Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03754
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: October 29, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03754

Full Text
\~* T&

Plment Magloire
f DiRECfELH
,,u RUE AMERICAINE 1358
ll TELEPHONE N-2242
Il UR- kC^Uic ftB M i <>U Klfeft
un fit a l'arti'U de I asant.
bi- pol a\oir ainiiu limle sur I ia
rtslll de l'mr. Jai cher hr i
douter. Vais la n finit! a aree>
iuimi erreur... Je suis trs drsireat
aV iroiie, car je M suis aeial hen-
mt\ a\ec aes iarrrtiluaVs.
hRON
0*4 ANNEE N* 7515
PORT-AU-PRINCE( HATI )
JEUI>1 29 Octobre |t3l
ET L'HISTOIRE DE
PENDAIT LA REVOLUTION
( Voir Le Matin d'hier )
II
_o-
\,.,<>0
\ s^' * ,
rffonrai bi o volontiers,
cetle fpoque, les habitants
prlM>r<|r-nitl* des aulri
ii,s europenne ne p< a-
itpt pas rlus de dro'ta,
il pas plus consids,
aussi mal traits,
feconmis encore. aus*i ro-
[ qu' cette poque, es
ws exislaien' galement
ia Mtropole, comme
dans tous les autre
-d'Europe. C'est de la
y qu'ils disparurent d'a-
Lfil faut le rappeler pour
kg laire honneur. Les in-
Us taient, | partout, aussi
wntes et saut qu'il n'y
pas d'esclaves, le sort dea
ios, des non possdant y
aussi bien plaindre. A
Domingue les petits
..s n'avaient pas tous l< s
ils des grands aBlancsa, de
je que dans la Mtropole
Juifs, les prolestants, les co-
fdiens, pour ne citer qu'eux
ivaient pas les mmes droits
w les autres habitants du
oyiome.
je n'oublie pas ainsi que je
ai. (firme plus haut que l'an-
M Rgime avait lait de St-Do-
jinsne une vraie inerveilb. Je
oublie pbs tout ce que le gnie
la France y avait ralis. Il
nos en resfe.d'illeurs,despreu
nombreuses vivantes.irrcu-
jfiles Elles existent dans les
iilisliques commerciales qui
oas apprennent que le tiers
commerce extrieur de la
rince se taisait avec Saint*
lomingue. Elles existent dans
imprissables ouvrages de
ireaa de Saint-Mry, dans
i Decciiptions... ai dtail-
s et m prcises de la partie
iaise el la partie ancienne
it espagnole de Saint-Do-
igue. dans ses "Lois et Cons-
Iiod.s", admirable et corn
recued qui n'a jamris t
, dans son Album, son
dont les estampes noua
tentent les beaux et va-
monuments qui ornaient
rades, nos villes, rnscam-
8. Ces preuves de la gran
'.de la beaut, de |a ri-
ie de Saint-Dormngue.noua
trouvons dans les m docu
tes"Mmoires',de Malouet,
mous Ion t connatre la "Cor-
|pondance 0 licielle" de l'an
administraieur, dans Us
it'fiques ouvnges de Des-
lilz, base de toute scien
naturelle tropicale, le Vo-
lt d'un uaturaliste a Saint--
loniiQ^ae et La Elore des
Nilles dans ceux, si corn
N'.de ces grands ducateurs,
g |JTertre. Ltbai, Le Pers et
J'devoix : Histoire Gnral*
' ''tablissement des Colonies
"niises dans les lies de l'a-
nque , Nouveau voyage
les de l'Amrique... ,
'Histoire de l'Ile espagnole de
M-Domingue... , dans le
JJKiencieux et prcia Etat
^Finances de l'Intendant
ffWde Marbeis, le grand ar
Wier de Saint-Domingue, qui
cloait avec Oert : La Co-
Bl* de Saint-Domingue n'a
ltm un. ou de dette. Je
[wrrus citer bien d'autres ou-
8. Noua les trouvons en-
J[e dans les estampes et les
jwwes des Collections publi-
tJ*. celles des Collections pri-
'/.qui nous rvlent la ma-
gon 1? grce des palais.des
nces publics et des maisons
jjrticulires, la charmante or-
du leurs pie'*, que de lois
j'ai rv tente cette glotte
passe .. Qu il y al' eu W *s
clavea Athnes et i Home,
que le st-lut des personnes ne
tut pas aussi libral (lorsqu'il
peut l'tre aujourd'hui, cela
doit il noua empcher d'admi-
rer la civilisation qui a donn
au monde de si purs chels-
d'uvre et le meilleur -'e son
esprit, de sa raison et de aon
ceaur. Ainai de la priode colo-
niale de I histoire de Saint Do-
mirgtie. C'est i partir de celle
qui eat contemporaine de la
Hvolution Franaise, pendant
que se droulent les compli-
qus et tragique: vnements
3ui troublent la grande Ile, en
ouluureuse gestation d'une re
nouvelle.q<>e s>es habitants noirs
et St>Dg mls, litres et escla-
ves avec leuis diflt'renWs
classes que partagent rneora
bien des rivalits rrnis qu'unis-
suit les mmes dilficults mises
leur lvation, que semblent
parquer lea mmes barrire
avec des tempraments et dea
nue tu es que je i tonnais ;
c'est pendant ces quelques an-
nes, iramdialenit nt nt'ieu-
tes ou contempmaines d- la
Hvolution Frai aiae, que ce
peuple qui loruirra la luture
N'a'ion- peu i p u, dta de-
gra divera, je le sais bien -
prend conscience de ses droits,
dt aa lorce, lutte pour amlio-
rer son soit, conqurir des
droits eivila et to'iliquea, con-
server et tendre nui que lui
avaient reconnus, accoida.d-
ni?, accorda de nouveau les
Assemblea Lg slattves de la
Mtropole ou leur Reprsen-
tant, ou lea Assemblea et les
Autorits de la Colonie.
**** Le***'?*
H\eaae-c>W.tesr\dc
70ane*pro*We-
SSSac-'
SB*-*
LESE
I
irtilz,
af
. -----------------, . .i.u.j.-u.. w-
JBa"ace des jardins, l'lgan-
, t la richesse des vtements.
,Dcn got des ornements el
^rures, la grce et la beau-
jn l i ii n K trobs... Eu*
i uuots g^ol,dlo^es et evo-
j. kt,t ces tmoins vivants de
ftDdeur de Saint-Domingue
w sa prosprit, ^e dressent
tu ,'* Un peu Par,ont8U* n0*
i, S(i Avec quelle motion je
1 -ouvent interrogs,Eten-
C'esl i ce moment que parat
Toussaint-Louverture,
Il est le point culminant de
cette poque.
Prcde de .longues annes
de paix et de travail, l'anne I
plus prospre du rgime colo-
nial avait t- neusapprennent
le slatia'iquea commerciales
l'anne 1789, puisque n'entraient
alors en ligne de compte que les
rsultats marchands de la colo-
nisation et les intrts des pri-
vilgis.Suivent immdiatement
dix annes de lutes et de rui-
nas, tanne 1801. celle du Gou
vernement de Toussaint i ou
ftr'tfre ralisa un icmarquable
redressement.
Lorsque j'cris que ce noir de
gnie dont j'ai lait le centre
el le pivot de mes travaux sur
l'histoire de Saint-Domingue
contemporaine de la Hvolu-
tion Franaise claire toute
l'histoire de ces sombres an-
nes, je n'entends pas oublier
les services rendus par ceux
qui, les premiers, avaient lutt
pour laire accorder aux Libres
les draits civils et politiques el
pour amliorer le sort des Es
clavea. Leur rle lut aussi glo-
rieux qu'important et aida puis
samment la victoire de la
justice et de la raison.Ds le d
but de la grande tourmente qui
devait tout dmolir.tout anan-
tir, afin de permettre de tout
restaurer, dea hommes se sont
levs dans l'Ile douloureuse ajui,
sur toua lea terraina o se
poursuivait l'ardent combat
champade bataille, places pu-
bliques, sallea de runion et de
vole improviss, barre des As-
sembles de la Mtropole des
hommes se sont levs qui,avec
courage et talent, n'ont pas
craint d'excoser leur polrine
pour rclamer et rrrlafT fie
haute ltt* ""* droits que la
France ge n re use accordait
alors tous les hommes. Par
leur caractre comme par leurs
talents, ces grands anctrea se-
ront l'ternel honneur de la lu-
ture Nalioi. Permi eux, citons
d'abord lee nseiiyrs il en laut
toutes les fan*es, ils lessnnc-
lihVnl et a i n i aident t
triomphe: Og e Chavannei.
puis Pierre Pinchinal. ni'-!
aussi comme un mnr'yr ; les
principaux: Ueauvais et Lam-
krt, Higaud. Ption.lea Borno,
Chanljtte, Raymond. Les rani-
tsts ob'enus grce eux, pre
corrbien de lutes et de sacri-
fices, permirent de poser les
bases solides les bases rip
granit, dirait Napolon indis-
pen'.ables l'tablissement de
la Libert.
Mais il (sut reconnatre que
si ces homme* n'avaient pas
trouv dans la Mtropole l'ai-
de spontane, gnreuse el r
danle du grand peuple d*
France, de celui de Pari*, des
Assembles de la Hvolutien
de quelques Clubs et rie plu
sieurs tribuns, ils n'auraient ja-
mais pu ob'enir ni un adou-
cissement ni un changement
au sort de leurs malheureux
Irres.
NEMOURS,
Ancien Minisire Plnipteniiai-
re (fliaili Paris
Ane'en vice Prsident de l'As-
semble de lu Socit des Nations.
( A suivre )
Propos
humides
o
I. premier Laval a quitt les
Etals-Unis. Sur les problmes fon-
damentaux de ta politique interna'
tiouale. raecerd, parait-il, ne s'est
pas ralis entre lui et le Prsidenl
Hoover. L'anglo-saxon n'a pas com-
pris le latin et le latin ne conoit pas
comme l'anglo-saxon Deux races,
deux mentalits, deux conceptions.
Laval, c'est vingt sicles de civilisa-
tion grca-romaine. Hoover... Paul
Bourget signalait.il y a quelque qua-
rante ans, qu'il manquait aux ain-
cains des Ktats-Unis, le pass. Aus-
si bien, Washington, les meilleurs
moments du Premier franais, il
les a vcus le lgation d'Haili o
il retrouv, avec le doux parler
de France le bel esprit franais. Et
son meilleur souvenir, celui du
RHUM SARTHE CACHET D'OR,
taper-produit national hatien.
LA GAMINE
loti Carmilus
Pierre Louis
Rie it I Ealerrtmeo! No 1111
Blanchisserie pour les pen-
aioonaires, avec promesse pe
acommoder, et de remplacer
lea boutons etc, etc.
Prix trs modr'
o--
LesCo-npigiiesTexaco. Shell
et VTest InHia 01 reoivent par
an une moyenne de 2.700.OUI)
gallons de gazoline de Cuo\'ao.
Allemagne, Jamaique. PoHo-
Rico et des Etats-Unis. Pour lea
onxa mois de 1031 f Octobre
AoiV) il a t reu ici 1.917.122
gallons de ce carburant. El
d'octobre 1020 septembre 1930,
il a t expdi, Pori-ju-Pnn-
ce des Pajs ci aprs :
litres
Curaao 5.847201
Allemagne '^
Jani ji'i'ie 22.121
Porto-Kico 3,672.487
Etats-Unis 918088
10 400.900 Mres. 10.400 000
Ce qui nois met environ
2.789.000 gilions pour ces 12
mois. D'aprs certaines person-
nes qui ont des rapports de
grande amiti et peut elle d in
tr's avec ces Compagnies, le
prix de revient net par gallon '
rendu Port au-Prince serait \
de 0 20 cts. or ou une gourde
Ce cot d'aprs nous est trs
pouss. Basooa quand mme
os calculs l-dessus Donc ces
Compagnies, en vendant leur
ga/oline aux pompes des mes
10 21 cts, or, ne gagneraient
que 0.05 cts. pur gallon soit
donc pour les 2.789000 nn b*
nfice annuel de 097.750 lom
des ou 139360 dollars. (> oui
est au-dessous de la vente. Iv
fout ce stock est rgulirement
. ab orbe par les 15/8 voilures
qui circulent dans la vili de
Port-au-Prince el quelques au-
tres qui arrivent de la Province.
Ces 1.578 voitures sont classes
comme suit :
Voilures prives 813
( pnh'iquts 870
oHicielles 249
Camions de transport 99
Voilures de garage en cir-
culation 47
Avec un petit effort, nouses-
timons aue ces compagnies
pourraient baisser le prix de
ce carburant. Kt par l, elles en
augmenteraient d'un cot la con-
sommation ce qui ajouterai!
peut-tre aux recettesel de
l'autre.elles viteraient de pour
suivre l'ide dj conue ici de
s'entendre avec certaines com-
pagnies trangres pour tablir
concuramment d'autres dpts
dans tout le Pays.
L'H. de la R.
L'Idal Rhum
AUX ROY
29 annes de succs.
Dana tontes les communes
de In Rpublique s'ouvrent.ce
matin, les listes d'inscription.
IS'ous sommes entrs effecti-
vement clnns la priode lec-
torale qui nl)'ut:ra la triple
opration du 10 Janvier 1932:
r'cclion des dp o -, lection
des conseillers communaux,
yote des m en de ment s i la
Constitution. !.e corps lecto-
ral e t ap ele" se prononcer
sur des ques ions importantes.
Le moment n'est gai ni sou-
riant pour le peuple hatien.
Il est en lace d'une crise li-
rjnncif et conomique dont
les eftets s'n prolongent C'est sous des
couleurs sombres que, de ce
ccVe la, il entrevoit l'avenir.
Dans le mme temps, il doit
lutter pour ravoir sa souve-
ranet nationale. Nos soucis,
l'heurt prsente,sonl grands;
nos p coccupatious sont plus
grandes.
Il n'est pas grand effort
faire pour comprendre ce que
notre actuelle sitoatloa ei'ge
ic p 'riolisme. dt discipline,
dt modration de la pari cit-
ions les citoyens, i.eux qui
gouvernent et ceux qui sont
gouverns. La lesponsabilil
est en haut et elle est eu bis.
r/est un grand besoii du mo-
ment que tous le sentent ci le
> oniprrnneat.
Besoin d'aata..t plus urgent
que nous voil, de p; r le jeu
des institutions, en pleine p
riode d'activit politi ienne.
Il ne laut pa le regretter.
Notre regrt ne servirait de
rien. Il laul tout simplement
a'accomo 1er 'tes ex gencea du
rg me d m. ocra tique. Ce r-
gime a ses lois, ses ^les ses
principes qui en somme, ue
ont |;is plus mauvaise..
Ce -i i convient, c'est de
reap ci* r ces lois, ces rgle,
ces principes. C'est de les ap-
pliquer. C'eet de ne ras 1 s
fausser Plus qqetiamais,aui
heures graves pue nous vi-
vons, leur respect et leur ap-
plication sincre impartent.
v seulement quinze mois
diitcrvalc, la nation est ap-
jclcc lire ses dputes el
cette lois voter des amen-
dements:! la Constitution. Ou
se souvient que l'an dernier,
elle inscrivit son compte la
belle journe du 14 Octobre.
Journe calme et pacifique.
s'il en tut, el glorieuse pour le
corps lectoral hatien. On
peut crire, en tle de celte
page d'histoire : pas une tte
casse.
(J.ic sera la journe du 10
Janvier 1932? Elle sera ce
jue l'on voudra qu'elle soit.
Si personne ne viole la loi.
n'attente ans droits dea ci-
toyens, n'entrave les liberts
publiques, il n'y aura pas
redouter que la consultation
lion populaire du 10 Janvier
ne soit une nouvelle magni-
fique affirmation de la sagesse
du peuple bail en. C'est ce
rsultat moral que tous, de
haut en bas, doivent patn'oti-
quemtut travailler.
Ds aujourd'hui, nous en-
trons dans les phases d'une
seconde exprience politique.
Elle sera tavorable ou del
vorable. Mais les responsabi-
lits seront conlrontes et d-
parties.
-rrrr^" mm -^
Chanqement
dtadre e
i oui cauae t * ndi e
ment et dans le but u do -
uer pleine et entire satisla -
lion ses clients, la Mais i
Hvppolyte Jeudy est tr; nst
re a oie de Lop.z, eu taa
de la Poste.;
*30*..
... a vu nn Monsieur qui vi-
demment n'est pas de Port-au-
Prince, ni mme d'une provin-
ce trs pror lie. entrer chez Vin-
cent et demander un cat,chaud
autant que possible et du lait.
Aimable, le patron se confon-
dit en excuses : on trouvait tout
chez lui : de la bire, du rhum,
Champagne et liqueurs, des san-
dwichs varis, au lait mme,...
mais de cal, ni chaud, ni froid.
Vous tes pataats, vetts
autres de Poitau-Prince, fit
l'homme de. province en se re-
culant, vous marque/, eu gros-
ses lettres devant la >orte CuJ'c.
et mme Grand Cal, et voila
que c'est justement le caf qu'il
est impossible de se procurer
chez vous.
.. vit l'homme s'embarquer
dans la soire mme pour son,
lointain patelin.
. ' voit comme autrefois,
de n ndre 8 heures chaque
matin, au bord-de mer, entrer
dans les magaains, rrer de*
mains d'exnoitateors.s'informer
connue s'il avait un* illaire
proposer des enur* du cacao,
tu cal, du m el et dea peaux...
Ctln surprend un n- n do U part
du fonctionnaire grassement r-
Inbu qu'il qielqncs moi*. U Hat.sfait vo-
tonlitra le curiosits : Je ae
veux iris perdre le contact avec
lea a ft tires, cardans l'Adminia-
lralio\l* sen'i-uent de scuri-
t n'e>i !>s touj >urs de langue
dore. Je peux tre rvoqu
demai il est donc sage que je
m'arrange, pour reprendre
sans trop long intermde
les afhires comme autrefois.
... sVst large ouvert admi-
rer ce sage.
*

... n vu l'autre jour eu assez
Mauvaise posture, l'homme qui
affronte les lions sans trembler.
Un groape d'amis l'ayant encer-
cl une table de l'tablissement
qu'il dirige .. ou l'accula A nu
cluel eut cock'ails ... Sana donta
l'Eldorado a la spcialit des
bons cocktails, mais justement
parce qu'ils sont excellents, lia
montent asaez vite la tte, en
mme temps qu'ils vous des-
cendent d ns les jambes. Au
lcrue coup... Kred demandai
grce. Pas de quartier,lui r-
oliqua t-on en chur... Au viag-
time cock'ail l'homme aux
i ois s''crin: Moin batt bas...
Traduisez: Kamarades...
Quatre quatre il escalada
les in oches de l'escalier c]ui
conduit sa chambre... et rou-
it ml comme un hydraviou, il
dormit dit heures de suite... et
se rveilla comme bien l'on
pense vaseux, mais prtde-
mmdersa revanche.

.. voit qu' Port-au-Prince la
mode, i chaque saison, imposa
du nouveau : La bire Natio-
nale (qui aujourd'hui a totale-
ment dtrn la bire alle-
mande). Les ptes alimentaire*
Nadal. L'Exposition de Meubles
P. Auxila. Le Khum Sarthe Ca-
chet d'or. Les Pythouissee... et
leurs Pythons. Les Chapeaux In-
digne. Lts piques-niquee lec-
toraux. Le cock'ail Voronoff do
l'Eldorado.
La dernire cration en date...
eh bien I c'est la ciijarelte Cham-
pion. On n'est pas i la mode,
mais pas du tout, si l'on ne peut
l'ami qui vous demanda une
bonne cigarette, tendra l'l-
gante po:-h tte Championque
Monsieur Hnomoozis vient de
lancer dans le commerce. Are-
me, goiit, prix, prsentation.
t ml cou out a fair* de la ci-
-u ion : arette
l s lg mis, et le cri du jour.
1
\ssurez-vona contre accident
& la (ieneral Accident Pire 4
Lite Asusrance orporatiea la-
mi ed .- Vve F. *ermi ghatt.
Age i Mnerai i**ur sUill*


*Ajifc. '
Lfi MAXUS ^ l>tatei *931
'Mk-WMBMM
!*
M
00 onomie
cl Bo
iusoiu uc "
I ITl-

V^'^'E^T
Distributeurs: Mohr& I
P. (). M Port au-Prince, Hati.
Quelques SuggostiDi...
- o
AUTOUR
DE .v
Rvision Constitutionnelle
%---------
I
LE SUFFRAGE UNIVERSEL
Au lendemain de la Grande lin. tncepable de comprendre
Consulta iou populaire du H les graves, problmes et leur
relativit, rile condamne s:ins
Octobre VXii) el a la suite fie;
manuvres dloyales inh-
rentes a toute campagne lec-
torale, manuvres qui le
lus souvent, altrent la sin-
crit du rsu'tat du scrutin.
j'eusexpriwer mon opinion
sur l'opportunit de restrein-
dre le suffrage du peuple,
sans crainte de mcontenter
ceux l q u i venaient d'tre
l'e-bjet des laveurs de la Sou-
verainet populaire. C'tait
dans un but purement sp-
culatif, sans considration de
tel ou tel candidat victorieux
ou vinc, que j'opinais dans
le sens du suffrage restreint.
Nombreux sont ceux qui me
donnrent la rplique, les
uns.sous une (orme malvoli,
les autres, dans une prose
lranchement impertinente. -
Ma satisfation et ma rcom-
pense rsident dans le revire-
ment qui s'est opr aujour-
d'hui, dans l'esprit de mes
contradicteurs d'hier.
Le retour nos Institutions
Nationales et h Dsmiricn-
nisation des services de l'Etal
entranent, l'heure actuelle,
l'tude d'importants probl-
mes dont la solution dpend
de plus d'uue rforme.
Parmi ces graves questions
qui sollicitent notre attention,
se trouve le Su II rage Univer-
sel.
Nul ne saurait contester que
la grande majorit du peuple
est compose d' Analpiia-
bts >.- Dans (juche propor-
tion ? Un ne le siit pas en
core, aucun recensement se
rieux n'ayant jamais t en
tam dans ce sens. Mais,
sans trop s'carter d'un chiffre
exact et sans exagration, il y
a quatre vingt pour cent (S:) ,)
de gens ne sachant ni lire, m
crire et partant inconscients,
en matire lectorale. Ce tort
pourcentage se rencontre snr-
tout dans les campagnes; c's t
la massa rurale, (/est vers
cette masse que vont les d-
magogues et les exploiteurs,
solliciter nn mandat, dont ils
font le plus souvent un mau-
vais usage.
C'est elle qui dcide du sort
du candidat et pourquoi?
Parce qu'elle est enveloppe
de tnbres et n'a pas d'objec-
tifs. Aucune lueur de pense
ns traverse jamais sou esprit.
E'ie se rulie des mieux In-
tsulienni et s'enthousiasme
di menteur qui a su flatter
es mauvais instincts. Inca-
pable de raisonner sur I s
neul les ides les pins
i ;! vives et tout ce qui ne
peul pas lui procurer uue
jouissance matrielle et im-
mdiate.
i.e suffrage universel cou"
sacre dam notre (]h irte cons
litutionnelle n'a jamais t une
garantie de la bont des
choix. Dans le pass, un
candidat tait lu sens avoir
pralablement pris contact
avec ses lecteurs; dans le
prsent, c'est le plus aud i
cieuxoule plus tort une qni
est combl de la taveur po-
pulaire, sans qu'il soit, peut-
tre le plus qualifi ou le plus
digue. Rarement, les choix
sont heureux, comme ceux de
quelques uns des triompha-
teurs du 14 Octobre 1930,
parmi lesquels, se trouve
Celui qui dirige actue lemen<
les destines de la Rpubli-
que, -- l'h tinsse que l'admi-
ration publique spcialement
dsigna a l'attention ue l'As-
semble Na ionele. le 1S No-
vembre l'.r.o, l'homme dans
li vie duquel il u\ a pas de
tautc i lever, l'homm
qui a passe par les plus hau-
tes fonctions de la Rpubli-
que, sans y jaunis laisser une
parcelle da sa dignit et de
son patriotisme.
Il faut donc retirer des
mains de t'leeieui ili r.:
cette arme ho:n ci le quest le
bulletin de vole; il tant uue
rforme salvaiiice qui nous
pargne te spectacle dsolant
dune loule qui applaudit
t.ot et travers, tontes les
billeveses dbutes par .un
lidal eu mal de nuire; il
faut, qi e seul l'lment qui
peut crire son bulletin BO'I
\] ; qui est h bile clv.il ir
m indataires, pour que le
vote s rit clair; nom* que le
DSOUge, l'intrigue, ia rose
et U COI i uptJOU soient banni*
de nos moeurs lectorales ;
pour que la masse sente la
ncessit de s'instruire; pour
qna l'enseignement p-imaire
et rural, correctif oblige du
suffrage universel, soit plus
eu honneur dans uo> campa'
gnes.
11 tant pour cela de l'ner
aie; mais l'nergie daus le
Bien, l'nerg e que rclament
les situations dsespres
(i h y a de la sagess", a
dit du des brillant* chfoni*
queuis de ce journal, a
considrer l'lectoral comne
u'ie fonction,plutt que com-
me un droit de l'homme* -
<( fon tion -.aunn
V-oS
questions d'intrt gnral etl/oi (el'indpendance.
collectif, incapable de discer- 'juoi de plus judicieux!.,,
cr le vrai patriote, du eabo- J&Que i'ou iuiioeiuise donc

jdans notre Charte, le suffrage
restreint ou le suffrage deux
{degrs, (cette tonne, connue
Bdf dans notre statut politi-
que de 1846 A 1141 V Ce
sera la glo'reet l'bonnei"
in tiouvernenit ni lu ores ;
gienx M* Stenio Vincent, d'..
voir provoqu un engour
ment, chez les campagnards,
pour l'instructien publique
ou d'avoir tacilit lclosion
d'une reprsentation natio-
nale plus saine et moins
intresse. *ir?si, il ser
en la compagn c de Cha -
les IJ noist, poui i. Franced
Vlussolini, pour l'Italie
i'.litres grands hommes d
t it qu anal les rformateur
hardi des pays d'outre-mer. J
Bmthonv maleti:,
(wecat
P. S. A bientt d'autr
suggestions.
13 M.
R&ifflACIE
GiONNE
49, Rue MSmSff
88-90, Eoulevant Sbastopol
PARIS .
vendant
LE fYIEILLEUtl RIARCHE OU hlOtlDE
Predults ces Pnmieras marquis
et toujours de premiire traieniur
UNE SEULE QUALIT :
' LA MEILLEURE
layon Spcial
POUR LES COLONIES
DROCUERir. HERBORISTERIE
SPCIALITS
Franaises et Etrangers
SELS DE QUININE PURS
Tous p-oiluitx en flacons,
mmpoult, comprim*, cachet*
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
PANT^OES, CEINTURES
i 'AS A VARICES
APPAKt'ILS HTGINIQUE*
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Seringue* hypodermiques
Pharmacie de Poche, de Ispge
Coffres Pharmaceutiques
peur Lsines. communes, ne.
Soit
'ce
Thtrale
Nous anpreno'is avec mfi-
niaient de plaisir que Madam
Jacqueline Wiener Sylvern.
poursuivant le beau program-
me artistique qu'elle a inau
gur la saison dernire, p>-e
senters Cin Vrits le sa-
medi 7 No/embra prochain
Li Maison Cerne le drame
mouvant de Monsieur Pierre
Frondaie.
Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Plurs** CANONNE
49, Rue Kaumur
13-90, Boulevard Sbastopol
IPARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
i *n Fra .ce ni l'Eirmoi.
C'EST CE
o -
C'est ce soir quejla clbre vio-
loncelliste Tcbco^loT3que, Ho-
qumil Sykora, fera admirer son
merveilleux talent, dans l'ex.
eiition d'un programme de
choix, hrissd difficults tech-
nique!, qui exigent une virtuo-
sit sre et sans dfaillance.
Monsieur BogDtnil est une
vedette mondiale, nui s'esi lai'
applaudir dans toutes les capi-
tales l'Europe et d'Amrique, e
il)U^^VJ^mU-:?S,1lII** pour nous un- prcieaae
a baine que le hasard et sa
fantaisie l'aient conduit Port
aux prcdents spectael s
| prsents ;ir Mme Jacqueline
Wiener Sylvera et efii ont
j applaudi L'Klincilien i tre Bol bec et son Mari |, ne
' voudront pas ;nm.iuer celte
' nouvt Ile soire thtrale qui
ouvrira si grandiosemeut ta
srie de* ttes de lin d'anne
Cette tos M idnme Sy era,v, ., .
... J M classique do t le
pour repond e a de nombreu- ,nri. i;is3Pn, ous |
. sfs sollcitanons, nous p:%
s n era un drame, Ira me if
guerre,o la passion se trouve
aux prises avec le devoir
j Le sujet de la pice laira
particulirement notre mi
li u. Aussi nous ne saurio s
\ rop inviter nos lecteurs
aller < n I uh a Varits 'c 7
Kovembi e urochain.
Location d'aprs plan de la
salle.
Htel du Champ de Mars
Tlphone 3253.
CIGARETTES
(t
o
)l

au-P'ince.
De lavis de invi es par Mme Voilant, ont en
la bonne fortune denfendr
l'autre soir une rolilion du
grtnd attise, Mr Bogumil >s
un xcu -nt hors pair doub'
l'un cnmi)niiipur original
es parti'ion
es program-
mas de grmd concert.
En rappel n que Mr Bogu-
mil se- < accompagn au piano,
par Madame Lu ie Dfly, don
o-' connat suilisainmenl le je<'
so'M'te f MUnoi\ nous n" sau-
r ons trop -iig;in le public
pas manquer l'esceptionne
r*g l q e Cm-Vani-s oflre
soi
Depuis medi, il circule-ans
}lo||1 l'or'-au l'rince des ciga-
reit.s CHAMPION, elles son
vraiment excellentes.Pourquoi?
parc* qu'elles sont fabriques
par un expert en la matire. Mr
Steveaa Iloormoozis. Aussi les
amateurs de bonnes cigarettes
doivent les essaver.
Dpt de Venie:
1724, Rue du Magasin de l'Etat.
-
Le Hiiim Barbanconil
NOUVELLES DE MMC
Zfuetob e.
On minde de St M ire que le
Magistrat Communal, Joseph
Martelly, n'a pas observ les
prescriptions lgales dans la for
mation du bureau d'inscripoon
qui a t laite sans tirage ou
sort.
Il y a eu une protestation en
due forme laquelle a pris part
le notaire. A bientt dtails.
Les membres .te hatociation
sont convoqus pour dimanctie
1er Novembre, 4 heures de
l'apris-midi.
A l'ordre du jour est prvue
l'lection (l'une Commission
pour vrifier les comptes du
Trsorier.
Echos
I ans uce communication
Ijj ) hfsse, relative A l'tal
des mi., la Direction- g-
nrale de* HitViUX publies
dii: sans 111 e dans A tat
parfait, le tionon Por-au
Pimre Gonavesse tiruve
daus des conditions nieiileu-
res que relies qui avalent
exist de moi octobre, tan-
dis que celui Jjde Gonalves,
Cap a t considrablement
amlior au poiut de vue tech
uique. i
Le Japonais Chubei \ambu
vient de sauter 7m.98 b Ha l
de prs de % centirrtres le
picdent record mcudialdu
saut eu longueur arJ m
longtemps par notre cham-
pion national Cator. Non*: ne
savons pas si Je bond de
7m.98 a t rgulirement ho-
mo'ogu. A quand les 8 n.
trs, Sylvio ?

plss de 200 jeunes gens
se sont prsents Dainieus
pour s'inscrire aux co us de
l'Ecole centrale dcrie dture.
85 ont t choisis ci m ne in-
ternes pour les cours nor-
maux et 10 pour les cours
d*. gronomie ; la cou.me ex-
ternes pour les cou s nor-
maux ai 46 pour les cours
d'agronomie,


On annonce le dpart pro
tliiiiii de M. ie baron .1. tu
Cannas, charg d'aflaires de
France en Ha ti, d ram i\ I -
seuce de M. Wiet, jui rsi-
gnera bientt san poste e
qualit d'K. E. el minis re
plnipotentiaire.

A l'Usine de conserves d'a-
nanas, au Cap-Hatien, a la
suite d'un accident aux ma
chines, la semaine dernier-,
deux ouvrires oM t bles-
ses et dorent re transpor-
tes l'hpital luslinien. i
?;
Au Cap-Hatien, i% semaine
prcdente, le nomm Andr
Delima, arrt pour vol d'am-
poules lectriques la Cath-
drale de cette *ille, ayant pris
la lui e, tut abattu d'un coup
de revolver par le girdequi
le conduisait, e malheureux
mourut sur l'heure
On ne s'lvera jamais assez
vivement Contre ce procde
barbare de tuer un homme
comme on tue une bte.
Le projet de banque agri
cole recueille des adhsions.
Plusieurs canal lites hatiens
s'y intressent Les promo-
teurs sont pleins do confiance,
d'autant que l'r ppui olfciel
ne leur manquera pis.
L'Opinion
Noire confrre nous prie
l'annoncer que ds le dbut
de la semaine prochaine il
reprendra ses publications r-
gulires.
Il prie ses aimables lecteurs
de bien vouloir excuser le
contre-temps qui avait empe
th ces jours derniers la pa-
rution de t L'Opinion .
Des diffi'ulW.- se som u
"lire ;ie (rover^*^
Conseille r-I inaacier a el {t
duliurKi 'e lexerr'ire JPpo
nolamnii-nt, le n;.r*chf'>l
leurs .rai-en.r.u^t s.
jobre anx ,. net o ^^
Notre conl're Lr>r..
H intervuw.rM.h, Vf|
omailler.hinancir Qu ,"x'i
it,entr'autm; r,1Mlwl
*J'.i rru une |titrt H M
Secrtaire d'Etat des%/'
me disant que. si leS lp gjj
encours ne peut sVflecti.7 !
dKtst m.ndque(|Mhlllre!'d;
passe de cent dix mille glt4
le douzime provisoire aW
il vaut mieux que tout oaiJL '.
aoit .uapendu. PtntH (
Ainsi s'explique ceqni|ll!!
arriv. Les paienienulo"!1
repria ejnandie recevrai roS
du paiement de M. ie SecX?
d'Etat. *cr,w*
e son ct, M. Eraaat 0
yon, Secrtaire d'Etat d r
narces, a dit notre confrav
Voua ponm cepindonldin
vos lecteurs que le Gonvir.
nement espre bien. qQ'avap,,,
nn de celte semaine, |W| ^
Innriionnairea et emploi, -
I hlat auront reu leur ck
que .
Celte dernire dclarais
diqne qu'on n'est pas loin
trouver une solution aux dilri.
cultes actuelles.
A CI-Ilil
Grande re(rsenlalion th.
raie offerte par les acfeorsdi
La Renaissance avec Patrie
nnanJ mmp... et l'Ecole
Mutu"e". Monologue crole
par Poa-Voufe.
Qu'on ne rite donc pas ce
rgal aitistique.
L'entre gnrale est fixe i
2 gourdes.
ON EMPLOY susrn
M. Bonhomme, emp'ojlij
Direction Gnrale de l'EnseM
gneraent, a t, par mesure d*[
ci iilinaire, suspendu pourqoinzei
jou s de ses fonc'ion, ejiotf
retjs d'excuter les iasfraclioeij
de l'un des Directeurs de l'l*j
eignemeur.
LA
E
C
M
GENVE.16ocloare.-!lH
da s'euvnr Genvs uneconif
renc* internationale ponrtrei
miner la question de la rlormel
du calendrier et la fixation dt
ttes mobiles.comma rtqse
atc. .
M. Angust Vascoucellos,Pof
tugal, prside celle confrencfJ
Les Etats-Unis y sont reprise* i
ts par M. Charles F. MarrirJ
qui m t dsign par ledpapl
ment d'Etat ; le t comit d^
nal amricain ponr la rwrr
da calendrier est prt
par le colanel O. N. Solbert.
Jent
m
\
/
Les Meilleure
Pour Bbs
parce que c'est la teole fcfH*'
qui t
CUITE SANS FEU~.
AU MOUUN-PENDAN12 "
Flocons * Avoine 3 Mc^
enl la renomarte est^uverseile a gard a premire place
Demande! partoet :
UTI B^RRANCOUilT
pt >rte des Caan


aaMsaMaWI
\
Lh ai.jiiA -'.' o tuiii-w ijji
.-..-.
. *>
Bi.ii|jai
asu
AH
.1k .
le pneu -GOODRICH SILVERTOWN rsiste la chaleur et l'usm )ro-
deiit de ce que le pneu Goodrich ne stchauffe pas. Le traitement de ont-
jiouc limmunise contre l'action destructive de la chaleur et lui conserve toute
soup esse et. son lasticit. La mthode de vulqanisaiion l'eau sous -ion,
niploye pour la fabrication des pneus Goodrich reparti,! partout la chaleur cluno
,on uniforme, ce qui contribue encore leur solidit et leur longvit.
Les pneus Goodnc sont continuellement amliors pour votre plus grande se*
rite et votre plus arand confort. Les recherches et les expriences se poi.. uivent
ns relche pour que ces pneus vous procurent un vdomciraqe toujours plus
eve,
-S%
QUIPEZ VOTRE VOITURE OU CAMION DE PNEUS GOODRICH!

Ions ces avanlaqes sonl runis dans les pneus Goodtichl
Les meilleurs en fin de compte:
UA1TI4N1I0TOI
S. A.
DISTRIBUTEURS.
m.\M
EDE
Bps avons reu un beau vo
iveri-brun, publi par l't>
Pan-Amricaine, cente-
Iles programmes el rgles
econd concours en vue du
h d'un architecte, pou- la
traction du Phare monu-
Mal que les nations du raon-
Ifrigeront dan la Rpublique
Mnicaine, a || mmoire de
watophe Colomb . Ce volu-
f contient en outre le rappor'
T|nry international, les des-
"ipnmi et d'autres desiin*.
Itnis au premier concours
J ce concours avaient pri'
pldis architectes de plusieurs
jj'i Europe et d'Amrique La
production photographique
Idessmi et prsentation \y
^phi-jm- du volume consti-
pl.one magnifique ralisation
Wistiq-c qu'il lail plaisir de voir
ft d'admirer.
Les auteurs des dit dessin
prims prendront part une
deuxime preuve de concours
sur laquelle se prononcera le
Jury international qui ru-
nira en la ville de Ri* de Ja
neiro. L'architecte class pre-
mier recevra la omme de
10 MO dollars et devund^al' i
cbtecta du Phare de Colomb.
Cin-Taldi
ce soin
MTHODE CYTOPHYLACTIQUE ..
DU PROFESSEUR P. DELBET
DELBIASE
I Comprim* aux Mit halognes d*
MAQNtlIUM
Recommand dam Im .fr.clian. d. ta
PftOSTATB
PRVENTIFju CANCER!
, ru* Vhliuti. Prli *t tultl thtrmttln.
[/Intrpide Canadienne
( SUITE )
Entre : 0,60 ; Balcon : 1.0t.
DEMAIN SOIR
Sur denninde de 11 mbreuses pr-nonnes:
I lie d Amour
svfc Claude Franc et Pierre Batcheft.
Entre : 1.00; Balcon : 2,00.
REMERCIEMENTS
Mme Vve Emile Dereix. Mr
et Mme More Dereix, Mr et
Mme Gustave La raque, Mr.
Andr Dereix, les familles
Dereix Lara que, I) ili e lois
les autres parents et allis
remercient S E. le Prsident
de la Bi oblique, la Presse
de Port-au-Prince, S.G.Mgr
Le Gouaze, La Lgation de
France, les Irrea de lloa-
trur'i n hretifl i e, es Pres
de Si Esprit, Los Religieuses
de SI Joseph, de Cluny, les
nmis le la Capitale rt de la
Province,iiui l nr ont donn
d( s m r\|ues de sympathie a
l'occasion de ta mort de leui
regrett
Emilh Dereix
j et les prient le croi e leur
i vive gratitude.
ET
Aniii Uihungue ami Herna
dino Uosillo, Conful-GDrel
d'Hati au Vem zcela, nous a taii
le plaisir de nous envoyer le
Domro du lerOcloI re du tour
nal El S( de Caracas qui
pu [i f ton du > Aot iv e
on p< rti oit de Prsident Vin-
cent.
H( ii crcietric al i .-.u Consul
Gei ; our ti charmante at-
tention.
..-rf". & _ .. ..ji
:, Sie
CY87ITT CRnaTsriiE
URINES TnC/UBIC*
ABTIl. le RHUMATISME
Gurison par l.i
KIT!
E
Ut da'laur.
Olarlllo les nlBN SI U,!.!;i! I ulflt iriapaa,
UtSis! VIDAL, 1G,rorJCi i !V. PARIS I
**
S4<|
mm
Inmrancp Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
' Aaents Gnra ux[
Toi: p.s les Polices
DE LA

il y if i y
H
4AA9K
comprennent la Protectio aotre I?
Fondre sans auamentatioii de t^x
EualeBossf
l
MJmKmmmm^m
Aaents Gnraux

Si.
ar.
(!!ai^BBB0MKl


Jeudi
29 Octobre 1931
MICHEL LAHAM
210 212, Ru* doi Fronts-Forts
o-----
M il son
Tuiles
vjnhnt imllliir ireh cf n .pirUit *)!
un taarctie* IA1WI etvotti sert- cltl-s.
un y trouve les marchandises suivantes
Crpe de Chine suprieure
Crpe radin
Toile de soie
Crpe Ginette a eurs blan
ches et couleurs
Voile de soie uni et Heurs
Voile suisse sup.coul.et bianc
Organdi suisse couleur extra
suprieur et blaur.
Orgiridi suisse suprieur
Opaline couleur
Voile merceris uni
Voile a Heurs suprieur
Voile Heurs
Raplisie Heurs
Tte indienne unie et fleurs
Soisetle unie couleur
Satinette unie couleur
Ind*en dessin et carrj an
Indien sup. a Heurs
Kftdras couleur avec barres
(retonne sup. A Heurs
Cretonne (leurs
Diablement loi t couleur
Percale blanc suprieur
Simili blanc suprieur
Tulle blanc
Tulle pour lingerie
Tussor de soie
Molleton couleur
Tricoline de soie barrit
pour chemise hommes
Cacherairieune noire
Cipe pr.ur deuil
Toile pur lil pour lingerie
Nappe couleur
Toile pour raaelas
Jilicot mou
.iicot \ amilbanca
Calicot extra sup.
Toile a drap* colon
Toile drap demi (il
Toile drap pur fil
Tussor de soie double larg.
pour costumes hommes
ShmtuL'g sup. double et
ajmple largeur
Driil sport barrea
Casimir anglais noir
Casimir angl. sup bleumorint
Kaki blanc sup.
Diill blanc pur Ql et dl ill
Liane dem lil
coalises
Demi bas pour fillettes
Chaussettes hom. Il uni et
lourcheltes
Chaussettes hommes merc
et coton
Chaussettes pour entants fil a
fourchettes
Chcmisseltcs hom n f ordi-
naires el sup.
Bretelles l.om. et p u- eil.
Ceintures hom. |MW Ceinture a hom. imitation
cuir.onr douzaine
Ras de soie
lias de aoif *'p.
1 lil marque Doue c* nu .:
l'aa merceris t\ pi ots
Souliers caont'h me imhk
entants coul. et blancs
Khanlilli oie Ma** e' roui
Dentelle ehantilli ivef a nt
Tulle inc B*t# 3(4
Gnipnre rritie
Rchfl'till' m en 1
eigni en fi o*
Cerclas pr 1 h> ve 1 \
Peignes eerebs et barrettes
Poudre marque L. T Piver
voudre Chramy
roudre Virvi!
Houppe cygne et houppe plate
Sacs main cuir suprieur
Sacs mains imitation cuir
Brosse pour habit et tte
Boucles d'oreilles croles e
hontes diruensious, en gros et
'dlai!.

I Ruban COU leur I
Fard et crayons pour lvres
! ("ravaltes hom en crpe de
Chine avec pochettes
fravettea sup. franaises
Couvre b! Hmelle fleura
Couvre lit soie
Savon et poudre dentifrice
marques De. P,erre,Kolynos
Bndictin, Botoi
Jarretires rem par aune
Poudre marque St Denh en
1 boite mtal
Partum ei poudre Hinb'gsnt
otiou marque Jn lil au i fils
Lotion et poudre Rve d'Or
Cicmc de beaut Cheramy
Eau de Cologne Foivil
Chenaiscs hommes, marque
Arrow couleurs et blanches
Chapeaux laine hommes
Chapeaux paille a hommes
Chapeaux laine pour enlants
' hapeaux pour enfants
Casquettes couleurs Faux-col sup
lehapeaux de paille pour (il-' Lotion l'orv.
faites garnis 1 Toile cire pour table
Chapeaux de paille de soie peaux et Heurs.
Savon fllycrioe en flros i t,
Lotion. Un parfum d'aventure
Savon Eau de Cologne. Piver
Savon Rose Livande.ro. Piver
e b cr
Le Mali
4 TA -iZS
25nae ANNIE N* 73l
Port au rince
d'ph n :2 1.
MalM-MWk.
,.M*l#f.' **%
i'nti Un n
y*g*%l

UNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre AS jdes portatifs.
Tes quatre modles de pus 10s portatifs COLUMBlV reprissent ce qi'il y 1 de aaisu*
pa-mi Ips o rtatils fabriqus clan le monde.au oaint de vu<\ v>t li. fi li, et s irtj'. 4e saa m,
Le modle No 193, l'aristocrate, cm nn chef d'er ivre, au plot le vue fatal a.
1
Passez, an Dpartement Ci)LU\iQIA et va 11 serez sarflris^d'eaha Ire ta Itrlt sr.ajrl de
ptlit instrument.
Le/larage KVFIFIR sera apurent it va m dealer une l a nstriti u Us l Vve tti ]mz Mae
de pertatifs en stock, et aussi des radios-ph >nos nouvellement arrivs.
N'achelrx pas avant d'avoir entendu les instruments COLUM*li.
Le* notes magiques reprsen eut le staudarl de la SeJPRbVCATIE*
;
KNEER'S GARAGE
Agents: P. CHfMBZ
C. PINARD
rORT-AU PRIMCE
- Petit Gove p. CARDOiO
- S in MWr0 car. DOUGts
Th. C IRrrVl Jrtnie
- ays
- laernel
' > k.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lifo
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scottand )
Lai la GENKPAl. est ULe des plus ptiiaaaulesel aaj plas Btaa erfaaiaaaians
ie ce geurt. Le saleil ne se COttche jamais sur sou champ d'action qui eaakraaae le
m-eUtle
Ses Polices'coatre incendie couvrent eusai lea lgftls >. isi mm >'
Ses Polices pour Automobiles couvrt lit vols, Incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses' bicus.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont pafiklaa ea Hati
Ses Polices contre accidents sont valables dans 1 Uttivera entier. Tona le voya-
geurs devraient d:nc preadre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollais, la prime annuelle n'tant que de 1/3 / *ti 20 dollars U. C
Veuve F. BERMINGHM, AuxCavcs
Aaent Gacal pomr Mil-
Port au Prnee. iG. GiLG
JEAV KLANCHKTJ pmie
^OL'S C.I-'NHJ
!
, f*.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Le la h 11 ni Sailhe
C'est la quinteseenee dea meilleurefj
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs. |
C'est ee qui fait son armf. j
GOUTEZ ET COMPAB1. Z !
Mosaque Uatheaim
Cha. 11. i- aicu.... che & O),
12^4, Chemin des Dalles, 12^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs