Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03703
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 28, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03703

Full Text
Clment Magloire
01 DIRECTEUR
ii58-RUE AMERICAINE 13*8
11 TKLEPHONE N'2242
'J^e ANNEE W 75
l^ Loi sur le Commerce

itoiao'i I dernire minute,
J*!Jer jour de la session, le
Ta vot la Loi aux disposa
complet rglementant le
inerte. Ce vote de le hau'e
mle a d'ailleurs donn
jun incident qui a eu sa
pjsion dans la presse.
Luit queles taient en dsaccord sur
Jjcle 10 de la dite loi. Inter-
lIdI lelex,e de Iar,ic,e 55 de
Ktilalion-,e Saa[ suRRra
tormef une commission in-
'nrlementaire qui aurait mis-
de rechercher un terrain
nolenle entre les deux assem-
lu. Celte corn m a-non se ru
flel|Ur)thme le plus accl-
%uaromp:it sa tarin* : elle
.go*!d'adopter le tex'e vot
J Ckarab-e. Le Sna' fil
i
jt,voici que de srieux dou-
st font levs louchant In
lilniionnalit de la proc
teemploye en l'occurrence.
IcelienU esprits, ir.me par-
les parlementaires, pensent
l'aie uOphcalion fausse a t
jledu 4f alina de l'article 55
Il Constitution. Les lois qui
leavisfcgps dans cet article
Icelles relaties aux liuan-
E'Ies seules donnent lie't
[procdure inh rparlemenlai-
en cas de dsaccord des
jnbres. La loi sur le corn-
ce est une loi organ que ;
le D'est pas une loi financire,
locce qui a t lai, en der
heure de la session, pour
, in adoption est siinpltnu ni
^comtitutionnel.On a inlerri-
liConstitution dont la lettre
il prvaloir
C'est l l'objection juridique
qui peut tre souleve contre ta
loi du 5 aot. Mail des objec-
tions d'un autre ordre et non
moins srieuses viennent l'ap-
pui.
A lorl ou a raison, celte loi
inquite ici et l'extrieur. ().i
y voit une manifestation de sen-
timent anti-tranger, justement
l'heure o le nationalisme
rgne---- Sans doute, i'on se
trompe. Il ne s'agit que de pro-
tection des nationaux dans l'un
des domaines du travail, en
quoi nous suiv ns l'exemple, des
autres- On juge mal do nos in-
tentions.
C'est tout de mme l U"*>
chose lirrratl cl-ir. car no're
pr mur devoir t st de esnve
garder notre crdit i loi
relieur. Il ne doit pas tre en-
Irjiv, en reprsailles d'une me-
sure Oui s'inspire du seul souci
d'assurer le droit au travail des
Hatiens chez eux. Ce qui ne
comporte pas oceBoeiremenl
l'exclusion de l'tranger. Il laui
dtraire cette impression l.
Or, si l'ExCQtij peut encours
rie discussion dans les Cham-
bres, retirer un projet de son
initiative, il peut de mme exer-
cer son droit d-objeclion, aprs
le vole, s'il a reconnu qu'un
nouvel examen de la question
est n.i ssaire.C'est proprement
le cas, en ce qui touche ta loi
sur !e commerce dont certains
rclament ta n onmlgition. Le
gouvernement qui dirige soi*, a
son gird. quelle position il
doit prendra dans I intrt
collectif* Qtiani nous, nous
somme* contre ta promu>ga>
tior.
L'Idal HIiihii
ALIX ROY
annes de succs,
L'HOPITAL GNRAL
- -
.
jw cttle matine blouis-
"" de clart, c'est avec em-
ment, uue bonne grce
Qliro dont je le reiner-
m sincrement, que le
teur Geudreau, adrainis-
Hrde l'Hpital Gnral.se
*-us disposition, quand
expose le motif de ma
"t. Je veux intresser les
Mrs du Iuatin ,aux inloi-
"lons de premire main
* l compte leur donner
Wnant cet tablissement
grande utilit publique.
H uu faisceau de reuaei-
la,eD,s prcieux que j'es-
J pouvoir leur prsenter.
JjJJ parcourous d'abord,
amines dans u:ie vaste
'.plante d'rbies qui ap-
^sseDt riches de sve et
..^auts, trois gran.es
l de mdecine formant
oc, pUis jeux grauHes
P de clinique lies uue
'aopration, deux antres
M'M de clinique bpaies,
f salles d'isolement, UDe
E F"* pour, les malades
inn uu Pav'Hon conte-
ste cabinet dentaire, une
PJiacie et un dpt. Le
Tsaire a deux tages; ai,
mitr se trouve le sei vie
Maladies des yeux, dn
oes oreilles et de la gor-
au deuxime le lab. ra-
ItaJ?\ V,silon eusu,U
7*andeU edeuxia-
- m ""^ loge ia Mateiuik;
Pavillon deux tages
P garde malades, un
autre pour la cuisine. Tous
ces btiments sont coquets,
conlorhibles,quelques-uns isV
pars par des vei les pelouses
et construits dans un style
dont l'aspect est tort agrable.
Nous entrons dans ta cha-
pelle et le prcsbvt e, l'atelier
o l'on excute les rpara-
tions ncessaires au service
de l'Hpital. On y fabrique
aussi des uieubies pour rta-
blissement. Nous jetons un
coup d' 1 sur le m nasin o
setrouvtut tous les mdica-
le nts, fournitures de bureau,
instruments de chirurgie et
autres objets ncessaires sus
di\eis services. Ces objets
sont del vies sur une rquisi
tion i)c ta garde malade, qui
en a besoiu, vise par le m-
decin Charg du bel vice de la
salle.
Nous avons parcoui u gale-
rient la salle prive o sont
logs des malades payaut de
2, S 4 dollars par jour. CdS
malades sont assistes et op-
rs par leurs mdecins, sous
la su i veilla ne des S-' ors de la
Sagesse. Les gardes m lides.
diplmes de l'Hpital leur
admiuislrent des mdica-
ments leur pro lignent aussi
des soi. v uisina excellente.
Nous anivoi s i*ii m >menl du
djener. Lescbam'1 es sont
d'une propret extrme, bien
a ees et pourvues de tout le
outoi t moderne, a I instar de
n'importe quel tablissement
similaire eu pays trangers.
I. howntr nei'Hu uni let is<
>curs qu tl .uisrsr >sns ses pied*
et elles qu il reoit snr stu
rieur.
i OHT-AU-PRINCE ( HATI )
VENDRKI'l 28 Aot 1911
BIRE NATIONLE
DE LA
Brasserie Nationale
Se vendpartout Or 0,10
le verre raalqr saoualit
su Drieu re.
Protaez votre ooche et
votre sant en la buvant
toujours.
Les Surs de Is Sagesse se
tiennent dans un pavi'lon sp-
cial. Elles lont la cuisine,
exercent une surveillance sur
les maiades Les infirmires
diplmes sont charges des
soins spciaux que rclament
les hospitaliss. L'activit et
l'nergie les bonnes Sieurs
n'ont d'gales que l'intelligen
ce et l'habilet des h lirmires
dans le dvouement quelles
apoorteol au soulasement des
sou fi tances.
Nous avons visit chaque
service spcial de l'Hpital et
nous allons placer sous les
yeux du lecteur les rcosi i-
gneraents (|ue nous y avons
puiss et qui mettent en vu
leur ce b i e n public qu'est
uo!ie Hpi'el Gnral,
il vtrra ce que peuvent la
science, l'mt: lligence, l activi-
t et le dvouement mis en
commun peur le plus grand
bien de tous. (I cousia'era
comment l'Hpital Gnral
tonne un ensemble merveil-
leux o le moindre dtail a
t rgl, selon les mthode*
pratiques en des contres de
civilisation trs avance.
Nous cstieions aussi que
tous les moyens de propagnn
de devraient tre nus en u-
vre pour taire connatre l'u-
tilit exacte et indispensable
de cet tablissement. L'Hpi-
tal Gnral constitue le plus
grand elort et la plus com-
plte russite qui aient t
laits pour honorer et mettre
en oeuvre les bienfaits de la
science mdicale chez nous et
le .abeur intelligent de ceui
qui se penchent sur elle, l'on!
est impeccable; les grandes
lignes et les petits dtails o
i hacun travaille, s ns souci
de la gloire personnelle, pour
le salut de la collectivit.
( ci tuivn ) T A. V
666
An t le irelroidisieu.ent.
LA REVOLUTION CU3A!NE
"
La Havane. '2l> a >t. i Inze
des cheis rvolutionnaires,
'parmi lesquels l'aunisn Pr
lident Mario '). Mcnoc il, qui
av.iit quitt La Havane il y a
neuf jours pour diriger le
mouvement par lequel on
esprait renverser le Prsident
GerardoMacbsdo du pou vol ,
ont t ramens comme pri-
sonniers de guerre bord
d'une canooaieie-
Par la capture le c;? les*
ders, Li rvolte, qui avait t
marque par des escarmou
chesqui ont caus h m-irt
de 11 personnes d'aprs des
c.'iiilies officiels, semble ter-
mine bien cjie l'on ait envo
y des renforts de troupes gou
vcrnementales dans la }>ro
j vince de Santa-Clara.
Le gnral Menocal, quia
I t Prsident de la Hpubli-
que cubaiue.de 1913 1921,
le colonel urlos Mendie ta et
les autres officiers de l'tat-
major, qui sciaient rendus
dans les rgions sauvages de
la province de Pinar del Rio
vendredi soir, ont t enfer*
nus dans la forteresse de
Cabans qui domine le poil.
Les prisonniers sont arrivs
ce matin a bord du Peruan-
dez Quevedo >, escort des
croiseurs Cuba et c Maire .
Les onze cbets rvolution-
naires sont amaigris par les
privations qui ont p cd
leur reddition,les rigueurs de
la marche et leur tuite dans
un pays accident,tandis que
(es troupe? les poursuivaient
toujours de plus prs. Leurs
\('"< ments i lier! dchirs et
sales, et leur barbe avait
pouss.
Aucun d'eux n'a rien dit.sauf
Mendiel.i. i)oni x\ne e/p ision
dcolre, il a exprim son
dgot et sou mcontente-
ment de la far/'in dont se 1er
minait ia campagne
Paul E. Auxil
205-209, rue Traversire
(Maison Boulin )
Presqu'en lace de son an-
cien local.
Sollicite la visite de tout
le monde.
Les marchandises soit
mieux prsentes et les prix
sont plus bas. Prof Lez.
o
Agathon ciil .J lans son '
roir d i '.' i'. ; >' ." ./e prends
Dieu timoim et I r"ctor Man-
(jolies ijni me fait monter mon
courrier.S'W Dvai'lerii : <|ui
obligeamment me lait mon
mon . >Qj rier, le lait n'ai
. mrit d'tn i egietr csr
obligeamment suffirait le
tou'e ide de morgae d'un i
t toute ide de complaisance
servi e de I outre.
Quoiqu'il m soit, Notrk Eil
reprmhjisaul le <) le d'Age'non
et le reproduisant de mmoire,
crit son tour. Victor Mmu/o-
nii t/ui monte mon courrier.
San-, 'i o e l'omission il i
verbe fait p >ot moi'er
constituait uue malice, m lis u i
m *'mh i < et qui au sur
plus tait l'adresse de nqjie
en in .n' ;iiih M ingo ls t no i
cell-' d'Agsihon II Mais eu
riant mme toute ide de
mai,e, al ;> considrer textuel
I>*rn i;t c qu'a crit A,; ilhon de
si : (iin piar et de Mangons .
qui vo idra nous ax pli qui r 11
diffrence essentielle qui exisl i
entre monter le courrier I
(pi'iin t-i c faire monter I"
courrier de quelqu'un ? Oai
les deux cas, ne vous semble-l
il pis que Victor Mangona se
trouve au service d'Agatkon?
Comment pent-en a'nerver
d'un inoGfensil brocard, quand
On s'appelle Agallion, qu'on p
s.- sa vie bl iguer les gens, le
i i itdenl d l Rpublique t
mme le Cleste Empire qui.de-
puis.. Car voua vous ler-
v 'v; I lui i,au point de dus ac-
cu i i i vouloir fuira de l es-
prit pour truir de mesquin
sentiments
Fi 1 Ir \ liai
Vous vouv.iervez au point
il iiir, tous d ordina cor
i 11, : L'ait tin Matin en vou-
lant tre spirituel s est simple-
ment inoutre BORGNEel discaer-
tois. .Nous ne nelverona
> disconrfois, car Agalhon le
premier doil savoir qu'd exa-
gre diacourtoisement ; mais au
risque de mettre noire susetp
hbies eoefrre dans tous
tats, nous iru demandons de
nois expliquer ce qu'il cm.
par uu il borgne. Allons,
aUons,Agathon; ne no pas
croire que nous semmi s au in>
y unie des s, m sui loui
que pour une petitechiquenau*
de tu vas piquer une crise de
nerfs.
Propos
humides
0 -
On a lu, s;.n, p. ni tre y prter
at'.ention, une di
ml li.iiuit que n le gouvernamtiit
nationaliste chinois pi ojelted'acb
u 10 million >!( uollai d'aliinenta
afin le riui eu -ni, lux \ i iinus il*
l'inondation Ces pauvres Cliinoii
sont toujours victimes l. n I mes
si.m 1res. C'esl tantl l'inond itlon,
t:uii'ii !; ramine, tantt I' pidmie...
Les malticui iet I II vaul
mieux i n vi it tre fils de notre
bonne i rre, I ml simplement com-
me le re : m des h immn, Brf. Les
Cbio i ,:i mi gou si ueiiirni
xcellenl qui prend sofii d'eux dans
leur m re.Ti moi le projet d ache-
ter pour lu millions de dollars ! ..li-
iik'i. i des tincs s sujets, Mal
qu'an ne sait paa en< oi e ci c'est
qu'u icpai I ces ronds sera dpen-
uti ( ) idu RHUM
. D'OR, ..v i .|t..,i
les
A AILANIC CITY
i New Je. ,
2.\ '. Ui
;, i te ses tic su i
p mettau t i dro i'c
150 IKK) I) il ni s el '"'i'
neurs Un h mme a t noy,
qiia u i ' i- grie
I bless rie cin
s ont
en danger. 11
se sou vu al p;is d'a oir vu
pr< dem neu i A'Iantic City
d. s i .'une ampleui
aussi grande.
.. < oit qi i tian Ville, cette
on, 1 ..... "* |oie des gos-
seaet A* l>e*lc-s promeneuses
is' d itstioni 'cr aux a horde du
local du Tribunal de Pats pour
suivre les amiienc.es de simple
police. Ce sont dos ruas et des
rires lorsqu'anivent las prve-
nus, des rires si clairs ot si jau-
nes. qu'Ile sont, dans le matin
dor ot lgrement veetill.
oomme l'cho mme deslintin-
naboiement* de la sonaette du
Juge.
*
*
...a vu.avanuaier malin,vers
les 8 heures,sur la route de Bour-
don un homme, commodment
tendu dans l'ombre dansante
d'uiniihreet qui lisait le journal
de la veille Les autos qui pas-
: n arrivaient pas a la d-
tach r de sa feuille t l'on
demai de mmo s'il les an Ion
J 'i qui paaaaient.tellement ses
yeux ne se dlechaieat pus de
i.i page ejaie. devant sa curie
Sll.
...n vu.sur la roui d la Rivire
Froid une lies jolie lemme/mi
\ tait dans sa voiture i toi t
i t*e. Sm* le routa dbon-
cl ml d'un soulier voisin, pai nt
d i ,i conp fto ri d lemau en
coslu ne de villgiatui'ista el
.j n comptait p i d 1rs
en ville, liais la voi'urw de I
be dame stoppa, et a ll -ci
ii im ieet iffn' ia
pi a k'hommo qui andeacen-
is. L'occasion fiait lion
bi'li .'I, gentleman na le rata
goutfra d -ns la roi
lure loi Mfti H s^i lii dposer a
Jhrr.'i.wmr, o il reprit te -
mina pour la Rivire Froide,
I n .i bi b.-lle daine taient ne
venus les meilleurs amis da
ni"'. Ie( La prochaine lois, es ne
ara pins comme par hasard
qu'ils s** rencontreront,
i roil plus le dimanche
n, i'.. iv ii > petitea |eunc>
H s qui I lisaient l'admiration
1rs .,, ','. uis. Elles soot
K' usk n ou Ptioa Ville o
. Iles s'i n donnent s cur joie
de lu t rii s excursions ou des
exercices He uatstiee. NeTM
il i tte infiniment de ne
|H irdei si reaardi snr
la frati neur de leur inarme et
l'attrait .1 louis grces.

u m
.. voii que le nombre dseani
qui montenl i Ption-Ville
pied s ou u ablement baiaa.
Cela tienl i qu'evec l Ligne
i ou en desrend pour
b modique sonii.it le cinquante
i n in .

.. .-: v un j une homme de
,,,-,, l'uudi ses camai ades
qui von m bien le Inipaaaer.rien
que i nxoutroiajonra,cer
laio bouquin de Georges Ar.-
,,., ux ou iroieana
, d de di iIs s i a-
i im -.:,,.. L'emi retnsn.allgnant
que la lecture de pareil livre
pourrai) tre I ingj i uae un
jeune cerveau. L'au're alors aie
i| onlre i i lai qui a voulait
pas le livre ;
- Mois, mou i< "v ' % pa-
i. pi dent h R premiers
:, n.l j rons
:,. ui i lii '' ni ivanl soi.
... a .,.', up*do Murs
|; q ii se pro*
..... !' vei ail -tesa
vil! i Konskofl et son
vjs i ence e lout bm>
n,.;,. haie I rie ara araaredeSg
pour ' chiner, il y a encore,
I n amis qui ae-
, :m|', '!*S lui
m inyen de
l'oreille :
Comme on pari d liai
veux te n n .mon
d'uu*
tre. _
r. ni uaotdeat
i ivpo 4
ration Li-
in '" '.ham,
Ageit licaral ooa: iait.,


PAGE 2
2* Assis**1
& l'attention du Directeur l
Gnral du Service
d'Hygine

Dans un moie, le lytDpethi-
qne ttcomp lent Dr Koll I>on
aura lu direction gnrais du
Service d'HyK'OOe. Unani.ne-
ment, tous les hmtipns rendent
un hommage mrit l'initia-
>ive amrir; lioratious et les progrs ra ei
dans ce domain*. Nous sommas
dj paraaada *ju' le Dr ./-on
aura mainti nir ' I" ont mar-
cha de celle bran- li- impor'snte
de noire sdministi ation, et ainsi
iustilier l'< scellenee lu choix
fait parle Prside ! la Hpu
blique.
il j a cependai ', au Service
d'Hygine, une <>';, 'ion d-
fectueuse, que rous snp| lions le
ouveau Directeur Gl eril de
bien vouloir lorganiscr. Dans
tons les pays du moud<. il existe,
a l'entre des ports un stsition
' sant, potn IV xanif et l'i-
nUflostion des iri^iunts.
liaiti est en or t'ai i >nlt
du Globe, o l'on ertue comme
dans un moulin Nom loin cous, a la .1 on nu <. In station
aanitaire de P..(i l, v .1 eal Uu
example admir l> - ri Irappanl.
Lm MOiIrun uni du Fort-Ile!,
l'extrmit liai du Whart, se-
raient d'1 ne ippropriation toute
naturelle *.i l'orcnrenc*. el do-
viendrai i noir* station de aan*
t et de tfarantaine, sous la di-
rection U" io-ii<( ni du poil.
Comm i la se pratiqua par
tout ailli 'is. i l'arrive do na-
vire. l*c| lipsgs, depuis le ca-
pitaine | isqu'au mousse, subi-
rait l'ffbinen mdical. Qu*nt
aax inirigranis, ils auraient en
oatre remplir, eu cours de
route, la teuill- d'i len 'i', im-
prime y >r l s soins, du Service
d'Hygin-, el que les di fi rentes
agences-e chai graient de leur
nir aux capitaines 'es navires
qui frquentent les ports hai
tien, (-elle I '.nll d'i ! n il
contiendrai'Us nom. prnom,
ge, domicile, proleasJon do
iassagei; le but de son voyage,
'indication de sa dmente en
llaiti, i diron s^je-n
etc. ei ici s aulres renseig.i
ls | oi v.irl trt de queique
l. Cette luille, laite en tri-
.) serait signs par le capi-
l'ni du navire, l'intress et
l'ollicier de sant. L'original
i e< ail le il 'Ion sanitaire;
uni copie serait rero'se l'a
genre de la compagnie de navi-
ji ion ! l'antre au Bureau du
port.
\ notre avis, l'tablissement
Porl-aa Prince, d' ne stslion Je
sant, comme nous le preconi-
(iii-, permettrait un eu 'trle
ft'Ciice de l'in nrgnition. 0 la-
iliiei il l'en i < en II .* i dv
'i s, de spet lali t
des visiteur*, et l'on exigerait
une lorte caution d> cmx qui
viennent recll r hr du ravail.
Ici aussi, le hm -g- est devenu
un p i u in d Mat. Une un
i i i illri ae eiieiir I ne
v u i, i; a
au auiole d'or et sa nimbe
; ve*'es espoirs d'autrefois, s
I hoi /. ) i des | uri"s. se diesse
, omme un sut cire 'err liant.
11 esl indniable que le Gou-
Vt i n< ineni de M0O8I1 ur V ment
doit taire lace la crise t io-
inique la plus inipoi tante de
i nie li stoire. li laut donc au
Chef de l'Etal ie concours de
i i. u un et de tous. C'est pour-
(| oi, nou ivona tr i qu'il taii
d notre J -voir de ciioyen de
. guali i .' l'attention du Direc-
teur Gnral Ju Service d Ils
gieue, uue rorganisation per
luettanl d'a l er le Ile! des tra-
vailleur- ira gars. Ainsi, sans
ii g p ohm. goer le loi, sans
avoirs lioisser des susceptible
luea li u agn i, le Gouvei ne-
nieiil pourrait trouver un pal
il eu rigoui eux pro|et du
I lpu' Vi lor i.iuvmi.
Nluiihie n V t ni, candidal
la Pi kia< ur' rationn au bsn-
,i ttf s |< i i; grvistes r. i
eix, n eu' pis se dsinte
rtsserde cette |eanees ardente,
i an i i dpaOle, el qui ne de
iti. de qu' pouvoir vivre dans
sou u y> el sel fit .d'aine.
Louis GAHOUTE
ES fFNR DE LA
.. IPPIE O'tCUl-
RAGE LECTRIQUE
Nous ne savons sous quelles
nclnstes suggestions sgit la
Compagnie d'Eclairsge Elec
trique, mais elle se cre cha
que jour des ennuis et voit
augmenter le nombre des
ruconttotS. C'est ainsi que
dans son empressement
stipprimer les courante, file
a pi iv d'lectr cile un abonn
par! lieuient en rglequi luia
iultnt une action en justice.
I) antre psi, au haut de la
ville, ehez aime R, le fait
' si encore perptr.Or.Mme
R ne doit te Compagnie que
7 dollars environ, et elle a en
dp comme c;niiion te vuleur
de dix dollars.
Nous pourrions mult plier
les "xcmp es,mais nous nous
bornons, pour finir,* B'gualer
le cas de Mr Hugo Mews qui
sciant maintes reprises
plaint aupii de la Direction
a. ce que sa dpense de lu-
mire iait enregistre par
ur. compteur dtraqu, a iffu
l'assurance que le compteur
sertit chang, et depuis ue
voit rien venir En attendant,
chaque mois, il est astreiut
payer les DO de-aux lauiasti-
lues, pour une lumire qu'il
n'a pas pu raisr mblablement
utiliser.
Etrange, tout cela.Mais nous
sommes convaincu que fina-
lement la Compagnie sera
ramene la raison.
LE PRIX DES LOYERS
o
\r'c le dpart de beaucoup
d'Amricains et grce l'ha tia-
nisatiOO des services, le prix de
location des nuisons a corn-
mne.' :teja b-isser dans des
proportions lort apprembes
Comme oujours, cela lai' le
bonheur de uns, les locataires,
et le malheur des autres, les
propritaires En ioui cas, il y
a lieu de se rjouir de cette
baisse qui, pour beaucoup, ren-
dra la vie moina chre*
UNE
FEMME
PARLE
" I
j. n ai jamais possd J lyndres jusqu' l'achat ds ma
Vi-li \ jcloi i:i.
Cependant j'ai conduit d'autres
huil ( \ m difs, n'ayant pas sutaat >le
vie et li' | instance qui la N*W.
i.'iaii uue lurprisa qu'uns aussi
giamle voilure puisse tre aussi t'asi-
manoi uvrer... le volant appara*
ment est fait poui des poignets aussi
dlicats qus les misns... *t Japuis
changer \e levier do ptition n un-
porte quelle vitesK sns aacan brait.
Et c'est rellement inotiuiuiHnt de
eutir la vitesse a laquelle t i le- lu voi-
lure des que voiu touches l'acclra-
teur... il absorbe toutes lee fatigues
do la conduite.
Ma nenvella Victoria Tait l'OBVio
de mes amies. Las ttes se tournent
pour nie regarder quand je passe par
les boulevards. I a voilure si aiupla-
ment adorable, l'intrieur I I ex-
lrieur... tout y est poiot. Les d-
cors intrieurs purticulierement n'at-
tirent ... el la tapisserie est taille aus-
si lgamment tpi un robe laite l'a-
ris.
J'ai entendu tellement de coin-
pliraeau Qaiteura sur >n voiture et
elle me plat tant que C'est coidiala-
nn-ni que je reeoiumandf la Nash a
tous mes amis. *
KNEEH'S GARAGE
DISTRIBUTEUR
RUE PAVEE- PORT-AU-PRINCE ( Maiti )
Tlphoo? : 2234 & 23!
ctr-inc)
it fhtm.
An dbut de ce'te semaine
lundi, ud entant, dont les Btt-
reats habitent la rae St.-Hono-
r, avala psr inadvartanee nn
naysa de ojunpe. Oa essaya
de l'el dbairassar de mille
aaeyons. Rica '? russit. On
eut recours i l'Hpital, o une
intervention chirurgicsle fut
aossilt pratique. Elle lut fa-
tale an gosse qni expira avant
mme qu'elle fut acheve.
L'enfant avait sept ans.
MALHEUREUSE AFFAIRE
El'e eat lieu Jrmie. Un
contr'ear da Bureau des Con
Inbutiono, M.Bnerre, vealaat
appliqnar !os dispositions da la
loi sur l'alcool contre un dis
tilla'eur snrpns eu flagrante
con'rveniion. lut soudain as-
sailli de coups de ba ons et de
manchettes.
L'tat de M. Briane est assez
grave.
Le cirtjue Ounbar,agrment
de la troupe Mendce, a attir
encore, hier soir, un moade
tou. Toet cela est trs beau,
mais.par un temps de misre,
assez inquitant.
ISous dirons demain les
raisons de notre inquitude.
Echos
DES AMRICAINS
S'EN
i__ o
. J
Hier, par la a/s*
sont partis, midi, qo
civila amricains avec
milles.
Dans la soire, par
son a sont galement
destination des Etats
marines.
Las Loterie Nationale ai
la*, potits de la Colon.
ecolelre

*\s
! ... Suivant le geste dn PrkVr
Vincent, l Administration da \
Loterie Natioaale a lait lacani
siticn d'un lort lai des ^J,
ittery s
aire-vingt
leurs ta-
l l'Ander-
parlis
Unis 150
duit
fortiflanta Basile qq-e.
leia distribuer aux enianis d
la Colonie Scolaire de Ptioo
Ville.
C'est une initiative dont il \i
vivemeut llicitar l'admimsiit.
tien de a Loterie.
Le prix da la course vingt-
cinq centimes dans les autos
de la ligne parait se gn-
raliser. Les cbaufleurs semblant
sa'isfaits du rendement avec
le nouveau tard. C'est tant
mieux pour les usagers.


D'aprs noire contrera a Le
Temps , c'est II. Max Henri-
ques. fils de M. Francisco Hen-
riqnez y Carvajal, qni a t
nomm Ministre des Belations
Extrieures dans la rpublique
Dominicaine.
M Henriquez y Carvajal reste-
ra son poste Port-au-Prince.
e
Dans son ditorial d'hier,
notre conlrre eLa Presse,
parlant du problme de notre
misrea.conclut trs justement :
si la libration nationale est
le grand souci de 1 heure, il
importe nanmoins qua cesonci
ne tasse point perdre de vus
d'autres problmes qui, pour
tre moins hallucinants, ne sont
pas moius siieux...
a
a
Le gouvernement italien a
adopie un piogiamm de tra-
vaux publus qui exigeront une
dpense de 45 millions de dol-
l..i s 100 U< U hommes pourront
y tie employs. Cette mesu-
re esl dinge contre le chma-
g-, qui s tend en Italie.
e
m
Il convient de signaler le bel
exemple de patriotisme et de
sagt-sse politique que viennent
de donner les trot partis po-
litiques anglais qui ont ac-
cei'ie, en prsent! de la ense
fluniicre anglaise, uiie re-
pies. nies dis uu crblDet, de
coalniou ntdionale. Le geste
eal d autant plus beau que M.
Stanhy Baldwin( leader des
conse valeurs, a accept d en-
(r dans ce uiimsire, qui esl
prside par le Mav i I ir H ni
say M Doucld.
'J k--'"
L'ORGANISME est REMIS d*APLOMB
FAR LE
LACTOMORRHUOL
DELPECH |
FOUDRE d* FOIE do MORUE SANS GOUT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, ANMIE, LYMPHATIST-
Lafceratetre pOaLfWS. 5. SlS Oaatea.
a feaiNe : ri- auca a cartave inaai km
l.e natiT-l luqaiiir es Ihrl n
rsuifnsci itir Irl'rs ileid Viareul
Avant-hier, au l'alais Natio-
nal, i peine arriv de Ption-
Ville o il prenait ses vacant s,
le Prsident de la Rpublique a
eu un long entretien avec l'In.-
gnieur Jeannot qui, romne on
le sait, dirigera bie i i la D. G.
T P.
Le Secrtaire d'E'at des Tra-
vaux Publics M E'ei Dou
you, saillsit a l'tnlieviit qui
avait pour objet les dispositions
gnrales envisager pour les
setivits lutuies de la direction
Gnrale des Travauz Publies,
ODEURS
*EKAU\
^i
Gin-laldy J
oisom
Un beau film plein de senlimeaU :
I^es Larmes de Colette'
Avec Psul Jorge, Jacqueline Foizane et Sandra Milowaiot^
Sa t ra : %J ; Baleoa : 1M. '
DIMANCHE
A 8 HEURES
Un grand drame psrticulirement mouvant. Des vues
tionn-lK-rin-.it superbes. Des fcitualion intensment dismatl
S. o. s.
Avec la belle Gina Mans. I iaue laid, Ai pli. Fryland et A.i
Mire : l.OO ; Balcon : 2t0.
<...
Profitas de votre voyage .
l'Exposition Coloniale
pour voir les beMca
^ Collections photograprviqnes
de Nus en plein air
chez \q spcialiste M.Meys
U meBlancSf
Paris K
Spciraen-inlature sur demande *
Frar.co cco^tc 3 frs. Tunbrca ou mandai
I
JtTaBai
tfSWT.
aintenant:
Dans le cas o jusqu' ce jour vous
n'ayiez pas encore joui des bienfaiu
salutaires de ENO, achetez le
NOUVEAU PETIT
FORMAT |
(fui itnt il'et" platt lur k marJ'
Commode. Economique. 11 est en vente
dans toutes les pharmacies l'heure ac-
tuelle. Achetezen un flacon aujourd'hui.
ENO est un laxatif bnin et rafralchitsaat. H ooM
de l'animation, de la vivacit et de l'entrai
votre e$prit, et votre allure. Il active la torpi.l"
des organe* et leur donne une activit lalutau*
14 I -~~..^
BsipSf____________SF aaraaar^. .. -.
*PL
jarA.ui
mj___m
\i*?
REFUSEZ
RESOLUMENT le
IMITATIONS
ENO ne se venc
qu'en flaconi.
Prcpire iiniqucmcat par
). C. ENO Ud.
Londres. Angleterre
Afcnit de Venta:
MAHol m RITCHIE
A ( O., INC.
Edifice Belmnm. New York.
El' A
Maiions l'urunto,
Srdner . Xellincroa
Les mou ENO, et "Fruit
Self" i-f le ni., ie d'. m*
j:rt. coatrituent let
marque* de fabriqoe de
). C. ENO, Lrd.. Luodrea,
Angli-terre.
Dimentioo exacte du
nou\el empaquetage.
i**...k. Le ltluim Barkaneoart
c4
DaaiU ajbm sa^easii sswils a sr
n.^'xaras partout :
UN BABBANCOUItT
pAl -Kuoulea
e#laea-

A


a* laV/TaN S 2| AoAt 1131
I
S T"
GRANDES OCCASION
GR|ANDE [LIQUIDATION
Liquidant entirement notre stock, nous avons baiss
Irticles suivants:
60 o/o les prix des
Pneus et Tubes
Champagne
Vermout
Whisky
Disques ODON
Phonographes
Radio-Phonographes
Montres
VENTEEN GROS EN ET DTAIL.
AiGObRhZ Le stock s enlve vite.
J. KARAYANY
Port-au-Prince,
Angle: Grand'Rue & Rue Prou
Duplicateurs
Exerciseurs lectriques
Rijouterie
Bonneterie
.M4.kS*
Toutes les Polices
DE LA
JE
j FABRIQUE HATIENNE DE CHAPEAUX
*
Marcelin Mariniez & Co
m\
t
Si
L'INDIONB
Grand'RupNo 21Q4.
[comprennent la Protection contre la gj
Foudre sans augmentation de taux
Fii g.Le Boss
v^JljWt-A-'
'*fSLO

Agents Gnraux
^??iMrw
. ---*'
I LE SERVICE
Votre premire
A
isitc
[alpnoa rclamations rel-
ie Service llychaulique
Ame s taire a somde
If.Noua ne lui demandons
KBdmt que de permettre
Jk ateliers d'avoir un peu
le; de cette eau dont nou*
Inns privs i la rue Aro
inine, depuis plus de quiose
M.
Non, Aobry, un bon mou-
wnent Laiiset-voua atten-
rir.
A.IIS0I!
Nous donnera raison, confirmera votre bon jugement .t
j u si i fiera la contiance que vous nens aurei
nous garantissant votr apprciable patronage
plus slect de Port-an Prince.
Nous vous avtgroM d'arrier votre
I lier! le
ha mbre l'avance
Bire la pression.
Chapeaux varis pour homin< s.ftmmes et enfants (abri
qus par des mains hatiennes et avec de ta paille du
pays.
Faite* une visite iL'Indiffae*.

Le Purgatif idal %
fiLOLEdini
147, Rut du Faub. St-tnit, Par .
Fac'e prendre,
Ne < i riilnl aucun praparatlf,
file ne provoque jamais de oi.l.
Supprimant la dite,
: die et debilifc pts le malade.
NVxijeant pat de rrpm la ehamlir,
j elle ne csuse aucune perte de temps.
l'Iui active que loua les rimilairea.
1 elle est, par consquent, moins chrr.
* ( PURCAr.vt, 2is rnu I
" ) I.AATIVE. I PiluU ______
lOIBUN STEAMSHF
COMPANY INC.
Le ste. mer Martinique
parti Je New York le 22 art
via Gonalves et St-Marc, ef
attendu a Port-nu Prune le
samedi Util repartira le u.d-
OUi jour pour les parla de lt
''olooibia el Crialoltal, Canal
Zona, prenant | il ni pas ta*
ger.
Le m mitas te de c ni vira
reu paravion*tmstr>f|i s IniteH,
e.i u la disposition ,\.% char*
gainai aux bureaux paguie, niN Traversera
Port-nnPrince,le 25 at1 IMi
EHARAACo., Agrnta
Lykes Brothers SS Co Inc
Porto Rico
aaaajrigers et
avec
(
Texas Hati Santo uonatnro
Le se il senrice hebdomadaire et lguliai
fret entre les porta du Geltedu Tasas directement
l'on nu-Prince, Haiti.
Ponr la rception rapide et la maniememj babils ata \w
importations, servez vous toi jours des navires d" l LYKI
UNE.
Les prochaines arrive* a Port-au-Prince sa ni
S/S iRnib Lykes M
S|S Genevive Lykes i 4 septembre 1931
Bureau : Hue du Magasin de i Liai. Hoite l'ostale II
;
Insurance i
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
ALUMINUM UNE
Mew-Orleans uudB Mobile ta Port-au-Prince Soulhside
tiaitien Qutport Sanlo-Domingo and Macaraibo.
Ports Joue Sailliuga Juiy Seilfinga Ang. Sailliuga
Sto-Dgo. City EUD. Duc June 1 July 29 JAub 26
San PedroJalac.RD.JDue n {Juiy 2 juiy SfT| kuu. 27
Macaraibo Due July 5 Aug. 2 lug. 30
New Orlans and Mobile to Port-au-Prince Nortbside
Haitien Outports Santo I) iiningo and Macaraibo.
Ports June Sailliugs Augusl Saillings Ju|y Saiiiim,
Hew-Oileaus, La S-ds June 2 June JO Juty 28 Ang 2
I Mobile, Ala, Saila Juue 4 July 2 mly 30 Aug. 27
J P-au-Prince, Haiti Duc June 11 Juiy U Aug. 6 Sept "i
Csp-Haitien |; Due June 13 July 11 Aug. S Sept S
! Puerto-llata, K. D Due June 14 July 12 Aug!) Sept. 6
San Pedio. vluc.H.D.Dn--Juat li juiy 14 Aug. 11 Sept 8
Sto-Dgo City R. D. Du Juue 17 July 15 u4 li Se t 9
STEAMSHIP LINE
o -
Le S/S Ruenaveulura est
attendu Port-au Prince, Ha!
ti, venant de New-York le
lOD 'i M Aot 1911, avec 125
sacs de eorrespondat ce, et
partira le mme jour directe-
ment pour Cris'tohal, i.anal
/"ne, prenant Irt et malle.
Port au-Prince, 27 Aui 1931.
hl IL C. VAN REED.
\>/tnl (Unirai
Horn Linie
Le s>/S Zuliu venant dea
fons du sud ara ici vais le
1 courant en rouie pour
l'Europe via les ports du Nord,
prenant trt et paswgers.
IlatiNBOLI) A , Agents.
ily la Aug-
Macaraibo, Vcuez. ^ujJjoe2> Ju.y 18 Mig 15
PU t-du-i'iiiiu, le 9u ,...i 193]
aLU IN Lan lI.nL
4 DE 4JA11L1S vie Co. A^euu Uearaue:
Se, I
Se pi
9
\2
AUTO A VENDRE
A vendre Auto .Buick,Tou-
nng, .> placs," m .lle 1929
moieur ru i.arl i i ta Je
eut S'adreasar a l'iltel
Avenir. Augla rae du Centre
et rue Fruu.
.S -, ^

.


Vendredi
! Aol LU31
illiM. IW> .<*
a ,-W WT <- ' -***

PHONOGRAPHE & RADIO
^COMBINATION
%. mu iiMRtA ViVA-TOHAL
i; appareil qui oire plus de
garantie an point de vue solidit,
dure, (.t puret de reproduction.
Dans t.ni de lenrrgistrement
.les sona, COLUMBIA :. trou\ le
moyeu J- prsenter au monde-
ara a *e* laboratoires modernes
et s.s ingnieurs de premire
c jss-. la plus partait* reHiaa-
Uou '^ >' li i1 o luctiOD musicale
eu craut ies ifl ..lograhesj
VIVA TONAL. COLUMBIA
ToaCCS les nn:i:;s, et les 00 *
lour* 10. sou, tonte l'chelle
musicale acquis in plus '-Me
noie algue, jusqu' la baese la
pius jjrave, sol reproduites et. ?
.. [ C mii ne la.. > e les a ei
cule-;. ., m ..t
Dans tous les modle*. UllllMl
que ce so t dans le meuble, la
,-h, Qbre scoustique, eu le mo<
,, ,, i. ,,, ne soin a t apport,
et ce oir U plm riQd **"
nntl d '"'Ir'-nr
Le mode ei-cont-eJe M '9*.
p.mci.....i St PIlEaUTlB
\ hetez un appareil Columbia
,uii ptione combin el vous tes
,.,,/,, | h pas tre priv a
eu i soir > I i "" ance ou I
,ih i lu i il'
i ;T ,
~L \ >," il i ' '
m u le >a net on.
V,.,i. /. i Dp nlemenl les li>-
qiie. et phonos COLU vtlii \ du
Gange K\LIM el nous serons
heureux de voun taire eoleolre
le-, difl re mn llea tjue nous
avons en stock Vous (rendrez
pldisir a admirer ie> diflerents
modles porulits. -es meilleurs
1 portailts sur le march sont in-
contestablement les portatifs
COLUatBU.
,, l i. ramnaenc importai un porlatil fOLIIIlA.
l'ou vos v&canc s la camp!*, r
p 10
MODEL NO. 939

ParbaB-P";
W.pbose:'*-.
****u-,m*.
t
Panama Railroad Stamship Line
Service de frl el de passaqers enlre
EcoRe I ronoa
Mrs (, W. SHF < > IN *GO- ^ | ^ Rnr#pt.
BNGLVND, SCOTLAN i lA\' :L
M.ssrs U W. SHKLO )N ft .lo-
ti l.im-s Street. U/rponi Koalond
| Fni-u-e. sfeti W sKldon Co. re wpratentcl by l^tUo r. m-,,
i ..i tus d-ieit service d IransporLde pastaitersj<>' f '-. "ni-i '.*iii
|MW r',PK..?.. / va NevYordei Criauli*. Canal S m v Isthme d- P... ta
,,s portsfc.orop' as " frillciMua .m.-is da l'Eurooe :
I
fluit.A,TLT HlNIEY & O)
21 ituc il- la la Rpublique
Vt-.irieilles.
rterno Prou k Go Lt I.
g:} Q ui George V.
tltre.
Herau Peroo Co, Ltd.
Ii du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer v
M'i'-s -. A Bcndii & *
21 AI nf(a'de oienlv'ue.
Ojl . Non W AT.
I it u- don
S))e i io 's Ikap Oslo.
MM. \ '.:nti FrtMk.h' Cornu
kitli ihaoe, i mbura 1.
(Jcrini |J
Nj s , .1' imI Fp ^,h'
. m i
'1 ! (Il IV
Mes > i "! i i; <'i"Jshi
oru .,
II Q i lo :aens,
\ w -i lie iura.
He*n Pmou &\ C* J0
95 Hue des d rs,
Paris.
Hbiinu lJtnon 8k Go Ltd ,
Rue de Tranquilit,
Dunjtecqlie.
rlesMO pbRONA Go LU.
9 Kue Roy,
Bordeiut.
Gen>e, Italt. '
\1 is-i'la.iu ); A iJls>v Piii&4 S Matteo.N) tSQ'l *
COTHNaORO. S'.VEDSV;.
Norl'sk Etpreat,
Got'ieiiburg.
..iessi i HTLANTIU FnaMMir
?Gorp'm.
flKoV Emmap'em
Rotterdam Hollande
Messsr STBttfAMN ACa
\LUMN1UM UNE
DR S'EW-O'tLI ANS ET DE MOBILE
U / c, S wO-*iw le 25 ot et Siob.te le
i7,,,n.....ni po.r Pe .t - 4ve.Porl-..u l'nure et 1
O ls I \ i.
l> i ; prince. \* 14 roJ 1*181
\ MATTEIS& Co., Agents Unertm.

I.abor.iloire Sjourn
DmecTEUM
F Saw lhnb, Pharmacien
K SiroUBMl Pharmacien de^WniTersil dei Parla.
M Sjouhshs, Pharmacies de l'universit de l'ans.ancien
interne des .HpitaU de fans.
A vendre
Un pli >ngropb Brniit
Panairop ae 50 diifasi
lgruid \\\ rioublf aftcai*
tela^ et semmiar.
1 lampe pour bridaf.
1 lahlt figogn*.
1 selle ' 1 bride.
S'adresser : Sa. R. Snaila,
Canp d W via lits.
f52KMG8EB
MESDAMES,
8 Pour teindre vou-mmetl00l
S 'isiur, cucun produit n'gab
\U mVRESOW
fe TE! t QtlA6feE RnCTUS
KNEER'S GARAGE
Columbia Department Port-au-Prince.
m-j Rsssr Mu.acS:a.
ri. C. BRUTUS. ~ Jrrria
Mailaiteaeerli CO LU MBI A. liMbtM Llaii toi tearaaH elr as il Mil
interne des hpitaux de raris. ^Tir.uHftiACriitficni
lvses des Urines, du suc gastrique, du sang ( Was-, y n,,T.,,. E,*.wnou
iTUrs, Conatante d^mbar^^mie), ^^ I -,-.; :j :^grg
Aral
BsrmanD^
Des erach-iis. I>ra matire
tcTea.

^ ..
. SUREZ-VOUS
la
i ral Accident Fire & Lif
nce Corporation Ltd
(i( Perth (Scotland *
^^ ;,i.s su, .un champ .l-^.i.,,, nni KM le
Ses Police .....""' ^;s- "'"''",if- i^'-1"1"-
?M^sijutrui i ,.musses ,, .,.,-. ...i.i pinliiw n Hn
KeSPolice. i s-, I i i p.. : valable, dans Univert r lier. Ion laawja
anmcii ....... i | iia c. -
Veuve UMINGHA AuxCaves
COUTEZ

Le lahuiii Sarthe I
DAAS SOb PROGRAMME
G0NCER7 Orchestre SCOTT
MOhOLOGUh PapaToatt
STATION h. H. K.
Port-au-Prince ( Hati ) 1
< ; s NiS
.... ui HalU.
i ai I * *''
JfcA 'T^Hi;': J : ^ je
rSA
J--

fefi>**.

2'

7


Ifr? ff/Wr
9 e
Charlit r- valebranchc & C
1224, Chemin des Dalles, 1-'
f'

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs