Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03720
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: September 17, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03720

Full Text
>
.-e
lment Magloire
f* DIRECTEUR
rtAi RUE AMERICAINE 1351
1J TaEPHONE N'2242
Rien d plus original,
rien do plus soi que de
se nourrir des autres
Mais il les faut digrer.
J.c- lion estiait de mon
ton assimil.
l'ail \AUN
^.CANNEE N- 7473
PORT-AU.PRINCE(HMII)
.1 I 1)1 17 n bre 1WI
A PROPOS
SE
[vision Constitutionnelle
De toos les graves probl-
poJs devant la cons-
-eepilionale par le retour
[jjj institutions normales,
,j de I Rvision Cousti-
oonelle constitue l'un des
Iimportants. Non pua qu'il
(de lois crites pour as-
l'ardre et la libert,
j, s'agit de lixer les
li rviser, les lois ne
jnt pas prvaloir contre
, social d'une poque
ni contre les vne-
[iCsstitution de 1918 au-
ftlisort des oeuvres anr-
Bien qu'elle soit en-
l'du terroir, on en ds-
la paternit. Par les
cipes poss et les rR'es
lise, on a l'impression
le rdacteur de l'instru-
lest au courant de toute
Dire politique de la Na -
Bile ne serait ni mcil-
ni pire que les oeuvres
ilaires conues de 180
t &i l'opinion lui tait la
bip. A un certain moment
sterniU' de l'oeuvre cons-
HioDnelle a t attribue
iDKlin Roosevelt ou plutt |
pltend que l'homme d'E-
^mricain se serait vant
ivoir conue. Dans les
n hypothses on ne sait,
lrit. ce qu'il faut le plus
nircr : la vanit du fonc-
ranaire amricain ou l'ing-
lil populaire qui dcerne
Utoitement un brevet de si
node valeur au pre prsu-
t de la Constitution de
118? En eflet toutes les re-
ts sor les droits civils et po-
Kjnes,notamment celles re
tives au droit de pronrit
mobilire accord l'Etran-
rsidant en Hati, celles
ledroit public, la Souve-
et d'riioi aie et lorgaui-
iou des Pouvons Lgislatif
lEicntit tonl suppt),ch r.
ridacleur, non pas seule-
des connaissances sp-
en nature de droit pu
mais aussi l'tude du
social et des diverses
lilestalions du tempra-
hanif au cours de ion
ire politique. On peut
penser que la Constitu-
de 191S est une csuvre
maie, conue et rdige
des juristes hatiens,
die que soit d'ailleurs la
urgence d'opinion sur ce
H il s'agit de savoir
*lle modilcation apporter
la Constitution ? Car elle
!*lplus taire. iA moins
* l'on ne dsigne par ce
m le parchemin mme sur
i"el nous crivons les r-
denotre organisation pu-
qpe. la Constitution d'Hati,
il Lger t an vin. l'As-
ole Constituante, n'est
faire: tant de lgisla-
sUiverses, ajoutait il.nau-
t pas pass sur cette terre
B y dposer un ensemble
principes qui s'imposent
". que presque tous accep-
et qui rgissent les pou-
Jirs publics au triple point
1 vue de leur existence, de
r* rapports entre eux et de
* relations avec les cito-
P. Quels seront donc les
Q,ssur lesquels porteront
* modifications? V notre
< il sont relatifs certai-
* rgles nouvelles sur le
" "ou txcutit. le Pouvoir
JjMt.i et le Suffrage Uui-
,*) Il n pi viendrait pas
-Renier L duiee des
. ions du Prsident de la
^PabhqUe. Le lerine de six
ans, avec le principe de non
rlection immdiate,s'adapte
bien aux besoins et aux aspi
rations nationales. Et 11 Pr-
sidence vie? dira-t-on. Elle
n'est autre chose qu'une rno
narchie dguise. On ne peut
plus l'adopter de nos jours et
revenir la vieille rgle des
Constitutions de 1S16 1846.
D'autre part la rduction du
terme du mandat serait une
mesure inefficace si la non
rlection immdiate doit
tre maintenue.
Maigre les mo'lipltq attri-
b lions tu Presi eut de la
Rpublique, le Chef de I Etat
est prisonnier des texte.
constitutionnels. Il se trouve
comme dans une cage dore
Un dbsentiment grave s'l-
ve I il entre le P. uvoir L-
gislatif el le Pou< oir l&cutil ?
A moins de recourir uu coup
de force, il n'a aucun moyeu
lgal d'y remdier. Dans un
but de haute prvoyance so-
ciale, ue conviendrait il pas
de 'tablir le droit de disso-
lution reconnu d'ailleurs par
les constitutions de 18 4*,
Vii% 1874, 1879? L'adoption
de (ttie rgle serait une con-
squence logique de ia res-
ponsabilit de \lioisties de-
vant les Cha...l>.es Et du
mme coup seraient solution-
Ins toutes les controverses
qui divisent Pouvoir Lgisla-
tif et Pouvoir ixccutit sur
l'tendue de la responsabilit
des Secrtaires Etat.
Il es' de piincipe que le
Pouvoir Excutif a, coin e
le deux Chambres, l'initiative
des loin. Cela tant, est-il n-
cessnire d'accorder le iraii
d'objection au Prsident rie la
Rpublique? La conscration
de celte rgle dans i.otre
Constitution, vient coup
sir, des Etats Unis. Or la
grande Rpublique a juste
ment adopt ce principe parce
que le Prsident des Etats-
Unis n'a pas l'initiative des
lois et que les Secrtaires
d'Etat n'ont pas leur entre
dans les Chambres. Il est dont
illogique de maintenir le droit
d'objection alors que le Pou.
voir Excu'it a finitiative des
lois.
Que laudra-t il faire? Ac-
corder au Gouvernement un
dlai trs court pour la pro-
mulgation de la Loi dfiniti-
vement adopte. Et dans ce
mme dlai, le Prsident de
la Rpublique pouirait, si le
cas y chet demander aux
deux Chambres, une nouvelle
dlibration. ( Voir Lois Cons*
tilutiounelles 1875en Frauce).
b) Le second alina de
l'An. 56 de la i'onstit|,tion
accorde chaque Chambre le
droit d'expulser l'un de ses
membres une majorit des
2/3. On a exhum, pour l'ap-
pliquer aux membres de la
Reprsentation Nalionale.une
vieille rgle remontant 1816.
La mesure, injurieuse enelie
mme, permet une major ii
peut tre moutonnire, d op-
ptimerl'un des membres de
la i hambre. La suppression
de l'a'iua s'impose.
La responsabilit politique
solidaire et personnelle de*
Ministres iune*tois tablie, il
ne serait pas sens intrt de
reproduire la rgie ^d'aprs
laq < le aecun membre de
l'u u u ic Chambre ue
peu' tre iM.'tvi ou,, re-
cherch l'occasion des api
nions du vote mis par lui
dans lexarcice de ses fonc-
tions.
A un autre point de vue, 1*
L'Idal RIiiiih
ALIX ROY
29 annes de succs.
sparation des Pouvoirs n.
jamais signifi leur complet
isolement mais leur pntra-
tion rciproque pour le bien
gnral. Par la compatibilit
des fonctions de Secrtaires
d'Etat avec celle de membre
du Corps Lgislalit, les deux
Pouvoirs Lgislatif tt Exci
tit peuvent exercer l'un sur
I autre une certaine actio n -t
un certain contrle. Fn ne-
difan' la Constitution dans
ce sens, on ne ferait que
revenir la rgie adopte
notamment par la Constitu-
tion de 1171) amen lee. i Lu
sparation absolue des pou
voirs pratique aux Etats-
Unis de i'Anmique du Nord
est impossible ailleurs que
sur e papier, i
c) SUFFRAGE UNIVERSEL.
II a pour correctif l'intruc-
lion publique. Personne ne
conteste cette vrit Mais,
qu'il s'agisse de demander la
suppresRion du soffrag* li
reet, on verra plus d'un d-
magogoa criera l'analhme.
El cependant,* ct des nom
breux inconvnients du vote
universel que nous avons
adopt par imitation des Itats
Unis inconvnients qu'il
est superflu de reproduire
cette place oa peut soute-
nir que le suflrage universel
n'est pas toujours une ga-
rantie de la bont des cho'x.
Le vote universel cre I agi-
tation et sme l'inquitude
dans le Pays, alors qu'il ne
favorise pas l'oisivet. Ce mal
prend de plus grandes pro-
portions quand le peuple es1
trop souvent convoqu dans
les comices. On a observ
d'autre part que la ruse, l'in-
trigue ot d'au'res moyens de
corruptiou agissent suc la
volont de l'lecteur gnra-
lement analphabet. Le re-
mde efficace tant de maux
nous parait l'adoption du
vote deux degrs. Les lois
lectorales.devaut avoir pour
but d'assurer que le vole de
tous les citoyens sera libre et
clair, la perspective M'une
nouvelle lutte devant les As-
sembles Electorales rendrait
un regain d'espoir au candi-
dat vinc aux lections pri
maires. Et ce n'est point l
le seul avantage du vole
deux degrs D'ailleurs l'elec
tion deux degrs ne serait
pas de droit nouveau pour
avoir t dj consacre nul-
les Constitutions de 1.S46-
1849.
Et maintenant fautes les
questions essentielles ont
elles t considres pro
pos de ta rvision ? Ce n'es
certainement as le but de
cette rapide e-ijuissequi teint
plutt a faire quelques sug-
gestions utiles relativement
la nouvelle organisation des
Pouvoirs Publies, car l'tude
des Constitutions |H (tiennes
rvle cette vrit indniable.
La libert politique a l trs
souvent dtruite par la pr
potence du Pouvoir Excotil
et dans les rares poques de
libralisme, par la pridomi-
nenccj'exclusii'isr'tes et l'abo
ItUUme des Chambres Lgis-
latives. H I.
A\1S
La session extraordinaire
d'examens sera ouverte le
raerc edi 7 octobre prochain
9 heures prcises du matin.
port-au-Priuee.le 15 -.ep.lU31
La jL)ikCion
llll
If
JL
La Stcrtairrie d'Etal des He
latioo Extrieures se t it un de-
voir d'informer la presse part-
n-prii cienne que l'incident
rapp^M pur quelqu s qunti
dian^;, d'une violation pnr la
Guardia dominicaine d- la
Lgation d'Haiti Sanlo LNi-
i i o ; n'a pa* eu le caracre
de grvit qui lui a t p' t.
Des garde et un dtective
dora|nir.ains s'.inl inlroiuila
dan la cour d? lu Lgttio i a
Ja au'ie d'un ehaufleur.che ch
reni querelle un garon dr*
bureau. Sur l'injonction du M -
nistre b'-corps, ds durent vider
les lieux.
La t*r-sidant Tuji'lo el le
Secrtaire d'Etal d.s Kal itto ia
Extrieures ont Idit exprimer
leur vil regre' da l'i icident, et
les Bg*Tit* raaponabl< i de ce
scaipdale ont l cou I .inns a
l'erapriaonnement, R\>r voir
t conduits la Lgation pour
prsenter leurs excuses.
A l'Est
Notre conlrre Charles Mora*
fia. dan* un copi i :i licla
oiia lorme de d dogua, piru
dsns le Ttntpa d la se naine
dernire, a nunr lea r n-ons
qui ?Ion lui s'opposent aux des-
seins d'agresaion, que l'opinion
halfiennu dduii des arniemenla
fnrmideblea de nos voisins ite
lEst.
.\.-us ne par ageons pis l'op-
iinnsma do T'mps, eir si i'(>n
se pof la question : Contre qui
les Dominicains peuoent-tls
effectivement s armer ? I; r-
ponse ne i ut tre que : (outre
les seuls Hatiens. Nous ivr on
imprvoyante de mpriser une
menace aussi directe, aujour-
d'hui suriout que la q lestion
des li ornires semble loig e
j d'une fcdution dfinitive, gila-
, ment salivfaisanle pour les deux
i parties Certes,la da ge n- si
|)8S imminen1, mais il tau p. t
voir le cas, o, mme pour se
mnager des raisons de retour,
'es Amricains lveraient leur
; lentes l'expintion da la Con-
i vention, sans nous garantir
eonlre las rbques exlrems.
Nous serions ce moment d
hm> s en I ice du voisin agrs*
s I el prpare de longue d.de
'aii e triompher ses reveudica
lions. Las points li igieux d. la
Ironiire, ei mme les terri-
teirea haidens, que le chauvi-
nisme rapaee des 'ominicain,
consi lr comme patrimoine
dominicain, aeraienl occups
apr un brel ullim lum. vous
nous trouverions alors devant
le tait accompli, et la raction
brutale que,mme dus co'drts Ingale, nous serions
amens t tenter poui recouvrer
re-. terres occupe, s, noiil si'u- -
rait inconiestablemen' aux yen
dea ai bures ventuels coiiimt
aies Mais fjggresaeura.
C est I uu aspect de la q :<
tion que Done soumettons o-
tre aeeptiqua confrre en lui manant quelle misons non
avons cette fois d'tn r i s
comme il le consedl-.
DSUVRS
ET
l'angle des mes Justin Lh"
( ci-devant Tiremasse ) a*
' ne I h t, voit, a
' n s iioupe
le va^iibu 'fis et de dc-eauvr,
30! se livrent aux pires scnes
e dsordre.
L* s habitants tin qnar'l <\ .
inaiideni a Jebn >
ce vagtbouila.
J
PE LA COMPA
o
Les dlpots d garantie
I o il le monde ssil aju
qi on s'adresse au Hureai
compagnie ponr une installa
lion, elle- von prsente imm-
diatement in contra', au verso
duquel sont Imprims le tarif et
les rglemente pour l'clairage
priv. Ce tarif est rgulier pU'a
qu'il est approuv tant par les
Ingnienra du Gouvernement
pr da I Compagnie que p ir
la Secrteireria d Etat de I In-
trieur.
Ces toril et rglement peur
l'clairage priv prvoient 't
en article li : < I e s de la si
gnalure da 'abonnement, il e-
u vers n>r In bon n une son
me de l'N ht) LMt par lam n
i titre de garantie.Le paiemi nt
des installations sa fera 1 .'1 a
la poliea d'abonnement e 1 9
la misa en marche de Canon
nemenl Or, la semaine der
re, Vlonsitur Maurice Fon
laine. I* grand indnafnel bien
co nn lit faire,,par \'i lectriciea
V ('<' Cst de quatre lampes au nouveui
local da sua magasin, l< ua
d.i \t igisin da rivai. I. iaalal
la'ion tut vrifie et apprentie
par l'ingnienr Aubry La Com
psgnie IJeciriqua rclama une
caution de garantie de Huit dol-
lar M Eonlaiaa fit, aansraul-
fat, tat du contrat qu'il venait
designer, mis \l. Emile f\oy
reins ne' a lai exigea
dollars en garantie de I ibonaa
ment. Pont viter le p jmdica
que le manque de lumire p rait eauaer a son commerce, \1.
Foiil.iiue I t oblig de se BOU<
mettra la votent du grand
manitou de la Compagnie.
Cel'e affaire l-ml du ressort
de Monsieur Aubry, I iguteor
du Gouvernement prs de la
Compagnie, nous veulou croi-
re ipj d ia solutionnera dans le
sens du contrat qui lie la '.ui-
pegnia i Monsieur Eo iiainc.
LE
n nai
-
- -
--
- *.
C.niiliihii a la \lagisira!nrr
(ammnnair
N'oi s avons reu, hier raatin,
avec an gren plaisir, la vii
de M d I): Rampy qni, com-
m on I s .il, i a
Magistr nre Commonale ife
l'on u 'rince. M. le Dv Rem
py est parmi ceux qui ont la
plus de litres li loiclion qu'il
postule, li a de.Jla popularit et
exerce depuis longtemps une
proieeeion qni le met en con-
tact permanent avec le |>auple
A qui il a pporte journellement
le s-cours de sa BCienecEn ou-
tre, M. le Dr Hainpy est d'une
modestie et dune probit qui
loin l'admiratiootmmi dea p
dUficile. '"est u.ie belle Bgure
d'fiailien e. qui, eu des circons-
tances dlicates, ne a'eei jamais
ahoiaa^ joaer, meia a .toujours
pris carrmentjpariie.
QQnelqoee-nne de ses. adve -
aeirea tout courir mchammenl
le bruit qu'il ne peut tre tan*
didat que parce que son trre
est Miui.sire d. l'Intrieur.
Mais ceux l ne veulent pas a
rappeler que la candidature
du Docteur ltampy faisait dj
du chemin, que en Irre r-.e
savait mme i qu'il allait
ire Ministre. Par ailleurs, ,
lltu* l tigflil que i,
de le leur
- fia i d
i i|Ui .. I r i
paille puai < con I
et qiu loua lee candidat feo
ront librement les chanceaque
foui douneront leur seul'* po-
II i leur seu'p v .I,
.N tu* laibooa
.
... a vu,bmaehe,Carreleur.
vers lesWii.l 2n.m.. deux balles
automobiles, une hmousiuem
et une torpdo, qai taient ve-
nues de l .'r'.-au-.Prioee, ave.
i mollement tendues sur le vo-
latils de leurs coussins, daa da
mes et des jeuues filles, rieuse.
lgantes et jolies. L'une da ces
dame, avisant une marchande
u'oraogee, lni fit signe de .t'ap
pro- lier et aprs aveir gotun
des fruita du 6ac et s'tra ex-
clame de satisfaction,en ache-
ta au moins une douzaine.Celles
da la seconda auto en Iranl an-
tant et en moins de cinq minu-
tas toutes les (ranges dn bac
avaient t manges. Celte jolie
batailla des lvres et daa traits
ne s'arrta pas l. (Juelquea ae-
COndei aprs, ce lui la tour daa
fiasleijues. Les belles lvras et)
as dents perlire an iMaeg
rent au moins trois ou quatre
et puis, les doux autos, avec
leurs grappe de rires, de joies
et de beauts haiches, regagn-
rent, balle allure, Port-an
Prince.

. a vu. ;.'itdiier soir, der-
rire le bine des soupira, un
grammairien la grande che-
roi nre,'q i i jeta paisiblement
danala douceur verte Ingncon,
(li cul qu'il tait senl. Mais
quelques seconde ap'seneu-
lendi dea rire, des soupirs.
Les habitus de banc, laissant
i.ii moment leur blngues ha-
bituelle. '* retournrent et vi
i u le l'.aminairien qui n'tait
i I
?
...a vu, dimanche matin. '"-
/// de probit candide et de lin
blanc ( c'est du Victor Uugo.aiiu
que nul n'en ignora),noire ami
il. IC, le plus spirituel de aos
courtiers, qni t'en revenait do
bord non point pour le service
poatel, comme on serait tent
d le croire, nais en service
command d'amiti. Il venait
de pr< l ICI i meia un uoupie
de ses mil qui parlait. Peur
une si font hante crmoaie il
avait arbor son casque No. L
s peicolonial, doubl de vort.
Un ami le remontrant lui dit
de son ai le plus adiniratit :
Casque c'eel qu t

... a vu ua pauvre bommeqai
eut lea larme aux y n en ap-
prenant qne le cyclone avait
detiuit Blize pins d'onze
ceuta peraonue. Comme mil
tlieilail de soi bon cur, il
rpondit :
Ces! que je me demande
si c'tait Port-au^Prinae?
_
... voit qn' propos de la ea-
loralieation de Monsieur Aris-
tide "Briand, le spirituel con-
trre pariaion JLe Charimrt que
mis ci'oBS aprs noire oon-
frre La Presse crit : Haie
maintenant, uno question se
pose. Qne va faire M. Laval?
Nous tenons le numro du Mo-
niteur officiel de la Kpabbque
i'il lin sa disposition. Il ne
sautait tolrer qu'en citoyen
hatien continue a marger an
budget fronai plu longtemps
el lasse partie dea ceeseila da
Gouvernement Serait hen-
reux de voir la tte des rdac-
teur du Charivari si v|. Pierre
Laval leur rpondait que ce n'est
qu' i titre de rciprocit qna cet
Hati >n marge au Budgtt Fran-
ce i .

... a vn un de noa amia qai
trouva ce mot dlicieux: Com-
me deux tvpea lni avaient, eu
moins de ciaaj minute, deman-
d chacun une; goordo^en cti-
pi uni, il murmura, en sonriant :
Ouap fait lection ?
t h laderairamode.
Uenrai-vona coalre aanaamot
la Guoerel Acoidont Pare 4
Lite As'isrance Corporation W-
mi'ed . Vve F. Agent ieorat


PAGE
UMAYtNfl& 17 Se^edjfi-W1
..,.
TLGRAPHES
T
Systme Morse
ou Tlp'v >nique t
iL'JllILU
En coniormii
5 Aot, noir r
fihiqn-, 00, '
ph ii
tobre proehain.sous li i
immdiat
teur, M- Le i
plu de douze i ! I
fige e I
graphes Tel
tribue tech i
dernisti m
nat pur eu
1'onction des
>ott-au-P I
Jrmie, C ,
l'aix, llinclie et
go. De Po 10
nos, avec l'auto
situation
le nn-
I

de
servie 1,u P"
I ,. i un-
|u i >lu; ' IHi
.' : \> < <
ite la lorce
r*
:
.uvoii an*
o -h
lap lo"
ieo ; s"
11
Dp
;>
i
-
ra-
ler.
1, un or ne spcial de
I
Echos
ma, avec i uuio in
r de so i art, "" ,Q?"
lui s ne
charebea
cal qui
appareil I
ailieui s ; i
tur diiei
rseau .
donm ra i
tialaclu, i
chea di
nale. Le r.
nregislii
tats 'Mm si
aiis vu ii'

le joui ou

tait '21 b<
aboutii i .
res soi ibn o
tatigi't- de I iii
bureau i
montei
d'un tel
le rata
Intrts e i
du po&t
sans aoti
rappel de 1 ero|
texte q
d'une mi li
d'tre b sert
blic. Rk h
tout de sui
ces retords o I i i
de l'en ilo ,
re l'i h bi
luttant i outre un
Dent pai un
loline u r le !
le rigin d
reseau b I
vis
tlphe | u
t e m ti
tuiieui I,
prci j
errai i
Tout si
traiiMii
tlgramu
Si par sait
tiounel ( ).
?aient t u on
pbemq>>, c'i ail
pour (mi i
cations u a iu
conipu if i .on 1 an
me do it l
prter a i |
tlegini
Domy ho
1 usage la tlph
teeiebh nen
pntaqui la o
pntrt
lellit;. u
p.. >
QUC r li i i
lut le
sable .
I.e mot
ronplai | 'i
Lequel u. ces
s (te
au h iqoe
; | rel t pratique
b > Per"
un
qu
e doui
. di res
Ifl a
. v.'ii-i.tv nolie
iiisid-
mpe
m "s
. t la
I
Ah 1
. ; E le
. Vous sa
. un "'.
ii.
.m,
u o t r e
ira-
I II gel :!'.
K '
i ; i r
ai i
o i. leq t I
il noir ri
labli q i
s

I , s m i confrre L'Opl-
ni,,, i n'y l, Vellirea.ejnnn
lidat nniq-e aux lections
MVes il an candidat uni-
que .t la ma. i ature continu-
, .Dm.s mutes les commooe
,, s i rceel de Carie
,.,.,. in) du mme arrondisse
n'y USSI 9'"' ,,,s
is eniquee la magis-
i .,.. communale.
a ondtea< me serait il
le s .ge de *,' blique ?
e
Tempe" predait des ex
!.. iourn IUX dominicain.
..ssage Sa ll-0o
;,,,, * M. Eawin Larlemn
Wi son bel i,n luDpartemei
,,,. ., r ate-Unie. t.re |o .r-
,,, x nous a,. ..ennent que M,
Wllaon a inda visite au r re-
wdenl Trujillaet M. Henri-
qaez U.ena, Secrtaire d k'at
H- alloua ixrienre.
,e coniiie tan i * ement
na, pendant soir
pa s .., ici, Wilsonne visi-
;. ,. rsonnalu gouverne-
mentale.

MM. H gd M Vicot Cenvin.
i administrateur
t|, ..ire-gnral de
i Union [) riolisjee, ont entre
I, m i Secr ure d'Etat de la
.1,,. ,Ce du c s dea '26 citoyens
d St. Mu bel de l'A t l.iyean-
ies i as pi -" ns, la suit-
(1 ition popalsin
eenin la i uiui i ien de la nou
v, iu comu b ion commun le
de I i c v i ..
, ,, citoyi us o m '
1,1, a'o du Secr'aire
v*l-: le I Justi e.
Propos
humides
i
e
Le singe du eirqu* DeeBM Il s'est
l'autre jour nerv parce nue, pen-
dant une panne de l'auto qui le
Iransportait, et tandis pie le .haut-
dur s'occupait te lever celle panne,
dea gsmina se mirent le taquiner.
In vigoureux coup de patte appli-
,,,. durement a l'un de gosses let
rpppela qu'on ne se moque pu
impunment du singe. L'incident
aboulil au tribunal de paix. I en
rsulta condamnation du sieur Uun-
bar, propritaire du dit singe. Dom-
magea-intrta et amendes. Je ne
trouve p is ce jugeinent quitable qui
n'a pas condamn Sing>: ia pri-
100. Aprs tout, il est l'auteur d
l'infraction.La rpression et lu lai-
teindre. Bref.Le sieur Dunbai dcla-
ra qu'on ne l'v reprendra plus. Desor-
iiviis, avant de sortir et de promener
son linge par la ville, il lui servira
un UHIM SARTIIK CA'.HBT l)OR,
le subtil spiritueux qui abat les nerls.
Cn a df [Miri
mm DE CHSSE
A I.'ONCI.K V.M.
O
lGin-Taldu
CE SOIR
Le crand et beau film :
La Monte vers l'Acropole
arec Andr Hoi et France DMlia.
Entre : .0 ; Baleen : 1,6(1. ?
DEMAIN SOIR
' a clbre danseuse Josphine Baker dans:
La Revue des Folies j
Bergres 1
K'Im en couleur. Danses noliques et modernei, charleatos,
Dcors friquee, costumes merveilleux.
Entre : 0,50 ; Balcon : 1.60.

t | s
I


i. T.
REMERCIEmLNTS
I
-
i uiy,
| ; i r l ,

ans
s
l31.
O oomVn l^ou de
M i. i. eS.i.A, cli I d- bnraea
HU d...,,,-! me il des t\ela ions
I v in e, i ouiine t'.ouimis-
, iem ni pies h
premie instance
le- ix M Ui isti n
qui o upai' ce te lu c-
... m si -L .ux R -
l,i u El rie ies.
e
,, m ( j| Secours aux
Vit uea d>s mon.'.mous du
. u i. ,n u U Nord a traos
fr uu i out >t' sGonelvea une
h0 m |n 000 gourdes qui
o iKinr les -"'.'s re*
el uu b/
dt sO il e
o o suppi es; iou de
''ala du Loi ps
,i ,,... i lia de "' i ap
li i u i ra11 e i
p.i ,i -i '
Le .v n-ii- s Uapoieea in
lormenl qi" I Soua-Siiie aiu
,i [;..r, de i In i teur, M. Lo.
.\ | ed, .' " 'I i" i1 !'m u'
,\ord 'u t'1 sjvoii qu n
son p ushi OU itg ei. le lsl
jou ne sine
du-, sa ioui ueua uoue ue
Qeul, a cause de la lelie
rdu qui lui procuri Ibailia
nisaiiou sel v ie pubbis
' u R'"" l
me. i c m b. v pi uvll ..H.
Rveil l'aube.htd. anxit...
Tasse de cel braient q^1 looete
b s mi t' prem re ci iretle du
matin On se compl< Nul ne
manqui ? On part enfin.
L'auto, ce malin, se i aie plus
lger elle (remit d'impatience
devant t'espace, libre qui invite
;t M x course1! fol1**- Ecouiei lane
|< s a b es d'alontOOi e coco
ruo m linal des coq^ L*-cri
cellim ni d- s cigales i'adOOi il ..
Les n ds s'veillent en tapage...
et droit vers l'infini voici que
rapide comme une fle he. la
premire alouette du joui i p'is
son essor.
JALUMNIUM UNE
DEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLEW8 ET DE M0BII
ou rors les poufs de la mai'UBLiQUE U'haiI
Un steamer aaserj ^-w 0"'a ^ 'e 2.) aoit et Mobile le]
'Il a l directement pour Peut Gove.Port-.iu-l'rinee it|a
nerts du Nord.
l'ori su prince, le 14 aoI 1981.
A- de V1ATTEIS &. ta., Agents Gnraet.
A U LE
<
' : \NA1SE"
XV 65. !.. >

.......- ... m
VALET, l favi m h o ni m e s u
dsi r< nt commodmsnt
,>4lfe %fl0 -i >
Si
Distribu ohr & Latirin
t:.
Uu vasle tang dans lequel
l'aurore mire dj ae joues ro-
ses. C'est notre rend- z-vous de
ri asse.La minute est exquise de
Il i heur et de silence. Au lond
de moi s'tirent comme des
lauves rveills, ious les ins-
tincts cruels de meurtre Ah I
ma piti, qu> t'a invite an car
nage ? Trop de cabn au lond
de moi, trop de calme niais
b usquement voici que mon
. ui bal la i h m te.. G our-
trique < o irtii uut lo'm ion de
ont) , une es .ni n n d sar-.
telles dessine dans te ciel un
triangle de plumes. ('.'. st un
rjsiani divin, < bat >;e d- ni
d Mi'i nsiie qu. li s m.i s se ne
p ni SOI les I -ils >ej | ue...
11 i 1 ab greaSe le .' lu illid
dans le matin joyeux ei qui
impose silence au hau.s et
aux n uissements bloins dois
les herbes aquatiques Nuage
bl .t de plumes et d> Uu-
vei... v li. le vei l glm use d s pe
Ils coi pa d o s. ,.ux, que i< ui
lies mol le ne soutiennent plus.
La convoitise s r laite allume
des toiles rouges dans tous les
yeux.
Les' maintenant l'heure des
ca-'U'ds. Lu bandes compactes
et qui Bu loin 1 iuo:...i .j-t :.,<
cib'es, ils voljeni lellieme t
sur l'tang peittde, comme d in-
souciantes gondoles. Peu sui
tome la ligne... L'tang aal d*
ihiii d( nui s.
E- main enant aux naniers !
Le voquel.ol U aboid. Zut, o.. a
oublie la glace, le jambon esi
dlicieux .. et le paie fond cein-
Bte une hostie Cest h mme le
goulot qne le vin se bon elle
beui ... Ou est ei fin repu et
l'on raconte pour ligiei de
bel es liision t s de jh ia*e. que
i a ion Cil i ge d luvi. j.
s b ibu o uder*< >...
Ureueii -leni |. nm, ^uur-
u..ud, m '. u ei meineur sans
envie le nommer personne...
L'est inHinleuanl le loir.l/au-
lo pavoise de canards et de
sarcelles.Le dpart en trombe...
Le double rais de lainire que
les phares projettent sur 11 rou-
. le endormie. Rendez-vous
l'Htel de France .. o, autre
ux procde
u partage du butin. J'ni ie
coi ps uu peu las, mais i'e prit
lger et le cur n tte : J'ai
tu.
Roger MANGONS
Le (ils de H l.cnn us s t dc.-iyuf
Monsieur RogT Lm srps, fils
de notre estim.ible a Bai, llon
sieur Ad bert Lecorpa, I. E.
et MlRlC're Plnipo'entiaire
'l'Hati dans noire pT, vient
d'tre d s g> comme A tache i
la Lga ion Ha ienae de cde
ville, suivanl une rcente dis
position du gouvernement de
Por -au-l'finee. Nons nous r-
jaaieeona de la distinction dont
no're jenne am'a ' l'objet.
(En -il de 1 ^ OPINION de
Santo-Dom.nge lu 4 Se-pii m
bre 1931.1
Lv Monde
o -
Mariage -l. j udi 8 nctob e
pioih UU,la Ihmi diction uuplia-
le sna, a 6 n. u es de l'aprs
midi, en l'Eglise Cathdrale,
donne Sicile Camille Duulessy
et a notre aun Gontran Rouzier,
Cbel du Sei vue des Aflaires
Communal ei (ils de notre
uni t.hiiifs R-iziei, anciri
Coni i lei 'Eu iiiini n Se. e-
tsire i'E at.
Au |eune et lutui couple Le
Suitin prsente ses sincres
souh uL de bonheur.
ARRT OU OECE
NI LI NI LI
o
Beausoup de ceux ii i
tiessent aux prochaines*!
lions de 1932 croient qu'il lu
un nouveau dcret oi uni
i' ministriel pour ouvrir
pnode lectorale. Ces periol
ues se Irompen L article Ira
sdoire D, de la Cousliluti
de 1918. n'a plus sa riiif
d'-ie et lait tout fait txc
tionnel. La seule meaure, ci
yons-nous, qu'il faudrait pn
dre, ce srail que le Upat
ment de I Intrieur fit uni
culane aux diverses admn
ti allons communales du P
pour lea inviter preudrt
arrt, dont on flxereii
bbe le unique, conTiml
citoyens venir s'inscrire
te 1 i o loi) e prochain.

Le Uttllelii de la < asiabre r Isa
meree Franaise
o
.a Chambre 'le Commerce
Fianaise dHaitinous a aima-
blement lui remettre un exem-
plaire de ion Bulletin mennel
I onr 'es mois de jum-juilii 1931.
Nous allons le perronr r avec
int et et plaisir et de temps
autre non n -x r-ioons quel-
s i.,'n- -, a'.ois pour nos lec-
teurs.
THE HIGHT i,.
Depuis quelqaea |uur,M
gnale 1 attention desgnt
Pouvoirs Pub ici les h"
cup'blesde rendre dt pri
s t vices ia Kpubiiqui.LlL
cun sa nlace est dossifl
dre du jour. Mais 11*
onceri, pas une voix
en laveur du sculpttB-|
mil Chai les qui, cepensV
rait 1res bonne figure b
rection d'une de nos eda
dustnelles. D'un sutre
nous aillions asssi Iattea
sur le phoiograpke Clw
Juste qui, lut aussi, seriu
plaie ia section de II P
g'a plue des Travaux ^
Nous suggrons ce'te ide,
quelle aura lapprowl"
nrale.
<5f.
p^" ETRE EPI*
lalTEFlUB
* Vm*T wm. N0UVII il"*!!
Hyca, farom,**)*., ' **;7IU*
SvlitloM I>tl-H? *j"*Si
______ imhm m V-13
4
Les
MmlUmr*
Peur Bbs
parce au'its sont digef* *JJ
lemert; l'amidon est dej
cresee parce quelle a t
CUITE SANS fl-aM
AU MOUUN-PENDANT 12 r*u*
Flocons d? Avoine 3 MtWgjS
(
:



.s
l
^ k
JL>M
rlKHH'OHll
Dea 9* -eaaais. es\assi
'ana-j. aa.UMai :
UN BARBAN'COURT
OeptsHue des Cseis
prer>
Ur*
aee


W.: AfcTJtf 17 Septembre] 1931
CABINET
SEtftiUti HEL
'-!*? <" *'l
A
^
VIS

Il si port la tonrai^an-
jtl putiltc et ies clients
, Moniteur Frani !< Dyur ce
ce
! l{U> pme du Cabine! Sey-
l'iad I 11 1. est nlu>f\ lit -
le de rretouviemr-U8.
l'on HU-i'ri'i , le 10 aajlen -
bre MOI-
Seyuioi. PRADBL

jP sou.sifi'K-, Brun Rico,
docteur tn Mdecine, ordonna
iM'ur ^}'inour *'rd#l,
Tocl, Sua'tur de In itepu-
ficlime cas 'etnpa der-
ITOC
bliqot,
nri ce kurim nages < xcesule,
irincipaie ciu de la giaviir
H,u niaM e, n'aviUT.eaornen
Mcnt loul nouveau aarn.*-
grge susceplhle dette prjudi-
Ciable a ia sanl.de ne pas iece
wirses clienia ei ami-, soi.
Cbmet et cit-z lai. qu'a cer
{aines heures dtermines cl d
.e |fs laisser, sou aucun pi e-
teil'i troubler se heu tes Ut
rpos.
ies (iienls cl amis ont Icu;
jiiienV. je l'espre, a se rou
Uram strictement et sans au
n Iroissement de susceplr*
jJHt la premption du pre
Cl avis qui, dan certaines
circonstances, pourra leur pa
pitre svre.
Porl-wu-r'iince le 10 seplern-
in 1931.
Dr. R1CQT
^
Remerclments
Matre Seymour Pradel r--
lercie bien sincrement lotis
les nombreux ami*, <' de la
Capitale que de lu P.ovince
uilui ont iloni. dei marques
il aynipathie au cours de an
Baiad.e et les prie de cio re
d aa proloode gratitude. CoaV
loruiu.eni a l'avisde aen mde-
nn, il recevra sea clients du
r.ui le mois de septembre, les
lundi, mercredi et vendiedi, d<
9 heures midi.
lert-au-Prince, le 10 sepieui-
bre 1931.
MTHODE CYTOPHYLACTigUE *
DU PROFESSEUR P. DELBET
DELBIASE
Comprims aux sel halogne* da |
MAGNSIUM
HioomminiW dan. I*. affection, da la
PR08TATI
PRVENTIF du CANCER!
I, IV V .
Lis chauffeurs de camions,
voilures i ublique*. prives ei
officielles sont aviss que les
emplacements suivants iont
interdis uu stalionnemenl :
1. Devant Je buieau du
Capitaine du poil ( reserve
pour certains' unie els seul*
ment).
2. Sur le Wbsil, cot rlei !
rails ( rserv pour les ca |
mioita de jiassaiers et de
tr.rnspoil seulen cul. )
3. Devant le quai aux
endions dsigns pu les en
saignes deiinse de station-
ner.
?. (ir-udiiit au coin de
la Cure dvi Nord l'endroit
dsigne par renseigne.
5. Devant le bureau des
Postes.
6. 1) ns toutes les rues
icnfl u .Hjue.
7. kntie toutes les lignes
b a in lies md aue-.
. fine dtlii. rd co
lu l'ai .U Natiol al
9 A moins le20 i>ie s
d nne eneoigni re ou *.i, i
bouche a incendie.
10. Devant l'Ecole Nor
maie ( Uue Capots ).
11. Devant I cole de Mlks
D:ip ( Grand' ue )
12. Devant 11 'dacire
(except pour (j lelquea mi
nutes)
le. Toutes les voilure
l'arrteront diu?> le ruesdt
faon que leur rot droit M
trouve psde la bordure au i
la maio dioite, mme pour
quelques secondes sculemrni,
LES IGNES
14.Dans li carre lu wharf.
15.- Levant la Cathdrale.
10. Devant le Buieau d s
Contributions, sauf pool d-
barquer des p.issagers.
17 A l'arrive des bateaux
touriste! , a l'endroit deiuu
pat la Police).
LES LAMIO.VS
i.S Les eau.ions ne doi-
v n< pas stationner autour du
March de la i'.-ace Vullire.
49, Rr.e P.foiuniur
88-90. Boulevard Sbsstopol
PARIS
rendant
LE WEILIF'JH IMRCIIE DU MORDE
r :iulti cet Premiirs. maraues
'tours de premire (ralchaur
NE SEULE QUALIT :
LA MEILLEURE ,.
si
POUR LES COLONIES
UKOCUERIR, HERBOR16TERIB
SPCIALITS %
Franaiwt et Etranger
SELS DE QUININE PURS
Tout produite en flacon,
ninpoul, comprimt$, cachet*
SOLUTIONS HTrODERMIOULS
P^.Nna.QES, CEINTURES
* "AS A. VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareil Or hopdiquas
Seringues hypodermi; -
Ptiarmicii di Pocht, di Voyjgi
Coffres Pharaiacfntiqnos
aour UiliM. Cinaonas. itc.
___^.____
Projets 'de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Pharmacie CAN0NNE
49. Rue Raumur
88-90, Boulevard Sbaaopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni an France Di l'Etranger
GRANDE LIQUII '.'
ET
UN DERNIER CO''
AVEC UN NOUVEAU RABAIS
TOUJOURS CM
7
Uu ut CM

^
1/
11 laut finir
ivan
t le 1
Octobre
avec le reste de son stock.
mm CCNt EU FOULE E PROFITEZ DE CE HEIYAILLE? ?
Prix anc i
ao n i \
l.O'l
l.M

1.50
2 0(1
l!,o0
-
BUIIHr?iRHAIII
in
P'fg $t toutes Phfmeit*.
lafh > ri' INctH't IW<|fHirauiif \.,\S
ui:n t o i
DENTirftite
ArtriSCPTIQUC
cau MtXK
..^ POUDR
mm t
\'i ils couleui desst is
Marqu isattps ' poi^
Indienne trarcaises
Diablement' loi i double ii
llaplis'e isy coul,
N lile up Jei si y flcin s
Ratine blanc
Baptiste fl> urs
t^igiiiidi coub nr .' "
l'alii ot Madapolnine i 50
lmil.ii' :i tu sor 'i.'1^
l'en aline a il. I r]
Voile 'ave Mitil :r 2.^0
Voile lave de so i 2 "0
Madras blanc l ,5fl
Tricoline s fleurs pi robes 2.50
Tricoine de soie uni mil. 3.00
dessins blanc S.60
Soisatte nom eaul ii roi es Il
Voile suisse lleuis .00
Vi ih suisse t ]'' ' M
Si ii i i v couleur cl blanc 1 00
i arcal blanc j> lii geriej 00
Suu'n de chine pour jupons 400
Gabardine ;> fleors pr robesj 2 50
lollitiLlLt (Ctleui filUIS 2,u0
Pris snceii
2,1 0
' i lephirfl pour < Il mises i,
o T.. / phirs I ai i. is i chemise
0,75
0 7.")
n ; i
i
o 75
0 75
OT.",
1 no
l.oo
0 g*.
t 25
1 ii
1,50
i 50
1 25
1,25
1 50
i 50
2 09
1 2
1,50
i r ray pi chi ni ' "
11, ine ur.i coul cbetn. 3 00
Khaki j une ,,u
(,..!) idin< uni | r costumes .".,"
i, l,;M din ray pour ? st.
has de no e "^ i> psi ''
Drap noir ro\ r c s*.
Dri i shui 'in ele I,
Khaki : our chi ni-< s
,lp ..;i DOll su .
'11 i( olim di oi< no,r
Siam i dra| s
Si ni le a ru ni S
\**'i'o i 'I n iv
i u\i : ii u s de Ii s laine
rpis < < ote de lits
Bro I i pour jupons \t pee
B is lii, paire
Chausselti b ftl.i i lets paire
i Ii', i lafts pr
Serviettes loil< i >ux.
Chapeau s de pi ille
i bemises i our h m.
Toile draps
Savon RjiIio l'a' nolive
:uo
15,00
20.00
,;,.,.
3 00
IIIOO
5.00
I 50
5.00
7,")0
10,00
15 00
S,00
.' ."Il
2.00
1,60
10,00
I5,(H)
J.00
5,00
1,50
aii 1 00
1 50
1 50
1 50
1.50
1,75
2,00
6.00
8.00
.1,50
150
5 00
2 00
0,i>0
2.00
4.(0
5 00
7,00
5.00
1.00
1,00
0,75
6.00
10,00
5,00
2,10
0.71

i
s- ., <"*
m
SOUVENEZ-VOtlS
Mou rREi'E
S tus -lae.1, nu
F
ET VOUS AUSSI JEUNES GENS.
Que paiqn-l'on tiiRC l'a bre ses Iruils, I I N >TI TI i
IIPI'E.NH'. IF.R srreeanoitllf H naat-r a.ir tes rrsill'tsewil.
Tant pour les taiirnjt! Mitjps 12c ph le eaiie
Pour l'lude dt I mpues vivantes.
Que.pour |*nseinemei rapide et sir de la St-no-
Dictvlo et de la Gomp'abUit.
Songez qu'il s'y trouve un- irrprochable pennon scolaire
(Sport,'soius^di^ripline a: travail).
S'adresser : 1137 Rue. Lamarre, tlphone: 1091.
FOIE, REINS, VESSIE
OTSTITI PRoa TATITC
URIN1S TROUBLES
JrrttRITI RHUMATISMie
Curiaon t la
KITINE
A.tl.apllqa* pul.saat qui allia, la doi'lwir.
alarm. \m urina, al dl.iout l asld. nrloua.
TOUTia PaTABalAOTia
LaWataire VIDAL, 4S, raa a. rauli. PABK
Rir,
St Digre Facilement
*E n'aat paa La quantit d'huile
de foia da morue que vous
pranss sinon la quantit que
?ous digres efficacement qui
compte. L'Emulaication rend
l'huile de (oie de morue plus
aisment digestible.
l'Emiilsion Scott
et de l'huile de foie de morue
mulsici,ne si parfaitement que
dee millions d% personnes rem-
ploient et reconnaissent que c'est
la manire la plue agrable et
efficace d'obtenir les bienfaits de
l'huile de foie ds morue.
Quand vous prenet de l huile
de foi* de morue, assuret-
voui qu'elle olt muf-
sionneque ce $oit de
VZMULSION SCOTT.
Voti c premire v
A
isite
.W" s
i'I il
O'ineia i son,
I i rce q
I
plus sel < i
. i, , .s I i :
fi i votre bon juge
lent al
accorde en
:. IHtella
\ ) lu m bre l'avan
Bire lo pression
- <

T
at m&st~'i.%Ks\\WS!iL- MM
f< Polie
LA

iOUtl
ira ne i.

Une des plus forte* COMPAGNIES
CANADIENNES, tfASSURANCE
sur la VTE
EUG. Le ROSSE & Co
Aaents Gnraux
h
i-
r>.
.. ..-.
comprennenl la Protection contre
Foudre sans auqmentation d t"x
g.Lt>9fasn#CJ>
Aqents Gnraux


17 S
o
udi
m bre 1
4 PA<1
JJ*ee,jANNEl N" 7473
Port au Prince
Tlphone : 22-12
#" '5fe,

'HmmmmiKt.-itammM**'***

. -
M
ta I 'a
H


VOSGES
(France)
action i :nvi S' ""1
Cure complote riSMB
Saison du 20 W- "^ ,..-.
oqurses rgw*"- Qtfr potf r**** ._fASi*o
PARO ~~>rtGIAL POUR LES Et
f-,.7;,.. direct* iPARia C;r MB*) A VITTBI,
w.n 4* *Tn; pale. rhar.naclM. Dro*urH> et M.tsnn> ,r*..m,nutio.
u
m,. d< j une importante
i n ' grce a I* rapidil
i vire.a.) drooemen
|, pisouni 1 et au tio^
V,;M) tfi qne accueil fait aux
eti ui .
PZ oi messie ir, rem
i '-;''
i i i
STATION lOUGE
465, R le j'ave, 406.
Panama Railroad Vtarnsliio Line
Service de fret cl de paxsaqen entre

r\

Lyke Co ! ! AVIS
Ttssaa '' '
Le seul sel
Irl enlrc les
Port bu Princ
Tour In
importations
UNI
Les p
S - lier
S s V
; S e
Por'o Rco
ssagerf et
, .ment afsc
-o
i o rranc
, n t, L IPOOL S* v"'
I Vfl* H *n i I :>rU'iii|fiH>p<' :
j II) i 1 n'.. v^ > r*H Jr
M ssrs G. W. SIlELI) )S A no..
i7*.!am itraat, Le rpa l.Jvilat '
'Pra. v-.v;ri.;iW.;'^e! loi &VC reWtMSCtf I oy!tas gloll v l irms
Voici la lista da oosa*fiila-P"i t IJ itntPItl h I h, 1
L
i >r inti
2 r 1081
Ea vente m rtbinel le Me
JM. Y! >V au. 681, roi Prou
|et en sa demeurt, X1S, rnr-
grouje 2e folume, 1re las-
cicud .'!' son co ic de proce-
,|u e civile annot,aytn1 ir-.it
aux ir bonaUI de 1re Ins-
tance, avec commentaires.

Bureau : Rue lu M
I B0ite i' ntala R
arrts, rtrencei ai lae mo
, n itia is p >rtw 'oxarticlsa
rju code to < h >n Us tnbu-
naux de paix.
ALUMINUM LINK
N, v. rlean
JJ i
Parti
Kew-<
Southside
bo.
Allenlion
Progrs Nouveau
Rhum Nouveau
Ar ne dlicieux Gofkt
l I il .11 .!> | \ 1 I I I I l l|i I i. ------------"
\ Saillii <^ AI, exqnii Prix rdolt.
S N vtmber3| COOL dfiant lle aawtwiaa.
... iniv l '. m

Mtil <'
l;ui-r
Aux '
Jaiinr i;
Si *
San T. h
Haeai )b
Nortl
lorti
New-*.
MoW" \ i
Por
Qap-U ili
PlM"
San
Sto I R
||ac:i bo \
]' i
\ ';
;
14
161
16
11)
22
; r)Q8
Nov. 1T !
19
26
28
29
I
2
.'

1
l ; i M i s
Dec.


AVIS
MER
HDDCI ,'"t :,n l>rin"
gaiti.d rectera iy31 :
a>#fo//: a* A'"' '" rn"
Le s n ., ^
S/S i Cristal lflB
SiSaGuayaqu
fj/S AncoMi n I e
, i G u i
L\llll\ VIBRiK.
I iiez : (1 NAZO\
AiiRle des rues Froa
et du e iple.
Tlphone : *313.
A vendre
1 Sideboard de mm itec-
lure une' icaioe
1 l'.ibu- ;i manger eu acajou,
54 pouces de d;tmtr.
1 Grand lit toot en mtal.
1 Sommier en boilicr nour
le lit.
1 Ventilateur 'lec'nque
oscillant, oeut. de 12 ponces
de di une"' t*'ix aux Etats-
Unis: in ?T.."0 :
S'adresser au Colonel Mao-
w irins; Rsidence Pacot|
i,,, e h Me Albert E beart ou
, b mer Marin* Corps, No
160.
GutKTLT Hawaw k Co
21 ftie de la la R M>ubliiue
Haraaillas.
Herna Prou . tio. Ld
53 Quai G-org* V.
Hatre.
Htrou femn x Ho. Ltd,
r\ e du Moulin i fataiof
B ia*^pia sac Mrr.
Mesnrs. A BttMtai A "
^1 A 1 -nuade Saptnfcaa^
()/, NtlWt.
lut rnationfti
Speditionss'Iksp Oilo.|
MM Allnnti'- FraigUt Coron
[la"linhMis, Hamburgl.
(Jermany.
Hessn Atlantic Freigat
> orpor lion
Germany
afatars Atlantic Freinfat
Corp'o.,
24 Qu ii Jordaajnft
v~\ntwrps. Hflium.
Hsi p*n)< t :* i/ i
95 ftue h* ii'ii.
l'apii
basai! 'toi t : > .1
Ri: le T 11 i dits,
Di iksr|Ut.
;t ri i : \ ./.
Bjrlejiii
J In^tOi, IrvLY. ;
liurc 1^> ,t:k ,l PiMvS.Vlvrrci S) l>len*
2{u>rPtssosa. >a*ot<
EforiiSk Ecpresi.
Gi:baabaP|,
jlaaars A avarie rastoar
Cobp'n.
Ki Emmaolem
r\'j'.terdi n jrlollaia

*r*i
Ce ajwi '! i%is 4t4l*ltt *.
G* qatt ne et ta dnaasa
Kola Champaane
P. SJOURN
Prpar dans des eandiioM nf jarausns
D'AJBPSC
prparation et Vede
PSABUACII F. SRJOU'.l
An"le des rues Foux et du Centre.
U
Avis
Laboratoire Sjourn
Directeurs
F Sjourii, Pharmacien .
n s*iurnk, Pmrmacien de^Uiniversit de Pans. ^^ . -------
M sSoORMi Siarmacieada,,,runiversitdeParis,..clen Caolst. reem neat occ*41
interne en Hpitaux de Pan.. par la Qa idsr-naria j;Hsll.
sanUfe des raiu de tats aide
la nvra'^.e eu 3l iaslas.
Arrte nu retroidiaffeaiaat le
premier fur H ka salaria aa
row jours. .
0f)6 satire le bb da rt#fw
diffament,
HALLE A m j
Mati sie rue du Messin df l'Btatj
M*)V d* la raiisoa A/tred
Viennenl d'arriver par le
lei nii r v ipeur
Porter Tennent XXX
B "n Guimet 11 i sa
Port-au-Prince, 9 sept lt.il
I PreeUsnanniGGERHOLM
& Co.
interne aes nopitaa* * r.i. >'1\ \g crimt n\t
InatyaM des Urines, dn sue faatr que du saag ( Wsf. S .aVessnr^s ^y^J'J
rlB,on, Uri. (kinfaots d'Ambard, (ilycmia). du Qtisi, en tace re la
Des crachats. Des matiresJeales -' > He Ter.
09]
n
A
fREZ-VOUS
la
ident Pire & Life
Corporation LUI
e th ( Scotl.uid )
ECOUTEZ!
i i
:i- 11 rt. L
ule
S< b Polu
Sas Poli<
causs a duti
Ses i I
Sas Poli<

d'au moii 40*
ssantesetdts plus vastes orgsaisatiaai
bamp d'action qui eiabrasae le
i lgats acaasiouns par la bu4re_
Is, incendie, maWrill^nce. aaiafs
1 i
d'Eui \>r aont payables en Hati
dans I univers entier. Tous les vor*-
mnir d une police contre accia'eats
! 1/2 / ax>tt 30 dollars D. C.
Veuve B RMINGHAM, AuxCaves
ilhiini Sarlie
DA1\S SOl^ PROGRAMMA)
GOhChRT: Orchestra SCOTT
MOh 0L0GUE Papayonte
STATION h. H. K.
Port-au-Prince ( Hati )
ai I pour rtaiti
if. fSLti
.. vN F-LANCMaYl JraVit
'-^^
t
-
jssaassarjHsa^-'-^M
L
t
*}

V

Haitienm
o :
Charlie alebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 122^
TsnphonaiJstiiaV


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs