Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03724
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: September 22, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03724

Full Text
C�ment Magloire
(
DIRECTEUR
ittl RUE AMERICAINE 136*
TELEPHONE N* ^42
Jo I rois avoir �.<}iii<>
plus i�f raiihonen domi-
nant ma patit-ion qu'en
donnant �"Usiaction a
aie� d�sirs.
I ope de \ EGA
jHoie ANNEE N* 7478
P0RT-AU-PRINCE( HA�TI )
MARDI 22 S pli !>!'*� �� n

p0ar BptT* p�vs l'arliste est
,al qui m�ne une vie d�s�u*
E qui se tra�ne dans les sen�
JJ dU vice, s'enivre et finit un
L dans un .uisseau.
' celle conception erron�e
liiDileste notre mentalit� r�-
ssive. Un musicien, un pein-
. uo po�le, un chanteur, ua
m R�GRESSION :
J * �
9
Jlpieur. sont des gens inutiles
od ut-corde une attention
4nilc. Ainsi un compositeur
it g�nie et de talent comme
jnothe sera assimil� � un sim-
Ue bateleur- Ses �uvres n'au-
|L,I plus de valeur pour notre
fiindne �lite que les noii-
Llles qui servent � laire rian-
j,0n le laissera vieillir dans
himplois subalternes d'une
iinislration ant�diluvienne
4n que le Pays a un grand
,! pressa ut besoin de sa science.
Nous disons de sa science
grli musique en est une. L'ar-
eest oblig� n'avoir une culture
u�rale tr�s profonde. Le temps
itst plus o� Voltaire pouvait
lire ; t Vous �tes musicien et
.aune d'esprit. Monsieur, la
Kiseis! rare �. De m�me qui
OSCtux qui savent lue ne sonl
s des litt�rateur*, tous cens
i�peileut la musique ne sonl
sdes musiciens, voire des ar-
m, L.i musique a sa langue,
n*criiLie, sa syntaxe, Le mu-
icien, pense, raisonne et l�fi�
h'. Qu'il son |u intre, <-cu!p
sur, eu musicien, l'irlisie doi
muaiiie le t�ur .humain, !s
(me humaine; il h doit obser-
teruai.' ses moindres replis, e<
multiples manifestations.
mi, i! doit �tudier le th��tre
�hbloire, la mythologie, les
^cimces physiques et naturelles
(Juil savoir regarder, sentir,
co�ter. Comme le po�te, il est
appel� a liaduire en langage in-
telligible ses �motions, ses im-
riftioDs. Celles-ci ne nous p^-
it'itnl que quand elles sont
eiho de notre piopre cens-
leuce. L'artute oeit �ire un
liseur, un psyehelogue, � car
probl�me de Uni tst d'arriver
Ime par � coi ps �. Nous ne
sidtrcn . ,.���� les musiciens
jkjizz qi ! sonl I s seu's qui
�tapui�ci�s des ho mines et
S femmes de noire milieu,
m que ces artisan�, par leurs
�iuales echsvelees, per-
Sii � ces derniers de se li-
* leurs d�hanchements laa-
Nous consid�rons celui qui
ffl�tet par tendance a con-
fies veilles � l'�lude d'un
qnekoiiejue (musique, chant
>utre). Lelui-l� a di, lui
i*p�lir sur les textes, car la
�quecomporte son primaire,
PlKcoudane t;t son sup�iieur.
Nr�river � la virtuosit�, le
�wicien doit lournir une beso-
krasante qui ne lui laisse
repos que des minutes de
�ement qw'il doit oceu-
��lon la parole de Schu
0 par la lecture de bous
�j Cela est vrai non seu-
�tnt au musicien mais ausi
chanteur, du peintre tt de
��les autres artistes.
wiez nous on n'encourage que
m�diocres, et en tout on
Ppr�cie que ks primeires,
�n ue peut cemprendre que
Pntxiiies. C'est une loi na-
ja* d'ailleurs de ne sympa-
Qu'avec ceux que l'or
P[fcnti- Ainsi une v�ritable
*<�'eilluinin- le Iront de tous
^ jui dans les sali� s de ba.
B ,bUl un pii.no queiconoue
Jer les lox-trots et les m�rin-
48 la mode; on les d�core do
pompeux de musicien. Il est
1Ul|s sont maintenant des
flwius : �ortophonic leur i
�'Wscepiie. Ces rac leurs.
iB�"fad�U" sonl plac�s ai
*oa un Justin Elle et m�mi
" "ttothe. Cette ignorance
Su ma,i�re artistique est
, fle ch" nous; rares sonl
, "? qui peuvent �couter
'�ennuyer un music.cn de
on' Cha" ' ::: ^ui ne b0il
"uiicr, u qui
�lier
WtLt
'ItUki
apr...
i~U--U.
'quitus*, rengorgeant,
iro� �eU!,ledu *�jW
Ul> � un conceri j un Lu-
wothe, � un r�cital de Th�r�y.�
Vieux, d'drie Madame Jean Ma-
gloire, les set n�s orgiaques d'un
cirque. On y emas�nera ses en-
tants, ijuelqu-) aoit leur �ge. De
foutss RI le li�s iront applaudir
aux contorsions voluptueuses
des filles d'un cal�-concert sous
l'os'.l complaisant et b�at, �de
leurs parents,mais ne seront pas
conduites a une auditien musi-
cale eu litt�raire. C'est -insi
qu'on veut lorraer l'�ducation
des entants et qu'on veut con-
tinuer a se pr�tendre civilis�.
Un peuple s* lait |Uger par ses
pluisirs comme un entant par
set jeux. C'est l� que se m ni-
teste son temp�rament, son sub-
conscient, c'est ia qu'il est lui-
m�me, c'est l� qu'il est vrai,
qu'il es! dans toute la sponta-
n�it� de sa nature.
Si nous �salons m�riter le
titre de civilis�s, nous devons
veiller islousemeul j la culiuie
des �coliers. Ceii-*, dans quel-
ques rares ia mille*, ou continue
a enseigner drs uoUu&s u'arl
�h}, entants. Malheureusement
ceux-j.,suii ci'�s par le mauvais
cXSLDple, ue r�alisent que lie�
peu de plOgres. A lu ItCSU ili:
pi ; o, de chani, ils piefereui
ii ri: sur nos places publiques,
si grossir la loule ;i.- � LMkd�U>ia
qui tmpttsseat les geiejriea de
.nus ici magasina ou lou uebi-
c U> la musique de ) ZZ-UaliO.
v.e charivari lulefutu ^ui Lils =
nos lyuipeaa �si Ijii powr de*
iul.'i � t. ^ua . Les UuxjUes �le
u i.vdu a.ui oiii pCuene pai-
uut.L).ins tous ita qusrUere de
,0 vinf, u'tsi uuc veitUtiilesa*
aha�uiic Us ont repousse le
�teuoa detta leurs 'iciunis te
iiaticheuieuls ; cela est si vi�i,
quil es>i diiliuiie de trouver, a
i-'oil au-t-'iince, u.. piano di^ue
de ce nom. Au piuuo de nos
m �res,dont lis sooa Iiji luouieua
beiceitiit notre ei lame,on pre-
l�ic 1 uitopiiouic criaid parce
qu'il Uy S yfcs 0 elloii, n u y aucun iiavaii, ct�t le ucua
�t u nienier.ii lea disque� elaieui
choisis, le mai leran inoinUie.
Ceux qui aitneut j unes e
vieux, peupla ei eti t, ce soin
les \�\L tes lameiii | zz. Sur ce
point, sur ious les aunes cl ail-
leurs, ISS distinctions �tablit�
eulie l un ei 1 autre sont lacti-
ces et lantaisistes. L'hlat doit
�nleivenir.c'est son devoir.Gou-
verner, ce D'SSl pas e pollticail-
ler *, c'sst �tre u'ile, -c'est civi-
liser, iiouverner, ce 11 est pas
taire � manger ses pseudo-parti-
sans � ; c'eel disti muet a ious la
plusgrasde somme de possibi-
lit�s mat�rielles, intellectuelles
et morales ; c'est peiu etlre a
chacun de se d�velopper, de
se perleclionner, selon ses apti-
tudes et ses tendances. Gouver-
ner est une oeuvre de science et
deneig'e, on ne gouvtrne pu
par l'apathie. Chacun doit" eue.
a sa place .dans la glande ma-
chine gouverneineuiale.car tou
les les parties de celle machlm
s'enchainent, toutes coliahoreiu
� une m�me eeuvre. CJuaud I u-
ne d'elles est �ultueuia a sa
mission, ou quand le m�cani-
cien qui inspire et dirige man-
que d'�nergie et d a-propos,
quand c'est 1 apathie, ou le vul-
gaire � laisser-grainniu� qui est
�rig� en principe, leut s eu rea
(sent, cesi ia faillite, c'est la de-
I hhcU. Nous disons que I Elal
doit intervenir et imm�diate
ment par 101 gane du Secr�taire
j't�tatdesKitiunceset de celui de
1 Instruction Publique qui au-
tait d� �tre et qui uoit �tre eu
m�me temps tenu des Beaux
Arts. Le premier doit degr�
ver tous les instruments de
perlectionnemeutt intellectuel,
artistique et moral ; ainsi, les
droits^exorbitanis d< ;cent dol-
lars par piai c doivent eire
cupprimes.�-ll .doit eu �ire
de m�me �.s insiiun.enls dor-
cheslre, des livits, cshiers de
musique, de dessin, du mat�riel
�le pelotais, l'ai loutre, uas
im, ois plus �lev�s do venl Irap-j
(/) Le mot � hounfort � veut
dire Temple du .Vaudou.
J! HAI
�o�
Li Dcpai'.cn.ent de le Jus-
tice informe que Mettes Th�*
r�se et Ang�le Bonrrcly,ayant
communiqu� an D�partsmeel
des pi�ces qui attestent de
leur naissance en Ha�ti sol s
l'empire de la Constitutifs
de 1867 et de lu loi Dubois,
sou' Hs�iiennes.
Noire collectivit� t�ntinioe
a donc augnienl� de der.x
membres.
Livres Scoiair .
De
Or Franco!� Dalencour
Approuv�s par le D�pi rlc-
ment de l'iusiructiou Publi-
que,
1. � Pr.nc:pes d'�ducation
nationale, comprenant l'en-
seigueiueul moral, civique et
social.
2. � El�ments d'hygi�ne.
�.� Premiers �l�ments d'a-
gricslture.
par ces orthophonies de luxe,
ces'disques de dancing, de cal�-
concert, qui d�truisent notre
go�t et �nervtn! noire sensibi
ni�.
Le second a une grande l�-
che, il deit pr�pa'er, non pas
des artistes, mais pr�parer �
ceux qui existent un publie ea�
psble de les comprendre : ce
qui permettra a no* hommes
ue valeui de 1 ester chez eux �t
d'�voluer daus leur sph�re �� ai -
non. Ainsi, u:i Justin blie n'au-
rait [jr.s eu la trisle occasie 1 de
se taire passer poi'r ce qu'il
u'eal pas au point da vue eth-
nique. Ludovic Lamothe pour-
rai! de son art vivre et pjosue-
rer. h en serait de m�me de
tous ceux qui, s'�tant cru du
go�l peur uue brandie quel-
conque de l'art, s'y sont |et�s
avec Confiance, le Iront nimb�
des iueuis puissantes de l'es-
p�rance.
L'Llat doit rendre obligatoire
dans Us Ecoies, dans toutes
les Ecole.*,l'�tude de l.i musique
et du dessin.Par musique noua
entendons aussi le chaiii 1> y a
� non seulement une question
d es'heiique, mais aussi une
�j sstion de ]Oh'.ie* soi ial� Si uls
elKt nous quelqu s ^- lit*
bourgeois ont assts de BBSvena
pour p.yer a leurs entente uo
pi olcsseur d ai t.La glande mas-
se des �l�ves des �coles priv�es
et publiques rivant daua l'igno-
rance de toute culture arliali*
que. Pour s'en convaincre, on
u"a qu'� aller un jour de souceri
au Cbanap de Mars, les entants
ei les aduttea tout tsul ; ils cau-
sent, bavai dent, cneut. huilent
lient, ricanent, saut ce qu'ils
ueviaient laiit : ecoi.lei la 11 u
t/dut. Le seul muicesu qui seul*
oie �mouvoir et impressionner
ce pablic,- dont une partie su-
perbe et ridicule �ts'. leseive i�
� TROiToiii EST � de la flace
Dcaaaluits *< eu a laisse les
uutres aux petites yens,-- t
1. mein.^ue, CCS! la ISOSSUSI
meringue.Un long Iremiaae n eui
de (oietiaveise la toute i,u..n.i
loicnrsue tniaaie ce morceau
privil�gte. b est tou|ours suivi
de chaleureux applaudissements
et a gtands eus ou rcelamc
eju'il soit biss�.
La musique rendae obngato.*
re d�via devenir uue mati�re
dexam 11 el une matieie cliun-
ualoue au Certitical d eiuuts
primait es et au Brevet simple
el sup�rieur, mais facul'aiive
au li�Ci."laur�at. Ce n'est pas
que l'Etat doive ^vouloir laire
Ue ious les �l�ves des �coles Jes
artistes, telle n'est pas notre
opinion.Nous Voulons quel Etat
snette Ious les �coliers,� quelle
que son leur tortune ou leur
naissance, quels que soient les
hasards de la tic ou lea capri-
ces du sort,� en mesure de se
cultive^,�carla musiqj. donne
4 1 �me une veriiabie culture in-
t�rieure el tau parue de .'�duca-
tion du peuple.�
15 Sfpterr.hr> 1931
Ailred ViAU,
Avocat,
(La Jin � demain)
I
Toi! quoi
� e Pouvons
nous pas
Economiser?1'
� q ies< a aprk
�orbent tout votre
� ' pu
de voce
' '' '
L ;"-"'' hBanqea
Ro>'�'1,'� v jaer.
� La Banc 1 - ' n/a!e
stmj
*'\ - .
au v a
LE
u
r
\
.��u ,'.1lu'!�l�[
Il s'agit de M. l!o iver. Pen
danl les n�gociations diplo* I
matiques avec l Prance psoi
le aloratoi ium allemand, le
Pr� � � des I '-�� �� ! lois eu
d* Ir�qaeats ei ins avec
M. V.rlln;., Secre1 l�ira d ;
' '�" s ;i ! � i.S
convi ; aiioua u 1 Pr�si
ucni .ivr.- le ^ii islie coii-
laienl lrt do lare p r un mie
ei le/hr prix s'est �lev� � 700f>
dollars, cjui seront payes par
Mr Hoover sor ses liais Je
repr�sentation.
An cours de ers n
Ions, 00 s\ ut installe trois
recepti un � 11 M � �
� lie. L'un pour v. H0011 :
l autre pour A�. XtlU. se 1 �
taire au Tr�sor, el le In : si�- *
me t 01 � !, � mis-secr�taire
� K'st, M. Css �le
TOOi) dolla s. .",;, ii;() [jours
ds�, voil� c � qu'on eo�'�fe]uel
qui a m > s pr�sidentiels par
i�h'vhone !
Le LSorvioa d*> Quaran
1 tir.e doit redoubler
u*> vigilance
l'ont publi� plu-
sieurs de nos contre*es, � la
a t clone qui a d< vaste
In ville rii r, u H on du�
ras Britannique, la peste
lait sou appar�'iou parmi la
popolatioa d�j� si �prouv�e
de ce pays.
Notie Service de Quarantaine
doit redoubler de vigibnceet
.if pr�caution afin d'emp�
te le te rnhlc mal ne
p u vienne ici.
Rappelons que le propaga
pi la connu de cette
maladie est le rat
(Ira: lihiliil
7
ALIX 1{0\
29 ann�es de suc�es.
ET
SOlVLNi-Z-VOUS
SUE
1
Que mr 1 u** l'on |u 1 e � s liuits. *l I.NSilTI T
T1PPEMIW IIS se .('�a,;: liiiinl"- et s'iBjses* sai- iis r�siltsts eklfsus.
?Tnnl pi or Ifi rtars rlsss qaes^il � plnlo-oilur.
'**<-ns 1 '. ' d ! "(-.m>-antes.
Que*,,pour l'enseignerne rapide el sir de \a St�no*
l)a :tylo ( I d� la I Ion , b ' .
Songez qu'il s'y Ira irr�orochable pension scolmire
( Sport, soins, travail ).
S'a lres�er : 1587 Rue, :. marre,t�l�phone: 2191.
N'OUBLIEZ PAS DE F�iR UN PETiT TOUR A
TERRACE-GAHDEN
Chez W. KAHL
P�tionville
1.000'pieds d'altitude L'�l �lus,tf is_des en
virons de Port-an-i* ! *�.
Senlen lu mi - xcpiir n e "route
��pliait nu r ise.� J< ' po*t.
D
10
Vrrangemeu.s psiticuliera pour .1 e jd ..
de seatiiuie ou de mois.
... voi: une, maintenant, es re*
�oil des coups de l�l�passe,
v 1 de pereoan ?s qui, dsilleur.",
relnssntde i( liner leur noaa.
On nous nui en garde et si
psns avions l'habitude d'avoir
peur, de petits frissons de lro 4
auraient couru tout le long de
nos vert�bres.Mais grAce * Dieu,
la peur est un sentiment e-ne
nuis ne connaissons pasencore.
Et ( nia, \.h�k �il ne s'est js-
mais attaqu� � la r�putation de
qui (|ne CS SO�t, et le plus ssu*
vent, les amis que nous taqui-
nons dans cille rubrique sont
les seuls a se reconna�tre, et les
premiers � en rire.
*
� �
... s)vu combien qsclqueteis
l'sspril peut �ire cruel. Us de
nos amis venait de douner uns
poign�e de main � quelqu'un
i|ui l'est pas recommande sis ps?
sa mo! alit�. Un autre de ses amia
lui dit alors, ans applnudisse-
men'.s des specta'curs:
� Vous vsnes �e uutlre la
main a la pal le.
� �
... a vu, je ml' soir, � Vari�t�s,
tandis que tout le monde at-
U ndail anxieusement l'arriv�e
de la charmante , ;0 Iriguez, an gent!--
i'ui laissa la pUce qu'il os>
cupt > ai e>a ides da-
mei po 1 aile: 1 ourir apr�s une
b�le qu gambadait daus
l'ai �c qui co mit aux preisi�-
�,cs. !.. sa'ir poussa 11a-
luiellsmei�! qoclquea petits cris
... 1 Monsieur* tonl aus-
si !ict quo s'il venait d'ex�cuter
,'.i/.:�;ii(i iravaii ii'Hercule.re-
� * ai; s.i t if e .� ,i'e les deui
m les dames.
� �
... voii que le Directeur se
lust 11 ut Gay*Joseph�Bonnst
pr�pare an mobilier des plis
modernes pour son �tablisse-
ment. Les �l�ves auront de pe*
Uls bu ras us comme cela se pas-
se a 1 Etats-Unis et dans le
Can ��'�� Plus de bancs, de prs-
<� entre I' s �l�ves qui di-
minue de bsaucsup la transe
mission des maladie� micro�
lu.. -.. D'autre part les tns-
eriptioua lugmeutent chaque
jonrd ivantage; ce qui laisse en-
tendit- que l'institut s'snvrira
d�s le premiers jeurs d'Octo-
bre prochiin avec un eflectil
remarquable.
... voit qu'un de n�s csnir�-
res annonce que les fr�res Mor-
iu ont repr�sent� Ha�ti as
Congr�s universel de la Presse
quisesltenu a Mexico. L'un des
h�res Morpt au, d apr�s le con-
l �re que nous citons, tint ui
discours qi i lit sensation et e-ue
hs i pr�sentants Nord-Aas�ri-
1 tins voulurenl interrompre. Le
dise n'a p s �t�, dit-on,lia*
ou�t 1 u ai gis .
s as
,�... a vu, jeudi apr�s midi.fvers
tes deux heures, deux amis qui
s.- mesuraient � une, partie de
billard, a �LDOfUUO, sons
Us vi ux anneaux de Geirsad.
L'un d'eux est notrsjnlus grend
athl�te, l'autre tM-. l'un de nos
meilleurs �crivsins. Naturelle-
ment, tout le mande pariait|eur
l'athl�te. Mais.�exphqsera qat
vondia,� l'horame de lettres
failli urs un ��attreass-
si de la queue, trouva, mejes
de gagnsr la partie ejai jtut, au
coni 1 des ceat peints, (arros�e
de quelques cacktails.et �pic�e
de quelques taquineries spiri�
tueiles. A la poign�e �ea deix
adversaires ils se promirest
mutuellement la revanche pair
un jour tr�s prochain.
a
V) �
... o assist� � un;dislegie en-
tre sportils.
� � s in peurqse� csl'.e ���
tu ^vi 'cura pu gagu'. les hsu-
leni s le KenskoB si vite?
� Non.
� Ctst [us pour filer rapi-
demi 1 etli a pria sa gazohae
cnes K�LLS G UepLsssY.rue Uae*
t�s U��ioselea.


0 ..
PAC*: 2
LE MATIN A 21 S/ uLrc 19 '1
Les Pr�liminaires
ua�; ��*. � i--;~- i ,,w '?*'-*- av
Electoraux
Beaucoup de personn .....li ' la commis-
croient que le 1er Octob lion d'il m,devra avoir
prochain commenceront I - lieu le 27 �f^�^i��L��I";
inscriptions en vue des i
tioas l�gislatives et corn
1932
munalcs de janvier
C'est une erreur.
Sous le r�gime �lectoral
pr�c�dent, les inscriptions
commen�aient, en eftet, � ls
date du 1er Octobre. ^
loi du 4 juillet 1930 a cha
cela. En son article 7, '
n�a, elle prescrit q urlun- ma
�trois mois .-. tnf la d ' " e,l.e"
d� la r�union dea ssse n- m no osera taite
bl�s primaires, l'aJminisI forme pr�-
bon conmonale inviter � pa {vu
jours Irinci comptant
, Dr ( -, lera il 17 jours.
i, m l iu Ira inl >r-
i � < les jours, lieu
beui ' de l'ouverture 'les
f)s, linsl que les
des m imbrei ' � la
� il d i' le
l'administra tion
commnnalequldoitflxerle/our

� �.
-

1 *,"-jCkffll

arr�t� publi� a a Mo
et dans les joui oaux 'I
localit� .. Ions le cita i
jouissant <\c la cipaci
, [' in �t� o ninoa il de
convocatio �lecteurs..
| iblic itio i .m boni-
leur i pratiqui mi al
torale� vi nir i � lai e in i � ' ,: '""'. Ies
� l'H�tel commi nal dministi itions le provi
contr�le de la Commission vu le court d�lai qui s�pare-
d'inscription � nation de la commis-
Udateconstitulionnelled '',.'"IIV
r�union des assembl�es pri ��""�� ', i'"s
m.ires�.m. le 10 Janvier, il �ons, bl.cation dans les
r�sulte du texteci-dessus df a ,'' f �
l'arr�t� corn,nunaI sera le .
lemtnt pris le 16 Octobr. importants de la corara
r�nent Cet arr�t� c'esl l,icn! *' la Porle l '
S&^rSoffiddli Bld>|.l'Wtf!����S"ii
louchant les �lections. � �'��*��
11 y i ensuite la loi mation
V1�E8�S..
on �crivant!
j Comme l'a�roplaua l�iue'le^ r�hieules de mode
Uncienne loin apr�i loi, aia^i le l'^rker Uuotoi.i
i � sa m pression � lurpai* ton* le* lustra muts .1 e-
�niure cil v.u-sse et Facilit� d'�criture,
ii aolal d ��� douecur \- loat�e�u Parker Dua-
i |i taier, suis la Moindre
, .., le la main on des doigt�. Arec le Parker
� ,, uiold l'ecriiun devient douce et m as effort eeaMM
le ol lui-m�me.
Essayez les 17 pn r< .� lormeineats t Ecriture �ans
m�. Demandezui ed� noiistratiou � voira dis-
, � Parker est �i une punde capacit� deuere,
., i ...ii ; est incassable si .1 I . �.:,,, Parkei Duofol.l, les cravonset les iiiumc�
de bureau sonl SO vente partout dans les lions ina-
ins. - Demandai aussi a voir les sapt couleurs
; Luxueuses iiu Parker.
Cin�-laldy
CB SOIR
Un Comique
; �et
Gaston Jacqaet et Elciire Vautier dans un'nlm sentiment�! :
C�ur de marin
Entr�e : 0.50 ; Balcon : 1,00.
DuoioUl uV luxe
i Senior Or .S-Or 11 lait AUX
Junior Or 6, 9,60
MOHH& LAUR1NI
p. O. Box � M >�
Port-au-Prince.
liais lii�
Lykes Brothers SS Go lnc,
r�xas -'Ha�ti � Santo oomingo� Porto 'Rloo
Le so�l service hebdomadaire et r�gulier � passagers et
tr�t antre les ports du Golte du Texas directement arec
Pert-aa-Prince, Haiti.
Paur la r�ception rapide et le maniement habile de toi
importations, servez vous toujours des navires de h LYKE
LIRE.
Les prochaines arriv�es a Port-au-Prince sent-
Steamer � Vlrgaret Lykes� 17 septembre 1931-
S/S � Velma Lye� * 'i* �
S/S Genevive� >Ly*es � 2 octobre 1931
Bureau : Use du Magasin de l'Etat. Boite Postale B
I
Faites eiperence
elle W)US prouvera
du *s'lis (�ession �
LE
Marcelin Martinez & Go.
� L'INDIG�NE�
Grand'RueNo 2104.
de ia Commission -i Inacrip-
lioo. Aux termes de l'artii
I, :ie atiu�a, di 11 loi du I
Juillet, �..1 commission d'ins
cription doit �lre lorm�e 1>
jours lr mes a pr�s l'arr� �
munal pi� n par I ;� ;i le T..
11 en r�sulte qi e I
commun il
L'accomplissement de ces
1 i un iusie H�lai
. 1 p iblic eu Boit in-
ou� n�cessaire-
ment t ois ou quatre jours
tins! au 1er No-
eronl les
1 i . El es s ;> iurs
m s le �>
vwiu ta j �- � � � -* *
bie, le lit u
d�signait! 1. p-i �� ' r>
gu�s i: s . iiitdid ils 1 e le i>i jnvei | u
des i membres � adjoiud 1 lor s listes eU
rapr�sf.tttant de 11 1 nm to
I.A
N�Ui : VOU�
en nos bon gracieus
visite J< l'Olfii . Doniini
Raroon La< (il
mM � . *. I
MYSTERIEUSE AFFAIRE
LHiifEL SE�-VIEW
-0�
, . u �' aflatre
laxcelleiite impn �
ressenti. .....rnva l'Uo'el
Prince � a il � < ' �' ; , , \ LVaveri �re, -
1 a* . � '"
, pi 01.0 ne
� . � r >
|et du plu- limabl� ei -� ., ,,
caeili. l-'Olfl 1.-/ la est k . "
Propos
humides
�o �
Les rerames, parait-il, ont jou�
un r�le 'I ina U� 1 icente mutinerie
des n- trius le la grande Hotte an-
1 ie disenl les der-
ni�res d .es lemmes I Toutes
les luis | , . viennent.surTienoenl
,m interviennent dans les afft�ires
masculines, la guerre s'allume ou i�
r�voluUou �clata Depuis H�l�ne
jusqu 11 qui onl nailli d�chal<
i.,., in r�volutionnaire sur la
Iradionniste Angleterre. A ce sujet
les jeunes ruories� puiitains imp�-
nitent � onl de.....nd� l'expulsion de
1,1 genl f�minine de la base navaled 1
Suuihamplon. Non pas! conseille
l amiraut� mieux inform�e;latseei les
nomme � avec leurs amies ou les
femme 1 > < oui � l�o mues. Elles se�
ronl mises aussi an r�gime du nectar
nue nOUS itlefidons 'les Antilles, le
Hill si SART11K CACHET DOIt.
A* <�< i, la pais esl assur�e dans la
marine de l'Empire.
CZ�MA
l'.he' d'I lai mi joi
Bbtnon STasqui 1 le H vera qu
CO.Tiii'.' OU II - � . � l le t[�
r�l en i ht 1 d A mi � Domi
nioaine,
Il �taii ac on
jeun? I w �'�> M
Laxalfl nous ;� cli' U
connais unie qu >
la soci�t� dalii' .ne. en
ienaps q;i*il i^ous 1 1 .it pari d
aeutimeuts tonl � lail Irai 1
du peui \r domicicair |
peuple h l�tian. Ol 1 '. >
l-il dit. parlou . 11 Ri publ q
D�alinif tir. ' : l� da meil -
leur ncntim ,!-
Ha�tiens al lo i�l) aaiini 1
de c�ur nt r�v ai que >i ui
�troite collai entn I
KMAHUIMMi M0�IAtl$. ��fts|
�o�l lutrlead uuefi�o%|
POMMADK '
i �1 loi'.�. -1 n . � . 1- . y�
au>rrx-u tu lta.wru.�
ib' s chu s. sen l>l
pr �p
uni
le**
#t
f individu
lo 1D 11 �in.
Jeudi ilakime 1 � � au -si mand�
,ui abinet du Juge �I instruc
0 . in'arrag�, puis conduit
cellule.
,i ml 1" 1 d'apr�i � 'i"r
ns u savoii.
�t� -xp�-
ii? ostei IroDti�res
. sui veiller lei all�es et
- de certains indiviilu-s
FLORENTI
iiuvn, vont cowiTATinis
Il un d� c*e., n�tfewi, l�yti�.
[ Mttrttl''"� M�tntnttiuci ftr miUirt:
iSfiMl. ��- laW-LWB n�m ��t _
�MtolHM <�<-�� (�f�HH U� phtmiartet
I �*�'� mS�T*^ * *" mond�-

EXAMENS
Dactylographique*
�etffcfl Eilritaidinaire
Le Directeur de l'Kcole
Sp�ciale de St�no-Dactylo-
grsphie porte � la connais-
sance des int�ress�s et du
p,ib.u: t-n R�neral OUO les
examens officiels de Dactylo- I
gnphif (session extraordi- I
-mire) auront lieu en cet �ta- i
blissement le jeudi 24 septem ;
re i .'5 lues de l'apr�s midi.
, e J m y,coin ose de Me D.
Lecorps, Chet du Service de
la Comptabilit� au D�parte-
,,,eni des Re alious Lxt�rieu-
� es.de Me B. Malelte. Avocat
Je Mi R. Sainave, Substitut
lu (.o iiiissdire du Gouver-
, nent pr�s le Triennal de
Premi�re Instance et de Dr.
P. Th�l�maque, Chei du Ser-
vice du Dom-one an D�par-
tement de l'Int�rieur, travail-
era sous le haut couir�K de
i Inspection Scolaire.
Ces �preuves sout publi-
ques.
OFFRE D'EMPLOI.
Pour ci mptable exp�ri
ent� seulen eut
S'adresse� � la Maison
. Prectzmann AGGF.RHOLM
& Le.
Chapeaux vari�s pour hommes.femmes et enfants lab"
qu�s par des mains ha�tiennes et avec de la', parle du
pays.
Faites une visite � iL'lndifl�ns*,
deux peujlis li�rei
La cong� i � M. Him .rluellemenl
Mis. oui lot a �t� . Dominicaine,
aei-.ord� par son t h ! po i
compngntr ici les �| � i
Roueier. pr, adra On i deu
ou troia jours. Nous pr�sen-
tons ad jaune otticiei Uomini-
aain le regret de le voir s'en
allai' de si t�t et lui laiso is noa
at-ilieura v�ux de bon s�jour
� r*orl su-Prince
ALUMNIUM UNE
DEPARTS DIRRCTS DE \EW-ORLEA\S ET DE M �Bill
"our rors LES PORTS Ut-M HW^.�BLIQUE DHAJ
On �'eamer !�issern New-Or'�ms le 2� ao�t et Moto�*
27 a iV dirextemenl pour Petit ^o�ve.l'orl-au-Prince S�
parts �''J Nord.
1 ort au prince, le 14 ao�t 1931.
A. da MATTEIS & Ce., Agents G�n�raua.
�t� 11 t� pour �tre appr�-
hend�
li STUTI�a ROUGE
Liqueurs Sirops BAY RUM Eau de Coloane
Avi
s
�ji Direction de I Iv < li il
M�decine et de l'Ii '
avise les int�r�t � que le r>
gistre d'inscripi ion w r i
vert du lundi 2\ seplt mbn
lnndi fi "rt�-l>r � 1931
La Direction
ti d�j� une n i nie
� ii !il�
le n servie� , 11 !
da sot nel i sa
ii qi � accueil fait sus
achetetu
i �u,s. me -unis,

ST NON OUGE
40o, Rue iOh.
Tous ces produits de la distilcrie de FAiqle sont �aaux
et parfois sup�rieurs en ciualit�, aux articles similaires
! import�s, tout en co�tant moins cher.
IMPORTATION DE VINS
DEPOT- HUE DU �iA<*ASaN DE L'ETAT, PRr.S DE LA RaNQUK NATIONAI h.
M. FONTAINE


Lt: Rhum Barbaacourt
a par
���� laTeaeaaaj*
^tmmm��] aetiieaat :
UM BARBANCOURT
Bj�p�* Rna4es C�cavn
re.etaee'



BI�RE -NATIONALE'
1 li La
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
[verre malqr� sa qualit�
sup�rieure.
Prot�aez votre poche ei
otre sant� en la buvant
V'
OU)
ou rs.
�IIMM *�
WJ
lHanujaclui e Ha�tienne
ne ciq� elles
GEBABA & C
I LES CIGARETTES
lafBas � Famal-IAon
�Dessaliniennc�
� Colon i
�R�publicaine�
�Vorl-au-Princicnne
t

205-i)09, rue Jrnvcrsicre
(Maison Boulin )
Presuu'en lace de sonan-
cien local.
Sollicite la visite de tout
le monde.
Les marchandises so it
lieux pr�sent�es et les prix
Sont plus bas. Profi ez.
M t.-
.'.*�:. *�r.rf-ir�wil
Qha�risor. ' � .'� � -i � <�>��
Or. Bengu�, u, r�� mu�. . Paris. _
LE^M/.TJN � 21 Septembre; 1931
J
*-"�p
���.��S*
HMKV,.
ECOLE SP�CIALE
DR
St�n� Dactylographie
!��-�(� m iyi;t
Uenninne il ii ilil� (nil-'^m-
Angle �le. rMi du (titre cl Frraii.
INni an-hune.
L'unique Ecnle de Coin
mer�f n Port-,.n Prince ( �
lelud nt ;i((|uierl toutes le�-
cenn. issauces pratiqu�e r<-
qui.rt> dan- lea bureaux, iodj
l< (lii cl on de malti es � yant
une exp�rience peisnnuella
desm-'ti�'esnn'iUen e gnent.
St�nographie franco anglaise
(programme COrr.mercii I coin
plet eomprenanl pr�e de
documents v�rit�b ei : ror el
pondu net s, me mu r a D d o m ,
rai port, etc. ) Dactylographie,
Langues Vivante},, Comptai))
li � et Tenue de-� Lu vit�, M
n emecl de la uiucbitre �
calculer < t du amiuu * Rrai lu
KUltt S I �jJOI !�!!� !I!:mI I <)|]-
tio'ei s dans �' iisei�i bu n
COmpT s des i ilianl - ( i x-
ma*n s t\ li a j iu v t. -..,', .
\ � nra
B o ver rj'e : le I : i! Ik'm l>re. � \)tn iiu -Ii / l i i
el programme � <.i i� ��.�� t 11- ��
le'gnen en�s il �! il r>s sur dis-
\ iribniion cours, O'g-'nis iifoo
examens d�livrant ( d i,l�tn< �.
'ete
LES ARMEMENTS
RI
ICi mine i w ��� l'annnm ions,
Irfr, noi s a^ons ip�u de nou-
%�!<��. ; loi ma'b rs :>��< / inte
11 s . �>- roncei nanl te re-
mue m�n: '.; � sf ' crnnt,
dcpiii- quel ;� ��� i� up'-, rtos \oi
t,ins do i i aies
DVbo �' � ii 'le rorrrsi oudai t
nous ii!�) mj qu'en p-�sence
({��a non � ' � p< !i'ii'<-s \>-�� l
jo.i- !�- i '. i ..' il � S i |< :::i!' ;u
YW-hil .' � ' � '�ei-lA de fc'i i
i easi i d la que* lu ; car,
ce cj ; 11 se r< p�'ait la si ni�ine
dernier! :'< Sanio Donon^o, le
Minisi e Am�ricain fcraii aa
Secr�taire d �lat ijes Relations
Ex t'i i' un s dominicbius certai
nea cou mi airalio is d ;�: i � i:i"iii d'E'al el tou-
chant rea pr�paratif� nnlilaiivs
D'autre part, laujooni sefeo
no're correspondant, rt- cercles officiels dominicains on
g'�ie ne de cette �mo'ion s<� i
lev�e dans les journaux d'ffaPl
p^r c� s simpKs achas d'ar-
mes el de muni ions pour Par*
rjs�e.pratiqn�a uniquement pour
remplaeer lea ktocki d�lerin
r�s ou d�truits par le de� �,,,,i
cyclone Forr�menl �es blOcks
sonl compos�s d>ng os < t �<
nniiifiis n ol�ines. Dans ces
milieux, nous �. ri! noire � o
ie-i ondant, on ne comprend
j oint que l'on poifse pensi r
ch /.nous que les Dominicains
aient contre ILili la n.oii dtl
id�e d'agression.
' . Cependant,pourauil la lettre,
I y a on auk* son de clo he.
Ces' celui qui dit que les Hai*
liens ne respecteront pas leTrai
� des hont��res et que di s d I
Ii liii�s -u gi'ont cour lesquel
les l'on doit �tre pr�t �louUs
�ventualii�s.�
In tout cap. une chose parait
GRANDE LIQUIDA,
ET
r to
UN DERNIER COU1.
WEC UN NOUVEAU �UABMS
TOUJOURS CHEZ
I
i
iicmmv

Il tant finir avant le 1er Octobre
avec !;� reste de son stock.
ACCOUREZ 0&H6 El ; LE ET PR( EZ �E CE DEkW MIE? ?
�l IX . Ii
V< ile couW ni :* ,|'s" � s
Marqmsettes � |�oi
lodieni e I b �aiai s
D ableaieul-l ri do ble G
llapli.....y� conl.
Voile d-- .1- ru y � Di i
IVatine bi-*n �
13a pi il le � il : s
11 nndi coule r
�'ali.ni Madapolame
Imitai i"n los�or
l'ccalme cocl.
v oile ray� .*� � ir asst.
V ile rave de soie
M draa b enc
ii icoliae a fleurs (>; robes
Ti i� oliue d.* soie uni ri ni
� � :li vsins blai !
Soiscl!�' in uve n � pr ro e1
Vn le suisae � Qtura
'l Smiilv cauleur et blarj
� ( rcal blanc p lu gerie *
Satio de chine pour jupons
Gabardine A fleuri pr i obi �{
Foulardiue �oulcur a fleurs
e .. i ��
10) �
| .":<)
1, >0 l
i. A 0 7.".
.
1 ,,f) 0 /�>
�'.(il 0./..
2 If)
1
(l le
2.<>i #7j
t\i;>
:-. � l ' ! |()
� i 1 1,1:
1 1 B
a i 2
Sn� 1 "u
. l.SO
V, an 1 �

: 1 1.23
3 Mi
3.00 � 50
�1 00 L'.oO
2.-o 1 2i
2,50 l,�()
lu I
/.-� I i" � �� � i� I
.....
'I ri i
n �
iii i"
tSabard ne toy� i

1 I '
, i r v
i -,. c
l fl -s
( u vii .i" * d
s l'eseeute di
oui
B~s fit,
. i�setti �� H'. '
!'; . r- I;
i
( a......- �' ptd
?iaes i uur hi
I uile o dn
Savou i\ dio Pal.i
1 i t . ; n
li ii 2,11"
< bemises 3 ' r
: i m. :�. i a
i l.i ;� . 3 0H
2 50
| SMS 3 00
.1 i (4 St. :$,�i
15.M
>sl. :i,n!i
loualc '. � ..ii
3 00
10 00
ci 5 00
i �
5.00
/ .� %
| a i 1 lidft
lits 15 00
1 ce 1.00
.
��u p dre ion
nts pr l,�0
i i l'Z. 10,00
IftOO
... de .! ( w
5.01
dive 1,50
� �u f tau
l.Ot
1.50
1 Jt
1 *u
i.:�t
17.�
'.nu
5.tu
s.oo
::.;.*
I.SI
:, ��
2 ne
2.W
4 80
7.na
;, i n i
1 ow
i,oi
� .7:�
K.O0
lut*
j o�
'.iO
i.78
'
ROYAL MIL STEAM BRAVO, Ffi�O
PACKE� C*
�o �
l.e s'1 ; 111 � r t Gabon 5 ve
nanl rt< tlngston 61 ''es | o S
ij-^its du S i ii. I
au M n�e le % oelobre, par-
iant le m�me joui pour l'Eu-
rope via les p i Is du nord.
Huyal Mail Steari Ptcktl
I J. BIGIO
Agent.
T�l�nhcmi : 2311.
-� i laine, c'e�.i ajue le vc t Bble
but de ces pr�paratila mililairea
reste aaarat al ne cesse pas
moins d'�lre assez ui^sl�neux. (
Il nous eBl
, u' ii" 11111 de.
notre smi Kr�d. tu iraud �
poi n i i couia .i une \> luvre
vieilli qui, u'en p t ml plus
de ta i � �'� I
si e lombi �
sons un �'i I < ! qui loul
a "' ci minus el � I Eldo- j
I
, :ii Iravei s�ria rue.et.apr�l �
lui i oii adraiui t:i uu
i. lui offr�t le so. i ! le
gite. 1 . clien s p i
i � e �ren Ion
i di ic
rado m e o ;� iom hali un us
fc laquelle,
tard, Fr�d. noua joignons ici
nos sinc�res compliments.
TOUT. CHERCHE/
LA FERME
-o�
un s,:it oui les inarinsdc la
� u de flotte brilaoniqua de
I i i lique, ui se livrait �
I H ! OBUVI < B de 'i' IUI lt*
lotesdhi ^s .se entmutine*
� i, p uvelle qu'oi alfift
, | ire leur solde
Qui provoqua la mutinerie'.1
ci oyi i-vous Tout limple-
ii i t.dea leinnies.quiout jOg�,
apr�f lout. qne celaient allai
,; eci tle r�dui IlOIl atteignait.
H j i an vieux proverbe qui
quand boni mes n'ont pas,
f( m.us mauqueoU
u s mutins ne seront pal
t, nia, B �lit le premier Lord
de l'Amiraut� anglaise.
mmmwm^mm^mm^^4mmmmm:9�mmmmwm
Toutes les Police
OF LA
Insurance Ci
Une des plus forte* COMPAGNIES
CANADIENNES, d*ASSURANCE
sur la VTE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
0
M U
icomurennenl la Protection coatre W
Foudre sans aucfmentation de t***

1/ ii il. L t* H os a � ntia i

�'. �
k

� 0 <�*'
l�*�v>-'-. ,u*~�rtu. p~<
f2
��Jkfiaf BB1?1 aBfflaal
Aqeiiis G�n�raux
fft
S


Mardi
22Septeml
23en� ANKfcl N' 7�7�
Part au Pnuce
T�l�phone: VM�
4 TAOBS
,*,.... ... - � ;-� *k �� ;��...� .�-��.. � i. � � �
� i
Pana.na RailroaJ Stamsiiip Line
Service de fret et de passagers entre
i�j **rr*\
lM".
IHIII France
IFIIM.M V �� ' l^-eet Slreel. *"'*** ' '" 'J*******
Tbe loi! wiag are air 4a.eato al �naci(Ml i�oHh> tuiope :
' hNGl \ND. SCOTLaND. FRANCE.
Mess, s G. W, SHELDON & HJo.,
il7 James Street, Lerrpool,8ei>n ; w. Slie* Ion �* C >. aca reereteata l bf 11 U t ino*lii iiraas
Mii^ et nias diiect service] le traasi> >ri Je pis^e'S et . rai eelre rtalll
'europ�ens v,a Nev�orJ et Criatobil. Cantl Joue, Jsthat de Pt.ua,,.
Voici la liste de nos tgefttt pour les principaux parti de 1 fa.ar.ipe .
MATTEIS & G" AGENTS
�~
Voire premi�re visite
i
A
tri. , /*;\
i sa �
Htrph
CC�A�
?;orii��
�aniVjeiioa
toulaus �
Foronclu
fart�t
Ulc�ra-
QULATUr Hini * Co
21 Rue de la la R�publique
Mtraeillee.
Htiti, P�rou A Co, Lld.
M Quai George V.
Havre.
Uerou Peton & C��, Li�.
R. e du Moulin � Vapeur,
Boulogne sir Mer.
Messrs. A Bknbix & *
21 A leogade. .'.optnlMgtee
(!�LO, N�rway.
lui rcatiooal
Sptdilionan Ikap Oslo.
1MM Atlanta Fiei^Ut Corna
Ballinhaoa, Hamburgl-
Gci many. Ll
Mettra Atlantic Freight
Corporation
Germauy
Messrs Atlantic Frein�t
Corp'n.,
24 Q i > Jordaent,
Aniw rps. H�lium.
�H*< �ae�a t C*� 'LU
*~> i{ 18 !�> larii,
Paris
littif '� M ^ '. ) LU..
Un h r �� � | tiliti \\
Diikv [u >.
m:
Iaw j pj-t > i t '.i
| tait (rvur
4 �.� �. I : � \r '. > ; t ;�.a�v.4t
�(\t*i ^ l v r r '. ) ^ � l i lai ��
�jrrt^lUil. i *�*�(,
fforliak Biprett,
C uhaibarg,
Mettra A ha� rie rftetawr
-Cjw'n.
Koa E n iiao'eia
rVMterdi� U>llaj�a
( �;::'.'
����
FIII il D�purez�Sang
Nous doi ne son, ro ' � � j'Heaa.-ai i�
iti*t A l, i, i i,.":.-r �|ii< accorrl�a m
aies atraul � appi 'le ; Qage � I IWel '��
plaai �3i ai de Port-au Prini e.
poai voaa sugg�i ma I i r�li re h nbre � l'a va a
Bi�re � la pression.
CUROMAL
Voir* s�nif Mt Impnr. il cliarrln d�-s sroriei.
iIk� |.>\inM, dont il n � pu ie ilcliurrasser. el
CCI impuret�s se trailiitseni en irriution� exl�-
Heures, en bobus, si ilesagreabli-s. si doulou-
reux souTcnt : clous, furoncles, boutons aux
il. [Miiuciisons InaupporiablM. Ce font enliu
i.s. les tumi'iirs et les Hhroinea qui
..n.-nt sur un 0'g tniMM i-ii.poi�onn� par
v-i, On pi �' �' IIM i- -11 < i tu
� . i lemanl p�i une car� �a.OwobmL
Ion la plus simple, la plus
ii'innsJo et la plus w IrmilUpie. jul uiili^ IM
le 23 plantes connues de nos
1 l m�declas (le I ..nii>|.ui^.ninli dont
I ii < iiKai n. pli irinac len a, par des pre-
dernee reum les suce dans une for-
., i , i m tnm n il expei
1.1 . ironn* ��� �
l'uromal Rtitrii li i maladies de la
i
furoncles. I �� dou-
lu �entrt. .'k-f erltlqu t
>n-ni eetBt"eMBl flacun CUROMAL

Cm anal n'aim ; �talait
C� qui ne i*Mt �tr� d�a**�
Kola Champapne
F. S�JOURN�
Pr�par� �lans des conditions rigoureuse*
SJSiD'ASEPSIE
^^Pr�paratiau et Veale
Pharmacie F. SEJOUR
Angle des rues Roux el du Centre.
666
s*ulaa>s da� maux deleta ata>
k nei>rak||ie en Jl niiaatei.
Arr�te* un rekro^iiateaaeaTt h
premier jour 9� b aaalaria ea
fToia joure.
OW sauve la ia�b� du rctroi
d.aseweo*.
il t-oir ; t'nani nar* Tji ta ta ma Hailroad S'r i*hip Line a l'avaolMge d' d�
neacar les d�pai I uivanlsdc - d fork pour porl au-printe
Ha�ti. 4irectement, durant le eptenibre 1931:
B�perh 4t \ew latrie. -\ nuages � Po I nu -Pt-inec
La) ai te mer �locon* '�� I * * ! e � sepMMI
S/S � Crititbal - le ai I9tl, l � epi IW1
ftS�GaayaajuH>le39 aepi aiire � je 28 i I9S1
afS tAicea� le 2*.) beptemb i 19*11 !�� I o:l �bre 1 131.
j s II. TANREED
igeul G�u�ral
... plilu :'. ....
nui- Dolat. I MIN l>t l.l.INS il rnncrl
Dfpet k Por| au friuc� � 9hatm$�t EUCH.
MESDAMES,
teindra wiwniimestous |
. ta d produit n'�gr'e
mMiimm'\
Ifl M�MACtW TEF-FECTIONN�E
I - . tIroo
_� UXilas hae ..-i p:M.rni.rl�oUlro^nert.�il'HBTtl
i OrM �� t�av$ C. FERC00. �tni�ru-Pari$\

Ivaboraloire^S�journ�
' DIRECTF.URS
"F. S�.h>i:rnk, Pharmacien
' n SitiouRNk. Pharmacien'dejrUnivertit� da Faria.
U M. SrtJOURM�, Pharmaciti drH'universit� de Paris.aao�en
interne des H�pitaux de Faria.
Analyses des Urines, du suc gastriqua. du saag ( Was�
sermann, Ur�e. Ilons'ante d'Ambard, dlyc�mie).
Des crachats. Des mati�res l�eale�.
�ir"'*,|�a
Attention
Progr�s Nouveau
Rhum Nouveau
Ar�me d�licieux GoAt
AL exquii � Prix r�duit.
C#m. irfinal UiHa eanaarrriM.
II.MIIh VIER6F,
Chef : G. NAZON
Angle drsrue* F�ran
et du �euple.
T�l�phoae : 1^313.
�BBajati Wc<
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accid�l�l Pire & Life
As Corporation Ltd.
de I Scotlund )
Car la �GENEPAl c� i nies et des plus vattet orge �iaeUaMaa
�te ce fcenrt. ' e oleil ne sa- sui iwu champ d*actioa qui emortate
Ses Polices i . l�gats t asiouu�s par la toa*J*(
Sa� Polices pou Aul icendi . malveillance, aeaaaaage.
caus�s t autrui d � biens .....
Set Polices �lai chi d'Europe sonl payablet te nain
Set Polices onl lunivert - ,( i-,,ns les N.ova"
genrs devr.iici i m une el contre acaawnu
3naaraeins4flOO.li que de 1 toit HO aolltrt t.. ^-
Veuve i-' i IM1NGHAM, AuxCayes
ECOUTEZ!
Le
hum Sarihe
i v
DA�\S SOh PROGRAMME,
G0NCER1 Orcheetre ^SCOTT
MOh OLOGVE Papayoutc
STATION h. H. K
Port-au-Prince |( Ha�ti )
i�iUS liEi
. im laiti
I*. ��
JiiAK OL&XMVr i*rtw�t
�Mt^aw^BBt-if.-* i*�x~\nm*Mm�ii. etSKWMB�
^r'/yve-w*� -3
�iwa�ii. ' . -
Mi, )
� �
j.'
m
Ut*?' �i
ne*
Ch r�ier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
* \ *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs