement arriv, a eu
reu au Dpartement des Re-
lations Extrieures par Mon
sieur Lger, secrtaire d'Etat.
4- Avant-hier soir, Je* roi-
mstres, rapporte notre con-
lrre Hati -Journal, sont res-
ts en conseil jusqu' 7 lires.
La question lu budget, sem-
ble^ il, a motive cette longue
dlibration.
La PfHfiB signale le
geste discourtois de M. John-
son, directeur de la douane,
qui, malgr sn promesse au
prsident del'U. S S. II, ds
laisser embarquer sur la cha
loupe du port la dlgation
charge de recevoir Tbard,
lit partir l'emb n cation suis
les dlgus.
Mais le Charg d'Ail lires de
France, lui, avait dernind
par sans-lil au commandant
du tBdaCOriSA de pavoiser son
bateau en l'honneur du h im
pion hatien, Les deux m i-
nires..
Un arrt du Prsident
de la Rpublique accorde un
pouvoir de contrle gnral
au Directeur des services ad*
ministratils du Service natio-
nal de la production agricole
't de L'enseignement rural
lequel, avec I approbation du
Secrtaire d'Etal d- l'Agi icut-
ture, trauch r.i tuiles les dit
ScultS pouvant snrven rdans
tes diffrentes brsnch s du dit
service national de produc-
tion agricole et d'enseigne-
ment rural.
LE NOUVEAU LOCAL DE
L'COLE NORMALE
o
Ainsi que nous l'annoncions,
l'Ecole Normale que dirige avec
tant de comptence et de d
vouement Madame Ren l.ere-
buurs, change de local et va
installer la mme rue Ca-
,)ois, maison Achille I3arthe.
Le dmnagement a commen-
c hier. Il ne reste pins qu'
luhailer que leGouvernemen',
"ucieux de pourvoir les coles
de tout ce qui leur est nces-
saire, intervienne pour appor-
ter au nouveau local les amlio-
rations reconnuss indispensa-
ble!.
Une lettre de,
M'deWendt
\u Directeur du Matix
En Ville.
Monsieur le Directeur,
Eu vertu de la loi sur la
"'resst-, je vous demande de
bien vouloir publier, la
mme place o j'ai t mis f
eu cause dans l*s numros '
des 22 et Z\ Octobre de votre
journal, les documents sui-
vants, en manire de reetfi-
cation.
Ces pices sont des copies
contai mes tires des Archives
du Dpartement Industriel,
dnomm actuellement Ser-
vice National de renseigne-
ment Pf dessonnel.
J'attire d'uae taon toute
pdale votre attention sur ce
lait. Directeur de l'Ecole Cen-
trale des Arts et Mtiers, j'-
tais sous les ordres du Ser-
vice Technqoe de l'Agricul-
nire et de l'Enseignement
'rntessionnel et que mes
uoindres faits et gestes, de
ume que mes moindres d-
penses taient minutieuse-
ment contrls p r le Direc*
'pur du Dpartement Indus-
iel.
Si donc il pouvait y exister
les a bu |e n'en tais pas per
vinnellement responsab'e.
vlais ii n'y en avait pas et l'-
tat dtaill des dpenses qui
est compris dans mon rap-
port 1929 1930 dmontre clai-
rement l'emploi des tonds.
N'tant plus en charge
Ecole des Arts et Mtiers, il
e m'appartient pas d'entre-
tenir aucune polmique con-
tre qui q u e ce soit. C'est
pourquoi, j'en appelle votre
loyaut pour publier simple-
(ment le document que je vous
communique.
Avec -ns meilleures civili-
Its,
W. C. de WENDT.
(Ml M Mi
I
Les
PRSENTE
((
Midgel Radios
D
A 5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMnLlFICA110hi PEMODE
Nouvelles LampesNouvelle conception
Meilleur. RcepliouMeilleur March.
LA COMPAGNIE

Columbia
OFFRE AV PbBLIC j
Un Radio la porte de toutes les bour-
ses, et prsentant toules les qualits d'une
Grande Machine.
Nous invitons le public venir voir 1
diffrents modles exposs en nos ma-|
gasins.
Kneers COLVMBIA Music Hall
KNEER'S GARAGE
es
Une mesure
tranqe
No're co^trre Le Pays
rapp< rte dans son numro d'
vant-hier jeudi, que l'autorit
capoise a interdit 'dus les mee-
tings. Celte mesures t prise
a la sui'e d'un incident survenu
dans une communt- voisine du
r.iin-II lit un on deux bandes
de cavaliers monts ont failli
en venir aux mains.
L'autoril canoise a une con-
ception un pen singu 1re des
choses Parce qu? deux groupes
q ri st la no me dans les pays
i iviliss elle m erdit tonte
runion pub ique Mus lecto-
rales Et en pleine campagne
lectorale. Alors, pas de con-
'i"t entre les candidats et les
lecteurs ?
La meaare est pour le moins
trange. Tout ce que nous vou-
lons en dire aujourd'hui, c'est
in'elle ne peut tre maintenue,
tt d'ailleurs elle est illgale, la
loi permettant les runions pu
bliques prcisment pendant la
priode lectorale.
i
Cin-Taldu
A 4 HEURES 1/2 : Matine.
In beau et grand lm :
L'Aventurier J
Jean Angelo et Germaine Dermoz
Entre : (l.iO ; Balcon : 1.0t.
A 8 HEURES
Une film de kaul d'aprs le chef-l'uvre de La.iiarliis
Graziella
jeu par Jaan D'helly. Nina Vanna. Chnnevires, Mtisi
Chebat. Rvrend.
Entre : 2. 3, 4 gourdes.
E
Notre sympathique con-
frre Ln Pays nous prie d'an-
noncer que son numro de
ce soir comportera une sen-
sationnelle interview du S--
Cftaire d'Etat des finances et
du conseiller financier sur la
question du budget.
Ces documents dont fait
tat Mrde Wendt ont t pu-
blis par notre confrre Le
Nouvelliste auquel nous
l renvoyons nos lecteurs,
U. S. S. H.
COHISSIO.X DG fOOT BILL
Dimanche 4 heures p. m.,
nu ''arc Leconte se jouera un
grand ma'ch de football en-
lie le Rac'ng Inb Hatien et
une quipe coalise de 1 U S.
S. H. sous la Prsidence d'Hon-
neur de M. et aime Andr
Thard.
Composition de l'quipe coa-
lise.
But: Smith (Violette)
Arrires: Albert Emile (Jeu-
nesse), R. Chenet (Violette).
Demis : Ch. Berrouet (Violette),
F. Berrouet (Violette),M. Biaise
(Jeunesse).
Avants : Geo. Jn.Lou;s (Vio-
lette) Doigt (Stg), Halby
(J-unes-e), Elio Denis (Vio-
lette), Comeau (Jeunesse).
Remplaants : WoolleyFi
dlia.
Entre Gnrale : Il cents.
fcflfe
tcAB
furie*
CmiSmiIh
0k%a
Dpurez vtnSi
CURQMfi
vm
y Itliiim UarhaiKoiiil
tant la renomme est.aaiverselle a gard sa premire place
Detaandex parfont :
UN BARBANCURT
ts>*l4Wdestinn
- |Ef *pr- r^
Z*


Lt M/joa
klimcntqui vous convient
... de* pla^irs.
Voici le plus rccent fro-
mage Krult oui est&ibea
pour tous les membres
de volrc lamille!
Il s'appelle Velvtela et
pos>ede plusieurs nou
veaux avantages. Parfai-
tement iligcsiible... de
nouvelles qualits sani-
lanti... une s>nvenr l)au-
u-ineni d Vous le servez seul, en
Irtnclus, uentiu sur du
pain ou ces l) seuils ou
dansn'iuaporlt ,'ifl plat
cuisin ncessii.'iii du
fromage. Les enlunts&ui-
tout en sont patsicnns!
Le Velveeta est livr
soigneusement envelop-
p pour prvenir l'im-
puret du toucher. Il est
tait par Krati, qui lait
aussi ces autres produits
dlicieux : Suisse, Pi-
mcnto.et troinsge Am-
ricain. Dites tuut juste
Kraft a voire picier.
PAMFASAUS CORPORATION
Dulribulfiir :
l'orl-au Prime, lluili.
KRAFTffifflEFSE
I
Leconcertde gala offert je i
li soir Cin-Varits, par
clbre artiste Tchcoslovaq
loasieur Uogumil Sykora.a e>
ko rgal, que ne sauraient tro,
legrelter ceux qui n'y assist
lot pas. Ds le premier coup
lircliet, la salle tait conquist
Ton peu!, sans exagration,
que c est les veux termes ei
h l'attitude del plus silen-
ne lervenr, que l'auditoiri
gu couta les dillrents
jeaux du programme.
f Bogumil n'est pas seule
un virtuose incomparablt
Iles doigts agiles, comin
a jouant, triomphent de
classiques difficults d'exe
Son, uii pote de belle sn-
ilit et qui semble tirer dt
pcur autant que de soi
Noocelle les sanglots ( il n'y <
P d'autre mot.... qui firent U-
Pjfet, par instants, gmir la
pi* leclrise.
lue l'avis des musiciens ve
pwpplaudir Mr Hogumil.et d-
Ms de Ludovic Lutnothe tou
Pliculiremenl, qui lait uvei
pil de modestie autorit en U
itire. Monsieur Sykora es
S*rnii les premiers magicien
teelsde l'archet.
NC'ejt une mbalne que les
Nous croyons iayot qu'on
e<" arriv une (ntentesur
le budget.
Au moment Qj nous pa
raitrons.trs probablement,le
paiement de leurs appointe-
ments du mois d'octobre aux
lonctionnaires et employs
publics, sera en train. C'est
tant mieux.
connaisseurs peuvent seul ap-
prcier, a ajout Mr Lamotha ;
une aubaine sans prcdent, et
qui ne se rptera pas de long*
temps, qu' la faveur d'une es-
cale lorcc, Porl-au Prince ait
pu entendre un matre de l'en-
vergure de Mr Bogumil.
Le prochain concert aura
lieu dimanche avec un pro-
gramme somptueux qui com-
prendra des partitions ds La
rao'lie... Quelle soire uniqae
en perspective !
Pour finir, laisser nous lli-
citer Madame Lucie Dfly, d'a-
voir pu, aprs quelques rpti-
tions forcment htives, pr-
sent e r I accompagnement
au piano, si nuanc et si sir
qui lui a valu ct du Matre
sa part lgitime du succs
Itriomphal de la soire.
n3Fi.* 4 m
Les coupons con'enus dans les caisses de savon CANDADO,
manufactur par Crnsellas &. Cie, Havane, sont changeables
partii d'aujourd'hui contre es cadeaux primes suivants :
4 coupons un carton avec jeux d'aiguille*
C ccoj/ons ad coliier eu verre.oerles dilL-rcn-.es nuances
12 1/2 une paire de pantoufles
30 un service de table ( couteau, lourchette, cuillre)
50 une boite ouvrage ( i outure)
Quand vous afhetz dus ivo lel-ive, ex >g r. le votre
fournisseur le savon Cantal)*" un cunpotfC\ND\Oil par-
caisse de 20 briques
Vous achterez le meilleur lavon et vous aurez droit a des
cadeaux trs utiles.
Les coupon! peuvent lre (changes chez :
Ed. ESTVttt (.o, Diel ri hn leurs
L. PRF.ETZV.WN ^.r.F.RNO' M 'o
l)i*trib tfirs
COMPAGNIE GENERU.E
TLANTIOUE

l'ijlernit
Le steamer i< Macoris i, de
retour de Santiago de Cuba
et des ports du iSud.n; vera
Port-au-Prince mercredi 1
novembre.
il partira le moie iuuc
pour le I Livre via les p irts
du Nord, Puoi t> Plate, Siu
Juan de Poilo-Kico, prenant
passagers et 'r'.
P L. lU)Bi-:LI\. Agcn.
le iexique ET LA
OQCTHINt UE MONROE DEUUONCEPTW
Nous svons publi rcem-
ment le texte de la rsolution
par laquelle la Xlle assemble
de la Socit des Nations in-
vitait le Mexique adhrer
au pacte de la ligue Le Mexi-
que a, avec empressent nt, r
pondu au dsir de la S. t). N.
Mais en annonant son adh- :
sion, le gouvernement mexi-
cain a dclare n'avoir jamais
itronnu I'accord rgional
i I (
L'accord r jonal dont il '
s'agit, Vsi la laueu OOcWI-
ne de Monroe, devenu le mail-
leur instrument d la |Obt''p
imprialiste Ues tus-L -.
Le Mexique qui s'esi toujours
dress contre ne s'est pas d
menti en marquant, son gal d
une rserve ncessaire au oo
ment d'adhrer au pacte de la
S. D. N. qui a sembl consa
t rer cette doctrine dangereuse
pour l'indpendance des na-
ons amricaines*
a--
Monsieur Johnson n'aim:
ni les Hatiens, ni les spoits.
et ue recule devant aucun
procd dsobligeant et dis-
courtois pour tmoigner de sa
double aversion. C'est d'une
mentalit qui prte rire.
Par contre le gentilhomme
qu'est Monsieur De la Une,
pour attnuer la mauvaise
impression u'agnralement
lai*-s- l'a il fendu de M m h >-
son, s s' Liii;r'sr>e > i cl
n r <' < ami 11. > li
ut il s-1- lia. I a >i i BU) fit
nit'ii, i nus lt-s OC si'
'ieagiablc no-, spoil-
incii, ei de leur lemoiguei
l'intrt qu il leur porte.
0ci console dcela.
jiimcsdciBbVs
^ Arrts,
rJ& sans droguer
mQ:1 appliqu ext-
I rieuranent, V i
>.-- soulage tans f--
ranser l'estomac.

curTout Refroidissement
((
LE
E

Tel f st l? litre 'iu prochain
article de notre collaborateur
L'Homme de u Bce tjuf |iar:i-
tra daua notia dition de uurdi
If Novembre.
LE 2
Selon une pieuse el louchant*
i<;t liiion. e lundi 2 novembre
>l consacr au cuMe des Morts
l'i-tr chme.
i i: Matin, ainsi que les aatrt*
luotidiens, ne. paratra donc
pas ce jour l.
REVELATIONS SENSATIORKELLES
^VAISSKUTSaWSCIENCCSOCCULTI S
Soitilffas. Mafi. Pni.iu'i cit(i tlt\c.!ts
DtitlOU * vnl.mi*. Iwt.e ii
i ini loti* I'*
* r iti des gurlMAura
detwuspi i uhk
SOCIT FRANAISE
Me5. vu* Ju Kaab.-St-De.ui, PAR(3
Mr Blco
A par'ir du mois piochain,
l'agena de la Colombian Line
si confie ;'i Mr Blo q' laisse
In West indice Trading Co o
il sera n m plac par Mr Marcel
Gentil.
IASTHMEowsm'nt
Soulagement Immdiat .1 gurl.on vu !.. 1 |
GlobuSes Rbaud I
TJBwrag^|
' E. UAI.ICHOOX, 27. Rue Victor Hugo J
BoU-folombM lcln# r
\\ jl 11 (|l iHt
! -il 'i ; min'-'c*. t'i
i. e di l ..i
Prentii rc Inslnnce >i
l'or-.Mi-I'! ll.Cr.
L'an mil neuf cent !e*ta
et un et le jeod quin.'t- Mem-
bre. ; li\ lierres du luatiu.
Au fil e[Te lu Tribunal de
1*1 r ni lus' in<'e Je Port-an
Prince il pur devant nous,
Armand Fle"',vnmrais-gret
lier. sousfi.'.M.
Ont compvtru: Mr Louis
Vilmenay, uc.loi:e, luteuri-
Ub\ de ses rnt-mts mineurs,
Yvonne. Louis et Simone Vil-
menay, conformment a U
(letM-'ialfon du conseil de
In mille des sus-ditr. mineur,
tenue so; s la prsidence du
juge de l-'aix de la section Est
de celle ville, en date du S
octobre en cours ; et 'j.* M.
Georges L. Vilmenay, 3* Mlle
Marie Vilmenay tous propri-
taire, demeurent et dotuici*
lis Port-ati-Priner, assis-
ts de leur avocat. Me Coqs.
tecttn Benoit; lesquels nous
ont dit rt dclare qu'ils re-
noncent parement et simple*
nient lu succession de leur
mre, Madame Louis Vil rue*
uienny, ue lnma Oust&ves,
dcde Ftion -Ville lr
trente aot de cette anne,
le premier, an nom de se*
pupilles.Vl les deux jernicit,
eo leur nom propre,Dont acte.
Les coniparao ont signe
arec uous.apri lecture.SigBs
Louis Vilmenay. Notaire M.
Vilmenay, Georges L. Vil
menay, C. Benoit, A. ITeury.
avocat. Enregistr i l'oit-eu-
linice le 16octobre mil ueuf
cent trente et un, lolio 20
det.e 377 du Registre D Notf
ces actes judiciuires. Peru :
dioit fixe cinq gourdes.
Le Directeur Principal de
l'EnregUtrfmrt,
(Sigt)T. LALEAU
Pour expdition conforme
Collationn."
(S. L.LABISSlf:Rh
RHLM (
Liqueurs Sirops BAY RUM Eau de Colocme
Tous ces produits de la distilcrie de l'Aiale sont am
et parfois suprieurs en Qualit, aux articles similaires
mis tout en port cotant moins cher.
IMPORTATION DE VINS
DEPOT- IWE DW MOANDfe L'ETT, PR>S DE LA eUNQUti NTINALh
M. FONTAINE


insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aoents Gnraux
m
Toutes les Polices m
DE LA
*
1 \ fi* 4%, I
h
'" 1
icomprennenl 1 Protection contre %
Foudre sans auqmentation de ta**
?
I Eug. Le
1 Aqents Gnraux
.,. .-


Samedi
31 Octobre 1931
Le Mtin
2:
4 r*asi
PWsui-'Vinie
Tlpfaoae : 9N9
'frauiiw \mmn&*anncr...r**
Les grands Spcialistes de Beaut
italiens recommandent l'emploi
d'huile d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colire
Etilans le monde entier, 23,723 matres distin-
gu! conseillent leurs jolies clientes de ne
jamais se servir de savon autre que Palmolive.
i^ezza, de Naples, dit:
"// n'y a pas de femme
qui ait tirait une
nliepeau si elle nglige
il'observer ictle prati-
que, lu plus x:/)or-
lante qui soit: se lui I r
lu figure ."iir et matin
ut ce i.'u Savon Pulm-
olive."
c^
v*v*Vi*-
l fa&t.
Pirz*, A Kiplti, pratril
ii Satvn Pmnmiii <*
bfitli Hfltt.unn f'f
tHiirti" "tmurwT a tenu
fini lin. "
EN Italie, tout comme
quinze autres
I les f-jinmes dcou-
vrent le moyen de con-
ta \ et leur tenu d'coli-
re. Elle* mettent pro-
fit lee conseil* d'experts.
Lug.'r.io, le Milan;
1 de Naplee; Andr,
le Paenne; Salvino, de
Venise I v- oil des
cialisi i de I bien
connus en [taii
Le, 1 w qu'il s'agit de soins 1 donner au
visage, Im jolies Italiennes qui t nt ces
salons de beaut apprennent, tout d abord, que:
"La peau exige, avant et par-dessus toutes
choses, d'tre nettoye bien fond, deux fois
par jour."
Ce nettoyage, si ncessaire, s'opre tres
avantageusement l'aide de Savon Palmolive
et d'eau chaude. Il s'a.!- une pte
onctueuse et d'en ma er : ment 1 pi-
; on l'enlve ensu le l'eauch;
suivie J'eau (roi.le. Ce traitement dbarrasse,
d'une foon ns agrable, les pores des impure-
ts (tangi rcu.-es qu'ils renferment.
Ious les experts en beaut de France parts/
p*nt l'opinion de leurs confrres italiens et font
I srtie d'un vaste groupe international (comp-
tant 23,723 membres) et tous, sans exception,
conseillent Palmoliva. Sa composition a hase
d'huile d'olive et de palme, son ellc.'.cit la
fois agrable et salutaire en font", au due
d'experts, un produit unique. On le recom-
mande aussi pour le bain.
Panama Railroad ltamship Line
Service de fret el de passagers enlie
Angleterre Ecoim Franc*
->. G. W. SHELDON A Go- 17 James Street, Livcrpool, Kmolu,,
T;i/* followieg air eir AaeeU at eridripulppcrti il Eiropr
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCS*.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James ; Street, Levrpool.fclnglaod
Lis rarisiantu h.mii iulinuut
au liint lr.i MMVMtf li*f pia*
fmkit il ti'a\t m il iirv~*i
rlgiiiirtm.iit di i'j.'mtliit.
A Hollywood 76 des
HO experts en beaut
recommandent
Palmolive
A Hollywood, o les cl-
bre beautes confient leur*
charme aui plu* comp-
tent! de expert i a tn-aei
professionnels, 7> du 80
laioni ds beaut recom-
mandent Palmolive. Ces
ont Palm-
olive, dit-on, parce qu'il
Wt A la foil salutaire,
adoucissant et d'une efti-
irquable. Voil
ceq tel ii( I lojljrwood pour
couwircettiacd'colUn.
Glf.lktly Henkey A Ca
21 Rue de la la Rpublique
Mnrseilles.
He-nuJPeron A Co, Ltd.
53 Quai George T.
Havre.
rUrnu l'eron A Co, Ltd.
l'.ue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur. Mer."
Messrs. A. Bend. & l?
'ilaA!lengade. Copenhague.
Oslo, Nsrway.
Intel pulional
Spedilionss Ikap Oslo.
MM. Atlantic Treight Corpn
Eillinhaus, Hamburgl.
G^rmany.
Mesi s Atlantic Freigkt
( orponitiou
Germany
Messrs Atlantic Freingh
Corpn.,
24 Quai Jordaens,
Antwerpa, Ueliuu..
H iJj^Rue :de* ilarit,^
Paris.
rtiO ;v>:nM 4 Co Ltd.,
Rie di Traaiuili'ts. I
"D ulcerqus.
nua Pebm *-Co JLM*
. ,9 Rus R )j,
Bordeaux.
Gm m, Italt.
aftin di3MT Jo4 'xun
Pik'.iK S.VIvTrj.M3 lGenos
Cirnj^uuaa Swsdbx,
Njrlisk Etpren,
Cothenbarg,}
Anse* Atiavtic ranar
Corp'n.
Ron K n.uapleiuj
Rulterd m iHollanda
l :; s/ :: iiiiil)
]
I
nr'i
STEAMSHIP LINE
0
'Ili.ino'jlobine
-^- .,, ^'n'n. rnt. ur .lu Bancr pr:-erlt pr r*:ita mMiealo.
l'pernur i i-mmii, oru t mua .'-.,,! ix, Admit it.im le Hj/uttiax d i
DfPrC -i ii oroCKiiL:... j u 1 r irv, FA .. i
Pour cause d'pgrandU'a
mcni cl dans le but de don-
ner pleine et entire salisfac-
lioD :'i srs clients, la Maison
Hyppolvte Jeudy est transt*
ice ct de Lop.'Z, en lac
de 'a Poste.
Le steamer Ancon est
attandu A Port-au-Prince, ve- i
nant de New-York le diman*
che 1er novembre 1931,avec:
12 passagers, 109 sacs de
carrespondance. et partira
dans l'aprs-midi du mme
jaur directement pour Ois
tobal, Canal Zoae, prenant
lrt, malle et passagers.
Port au Prince, le 21 octobre
1931.
Jaa U.C. TANREED
Agent gnra
Mme Carmilus
Pierre Louis
Une it | Rnlerrrmenl Il MH ]
Blanchisserie po sionnaires, avec promesse de
acommoder, et de remplacer
les boutons etc, etc.
Prix trs modr1
Lykes Brothers SS Co lnc,
Texas - Hati Santo Domingo- Porto "Rica
Le seul service hebdomadaire et rgulier a passager! et
fret entre les porta du Golte du Texas directement avtc
Pori-au-Prince, Hlttt.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de )a LTKE
LINE.
Le3 prochaines arrives a Port-au-Prince sont*
Steamer ijLnth Lykes i 6 novemura 1H1.
"^
AVJS AU COMMERCE
La paianta liiilroad Staamship Line a l'avantage
Doncer les 4r*v\*avivantsda New York pour port-au-rnae)
Hati, directeaaeat, durant le mois Novembre 1931 :
Dparts Steamer c Ancon le 27 octobre 1931. le 1er novemblj*
S|S Cristobal le 10 novembre c le 15 nov. w*
S/S Guayae,enh 17 a le '' novembre ^
Steamer Ancem le 24 HOTeialira le 21 noveafcf.g
JekS IL TAN REBD ^SS
Agent Gnral
'aw< rt-rwe .w*.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lif j
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotlund )
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Le R h h m Sailhe

Lar laaGKNKPAL js csl une des plus puissantes et des Si s ym srgasiMbisss
[fect Rcuit. Le soir il ne se couche jamais sur son champ eractioi qui easbrasse le
i onde
SeSjPolices'contrc incendie couvrent aussi les dg&ta occasionn* ssr la tausra
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, siSBiagea
Ciis's autrui (fans sa personne 90 dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont rajaHes ci Hati
Ses Polices contre accidenta sont valables daslunivers entier. Tous las voya-
geurs devraient d-mc prendre !a prcaution de se munir d'ui e police contre accidents
t.'an moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant a,i:e de 1/2 / sr;il '^ dollars P. C.
Veuve F. BERMJNGHAM, AuxCayes
C'est la quinteaeenee de meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs. j
C'est ce qui fait aon arme. |
GOUTEZ ET COMPAREZ! I
SOUS*'-ENTS
a c ' Gnral ftui IJaiti.
Port-ae-Pnnee: I G1LG
JEAN 1 L\Si.M T J r nii
Mosaque Hatiennes
Char!er-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 12


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs