Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03718
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: September 15, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03718

Full Text
r
� .*
ri�ment Maqloire

DIKECTKUR
1S58 PUE AMERICAINE 1358
'TELEPHONE N� 2242
A travers Ionle* lliiHnaliaBs bi�
maints, r'rslj�.lse <|hi 'ni! mincir
en un il*- ���nipl" mai� � M* a lin* h
tl�lre servie par un ronronrs de
\aloul< . iuiuliinis des valeurs d*
I !i.n
imt roniplrl.
8MIM aSHESCKAft
gj�me ANNEE r* 7471
PORT-AU-PRINCE( HA�TI )
MARDI 15 Septembre 1W�
naand la jeune all� a con-
tinu� ses �tudes, elle est en-
core au-dessous de sa t�che
�jciale. Elle aboutit partois,
ty�srarement, au brevet sup�-
rieur, ou va � l'�cole nor-
�ale'primaire d'institutrice,
ij apr�s deux ann�es de
compl�ment d'�tudes primai-
its, elle subit un entra�ne-
ment p�dagogique d'uni- ;. .
Bje. Voil� le maximum de
culture que rey� t cluz -. is
fcjajDt' fi lle oui m \: .'iss� 1 � �
IftiDS sur Us bancs de l�-
colt.Tout le monde le sait,IVu �
peinent primaire n'a |a-
jaiscte et ne sera jamais un �
emeignement de culture. Il j
consiste uniquement � don-
nera l'individu les ce n naiss-
ances plus imni�li; tement
uliisables. Cet enseignement
jelui apprend pas � penser,
j. ne le p�n�tre pas pro
en jnenient en largeur. Ce
p toi me lame, ee qui la j
tempe, c'est i'enseigm ment
ondaire, qui est l'ei sciflne-
nent de culture t ai evrel'cn-
te il conte Lue a nflinei la
jersibili e, ? accro�tre nos
fegib l'.'�s intellectuelles et
I Miser notre caracl�ie par
kii>.ti.de de la if lletion qui
nus oblige � recourir � la
po�rulisahoi ,� l'abstraction,
�isouner en un mot.
Aussi il n'est pas �tonnant
fderui.outrei des jeunes tilles
charg�es de dipl�me, causant
avec brio, mais inca|>ables de
raifonner juste, i.a preuve la
pins convaincante de ce que
bous avan�ons, c'est qu'elles
MDt, malgi� leur apparence
de eu lime, esclaves des pr�ju-
g�s les plus imb�ciles. Telle
�targuera de ses jolis lobes.
telle autre de la blancheur de
ton teint, telle autre du quar-
tier qu'elle habite, de ses au-
tor.obiles et de tou'es sorte*�
l'enfantillage. Ce ue � ont pa*
S des preuves d'un espn
(fa �qu.libre, bien torm�.
Vs tiouvous ciicie une
love de ce que uousavan-
M dans l'absence presque
Ne d'�uvres l�miuiues
Iduz lous; la seule qui ait
tttssi, c'est l'�uvre des Fu-
!!Hl�s de St. Antoine, parce
'jtt'elle est anim�e par des
iWnes tilles de la valeur in-
tellectuelle de Melles Sylvain,
�ns elles.cette institution a -
ait disparu d�j� sous lesout-
kdes pr�jug�s ridicules. Ce>
jeunes tilles o-t d� aussi s'a-
^pter au milieu, descendte,
**rtoutes leurs cont�reuces
�ont suivies d'un bal. Pour la
lemme de chez nous, il n'y a
P�s de r�union possible sans
�tango et la m�ri gue. Ou
j'y vient que si l'en est cer
�in que l'on dansera, le cou-
�rentier parle d'ordinaire �
�s gens distraits, impatienb
M tournoyer et de s'�tourdn
J� nom d'un jazz endiabl�.
uone musique de caf�-cou*
l�ert.
A peu d'exceptions pr�s, ces
�u"es tilles ne savent pas
PU!>er, leur conversation esi
jjnilc, elles n'ont pas-de lec
�re. elles ont lu des ro.i.ans
i 'a mode, oat �t� au cirque,
,JU cin�ma. En dehors de ces
l eu* communs, la couversa-
"0D s'�teint si elle n'a pas
�fr objet les ragots de la
�e et les papotages des
^w comm�res.
C'est
avec cette pr�paration
�I
J�f cette jeune fille qui pusse
m* cultiv�e ir? an mariage.
�^ov a pssr-� mieux pr--
� cqUei,s. Uc8 EUe�J �
�e.edesava.uage: secro-
fiuii.Sa,anle,elle devient or
TOIeuse et insupportable;
S0US L'OR DES IDOLES
DE PAILLE
�o�
Suite et Fin. -- ( \ pif le num�ro d'hier ).
ne pouvant �tre ni une Fhila-
minte, ni une Armande, elle
ne r�ussit � �tre d'ordinaire
qu'une ridicule U�lise.
Pour mettre lin � cette si-
tuation d�sesp�rante dont p�
tit notre pauvre Pavs, il faut
refondra totalement notre sys
t�me universitaire leminin,
distribuer largement � nos
jeunes filles l'enseignement
secondaire in �grd � base de
grec et de lati i ri de ma th�
matiques II taut quelles puis
sent entrer dans nos �coles
sup�rieures par la m�me
porte que les gar�ons, celle du
baccalaur�at etjno . par celle
des examens sp�ciaux. D�j�
quelqm s-unes d er.trelles ont
bris� Its barri�res qui les s�-
paraient de ces lerniers.
Nous avons M< Iles Flvire
Bayard, Jardines, etc;qui tu-
rent de v�iitab es pionni�res,
nous avons ooire premi�re
licenci�e eu Dioit.Melle Geor
g'Mtc Justin Elles ont trac�
l'exemple, elles doivent �tre
imit�es. Mais la t�che leur
8 auront suivi dans un ic�e
tout o elles,|% cycle des �t�
des second.ores qui ni�nen
normalement � l'enseigne
meut sup�rieur,Q jand la jeu*
ne tille se sera iniellutua-
lisee � lie conpfa u Ira pins la�
.1 tint ut qu'un ii. mine utiui
est pas su|ieiieu parce qu'il
esl d�tenteur oi n dipl�me
de m�decin, d'a\< cat ou d'm
g�nieur, elle conna�tra moins
les risques de chute. Elle doit
cesser d'�tre une servante in-
l*Itextuellement, si elle veu'
qu'on la consi 1�re comme
l'�gale de l'homme. Gr�ce �
sa cullure, elle comprendra
que lemanage u est pasqiruu
banal commerce de chair et
D'etl pas le seul but de la vie
Plus �clair�e, pus instruite
de sas droits, elle sera plus
consciente de ses devoirs so-
ciaux at civiques Elle com-
prendra que la jeune fille qui
ne se marie point ue d�choie
pas.qu il y a autant d'hooueur
et de dignit� pour elle � soi
gner des entants qu'� �tre
aila dans une sph�re d ac-
tion quelcouque.
� Mari�e, elle sera plus utile
a sa tamille, car elle pourra
remplacer le mari, tout au
moins l'aider, elle anra moins
(ilus apte � appr�cier son ma-
ri, partant se respectera da-
vantage et respectera mieux
et lui . i pour qui elle sera une
v�ritable associ�e, une amie,
une vtaie Compagne qu'on
i encontre non seulement dans
l'alc�ve, mais au salon o� l'on
cause, au cabinet de travail
u� l'on s'instruit. A c�t� des
u�03 physiques que la jeu
ncsse emporte sur ses. ailes
bleues.avec ses illusionset ses
i is, il y aura entre elle et son
mari des liens indissolubles.
des lieus moraux, des liens
de pens�e qu'aura cr��s l'ka-
Ditada du travail en commun,
Le qui sera tout profit pour
le mari qui se sentira sou-
tenu et sera ai cons�quent
moins boulevers� de soucis.
Cultiv�e,ta femme sera plus
ma�uesse de sa sensiblerie,
et ces sc�nes ridicules et in-
lustii�es qui par�ois d�lruis
seul pour l'�ternit� l'harmo
nie des m�nages liai eus dis
para�tront. Occup�e intellec-
tuellement, tile ne sera pas
sollicite* kp*r itea pr�occupa
tions do dr-.- pnrement char
al.L'atmosph�re Jtlalamille
n s'�purant deviendra plus
eg�re.plusagr�.be. Deveuue
moins terre-�-ierre, moins
J �lamelle i,ta lemme sera pour
ALIX ROY
29 ann�es de succ�s.
ONE PLUS LONIiOE VIE
POUR LES�ENTS
tofjjfti vos dois des m.liuTs de microbe* daosvo.
M�bouche. BrOMet les Lus l.s-jou.s Voy. / vo reden.
t'ste au moins deui lois par an.
Utilisez Ir G >L()\ pou. le maximum de protection
Dabord, parce que c'est une poudre... autunau i, d" .'
t.tr.ce ne peu� net'oyp� mieux. I,,.. pa.,.. uue.ieest
ojtyg�naa.� rien ne parait mieux. Voira baleine d��
Tiendra plus dou.'e Les acides dr jj bouch- sont ne i.
tralis�a. Aucune d�colo aboa ae l'�mail n. irrita-
tion des gencives.
UiLOX vous- aaua
vegarde. Coiumen-
ctz aujourd'hui �
vous tu.�eivn. Vobe
pliaiiuatu-iiiu.tj.,,.
vtzaujoiiiu nui,,oi.r
un Si htoollon gi; -
tuud� lapeudr� ueL-
tilnci � ALOX.
Me KEbSON d ;u)| -
buNo, n.i-.
7�.�Clnl St..j.Ne^ Vorh
�">� U. .s.
� '-�'�� ouan
��>. if mu a lu
� '�-�� ' UH ,i ,,,,
ses enfant�:, ses filles surtout
une �dnciitricr Cin�'ite, H le
�aura pr�pa er celles-ci � la
vie, mieux forme lenr- c�ur,
leur caract�re ; ses MK- e� son
mari l'en aimeront mjenx, ear
dans leur amour entreront de
I estime, de la coBahi�ration,
car iis auront en elle une
�ollaburatrice, une amie et
non une bonne \ ce momc" t
��. elle sera r�ellement l'auge
tutelaiie de la lan.ille ha� ien-
ne. Elle doit �re un eapri un
coeur, une volont� avan d �ire
une chair, ane sensibilit�.
C'est en s'�levant intellectuel
lement qu'elle accomplira sa
destin�", qui estde r�aliser
le bh n. l'our cela il i e lui
siiifi'-ni)si seulerrenl de faire
bonne i'ij, ire-i comme te dii
Ma lame il n l.� la cuisine
et su salon, m m. aussi au
cabinet de travail, au cabinel
d'�lu le.
C'est en s'�leva ni elle m�me
qu'elle �l�visrn le niveau mo-
ral dr la i .mille ha� te me i
de la N. ion �oute enti�re.
9 septembre 1931
Alfred VIAU
Avoci t
LA MONT�E
DBS M�DIOCRES
� o�
On article courageux que,
celui public, il va d�j� quel-|
ques jours, par Mr Albed
/�au, BoUd le t tre augge^til :
L Envers du D�cor. VA lourd de
v�rit�s, qu'il taut bien que
l'on crie. Cet article, il es. cer-
tain que tout le monde l'a
lu et que cette mont�e inqui�-
tante des m�diocres dans lous
les domaines saute aux yeux
de tous, comme si quelque
dieu cruel et v�ridique s "obs-
tinait � vouloir prouve) que
l'intel'igence, tout au moins
en Ha�ti, a l'horreur de l'in-
telligence.
Cetie tendance ne date pas
de longtemps. Nagu�re e -
core, a�x temps a jamais; r�-
volus, des saliapes militairea,
ma�tres des vies et des biens,
la culture �tait un moy- n d'ar
river Les minist�res ne re-
cevaient, et encore, � titre
d'�l�ve* ou d'employ�s de
troisi�me ordre, que nes gens qui poss�d � � t, bien
uu aucuue loi, jamais. ..'en t
parle, leurs certificat a de fini
d'�tudes secondaires cloa-
ques. Et ces jeunes gens, tout
eu taisant leur droit ou II
m�decine, s'initiaient aux
choses admiuistri-tives. Ou
rirait aujourd'hui, et de Ir�^
bon c�ur, si In ri;.pela t
que Inrenl �l�ves dam oivt ri
de nos D�pai tements minis-
t�riels, des ha�tiens comins le
Docte u r Destouchea li s le
Dr ArLes.-ouflair,S�vigo� vii-
lord, Arnil Saint-Rome Fila,
i �on D�jean, tdmond Mon-
tas Albert tth�art, L�on La-
leau, F�lix Cou is,etc,�fc
Mais a quoi cela lient il celle
mont�e vertigineuse et des*
trnetrice des m�diocres? Est -
ce par un h isa d qu'elle a
co�ncid� avec l'arriv�e en 11 i
tnb l'O cupationAm�ricaine?
Li n dispeia iteurs lea lave
sachant qu'avec la fore des
bal muettes �tia n g�res, -Is
�taient � l'abi i des revendi-
cations populaires, eu i ni ils
profit� p o u r donner libre.
'"�> i lenn in i a���. mau.
vais qui leur laisuienl pi �t�-
rer � ceux qu'on appi II, ,�)ur
leur valeur iotelle tuelle,
ceux-l� |ui ue se tont.p
nei i( n i . 11 te q �. ,,,
leur c . n� a rendre de i
i>etiis si � cea qui r�pug.. m
�I qi i ont v�cu, peo I.
Coud pe iode le eu. <�
tance, . a � ompaguie de Taciie
e� de DcmoslUeae!� /
LES NKDR
Nous publierons demain DOS
appr�c'alions sur les nouvelles
troublantes lournies par netrt
contrera �te Nouvelliste� au
�ojei .le^ pr�paratifs militaire*
- ' � x t j i" I s se livre !�� Pi^siden'
Trujillo.
Service Hydraulique
de Port au-rrlnce �t
de .P�tion Ville
Avis aux abonn�s
I Direction du Service
Hydraulique l'empress� de
rappeler! ses abonnes ^iu-
le dernier d�lai pour le paie-
ment de Ij taie d'eau des
mois d'aoul-seplembre 1931
doit expirer le I6dc ce mois.
Pass� cette date, lous lea
aboun�s retardataires et don!
us prises s raient COUp�ei
pour dette, deviont payci
t'amende de onzegourdea pie-
vue par les r�glements pour
le r�tablissement de la cou-
utetiou.
Port-au-Prince, 10 sa|>. 1031
La Direction.
IMMI
S Q� LU COMPAGNIE
UULl�iit i
�LECTRIQUE
�o�
Nous disions dans un d j nos
derniers nu un. os cju.' la
. Compagnie Electrique se livre
depuis das ann�es an commer�
�e en grand de louis, bouillol-
os, li n�i u.i�-.>, vcutilaleurM al
le uouibreus autres obje >, uu-
(��.Siiis doute � eeuS qu. Ou<
' lecti ici le � domicile, mais q-u.
s trouvent eu dehors des ac i�
vite, autoris�es par BOa coo-
liat, et eu dehors des articles
n�cessaires u ^u looctiouoe
un ut, si b�u�fiuiani de I exo
ueralioii de tous dioit>. De-
f... s 11.i ..d la Compugni se
il � i �- � > k Q ' 14 II 11*
eue et quels droits impay�s
d< ibeile de ce i hal a . Liai V
K �il u eal plus tac le �� di si
miner.
Ci s imp�t
res a ;.. H vision du Tai il
dau i lier soni us reinlei i lu
laxuttoi . pi �< i mm< ;bli< ;
quard aux impurielio i o d�>
. eurea I ladop ion du nou
'� levio.il payei mui
n ut ij taxe m
L�.' Deparl i I m-
c. i us � �. ..i i un > resser
de la queatio i, a�n i sa. i li t i ta
n eie.-> aaci�s du I Uue or"
doit 6ire
i i< .. e dieas ihbs i c-,.:. d
lr la �-'. ''','�� � �� ��-!��
l � patCBB. Dl di - U Olts ds i
aieurs . or-
uiio.i o articles �trangai -> * ceux
qui stipul�s dans son contrat
b�a licieul l�gale.n.-.n i � |a
Iran:h �� douaui�re... <>n m-
prescrit pus cou n l Mut.
il n'est pent-�tre pas inte-
rcalant de le savoir. Mus ce
qu'il est urgent que l'on lasse
c'est que �'ou mette d��niti
ment uu trein a ces ai
odieux qui, il taut bien l'a-
vouer, conititnen une honte
pour un Pays.
Si cela continuait, d'ici
quelques ann�es, en se ver-
rait oblige d.; fermer lou i s
les �coles, car les an! iota qui
voient tout aossl bieo q te
i :i:s compi uii a eni . .1 est
inutile ruvr, pendu i dix
ans,leurs culottes sur les naucs
de i e� nU pour apprentin a
ne p s placer Peki . eu tu-
�ope el qu'il est p os i
dt mourir de taim que ie re-
nier sa l'aine.
... u vu la joia peinte sur le
BToa vis 0 rond de notre arri
Samuel P�rein ^ala s�expbque.
Samael, � un majorit� �crr-
san'e, * i � �tre �lu uu v�n�-
rala� de sa Luge. NerejCsm le
l�licile pour ce succ�s m�rit�.
...a vu vendredi apr�f-mtai
andis que passsienl des lun�-
iailles � la rue de I Knterre-
m< ni si jusiement nomm�e ain-
I, uue �tossi? leiiiuie v�tue d'un
vert outrageant et qui semblait
vouloir raira de I �ail a ceux qui
uivaieut,tristement, et la lete
oaiss�e, les obs�ques. .
... a vu ras "inauguration du
Saloir de il. Depuis Nouille a
el� un vrai succ�s. Voil� une
chose qui nous manqeait �t �n
uedoil pas manquer dsnsou-
ager celui qui en a eu l'intelli-
gente initiative.
... a vu 1 inqu.eiadad un hoiu-
��e qui n avait qu'une gowdl
�t qui oftralt � boire i an ea-
inaraJe, Il liruibla.l � l'id�e
qa'ani suxiimaami arriv�t. Qm
le rail u aie:!.? .vlais pendant c�
lempadi ils burent te�i �ut - i
- i al se�, all�rent Lorsqa'ili
lurent ioui 11 galciie, celai qa
,iv ni . il � i reprit so i all�grassa
t < U ittte al la h�',dL eliao-
tea qui �^l %piss�.r. teuiours I
se* l�vres!
r -. �
- � ,; m-m � �
-......a do exudi l j1 -i la dl �
,..i : .on .. qai esl uui�i avocat.
L.O.UU1 . i sle lieu du dernier
BS M'.iei, un de ses amia lui
avait demand� son vote.d s'ap*
pr�iail � aller voter pear lui
lorsque brussjBenisal .1 ehse-
gfu d'id�e. Mais alors ua de ses
iMmarades lui dit. en mani�re
de conseil :
� Vas-V, maii visuxl Vas-y,
tu auras lase.u uelecieurs.
Liuu it s� laissa persuader et
paisiblement il prit � �ied le
chemin ensoleill� qui nneu t
au Palais de Justice,
�'i
...a vii, sur une lubie de r�-
dactio ;, i. le cane il un ancien
candi i.' u lu de pu a u�n pour
les d�dions pass�es ou 14 oc-
iobri 11)30. Mais connu-, la curie
e ,i. ui oi tout) propre e, qu elle
as poiie pas le daie, uu de
\ qui lu vu eut, cul ciiie r�-
flexion :
� Ce gar�on u viaiment de
la coustau e du us lu deLiie. 11
. . H i ip Busemenl b. nu la
Jerni�re fois, el vo.c� qu'au-
iourdhui d s'oftre pour une
uuu. . i i t//e.
*
� *
... a vu, veuureJi api�i-inidi,
U i .m � � -, le loil d un ca-
de ces J . �-
aiei rss nu� u b .s. Verrait,
avec plaisir, l'Admhsiaination
L > amunals \> issar des ins'iuc-
tion a!in de reparer cel acci-
dent dont lea vestiges ue doi-
v i |>asl'aire puisira Messieurs
las .moi i-,.
... voit que ie tetaps, samedi,
M taissil n�s Irouble. A teut
de BUite long� au jcyclane qui,
le b>, i ravag-i h. capitale de
Honduras anglais. ",-�/*
^ ... � vu, avant-hier, a Lidora-
do, la t�te d'uu iiomiuu lou
uelc qui av.�tteu poche une^va-
leur quuu lui avait demand� de
remettra a ua de ses camarades.
\ pan cet argeui qui n'�tait pas
a lui, d i: avait pas en poche ue
sou vaillant. Il l'on oflrait dew
tourn�es c des tourn�es autour
ue lui. finsiaurs lais il faillit
ir. Mais son honn�tet� st son
...,,,i,.k chaque lui* reprirent
.s et quelques minutes
. le rit remet i , |J;a!jcit
li v 1 u biui � qui die �tal |
^\ssurs�-veus castre �eetUent
- la a lieaeraJ Aeeident rSr� A
ais - luaranoe Corporation Li-
.ui'eti ��.�- Vve F. bermiaghaos,
Age ut




PAGE 2
��
LELMAWtt^ 15 S�|>L�Q>brt91931
�Yemployez pas les imitations/ri
�QHtou�-
Achetez les
LAMES
Cin�-laldy
fi soi H
Sur demande :
Ravenaar
( SUITE & FIN )
lartr�e : *.*0 ; Balcan : 1,6(1.
ALUMNIUM LINE
DEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLEANS ET DE MiBIU
� our rons les ports de la r�publique dhaih
Un steamer laissera New Orl�am le 25 ao�t et Mobile le
27 ao�t directement pour Petit Go�ve.Port-au-Prioee et les
tort� du Nord.
Port an prince, le 14 �ont 1931.
A. de MATTEIS & Co., Agente G�n�raux.
authentiques, de ce type,
� prix r�duit
.-,-����.
Maintenant vous peuvez acheter les lames Gillette au-
thentiques au prix que *e vendent beaucoup di mar-
ques talsifi�es.
Cette lame Gillette, extra etlil�e. du type illustr� ci-
dessue se trouvent dans cette Tille quan-1 on annon-
cera le nouveau rasoir et la nouvelle lame Gillette. Le
bont des lames de premi�re qualit� ( Giiletu n'en vent
d'autres ). D�airanl les vendre sans emb >8 rapide-
ment, nous avons r�duit consid�rablement son prix,
l'iofiteien! Notre stock s'enl�ve rapidement. Jouis-
sez du luxe de vous ruser sans remords quelcansjue,
en laieaant vatre peau suave et Iraiche tous les malins
pendant toute Tann�e.
Paquets de
10 LAMES
80 cents, or
5 LAMES
4tO cents� or
Gillette Safety R�or Co.
Ce� lame* Gil-
lette authenti-
qum lervtnt
dantlenratoirt
Gillette type
ancien.
GRAND�
VENTE
DE
GILLETTE
AUTHENTIQUES
n�e
J D. MAXWELL & C*
A PaOPOS D'UN PRE-
TENDU SCANDALE DE Lfc
LOTERIE NATIONALE
Depuis plusieurs jours, des
rumeiirs nous parvenaient d'un
f;rand scandale � la l otarie Na
�onalr tendant � 'aire croin
que I � gros lot du tirtga du li
�ont avait �t� g'(4"� pai le-
Administrateurs m�mes de In
Loterie.
Malgr� l'absuidil� (l'une (aile
rumeur, vu l'hono alnb'� bien
sonnue de ceux qui diligent I
Loterie, nous avons voulu e-
avoir le c�ur net et avons cb n
g� no re seivice d'inlorma ii n
de piocoder, � ce sujet, � un �
minutieuse enqu�te.
Voici les laiis qui p OUVCO .
une lois encore, combien U
op�rations de la Lo erie ion
men�es avec probit� et boni �
tet�.
Le gros lot
Au tirage du 3 ao�t �cou
le 5�me de la � otarie, le �<>
lot, qui Mail d� 20 000 [ourdi
a et* gagn� par It bille | orli
ie No 1044.
Le Billet
Ce billet a �i>- i ndu pi r N'
Victor Duperval � M
O lest in poT qui i
4000 dollars au No M I
�mis le 3 aoiV sir
Nationale de ta R�p. i | e.
Le vendeur
Nous avons rencontr� M Du�
perva g :i vssdil la billet
D.� (t'est bien vous rjm avez
vendu le bille! 1�>1 qui a gs-
,,,��.. i,. gre*. ol d* I- E�ter.e
N Mon le au lin fi" d' 2 r�*'.
It�i lier V
\\ - Ou . c'eal bien moi.
D .Vouai -v " � 9U
vus avez verdu ce bil'ei ?
e\#_ D'or d in lire, lor I1 ft
�>. I � cash je ne nob >�� i ''
|(i nom de l'ai n< i M*i�.c
ma i'apprb a\f ' "�' ' v "
H�gn � ;' fi'o- ''�, I' ""
sel I conr. i � qui I � �� '
l'heoreux h-, �flriaiw J
vonerfnc qu�- �'�� "''� P"" ' ' p
,.une fl"e qu j'ai V-
bi'lei
Chez ml Aaoasxoio
San* tarder, I DUS VOll* liez
M. Ascencio Ave. son p us 1-
nmble sourire al *� ieni o �
pr .. i. �le II �"� v
Un petit � ' � V �
e' . il ne, ou �i. - lepiodu. �<
de tabli .ix -te gmndsM i re�
voisinent avec des pbo os de
nos nomme' c�l�brea soiw, s
des ateliers de farlislr Nous
nous ex� usons ''�� l'aveli rl<"
ge ; i r, il � .. i j' "
D. . A A�< i o nn K' v*
i x I
o . rie N bot li i �* gro*
1 ..�ai : �'
\ : moiselli Age
... I 0 s
,s eu io
pagna i1' Nl
siin ai i Bui
fi ( �
., ,:� Ni i uni
. renat gn
roua con '� l;l -s' ' "�
..... m aa U
l.i Matin � renseigner ex
l^me 111 H N . Il V 1� 11 h �/. pa� b an�
> � i. . -1' �! i l'n
. i k f.s In�,
! ' ii 1 >|'i
, i il � il .
d �. 1 m i |i ron
n trois (? t \ me s fille s de r�
. oui
( � � e - l'o 1 � re�u qu |
|1 O' t . Il tl||" |H ' q
� n t n . n � � qu
1 1 Oll 1 i � � � i hl t. � � l't '1 i mu, il i �� li me Aj t' . i. �' o * � l- ni �' s
V � If" :
. 11 K i v \lb)\ B
(>ll lit
huniire un /"'./// d�ui>retiO
c aie� de toute* utilit�s
M6 B e lionne Foi, l'hone 3358
Port- u Prlnee Mail!
'p, sowtsign�i de profession
eouturi� re, demeurant au he-
min re�u de la Lotelie Nationale
d Ha�ti, r�sidant i l'or! an-
r rince la somme de l't) 000 (ides
montant du 1er g<0S lot del�
i oterie S Itonale d haiti,g�gn�
dons la &t i ge du 2 ao�t 1931,
par le nunivto 10M que le d�-
clare avoir achet� de Hr Vi lm
Uuperoal, agoni de ta loterie
Port au '' i tarde 3 ao�t 1931
Agathe CELESTIN
. Som et pr�nom: Mate Agathe
(destin
Ad:, ts� ' ''t niin des Dalles
\{.� V DOW ' �� |u M
ompa raonne .-u h
ii a de ii Lo e< le...�
I).� EUe v B ( l� e ie-m�m �
H
N aa prenong cong� �le y
\ i io qui nous acioinpagu<-
s;ui la porte avec toutes les
NE SE
DONC PAS.
Propos \
humides
marques de la plus grande
courtoisie.
Ch-inlri d�*H O �lies
Ce tien I41.I. � ��� 'it � � ' "'
de. que DOU� avion� d-| � 1 ce-
lai 00 celle qni :iv^it gagn� les
20 000 gour les,t;ous avons vuu
lu. r,nu' 'a plei"e inloima'ion
de no'ie j<� 'ii't avoir dt*�- pr�*
�liions �o m. Iles .u sujet de
l'adiesse lou nie dau* le e�u
que Ton vient de lire. Nous
avons peicnuiQ le Chemin ites
D.dles dans tnu'e sh longueur
poO< 'i-liO'Vr' c II n rnuva
b>e \\Me \jj h l'rf l'-iii, 1 heu-
ri u ii g Hiiie -In fi o ni ite
la �lieue N-�'i. n ���-. P� >oune
d ce nom i/h b.le nue. On y trouve seulement la
l'iml'e �le VI Cl�ment C�lesim.
. n h<> b <".<> un � '/lonl
au 1-1) d �� (����? n-- n p�� '?� e
pi�.om d' g h''
I .'.iiiresv uu ( .In min (tes Dal-
les et la profession de coutu-
ri�re indiqu�es dans le re�u ont
donc �t� Mim�es intentionn<-l-
leme nurploi l� n ^ca lion
ufi 1 1er qu� Ion s*chi-
t-x;i ;� 1 '(jiii g g an! lu gros lot
S �( lia � i qui '�� ch�q e a �t�
tmis � la Lo i rie, et, par son
No. par qui 11 a �t� louch� et
� u nom d> qui son mon enl a
. � 1 nc.tis-� a la Ba >que Natio-
nale de la R�publique d'Ha�ti,
nous avons jiifi� sulnVantes nos
donn�-s �? somisfea rentr� nu
lournal pour n er d�cha�ne
1 la Lo'ene Nationale et rendu,
jne lois encore, bmnmage � la
probit� et � Thonn�iet� Je ceux
qui la ding ni.
i La Ou � demain )
Motre contrera c La Presse �,
dans san num�ro d'hier, de-
manda, dana la cas o� cela ne
serait paa de nature � g�ner
l'instruction, que le D�parte-
meut de l'Int�rieur renseigne
sur les raisons et les r�sultats
des perquisitions laites la se-
maine derni�re � Sea-View et �
l'H�tel-Palaee. En attendant, les
imaginations ae donnent libre
cemrs, et, i eu eroire les racon-
tars, la Police aurait d�couvert
une vaste conspiration, et de
nouvelles arrestations seraient
imminentes. On ajoute m�me
que d�j� cinq ou six commer
�auls �trangers dont la cons-
cience n'est pas tranquille, au-
raient travers� la bonti�re, se
d�iobant i leurs respons^b'
bl�s Nous repiOiiui-on.x ce* <��-
tneuis sous toj'e* res-rves
mais en supposant qu'ellts
soient contormei � la v�rit�, il
conviendra de r�viser le juge-
ment d'opinion publique qui ac
cable Monsieur M. B. Coulanges.
S'il existe un complot, comme
l'a publiquement atfirm� le di-
recteur du � Travailleur �,il es"
juse qu'on appr�cie � sa valeur
le cm-me qui a dict� Monsieur
Coulanges, de crier casse cou
pour pr�venir une sanglante
catastrophe.
Nous d�plo' ons,depuis les r�-
cems�vennements qui ont alert�
la Police, que Monsieur Cou-
langes n'ait pas donn� suite au
dessein dont il nous avail fat
p m 1 dans si let're au MAI N,
1, (m au ubiic une iflation
li� � 1 larsqui � xn'iquem
< 1 |us< ii d son Jiiion.
-o
Bravo ! La neuvelle loi sur I'iIk,,
tt le tabac a �t� prumulguia. (4 |lf
consid�rant dit : � qu'il eonviest ii
prot�ger l'industrie de l'alcool, li
culture de la cens� � sucre �t Mlle
du tabac �. Ainsi alcool et uhsc,
deux compagnons indispensables �
l'homme moderne, sont unis �t a*
fondus par uu* m�me l�gielaiies
firotectriee. Qui apr�s ctl� voadn
aire entendre qu'il ne taut boin ii
luiuer'.' Personne ici lirurtusinm
e'a jamais pens� � se donner le ridi<
cule de fonder quelque liste wti-
alcool ou anti-tanac. Et depuis li
r�gleeaentation l�gale de le prodoc-
tion et de la vente de l'arool e! di
tvbac, une telle entreprise oe unit
rien moins que s�ditieuse. Le jus �
canne sous la prolection de la puis-
sance publique) C'est ue triomphe �
eel�brer et seul convient pourcela le
RHUM SART1IE CACHKT D'OR,
l'incomparable.
Echos
�LECTION MA�ONNIQUE
Av.inl-hirr d.iikiiii In- ont eu
ti�u � la Log< � La V�rit� � N�
47. les �lec ion- peur le Ven�ra-
�>l� et levoffici rs pour l'exercice
1931 1932
l) ne luidre le dIus par'ait
nui fu hfu le- oprra'ians qui
nul do ne I s r�rul al- suivants:
S<*'iiUrl uer"on, 109 voix,� A.
DtVfison,C8 � Voles blanc*, 3.
Nous pr�sentons nos sinc�res
compliments au nouveau V�n�
cible don T- I dion a �t� UU
vra ( 1 m be
EUG�NE JEANTY
( aididal � la Mafistralure
Uauuiilr.
Nous aveus eu la plaisir de
recevoir la visite de Mr Eug�ne
J an!y qui nous a annonc� qu'il
^ portai� candidat aux pro-
h ines �lections communale*,
b tai partie du groupe Jobbais
tils.
Mr Jeaniy, qui est sympalki-
quemeni connu sous le sobri-
quet de � Ho/or �, a tait partit
plusieurs lois de conseils com-
munaux; il se pr�sente cette
lois pour �'re Magistrat Com-
munal e; est plein de confiance
dans sa popularit�.
Nous lui souhaitons du succ�s
dans sa campagne �lecteiale.
�0�
Nous avons eu hier mati
l'agr�able visite de nos ami
de J�r�mie M M.Franck Boue*
doyen du Tribunal de le
instance de Jer�rnie, et Fe
n.ind Bn�re, qui feront
court s�jour ici.
a
a Le Moniteur � de jeid
10 courant comporte la li
promulgu�e sur l'alcooletl
tabac. Celte nouvelle loi,toi
en m�nageant les i nt�r�'sc
lise, modifie les taxes et
mode de perception sar*
deux mati�res, bile �toitl
tendue des int�resses etl
meilleure impression
ra de sa promulgation.
leMI
Administration r*
des Postas
AVIS DE D*PART
Les d�p�ches ponr
York et l'Europe ( via
York direct 1 par le sta
�*ncon� seront terme*1
mercredi 16 du couranL
Port au Prince, le 14 sepU
C0L!�lsl1
�0�
Le steamer e Bogota 1
de New.York le 10 Ml
bre courant eat ���"*�
Port-au-Prince le nm�J
16 II repartira le �*�*JJ
pour Petit Go�ve, MirajF
et J�r�mie, les ports "
�olombie et Cristobal, �
Zone, prenant fi�t et p�*
r5 manileate d. �-J
de la semaine est � i�
sition des chargeurs �!�
rcaux de la Compsi^
Traversi�re. L
Port-au-PrincclelS^
Colombian S.b. b-
ftEBARA * Co�
i
Le Rhum Barbancoort
a fewaisVea. prt n.tcr- p'=ce
UN bAi\BANCOUI\T
DepOteHae^eeC�eain


�������!
LE,M/.TIN .- 15 Septembre 1931

-VOUS BE TOUTE FRICTION
OES R�CLAMES DE
"BU* *��
. v � �-mu i.roW'w--:�*^
�iupw
-
Coi*pU-z-vous sur votre dentrilrice
pour laira le travail d'un deotiata '
Aucun dentifrice D� poss�de le pou-
voir d� gu�rir la plus petite nnhulie
de* �lents ou de ia gencive. Car un
deiitilnce n't-st (|irun agent m�cani-
que et ne duu eue employ� <|tie pour
on but, (|uiestK- ultoyage dead�nli
Il m�rite d'�tre consid�re dans la
la�on avec lacjuell il accomplit ce n,-
lil devoir.
Le Colgate nettoie mieux que tous
les autres dentUnces, parce que la
super, ,rite de s., mousse p�n�trante
rentre dans les plus paUto>�,vaa i >
qui b.oquaulordinairement les- ,>.-
tes deuiiliiee. '
Dans ces Tissures, logent les MUCl |.
Ip �le uou.r.lure. Si vous les l'uss,'
Ils provoquent l�se:...es. Le ,;,�
ellet balaye dana uu bain bygjcni
que d, rnBiisie. ce qui
pitttect.on compl�te elle neUoyaae
couiplel. J �
C'est ponrqui i plusieurs dentistes
recommandent le Colgate et beaucoup
de gens i ,-u , aujourd'hui plus
qu aucun auhe dcimii.o s.
No :t;;i
^votu remets sous ce couvert uu timbre de 20 centimes pour que vous
gmt*ytz gratis un �chantillon de Lolyaie.
Liqu.urs Sirops BAY RUM Eau de Colonne
Tous coproduits de la distillerie de l'Aiqle sont'�uaux
(�� uarfpis sup�rieure en dualit�, aux articles similaires
imporl�s, tout en co�tant moins cher
IMPORTATION DE VINS
DEPOT: RU* \j[] M U.ASIN DE L'ETAT. FR�S 01 LA fol | y wn \\\.\;
M. FONTAINE
\**"
.1. D. MAXWELL k CO Uitlribulcnn
lUV.l. Une Kepnblumm - J vrl-tm-!',,, . /�.
SOU VENEZ-YOl'S
!
[iki : ,s.
Qre pni-i-jn- l'on j g i . I u a I: t. I l\MI I I .
)PM MU CI.il ^'trciiigmiiii'l il s im|,i,.. |(,i es r, s II l �lu. n s
Tu ni |miiii icsMuit.s rbiwqiet 12 � k'eeth''.
PoHi I � liul des I Hfurn \j
Q(ie pour I ' n'f'i�m ruent r picli � ' t� <� �� ..
ffylo H - la Co ' �!
{�pof -i f|i. !� �� > 'i
fbr>r( s in-, " " >' � I al.
Sadics'ci : t.V7 Hue. | iimu.im. hont: A i.
ESTOMAC
1
'lltfc
y
ii \ t
?->
eau
LA
lui
l �pHt par lu Spieia/ntis de F"r,i
page imm�diatement :
URES. CRAMPES
ACIDIT�S d. i ESTOMAC
ULC�RES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION P�NIBLE
M�RISON RAPIDE
b�ait du Dr CORNELIUS
U.CMrtut-CoqMlb, PAR1S-7'
EN VENTS ; �
l**i-*n-PHnci' Phtmar ,W. BUCH
M ttnln bM*M PharnMies
En sop �d io:i de teintai,
�Ha� i-Joarnal* signale des .aits
gii-vtsqui se sont dt-ioults � a
[n n>e*E>p�i in tntalf rtu Ser-
vice T* chnique � H niche.
Il n y a pas ici>g < n | � qt e le
leQ avait �i� luit d�ni i* i b. inp
oe cannts� sucre de l<< tem.c;
des Loeuls uni �t�, ( au>i.�il,
�mpttikoi n�s � la su \t hni'n-
L'aboi ne de noire i n li�ie qrl
lui tout Dit et s reiiM igiit n i n
lend responsable dt u> ai lu
criminels un Jama�cain ou i oni
�le l'Diiluui a �t� ati�te tt de
i�r� � la justice.
� .i .i
Insurance fa
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
i�j**m
���>�
XJNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre � AS� des portatifs.
iisiiiiiilie modi ri di | loin i pot ' s ( OLl'MBlA : pr�senten! c qu'il va de mtem
p rm �� s |t riiiitis labiiquris dao* le monde, u point de vue I lit�, fini i kurtout de sonorit�.
Lr iro.i�'e \'o 163, l'arlttocr �, eti ui cbetd'etutre( iot de vue e i
Pts^z.au i) purtemeot COLUMB1A el \o\s serez au i leo ! i sonoritt� ele ce
pelii ii � t une i.
Le r. � rage KxK.l-K srra li u euv ;' ' < i s i- miei une i a tes I !1 � nts mod�les
de pnrlntiN eu slock et auta de> iadio.s-pl mot nouvelleme ut muiti
Nachp(C i�as av;n�i d'Hv#ir enteaiu lai a� rumi is �!0 I - i>l
Lcc � notes magiques*) repr�sentent le standard del� SUPR�MATIE*
KNEER'S GARAGE
' OIC AU I RINCE
Agents t P CH�BIEZ;- f'-iii .., ... i.\,t!<,
C P1NAUD -b�i'.' M�rr il,.- DO.
Th C. HHl'Tl -S - l�.....i<
Toi t. (> ��
OE A
J M� �* -Mtrftftl-ft-fcliael
omprennent la Protection contre ��
�g) Foudre sans auamonta \ou de t^�x
| -F�/j/. Le B#s w�fCo l
� Aqents G�n�raux �
,rn
tLW�ir
i�
-� * �*�


15 Septembre
Le Mali
Ml
4 TAOBS
23eme ANNEE N� 7471
Portail Priuce,
T�l�phone : L. 12
�>uk<��MwnMiJ^a �<�
�wmuMtri,
T ~ I i
.vca**J�*..*:'. .-'
l�* I
�f: � v i
v,. ___ ___
I . | � ;. t , \ : � . II.* -lu-
[
Lykes Brothers SS G> Inc
Texas ^Hl Planto oomingo- Porto Rico
Le seul Rervjci ncbdnmariairn el r�gulier ;> pass g�ra et
fret entre les i-urts du Ge'le du Tesaa directemoul aveu
Perte U-P ri no , "
Peer la r�c ption ' � maniement hobi'e de vos
importations, a des navires de '� LY&I
USE.
Lis prochaine� ri ' t au Pi "!
Steamer � ' garel ykes i 17 septembri 1931
S/S � Velm i i vti's � 21 �<
S/S Geoevive�Ly es � 2 octobre 1�31
Bureau : R� du Magasin de lElat, Boite Postale B
LU STATII�R RQUGt i
r mi � d< i ' Ui -� unpir hi e
, j otc � gr�ce � la raplrfi �
li roi s rvi de so � eisoeuel et su ti<*s
nymp ih'qua accueil tait aux
,,i heti ur�.
'\li. /. ions, messieurs, rem
ptj os r�servoirs de g*soline
ii d n�r�le i> lu
STvTION ROUGE
40� R * Pav�e, �406.
AVIS
ALUMINUM UNI
�o�
En rente ni cab net de Me
M M�rpean, 881, rut P�rou
ii eu sa demeure, 812, l'ur-
.. � rj, le 2e volume. 1�re las-
cicuU.de son code de proc�-
dure civile annot�.ayaut irait
jiiix tribi naus de 1�re ins
tiu� e, ; �ec ' onnnentaiies, ;
arr�ta, l�terences et les ma j
dificatieos p >rt�esauxariidea j
du code touchin. les tribu-
naux de paix.
Panama Railroad �Stamship Line
Service de fr�l el de passaqers enlte
Angleterre* �conee Franoe
l�ra: G \f. SHBLDOH i Ce- 17 Jasae* aXreet, Lif nareeL.lucane
Tas folle viM �rr air *�eeti at sriasifil ierts?,inBiirope :
ENGL\ND. SCOTLaND. FRANCE.
Messrs. tt. W.� SHELDON * ,Co.,
t7,Jasaos Street. LeerpeoLlnajtaaal
11 Prance, C�sars G W.�Sbel Ion Af Ce. are repre tentai Ifltfcajt iilovi it�reaj
Plus riolia et plus dii�ct strrte�jda trinspirtne passagers; etla lr& �atre Ha�ti
"'les oorts Europ�ens via Mev/ Yori et Cnstabal, Caei! Zone, [fthiis de Pin a�
Voici la liste de nos agtnts�pour les principaux parts de 1 Europe :
i
,
New-.)rleans and^MobiU li Port-au-Prlnc� Smlhsile
Hri i-.-ii ^o-'iporl Santo-Domingn nnd Macaraibo.
Parts : S;plein�sr Sail igs.O �b ��� S�Pings N�v. Saillino*
New-0 Icans, l..a frtHs Se plein bei 8 0ctober.C Njvember 3
llebilr. Alabime Sols 10 8^
��aa-friiur-, laili Due ' 14 5
Aux Ci\< y, I laiti Due 17 H
Jacraei. Ha�ti Bue 12 Ifl 1�
Mt � Cilv R.D Due 21 21 16
$� Pedro Mac.RD. Due 22 19
Macer^ib. Dur 27 X 22
>.ew < rleanf bile tu Port �au Prince �
Nactluiile l�aitienOutporls Snntu t) �n^o and Macarnibo
Ports ^pteuiber Sailiings tutob ; Saillii ;a Nov.Sailliega
HfjwCrl�BDS, La Sail Sept. 22 Oct. 20 Nov. 17
Mobil �. Uabama Sails 21
Port" ni i rince. Ha�ti l) ie t �et. 1
Cap R ili � Due
Puertc l'Iata. P.. I) Due 4 Nov.
Sfen t'e Jro.Alac.K.D.Dne 6
|la>DfO Cily R. I). Due 7
Maear. ibo, venez. Due 10
Allcnlion
Progr�s Nouveau
Rhum Nouveau
Ai�me d�licieux Go�l
AL rxquia � fris r�duit
C00L �leliaiil l"iilc (��iirmriiice.
CLVIItIN vn;ii�i.
I hez : (i sAZON
An file des rues F�rou
et du 'e ipl�
T�l�phone : :'31.'l.
Glil�tlt Hmmem k Co
2\ Rue de la la R�pabliawe
Maneilles.
Herne l'ero.i 4c Clo. Ltd.
53 Quai Georgi T.
Hasrt,
Hernn �eron Que du Moulin � fapeur
Soal gne sr. r Mer.
Meurs. A. Bkn�ii k �,;
'HJA lengade <;o,enbsC�#-
(>*.�', NoRviT.
lot' rcatlooal
Spe lltiona* Ikap Oalo.i,
MM. Vtlantic Freight Coron
Bal'intV'ius, Hamburg 1.
� ernany
|fe - s Atlantic Frsighl
orpor ooo
Gennany
\lessrs>. Gorp*BH
24 Q i' A'iiw rp�;. Belinm

i
i
kiaasi PemON k C" Lt�
9� Rue des Vlieis,
Paris.
i4*M\'u Panas k Go L'd.,^
Rae de Traaqailit�, j
Daukerqu:.
Haaws Paeoik#CSo JM-'w
;� Rua fcjy,
Bordetnt
|Gea )B, Italy
M. >-,�rs rltiat �*> i & x\*tei
flk%t\ S Mvrrsi.V > IVi� iv
5 ,orra Efordiak Kipr;u,
C nheib \?i,
laasrs aTLinns rfttttic
Coiwn
[Koa �annaDlaMi
Rotterdam il ma ide
l � ;:< * 3r '.' ( v � ' (� ' �
�M�
�^W
A
vendre
Po
22
29
.'�.1
1
:\
4
7
Dec.
1(>
26
28
29
1
2
5
ir tous las autres renseignements s'adresser � Mrs
A.DE MAIIKIS .V: C -. 4gents G�n�raux de
�.LU. INilM LIN!
Port-au-Prince, le � S ptembre. l(.)'il
AVIS AU COMMERCE

La l'anima Kailroad Steamsbip Line a l'avantage d'an*
Enter les d�parti solvants de Itvt Yorkpoor mr\ su frinee
iti, d recatmeot, durant le d lis de septembre 1931 :
B�pmrt ie A#r* l#r/c. Arrwaget � Po l nu ."tinte
Le*eeraer a�ocoa* le lei leptemb e 1931.le I sep1 1*81
� iCrialebal� le 1* : pt. 1981, le 20 sept. 1M1.
IiS � Gaayaamil� leM sepif sbre � le 28 *ent. 19S1.
5^ sAecoatle 29 septembre 1931 le 4 octobre 1981.
Jai H. TAN REED
Agent G�n�ral
1 Sideboard d" m n tec-
: >ure am�i icaii e
1 rab'e A m ingeren icajo -,
54 pouces de ! iin�we.
1 Grand lit tout �ni m�tal
1 Sommier en boi ier itour
le lit
1 Ventilateur lecirujue
oscillant, neuf, de 12 pouces
Unis : t�> �1,1% ;
S'adresst i au I o'onel Mao-
w n iugi Residei ce Paco*i �
c� e d Me Aibi ri E i�1 ;,,; o
lel�pbuuer Marin� Corps, \'o
60.
C* �wi a'� je l�l� *t� ialt
Ce qui no e�t �t�a deea^t*
Kohi Champaane
R. S�JOURN�
Pr�par� dans d-s eondiH �oa rigMceu-a^
dxskpsii:
Pr�paratiea et Vente
PUARMACIl F. SEJOU l
Angle des rues Roux H tu Centre.
3.
n
es
il
p
� t
la a'
� I.'� mi 'X 'f eV r .< e e � 39 mimielj
I Arr�ter un i � 'oidissaasot M
�jrenier j'^ur et taiwatarlsa
�irois jours.
B'Rstiv? le b�b� d� ivfVoi
df^enient.
Labor itoire
DlRRC-TF.URS
S�journ�
Avis
F. Sfa drn�. "harma ieo #
R Sil'iORMl �turmacien le^l Ijuivers-J� de P^ns
M S�JOOBH� l'hinii iciea d- l'universit� de Paiittaaeteo
interne des H�pitaei d- Pris.
analyses des Urines, d i sue gaathfU du s*ng ( Was-
aarmann, Ur�e. t:> >s> wve d'Ambard, (ilyc�raie).
Des crachats. Des mati�re t�calM
Viennenl d'arriver par Isj
le nier vantor
Porter Trnnent XXX
Bien Geimel Indig�
P..it-au-t'iince. 9 sept l�il
L. PreetimaBn-�GGERHOLM
�m
HALLE A L.....,
Mo n� de la graille Utile
si�e ru: du Martin dil'lM>
� �r�'� de la niaisoa Ailrfd
Cijkc. r�cem neat oc-ui�e
pir la Ga i lann rii d'Hiii
S'hlra^ser � Mr STAR�.�
du Qini. *�" t>ce tiare aa
Cbe min de Fer.
j �����iMia!,.^
iC
D
01
m

ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotlund v
'
I!
Har la aSENEPAL -
ie ae gei-rt. Le soh il i.c �
aaeaae
Ses l o lices contre im
Sas Polic�e pour Ai i
eaaa�a u autrui dans ss i
Ses foli�es M iritimi
Saa Pohci � . 'un a !
zeers devraient dont prei
�Te* aarias 40U(� dollar)
t m des plus puissantes et des plus vastes organisations
couche jamais sur ion champ d'action qui eaibraaaa le
endi lUTrent l�gftts iceasionn�a par la louera
imobiles couvrent vola, incendie, malveillpnce, dasaaaagc�
� son - i bit
�mi p branches d*Eui pe sont pavablea en Ha�ti
�les dansleulvers entier. Tous les vova-
're pr�c a (��� se munir d une police contre accidents
prime sm ell lqued< 1/2 �/. soit 20 dollars C. C
Veuve F. BERM1NGHAM. AuxCaves
ECOUTEZ!
Le ialiiiiu Sarihe
DAhS $Oh PROGRAMME
GO�v�RT Orche^tr* SCOTT
MOhOLOGUh P^ayoate
STATION H H. K
Port-au-Prince *i Ha�ti )
SOiS �sr^Pa
AgeiM '>'a�i�l p*ur liait*
Port-an-Prinei It. �LG
J�AN rLAN�nKTJ^�i
ne
� � vfc. | '
*r j ... _p liBMaic^^i~"'^^''i:Vr *�7.v7�?7/ti > tlniUeniw
Charlicr-Malebranche & Co,
1224, t;hemin des Dalles, V&
T�i�ohone-! 2GQI).


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs