Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03716
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: September 12, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03716

Full Text
Clment^ Maqoiie
lil RL'h AMnKlCAlNE 13M
'TELEPHONE N' 2'242 -
25oic ANNEE N 74(58
Jm
PORT-AU-PRINCE( HATI )
Il eai bien de aoBier >. act-
rottnrs qui I emporte dan* If lal-
]ret.dan> lYtaipirnir et la stsle,
niai-, il cul mieux ciiforr dYner-i-
r ijcr la ferli ; toi birf Ml ai-
iiomin le hi-B dire, pb prosf 01
fB fffl,
tram isqur BOIILLItll
SAMEDI 12 Septctcbre lttl

p o
Installation du nouveau
Prfet, Me T. C. Brutus
iu Tribunal de Premire
i(otaoce de Jrmie a en lieu
|u prestation de serment du
Uven Prfet, M' Timolon
EgrBratus.
Sance solennelle, d'austre
-mue. rehausse par la pr-
Loce de nombreuses person
cills jrmienues, des au -
Es locales, du clerg, des
ffxes de l'Instruction Lhr-
jjpjOPct d'une dlgation des
jeinbres de l'Association 7-
uinire.
Ds neut heures hnire
rite sur l'invitation de la
prlecturele vieux palais de
jutkt est comble s'eloo-
iii.Qn chuchotte, on cause
nfoie, (|uand Mr Fern:ind
Jrirf, (.< mini^aire du Oo i-
Trrnero"Pt, prend s ;c. La
lauce est ouverte. Apre- le
ptoccli d'usage, le discours
Doyui Boocy, contenaut
(e bo h : e s apprciations
(oa::t ;: o! qu'est appel
Bplir le Jug' an regard de
oliliqne. apis le discours
Chil du 'urquet qui, a
tcu proclamer une lois de
in ton attachement inde-
BMc ai: Gouvernement, al-
ternent qu'il lui gaidera
Jeveuu !> simple ci'oyen
MD.I le ni..me t viendra, il
1res.- e des loges an nou-
ai) Prlet. .' ouis Charles
l'entant terrible du bar-
uq terme la srie des coo
ululations que lu taille de
Brutus lui permet de sup*
koritr allgrement ; un petit
ourire .letend sa mine f i d-
cle toute satisfaction iu'il
tr prouve.
Les regards maintenant
||di tendi.s vers lui. On al-
endqu'il rponde. Enfin Mai
|reT. (. H:uius qui se scu
ent d'tre lu lcemmeul
l'iuuii i de l'Oidre se tait
Dtendre en un magistral
ecours-programm*' qu il a
Blivecsri .e ,,u: n a lan
se, et du .ivee i n tel accen
Isincc < 'in'il tu touveil
fylaudissemeu s.
__1 liiulus a tenu, dans ce
lours. expliquer avant
que cette concidccc
ireaou lection au b on-
etsa nomination la Pr
lare ue signiiie pas, connu
pouirait le croi c, qu'il a
Itodu cur.uler ces deux
tions. I! doit son lection.
f*ntne btouuier, aux sutl a
P*de ses coniries qui oui
consacrer ses qua oize
Nes de vie professionnel c
pense dais l'atmosphre
i* Tribunal.
[a lonciiou de Prtet
on se le titune pour dit
J|a le attribue tel un
minage d'estime et de cou-
pe par Son Exe lePisi-
rl Sti.io S met ni, son ami
*s"n|aKi)i. M" Brutus d-
J"equ'il ne l'a pas brigue
ffy pirait u .ne pas.
J*Chel de l'Etat lui a no
"sotuhoix; a un oidre im
put, dit il. enjoliv de sou-
Ffe.etd'aitcnliousveloo es
ffahqui lui interdisait toute
F^uss'ou. Aussi applaudit-il
noix qui a ct tait de lui,
CePiaot h tche qui lui est
KVuI"epour se montrer eu-
^jenient reconnaissant au
peusattur. Nous sommes
Conque M' Bruius s'en
7'^a digne, trs d:gml
^stp0Ur D(JUS i'0Ccasi0|l
SWerlciq'e iep"
"e*^! .-i.'auteu
diun "li SJ ^Pourrait faire des choi
eux qui garaaw..icui
. une consistince aux < rfor-
mes est circonscrit p^r des
hommes politiques qui pai-
[seol lei;r temps f.irr du
(li.intage en recommandant
eurs cratures aux postes lis
plus levs, et rduisent l'ini-
tiative prsidentielle pres-
que rien. Nous sommes heu-
reux d'enregistrer que pour
M"* T. C. Brutus, ce n'est pas
l'influence d'un bon piston
Liui a dtermin son choix. U
doit sa nomination au Prsi-
dent lui mme qui est per-
| suad qu'il pourra compter
nr lui, sur son nergie et sur
son dvouement en toutes
en constances. Aussi esp-
rons i.oiis qu'il aura assez
d'influence pour ne pas tre,
comme l'ont t presque tous
Ises prdcesseurs, en butte
j ces difflcul es de toutes sortes
j qui ont sans cesse tf.ubli leur
jauforit. Un Prfet, tant par
I dfinition le reprsentant di-
\ recl, officiel, du Prsident de
la Rpublique, doit pouvoir
jouer uu rleactil dans la po-
litique du (ouvernemeut. Il
doit pouvoir connatre ses
vrais amis, les iiioinmander
sa sollicitude quand ils sont
des ( i! >yens capables et di-
gnes, "/est avec peine que
nous avons constat q'ie nos
Prfets jusqu'ici n'ont t --
une exception prs que
tles fonctionnaires sans in-
II' ence, ou, p us exactement,
d'uue autorit si rduite qu'ils
ne purent raliser aucune
ivre qui vaille.
Signalons eu terminant
que mutes les voix autorises
qui se sont tait entendre pour
salui r la nomin ition de Me
T. C. Br : n., ont exprim
leurs iegrels au Prlet J seph
Degiaf, le populaire My
Fiiend, prsent l'audience.
C est avec plaisir que nous
souscrivons aussi cet hom-
mage d'une parfaite conve-
nance.
Suivi d'un grand nombre
d'amis qui 1 u i taisaient un
magnifique collge, le nou-
veau Prlet a t accompagn
chez lui, eu une lis toidiale
rception a t faite tous.
Madame Brutus et sa mre
Madame Chancy eurent un
mot aimable pour chacun.
LE PRSIDENT TRUJ1LL0
LECTION MIE
-o
1
Les lections ;<> te Uia
na'.qui der ient s<- fair hier m-
un, aa Palais d<- ,|'\ >'. P >'"'
'a s ccessiun de U* 1juj ni
Ka npy, aei edeuient Svfi au*
(fEtaid- Il lrfur, u'u pis
pu avoir l pu, parce qu il y a
!,as eu de quorum. IM*
noua sont donc rcivo> i i uoa
die uileneure. Les n-'u^^q"'
,ieiit prsents celle s aient en majorit, parai.-il,
dea partisans de M* Ueiaaar.
A BAN1CA
o
Mercredi soir, le Prsident
Ti upllo, breos *at-najor,tail Bsai-
c w d asai^iH une grands
lie iaanc i l'ocoai M de l'i-
...,rat.--m de I u'unlioiiif
eonktinit rcemm.-nt.
itfl la latf dans la naii
rnme, la gnr->r Jmjdlo est
entr ? Santo-lJoinngo.
Rlm il
AUX KO Y
29 annes do succs.
tE
o
i M,m' Camlv
Nous crivions Vrifer^nient
que l'engonament aies les.
et de la faute pour le< repr*
sentalion du cirqoa Dojnb r,
ne laisse pas d'inquiter par ces
teuaps al'anreUM misre.
Les raisons da no're inquia^
Iode sont mullip'es. S.ins nous
arrter trouvar une carrelai
lion entre !a praenea du rr
que Dunbai i le rtgatn aracti-
?n des voleurs, il it u ^ parait
caria in qi.- le pauvre argej t
hatien eii drvi' chaque BO r
dna tlts proportions qui ap
gravent certainement la mia'e
gnrale. Par ailVara le Ci'
imaiodr des jeax -ta ntjiift
nans semble un Signe certain
a> dcadence.
Qu 9n y k Bch BS. Mil
les acrob 'les voient I m In
Bfombre des renraentauo i m
Jear ^<"it permises, et >" u un
cas ils ne peuvent ajoni e:-
dans la mme ville pin*' d '-ine
an mai ne. Le cirque Harnuni
lui-mme, qui itail pour Binai
dira demeure nus Etats Unis,
n'a jamais obtenu 1 autoria iton
de a'nrrler plus de sx jours!
dans les villes qu il viai'ait.
L'an ton t compiente serait
vraiment imprvoyante d'c-
ordenciau cirque Dunbarm
traitement (jui lui est n lus
ailleurs et qui nous prpare de
cruels rveils sans pSn.
Nous peiisrns comme noire
coiilrie Le Pays (|u'il est
temps que celle iroupe trans-
porlt ses lentes ailleuis.
Cndy lit la u
mo dans u i t.
Bien n chappe sa claiivo-
jran e. l'ais en l'expri r.
Interrogez^ln aur votre paaa,
et si .ses rponses .ne voir %*-
ait int pat, VOW tei.dn ci"
n garde, dispense le li-
erroger sur votre pr%eat c
sur votre avenir.
La si H-iu e aie lime Ca dv
est de p re Ol aer atin i,el 'a
rien de i jnfuiuo avec le sai
ntisme et 'aa autres soi* ces
i s Elle conj*c oie. .
lo t simplement, di lis avec
U'ic exacfUide uni lient du
lige. K l vous prnai la
maio... i pus i a garde dat s le.s
\... et, d'elle mase, toute
personne sr Hvre
iite/ Madame Can y,
si vous songMS a dorfte;' a
vot'e vie di s dire,- qui
. luirent au ince
HOTEL BELLEVU
Chambre : i 1S.
Avis
Viennent d'arrjver psr !e
denier vapeur
Porter Teoneol XXX
H.en Goirael Indigo
Poit-au-i rime 9 sept 1931
L. Preclzma.ui-AGGLKlii ILM
Ov Co.
B1HE NATION VLlv
!)E LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Protucz votre Doche et
votre sant en la buvant
toujours.
uidjtbelicstfents
XV dii:Dentei:
Le DENTOLiew,
*. !.. Ict. i la foi.
'.'''u'"' "nini
CV.a iTaMa Im tnvai t |
tir. il raifennil laa mi !vm. En
peu da (aura, :l donr.e aux Jent. m
wancheuraclatanta. Il purifia !''.-
ieino^tetptii,,i!ii,r -, rarora
jni. aux fui.iaur,. Il laiaaa .Un
bo-.i-he ma aemaiion cie fiai-
Cheur diieieuto et pnnlilailU
Le OENTOI.
toute-. lerT bonnea OUaMM eii
ne la barfusteria at dan, tout?* le,
-ICJ.
I
LES ARMEMENTS
S
Notre centrera Le Nouv*l
liste ii faurni, avan'-liiT. de
li an troublantes inl i ne
Qu'il lient le s'n> rai :< apondan'
a .S"i''.>-|>i
menfs anxqneli re le Geo
vernemenl de pi b ii
I ominieaine,
U ai Riji^o
bombes lacrymognes et au
et de masque i ontre k u
xi nta a ii' reue A v>into-
Domingo et, e;i mme ten
n navire ?eni ni dea E al t-Unia
' i i i*f nn Loi lot de anoto-
ey l In mil i drea aj m '
p s de 26 000 dallais et dea-
i une cou de la
Garde dominicaine l) autre part,
bientt, poursuit L** NoureU
lia e . arrirrra da Curaio une
un argaiaon de (uails,
munitions de
. i
Nou i oavons prendre an
se leux l'i aplication Feui nie, in
Bujel s armementa *i notre
atre imingo
jillo, que c'tait
II ur aider ventuellement
li r contre I imprialiame
11 .i s c ro von s
eji il ' l bii mpa que de k -
i i uses repraentationa soient
f ilea I notr part San'o-
our me t ion
iemen< .le la Kpubl
\ iaine le danger imminent qu d
y aurait pour l'un et I autre Hava
a tenter de troubler la paix d i
< Coniinenli de quelcpie c (pie vienne l'inilialiv,.
v

a-
- rari.
. i lu.
M.M.H PRR,
rmn**jamt eawj.^e ^Ir.nct i- Oh. *
**" ..""* ett al bwa laV
f f.iaaaat j.
Journal LEMAliN Poi ..u-inuce
; i.ion dr la Loi lior-
'').. relative eus appointenifnla
de% foticduiiii.it11*-. et em; i
\> publics a )f:, un dlpr
dre pouvaui biedaua le roua-
|4> du paiemenl de i ta appointe-
m> nt> a la Banque.
Nous lommta dais, certes,
que les dbiteurs tassent hon-
neur leurs obligations ;
dire (pie nous n'avona pas men
que U'applaudu a la tvo.
' de la L oi Bol i '
(.([ end mi, loul le m< i
n'e.^l pas dbiteur ou du mon h
ou n'el pas tous de mauvaia<
toi.
Pourquoi alors trut-il que
loul l ii onde subisse I
Ire-coup u'uce mesun qui d<
devi an nuit i qu'aux insolvables?
Tous ceux qui taienl l
M inqu i du dernier paie
iiuin conviendront atte nous
que c'eal la premier! Ibis quoi
y a vu un pa des gi pptse Kp||s tccroch#2
'i ^ cbel da kir, Hoy ten-
di ..: neig qeement leun
ch |U s poui un visa que ce
ui-i ne pouvait pas donner
ima d-atemenl, puisqu'il i L
lait aaieii tout chque sur lr
|ut-l il y avait des retenura ju
diciaus rt on comprend bon
que cela ncessitait un con-
Irlt nnnulieux. Alois c'taient
i i Bunplicationa, des lamen-
lartions, dea vocitarationa, des
hui lemi Dts, dr~ inpiia
D'aucuna a renl aubir le mar-
tyr jusque la fin,; d'autres se
i ue ara un trappe, d'un
autre compartiment alinant
au buieau ne visu ( un rtihl-
iirnieux a eu le eou pris et lail
tlt tre tu )|ej dirniers durent
hmas mu relouri.er avec un
ebque en main ei le ventre
Tiue. (jue de deboirea peut
amenei n i uud u uu joui dans
le pan .i tnt !
.Non rptons que lout cela
est un desordre. Nous'ie signa*
loua assez lut en deinandani
qui de droit de prendre telle
ou itlle niesutes pour emp*
. lier le retour de pareil scan-
dale.
xeni-
i i qi lia
quant
lavan e
poui t>ci mettre uu bu-
ika ..i U eXt m i on
mi le )our mme
Uu p|ai< lit> ni >.\ \n I lltcllr it
ol.X l.oi d. pi ou-
ille, nuis appomieOBeuta sans
loua* ce didiciatea.
E, SVP.
a raint
endant
... a te ces i:, .r-ci aaefa'o
ntut aller 'a vanit Humaine.
s muent c'est mini, iim patron
a une de f-- importante
Bona garda In logis p
nueiqoea joars parce (tue, tout
simplement, il s't-n', i la cuite
dune chute, daus sa eonr, lux
le poignet. Un de ses employs
alla 1 voir. El deux joira aprs.
on 'e voyait circnlant dans les
rue.s da "'ortau-t'rince, le bras
en Ickarpe. Il avait eu l'excel-
lente ide de se mettre comme
le patron. Kt chaque lois qu'il
racontait les circonstances de
son accident, il oe manquait ja-
mais d':i|outer:
C'est comme mon patron...
La Kssaaine d;rnire, la mme
chos l'ii est ai rive, mais, lui...
... a vu an de'nos amis qui,
av,int-hier,prenait paisibletnaat
ua --iij Sea View. Il tait ac-
coud au comptoir lorsque la
jastiee db^rqua avea tant aon
impt tant appareil. Au moment
o !e gwutilhoaiiae fit le geste
d s'an aller, un gendarme lui
dit, nergiquement
i t .Mil up
Notre ami ne se le 61 dbb dire
deux lois. Il montra qu'il n'-
tait paa arm, s'assit prs d'uae
table, et tandis que la justice
faisait ses perquisitions, lui,
sois les yeux du gendarme, il
continua a sirotet le rhum d-
licieux qu'il venait de comman-
der.

, la t ibie d'une de
nos raclioMi un pauvre jenne
lu aa ne qui avait la matai au
menton, et des yeux mlancoli-
ques Un triai sur qui n'est pas
nn homme de lettroa, mutma-
ra :
Mais c'est un paresseux, il
ae travail pas, lui.
Mais le directeur le mit en
garde et lui dit, en manire de
rpons i,et d'exCQ -e aussi, peut
tre :
Chnl, t'est un po'e... Ne.
le troublez pas, il est pris parle
dmon de I Inspualion.
*
a ve. hier, la Grand'Rae,
an cliauflear qui suait sang et
ean pour laver une panne
d'auto. Il tait rendu de ses
longa doits cl la machine r
live lusait de taire un seul
tour de raue. Un canaarade sa:-
vinl ei dcouvrit le pot aux ro-
ses ; c'tait le carburateur qai
lu mitonnait mat. Cause : ajan>
vaise gazoline. L'on vida net le
h srvoir et l'on alla I rera-
Fil r de i ouveaux cln / I-'i'i.ixG.
)fPLB8SY, rue Uantes-I) aton-
chea, et, depuis lors, l'auto file
encore.
*
... a vu au cirque un homme
tressaillir d'une terrible mo-
tion. Il passait prs de la cage
aux lion. Soudain un dea fau-
ves le happa par le pan de aa
veste. 1 e malheureux devint
plus blanc qu'un cheval de trom-
pette* et ne se remit qu'aprs
von pris un petit verre de Cou-
/ce li Or, Alix Hoy.
m
% *
... a vu, l'autre jour, un hom-
me de lettres coaau pour aon
horreur du collage. L'heure de
lu i upiure avac sa dernire amie
avuit sonn. Il ae savait com-
ment s'y prendre pour y a bon-
lir. En dsespoir de caaae, H
propo-a un contrerede sante,
litaer lui et de lui mnegef
pai ainai un dpart discret. La
femme en eut les larmes au
yeux Cela dgonfla I enthou
> du substitut...


... a vu nn de nos amis qni a
u. tu ressembler A un poh
. Li >-U il a la b* be
cl la lte neire. Comme
on lui en faii:it la remarque, il
ajouta 'rs malicieuaemenl :
~ .la: r, ente quelque chose
de vert...
l'.\ ce lut alors tout A tait la
pou eau lit

?


PGfi 2
**4.
> ill IMIIIHI
LE MATIN :- 12 SepjUimaueXWl
^gM I (MBMM3I gf /.Ni) n; i)!-: Gli aUTHRNiql*!
r* ,.'
Kl

\
e*
(V
on se coupe bien moins
nuiinlenant avec
authentique
Propos
humides
L'Allemagne, nous annonce le
sans RI, s'arrange pour acheter que -
ques millions de boisseaux Ue pie
aux Klal-Unis. H laut que 'es cito-
yens du lleich mangent et mangeai
a leur Mm. Aucune crise d aucune
sorte nrdoit empchei cela. (,.;. c est
iiiinoniial.en bonne conomieaocia.
e. Daileuis, si le gouvernement
d'empire n assurait pas la nourriture
du peuple, les communistes, dune
part el les socialistes-nationau\,a au-
tre part, eussent fait leur allane aux
partis bourgeois qui tiennent lu man-
che. C'est une caiaeli istique des ci-
viliss, ils ne se rsignent pas la
misre l.e pouvoir dnigeant doit a-
gir. il csl tait poui l'action. Le gouver-
nement du Re.ch est dans cette voie
qui s'arrange' paor procurer du pain
son peuple. Il aura complt son
programme, s il s'arange d'autant
pour importer d'Hati quehiues mil-
lions d'hectolitres de KHI M SAR-
T1IE CACH1T UOR, au moyen de
quoi il se conciliera l'extime-droite
et l'exlrme-gauche.
t
N'OUBLIEZ M DE FIE UN PETIT TOUR |
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Ptionville
1 pieds "altitude. L'tablissement le plus trais des en.
virus de Port an-Prince.
Seulement l miuutes d'auto sur une excellente route
asphalte. Vues mti veilleuses de la ville et du port.
U/Micnnv le InlltPS PSlH'CCS.
iJoissous de toutes espces.
Vrrangetnents particuliers pour les pensions de jour
aie semaine eu de mois.;
( Type de huis trous )
PAQUETS DE
O LAMES
SO citw or
DE 5 LAMES
40 cents or
Tout le monde l'esl rendu compte de l'inu- Ces lamas OU-
l il i : e de kuufliir des incommodits de *e fartto an/hantt'-
rsser, sjuand les lames Gi i, i iu h i C,/,
rj es peuvent saibalei un rx mo i- cillett type
que. ancien.
Les rrai i lemes Gilletti duryptillastr,
vendent mainten int pris rduit. Lin !- J&
..... ion lea nouveaux lames et rasoira Gd j/4r
leii'- tous permis d'ofni i s la rats (.i f^/Jr
it .', type Ue dois i.on.s, ce pr.xd. .1- ^sw%,
qnidatien. ^^W
Ci seul des lames neuves, anthsntiques, de
la ta quali'.e (lillelle. Jami is tous
n'avez eu l'opportunit d'acqurir des la*
igmnques j an pi \\ aussi bas,
Alifz vi lai es l'acquisition d'us ho
qoanlit pour vous rase miens que jamais.
lui vente psi lout.
Gillette Safety Razor Co.
J.D. MAXWELL & O
Rue Rpublicaine.- Pot-suPnnce, Hati. DiSTitIBUTJ Ur\S.
ul en
i .
i) s nie loi t * ppari i
q ils J.ani
V
I u d i c i in
A L'ATTENTION. _
lil) uLmluL uHuILHL/ ,el
___ I .i il heu S l'Htel I lac<
\ Ja< me I..
Les habitants; de la qnslri-
me avenue de Bolossc e plai-
gnant du dlaissement ('uns le-
quel est laiss leur inte.esf-ani
quartier. Depuis plus de deux
mois, pas le moindre eoup de
balai n'y s t donn ; c'est din
cembien les immondices s'\
amoncellen offrant ua specla
cle repoussant de ntalpiopie'
qui s'aggrave du danger qn ell( I
constituent poar la sant pu
hlique.
Allons Virens. laissez-vous
attendrir, el envoys bo
retard une quipe d'hygine, e
deux camions, rendre sa qnsr>
tier son aspect rjouissaul d<
propret.
Champ de Mars, dinge pei
W. k; i ni.
ACTIVITS
DE LA JUSTICE
Avant-hier, vers tl heures
du metin, le )uge d'instruction
Lescot, accompagn du chel et
du sous-chet de la Police et d'un
nombre imposant de gendar-
mes, se rendu S l'tablissemi ni
Sea View, ancienne mi s m I
|ien Roy, i la Hue Tr:
U lurent laites de minutieuses
perquisitions. Toute la eorre
tendance de M. Elte Salomon,
e directeur de l'tablissement,
lut saisie et Selomon mis si
tat d'arrestation aprs un court
interrogatoire.
Nous ne connaissons pas les
asetife de ces graves mesures,
C'est ci' soir que sers don
D Th rs Taldy U grsnd co
erl ofleri bu public de Port su
rlm psi le msestro viole nisti
uis '. K i -,11 Dl g sn i dent s t ppi ct< srertis i
ls (lue Lsobu hf. i ne 2
lio1 qui uni voulu laire psi
grr leurs amis |i | Itus i
lu'ils i ptou .
Pi v entn :H t 2 g< u
connu aceri t
i *v. | rcises.
ae.
heu
r
. on se plaint de la fa01
doin les propritaire* procde*1
; l>! vage des \ ores. Ces ao'*
maux ^oui eu 'oue libert o
a pu laSM u" dans des mai
eau stagnai h 11 u fecle pio
mu li des maisons d'hubiiaiic
On s u plam svec raison.
s

Oa se pLini aussi a Jacnn
di hiei s qui courent le.^ iue>
. n ph me libert. Ce qui es< dan*
gmeux. Ne pourrait-on pou
nuslquts jours pr er aux
relie i s notre si actd Ti
i-. in?
IT A
LHtJPlTAL GENERAL
Mercredi aprs mi li,le jngp
de paix d la sic ion Sud, M
IVni e, :k com-agne de s<).
grolfier, se midi I Hpil |
Gnfci"! i, l'insu -u mde
iin,Mi le Docteur Bon rand,
charge de !a salie ou se trouvt
Mi Maurice Gourgues,bless
dans un rceot accidoul d' u
to sur 'a route de 'eli- n-
Ville, se mil iutorroger ce
dernier.
Le cas de M. Gt^ur^ues r-
clamant bu repos absolu, >'
lut tort Lit gu ar cet nttr-
rogatoire si bien que son cas
l'est a^giav. Un prtre di
mme eue appel son cne-
vet.
Le juge de p.iix a endoss,
l, une bien grave respousa-
bilil.car en tout pays, mme
pour l*-s plus grauds et plus
dangereux ciiminels blesss,
les magistrats ue les iuler-
rogeut qu'avec de giande*.
prcautions et aprs autori-
sation et avis du mdecin
qui assisle toujours l'inter-
rogatoire.prt. tout moment,
luterveun pour le laire ces-
ser et poi 1er oes so'us au
patient.
Lacie de Mr uomaue m-
rite bleu uue sauction.
U-
nie
Lin-laldy
DEMAIN SOIR
A S Heures : Matine :
Potemkin
Oo LHOMMEQUi VLUT MOURIR
Entre : 0 50 ; Bal cou : 1 00.
A 8 HEURES
iim"d'u i ta-'e marv^i!leux qui se d^aule la cour de l'Im-
" prelrice Mane.Th rse d' nlriche
La Baque Imoriale [
prel par la ravissante eedette Lil I)agov,*r et le
acteur Ian Ptrovich,
Entre : 1. 2, 3.
superse
LOTEK1E
I
rrjj de 1,1 l're classe Ire 10 ei 11 sevrsjlfe.
COL0.VULK DANOISE
eu ciu'i otasses.
L Etal Oaaos garaodi le montant jtotal deslots.
Stl 175 lots plus 8 primes seront tirs sur seulement
50 000 billets. Fresque la moiti dos billots
gayue donc infailliblement au courdt5
tirages. Chaque mois un tirage.
le plus t|rs let au ras le plus leareii est de
120 000 imm"n
200 000
= fin iniii
Lo | in > ij>
Couronnes danoises
daiioiM*
llsllars
aimiuains
ei ijiiines
la
M M
A LA RESPECTABLE .
SE LA tHlTE


o
I |>ande de m;tl lulteui >,>t< <
dt.s habit Noirs, terrorisent h
ville ei 'inini lient mille u (
laila, [I pareil que la police es>,
tuaqu'ici, impuissante meiti
lin .i leurs e\\> cils.
lui dernire heure BOUS ap-
prenous qae, t^ csuse d'un sc-
qui lui v sui v nu M
ois Rivei i ni si s 11 sob
concert ce soir.
Nous renseigm rons.
Le PreUeil \iuieut fait uue
\v 'ii ni'lr rit Ville
o
hiei rs ni .i 2 heun
i oins le quart, u Prosideal de
Il ;p h II ait s I lil une prome
td< std dans sa i
une.
l'artout le Chel de lEiat a t
salu, avec sympathie par sts
nombreux amis.
Ncrologie
_o
Nous enregistrons avec pei
,i ic de.- sui venu hier ma
lin a trois heuies, de M.ui; un
liugon Lechaud, veuve du ma-
gistrat intgre, mort il y a quel-
que, annes, et qui houois si
h i ut t ment la Magistrature ha-
tienne, et noue Tribunal de'
Cassation o il sigea en qua ]
ite d Prsidi m. j
MadesBO Hug i Lechaud lais j
s ie souvenu dune pouse et
dan mre incomparables, qui
n'eurent d'autres cultes en oe-
hors de la piet, que ceux du
souvenir du devoir et de l'hon-
neur.
Comme on le st-it c'est
demain matin hqi4 heures
(.relises qu'an:oui lieu la
logo La Vrit, No 47 i les
lections pour le vnralal.
l'armi les candidats se trouve
noue ami Samuel Perelra qui
compte beaucoup ('e sympa
thies dans la Iran -mam-
nei le el qui se recommande
puits c ll.M U qu'il atoU|uurs
depioycs pour le bon renom
de cette socit Foit-au-
Pi ince
Si candidature a 'o bit n
accueillie; dans e monde de
ia maonneiie et, sans nul
toute.il s rtire vainqueur de
l m ni d* n a i ii malin.
.\oiis ml piese Ions DOS
meilleurs vux de succs.
324006
t HO 000
1 OH 000
72 (MMi
;7 i.oo
tu>.
Dollars Couronnes danoises
eu>.
90 000 oO itMt
() 000 13 200
30 ooii 30 ooo
20 000
IliOUO
2* 800
21 (ioO
Dollars
litMKI
12 OUO
10 0041
5 000
6 000
el dis milliers il astres lest roiisiderables-
iVi.'inriii immdiat (1rs ieU eu aiyciil coniptanl, M*
aiene oieetiea.
Les billetu originaux cotent pour chaque classe,
trais de port, lista des numros gagnants et tous
autres Irais compris :
1 I 1/2 1/1 billet
2. 4. 8. Dollars amricains.
Attendu que le tirage de la 2"" classe s'etlectuers
dj les 0 ei 10 dcembre et en considration du
voyage bien long des lettres, il se recommande de
remettre la lois le* mis. s pour la 1'" el 2"" classe,
c'esl--di'e pour :
1/4
1/2 1/1 billet
4.- 8
16 Dollars amricains.
Le paii meut eut rire elfei-lu ea billets de saoquf N
chque sur RcW-Yerlf par lelire recommande.
L'eavoi les billets originaux ainsi que du program-
me olficiel a lieu aussiiol aprs rception du paie'
oient directement par le soussign
bureau d'expdition autoris.
A.
Oipriihagur K ifiti Halle
.ES i
' "CULTES
i II Iht
:' ti

- irrt

Aux filVs de la dfnnie.
ses fil-, et tout particulire-
ment noire smi e( collabora*
leur Thomas Lechaud, le Ma-
lin adresse l'expression de ses
plus vives condolances.
OAT FAKeS

Les Meilleurs
Pour Adolescent*
parce que l'avoine entire
riche en lments nutritif
acte
CUITE SANS FEU- ^
AU MOULIN-PENDANT 12 HEUtt>
Flocons d'Avoine 3 Mnwr^
U ikliuin Barbaafonrl
S>aar4a ieaat*
Bai.-- w mai :
un HAuiANcorm
Op< :Kuae CWI
a S/ti d^a. p. Saaire tpiaoo1


1* :MiTIN L'INSTITUT CUY-JOSEPH-BOilliET
11
F* ,, vcs El e esl 8i-
P .:., niurui ui
M '*" '.. I)......
}.1;
K.-"'| ' ; )
ail caserne m
,,., />.' u-chnime
,; i ICI s
f, j-.isl Sr" ''*
j l'enl'Mnn u
|..: eious, I' s 'i
''jj 5, seront di s
Jar.s I" '' "
J ut |a 1 e e:- V d'iii g
..r |,|,i> lard le ta
j,|,ljiD de le dissiper on
r
sero .1 1 la es pour cens
i- li ni scdK io ieur.
Quand aux attard* ils se-
rons l'objet de soins spciaux.
S'ils ne savent pas tudie-,
*Hh no t c de t'coia
psr s ne '. maladie ou par
q..... m moire, a rames*
l'i mi. 1 uv-Jdw ph
nut't. Nom ,i\ ,.. ..u iy<-
,: * i l 1 !,ra >u |ui
il \. Il)|)|r ni la llll'DIOII.- ( I
aident .1 > pares lui rapid,
raem. Qui nues leons su'i-
''"' pour donner on fiance
au v de cou agi s.
Pour pi ospe tus ci iaserip*
. voirie Ko dateur Mon-
Ml U! IC |.- ()! vvcur
I i DO SNVII LE,
p es de l'Hopitai Auier.eiin
Liqueurs Sirops BAY RUM Eau de Cologne
uaux,
Tous ces produits de fa distillerie de l'Aiai
;'d parfois suprieurs en (junlil, a-x arti fes simMrei
imports, tout en cotant moins cher
! IMPORTATION DE VINS
DEPOT: RUE DU MA SfM DIS L'ETAT. PRfiS DE LA B&KQ ; I I-
M. FONTAINE
c ^ \ &
t 1;

AVIS
Jr/.s m/.r ti&o/j .;
rvlce Hydraulique
le Port aivPrince et
de p:on-Vilie
E vei le au cabineI di Mc
M. Morpeau 631, rue Ferou
dH ^ervi(e eten sa decieuie, 812, Tor-
er s bonnes que cca!e,de ion code de proc-
|mier dlai pour le paie- ^civile annote ayant ,raU
de la taxe dnudes " Irbapaoi da le.e_ius-
heal-septembre 1931 j " PJJJ comnjeMa.res.
ftipirer le 1.",de ce mois. "*'. eersnes e. les m
N celte date, tous |les -J'ftcatioosportesaoxart.des
tas retardataires et donl d c0.d< lo d,'n ,rs ,nbu-
prises seraient coupes j naux ae P*1**
or del e, de\ nnl payer )
pende de onze lourdes pr- ^^ r^rToccBiTiiT"-
par ls reniements po'.ir ; ^5jl (fli -i nmuit i aon
i rtablisse m eut de la cou- 5 ^ffi^TBilTE FRAICISE
-tion flr"jflf*Tv! W>s M. Fiub. SI 0l. PARIS If
IhrUau Prince, 10 sep. 1931
La Direction.
j nu ruiriMiN r
ei/aBE^'lM * ROUVtL ALIUH t min Ml
':'..' mcg-i u lu* iIiismi
Rr..iv StniatiinMiiM dM Vnl* l*ert tm
IritMH SmhIM.
UNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre AS des portatifs.
'es quatre irodlra de |banos portatifs < ( Il n Ma i ateol ce qu'il y a p 'ni! les portatiis tabiiqus rani U taam fini irtout de soeoril.
Le rrodle \'o UV, r^istecr r, tsl uo cheld'oiufre, e :. (] .
Use* -i DpartimanlCOLUMBIa al vais serez la \: w sonorit de ce
pati! insti n nt.
Le Garage KN'BGR t^ra bfuiaox de toos di . r 0 rr.o lirai
de par!tiM en Uock, St .-uss: des radios pbooos n-ht T-
N'achat fi pas avant d'avair niant u Isa sssnts Ml
L nates Magiques" raprsaateat i staa lacd de la SUPR&M i i
KNEER'S GARAGE
Ag-.vA : i- ; IRII i |T |-, ci'l'
C PU Cbr. M .
'lh C BRUTUS
Wmmi-
difl rtnts rurdlrs
1 ViS
T
DE A

Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES, d'ASSURANCE
sur la VIE
EL C. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
1


comprennent la Protection contre !
Foudre .(ians auam^ntation de taux
* Agents Gnraux
a
t


~ aarf
?v


Samedi
^Septembre iU ;1
Le Mai
4 PACIB8
Part au P
Tlphone : 3616
t*MMIIlM4-' -*
rB^5S?
--
FAIBLESSE
DBILIT
I
ariur * la rfnd* ru. ** *"# '
1iU -
DESCHIENS
Ili5uiog!obino g
r IVHu atdlwla.
Arfui faux * -"r/*
--. ; Ter-: r ------
A vendre I Panama Railroad Stamshiu Line
Service]de fret et de passaqers enlie
kes Brothers SS G> Inc.
ytltf ttt tant uowlngo -
Le saal Bonrice hebdoniaduire H lcher
trt Mire le porls du Gt'.l : du Texas directeme:
Ptrtaa-Pririee. Mail
Poar la
Porto Rico
passagers et
?te
1 : dfboard I' nmnul C-
i < IcB'l <
1 !" ', ;i ir.'n ,'i en Bitjo \
54 I s de d # re.
I Grand lit lonl en meta1.
1 S, murer en bo'ier no n
1 Ventilateur lec 'nqne
oscillant, neuf, de 11 ponces
do diamtre, Pris aux Etats-
C, is: Or27,51 ;
s'adresser au Colonel Wan-
w.ii ht Reai Itnct r* ioot
ct ix Me Albert Il liearl 0 '
t
m-aam* Frenee
Vl^ttJ'P?wr nrw k fW 17 lataa t^eet. Livaw-oL tfitLaal
to r,. Vf. ^^^^ *'
ENGLAND, SCOTUMt) MUt *
Meaars W, SHELDOM A Lt.,
Jt7 JaM Street. La*r.>t >.*Hi .
?.*** ,W ShaWo-i A" C se. rear.uatai l th. ..tolloffiii &rl
........ 1 tlphoner Marine Corps, No
rrmr ia rception rapide t le uauiM.-nt lubie 4e W* j1 0.
lasporiatioas, serve vous toujours des Bavira* le LYK.l
Las prochain*! irrivaa y
Porl u-Prino
S^S Genevive Lyfcei i
9/S Alain i Lykesa
Steamer Mngerei Lykes
S/S l'aima Ltkae
5/5 Geoevive Lt es i
, i
4 sapttmbr* PM
Il septembre 1161
17 aeptamars 19K1
'2f>
2 a-tohra lt81
LOTlRIE IfflLE
n-a tua ttltaet lirflcalit tMttSprfUl M*er* et la kit taire Hati
Mas rai. le. et p rI dli ,iV,,Y(Jpi-t Grittotal, Ca.si Zone, Util ne 4 Pma,
lareaa
Kue lu Magaaia de l'Etat, Boita l'est:*
ALUMINUM LINE
Ns*- Orlans au l.jliobllt I i P-rt-iu-Prince --Southside
Haitien Mntporl Sanlo-Domingi ood Macaraibo.
"ings (> lober Siillln^ Nae. S-illii-^
5tpten ber H Octobtr.l Novambar 3
Parle : S pte'mber Sa,
afaar ( leaoa, La
ails
Habile. Alabtraa Suit
? ai-friiii-e, laiti Due
Aax (vas Heili Due
Jacmai. Hati Dne
|lo-lgo. City KD. Due
Sa a Pedro Mac.RD. Duc
Uaaaraibo Due
10
7
12
2R
"il
T,
\h
17
'il
22
as
.New Orlans .nu! Mobile lo Port-au Prince-
|IorU)siia Hatien Ootporta Santo .Oomingn and Macamibo
Porta Srpteinber Sailling* Uclober Saillinga Nov.Sai
BtwOrfant, La Sail Sept. 22 Oc'
yohilr. Alabama Saila
Porto au friofa, Hati D i
N'ov
*24
.ie Oel l
flap-Jk-nli-Mi Due .'t
Puerto -Plat, P.. D Due 4
San Padit, Mac.RD.Dne
BbvDfo Chv R. I). \)uc 7
Uaecuaitui, \ iiiaz Due 1')
Ptd* ttus Ita mires rea'tei^aements s* -
A.DK IIATTEJS k Co, agents Gnraux
ALU INIJM I iv:
Port-au*Prince, le h S ptembre.
20
22
*2l)
31
1
3
1
7
AVIS
Le gros loi 'le la Loterie
Nationale d'Hati, vendu su \
[Cap-Hatien par 'e placier^
! Louis Montreuil. a t nay j
; par notre agent local, Mon- ,
'aieur Ubtrt Bliard, auxper-
sonnes suivantes:
Klber Mathieu, ratetier
Charles, Box, irehittde
Ime Vve Hermtnn Penzo,
comneeremft.
Hubert li avocat,
'in na l'.y-s. plia m'a ItO.
Mi DSieor Marc Amle (iui-
leau chaufl ur^incanuien tu
Service Technique, a gagn
e deuxime tf-os lot.
La Dlrectiot
lblitlt nanatawV Ca
21 ftua de la la Rp bbque
Marseilles.
Hernt Prou k Co. Ltl.
AS Quai Geoiffl T.
Havre.
He-NItl reron (X Co, Lit,
;Rue du Moulin Vaot'ir.
ioulog"ie Mer.
Me>srs. A Ruse* & ?
H A kngade ;oi enh >ntra.
L% NtarrT.
totemalionai
Sptditionas' Ikap Oalo?
1M\1 Atlantic Preight Corp a
Billinnaus, Haraborgl.
Gcrniany. *a
Hcasra Atlantic 1-ieig'it
ro'por oa
Gennany
Heaara A' antic Freinpt
Corp'o.,
24 Q ni Jortli a*i,
Antwrps. Hcliun
4aw PtauM t :*|LU
9t Rue les leH,
Paria.
**. r> ; i >s k Co LU..
d le l'ranq ilit, \
u i ikir^ne.
M*n j v.o(i'' (ttl-.'
) l u Roy,
B >rdeaux.
''i", i s . I '.. t C > i *"C .* v "
Pivi S >IvTr*e.^> l')G
j
i >
. )Pra^3U i- 1 vs il
[X'tfitsk Bipftttj
C i hanbKt,
iiitrifL^tm r v;i i
CoaP'n.
loa^ Rm nao'ti \
Kitte-l'" i)ll''i;
a>aai
FWYseitey
AVJS AU COMMERCE
pAtiVl-lME*"""*"
SLLw^^ .-f i
GSobufics Rbauo
B*la-C*lemkaa istmei
U STM ROUGE
C mpte dj une importante ,
c ieutle, grce la rapidit
de son ervict,ao dvouement {
de son peraounel et au iras
sympathique accueil fait aux
acheteurs.
Allez mus. messieurs, rem-
plir vos user- oirs 'le fssolint
et tl'bnPe k la
STv'IION 1 OUGb_
405 K e Pave, Oo.
Ce ejr) ao J
Co q*l no
*U At toit
o-tAtro da>*e*
La eanama ftailroad S'eanisbip Line a l'a 'autuge d'an**
oncer les dparts suivants de s'ew York | oor porl :n prince
Haiti, directement, durant le m >is de
Bpurts #V bru/ )rl<
La steamer tloCOB*
^ i Cristtbala
SfS Guayaquil le 2*
9S Ancoa le 29 ?
septembre
rnvagm i l'<> I tu
1931
rrn#e
le 1er le ptembre 1931 (i nep' 1*31
e lo s pt. 1(.>81 le'iA sept. 1M1.
septembre l 2^ p' lt:tl.
septembre lfttl la 4 octobre 1931.
J:s 11. TAN REED
Agent Gnral
attention
Progrs Nouveau
Rhum Nouveau
Arme dlicle s t^ot I
\l exq <\* rix r'loit. I
COOl dliait la>' io>iciirrnce.',
(I.\IHI\ VIE 1
i aes G *AZON
4og|e des rues lerou
et du eop4t.
Tlphone : F313.
Kola Champaqne
F. SJOURNE
Prpar ans des fttriMoot fMittwi
DA5KPS1E
Prparation et Vaiate
PuamHCfi r. SEJOUR.....
Angle des rues Roux et du Cent a.
Laboratoire Sjourn
DltBCTlCM .
F Sbj urn, Pharmacien _
r s"oOM* narmaciandt^lUniversK de Paris
M sSoohu Phirmecie.d-*nai errij de P.rit.afieQ
W" interne dei Hpitaux <1 Nns.
A-alrc" *" Urines,du s< c ga^tr-que dn sang ( Was.
ssarmtn; Ure, Codante damb-rd, (dycm.e).
S Des crachats. Des matire lecal. s.
saulagede^ mauxdellael
la nvralgie e-i M mialtal
Arrtez nu relroi lisBiaat le
' nremicr jour et la malaria sa
rois jours.
6fi(i sauve le bb du retroi
di>ement.
ILE A L

Ma te de O ura i ^ nille
siv^ rue du M i n .in d? MM
<>;.* do la inii-ion A:lrej
C Hike. r*-e n neii orcupe
pr la 'ie i lir n ri? l'Hwli.
S'adresser a MrST\Rl>
du Qui, "n lice tiare du
Che mi i de Fer.
**
mmmm&a /
ASSUREZ-VOUS
!a
General Accident Pire & Lif
Assurance Corporation LUI
de Perth ( Scotlund i
Uai la wGLNPPAL -
4t jaait. Le sole il ne 8'
ataBalr
Ses Polices contre in
Ses polices pour I
ses i auti ui dans s:- |
Ses l nlio i ' lim<
Ses Polices contre u
jetrs dfraient donc prei
"aa aoias 4000 dollars. Iti
t i tdai plus puissantes et des plus vaitee urganiaatitts
c< e Jamais su; son champ d'action qui embraatt le
mvTtttl aussi les d [ts acttaioonts par la loutre
mobiles couvre vols. lie, malveiltauBCt, eanasaafe*-
rsoi ne on < biens
mises pai ses branches dTEui ipe sont payables enflait!
dents sonl valables dans I univers eutier. Tons lta voys-
re a prcaution t*- e munir d une |ioli< e contra iccidenti
prime annuelle n'tanl que di l/2 /. aoit 20 dolltri C. ^
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
ECOUTEZ!
Le lllitim Saillie
BAhS tO!\ PROGRAMME
GOlSCERl Orchestra SCOTT
MONOLOGUE Papayonte
STATION h H- &
Port-au-Prince !< H^ti )
oOS fBNIi
enl Gtti il panr I ii*'
l'oit au-li n. r 1^. S1LG
.i a:' SCBEi
';
< '
u


i&z*i?-ijaS-2.
! '.
.'FffaWB-V
lit
<
ww 4 : ,* a a a 2 /i Charl i c r- M aleb r a n che & Ca
ISilUiCniie \ Vm, C^mm des Dalles, 12H
TWphon4M.-2W


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs