Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03730
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: September 29, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03730

Full Text
lmenifcjMaqloire
tl DIRECTEUR "
settirlUK AMERICAINE 1358
^TELEPHONE N 2242 "
La murait sVi Ssl > iaile d'*
roBp, elle s*esl laite Y Joules 1m
petites > if lui M que I liomne a
miconlirr Ut la brute Qli f*l
es. lui. F. Bl ISSOR
=ac
i
it,
Me
il.
^me ANNEE N- 748,1
PORT-AU-PRrNCE( HATI )
MARDI 29 Septembre 1931
*
J L'AVENIR
InOMINICANO-HAITIEN
11 Far JOSEPH CHANDLER. ^
(Suite) Voir les Numros des 2'i, 25 et 20 septembre
V
Minens de Ralisalia
flvdrt
aie
>ts),
,; de la souverainet
iue et de la cloison flanche
(re encore une tle qu'il
d'abattre et elle ciatne que
i nous voulions duu
g" las Poiniuicains, euA,
cadraient ni de cet ac-
jeconomico-douanier, ni de
Contederalion ou Union
U ironie 1 pour aeux
qui resteront pendant loug-
marques des Letti s Ecai
Prisonniers Libres.
t\ grande ide est dans
uis bien des dcades et
des cerveaux qui ne sont
entrines avec les idole:.
^la caverne/oni dj capte
art et d'aulres et s'il laut eu
Bornent employer la maui-
>avant longtemps ou pourra
imprimer le mouvement1* ei
pulsion auiomatiques. .^^
,-i-oa oublia que les Etats-
ms du Nord ont commeuce
tre uneConledration avant
re uDe Fdration ? ijuunu
1780 ils voulurent conclure
liane de commeice avec
ADgleieire, chaque E al, la
mule, enue autres, Oui trai-
rspaieiuenl el U lailul que
bamu des oi./e Etais Uouu.
le pleins pouvons spciaux a
I ticieguc ge.nei.il poui siguci
aleui iiouj; cl le nom Uc clia-
K Lit lui un ul.oune dans le
li ait. La
matniue gouverne
vue sera plus per
lierai
pile
ton est ucouipaiible avec
tireur inne Ue tous ceux
JM le bonheur d avoir h
pouvoir.
, Au litu de laslidieuses ti
EJf*J dfctlai allons au sujet de
ux ne| ubliques-iurs, dont
w cque ,oul baii *' iOU"
^ ; contradiction avec Us
, s- l oous laut quelque chose
i P'us construclil pour la ra
^"uo dune vritable Iratei-
5..c
sera la Couledratiob
a*e,^L0 yi""^"e qui est
^'^euaosiair elepo.!, uOW-
r aanuees et oe bieu uts
} v"ux ue part
ft**pteF(l)
C D'Oicl. .
T '* ^Uin,
Que
ei d aune oui
lloiii donc
i. le it-i.
" a Noru de mme que la
slale en
gfcllOllllt e.
LAulrithe ei la Hongrie nom
iimu i. lui moule que du
bur o elles avaient ralis I U
iiooreelie qui s-iLVrgaidail l au
onuuiic- des deux Etals el des
KNb-fciai qui lesjcomposaien*.
W coalrc-, i;eux qui sentent
iiiuiei'i ics pulsations du eoein
ti deux mutons .uis savnn
ne piusit. i ue uos diveists
tgious boni enclins el lc a-
itul un peu plus d auto, une
pouvun ce m rai. Chez uousie
uvunti.i ot lait assez- seuui
*le .Nom, Uan. le Sut1., dans
aadfAuse el a JaCmel, dans
{tegioii au bud-Esi. t.htz nos
us.uai.s i; Lujuo, fi la pio-
de beioo, el ie district dt
na,les tendances sont visi-
ent auionomisles. L'auteui
lignes a eu a en palier en
U uaus un |oui nal que di-
I .vl ai diui Isidore. Lu sug-
n m avait ete laite dans
Cle eu question a MM. Ko-
Ne Alexandre, Alcius Cfcar-
i,Ur Neiva Gousse et Char-
Bauduy. Elle avait t le r
t des Uiigaudages et des
ttdulions duu pouvoir cen-
qu'une poition du payssau-
P*i a changer tous les six
".ljue plus large auionomi
Hprovinces et a certaines r-
niojpoi taules ne pourraient
^ fointier et quilibrer les
"lements de la Lonlec'eration
visagee. 1> autre pat t. il a ie
" reconnu que bien souvent
Jrouvoir t.eutral n'a pas la
jm heureuse eu vouLnt laire
lislaoce certaines nominations
W lut alinent les sympathie*
'J* populations. Il nous lau;
lasser ce prjug du Fouvon
"Irai tendant a montrer qu'il
s veine. Toute ide de conl-
Hussie Sovitique n'auraient pas
eie possible de nos jours ; et a
reoiaiquei' que celle dernire
avait et a coutre elie la coali-
tion et l'hostilit duanioude en-
tier : Allies comme Puissances
centrales. Et pouitant u y a
qualoize ans depuis 2 oclooie
7 novembre l'Jl / A i'lieuietac
.uelle U y a eucoie d auliea
moyens de comuiumcauem ei
Je propagande pius^elMcieuls :
aeiopiaues, camions,rauio.Uia-
ce a Dieu,nous avoua tout cela,
avec i.a rrease, Le Temps, Le
Mu un, Le Fays.LUau,dipe,Le
courriel Hatien, tlaui-Journal,
(^uo Vai'is, la slatiou h. h. h..,
poui mener la campagiie et ie-
pa"die les ides de caulialet-
uile piaiique, de sendatiie po-
litique el conomique, il y a
encore daulies otgamsauoua
qui nous seront a uu puissant
concours : 1 Uuion i'au-.-imeii-
caine, la Ligue de la rlecuuci;u<-
ttou el bien daulies moyeua
qu eu veut appeler... batanvoi-
les. Nous connaissons les lacu-
ucs de ces oiganisalious, la
place que nous y occupons et
le tas qu'on lait ue nous. M lia
c'est a peu pie- la mme cause
(tau ta socieie. Csi-ce poui
celle !>.-ol que nous cievo. >
nous r*tirer de la socit et
nous leiiyuei 'ans les Ijis-
1 >ndS? Quels que soie, t les hu
m Mus, ii taut vivre avec eux.
Cesi a | u pi es la mme chose
avec ta Justice. Parce qu'il y a
des coq iins, des biigauds, des
vende ui s dans le Temple de
Thmis.
H nous liul quand mme
iioui adresser la justice* me
me M 1 ojs oevtous un ou lus loin.
La ioice de 1 opinion quand
elle a ete b.eu travail el
telie quelle a Vaincu I oLs .
nation de 1 imprialisme fran-
ais qui esl pitsque ptete a
accepter la revision du "Irai 1
de Versailles cuusideie main
uaiil comme uu acte de bu
jjandage. L'Oneul le complet d
aussi si vrai que des nnssio-
uaiies boudhistes parcoiueul
maintenant 1 Europe et l Aine
nque se 11 ant des idts de lia
ttrutte lelle parmi ceux qui
ne croient jusqu piaenl qua
la 101 ce. Le lclUi.s n'esl |-a .
lem.s'ii n'est dj venu, Ou celte
Iheoue de la souver ni-eie abso-
lue ue,l Elat. de la glande lr:-
bu, dod tre remise au Muse
des autiquns, au nom de l'E-
votuliou Hislotique et de la
civilisation,
il est vrai que, momenta-
nment, il iious est cr une
situation peu agrable. Il nous
laut .1. lui lit ment lagir, mais
de ia, user de represi-ilies,
nom nsquotis tort de compli-
quer lOite situation, car noue
cas esl exceptionnel. D'ailleurs,
cette situation de loi mat ial.
conomique] de renaissance du
nationalisme, de raction, n'est
que passagre. L'est laderniie
expr. fsiou d un oidre tie cho-
ses' qui s'teint. Quand les
loups nalionalistes ou impria-
listes retrneront leurs app-
tits pour vivre solidairement
avec les brebis pacifistes, ce
ne sera pas pou. gagner le
paradis ou ne pas aller eu en-
Ur, mais. * vue de ,a T,t
(l)Le ldralisme aide plus aud-
veloppeiuent d'un Liai que le cen- |
tralisme ou unilarisnie.Li ritDatio- J
nale, la culture sont mieux rparties
dans' le premier systme que dans le
second o souvent une capitale
monstre s'agrandit hu dtriment du
reste du pays telle l'aria et le I t
de la France. Lu Suisse,Zurich. Oe-
neve, Ba\. .ut nu mme plan que
Ber.-. .- Alieiuasna lienlelberg.
Leip/i ', Boiiii.Muiiich sont des cen-
tres de culture aussi dveloppes ou
mme plus clbres que- lierlm. Aux
1 lais-lnis, Chicago, f luladelplne,
, os Angeles sont au mme plan que
.sew-Yo.k.nes exemples pourraient
,* iultieli<*r.
[La *n m demmui)
POURQUOI ATTEN
DRE LA DOULEUR?
"L'viter en vaul le soin ...
et-a meilleur mairh! Vu-
yez votredenlisl' ti la pi"
mire cfonleur. !)em:>rdsz lui pourquoi OALOX vite
les ennuis et les dpenses.
Ii y a deux points de prl'^rence retenir. D abord,
CALOX est une poudre... le s-ul type'le dentilrice qai
nettoie fond. Ensuite, elle est oxygne... ne peut d-
colorer l'mail... assure une douce haleine... contrle
les acides de la bouche... empche l'irritation des
gencives. '
sssvss CALOX
anjourd'hui ... Voire
pharmacian l'a. Lcn
ver tnaintenani pour
un chMH'iiiun g fa-
illit de la eouSic otn-
tilrice CALOX.
y"?
/ a noavtHe botte
CALOX s'outre
et se /erme a lu
/> ression a'un
iluiyt.
Me KESSON
>< ROBBINS, Inc.
79 tlill SI., New-VoiL.
'iity. U. S. A.
Ka^wanaanaai
Ael Nm 3
terreatr sur ia nouvelle ferre
o une ii^ne frontire ne se-
ra considre nue c o m m e
pn obstacle artificiel crti pari
l'golsrae de ee groupe, d'auda-
cieui qui ont tait l'Etat abso-
lu. Avec les accords rgionaux,
l'humanit sara de plus sn plua
le but suprme des nommes d*
tous ii'* Etala et de toutes las
races.
'|OTaaaaiaHBBnaeaaww"BMaaMBBaauh*
LES PETITS DE LA CO-
LONIE SCOLAIRE DE
PETIOHILLE
P
topos
humides
Le poids des coliers de la
Colonie scolaire def^lion Ville
a t constat le 31 juillet, |OU>
de leur entre la Colonie e'
le 'M aoLiour de leur dpart.
A
Les palus avaient g;lgn entre ;
une et quinze livres en un mois | Te'cacHI
une moyenne e quatre 11- i Antilles.
vres par coliar.
C'est apprciable, et cela in-
dique les hsureux rsultais ob-
tenus par la Colonie teolsire
pour la sant des gosses.
Rappelons ctpendant que
I Administration de la Loterie
Nationale d riati.suivanl le gn-
ie da Prsident Vincent avait
tait distribuer aux petits de la
Colonie un lort lot de produit a
reconstituants Basile qui, .sans
doute, ont contribu celle
Hugmen'atiou de poids des en-
fants.
Sa Majest Si Mshammed, ien
Vousset, milan da Maroc, tait le
nuis dernier Paris. Il a t ei
comme Souverain Sun pays ami ei
paelfS iVs! (juatiil il vient u PPe
el qu il a ranquis le CCSur des l'a ri-
aiena. Dinar Rsmbsuillet, rseap-
lioil a II Intel de Ville, visite- a I l.\-
poeition coloniaia, soire le gala
l'Opra-comique, rueptiota a l'on-
tainehleau... I riomplu' continu, l'-l
la itiperbe garde noire de Sa Majnst
elieitlii'iiiH (jui I aectiinpagiie par-
tout, a lait (admiration ne-. Pari-
siens. Avaalde quittera U belle ca-
pital* de France- , le Sultan a tenu
a repondre 1 Invitation des travail-
leurs des Halles, loueliaiil el cordial,
l'ascuall le ces bravas gna, lis d-
posrent devant l'hte auguste de-,
prsents ni i^iuliquca el divers : un
DOBUl entier, les panais de pouli
des corbeilles de truite, des poissons,
des fromages, un lui de iUitJ.vl SAH-
1JOH, la perle h s
E-l
Mm lUR.
LE DRAPEAU ROUGE
ET LWERNULE
DWSIA ItlSOMH JUII\ HIIX
Pour prejester contre i;< de-
ciaion du Gnuvtrnement cle r
dune les letids de secours aux
chmeurs, ces milliers d heu
mes el de le ni mes, porlani des
pancailes c l'os lisait : Nous
lutterons o mourrons de lai m ,
ont manilest dans les rues de
I ondres, de Gluscow et d autre>-
grandes mise. Las mande* ant
avaient arpOre le drapeau rougi
et chaotanl l'Internationale.
" John Bill a vu enfin le terri-
ble emlxme et entendu le
( liant m- lac;' '.
Samedi
deti , il y

soir, a [errace-Gar
, a eu une belle son ee
dansante, ali cours de Isq lelh
on eut, de temps eu temps, le
plaisir il applaudit un 1 u it t
louiste de (sleul. Ou dansa | i>-
qu'a I aurore, au son d'une mu
siqce entraluante. On aperce
vai; a cette soire presque toute
l'ellte "mondaine de Por -au
Prince.,Ce lui un vrai .-u ....
qui n'aura degal, daprs ce qu
uoua nous "siimie. :. lajsse du ,
que la prochaine tels quorga-
u.se./i uts prochsibeineni M.
et Mme Kaiu, les proprietxirea
de rerrace-Garden qui devient,
vraiment, le seul eudioii chic o
1 ou 1 auiuse- avec entrain.
OFFRE D'EMPLOI
Pour c roptabk expri-
ment seulemeot.
S'adresse a la Maison
l PreelZTnaDO-\GGEHHOLM
& ::
, l(!i d Illiii
P- Te
lu
ALIX HO Y
_XJ annes du succs. |
\m\Mu
l] VtNUtUrtS Ut lil-
BAHtS
o
L'Administration Gnrale des
Contributions rappelle aux fa-
bricants it in'iuiiiiis de cigares
qu'aux termes des tOnie el
lime alina*^de l article '.'. de
la ti'i du aot llMl modifiant
ta taxe sur l'alcool el If tabac
les ixes sur Us un ides et
substances de/mis dans la pr-
sente lot sont pu es comme suit
ii"a /"' me alina
.Su/ lesciyares quanti / potdspur 10UU etyares uext
pas Ikuoy.Uuut ciyare y.U.02
. ni lune alina
.. >ur les injures, quand leur
punis par 1000 cigares dpasse
l kg. >') mats ne '<-/ isse pas
M /,., /.in i igure g <> 0 >'.
Ils sont pat cous que ni invl-
/< .s, si ti s pi ine de se voir appli-
qua les peines de droits, se
conforma ces >sn ions de
la lot 1 n ujoui 11 timbr y. 0.01
timbre cun/01 inemeni ' t an-
cienne lui <. mentionne aux
utineas h> el 11 ci-di ssu < repro-
duits,
mmmnigvnuimrnm sTmiiessi
Diner
d'Adieu
Dimanche M
De: cix, a lu Orao t H
lieu 1111 1!i -i Vu)
t o.tvi ris. Y pi ut |
mdecins anii
\\'v X
biique qui, co me u le il,
laissent le 1er Oci el les
mdecins h 1 \t m mme
service.
Ce fut uni 1
110 1 de , u
jui vienuciil 9 u t
comme il cou, ie 1 leur s. .1 -
liment Uc
eaux qui seii von ir-
,1101 ue p is lu 1 .- et qui
ml su ad 1 d lu m
pi obi .. ;. e le ser-
ti ice qu Us t i, 11
d llui uUS li
etfc h iu .< les 1 .1 ipj eilenl
Ils Ul.s M lise. KulX I.CvJll, LiU-
tcjtt, etc., etejet qui, noua en
sommes su ouu ib 1 roui 1
maintt .111
r,'C II' I I Je
. 1 lpiLtl d 1 .,ic ., pro-
grs.
Auth uni ; ni tra-
teur u : b le l)>
Lieu UeuUf 1. m iu D Mol n,
le nouvel m rleur, uni
< .1 1 tu ua
1 ubua aux c 1 nationa-
les, almuta d'motion patrio-
tique o tous iea coeurs com
mu nirent dans ;une mme
pense, celle tic tout luire
pour empcher que peiisse
' neut en plein
sucrs el >iui rend de si pie
deux se ihi iKiuiens,
particulier! tient u ccux^ de
la classe necessiieuse,
Nutis sui>issoua cettej occa
sion poui renouveler nos
\n t\ ele succs aux hatiens
;t n 1 incombe aujourd'hui le
pi lileus honneur, et i\ui
util.s t.. ,1111 s srs, s'en tt-
) l'ci" .1 a, rv< il te, de din
gtr 1 tes services les plus
importants de notre adminis
Iration.
E EN LIBEiHt
M o: sur Emile lia aime,
1). ? -., I bu vaUX
e e> qui avait e4
m mec h ta ^uite
' '.1 jiistt'c ue
li p et ser,
vient d'tre tenus eu libert,
aprs s voir t 1 nieudu pei
le ju^t u lusliuction. Tuul
mieux,
.. l'a vu |ui venait, confiant.
allgre, comme .''i! revenait
d'une grai d victoire. Mais,
londain,ce fiel air s'envola, en
mme temps qu'il Inisait un
geste rapide le recul. Un chien,
ciecs dehors, pattes en l'air, ve-
nait de surgir d'une barrire,
grondant horriblement. Le sang
dts ngres que Hochambeau li-
vrait ses 'duens se g!"a en
lui, el, triste, comme si l'on ve-
nait de remporter sur lui
quelque victoire, il rebroussa
chenu n."'"Il avait peine tait
deux pas qu le chien tait ren-
tr. Mais cela ne le iendit pas
confiant. Il continua ssn che-
min, rsolu taire le tour du
bloc au lieu d'aftronler, une
nouvelle lois, ce coin de rue o,
de lemps en temps, grondant et
terrible, vient veiller ce Cer-
bre, comme au temps d'Aris-
tide le Juste.
*
... voit que les villgiaturistes
descendent presque ous de
KenskeJf. C'est ce moment-l
que les vrais amateurs de cette
sollme voisine du ciel en ap-
prcicut mieux la protonde dou-
ceur. Aussi coaimenceront-ils,
eux, monter ds dimanche.
'

... a vu ;vec qu die nei-
gie un pei son nage otliciel
a rappel aux sentiments
de la oonvenanee, quelqu'un
qui se per me liait, en sa pi-
s u.,, de 11 tiquer deux iioutl-
nafions rcentes laites par le
Gouvernement de la Kpubli-
uue. L'inconvenant voulut s'ex-
. e, mats le pcisonnuge relu
sa d'ceuter ses plates excuses
et d'un index ie;j;ique et tn-
li sib:e lui indiqua 1 pei (e.
Tte baisss, et le mouchoir anx
lvres, il s en alla, ei e ^ de la rue, il se mil m-
dllcr sur les risques qui! y a
ne pas retourner sept lois sa
langu dans ta bouche wmt de
du e aptni que ce sotl, t n po iti-
i|ue surtout.
*
... a SSSIS , Il 3 .1 d< la quel-
ques jour-, dans une dea com-
munes veisines de Porl nu-
Prince, t une scne assez droie.
Eile suivait le mariage d'une
grand'mre avec un jeune hem-
uie de 30 tins. Naluielleinent le
maiiage ne se l'a Isa il pas pont'
neu. La nouvelle marie ; ue
fiile 1 quarante cinq ansqui
uoui 1 ail eue, ivec queiqu eftoi'l,
la mre gani epous, L'Amour est, on ssn
souvient, entant le. Bohme,
te a SO 1 u- sav.nl pasquil tait.
a .e poia -l,entant lerriaVe.^J


... a ... .,! jolie jeune aille
qui luisait lue l'un dejses flirts
une lettre qu'elle venait de re*
ceveir duu sdmicsletu anony-
me. La lettre etad parseme de
tautes le {rssis, el d'injures
a loi lographe. Lt la belle s'in-
quitait a ou.lance de savon de
qui veuail,ce pelilchel-d'seuvre.
Le Uni plil alors, car c'tait
lui, mats il ne l'avoua pas, qa'il
tait l'autenr du poulet.^^^^
*
.,... a vu Keuskol de jolies
jeunes tilles qui cueillaieut des
SBillela, ces peines leurs tant rs-
ciieie uees. lilles les ai tachaient
dlicatement pour en taire des
pet.ts paquets et (elles les cou-
lemplaient ensuite avec un rel
plaisir. L'une dlies choisit la
plus beau lot et ,le montrante
sou aune s'cria :
Je vaisollrii celai-l Rs.^
ht elle s'arrta net, s'sper^
1 i.1 qu'il vevail du monde
i ,ii eudre. Il s'agissait de son
unouieux qui s'appelle Kaoul,
. S.UIC.
.i.-ii;-. us coi.te accident
ei.o H^cidciil r'irs
uli v. -.rance Corporation L -
1 .. "i-i'oinighaas
A.;..l j ._wral ^oar >Ittti.
.


PAGE 2
m mbhB m s^itmH \m
M
Candidat a la lafiitrittiri Cad
muiiale el la Liyat- il'Aehoa
Klecloralr
o
S'ous reproduisons avec un
bien utf plaisir Moyituge noir
suivante que dans son
du mercredi 16 septembre < ri
cours, noire excellent con frire
Hati-Journal consacre notre
ami Dosny l'asqurt, neryi-
que et jeun? Candidat la
magistrature communale de
Port-au-1'rince.ou.c prochaines
lections du 10 janvier 1932:
Voici ;,l'homme que uous
| ( )ni,ove/ e- Br.PtO-
p|<, r les pers mnalits
! loi m son i
ne i que venir continuer
;i i.i Lte le la Commune les
belles n alisationi desKlienne
Mtbon S eu oVincent.Alp e i
Alphonse,Edmond Ifangon*
Clmenl Magloir et Cliarle-
de DH\
Inuti'e de i s dire qu'il
a oue onfl ' en I: Ht t
proch im s clj( lions et
I.i ii loua ceux uui pensent
que pour leu s beaux yeux
If Gouvei nemenl lavonsmit
cei laine candida taras et qu'a
vc l'argent h 'eu, l*arg< ni
matre, obtiendront la popu-
I mie dont ils ont toujours
f il li.
Son excellence le IVsdenl
Le vendredi 2 octobre 8 h. J
du malin, au local de l'Ecole
rue du Centre, aum lieu l'exa-
men d'admission.Pnr y pren-
ds pcrl, les jrunes filles de-
vront prsenter les 4 pic. s
loivaDfta '.
lo l>rtirHl d'Et'ides pri-
mai-
2o Extrait de naissance.
;?o t ctlifirai de bonne con-
duite manant de la Directrice
de la dernire cole Irquenlc
lo Certificat de bonne Sant.
prsentons la population de ~ |( h>|||e||f
Port au Prince comme caud. gf |cht que ,
daia la Magistrature Comiuu
naleaux prochaines lections
de 1932. Qui qc counait Ti-
da Pasquet ? du plus grand
au plus humbledu pins riche
au plus pauvre P L'homme
dont toute la vie n'est <|
labeur: plus d'un quart de
gicle d'efforts, de luttes, de
travail, d'honneur et de digu
t*.
Sa vie: un livre ou vert.ion
nom: synonyme d'nergie e
de loyaut, roujoura d'hu
ineui gale, souriant ci cor
dial, les main ouvertes Ira*
ternelleincut d aci ueille tous
ceux qui vie;;, i ni >i lui. Nous
qui l'avi D8 sur. i .ic lies |
Bous U dison i ha lU ineui,
c'esl un tiavailte.ni. UO orga-
nisateur, un ralisateur. D-
butant trs jeune poui ta lutia
pour la vie, pris d'indpen-
dance at de libert, il choisit
le bon, le droit chemin celui
qui tdonue 1 i; inine eu le
reudaui plus noble et plus
8rau : le Travail, toujours
dle la parfe donne, il
lie coonait po i.i la di ta illance
cl plus la rouie esi dure plus
il dploie d'ellorla poui at- r
leiudre sou but. Partout o > tes comp ternes,
il y a un bit u a raliser, uue
bonne uvre a accomplir, i Il pa I qui m>' \ m am-
uue nergie dployer pour i :nl '
le bonheur du peuple OU pital d ej n '-
pour le manda paya* oooa |iJ "S"*' Taiden lut
r r ',,,, nier, an mdecin inriin i>< i ,
le trouvons touiours a lavaui _ ..... |.....ftrH s,r
croie pouvoir !e taira men'ir
i sou passe en : H SSOrsUt h S
cl ma et en protg< ml
lacqsani dpens de Jo-
li.
Non,Peuple, iyei confi mer.
n'ayez pas p< on
eront I brea el voua poui n /.
en tout : ,:'!| 'e. aller
n l'urne et < ot< r i can-
didal de vi m % iertainemen Pasqnet,
qui n'est s 'a i des ir-
i u re
l'ami sini re, I cmi de tous
les ti m, s.
CHOS
La Nouvel date" insiste sur
certain! laits, qu'il qualifie de
qui se piisse-
Daraieoa. Os', d'
confrre, "des drums
d sins rumei ts de
el autres Hn.vs"
lient l E
11 ,i tgi icollure. I1
io-
ns igoer les auto
IES
VILLES
O"
A le/u/n, avni
leu's dj tau p<
la depuia"i>n i alloua-
en B ons d'.-i1-
11 noa lee
leurs, le Tribunal de leie In
lai e n emmenl insinu t"
organis.
/ Mis,- ' olem .1 Nu
i h r 1} rnaleiiu se 101 Cta
did
le.
Le lieutena"! Thnma, dp la
Garde d'Haiti. ' h>pn oi <\fi-
plac d- la Petite Ri 1re de
lArtibnniti. b ......a'ion da-
ma (! son maintien
.hume! recul d>manhej
dernier la vivre dn Sacratalral
d'Etal u' l'Intreor venu,crotl j
on. pour enqa'er sur la mal-
henn o> bP le M rigot.
Aui Gonaivu il J aa'tdimaa>
en., mati h da lool b Il entra
les spopism. n du Cap H dien et
ceux -les Oonaives. Les quipes
firent match nul,
Dimanche aussi. mia i
Grand ''vave, un on/.- d- Lo-
ganc s>si mesur no onze de la
cit qui l'a battu par 2 a 0.
Gin-Jaldv
CE SOI H
Le beau film :
ImDria
ion oir un n'en'l"le ol^iad d'artistes de valeor
Entr : 0,50 ; Balcon : 1.0(1.
-ftrker Vuqfold
Le drame
de vendredi
Car retour
ALUMNIUM UNE
DEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLEAXS ET DE MOBlfi
OUR ntTS LES POKTSUh LA REPUBLIQUE D H.\m
Un steamar laissera N'ew-I )rlaus le 2 aot et Mobile le
27aot directement ponr Petd Qoave,Port- au -Prince elles
pa)rt& du Nord.
Port an prince, le 14 not 1931.
A. de MATTEIS & Co., Agents Gnraux.
garda, V lucentiste de lu pic
mieif btura, lutteur dune
iuebrun..blc cou. iction, dan
la grau le nataiiit lectorale
de lanii- . derme c,u sciuul
tipliu sana cesse .1 Porl-au-
an ex" ion .le l*ai rd ar
l'hnitianisation il 1 l < '"
brusquerie A
10
.-.un ""
lui
dans ao \ automol I
Pnuce, ;< l'Arcahaie, Samt- 1. Dr D. P
Marc, a la Petite ftiviW de lana...
lArtlbonite, aux Verreitea a toia de l'An ; eal lort c ,u-
Dessat.nes. aux Gonalves, a '^m aui Oonalvas.
Euuery, a Si Michel de l'Att* ^ />n,ss(> .^ ^ ,,, |uile
d'un- 'union du comit central
de I Union patriotique M R'gel
B Imintatraai r dlgu da c 1 e
1 aaoci 'in"). ;,,: ''
e 11 da i;i Rpub |u
\
laye ; u >uvcl abolie il allait
|icbaui partout pour is
triomphe de la cause,la doc
tnue Vincentiete. Oui, ceiui
l n'eluii pas icsle dans lom
brescrulaul vos chaneas,ff- intressa otti ive la
aideut Vincent, pour venir bitnation po]tiqo parla
prs, oppoituniste superbe, campa
bneliuer avec vous lias U
veurs du pouvoir. Nous la- iDimej
VOUS
des
pas
icueuLier uvee \uus a -
reursdu pouvoir. Nous la- ^.Dimanch 10
les ra.pona.bil ts. Q01ne ua
pas sdmiia .. 1 elle uiu.i u e l( i,.lue
ju marche Val liera, le 14 o< ; l'Eglise.
tobre, dtende il le cartel, I ra, i
18 novembre dployant aoa 1 1 la > d^
Influence au sera maaic u*
Uhauibre pies des Upuiestt
des snateurs ;ui s poui pi: 1 "
russite neMonsieui Vinc ni? iv. ni. ^;>" ltl
Ahl u us paovons le pre- .M "' M"1- " "S?
seuter pour uu V.nccu, U
ainereetqui comme bien d ao ; ^^---------------------------------
trean'apaa tait de t'aciobsue vunsnirn
rt"eeui:c:;:vL[S jliJK OLfitJiOJLS
Me Camille Ver y. avocat du
Barreau de Port-au-Prince, se
porte c-md.dai aux lections qui
union heu nour le vnralat
di a Loge L'Amiti des Frres
Hu lia M< Verly eei un jeune
I, nu n l'nergie et d ralsur et
qu H iilUurs.es' de pu sym-
pa'h ques.
No (e .x ic onapag en .
I, \r t sur If einliif ira eluiliaa!|
a I Botta ilf leeise.
o-
R nenup de gens croyaieni
vo r dana cet A-i^ qui limus
ae >a lea d apoo bilits bodg-
Imrei le nombre des tudiiO'a
t\ admettra, rh que h >ne,
l'Keole nationale de Mdecine
u < 1 ion 1e la Co st'Ution
(ju fixe la gr tuile de l'eussi
gn ment ons le* df-g-s
N tire ronh e Le Temps a
| |';i|i |n -o 'in ni ituiarqu -i suineih
ue \ :t ne de'- uii nulle.,
m i ite g1 tud d l'ense
g ie a unq < i lu liants
ii.i.. in i Le >le ne pa ro il
rien vl.i tout : mais il fixe tant
simplement le noaabre a admet-
te aui OOura de l'Kcole el les
mndali'a du concoure apr*
lequi I lea poatulenti peuvanl y
admis.
L
Uue position
uue plus sine. El avec cals,
suveisaire loyai.sacbaul tou-
juurs placer uu bou motpoui
ne pas idire Ue la peau.
Citoyens ue Port-aa-Princ
vous qui aspirez a un mieu;
tre uaiioual, mous \uus li
preseuious, car nous tomme
couvaiucus qu il uest pou
par aucun iutri personnel
et que sou but, son s ni rvi
c'est de voir sou pays conu
uuer graduellenieui sa ma
che ascendttute vus !e pis-
grs, et de eoniribaei le plut
possible l'volution rapidi
de Po 1 aii-t^. ince.uoii e Chri
Co a > li i'. -'u 30tnil-
;et eu 14 '" '032, seti< a
.,,, ilitornie)
Itsjena Oiympiads
Le ; pl< I a.e'^
I arui d'o S: ' ( 0D( i ,:.,: 1 1 soit nielle des
;eu] lied le imedi IW juil-
[ej ., 2 h- ' p m en preence
du Pi
Noua publ roeb
osant ej alq lia com
m< n
|t'llX.
Diso s d
, oti ibiii -. !'
\ -, Oiym ads de Uiki se
tiendra Uouie.
o
\ ps tir de cette date et
pe d '' ma ah lenre, Mn
s cul Richard Me-cri-l-l i:,
est charg de la Procuration
de ma m iaoa de Co nmerce,
e' de mes diverses Agences
d'Aaauranca.
Port au Piinee, le 28 sept.
1 131.
ti de LESPINASSE
Voleur
Ouanamiothe Mme D>vd-
, n L'bodore ;i t l victime
(i un ti ou qui lui a drob dil-
[i la objeta.
Mme D.ivilmar Thodore est
la veuvs de l'ancien Prsident
de I Rpublique.
Y.'iv1"dj soir, vers les 11
heures, linsi que nous l'an
nnocions dans notre di"on
de samedi. Maurice Miche
tua, d un coup de fusil de
chasse. Erust FJie, snrnom-
ne Ta 'tfm.
U'i.nis rtf des annes,une
inimi'if sourde existait entre
ces deux messieurs qui se
manifestaient d'ailleurs, cha-
que hrs qu'ils se rencon-
traient, par des cnes ora-
g. uses o taient n'O'ioncs
ries propos irrnambles Mais
chaque lois des amis com
muns taient intervenus et un
dnouement ltal avait pu,
jusqu'ici, tre conjure,
Vendredi soir Maurice Mi-
chel et Tonton Elie qui. tous
deux, h bitent C'rret<>nr. se
rencontrrent chez Madame
i Qermlna. La querelle reprit
de nloa belle. Les injures se
lirenl p us graves. Sur l'iu
tervention encore 'les ara's
Df-ents les choses n'allrent
pas plus loin. Mais Tonton
Elie e^ p rtant dit Maurice
rtichel lui s'-n allait, q V I
revicud ait dans quelques
minute
Vers dix heur* Minri o
M chel qui iad ren r chez
lui sen'endit interpell Il se
r-eilla, quint son li' enir'-
1 ouvrit I fentre d<* s hi u
bre. Il avait, pein -nli
chez lui ch trK1" d'une toa*
crie, toutes fins miles, sa
carabine de chasse. De la fe-
ntre eotr'onverte, Muirice
Michel put voir, dans si enap
Tonton Elie qui. e tenues
nergi jues et injurie >x, l'in-
vitait sortir Se saisissa t
de son arme, il des -endi, et.
peine dehors, fit feu
Gravement b ess f centre.
Tonton Elie lut, un quart
d'heure aprs, copduit dans
l'ambulance du Service d'Hy-
gine Publique, l'Hpital
Gnral, o il arriva mort. Il
avait exp'r, du ent de Bizo-
ton pendant le trajet.
|).iiis la nui mme le J1 g*
Elie Lescoi se raidit n Carre-
tour, et remplit les torraalits
lgales.
Maurice Michel erra toute
lu nuit dans le bourg, et le
lendemain, au matin, alla se
mettre aux ordres de la Jus-
tice qui connat actuellement
de celle a fia ire.
Tonton Elie q I i menait
vie commune depuis uclque
rampa avec Thrie Chirle-
magne, laisse deux kntanta en
b s ge. Ses tuneriilles ont
eu lieu, samedi aprs midi.
PUBLIEZ PAS BE FIE UN PETIT
TERRACE-GAHDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 ft pieds d'altitude L'tablies ue il le plus Irais dessj
vir#os de Port-ea Prince.
aVulement l .niunies d'auto sur une excellente ,rali
phalte Vu s merveilleuses de la ville et lu port, \
Bolsaons de 'outes espces.
asp
Vrrangeiii'Mits paiticulier fluour les pensions de jour
de semaine ou de mois.
On demande aelieter
Une machine KOLA
o
Faire ot'tre
M. C. Etienne, St-Marc.
tour perptr par Maurice
Michel, sur la personne de
Mouleur Ernst Klie, nous
croyons devoir taire leux re
marques qui ont toute leur
importance.
La victime respirait encore.
Les tmoins du drame esti-
mrent donc qu'il taJiait cou-
rir au plus press et trans-
porter d'urgence le bless
l'Hpital Gnral. Les gen-
danies de Csftetoure'j op-
posrent allguant que rien ne
pouvait tre ta t avant lecous.
tat du Juge. Et pendant ce
temps le malheureux conti-
nuent perdre du sang, ren-
dit l'me, peut- re tauie de
soins. O 1 devrait t.ut de
mme, mieux clairer lesgsn
darmes, sur leurs devoirs en
pareil cas.
COLOMIN H Hl
o
Le steamer Bolivar ipau
deN-w York le 21 seplembaf
via CapH.i ici et l'or'.j
Paix, est attendu a Part*!
Prince le jeudi 1er ocaaaf
Il repartira lemme ioursvr
les ports de la f,olorab*|
Cristobal, Caual Zoner
Le manifeste de ce tu*
resu par avios-postedesl
de la semaine, est I du
aition des chargeurs aox
reeux de la Corapagu*
Traversire ,
Port-au-Prince, le 21 sept
Colomb ian Steamshtp C
EBARA b Cs..
Administration Or*
do* Poste*
AVIS DE DPAT
Les dpches pour h
L'autre observation concer-
ne le meurtrier. Apra son
acte. Monsieur Michel, pour'
u.-e laison ou pour une au- York et I Lampe t w
ire.se ma a couvert et drouta York direct ) parje >^
la police. Cela vexa evidem-
meut les gendarmes, q u i
Cristobal > seroai len*
-,.. ... k .......,..., M .mercredi 30 du courst
estimrent qu'en l'absence du Port au Prmcedei' i'
coupable, sa temme tait de
bonne prise. 0-^ procdai
donc l'arrestation de Mada- .
nie Michel, ei on la
Procdes uvolta*!s. A
l propos du meurtre te Car re
/ tablissemenl. ^
rendu la Justice.
On coueiendra avec nous 1 que ces objets aPPaT"r%
que dans les deux cas. les \ l'Etat, iclamequjr di
procds furent iuhu mains et j soi' ouverte
rvoltants. Jt'cn,
Le Rhum Barbaicourl
p^^u s#iss Stase'
UN BARBANCOURT
lp*4 -Rue-dV GMr
+**"


N'essayez pas de soigner
votre bouche avec une
Pte Dentifrice
senti ou nos gancives requi-
,ii un Ir.uUMiii-ut, v\ 9.' ui(:uoe pte dentifrice ne peut
Si ce travail.
Rcemmint desexpriences de la-
Jitoires ouf rvl qu'un nettoyage
' a,.anlt'sl lait ponr certains dn-
us l dentifrice n'est pas une
"LiMlion, mais un agent mcani-
ieUtn n.cloilMi.- .tiiploywquepour
2' seule linle nettoyage des dents.
0\t\W nettoie mieux qu'aucun au-
jflentilViee pare que sa moins,-
prieiue peu. lie dans les moindres
^asso que uatleitfnenl pas les
"otes" dentifrices. La mouese d-
uLnte lu Colite ne nettoie pas
liment la surface entirement -
Ellsinnieiit. mais elle laye entire-
* nt les moindres parcelles d'ali-
genliiui misent les caries si elfes ne
fc,nl|'s enleves. C'est pourquoi,sur
In conseils des dentistes, bien plus
jfcgens ne se servent d autre denti
(rieeque le Coljjalr.
Colgate nient aussi sous form
Je p udre. Si voas la i> ferez
dtmande/. pour tu poudre
tifrice ColuaU.
den-
. h *<"'< remets ou$ et ouvert un timbre W centime* pnmr 00$
Li>nMyc grmtis un chantillon de ''.olgate.
J. D. UAXWEI./. Oijiitribmltmn
\%tV, If m HtpaHhmine Ftrt-mm-Print*. M
431
L'INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Celle ma iso n d'initiative
rive ollre des avantage! va
isaux lves. Elle est situe
a pied (in morue qui domine
on au-Pnnce au sud ouest.
dsm le sjour y est agiable
silubre.
Euseigoement classique
omplet. de la 12me la
bilosophiY
Enseignement technique
Amplet :div industrie, agriculture, corn
Berce.
n Grce l'entrainementque
.pois leur donnerons, les el
s bien dous seront des
hels, dans la vie, et com
irendio. la ncessit d'ao^
lenter pics tard le capital
mi lia i. loin de le dissiper.o.
font entrai< es pour cens
urr tout seuls le leur.
Quand aux attards, ils e
t l'objet cie soins spciaux.
ne savent pas tudier,
manque de mmoire,!aieoe3
lei l'Institut Gny .Joseph-
ionnel. Nous avons un sys-
me dexerrices gradues qui
iveloppent la mmoire et
lident apprend !*< ide-
nent. Quelque! leons !i (li-
sent pour [donner confiance
aux dcourag.
Les longues cote all-
rent la sani des enfants.
al pi urquoi vous avez
intrt envoyer les vtres
l'insti'ut Guy-Joseph-Bonnet
o, d autre part, la question
im, ortaute des livres classi-
ques (st solutionne lavan
tae de la bourse des pa
rents.
Pris dj'colage modique !
Peur prospectas et iust 1 ip
non, ver le Fondateur, Mr.
le professeur
Luc DORSINVILLE,
uile de 'maladie ou par I prs de l'Hpital, Amiicaii
ion! dgots de l'cole.
Profitez do votre voyage .
l'Exposition Coloniaie
pour voir les belles
C*. Collection:) photographiques
de Nus en plein air
chez ie spcialiste M.Meys
11 rue Blanche
Paiis X
SpcLrucn-niiniatjre sur demande
Franco contre 3 frs. Trabx os ou mendat
1*
Lfc hLLlUi 29 Sqjjleasijre UNI
~_X!MBg *&
1,
Mme Candy
Madame Cardy lit dan. ta
main comme dent Du livre.
Rien n'chappe sa clairvo- >
nce. Faites en l'exprience, j
ntcrrogex la sur votre pass j
el si sesipouses ne vous sa
ti lont pas, vous tes, du coup, J
en pirde, et dispense de fin- I
errooer sur votre, prsent et
sur votre avenir
L:i science de Mme Caody
est dt noir observation, et n'a
1 rn de commun ave* le IfH
t Usine et les antres sciences
cculies Elle conjecture..!
ont simpVment, assis, avec
une exactit > qui liai t du
prodige. Bl'r \. os pi mi lr
nain... vous irgarde dans Ici
yeux... et, rj* l meir, toute
votre ptrsoi > t s livre.
Consultez Madame Lan v,
si vous soi gez n don net n
votre vie 1rs ri m rj -
conduiMMi' au snci .s.
HOlLL BBLLEVUE
Chambre I\o IN.
E
EDUCATION MUSICALE
Madane Brouard Magloire
nous prie d'annoncer qu'elle
reprendra ses cours e mu-
sique, artirdu l octobre
prochain.
Tour les personnes qui s'y
intressent, noua donnons.
ci-dessous, le beau program-
me musical quelle enseigne
a ses el^ es.
Par semaine :
2 COurs de | iano.
1 rouis de solfge 1 t d'bi!-
toire ei 0e mu 1 ue,
1 cours '< li-. hiflrage . t de
mpsidue ii 1 DSI 1 .i> 1 '
Chaque nue, 00 organise
n ie audition des < lvi s o
h s patents peuvent apprcier
le progis ralise par leur!
enfant!.
Dsira n' organiser I horaire
de ses cours, Mme Brouard
Magloire ne recevra les ins-
criptions nue jusqiiau 1er
ootobie 1931 Tlphonez
au No 3242
Pour la mod. s|g somme de
cinq dollars par mois, voi s
pou\es donner 1 ne hoani
ducation n loic.lr a vus
pi s s ; n'hsifi 1 pa, m1
de famille.
ROYAL MAIL STEAM
PACKET t
Le steamer uabooni ve-
nant de Kingston et des ports
p.irts du Sud arrivera I ol
au-f. ince le S octobre, par-
lant le mme joui poui l'Lu-
rope via le! port! du nord
lioyol Mail Stear.i Pckt
I. J. BK.iO
Agent.
Tlphoae: 3311.
8t
e
l'tnl
jp>
Insurance Co
i
Une des plus tortes COMPAGNIES
ganadii:nnes. ^assurance
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
+' *

|UNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre AS* des portatifs.
"s q ntre modles de ho 101 | I !Mi!|. k.-nienl ce qu'il v n de mltei
rarmi le! portatil* fabrlq'us dai > le use mut de toi lil, fini, et sert oit de sonoris.
Le modle No 163 l'arisiocra est -1 chel d'oeuvre, au point de Mit- tin i .
p.i-m/ au Dpurtement COLUMB1A !l veus seies surpris d'entendre la ho te sonori' de ce
petil in et ru ne t.
Le lv h'GR len heun ne donnei nne- rfmorstration des diflr.-nls me'resj
de aortatile en stock et aussi des ladioa-phonrs nouvellement ai \ .
N'ach'etri pas avam d'avoir entendu le* instrument! (IOLUII&I
Lse BOtt! magiques.) repren et itaudi de I sUI'Rl* i^'l'lf
KNEER'S GARAGE
POR-Al PHl.NCl
Agent: F CHRIEZ Petit-Gcve \.. r^MI (WO Cayea
C. FLNAKD -S^ird Marc (,|lr UOUGe, Jacmrl
Th C BHUTUS-Jrmi!
,
ftJ9f\ 'ntw hi *ti ^n'u^i *.()
-'- :> kMKS,
Pourti Indra rous>minceteue 1
ijjus, aucun produit n'fale
la 'NAMESQUF
TUKT 1RS H bfACf J PERIECTIONNE i
a l.u4no PIIOU
Itontl MiciwietdioiiiOTiwd'Ntni
Jh-os : Vrvrg C. ffs^OQ. A Irele tfrsSi kirei Apeli<|Bei
Il est port la 1 nnoa -s 1 ,
1 lrv'fcs! que ii fe*don
es rao dioein du 1 on< 1 ur* d'ad-
1:1 skion K oh .l< 1 Si i' n; es
51 i lui lies m 1 ;. ouvi '. m 1-
redi 7 octobre }: 1 nain i K hs
du an ho.
Les in: c lipiiups d< t candidat!
teropl m eues loua !# jours .-ii
"g de lErote, du '2H sepd n
he au 3 octobre. Len cours n
n'tndrool le lurdi 12 oe'obr#,
fort-ao-Prince, le *^1 Sept 19C1.
La DUUJCTION.
f
SOUVENEZ-VOUS
FAMILLES,
ET VOUS AUSSI JEUNES GENS.
Qe i"11 que l'un juge .'. .|,< ses Iruils, I IA S T11 l'T
TIN'I UIU i;i! nereeenniai* el iaieea ear les rsBilaekletM.
Tanl pourleerenrs >\x-s **. Ile pkiitseieJe.
P m l ludi dee lanpm s i van te!
Qne*.pour |>n enl r >idc el srr de la Stao.
Dai lylo 11 de la Comptabilit.
Songea qu'il s'y trouve une in DrochabU pafMton sce//-e
( Sport, nsoi, discipline et l> vail ).
S'adrei er : l#ri7 Hue, Lan; :re, lphone: ^fttf.
1 mm$Mmmm**mst-&%tMmmwmitM*mwMmmt&
Toutes les Polices 1
DE LA
if s r
mu iiiuuiiiiiiyu u
comprennent la Protection contre
Foudre sans auumentationd L*
Fuij. Leios<*i]<>
Agents gnraux
1 mSjMMl MW WM ^rfflsa
Sess
> ?..


Mardi
Septembre 1931
Le Matin
4 PA '4WC4V ..... *^*
PROGRS NOUVEAU *
flftUM ISiOUVEAU
AROME DELICIEUX. GOUT EXQUIS
Prix rduit
ULCOOL DFIANT TOUTE CONCURRNGE
CLAIR1N VIERGE
Chez G. NZON
, : Angle tirs rues Prou el lu Peuple.- Phone: 3313
FIME HATIENNE DE CHAPEAUX .
Marcelin Mariniez & Go.
L'INDIGNE
Grand*Ru No 2104.
Vol
V
re
premire
A
visite
Pol4naj-Pria.ce;
Tlphone,: 2242
AVJS. AU COMMERCE
;La paiarna ailroad eteamsbi? Line a l'avantage dan*
uoncei le dparts suivant de New York pour aort-au prune
Hati, directement, durant le mais de septembre 1931 :
Dparts de hew \ er/c. Arrivage* Port-au -l'imite
.S Guayaeud le 2 septembre le 28 sept. 1131.
S /S Ane le septembre 19:11 le 4 octobre Ml,
Jus II- VAN keed
Age n1 Cieueral
Manufacluie Hatienne
ae ciaai elles
- GEBARA & C/
5
LES CIGARETTES
rilftlcl \iison
Chapeaux vari pour lu.m nes.feraraes et enfants fab**
"quespar des nains hatiennes et avec de la| paille du
payS' Faites une visite L'Indigne*."
!
Bat Bas F an tat-Lon
Dessalimenne* }
Colon ]
Rpublicaine j
Porl-au-Princiennc
i
Jus
[Va t.
oc
ter* raison, ulnueia votre boa jugetes i \e
. contioDce que vous mus aurez ccorde en
Xnantissant voir apprciable patronage a l Hatel le
ect de Port-au-Prince.
us vous suggrons d'arrter r>ire rat mbre lavaeC
C* qui 'a )a
Ce qut ne
i al n t tait
eat tre dpae**
.1
f Kola Ghampaqnq,
F. SJOURN
/ifeVe / pression.
S
kes Brothers SS C<> Inc
Hait* Santo uoiuintio Porto Rico
,|f0| service hebdomadaire et rgulier a passagers et
' entre les ports du (aile du Taxai directement ave-
|an Primr. Hati.
'eur la rception rapide rt le maniement habile de vos
lortatioos, serve* vous toujours dea navires ;de l Ll fcr
JE.
Les pruebaises arrive a Poti-au -Prince sert '
Steamer Mrpret Ljkee t" aeptembre imi
Sa'S Velma 1}: > J5 <
ftjP Qenevive-Lv'ces 2 octobre 1931
lu.eau -.Aue du Magasin de l'Etat lioite foetale B
l
Le steamer Crit bal est
attendu Port-au-Prince, ve-
nant deCrlstobal,Cioal Zone,
|r mercredi 30 sept. 1931.
Les permis d'embarquement j
seront dlivrs pour le trl ;
destination de Nw York et.
des Port* Europens sur de- j
mande faite a ce bureau.
Prpar dtftis des conditions aigoareute*
D'ASEPSIE
Prparation et Teets
?HARv!Aeie F. SEJOUR
Angle des mes Roux H du Centra.,,
ta
IA.
!
666
soulage des maux de tte eldt
la nvralgie en 31 rarautei.
Arrtiv. un rcookiesaaaeet la
premier |ur rt la inaiwwai
;oie jourfl^
6h6 sauve le b* du rdwni
dus ment.
La bora loi re ^Sjourn
il
Ce steamer partira le mme
i
jour 2 heures p. m. direc-,
if ment pour New York, pre-^
Dent tiet. malle, et passagers
Jas U.C. V\M REE)
Aijeni Glerai
DlRECTBOM
P. S*#"URN, tJliarm9cien
n S^journr. l,nirma(:ien;de'JI'Inivert de Pans.
M. SHiouios, Pharmaciesd^l'universitde Paris.anoien
interne ee Hpitaux de Paris.
Analv^es des Urines, du sue gastrique du mng ( jraa,
____ [ftrmaBO, Ure, Constante d'Ainbsrd. glycmie).
Des crachat. Des matire> roaks.
FOIE, REINS, VESSIE
CYSTITE- PROSTATITt
URINES TROUBIE
ARTHRITE HMUMATIEMM
Guriton par la
KITINE
*nllillqu puissant qui cslms la suis*
slsrlfls lS urlnss t dissout I seldi nfst
TOUTES PHARMACIES
UUratairs VIDAL, 46,rw i, CrA,. PAIS
A vendre
Un ventilateur de plalond .
et quatre ventilateurs de 18 J
i onces inonvement oscilla-
toire, a tr bon march
S'adresser : Victor CASTLL
Rua des Miracles.No l'iS
a!B|aaBa|BB.ai;^ f.
ASSUREZ-VOUS
a
la
LE FAIT EST INCONTESTABLE!
! a 11 11111 S
General Aceidenl Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
car la asJENEPAL
it ce Mire. I.e seleil ne
aseae
Ses Polices/ontre i
Ses 1'lices pour A
eaases i-utiui dans sa
Ses Folies .'.aritin
Ses Polices contre a
|jsj|b> devraient donc pi
lYaaeiDS 4000 dollars.
est une des plus puissantes et dit plus vastes organisatiaas
.se couche jamais sur sou champ d'action qni embrasse te
ceandie couvrent aussi las dgts eccaaionns par la teure
ilomobilefi couvrent vols, incendie, malveillance, aeieaaafes-
i ersonne -ni dans ses biens.
mises par ses branches d'Euro] e sont payable* en nain
rident aunl valables dana Iunivers entier. Toua les voya-
udre la prcaut on de s. munir d'une police contre accidents
lu prime annuelle u tant que de 1/2 / so,t 2() dollars L. U
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCaves
Age:t Oeseivl p.ui' Uih.
jean asseiii; jfi.mi
Cest la quintessence des meilleures|
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
S9BS .BNfc
t'urt-
i u i
i ii i Rsiiiiii t r i

a',.*L3ay<*aaanr.
efl
trmj $mKZz%
c
hsmqm
rw jrJxs*' ni? Charlicr-Malebranche & Co,
? laulCniW 1224, Chemin des Dalles, 122
%L4pbne^26^


-*fc


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs