Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03741
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: October 13, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03741

Full Text
-.
lnient Majloire
BUE AMERICAINE 1358
^ELEPHONE N2242
Liss'ittrHM! 41*11 HflM '
mur' Net* lui tlooi- lo'ii c 14a il
> a de Imiii ni n. v lew W Ml
iMM lu prix a !i v. MM mi
MfMl lfllli -*|* ll MffM ''
nuiras/, MM lui (li'Miil> tMtea Iw
> ** 1 lu.
Aiiatolr FUW*K
Canne n- 74$n>
PURT-AU-PRINCE( HAIT )
MAPPl 13 0 lobM 1931
i l'Ecole de Mdecine
,,., hure- tfc
S pour m* ta*** !
^Directeur de. fccok d>
ji-uie el de pharmacie,
Sondtloreprise descttr
'Lkiir Dominique en a
' tcwon. pour rendre en
jZdeshtudianls et du
mnel enseignant de lUa~
#nt, un magnifique
/(,t au Docteur ttulx
Directeur du Service
^ald-hygineetauDoc
[j/on hose, Administra-
it {hpital General.
gtsii.uis.
Lninicnce.Tpar otlnr 0
Lion le la reprise des
Ea;i licoie, mes meilleu-
ielic.laiionsiau nouveau
leur du .Service National
feue l'ublique, le Doc-
pKulx Leou qui nous tau
,ffauil plaisir d'assister a
iteituuiou uout le but esi
.Buennir tes sentiments dt
lolutuc s>mpalhie existant
i si heureusement entie
. frotessturs et entre les
ludwuls. j'adtesse aussi rue
Bmauges respectueux ei
j lelictations empresses a
Irje l'resi'ieut de la lipu-
lique ujur leflcnoix excel-
nii qu'il vu ut de luire dans
(haut personnel du Servie
fHyjjicne et ses auxiliaires
01 mdiats. II sagil de savo.i
irti laigenjfu!apiolilide nos
iclutlles acquisitions el dent
rvtu wgliger dans l'accouu*
plissfimut de nos devoiis,
Bligre les grandes diliculles
* l'heure prsente. Je sais,
DiuUicisLullaborateuis.quc
Midesirez eu toute loyal*it
DBUDuer u laciliter le deve-
ppenuut des impoi tantes
rek de voue euseigue-
icnt, aiin d'outeuir les re-
liais avantageux que tous
.tbUtiii auxieu&euieut de
mus,
[Dans m tre sphre d'action,
are concours est d'avance
lur aux autorits consti-
tle (iii Dons relevons,
r lesquelles noui cro-
Jws devoir londer nos meil-
rs espuirs pour des,lins
pilles.
J'tu\ ii- en celle tiicons-
MB u\,s syuiputbiquel sou -
Mrs aux iiois derniers Di-
Neris du Service National
JHygint i|iii m'ont sans cesse
vte loin meilleure attention
ps les iii cisiods qu'il s'ogis-
itPour moi depieudiep. ur
pbonne organisation de l'E-
*ole. Je leur exprime rua sin-
^re gratitude de m'uxoir ain-
J lmoigu leur confiance.
*he bmcleur Gnral ac
,u*l a I .ngLmps milit dans
J>osninos en (jualit de pio-
adressrs non excellent col-
laborateur d'hier, le Dr Lon
Mose, a l'occasion de sa no-
mination comme administra-
leur de l'Hpital Gnral. Je
ne doute pan qu'il ne main-
tienne el mme ne dveloppe
les rela'ions scientifiques qui
existeut tre:, troitement de
|M.iis i es dernires ann&.entre
cet Etablissement et l'Hpital.
Nous savons tous que cet
hpital est devenu un cen
tre srieux d'eusei gnement
01 aiiqur. Nos iuternes se
chuigeront de dite en toute
libene, ce qu'ils pensent
de son orginisatiou intrieure
pour les tudes cliniques tui-
;e8>e*r ii"o b si t r iq u e. Ses
toujours apprci
lv
8n Diignilique enseigne-
mt,1t II- lui en sauionl gre de
Ju conslaul dvouement,
Br gard.
le Codeur Lon sait par-
Jument ce qui nous man-
11' ,ci- M nous aidera dan
les au "chevetj des^malades
dans sesjdivers.services. IMns
que jamais, .ns .chers amis,
nous devous sans.cesse envi-
sager que le suprme intrt
Je l'Ecole. Toutes considra-
tions extra scient tiquis ue
nous regardent pas ds que
nous posous les pieds ici
biles ne peuveut que nous de
vier daus des lepiis^tortueux
le la route droite que uou-.
suivons systmatiquement
pour raliser tous DOS deside-
rata. Celte Instilutiou ne bnl
.erait d'aucun clat, et mme
passerait tout-a lait inaper-
ue, si nous taisions taire U
voix Je notre couscieuce et
celle de notre raison, roui
que l'intit prive puisse
eioulF.r le bieu-cire ceiiectu.
foui sacUevrail alors daus
des abdications dplorantes,
ce scruii.eu vente uu grand
maltieui pour nos lulures ge-
ueialions. Messieurs, je ne
cesse de rpter, que uotre
devoir le^plus imprieux est
de prpuier sur des bases ra-
tiuuuelies de vrais nomme*
de science pour constituer
d*. tiuilivemenl dans notre mi-
lieu une grande lorce sociale,
^upuble d voluer par ses seuls
moyens, d'tre a mme de
reluser les acquisitions du
passe el du prsent d'outie-
uier, el qui ne doive lieu a
personne., Cest viaiiueul iSl-
,>oilaul pour que cllaeuu y
luette dC sieu, s altelle, se de
voue sa besogue, liavaille
>aus Ueve a ia satisiacUuu g-
nrale, objective ce bel idal
ci dessus envisage pour nolfe
lulure vie sociale, qui Cil ap-
pel a garantir no.ie eutieie
indpeudanM contre 's lu-
esles nllueuccs d'une am-
oi..nce souvent goste et
iioinptUse. Plaons toute
uotre couttaiace uaus le uaa-
g-nique a/euirque le destiu
semble nous reseiver. Celle
aouvei'e unofl scolaire qui
debuL sous d heureux auspi-
ces, uos apporter* uue re
de vra.e prospiite, si Ijus
uous mettons notre bonne vo
| et toi vous noire esp.it la
poursuite de ce but lev, sans
jamais avoir mme uue mi-
nute de lassitude.
Je vous convie, mes < b< rs
ia
e^ui
e du possible parli-
JJ'wenieul dans l'ag.audis-
('eiil "e nos laboratoires
'tarcomplte installation,
b'Ue de !u graduelle vo-
""100 de ce!|M Institution
Lus "o prsent oui d'avance
remerciements. Nous
tii.
Jlluorous pas qu'il se treuve
*D !>rse- P
n
u."
u- -tK
a
d'une situa'rpn
1 e i dclicatc, ben
- ni u -.i pioloinle
Iu v,)y-" ceci so : grand ta
"Hiti : (le seu uiei
jT^tfieusernen!. Nous lui ol-
^ Dos vo 'e relssuc-
2r* ^s 1 Iles et i
Punies u ,. lSl
*,s ceogratuUUoBS ? -it
icai
i
ALIX ROY
20 armes de succs.
SOYEZ FIERS OE m DENTS
l$i*>n e.iten lu, vos 1 ints sons plus blanches
quand vous vous servez du l'.ALOX. Les den-
tistes disent qu'il y u deux raisons pour cela.
D'abord CM.OX est un poudre. Kien ne pet
mieux nettoyer chaque coinael crpv:.se. Puis,
CALOXesl oxygn". Cela veul diro que !'-
niail ne peut pas ire dcolor cl que les gen-
cives ne peuvent de irrites. Son contenu
d'oxygne aducit aussi l'haleine et ntutialisc
les acides de la bouche.
Si vous voulez lre
tiers de vos uen's
Essayez CaLOX
aujouid'hui ... Votre
pluo umumi l'a. Lei i
ver. inautenani i.our
un chantillon ar
luit de la pondre deu-
titnee CALOX.
Mo iSSON
A hOiitilNS. Inc.
7y Cini st.. New-York
"ity. V. S. A.
ifc*.vi
y& ,
Lu nouvelle botte
CALOX i'vuvre
el se fer,ne a la
&

; v.T>( jt-V pression d'un
1 an m*"'1
Ad No. 4
Dclaration
Le soussign, Seymour La-
lonlant, aprs avoir lu dans le
Courrier Hatien du samedi IU
Octobre dernier la note men-
engrt le visant dans le laineux
article intitul ' le complu
imaginaire, Pou gel, etc.." rroi"
devoir rappelerfaoteer de lar-
licle a la plus lmentaire con-
venance qu l'oblige signer
une pareille accusation.
Tout enlaiaanl * rserves^
d veut plutit croire noauTres lectorales, ayant t
di.ns l'obligation de relusi r son ;
prcieux concours S des candi-
dats peu intressants.
Ce 12 Octobre 1181
ymour LaFONTANT
lve,* vous appliquer liie-
lemeut daus vos''udes pra-
tioici ci ibeori lues. Le pays
lait d enoirnes saculiccs poui
vous tous. C es je crois, U
seul coiu de iu terre o l'eu-
eiguemeul suprieur st don-
ne g atuitenienl. Lu retour
d une si g.ande gnrosit, il
vous est ici seuieoient de-
| mande de dveloppe, de p us
eu plus vos qualit* dtx*cti-
i-ule, de pitvistMii.d atlentoi,
de bon vouloir,pour satisiaire
1 vos b oins scientiiiques, en
su mthodiquement le
prug oit de notre eesei-
81- V
Pour que vos tfio *s soient
| couronns de succs, lomne
1 je vous le souhji e il im-
j porte que vous joigniez a un
jugement st., une perspica-
cit personueile qui ne peu'
rsulter que de votre COUtaci
quasi coutina avec vos ma-
tres, tous bieu dispossvous
donner une instruction rel
lement scientifique, eu proc-
dant toujours avec des don-
nes nouvelles, qui leur per-
mettent de vrifier aisment
les rsultats de leurs expe
riences et d'clairer leurs
conceptions par des observa
ions contrles et des lectures
apptotondies. Notre bonne
volont vous est acqui-
se, vous d'en profiler dans
la plus la ge mesure, et de
prouver que votre cerveau est
apte accumuler et absor-
brr de hautes connais!ances
icientifiqaea pour parvenu
ion complet dveloppe m < ol
Je termine par ces paroles
de Pasteur: Jeunes gens, oc
vous laisses pasetteindi pal
le scepticisme dnigrant et j
strile, ne vou% leMea
dcourager par les tristesses}
de certaines heures qui peu^
veut passer sur uue nation.!
Vivez dans la paix sereine des ,
laboratoires.de 1 Hpital et des ;
Bibliothques.
Propos
humides
"LefofeiM baitienae doit changer
non ivatme de eorresponil:inl...(. est
la conseil charitable que nous donne
un aimable confrre dominicain.
Merci, cahallero. Nous chanjerons
de correspondants... dominicains.
Pas seulement de cnrrcspoodanta.De
ton. d'attitude, de manire. Il faut
voluer. Savoir hurler avec les loups
Armer quand le voisin arme.Foncer
araat qu il lonct* lui-mme. Agiter
ion sabre quand il menaa du sien.
Faire bruitqnand il en Eut lui-m-
me dit tout le balaclan.Changer mme
da couleur par fiction constitulion-
neMa(Oh, Espaillat!) Nous ebanye-
rena de tout ce que vous voulez. Lue
seule exception : notre I'. HUM SAR-
riIE CACHET D*OR, dont, par dee-
sus la IrontiiC noue vous otlrons
un cou*...
"GANDHI EN EUROPE
Le vovigr. de Gandhi [son-
linue dfrayer la oetite chro-
nique, i.es |our aux ontj'o-
saxons ue tamsaenl pas en
anecdotes, souvnrs e ciri
catoeea sur le mahatma. Un
d'eux a eu la tantaisie d le
reprsenter habille l'euro-
penne, un monocle a l'il, un
haut d" lorme la main.
Gandhi s'amuse de t6jokes
Son plus cher dsir dit-il, est
d'en rencontrer les auteurs,
dont il est sur qu'il lera ses
meilleure amis.
Cependant telle amnit de
caractre e'eic'nl pa un cer-
laini sens de l'humour, l'n
jouiDaHata anglais lui a parl
d'une antre < p qui la
montre, descerdant de while-
ii '. vtu d'une'jaquette, aux
de M.Churchill, affubl
0ue iob^ blanche hiu-
ndhi 1 pondu :
Je n'ai pas vu ce dessin et
l'aiderait bien l'avoir. Car je
me iemande.qni i nous denx.
M. Churchillgou moi, a l'air le
plus couaiqaa...''
I f: nFPRFiVlFNT iE1
PtioTES ETnTo-UNIS
o
Ce (huuieDt'nl a piac, le
i,; juillet 1931* la plus grande
cmmandu et cannons, en un
jour, et >P'i n'a jamais t vu
depuis In grande (pierre.
Puw cire certain d acheter
le nii illeui il ic plut ieono
mique des camion /< Bureau
1 fdandardsi des i:tas-l ail
< t charg de contrler toute
, s prtention des furieantt
1 ( canuont.
La Bureau 0/Standard**
( / un dpartement du loi-
nememenl des lais-l nis qui
fait de recherche et prouve
) ur desfuUs palpables, qunnd
si requis* le* prtentions de
n'importe quel /abritant.
Dur exemple ; Si an Jabri-
euiu d une plume-fontaine pr-
tend qu elle peut durer plu*
longtemps que les autres, /,
t bureau 0/ Standards *>%*ur
demande, contrle el ooit -N< la
plume est rellementpius rfu-
tante. Ue mme paurivimportM
(puis mitres articles, tts qu, :
ucter, verre, caoutchouc, aU-
mentation*, etc. De n'importe
quelle manire ce dpartement
au gouvernement de* Etats-
l ni* trouvera un moyen d
contrler tes reuendtcation* de
ces dits fabricant*.
Apre* un examen minutieux
des cttassts de toiture dV S|4 de
lonue et des camtoiis de t l\l
tonnetu commande a et* don-
ne tu Ford 4uo.ur Compa*
ny.
<,t/ie commande lan pour
1UUcamions tord. t,
il n'est pas possible il'avoir
une iiicittturcj ccomimindoliou
pour camions et vuitur le liuieauol biiiudurus con/ir-
me le lait que les Foi u uout
les plus conomiques et tes
/dus rsietunt* a tous le* point*
_Lcs compagnie* ci dessous
au,lient, uu Ici aOUt IJU. les
j quantit* saluantes, et depuis
) lorsMles ont achett 1 mi-
nci s d'autres.
Forci
1Y graphesdt klphone 8207
Au.ci. Llaiiw* y Express J.iSo
AUil 1 icu.' L'aOaccu v.i t--;<
AtiaulicelFacilicTea Co \.->>
blauuaids Liuiis me 2\l
Uuil Kcllniiig Lo iSdll
5oUudeis oysleui 111.
.nii un ... iwa
bUiudurU OiiLooi Ludia no.s
5wilt ^ t.o \u,i
Unit aiai.es lioverunient -ooz
Demandez n'imuortt qui
demandez'le a vous-mme,
fin lie t-Sila meilleure o .lu mus
ccotttMuiuiic Ui's uoituree pour
umii ?
fl/etl la Ford.
HAIUaN OJORS S'.A.
tirand'Hu .
I endeurs autorises
Phonei JJ7y
Grande rdaction sur l'nus
et Chambre* tivlloon,*Goodrich
SllUrrluUJlt.
Demande* nos nouveaux prix
et compare* avec Us autres
marque*.
ttou ne recevais quedes Hc.avy
Uutij et des iixlra llcaug. ^
Stock lou/ours Jrais.
I
LA PEIMt OE MORT
EN ITALIE
-o
PALEHVI, ^> li ,5 octobii Le i
pr Dlenc4 i U i" i ,
applique d'apis le UOUVeel
Code rtabl m ni la peine de
mort en cas dassassmat.onl t
prononces contre deux ndivi.-
dus qui 'waienl tu u< jrune
gdico Les condumns seront
iusuiee uemtun au uoiat du |oui.
>t+~
... :i vu pa se -d n larmes
l'aii'-< soir u^ petite le ru ne
qui revenait du borMl de U
Io!,,,. !' la I plus de onze
heu i .-. ; -, a . .r > v.uiait d'e-
lle rueilh | I RardM dans
qnelqui dous i 11 demi o il
v avait eu bag rre. On y avait
ramasa, ple-mle, danseurs
l m les, et le panier sa-
lade avail ;c l> imin tout ce
moi de 1)! uyant an dpt*Lt on
avait dit cell qm pleurait,et
qui n 01;. I saa de la journe,
qu'elle n retrouverait son hMB*
ma ans le matin suivant. Ht le
sergent n'a pas ,su ou n'a pa*
compris quelle daolaticjB il
avail lans lame Jjsensible
de celte pauv re ttlle.
#
... voi'. chaque soir, un candi-
dal el quelqui s-uns de ses par-
lisaus i i s convaineM se
retrou^ une maison oa
l'on dguste oc d licieui punch.
Spi aliti la maison. A un
moment do i n loule apis
,|ue plusieurs pu ne ha ont
l ingurgits, Ions se mettent
a ch inier la n ringue dn can-
di da I. ht tiM y oyeux tt pro-
metteur dans le soir ealme et
Irais.

.
... a vu, Diquini, a quelques
pus de la V, un pique
nique andiabli otgania en
l honneur de notre ami Henri
Gardre, candidat la Magis-
trature Communale pour Port*
au Prinja. Soealea grands ai*
bres propices aux doucea siestes,
an bord de l'eau, sous les gale-
ia s, et partout, les couples lieu-
reux passaient et repassaient
souriants. Visiblement on avait
bien lad les choses, car de la
cuisine s'chappait un tumetemi
taisait veni l'eau la bouche
des passants. Une voituretle ap-
paul dans l'alle... et la musi-
que, des lois, entra eu leu, paur
une Dessal il entrecoupe
de vivats In ntiquas.Si le can-
didat ne lui pas port en triom-
phe ces uniquement que sen
costume blanc ne s'y prtait
pas, ei sa modestie uou plus.
*
... u vu uu candidat la Ma-
gistratureCoiniuunaie, qui, n'a
i il nis d'au'.u pour lacilitei
loi .i- pi ii i robe s de sa cam-
I g. e, el ne utaut au surplus
aut un go po ir ie sport eu
, ; a looliug* eu par-
ncu i r,a m ;, nqu il lallait re
couiirau ui ) inlerrae.fin'cesi
squeni e i i cheval, la
(t l'un escadron mont de
partisans, qu'il visite les quar-
uers populeux pour exposer son
programme. Il ne descend ja-
mais de ch. val et trouve a ce-
II un oubie nv l'i'age : Sa selle
esi une uibui e la'ureljh peur
harangue) les loufs, et en cas
ue bagarre, u surt de jour I -
pe u pour se tirer des niau
v..-. pas. 'es pauvres cheveu
oy p u i .-. i ..si- w i pat trs en-
chants dt la couibinaisan.
..
... a revu samedi soir, an
Pr-Cat-Lan, le Inmeux Dec-
laor qui ^grimpe si lestement
aux cocotiers. Docte ne veut
pas due ici mdecin, mais plu
lot courtier pass matre dans
i ai i de mettre dedans, le client
le plus malin. Docteur est mor-
du du dmon da midi et il toin*
n- amoureux lune aprs l'an*
lie, des daut-euses sans die-
tiucuou de nationalit de
Pr-.ai-Li.n, ou de Uueaoe-
Ayi es.
Docteur n'es: sans doule plus
d':r pie.il offre des chocolats,
dae drage, el des pratnm; ti
quand '! h puis le sachet,
il ount la .Joconde, rclame
chapeau, sa monnaie, pr*
c qu'il tombe de sommeil,
.. c^Uwiure.
\ss x-veus untre acmdeet
I iccident ^\re A
Lile snce Corporation ta*
nw\-\ .-- Vve F. rtei pMflaaMa


PAGE 2
L^MATIN -13 Octtbre J931
CENTRE DP GRAVIT
U H B A I S S
LEUE ET LE
S
UNE BOITE
o
'
*4 flBW-.'fc*


t.
:
*


^
7
-
"7
Sous txlrfiyoni de noire con
frre tHu'I-'Imd la quinzaine*
ornnne du s. /;.
N'ACCEPTEZ AUCUNE VOITURE SANS CELA
La course complte d'une juito est
subordonner au aorbaissemenl de
son Centre de gravit dont con roe
pei tectionnci'i ni la Dodge est carr*
ment au fir* niier plan du i-rogrs.
I* centre de gravit surbaiss veut
dire scurit. Il signifie la beaul ex-
prime dans IVnemble da ses lignes
Incomparables. Il signifie une auto
d'une conduite stable. Contrle lacile,
facilement gouvernable en grande
vitesse. Dans la tiouvi le Dodge Sx
et Huit il signifie une plus grand*'
DOBGE-
SIK
raislanca du chssis que dans le
pass. Car la Dodge chssis double
an systme "yp" de gravit si
puissamment renforc que sur la
roule li plus dure n'importe quelle
vitesse des efforts deslructils ne peu-
vent tre transmis la voiture. Un
licteur encore du centre de gravit
urbaiss est la carrosserie Dodge
d'une Seule Pice en Acier. Monte
sans al ge, Cette carrosserie par-
tage a loi ce e> la fermet de l'en
cadrem n Vri'uel cinent une pic l
uniforme d'acier e- l'preuve
des bruits, fprevve des grince-
ments, I ( preuve des drangements.
Voyez les. Conduisez les. Admire/
combien elles sont belles, combien
elles sont parfaites, combien elles
so.il confortables et luxueuses. Vous
comprendrez rapidement pourquoi
ia (Jotlge. est la plus grande valeur
de c< lie aune.
BROTHERS
ET
HUIT
orqane
Communiqu lutoant de
\iqr l'A relie nque 'le Port-nu
Prince, rtlali) aux oitements
fminin* tout Vimmodestie ne
sera pas tolrt dans les glises
et chapelles :
Archidioc-e
CMMMliftt le&8 1ir t \trlivei|iie
Pour obi' "oui mi < mble aux
prescription d'une lmentaire
convenance et aux direction
formelles dn Souverain Ponlifi .
Mgr l'Archevque rappelle
tous ses diocsains l'obligation
gi av. de ne v-"ir I glii
POl'K QUELQUE CEREMO
NIE QUE E SOIT i mess,s,
salut, obsques, mariages, bap
tmes, etc. . ). que dans un
costume absolument dcent.
L'immodestie des vtements
partout et toujours rprhen-
sible, l'est particulirement dans
le lieu Seint ; elle constitue une
oflense la morale et la re-
ligion, un vritable scandale.
Dsormais, par consquent,
plus de bras nus.plus de dcol-
lelage rprhensible dans la
maison de Dieu Il v a l, vrai-
ment, un abus condamnable
auquel les lemmes et jeunes
filles catholiques se leronl un
imprieux devoir de mettre tin.
Cet avis sera lu toutes les
messes, dans toutes les glises
et chapelles du diocs?, les
deux dimanches qui en suivront
la rception.
Pass ce temps, Mgr l'Arche-
vque prie instamment Une
sieurs les Curs et Aumniers
de le taire obs< rver, avec le
plus gr&nd tucl louiours, mais
aussi avec une religieuse ter-
mati
f JOSEPH, Arch.
de
PASTILLES VALDA
BIEN EMPLOYE, UTILISE A PROPOS
PRESERVERA
rotro Oorg*, vos Bronches, ?os Poumons
COMBATTRA EFFICACEMENT
tos Rhumes, Bronchites, Orippe, Influena, etc.
MAIS SURTOUT EXIGEZ BIEN.
LES VRITABLES
PASTILLES VALDA
vendues seulement en BOITES
portant le nom
VALDA
.-
Gin-Taldv
KNEER'S GARAGE
Distributeur
Rue Povf Port au-Prince,( Hati) Photte: 2234-2311.
CE SOIR
Lon Malhot dans, 'e m mphnux film :
D.ins l'Ombre du Harem
avec la dlicieuseved te Louis- Lagringe.
Entre: 1,00; Dalcon : 2,00.
DEMAIN SOIR
A 8 1J10J1S
Gran t dbut de del l'roupe Partsienatj.*
Cocktails Paris
Revue n 2 -ctes, 18 tableaux avec Messieurs et Mes lames
DerqofS, Rouhier. Iimuys et Gaylo.
Entre : 2, .'i 4 gourdes. "
N U t,a sa'l*" ayant t loue nonr les reorse il l'h'g ifo
Il Tioup- Parisienne, seules les cartes dlivres par cHte
troupe sont valables.
LE
OEL
1
ET L'ITALIE
La dispute entre le V.i;icanet
le Gouvernement italien pro-
Sos des activits de l'Azione
attolica 'et des organisations
qui en dpendent] a t rgle.
On accord qui devait tre re-
gard comme un codicille au-
toris du Concordat et son ex-
plication de 1 art. I. a ! sign
dans les termes suivants :
mlL'Azione Catloltca Italianaa
st essentiellement diocsain!
et strictement dpendante des
vques qui choisissent ses di-
recteurs, ecclsiastiques et lai-
ques. Dans l'avenir il ne sera
plus choisi comme directeurs
des hommes qui on! appartenu
i des partis nos!il i au rgime
En harmonie avec ses bots
d'ordre religieux et spirituel,
a l'Azione Catlolica n? se mle
d'aucune faon de politique et
dans les tonnes extrieures rj
ses organisations se tient loi
gne de tout ce qui est propr
et traditionnel aux partie poli
tiques.Le drapeau des ass i
tions locales sera le drapes
national.
2 L'Axions C ittoli i i >
comprend pas danasonprogi ai
me la constitution d'aaaociatioo
professionnelles et d'unions il
commerce ; par consquent a
ne pose devant elle encans
che se rapportant une est
dation de (sommerce. Ses
tions professionnelles inten
dj existantes et n ivern
par la loi du S Avril 1926 a
tonnes dans des buts exclu
vement spirituels et religieui
elles se proposent de plus
contribuer eu r
associations de commerce <
connues juridiquement puis
rpondre toujours mieux
fmneipe de collaboration enti
es classes et au* buts s ci
i n nnux qne, dans un pays
hi i n- .' i I Ils*, avec ses o
tissl ions existantes, se pc.
pose d'atteindre.
' e club de jennea gens
i relevanl de l'Azione Cattoltcaa
! seront appels Associations
1 i lion catholique d* |eunes
i gens." Il sera permis ces ea-
sociationa d'avoir des tickets et
des emblmes de membres i-oi-
respondants strict ment des
b ut s religieux ; elles n'au-
ront pas d'antres drapeaux qne
le drapeau national et leurs
propres slan lards religieux.Les
soc liions locales s'abslien-
dronl de poursuivre aucune ac-
tivn raotre athltique ou
ipor ivi- 11 se limiteront seule*
ment :"ix occupations de nature
rcrative on ducative dans
un bnl r-'iigieux.
La salislaetiei laseisle
La conclusion te cet tccor I
a t accueillie avec une salis-
taclion universelle spcialement
dans les cercles gouvernemen-
taux. L'Osseroatore Romane ex
prime an gentiment "de grande
COn|ol il 0 i" i t aprs avoir as-
iue Ion i'iiisc. nouvel'1 s
i!- griel n'aftecteronl pas le
iceur paternel du Saint Pre,
ajout qu'en vue de l'accord,
dam h compatibi>
lit.' d nembre de"l' taiona Cat-
lolic i avec celui de membre
l'h l isc'ste national."
s les quelques lignes
\ i
\| is les quelques lignes de
io u i res i nnriui "s C*
m iliu p il l'org "i dflcel lu
in sonl I ma une car ii
mesure une conflrmalion que
le itnenl de la dispute a t
disti otement l'avantage ou
1 neQl italien. 1.1 seule
non considrable laite
pu- l g inverne n m italien au
tant qu u tut le va r ;> ir ane
i m t du I. n > '.ni,
. . i i i i i
h t*
*a >c il n >
io ai ; 11 -. i /. ii' Ce i i
levi une une organist i .1
diocsaine sous la direction dei
a b gouv* rnemen i ie
: m il li deui unie de ;i'.-/.iore
Cattolicas d'tre une organisa-
tion nationale indpendante et
l'a plate sous le contrle d'ec-
< lsiaaliques qui, aux termes He
l'art. 20 du Concordat, sont
obligs eux-mmes avant de
prendre possession de leurs dio-
cses, de prter serment de fl-
delit a l'Etal Italien.
De plus taudis que l'ordre
dclarant l'mcomt/uiibiit de
me.libre de I Azioue Catlolica*
avec celui du parti fasciste a 4l
rapporte, ce rapport est lait au
bnfice du gouvernement. Les
directeurs u l'Azione Callo-
lica ne peuv'i-nt, provenir m.- ex-membres du
l'arlito Populact mme si l'A
ZlOne Uliuiiia a peul compter
de tels hommes dans ses ran^s,
tandis que des personnes favo-
rables au rgime et tortion,
membres du l'..i u lascisle, sont
devenues ehgibiea la direc-
tion de l'Altone Cattolica-).
Le secoud paragraphe de l'ac-
cord va Icin dans la justification
de la campagne originale d'aldi-
uie m lUguree par le Lovor bas-
cista, ce qui lut l'immdiate
cause de la dispute. La lacuh
donne aux associations lgale-
ment i econnues d'aptes la loi de
1926 de latre des connais de
travail ne doii pas tre partage
par les sec ions prolessioiiuelles
de I Azioue Cat>olicaa, du mo-
ue.o quelles a sont loi mes
\ i > i vement pour des buis
el eii^ x . \ nsi,
^u. i Az ont Calto-
lic i pourrait tablir une or-
ganiaetio^ d'associations de
commerce en comptition avec
celle de l'Etat corporatif s'est
vanouie.
Dimanche
m lires, lou
de la ville,
o boi
soir.eotre 8 el 10
e m partie Ouest
de la G md'Rue
lll i ,i si .su e au
moins quarante mirutes saus
lumire, a cause est due au
rgulateur de ce circuit trop
chargcar ou doit se rap-
peler que sur ce circuit ou
avait lempla e les lampes
de 600 bougies pai des lau-
ufs de 1.000 Ddiig- i que nous
a.ons si^uale, el que nous Si
gnalutiS encore a l'iiigenieui
du tiouver tineul, qui sauia
lune sou devoir eu im-t'aui
lt Gouveiueineul au couraui
du daugerqui uieuace la ville,
au lieu de passer sou lem s
en tte a leie avec le ma la^er
el le grand in initua 'e la
Compaguie.
U COMPAGNIE D'CLAI-
RAGE LECTRIQUE
*J,i i a portante
entrevue
Vc i In-di siprs-midi.au bu-
KAn de la Compagnie d'Eclai
rage E iciri(|iie,ij y a eu une
entr- u qui n dor plu d'une
h r f demie entre l'inge
nie r I (tonvernemenl prs
in i u d a ie et M P lley,
REVEUTISBSS^ATIfisnil
j, ^aX >' ?.r?nSaV3a^t ocaiB
occaim
Surlil^x s. iattit, Pralisw* Mntttt SflSt
I toect
i tous ftiwmefl
i I - .." ifi .t: FllMI
i. i*ea rutriM*
- m
FRANAISE'
- r>tf
d r
qu
de>
O P g
l'if i
c is li cet e ns Ion
. une ue, beau OUp de
,i.....s lorenl diacu cts et
, I us ants.
Incaaaablo
U!
A l'inistiation
des Postes
VIS DE bl'-.PAHT
G
la
i.llllls Clll.lli'lllt's
\l
C'
II
Il '
. e
jnuifs
i i
I
p-as.
id
i:
' !
(m
u u i ?. Il
iju'iuVtMDle que lus
s .
me*
ih eii
BSI prs
jeunes
maintenant davantage qu'aupa-
ravant dans le halilla de pri-
reuce aux clubs catholiques. A
part ces points spcifiques, sa-
tistaction est exprime de l'a-
doption par les associations de
l'Azione Catlolica du drapeau
national comme leur seul dra-
p au Cette stipulation, a-t-il
t retenu, est symbol q ie du
In que sous le tacisme, les ca-
tholiques lomains doivent tre
aussi des italiens et que les es-
pra nc.es des anli tascistes,
francs-maons et d'autres enne-
mis du rgim- le trouver dans
l'Eglise un contrepoids vernement, onl encore rui-
nes.
Le s o dstg me i!, en lail,
est le trs grand succs de la
ihse du Gouvernement qui a
soulev une suspicion qu'il y a
peut-tre plus dans cet accord
que l'exil n'ei' trouve d'abord.
Aprs la dernire encyclique
, m> i|<> t plu i*uis tort es d -
, .o liions du p me, une surprise
nnsid able est ressen lu
i 't q i .* i ois- d s
41 m les 1 es -ions et ou 1 .0-
iere que le ninleVre a'u pas lon-
ioura t lenu grandement m-
Lea dpcbei pour New,
York et l'Europe ( via New
York direct. Ntf le steamer
\ncon*1 seront lei mes mer
cre li 14 du C ur n.
Port au Prince, le 12 oct.
1931
rN Parker Duo-
l'old l'ut jet
d'un aroplane
3.(XM) milles pieds.Le
barillet Panier l'trm*
iule sonit indemne de
lachute.Lapoinielw
intacte. Kncore, le Kaf'
Ker Duolold est 28 0/0
plus leBer que les plu-
mes en caoutebouc-
eontiunt' 17,4 o|o pl
d'encre critcsanupr
sion a 47 perlecS |
nements qu'on
trouve pas dm" p
autres marques.
Distributeur;
MOHHetLAUKI.N
la Cure \n
CUROMAL
rfucrit
le mal
a\
Mauvais sang, Humeur, Eczma, Art^"" Femm
Varices, Rhumatismes, Maladies
base de wes t ta
pour gwnr le m
ar son aruoii n"'
gclroa*

garons italiens se presseront j tonn de la vritable situation.
- ut oipl'trmmi etcat-itrt non mari oiHInl tt
r. km. m-j PH.nws k n~
1^ ultM^t comprenant flacon
yjn -fiorw>~~. gin*" EnstaTfitjga&iK

baucourt
Don! la renrmaift.'Vst^ueiverselle a par,l sa *>r
l)e ionoes partout :
UN B\RBANCOURT
OpA' '^u*1 des Csan
ir-'p'"r'



hBWJM! 13 ictebre 1M1
ai
*BIBSJBJMM,
"Poi:rquoi
Pouvons
?ious pas
Economiser?'
L/OMBIEN de foi vcus rtes-vous po*c cette question apte*
tou. tre rendu compte que vos dpenses absorbent tout voue
Lire?- Quantit d'auties personnes dont le revenu n'est pas
luprieur au vtre, achtent des articles qui tant hors de votre
porte. Serait-ce parce qi.e vous dpense: au hasard?
Une Brochure sur le Budget de Famille, publie par la Banque
Royale, vous aidera pr.'voir vos dpenses et conomisa-.
DfMAN Ma U EXEMPLAIRE
La Banque Royale
du Canada
nuE hatienne de chape
1
Marcelin Mariniez & Co.
L'iNDIGNC.
Grand R JtNo 2 1 04
Chapeaux varis pour hommes.femn es et enfanta I
mains h Itieuues et avec de la| paille
Faites une visite iL'lndlflre).
bri
du
Brothers SS Co Inc
n* Hait! Santo Domingo- Porto Rico
/seul servite hebd madnre et rgulier passagers et
entre les ports du Gol e du Texas directement avec
ta-au-Prince, 4aiti.
Pour la rception ra- ide et le maniement habi'e deJVoa
porlalions, servez vo-8 toujours des navires le LYkh
{ME.
Les prechainea arrivea a*Port-ao-Prince ont'
S/S Vargaret Lvke^ 16 <
S/S Tillie I ykes 21
S/S Genevive f .vtes lU
Steamer Buth T.vkes >: 6 novembre 1931.
Bureau : Rue du Magasin de l'Etai. Poite Postal P
LOTERIE S' MICHEL
A uloi ite iiir le Gouvernement nu profil de l'Eglii le 1*1 ii-
sunce e i Prochain uraye: 8 huvemb,e, 3 lis p.m,au Cap-hatien.
I < artitiou ues lois :
1er Lo
li me lUi
."me lot
1 lot de
2 loi de
'6 lots de CO gourdes
10 lots de 30 gourdes
10 Ict? de la *
140 lots de 12 gourdes
2 approx. du l.r lot 120
2 ap. du /mr lot a 60
2 Hppr. du veine a 9Q
208 lots se m minant par les
deux derniers chiltresdes
trois gros lots G. 9
O.OdO
1-200
Guu
150
120
180
300
150
1080
24(1
120
00
1872
Les billets sont en vente la Bibliothque mo terne
Laveuse'* 510, rue Danls Destouches, fort au Prince.
meeting lectoral
-o
La drection de notre con-
frre le Rappel a organis
au Bel-Air, dimanche dernier,
un formidable, meeting en la-
veur de Mr Nemou's Viuceat,
candidat la dputation na-
tionale pour la 1re circons-
cription de Port au-Prine.
Au cours de cette importante
runion, laquelle assistait
une foule considerale d'amis
et partisans du candidat, on
eut le plaisir d'entendre tour
tour. Me Maurice Liautaud,
Me F. Duviella, et Me Ren
Isidore dve opper, en termes
choisis et mesurs 1rs rai-
sons qui dictent l'lecteur
vraiment conscient, le devoir
le s'enrler sous le drapeau
de l'Ordre, et de voter pour
Mr Nemours Vincent.
Aucun incident n'aurait
troubl l'impressionnant mee
ling. si l'ide n'tait venu a
un lecteur trop bien tl
sans doute de lancer des
vivats dplacs eu faveur de
son candidat la Magittra-
Communale. Cela riclan-
chaune contre-olensiveirr.m
dis te et le nom d'un candidat
rival fut exalt, en rponse
la provocation Mr Edouard
NelaoD, qui causait avec le
Prfet Panfan, fut bouscul
par un individu arm de son
revolver.Les esprits quelques
instants aprs, finin nt par se
calmer'' un seii' vivat tut
pousse. Tous y eut < ho :
Vive Ni mon s Vinct nt I
LE TUA6E K LA
LOTERIE NATIONALE
o
Le 7me tirage de la Loterie*
Nationale t'est effectu avant-
hipr dimanche, en son loral.rae
Bonne Foi. Comme d'habitnd',
il y eut une nombreuse esait-
lanre : Ions ceux q i espraient
que leurs numro- Bortiraifnl
e qu'ils i on'raien' hier p ne* r
la caisse, et les etpiranta '
gros lot le&liteur, qui, en une
minute, aujorie la to'lun". (t
avr' celle ci la joie.le honheur.
Vo'"i le rsulta1 du lir ire : '
No 815 a gaRn le gros lot 'i
Echos
Il y cul avant hier diman
che. deuxime du mois, messe
a la chapelle de Del mas. Le
l're Bellec y pronona un
brau sermon, la chapelle re-
mise neul iait comble de
fidles-
M. N 'rmil Chapes a < rit
'lati Journal pour d-
mentir la propagande tendant
taire accroire qu'il avait
retir sa candidature aux pro-
chaines lections c les.
Presse inlo'iue
renseignements
sre qu'elle a reus,
que
de
La
d'y prs
source
les litres hatien?, sries A et
C, ont regagn des noints 1/
y a preneurs 76 1/2 et ven-
deurs 80 1,8.

Une nouvelle aisoci itio i
l'uvre des pupille* de St
J iseph, a t on le dans le
quartier 4e Sun I iseph sur
Iinitiative d'un g'o 'pe le
dames et de jeune* fliilei.
T
LECTORAL
Les lecteurs de II 2me cir-
consniption de l'Arrondisse-
ment de Port au-Piince, qui le
dsirent,peuvent a'adreaaer pour
toutes les communications et
tous les renseignements relatifs
aux lections du lOJanviei 1M2
aux direcieuis et ;-ux sous-di-
recteur, des comit* Hectoraoi
psi il ns p:i n o da s i s z,.
,: ns rc pectivet,
fort-an-Prince, le 13 Octobre
1031.
Le Conseiller dea dits comits,
C i didal le Dputaiion natio-
nale.
I h.Alphe ALPHONSE
'La
22.000 gourdes ; le No 2lo0, le
2e gros lot de 7,000 gourdes ; le
No9194.le lot de 2.000 you-des ;
le No 42G.">,le lot de 1.000 gour-
des ; le No 1781, le loi de 000
gourdes.
Compliments aux heure i x ga-
gnants.

, ana
MICHEL LAHAM
210 212, Rue des Fronts Forts
-----o------
Maison vendant meilleur march que partout ailletli\
Faitei un tour chez LAHAM et vous scie < Il lis.
un y trouve les niarchaudists suUaut* :
Crpe de Chine luprieura
Crpe radio
i oile le soie
Ope Omette Heurs alan
cbea et couleurs
Voilede oie uni et lleurs
Voile suisse snp.cool.et blanc
Organdi suis, couleur extra
supei leur el bu "'
Organdi hiiisM s perieor m
Opaline i uuleur
Voile ineicense uni
Voile Qeora suprieur
Voile lleurs
Baptiste a lleurs
Tte indienne unie et fleurs
Sois lie unie couleur
bti nette unie couleur
Indien a dessin et -carreaux
L dieu sup. a fleurs
Madras couleur ivec barre;
Ci tonne Bup a tteui s
Cri lonne fleura
Diablement luit couleur
Percale hlanc suprieur
Simili blanc s' prieur
Tulle blanc
Tulle poui lingerie
Tussor de soie
Molleton couleur
Tricoline de soie barres
pour chemisa a hommes
Cach ruirieone noire
Lrpe pcui deuil
Toile pur lil pour lingerie
Nappe couleur
Toile pour matelas
Calicot mou
La licol amilbaoca
Calicot eZtl a SUN
l'iiih a drap toton
Toile drap demi li
Tuile drap P1"' 10
Tussor de soie double larg.
pour costumes a hommes
Shuutung sup. dounle et
simple largeur
Diill si >i i bancs
(.. limir aogtaia noir
Csimi angl.aup.bleu marine
K kl Ida .c SUp.
I)i ill blacc pur til.it diill
blanc eilli lil
Chemises hommes, marqu
Arrow,* ou leurs el blani lies
Chapi aux laine hommes
Chape i.\ pailli hommes
Chapeaux laine pour entants
Chapeaux pour t niants
Casquettes couleurs
Chapeaux de paille pour fil-
lettes garnis
i bapesuxde paille de soie
lemii s
Demi lu i pour llefles
Chai sse.les hom. fil uni et
loin* hettrs
Chaussettes . hommes mer*c
et coton
( banssetles | our entsnts fil
loin i licites
LbemisscMes i hommes r ci i -
iniius el sup.
Bretelles hum. et pour en*.
Ceintures boni, pur cuir
Ceinture a hom. imitation
cuir,par douzaine
Bas de soie
Bas de soie sup.
i lil marque Doue et Lassotb
Bas merceris et picots
bouliers caoutchouc pour
entante coul. el blancs
L hanlilli son- blauc et coul.
Dentelle cbantilli avec peinte
Tulle incruste 3|4
Guipure crme
BchaotllH couleur or
teignes en gros et dtail
Cercles pr cheveux, cl. et uoir
Peignes.cercles et barrettes
Pondra marque L. T. Fiver
poudre Chramy
poudre Virvi!
Hi uppe cygne et houppe plate*
acs a main cuir suprieur
Sacs mains imitation cuir
Brosse pour habit et tte
Boucles d'oreilles croles de
toutes diiuensious.cn gros et
dtail.
Bnban couleuis
Paul et crayons pour lvies
iravattes hom en crpe de
Chine avec pochettes
Crevettes sup. irai aises
Couvre lit flanelle fleurs
ouvre lit soie
Savon et poudre deulilrice
marqueta Dr. P.crre, Kolynos
Bndictin, Botot
Jarretires lem. par auue
poudre marque St Denis en
boi'e mtal
Parfum et poudre Houbigant
I otion marque In liraud fils
Lotion el poudre Hve d'Or
Crme de beaut Cheramy
Eau de Cologne Porvil
Savon ulycrine en grosdt.
Lotion, Un par lu m d'aventnra
Savon Eau de Cologne. Piver
Savou Bose Lwaude.m. Piver
Faux-col sup
I otion Foi vil
To le cire pour table car-
reaux et lleurs.
*ti
;f^MI5
Dr. BcnguCs i *, k uaiso, Paris.
insuranr
t
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES ^ASSURANCE
sur la VIE
EL1G. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
Toutes les Polict;s
DE LA
.rttl Jl '
comprenne
snt la Protection contre
. *
IM *
Foudre sans auumentation de tn
Eug.LpBossfo I
Auents Gnraux___g
ht
3


-wl



Mardi
13 Octobre 19
;. mam mmam
:l M .
vaus ^rrf3tmMmmm*-
URODONAL
combevt le rhumatisme
love le foi*
et Joe articulations,
Vacid uriqut,
mettve le. nutrttion
lot oxyde fee graitse
LAMCEREAUX
AMtan i **" *
MM M
... .,. -
Goutte
Sun'* CHATELAIN. I\jurniseuit )
.1
.,V,V3l.nci.n.M.PAtU.-t-,h-
V^V ?* #;i 4 Nvralgies
y&***, | $ Grai*//e
Panama Hailroad Stamship Une
[Serwce de fret el de passagers en lie
ieilfin-r licossa Franc
Itrs. fi \ SHELDON & Co- 17 James Street, LivBAPOOL, tNGL\i>
Tke UllewiM if* tir aieatt il principal ports'.iu aireee:
KNtil-A.Nl). SCOTLAiND. FRANC F..
Mcssrs G. W, SHELDON & Go.,
17 James Street, Levrpool.Englai.d ,
i i. W. Sheldon 8t Ca are reprsente! byfitbe ktollowin ti n,
, _ ,Iius ii'i' -* service de transport de passagers etdu tr* eiIre Hati
ci,.. ..Aa Furopens vu New-Yord et Crlstobal, Canal Zone, fajjthoM Je Panama
?Stlla liste de nos agents.pour les principaux ports de 1 Kurope, : .
. Pi as rapide
UU.TL1 HlMBt & (.o
31 flue.dr la la Rpublique
Marseilles.
trpulPeroo &Co, Lte".
*"& Quai George V.
fJJtJavre.
tiarnuJPeron^iCo, latd,^
Kue^du Moulin a .Vapeur
W-* Boulogne gui 'Mer.;v
Messrs.; A. Bkndix.& C
-*il Alleugade. Copenhague.
iJK5..,t)l.'. NVV VT.
international
tSpedltiontaelkap Oalo.j
ftiM. Atlantic Freight Coron
JE Ballintiaus, il miburg 1.
" 0MtT8 Atlantic' Freight
( orporation
"-- Geiniauy
^Measrs Atlantic Freinght
Corpn.,
24 Qui>i.J,(iaeus,
Antwerps. liwium.

\
Haa.N pBftOM Gu iiM
95^Rue*dee Maris,
Paris.
tiBftNO PBBON Si Ci ,1.11.,
Ruefcde fraaquilit,
Duukerque. *
[uura Paaon &-Co ^Ltd.,
.,9 rtue Roy,
/ JBordeaux.
Genoe, Italt.
.Nii.srsj [cnay ;>; & Ltacoi
Piazza S. ilaTTBO.No ISGeio*
COTrBNBUAQ. SWtiOtt,
NorJisk lipress,
Cothenburg.j
jlMBfi Atlantic raBioar
Gorp'n.
Kon"1, Kmmapieiu
Hotterdam Hollande
A } 1 i > .! 1 v < i t

ASSUREZ-VOUS
la
General \ccidenl Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de l'en h (Scotland )
i^i la atENERAL <
it ce ert. 1 e soleil ne s<
Sa*.Polices contre IDC
; Sea Polices pour An'
caSSfe autrui dans si
Polices Maritime:
Ptlices coidre ace
^-i devraient donc pre-
* Taaaes 4001 dollars, I
Veuve F. B
k
Matin
2&me ANNt't
Port au
Tlphon
N" 7499
Prince
e 224*2
4 ra vts
*>*
i~
SOUVENKZ-VOUS
ptfVijHUBB m, mmm
Que^u.^i'mi^ iaibre* ses truita,..TWgI?
rPHNiAl sereroiM.aaoJ.' ri siniposp>ar les rfsnllalsailetas.
' Tant pour le cour lassiioe Jle aMasaawe.
aw. Pom I tude des langues vivantes
* di.lt iHeao
BUBKQil
0F
i'Ouei.'pour l-enseigoemenl rapide et' r
n-iHvloi t Je ' Comptabilit.
sSmi qo' s'y ,r""ve ime itrondMHi t'** ''
I Suon. soios, discipline et kr.Tail L
1 VUJMW : l*<7 . Lamarre,'.tphWK 'i*L
Manufacluie Hatienne
de chai elles
?GEBARA & O
LUS CIGARETTES
Bat Bas j JF amal-Lon
Dessaliniehne*
' Colon *
Rpublicaine*
a Vorl-au-Princienne
S t n o Dacty lographU '
Foadr fa^19l3
llffoniiuf tl'iitilil,pnMii|ij|
\uu> ec rues du Ouirr t Frru
Furt-au-Fnicr. <
--iTjf
^L'uniqueiEcole de^Cam.
merce a Port-u Prince pi
l'tudiant acquiert toutesjei
connaissances pratiques ri-
qui-es dans|les bureaux, soui
la. directian dejmaltres ayant
une exprience .'peisonueile
des matires qu'ils enseignent,
Staegrapbie Iranco-anglalse
(programme eommercialcooi
plet eompreuant prise de
documents vritables: corses
poml - ii ces, mmorandum
rapport, etc. ) Dactylogtapoie,
Langues Vivantes, CompUbi'
litet Tenue des Livres, Iti-
Lveme.at de la machine i
calculer et du miineograplii,
btudes; rigoureusement cua-
trlees dans l'intrt, bien
compri. ues tudiantsenx-
mmea et des tutan ampu-
t
I .
C qui n'a Jann-ils *t* fait
Ce qut no eut Atro dpae^*j
Kola Champaane
F. SJOURN
'rpar dans des condition! eigiiireuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
;ik. Angle des rues Roui "I du f>atrs.
Bo ivenure : 1er lUi
l'octobic Demendeiam
el prograaime contenant rcn-
eigne-ments dtaills aurdi$.
ri bu lion cours, orgunisulHin
xameus dlivrancediplnits,
etc
MESDAMES.
F >ur teindre vou8-mmetoui|
| tissus, aucun produit n'egalil
Lu "MAMESOVE'l
Pharmaeia Eugftna FROU [
J Croi t Vfjrr C. eRCOQ, itn'ru-Pai-il]
f-SAisvT^&fiaajOC*" x
3
Laboratoire Sjourn;
DRBCTBfltS
P."Sjourn, Pharfuaelfn
K SJocrm, Pnarmacicii de l'HniveMii de Paris.
M. SjodbmA, Pharmacien de l'unlverait de P^ris.aacie
interne des Hpitaux de Pari.
Analyses dp Urines, d.i suc gistrique tta sanjj ( VTi'
serm ann, Ure, IknftBOte d'Ambard, Glycmie).
Des cachits. Des matire^ teales.
00

0
ice
(L
:
soulage des maux la nvralgie en 31 mioetr
Arrte/ un relroidissemeil
premier jour et la malaria
rois jours.
666 sauve le bb do
liasement.
I
iiajaaii',,/
LE FAIT EST INCONTESTABLEI
Le
iu Sailli'
Sa F
une les pus puissant.-. ! des plus rastes orgaaisatiaal
ouch( jamais sur son champ dacHoo qui embrasse le
Qdie couvrent aussi les lgats ce isionnl par la teuare
obiles couvrent vot i. malveillance, dommages
oui e :'s s-, s biens.
mises pai ses branch Buropf sont payable!i en Hati
entssonl valal 8 eniier. Tous les voya-
e
pru
U ',', iul o. r d ih police outre accidents
-i,,, .....i le u qi '.. soit 20 dollars L. G.
IRMINGHAM, AuxCaves
C'est la quintessence des meilleures
varits runissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son arme. s
GOUTEZ ET COMPAREZ! ji
rrt-et-Pnr IG. uIL(i
JEAN LANCHETJril
ne
r,
ipmy* ;&*&' nittisJ'SIM> .*
,yh

Charle:- vlalebranche & Co,;
1224, Chemin des Dalles, ^
35*pboneui


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs