Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03697
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 21, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03697

Full Text
meut Magloire
RUE AFRICAINE 13.8
^OfcWoNEN*2242
%)tcat
ANNEE N- 744<)
PORT-
Question du
Service Technique
d.
-$vonsai.iiupcc,:un
sem'ine, deux
heun;
de celte
Lipations trs
5,o Service d Hygine et
&tf:ceUcleiDoc-
Eplsejet Lou. On parle,
p;:nl, pour la Direction
esfravauxPub'ics,
I cpelleticr Jeannot
L'ut le monde admire la
folie, la coin plence et le
, de l.i mesure. Toutes ces
paiions ;n-'t eu l'heur de
Ire, et avec raiso:',
liDiui publi|iiequi i su,
I occasion, rendre hum-
a la bonn< loi du Gou-
ftraeut et .sou souci de
server toutes ces ad mi-
[rlions, leur caractre uu!
(meut professionue-l
jne reste plu s maintenant
ia question du Sen ice
Mque de l'Agriculture. Si
suit la mme mthode,
certainement ou Mon-
ir Louis D joie ou Mon-
[r.vtullei- Ni ola qui sera
Imc ,i lu Dil util u. i >.
Se r \ i I:
Le i e | lit' auii i och il
Mira il ': 11' 'les
pjn.M'fs |jj. M. i.ouis D-
M .-> l'fi'i--, IJU(
fchi 1er i nuilH
[ibles de 1.: i i! ucifer
[terres el i n la
laciinii jjK ra le l< Dei ar-
ItDlile i :, i i
le quel que il. !t ces
li.tihi qui st. i' u u< .
lisrAlau Se; vice l'ct hni-
imme des jens qui ne
lient ji'S salist.iits et il ist
Jsijiie certain que l'un de
|deox Messieu rs n'accej-te-
uas de travailler sous
lordresde l'antre.
Dans cesjcondilious,Il nous
semble que i;? meilleure ma-
nire de rsoudre cette ques-
tion, qui est de premire im-
portance, est de laire appel
un neutre, un murrc de va-
leur, naturellement, tranger
ou hatien, lu Mil. Schiller
.Nico'as et Louis Djoie se-
rvent nomms l'un assistant
du Chel et l'autre Ingnieur
dpartemental, ou, tous les
deqx assistants- Cest, nous
croy us a mei'e re solution,
el U n'cat pas de doule qu'elle
r mirait au minimum les eil-
ticulta; et ce ierait,en dernier
ressort, le^t'ays qui^eu bo-
tkicrait.
Cj n'est pas Vaillent a e
moment :'es rancunes. Nous
sommes l'heure des conces-
sions, < personnelles. Ceil la minute
de reflacement total du ci-
toyen BU seul profit de la Cit.
Le Gouvernement le i Hiipn n
.Ira qui a trouv une solution
si lu areu* aux questions po-
ianl lui p;ir i'" > i vi
d !i el i;i Direction G-
nrale : s i'rjv;r.ix publics.
i)". iln ins on a ilcoi b \r
retu] I i H '. loi. La dcision
uouvernemenl est sub >r-
don tet ;i repp rt de la Cern-
in ss'o-i qui i ll'e depuis
l ,i que ques [our.i sans pou
voir f\ ente d'ailleun>, sur
IM proftcauun dtermina tn
tous cas, attendons tt ayoaa
confia o e dans ie tac ,#le pa-
trie! suie jamais prit en d-
teot, jusqu'il i, du Prsident
del KpubtitJue. e- de son
symp Unique Ministre du Tra-
vail et de l'Agriculture.
l'Octroi d'un Moratoire
Hati
e -
'Gouvernement, en rai-1
la crise conomique !
fsaacc tout le peuple |
Id'une profonde mi re, i
'demander au Gouver-
l ces El iti Unis an
fttoiredes .tet te pour une
Ps'oi an. La question
'ome du i este, il est
>- le rail l'objet de
jatious de chancellerie!
, davant d'tre lonm.Ire
fjenieul de Gouverut-
f> Gouverne meut.
Jttsort de certaines iu-
wons qu'il n'est plus
. f nouvelles ouvertures
N.taux Hatiens tant
Pnr que dans les ban-
FaHaiU. Les capacits de
wt tant juges trop
PJ- Le volume d'alaires
"tant de jour Pa jour,
' Plus de garantie. Le
P, I import et l'expori
B.wrent.Toutes les suui-
* revenus de l'Etat voni
,ar J las attendrc i extrme
F dos capacits pour
*wer une aide interna-
SrVV0DS' il est vrai,
le HrCS,.n NewA'nrk le
lUo,? IEmPfunt de 40
*; ma.is lp Fays ne
rien?11 d,sPCser P""r ne
Tes., "'tions que
fe ne lu, permet-
Ce '".car Hati a
fSft.....-,,noina-
Qui \r !,JUDe loi eu
m ex' rlnatses
^v0,sXerUL--- Nous n
lus o^plns. pou-
nous laccer dans la voie trop
st ':e nouvelles mi-
sions de billets de. banqu<. I Mi
reste l'inflation est par elle-
mme un remde trop dange-
reux. Il ne nous reste donc
que le seul secours du mora-
toire avec compression bud-
gtaire
Le Gouvernement amri-
cain a toujours de tout temps,
fait dans toute l'Europe une
large publicit des nrincipes
bienfaiteurs de la doctrine
Mooio. Protection du Conti-
nent amricain. Dsintresse-
ment de I Amrique aux af-
faires de la vieille Europe.
Pourtant les cables et les
journaux nous ont appris l'in-
trt humanitaire (?) que le
Prsident des Etats-Unis ac-
tuel poite la dtiessede l'Al-
lemagne. Un plan tut arrt
par Mr Hoover pour sauver
l'Europe de la crise mon-
taire allemande. <.f plan ;i
adopte par les Puissances i -
lresses de l'ancien conti-
nent-
. .....
Notre dtresse nous est
proche. Les rapports du Gon '
sedler financier amricain
sont alarmants. Dcroissance
progressive des revenus de
toutes catgories. Dpressioa
totale des lrces con un qi
Finances publiques lo i-m
atteintes, ht notre CwnaeiUaf
iiaaucicr a|oute: Loti ne
doit pas s timer '" gravi-
le de la situation actuelle k. tt
Amricains qui ont
en main depuis 16 ans toute
Iminislration fiuaucire du
Pays, supportent moralement
I' MJ Tt

K'
Au Cosa
te l'Emi
nts, 1
. r..- 1
Ci ...
h I
toute la responssbili
iiouvaise sitnatioo. \
pliw juste et plus i
que noua \ y i n
par eux.
Les intrts et le
serhents de notre .
rieure (exlusiveme
< ..i r) s'lvent p.irj
rou six culs ,n u
(600,001 dollars). N i
avoir pins de 100,0.
payer aux i mploj'
c ris qui s'en vonl
mment ait. IX
cola, au titre des m,
P iree que, *prnatiii
//;/' le Gouvti 0'iueul
shington, fa cessation
vices de leurs ress)
chez nous. (??) Strv
tant pi is de torce.
Voil donc des ci
bien d'autres snccr'j
joutent ati budget dl|
quilibre C'est un ty
est au dessu* des \;
uomiques actuelles
Nous avons bien de,
a New York. Mais :c;
lo'it l'objet d'une $
vu Rt d'une prvoy
nomiqat. Il n'y a ,
ratoire qui pourrait
tre au Gouvernera
blir un plan de red
ju,.;c viable, carlanj
ginie d'expdients.
devons donc pas
scrupule le demai
un dn tt (iui constr
qu'un devoi Kt rj
mes dans nos droit?
clamant comme le (|
menl de Washiogu
devoir de nous I ace
L'Homme de \
A venc
ij
Unphonogroph |
Panatrope > nvre 50 ||
1 grand lii donMefl
lel'. et sommier. '1
1 lafarpe pour bi i lf]|
1 i ble g Rogna.
1 selle i 1 brida.
S'adresser : 8gl K.
Camp d'.-ivia
29 ann


went Magloire
'iU Sjrectkur
^Se^PHONE N'2242
Hla vritable ttrtt,ini ueal tV la
gr ,re >rs aasisiis,el non V l*j h>rr.
H" l>l l.hMIS
.^ANNEEN-^9
PORT-AU-rRINCE ( HATI
VENDREDI 21 Aot WH
, Question du
Service Technique
ai
LlVonsani)unc,nud.
le cette semaine, deux
inalioos trs heureuses
KsarvicedHygiieet
hpital : celles} es Doc-
-rtUoscet Leou. On parle,
Leu.nt, pour la Direction
Lac des IravruxPub'ics,
M Lepelletier Joannot
.lo'ut le monde admire la
Jestie. la comptence et le
ude la mesure. Toutes ces
|ikDS>nt eu l'heur de
jj^- etiivei raiso:,
Es publique qui su,
Je occasion, rendre hom-
ti\? honni loi du fiou-
Beatut et son souci de
userver toutes ces adini-
(tralions leur caractre uni
.ment |rolessiouue;
Dereste plus maintenant
la question du Service
inique de l'Agriculture. Si
suit la mme mthode,
. certainement ou Mun-
ir Ljuis Ijejoie ou Mon-
EbcbillerNuolasquisera
Uiinc a la Uirt" tu u. i i>.
v au Se f v i c Tu I:
eui e [) il ani i oeh'. Il
lirai! i meihu les
tombes pai M. i ouis De-
sont p s celle* que
Schiller .' il olas ci oit sus
ftiibies le Lin- Ir notifier
[terre ; icr la
[faction ;. i< Dei r -
Kit de l'Agi i< In . i
dc Quel que i it. lt ce-.
K.ctlii' qui ci !i uounii,
lorail au Se; vioc l'ei hni-
Itmme des gens qui ne
jicnl pas salisl iits cl i est
jtsque certain que l'un de
deui Messieurs n'accejte-
pas de travailler sous
ordres de l'autre.
^ (>, oest pas d'nilicuis c
moment :fes rancunes. Nous
sommes l'heure des conces-
sions, de l'oubli des iniraitics
personnelles. C'est In minute
de l'tllaccmeril total du ci-
toyen 8U seul prafil de la Cit.
Le Gouvernement lecompn n
dra qui a trouv une solution
si lu meus aux questions po-
se- s rfevaol lui p,ir le Servi
I \\. et la Direction G-
nrale 'les Travaux Publics.
D'ailleurs on a encore Ir
temps de rflchir ha dcision
In Gouvernement est SUD ir-
donici ai r.ipp ri de la (>>m-
in ssioM qui i ' tille dputa
l ,i que ques jours sans pou
voir s entendre, d'ailleurs, sur
un pro..!.iiimi dtermin lv>
tons c;is, al te niions et ayons
confiance dans ie tac.depa-
triot suif jamais uns en d-
tept, jusqu'il i, du Prsident
de ki Rpublique, e' de sou
symp itbique Ministre du Tra-
vail et de l'Agriculture.
L'Octroi d'un Moratoire
Hati
e -
^Gouvernement, en ral
It la crise conomique I
ace tout le peuple I
Id'une profonde mi re,
Idemander au Gouver-
nes Etats Unis un
Noiredes .lelr-s pour une
dt d'un nu. ;.a question
homme du reste, il est
Ne -7 Ici ail l'objet de
PWatimis de chancellerie
pordavaiv d'tre formule
fflellemenl de Couver-:'.-
I Gouvernement.
J ressort de certaines iu-
ptious qu'il ,,'est pius
F nouvelles ouveittes
[crdit aux Hatiens tant a
Pnger que dans les ban-
^Hati. les capacits de
Pjeme-t laat juges trop
f>les. Le volume d'affaires
P1D^nt de jour ea jour,
Dre Plus de lie. Le
f^M'importetl'exporl
["Jurent. Toutes les suu--
revenus de l'Etat voni
r lar'es. Nous uo devons
Bit a8 aUen(l,(' l'extrme
eJe nos capacits pour
T,,nder dc aide interna-
is.
0Us avons, il est vrai,
k0,yes New-York \t
<* I"Emprunt de 40
m^*\ mais le Pays ne
t,-J"fen dispeser pour ne
[Jin,oncerdavan!..i;e,ians
telles obligations que
K?Tus " im (,r
Ko5!h ,enirv "li a
,3e de .....ne toi eu
rf.5,D".'-; surtout ses
Bioni ' Nous U'
l*2LPas p|us- pu'
lsns conventionnelle?,
nous lancer dan? la voie trop
funeste (|e nouvelles mi-
sions de billets de banque. Du
reste l'inflation est par ellt-
mme un remde trop dange-
reux. Il ne nous reste donc
que le seul secours dn mora-
toire avec compression bud-
gtaire
Le Gouvernement amri-
cain a toujours de tout temps,
fait dans toute l'Europe une
large publicit des principes
bienfaiteurs de la doctrine
Moin oc. Protection du Conti-
nent amricain. Dsintresse-
ment de I Amrique aux af-
faires de la vieille Europe.
Pourtant les cables et les
journaux nous ont appris l'In-
trt humanitaire (?) que le
Prsident des Etats-Unis ac-
tuel poi le la dliasse de l'Al-
lemagne. Un plan tut airl
par Mr Hover pour sauver
l'Europe de la crise mon-
taire allemande. Ce plan a
adopt par ie* Puissances i -
lresses de l'ancien conti-
ueuf
Dans cesjconditious, 11 nous
semble que la meilleure ma-
nire de rsoudre celte ques-
tion, qui est dc premire im-
portance, esi dc taire appel
un neutre, un neurc de va-
leur, naturel'-menl, tranger
ou hatien. Et Ntji. Schiller
.Nico'as et Louis Djoie se
ra;ent nomms l'un assistant
du Chef et l'autre ingnieur
dpartemental, ou; tous les
deux assistants Cest, nous
croyvn.s'a eilleirsolution.
et il n'cat pas i\c doute qu'elle
r luirait au minimum les dil-
licult.s et ce scruil.en dernier
ressort, leJPayi qui^eu bn-
ficierait!
Notre dtresse nous est^
proche. Les rapports du Cou '
aeiller financier amricain
gool ;Inntj-:nis Dcroissaoc
progressive d< s revenus de
toutes catgories- Dpresaloa
total) les I '";i oon 11
Finances publiques I tmeul
atteintes. Lt notre Uunaeiilee
liuaucicr a|uutc: i /. "" nt
U:de la situation actuelle*. Lt
. Amricains qui ont
pp main depuis lliaus toute
l'administration fiuaucire du
Pajs, supportent moralement




Au Ce^asr
3c i'Er^6
r our foeffit i
A n its, 11
Lond T.. 1 :
tr,'
et coin-
dems -
km .
*,> ... .


foute la responsabilit de cetl iiQuvaiee siloalioa, Il est don
|)lus jojrte et plus d' n litre,
que nous Soyons renfloaa
par eux.
Les intrts et lesaortii-
icments de notre dette <
rieuic (exclusivement i n
cai c) s'lvent par nn envi-,
ron t si.v unts mille dollars
(600,001 dollars). N mis alloua
avoii pins da 100,000 dul!
payer aui tanployc amer -
et n s qui n'en vont, oo
mtneol I art. IX du Proto
iole. au titre des indemnits,
P ace (|iic, tprbttaturf, a esti
mtle Gouvernement shinglon, la cessation de* aer-
vices de leurs rtssoi tissants
chez nous. t??) Services pour
tant piis de force
Voil donc des chargea et
bien d'au iras encore qui s'a-
jouteut au budget dj i en ds-
quilibre C'est un Nu deau qui
est an dessin d*s lorces co-
nomiques actuelles du I ays.
Nous avons bien des rserves
a New York. Mais cee rserves
tout l'objet d'une garantie a
vue et d'une prvoyao co-
ioini jue. Il n'y a qu'un
ratoira qui pourrait permet-
tre au Gouvernemeul d'ta-
blir un pi ni de redressemeut
juf.;e viable, cartant toui r-
gime d'expdients. Nous ne
devons doue pas avoir de
sciupide le demander, .'est
un droit qui constitue pres-
qu'nn devoi Kt nous >.o.n
mes dana nos droits e:i le r-
clamant comme le Gouverne
ment de Washington a pour
devoir de nous l'accorder
L'Homme oii la Hue.
A vendre
Un phonogroph itrtniswiek
Panafroe-e* avec 50 disque.
t grand lit double avec ms-
le\n'. el sommier.
1 Itape pour bridge.
1 i; 1)1 e gigogne.
1 elle I 1 hride.
S'adresser : Sgi H. Smith,
Camp d\4via>ion.
LA REVOLUTION k (M
u/- Sans /il
LA HIV VNK I M.
; n i Go - m acot.cle
2 3 mille h an n .
nl i.- . ec ''s >
h es ren i les trou
u .-* ! E*ata Unis
ont eoga^ la pi
fraude i lie de lai
ia rpubliq,OC l^e
unit ; [UO
les rvolutionnaires oui
chasss de la villes de (iib-rH.
dans la Province d Drieu v-,
la acne du conflit, aprs un
pre combat. On dit que le
restant de l'arme des re-
belles s'est rfugi dans uu
couduit o elle a c; encer
ilir et a t tue ou captu-
re en quelques heui
rappbrts estiment les
des rebelles a .~)O0, m
uvent tre entagrs.L
vernemenj a annonc
eu deux hommes tu.s, el
un bless. Cette bataille a t
In dus dure del campagne.
Les canonnires et l'arlil
le icont t mises en StOtic B
parles troupes du gouverne-
ment ( i ; "s avious ont \t t
des bombes sur Iarme) des
rvolutionnaires qui se chif-
fre J*L'un des bateaux qui ont
! ;: i i durei tort des Vi. ts-
Unis a t eadomra ig p
les bombes jetes par 1rs
nvig est le ; ; L
William ,ll . Les oppo! iDta
doutent des rsultais de In
l> taille qn'on a publi;. Une
heure aprs que I nouvelle
del vi toiredugOU Tiiifincnl
f'U parvenue la 11 vesae, la
censure de la presse a t mise
en vigueur.
rt
11.s
OU-
Il U
Perdu
Il a t trouv, au* -vi
o: s d > 1 ibui ( > du ;.<> m j>-
de M irs.un trou le i ls.
Son [i it le
araei : I ir ction i > 11 a i -
TIANA, ClN TaUU.
1(1
n,i

Hliiiiii
AUX ROY
29 annes de succs,
[ lr PBICE
lEKUKKrlK
o
p1 'isir que unis
is treurt du l
i rner cei quelqu
g s qui, d h
s coni
i A. van ii >nneo, VAinsi
parla i"nclr v l us :
i * lo't autre '\, '' ajipar
lient le 1res o irieus volume lu
Dr ''rire Mar- sur l'e'hnogra-
phie el le lolklora ngre d'Hati.
Cp a'esl j)s i prepremanl par
If r r-) rail iid i itiqne, mais
ie de tal irii sut
If vif, avec textew indigues,
dei i ircia et qui
seraj une axoatlante contri
buti on la connaissance da ces
N trs mlisses, prove-
nir d toutes sortes de tribus
u Gutft-da Guine (al de son
hinterland )qui. par adaptations,
out co istilu Ihii ui" forma
de s > ;it p irt ... m l'auteur
n'avait ers bon de vouloir faire
la spai aiso l Si donner des
explications. Si un .jour, une
no litio aal n< sure,
qaildannesr. uentsbrats,
et mette p;o t la p irtie sxpli-
< qui V( al comparer
de de la littrature sur
i -, i iii ice vrai
| ment pp ofo d e. I .*- mono -
graphie* de i [Ye-
II,.. -, fa bot, I' |ue | li analyses H
tire s n lf tr h. i g u
i II te divers ia-
v.iu W Caaae-
aux minoi
de :
fou s i) illeures <\ i
l> s (il vi *t^!*s qu d cita
ii" *n a'aiiva de tau e
admettn A vea erapati mi< -s
iea alrieainei ne
pas ; > .ie ie leni i mas
ne Boni pas des excreiesan*
di des symptmts te dgn-
rescence, mrite dtre lou
.1 eu de la ptioe moi-mme
Atlanta ( Gorgie ) taire coin
pi odre qu un B idc cemme
moi venant de Franci s las
I). et d< b >y
cotl leur ont, to is, lonn une
l bizarre. Si on sait
y paie:-, | livre du dOCll ur
Prica-Mars ssl une mine pi cieu
m- d renaaignementa pour lt
plupjri vraiment nouveaux.

LA
Coi ljs une impo "tante
c i taie, gi ce la rapidit
de ion s rvice.au dvoueme ut
de o ers mnel et au trs
sy nprthique accueil f-iit aui
urs.
. m sii u -.,
pli vo i i .e
e i la
STATION ROUGE
105, li e ave, HT>.
Horn Linie
Le s/S a'Waldtraul Ilon.
veiK.ni de i E ir ipe sera ici
vers le 21 courant en route
p ur Kingstou, Sto-Domingo
i t et
i
1NBOLD . Agents.
I,
i
Noi s avons ci* rraia ml
tonn de i pas eoir Igsrer
le nom Propli
dans la commis ioa lorme en
org oa da Sei vice Tech"
- .Ont
ko, o-
qa I
''/ ment
., l'i uval!
la-
qaelh moada lu
i .muge.
rat table
et il nous a sembl lire
delasigoaler I uo momeni o
elle nous Msablc aoeere rpa-
rable.
'"... voit que depais a ant-hler
matin il n'est bruit que d'une
femme que l'on avait cru morte
i quoi, u ; h uve. Naturelle*
ment beaucoup d bruit se tait
autour de cela et on ne parle
plus que de louo garofl comme
aux t mps lointains da notre en-
fance. L histoire est un ternel
recaiumeneement. lit les his-
toires donc !
-
... a vu une dame qui quel-
qu'un offrait de faire relier des
livres pour elle. Klle ne s'in-
qui'a que d'une chose:
\ quel relieur l'apporlez-
vous, cher Monsieur?
Gomme l'homme hsitait, aile
insista :
.le vous en prie, si c a'est
paa indiscret de vous le deman-
der, faitea les moi relier cUa/.
Etienne Gamitle,ra Benne-Foi,
tout prs de la Pharmacie S-
journ.
..._r vu, rtiotbl de Presse,
ua je inc homme du plus haut
^oni'i'ii vantait les biscuita de
la U.nson Nadal A. Oo. C'est
alors uu an autre lui rpliqua :
C o s Si pas li peine de
[aire del rclame ; les marquas
de I), eu '.s vendus par cette
mai i : sont las meilleuresea'on
uit t i Hal i. El voil.
.. voit que vie jour en jour
augmenta le nombre des ivre-
g m qai troublent la paix de la
rue de scnes bruyantes et d -
ciels de voix tumultueux.
Dans les petits cafs dt coin-
mettenl les pires dsordres,
Pourqi ol l'Etal ne soogs-t-il
pas a crer uu ssile des ivro-
gnes o ces fils de Bacehss se-
raieui interns et soigns?

... voit que. les cantonniers ta
Service de la Voirie ne se g-
ii'*m nullement. Aprs les gran-
dea averses, ! Ile celle de di-
anaoche soir, ils ramassent le
hou-' (jue lesgois d^uealent
Sur la voie publique el la d-
versent sous les galeries des
maisons, sans plus.
... vu cels au coin de la rue
des Miracles al de In Grand FVae.


... a vu, sur la Place de P-
liouvilla, mardi, entre chien et
loup an groupe de gmllemen
commo : o ni tendus dans
l'herbe risaole |>ar ll. Ils
causaient de tout quand l'aa
d e ix s'cria,comme avec une
nuance da regret dans la voix:
On m a | mii.iis mis daas
MoTRE <1JL, moi!
(Jn autre se soulevant, et s'ap
pay'ni sur soi coode, inuriau-
ra,avec, lui aussi, dans la veix,
aoe teinte de tegrei.'
Moi, cela ne m'est arriv
(pi uu.' toi ... Kt d'ailleurs nul
ne m'avait reconnu.
C'est alors qu'un journaliste
et qui a ses enlres dans la r-
daclion da Mai in, propesa
ces deux tenues gens qui tous
i. ix sont de la province et
pasaenl i't Plio iv.lle :
Kh b en! je vais urranger
las chos .le vais vous mettre
ions le, 'un sous la rubrique
Visiteurs distingus.
Ua se rcrirent tous
d l el tupplireot le |ourna-
|| de n'en rien latte.

,. s'tonne de voir, chaque
joer, leni jeaneaflllea en grand
deuil ti tverse, matin, midi et
loir, PI ice Sie.-Aune pear
i. : ea compagnie d'un jen-
ne pjhbe qui les accompagee
,. tx les pins Militaires
de la
I n voir les pS"
renl pins mde
uiv. a ces jeuuc Qilea.
- i
\ai,.i ' ' eideat
fi la . > nt fire A
Lias Coi oration Li-
n ad . V !'. "--niujjhani,
Agent i arai nour HvHf


PAGE 2
k MeVUtt 3 ?J ttlk1181
UN
architecte
pari>:
... f^
j ai t-,
l
or
'eSWfi

J'apprcie u.it- autoai >'. ile
parfaite et je comprend!
que des mois dtodeal lient
ncessaires pour y faire en
trer ses belles quali'
Nous, les architecte % nom
achetons i es automobilei et
autres chosev.ivcr nias d'at-
tention et en nous donnant
pins de peine que les hommes
d'autres pfefoasiooi, que nous
eoooaiaaona... c'est que poire
entraini ment technique nous
a rendus aptes distinguer le
mati iel ou la plan intrieur
partout o il se trouve. Mous
n'avons confiance que dans
l.i qualit i\. rouve.
Je conduis une Nash -Si). Je
l'ai achete, parce que je sais
-pie la Nash est une bonne
aotomob le ; le plan fonda
mental la ce te auto est par-
lait et sa machinerie est la
haute r d toutes les autres
BUtomobliea que j'ai exami-
nes'.
Ma Nash, comme le Ta
Mili',e*t un objet de.be*Ut.
Chaque I gue et chaque coui be
sont en parfaite harmonie...
sa symtrie parfaite attire
tous Iel regards.
De nombreux amis condui-
sent des Nash qu'ils ont
achetes sur mes suggestions
quand j'usais de mou autorit
d architecte pour en recom-
mander l'achat
KNEER'S GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE POKT-AU PRINCE ( Hati )
Mphone : 2234 & 23IN
(71-2722)
*WSt**ir' . TtMi " \imt m I
Propos
unmes
0
flrar.ds bruili dans Landorneau.
ueea, a. v. p,. Port-au-Prince. I w
fatum* moi ic depuis, aurait il
retrouve dans nue maison ;"i ltl-
Air. La nouvelle aussitt coi nue, la
foule a'asMmlilc, gretett, 'immobill-
aa devant I- lieu. La police aat obli-
gea d'intervenir. Service d'ordre avec
application de coups de matraque.De
la haut villa |f flot descend, del
baeee ville il monte, (.a n'en fini) pas.
L'action publique est en mouvement.
Le juge Deverson vient perquisilion-
er dam la maison dsigne. Il D'y
trouve pa li moite.Des vivants,ouf.
Kteos>rut-eiir.i dans celte humble de
fnseure. bien cach eus le lit, un i>i-
itratde RHUM SARTIIE C.Ai.lll-
D'OR, ohose bien plue Intressant
ajM toutes las bistoires de loups-ga-
roea.
"AU SERVICE OU TZAR'

Pour rpondra de nowhreu
ae demande, Mail Taldy don-
ne dmanefta le hem ri grand
film Au Service du Tza< avec
leao Mosjoukine > Carmen
Boni, au prix aeeeaaibla de Une
Gonrde.
s An Service du Tzar eat
une ralisation o l'on voit ont
jeune fille nihilish Irevn liant
a l'excution d'en complot et
tre priie bientt entre l'amour
et la tche qu'elle ;< assumi et
dont on la re> d respons ble.
L'action se suit avec un inttt
qui dborde frquemment en
motion. Carmen Boni eat re-
marquable. Mnsjoukine a i,
v l un de m s meilleoi s i
et i! y et | ticuliremenl bnl
a'it.
UN VOLEUR TU
lendi dernier, tandis que le
lieutenant Mode, accompagn
de quelques dtectivea, taiaail
une investigation du ioi du
l'iu.t Rouge, iK virent pae%er
I nomm 1) ciua tanorant, dit
TfNou.bten connu par leI)'(>nr-
lement des Rechercbd crimi
s de la Polit e. Comme il
( iai | 01 leur d'un paquel aaa /.
volumineux, le lieutenant Mode
ii lerp l
i tonn i touill on conatat i que
ce malandrin tait hnbille de
iroi p ni dona, de deux gilets
e Dan Ile el dans le paquet on
h ou va des toux lx (tes, deacueil
i s une louent. 2 pairea le Bou-
liers,us iga, 2 ( h >pe ma el d'au
Ire obj - In t r g sur la pro
\ i nain > de ces ai ticles, il l> >-
illa quelquea inatanta el in*
v (d ! Iietitei aul Mode et Its
i i, eti ' l't 11 o opi gner an
plaine pour les conduire iVu-
droil qu'il venait de dvaliser.
Arriv Dumay, Innocent
..,, o i|, i di na la d irec lio n
, Sou sens ' noli anl dans un
eh imp d eanni prit la luite.
L'un des dtectivea fi l u ,
iruu loi > sur lui. La Iroistme
balle l'atteignit ,i, s u ina. lui court de roi ta
pour la Croia-dee-Bouquett, il
expira dans l'auto.
LA LOI SUR LA SAISIE-
ARRT
o
Il pareil que de nombreux
craucieta de fonctionnaire! et
employe publ.es ont, par actes
judiciaires signifi la Banque
N itionaia des dcisions de jus
lice ordonnant des retenues sut
les appointements des dits lonc
lonnaiiaact employs. Dans le
public, on Croil ir.tie mesure
pieui il ure; car on ignoia si la
loi eat eaeutoire.
.''uui l'inlormalion de nos
lecteurs, nous annonons qne la
loi en queetiion, vole par le
deux Chambres, a t promut-
gue ou Moniteur ou 3 aot
courant el que les actes signi
Ba a la Banque sont parfaite-
ment valables.
11 y avait cinq jouis <| ie T -
Noir tait to 11 du Pni i ncier
N(
\ tna 'ii 'I n H
dna nation de vx
io n n '.
m i.
. o
l t'.

'
r/Ai
lOlfl
K la ' >. Ii
Vf &*, I05IT FRIRCmISE
E* ~nB"X. f. .. rai !). SI Oenli. PH'$ 10-
H//S* > '' NOUVFl ALBUM m iSuccs
un . mm Oueulls*.
LA LIGNEj A 0.25
Un dea rsullatl surprenants
et inatlendna de la ^lvedes
ebaofteurt a t l<> raban sur le
prix des courtes qui es- actuel*
|. ment d 25 centimea, Le public
s'en rjouit et p-ofiie de cette
aubaine d'autant plus que l'on
comprend gu a emenl que
cest avec beaucoup de difficul-
I) s (| les ch ofleura pourront
pi ndr< lai ri lar;t de 0,50.
D;cs
II r on -midi ont en lieu
* > 1) que< de Madame V'e
k, n 0 '''g'Jet'.e, dcde
- veille
Coitdolencet sympathiques i
i i, [ s pirenls prouvs.
Echos
La campagne lectorale com-
mence produire dea inci-
dents... Dana la Prease", M.
TUaionr loodair dnonce
l'initiative prise par un fonc-
tionnaire d'Aquin de prsen-
ter la candidature de M. Jus-
tin Anglade comme tant pa-
tronne par le gouvernement.
Ce tait a produit mauvaise im-
pression.
Notre confrre "La Prease"
a annonc, en dernire heu
rc. que la Banque L ter
nauoiiale de Hollande, par la-
quelle se taisment les transac-
tions sur les cafs, a saut, d'a-
prs des informations de sour-
ces prives et sres.
M. Charles B. Curtia, 1. E.
et M. P. des Etats-Unis StO-
Domingo, a t rappel. M.
Haos Frederick A. Schoenteld
lui succde. Ce choix parait
particulirement plaire dans lea
milieux olficiels a Sio-Doinin-
go.
*
Notre confrre M Les Annales
Capoises" rapporte qu'il a reu
la visite de M. Joseph Josipha
qui commandait le 'Fort-R.-
vire" l'arrivedesAmricains,
en Haiti en 1U15. M. Josipha,
confirme les combats qui se
sont livrs autour de ce lorl qui
lut pris par les Amcicains,
les Hatiens ayant succombe
sous le nombre. M. Josipha
condamn par la cour mar-
tiale amricaine, connut les
travaux forcs. Il fut libr en
102V. C'est un martyr de la
cause uatiouale.

Le "Moniteur' du lundi 17
aot publie une loi ouvrant
au Dpartement des Finances
un crdit supplmentaire de
cent mille gourdes classer
l'article lit du budget : r-
clamations diverses;et une se
coude loi ouvrant au Dpar-
tement des Travaux Publics
un crdit extraordinaire de
vingt sept mille quatre centa
gourdes pour la translorma-
lion d'un btiment, ancienne-
ment occup par la Garde
d'Hati l'Acul de Nord, en une
Mu sou d L oie


Depuis plusieurs jours, notre
confrre Le Xouuciste annon-
ce que,d'aprs ses uitormalions,
la Compagnie Gnrale Tran-
satlantique est en taillite, ayant
subi un dficit de plusieurs
millions.
L.a uouveile est d'impoitance,
et bien qne ue voulant point
meitre eu douie les uifoi ma-
tions de notre confrre, nous
nous demandons ce qu'n y a de
bien londen celte atteire. Eu
oui cas, l'Agence de la .ompa-
gnie l'oi t-au Prince ferait
bien de renseign- r officielle-
ment le public.
.
Le Matin a, en maintes lu,s,
s g i l l'tat d insalubrit dans
lequel se trouvent les rgions
suburbaines de Bolosse. de Bi
ZO'OQ, ete. Le paludisme y tait
ra^e, si bien que les Amricains
t|Ournani Port nu-frinc
oni t aviss de ne point d
passer les limites du Portail dt
Logane avant ou aprs le cou
cher du soleil. Le. mal s'aggrave
cependant et s'end mme en
ville. Dans la rgion du Morne-
-Tuf. de nombreux individus
sont atteinte de paludisme et
obligs de s'aliter.
Il e-t bien temps que le Ser-
vice National d'Hygine prenne
1, s mesures ncessaires pour
enrayer la propagation de cette
maladie.
Funrailles
Sont rentrs ce matin par le
S/S B gota de la Colombien
Line, les restes de Madame
M ri Goinez Lamo lie, ne
Lu'ly. Le service tunb'-e ser
clbr t la Cath drale c t
s rs- i i 3 lires, de leve,
te onvoi partira de l'ancienne
Ca*hdrale.
De i prt de son ponx f 'in
Gomex I amo'he t de leurs en-
tants, de ta mre M ;i \' .-e
Thaes Lully, des fa:n,il s L-
mothe. Lully, Prophte Jr-
mte, Confident, etc.c des allis.

r^-tater. atra---v.i.-.3Ks
illiniii Barbaiicoort
ITonbliei pas de faire od petit tonr a
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Ptionville
1 600 pieds d'altitude. L'tablissement le plus trait de J
virons de Port u-l*riace.
Seulement 15 minutes d'auto sur une excellente ra
asphalte. Vues nurveiileu-es de la ville et lu port.
Boissons de toutes espaces.
DINERS GOUTERS SAN
Vrraugementa particuliers pour les pensions de joi,
semaine au de mois.
Cin-Ialdu
I SOIR
SOIR
Li splendide aclnce Emray Lynn dans :
LE VERTIGE
'aprs le cket-d'n>ivre de Ch. Mr; avec Jacque Cateliit I
F.ntre : DM) ; Batron : V
DIM \NCHE
A f Heure* : Matine :
Une be'le pld*d c'eur* : Charles Vanel. Nico'as Koliml
deleine Guiity >t Hlne Dar'y dans une balle corndijl
600,000 francs par mois
aiie : .iOi Bakes : 1.00.
N. B Vu la lorguiui du film l'on commencera 5 ta,
prcises.
A 8 HEURES
Pour rpondre de nombreuse* demandes : Le splendide
Ivan Mosjoukine dna la belle superproduction qui chitij
juie d'aimer et qui pleure la trahison.
Au Service du Tzar
Avec la merveilleuse acliioe Caruen Boni.
E'-tre : l.OO ; Balcon : 300.
pif n r
ott J *
fi}
H b
ht! 1s Bu
2
0?
En peu de lenips ce
Sproduit remarquable a
Scorrquis de haute luite
1
june renomme des plus
lenviables i
Demandez toujours le
f Rhum HENRI GarJre]
Cours d't
LEONS PARTICULIlRES PORTAUPRIP
ET A PTIONVILLE
I INSTITUT 'I' I P P K > U A r B R
tti liez du II Bips pare u! s
Iji mthode est certaine. Il n'y a pas de doute
S'adi essor au No 1587, rue Lamarre.de S hs 11
Tlphone : 28H1; ou a Mr II. I1PPENHAC
Pliem-Ville, rue Yillatc.
GRANDE SOURCE
ACTION LECTIVE SUR LE "E"l,|*jM
Cure complte de l'ARTHKlT
SaUon du 20 Mai n 25 Septembre -jf
OOURSES TENNIS GOLF POLO TMtATR^JJS-^^
PARO SPLOAL POUR LE* MFABlJ.
Trana diraeta : l'Mim ciaro f.r, vr.nO vr'j*ruag
Tu -, ,;tw dan '.* prinrl,iklna Phtrmirl.i, Urr,' eiif< et Mlgg^^^a*^^
k>e
ae^ajTeuelle a gart-n a#emife e^ee'
? dea panoui :
UN bARBANCOURT
Dapl :Kue du faata
.


. ULJfcl" M A?*i i)*i
*h-m- a
'I pajaal 1M1MMMWIWMH
Toutes les Polices ff
DE LA
12
?!
0
5W
.?
liili inuuiiniiuu u
|comprennent la Protection contre la gf
Foudre sans augmentation de taux
S1?//. eltos sftCo p
Aqents Gnraux p
1
.
E

FABRIQUE HATIENNE DE
Marcelin Martinez & Co.
L'INDIGNE
GrandPu'No204
CeBJiaiiii* (raarale
Traaallauliquf
Le S/S c Chskt, parti de
Borde! le 'J4 Juillet pour
Hati, via les Antilles tran-
eaises, est attendu Port uu-
Prince le 22 cri., venant de
JacuieletdeSauliag'deCubu.
Il repartira le 23 pour Le
Havre, via Cap-Hymen, Puei-
toPluia et Fort dt *'iuuce.
Pt.-au-Prince, le 11 aot 1881
E.ROBELN & Cie,\geDts
Anmie CbiUtft
Convalescence
Fivres ! Chapeaux varis pour bommes.fimmes et cnlan i hn
qiM par des maius haiennes et avec de la] jaille du
pays- *
Faites une visite iLlodlflntl.
A ; *
\2 :,
S
.fia? !...: '
fei'np
a
.
Laboratoire Sjourn
Directsum
F. Sjourn, Pharmacien .
R SJOURN Pharmacien de~ I Universit de I ans.
M. Sjoupn Pharmacien de l'universit de Paria,ancien
interne des Hpitaux de Pari.
analyses drs Urines, dn suc gastrique, du sang ( Was
[tmann,- Ure, Constante d \mbard. Glycmie).
Des crachats. Dra mat:rei Ireaba.
h il.-, puijvanl
TO N IQ U ''-
Reconstituant
Maison ?'Ri*E
ig)"_ .Vi ,!) r- j^oi>. ?> 11
ALUMIMJM UNE
K^SSpoD^
Uo steamer laissera New Orlans le 25 aot et Mobile le
aot directement pour relit Gove.Port-au-Praoee et les
ports du Nord.
Port au prince, le 14 aot 1931.
A. de MATTEtS A Ce*, Aue^as G<
f Le Purgatif idal1
c'ea la -
MME nr$WJP
M7i /?" rf /"a. 8t-Dan!l. Pari, |
?*'' | pranaka,
Ka nec*iint aucun pr ".-W.,
client arovoae ; .e* il 11 '':.,"& J
--.'. .i- en '-
clU..... '' !*
r'Vxifceont pa J repci LU cl n'ir.
; ;*.: ac cassa auom perte 4c tcaisi *
Ry| cti9 que loua tel iSlulWm
tii; cr!, par cOMqjic&l, a::: chirr. 1
J
D3-T
( rbcativz a \ s rwe
LAXATIVB, i I -V.
""* -- _sac^:..-^" -*s
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES. d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
Panama Railroad Slamship Lire
Service de fret et de passaqers enlic
Angleterre
Ecosse
Trnncr
Mrs. G W. SHELDON & Co- 17 James Street. Liveuhool, Hmlmb
br iuiluHiuij .lit <*> Affila al u ;ti uorL ia bartyC :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Mtssra (.. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, LevrpoolEngland
In Frerte, Vessri G. W Sbeldon & Co. are represented by the tnllowiu .'.nui
>iu< rapide et plus diiecl service de transport de passs gra etdnirii entre Hubi
les porUEoropens via Xcw-Yord et Grstobal, Canal Zona, Isthme ( PanMM
Voici la liste de nos agents pour les principaux p;>rts de l'Europe :
(h.ki.ati.y HsNKST & Co
21 rtue de lu ta EtpabUqne
Murseilles.
Hernn Pftmn & Co. Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
lltrnu Paron Se Co, Ltd.
H< e du Moulin a Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messr"-. A. Bkvdix vK:
21 Abngadc copenhagoe.
CSLO, N\)I',\\.\Y.
Inti rcutioual
Spedtioosstlksp Oslo.
MM. Ailantit Freight Corpn
Ballinhaus, Uamburg 1-
Gerruany.
Ilesars Atlaotic Preighl
foi po ration
Gerruany
Mcssrs Al aiilic Fuinght
Corp'o.,
24 Quai Jordaena,
AotwcrpSi Hlium.
Il,,i\ 1* MON A Z" 1^ 1
lj* Hue des Mari ,
i'ans.
Ukrmu PlHON & Co Lt 1.,
Kuj de Tranquilit,
Dunkcrque.
H MO PSRON & Co Ltd.,
9 Hue Hoy,
Bordeaux.
KNOE, IrALY.
M.ssrs Hknhy Cob & CLBRtOI
Puua S SIattbo.No ISGeoi
COTTilNBUHG. SWEUKN.
Noi'disk Express,
Cotheoourg,
.?iessis Atlantic Freight
iCoup'n.
Kou Emanlein
Rotterdam Hollande
Masser Stbimann .v Co
le Va Ici
te laisse la peau aussi
suave que la mienue.
L'a enuni >i ta BMilleur |uga pou1
apprcier ta sua\it d'un briM.
Si VOQI Croyez que vous pouvez avoir
une bonne baibe, employez an Valet
et tous apprcierez, la diffrence.
Les laines Valet sont trs elliles. 111
acier spcial, le trempe triple pour
conserver le hl qai dUUngue les
Valet et uiaintinit leur Ql,avecle ra-
soir qui forme le rasoir Valet.
Kssayez. un Valet. Observez pendant
combien de temps une lame peut
maintenir son lil et la pratique qui
rsulte du rasoir Valet. I.n vente
partout.
1^ s i HOGOTA . Parli *
New-Yo'k le tr A Bt, art allee>
du ici k'ii murant. Brepartira
le mtic |our pour ralrt-Qoiyf
Miragnan- Jeiroie et les
porta de la Colcmbia, Gfialobal
C /. pre l el pfiaagara.
Le nanifi*te reu pai uvioo poste ii le lua*
(
Kae Traveraira.
Port-au-Prince,le 18 aot 11
Colombian SVea/nJie Ce i*c.
tKBARA Co., Aaenla
Chuiyemont d ailreua
E. ELIE
il
\unoace"a sa nombifnst
et distingue clieulle tue le
grande ta brique de lioaat-
que MAUrtlCE B. Bull
dent il est le seul propri-
j taire, eat tranatre la rua
i du Quai. No lHOT.en face de
S le l)o i .ne, tout prs du Ma-
1 gaain Ed. Bsteva A Co.
i>>. .... i>\,i,
Phone : 20U5.
Distributeurs:
Mohr & Laurin
P. (). M > Perl fti-Prirce, Hati.
AVJS AU COMMERCE
La Panama liailro d Stemiship Line a l'avantage d'au
nonce les -t, vaots 'le New poils ionrport-au prince
Hati, directeme i durant le moi d'io 1931 :
Dparts le hcw \ork. AlTWagi Pc t uu-!'r.inie
S/S iCriatebala blftauAI 19:51, le2aol 1631.
1>/S e Buennve lura le 25 aot le 31 sol 19J]
IV. Vf. LL 'VI)
Agent I icut r*l ad. int.
ou'eg< des roeux de tte et de
:i ii lg eu 3 minute.
Aritez uu retroid reinent le
premier j'-ur et h tnatarifl
tr a jours.
806 suive le bli du relcol
dissemeut.
Attention
m
Progrs IWouvaiatS
Rtium Nouveaa
\ leliciem (oI
U. exquis l'rit :cduit.
(ou, t>hait i*i[r Maai
i;Ullil\ ViltlE.
< bea ;. AlON
A igle d ;;:es Froa
. iii! enple.
Ttpume : Wla\
Kf
K

,5, , .... rAajR
r-


Vendredi
21 Aoi l'J .
Le Matin
,me ANNEE N 7449
Port-aa Prince
Tlnhoee 221.
\r m
,,. mm* ~
^ rMM
.T%rm*ntc.-*m4f

I
t
AN- RADIC

/COMBINATION
tUUlliU M-M
L pareil r|ui offre plus de
nie .iu punit de vue solidit,
ruuiee, cl purese de reproduliuu.
ri de l'enregistrement
I ; :. ) 15, COMie.iV ;i trouv le
,nj 1 .- [1 .- u tr au inonde
,1 ; u >.:, laboratoires modernes
, mg nleurs de premire
: 1,, n pi ts pi: teUe relis* -
ii,i le ta Fp 0 I ..lion musicale
an i j. i>ho ogratiei
VIVA TOJfAL aOLU^lBA
i,i ... 1, et "B 'Oii
, : ao sous, toute ''c -L*j e'
1 msicale itepuis la plus ?st'H
i> jid ai 4 le, mm' la basse la
pius 0' eut oui repro l : esi
, .: ut l'artiste -,. i. -
lea.
U 1 .s luus les rao '>-, COLDIHI
10 i ias le meuble, la
',ii 1 nnre a o.ivi | if, u ie mo
leur, ;- mme soiu a ie api>orte,
et < 1 pu 1 11 ('lus grande |e-
li ie ne leur.
Le mo tlt 1 c 1 ire. le NoM9,
klPUt11 ITII,
a 1 uez u app<* i' Colombi*
, ti ipnoue cotnbi i( ei vous tes
ai 1 l re riv eu-
, j 1 U 1 u u i -') 1 lu
t, \ 1 . ; .-il Ul 1 '. Ii )
^Oi-Uiiiil 1
\j \ , u. u qui donue le maxi-
a 1 11 le > itisiuctiou.
i/. .u Upei temen l les cH*.
ques ci pbouos COLUMBiA du
i ,ge KtN.Hj l l nous .-.fions
eux de ve>u laii eoteadre
c (juc BOUS
1 , t :< etoc t. \ uns prendrez
.1 a limrcr ie>_ diffrents
modles pe)rlutlts. Las meilleurs
portaUtS BUr le marche sont in-
MODEL NO. 939 co ^lal)ica,LUl ,f iJOrlaliis c:u
P. ur voi impagne, emportai un portatil QNPBN.
KNEER'S GARAGE
Cofumbia Department, Port-au-Prii&ce.
Cl lil'Tl'S. J-' . 11
Imtelei'Meetrti 10 llisHtieiftH K. leas k TeeeTeeii wr I *
Lykes BrotUers SS Co lue
Tav Haltt Sacito 00 lalogo Pfti '-o Rica
Le seul service hebdomadaire et rgulier a pas f,rs ei
?r' entre le ports du Golte du Teaas direelenient ave
Por a-Prince, Haiii.
Poor h rception rapide et le meniemen habita **'
irrii)"tations, servee vous toujours des navires le ' LUmE
UNE.
Lrspr -chiines arrives a Port-id-Pii j; *
S/S Margaret Lvkes '21 |
S/S eAoth Lykes 2d
S|S (leneeife Lykes i uptembre ltll
Bureau: Kue du Magasin de l'Etat fWlite foetale R
CANii
'-iy.;j
1 r 1
4!), Rue Rtaunmr
8R-90. boulevard Stbastopol
Votre premire visite
S|A< ,A*S0I!
I
ai
I
4)
15

Nous donnera raison, confit me: m votre bon jugement l
justifiera l* confiance qae vous naua aorei accorde en
nous p, nantissant votr apprciable patronage l'Bttl le
p!us slecl de Port-in Prince.
Nous om songerons .l'arrc'er votre ch 1 mbre l'avance]
Bire la pression.
vendan
LE MEILLEUR tlftHCHt DU ffOROE
Produits des Premires mamsas
|j et toujours de premiers fraicheer
UNE SEULE QUALIT ;
I.A MEILLEURE
^ ^

1 .layon SpOclal
| POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HERBORISTERIE
SPCIALITS 9
Franaises et Etrangres
SELS DE QUININE PURS
Ton* produit* en flacons,
ampoules, comprimes, eacheU
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
PANr\QES, CETNTURE3 I
O *AS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Seringue hypodermiques
Phinudi de Poche, de Voyage
Cofrcs Pharmaceutiques
scur 'r.ines. communes, etc.
\1anufaciuie Hailienne
de ciuui elles
yGEBAUA & G
LES CIGARETTES
liai'Bas Pamal-Lon
"Dessalmienne*
' Colon *
Rpublicaine
Vorl-an-Princienne
Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
PbtmacU CANONNEJjj
49, Rue Raumur
8t-30, Boulevard Sbastopo!
MAISON UNIQUE
AliCUNI IUCCURIUI
1 -,\ Fra co i.i .1 l'F'.i
Avis
Monsieur !)::!>''an! mai^a
confortable Ptiou Vi'lej
cherche ! r)*r'en8ire.
Tlph'irea 2254oii s'adres-
ser au Bureau du M, lin.

m
ECOUTEZ!
...

ASSUREZ-VOUS
la
en< teidenl Pire Lil
As Cor* ition ; i
di i Scotl md k
vi s .,u. tdes p vi eraaaieeiieejft
itir .,. 1 lue -' 1 ,mP "' ",ra,,<* '
",""':;... ic tau - m II Nuoy|
Ses Polices convn ''**-*&'
e*i ts danses 1
Ses olic( S('s i"':' B '1a,"
Ses P'di n ont v i ... I -s ?;>?;>-
eanr I
d'an mi i- 4000 '" r' ;'
VfcUN LiixCaves
'la
elfl
B J ie
i
DAAS SOA PROGRAMME
vn
SOU
I
GOlSiRT [Orchestre SCO H
MONOLOGUE Pau*yotf
STATION /* W K
Port-au-Prince ( Hati )
m
***m
'i*W"!
**-;
...
*j"*. k
K-*t*
a
s


. #
Charli alebranehe & Co,'
12^4, Chemin des Dalles, 122
^oJohom > 2W)


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs