Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03704
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 29, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03704

Full Text

lment Maqloire
ll/ DIRECTEUR
ntf-RUE AMERICAINE 15*8
11 TELEPHONE N'2242j
3J4B.ANNBEM- 7*u
Il ni fil sir l'.iuliiliot ( samr a
fft : If* matires N yiii- 'ifd ft
1rs plu prn-ieiur> leisstirriiseiti
<|aleeieD!.
PHOPOS DE
MORATOIRE
nIDsson billet au Juat n,
rronse notre su^.tstion
inruoraoralone que notre
JLernement pourrait rcla-
ma ver l'appui du gouver-
Etnent des Etats Unis, de ses
aucirs amricaiut, Mon-
Leur Georges Sjourn coo-
I... ,|| ne peut donc tre
jL'ljondemoratorium de In
letle pour l'annee en cnrs
au ^ye quinze mois l'a-
bdcc.
flous n'avons pas envisag
l'exercice fiiiaocier en cours
L ^Dt notre suggestion.
JJoiwmmrs 1'avant-der-
EJr moi* du dit exercice. Le
Moment est pass pour conii-
fter la iiuestii n que nous
ODspo^c au regard de l'an
I ne en cours.
C'est positivement en vue
de l'exercice financier 1931-
1932 que nous avons suggr
un moratoire de noire dette
extrieure. Nous notons que
Monsieur Georges Sjourn
n'est pas contre le principe de
ce moratoire. S'il dit qu'il sera
de nul effet, c'est parce
qu'il croit que nous avons
envisag l'anne financire
qui s'achte, les paiements,
du cbet de nos emprunts,
ayant t dj faits. Ce que
l'on conoit aisiueut au lo*
mois de la priode budg-
taire...
Mail notre suggeslion e pour laveuir, un pioche ave-
nir sans doute.
Le handeau sur les yeux

Je m* demande par moments
Hatien ri' ralliement cons.-
leni de l'tal conomique de
mPays.S'il se rt nd bien comp-
ile U c.iHs'rophe qui le me-
ice. Ce"e situalion cer'aiDe-
itot m'r < sse tout le monde et
fapar cilirement les hom-
itsqui ont assum I lourde
Idie de gouverner, dans cet
la/,plus de trois millions d'h
Ilialset de grer leurs iutrls
Ileurs bien*. Seule une polil
ne de fermet est capable de
dresser un peu notre maltin-
une litnatiun. Veut on dcid-
MOt l'adopter ? Le ho m a: es
ui sont au Pouvoir onl-is la
olujjl d'abord, les moyens en
lile de l'en reprendre ? C'esl la
iremift question qui se | ose.
seconde c'est de savoir si
luirtshommes feraient mieux
lesquels? Nous avons vu tra-
iller les deux Chambres o
letiiotis libres ont mis sur
pavois, les lments jugs
meilleurs du Paya. Ce sont
u!-tre des patriotes ; mais
'quelle discipline, quel en-
iblf, lia ont rempli de cla-
t Irurs assembles, par-
leur temps a des broutilles
*mprendre un instant l'-
pi de lanation.Ila ont vonlu
aire dans un mlange de
on et d'goisme.votenlseu-
Idesloispouriadteiisi h-
jedesliberts oulrages.Ca-
KmdI malgr tout,nous avons
Me d'un pas vera lindpen-
tj.grce au tact et i la tna-
w,M. Vincent, aid des Se-
J*M d'Etat, tous aDimet.de
,tB ip" ou l. Et a ct de
Nrieis que noua avons
Wlis,
que de eypis naus
toi....
Vf priode lectorale qui a'ou
F' p!u dj Pair de discours
n touioiande.Nous sommes un
pie de grands niants. Noua
Dons les grands mots. Des
ours grandiloquents, pa'.h-
Ea 0US n*gg>ua 1rs l-
ae la vie relle, conomi-
r- tous ne pensons pss la
I J'.Q u pain.-' On se nour-
r Donne sonne et tfon de
'"gage. Aujourd'hui.
|.OBitneB noys dans celle
"on lectorale et U misre
J g ands pas.Noua jt
enoos nen. Dln, dtux
J,q,p. nous dchanleion.
[rentes bdUennes. conati
n maison de location,
leront comme chtea ode
Lttat, qui v,t cluaive.
fclri*' droils 'import et
"Port, se trouvera en face
tW* ddflcults budglai-
riurrV1"'* m,m payer ses
* ? Car lea confnbua-
!*nt diminuer chaque
NntT MPaci de Payr
kut^,n?,,on,,,P0,$ent,en-
kl.. B,Ul*nenl.Et quelles
tr..Bl!,ur q'"onprend
i m!.r4ltr,e;'"' ? Lepays
mu" *l lo" comprend
que nous aommea aur les
^prtipioe.
Dei famille actuellement
De mmigen' pas tous les jours.
Nos iurs sont encombres de
m< nriiants.Dea entant* A chaque
pss vou* imp orent. La mise e
? ? > i et dessine une ampleur
alarmai te. Le chmage est
l'tal endmique. La maladie
ravage sous une lorme pid-
m que toutes les rgions nu
l'.'V-, El Us Tonds du serfice
u'hyHiene tant puiss, il ccu-
itu |>ic | s brus croiss,les pie
gies du mal. Nos campagnes,
dans toutes leurs profondeurs,
son' frappes, soit parles inon-
dations soit par l'incurie sd-
imuisiratiTe. Spectacle doulou-
reux. Il taut des^isolutious vi-
riles qte rclament la catas-
trophe eu marche et l'intrt
national.
Washington conduit le bal
poui obliger Hati sous peine
d'isolement revenir la taie
se amricaine. Les Etats-Unis
nous rclameront demain et au
monde entier que c'est pour
Boire bonheur qu'ils agissent.
Nous n'aimons pas beaucoup
ce haut tmoignage daft-ctien
cii la teudresae coule trop a
p"iua bords.
Cette publicit pourra a l'-
tranger surprendre quelqaes
utils qui Vivent dans le respect
dis lgendes. .Vais quant
nous, nous les remercions
de leurs bonts, lia peuveut
anjouidhui fermer leurs portes
et s'en aller de chez non. Par
ici la sortie. Qu'on teigne lea
lampions, la t'e est finie. L'es-
careelle est pleine ; bon voya-
ge, mes seigneurs... Et nous,
ue notre ct, pensons nos
lemuaes et nos enfanta que
guette la misre...
L'homme ue la rue
LE
iPPtocU
Nali
ET LE
PORT-AU-PRINGE( HAIll )
SAMEDI 29 Aot ii
?tk?
Mexico, M aot, -y La Mexi-
que a reu une invitation offi-
cielle pour participer la con-
trecce du dsarmement qui se
tiendra Genve au moia de
tviierbl9d2. On tait entendre
au ministre dea affaires tran-
gn's que l'invitation sera ac-
cepte.
LA CENSURE A CUBA
o
La Havane, 24 aot. La
censure II plua itricleeal exer
ce aur tout les meaaages; au-
cun po lie radio ne fonc-
tionne et les senlea nouvelles
provieuucut de l'tat-uiajor de
l'arme.
En attendant l'ei-prsident
Menocal eat toujours prison-
nier avec le colonel Carlos
ltead>eta.
I
Une Lettre de
l'ex-Prsident Borno
haut extrayons du iPayti
Paris, le y Juillet 1931.
Monsieur Louis Callard.
Direateuf du .fournil "!.e Fey"
Port au-Priiue.
Mon cher Call r
Si je me suis spontanment
loign du pays, a t pour
faciliter l'apaisement des es-
prits agits par les passions
les pdus aveugles. C'est encore
pour tavoi lier cet apuiaeroenl
que je nie suis abaieeu, dan i
mon exil voloulire, d'entre
tenir avei* mes amis au<*une
c le pondaoci.
Je n6Qtends pan me djiar<-
tir de mo attitude; mais je
n'eulcuds niusi ni me dsin-
tresser des vuemenli o le
sort de :;ofre peTI est en jeu,
ni permettra des atttques
d'une cer'aine gravil. l^t je
c?nsidrr comme un grave
attentat que l'un ait os m'at
tribuer cetie opi ion, milll
fois fausse, que e .Iniihois tait
le sculsincoie. le Seul dsin-
:tress, le seul qui avait ac-
cept :i sacritter son aisance
pour la dlense d'Hati,
Je tiens i vous remercier,
mon cher Callard. d'avoir
dresse votre t'tvrgique pro-
testaiir.n outre celle alina-
Item scaodaleriie, injurieuse
pop' certaius liommes politi.
ques qui turent des ;ulvcr ai
res loTem et que je ne cesse
Mil d'estimer. (Ve.st suit.mt
! i 'i:ir rendre justi,-e ces ad-
?ersr.ircs que je c-oin devo;i
sortit de mon silence ; c.ir.
en ce qui e^t de moi-mme,il
y longtemps que }* m bs-
iens de pec'iB r les assorti nri
laoass -les uns et des sure,
d'opobser des dmentis aux
propos que m'allribnent des
nr, gin a non" s son h vifi'ees ou
les mchancets Iroid -nicni
cailcules. Je me, contente de
penser (pie fous ces menson-
lies apparaissent vidents
ceux qui me couni s en',
m^s vrais amis.
Je vous serre cordialement
Ij main.
BORNO.
ALIX KO Y
'29 annes de succs.
LA FAINE EU CHINE
.Washington, 2 ao1. Le
gfiiivernemanl chinoi vient d'*
di'saer au gouvernpmenl Boa
deir.ande fi iae d^n le bu
de savoir de quelles quantits
de bl celui-ci pouiraii dispose!
credi', pour venir en :iide sms
sinistres d^s rgious mondes.
CtKe demande a l trans-
mise par cablogramme au 'l#-
parlement cfEiai par le eoneerl
les Eials-L'nis N;inkini. La
couimunicaticn ne spcifi- pis
la quantit dsire, et ne lait
aucune p:opoiition Irrme.
Les milieux olficitls dclsrn:
que la demande du geuverne-
menl chinois a t prsente
e sur une ba?e commerciale,
en vue de l'achat a crdit de*
atoiks de b>, pour subvenir
aux besoins des populations qui
ont terriblament aouftert des
inondations, dans la valle du
Yang>t-Kiang.
Les fonctionnaire! du dptr
lement d'ICtat dclarent que la
question de la distributio i aai a
empch, par le pass, de l'nr-
mr du bl aux sinistrs le l'in-
frieur de la Chine, ne $v. j>>-
enidra naa, cele loi, car il s'a-
git de rgona inondes situes
ie long du Ytngtai fleove na-
vigibte, q-ii pei met une trans
portalien facile.
PORTRAIT DE .
CHARLES BELAIB?
o
Le professeur Lue Dorsiu
ille dsire avoir un portrai
de Charles Belair. L'n de nos
lecieurs pourrait-il lui venir
eu iide?Le but qu'il poursuit,
en recherchant ce norlrail,
n'est que patriotique. Prire
donc de le renseigner.
Paul E. Auxila
205-209, vue Trcwersire
(Maison Boulin )
Presquen tace de son an-
cien local.
Sollicite la visite de tout
le monde.
Les marchandises son
mieux prsentes et les prix
sont plus bas. Profitez.
Propos
humides
o
Le mdecin r l'aociesina famille
royale d'Espagne etail rpublicain,
Leci-devaal Roi \lpbonse Xlll'lc
savail. Ce qui ne l'empchait polul
de parler \i .lili.|iie a son mdecin ;
mais chaque lois.celui-ci rponde il :
Ohl moi, sirc.jc ce pense eertei-
nemenl pas connue vos minietres,
car je suis rpublicain.
1.4 Rpublique venue, notre mde-
cin refusa lea plus enviables postes
diplomatique*. El on le voil pein*
dans les cercles rcpulilicaiiis de Ma-
drid ()ue pense-t-it? TVonvait-il la
Rupul)lique plus belle nous la Royau
l? On se oaaaii la lte dans le mon>
de rpublicain pour savoir ce quien
esl C'est pourlanl Ires simple. 1. il-
lusii" mdecin ne regretta pas la
Royaut : il regrette ^quelque chose
dont eiaii l'ori pourvue la cave raya-
it |eIUlUMS>RTIIE|CACHETD'OR
la fine prfre de l'es Roi !
L'ALLEMAGNE PAYS 00
IE
Lea slafisliques des Compa
gnies d assarances lont ressor-
tir upa augnaeatation constante
du pourcentage des suicides
dans le nombre total des in-
demnits p yes au litre des
dcs, four la seule Compagnie
el'Etoile du Nord, le pourcen-
tage u.ttiut 11 pour cent des
dcos
les Ci) nprgnias d'assurances
du H i li ou pay, de 11)21
M2%t eoviron 120 millions de
lianes pour suicides.
Lu s.telistiqui-8 ollicikllca ne
Ion pas ressortir des aoBtnen*
unions ans>i seneisylee ei con-
sidrent que tes proportions
indiques par les Compagnies
d .iiiaut'i'n duivenl lire k-
cherehes dans la Ntruclnre m-
me des assurances allemandes
qui, aprs l'inflation, ont re-
nouvel I? cbiiiingent de leurs
Diembree sur la Oa.se d'un fxa-
nicii obdical lis svr*. Le
pour Ci ni. ge de mortalit ayani
dcru depuis d'une lacon con-
.sul.n j|>!e, le pourceu'sga des
SBICldrS m iru ive accru dans
des proportions auonnales.
LE CHOMAGE
AUX TAIS-UNIS
-o
Washington, 2'2 o Les
foue loiiiii'ites de la Tresore>
rie eetlttwm que la program-
mp dr irvaui pub'ics tabli
par Ir" g >uv( r u nient, e1 prvo-
yant uns opmse de Toi) mil-
lions da dollars, donl .">0t) uni
In.ns r. dehors d.i Dtatriet tle
Columbia, permailra de donner
du travail liO.OuO ouvrier,
ce! hiver et au coma des deux
annes venir.
D/ins l'ensemble, du travail
era donn 150,100 ouvriers,
direc'eeaenl et indirectement,
pen lani l'hiver, et ce nombre
segmentera au lur et mesure
qu* de nouveaux projets de tra
vaux sCTonl uns i excution.
A l'heure actuelle le program-
me de construction dn gouver-
nement assuiedu travail a32,000
ouvriers.
LA LOTERIE NATIONALE
EN PROVINCE
Dans les s et res villes de ls
Rpublique, particulire ment
sa Csp Hsi'ien, jux Caves, A
Jacmel. aux Goneivea, lea bil-
leis u. ia o erie Nation s le qu'on
\ reoit ion! iusaflseois d'spre
les infoi inalions qui pai vien-
nent de -s villes.
Ainsi pour le prochain tirage,
il ue resia plus un seul b.ilet au
Cai lia en.
Noua ci oyons doac utile de
cous*nler l Administration de
la Loterie d'augmenter les lots
de billets expdis an Province.
...venait Dieu seul sait ov c
quel pi usjr.rev nirle mois d'oc-
tobre, qui nous ramnera daus
nos sains de spectacle trint de
joins femmes dont ses regarde
avaient si souvent caress Ir^
contours. Avec quelle joie, or-
lobra >e'i il les caressera psji r
se consoler de leur absence q i
a dire tout lt I

...voit que, uepuis quelqut s
jours, on conimeuce employ!,
en Mali i. l'ortographe moderne,
A qui cela est-il d? A Noire
il, je crois, qui a trouv plail
sant de lancer cette ortog aplie
inaugure par le pauvre Ha ni
Jean Toulet et adopte par Eu-
gne Marsan. N'est-il pas plus
|oil, le mo clown lorsqu'on Ti-
ent ( lomir '.' N't si-ce p.-sdu plus
pur tranata d'crire tnnwmel
aa lieu de Inim'iin/'!

...av'iun spectacle lrerge
pendant la derniers bjlade ea
ville des :inimaiix du C iqnc
Le lourd lphant tomh son
dam eu ani et, m n^ i s
coups d aiguillon de son cor*
nac, reljsa da I il un p i* le
plis de ses lourdes pal es Ses
petilsyeux brillaient l une lueur
inlense, s*s larges o retires *a
giiaienl de tscon inaccou u uea;
et de s:i n Oiupe pttias nit il t'i
lay Ml e Mit connu loi'que i'
i.n ine ble veut happei u
chose m ciepee, o > .; >
Sur le h '<) i, dans l -''air so-
leil, s" ho ivad.. un billet d* la
Loterie S'aiionuie, le No 12. .
. ua pus vu las autres ;ti '-
1res. M us qui a h laineux h
vu par I 'eph ur V
... a va, :iv :u .hier, d. "s le
eortgl des htes et par.n: li
foula iics h i lauds courait1 H
suant, pass r le zbre clievnu
ch d'un clown. Mais Notre il
a lu (| iflqui nat mu- qu< s' u <
qu; pass u me les sav*uls : .
roba du /i In e esi-i Ile l t
raies noires sur tond b nc u '
de raies blanches sut I > i noir?
... aim!; h i u voir celui qui
pourra repondre eu expt'quanl.

... a p i VOJI '|uc le* lr vaux
de la roule de K ta ikoll mai -
chent avec eu:rain. Pradasepi
cents travailleurs y sol em-
ploy ls In ment deux Sc-
lio is, 1 une de Keuskoll a IV-
btn, l'autre de RoDin a l^roebe.
Ces hommes Irafailleni d'un
il in s Imirable et leur* joyeux
Chan s Tout vibrer lis chos da
lenloui.
. voil que, maintenant, p.rs-
que tout le monde dlsiaBO le
Clair de lune, pour aHn sous
les tentes edmirerqni, le albc
des danseuses, qui, la se ipleess
dee acrobates, el qui, en:eedre,
en s'- pmant, les grossirets
que lea suis ducation Luceut
a l'adresse de ceux qui s'avraiiu-
renl dans celte Corel de Hmulv
... vu. a va n'-hier soir.un can-
dld it fOdl a tait : i > l.'i .i-s'yle.
Il avait pris place dans la voiluic
d'un le ses lecteuis. Arrivs tn
Ville, ils desrendirent dans un
cale. L'lecteur commanda
boire, pois reboue. Au mo-
ment d partir, l'lec eut. r.a'u-
rellernent, pay.i et cdlrn des ci-
gaie-.'. Comme o i avait l'air ie
s'en tonner au'ear de la table,
le candidat.dernier mod le.doa-
ua un plus grand sujet <1 loane-
mentincore la paierie II se fa-
ts sur ls monnaie que rapporta
le garon ei en prit la moiti.
L'lecteur qui esi bon garon
scuri!, en se disant, a part lui
que si, d ma eeMs pl .ode d lec-
tion ci la ne change pas il n'y
a p'us aucune rais in pour que
jamais cela chan^" ..
Ao.u. i-voui uiin aaeaeat
e la s il PsN .
Lile Asusrance Coruoratmi Li-
mi ed . Vve F. .trrmiugham,
Aguut euerui ooui dadjtl*
*.
-s.
. ,


PAGfi 2
LOpAItti^ M Aa>-4*1
UNE POLICE
SPECTACLES
Ci r
0 HHi
Nous l'avons dit plnttetifa
reprises: nue police des spec-
tacles s'impose dans les cir-
quoi en Ilaiti. Nous son mis
heureux o> voir que utre
contrre l.e Nouvelliste a,
comme il If mnvena t. n ar-
qu au fer lange les mal le-
vs qui au cours de> dvi
resfancesgorit.pai dcs'in per
inences et des grossi-
soulev a rprobation g ce
raie. Voici ce qu*il llt
taire: Que la ptdue rlltgue
des dtectives d nu la luule
et que ces dteeti .'es prennent
les noms de tous ci ux qm e
livrent ce sport stupideafln
qu'appels le lendemain a la
justice de Paix lis soient pn-
nisconlormmenl aux lois de
Police.
D'atHenrs, si l'on ne prend
pas des mesures immdiate
[tfthonotei gens djaissi ro
le cirque et seuls les vaga
bonds et les gens sans loi ni
loi pourront aller s y prles-
er. C set a alors tant pis
pour la pjpulai ">i saine, et
tant pis pour les acrobatei.
Avis trs important
Aux Gayes
DeiL'iiremeht, notre con-
irre Le Nouvelliste lotor
mnit que des examens d'art-
mission l'Ecole Militaire de
11 candidat* dont 4 Cayens,
avai'ol co nf* nc sous la pr-
side ire d leutenan Chain
i Le Nouvellistes disait que 'A
ooson ni'savaient >climin
le mme jour peur rsison de
inlc et ajoutait qoe le le.i-
lemain Dl Hlfl, QTti coup de
tlphone reu dn Chel de I
Ci :\'\ [., cfs,exa;nf us avaient
t ii.tenom.fus. Le corres-
pondant qni fournissait ces
renseignement! notre con-
frre disait qu'on croyait sa
voir que c'esl une affaire< an
lieutenant de la Csrde.le lieu
truan" Aarons, (|ui avait mo-
tiv cette brusque dcision
et promettait de renseigna.
Depuis lorsrien n'est venu,
du en es cette ail >ire? I .'exa-
men des 8 candid ts lestants
a-t-il ete poursi ivi ou uou ?
IN
LA FTE OE S
aU
L
-o
Maattcui s Ica Avocats du Bar-
reau de l'ort-au Prince aenl
viss qi i a'ectioa pour le b
(nier i e lenouvellemeal du
Conseil de discipline de l'Ordre
pour l'es rcics 1031-1032, aura
lieu la lu h 31 aot du courant,
dix hei es du malin, 'U l'a-
lais de J -lu e
Sign : Wi dsor MICHEL,
avocat.
Mi-iHon louer
Au Ho. Verna. Electricit.
Garage Douche.
S'adrtMi i : Au M itini.
Dimanche, la 1 te de Saint
Louis, Roi de France, se cl-
brera la chapelle de Tnrgeau
par les EL B. Hres du Saint
Esprit, el .a Tremblay,cb
pelle uou loiu del Croix Ut .s
bouquets. Il e*t probable qu'a
la fretnblny c'est le jeune
pre Hoston,vicaire la Croix
des Bouquets, qui olliciera.
Les tu ies M Jtiplaisir se. d
voient de leur mieux poui
donner a celte tte uu cachet
bien plus solennel que les
annes prcdentes.
Plusieurs lidles de 1 capi-
tale se pr< puent dj a'y
rendre.
Rpublique
Dominicaine
Nous disions.au dbut de cette
semaine, que M. Ilenriqoez j
oarvaial, L.E. et Ministre Plni-
potentiaire de la Rpiibliq-i*
Dominicaine a Port eu-Prince,
allait bientt se rendre s La
Havane o l'api-laient de aftai-
res prives.
D' p. es des inlormations pu-
bliea par des eontrrea domi-
nicains, il parait plutt que M.
Henri.nez v CurTajal se ren-
dra Mo o Domingo, o il se
ri chargr. par intrim, de la
seeita.rtrie d'E al des Raja-
lions Extlienrea, l'actuel Se-
crtaira dEial et vice-Prsi-
dent de la Rpublique, M Ls-
irella Urena, devant bientt
entreprendre un voyage de
cong aux Etats-Unis, t en
Orient.
Dau're part, comme Le Ma
lias l'annonai! dernirement,
il. si lort probable que la vi-
ee-prdenes del Rpublique
a. i. sera coutie au gnral
Carmilo Ramirez qui est ren-
tr dans sou pays sur les ins-
laiices du Prsident rupllo.
LA FTE OE
Demain est la ile patro-
nale de Kenikoft :1a Saint
Nicolas.
A cette occasion il y aura
deux messes: l'une b hres
et I autre 8 heures.
Uu groupe de dames orga
nisenl une kermesse dont le
profit servira amliorer et
agrandir l'glise. C'est l'occa-
sion de se divertir eu taisant
une bonne uvre. L'exten-
sion qu'a piise Keuskofl
comme station d'ete, l'oblige
a avoir une enlise qui puisse,
sinon nvaliser avec les jolies
constructions qu'on y btit,
mais au moins ne pas dpa-
rerle cadre.
TTNTE" ~VE~N n D GILLlWE
AUTHENTIQUES
NE vous faillirez
plus
81RVEZVOUS
DES LAMES
authentiques
P a (] u r 11 dt
10 LAMES
80 cents, or
5 LAMES
40 cents- or
( Type de trots trou i )
Les lames Gillette mrilenl leurs prix,
pour la commodit avec laquelle VOUI
vous li.stz. mme ion ancien pris.
Maintenant vous pouvez aduler les
lames Gilltttt authentiques, lype H
iioistioiir.a an i-i a tenui;. Le sol
des lames de premire eJaase, en par-
lait tat avec le file si admitsble, qui
lui a valu celte renomme mendiais
et le vendent prix lduit cause de la
prsentation des Gdlelte du type nou-
veau.
JooiSltl d'une barbe suavi. Faites lc-
qoisitioo d'une bonne quantit de pa-
quets le lames Gii ette sulhentiqte-
pendi ni que dure ie i ri de liquidas
tK i Ii> vi i ii pat fout
Gillette Safcty Razor Co.
J D. MAXWELL & C
l'a H p I- i ne. P u P i ... II -i". D1STHIBUHF.URS.
lis lamm Gu*
lelle authenti-
que* ttrvtnt
dans les rasoirs
Gillette lypt
ancien.
Echos
o
Demain, 30 aot.est une dou-
ble lte religieuse, celle de
Saint-Leuia, roi de France, et
celle de Sainte-rtose.
A la chapelle de Turgean
place, comme on le sait, sons
h wm ble Saint-Lou', il y
aur.i g *n rme:e a huit heu-
rea celobre par le Suprieur
du Petit Sminaire : Monaieur
le Chanoine Christ.
A Logane, dont Sainte-Rose
eat la patronne, la lteseracom-
mmore avec l'clat et la liesae
ordi.nn-e. S. G. Mgr l'Arche-
vque de Port-au-Prince naaia-
tara aux crmonies religieuses.

Hier matin, un lort contin-
gent d'hommes de 1p premire
Brigade du Marine Corps des
Etats-Unis en Station en Hati
sont partis par le transport
Hendersoo de la Marine de
guerre des Ltas-Unis. Cette
troupe avait t embarque de-
puis la veille l'arrive du na-
zi e.
Chose inattendue et inaccou-
tume : le navire, en entrant
en rade, a tir une salve de
17 coups de canon.

C'est notre reprsentant
Santo-Domingo, M. Adalbert
Lecorps, actuellement en s|our
de cong Port-au- rince.qui a
t lu l'unanimit dea voix
des diplomatea accrdite
Santo-Domingo, doyen du
Corps diplomatique en cette
rsidence.
D'autre part, le Doyennat du
Cous consulaire est actuelle-
ment tenu par le consul de la
Rpublique Argatine a Sanlo-
Dormngo.

, t
Nous relations.il y a quelques
jours, que l'examen final d ad-
mission l'Ecole de la Garde
d Hati avait lieu le 20 aot.
40 candidats ont t admis. 27
sont de Port-au-Prince et la
d autres villes. Le El septem-
bre prochaia. ils seront in-
terns l'Ecole pour suivre les
cours. En octobre, ceux dea
i.aoets qui n'auront pas pu re
engags dans la Garde seront
envoy dans difirents postes
militairea de la Rpublique
oui une piiode de prpara-
ion et d'eniiainement.
e
Nous svons reO la carte de
no're jeune ami Max Dorsin-
ville, fils de notre regrett con-
trre Hnec Dorsinville, licenci
en droit de la dernire promo-
tion de notre Ecole de Droit.
Nos compliments.
L'ingnieur dpartemental Six-
o dirige les travaux de rlec-
on dea digues de l'Artibonite.
Ou annonce que le profes-
seur Einstein se rendia aux
h,iai U oie an Octobre piochain.
H compte | poursuivre sel re-
h rhes se ie in tiques l'Ob-
ssrvsloire de Mom Wdson.
Dcs
HiereITa midi est dcd
3 heures Andr Roc Fresnel
Simon.ge de 7 lui Ses lu-
neriiiles auront lien.cn! aprs
inidi. 4 hre^. la Cathdrale
De le pari de son pre et de
sa mre, Mr et Mme h-nest
Sirnon, et de tous les autres
parents et allis.
Condolances la lamille.
Cet aprs-midi 4 hres. au-
'on* lieu la> |i'nri|ieg de
Mme lierre i ROI'H ETE
ne Antoinette Lesprance
dcde, hier 6 h du soir.
Le convoi partira de la mai-
son mortuaire sise rue da Cen-
tre, preaqu'en lace de Saint-
Louis de lionzague, pour se ren
die la Cathdrale.
Nos Condolances.
AUTO A VENDRE
IjA vendre Auto Buiek, Tou-
nug, a pia s, modela 1929
moteur en | arfau tal de
ncul S'adresser a l'Htel
Avenir. Angle rae d u Centre
rue Fron.
SIRL&UX v*z DENTS
hJ*"" ^ ^_ Snppn-'tioi, iniliilmw. r..li. iip i j)K-llii,li,,-.
- m r-~~ m~ Omni ??v.iri-. i --i^ **<**-t*w\n
aAMME TUE-NERF Ml RIGA
Mrttn.
iiirrarn- im ,j,^J
nn. uritas J
NOUBLIEZ PUS DE FAIRE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GAKDEN
Chez W. KAHL
Ptionville
1 600 pieds d'altitude L'tablissement le plus trais des en.
?irons de port an-Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur nue excellente rou
asphalte. Vues merveilleuses de la ville et Ju port.
Boissons de toutes espces.
DINERS GOUTERS SANDWICHS
Vrrangements particuliers pour les pensions de jour
de semaine eu de mois.
i if >*
m>
Cin-Ialdy j
DEMAIN SOtH
A 6 Heute* : Matine :
Ui film dsopilant avc *u4r Koanie et Beliy Bellourdanetl
La Petite Bonne du Palace'
Entre :41.10; Balcon : l.t.
ASULUBLy.
L'n grand drame perlicu'irempnt mouvan*. De vues excj.
tionn-lleme il superb'* !)-* aitua'ioa intenemnt drirpaijqDi;
S. O. s.
\vec Ij balle tini M^'i. i*ie HaiJ. Ali h, Fry'end el A. No!
Barrs : l.OO ; Balcon : 200.
DESCHIENS
r.'q*nr.itrv.r Ju Sang. ;: r-, crlt ir l'llU mdical*.
Su.'iir.-.ir a'.'n vnne crue i aux tTruj: -.eux. Atltnti (fana Ja HpIHuz t 'an*
rv .-..i II4KI ,..c aiaCHItNS. , ,uo Toul lyliT. PAIU* tl Pfeara
L VH Meitteurs
Pour Bbs
i
parce qu'Ut sont moulus avec
un soin exceptionnelpropres,
dlicats et purs.
CUITS SANS FEU
AU MOULINPENDANT 12 HEURES
Flocons irAvoine :i Minutes
STEAMSHIP LINE
o -
Te S/S Buenaventura* est
attendu Port-au Prince, Ha-
ti, venant de New-York le
lundi 31 Aot 1911, avec 125
sacs de correspondance, et
partira le mme jour direc'.e-
nr*nt pour Cristobal, t.anal
Zone, prenant Bt et malle.
Port-au-Prince. 27 Aot 1931
Jas H. C. VAN REID.
Agtnt Gnrai
I
BELLE PHTflf
PILULES ORIEr-Uf
Ici MUl> >JUi dxMlP*
(triain'. ''""Sir
M .In ?p"'""'??!**
bllitf no "'"* ,75
BitRfalaaMta f^Z^
,l,lB|>nln",
I fl&itAiWTiruJTJ
, Globules B** ...
1 ^^t^^'SSs;
, 7. R."
Bola-CoJoi
E. OAUOHOUX._^j^-
VITTEL
GRANDE SOUFfCE

riva SUR LB "5"J mg*tA$
saison au u mu au 25 Septembre nS_fi5
COURSES TENNIS COLF POLO THATR*_L-----
PARC SftOIAL POUR LES *"**"**-,
paris uir. %m vern* ?%!a**&
m______... n.nni>riM ex Mlona tt*
ACTION LECTIVE
Cure complte de
Saison du 80 Mai an 25 Septembre
Train* r.-! t
?ant data* la* prlnrtpa-iaa Pbarmaaiea. Dr
-*- i
i,(
n>t
mm B r(ia.u*oiirl
at4j. rsfnmsaS eehaaa>asaei1a a aanana premire
L> rua****; partout :
L'N BAKBANCOUPT
Opft^'Jte* dee Cesse
p'sce


; AaV.TIN 21 Aet 1#31
u*
GRADES OCCASIONS
GRANDE LIQUIDATION
Liquidant entirement notre stock, nous avons baisse 60 o/o les ;: x des
[ijcles suivants:
Duplicateurs
Exerciscurs lectriques
Bijouterie
Bonneterie
)isques ODON j Pneus et Tubes
)honoq.raDhes Champagne
fcadio- Phonographes Vermout
Contres I Whisky
VENTltEN GKOS EN ET DTAIL.
( COUREZ Le stock s'enlve vile.
J. KARAYANY
| Porl-au- Prince,
* Anile: Grand'Rue & Hue Prou
Toutes les Polices
DE LA

Si
si
i
Lykes Brothers SS Co lnc
Horn Linie
Le S S cZolia venant des
ports du sud sera ici vert te
31 courant, en route pour
I Texas Hati Santo uoiutugo Porto Rico 1 l'Europe viu les ports du Nord.
\ prenant tr#t et passagers
!.e seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
t Irt entre tes port* du Geltedu Texas direetenent avec
Kl Pon su-Prince, Hati,
1 Pour la rception rapide et le mauiemeBl habile a"e M
api! importations, servez vous toi jour* des navires de l LYKK
[comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
*4
f*
n

LINE.
Les prochaines arrives a IVii-au Prince aert*
S/S Rtiih Lyke-a 31
S,S iGenevive Lyktt i (septembre 1UM
Bureau : Hue du Magasin Oc i Etat boita costale II
P1NBOLD A Ce, Agent?.
()(>()
outi*Ke de* maux de 'e et de
la n> raigle en 9t nietne.
I Arrtez un refroidissement le
premier jour et la raalaiia l 11
l trois jours.
8C6 sauve le bh do relfoi
I iliSMMncnl.
Aqents Gnraux
1E-NEMS
H N BKTON
va pea de jours, Terre-
ieeat son drame conaru*'
lalrei M. Dorciua Alesan*
Il II suite de l'on ue sait
quel incident, s'arma
lsolide gourdin et rossa
ment M. Lon Achille,
ntdsTEisl-cml.
larows si fort que Mon-
w Achille en est mort 1;
wiin de l'Assomption, qti
[illi jour du drame.
L'irascible M. Alexandra ira
fpliqisr devant las juges.
v
Votre premire v
A
isite
En Espagne... les Spcialistes de Beaut
insistent sur les huiles d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colire
Les spcial! itSS de beaut ... en France de
mme qu'en Espagne .. conviennent de
ce moyen pcir Conserver lu
peau sa beaut.
t'oici ce tfue conseille Tejcro: Ipptit/i.
une fine pte Je l'a/moht:- sur l'epleri
l'Htel Aiisoni;
Mous donnera raison, t^m^^^gS^^
justifierai* couliance que vous n.us iM W.^,^
bous garantissant voir apprc.able patronage a 1 Htent j
_
Bire la pression.
/uex
terme
et massez dlicatement -ain'ienterez
alors avec le l'eau part et Jr.ifche [mis
avec de l'eau de plus en l>-u\ froide.
Ajoutez un peu de crme (si i ''us vomit i
donner adhrence i la poudre/. I o/'/..
Cala rend la petit /- ce, frache < /
fioule."
M sv,-:
mmm
*.
fttsurance u
l ne des pluslortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur m VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
5 ''Uaasm.T
Tijero, Jr.i li i..'tm
, i i- ,:.:i ki jri-
i urr.it f >r ,i fiui
| r*, I I .'..irnil
t~Etf*t/u.
Commlttt t'treSpcimltitt
de lituut
V, n'y a < un "r*ft, qu'un pro-
t''-i ta I qui puisse voui dtw>w
lis aJri|uats. Prenez l'habi-
tude de consulter rgulirement
I ipdaliltt de beaut. N'at-
I pal ou'fl ton ncessaire il.
' r dis tlrt.iuiv Conserve*
" Iratcl'cur et votre beaut en
i ii !; nriji t clrs mini jMxopris.
nSdaUlM vous aidera.
Tqr.RO, le clbre spcialiste
d Uaul de Barcelone, se
fche tu.it rouge lorsque ses gen-
tilles ci unies ne suivent pas es
conseils. "Comment osez-vous
abmer ainsi votre teint, s'ccrie-t-il
avec la fougue caractjistique des
Elpurnob, quand il est si facile
cl '.i vi h r recours, deux fois par jour,
I Ce traitement!"
I : -..irer.i l r auquel il fait allu-
lionestprci ai l par 23,723 spci-
alistes cl.- beaut, dans le monde
entier. Ils appuient, avant tout,
sur lemploi d'un savon pur et
d'eau frache pour la toilette.
Tous, sans exception, s'accordent
dire que Palmuliveest sans gal.
lafrii'in tli ci fini ttttllkH MM MM J Je
mallipln nfriui dam II ctjuJ mlnrn il II ti
//i in ciarmaiitii irniriui ,'p.ifulli.
Ls spcialistes s'en servant chex
eux et dans leurs salons de tK.iut.
Ils en conseilleur l'emploi \ domi-
cile leur clu mcli ix's crmes ec
autres prparations de beaut
au'ils recommandent se composent
e ses mmes huiles cosmtiques
d'olive et de palme.
Applique? tout simplement tir
la figure et la gorge une fine pte
de P.ilmolive et d'eau chaude.
Massez dlicatement, puia rincez
l'eau chaude et ensuite i eau
de plus en plus froide. Ne m.in-
3uez jan ais ;> cette coutume avant
e vous mettre au lit.
Epiez ensuite le retour de la
beaut frache et veloute de ce
teint d'colicre!
C'est parce que Palmolive cote
fort tu que les expert le recom-
mandent aussi pour le bain. Il
empche les peaux dlicates de
irriter.
fuoTilMxw <& faxAdr* xcctLite,"
->-.. v .. ..

V %
. 1


4.
I

Samedi
29 Aot 1931
Le Matin

-M tk, tV -
PHONOGRAPHE & RADIO
COMBINATION
CULUMBIA ViVATONAL
L'Appareil qui nllre plus de
garantie au poiui de vue solidit,
dure, et puret de reproduction.
Dans lari dt lenregistrement
des tons, CQLUMttlA si trouv le
moyeu de prsenter au monde
gr >; a .ses laboratoires modernes
cl sj-> ingnieurs dt premire
este lu plus parlaiie rflisi-
Uoa le la reproduction musicale
an crant let i'.iunograhes|
VIVA TONAL UOLUMBIA
roiies les uuancet, et iet ra
Luis ac tous, toute PAonille
musicale depuis la plat ,v'te
a i.t: aigu, jusqu' la basse h
fituj grave, tout reprodu **>
ic ne n ll u i n e !t
l)a s tous e* mu lies, I 01 .1LMilll
jnf soi! dans le meuble, la
c i m >. icouttique. eu le mo
te uimt suiu a t apport,
I ce i o ir II plus grande ga-
iti de l'acheteur
Le mode ci-coi e, le \T i939,
en'iii SI PRE* \ 11L
\ H / .' I 'U'UM
, | ,, ..

!..
L \ i
m
V i
i il
mu l pu t i'. ..es iit< iiu ui
portaiils sur It inaree sont in-
contestablement les portatifs
fcCOLUMBU.
Foui vi s vacants la campifMi emportez an portatii CLFMRIA.
MODEL NO. 939
4 PAOBS
9HM ANWHE N He*i
perfcai-PriBKV
k#l.pkoa. : *
>n<'<'^
Panama Railroad Stamship Line
Service de fret et de passagers enlie
Angleterre Boette Frenee
Mrt. G. W. SHRLDON A Go- 17 James Street, Ijbfpool. BHILMI
The, fallewiif. trf sur \yi-tii tt priteipsl M'* *ir#l* :
ENGl AVD. SC >TLAMD. FRAN(.
Mets s G. W, SHELDON 4 :o.
17 lures Street, La /ri i il E Igltnd
Pamee ^eaert G, W. Sti ldon A Co. are repraxeitci by thl JtfcU vbi i-iUs
plus l t service de Iratupirtde ptttajtr:.j<* Ij M; ann H m*'
, < s 1 ew-Yord et Crist Uni, CaniUm- ; i u.- if Pau,,
Voit i la at d< rn > tgents pour :* ,a.uutpau* ports nel'tripf :
|d< i ni
( s rtsfcur
fk.fl.VTLl HlNlEY &<'>.
'il due de la la rUp ibH nie
Marseille*.
Herni Peron Co. L' !.
t'. Quai George V.
Harre.
Ii(iiii) Petim >* Co, Ltd.
R e du Mo ilm Vatnur
13 mjogne sur Mer.
Me sr*. A BrMDII A
il Irtgade Go O0[\ NORWAT.
I n i na
S;ie no htm Oslo.
MM ght COroo
H. t, H irnburg 1.
iei-manjr
\i s s Mlauttc F'eight
i opiruioi
Germany Ifl
Mesn A' anti- l'-1 einght
' .,
>4 Q i J<> daena,
9f Rua dis d*rit,
[Paris.
M nu Ptnay JtCp u\
i ue de irai quilit,
Duukfique.
l*i*vu Pkko.mA Co Lld.,
9 ftue l\oj,
iordttui.
*Gavoa, Itu.y
\l srs il.t'if Jj Jk (,*v<;
Pnm S.Mvrrae.N- IVkn >'
CoTTBNsuna, Swsnvi.
Nordisk Express,
CitheaVirsIS
.icHis Atlantic b'^Steai
?Lomp'm.
;Kn Fmmtp'eiTi
llotierdim lloli.indt
N'esssr STSIMANM Ce

' !\Ti^ A vendre
()'' !:- L*nph jnagrophBritwk
ih.-V)CE i N FI Pn>itrop atte 50 disejnes.
,. ), tv M l)% ' 1 |'nd lit doublf ?<
^ | ,. telus et Mmour.
1 l.-ini"'" poar bridgr.
K
'M
KNEER'S GARAGE
Columbia Department, Port-au-Prince.
Agents : I CRRIEZ Petit-Gova CORDOIO Caya
C. PINAUD 5i-.i-Marr MwlbC DOUGM Jieaial.
Tu C. BHUTUS. Jrmlt
kwtelts^sispru (10 L U W B I \. Itilstisi l-il I..tsntlitfuiwii wk Ij.M lh.it
au i u ne
ri i.i i uns
h .nj uh .s, ftai un len
H Sjourn Pharmacien de0l UnivrrsM de Pari.
M. StiouMs, Pharmacien de ronfrertitde Paris,ancien
interne des Hpital! Ar Parii.
Analyses des Urines, du tue gastrique, du sang ( Was>
sermann, U'e, t'.ons'unte dVmbard Glycmie). *
Dit erachata. Drs n tiare ictleS. f
I
1 h!e g'gojjna.
1 se>Ie e> 1 bri^t.
S'adr^tser : Sa;* R 3mitk,
Canp d'iTiatiaa.
MES3AMES,
[ Pour teindre vout-mmettow
titsut, aucun produit n'gale
\u mMAvmm
I :;;' "F MFMACRK PERJECTlOHtM
PhannMl* Eu PBOD
OU'.M b<*nnpfurmac)rt ttdregiifrlMinUI
Vtuvt C. FERCOQ, iniim^t/
um-KM
mmm$s& W
A^SUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lifa
Aj n Corporation Ltd,
th (Scothvnd !
Lar la Gl L* A1 i li ' puisse u te? > i d -s plu< vastes ergaaiaatiaes
il se ge ire. jamais sur son champ d'aclion i pmbnun la
a**-.
Ses Polices contn ronvreui aussi let dglts caa^ionna'nar la kinao
Ses Poii< rs couvrent Tols, incendie, maiveitlsnei, defj
msj a autri n dans ans biens
Ses Polices ses biancbt d'Europe r.oul psvabias 11 11
; Polices toi valables dauslunivers cutser. Tout les vov-
mtun ut !). pren prcaution de te munir d'une police contre tcaideati
Can moins 4000 primi atiuueile n'tant que de t/'i */ *it 30 doMari . S
Veine F BERMINGHAM, AuxCavcs
Agei i Gnriil pur 'laili-
SOI BN f ^ iu -ri i' ; ' *L<:
JlA."' :L.\5tHJE'i J ;cuie

ECOUTEZ!
Le Hlitfiii Sarihe
DA1\S SOI* PROGRAMME
GOhChRl Orchettn SCOTT
MOh OLOGUE PapiToite
STATION H. H. K.
Porl-au-Prince ( Hati )
f
*mm
L at -^a'a^a>*^ |
~L.
i

h.


li^yj4EJjBMgX."
r i
^
r?
/ t
*. 1
^
ffa
^ Hien
!?<>
V V
us__
~^a!=---S
CharJter-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
I


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs