Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03713
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: September 9, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03713

Full Text
Cl�ment, Magloire
aafJ RUE AMERICAINE 1361
TELEPHONE W2242
i mir cire tranneiii aaiii I tint
�e l-iiidic comple if i c ejni sa pjitfS
�aai I .imeile 0M1 qu'os aime.
I f oa TOI STOI
gfcaj ANNEE N� 746.�
PORT-AU-PRINCE( HAIII )
MERCREDI 9 Septembre
en;
Pour
P. notre"
L'ENVERS du D�COR
y p�ril {ha�tien est corn-| un lambeau de;, sa dignit�,
� jC H est d'abord d'ordre celle o� il faudra "se baisser.se
r j pour tons ceux qui | tra�ner, rare par.
:� �-'��Pays a regres- S'agit-il d'un exameu, on se
fera recommander pardes po-
liticiens et si le protesaeur a
assez de caracl�ra pour se ca-
bier, on intriguera et le tera
r�voquer. S'agit-il d'obtenir
une tout-ton. ond�nonrera le
fonctionnaire comp�tent et
i3D scientiMque et artis-) int�gre coaame un m�content.
ie Je la vie. juu opposant au Gouverne-
Certes, naus avons laulo,la
iolortoplionic, mais nous
p perdu,!e go�t de l'art,
��*-
car ,1c progr�s n est pas
noiquement daus les r�a-
tiooi rnat�iielles; il est
rtoat dans te c�ur de
notre, dans son d�vclop-
-eotintellectueletmoral.il
leste par la haute con
ment, on lui pr�tera toutes
sortes de propos, enfin ou
m�dira, on calomniera, cela
m�ue � tout.
Comme la le�on des exem-
\,us \ivans eu vitesse. P'es vaul mieux que celle des
Cl on s jouir, jouir phy pr�ceptes, les tout jeunes eu
lerr.ui autant.
yjlu'de dejla r�tlexion, l'a-
Jes �tudes d�sint�res-
Moeicciil surtout, Mdic >ys
ijjenerveux; e>;acei b� par k
iioriiement de toutes I e s
nullit�s, ne nous laisse-
nt le temps de penser, de
uner, de iell�chir. Nous
lommes plus que des au-
ies sensibles mus par
app�tits constamment en
| et toujours insuislails.
Au point de vue intellec-
la situation du Pays est
intable. A peu d'excep-
,s pies ou ne leucoime
tdes espri:s moyens dont
binalit� est il�coucertante.
,\ous avons sans doute cha
leaDnteplus de bacheliers,
us de laur�ats au Brevet
|nple, au Ce> lui at d �tudes
Bimanes, plus de licenci�s
droit, plus de m�decins et
� coutie plus de rat�s,
os de truils secs, plus dt
odidats impeuiteuts a la
iliiicaillerie, et aux iutri-
esdes/ou lisses. L'Ecole de
oit,- celte Ecole primaire
urAvocats --vomit chaque
n�e des licenci�s eu nom-
coDMdeiable; nous u'a-
es pas pourtant de nu il
rs juges ni de meilleurs
Mes.
olrelois nous avious moin&
.dipl�mes, mais ceux qu>
�Dt iciisM � d�crochai
litre ce l'avaient pas ob
pat biigues et inwitfues.
�lit;!:tique clnre poui
�t� proie*sei r a i'Ecolt
le de Droit. J y ai �tt
en pleine chaire ei
le dos parce que j avais
Blaire et j'avais tait mon
ir avec dignit�, int�grit�
Fopret�. J'ai l� dans mes
des pi�ces qui leroui
les grands et petits
idenis de notre ain
we d�primante si ou mo-
lles publier. ,
laveurs politiciennes, le
toportequisme �, le nepo-
* et la partisanerie ridi-
6t imb�cile ont d�truit
""libre moral du Pays.
[�'ailler, �tudier, p�iii
'� textes, ce sont l� des
�elles.Ce qu'il taut: �c'esi
f tron.un protecteur puis
|� � H laut �tre lierre e
aer chaque jour d'un
ndi.
jf triouipae de la m�dio-
de toutes les m�dioen
1 d�moralis� la jeunesse
�olei.�Aqnoi bon �lu-
� -Ppreudre at m�me sa
��dit-elle, puisque sans
on peut arriver � tout
�Une suffit que de plaire,
�au premier taquin, qui
se donner de l'impor-
te tait passer pour M�
�� et COmni� ( \it>nAr
autant. L.e ma�tre sou-
cieux �le sa lit lie qui voudia
arr�ltr celle explosion d'im-
moralit� � la poite de l'Ecole
seia consid�r� tomme uu ra-
doleur, le p�ie honn�te qui a
pu garJer sursouenlaut quel-
qu'autonte comme un arri�-
r�.
S'ils savaient quel grand
mal ils tout ceux qui du haut
en bas de l'�chelle sociale et
gouvei nemeutale encoura-
gent si.it par int�r�t, l�chet�
ou complaisance toutes ces
tatWease�, ils eu perdraient le
sommeil.
Lixemple, ie boa comme
le mauvais, vient de haut.
lia doivent se le rappeler -
ceux-l� qui ont une parcelia
quelconque de Pouvoir ei
d auionte, que leur tathe est
imnieuseuu poiulde vue nio<
rai� l.s doivent �tie des pro
tesseurs� ue vertu. Quand ils
l'oublient il importe qu'a
leurs oreilles boutheespai les
(ouissauccs mat�rielles ou
trappe � tomme un sourd #.
Qu'importe ce qui peut eu
uetouier pour celui qui a ose,
il n'aiiia lait que son devoir,
oist �a, 1t. devoir du journa-
liste, uu 4-rolesstur, du pr�-
iic.du pasteur qui ue doivent
p��s taire Qe leur temp.e
un marche, de leur chaire
ancres uu uipot.
l/esl le devoa de tous ceux
qui ont uue plume e, qui sa-
vent uon seultmeut ecure,
mais penser. 11j> uoiveul s'en
aervu pour taire SOtinSf de�
veines. Qu'importe si apr�s
avoir /au leur t�che a eux,
leur grande t�che, ils connais-
sent �les jours saus pain et des
nui ta saus souKuail. Qu'ils se
le m ciii ets individus, jour-
na li�tes, pi eue�, pasteuis.pio-
leaktors, chtls de gouverne-
ment: ils s'avilissent quand
ils oui peur de se servir de
i autorit� que Dieu leur a
coaliee par ciaiule des res-
ponsabilit�s.
Quauu lea chaires, qu'elles
�.oient sacr�es ou prolaues,
�out muettes, on est a la
ftllle dune dissolution &o-
cltttc Ces suencea calcule*
ao�t cmx qui rappellent celui
Jo tombeau, celui des ciaje-
�eres.
I Septembre 1931.
Alfred T1AU.
5 dit
comme Clitandn
souvent:
"�Pourraque je pUim�tMM
n'ai h�J-. ,. . Pont i
a�ire affaire o�
� (sois attach�
es
Petitesses ont bris� I.
* nos jeuDes gens de
*"*� Sa �it-il d'entre,
JgLfeoie sup�rieur
our!'aa,a �rande Porte,
,Qo passe sans per�re
Seloa les d�p�ches d'Am�ri-
jua, la paralysie infantile s�vit
� l'�tat �pid�mique �_New-York
o� l'on a �ooatat� 722 cas de
ette terrible maladie.
Le Comil� .d'Hygi�ne, ayant
dress� un appel � loua eaux
ui avaient �t� del� atteints de
mal et qui sont donc imnii-
isis contre lui, pour avoir la
ai i> n�cessaire pour pratiquer
a translusion aux malades, le
iouverneur de New-York, M.
Kooseveit, a donn� une pinte
de son aang.

Hliinit
ALIX ROY
29 ann�es de succ�s.
LE
Dans une note publi�e sv
di, nous �lisions, � piop�i de Ja
loi dont une disposition dimij
nue la montant de h eau'
UN AVERTISSEMENT UU
F A L'ADRESSE
OE QUI DE DROIT
DES NEMHUUS PARlJUEi A L'AORESSE
fi fxse
de (a
Xttiis publions, a� ��- pi
lauit suivant qui nous n rlr ex
p�dii par le Parquel de Port
� au-Prince et qui rappelle � lotis
d�poser pour la licence d armd ceux nue la chose int
i laf, qoa Maasieura les .h-- q ues-uns des lern
saurs <|Wtmtd�poaa l�y dollars I Lo/ ju ; Aoul /-,. � sur /eJ
de caution ret 11 icha:. ni le .no ;(,/l.s.s(.v nouvelle: .
ve� dw b�a�naiar de 1^ r�di
non opei� parla loi. Nous �-
ajoutioos qi u cela nous panda- Le Commissaire au Gou-ver
fcait assez diltieile, vu le pni i ne ment or�s te Tribunal d*
pa te la non i�troac;io�i dv* 1�re Instance de ce ressort
lois.
� < psodantfa�u9 . us.si
que plusieurs bo.mmes tie loi �
qui ix�u�en avoiM caus�, nous
ont uit que la cautifn �laot une
chose piovuoire, uu- garantie
qui resta la propri�t� uu d�po
sent, la diff�rence r�sulta ai d�
la diminution pi�vue pnr la loi
doit �tre rembours�e a ceux qui
oui d�pos� lu dollars. D'aqliea
chaaaaura croient toolelois qu'il
e*t beaucoup plus simule .le se
pr�sent�t dans lea buieai.x de
la G. d'fl. avec leurs Insil.s el
de r�clamer la re.st lut ion dr l<
caution loalrc remise de l'ar-
in* et aussit�t rie prandr� il; i
nouvelle lictiite en d�posant la
caution sur la base de la nou-
velle loi.
Fiusieun. de nos oemroda
� ous eni deiaande notre opi
mou personnelle. Nous croyons
que le moyen imagin� par les
thaaseurs de r�clamer lu cau-
tion, puis d'an verser uue nou-
velle selon la loi en vigueur ac<
luellerr.enl, ast U mojeu qui
nous semble la plus simple ei
le plus pratique pour permettn
aux amateurs das plaisua cyn
gstiques We b�u�lcier del� di
uiuiuiioii de la caution.
Du p�trole
Uu fnrmideble gtaemenl
p�trole vient d�lie ouverl dans
la r�gion Est du Texas ( ]
Unis) Ce ebamp d'huile- pra�
di'ir* 225 barils de p�'role p u
jtsr St par nuit. La gistme�i i
aie plac� s'oas la loi mariisle
i .1 dave
publication ou reproduction d�
teljea luusaes eal un l�lil
pr�vu al puni rbx termes de
loi �lui AoiV 19 M d' na an
de mille a d< ui mille go rd s
i d'.u i enipi isoiii- itie � > mx
mais j, un an ou de l'une de ces
peines seulemeir, lors�j le la
publicatioa on reproductio i �
�le natore � troobler ia paix pu-
blique.
Les uns ei les autres justicia-
b ts du Tiibuna' Correctionnel
el puruasublei au m�aia iiire,
les a a leurs el les rop galeur�
de noUvellaa ou inlo.rmations
ses et pei ri c qu'ils
�aveni lauasea ei pernicii uses ci
qu'ils publient el prop.-igent de
mauvaise loi par quelque? mo�
yen que ce soii m�me autre-
ment que par la roia de h
^ie>se, ne peuvent donc pai
guorer qu ils sixpoent � �tl
poursuivis contorm�menl aux
lois en vigueur.
Cet avertissement ^salutaire
est � une lois pour ISUtes �
ilonn� a tous ceux qu'il appai-
Ueodra. Uoni acie.
PROBIT�,
PRESIDENTIELLE
Les, joui ameri-
caii s publia I le texte d'un
iguliar sale notari� qis le
g�n�i Jorge Ubico," pr�ssi-
dentde la R�publique de Gua
tsmsla, u i dt �tablir van;
prendre ses loin lions p
inv ntoi iei r � fortune per-
leelcs un.
H linl par i stgumeni
en rd c olrs lea
m�disuuts �|ni i ieot un
jour hacclssi de s � re.enrii In
uu pou
presse � oil dans es g
un �les plus noblss i
l honneur d'un borna c d'Etal
ddpui > l'iodepi udance d� i A
- , h me.
Si i � su e : rs ;
n ite t-il |us sous �i i
� usses .il les
luttes : olitiques du Guste-
la ?
LA
A
Par sans fit
LA il iVAMts., 8 Sept.� B en
velui >)'i � bai ne
>ie olfl proclam�e i
sa H i. l'agitaiion devient cli que
|o .i plu� �ei - * ' .
i nneuls de bombes.
rappoi (s daclatiot que le r. i
Mai li.i U) Si'" pi i |):i ,� .1
i: s onuei enStiiVtur de 1 � *
ni Alfred /. lyaa i aui
^ est m .-! la pan, turenl olfici�l
ieioeui d�meuli .
Fau an Parquel de
laie, ce ."> Ai.i'n 1931.
A. BLANCHET.

de
Un incident
\ Sam Hirhel \i� lAlIslaye.
C'asi ntr�
jui a relaie, aamedi, q ie la
'lion di *� � bel �le
l'A'.lalaye a pro sli
allatioa de M. Sajooa comniV
pr�aid�nl de la Commission
Communale di celte ville.
La mandes .Mon h *� :� p .
" :l. � '/ � ,. ,i
[�rec�der a des aiions.
r
L'ORQANISME ast REMIS d APLOMB
PAX LE
LACTOMORRHUOL
DELPECH
POUDRE da FOIE da MORUE SANS OOtJT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, AN�MIE, LYMPHATISME, SURMENAGE
I.�S�r�to*r� DILPSXB. S. Km OmIm. PARIS
* e.rt-M >rmm : fv buch a C AST ATI �t i
ntthW NUUS VISITE
Sa me li matin �.si parti en
..\: -n pom Saoto-Uom-ingo
ti La 11..\ �m-, M Dreu l'i si
mi ... le coi. i.-., oudant a \\
hiugtoo du hai.iivuii: SON.Le
l��i i\\ "i ite ameiicaiu, qui
u� l.u\ n; Auel, i |
leur du graud |ourual de
it ai. ue ici mr,
cr�dit matin.
L'est .vl. Pearsoo. qui i :
iteui de lu
i h� trunsnuse uu a liallimoi �
Sun � i� � ... i qm ,,
Unis ea Ha
avait cess�.
LA
Ri
BIERE �NATION MA
i)i: la
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr� sa qualit�
sup�rieure.
Prot�cjez votre ooche et
votre sant� en la buvant
toujours.
Dai di 'i
s nlr�i e a Le 1
'� .1 cri d'alarme
informai t ue, s< ion une d�
p�ch i � 'mi,) de Cuba i,
quo di n de Santiaj . u cas
hotantile a
d� .r i 1 a 1 ii S .� i �, q
in :� populeux de La il .\
Des m , poui
lei ; il.
ussiit� p iaes par le
Corps de b int� cnbeio.
\ die confr�re .i m nde,
�n, que de gran
pr�cautions soient pi ises ici
pour nou in-
hotrodnetion �In fl�au en
noire T \s. Ce roi.sel � t>l
.'bsul iiiciii
i vu, samaai anrss>sariaH.
aux eaviroi � da l'oludr du n��-
tairs �tiol.a la rue Henna-Fai.
i ia can li��als � la d�pnlfttan
pour mu circnnssriptisD don
mi d�j� d�put�, �i l'entre,
un �terntl candidat, sinv�*( lift-
ai pas d'une Lu,�il molle. L �
plus vieax.� nais laquai ni
r�iil t� �st le plus vieax?� n'�-
tait pas lr �joins ardent �t �u
sut cru vraiment qu'il donnait
b l'autre une kcon-;de teuragi*.
On ne aait comment la chose
ne I' il point par il s coups.
Faut il f�liciter ces deux aaes-
sieurs ds Irur pielonde sagesse
�a les bl�mer de a'�tre ainsi ot'-
ferl en apactaele � une foule ad
il y avait peut-�tre cjealques
ti�deurs ]�r*l>iibles?C'�tail vrai-
ment du merveilleux...

� �
... a � , . raoi nier, 11 dexi�*
lit* avec laquelle an d�biteur
qai est pourtant �le nonne � \
1 s pour �vi rr
I Jjjea a du ci ancier qui lui
> li apr�s. Mais ceinaae il
�tait,� le d�ni' ur, i p;cd, le
cr�ancier I-- surprit au momeat
o� il loai na�t une en< oignura.
m liailsli ii eni ui rh'tntendre...
et l'on conrinl ils se voir a la
lin dr la asansiua).

... \oii que, de pais quelques
jeura ceriainea tamillea �jui
.�ni vill�giatuie � klenskofl
,n�nt Porl-au-Prioea.
T , avant .le se
dirigei j Poi au-i'imee oielles
li.ibi'eionl loute l'a nu�e,f�al une
peti ' - i ion �L- quelques jours
a La t !oupe � omine pour fslre
i ompi r n ire I ce le petite vi I*
es ivaie qui aura cent m dans
deux ans, qu'oc ue l'abaudenee
P"S loul � l'ail pour le petit
bouig accroupi nu pid de \*
montagne 11 qui �tonne l'illa
aion a ceux (pu en reviennent
qu'ila ont lait un voyage d'E i�
rope
i dans � Le Devoir
lu I
� o�

piib |p
dei
sui mer*
-� ! Qt�r�l
avec lequel iK nous ont suivis
'l ua an i promena li
les .i B�r� .ts s >| vices il
impartante organisation.
ua
li� la g article sign� �la Le
n�ral Emmanuel Th�san,un ar-
ticle o� il < si �li�. veis la lia,
que l'Ai i ord du 5 aoul us fai
i entorcer i < Conventios de
191! On vaudrait vraiment �jee
k� y m |.a l.i'i n U�n�ral explique
comment.
� �
... i vu. avant-hier uaaiia, ia
diaeuseda benne aventure, ve-
ine >le sa belle robe, voyante
comme il convient �leacandre
M. sa voiture pour aller rendre
\ iile i un des grands avueals
�u ; i e nde se trouve � la rue
i ; r Ma s comme ils soal
plus .le deux dans le Cabinet,
nul n'a pu deviner dans qaelle
m un i lle^allail lu
. �
... a lu 'I us . L Etal � que la
i i .1 Ha�ti a �t� viol�e il
S .il!*, i par des SgeaU
la i c Do ninicaiaf.
. . verrai! afec plaisir laGou-
manl �mus due �juelle sa
i i cl ion a �t� donn�r,en cette
ii is!i circo ince, a la �lignit �
I e 1
.
... ' oit qu'il y a plusieurs
luairea qui saet caa�i-
:i i i d�putatiou. Ceriaina
lionnaires ne savent-
da pi es la derni�re
oi aie ils a iipel s d�-
miaainnner iroia uaeis avaat le
1(1 janvier?
� �
... a vu un huiurr.e de la ar vicce qui pr�f�ra rater tan ci�
mio i au lieu de rentier dans sa
bonii Ville sans ..ppoiler COB1-
�e sheque |o s la bonne boa-
Ip ml�e -I <>r d'Alix Roi/
�ut I � la joie de tous les vrais
.le aotrs boisson na
Uo
�� �-^^jt*j***��*�-~�' -�?�"-"��"^���a�
���.. ce ' e �taadea'
' >nt Pira A
ice Lorparatioe ta-
?ei-nin�haTi,
Agent '�-n�ral yaur Uaih.,
pas


PAGE 2
LB|&WtfINf� � See.temfcre .1931
Bi�OURDEUlMt
NATIONALE
Depuis quelques joi rs des
�� mil intentionn�s m�nent
�neo��rtaine campagne coure
la Letcri- Nationale.
Nous ereysns cette oeuvre ab-
solument rnallaisante ; car 'I ne
fait point perdre de vue que
cet'� organisation est esaenliel-
loment ha�tienne et institu�e
posr des bu's essentielle rnenl
nationaux.
Csus donc qui cherchent a
��'reprendre contre elle DM
propagande de d�nigrassent bc�
���plissent une mauvaise: ctiofl
�t se Montrent sdrsrssir?s d'il
�* entrepri*-** cr��e dans le hul
4e soulager un peu la grande
d�tresse du peuple ha�tien.
Nooten reparlerons d'ailleurs.
Nouv iaux
L�gionnaires
[ET
Il y � parmi nous, depuis
deux on trois jours, un jeune
?isloaististe dominicain de San
tiago de l.os'Iabi.lieros. Il s ap-
pelle Luis il. Ru lera. Quelques
�aie, dont M. C \ -/.. L. I.amo-
the, liiot. l'ont d�i i l� a donner
uaconcei'. ce qni fera !a | i
dea ha�tiens Ce cooet M sa I <
peal-�tre. samedi prochain, a
a Ha�tien� a il y nui t eei ii e>
tuent fo , cette manifestai ion
�rtisliq ' ite io I premier or>
dre M Lui� H. Riviaru sera �c�
camps g; h- par Mme Lucie '.)-
TIRAGE OE LA LOTERIE
I
�a�
A la demande de M.Pa il Don-
nu*, Pr�sident de la R�p >-
bltque I'rai �aise. le grade d�
Commande!r dm* la L�gion
d'iloni ' nr a �t� conf�-e S M.
la "-s \Y lk�T. maire le N w-
Vmk. M.Walkera donc �t� pla-
c� au m�me rasg que les sou-
ven�ins et Chats d'�tat, car, a
ceux-l� seuls le grade de. Gotn�
msndeurdans l< L�gion d'Hen-
ne'ir, est parfois, co-il�r� ssm
qu'ils aient �t� aopsravanl Otfl-
ciers ou Chaveliera de l'Ordre.
> i us: le grade dp Comn&an-
'eur a �t� conl�r�, pendant
lenr s�jour i Paris, sa Mas IV
tari d'Abyssime par M. Mille-
rand et au Sultan du Maroc,
par M. Doumergue, sans que
ces deux iliusties personnages
aient �t� au pr�alable lads che-
valiers ou olflciers.
D'autre psrt, M. Ferdinand
Wiet. miuisire Pl�nipotentiaire
de France � Port-su-Priaee, a
�t� promu Otfi<-ier de !aL4��in
d'Ilonneur.O dont nous le l�li-
citons vivement.
EL 8A1LE AZUL
Nous �vons �galement reps
le vol a me de aouvsllsade M
Novela. Ct volume, coqustla-
m ut p �sent�, a �t� �dit� en
K publique Daminiesin*�. Ce
recueil �silieei a* li�s belles
piges h qui font vraiment hen-
neur au jeune nouvelhst* donn-
aicain a qui nous pr�saatens
nos conlralerne's remeri iments
pour son gracieux a iVoi, et ni s
sempliments pour son li�s beau
travail.
R .ne, il ao�t.�On croit ss-
voir que M Mussolini et le
iaint-l �re se sont mis d'accord
sur la qaestion de la r�ouver-
ture des In DUO sarclas de l'A �
lion C: tholi<|ue e i Italie.
Il rests encore des d�tails I
r�gler, a-t-on dit au Vatisvi,
nais m cr ni que tout sera
arrang- d'ici BQS ��mane ou
pea;-�' e d.ms quelques [onis.
Le H�re J�suite l'acchi Vcn
lui- , un des pi is anciens amis
du premier ministre, aurait
pr�par� les termes de l'accord.
Il est peu connu, et n'a ni
rang ni titre, mail il poss�de
la confisnee dsa dans puissant
ea IVSC lesqnlles il a �'� en
n�gociations depuis qu-lque
temps.
L'accord projet� comprend
ls retrait de l'ardre de cl�ture
des Cercles d'Action Ca'hobque
en Haie, lanc� au m�n de mai
dernier par la police. Un au-
tre ordre serai donn� fermant
loU'Iet cercles de la jeunesse,
� moiss qu'ils ne s'appliquent
aux orgsnisationa (assist�e. Oa
�v. erait par l� une. attaque
d< ecle eorlr* lfs Cercks en
tu t qu'organisations catholi-
q les, mais 1 ordre S t teindrait
T Uion Caihobqua et les tllie-
� sliers de Colomb.
|SCst ai rang me n dannenni
g,, de cause sur certains
poiin-,
veraii�
\p. a >x dem c�t�s. Le Son*
por.lite auait atteim
son but "� esrclsa et '�'. Mussolini pour-
rait dira sja' m I i manl les car-
alss en pr� a ir lien, H avait
arr�t� toits tsndaoce politique
qui sursit pu exister.
"E
DE GJ
Comme lou jom s le t rage i i
la Lots ris Nstionsla � eu un
plein euccev Les heureux,c'esl i<
dire ceux qui �nt gagn� les gros
Iota, sont ceux qui d�tiennent
las aam�ros 5730, 2913 et 5252!
qui ont g ign� vingt-d� ux mille, i
cinq mille et deux unie gour-
des. Le num�ro SfV.Ni a gagn�
mille gourdes.
Nous dirons aor�s les noms
de �es heureux gngu.u. ..
� '

Sans avons re�u sf/ec plaisir,
la d�lici uae plaquetta �le po�- '
mas po�tiques da M. Ml. de .ls.,
Rodi igu i 13 �si ivain domini* '
rain,inlitul�e Infidenclas Ce ��ont
� des pages char manias, pleines
; d'h irmo'iies ei d'une �cri'ure
po�tique de belle te me. No is
remercions I an eui de son � e-
gra ieui d o
\hmed bad, lu le.'iS ac�t
M ih itm � G m IbJ a dcmen'i
le brait qa'il avait l'intention
se proclamer chef duu
g \q\ i ro ment qui ton t;OQ
a- i parall�lement avec ce-
lui d � llnde.
Le d�menti se trouve dans
la derni�re lettrs de sa cor-
reapoadaacs avec lord Wil
lingion, vice roi de llnde.
concernent si par h'ipt io ' �
a co l�'-�' � e oie � � e d-
I I d.
PROPOS
DU
DOCTEUR

.



!
\.%
i
11

"i i n n i ii m ii ia propri�taire de
I voilmek� moteur, j'ai beaucoup
�l|iris ( i de pr< iiu�rc main, tou-
rnant l� s iliiu u n:. s marques d -
le�. Mes iii \ou s professionnels, ap-
pels � tontes heures du jour ri de la
nuit, m'ont pn i ur� un ' < ici lient la-
I oraloin pour �pi uvi l'endurance
d'une Btdrmol e. l'iw ani c - de dur
�.i � ice ninsi qi i mi ma -
un cl aion diai nos-
tique h i i hanl le i, i ,i, n r.
auio �tail exact.
J'ai li. lai m.i premi�re Nash, il y
a . nvin � iroii nas, ei je ras si plei-
nement -.. isfail de sa pei roi tnance,
'I11� ;�' 'i- par la mite i acquisition
eacors d'une N'asli. 4ihi � ei aujour-
d'hui je conduis lu Nash 8 cylindres
Ambassadeurd* IU3t. C'est une voi-
lure merveilleuse, Facile � ma nom-
vrer, si . i nfoi lable si toupie, et si
^k*��M : 1
satisfaisai le que je n'h�site nas � la
recommander aui professionnels.
"1 oui tien i�remcntje b�n�fleiat
d'une d�monstration �le la nouvelle
Nash Convertible Sedan... u j'en
�| rouvai lantdealaisir,que j'en eom-
mandai i ne |" i i ntoa service, com-
me icconde voilure. I.i je propose tic
del� com uirs capote repli�e, non
seulement poui m'i n| ese� aus rayons
bieulaisai la du soli il, mais et i ore
(.arcs '(m je me sens asses jeune,
pour rechirchei le Inmissemsniqu
nu sprouve dans les autos d�cou-
\ei les.'
/ a Set un est une nouvelle Ka$h >,' itagers el � double fin, pou-
nai Tapidemenl passer del'Hatde
. � F abri du roid.� celui de too-
ringauto d'iti, tans e /, na
KNEER S GARAGE
PISTRIbbT*,l>a�
i ne Dsu �> DesU i I J'( ri nu-Pi i t (Halu).] bot t : '2'2'ii � 5318
Propos
humides
�o�
Je plains le sort de hl.Edgard Ktien-
ne. Ce c .... i'oven est de .lae.mel. II
nom a, l'autre joa�, adresse une mis-
sive <�i. avec une brutale franchise,
il manifestait, par anticipation, son
sein.,..eut sur la non-promulgation
de la loi sur le commerce. Il aimera
d'amour la Pr�sident Vissent ail
promulgue. Mais s'il ne promulgue
pas i >. le Pr�sident de la R�publi-
que vient d'adresser un message au
Pr�sident du S�nat pour I inlormer
(lue la loi sur le �ommerce est ajour-
n�e cela, pour des raisons d ordre
constitutionnel. Quand M. hdgard
Etienne aura lu ce document, soa
sang probabletneal ne fera quus
tour... Je plains ce concitoyen, ht je
l'estime a�8CZ. bien que ne connais-
sant de lui .|ue sa prose crue, pour
vouloir son bonheur. Pour canner sa
douleur, qu'aura aviv� le message
nr�aidentiel, ie lui envoie une bou-
leilli �I. HtiUM SART1IK CACHET
D'OR, la liqueur des afllig�s.
ILE � LOUER
Ma lie ue la grau US halle
sise iue du Ma^as.n de I fciau
a aoie de la maison Adieu
Cooke, renommant occup�e
par la Gendarmerie d'Ha�ti.
S'aa'resssr �MrSTARK.rue
du Quai, au lace Gare �lu
Chemin de Fer.
SjCjj^pa&o -�. - ^^assjasjajs^ ^. >cjsspma^aMasiajs>
LA FILLE
DE LEXKA1SER
Vienne, i\ ao� .� Voici en-
core une altesse de sang ro\al
qui se d�cide � abandonner
l'oisivet� pour le commerce.
11 s'agit de la princesse Vic-
toria-Louise, tille naiqua de
l'ei kaiser Guillaume. La pria*
cesse vient d'ouvrir un maga-
sin de confisiie au ch�teau de
Cumberland, � Gmundcn. une
des plus jolies vill�giatures du
pittoresque lac autrichien de
Gmuuden. Victoria Louis* asi
ma i e au duc Tyra de Cum-
bcrlaui et c'est ce dernier qni
eut l'id�e de transformer son
ravissant ch�teau en sulon de
th�-conlisene.
Les vill�giaturants ont adop-
t� cette transformation avec
enthousiasme ei, dans plusieurs
halls du ch�teau, ils peuvent
contempler des bocaux el des
Vitrines pleins de bonnes cho-
ses que leur d�bitent de char-
mantes vendeuses, sous la di-
rection de la princesse.
N'OUBLIEZ ��l OE FAIRE UN PETIT TOUR |
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
P�tionville
1 60* pieds d'altitude. L'�tablissement la plus hais des es-
virons de Port an-Prince.
Seulement l� minutes d'auto sur uae excelieate rsati
asphalt�e. Vues m* rvtiileuses de ls ville et do (sort.
Boissous de toutes espaces.
DINERS GOUTERS SANDWICHS
Vrrangemenis particulier! s�our lss pensions de josr
de semaine au de assis.

Les r�alisations
pratiques de l'Aooord
du 5 Ao�t.
Notre contr�re �Haiti-Jaur-
Dal�, sous la signature de M.
Km. B. Armand.a publie, il y
a quelques jours, un tablesu
des sppoinlcmeuts raeosuela
des nombreux oflicieis amc-.
ricains employ�s dans les dit-
t�rents services qui viennent
d'�tre remis uu Gouverne-
m n t hait en eu veitj de
l Accord du � iiu�i ecou �.
Le la al de ces Y.Kurs
s'�t�ve a 12,971 dollars par
mois ou l.'j.u.iV ; cl lais par
un. D�sormais, pat l'accord,
le tr�sor public seia ssuluge
de ces Irais �normes. Et.cum-
me le dit notre coutrire, ce
u'est point l� un des moin-
dres et moins beaux r�sul-
tats de l'Acte du 5 ao�t.
Pour la � Loterie
Nationale �
Notre conlr�re Le Nouvelliste
demande avec raison que ls
c Loterie Nationale �, organisa-
tion essentiellement haitienue
cr��e pour des huts absolument
nationaux, soit prot�g�e contre
la concurrence des loteries
�trang�res et b�n�ficie seule de
la laveur du public.
C'est absolument justs, L'sr-
gent que l'on d�pense e.i achat
de biliels de loteries �trang�re�.
Ole par nos honn�tes, taudis
que celui que nous employons
dans les billets de in � Loterie
Nstiouale � concourt, en restant
dsns le Pays, � soutenir des
eeuvrei essentiellement liai�
tiennes
uni
Cin�-Ialdy
~~~DEMAIN SO�P.
~Sin demanda s ,"'�", ^.^i^� .t m
Havenaar
e
4e. Se et 6e �pisodes.
tnK�e :()#�; IIiInd : ! M.
VENDREDI
Le grand comique Herold Lyord dans :
Monte la dessus
Entr�e : i.*0 ; lalcoa : 1.0M.
Votre premi�re visite
A
riIMcI Ansonia
Nous denaers rzisoa, confirBisrs votre bon j- j.-snent st
fasli&Vrs le soutisuse que votif nsui a ur�e accord�s ai
sens sarsatiasant Totr appr�ciasls patr inafe � IH�iille
plas ssMeat de Port-su Prince.
Plona voas cagg�rons d'arr�ter votrs chs mbrs � larais)
Bi�re � la pression.
FHIRinUE HA�TIENNE OE CHAPEAUX
Marcelin Mariniez & Co.
� L'INDICtftNE)1
Grsnd'RueNo 2104.
Chapeaux vsri�s pour homrnm.femmes et enfaBt|i/di
qu�s psr dsa mai �s ha�tiennasTat avec^ de la P8�1
pays.
Faitas une risite � iL'Indig�na�.
Le llliuin Barbaiii'ourt
DaaisU reucaaaaSc causas vers ecle a gsrd�a. ereasi�cs'aJace'
v<>e*se
Cet parlscH
UN BARBANCOURT
D�p#4 :Rue des Casait


biL JL'.l^N -z y Septembre 1931
3
-�
LiNSTI�UT CUYJOSEPH-BONNET

.
iJKIJiMPW**
, n.aisoD ri-initiative
r.flreue:� avantaaea va-
6 f ,eves. Elle es. s.-
' ,�e� dU "lorue t�U1
^PPoit-au-Prioc� a a
tn.^ l,CKir�JOnry
�r-bl� et saiubre,
�Zfment classique com-
l la 12e u ia Pni,oso~
t^rmen' technique
m� diverses carri�res
"S�oitrie. agriculture,
�f�'peDtramenwnt que
leur doauei ons, les �t�-
bie� doues seront des
| dans la vie, *�t coin-
�iont la n�cessite d'uug
C plus tard le capital
L| Iliade le dissijer on
seront entra�n�s pour cons
lituer tout seuls le ieui.
Quand aux attaides, ils se-
ront l'objet de soins sp�ciaux.
S'ils ne savent pas �tudier,
s'ils sont d�go�t�s de i'�cola
par suite de maladie au par
manque de m�moire,aiaeaez-
les � l'institut Gu\-Joseph-
Ljonnet. Nous avons un sys-
t�me d'exercices gradu�s qui
d�veloppant la m�moire et
aident a apprendre rapide*
ment. Quelques le�ons suffi-
sent pour donner confiance
aux d�courag�s.
Pour prospectus et inscrip-
t ou, voir le Fondateur, Mon-
sieur le ufolesseur
Luc DOKS1NVIL1.E,
pr�s de 1 H�pitat Am�ricain
pjoit m
(,il savon � tous ceux
^tiendra qu'en �!*-
JTio d'une obligation
J^ira que la dame Ex'
L/jrooux a souscrite au
LV'el Mengual le vingl-
�jailJet �il neul cent vingt-
iur une" propri�t� tonds
ri^ �t � �tage, use en
nlle, avenue John Brown,
iiot cent pieds de ia�ade
� cents de protonueur,
au Nord pai Si-Rome ;
par la Rue ; � l'Est par
.� ; � l'Oueat par qui de
� ai ud boidereau d'ins-
g d� la dite obligation
Waire pris au protit du
Gabntl Mengual au Ou-
de la touseivation des
Ih�ques de Port-au-Prin-
2eauD acte pass� au rap-
di Me Lubtaciie Eduuaru
| et sun coll�gue notaires
ori-au-Frmce en date du
llbrs mil ueui ceni vingt-
cooiportaut transport et
oc de la due obligation
Kk�caire avec garantie,
iei actions, laits par le
Gabriel Mengual a la da-
osepli Ansiide Bercy, 3e
commandement de payer
h�te du viugt-trois juil-
1J30 demeur� inliuc-
i;4e d'un jugeaient du
u�di de Premi�re instance
'ort-au-Prince en date du
trois Juiu mil ntui ceul
e, maintenu par un Arr�t
du Tribunal de Ga^sa'ion, en
- * t� t-._- du huit mai mil neul cem
trente et un. 11 sera proc�de
le mercredi que l'on comptera
seize septembre mil neul cent
trente et un,� 9 heures du na-
in, en l'�tude et par le mi-
nist�re de Me Jean-Marie Louis
Vilmenay, notaire a la r�siden-
ce de Port au-Prince, � la veu-
te au plus offrant et dernier
ench�risseur, de la dit� pro-
pn�t� tonds et b�tisses, lelU
qu'elle, se poursuit, comporte,
s'�tend, sans exception ni r�-
serve. A la r�qa�fe d� la dame
veuve Aristide Bercy,propri�-
taire, demeurant et domicili�e
a Poii-au-Pnnee, ayant actuel-
lement pour avocat constitu�
Me L�on Laleau. contre la
dame Veuve Excellent Arnnux.
Sur la,imse � prix de la som-
me dc'Dix sept cent dix sept
dollars cinquante centimes (or
1717,513), outie les honoraires
des avocals puursuivants et les
autres charges de I ench�re.
Pour plus amples renseigne-
iiitnl�, s'adresser � l'avocat
soussign� ou an notaire d�po-
sitaire du cahier des charges.
,Puit-au- Prince, le 8 Septem-
bre mil neul cent et un.
(Signe) L�on LALEAU,
V b Avocat.
Maison � louer
An Bois Terua. � Electricit�.
L?rage �_poucha�
S'adiesser: i Au Matin)
UNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre � AS� des portatifs.
!>� quatre mod�le* de ih�nos poitatifi LOL1 i M '' mien*
parmi les p rtatils fabriqu�s daui le maude,au pointda vue, - lurtou I lononte.
Le �od�U No 163, l'aristocrate, est u chei d'oeuvre, au point de vue � G i �.
Passea.au D�partement COLUMB1A, et vous seres tarpris d'entendre la lorlc sraorit� de ce
petit instriisaent.
Le Garage KM'tR sera heureux de voua donnai uni l on des 0 nts mod�les
de portants eu stock, et aussi des radios-phonos n< �vellen* ni airiv�s.
Nachatei pas avant d'avoir entendu I rumanlt CQ I MBU.
Le�� noies magiques-�� repr�tea eut le standard de la SUPR�MATIE'
KNEERS GARAGE
PORT-AU-PRINCE
�atnts : F. OB�RIEZ;- Petit-l�o�ve F. CAKDOZO - Cayes
C PLNAKU -Saint-Marc Chr. DUL ur. � j a cruel
Th. C. URLTl/S. � J�n I
&S*
I
m mm :� m _Tz
a d�montr� f
sa qualit� sur des^l
million* de figures /
(\V1
S
Distributeurs: Mohr& Launn
P. 0. � M a� Port au-Pnnce, Ha�ti.
Mr Piprrp IV Proi I son
rnlunl Fi '�/� M"l>s '
Nelly ..'M"'>;n'n , N'i � t Mme
J�r�mie Lespersnce t\ leur en-
lant. Mr 3e�UZ^ � ! " o�i i .
Mr Exi i f Proph�'e et ses en-
lan!�. Mr- '�( Mme E'ii ^v ''*� -
ph� �� et leurs entants, Mr et
Mme Dotly Proah�l� el li un
entant", Mr� Ph�nix el Emma
n�;p| Proph�te Me'li i. 'uii
Piorh�te, Mr Roussel Rou'sesu
et ses entants, Us lamilh b Pro
ph�lt, Lesp�rauce, Roussi
Goicou, Mme Vv*> Sim^on Sa-
lomon et ses enfants resner-
eient bien sinc�rement t'Aaao-
ri;itiun des Inlrmi�rss baiti
n�s dipl�m�es, ainsi que
�mi � nt i
gn� d'S naa'i ' r
pei
s II
Mme . ' R >
� I i
leur ' i �� �
�ce ir.m�ce, en'
lion le 28 ao� i
Ils II R
profond re
Poi
COMPAGNIE G�N�RALE
T
:

la imi rcCarimetTt" paw
de I iaui le 4 courant di
ec � il tour I laitl est at-
�ii lu .i Port-iu-Prlnat.
11 repartira le m�me jou
our l� ll;'ivre, via les An
ill Dfaises, prenant fret
il ;
Poi �rl ice.le 8 sept. 1131
LOBELIN A Cil, Agents.
666

� >iti
DE A
Mm-
ilSU9 ff fi� ^ ^
Une des plus �orte. COMPAGNIES
CANADIENNES, d'ASSURANCE
sur la VTE
EUG. Le BOSSE & Cb
Aaents G�n�raux
i iitijyiifiiii
Hcomuropri ni ; action contre ��
Foi esansauci j ndetaux
S . �k .....L ii-Sl** %
*m.L*~* - *� � �
te
j t.;
.LeBoss�rtCo
_ Agents G�n�raux
^TIMlfll afrfAiB *anaaawiMsiala�!
I ^


*
Mercredi
9 Septembre 1031
Le Matin
4 PA&XS
Portai; �i�c-
T�l�paon :2242
r �� � .
Lykes Brothers S S Co Inc
� - Ha�ti� SntHouOMinrjc - Porto Rica
tcRiv t /a'W oorp: H'i
Le seul service hebdomadaire et Ifgulier � ptMngerfi el
{rot titre les ports du do le du Texas diroctameuc avec
Part-an-Prince, Haili.
Four la recCptiOO rai ule ft le maniement h a ! * i � r :li vos
isapor �lions, stixez voi � io�| *ra des navire� �le 's LYKK
UNE.
Les prochaines arrives s Port-au �prince bhdI'
S,S �l� in v.r u l�%k s* t �e plein bre lUvil
� S/S �Aimer�� Lyk s- il septembre 1W31
Steamer � .mj.:'"' ; i�� s i 17 septembre I9tfl
Sj �% � \ � I iii.< I \ ke� �� 2.") t iie.ieviv. e Lv es � 2 octobre 1931
But tut' ; R11- 'll1 MaHM^'n de l'Etat, Belle foetale B
!
ALUM1NUM LINE
10 �S .�
17 1� 12
11) 17 14
21 11) lli
23 21 18
�2i 22 m
27 X 22
New 0 le.n- i-H Mobile to Fort- i -Princ * - Soulhsi le
Heiiien i �� ti��>rl Ser I -Domingo nnd Ma�oraibo.
Ports :S'pi mber v�d imv�n CHobri Shillings N�*v. Sailli) g-
(Rtfr-Oil-an�, La Suis Si pu mboi t October * N veniber 3
Habile, AUbims Sols
l'^B-F'-iiicr, Maili Due
Aux i .�yrf| aiii Due
Jacniri. liai1] |) |
�o-^rfO. Cilv It I). Dur
S* a i'r'lro Mec Ml). Due
Haoai " � ' lh\r
,\ev\ Orlrtoi end ,\*( I i'i lo Port-au Prince �
Norlr.*ni# Kaitien Outporls S mlo .Domingo ond Macaraibo
Ports S-p'embrr Sailting* (i lober Saillings Nov.Sail lions
New-O t-ans, La Sa il Sept. 22 Ocl. 20 No?. 17
Mobile, ftlabaim Sait� 24 19
Porto au Prim e. Ha�ti Dut Ocl 1
Gat-lailirn |)uc
Peer*' -l'Iia. F. I) Due 4
aaiaPedi�,yac.R.D.Dne 6
�so-Dk" City IV 1). Due 7
Maeaiaibn, Tenez. Dur 10
Pcri tOU� les mires ivinci^ le Tient S s adresser � Mrs
A.DE MATTEIS A Co, Agents G�n�rer, x de
A LU. 1MIM LINE
Port-au-Prince, le i Septembre. 1931
CP; -ADCONPfyaMoflOMM
Rue cleB-.Uort19. BESANCON
Mous cur F.b'e Pieire A-- ,
ion�* lemarcie bien siuc�rev
�enl i int en a �n nom qu'en
celui de *a I � 111 i11�* S Ex. le
Pr�sident d'Ha� ', le P�re
Christ sup�rieur itn Petit-S�-
mi< aiie Coll�sa s' Maniai, le
!*r�i e L� n ' bej de ,a Mn�;
qeeda 1 Institutions! Leoisd�
i.oi*z�i u . les Seeurs de La-
llir. les nmis lie !� Pnnllola
el de la Province qui lui oot
lemaign� de la sympathie �
I 0 -caaion de la mort p �nn
tur�e de son fr�re
lier ma on PIERRE ANTOINE
d �c< d� l<- 13 �oftl dernier.
II les prie de recevo r. Ici,
�r\ >n s.ion cini c de Sa pro" \
loude gratitude* �
iPorl an rVnre.le 5Ssp'.lV3l
1 Fanama Railroad Stamsh�D Line
Service de fr�l el de passaqers enlic
Aaiflleturre Bcoa��� Franco
Un. (i. Vf. SHBfjDOM * r-�- 17 J�*aa tteaet Uvm 'o.�l Ji iu\m
" TV lalUviM �rr iff Ifrs� �t y\9-\?*l paVJi ���� 1
KNGI.vND, SCOTL\NO l'IUfib
Mesars G. W. S11ELDOM A l>M
17 laaaat Si'-^ct.
f �>
/T,) � �l. '"a 1 4 * 1 !
lu F ..v,:e. Me*srs *\ .Vf Sfcjtt toi �fCi. ara ca^eaittat Hf 't*a tiltoafui irai
P^s riwil� et ptm diie-t �rrisalit triaipJCide auii|ii tlalr�; aa�ri l
^l les �*< h Eu-ip�ra-i v�a ^fear-YurJ ot Cru mal, Oaatl ^ � 1-. Utine dj Pin
Toi'i la lista de nos ageutspour 1-�s priajtpaux mj\. de l EuropeJ :
|!'l
Ut
T l
Nov.
29
:u
1
:'�
4
7
Dec.
26
21
29
1
2
� !
I e D�i ai u ment du Cou-
merre ddiiin* ^*is, aux con-
tribuables �trangers assujet-
ti! aux 'liais de licence, que
foules demandes y relaiiv�<,
adress�es m� D�partement,
doivent eue lailea -ur i\n tins
bre de Gourdes 16,�et qu'en
outre, il doit y �xre joint Ips
r�c�piss�s de la Banque Na-
tionale *ie l;i Republie-ne d'il ai
ti, attestant l'acquittemenl files
droits, et, ce, sous .peine de
relus de la licence.
C.LBLA.TLT HesW.Y* k Co
21 Rue de la la llepttbli ne
Mar^etiles.
Ile-nu P�rou & Go. Ltd.
M Quai G^rg'' V.
Havre.
Utrnu P�rou & f'�� ''t('�
^llne '�u Moulin � Vapeur
Boulogae sar Mer.
Me�r>. A. Bbmmi k �
21 A lenyade � .0 >enbij;c�t.
Oslo, NeawsT.
International
Spedi'ions^'lkap Oslo.
�(MM. Atlantic Freight Cornu
Ballinhans, Uambnrg I.
Gcrinauy.
Mfssrs Atlantic F.eight
t 01 pur ition
Genuany
Messrs Atlantic Freing�t
Gorp'n.,
24 Q'i i Jord lOOS,
Aniwerps, lielium.
il ; us I� Ami k-C* LU
B6 H ��� d^.< Nlirii,
Paris.
tlSSXH j �M�JH -t C > LU.,
j|Hue Ij lia ti iiiilit.'.jjj
' D'inkeique.
tlssM i Psajs &..Co\Lui..i.;
\9 Ha s Roy,
BorJeaaT.
Gbn jk, lr\LY.
v|�m^s .isf ci ; ) ; & x*ut4
Pi i�tk S *I v ira ) V > l� �e 1 >^
^G >rre^!iJ�ti Svs.>hk �;
_.N >r l'slt Expr�s�,
G ittieab.irj,
�9H i ArLitflC rnssear
Coaf'a.
UCoo Bmnianleia
Koitardam HolUiJe
M-'ii*" Sf M41V1 < '. � -

AVIS AU COMMERCE
La panama liallroad Stearasbip Lins a l'avantage d'aa�
ajonc�' les d�parts suivants de New York pour port su-rrinee
RaJUtdirectement, durant le nmis de septembre 1931 :
�Vpari* e> ktW lerA. Arrunujn i Po l tu-fl�tkH
Le steamer tlncoa* le 1er septembre 1931, le 9 sea 1M1
Sf* � Crlstabala le� sept. 1U�I, le 29 sept. 19*1.
S|S cGuayaquiU le i? sapleiabie � le 28 sept. 1931.
�VS fAncoa �le 29 septembre 1981 U 4 octobre IV31�
Jas h. van iu>;i;d
Ayent G�ueral
Cache�- Miriga
nntln�vrnlSlaue
�uaprlir� �� qiKlao*. miniitm Tl�vre, Orlpp�, Migraine,
Rhimall'imi MHtramtnl >/< rho�x loujoun <�<;: .ut el MM
4m*$*. Bo�iMit�i fi n eaebcU, Knrant* dam loulc�bonnet rii ��
Ub.rM�tr.*Docl...rGIRAUn.Pk.n.Ki-..� LTON 0UUIRS(PlHMf)
l'.pii.jnit �u-rrlnc� ItwrBMil Dl'Cll
LK
[
Compte d�j� une importante
client�le, pr�ct � la rapidit�
de son scrvice.au d�vouement
de son personnel et an tr�s
sympathique accueil fait aux
acheteurs.
Allez tous, messieurs, rem-
plie vos r�servoirs de gasoline
et d'huile � la
STATION i OUGE
40."i Rue Pav�e, - 406,
Attention
Progr�s Nouvoau
Rhum Nouveau
A�o ne d�licie >% (inflt
\\, r\<|"i" l'riv r�duit
C99l 4�li�sl l�aie eatrarrara.
CUIIM TI..RI'
i Hez : G NAZOW
Angle de� mes F�ran
et du Dauple,
T�l�phone : 1^313.
Labordoire S�journ� , A vendre
Direct f. uns
F SbiournI, Pharmacien
R S�joOWJ* Pharmacien de
M". Shjourk�. Pbarmaciea d" l'universit� de Pans.ancten
interne des H�pitaux de Paris.
PUniverstti de Paris.
Wnphonagjronli" � Irunsai**
Fanairope* aVec 5ft di�que�.
1 fran telas et aennaier.
1 lampe pour bride/.
Analyses des Urines, du sue P'trifJM. <*". *W ( Was^ ituf^Ki.
�rmann. Ur�e. Testante dAmbard Glyc�ra.e). %��*.*$fa Sm.*
tes crachais. Des mati�res l�calsa. �Jamp d Aviat.;*..

r*
/ �
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Lit
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotland !
isje la atxENEFAL > esl une des plus puissantes et dc-fl plus vaste� argaalsatiaas
it �a geare. Le koleil ne se coin lie jamais sur son champ d'action qni embrasse la
aeeeeV
S�8 Polices contre incendi couvrent aussi lek d�g�ts acaasionn�s par la leuare
�H Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillante, dasasBagee-
fiBtkVB �> antrni dans sj> personne on dans aes biens.
Ses i olices Maritimes �mises pai ses bram hea d'Europe sonl payables en Ha�ti
Ses Polices coulis accidents sont valables dans 1 univers cutier. Tous les vova-
.y,s devraient donc pren re la pr�cantion de se munir d'une police contra accidents
d�� saoias 40U0 dollars, la prime snuutUe u'�tant que de 1/2 �/� soit 20 dollars C. ?..
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
�COUTEZ!
>
&
hum Saillie
i)AVS SOIS PROGRAMME
GONCEfiT Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papayxmte
STATION h H. K
Port-au-Prince ( Ha�ti )
:
S#�JS �EMS
Agent G�n�ral paur llaili
i^on aa-Ftiece l*. #lLu
JEAN rLA\9ii?
}':(� ie
r
! .-c ^ �--1
Mcsmqup Ha�tienne*
Ch�rlier-Malebranche & Co,
1224. Chemin des Dalles, VW
. �. /
j>-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs