Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03751
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: October 26, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03751

Full Text
Clment Magloire
DlRECTLLK
rDS RUE AMERICAINE 13S8
'TELEPHONE N2242
25ffle ANNEE N* 7512
Oa uiwe la o>lre, craiat la
houlc.t I cependant on se rsiste pas
au vire. C'asl se loger au aileu Ira
uni* quand oh craint l'haaiieil.
l'ense chinoise
P0RT-A0-PRINCE( HATI )
LUNDI 2G Octobre l31
a-jt l'Aulouoliile de Xtw York
rsousavons'iieu une inri
E du bureau des diree
I de la Chambre de Corn-
r"ce Automobile Nationale
tV-York visiter l'exposi-
Pnd-alitoinobite* qui aura lies
L'Jianvicr 1932.
IL*visiteurs sont invits gale-
12 discuter avec les direc
ELdes diverses fabriques d'au
KobiKlps principaux probl
Zqo'ont rsoudre les la-
Iftnts d'nuomobiles, leurs
Ejel sons-agents du monde
Sr, Ainsi que les tendances
llreiles de l'industrie auto
|Jle et dea transports en
Tifjl.
1 i,mardi 12 Janvier, le ban
l^innuel du salon aura heu
j/l'otel Commodore auquel
fptdroi'.t \>,i\ de nombreuses
|iaenn:-li s de l'industrie u
Kgohilc i-iiii dea E ts U s
d'antres raya.
I Fte en perspective
-o-
II se prpare pour 'e 5 d-
cembre prochain une belle
soire littraire et musicale.
C'est un groupe djeunes
et intressantes actrices qui
l'organisent. Celte tte sera le
great-event de la saison.
N'sussommesvraiment l're
des Or grs. Tout le monde en
lent.Dn23fiu 29 juillet 1932 se
iindra Los Angeles, dans
l'Etat de Californie, le premier
fongrs ioternaronal de R-
cration.
Celte runion aura lieu sous
m lOfpictl de la National li-
cration Associi i / io.'?, socit
dent M ee est le prsident t
"I, Hoover, Pr. : lecl honerai-
te.
Le Congi es sera de grandio-
loui lis pi 3 s ont t convis.
Syiv.o Calo: a t invit . ce
Cpng'a par le prsident de la
Jeiional licciYulion,
?.et Congrs Jurldiqu-
dHmois de novembre pro-
Bte tiendra Washington,
Congs emuel de Droit
raaliom i Panamricaio.
If Pierre Hndicourf, sna-
Bc la B i,tique, n t in
l y prcadre part Me Hu
ptri pcrl la semaine pro
10,
BUENOSAYRES
- o
L'd de no^ jeunes ami?, un
|*Poir du barreau de Porl-au-
fiiocr, peur f<2 reposer du ia-
*ar de h : < inaine, et se d-
*argcr, une heure, l'esprit des
Mates graves ne Dalloz etd'Au-
-Hau, .se livrait, avec une
Meuse anonyme du dancing
"jenos-Ayns. un petit Char-
}Mon suggestif... quand brus-
Sf.meal un client jaloux et in-"
, arable de rElablissemenl.c.
] |ft la jalousie ou peut-tre
'ivresse, s'arma lchement de
j01 couteau et prtendit laire
in mauvais parti l'lgant
nseur.
, L* geste de l'assassin n'avait
JWtusement pas chapp aux
mis du jeune avocat qui.en un
II* le main, mirent l'nergu-
Jfw.la raison, et, la minute
Pre.la poite.Jeunes gens,
*fi-vous!
DVOILEMENT 01
CHR1STARI0DEJANEIR0
Nous n'aurons plus les
nouvelles du Sans-tll
Il a t annonc que sur
des reprsentations des Agen-
ces de nouvelles rie Presse, le
Quartier-Gnral (tes forces
amricaines en UaTtl, qui
communiquait, cliaqua jour,
aux journaux les information a
reues Bar sans fi1, a avis
que dornavant cela ne sciera
plus.
Nous n'aoona donc plua
ies nouvelles du Mina-fil. Ce-
pendant notre confrre Le
Temps ajoute qu'un Marine
llii : pron.is >' it'i lourmr,
hoq t matin, 'ts ni nvelle
reues, disant, se: nn qm
sou Gouverne h ei t payant
pour lui faire > nir nr "
velles il tait libre ''e l^s
communiquer qui bon iui
semblait.
Le Prsident Trujlllo
confre rvcc son Wo-
T cici.iiie d'Etat des
Relations Extrieures
Dimanche, le Prsident Tru-
jillo a eu une longue conf-
rence, au Palais de la Pr-
sidence San o Domingo,
avec M. Uren i, Secrtaire
d'Etat a i. des lie!:-, lions Ext-
rieures.
A sa sortie de I' i!revue,
le Secrtaire d'Ktat n confi
quelques-uus de ses fami
liers que parmi les objets de
son entretien avec le Prsi-
deuta t envisage une visite
otficiele au Chef de l'Etat voi-
sin Port-au-Prince en f-
vrier prochain.
V?.10 de Janeiro, 1G octobre. -
,0rc grande statue du Christ
tottu ?nlJCercavdo, qui
cfifi ,Ul de Janeiro et la
'eJjie d'environ 8(HI rr-
t dvoile aujourd'hui
L'ne Pluie battante,
i do-1-* Sel)as,iar'0 Ltme
l!en 'a bndiction eux
thjQj '*Wl taient venus en
l'din ',ertl pied esca-
M,l raontagne.
LES ECONOMIES DANS
LU NiNE AMRICAINE
Washington, 10 octobre -
L'amiral William V. Pralf,
chef des oprations navalesa
prsent au scrtai.e Adams
un projet d'oprations navales
rduites comme moyen de sa-
tisfaire la demande d co-
nomies de* Mr Hoover pour
le budget de la marine de
1933
Des son retour d'un voyage
la cte ouest.l'amiral tour-
n son attention sur la re-
qute que M. Hoover a laite
M. Adarns pour une rduc-
tion considrable des crdits
de la marine pour 1933.
Les dpenses avaient t
es imes 401 millions de
dollars et le prsident dsire
les voir ramenes 340 mil-
lions de dollars.
Le nombre dea destroyers
construire d'aprs autori-
sation du Congrs a t r-
duit de 11 5.
Le projet prvoit une rota-
tion des navires en service
plutt que leur usage cons
tant, ce qui permettrait une
grande conomie d'entretien
et de personnel.
CABINET
Seymonr PRADEL
AMS
Les amis du cabinet Pradel
qui ont eu leur possession
des lives de la bibliothque
sont instamment pris, pour
viter tou e rclamation per-
snnnelle.de les rtablir en vue
de faciliter l'inventaire et le
contrle des ouvrages.
Port au Prince, le tf octobre
1P31.
t

ALIX ROY
29 annes de succs.
10,000 de Prix
OE I.MNVEI
Le Prcsiilcnl s'oppose nai prei el
Mpnak improductifs
Washington, 13 octobre.
L'appel adress par Al. Hoorer.
Oiix na'ion pour qu'elles ne
la*8*n< ni pls ni emprunts
d''irt/enl lia* n'est daus un but
productif, a t reu 8UX ap-
plattdiwi e; t d.s 600 dl-
aua i la ce Urence oommee
i'-'- p in ricaine.
l\ i H qm dcUratioa
qu':i avait I iite il y a qOMtra
ans devant 1 mme confren-
ce, le pn d a soulign
qu'une pareille mesure ;.ide-
rait empcher la guerre, les
embarras interoationani tt les
complications couemiques.
Je rpta cela aujourd'hui
a t-il dit, parc que si ca
eenaeil avait t suivi pendant
ees cinq dernires annes nos
problmes dans le inonde en-
litr seraient bien diftrants,
nos diificults bien moindres.
Inaistant sur l'ide.M.Hoover
a dclar qu'il considrait ct'.a
comme un enseignement do !a
dpression. Il rpta une par
tie de tvn nnclrn d i c o u r '
disant "si les nations s'abs-
tenaient de prter (t! l'urgent
pour balancer dea bn'ijeti
fiour des des arme3100ta mi-
itaires cl la guerre, ou mme
pour ce genre de travaux pu
blics qui n'amnent directement
ou indireelemeut aucun raa
port, une grande bendictio-i
s'en suivrait pour le monda
entier"
Traitant des quisi;ons du
jour, J). Hoover informa les
dlgus la confrence pana
mricaina que le principe am
ricain du gouvernement de-
mandait que les entreprises
commerciales, sauf dans d.'-
cas aieep'ionnelsi restent en
btement prives.
D'ESSENCE.
Wal'ar Critohow,. 1005 D-
S'i- d" U hfton, [llioot ?..
V. A l \'-' f>rv I- r nn nor> il
;' : .r ^ f,ir humide r -
-.i la (V'oni nation d'es-
sence ( I d'hiiilo des aulome
I '."-.. . ut des n pi isea plua
m..' '. :, des vitesses msxima
p!M AIve, p#rmetlan| l'ern
nloi d'essences Ips plus cr:!i-
n3Kes et dcalaminant les mo-
teurs.
iffa Tord lignalenf dp 11 27
kl) nu litre ; d'autres marquai de
1/4 4 1/2 en pi ne.
10,000dollars su k| aeea pou-
les meilleurs gains obtenus.
On demande des Reprsen-
tants pour les provinces et les
cantons pouvant te taire de 250
1000 par mo's.
Un appareil est fourni a l'es-
sai. Ecrire en angleis.
TEMENT DE L'INSTAUC-
Tl PUBLIQUE
LE
L
Le colonel et Mme Charles
L'ndbergh qui se baladent dans
l'air an Extrme-Orient ont eu*
leur deuxime arrident samedi
dernier. Leur monoplan venait
de prendre son vol de la cata-
Eulte du navire porte-avion
ritannique Herms, lorsque le.
moteur stoppa subitement. L'ap-
pareil plongea pic dans jles
eaux tumultueoses du Beuve
Yangtz en crue. Le coiip'1 tu'
projet dans le fleuve et tait
en grand danger d'tre noy,
n'taient l'activit et a l'ner-
gie des officiers et marins bri-
tanniques qui mirent uue cha
loupe l'eau et russir sauver
le colonel et son pouse. C'est le
deuxime accident survenu aux
Lindbergh depuis que l'a via
teur parcourt le monde par 1rs
airs.
Leur premier accident eu!
lieu au Mex.que, lorsque Lind-
bergh qui tait Mexico ensei-
gnant voler sa fiance, Mlle
Morrovv, fille de l'Ambassadeur
des Etat-Unis, aujourd'hui sa
femme. Pendant un vol au-des-
sus de l'arodrome de Mexico,
une roue d'atterrissage de l'ap-
areil on se trouvaient Liiid-
ergh et sa fiance, se d'acha.l
C'est grand peine pue les f-
ficiers d'aviation mexicains qui
observaient l'aroplane purent
prvenir le colonel qui atterrit
cependant aveu habilit et sans
tftxmfeiage.
La semaine dernire dam taa
colonnes de ce journat, noua
avions attir l'htteniion du D-
partement de I Instruction Pu-
blique sir- une ds grande no.
mniio qu> se constate :'i Pfii n
Ville.
Nous avions (ail ressortir
l'imprieuse ncessit de rou
vrir l'cole laque da garons
tant rclame par les combreu-
ses tamillea du bourg et de la
campagne, ou, au moin agi n-
di>- le local de l-cole des
frres.
Cette mesure est absolument
sage, car (Ile a pour but d' s-
surer le pain de l'instruction
un nombre considrable d'en-
fantsqui ne trouvant pas dV-
coles organises surplace onl
ebllgs de venir des secf o s
rurales assez loignes par^
fois jusqu' Ption-Ville.clitr-
her un peu de lumire.
Quand nous disona un nom-
bre considrable d'enfants,noua
parlons en connaissance de eau*
sp. D'aprs des n ns'ignements
puiss bonne source, le trs
dvou directeur d-- l'cole des
Irres dut relucer ces jours der-
niera qualra-V'ngti lves au
moins II serait bon de former
un antre ta-bl ssement avec ces
entants q i ne trouvent pas de
places ailleurs.
Nous esprons voir le Dpar-
tement de l'Instruction Publi-
que laire cas de celte humble
suggeslon.
A vendre
Trois volumes d'histoire
d'Hati ''r Thomas .\/aiou
ttt tonne il absolument neuf;
une collection de douze volu-
me des Lois el Actes, annes
1910 1927.
S'adresser
l'hilippe SI HRUt4t
Hue Carmfeau.
i
CHRONIQUE
STMAOCOISE
20 octobre 1031.
Le 11 octobre n '. une date
historique dam !.> annalea po-
litiques de Pays, L'anniver-
saire de ce jour mmorable a
t !,;/ | la Ci aie.
Un r,;i s'est coul et le Mon-
sieur Vincert, ki S de
la Rpublique, est au Pouvoir.
Les lections vont avoir lieu
ale'eal jce Chel da la Na'ion,
qu'o voudrait demander toufler les yutpslhie* populai-
res pour latrs triompher des
candidali impopulaires s que
In population dsapprouve.
Ces t impossible el le Prsident
Vincent ne peol q;:1 dsavouer
Ions ceux-l qui prennent com-
me plate-forme lector il : bu-
didat officiel . Les d ctiona
doivent tres libres, Iles* le se-
ront c'est le veau la i" iple,
c'tst le veau di Ki Nati (ci,
t n prtendus candidats ofl ciela
( Dput cl Magistrat ) tout l>
mi-iemenl leur petite capi-
ane;campagne san i cca
MaU li>.)|oif; -, ;;.-' . j|
d-.-clnrent des c ' ts o!fi-
etein ><. Il faut que | mot i'e
vrit soit dit; bien qie la loi
lectorale soit muette sur ce
point; une dcision administra-
tive deil rgler celle situation
dangereuse. Joseph Martelly,
Mag'.stral Communal, beau>trra
de Monsieur Lon Dvot (quiaa
lait passer pour un Mndidal
olficiel ), fjii ouvertement la
campagne lcc'orale de son
ehei beau-irre .
On ievoit cheval.se rendant
dans les sections, essayant de
araecolen du monde, H gesti-
cule et il maneenvre... Dana
ce l. posture, le Magistrat Mar-
i l'y (.v-. ,-.. i.. ,%.si;aa vnn'n
r tre pn idanl du burea i
d'inscric ni pour praider
anct I in de de Vole.
Nous demandons au Dparte-
ment de l'Intrieur de tran-
cher Il q'irs'ion.
H encore on a vu le
1 pu' et le candidat-
i ; itral ( les 2 prtendus can-
didats officiels ) a cheval ; le
Communal tai I
en service seommand... I b j e-
tite tronpe passait, resseml nt
a du enterrement d'indigent.
S ir la figure du candid i a la
M >gistralun Communale,on \o-
y il une cerfi ine tristaase; re-
mords de conscience et' ;u-
venirs inoubliables d< ; Elec-
tions Communales de. 1028..."
Lue lemme du peuple sonna
glas Inubre ; une autre ix
ajouta des propos drles, qt
les voix endiables d'une lo
enthousiasme iu uiv ut ce
cortge funbre, pous ce
cri de triomphe :
Vive 11 Ville de Ssin'- i
Vivi il berl P a! :
VERH
r.
L'AVIATION MILITAIRE
LiiiC
Washington, 17 octobre,
l)ici quatre moi--, l'arme an-
ricaine sera en possession de
la presque totalit de 1.800
avions que le Congrs > d- i cire ncessaires pour assurer
une dfense arienne satis-
faisante.
Le dparlement de la Guone
a command, pour prs de
deux millions de dollars d'a-
vion* et (te moteurs qui, lors-
lorsqu'ils seront livrs,compl-
feront virtuellement le plan de
construction quinquennal inau-
gur en 1920.Ces lorces arien-
nes.une lois constitues, il su'fi-
rn,pour les entretenir, de veuil-
ler aux remplacement i t'ees-
saire, .a marine possde dj
les 1.0 U avions qui lui oi.l t
assigns.
|.-. s 100 moteurs el les BS
viens qui lonl l'obji t de la
rcente commande du dpar*
te.mnt de la Guerre, seront
fouinispar quatre, compagn
diflrentes. Completsf t s- oi
de marche, avec les pii
r clia'ge ncessaires, ils mu-
leronl au gouvetueuieiil 1.831.
$i dollras.

...litdansThejPressNeiws.que
les nouvelles sont distribues a,
titre gracient, et ne seront plus
Bar? es aux journaux, qui s'avi-
seraient do les publier. Patru-
Iraa Impossible donc de vous
inlormer, mme par battements
de paupires, que la sant de
V'icor Emmanuel donne de s-
rieuses inqui udes, et que le
Japon refuse d'vacuer la Mand
chourie. Voit tout cela d'un
mauvais il.
... a vu sur la labl dir< e*e)i
riale cinq invitationsdillrenie*
>des pique-niques, organiss
pour la roma date. Lu formula
des cinij Impi I vnric pua>
et c'est in ceudiv nenam.'*er
auadqoi vous relu e- Je
votre pr ience i de il. uga
pe Intime, non- voui :, 're on.s*#
Monsieur le (); nos pi la
cordiales s ilul : m. renoua
la libert de vous -r que
la cotlaation est d \ il . ilollara
payables d'VI
Mettons qu'il y o a cmts
invits-co ni dol-
iais par I t la jolie
aomra de q 'e i dollars.
Doua ci i u org i-
nisateur de i :c prend
figure co:n et devrait
yrr patente.


... l'a vh i l'autre jour
au Grand lll da l-'rance
l'heure du cocktail. D'un coup
d'il il C\i son iv-; ection et (>
p,._ r-*- .-' -a Im table.S
taient occupes que ce serai:
de sapait, une grave impru-
dence de s'asseoir, en se mlant
A un groupe. Pour un verre qu'il
accepterait, force lui serait do
payer une tourne,
Pourtant il avait soit. Com*
mont procder? U salua 6 la
roule, et sa rendit au bir :
Deux cocktails, commanda-t-il
au garon, j'attends un invit. 3
Le cocktail servi,l'homme pra
rut s'impatienter.
Je n'aime pas attendre,
fit tl. tant pis pour le retarde*
taire, je vide mon v. i; .
Ayant bu ainsi l'un de*
cocktsils, il alla la porte, re
gard i vus le Nord, vers le Sud,
revint au bar, et froidement in-
gurgita le second cocktail, aprs
avoir expliqu : Dcidment
m in ami ne s'amne plus.
La pi ocd est pratique, mais
est-l digne d'un grand fonc-
tionnaire?

... a vu devant la Pompe de
Jahn Woolley la Grand Rue
une h longue thorie d'autos,
faisant leur plein d'essence,qu'on
pouvait croire ca un cortge de
noces... Notre il a cherch le
couple dans toutes les direc-
tions... et le chercherait encore,
si un gamin n'avait lait la remar-
que, tout prs de ,nous,que c'est
comme cela, chaque jour.


... voit que sous la Direction
de l'ascal A. Brun, ancien pro-
tesaeur au Lyce Pinchinat, les
Pnb!cstiona L'Abeille de Jacmel,
s'occupent de littrature, d Eco-
nomie Politique, d'Histoire... et
loit peu d'intresser le lecteur...
Pour vingt centimes de dollar
c'tst une petite situaisle der-
ni r Iscsicnle permet de suivre
si i < n est bien entran bien
fur la Solution par C Algbre
lmentaire du fameux probl-
me de la droite segmente de
fermt, suivie de considration*
sur le gnie prodigieux oTArcht-
mde, temploidela Mthode...etc
La Solution de M. Brun, m-
me sublime, dpasse notre
comptence, et plus encore no-
li patience.
Assurez-vous contra accident
t Ij General Accident Kire A
Lile Asusrance Corporation Li-
ed . Vve F. Hi- m'-'ghaja.
Agent Qeieal poetr Bri.
/r



A l'Ecole Certtn
d'Arts cl Mtiers
n------
III
Au temps oh lie orges Jacol)
dirigeait l'tablissement, il oc-
rpait un- granMe maison
lgjt spacieuse, m tin droite, t
in entrant le'. Je me rappelle [
lui avoir tj.it vi'ite un joir
^u'il tait un. lu de. Pouvez-
tus rae dire quand et pour
quelle raison cette maison a
disparu, demanda1-je Mon
sieur Dait^u^nave ?
M.j aus.si, je conuaiss.ii i
l'existence de cette maison,
me rpond-il. Je ne l'ai pas
trouve a mon arrive, je ne
sais pour quelle raison elle
t dmolie et les matriaux
disperss, puisque je Dfl les ai
pis trouvs. Si elle existait
encore, je pourrais m'en ser-
tit pour un local d'exposi-
tions d'objets fabriqut par
les lves. Je suis en train
d'envisager la meilleure mi-
nire d organiser cette salit
d'expositions ifln teur puisse se rendre co npte
de ce que les lves Sjut
mme de produire,
i-'iutit in ric et dans un tat
pitoyable et neipond nulle-
ment a sa deslinalion. Les
malades n'j trouvent presque
pas de lits. Csui qui existent
sont dpourvus Je matelas,
de draps, d'ortillers et d'ac
cessoiies Indispemablej. Par-
fois c'est sur b> mtal du lit
qu'ils si- couchent, ils n'ont
pas de costume spcial por-
ter l'infirmerie quanti ils
subissent un traitement m-.
dical C'est avec leurs vte-
ments de j >ur qu'ils passent
la nuit et ainsi tout le temps
le leur maladie. Il y en a qui
sont rgulirement la dite.
Ua litre de bit no suITijant
Mt, j'ai d sigualer le tait su
Directeur de l'Enseignement
ui'i * .-i-.**uvu piciruis
selon les besoins des malades,
Le dortoir ncessite BUIS,
de grandes rparations, fres-
que tous les battants de fe-
ntres sont dmonts, les
tjonds et pentures arrachs.
Quand il pleut, les entants
sont exposes tre tremps.
Une nouvelle fumigation
s'impose aussi en vue de d-
truire les punaises et autres
parasites dtestables qui y
abondeu-. Il parait que depuis
"928, on n'eu 0 pas lait.
Un grand tablissement
.Comme l'Ecole ne devrait pas
tre dpourvu de cloche. Elle
est indispensable. C'est une
petite sonnerie qui seit ap-
peler ltf lves et ou l'entend
peine. Un coiffeur est aussi
de grande ncessit, il faut
qu'il y eu ait un attach
Cl) Serre it Fw.~ Voir La Matin
tas S t 33 Octobre 1931,
l'Ecole.'Je suis en trainfdc
; les d ' 1 :hses cens.
E ;l-ce que le pr igr ini.ns
neut de 1 Eco 1 e
C importe la entture physi-
|ue?
- ffon, cela n' pas eii it
avant moi Les lves q u i
aot ordinairement rachiti-
ques et de nnt mdiocre
devraient, il nie semble, pou-
voir s'adonner de3 exercices
d? gyssjuastique pour dve-
lopper leur physique. J'en tais
actuellement fa suggestion au
Directeur Gnra! et j'espre
pouvoir arrivera faire tablir
un cours de culture physique
dans l'tablissement.
L'aumnier attach l'Ecole
a eu nie dclarer qu'il
y avait trs peu d'lves as-
sistant la messe les diman-
ches et jours de ttes d'obliga*
tio 1. I lela s'explique par la
pnurie de vte m mts et de
chaussures que je vous ai
signale.
J'ai del rommand un stock
de. costumes et de chaussures
pour eai. Bientt, ils eu s
ront pourvus et pourront
remplir, sans difli mits, leurs
devoirs religieux.
i.c mdecin de l'Hpital G-
nral est venu me d mander
du lui envoyer le plus d'l-
ves possible par semaine,pour
l'examen de ut lire. N ayant pu
le taire pour les mmes rai-
sons, |e dl 1 : son i ivl-
talion di qu les circons-
tances me i'.- | omettront.
Comme vou le voyez, tout
est I dre ici, Il laut tout or-
gani er, tout construire. Je
m'attellerai bientt l'lab >-
ration d'un plan de rformes
ncessaires de l'Enseignement
, 1
i. i r remous*
sment, d'accord avec le Di-
recteur uenral et j'espre en
obtenir d'heureux rsi Itats.Je
vous meltwi au courant en
temps et lieu, des ralisations
pratiques que j'aurai opres
et de la marche en gnral de
l'Ecole q ie i dirige.
*
It i) irlignenave c s t un
boni ne d' .i)i. On sent en
lui une volont et u 1 esprit
do d i si m capabl 1 d'en
-, n In r di s initi itive. b en-
taisantes. Je re nercie le b m
gaut toujours aimable et
1 triant dout un l*rans il ils
et fait un expressif et pitto-
resque portrait des in! mu-
tions qu'il a bien voulu me
donner pour Lis M VTIN et eu
lui souhaitant plein succs
v 1 entrepr ses pour la
prosprit vie l'Ecole Centrale
d'Arts et (dtiers qa it dirige,
| prea li cong du lui.
Krltlcot Chauvet ot
"Soa-Sido Inn
sV llugo Mcivs notisctril ;
fort au-Priace, (t 280:1. 1991
Monsieur le Directeur du
Journal Lu Matin
Mensicur le D.recteur,
Relativement votre Infor*
raatlon concernant Monsieur
Chauvet a Sea Side inn, je
vous prii de bien vouloir
rectifier.
' H. Chauvet est uou pas
m employ de l'tablisse..
"Jfot mais bien mon asso-i
t notre contrat envisage la
cration de distraction et at-
tractions diverses translor-
mer Ses Sid Inn, en un
vritable caf concert.
Je vous prie de bien vou-
loir donner publicit ces
f
Lfi MAilL rr^o Octobre 1931
P
REMERCIEMENTS
M l'une Vve Richard I)c
gazon, Mr Louis Degazoo, Mr
Paul Edouard et entunts, Mr,
Maurice Boucicautet tous les
autres parents et allis, re
mercient tous les amis tndis*
linctement qui leur ont prou-
v leursymp ithiei l'occasion
de la mort de leur regrette:
Marie Sic Ange. inna uegasoa
survenue le 12 courant cl
les prient de cr ire a leur
profonde gratitude.
Port-au-Prince, le 23octo
bre 1991.
lignes ds rception de la
prsents pour l'dification du
public.
Veuille/: agrer, Monsieur
le Directeur, mes salutations
distingues.
Huoo MEWS.
ropos
humides
Ci fj'ii Utttl flt in tlqulcontre la
ilvspepsie : >' Cest eu celte saison
quo les lgumes vert.H, bien tendre*,
bous tentent par leur fracheur. Et
m ne souilfns pas assez que peur le
pourcentage d'eau trs fav qu'ils
contiennent les rcad particulire-
ment lourds l'estoraao et le mena-
ce rrquemment do gonfler. Aussi no
nurait'On trop recommander en c
moment l'usage de la bire commo
b lisson familiale... Les proprits
d e&tives de la bire, cdes, sont
gnndes. Mats le mdecin d'outre*
m r quia recommand cette boisson
11 c m naissait pas le lillL'M SAlt-
'J-m-: CACHET D'OR.arce au |uel il
n'y a plus de dyspeptique chez nous.
--*-- -*--. .
AUTOUR OE LU COM-
PAGNIE .DCIMGE
o-
Mr Davidson, le Prsident d.
la Coaipa^oie aleUuMge dec-
trique, tait fort-.iu*Pi mec
ces purs uarnierStCeriams em-
ploys .. qui l'on a certaine-!
ment tait i icon, iiisiouentv
aaos mme tre quebiionaes, j
que air Davidson est n tourn.
de contrle. Des gens qui su
disent titan nitormea aluuiivnl
au contraire que M. Davidson
est sn vo^-igc o'.i urea. U~al
ge.u'tf d ait a 1res ?
Quoiqu'il U soi!, l'on u'.i
pa. die s ins n 1 1 ms ie pu
bue le clitiogeuieat <* vue qui
s < a opci dans I attitude ou
LVesl i-:.i : i.i'.n u jaunie eiee
Iriquu. Avec uuu oDaequiosue
l! up iou\ lo ;''.:' u eue p*a
calcule i u < . sic pas de
saluer quaud il iraveisu nos
..'..' ; .. le poli esae tx-
q .--/... :i j l co U .' U" )u-
blaate quaud on s-i rappelle
., 1e .si leur Davidson dis m
U ..i-. le temps cl ;i qi'l TOttl U l
lealeudrej que pour foire uuU-r]
le nouueau C outrt qu il u lue-
v/tio '/ iixlal Huit mil II LUI
suflirait devoir le Uenral lius
sel, q u ferait passer, cet /cl y tes ordres au Cuincil U tiiut
Aujourd'hui que itu;*trl es
loin, et le Couseil dltal */
nom, Mr Davidson juge Uou
uiou.iier ses plaua. ii ueeiuic
maibieuaiil qu'il sullira u-y
mettre te pn\, pour reuconiici
la aoutpiaiaauce de la Chambre
des D j* ns el celle du Snat.
il est mme bruit quil d|a
eu de > couservationa avec des lu
dividus,qui sa prtendent assea
infl 11 u(s poui moyennant une
gnreuse rlubuuou 00e
un toutes les tacihia dsira
bies,
Nous pouvons attirmtr Mi
Davidson, qu'il se trompe el
qu'on te trompe...Qu'il atien-!
ne, au surplus, poui us main ,
tenant averti, que ituucieui Ue
nosttttVoirs de |Ottrnaiisle,uou|
mettrons sitt qu'il eia que-
tin de li uielne e 1 < h
uoirs beiuu uu'it um iou< 1 du
uie Ii,*uieti3e cuiiioiiie.
Libert Egalit ftiteiatt
Hpublique d'H'i'i
F-trait des salantes du ,
Greifl du Tribunal do
PrendreInstance le
l'ui-nu-rrince.
L'an mil neul ceut'lrenle
(tua et le jeudi quinze octo-
bre, dix heures du matin.
Au Grefle du Trlbanal de
Pretn re Instance de Port-au
l'iin :e cl p r devant nous,
Armand Fleoiy,coroniis-grt
lier, soussign,
Ont comparu : Mr Louis
Vitmeuay, notaire tuteur l-
^;il de ses entants mineurs,
Yvonne, Louis et Simone Vil -
menny, conformment la
(llioeration du conseil de
tamille des sus-dits mineurs,
tenue sous la prsidence du
juge de faix de la sectiou Est
le celte ville, en date du 9
octobre en cours ; et *i* M.
Georges L. Vilmenay, \i Mlle
Marie Vilmeuay.tous propri-
taire, demeurant et domici*
lis Port-au-Prince, assis-
tes de leur avocat, Me Oous.
luntiu Uenoit; lesquels nous
ont dit et dciare quil re-
noncent purement et .simple-
ment la succession de leur
mre. Madame Louis Vil me-
menay, ne Etn na Gustaves,
(lcdec Pettou Vilk le
trente aot de celle anne,
le premier, au nom de ses
pupdle.H^et les deux derniers,
tir b )ai propre.Dont acta.
Les comparants ont sign
avec uous.apr.s lecture. Si -n:
Louis Vit menay Nul i e M,
Vil,ne .ay, Ut m |jes L Vil
ueu y, 1. Deuoit, A. Kleury,
avocji. liuregistre Port-au-
.'ri'j.c la 16 octobre mi- neuf
cent trente el un, toiio 205
case 377 du Registre D No G
des actes judiciaires Peru ;
droit tixe. cinq gourdes,
Le Directeur Principal de
l'Eu regi*t rement,
( Si^n) T. LALEAU
Pur expdition conforme
Guituileuue,
( S ) LLVBISSIRt
/
1
)
Reprise
Avis mairt //i soussigne, MaUfinu .tf?r-
c*/ Luinothe, net Clmentine
BelleyarUs, donna ault'ati public
fii, cuaut intenttt inceesam
mtnt une acti9li en divorce cou
Ite 40/1 -poux pour svices, m
jures graves et pubUqucs, clic
dclare n cire pus restioiisublc d
ses actes.
l'oit aU'frince, le ?2 Octobre
1931.
Mme Marcel La mot lie, ne
Clmentine Oellegarde.
lcolo Contrais
d'AgrlcuUurs
Les camions devant trans-
porter Damicn les candidats
M concours d'admission
l'Ecole Centrale stationneront
undi et tfardl matin, 2G et
27 Octobre, 7 heures et
9 heures, devant l'Ecole de
Dr >it el feron an arrt de
mmuUS devant le bureau des
Tlgraphes.
PATAIE PS MEME
Tous ceux qui n'ont pas eu
l'occasion d'assister la der-
nire re rsentation de Patnt
quandmmoa\ prendront avec
plaisir qne, rpondant ccr-
taines sollicitations, les ac-
leurs de la Renaissance
ont dcid d'offrir une uou-
velle reprsentation de ce
cheld'osuvre arii^ique. veu- j
dredi 30 octobre courant.
De plus, une Une comdie /
locale --cr joueCO'H melever .
de !'!. el le 11 Deux t' n> 1- l
yuti i 1er es t^oots 11 -s
un l !o 'il ni! n 0 n 1 ; u <
,:i le.
Comme la soire du IV
).tf:bre, le publie ira en loule
> pplaU'hr nos presi^iem
acleura I la Ueuaiss.uce
dans l'interprtation de ce
beau drame patriotique.
L'eairee gnral eatfi&ee
2 -.jurdes.
A la drive...
Lire dans notre edttori.il de.
samedi, 1re page, 1re co-
lonne, 2e aliuea et 7e ligue :
Dans le tait ceci est vrai. La
dmocratie h,mienne est une
ralit utorme etc.
. c co iiii.h', 5e ligne : per-
sonne n'est reprsentatit de
etc.
2e colonne, 5e alina, 10e
ligne: In efficiente si elle
manque etc.
fFjW?

Gin-'Ialdi
DEMAIN iUIK
f.'Inlr|)'(le Canadienne
1er. 2 ^eoi^o^ ?.
En'rt : (1,50 ; Balcon : 1.0.
Lykes Brothers SS Co lnct
Texas Hati Santc-Domlngo Porto 'aicf
Le setri service hclrl mui 1;> re et rgulier passagers i
f:l eutte les ports d 1 Go:i du Texas directement avec
Port-au-Piince, 'Luit.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de ' LYla
UNE. M
Les prochaines arrives a l'ort-au-Prince ani'
S/S Tillie Lykes 1 23
S/S Genevive Lykes 3'J^ t
Steamer Hulh Lykes 1 t>Lnovemr>re,193i,
Uurcau : Rue du Magasin de l'Etai. Boite l't stale B
Voulez-vous avoir
DES BATTERIES
NOUVELLEMENT
ARRIVES
qui vous donneront toute
satisfaction ? Allez chez
JOHN H. WOOLLEY,
Grand'Rue
*
o vot s trouverez :__J
B Baftery Heuvy D ity
45 Volts
G Battery 4 1/2 Volts et
2 2 1/2 Volts
A Dry Gel 16 Volts pour
allumage et pour flash-
liqhtsde toutes dimen-
sions.
U MM iXilSCT R U RU UTIUC! %
INJECTION PEYRRD
D'ALGER
fORAClS PITRARD n-1
Curlmmant /
BLENNORRAGIE
TOUTES rRARAACin
SrclUrs PITRARD. <3. me Ci Crtitll, PARIS
avec
SUPER DPURATIF
I U plu sr, le pi- <*,
JLe plus pratique aux Coionw
m Combat : Maladlti * 8lj "
j lAee critique t PALUD-
LABORATOIRES SAFTAS
139. Ru. d. U CI*pU*. W
i AHrUB-Mnct.mrrrWI**-*"**
I
R^tLATIQSS Sn^TIDSRELL I
i" S!*? S?*!? * oescbs ocaani
N'OUBLIEZ PAS BE FIE UN PETIT T
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.000 pieds dVHtade. L'lablissement le plus frais des w
virons de Port-or 'Prince. -w
Seulement 15 minutes d'auto sur une excellente n
asphalte. Vues merveilleuses de la ville et in port.
Boissoni de toutes espces
ur.nl h loua
Vin
1 . l'hiiiT.. irlotnph.imri
cl o Brcrsl. d.. (Urlimri
- Kouc tralJllclWJn
SOCir-T FRANAISK
SB, I.u. ': I ufc.-Sl-l>nlf. PARIS
Vrraugeinents paiticuliers pour les pensions de jour
de semaine ou de mois.
W ' k-w ,
Le Hluiiii Karbaiironrl
|r>
\
MUTILATES
Oont la renomnie'eti3iTerseHe a jard sa preirare place
Demande* partout :
UN BARBANCOURT
Opt iiue-dcs Csar.



.-3 "<-.; :.;W
combat le rhumatisme
Goutte
Eczma
artrio-
sclrose
lobsit
Cunint.ir.i- >:!
0l
Uni (!> '"'v '*''[
* ...^Irt* .pS>

LOOONAL
rein, !' le
M

i lti\,
inodonal, qui esl te absolvant habfluol et nomul dg XtriOm iMfejoe. de cl ntM
Lssd'ur.'lc de soude, tonnaiil les tnpbl goutteux !. jointure, do cet .
| ^ os des rhumatisants, est d.i.c le remde complet. ro:: .:..,:,. ,,,",,.'
LtaaaenU CHATELAIN,2Crant Prix,Fourni n d., u.: >, | yv.
:tW
n .r-.fmtui.S.an.iaeie
r
sw.tmum .vjksmst..-:." : jn--MKsbc^a>-

H!
ARRT
Lmi T, T me alina, H, Sme
Ci il ldc ,oi c,lccloralc du *
,'nt qu'il y a liev d'tablir
- lectorales en vuede larn-
& Janvier 1932, des Asscin-
lires appeles lire le
L i les 1re et 2me Crons
Esde la Capitale, les Conseil-
Twwnunaux et a statuer snt la
muent propose a la Constitution
wLoi !l24 Juillet 1931 j
m
on la Loi
ARRTE
M, I.- Tous les citoyens de la
.conscription lectoiale de Port-
'.Primv, jouissant le la capacit
.s'ont imits se faire ms-
taior les registres 'ivu seront oii-
i et effet, l'Htel de \ille, le
jdifflOclobre 1031 ;
\rt 11. Les inscriptions seront
nestou les jours ouvrables, de 8
ires du matin 1 heure dijnsqu' la clture dfinitive qui
aie 31 Dcembre 1931.
irl. 111.- H sera procd a la lor-
oiioii de la Commission d'Inscrip-
mlectorale, le mardi 27 Octobre
liant, -1 heures Wtel le Ville, dans les formes
jtritel par la Loi lectorale.
6t.IV.Aprs avoir t approuv
rh Seertairerie d'Etat de l'Inl-
b, le prsent Arrt sera publi,
khet excut a la diligence do
binistralion Co ni m u n a 1 e de
l-au-Piincc.
ils l'Htel de Ville, Poil-au
face, te 10 Octobre 1931.
|lPrsident de la Commission,
(s) Frdric DUVIGNEAUD
Les Membres :
[Flix V1ARD, Cb. L1LAVOIS.
lut approuve :
pWctaire d'iilat de l'Intrieur,
(s) Lin. IUMI'Y
hco/zie certifie conforma :
(Secrtaire de l'Administration
aie, F. CL'ViLLY.
'
s n alronege du Sin
. r: tir'!:?! ce l\ 1t '.' ; i Hrtfrl na-
itiooal, dm I gu pool Inislruc-
lion des ouvriers a 'le fi nde.
^ou consul d'odrniniatraiion
rompit plusieurs hauts lonc-
Monnairn de renseignement ci
tt- D i t: bret ce I | : i f.
Dans le btiment de la plore
direction gnr: !e c'e fensci-
f-.netiic ri |T! .i ... I, t !<*
mnage une salle ce sont ins
lallt's les bureaux <'e.s inspec-
(enrs-feutraux
Iinvbcgcsnt le retrait pro-
chain des Marine, La Press
demande si un ne pourrai! nt pas
trouver plate "Mans le proto-
cole final, Ip.s conditions da tes-
mol mi gonvernemeni hatien
du n.ultra l i,uc possi'tie l'uc-
rnpaiion sntuaioe en Hati*"
ctttt buggtttiou est a letenir.


On i apporte qua M. Emma-
nuel 1 ihail, i ii.-idenl du Tii*
I un. i di i : n, s'ist de<
si 111 i ii i dat'ft lou' .- h .*.
: Il ir*s auxquelles, personne l!t-
nn ni ou comme avocat, esl in-
[titssme Hermann Malebian-
che Tout ni bien qui (intlbicn.


Dans !a I raae",M Vaac
Tejuda, exil dominicain, \m-
tant du lilenca de la prts>e ('< -
ninicaiue sur les vnements
u. son pays, dit : "le n anque
(.. Itbeite d< pi nsi d'abord ;
tel, ce oui ni ismi'kI: pres-
que toutes nos publicatlOM
pfu\ieunenl de socits toui-
uieftiaU doni i< s interdis pu
n eni,...' A un nir,
T
/HTI
L
a.
A. de
MATTEIS & C*,
AGEMS

ISSl.'ti^lfl'." a *a i o s s. mmm. vite]
g* soiniii*pa: i
t'i^V" lidlletil ,Rt" loUtOS
Ja:-' lifc..^'. -..*{ ( i moud*.
-
I
Nous avons reu le I*rre-pat'
| du mpriripe de Melle I,u-ie Prs
oir, fille de M. I Mme Jn-
'>.TT'es Pressoir, avre M, le Dr
Centre.
* t
Thlo Holly. [ils de M. h
e Drf
et Mme Amhroise Holy. i
La bndiction poptisle Itnr
a f^i6 donne le jeudi 15 *'e ce
mois, 0 li. p. m., en l'Eglise
Vthodiste Libre de la Rue du
Le samedi 3i octob"* r'0
chain, s 5 heures et de" ie da
soir, dnns les salons de M. et
Mme Edouard Ivdve. aura li "
\o mariage de Mel'e GeorgeMe
Esleve, fille de M. e Mme Char-
les Estre, avec M. le Dr Louis
Hyppolile, petit-fils de Mme
Airlo Bavard.
Nos meilleurs vux.
Il se dit,que de ahosi v tran
ges se passent la douane, O
f aurait d< couvert des contre-
lande de marchandises fines
qui entraient sous loi me de-
bagageada paaaagara, retour de
France... Ca marchi it ainsi da
puis quelque lemps.Maia lo vigi
Isncedes fonctioniiairas douu-
i-ii ri a reconnu ! i uc.
*
A on.s avons reu le Bulletin
le lu Commune de Jrmi? No
Juillet-Septembre 1931. lui sus
des documents officiels, il ion*
lient une tude de Ai. Guslanc
i Vigoureux sur Jrmie.son oii-
gin* et son dveloppement.
' Char- nie ni i
dudresse
ois
PeMir couac 'agrpudifite
menl cl dans je but de doi>
I ner l'Icirie et entl t sntislac-
Hon :'i s: g t i* r', i.i Maison
Hv y\ y est Itansl
re n i r, ( o lncc
de la Poste.
Failli > Ci a u.01 [auit -
I
1 r,K8-poi't
.
Nous avona reu une bro
cburelte inutile : Solution pat
(Algbre du fameux problme
de ht divilc segmente de tero*
mat suivie ue considrations
.s;;/' te gnie prodigieux d'Ardu-
mede___ Noub somme oblige
... couper, cesl long, Celle
i biicaiiou ast de M. Pascal .
inuu et s . dite a l'impri-
uui'ie. L'Abeille, Jacmc!..,
A Saint-Mai c, M. E. Scbielda,
I opfn taire du Orand-titel,
is paiti >si\ pVeavis a .'on
locvleui qui a retrouv les
. 11.-sous i n. M. Chielda
. t |-i b*fcjo y 00 bateau
i:ui i rade, abandonnant
11 to.. i tammeat ses
creancien ....
L' U. S. S. il j e une
grandi manilestalion en l'hon
, Li/i etal'occaaiuo du retoni de
ibearu, notre auln c hamph n
,'i-uiiit qui revient ectie se
u an.'f.
llabil crarit
: > i : i. u, L'eau fila de
Mme Jeti et beau-
lu : ; i ' : inicr,
i st octni chen
I Br la ' n i n, il
iA 0 1)1 : lu lj ' :., ;. : s le
nom de sa b Ile n re, Mme
Jitin S 11 '. puis Hier
sdti! lividu qui
lentuii, ; 5 jouri de
s'i nei i i \ | asse-
poi i ; aux pour-
suit ( de su eanriera, a t
dtwmi t pai Mr. Maurice
Etici Fil Chef de Bui eau
di s :'."-.:,i-['( i i Juge d'Jns-
tiuction eu \i aaisi de
l'aflaire. Deux ai e frres
Jiba se sonl enluis il n'y u
pas loi gtemps.ppur la Colom
e,devant de loius valeurs
m Commerce. Que le Ju ,
si isi de cet t- grave question,
que la F< u e, lus; cui
etvoirs, afin d'ern] I, ; qui
s rouvelU bi e .i i i
M pli"!' dit I I i .<',< I s !.,-
lliC'i i .
1 U iN fe 1' O i.
0EWT1
\$ ANT11
PO

BEiiff omoim
r, T f \innilew du 2^ oi lo-
is e publie un atis do'1 Dc-
partemeni des Hlalions ext-
rienrea informant q ie par
dcision de M, h- P >' ilcnt
de la Rpublique prise en
conseil les Scrr--' ires d'Etal
{\ la date du 20 nctobrecou-
conrnnt i'exequatur est r< lire
M. \' ] i) Salol Cyr, consul
gn^nl de Cos' -P.ici. du
H(odtiras, da ' '< mala, du
Panama ft dn Salvador, el
cnnsnl rtn Chili, de l'I mi leur
cl dn Wcoragua, ainsi qu'
Monseur Henry S Cyr, vice-
consul de Panama,de Nfccaxa
I Kvou"-! Lnre*d) l'Fooi
Centrale d'Ajji lultur
/.(. ;.,'., gui litsii'ut
si, se '. I' !: r.riJralr son?
invits le faire ri Oumienje*
26 (l .. .' ie courunl, tl $
heures a.m. V heures p. m.
I lEc 'c est 'iris,- c:i deux
I :
A. Stilii .i .Wuinli' Huialv
pour tu Joj malien d'im-Ut*-*
ici a.s ruraux,
Let lu ' ml, qui dsirent
faire partie de cette section,
(' icent (.'// irleurt:
a ) de leur ci trait le nais*
sance ;
/ ) aTiin cerlidtat de bonne
coin '.'.'., ;
c) d'un certificat de Cm iuta
d'un (lal'lisscineul d'en*
r! secondaire classi
que.
Ca >' w.t dernirecertificats
,i.l avoir t dlivrs pat
le Directeur ou le Suprieur du
dernier tablissement auquel
us ont appartenu,
( es tudiants ehivmi h*>
i cTaii moins IS uns.
Ij rgime de l Ecole est
Iniite; internai et externat.Le
nombredts bourses d'intiinut
esl fix i(>. Ces baiirsrs a#*
ronl mises au cunctuns-Lo pF*
Jercnee sein accorde aur jets*
net gens originaires des di&
trie, s rurtjtix,
I (lion d Agiiftiliart. pour
,a foimation d'Agtonomti
s iluduints (fui veulent
partie de ce tr section
nt lre poiteurm
I (/c leur extrait (le nais*
: ce;
) ./'/ conduite dlivr par le iJirec
leur du dernier r!atilis$emeni
i .'/ r/s ont <'/ ; arlenu ;
deh ,i,.i'ial de fin
' S,(cndaires classi
i, : < [ii. n;, i c ), dment dti-
vr< par l h.Sjtction Scolaire,
i.< rgime est mixte : internat
cl externat Le nombre des
bourses d'internat est fix 10%
ElU'S seront mises au concours.
Ce concoure. Qui roulera sur
les sciences naturelles aura Hem
1rs 28 et 29 octobre, d partir
dr S heures a m. et les rsultais
seront proclames le 31 octobre.
L-s anciens ludianls,munis
de leur certifient de rhtori-
que ou de philosophie, bnjv
cieront des annes d.j passes
l'Ecole Centrale.
Des cannons seront mis la
disposition des candidats peur
bar transport Damicn de 7
heures ri 9 heures.
L'Ecole s ouvrira le 3 no*
vembre S heures prcises.
La Direction
ci i et de Costa-Biea pour
les inotils qui leur ont t d-
doitsel qui ont t commu-
niqus aux chancelleries dont
ils relvent.a
En consquence de cetta
mesure MAI. Nei vil et lieuiy
SI Cyr perdent toutes prro-
Lves attache! uux dites
i lions.
----'
**>rr -w*w.t**. * "^'.
p:.v.% f^_ ..'ii^u-!
BBJJSJ BBUBBSJBBBI
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
{r^p^afji^BBSSSJJSMBB
mm^sm/mm___
Ton les les Polices
DE LA
^comprennent la Protection contre "t
Foudre sans auamentation da t**
9
Aqeuts Gnraux



Lundi
26 Octobre 1931
AVJS AU COMMERCE
Li panama lilllread Stea n hip Lue a l'avantage d'
r,oncer \m dpirli Mimnll lli ew Y rk pour roffrne-wtaei
HaHi.drecleaBaut, durant le ois M vemV<- 1981 :
Dparts r. Are* )t.. Ammnm Pu u-frinic.
Steamer < Ancon a le 27 o obre 1931. le 1 r 931
S|S a Cristnba! la 10 novemb c .i le 15 o> 1U31
L/S Gufc.vaquili 17 le 33 novembre 1031
Vieamer a Aucun* le 24 novembre le 29 note nhre 1031
Jss II. VAN RKED
Agent Gnral
0tm i . j . i i^ *
Laboratoire Sjourn
DlRflBTBVM
F. KAlOUftMA, Pharmacien
ft. StounnA, Phirmacienjde* l'Universit de Pari?'
M. SJouaNft, Pharmacien deunniversit de Paris n*m
interne des Hpitaux de Parti,
Analyses des Urines, du suc u *striq:ic. d-i sang ( W s
strmunn, Ure, Cons'ante o'Ambard, Glycmie).
Des cachais. Des m. tires s. h s
r
1
BIRE NATIONALE
IF LA
Brasserie Nat onale
Se vend parfont Or 0,10
se verre malqr sa qualit
suprieure.
Protaez votre ooche et
votre sant en la buvant
toujours.
. Manufacture Hatienne
de ciaai etles
GEBARA& C
LES CIGARETTES
BaBas Famat-Lon
*Des$aUniennci
' Colon
Rpublicaine*
Porl-au-Princicnnc
I
I
1
a
i
4 PA^ES
f FV.
buffle Awsni iv nia
Purl ii ."n ten
I '^ir|k Jtc 2:42
1-------fiJL"
*

UNE, MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre AS* des portatifs.
^es quatre modles da phnol poitatits COLUMBTA rearavnVnl ce g 'il y a de Bleu
pirmi l*s p rtatis fabriqus dan le mende,aH teint de va solidit Mai, et l trteit de I9agrj&
La modle No MB, l'aristocrate, est ua chai d'ee.iTre, ai peint de voe Passez, an Dpartement OjLUMlIA, et vn reres sarpris d'eatei re U t rtl etrotHe * f
petit instrument.
f.e tarage KNErR ser beirei ! ve doaner i^e 'ri aslratita drt I ftre iti m$ KH
"c pertatirs an itoek, et an&si de* radias-phoaos a- avellemurt urival. t
N'achete pas avant d'aveir entendu las inatmmetn OLUH ^
Laaa no'.es oufiqneee reprsentent le standard de L SUPREMATIE*
KNEERS GARAGE!
u
r
i
I
t;
II
Agents.* F.CHeMUK
G pin trio
FOMAU-PAINCs
Peffl-toave F. CARDOZO; I
Saint Marc Chr. DOUffS
Th. C. bRBTtfSl JTfaaie
GiT'S
Jataftl

""~""<'V*r>^ r-t.-**.-*- ~~ .....
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Firc & Lifj
Assurance Corporation Lit!.
de Perth (Scotland )
car U GENEPAL es.t une ee pie* pi ne* aie* nie* ;-< ****** eraaiiae tiens
Ses Polices'contre incendie couvrent aussi lei dgila occasionnel par In tondra
Ses Peliees pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, lommagef
cauScS a autrni i ans sa personne on dans ses biens
Ses Polices Maritimes imite par ses branches d'Europe *onl payables en Hat
SA Polices ceatre leddentieeDl valables dans I univers entier. Tous les voya-
geurs devraient done prendre la prcaution de se n unir d'une police contre accident
ttfl meins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 / soit 20 dollars l\ C
Veuve F. RERMINGHAM, AuxCaves
LE FAIT EST INCONTESTABLE
8Mhe

C'est la quinieanenct de meilleures|
! varils de cannes d'un vastefterritoire
runissant les meilleurs terroirs. 1
C'est ce qui f\iit ion arme. j
GOUTEZ ET COMPAREZ!
SO^SMENTS
.\cent Gnral pour Hati.
? in-rrmee. 1-G. GUG
JFANBLANCHETJ mie
Charlier- alebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 12fl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs