Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03750
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: October 24, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03750

Full Text
bkSssubsI
finent Maqloire
l DIRECTEUR '
<>* jRUii AMERICAINE 1355
1J 'ELEPHONE N\2242

Il >! pas rare s> veireV,
gins il'- pain r ei aroir > la il-qa
ir. Ma s qn< In (iii;ni! iirit* i
In leHiet, rejli qni al rare ft
admirable.
|JnIei NOM'C
-
^e ANNEE l* 7310
2ji
pORT-AU-PRINCb( HATI )
SAMEDI 24 Octobre 131
A LA DRIVE...
aClciisli L'Cf* colre dmocratie ; inutile de lui dire ce qu'elle
" '' uc pourra pas entendre.
Ceci est vrai. Mais ce n'est
qu'un raisonnement. Aissi
bien s'il explique l'indill
rence de l'lite intellectuelle
pour l'action politique, il ne
la justifie pas. Il ny a pas
d'absolu dans lef choses hu-
maines. Et ami svstme. peut
'to'destine se m blet eue, ne comporte autant de
ne aYenture dans iarelatil que le dmocratique.
UJ 11 laut que nos intellectuels
tassant eflort de eomprhen-
stun et surleat de bonne vo-
lont.
yuand M. HerrLoI et Mon-
sieur Lon lilum dissertcul
sui les mrites respectifs de
la conception radicale et de
li conception socialiste, croit-
m que les paysans Iratiais
1 n ' *
- i i r
.a pas de chefs, cest-a
A conducteurs. Lile s en
. sans direction, aans
Kns objeenf, sut la
^obscure. Rien ne lui
%, .i elle doit.bilurquer
ric ou gauche, pour-
t|le doit bifurquer, ou
W d'aller droit devant
Jri opaque que ne tra-
incun rayon a ide, que
Kce aucun clair de pen-
V i ne s'entrevoit aucun
tue salvatrice. Cela
fun manque complci
I Liaus le luit, ceci esi
^alite intorme, ditorme
unluse.
b mconnat toutes us
jes de lEiatJ moderne.
je eo me ta structure, lu
reoousse l'organisatio. .
en ignore les condition;-.
.Quelles. Cestuuegageu-
CertaQS ucbueut a voi
l'originalit en cette atti-
fe. Mais l'originalit est
al-tre moins de ne pas
jre comme tout le mondt
e de laire ce que tout h
onde aurait tait.
Dans toutes les dmocraties
jdernes-quelpaysdenoft
nrs n'est une dmocratie
m'applique les ides deaao-
itiquts?- l'opinion pubn-
ie, dans ses nuances divei-
s, se reprsente tu ci e *
DOpemeots et ces groupe-
cots par des leaders. Ceux-
siot des porte-paroles. Sui
oies questions d'intrt ge-
jnlou national, ils tradui-
t le sentiment public, en
expression modre, ra-
ie, ou extrme. Par l'ar-
de journal, par ie dis-
par la couteience, les
bparlent, disent leuropi-
feopinion de leur groupe.
le opinions ainsi s'ac-
fcs'ailirment, s'ailichent.
lels parlent, pour eux-
pour le groupe, pour
ALIX
29 annes Ho suce ,

n
Ha'i, c'est diflrent.
uniment: il n'y a pas de
.Personne ne parle au
i parce que sans doute
tonne n'est reprsentative
Quelque chose : une ide,
(rtoctrinc, un parti. Mme
tywjue qui est celle par
plenced'activiie politique,
W|iie dts lections gn-
* aucune voix ne s'en-
i aucun leader qui pro-
* au pays une lormule,
programme, une plate-
j^e. C'est la contusion,
Jjcor, le vague. kll y a ca*
* de chels. El dans cent
-, !fe de notre politique na-
We, seule occupe la scne,
Jwiocrit audacieuse...
is j'entends l'objection. Il
'peut s'agir d'ide, de pro-
^me, de doctrine quand
jj fst en prsence d'u n e
*e inconsciente. Que peut-
* comprendre a tout cela?
tendent la dialectique sub-
tile de ces deux nul maliens?
Quand M. Lyod beorgeset
vli rJaidWln discutent sur le
libre changisme al le pro-
lecliomsme, croit-on que les
ouvriers britanniques discer-
nent aisment les vertus co-
nomiques de l'une l'autre
doctrine? lit mieux que ces
exemples europen, celui de
l'Egypte aux 90'/ danalpha-
bte. Est-ce que les paysans
gyptiens s'avertissent exae-
lemeot de la diffrence!;entre
,e programme watdiate et le
programme libral de Mam-
uioud Packa, Ions deux d'es-
Scuce nationalit ?
.1 y a les cadrer-, par quoi
i un atteint les masaea qui,
partout, sont lourdes, lentes
et lermes. Mas !cs cadres
supposent l'organisation, lit
l'orgtnisation, dans le do-
maine politique surtout, c'est
ce qui noas manque le plus.
Noua touchons ici la ques-
tion des partis politiques in-
existants. Linexistence de par-
us explique l'absence de
chefs. Nous sommes une d-
mocratie la drive:..
Peurtant, rcemment, Mon-
sieur Auguste Magloiie.sagscc
vjbservaieur, remarquait que
inez nous, la seule forte po-
litique organise, c'est la gou-
vernementale. C'est vrai. Mais
il est aussi vrai qu'une, orga-
nisation politique, exerant
en mme temps un rle so
ciat.est intiliitnt s'il manque
de vertu ducative, L'organi-
sation tst luile pour la masse
qui a brsoiu d'tre guide,
claire, dirige.afin de mieux
exercer les uious politiques,
mieux remplir cette fouction
so:iaie qu'esi l'lectoral. Ll
cela dans le cadre des liberts.
Une orgaoisadon politique
qui se piupese des lins con-
traires, n est pae dans i'cSpril
dmocratique. Elle coulrebat
positivement celui-ci. Elle ne
ralise pas une puissance
dynamique.
jSotre dmocratie est la
drive qui manque d'organi-
sation, de cadres, de chels, de
conducteurs...
Victor THOMAS-
HAK'.'A >~r **
fflCHES. MOUSTIQUES.
Lj G* entres ln* Pour ootrt
protection
/ LITest ven-
du seulement
en ferblanc
utile.

Beaucoup plus de pcnonit. xSU(
mortel Ticlimesdea iniMiesque tnutes
s guerre de l'histoire du monde u
ont ihdt ;. Leur liordss Impitoyable*
necuunisentilelrTe teer nombre
de mort* augmente chque anae. Ar-
nitz-Teusl Tati les ineectee arec le
Mil I
FUtal orlel pour les meuches.
meusliqnea, puces, rera, fourmis,
blstfes, leipusaiteset leurs oeuf.
Inofe.-nif pour les huuieius. Ne ta!io
pas.
Neeoofondea ; le Flit area les
autres insecticides. Cherche le soldat
ur la bidou jaune arec la k ,n
vire.
Le FrjJ>l^n3 A fi Icoto HeiH4#tt
Esquisse dune
Politique de Dfense
( Yir Us Nos es 19, 20, ?2 cl 23 Octobre )
(SUITE FIN
o
[
s
"vrra ?.chaiD' Tl octobre,
OeVeV arnPhith,re d'A-
l^tL ,,EcoIe Nalioualede
^'d'H .8*r,e des conli*-
^c, ri yS'ne avec proiec-
0 n,a ducatifs.
premire con^rRncs stra
Jil ::e Par le docteur r.har-
*'a'^ire dC rh-YS,ne
^ Jllr i: ,
ey u o heures pr
"Qra
Pri-njieli.
!
H. C. F. CLEMENTS
Parle steamer Martinique
nous est revenu jeudi matin,
M. Clments, le sympathique
Agent-gnral de la Colomkian
Lise.
Le Matis est heureux aie liaiter i* ^itiifeuue a too viril
tuji rev u j lus uaffisaonl Ue
an( que jamaif.
|Soulagement immdlM ^ u*rlsoa tu Ul
Globules Rbauo I
Or, depuis, la quaslion d'ini-
gatinn de nos plaines s'est pr
isa davantar;? Au cours de la
dernire campagne cltclorule
et prsideniielle, tlle c t ins-
crite au programme de nos prin-
cipaux groapta politiques alors
en prsence.
, D'autre part des leadirs op-
poss aux dpossdions de nos
masses paysannes, ainsi qu' la
conslitulian des latitaadia nord-
amricains, as sein de natre
rgime toncier, ont tan g>le<-
ment de cette dernire question,
leur fairplmg.au coars de celle
mme campagne.
^Comme on le toit, il j a, en
ce moment, pos en (ace de
nos attentions, lout un va-!
imbroglio clanflar au po
de vue agricole.
L'uvre de relvemt nt qui
, sollicite nos eflorts l'heure
actnelle, ne saurait tenir dans
cette sorte de frocit que nous
prouvons bous dchiqueter
les uns les autres ; mai* doi'
lonsistn surtout dans le le;
con-ttructil t uos volonts i^
dleclibles, de pousser quand
mme notre pays, au travers
de tous tes obstacles, sur les
Voies montantes du progrs.
Pour cela, il nous taudra rous
rsigner,auseuil delapfrio'J.e de
liquidation di> Trait,! pratiquer
une politique d'quilibre des lor-
cee sociales hatiennes, laquelle
j aura pour ellet de crer celle
prquation si ncessaire,d.sor
mais, la pleine ralisation des
tAcbea imposes par notre tin-
lgi lion, dans ;a [ou ssa ce 11
l'esarcica de nos droits souv.-
i rajas,
Certes, il est vident que, en
lace des comptitions auxquel-
les donnent naissance tes com-
plexits sans cesse accrues de
l'existence moderne, les peuples
1001 surtout proccups main-
tenant de rsoudre les grands
problmes conomiques qui s'a-
gitent en leur sein.
Lu ce qui a trait nous, n
est d'accord pour reconnatre
qae nous devons intensifier no-
Ire production, !a diversitiei.
li.i de subs'i'uer une produc-
lien plus v.'inr* notre sjhitPJi
de monocutlure. Il n'y a pas de
temps perdre. Nous devons
agir, reflet d'atlirmer notre
terme dessein de remdier la
crise tlans laquelle le pays se
dbat.
au tournant o nt-us som-
' uns o gan'ialion non e c
Ir var ati en (ie s'e-
borfff u sein d" DOS collec-
tivits rurales : si vous avez
quclquelo s l'occasion de vous
arrter travers nos campagnes,
atlir par le rvthmc lointain
de ia cil80son dn paysan, nous
remarquerez au liane dt -?
atagae.oa Isiea sr l'as u, ses

10,000a",ars
de Prix
Boom nu
D'ESSENCE.
\V .r Cr'dchlow lftOfl D-
't(-, (f> Wh#etnn, Illinois F.
IT. A a l:,:' brveipr on SDOareil
/tt.r-i<->nr a j.ir hnmide r-
,',.\... i i, ron^oTimation d'ea-
J eenrfi el n'-n'le <'i"5 inilnnm-
hilpe, : tnraH dea reprises f>lns
'. ' ' 11 des vitesses tnsxirna
plfie ^'^vf-s, p*rmetl',I IVnu
i 'n d'f'Senpei les r1'1^ ordi-
rpin -. ei dcalaminsat les mn.
Ienrs.
t pj Ford s;ann'fn r!e 11 A 27
Irh su IHth ; d'autre*, m m ques de
V! 1/2ei plus.
10,^00 dollars en espces pou-
le n'fillritra gains obteuur.
On deninnde des tAaprsen*
an*a nonr les province* et l"s
sn'nne muvant .e laire de 250
b IflJVl par mois,
Un appareil est fourni l'at*
n\. Ecrira eu anglfta.
LE ROI GEORGES V
ET IA GRISE ANGLAISE
La crise finsneire aigu que
'inverse l'Angleterre a exig, de
nation des sacrifice* dont le
l'.oi Georges V ne s'est pas
cr exempt. Il a dsir per-
ronnellemeal participai aax
liduet oni des dpenses naiio-
nslsa. A cette lin, M. t'onsorn-
I 1> ey, trsorier de la masnn
u roi, a cril jiu premier ni-
islre paor loi informer que
] Sa majest n dcid, en con-
, quence, di rduire de 50.000
livres stcrl og sa Ii-te civile
I enditvt lout le temps que du-
! ci ptionnelles actaeltes. "
Le n ble este du Hoi mon-
lie le ssi nt piolond qu'il
n de ss solidarit avec son
peupld I! le conicre premier
; ' y i >c l'Angleterre,
Ajoatons que de ton cot le
principe de Galles a mis la
, disposition de l'Kcbiquier une
>omrae de 8.000 livres ster-
ling prlever sur les revenus
de -ni lch de Cornouaiiies.
La famille royale d'\ngletarra
a ,,ii.s lar^^-m ;it sa pari des sa-
enflees dcotauds tu peuple
oglais.
versao<< les plus dangereux,
i su d< n '' ipicea dont i' es'
eni'ji-r, di's i ultivaleurs ru
n;s rn grand nombre, lesquels
trav ilient avec vllgresse.qui
d s travaux de semaille, qui ft
des travani d'mondage, de
sarclage on d'abattage des hau-
tes futaies.
,^C'est la cooptrnlive agricole
'ib't du voisinage qu.", no re savoureux et pittoresque
pi'., s crole, on nomme la
coumln'le, l'oppos de celte
mmo (orme d'association pay-
sanne, prvue obligatoirement
dans certains cas par notre
Code Rural.
Un groupement moins Irus-
te, embrassant des domaines
plus large*, serai destin
rendre plus encore des services
apprciables a notre agricul
lure.
TL'embry;on d'un caractre
si utile, reprsent pur cette
cellule syndicale ne doit point
se restreindre seulement ces
runions priodiques, connues
de mme dans notre lgistefion
rurale, sous ce nom : la jour-
ne dr Travail. Nous devons
aider son dveloppeaneu, tfin
qu'il puisse dispenser diverse-
ment ses services ces eotlec*
uvils, c! devenir tout l< ion
un i portant de
politique de dfense que roui
prconisons.
I- id set lance, tomme le
gain rpandu dans les sillons,
portera 'a moisson cerl
nemem svec abondance.
Fernand L' ROY
avoet
...a vn hier, un Vcmbredo
'." < ommisMon Communale de
P" nul", ::nnf chasseur au snr-
b datant l'Btarntl.et la Direc*
lenrd'on important quotidien de
Port-au-Prince qui longeaient la
rue Deatonchea cota cte et a
un train lent et digne de tortue
el d- Sn leur... l.e soleil qui
ne las rencontra pas souvent no
laissa pas s chapper cette belle
occasion de leur taper sur la
nuque, el de. leur mettre!!* core-s
en nage. Les mouclieirs r.echu-
niaient pas. lin coup d'poaga
an front, puis un au rc box
mains videmment mortes tant
bien que mal, l'an des pitons
parvint destination et pous-a
an ouf de sou'agt-ment.
L'autre estimant qu'une pe-
tite escale, au cours l'un long
vojage ne manque pas d';'>;r-
nie"n;. se jeta dans un laoteaila
et mtamorphosa sou chapaM
en vrr.tilateur!
11 i'est*il donc arriv l'auto
d< la Commune? et qcoi l'au-
to du Directeur? Ces person-
nagea loutsiaplaoenl taisaieit-
U du feoting?

.. ta a looguament r< gards,
qui conversaiaot duns le carr
de l'administration du jouraal,
l'on Irioaiphant, protecteur,
l'autre, humble, enondr. L'un
ressemblait a quelque tonctien-
nnire rvoque et traduit de-
vant !i tribunal de 1 Opinion,
l'a ivre avait lout l'air d'un chat
jouant avec une souris, ou, si
vous aime/, mieux, d'un repor-
ts r Vrierini u la frocit.
Brusquement l'un des deux
hommes clata en sanglota...
L'autre n'y tint plus:Hemen-
tez-vous, rementezvous,rassu-
ra-t-il, je ne suis pas aprs tout
aussi mauvais diable que|vous
le croyez.
L: ils se prirent la main.

... !e vit s'asseoir, une baide
noue au revers du veston. L*
Directeur s'informa. Voil, il
avait perdu son frre, et en des
circonstances qu'il se mit a d-*
tailler.
Le ifispsdans crimes pre-
tess.oiis est bop prcieux ponr
au'oa le i erde en longues con-
dolances.
Laissez-moi vous ofirir quel-
que chose, -.! < isMipit l'autre
pour mettre tin au monolojjue.
On servit un IhruiANCOSRT...
mais lai verres peine dpess,
l'homme la bande noire en-
tre i rit de raconter la mort de
sa soeur.
AU non, alarm, protesta le
Directeur, pienex lu bouteille
ai vous voulez, mais permettez-*
moi de trouver quelque chose
aussi raconter rues lectenis.
... vil l'autie partir vex.
l/liolr Onlralf e'Aflvtltirf
rUTIt sfs perlts
Par avis insr dans les jour-
naux, les .tudianls qui dsirent
suivre les Cours a l'Ecole Cen-
tra! d'Agriculture sont invit-
s'inscrire a Damien, les 20 et
27 octobre courant.
L'Ecole est, aujourd'hui, divi-
se en deux Sections. L'ae Sec-
tion Normale urale poar la
prparation d'instituteurs ru-
raux, et une Section d'Asfricul-
lure pour la loi malion d'Agro-
nomes. ( es deux Sections tenc-
tionneront sous le rgime mixte,
internat et externat.
Bienvenue
i avons eu le plaisir de
de notre sym
une ami e' collaborateur
M* Mcne D'Ogoe N a relata,
avocat du barreau de St. Marc,
passque quelques heu-
111 ici.
Nous avons l heureux de le
revoir et nous lui prsentons
os sincres compliments.


i rfiV>-<
roi, mu rtj '. ^ WMlMfcau- *~.";5
ui m&tjln -*** -vcitaw*. i&u
mi
v.~52?X.::
fr93v'*VlWtt
CTLLEii
nTiS'noi
Echos
I

.on se coupe bien moins
les
maintenant
i ; ,-*. ;- ; .
f S' 1 H I -i
\ Vj 1 E*
yec
v
Q
csv*a&Avii
trois trtus)

cm
PAQUETS DE
O LAMES
80 cents or
DE 5 LAVES
4 0 contre or
Tool le monde s'est rendu coinf t? ^e l'i u Cm tamm Cil-
lilil de souffrir des incommodits de ae M,e """""''-
i i f ii i 'lues servent
raser quand les lmes t lie le autnenii- aamlmrtuoipf
ques peuvent s'acheter a un prix si modi cii/Wft fuw "
({lie. mnen.
.es vraies lao psGilletie du type illustre
vendent mail tenant prix rduit. L'intro
du et ion des i ouveaux lames et rasons Gi*
lette rooi a permis doffrir les lames G I-
Istte, type de troll trou?, a ce prix de h
qui dation.
Ce sont des lames nenves, authentiques, de
la fameuse qualits Gillette. Jamais von
n'avez en l'opportanit d'acqarir des la
mes si magnifiques un prix aussi bas.
Allez vite, laites l'seqnisition d'une bonn*
quantit poor vous raser miens qne jamais.
En vente parfont.
Gillette Safety Razor C.o.
o
J. I). MAXWELL & G
Itai Rpufa lia*. PV.- B.p .,-., ,i,,- j, -DfSTUHUrKUliS
A LA n clairage]
ELECTRIQUE. i
il nous revient que les
employs de In Coci]
d clairage lectrique avaient
projet de se mettre en gi
veut*hier aprs-midi. Le
motii eu serait l'altitude peu
bienveillante de U. Davidson,
prsident |da la Compagnie,
qu!tdepuio son relour,u lai
entendre qu'il avait po ri
tractions de rduii e les
laires du perso on l et suppri
mer quelques postes. N
rellcment. ces rdactions
suppressions viienl le pei
sonnel hatien.
Dia M. Emile D indi i un
employ qui compte tri
annes deservice la C >mpa-
gnie, a t rvoqu. ():i voit
en cette mesure un commen-
cement d'excution dei pro*
fets dont ne fait pas mystre
M. liavidsou. Les Hatiens
employs la Compagnie s'en
meuvent a juste raison.
Quand mettrat-ou fin aux
isntaisies de ce trust ?
Les mmoires de II. Aoy
C'est notre confrre Hati
Journal qui annonce qne M.
Eugne Roy qui fut. dans les
circonstances que l'on sait,
Ga comuoisce mal
o -
Ci i tains laits r. arettables
&e sont p isss p Tait-il dai
deux des serv s qui
\ ieuoeut d' ; e p] :c sous le
conttle bati i.
A Daraicn des chrfa de
S. r :e ont protest, i appoi -
; confrres, contre des
lotninati ns laites par le
Prsi leol le a Rpubli |u \
\ la D .. T. ''. 'I parait que
i, p0 . le plus grand
I ; orainati i s
i e 'i I - lieux q <'>'> i I
il tiu i s p petue,
nous (1 : .\ ;{ lo il,
. ., m,( lei que nous som
:me> i observsdans
a '. lictio i des d ( renia
ser es qai nou i onl ' re -
i,. .i ins les administrons
mal.naus justifierons ions les
reproches qui pourront nous
tre adress i.
Propos
humides
Nuns allons avoir un saf conc'. A
Sen Sida Inn il s'inaugurera, naniedi
soir. Los ennuys, les dgots, les
neurasthniques trouveront dsor-
Avant-Mer aprs-midi. M.
Pnceval Ihoby a t install
comme Directeur de l Ecole A a*
linnale de Droit, en remplace-
ment de M. Rigal Celui-ci, en
prenant cong du personnel et
des tudiants, a t ovilionnl
par ces derniers.
Dans une interview no-
tre eu nf rire Lk Temps. Sie Rigal
dit:"Cest par Le Temps que j ai
appris mon remplacement par
Me Tlwbij."
Le btonnier de l'Ordre des
avocats a dlgu deux me m- \
bres du conseil de discipline, <
tics Paul Rouchereau et Hassan- /
t, aux fins de prsenter les i
sympathies de leurs confrres . )
hic Rigal gui vient d'tre relev
de ses fondions de directeur de
l Ecole de Droit.
Hier aprs midi, les mem
bres du Comit central de IL'*
nion Patriotique, sur convoca-
tion de l Administrateur-dl-
gu \*e sont runis ppur enten-
dre certaines communications.
Notre confrre a Garoe,
de Cuijes, signale que les ca-
mions sur la route Port au
Prince Cayes"cmulenl littiale-
ment sous le poids des mnr
chandises et passagers." R de
mande trs opportunment l'in-
terven'ion de la police pour
mettre de l ordre dans ce dsor-
dre.
4 I endroit appel La Ra-
vine, tout /trs des Cages, il a
t trouve un nouveau-n qui g
a t abandonn Cas certain
d infanticide.
boire confre Le Phare,
de Jacmcl, parle de limp
rien-.- ncessit qui se pose de
changer tes fonctionnaires de
lu ] illr qui se rvlent absolu
ma,! nbrl es aux ordres reus
de Icurj yup'icirs hiirarchi
ques en onlxnuant abuser
de leur situation pour favoriser
I: candidat qui 8e dit officiel."
-- Le Moniteur du 22 octo
bre publie tin urtc aui nom
m,- te citoyen Grevy Jean Pier
re. membre du la commission
communale de Dame .hune,
en remplacement de !\i.\uni SI Louis, dmissionnaire.
Au ml hier jeudi, aux en
virons de une heure p. m., les
prmpiefn alerts sont passs
en vitesse, direction du Champ
de Mars il n'tj a -ail pas d'in
cenaie, C'tait encore une far
ce de mauvais p alsants-Quan't
'imtont-l ils?
Gin-Ttdv
DBMA1N SOIR
A 4 BEL'BES 1/2: Matine
Un beau film sentimental
Peau de Pche I
avec le petit Jean For*-1.
Entre : 0,M ; Balcon : 1.00.
ai HEURES
liai comdie dramatique des plus mouvantes. L* i r^,
de Volcan i, qui prsente un spectacle teriq u et grandiose-
-Nui
Inspir in hwn roman d'Andr Armandy interprt par Ai-ft
hoanne, Liane Haid et Claude Mrelli.*
Entre : % 3, 4 gourdes.
Rpa-
Lykes Brothers SS G lnc
Texas -* Hati Santo uomlagra Porto Rie,
Le senl service hebdomadaire ef rgulier passagi a
fret entre les ports du Golfe du Texas directement i
Port-au-Prince, 'iaitt.
Pour la rception rapide et le maniement habile dei
importations, servez vous toujours des navires d )\ LTlJ
L1NE.
Les prochaines arrives a Port-aH-Prince saet
S/S Tillie I,ykes i 23 a
S/S Genevive Lykes 3u i
Steamer Ruth Lykes O^novcmnit^.
luretn : Rue lu Magasin de l'cltai, Hoite r< atale I
unis ui) endroit O passer le temps.
S'amuser perdanent, follement.Ma
simtc, chant, chansonnette. Maager,
boire, danser. Tout ce qui amuse et
par quoi on s'amuse. Chaque iame-
i!i,programme renouvel Ce sera &a\.
et enirutnant, et divertissant. Je
m'inscris. Inscrivez-vous. C'est tout
!:i ville. A M irtissant, le lieu
environs de l'ort-
au-"PrinC9. Il l'est du niniua devenu
depuis... I*t ;> Sea Sida Inn, on trou-
vera ce qui es! par dessus tout dsir
le RHUM SARTHE CACHET D'Ol,
dfaut do quoi tout plaisir est amer.
n -s d la ville. A
le piiis sain des
l.o "J.iJ.f r, do
la Rpublique
o
Comme on le tait, le Bud
net de la Rpublique n|a pu,
jusqu'ici, tre min point, la
remis i cl s Services publics
en vertu de l'Accor 1 du 5
Gloiomlr D. Juste
Il y a dj lo ifttenaps que
le public n pu apprcier les
travaux phot graphiques qui
sont parfois de vritanlet u-
vres d'art de M- Clodomir
.1 se. le -ho' gruphi bi. n
connu.
Tout le n.inde serait heu-
reux de le voir appeler la
direction de la secti >n de
pho ogranhie la D. G. T.'.
m'i il po'irrail rendr d'utiles
servie s Vou* esprons qu-
ce sei i la" av.tni longtemps,
Il es' hors de doute que ce
serait un < hoix des lus heu
reux.
Voulez-vous avoir
DES BATTERIES
NOUVEULEMKNT
ARRIVES
qui vous donneront loti
satisfaction? Allez chez
JOHN h. woollf;
B
"OU
ni certaines
mo-
Prsidcut de la Rpublique dicationsA la loi budgtaire.
du 21 avril au ls novembre! LeOonseille F sl
1930, va crire set mmoires, rentr, lu li.des BtatsUnla.
L'on lira avecintn'ceque l.c Budget de l'Es rcl e 31
cjnteri l'ancien Prsident au 32 sera donc bl( ntl dflni
sujet do son court passage, livemenl Bs entre le Se -
la f remire Magistrature de 'aire d'Etat des Finances et
l'Etat. I M. De La Hue.
l'a speefade lrifM el grandisse
Hiiiiaya drnain soir
Rpa Nul
Rpa Nul est un grand
film d aventures d aprs le ro
man d Arm indg. On y verra
un conflit trs mouvement en-
tre des aventuriers dbarqus
dans une ile la recherche d'un
trsor, dont seul un tris vieux
missionnaire connait le secret
Lis pripties sont numbreuses,
dun mouvement rapide et dun
intrt soutenu- On remarquera
surtout une ruption de volcan,
et le passage d un flot de lave
en feu par d'admirables chevaux
De trs belles vues rehaussent
encore l inlcrl de ce film jou
remarquablement par Andr
Roanne, Claude Merelle, Liane
Jlaid et Wcrner Kalhc.
d'Arts et Mtiers
L'abondance des matires
nous ohlige renvoyer la
semaine prochaine la dernire
partie fie n-itre p onem le
traders l'Ecole d'A*ts et
Mtiers.
La Lgation Domini-
caine choisit un avocat
hatien comme conten-
tieux
.ie Alphonse Henririuez a
t nomm avocat conseil de
la Lgation Dominicaine
Port-au-Prince.
O geste est significatif et
montre l'tat d'esprit amical
uni inspire le gouvernement
du Gnral Trujiilo notre
gird; car c'est la premire
fois que le Gouvernement
dominicain fai nor^e' n l'on
les ntres pour des consils
I juridiques.
A
Grand Rue
o vous trouvre7. :
- Battery Heavy Do
45 Volts
- Battery 4 1/2 Vote
2 2 1/2 Volts
- DryCellG Volts po|
allumage et pour fias
lightsde toutes dime
sions.
N'OUBLIEZ PUS OE FAI UN PETITJ
TERBACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Ptionville
1 600 pieds d'alfitudc. L'tablissement le Plaifrt
virons de Port or -Prince. .TrelU0"1
Seulement l minutes d'auto sur UO* "JJJJ
asphalte Vues m' rveilleuscs de la ville M au M"
laissons de toutes "P^iinlillf
DINERS GOUTERS rlM JR
arrangements particuliers r pour les pen1
de semaine eu de mois..
ni Barba nconrt
0 Drsnaadcx partout :
UN BARBANCOURT
Dpi-jRnrdes Gaan



URODONAL
Ahumatismea
Nvralgies
Gravelie
Artrlo-Sclrose
Obsit
20 CRANE PRIX
Bja.Mlsssn.cnt3 CHATELAIN
2ti : *- * ValiauliSj PArtlS
goutte
kvbla, oo.ama la rhumatluiie,
oa mit etea confondu, Je
tique.
en ta ce compte, une (orme
wl-A-'i/r le r,ipoloii!.ient
if* bduUmx, c'est i.c savoir
lvp 'VeciJe uriqvs. i
Uulra. n,l j'abonl, U lieUre au
:ac <1m tmuM eaosa*,. ui" tenir I
titrurgogrie, 'itantlta, raooldiasornanu, hm f.
il.' l'exercice do force, br fi
M I tmtttchaU. l
i -. , Cm Ira, n oui ne, <\
-n.l\ -Il ;i
rur et I un >-'i Uuit- p
uont rasade, urlqas, i
i ;
Li pruteageos' I .:
N IX. :inci'':i l i il '
l Acadmie d M* : '. i
du l'ii i h o -.<
.
i y n

FAIBLCMS
BtlILttE

ARRT
h In Art. 7, Taae alina. 8. Mata
iliaa et 14 de Loi lectorale du 4
Idllet 1930 : ....^..
Considrant qu il y a licTd tablir
|M listes lectorales en vue de laru-
lion, le 10 Janvier 1932. des Assem-
bles primaires appeles lire les
Dputs des 1re et 2mc Circons-
.iptions de la Capitale, le Conseil-
lers communaux et statuer snr l'a
menderaent propos la Constitution
slon la Loi du 24 Juillet 1931 ;
flftTl
Art. I. Tous les citoyens de la
circonscription lectoialc de Port-
au-Prince, jouissant de la capacit
lctoraie, sont invits se faire ins-
crire sur les registres qui seront ou-
vertscet effet, l'Htel de Ville, le
feudiftOctobre 1031 ;
Art. II. Les inscriptions seront
reues tons les jours ouvrables, de H
kuresduinatin 1 heure de l'aprs-
midi.iusqu'a la clture vlfinilive qui
tara lieu le 31 Dcembre 1931.
Art. III.- Il sera procd la for-
mation de la Commission d'Inserip-
lon lectorale, le mardi 27 Octobre
caurant, 4 heures de l'aprs-midi,
l'Htel de Ville, dans les formes
prescrites par la coi lectorale.
Art.IV.Aprs avoir t approuv
pria Secrtairerie d'Etat de l'Int-
rieur, le prsent Arrt sera publi,
illichet excut la diligence de
l'Administration Communale de
|ort-au-Prince.
Fait l'Htel de Ville, Port-au-
Mnce. le 10 Octobre 1931.
Le Prsident de la Commission,
(s) Frdric DUV1GNEAUD
Les Membres :
K Flix VIARD, Ch. LILAVOIS.
tu et approuv : j
I Secrtaire d'Etat de l'Intrieur,
(s) Em. HAMPY
Pour copie certifie conforme :
Le Secrtaire de l'Administration
Ctmmuunle, F. CUVILLT.
A Saint-Marc
**>lle Canmissioi Communalr
le Conseil Communal est dis-
f. On a nomm MM. Joseph
faMplly, comme Prside ni ; Lv-
* Unis Jeune et Alexandre
*'r!in, comme membres.
Le choix heureux est celui de
" Lysius Louis Jeune, qui est
*> caractre.
Srj#rr>nr
SIROP ft
DESCHIENS
letmealtHn %
lanontetr an f*n.. a**aam par rllta aaMlmta.
A J r(Je i- at !im ferrugineux. Admit mo 1 HMIM Cr.\ StMkM BtCMIIHS. i, ru; nul BiuAv. T Aiua r: ffmrin
'LE TAIRE-POSTE
VA V1H CENT MIL
-liai in>l,enl832.
I iuhulton li Londres. l/ii vention du
mbn poalt au et fi i>n>lii-
t* nrocbaii e.. C'est, en fltl,
n 1832. qu'un comnn ant du
toi de H> wlml Hill se rendit
ans une. auvrge de Londres
o il rWBiquu qu'une jeune
<'omestiqu> ne pouvait que ci i l -
ficilem- n' criie son tianc
p&rct que !> 'arit pour envoyer
une lettre s'levait 1 shilling.
Mais les fiancs avaient trouve
un moyen pratique dVcoromi
ser cette dpense. Dans un coin
de la le1 n ils inscrivaient un
petit signe conventionnel indi-
diquant qu'ils taient en bonne
saut et, lor*que le facteur ap-
portait la lettre, la jeune fille
refiar 'e'I \f wtt' signe co' venu
rendit la lettre au porteur en
loi dec-iM.n. qu'elle n'a vu it pas
d'argent.
Pour viter le retour de laits
le ce genre, le commerant an-
fi\. \f eu l'ide de laire payer
l'expdition ^e 'H l'"re au mo-
rrei'1 de l'envoi. U- petit reu
eolW dans un coin de la le'tie
Aevait attt siei que le i aienu nt
avau t bien eMeitu.
C'est ainsi qu- naquit l tim-
be poste.
i ir-Rin bai
LOTERIE Sl MICHEL
Autoriser par le Gouvernement au prnjitdc IEqUh de Plat*
sance e\ pUcit sous le haut conlr Ae du Prfet du hord
Prochain iira Rpartition ; s lois :
ei Lo'
2cmc 10%
Sme loi
1 iot de
2 foi de
.'> loii de G0 gonrdei
K) lots de 80 gourdes
10 lots de li
14U lots de agourdei
2tpproz. do 1er lot 120
2 \\ du 'Jinelot 90
'2 Dppr. du otine 'M)
201 lois se fermiDant par les
deux derniers chiffres des
trois ros lots 0. 9 1872
G, 1,1 0
i*aco
000
1JH
12f
Ikio
:m
\k*
KiStl
240
120
0
Lu billets sont en vente la Bibliothque modtrm
jusaise" JQ, rue l)ant<:< Dcslonches, tort au Prince.
U
CtlT
rtfw^i.

?

n
ri V
7* lioiuffe d'Hati
e.PoI. Phon 3358
Maiivai: sang, Humeur, Ecfmft, Artcrio-Sclcroee
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femme
- CUaoUAL di I.abnrak>lr-i .lu RhAna, t baaa 'II- hn-h i xlraltl da t pMMM
marint ami r que In nature a |iri Jult il inaltl* ir i uiir ifHTtr I* mal !. ui'.ia imhui^
k{.uram i>ur ROtltrg .1 m .
?i n' !i;e e
Aiii'irz un ret
>ivir>nr i I
rois jours.
(i"G suive
meratoli
> difie ei
.'50 m n '!ps
ulis t mon1 li
et la malaria i>
r bb du rrlroi
DE N TOL
Qtmtm
ArlTISlPTlQUC
u
d'(p
lre
> rp- "ni
fifTerle ai"
i
;> te;"

ntion.'- d'HMIittt '
humanitaire nnr la mu' 'p'ICH
p d'aider, nn" ch n-e de Wen
homme* do toutes mndiHona nV *orn ,,
Employ* Fonrtionn-irrs, O triera %H\*n% Srt r'^ "
tous ordres. Gens de mnisn- C dome^inues. norijr
leur budget moyennant nm o"d*-s, peuvent gagner trois
mille gourdes Patrons de Tem^erre ( hfts d'Tndi.stie pnrer
aux ioauffluancei d. s ventes, p r l'ach d un h< l '. qm vous
libre du souci des erhnnce*. .
Mdecins Avocats. Inanieurs. Snatem. Dpnt*, Krm*
Dignitaires de l'Etat.Reprsentants de tlntellectual ite. Jour
nalisles.
Donnetz l'exempt de vo're so'idarit sociale.
Rentiers, capiialistes, comme en jouant, augmentez voire
*oir. nUm
Vous tous qui habitez Haiti, rendezlui service en acne-
tant le billet de la LOTIR!E NATIONALE DHAIil.

*mit.'.ia a.na OUKOMaL "'t. .-II J. M'.*\m MM M 1
ia-"a. f-ir*'a ' ' ii'w*.:n ..ip.ra, |*irwH, L
. Sa, fvav'-a'l^i j..~
atr* ?0M*m Pu m-i HaMM MUCS.

J> Melttewr*
Pour Sivb*
n
parce qu'ils sont moulus rac
un soin exceptionnel--- propres,
dlicats et purs.
CUITS SANS FEU
AU ^10UL!N-PENDANT 12 HCUftfS
"3**r i
TERRACEGARDEN
o
N'oubliez pfl" q'' '^Hiion-
V 11- un coin rhsrmant o la
gaie , la beaut, la s^nt r-
gnent en ouvraires : c'est
Terrt e-GrHen o demain
soir se donnronl rendez-voua
tou'es 1rs lgances port au-
pr'ncienne?.
Soupers lins.musique exquise,
consommation varies et d
licales.
RHUM Cl
Liqueurs Sirops BAY RUM Eau de Coloqne
Tous ces produits de la distilerie de l'Aiqle sont qam
et parfois suprieurs en aualit, aux articles similaires
mis, tout en port cotant moins cher.
IMPORTATION DE VINS
PM DB LA BaNQUK NATiOMAU.
M. FONTAINE
EPOT: M* M^ASi^DE LaVAf,
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EU G. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
wmwmwtiBr^um^&^WRWimmtemmwimm
J Toutes les Polices
DE LA
I
R
omprennenl In Protection contre 1*
Foudre sans auqmentation de ta*35
Eug.LeBosspiCo
Aqents Gnraux
4HW ^Sl


Samedi
24 Octobre \m\
\J
:> m
I ;
Sfe^^K -*- ^*wwi''"^w^*"J:l|*a**1^*1"11^^
4 'VA I !*
>&& ttVUB Nc 7510
ftASejajaat.
AVJS AU COMMERCE
Li panama liairoa I Steamship.Lina a l'avantage dan*
t.oncer lit dparts suivants de NewYq i pour rxl-^'i rri 1 ;
Hati, directement, durant le nota Novembre t.Ml :
Dpuih de \cw )or!;. Arrw i /<> d Port-nu -<"":'> te
Steamer < Ancou le Ti octobre 1031. le ter n ve n* 1931
StS Cristobal le 10 novembre t."> i
yS Guayaquili 17 le 23 novembre 1331
Steamer n Aieeu U 21 novembre ta 2S novembre
Jaa H.VANREED '
Agent Gnral
Laboratoire Sjourn
DnvKUTKua.s
F, Si'-norr-,-. '. Phaririacien
t. Souns*. Phj.rmacianjde^l'init*rit d* Pnrlr
M. SDourn, Pharmaciend interne des Hpitaux de Parle,
analyses des Urines, du suc :, istrique. du sang ( W-js
retoana, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie),
Des cachais. Dca matires Ici
BIRE NATIONALE
Bras rie National
Se vend partout Or 0,10
se verre ma Ici r sa qualit
suprieure.
Pjpotaez voire Doche el
votre sant en la buvant
toujours.
M a nu fa ci ai e Hatienne
ae ciaar elles
GEBARA & C
LESCIG^ ETTES
Baillas tan \~Lcm
Dessalimennc1
' Colon *
Rpublicaine
Vort-aii-Princicnn.
j
i
UNE MAIN VICTORIEUSE
.Les Quatre AS des portatifs.
Hea quatre modles de pheioi portatifs COLUMBI\ reprsf.ateut cm nu)! y a de mien*
parmi (ta prtatils fabrique dan* le taonde.aa eintde va*, solidit, Mai, t l to i d:-s-jsor.i.
(. modle No 103. l'aristocrate, est bb chel d'eravre, an pelol de voe 6 fni .
Pateea, an Dpartement COLUttB!A,et ?aa terez surpris d'enteiirc U^,ARrnorM it aca
relit instrument.
Le 0re K^TfifiR aerafacareQi da vaus donnt une Hra natratiaa Wrt | (lireiti m?Vv
rfc pertatifs a-< itoek, et aussi dfls raies-ptnaos aaTiiiemsat arrivas.
N'achetez pas avant d'avoir entea lu ls inttrameats OLUnlI .
Les notes magiques reprsentent le stnadard d< 1 'SUPRaWVnF..*
KNEERS GARAGE^
Agents j F.GBMRJEZ
C. pin^.'j
PORT-AU-PAINCa
Pe&t-6qvt h. GARDOZD
Sia* Mr Chr.
Tfc C. ITOmsi JTasie
D0U#tf 2
Cives
Jauni
lWMfa'l ."V -. *' .. T V. <*.**. ' '
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Lar la (GENERAI. est une des plus paissantes et des plu* Testas rfpiHiMitias
soenRle
Ses^Po'iccs'contre inetndie couvrent aussi les dgn.s occasionns pnr !* le.uclre
Ses Polices ponr Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, demmagci
custs autrui eanase persi o di ta ses biens
Ses Polices Mariliinrs mises par ses ; rai hes d*Enrope ont payable? ea Rati
Ses Paliccs contre accidents stnt valables dana Iunivers entier. Ton vova
fjenp devraient donc preadre ia prcaution de se munir d'tioe police canin
daru mains 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 / aSiH 20 dollars L\ C
Veuve F. BEHMiNGHAM, AuxCay<

LE FAIT EST INCONTESTABLE
Jl
t ! * a a
C'est la quintesnenet des meilleures|
I varits de cannes d'un vastefterritoire
runissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ !
S*S.*.fEN..S
ur Haiti.
t -FJrnep; 1 GiLG
JEAN BLANCHE! Jiarta
*p*m
.jJ^iiKiw****"
Ha itien
Chas lier- alebranche & Co,
1234, Chemin des Dalles. 12fl
sswpiKMHi : 2-W*a
ri*^.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs