Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03694
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 18, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03694

Full Text
lment Maqloire
11 DIRECTEUR
VixtRUI AMilKICAINE 13J8
1 "lELtPHONE N-2242
vu* | IwauWe, sas* Je i-eajKit
i!u Irtil nu le ei lie tin i< >uvass
I amour du prerliain, t*u nu nul
Mil la irrll tout ! t
t loui crtole.El << ic i n p;*1
h llrei.les Bris If lii\e. I* t|ci;tlair
ou |p douanier qui peu w il MiBja-
iir dan> les lin L'tfMleeHJ ptfet
par la baie. AMIEL
^e ANNEE N- 744G
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MARDI IS Aoit IM
La Chose sans le mot
(
mis les rvlations faites
r le Che: tle noire chancel-
la Chambre des dpu-
,$or le nouvel accorl in-
Ldu mire ,e Gouverne-
Sthatien et la Lgation
.ricaine, une certaine d-
JjjVst produite dans l'opi-
, publique- Et cette con-
9 unanime qui avait ac-
ll'leciiaa du Pisident
le 18 Novembre tl
[a jamais pu tre bran-
Dialgr la pousse des pro-
odesperiides et insinuan
Jjs'est raffirme Ce qui a
p obtenu paiait l'avoir t
taid'exccllcutes conditions,
nous qui n'avons jamais
L*ut de la bonne loi, du pa-
Iriotisnie el du tact des mem-
(ifjs du Gouvernement ne
nmes nullement surpris
jesrsultats. Nous en repar-
us aujourd'hui plutt pour
E ressortir l'ineptie et les
iilomuies grossires que ra-
aient certaines attaques di-
fges contre le gouvernement
duel.
Ces rsultats, de quelque fa
Ion qu'on les envisage, vont
re crouler bien ormts tic i i i es difies sur
le mensonge et la navet. Us
Jomporteu; dans leur prin-
cipe et dans lents ellels une
fcoiteequiue saurait chapper
Jceux qui sont bien au cou-
antdu statut politique et ad-
oinislratit que nous a cre le
ido 19
L remise lgi aie au t\ >u
[emuii-ut hatien des hei vi-
les d'Hygiine, de la Uirec-
liou Gnrale des Travaux
publics, de I Enregistrement,
Uel'Agriculture et l'Enseigne-
nt protessionnel, sans an-
tQDerestriction sinon pour le
bremier, quivaut tout sim-
plement a la rsiliation des
pauses du Trait qui out ios
litue ces dits services el de
bien d'autres sous accord-.
bbsequeuts.
Ceux donc qui, croyant avoir
le monopole du nationalisme,
taisaient des suggestions ta-
page nsjes et inconsidres,
doivent tre normalement
tonn de voir le Gouver-
nement arriver parla met io-
de et la fermet a obtenir une
partie apprciable de c qu ,
d'aprs eux, ne pouvait et e
obtenu que par la violence
et quelle violence! ou eu
d'autres termes, qu'en brisant
les vitres. Or les vitres n'ont
pas t brises, voire mme
lles, et notre pays a quand
mme hit uh grand pas vers
sa libration detinitive, iNotre
diplomatie, habilement diri-
ge, sans avoir pos a prio'i
la question de l'abrogation du
Trait est arrive a on saper
les bases essentielles.
Voil ce que produit le
sang-lroid quand il est alli a
l'exprience, la comptence, et
soutenu par une volont ner-
gique et inbranlable.
Si tous nos desiderata ne
sont pas encore raliss, les
plus sceptiques so..l au moins
autoii--.es a ss parer que bien-
tt el dans la mme atmos
phre ue cordialit et de m i-
luelle comprhension, nous
arriverons la pleine posses-
sion de ousuos a'.tiibuts d'iu-
lepeu.lauce d de souveraine-
t
Et la plus grande gloire du
uouveruemeut de Mr Steniu
Vincent seca lavoir cuniuit
le peuple hatien cette res-
tauration sans lui avoir ta il
Courir aucune aventure dont
les issues ne sont pas toujours
gaies et d'tre arrive a la
chose en se gardant, pour ue
pas indisposer l'adversaire,
d'eu prononcer le mot.
(1) Nous reproduisons pour nos
lecteurs M Bi llbthi, sans Dom d'au-
teur, qui a ciroul et qui contient une
apprciation judicieuse de la politi-
que du.goaveraemelBt, i.i.|U"iie taeu-
reusvment ubeuti A l'accuiei du 6
Aot.
LE PASS
( Suite et Un )
o
aquf lois qu'il m'arrivait
tStnlretenir avec Monsieur
dodiI Polynice, qui m hono-
te ion esiiuie, |'tais anim
ITgaid de ce membre 'm-
Want de notre socit d'un
aliment de compassion dont
IM se douta il pas : je me di-
que le drame qu'il avait
j*B tait l'preuve la plus
ominuble que Dieu put infli-
Munhe humain, et j'tais
M de comprendre ce que ce
foeur de pre avait d ressen-
P la vue de ses irois (ils, ob
de sa sollicitude el de son
rUDU!'. savamment et lchement
parinf.
Il est des choses qu'il ne
onvieol point d'approtondir,
' nest point voire servi-
fcfUr qui st- prtera cette inu-
PafcraelM analyse.
1 be tous ses trres, qui taient
Wsi distingus que lui, Sey-
Jjjiir Polynice tait le plussym-
j*tnique, p.,i je ne sais quoi de
'Poi-tan et de bienveillant, de
jommunicatit et d'enlaant qu.
Ipspirait son visage qu'il me
Pnible revoir aprs plus de
"'nze ans, et il suffisait d'tre
i7hiSa Prst"nce pour tre sen
Ole Ceue mupressiou la-
Jjelle il tait malais d'chap-
I Lorsque au milieu d'an groupe
|j|e cauiarades ou d'amis qui
I entouraient quelquelois sous
I galerie du magasin de son
|\'uSls en lace du march
lia n*' ou (1ans '*s ru* '-
L travers lesquelles il
'Juan ses a fia ires et o il
'ionnsit ato*s oendant quel-
nuesmmuies.btyniour Polynice
I*. ('u' "'cdote, cette
?,?"'!"ei,e L o.re, comme
lioPl Jules Claielie. ou lors-
Ur.u.nlenda'1 quelque as de
'lue msttxa des propa
renflants, pone'us d beau-
coup de gestes, sis yeux intel-
ligents el moqueurs s'allumaient
d'une llamiue de tranche gaiet.
Le trait caractristique de
cette belle nature de Seymour
Polynice tait la joie profon-
de de vivre, non cet'e joie gros-
sire el plate qu veille chez
plus d'un le contentement des
besoins et des apptits, mais
celle expansion de soi mme
qui accuse l'excellence du cur
et touverfre de l'esprit. Ces
admirables qualits auraiant r
pugn a se concilier, avec le
moindre gosme, et ia ne crois
point que S^ymour ft afflig
de ce sentiment commun pres-
que tous les hommes vulgaires
Ce dont je suis certain, c'est
qu'il aurait t stupfait del
tenue de la gnration actuelle;
l'galft des grandes choses
qui tout le prix de la vie : j en-
tends parler de la conscience et
de 1 honneur.
Quoique je lusse plus vieux
que Seymonr Polynice, l'appr-
ciais sa couveisation toute plei-
ne de verve. Elle touchait S
oui et se renouvelait sans
cessa par une fin? obs?rva-
lioii des lres et des choses, qui
i tu' propre frapper dVlonne-
meut ceux qui la recueillaient.
car ils admettaient difficilement
qQ Ue lut compatible avec
un ge aussi tendre.
Michel Oreste tait alois pr-
sident de la Kpublique, et en
jetant aux qualie coins de l'ho
rizon d'innombrables exem-
plaires du "Pingouin" je venais
de tonder le journal du di
manch que la presse haitiao
ne n'avait point eneoe connu.
Ds les premires ditions
de cet hebdomadaire, qui eut
auprs du public la mme. L
?eur qu'avait obtenu Mu
mou, autre organe de publi-
cit la tondation duquel la-
vais coopr, conjointement
avec quelques citoyens dont
plusieurs sont morts, je cora-
^m^\
DES HORIZONS NOUVEAUX
DES horizons nouveaux s'ouvrent A rhomrne
qui a de l'argent. Avec $1,000 teonoardas
t dposs en banque, vous pouvar SNTiaafar
l'avenir avec confiance. Commences ds main-
tenant pargner en suivant une des mthodes
ei -dessous :
$1.000 en quatre an, provlonnaMt Je 1940.16
en versements hebdi>n $1.000 en trois ans, proviennent de $0S tl
versements hebdomailairc de $ti,13
$1.000 en deux ans, proviennent de $170.32 en
versements hebdomadaires de $' 33
FSK'l f
La Banque toyale
un C ":&
ballaia la politique \>r Ici m 'mb' es du mive ta
gouvernement ; j- la en
avec d'auiaui plus de i ison < l
d'nergie que j'tais assu< d't< e
le porte-psrola du p^ys qui,
aprs aveir plac si confian-
ce dfns le chel qu' 'li-
brement t "allgrem donn ',
n lard ; point con l i*-r q i
ses esprances avaie:i' ,i.' lu
loues.
A sot svnemen' i rr
m'?' c nsugu.li Htuie .
Mich*l Oresta u-i! i*-i
du iule capital (|u il i ii ap
l |ouer dans I eofl laite
des destines del nalicnV Un
simule examen de h fcria des
chefs qui depuis l'in't^ nd:n-
ce nous O'it dirigs jous lait
apercevoir qu'ih furtu' lOQS des
fnracx, des Iraineurs le sa-
bras, el q i il tait invitable
que les gouveruetne il, tablis
Bireux lussent des gou erne*
ments militaires, cVsl--dire
es gMuvernements o l'appli
cation des principes nu noint
d-* pi; ce et o svil Ip rftimi
du bon plsixir. .A;ii.> pl-IM d'un
sicle de souffrances e de i' n-
t(. ne faiaii il pomi en linir
avec- ces satrapes "," i'" s les
vies et des curs? Une occa-
siii i f-xlr'ordinaire nous ail
donne d'instaurer che a noua
le gouvernement e v. pi i i'
de dpit t de I i rensisssnt de
la Pa'rie.el e'esl Mich-1 Oras-
te qn'chail aux acclaa otiuns
gnrales celte inoue b "
torlane,
Et dors nous tions seu
Notre douleur fut inoommensu-
rahle Oe sentir qne aous t.'-
l'tiona pas, bdichel-Oie: I r'a-
ya:it point voulu enlft d ns
l'un moi*.ai: (, Sichel-Ore&ia '
l.n.i jefuse tenter l'impossible
ou aouri , est ce donc si
dilficilede mourir? pour i
pondre i l'attente anxieuse de la
nation qui avait les regards h
xs sur lui, loute vibrante I nna
motion immense.Mais I grand
tribun,dont le suflrage univei-
se' tait heureux et fier |usie
litre, et qui, comme nous fu-
yons signal, tait le citoyen le
plus minent qu'il et ln.n'tail
poin pntr de cette pens'
sopranos que s'il avait le mal
heur de faillir dans la lutte t ;
midable qu'il tait obugaloirs
de soutenir contte la coalition
des forces de rgression, la par-
tie lait perdue pour nous, et
que dj sonnait l'heure lun
bre o I Amricain s'apprtait
'emparer de noire patrie.
Maurice C. BRUN.
Lda! SIIiuj
ALIX ROY
29 annes de succs.
I egn It Seymonr Polyni-
ce, q 'i n'avait pi | deux
rmi nous, l tii
i d cas rflexions un res
el prophtiques, el c'tait pour
m'inlorraei qa'elles ne lui avaient
ns ' trangre*, et nie K-
liciter de mon attitude pftnptl-
(|U" qu'il m'idffi aaail une lettre
j'ai pieusement conservt e,
qu'eHe me r une
que de foi.leltre par laq I e
minerai caa H jnes, el que
i :
P m-Prmesh le 23 Anfr 1911
Monsieur Maurice C. Brunt
Directeur da |oui nal
le iPingouina
A l'Imprimerie AmbLard.
Mon cher Maui-ice,
J'ai lu avec infiniment de
plaisir les premiers N" de vo re
journal le Pingouin, el n*
pardonnerais point tre
point du nombre de vos abon-
. Non seulement votre |our-
ic.I se recomman I par la ma-
trise 'te ses crits, niais o'i s( ni
un genre nouveau qui se dga'
g de sa rdaction.
Le journalisme est si mal
pris dans ce pays qu'on
tonnera ;'i bon droii de con I <-
ter l'allure du vtre et sorti
l'indpendance de son caractre.
< .le ne parle pas de son ct
littraire qui permet la jeu-
n. se d inuet a eu tivi r
h s choses de l'esprit, car votre
nom seul sulfil pour en donner
la garantie.
a Les haies de pingouins sont
toujours dilneiles A franchir.
Qn'elles servent don i de i'
i ire pour endigu' r le lol
bonrfa m : de ceri : is qui ne
veult ' ien admettre d nou-
v u et de beau dans notre mi-
lieu.)
Sincrement vln
Seymonr POLYNICE.

e
Quelle aventure que Ci Ile O
prit une portion considrable
des reprsentants les plus no-
toires de notre socit Qui
donc en portera l'crasante res-
ponsabilit ?Sans .voir pren-
dre cet gard parti en laveur
d i personne, laisse- s taire 11
h-iule impartialit te l'histoire
qui lguera :i l'excration rie
nos srrire*nevens la mmoire
de celui qui fit couler ce fleuve
de sang.
Et toa nom paratra da ia ^ race
future
Aux plus craela tyrans aut cracha
injure !
Propos
humides
Lit l '-
urs l'Hygine, les IVa-
va-i\ |)U \, ; -u'-.,
cela continu mnd
lape par la ' i patr'n
aux ni rpa
Iri ni lis sont, iaux-l i, partis ins rie
la libra lion immdiate ri incondi-
'ionnetle, Ci la pourrait i
H y qu* ip-. raassiean du
i ne teol p presi de partir,
pour \r<. retenir ici, le
temps, il va NI SARTIIE I \
C H ET D'OR, que la sacre proh
lion empche de irer a Naw-
Yoitc.
Le Dr Rulx L<f
Directeur Gnral du Service
Xmtional\flhygi te Publique
a
( r i le Dr Rulx Lon que
l< Gouv< rnem ni de la Ri pu-
bliq te r dsi ;n pour tre,
ds le i< r Octobre prochain.
Directeur Gnral tir l'impor-
tant Service National dllv-
gicne Pnbiique. Le 1): Lon
qui est un spcialiste de lalenl
t-t -.....a l'Htl >ital i ln
rai h Stlle d'( 'i>- lti ique, 11
s itistacliou de ses Ihel <, m
ri e a plus (l'un titi e le li r
;., hounenr qui vienl de.
lui tre lait. Non. avons la
n rtitude qu'en taisait appi I
u es si .vices le I 11 sidenl de
l.t . publique a eu la
. .tueuse. Jeu :
que, mpten'j Le !>.' I. i -^ a
c..- qu'il laoi pour assur i heu
i s tn< ni le tonctionnen
du s rvice d'Hygine; el n
sommes assures que sous sou
admtuistiation no n'aura qu
se louerde ses servi s.
Noos lui prsentai s i os
bien Mm res flicitt! IHS.
Mr lo "Dr L-ion RXoXsa
uistrateur Gnrai de
l Hpital
C'est avec un trs vil plai-
sir que l'on :: appri la nomi-
nal : partir du lei Icto-
bre prochain, du Ihi
que l)o :teur i i : Mol le a I
Direction gnrale de Hpis
t..l. Nul choix ne pouvait i
p is heureux. Le Dr Most
ni i une couipteu
niable, el i un souci jamais
i 11, c n dtaut de .son devoir,
d. s qualits d'h o m "t e du
m n. act ornpli el une lis
ci| ii*i'- qui lool 1 admir iti m
I ei aie Ci I te uomin >t ou w'a
j. is la plaisir nu pu i seu-
lement : e'ie a n
l'i n :>omi: des suflrag
ions ceux qui ont eu i plaisir
d< col al orer ' H s e -
le Dr Mose el on-
sqm ni, oui pu pi ;ier sf>
'i i ilit i'ii n ni el : ie-
in
Nous nous rj tuissc i.nons,
de cette maisooi de cette no-
mination n de IX p nuls le
vue : d'abord puer que i est
uu just h un liage ici la n la
vnleur ci la moralit d'un
homme de bien, el qu'eus
elle prouve nue le Gouve ne
ment de MrStnio Vincel
lient par-dessus tout a ne
pus ili'-.oigati;scr,coniiiiL' nous
le recommandions dernire
meut, pur des nominations
de laveur, les set vices qui
vie.-luni d'tre remis l'Ad-
ministration .hati une, m
plutt t maintenir les r
si txce lcinine.it prpares el
qui i i I iassure l'heu-
reux mnemeo de ces
servie,
n &.ami-
calea : ma au Drllol e
dont la nomination it aux
yeux de tons lu garantie que
l'Hpital Gnral continuel-.
u e-lre un de n se. vie les
aiieux tenus.
... vait qu'on ne parle, depuis
liniques [OUrs, t|ue du .lplact
ment du f'isiden de la Upu
- cellem p,pnrlt-il,
iia d us le Nord, o elle se -
jouiu i uns huitaine d i |ouri
puis. ; prs une ou deux semai-
nes >: repo, elle se dni;.;*i .
vu. s Is Sud.
.. voil que maigre l< s i< la-
ma ions su qui out et
I q bure iu : "-i '.
le tlphone No. 224*2 continu
ue pas tonetionnt r. Rserve
an regard de reni'i' i< ment "
l'Ame eh tritsblequi pourra nb
ti uir 'i qoa soit
rpar cet appareil dont tenon
lonctionnement cause un Irn
grand prjndice l'administra-
lion o il se trouve.
a
... a vu, malgr l torte aver-
se. v,n:>. faute l i al i boisi
i Tenace Garden, dnnanca
soir. El somme c'tait Is doub
le M el Mme H*hl, on a'e i
donn i nr : t pour fter t-
nouve iu printe nps des heui
reux i ponx,
... a vu, dia mena seir i
d mt la torte avrai. Mase l'-i lyi
toujours aimable, mettre sa salle
la d position des petit" clients
ail ir l s del matine q il ovniS,
praps, pris li<> I
i ;,.,,. i,,. [ ,idy iv -t un w\<*
de onsolation pour chacun m
es gosses qui attendaient avec.
i.ini crithp itu "' le momenl *>'i
on les l'-i.-ii c h i l> s ' 'I'1
Iremblaienl d'eftroi, l i p uvrea
gosses,d cb ique claii ;l a ch i-
(jup coup ds tonnerre ils vo-
yaient mourir. Mais Taldy, au i-
lernelle et douce, las rassurait
de son mieux et teignait de nie
tandis qu'elle, snssi, en banne
Il u'iieune, ava I peur de tonnerre el di a clairs A r.-
l i e beau geste qui u lonaera
nui de ceux qui conti lisseal et
spprcienl le gran 1 ces ir qu il
Mme T.il ly.
a
-
.. voil que notre co ifrre
, 1.1. i inno > e qne L'sj i-
v lilleur affirme qu il ' s ir
lu piste d an complot dont le
I, d d itenl ir la vie du
pi I. d I. |o Rpublique. Ce
sont de ; ngations trs grnaen
, .. lemande vraiment ce
q i doit penser la Commissaire
du Uouvernament d'une pa-
rti BBrmalion.
m
* *
... a vu au ii i np de-Marsane
jaune Por o l\ic une qni is j>ro
Menai bras dessus bras des-
sous avec uue n I ienne. Sou-
ri un une voiliir I i DOOde
stoppa prs d a li oltair. Deux
jeunes lgants en descendirent
et les d no ..' I ^ '"i souriant
l'err i nt. n s mtaliona mois
aimables. Et les |sunes tilles
prirent cong si i e !ommenc>
rent leur p on u ide, "; reu-
semenl u mil eut ; daubstr ai-
le compta d trois jeu es gens.
Cas raisins sent "o > verts et
bons p ur df, comme
en' dd le b .i La l; mtaine.
.
n is amis qai
s ri s? -; perda, on
nf. | i te in Ile
,,u i v lit, des apiers
,m. ; i Il aea.l! lue fe
eollars I. i du >e larme,
, r, par es le .> > oi comme
rit an de nos aui - t sh n'a
p is le pris tellement il si rare,
c s' preseju'une I"1'' ia qai
le p rdre quarante
s, ivait perdus!
\ ik sent si
B I ira croira
le a tout
s i i ''iol.
:i. qae
! Wua-
uingo, de
-l'a ix.de
-.ealteinla
par sont qu
Nul ue paat
VU as neuner des prcisions.


PAGE 2
LyMATJtfU*.ll AfciW
LES EATS
MWMU
-UNIS OOVENT ABIMER TROIS
HATI AU I" 0CTC8RE
Los Travaux Publics. l'Agriculture, l'Education
et le Service d'Hygine seront librs
de contrle.

Port-au-Prince, Haili, 5 aot.
La demande d'Hati du con-
trla de ses propres destines a
t partiellement remplie au-
jourd'hui par un accord met-
tant fin L'influence des Etats-
Lui dans trois dpartements
gouvernemental!. L'acrord,qui
deviendra eflectil an 1er octo-
bre, est considr comme nu
des plus importants mouvements
dans le programme amricain
vers le letoor lu contrla com-
plet des affaires du gouverne-
ment aux citoyeus de l'ile caribenm- qui i t
tant de fois dchire par II i i
volulion, I i gue re et le dsor-
dre.
Bien qui le Irail pi
Pinterven ioa met icame, n
pire qu'en 1936, un accord si-
gn par le Ministre des Rela-
Meni Extrieures, Abel Lger a
le Ministre Amricain Dans G.
Munro donnera au gouverne-
ment indigne le contrle d Travaux Publics, da Dparte-
ment de PAgriculture et ne l E-
ducatiou industrielle, du Ser-
vice Sanitaire aprs leSOaep*
tembre
|)K reslrielitiest laite
Il y a au une restrii lion, i -
pendant, prvoyant que des
eonseill t s nuit ricains continue
ront en i i aim a cap iciii s A
Cap-Haie* n,:l lion-villectPorl
au-Pniu la capitale. Les deux
dpartement* mon sous le
contrle amricain aeront les
Finance; et tes Douanes, la po-
lice indigne.
L'accoi .i a abrog celui de 21
aot 1918, d'apn s iiquel le gou
vernem -it hatien s obligeait >
commui iquet tous les projets
de loi se i appoi lanl au trait
au repn entant amricain avant
qu'ils pi issent tre prientsa
a Lgis! ture
De p us, le servi t de paie-
ments Ufs obligation* hsiiien-
ns dan l'avenir sers gouvern
par des rrangemenls Unis d -
recteniei t entre le Minisire
Haitien es Finanai et le Con-
aeitler-Financier A mrici i
L'accoiii prvoit que le gouver-
nement hailien doit tenir sts
lpenses dans les limites des
appropriation* convenues par le
sonseiller-flnancu .
la darilr sis>it lrf disculpe
Encore plu i important est le
point !.: vue des leadera poli
li,.n, -, i l'i ,rogi lion du irait* d'inter-
vention. Les gouvernements ont
convenu de continuer les dis-
cussions concernant d'autres
problmes dcoulant lu trait.
\ et gard il a t convenu
que des cilorls seraient laits
pour rgler la question du con-
ti 61e de la Garde d'Haiti (police
,;ne ) maintenant ions le
commandement des Marines de*
Etats-Unis. En attendant un r-
g ement qui, lei Haili m l'eap-
rent, m ittra : i police sous le
commandement indigne et con-
duira BU retrait de toutes les
torcea dei Marines, il t con
venu que le statu quo tabli par
les lois existantes et les accords
serait miintenu et respect.
Le colonel Louis Me Carly
Little, commandant de la bri-
gade de Marines des Etats-Unis
a mis one proclamation rap-
portanl 11 loi martiale qui avail
t i IL rtive depuis le 4 DAcem-
br 1929, quand des chocs entre
marines et indignes causrent
i.n certain nombre de morla-
li.t's.
L'accord sign parlas Minis-
tres est en ligne avec le rapport
de la Commission \V. Cameron
Forbea, envoye en Haiti Pan-
ne dernire pour enquter sur
les condition; politiques-. La
Commission requit que des Ha-
tiens lussent xercs remplir
les postes qui a iraient t occu-
pes par des Amricains,de sorte
qu'ils pu-sent tre en position
de prendre charge du gouver-
nement en 1036 ou plus tt, si
in situation pi mettait la lin du
con1 Ole amricain.
!!La priode de l'intervention
amricain^ commena en 1915
avec le dbarquement des Ma
mu s, d ux heures aprs que le
y sident hatien Vilbrun Guil-
laume S n et t arrach de la
Legs ion Iranaiae et tu par la
toute.
[New York Herald)
LES MARINES DOIVENT LMSSEB HUITI
E LE CROIT
Le H'pat Iciiinil dl lai
latiilaH dr lmionl sietlail lim rfisevil
LARFVOLUTION A CUBA
Dernires \ou>elle8
D'aprs les nouvelles de pres-
se, la rvolultou prend Cu
baun dveloppement inat-
tendu. Au cours des 4S derni-
res heures coules, des com-
bats acherni se sont livrs
dans II province de Santa Clara
entre Us rebelles et les troupes
du Gouvernement.
L'issue de. la lutte reste enco-
re incertaine. mtis les dernier--
rapports tablissent que le mou-
vement insurrectionnel s'tend
de plus eu plus, tout particuti
remeut au Pinar del Rio, et
dans i ta Monts Torro. Quoique
les officiels aflectnt de consi-
drer les vnements sans in
quitude, de l'avis gnral, l>
Gouvernement eat l< ia d'avoi
la situation en mains, et l'on
peut, ds maintam ut. prvoir
qu'il faudra du temps pour mal
triaer la rvolie.
Le Pies' lent M ichado a dci
d de garder son quartier-g
nral a Santa Clara jusqu' la
lii dei liostilils.buiro temps, il
promet l'amnistie tous ceu
qoi accepteront de dposer les
ai mes.
Les dernires nouvelles an-
noncent que les lorces du Gou-
vernement ont rcu.si taire
prisonniers l'ancien Prsident
Menocal et le colonel Mendiata,
deux dei plus importants pro
mo eursdu mon .'tme.it. Ils ont
t embarques bord de la ci-
nonmie Fernandex Quevedoe
destint u i d s La Havane.
Quoique priaonuiers de guerre,
Us sont tr* ts avec ^ard, e'
l'oi croit mme q ie lePrsiden
viachddo icui peimettra de ren-
trer dans eus loyers Les com-
bats n'en continuent pas moins
dans les provinces de Santa
Clara et Pinar del Rio.aux Moi-
nes Torro, et l'on iono ci m
me qu'unit antre bataille se li-
vre a Paso Rio Jicaro. Dis vi
sites domiciliaires et des per-
quisitions sont journellement
tnus La Havane chez les
particuliers que l'on souponna
de connivence avec les n belles.
et de leur lournir des armes.
La situation, comme on le
voit, n'est pas sans gravit dans
l'le vo sine.
EXPOSI
DE
Notre contrre dipe pu-
blie une note d'apr3 laquelle
le s^and hatien serait introu-
vable a ce point qu'un compa-
triote, mitant l'Exposition et
cherchant notre stand, ne l'a pu
voir.
Comment concilier cela avec
te tut que le Duc et la Duchesse
d'York, accompagns du ma-
reu al Lyautey, se soient trou-
vs au stand hatien ? ainsi que
ie reprsenta une photographie
de nus Commissaires Lon Liau-
idud et Ernest G. Chauvet re-
cevante rentre le aolre stand,
ces visiteurs de haute marque,
photographie qu l'on peut voir
en uus bureaux.
Par ailleurs, nous apprenons
avec plaisir que le service de
dgustation de nos produits a
pu Sue ralis dans un pavillon
indpendant du stand, comme
l'exigeaient les rglements de
l'exposition.
iNous tehcitons nos amis Lon
Liauiaud et Ernest G. Chauvet
ne i activit qu'ils ont su d-
ployer et sommes convaincus
que notre ays.et le;, Exposants
eu particulier, tueront grand
prolii de uotre prsence Vin-
cenues.
E i Cachet Minga
lisHM MU
MfV. Boite, dr 1 et .ffifflftSgg?- > LY0N.0Bl.lJNS Ceux qui conduisent
le monde
y parviennent par le
nettoyage de la bouche,
et non par le verbiage.
Mfies-vous des rclames extntj.
gantes pour soigner les gencivejsei|".
sibles... ou de celles qui corrjgtt;J
dflnitivemtut l'accidit buccale
L'ue pte dentifrice devrait tre uni
plcyee pour un seul but... le neltovM
iis Sent.
Depuis trente ans Colgate tien|(
record des ptes dentifrices. Il ntttott
lieux que lus autres dentifriceipet.
ce que su mousse suprieure pntre
dan* lee plus petites crevasses etdi
logea toute les impurets qui pu,
y ont occasionner la cerie dentaire.
Brosse/, avec le Colgate et ueec
que vos dents semblent non seule,
ment reluisantes et belles aieii,,
rellement, compltement propres,
inerne dans leurs moindre* ereYiutJ
et tissure. C'est la raison pour U.
quelle Colgate est recommand pi-
les plus hautes autorits dentaireedi
monde.
Utilise/ le Colgate pour protger
Tos dents contre la carie. Dei million
de gens dans le monde entier font
la depuis trente ans.
Avis
Colgate nient aussi sou forme
de poudre. Si vous la prfre:
demander, pour la pou tire den-
tifrice Colijale.
Monsieur habitant m il son
confortable Ptiou- Ville,
cherche on pa rtenaire.
Tlph lie* 22.)I ou s'adres-
ser au Bureau du Matin).
.le von* remets sous ce couvert un timbre de 20 centimes pourqutimu
m envoyez gratis un chantillon de Colonie.
j. D. MAXWELL CO.Dittriwtam
Hiili, Ru Hpublhaine- Port-aii-I'rin-ce, Hati.
>C Ml.
((
LA LIBRE TRIBUNE
Panama Railroad Stamshio Line
Service de frl et de passaaiers enlie
Angleterre
Ecosse
France
-o
Noire contrre mus a pri
d'aviser ses intressants lec-
teurs que son rumro de lundi
n- paratra que le. mercredi 19
Aot cause d'une submer
s,un rie l'immeuble de L'Elan*
par uns masse de n.atiirs li
mr>neuses provenant de la pluie
du dimanche, dans la nuit.
Mrs. G W. SHELDON & Co- 17 James Street. Liverpool. goLHD
Tbe lollowiiq arf s'ir Ageuts al principal ports io Earape :
KNGLAND. SCOTLaND. FRANCE.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 J^tnei Street, L evrpool.Englanr'
In France, Messrs G. W. Sheldon & Co. are represented by
the tollowin nrms
L>ln. ranidi et plus diiect service de transport de passagers etdu tr\ entre Haili
1 U'S
pV.rtsEuropens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, in
Voici la liste de ne s ageDts pour les principaux ports de l'E
thme de Panama
Europe :
Weehingtsn.6 sol. Le D-1
parlement d'Etel a sccceilli svec
satislaction iufeurd'hui la si^ns
ture '\\i\ accord entre lee liais-
Unis et Haiti qui pourvoit au
premier inemoiaiuluin dfini-
tit pur l'hsiliscisation des
?ices publics dt I Ile 11 !e re-
trait des Amlicsioa qu I s ont
dirige.
Il a t indiqu i Bici< 1" menl
que, malgr que |'ac>ord ;>|!
manqu de poui roir lu retra I
de G0# marines d l'Ile, il" se-
ront probiblemenl vacni en
deux aut. Il est p obiWc qu ins
lis 1rs forces smrii i ines
SOit re ira beaucoup plus l*.
William W. Csstli Ir, Secr-
taire d'Etal intrimaire, dit que
l'accord remel aux Hatiens vii-
tin llcmi ut tous les soi-disant
., i vu > du Iriii el v i en un
long chemin vers l'liminai on
du co.lit Ole amricain. L'accord
d bail tsation esl nus ex
cution longtemps avant la date
lu'on supposerait tre i" sible
mu la recommandation da la
Coni nission Forbea.
(.Ne// York Herald)
Ca n'est pns. comme nous
l'avions annonc, la Chapelle
de l'Hpital Grerai, mais bien
en l'Egliae Ste Anne.qu'onl eu
lieu les tunrnilles de notre an-
cian collaborai ur Hermann
Pierre-Antoine, enlev trop tt
lafleHon de sa tamille al de
ses amis
Nous saisissons celte occasion
pour renouveler nos sincres
i-ondol ar.ces aux parenls et
allis du dfont.
N'oubliez pas de faire un petit tour
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Ptionviiie
1.600 piedi 'ellitude L'tablissemenl le pins trais les en-
virons de Porl an- ' i ice.
Seulement 15 min nies d'auto w un esctl ote route
asphalte. Vues im ^ 1 eu e de la ville el lu t#>rt.
|?.lissons le toutes es c< s
666
oulagedei mauxdelteet de
:i nvralgie en 30 minutes
Arrtez on relroidissemenl le
premier jour et la malaria en
trois jours.
666 sauve le bb du relroi
dissi ment.
CiLF.L\TLY HENKEV & Co
21 Hue de la la Rpublique
Marseilles.
Hernu Peroo & Co. Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hernu Prou & Co, Ltd.
l{ue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs. A. Ben dix & i?
21 Allengade Copenhague.
Oslo, Nokway.
lnteriiational
Speditioossdkap Oslo.
MM. Atlantic Freight Corpn
Ballinhaus, Hamburgl.
Gcrmany.
Messrs Atlantic F> eight
Corporation
Germany
Messrs Atlantic Freinght
(:orp'n.,
21 Qu' Jordaens,
Antwerps, Belium.
HitH Phom & :[a Lti
95 Rue des Maris,
paris.
Hernu Peron & Co Lld.,
Rue: de Trauquilit,
Duukerque.
Hernu Peron & C0 Ltd.,
9 Hue Roy,
Bordeaux.
Genoe, Italy.
Messrs Henry Coe & Clerici
Piazza S.Matteo.No 15Geno?
Cottenburg. Sweden.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Ifj&re Atlantic Freight
Corp'n.
Kon Emmaplein
Rotterdam Hollar.de
Messsr Steimann & Go
i
DINERS
GdUTEHS
M
VVrtiugeinenta pat ticuliers pour lei pensions de j...... dej
sein- ne de mois.
Lin-laldy
Ll SOIR
Un beau film plein de .entiments
GOSSETTE
ntre : 0,H) ; Bsleon : LU.
Cours d'Et nDli
LECoas nhikues i vn-9
[T I PtTIl-llE,,.
isiaei du Inass^P""18 doUtt
La mthode est certaine H ny a pas a ^ b,
S'.dresssrau No 1537. me ^-^pBHflC
Tlphone : 2891; ou Mr H. .riP?>*"
Ptien-Ville, rue TlUale.
-
.irnlm*- M -"i
Le Kliniu Baibaieonrt
\
ieWs rsneniJBSe est.aBiversslie a gere sa pmOf
b)soUD lez partout :
UN BARBANCOURT
Opi -.Rue des O
p!seeT


TIN ~.1 Aet 1931
m9m
>".'
ls1iif
1 "S***
comprennent
Foudresan> aumn ntationd?
.
$
Mi t wm riiHiiiri m 7
Toutes les Polices
DE A
gis
M

1
#1
Tout le monde peut manger du fromaic
...un dlicieux >^v el excelle nialimcnll

la Protection contre
/ito.s
Aqents Gnraux

FABRIQUE HATIENNE DE CHAPEAUX
Marcelin Mariniez et Go.
L'INDGNF
Grand Rut No 2 : Q4.
Chapeaux varis pou- hommes.femmes et enfants f on
ns par des mains hatien es et avec de la| paille du
ivs-
Faites une visite cL'ndiensi.
Ce m pagine Gf arait
Tnmtlttih|ic
Le S/S Cabbot , ptrti Je
Bordeaux le 21 Juillet pour
Hati, via les Antilles iran-
aises. est attendu ;> Poil-au-
Prince le 22 crt.. venant oe
JacnieletdeSantiagida Cuba.
H repartira le 2.i pour Le
Havre, via Cap-Hailieii, Puer-
to-Plala et l on ue-1 iaucc.
PL-au-Prince, leliaont 1931.
E. ROLJELN & Cic,AgeolV
BELLE MME
n aux IMM w tm
PILULES ORIEBTLEt
IHI'.M " Uptl "'
fwmiMtnt. rtwni'irvent M
fini, effacent 1 i >"*>-
Ut '.- *Viu: l lenntnt M
but c un gradmi B-.t<>ppo><
P;mbHI. p.nr II nt.
, ~. i.....<>- i i.v'if iv.qa. frirait in.**
^ /., ,. ., i -, ir Mi" A. unnn
H . > Mw num.
Laboratoire Sjourn
Directeurs
F. SoiiiNK, Pharmacien
l Sjournk. fnarmaden 'le I Universit de 1 ans.
|Sjoui.n. Pharmacien de l'universit d Paiia.aiu.eti
interne des Hpitaux de Paris.
,
icaly:cs des Urine.do suc gastrique du sang ( Was j
tmann, Ure, Constante d'Ambard, (dyurrie). \
Des crachats. Dis matie le.-ks
1 ARU1 offre le Mid-
gct DuofoWI et le ci ayen
assorti. Aussi lgre t|iT
une plume et .le dimen-
sion! assez petites peur
tre porte dan* la poche
ou dans la bourse le
Midget Parker DMfeld
possde chacun des 47
perfectionnements
ont rendu fameux le Par-
ker daus le mande enlicr.
ALUM1NUM UNE
Do steamer laissera New Orlans le 25 aot et 1HsMito
Mt directement pour Petit G< ve.Port-au-Pnnce et les
Ms du Nord.
Tort an prince, le 14 aot 1931.
A. de MATTEIS & Co., Agents Gnraux.
M ORRA LAURIN
P. O.ltoxvM
Porl-au-Princc.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents Gnraux[
o i m el ov .nfuis .<. t n :
'""/ / fit '!..' ./, i-r. i ..
mayt Suisse Sei m : h louj u a
M'iii^'/. anl*nl J Iront
Kraft S*l!*;:- fin? v.hjs VOllIeil
I! es' si dlicieux i manger ..
rempli de saveur... e pi ai rellpn' 'les slimeq'*., ATT lui
vn nonvz varier fodflni-
wnl vos mena*.
Mais,no'ez ce mol da caution.
Soyez sur que c'eal !e tramage
Krafl S'i'ssc authentique qae
vaus echeti'/... 'n vente chez
lous les bons eoiciera. Car le
Iromaga Krafl Suissa es* ion!
Snnaa par el neha arec une
savtur ingalable.
Vo is vt /ai |
rrotfl !' ; i cdn el
Pimenlo
Krotl qa | vo i.
vo' t aoat s >ignr :> si le I mr-
lang tl corraclamaiM point
il- i.-- i !i ,, ||.
!
'l'a 'i i rao ida < ae ! h*
I <> aeg S .'i ion* I-
in;>; .1 peul l'avoir e rJire tant
tioiplameol iKral vn! da
dire l'ronug .
PAWLET StLESCORPOBATIOI
Diilribnti ir :
Poil .-m l'i-iini-. i'i h.

COLE MILITAIRE
Les candidats donl les noms
suivent, sont aviss q e l'eaa
mn lu. aura lieu a l'Bcola
Militant? de Mort aul'nnce, le
jeudi '20 courant, bail heures
du matin :
Antoine UoiimoD, Sarn^on Pe-
tit Frre, Yves Jeannot, Flix
Benjamin, Ha Racine Girard,
JacquesHosemond.Jean M.ircel,
Albert Hameau Delislorl, Louis
Fils Aim, Antoine Salgado. Da-
na Ab-olu Dsir, Alphonse Sal
gado, Jecn-i;at>i'.-t Cuillaume
Sam, Cliguy Ehe, Joseph Ca-
nold Cajiste, Auguste L FJie,
Maurice lienoit, li.bnel Nico-
lus.Lonce Hosarion, Max-Mou-
ls, Benoit Jean-Not I, I uders
Duplessy, Ludovic l'auyi', Ivan
Hoc. Adrien Valville. Mario
Uupuy, Beft Cl juste, A .ber
Beauharnuis, Nemour A>ce
gaire, Holhschild Lafond, Durla
Dumas. Chenon Michel, BH0*
del Mnard, Max Corvington,
Louis Targele, Ernst Bru'us,
Roger Hameau, Jean S mbou .
Danglais Dejtau, Luuovic Jn
JoC|/h, Hul Coi vingloi, Max
Bastlait, eorg*s H. uhaasagne
Hoger boides, tCarll R y. vai-
cel Lascaze. Pieire Vertna,Char
les Lo< haid Louis lUmain, Lu-
dovic Fils-Ai Christian KOj,
braui Mol re Joseph Campa,
I'ktii H b iud, Pierre Michel
Armand \ v;-s D< peatre, Roai i
Adam, Winador l)ay, Marc La
mante, Roger Poraioviila,Y?a*
Douiuei.
wis
mmutammaniiv wwai
Changement d drass
MAURICE E. ELIE
Annonce *a nombreuse
et distiugue clientle ont la
grande labrique de Mos*i
que MAURICE R. ElIE
dont il est le seul proptie-
laire. eal Iranat.re a la rue
du Quai, No 1807,co iaci de
ta Douane, tout pt-s du H-
gaein Ed, tttvi a io.
phone : 05.

Nous. Lonis Daniea Hameau.
avocat, Juge-Commifcaairada la
taill'te Ibarl A. Wuimuier.
Vu : h s ailicles 172. 4/.-J et
17.' du ((>':< de commarea,
Convoquons les cranciers
prte u lus de la d.le faillite
se runit au gielle du Tribu-
nul d< 1re Instance de ce res-
soit. le mercredi dtx-neul aot
1931, '.i heures de l'api es-
,idi, peut recevoir des com-
munications et procdir a la
aominuliou du syndic prov>
ira.
iod au-Prtace, 17 Aot 1931,
L.Danta RAMEAU
w*m
/gm ^r', -r-v v. -
* T ^. 4 / -i ! I
mL:n ' r. v'.^." > .' '. ,. Ii > ai
Or, .e ujiiu.. Paris.
--'r
Loterie Nationale d'Hati
416, RUE BONME FOI, PHONE 3358
La Loterie Nationale est :
Une institution hauten.ent homanilaire par la multipli-
cit d'oeuvres qu'aile se piopose d'aider.
Une Chance de bien-tre oflerie aux hommes de loutts
conditions de fortune.
Employe, Fonctionnaire, Ouvriers, Artisaus, Salaris de
ious ordres. Gens de maison ( doaaesiiques ; Sans GmvM
iaua BtuGBT. moyennant deux gourdes, peuvent gagner
QUATRE MILLE OURDES.
Patrons de Commerce, Cbels d'Industrie, |>arez ani insul-
f sauces des ventes.par lchai d'un billet, qui voii6 Librera
du souci des chants.
%,Mdecins, Avocats, luginieurs, Snateurs, Dputes, diands
Dignitaires de l'Etat.Kcpraaeutant*. de l'Intellectualite. Jour-
nalistes. Donnez l'es." m pie de votre solidarit social.
Rentnrs, capilaiiaiet comeae en |ooai a gment< r votre
avoir.
Vous tous qui habitez Hati, rendez-lui service eu achetai!
en billet de ta Loianc Nationale d'Hati.
I e steamer Feodosia *,va-
Inant de l'Europe, est attendu
[ {ci vers le 18 crt, en route
pour Kingston, SantoDoiuiu-
; go etc. prenant lrt et passa-
gais.
i oit u Prince. 8 aot 1S4T
REINBOLD *Ca Ageets
Attention
Progrs Nouveau
Rhum Nouveau
Arme dlicieux Goit
1Y exquis Pril rduit.
(.OUL dliait lenlr Maeirreai
CMIRW I1EMK.
Cbea : i;. xazon*
Ai;-.le :t s ns Fe.ou
et du "euple.
Tlphone : ii31S.


1
Mardi
18 Aot 1931
Le Matin
port au l'illICi,
TelpV"1' : MU
4 ?*'>"..-**
Sw-
(. ! V. .1
. J*
\lr d Mme Bermdot
r..
r PHON
#> fct.4
APH a^ RADIO
^COMBINATION
1 CULUM3A m-mi
Lykes Brothers SS G lnc.................... .....
Texavs Hati Saato uooalago Port3 Rico cv et kart enfants Mr i,lc
! seul service hebdomadaire et rgulier a pu*1*"8 eJ j CJiancy et sesenfants.Mret M.*
frl entre les ports du Mil du Texaa direetaeiaut avec
Por'-u-Pri ice. Haiti. uuj. _6
PoSff h rception ranide e1 le namemen ""M;
importations, lerT* vous toujours das navires le ' l*
Ltsprichaines arrive a Port-au-Prince Mot'
S/S Mararet r.ykes 21 |
S/S a Rut h Lykes 2S
S,'s tGeoevive Lykts 4 septerebre lWl
Bureau": Hue du Magasin de l'Etat. Bette Postera B
L ppareil qui ollre plus de
^.i ne au poiul le mi solidit,
^,..ce, et pUe'etC iio reproduction.
,, .-, i.wii uc l'enregistrement
... bO-iS, LOLLllA a trouve le
i fCJ ,l~ prsenter au uioude
.... .i .> isboi stoires modernes
v;, ni^cuicuis de premire
arte m plus p:taiie ie;'lisa-
u i da u reproduction musicale
craui les uhoougnkM
l'oues les nuances, et les cou-
Leurs ds ou3, toute leclielte
musicale- 'pu ' llus l'el,;e
uw *^-ic, lusqua la basse la
utus >-*. *"-il reproduites exac
leweui cuinine l'arusie ia exc-
"ik toae lie nw Mes. tOLUBIA
0U( eu 0l UaiiS le UJeuDie, ta
'u, mure acoustique, eu te mo-
teur, ie mme soiu a ete apporte,
,., cci uoui la plus u,r-uue fea-
miic de l'ucueteur.
Le muut.c ei couiie, le ISoV.M,
cp.essu.e ta fturllUUTll
A-tieu-z u i appareil lolumbu
aulupuoue LOiuUiue, ei Vouslaa
. uuaa oe ne pu < tre piivi su-
.., soiiUc la ioui>auca o au
j koao6 pu- iu >a radio.
TTT.-p.oell 41U JOUUS le auu-
m na de Miisiacliau.
Venez au uepaileineut je* un-
ques ei pbouoa LULtJjlbi* du
laruge KiNfclitti si uuus aeruus
j ., meiix de vous laire entendre
1 ts diflerenti modles que noua
u, stock. Vou prendre
,laWir aUiiiiicr te* Uiflereuls
modle peiiaUl*. Las meilieuis
lUrtatitssur le rnereni nb 1 10-
toulestabieiiicut les j.oilattis LU-
Votre premire visite
A
.,..-..._, -.- -... ... ... ,_, tJujj
, HuRon Lerhflud, Mlle C.'ajr,
; C.hancy ainsi que Ions les adirs
memb sde la tamille-iH rent
leura sincres reperciemeati
nu nombreux amis de Port.
ou-Prince el desau'res villes de
la province qui les ont aaaista
ou uni leur ont envoy des l.
mo Rn8|?e de .ympnlhie, A 1 oc
cas on de \a perle doul mreuse
qu lso.it prouve dan la |),.r.
SOnn le Mine Veuve David
Cbancy, leur n-gretie mre,
gian 1 nirp, belle-mre el psI
irnte, enleve rcemment
le i' u\] li i'.
En re n ir, ils les pri-"l de
cioire l ur protoule g ali
tude.
Port-m-:M ice.le 1) 1 > 1 l,)tl
Nous donnera raison, confirmer! ^tre bon |0CITI n si
ijuHiilienili .-onlinncc que vous DOU sores iac<-ordJ en
, aous g -ran'issanl votr apprciable petrioage a I llisl te
plus scie.;: de Port-.u-Prince.
Nous rins Boggrmi d'arrter voire chambie a lavaoce
Bire la pression.
MODEL NO. 939
LUMB1A l'Ai mi 1
x cancesl csmpognp. emporte un poUtil MJWa.
KNEER'S GARAGE
Columbia Department, Port-au-Prince.
Wanufaclute Hatienne
de chai ftes,
GEBVRA & C"
7SCHARETTES
; if Ras tan at-lx n
' Dessalinienne*
Coton
Rpublicaine*
Porl-a u- Pri n cien ne
P*rt.-iil <>-...>
Port au Prince
I! VITAL, srairiinirc
Lium EIUEA1M iil i ire leir
(-aod Ate'ier d- irenuise-
tie tin" et d'i)oUierie oi
sont employes les miciU
ns Iranlises les plus wi
dernes.
QualilA indniable,
Elgance m ii'CiiiaSi,
'/viii-1 i om arablf,
'1'. ix a tous ; bori'asla,
:-st sa ilvf-r.
T ipbo^e : 3410 et 31J1.

R'HORIOCERSC. m .MiCHA
RuTdeBelforti9BSA^.
\tui-j-n "'' <|*ej
I '
3;::. : : ,
\%i,:<''.m -. '
ItttOltatufxa-snOAoapuiaJl^H
'SSHV433 -
SGS.^ a*
Agent! Z- P liWSflve
C P1NAUD " I 'ffl"'
ita. C. bRUTUS.
IftMteleiniif MBI ^ a la slntio., Il II K..lrts les is.4r.li sar t. .111 !
COHDOT.O Cajes
MmeC DOUGk. -- Jseaael.
Jr( in l


ASSUREZ-VOUS
la
ieneral Accident Pire & Uie
Assurai] Corporation Ltd.
de Perth (Scotland !
.r I. Ci'. 1 : ptj s pi.nte, .1 d, J*** V-hSTta
tow ,: jamais ror too champ *cHbo <( tMm
Se.Police "''"'l s- innd,e- nl>n' <--
naits .autrui ronneon dan.K. bien. ,
SesPo par m.branches d Europe r.ont psy. Wee Ban.
Polices . lents sont valabb lanslnoiver t ijer. J ^^
jers devraient I s> lion or se mnnirdune pelice ^J*J
Fan moins 1000 prime snnneiie o'tsnt que de %fl rV sait aioiiP
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCayes
Aflcnt Garal eeur rteUv
ECOUTEZ'
Hluim Sar
DAhS SOh PROGRAMME
GObtER [Orchestre] SCOTT
MOhOLOGllh Papeyoetf
STATION H. H. K.
Port-au-Prince |( Hati )
sUS 'K


P \

Agent Geral P*ur Main
i ae-PsMe
l i*. <.
EAU l**v>W*!TJ?>>
t r t:jM^tati


Fmfh.
Charlier-MalebraiKhe & Co,
122 L, Chemin des Dalles, 1-
rrtnhoa : 2G8U


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs