Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03695
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 19, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03695

Full Text
lment Magloire
A DIRECTEUR
ir,K RUE AMERICAINE 138
V 'TELEPHONE N* 3242
Le Gouvernement ont.
un ouvrage de raison
et d'intelligence.
BOSSUET
Canne n- 7u:
PORT-AU-PKINCE ( HATI )
MERCREDI 19 Aot Mil
U lLChS^i 11 D'UN PERSONNEL T
SERVICE TECHNIQUE DE L'AGRICULTURE
Les Scandales du Jour .
Tout progr*. dans le Jo-
ie agricole, est direrle-
flt [onction de techniciens
Lies capables et bien ou-
Os techniciens appnr-
Den'i deux catgories:
jjljl".!
sont attachs aux
taSagronoraiques,e! ceux
[praticiens mettent en ap-
ition les rsultais scienti-
pa obtenus par les pre-
Lero!e des stations cl?. re-
tbes agronomiques e s t
Bdnle: tude des plantes
slection, cration de va-
fiionvelles, tu e "t Irai-
cent des mal idies de? ve-
aux (t des animaux, lu 'e
sol et dis entrais, di-
tioD des jardins notant-
[ides champs d'exprien-
nul ation des rsultais
nos, dduction et tu les
Irevuesagricoles trange-
etc. On coroil qu il tant,
|ur remplir une pareille
00, non d e s profanes
i$ un oorobi e convenable
jBrijIisIr1 cl bui tout or;
wla Les techniciens praticiens
aven t comprendre el appli-
eren grande ou en petite
humble opinion, ce serait une
trs bonne mesure qui pour-
rait s'tendre non seulement
au Service Technique de l'A-
griculture ou tous antres
Services techniques en gn-
ral, mais encore toutes les
branches de l'Administration
Publique. Aulant de lorces
vives qui carleraitut tout t-
tonnement, toute perte de
temps, qui reviendraient en-
richir le pays d une sve nou-
velle et qui auraient vite lait
de le pousser dans la voie de
l'volutio, H ne faut pas
craindre d'aller puiser chez
les autres des renseignements
indispensables afin de taire
aussi bien chez soi, et, si pos-
sible, miens que chez les an-
tres. I) us cet ordre d'ides, il
faut dire avec regret que cha-
cun a i habitude de consid-
rer qu'il sait tout, qu'il peut
discuter avantageusement de
tout, qu'il n'a pas besoin des
h cous des antres. Comme me
I disait un amt, l'Hnl'ien pr-
lr tie .mitraill plutt que
d'avouer m>h Ignorance.
Ta ni que dans ce pays les
post s ncessitant des con-
n a issu nes techniques seront
lure Us ..suliata que les confi s des profanes sympa-
BoDs?grono niqm sob Ien-
ol; il leur tout doue, avec
pour du mtier, une con-
issan: e gci i de 11 appi t
idiedes se:c ne s appliques
griculture, un es m tt li*
rt aux i li s de pi Ogi es
convaincu du lait que 'a-
nirriu progrs agricole r-
Bedaris l'application des re
erchts scientifiques.
La coiit'nnie absolue dans
iflOBSeils donns par les
lions est d'une importan-
primordiale. Le paysan
m ferme aux moyens pre-
res de culture employs
puis l'lad pendance. C'est
[technicien agricole qu'est
voiu le soin de lui faire
ptendre, d'adopter une
liemthode plusiation-
ll plus scientifique de
wil. Il lant qu'il arrive
imcrecette routine, ce Ira-
alisrue, cet empirisme,
aftnerlie; il faut qu'i!
lise, le met:e au cou-
le lasse participer ai
Renient moierue des prj
fe culturaux.
J* paysan tst certes boa
peien, mais il est incapa-
delaire mieux, parce qu'il
p qu'ailleurs on tait
m. Donc, lomine cou-
"uce, culture rouliaire
rtrograde tant au point
^e relatif quabsol u.
p Jtrograda tion au
ut de vue absolu parce que
'Posant de mmes moyens
(tiendra un rendement in
leur 11 y
th que?, a des lments choi-
sis ad usuni Delpbibi, tant
qi On n'aura pas recours un
rorpn de fonctionnaires rel-
leinenl expriments, vrita-
bles spcialistes des probl-
mes auxquels i:s auront
laie lace, tant enfin qujexis
tu i ce ta mentalit rg esaiva,
aucun.; amlioration d'ordre
public ou conomique ne
sera ralisable. Si parfois la
russite n'a pas toujours r-
pandu aux efforts, ce u'est pas
l'ingratitude des dieux qu'il
faudrait l'imputer ou tout
autre principe spcieux qu'on
Basera plu d'invoquer en l'oc-
Carence. La cause des checs
rside le plus souvent dans
l'inaptitude, dans nu choix
hasardeux, souvent intress,
ou alors dans une combiuai-
SOfl dfectueuse des divers
leme ts. dans une mcon
naissance des plus simples
lalits.
U faut donc que nous ayons
des techniciens. Il fuit que
dans le choix de ces hommes
1 ou carte cette attitude d'in-
terdpt ndance cette tendance
senti mentale* celte bnvole
transigeance qui couduit n-
eessanenieut YLntellisme.
Car s'il dut que les hommes
aient das ides, il n'en reste
pas encore moias vrai que les
ides doivent ivoir des kom-
mes qui puissent Us taiie
valoir et les raliser.
Ceci n'est gure crit dans
un esprit de parti-pris ou de
a rtrogradation dnigrement, encore moins
point de vue rtlalil parce dans un sens apologtique,
*ce,u> qui lait de la mir- mais plutt dans le but de
promouvoir la clairvoyance
Kiur place sera toi jours en
1 sir des concurrents
i chaque anne, avancent
fm voie du progrs.
IJai prcisment pari do
%t adquats relatifs U
wibulioc d'un p-rsenuel
Dqi'e.Haiti se peut, quant
.Prsent, entretenir un ba-
m nombreux mais pour-
''necessai.edete.hnieicus,
neuie avoir quelques sta
nscxP'.riientales outilles
montes l'instar de celles
-ts Unis d'Amrique ou
et la logique de ceux-l qui
portent la lourde responsabi-
lit de rsoudre le problme
du Service Tech lique d'Agri-
culture Il faut qu'ils pren-
nent garde celte soi disant
aristocratie intellectuelle, 4
ces hommes prtendus culti-
vs, connu issu ne'.s gnra es
qui ne peuvent l'lever une
vision nette et sereine des
choses pourvu qu'elle*' soient
quelque peu complexes, ces
Sommes dont "
rjn. r-j<* c aoui pua,
rffe. suffisantes, rien 1e
Kds mpcher d'enToyerde
miii ai,ue Uue mission
riudesetd.' .'oursiersdans
-j avances eu matire
hVQ'e* "&'}' ritn comme
Lr i 8C d'ctUvicS pour cons-
" la meilleure formation
Regard. D'aprs notra
............. esprit ne peut
rope. Mais si les ressour- que se maintenir en un mo-
, un pays ne sont pas, I yen lerane de .auxcommuns
' et de notiOLS routinires,
d es toutes taites.rabchees
et bties en sries. Nous vou-
lons des hommes esprit
large, ouvert, des hommes
dont a pense ne soit pas con-
fine dans uue sorte d inter-
valte ^mathmatique, mais
largie an une pluralit de
LES ABUS OE U AMIE ELECTfllOUE

LES BOITES DE PROTECTION
Depais quelque te m os la
Compagnie Klec'rique installa
des boite de protection ; meter
device?) qui cachent l'entre dn
fil qui relie l'instillation l'-
nergie lectrique, le fusib'e^ e!
la 8wiclh. Partout o II Com-
pagnie a plac ces boPes d*
protection, elle le* lait paver
deux dollars. El ces boites sens-
tllQent un ennui quand les lu
aiblea sont hors d'nsag?, cer on
reste snns lamira iatqa' cp
que la Compagnie danjne envn
yer son employ pour re'Tp'
cer le lutibls et vous charge
d'I" i D >|| n p>)! son dplace-
ment Nous ne eonfeston pis
a la Compagnie le droit Jins
laller -les huiles de proleeHon.
lais noua d*noncon aux abon-
ns l'abns d >nt ils sont victimes
en acceptant de les payer et il
v enl l'Iiignieur du (ou-
ernemant prs de h Cotttpa
^ni" d -.: ; il i l'atlentiun de
i'L'.! H liiien, oe raH qui n'eal
p-is Ruioris ni par la Cahier
des Chargea ni p^r le Contra'*
coaceptions,des horaruss no i
pas formules, mais rai-
snnements,das hommes dont
les cerveaux lofent des ma-
trices de culture, et dont les
don naissances, l'enfeendemenl
plutt tienne davantage ,;e "a
fabrique que du magasin.
Et pour revenir ce qui
particulirement nons int-
ressai des rsultats meilleur!
ne seront obtenus qu'avec
l'amli ration de la techni-
que agricole, une technique
qui ne pourra s'amliorer que
par l'emploi de techniciens
qui sauront "inspirer des
ides et co seils des stations
agronomiques ayant leur
disoosilion un personnel eom
ptent pourvu d'un matriel
snilisant el capable de lour-
nir un travail rationnel et f-
cond.
Antony LESPS
U. E. C. A.
La Mavaiae auttiution enoamique
E ? s' f.:'. chaque j wr, ?
lir davantage. Plusieurs mai*
sons de commera o^t remerci
leur perso mal nreaqo'en entier,
D'autres ont diminu Oe 50 *
le salaire de leurs employs qui
ont la chance d'avoir l con-
servs leurs emn'ois
La Maison Heinbold a dimi*
nn lea oppoin*ments de Ml
employs de 15 / seulerneut.
D'autres, d'aprs nos renseigne-
ments, s'anniten' aoivre cet
exemple. La Pharmacie But h a
diminu galement le. salaire de
ses employs. D'autres pharrna-
eiea feront b:enlol de iriue,
nous assure t-on.
La aitoation est insoutena
ble. disent les palrona. Nous ne
pouvons plus payer un nom-
breux personnel. Les ventes
sont nulles.
Ayons confiance en des ] rara
tout de mme meilleurs.
Propos
humides
Pm plus original qus a cv' Am-
ricain ijui fil clbrer son oltrrs-
menl aYanl qu'il ait <|uilt ce nion-
de.Ji lui Irouvi- une ironie suprieu-
re. Nous croyons vivre ; nous ne
sommas que dea morts. La mort len-
te tt succetsiva. Nous ne voolona
pes en couvanir.l'aice que BOUS re-
lu ons d'adqiettre avec Francs cette
doctrine de l'illusion universelle al
'K- ternel coulement Pourtant... Notre Amricain ;> plus
te srnit. Il se tau mourir. U en
pren son parti.Il tte s:i mort.Apres
leaervice funbre, il runi', ses amis
pour nnjoyeui banquet.On cause, on
. il. on mange, ut boit. Illusion 1-
coulement les chases In clair so-
leil irradie,claire.aurole dunal'iDS-
tant illusoire : le HltUM SARI IIE
CACMVi' Q'OH qui diepenaera la
derniers joieau dernier les homiuas..
Le ekaUfS en .Aun'elerre
LoifOiUM, 12 aot. A la
date du 27 ju Met, le ombre
des chmeurs en (Jrande Bre-
lugue atleignau le chiffre de
2.713350, le plus lev qu'on
ait encore enregistre, li re-
prsente une augmentation
de 52dl7 sur la semaine pr-
cdente et de 701 HH' sur la
semaine < orrespocdanie de
l'anne deruire.
ssassiial J'ub pri\ de beait
Bucarest, Roumanie, 12
Ao'.- Ou maude de Brala
que MlleStivia Cetuescu, qui
a remporte le peu de Oeaule
eu 11)27, a t tue d un coup
de feu lira par un fonction-
naire des dooanea qu'elle re
fusait d'pouser. L.'assussiu
s'est ensuite suicid.
Aille Ceriesco avait t r-
cemment enle a par des h in
dits qui demandaient une
ranon plus relche.
SALON DE BEAUT
MADAME ILE ZEPHIR
Rwollo Vilmenay -Phono 433
Annonce sa nombreuse et distingue clientle qu'elle .reu
les produits de- beau suivants qu'elle vend des pria dBetrt
toute concurrence : L nacall OS
GLOSSATIN*. pour l'embellissement de h ehay. la "^)* , f
LUSTOKU pour le brillant d* la ebeyelure la bo'%%J "-
POMENTO i Pommade pour hommes ) la botl.- Gdea3.UU* i.ou
POUDRE pour les soins du vsage : Branetto.jche el crme
couleur de chair, boite bourdes 4,o) COLD CREAM : Gdes 3.00 A 1 50
CKEvtE pour vernir : Gourdes d 00 ft l,ull
PO d pour enlever l* verni* des o igla< grande boati me .< gies
POU pour ongles grande bouiedli d gourdes.
E* n'oabliea, Mesdames. M--sdem )iselles. d passer an Salon DS
Beaut pour vous laite uue beaut dont vous sen r. merveille.
ALIX ROY
29 annes de suces.
- o
VV STflNOT >\, 18 ''OO Ii
politique navale de l'adminis-
tration rloowreal exnrlme
dam une dclaration signe
par M. Adam s, secrtaire de
la marine el publie dan
toutes les annexes do dp -
teruenl en ! ietion. Il e i
suite 'ine la flotte emricaiue
doit galer la plus forte des
entres payi 11 're eflQca :e 11
pr e t"ut vnement. La
dclaration remplace celle (te
M. Curtia l). Wilbue, en 1928.
Ce nouveau document pro-
pose une flotte, Cou terme'
ment an trait ! Londres,
comoo -, J-- tous i '> iiti-
menls de guerre dont le non
bre ara main enu par on pro-
gramma de remplacement.
S mlignant la apolitique na
va le londa Dentale > la dcla-
r iii ru dit qu i la marine de
vail entretenii une flolte mit
fi^\ nmenl loi te poui outenir
h politique et le commerce
de U natioa 11 pour garder le
pays et ses colonies .
U e poljti |ue entiremenl
no ivelle de nobilisatio i In
dustrielle i en cas de guerre,
rendue oc vi> lire par las ba
>oi;is de mati iaux se pi opose
de se paoenn ces derniers et
de coordonner ces projets
avec eaux du dpartement de
lu guet IV.
-
Aqathon I
En rponse un livef de
notre aimable confrre La Presse.
ni i prtend a que Notre il
s'tait trompa, en aftirmanl
qu Ayallion premier lail Henri
Massis, nous reproduisons carte
fois d'un article que, dans La
Revue Hebdomadaire du IS |uil
let dernier, Robert de Sainl-
Jeac consacre Evocation la
dernii e oeuvre d Maasia
Pour la premire fois, M
Henri Maaaia a ot aon arma a;
sous Aijalhon, sous le censeui
littraire, sooa l'avocat spirituel
d'un certain Occident ( M rssis a
crit : Dfense de l'Occident ).
Nous dcouvrons un pole de
la jeunesse : ee n'e&l pas l'appe-
rilion la moina aurprenane pu
naua trappe dans Evocation.
On voit que .\olre ilam s(
trompe bien, ipieique toia, :>*
s'tait pas mpris, ce coup-ei \
U REVOLUTION A CU8
o
La Havane. Bien que l'an-
cien Prsident Vlenocal et le
Colonel Charles Mendi' \ pro-
moteurs da la Rvolofio i. ae
trouvent prisonniers La Ha
vane, 1 s rvolutionnaire! cu-
irons continuent, tout partira-
l'orement dans la Pro/in e de
Santa Clara, divnr Basant eus
torcaadu (ouverm ment.LePr-
sident Muhado a Oldonn la
concentration* de son arme
dana cette Province ou il <
bli son qu.o le. i -., r il aux
fins de dti.. i lui mmo lei op
ration, ou d'user rie soi influen-
a pour dcider lea rebelles
dposer li ; armes.Daa les cer-
cles gou\ ei Q< m 'iaux. il se dil
qne la cause rvolutionnaire
est ds maintenant perdue.
UNE AMENDE
A OES AVIATEURS
Tokio i "s s vt a taon :.m
ricainv bnru et Herwlon
ont n'ionr ajourd'hui qo'ils
paieraien' l'amende de 1 Oi
dollars impose a chacun dru
pour avoir survol et photo
graphie dis fortifications au Ja- J
peu.
... a vu que! |u'un qai s'in-
i rjitail :
L-.I ce v d qus Widuiaier
i.., ( i i
liais u :. rpOndil i\^ far-
ceur, u esi ici. l'ort-au-t'rincf,
avec "Hver...
.,..,
Uns ou,: vec alayer, With
Mayer ..

... voit avec plaisir que nolie
Coi fri La t'i i vs- s cominen-
cei a bientt la pob'ieation d'un
roman du pote l ous Dnpleaai1,
Ce io n in a pour titre Sinaise.

... a vu, dimanche matin, vers
dix heures et demie, deux gant*
leruen qui n'avaient pas l'air a
'ennave A^aia devant un ar
lophonic daprlx il* savouraient
tour a lourde la bonne musi-
que ri de beaux vers. Aueei
loiiqua sonna midi tart! \\<
li tonns! comme a Ma n* s -
Valant pal que les h-.ircs se
eourtenl ds qu'elles aoni ds
heures de joli.

... a vu une viei'l" dame qajj
, I lignait de ce que mainie*
naiit les leuunes VOOl B l'eg>%
arec des POUpaa. OomiO* el r.
s'gaaleit at'aa doigt indign u <
de celles qui, prtendueiie\
vont d lgliaeavac uoepoupe>s
Notrb (JtiL dirigea ua de >f>
regarda dans la mractiou de
lua x allong, l-'t il vu uue jo^
lie jeun: fille qui, sous KOU braa
nu et brun, tenait un Oltcieui
petit bibelot rapraantanl imp"-
tit chien accroupit

. voil que L kppel . d i m
une de ses petite* h vaa, a^
plaiui da ce qu'un da uns fi n
UaUX dissocie le i-ablilel NClUCj
en tantanl de traaear de lasj
ri ara au seul front de deoiSa-
crlairea d'Etal, pour le auoca
que conslitue l'accord du u.avAt
courant. Hais l'opinion genrala,
hanrauaemeot, confond dana la
mme reconnaiaaenca le Preei-
dni Stenio Vincent et aoaCa<
biiict tout entier.
.
m m
. a vu au basde Lalue. sous
lt soleil de deux fleures, un i iu
ne homme chiquemant vtu ata
blanc, cauib, fatigu r< ne*
geanl dana sa sueur, a'apaw1
<:lier d'un eliault -ur d'une vieille
ligut toute bucassCi* el lut
dire :
Ah! moo ami, noaeallais les
rgler... dposez moi donc chez
... a vu le chauffeur qui - do le n'a va. I lait aucun d|od
depuis le iiiatin, ouvrir des l-
vres grimaa ut aa et laissas tom-
ber un laineux mot sur la lie
du pauvre piton ensuere.
a
, i nsla avec angoieee une
le nombre dt isana travail rii-
dit, ch -que jour, pori-au-Prin-
ce. Sous iei galeries leur loule
grosail de plus en plea el is
coins de ru* resseinblcut lort a
cette laineuse place de Qfaa
Paris O se runissait ni jadis
lesintvi iera atiendanl d traeaa<
i,, ii :-, d'o l'axpresaiaaa taire
grve..

... M coi temple, Hvent-hier,
, . ,i.s Miracles, maigre le
boirdouoemanl tout pra de le
fanle des sans ravail slaliou-
nanl soua la galerie voisine, sin
coah lier de .soied magn'alque,
L7a*lre lel un immense globe
de feu 'oui rouge, incendiait M
ciel et la mer de ses lueurs
IOopre Cela s'e-nlsraiait tel
un immne e' magnilejM ie-
r. n ; Lu rue iaii rouge. Ron-
Des u r. la-haut, les oosgee
,,, ,, .,,- t -susdelazer
de la nu le Hoi de la luatire
roagaovaol *emblait un graa
cailcol t| de sang.
_____ ,1 ii !i "lasaabbs
s,w.i'/ t>us e*-i!re aeesMeat
s la i; 7 '' Acc Lde lauiranae Corpetrehon L-
mred . V-" F. IWmiqjSaim,
Ag-* r*e1 nenr t*tH\.


PAGE 2
utyAfcumj* 19 im i-1

Echos
Noireconfrif L'Echo innon-
ce qu'un incendie, suiv u par
ngligenci ,d i I* nuit du lt
courant, n dirait une aile du
march (.le Port-de-Haii. C'est
rAdminis'-jitinnromoiunal'' nui
a prouv les principaQi dom-
mages.
Le Nouvelliste informe que
de source sre, il loi ait parve-
nu que par Pin lgation espagnole a Stnto-Oo-
mingo, If Prsident Trajillo a
fait l'acquisition d'un stock d'a
mes et de munitions du noa
Teau gouvernement espagnol.
Notre COOfrre rappelle l'o< I
aion oue les fusils de la Garda
d'Hati appariiei'i.tnt l'occu-
pation amricaine.
*
La population des Cyes,i'mi>e
du grand nombre des naturels
tions syriennes, a adress un t-
lgramme au Prsident de la
Rpublique pour lui di mander
d'y mettre un terme. Le Prsi-
dent a bien voulu rpondre par
on tlgramme i notre confrre
La (larde qu'aucune naturali-
sation de Syriens n'est actuelle-
ment pendante (levai.I le Imu-
Terne tuent.
Dans une lettre au Nouvellis-
te, M. Joliboia alflrme que les
armements dominicains ne vi-
sent nullement une agression
d'Haiti, mais la dfense du 1er-
ritoire dominicain contre toute
nouvelle invasion trangre.
M. Joliboia est, parait-il, dans
las confidence!! et secrets du g-
nral Tmiilloqni est d'ailleurs,
comme tous les < \''"> minents
latins-an ricains, ion ami inti-
me.

Conformment l'accord du
5 aot, nos dputs el snateurs
ont per<, i le montant de quatre
mois de repi sen.nioi,. Tout est
bien qu fin il bien.

Un airt paru au Moniteur
du jeui 13 aot, uppiouve la
liquidai < u des pensions des
persoi ~< suivantes :
UitUno Botsette, ancien chef
de ban au au Dpartement du
Commerce........ Gdes 100 00
Alexandre Gury, ; n c i e n
comptable la Lbtmbra des
Compl* ...... Gourdea lUO.nU
M"" Vvt Benoit irmand 31.25.

a
L'change des ratifications de
laConvi ntion commerciale con-
clue Port-au-Prince le 12 avnl
1080 entre la Kpi blique o Ha-
ti et la Rpublique Irauaise
eu lieu au Dpai u ment ues Kt -
lations Extrieures le vendit di
17 Juillet dei nier entn M. Abu
Lger, sculaire dEtat des Ke-
laliona Extrieures el M. Jea
Pieri- Malivoira l'ilho de Ca-
mas, Cli.iige d .vilains a. i. de
France.

Par en l ei date du 1 ai ,
le Praident de la Kepubhqu
accorde giact pleine et enlin
au sieur Beaulieu Ui buO-I u 11 e,
oondamn pat le nibunal coi-
rectiouuel de Si-Marc u un un
d'emprisonnement.

Le Kneei s GarafcC a ro.ga-
nis sou di pat U m m de disque
et phonographes Columbia et
tabli, SOUS la d de .Vt i
Edouard Gentil, un dpai
ment de lparatioua de radios
et pbonoa. Mi Valeno tenez,
qui a t p ac a la lte du de
parlement de.s mlr, pieiidia
soin de toutes les commandes
de disques. Vu v s toun.iiss.ui-
cps el son la lent de mut ci a, il
donnera aux clients les disques
qui peuveui rpondre Kur
gou'.
^Compliments au Knaer's cia-
rags qui lait tout ce qui devenu
de lui pour donner satisfaction
sa clientle.
MESDAMES,
Pour teindre vous-mmtslous |
tiasm, aucun pi oduil n'ffai*
U 'MAWSSQW
IlEIttTUF.E .IL' m\U.
| t tootn >
[Gre$:\ l HOU

'
E
liU RO! CAROL
o
Hu( ares', 12 aot Le roi
Carol aurait discut ave un
journaliste inglaia, pour la dar
niera Fois aurait-il assur, son
divorce nvec la reine Hlne,
dclatant que lenr divorce tait
un parte, mais que le prince
hritier Michel, leur lils, restait
un lien entre eux.
Le roi aurait dclar qu'il
discutait l'affaire < pour tu-r
jamais les inventions qui ont
t dissmines avec persis-
tance .
Chaque pre et mre, aurait
dit le roi, comprendrait l'Im-
portance d'un lien tel que leur
entant. Et, aurait-il ajout, des
relations amicales continueront
entre lui mme ei Hlne.
C
EN ARGENTINE
Bi e os Ayre.s. 12 aot, La
pol ce < ordonne d emp ye
di"- cha umei ui pour ouvrir un
cofl e-'ort saisi sa cours dune
perq l'ion dans 'es bureau i
!' la Ynzhamlorg, organisation
ci mnierciale de* Soviets Bue-
nos -Ayrcs
Les auto' its esp : i Iroa
ver du chiffre qui leui p rmettra de
lire !* documenta saisis Plus
d 150 personnes oui ' sr
rles.
L
E
S UN T
V \ i 12 ioI
[',.- | dans i es
pri s. Mumcii Belgrsde, lui
deus peron et blessent gr'
venu ni In vi u res,
torts est un gar
mi pi de 11 ans dont les p
reni uni l srieusement bits*
ses.
XXX
Y AOilA-ML UNE. III-
EA
?
o
Washington. Les olti i lu
onstatent I e/emu 11 d
inti i i lion am
les ; Il >ies de C t< Q I i|
Il i de il', i v' m
. Staft, pr<
n | Bgm il e-n dmis qui
e es! i une initiative prise sans
l'autorisation du Dpartement
de la Guerre.
XXX
EN FAILLI [E
o
ToledoOhio Quatre ban-
ques d'ici totalisant un capital 'le
plus de 100.00O.00 de dollars
ont terme leurs gaich ts al 11
institutions l'apaig;.'- ont ces
s< li i< ml; iu me l des d
pots, au cours de la rcente
criai tinancin Les banques en
laillite sont la Commerce G> r-
dian Trust m ; Savingi Bank
l'Oh u S in Dg- 15 k la Con
mercialSavi g Bank and Trust
Company et i \me:;can Bank.
t
A
'..U' Il U!PP m. i
LE PRSENT
A
Le Prsident Vinrent a pass
deux jours Kenskofl, Il en es'
revenu bier, probablement en-
chant du site merveilleux et du
climat incomparable.
M. ABEUGER
L" Secrtaire d'Etal des Re-
lalions tSiliitnres, notre ami
II, Abel Lger, est soutirant de-
puis quelques jours. Nous ap-
prenons que sa sant se rta-
blit t que tns bientt il re-
prendra la tache.
Noue lui renouvelons l'assu-
rance de notre vive sympathie.
o
Mexico, 12 aot.Des dpo-
sants ont assig la Banco NV
cional de Mexico, une des plus
grosses banque inl Heure* du
paya, pou> en retir r leurs d *
pots.
Cette situation est devenue
plus grave d.ui- l'aprs-midi,
tandis que le C o Kspanol,
une banqu. a de qui est
une des plus importantes ih-
titmiom. financires du pays,
avait Jeune ses portes.
Distributeurs : Mohr & Lauriu
P. O. M Poil au-Prince, Haili.
In iflfflr
Il sp trouve la rue du Peup'e
dans le quartier compris entre
les r'j.'s des Mir:"'es e' Bonne
Foi. Ceat l'installation plus que
rudimentaire qui n t place
ai dessus de la halle o se trou
vi 't les bureaux de l'Olfirier
d'Etal-Civil de la section nord,
pour permettre la conduite du
courant lect iqne dans une
maison priv". Celle installa
lion se composa le trois mor-
ceaux d< pbnche poss entn
sngle e! q i supportent le lil
naturelle m ni dnud. Le moin-
dre BOUIl i ut renverser ce
Iragile pipport et le courant
peut i Hi mer i m ndie dans h s
maisons qui so d en planches
Les gens du quarlrer rchi-
teent que i c danger disparaisse
I. riH'ij .iiisiilion Tcrh d'iH'
1) i c qiv n "
ni l'art or I s esi lait la C
mi inn ( onsu ta'ive H rorgn
oisMion du Serv;ce T hniqu
d'Agrirultnre. Sur difl*rni
point,l < Commission 'eut ralli*
ux DOin s de vue de M. S h
1er N col is.ingnii ur igronoii '.
membre de >a Corn mission e
bi'-n plac pour contribuer eft'
caceineni la rorganisation
de ce Si rvice.
\ p ii/sa BOGOTA , parti de
N". w-Yorlc le 15 AOQ est atlen-
lu ici k'21 oui ni 11 rtpartirB
le mme jour pour elit-Gove.
Miragoane el Jrmi ^t l ,oris de l l'ob mbie, Cn-toba
C 7. prenant fret et p-issagers.
Le manifeste de ce navu .
reu par avion poste ds le lin -
11. est la disposition des char-
tj.'.irs aux bureaux de la C'e.
r\ue Traversi'e.
Port-an-P ince.le 18 aot 1081
Colombian Steamship Co Inc.
QBARAft Co., Agents
Avis
Monsieur habitant maison
confortable Ptioo Vill-
cier. lie un partenaire.
Tlphonez 2254 on s'adraa
s i ..u Bu i eau du .Malin .
N'oubliez] fde fai.e un prlil tour
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Ptionvilie |
1 ()()() pieds d'altitude L''ablissemcut le plus Irais des ec-1
irons tle porl an-Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur une excellente roule
asphalte Vtes UJ rvei buses de h ville et lu port.
|5:)'ssons de toutes espces.
DINERS GnUTERS SANDWICHS
Vnangeineins natticuliers pour les pejsiuus de jour,3
s sroatne ou de n.oi.
Chdngamcnl d attrt.H
MAURICE E. ELIE
Portail l^oga .e
Port au Prince
B VITAL, propritaire
l.uim I llli Utl lili.Direettir
Grand Aleliei d menoite
rie fine el d'bni^terie ni'i
sonl employes les mach
ni s l an i* s les o.
il' IV
Q i le de ,.i il .
Ki gance n i eiiiahle,
Jn doit incomparable,
JPril tous abordable,
est sa dvise
Tlphone: 3410 et 3191
Administration G1-
des Postes
AVIS DE DKI'AHT
Les dpches pour N w York
et I Europe ( via New-York di-
rect ) par le S/S Anconr seront
lermes le mercredi 10 du cri.
Port au Prince, le 17 aot 1981.
vnnon e a
oistinjne
sa nombrensi
i ltenlle <|ne !<
grande fabrique de Niosa
Mue MAUHIC . EulE
dont il e>l le seul propri-
taire, esl transfre la rue
du 0U:,' No 1807,en [ace di
la Douane, lout prs du Ma-
gasin Ed. Kstve & Co.
Phooe : 2005.
;-.--i,;.i- :
'.;?
Foie Intestin
ENFOKCEZ-VOUS BIEN CECI BAIS L Tut
Pour digrer Viciloment n'iri.'Orto uw
alimor.'.. j'Our viter la louideur. lo*
pression aprs lesrep.is, neieralisqr l'i*
dite itomiscale, suppiinior les migrslMi
ducs ani mauvaise digeslioiu. disil.
locter t'in'nutin. il mi il' de urc... j
t>OUDRES DE COCK ,
ements
tlons
olr de* POUDFCS f CCOK.
i VENTE
a kkumont (FrttM*
' i RM A'
^^Sar BE5WEB?5?W
Ml '

*oulaK*m--nt Immdiat ,t fnrUoa m |"|
Globules Rbaud I
Cin-Taldy
VENDREDI
Li r-plendide actrice Ivnmv I vnn dar s :
LE VERTIGE
d'aprs le tbet-d''ivre le CM. Vl^r^; .ver Ja que Cafelil.
Entre : 11,50 ; Balcon : 1.0.
oulageaa maux de tte et de
a nvralgie en 30 minutes
Arrtez no relroidissement le
premier jour et la malaria en
trois jours.
666 sauve le bb du relroi
disaement.
^
HENUY STARK
Rue du Quai, en face de la Gare
\cnes \ (trs pour vitrines et tableaux.
\ ii/v.s Polies pour aulos
Pan Brise ( Wiiidsbield) pour autos
.b,/-o/'..s biseauts pour armoires et coiffeuses.
Miroirs encadrs pour salons.
Grand choix de Moulures pour cadres.
Encadrements pour ngraudissements de Photos.
Tableaux pour salons tt salle manger.
Marbres pour tombes.
Lampe 'le nuits, ttc.
Rparation de Miroirs tachfs.
N. H. A partir de ce jour i.t Maison fait une grande
rduction dans le prix des rparations de Miroirs lches.
<.!.,?., ^)imi.i -

"2 JiittJO do lj&nt& f cii uni ii t lin*.
"Bni!"" .....inn. :.!. il li douli ure U eoiiservt

N' Uiriga i ir !

H '. panse
,'ofinltlveawn
a
Lui,
goc li"
BAUME TUE-NER' MimCA
i ^'ioratolre du Docteur OIRAOD, l'h.r mneim. B, Ri 't LTON-oCi UHS tnmsf
lHix.1 FotX'Vt'-.'nni.t ; Vbu
SOL
Cours d't
LEONS PARTICULlRES A P0HT#l
ET A PtTIOHILLE
I IN.srill i TIPIM.MIALEK
ti(|H('z du irmp> parents
La mthode est certaine. Il n'y a pas de do'de- ^
S'a Iremr au Nu \~M, rue Lamarre,de 8 hs a 11 1*
Tlphone: 2891; ou Mt H. IIPPENHAU
Pe!ijn-Ville, rue Villale.
r ,~-,*~.^M
~
arbaneonri
D .u4e8t.iuVersei!sagBrtit>a pTUaLra 'jUaV
luies pi luui :
i:\ barbanCuCrt
t^B;.:kue,dajb Ciian.



m HLTI.N lt Aet ltll

tmtmi vii
, w

J
MM^miraii^^HMI&| Panama Railroad Stamshi Line
Service de jrcl el de passagers enlie
>*
,rt*?V
ii
1
l^!
11
*,
Icomprenn
Foudr
e
e
butes les Polices
DE LA
iirB Pu
lll M a lis
mm Ir
t la Protection contre la
ans auanientitionde taux
>ra
S* KflJfcViit *
R
. -, .... - #\
Angleterre CCOSSt
Mrs. G W. SHELDON A fo- 17 James Street. Uviepooi* K ^
The Mltwiu tft esr Affiliai sriactfel sria iu .-
PNGLAND, SCOTLAND FRANCE.
Mcsrs G. W, SHELDON A lo,
17 'unes St't-et. Levrpool.Eogland
Ii lu te. Menu G W Sbeldon & Co. are repreaented by th*
Tl-is rapide et plus dliert service de transport de passagers etdutrt ?f Haiil
t les pnrUEuropens via New-Yord et Cristobal, Canal Z< ie, isthme ite Manama
Voici la liste de nus ngenta pour les principani parti de l'Europ.- :
i ii>
Aqents Gnraux

'-...

FABRIQUE 1TIEIE DE CHAPEAUX
Marcelin Ma rimez & Co
L'INDIGENT;
Grand'RutNo 2: : 04
>
Cvaiiafaie Girile
l;iii ;iliaa.ii| ;i"
Le S/S 4 t ARiKT >. |)aiii de
Bordeaux le 'A Juitlel P""r
Hati, vie les Aulil s Iran-
aUe, t st stteud* a r*t "'-
Prince le 22 crt., v :nanl ue
JaeaietetdeSanliag -de Cuba.
Il reper'ira le 23 pour Le
llvrc, v a Cap-Haltien, Puer-
lo-Plula u Fort oe-r*iaece.
l'i.-au-i'iiiKc, le tSaonl 19S1,
E.ROI ELN Sl Ctt-Agint*'
Glelatly Henket & Co
21 Mue le la la Rpublique
Marseillcs.
Herna Peron Co. Ltd.
:>:>> Quai George V.
Havre.
Htrnu Peron A Co, Ltd,
\\ae du Moulin Vapeur,
Boulogne snr Mer.
\1 *sr*. A. B INOIS A ;
21 A I ngade i oi< nh igae.
Oslo. Norway.
i ,, i i-:i iouai
Speditions* 'k-*i> Oslo.
MM Atlantic Freigh Coron
Balliubaus, Bainburg 1.
( u-i nauny.
HessrsAtlantic Ffeighl
l*oi por dion
Germai >
Metars Atlantic Freinght
tlorp'o.,
24 g r i J')U ci..s
Antw rps, 1> U' tu.
il. i.S iV. ; >\' & C Ut i
.10 Rue tles 'J iri.,
i'jr:s.
Iliutsu Peron Jt Co Ltd.,
Rua de Tranquillt,
Dunkerque.
rliRNO Peron & Co Ltd.,
j Kue Roy,
Bordeaux.
Genoe, I l'Ai.Y.
M ssra lltiNRY o t & lyLKRir.t
Puzza S. Man i.o.No ISGenoe
CorrE^BURO Swbden.
N ;r lisk Express,
Cothenburg,
jleeaii Ati.vn/h. Frbiqhi
L()1U' N.
Rod Emmap.'eiD
Rotterdam Huilai dt
MCSS.I SlI.IMANN i\ l 0~

i
**.


I
\
Caapeanx varis pour hommes.femnies et enfants iabri
lis par des nains haitiec.es tt avec de ia, pallie du
ivs-
Faites une visite iL'lndianei.
.
Laboratoire Sjourn
Dir.u n L'RS
F. Si:.i i uni':, lJharma< ien .
H M.h ; i:m. PtiHii -rien fie I Universit de tans.
ItiKjoi .m-, niar.iitci. n de l'universit de IVu\ancien
interne des Hpitaux de Pans.
Jcclv es des Urii is,du suc gatrqee, du nang ( Was. 1
naii', tr.-i-e. Constante dVmbard, (.lytmie).
Des ,, niuts. D--s nitires lcatti
POUR IES ENFANTS
I ES mamans savent que le lait
est un des meilleurs alimentt
pour les enfants. Cependant,
certaines mamans ne compren-
nent pas qu'une des raisons pour
sa suprmatie est que c'est la
parfaite Emulsion de la Nature.
L'EMULSION
SCOTT
t de l'huile de foie de morue
emulsione avec toutes ses vita*
mines et la plupart des gens
la digrent aussi facilement que
le lait
Quand vos enfants ont betoln
d'huile de foie de mome-
donnez-leur la sorte pr-
pare pour digestion fa-
cllel'EmuUion Scott.
ItMCAMlW.
r

^ \
-:. votre voyage
i ni aie
U -. bel i
oea
d i plein air
ci spcialiste M.Meys
11 rue Blanche
k'aria i
<;.,; irdenando
uribrea ou mmdar^
AVIS
t
BIRE NATIONLE
Noo, Loni Dents l< n taiu
' '(>(;.. .|r,i'if-(-.o">ni|sSH!l" de la
luill i,- Obit V Wirtm ni ._
Vu : i' n rticle 472 47;t et
n; du ode de i rime
I Convoquona 1 s eiaeelera
I prtendus de la (!>' lHHtej
', .,' runir ;<" gretle du Tribu*
i r>i,i de 1re Intnre de ee res-
.,>'. ir .MiH.li dix*neul !
f |93|. :; h-ure* de l'aptee-
' midi, pour leceeoir de* en n-
' monicetiona "I procder a '
nomination du syndic prnvl*
Si<\- P.
Porl ii-P'lnce, 17 .A- m' 1191.
I. pantaRAMKAC
.. -*.. r- v i M h
DENTOL
OLfiTlfRlUt
B AIAM1NUM UNE
E iRTS hlKFClS DE NEW-ORLE^S ET DE MOBILE
,, ; s' LKS ,m.hTS 1) LA HI^VBIJQUfc D HATI
! kt.i:nerlai.s.sern Ncvv-Orlaus le 2., ao t Mb .le le
fciotdireetement pour Pe II G< nve,l>orl-,u-l noce tt les
arts iin Nord. .
l'orlau prince. I" 14 aot 1W1. .
A. de MA'ITEIS A Co., Agents Genciaiis.
K? ANTISCPIiQUt
^^''Vv POUDRC
.? i ._--_-- rvi ^> "i, s*
Joe rua] i M ' ;n
Po! ^n Prime
PE LA
Brasserie Nationale j-------------
ndpartoul Or 0,10 Attention
iii^nni
31. - 'i- ^*!^

i ''",
Une des plus fortes COMPAluN
CANADIENNES. d'ASSl RANi ^E
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & q
Aoeots Gs^raiiA.
"w^
le verre malqr saoualit
suprieure.
Prbtaez votre rjoche el
votre sant en la buvant
[toujours.
Loterie Nationale d'Hati"
416, Rilt HiE Fiil, PHiE 338
La Loterie Nationale est :
o-----
Une testHalioa hautement nui .ire par la multipli-
cit d uvres qu'elic sepiopose d'aider.
UneV:ha4.cede bien-tre ototenus bemmes de tontes
,(E^ Ouvriers. ArtiWn%S.ar}ea de
l0JSn Gen de maison ( domestiques j Saks Gevrb
Leur Budmt. moytiinsnt deux franlea, peuvent gag
gp,tronade Commerce, Cbels d'Industrie, parea mi;iU.
fliauces des ve..t-s.pai .'achat d'o i billet, qui vous Libi
lu souci des chances.
Midecins, Avocats, Ingnieurs, 5nat< or, Dputes, (.r; r.d
I 1,ulllur ,ue l'EtaURapreee.-i i. de nnteitecluali;r, J
Mlietea Donnez 1 exemple de .,-u <; ...me v,,.-iv!c
Renli ra.cau a i "" l9*' Biigmealei va
'voue tous qui nabi -^ HIi reodei loi service eu tbet ml
10 btiiel de U Loterie NaUouale Hati.
o
Progrs Nouvoau
Rhum Nouveau
Arme d< lie ieus final
\\, exqnii fris rdnil.
(OUI lfisil liuilr ce mii-riM.
(Ull!l> \nnik
i 'u/ : <;. NAZON
Angle tirs i iirs lrott
el du "cii|tl-
Tlpbone : ^313.
*0^
Nix
Poav<>> Youm Hoarlraffl
AVEZ vou< cminie de tourirfll
i parer que vos deau toal iciM
les, launlllM? Il e,t impouibUI
cin vous les cathiet au regard]
ds que vousouvrei la boudM.
Le Kol>nos en enlever CHtaf
pellicule Cerne jaunlire, et il d'
m.ii les germes buccaux danfs>
reux q^ui causent la cari*. Vu
dentiirue ordinaire n'y arrirtrmil
pj.
!> loacM data In drarlHaa pet'
cwment n r-omniipd^i I. Kolrs)09
atjca qu'il nmou I i on da It
minirt qu'elle, d. .u MS>
CREME DENTIFRICE^
KOLYNOS


Mercredi
1<> Aot 19 il
Le Nafitf

4 PAOtS
IIMptoit 12242

Ki - aai-Vr.* >
**> -** ~
PKOKOGRAPH A* RADIO
Lykes Brothes SS Co lac
T-i- Hati SintoU)ulogo- Poj-.oMcj
Lt seul service hebdomadaire et rgulier pasr.*rr- pi
r' citre les ports du Goilc in Taxai directemsut >ve
Por an-Prince, tfaiti.
Pour h rception ranide M '< maniement h->-"> ''**
r
^COMBINATION
i "
i
il ly&i* JJffrmM
MODEL NO. 939
Ll MBI.v
L* appareil qui offre plus de
garauiieau poiul de vue solidit,
du.et, ci puret do reproduction.
L)uua n'art de l'enregistrement
de. cms, CULI li.ill a trouve le
,ii ifi i de prsenter au moude
^r;j ^ ee* laboratoires modernes
et s-> ingnieurs de premire
c>sj i* plus parfaite ralisa-
uuu lit ia reproduction muai ait
eu creatli io.-> "iionograhes
Vi.iTA. TOJfAL JOLUIUBIA
routes :rs nuances, et I :s flou*
loto des .sous, toute !o. ud'.e
musicale depuis \* plu.-; at'li
ujie ai^ue> juaqua la hisse la
pan gr/e, sol reprod ni. c.v *
iCiiicn cuia ne l'artiste tosa .---
cules.
L>*uS tous ie^ modles, (iOLLMillA
que uc hou uaua ic meuble, la
\ iu.iiuic acoualiquei ou ic 0BQ
leur, ic mme soiu . cte apporli
ci ce. i | o . la plua grande ga-
rantie Uc l'acheteur.
Las moaie ii cuutte. le No 934,
cjjicseu.e .a M ritktt \||t.
Aiiieiei uu appareil CoLUMtu
tdiiiopuoue LOiuutui et voutttt
.uriaiwta oc le (*a tre prive BU*
wu.i sourde ta louissaoce ou du
paouo^t'aplid oa au radio.
L'Appareil qui douue le mtli-
iii i h >ie salisiaction<
Venez au Dpartement des dis-
ques et phoiios COLUMB1A du
Uarage K*N Lh.it .t nous serons
heureux ut vous laire entendre
i s diflerents modele que uou
avoua eu atock* Vout^prcodrez
plaisir a admirer ins diffrents
modles portatifs. ^es meilleurs
j porlalils sur le mareb sont m-
eontestabiement les portatiit CO-
i h 11 talons serve/ vous toujours le* navires
L'N'K.
Lftapr 'Chanai irTrfM i Purt**H?rm*3 ** :l*
S s i Maranrct Lykt 21 |
S/S Rnu Lykt M
S S a (T'navi^e fyket i 4 eplembr 1*31
Bireau: Un du Ma (asin de I hlit >ii- l'oe'ala 8
,;KK
Voice premire visite
A
^ l!f 1LI rlllAIflllfl
,1i'**M*..t,
mmm
M f vt.u- ! m ,i ,i ,ili-(
V ' ni s -, ! v l '
*> ' hf a ni i.i's ' \]
liui-, m , ,.;;
Ui.-y i .p.e .,,,, .l!lr'
- ml)..s |;,|, n
K-ur* M'uaircs r- ...... j,m .
nui ( onbreux uns de p0r(
HU-Prirne el d-s ;..Mfs vil^j.
ta p o h. (i.,i ,Vs ... jS.,,k|,
Il I >| 1 l( U 'l.'l .'i, v.. ,;.
n.oKn /. d s. i i s j t<) ii;
C4aioi .le ij | .ne.i., ome
i|UiiOl -o v-.- .. ,,S|,
son ut* il*.* \l-ii V.- ,v.- |) wi
CE* ne y, eur r g ei ... ,nM
Hand'ujr'*.. b*l|. -me,,. ,. '
icn e, i n ete r'cc iniitm j
itur liili i llou.
En tv on, ,|s It* |i -,i ,\t
oroire leur proton la
ludfa
Pm.-iu-;,iiacj,:e lUa li)ji
g'i'i.
swrBii!!::;inniiiiBi!iiiin;!r.!ii;ii'i!
1 I .T| (
l

Nom donnera raison, eonftrmt'a voire bon jugeiienl et
|ejstifiera h contiaoce que vous r.ua aura iccorde en
nous garantissant voir apprciable patronage a IHial le
piux alecl do Port-ail Prince.
Nui; rons suggrons d'arrttr votre chambre l'avance
Bire la pression.
C
o
vacances ;i la ci m pagne,, emporte un portstit C81WK4.
KNEER'S GARAGE
lumbia Department, Port-au-Prince,
Agsnti : Z P lit-G< ave ^SJfSfS ~ V83'''".
c plN v, ij | m,. Mi,: ci. DOUGA Jacsnel.
Th. C. BRUTUS. Jrnois
kitft lea Bsswrli G 0LU M 151 A I li itatisi II II R. lui lei "itrU\% soir II III iiy.il.
ASSUREZ-VOUS
la
rai accident Fire & i-ilo
irtce Corporation Ltd.
de P< rth ( Scotlnnd '
les plus puianantes et des plna vastes ergaalsaHeas
Jetf ,. | B c ie jamais sui ton champ d'action qui rnMtMt le
couvrent tutti les dgftti ac asionna p.lr la leuott
Set Polici tomol s couvrent vola, incendie, malveillance, dnnitiagaa
causes a uiti ' 'frsoi ou dans SCS bient.
Set Polici mises par tet branehts dhiimpi ront pavabies rlam
Ses Police uni valables dans lunivcia n.tiei r*ua lea rova-
. ipreaulio) de se mui ir d une police ontre acetieta
Jal. que de 1/2 /. oii 20dollars 1.1.
Veuve BEI GHAM, AuxCaves
\hlnujnclwe Hatienne
de final elles
GEBARA & C
LES CIGARETTES.
Bat Bas fanint-Lon
"Dessalinienne*
Colon
Rpublicaine*
Vorl-au-Princienne
La Medicacin por las Gludulai
El "GLANDOPHILE"
e* un fit du-lo rie r'.tihImI.i fr,ca, M
animai*:, alacclonados mire Im
s|>pci'h mfes vlgorouaa en el mommte
an 'l'ie lu iccrecin i 1 : s 1 ilni- de ettoi
anlii.ulr* se hnll.i ni su qulnta
la; ,c aconsrjH mi rmpleo eu ;os eau
aigtiicMtes :
Los trastoroos nervloio,
lnsomnioi,
la depresion flslca y moral,
al descaeclminnto ioneral,
al dcsarrollo dlficll,
*) r>l ru'it'.itlsmo,
lai rsultai de flebraa 1
la vejez prematura,
Ki el producto de eleceldt en
todos ios casos de lmpotencla
nezual tanto en el hombr*
tonio en la mujer.
El "GLANDOPHILE"
por tu nrc-ion raplda v duradara wbrt
el coiijimtn de In.l.is laa fuii.nmei fonv
tlluye ri raparador -naa en4r|lav
cnyft accn no snlnmrnle *e Irailuce por
uaa ensarin de bienestar \ino tnmbien
por un rajuvanaclmlanto total M
organisme.
Pidnn por ronslgulnte :
I 0LANDOPHILE H para homhru
I GUNDOPHILE M para mujm
El "GLANDOPHILE"
no ronllene nlnpOn producto talea
punie srr lomn.lo por TODO
MUNDO i nlnoa, adulloa y anciaiiot *
amboa aeioa. aj
BoUato gratl y veut
S. Domingo: C0I8C0U j LF*U,*pirlM,a
y en to nimi Hhlrlhmdom A. THOMA8*P
16, Bue Martel, PARIS
WllillHI.II!l.l.lli;i!llllll|l||U|
arOCTWCTSK-'lXr--.
ECOUTEZ
)
ai
i i
i
llhiiin Sariiie
DAhS SOIS PROGRAMMA
GONChRT [Orchestre SCOT1
MONOLOGUE P^payowte
STATION
H. H. K.
Port-au-Prince !( H^ti )
ut Gnral n ur rlaiti
i i ,i. fiy .i
ji:/r m 'iur Jc.ir


f.F*"r
-xi

*
S
v.
e a itien n e Gharlier-Malebranelio & Co,
1224, Chemin des Dalles, 12^
rr646ohooe : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs