Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03693
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 17, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03693

Full Text
Clment Magloire
^ DIRECTEUR
ntfRUE AMERICAINE 13*8
TELEPHONE N'2242 j
^^ ANNEE N- 7445
i.1 ^Im limidf iiiiiif m tiaMI-
l. le plus vain i< h tlfi il le piw*
ei.ilhenreiu ta muer tirs a, a il r>\
user i-<-ii|m- d un iltn |>iii s h-
blier mm airc.
Elfae liiRREAI
P0RT-AU-:'K1N. E ( HATI )
LUNI i 17 Ai ,.l LW 1
----------------------------::____lu
ENTRE LE GOUVERNEMENT HATIEN
ET LE
ERNEMENT DES tWM D'AMERIQUE
lus pinipote:-liaircs- sous-
lis dir.c toriss par
KjGouvtmi' .i^nts respec-
Jat convenu de l'Ariau-
t(il suivanl
lnricLE I. Les service!
Kegnieuis prvus a l'ai-
K\||| dt) l'/aitdu 16Sep-
Ere 1915 pour l'Hygine
^dveloppement matriel
K la Rpublique el par l'ac-
Edd'J I7 Juillet 19-;{ sur,e
fcjcTedrvq < de l'Agri-
pllore, ain 1 >:ne ceux le
K'rsairies employs r'
K, prendront diLidiv.
Eatii. le: iS pteiMh 1.
|i |ui est dit aux or '.'>
(ci dtisou .
Art H E;) cons juence,
ila date du 1er Octobre
31,1clioiivenie.i.eut d'Hati
Euan de plein droit et
pHniliV'^1'1'1 imiiiistra
ce et ie contrle de lu Di-
Kctioii Gnrale des Travaux
oblic.du Service d'Hygi'je
I du .'e, .1 e Technique de
pgricnlturc, et )e Prsident
m la Rpublique dlivrera,
Knloriiii;' ut a la Cunstitu-
cq e' aux lois, des commis-
loosnux Ingnieurs, Medc-
I < e' l'on, r nnaires Ha-
Itcs reconui.s utiles la
larcii; des sus-dits services.
Ait. li'. i- n ce qui a trait
ISrrviieNa'ionald liy; ne,
lest bien cou a un que cou
Irmen eut aux lois eu vi-
ftuii. il aura, sous la direc-
m-A du secrtaire d'Etal de
nlrieuret lans toute l'elen
lue de la Republique ladmi
s'ralion, lu suive.iiane et
Bconl'le de tous les servi-
es publics d Hygine, du
mn\(, de Quarantaine, des
l6pitao\,des dispensaires ru-
m\, d'Assistance publique,
alines et de garages sani-
fces, dKcole ne Mdecine,
Menue de Saut, de labora-
B)b, etc.
Bloulelois, pour les villes
VCip et de Port-au-Prince
HlWs environs immdiats
oildns ud primtre de
Mtoimille des dites ville
M^ftiient pailer, y compris
Mp!i')nnellement P t io n-
lil.'tj 0 sjournent jus-
o'inouvel ordre en atlen-
tol la conclusion d'ua pro-
colededsoecupatiou les
jupesdes Etats Unisd'Am
Put une mission seientifi-
Peamricaue scia spciale-
il charge, coutormaient
P*lois et lglemen's en vi-
W^t dans les villes du t.ap
dePett-au-Prince, du ser-
Ped'assainissement ( t de la
oniialiuudee eaux.
"Service National d'Hv
pe aura droit, s'il le re
Plerli aux avis et recomman-
dons de la susdite mission
rjntiGqae dans le domaine
Fueint de l'assainissement,
|Gouvernement convient
f toi laisser les garages sa-
laires PorUau Prince et
F W Hatien et le matriel
P*"tsiricteinel ncesssitt
Pgactivils, mais le Service
Miotal d'Hvgine pourra
Flou.s. si besoin s'en tait
pir, rquisitionner ie mu-
E'el, ainsi pi e, d'accoid
M> Mission.
[>e. Gouvernement d'Hati
rTlfQl qu'en cas d'epid
aftii.di*r.a.vc duger me-
dans
:s du
int
aua sant publique,
tu susdites villes
?pel de P, rt au-Priace, la
'on coopre; a avec le Ser-
cation;., ri Hygine pour
MMtencet aire?et a ses
ecm* Pur' taire toutes
Sjwndaii....* utiies |,
om deto,"-s les tacilite-
oues les organisation-
sdlt service, et le Gou-
vernement ri Ha ti, en pareille
I -ntiu )ic, prendia le^- me
es ei ks crdits netssai-
Art. iV. La Msssion pr-
vue a l'article prcdent com
prendra trois officiers amri-
eiins do Service Mdical, pro-
poss par le Gouvernement
des Etals Unis et nomms par
le Prsident d'Hati ; ils seront
assim ks,quant au Irai ement
leur payei par la Trsor
public aui officiers d'hygine
publique de lire claase pr-
vus par lt loi d : t ai i 1926.
La Mission pourra com-
pte ndrr, en our e, au maxi-
mum, . ix aidei d hpital tirs
de la >;itine des Etats Uuis
tni ique qui seront rtri-
bues.coniurminenl un Bud-
get iqqiruuve par le Secrtaire
d'Etal de 1 Intrieur! sur la
base de :a lai du ."> Dcembre
l'J24
L.a Mission surs droit un
Office 1 ou epable au > sp et
l'o> t-su-Prince.
;.,es valc-uis ueessaiies SU
paiement du personnel hatien
el au loncliounemeut des ser-
vi es d'assainissement dans
|i s villes Un Cap <-t de Poit-
ou Prince devruui lai c t'ob-
jet d'un H idget pralable*
II ut s.pciouv par le Seci'
taire il Eut d* lluterieur.
itr V L'aeeoi du 24
aot Dlttrelatit Ve com mu-
ni Mtiun des pio\el> de lois
BattitDDej la uegatiotl des
L att-Uuis u Aineriquua Porl-
au-i'riuce, est et demeure re-
i si li parljc de celle date.
Au cas toutefois o le Gou-
I vt 1 neiuent des btSs-UnJ ju-
i grait telle loi en SrieUSt op-
, 0 .it|o avec des droits de-
co liant tti -s dispositions d'ac-
corda 1 ncoie en vig.ieur, il le-
ra parvenir ses observations
au Guuveinemeot d'Halri,
telles fins que de droit, par
its voies diplomatiques.
Vrt. VI. L'aceard du 3
Dcembre 1918 n lalil an visa
du Conseiller Financier sur
les imndals de paiement mis
par ie. Secrtaire d'fctat des
Finances sur le HfCeveur G-
nral des Douane6 OU sur la
Banque Nationale de la lu-pu
blique d Uaili est et demeure
r-.ili.
Le Secrtaire d'Eiat des Fi-
nances s'entendra avec te
Conseiller Financier sur la
procdure ncessaire au Ssr-
vice des paiements,
Le retrait du visa i:nplique
pour le Gouvernement d'Hati,
jusqu' la liquidation des
services du Conseiller Finan-
cier Huceveur Gn al des
Douanes, l'obllgatien d'elcc-
tuar ses c.penses d:ins les li-
mites de lois et des crdits
vots ou pris avec l'avis du
Conseiller 'inancier.
Jusqu' la liquidation des
dits services, le Secrtaire
d'Ltat des Finances s'enten-
dra avec le Conseiller Finan-
cier quant aux mesures affec-
tant les sources de reveuas.
Art. VU. Le Bui eau d En-
registrement, t ntii ement d-
tach des Services du Con-
seiller Financier, passera ds
la signature des prsentes
sous la complte direction du
Secrtaire d'fctat des Finances.
Art. Vlll. Vu lesdinLul-
ts qai ont surgi au sujet de-
l loi du 26 Mai 1931, il est en
tendunque seront pays sans
retard^a partir du t> avril
191H 131 qu'an30Septembre
1931 et or ies disponibilits
du trsor, tes trait.de dpla-
emeut ou de representaiion
lu Corps Lgislatif, tela qu'ils
rsultent de la susdite loi.
AU dsli du 30 Sept. 1981,
i on f'S (i * ( *
LEONS PARTlCULItRS PQRT-U-PRI
ET A PTiNVLLE
CounuciH eut le lundi 3 St I l.l&TITCf T1ME.1HASII
fcagnr/. du r
La mthode est certaine II j us de doi
S'adretsar an No 1537, rue La mari ; bi i il ti. a.
Tlphone: mili ou a \r II. IIPPRIHACBR,
a l'tian-Ville, rue Villate.
m.
SALON DE BEAUT
IE E1LE ZEPHM
lt*ttU Vilmenay Phono 3<33
Annona ta nombreuse d 1 ru
let produite de beao! tuivanit qu'elle v ,\d i des p ix ^dliant
toute concurrence :
GLOSSVTINA ponr IVmb llisa raent I hev 1 1 A^U 1 25
LUSTORIA pom lebrilhnl d ehpvelu e la boo (i
POMENTO ( Pommada poui heran ) !. boW Gl*s .'!()' et I 50
PO l'I) HIC pour Ipr aoi"t du : : lu ont Ile, 1 ( '. el cri
eo:^ ur de chair li- ite Gourdes 4,iu '2,'1~>
COLI) (KKAM;(ides 3& 1 50
CB.ME pour vernr;Gou 'det '.' pi 1 50
POLI pour enlever I- vernis d-- bout) lle .'
POLI pour org't* er.Tile I (-1, ille Un
\l\ n'oubliez, v;< s dan ps, Mesdin ,1 s s. > :. v,, - un Salon de
Bkal'il rour vo :s l ir- i-- beaut dont vou! sert s 1 1c".s.
cet Irais seront pays d'aprs
un budget quilibre.
Art IX. Le Gouverne-
ment de ; E estim prmature la e-ssa-
lion des services des officiels
et employs ci wlsdes services
mentionne aux arts let 2 du
prsent accord et ayant r -
quis une indeinn t n leur
faveur, le Secrtaire d Lia; drs
Finam es eu ac; ord av> c le
Conseiller Financier, est nu
toris a les indemniser sur
une base quitable el sur les
disponibilits du Trsor.
N'auront droit s aucune in-
demnit en raison de la liqui-
dation des services du Trait,
les spcialistes du Service
Technique qui, sur lademau
de expresse du Gouvernement
d Hati, voudraient consvei
leurs anciennes fonctions e'
signer cet gard les accords
acessairas avec .e Sec c taire
d'Etal de l'Agricuiture.
art. X. Les parties con-
viennent de poursaivre leurs
pourparlers relativement aux
autres problmes doulant
du rrait.
Art. XL Eu atteo la
rglement ie la quesliond
xGarde, les parties consen-
tent garder le statu qoo r-
sultant des lois et accords
actuellement ei vigueur et
respectar les dits lois et ac
cords.
Fait de bonne loi, en double
exemplaire en tcanaia el en
anglais, Port au Prince, le
a Aot 1931.
(Si&n) A. N. LEGER,
Daua G.MUiNRO.
Pour copie conforme:
Le Chef de Division du Dr par
timenl des Rel-ilions Ext -
Heures :
F. COURTOIS.
Aaaaa*esveaa conir ae-ni^">t
la (}nral Aaddenl r'irr 1
Lile Asaaranee Coraoratioo Li-
nd ed Vv F. Bel roi aha n
Aae t ' li
WBLIdTHQilE DC COVt.lli>
Oivltot Blusicile
Itiialiot Eli abelii
Sirafie Coati
^ ht n. u s r g ntata de '.i
< Ip'onda ion Eln*aei1 S|
Cealidg < la Diviaian Muti-
raie de la Bibliothejoe du !!-
gr- offre :
l-e-; dix Elioabelh Sprague
Ceohdga de Mille dojlara, pour
un travurldt Musique de Cham
bte pour tiz instruuieala ;< enr-
et ( aiih piano). Ce concours
tst ouvert aux compositeur! d
inuies nationalits.
Lecoi i : ; : n le .'{<)
se pie nbi 1932. Ls 1 us
(te acora el ie-. parti nous) doi
vent treespdisanonynieiuenl
ivre le noms et l'adieaaa du
orapoai tur dans une anveli 1
pe ^l al comp suant la mu
tiqua),auoheide Divisiou i -
sicale.Bib iainque du On-g'es,
'Vislnugin.i. Aucun pu\ ne m i ;i
dcera s d e< aiuii dcid
jai une luajoi le 1^ jug
Seul'-? des oauvrea originales
, 1 ea'-a-dire paidaJapUtio s)
u t- indites el on jou< .1
p iblic, seionl admiat s. I.
SCOHfi ouji Mpbdu apa&i-
nu del'ouviagt prim rvtleia
la pi . de u Bibliothque de
Uangiscamm on sa cal
lecuon dr rnaousci il t. i. Biblio-
b ; ta se rserve le pnvdge
d excuter Te marceau reinpor-
taa le pi n panda il u .. anni e
ap. t ^ la remise da j>: ix. Le uior-
eea ; pi une sera exi ut j.oiir
la 1) emite lois au prochain
l'e fui deMu.ujue eu t.ham
bre S la B bl o-hque du on
j^is en avril 1W33 rous let ou-
vrages qui participeront ee
cotuouis aaronl accepte sous
l.s eundilieAs ci-deSSQS.
Avis
Monsieui I mais iu
loi talde :. le lion ville,
cher :he un : Ire.
1'. lphoui /. ii-> 1 ou s'adn s-
ICI . a liu lll lu M .n >'
uvti
i
i
U*
ALIX KO Y
29 annes de succs.
v 1
J> OUV(
e pr ssg
1 -m
>
Hl N'
llll
U
Q
: tai -
ri h .11 ra 1 Ci
1 >
1 pi .1 m a
lu' t
d d'i-
t n l 11.
I 1 1 d .1 coffl 11 r w
p 11 lrence
a u 1 u 1
1
LARtVOl nON ACU
I A I 1 SE Le Piai 1 Dl
u 0 !i.i os arriva S
.-. de a lara p< ur
co avec les eai 1
ou, un *. iei t
,pg 1 cette rv
11 .L ja t plus de soii 11 le
\ I r' vu
i arran
1 1 1
une confrence <'
Erniliu nier, li neor
.
Un- hi < lll >' 1 I
e lou
m- : ut j s les mi u<
gm ont
i ;i '. Ki
COI
; pr| ..11
rancuuii
en del.
Ci.u ,. ' les
rende. Li co os Mi i
dieta, I I '
;.
li vam. lia pri
du- ou,d S 1 -
ta Clara.
-, dit |
' .. .
: 1
.
co 1 b its. 1/ ni. IO I
!
I
L s dni 1 1
U ClOll I 1
belles a ii nporl
ock di
LA BW.s
Hany F. ( lieim 1
:: le I) ' qUC
lea in... Gouvi n d i
i .ii> ont eu
, .
qui, p
t perd iru
pompi 1
.1
t'Ol l
HALL LOUER
la g' mde lu
lu Maaasiu de I
tat, c' de la M is n A Irtd
Cooke, recem nen occu
par la Gendarmai ie . laiti.
Propos
humides
o
Le (1*1 Vfachado u forl Kaire ces
1 Cuba Le n ? toIo*
tionuairaa y a lav la tta Un ira
ment bril d'arnia ara]
rite. Ct n'aal partoul qna i"
canoaia, mitrailuose, aropteut:,
.11.111 .-.-.j" i.r aaag Oe

1 in*i, dans 1

ille co *
.u -
., Uni
> quelques <. ni
BHUal SARTIII D'OR,
il m imiirnili.i I enlbuii-
ite-1. jiona > la furia a.-
quelles nea ae rsistera.
.. voit diminuer depuis peu
la nombre des a sans-travail >
qui, la soir, poussent de conti-
nuelles lamentations sur le
in des su 1 u s . Quel la e a
. 1.-1 i\ u, tre bien qu<-
io des se 1 icea da
1 i ni va leur tr I \oiab'a et
chei us. les ab-
s h comment d-
irocl r l'e ;>:" 1 pra lequel
Coui w 1 ' - ne eba ee,
dt' lii H irll
... .1 \ .1. la lace de* f-
lion a |olie dame
brune qu lis m uu norme li-
vre 1 ouvi i : m e i ougt Un li-
vre :<- pi \ d .1 d ses [entant*
cerli dais, Madame, il
bien i> aux ramena et
qui 1 in 1 Baat bien
m 1 11- pet es kiatoiraa
.u : vertu es 1 ma rcom-
pei si .
'un dlier,qui tait
ac ud A s^ > nie, un matin
lamainci disait en
ch ni Ira natii 1 ux :
i Vst eftrav ml e* ejue je
^ la, le son, de pais qu'il est
n ; lection. I.' vaus ne de-
viner /. jamais ce que je venits
le plus...
Il hum Sarthe, li' l'autre.
r ur a;oula :
;. man ami, du /thum
Sa ... le Cachet d'Or s'il
V : -
n qae, epei. deux ou
Iran | ura, il pleui -t vente.
Li 1 n Us sont silloi nes de
.1 mes al de gmisse-
n'animaBX. On parle de
\ a dans le sud, en Kpa-
biiqus Daminiaaina, Porto
Hico c dans qaeiques autres
p unis des Antilles*

... a vu, dans les lrets de no-
1 0 1 ra La Presaat.qMta
ic ment de la Rpubli-
l 1 Dominicains vient de vear
a ...i. lo.'upaguie aaan
h \ uquena des terres da
domaine national, La. prix de
li /eu le est leve 2.SO900
du lia i' attiras vantes suai-
Li.es, p .1 .i, SS pipaiaet,
l'tilroi 'i h iiatioaaliatas domi"
1 .. 1 .
. v.11 qui, (L pui. la sigea-
lun 1 i, n cite peut
ctiou de la D. el. T. P.
d< s iioma qui 'eus inapiraat
10 Ceel ainsi que l'en
ji il .\i. Louis Hoy, Le
.1 nnol, .l'aigean et
I, hauer,

... 1 vu une jolie daaae ajau,
venant de preudredala gaza-
lina 1 la pom pi t FslisG.Di
PLaasv, murmura, eu tuihant
loui ui 1 ton vo aul el ao met-
te 1 p pu mai ha :
\. iafjil plaisir de ta paer-
voir ici. On ed servi .eut de
mi.!, n pu dtsius l niareS le
;... rou est dea* plaa aimablea.
emps eu ttiupv,
p.i raea dpi au o
de I o <>u .l,a la eiait.
cap* rs, mu lespertiree,
-. Ce. vaut
i lignp ont rdmt a
1 ./ | ;.....r-. I* kttj aie
,..,-. ... 1 A aotC e|ue
,. > ligota qai
. : r >at
.1. Lea voituie
1 u e ' i>.sei v
x (L50 ceuts.
a
.. vo1 qu 1 io" mtrres
ir .'u II ducoe
1 ni -p n H-
11 obja ie
. loi tu ita traeaitieuii
,p ' nfrre n cer-
ai i><^ lu le uae> aga du
Praid t de ' HepuuLq-.- a la
Chambre et dans lequel a i-
, i 10.1 a lu
01 Cmuv.ii qui, tu .uai oa e
tait, lia t lea conditions da ira
ta l ea uaagaia ee aiaht.


r-
PAGE 2
LEUMA1N S 1/ t 4*1

OPIXIONn
LABOREMUS KH
Ll commencement 'le ra-
lisation de h o<> iliq ie sans
fracas de Mr Vincent commen-
ce taire rflchir tous les
cabotins de h politique parle
mentaire et tous ceux dam la
Presse ou eilleuri qui Ils soute-
naient. S'ils avaient cout et
tenu compte de la campagne
que nous avons mene celte
piace pour l'union el la concorde
des pouvoirs de l'Etal,ce qui nous
a valu, du reste, un joli concert
de menacesils auraient aujour-
d'hui le rjouir d'avoir mar-
ch victorieusement avec l'Ex-
cutif dans si sagesse diplo-
matlque. Ils auraient partag
ces lau*'ers <\ le Mr Vincent a
cueillis uni bruit, sans heurt
avec une souplesse de chan-
cellerie admirable. J'ai toujours
eu confiance en l'avenir et au
succs des pourparlers.
Ces! po irquoi je ne ce sais
Itimais dcourag i demander
a talion te tous les citoyens.
Je sais que notre race u des
qualits latent is q le le lera
et la rai ni i -raient lurgh un
I'our pour nous lii erde la honte,
e sais rait par s.' cabrer el que Ions,
sous le mme drapeau, d ini
ferions tomber les bastions
d'uue minire ou de l'autre.
Que celle b istille, in r inac-
cessible, s irait pi iv un jour.
Mr Vineei: >j ii ne m inqui ni
de patience ci de i u iragp,
en saura |) )i 1er lie. i raenl les
premire lauriers.
Li Pi h e < .-i ire s'eil r-
jouie du i roto :ole s gn qui
nous ouvre i;i voie de notre in-
dpendance administrative et
morale. I el instrument diplo-
matique n'esi qu'un comment
cernent ;l ex< mion tes Diana
tablis el des e lentes interve-
nues ............................
Maint-. iani q ie les Chamb es
sont fei n a i conversation
va ion; nu i .1 ms une atn
obre p us il ,,, (t plus con*
liante. C"*r nos m ndataires,
ivres lii di > u , tdiasements
d'un rai", isei* il canaille?, gens
louches u.eu s de i-penuieiel
de comitoi '1-. nous ont t;ul re-
culer de p us i m mois dans
les pourparlers II* ont para-
lys loi lis nobles pffoitS de
1 Exculit. M dlip'i avec ma-
lice loties Unis activits pour
S al van e l':inl m d'un parti
peine n, tomb dj dans la
dbine. Petits chercheurs de
hochets aux entr'actes, ils ont
laisse avec regret !:> ici
toute puante encore d'odeurs
de mensonge* et d'hypocrisie.
Et si dans la ptaudire del
rue de l'Eoterremenl tous ces
ragots devaient con muer, le
temps n'tait paa loign ou ils
conduiraient le Payi au Cime-
tire Extrieur...
Le rideau est enfin tomb
temps sur toute cette comdie.
Nous leur souhaitons bon vo-
yage.
Qu ils s en aillent tranquilles
dans leurs champs el que onc-
3ues on n'entend pus parler
'eux.C'est plut liiurtoutq
pourront pour rach di r ;
fautes servir plus u'.ilem ni
la Patrie. Car.je l'ai toujours r*
pt,qu'un ciloyei qui plante un
cafier m "ii cnlo m : r de plus
sur notre territoire rend plus,
de services a ion Paya que loua
ces poiit icie is tr*veitis qui nous
solen! de disco irs acadmi-
ques et di ci eus littrature .
Les nouvelles lections lgis*
Iatives vont nous remettre su-
ie tapis nouvelles p 'oc u
pations, Et I Etcutil n'est pas
encore BU DOUl de les I g les.
Tout le Pays va tre boulevei
dans ses comi.es. L'il di Nos-
cou doii tre en loi l lieu pour
empcher tout retour otleus i
de icnnenii commun Nous le-
mandons donc aux lecteurs du
c te et de la rflexion. N >>is
leur demandons surtout de me-
r la grandeur de I elloii
.il. tapage de l'xcutit et la
valeur de son premier succs
dans le protocole qu'il vient de
signer. Car il y a l una i a
tupie de paix soc le i iquel
nous devons tous tre prol
dnient attachs. Et, du n
nous ne devons pas
fltrir ces beaux lauriers dj
cueillis au pris : tant de luttes
et de tnacit, Et noua comp*
tons lur U p.;ii tisme de tous
Impressions...
A Ivetiskot
KbnsxopF nid d aig'e au laite
de la montagne I
Sur le parcours m milieux de
la rouie par endroits resserre
dveloppant ses zigzags le. long
de pi ecipie.es abrupts, le paysa-
ge se droula avec un" varit,
une splendeur inoues. C'esi
un enchantement !
L'auto ronlle, trpide. De
temps a autre, une lgre panne,
un nen. Noire chauffeur ama-
teur qui est un as, y met bon
ordre et nous repartona vive
allure. Je crains nanmoins une
collision ou quelqu'einbarde,
aux virages sans nombre.
Un vent lger et Irais est as-
pir. :*vec dlices par nos pou-
mons latigus. L'azur du ciel
est d'une puret inco oprable.
Dans l'blouiaeement des pier-
res et dans cette ler.e du soleil
nous baignant d'une poussire
d'or, nous monlo >s toujours et
une sensation de.icieuse nous
emplit de la douceur de vivre.
Nous sommes bercs pr Cf
epeciAcle d montagnea qu s
succdent sans interruption. A
I eut e, comme uu lo'ig sillo i
dardent IQ travers de la mon-
t.i(4 u une caacade s'ollre nos
yeux merveills.
Je me souviens dune visite
que nous limes a kensltoll, PllX
M igloi e, Constantin Mayard et
mu il y a quelque. \mg( a is.
\yuit epui.se nos provisions en
cours de routa, l'air de ces
montagnes creuse tellement I s
tomac, nous ne punies trouver
que des choux >t des pommes
ne Une cuits l'eau. Pas un
pO ih t. ni un morceau de vian-
de ach 1er. Maigre rgal, en
veut', dont nous dmes nous
cooteuter et noua renimes le
soi Pl ion ville aftama, rein-
ies, mais i li rnas.
i ird'bui cela a bien chan
g'.{' ii des premires vitlaaque
l'on i encontre est celle de Fran
eus .lii-Ch.ir:es dont l'hospita
.. v o! lgi idaire. Aucun ami
ne passe sans quil 1 invite a eii-
ii er i h /.lu;, dguatei un petit
rhum lia el visiter ses jardina;
Nous avons pass une heure
exquis- en sa compagnie.
vis vis e.:t Itablissement
de M lurice Bateau : Aux Go
aques . Cuisine excellente,
vin-, et liqueurs de toutes mo-
ques La cordialit du propri-
taire qui o an m >t imab e el
un sourire pour toul le mo ide
attire beaucoup de visiteurs.
Nous djeunons sous la v-
randa. L'air so lore app
d'alentour (les bruits lointains:
an coq qui chante, une chvr<
qai ble, le ronflement des au
tos qui moment la cle, les ex-
clam liions de g 'lis descend int
d'un camion. La montagne la
voix porte lom, tim ndo, corn
nie l'eau des sascades. El a pr
le djeuner im re organisme q |i
ne cesse d'assimiler r'e tories
provisions l'ozone n'aspire qu'
la dte de abmlue.
Q u diie de !> v ix,notre vieil
ami Sou htel el rea aurant de
tout p emier ordre comptent de
gios si :c S i cuisine, si-s vin,
u i s ; v,ee impeccable lonl '>
joie '. nombreux excursion*
nisles qui ont sod de gran I air.
REGARD SUR LE PASS
o
Parmi les victimes des jour-
nes jamais lunestes des 27 et
28 juillet de l'anne 1015,1 l'oc-
casion de l'anniversaire des
quelles il a t clbr des c-
rmonies religieuses la ra
moire de Vilbron Gnillaurav
Sam el Oreste Zamor, anciens
prsidents de la Rpublique,
morts de la manire tragique
que l'on sait, il en est deux que
ja me suis plu particuliereme.it
voquer ces jours derniers :
Thomas Woolley et Seymour
Polynice.
A cot de ces charmants
visages qui, l'appel de l'ami-
ti fidle et inconsole, me sont
apparus, e.raprein's de celte
tiistesse que rend plus pn-
trante le recul du temps et de
crtte gravit mystrieuse que
la mort imprime ce qu'elle
va toucher,sont venus se placer
saisissant contraste, les corp*
misrables de ces jeunes hom-
mes, faonns souhait par la
consommation de I couvre de
tnbres: la v.goureus poi rine
de Thomas Woolley clate de
balles ; la figure des trres Po-
lynice. mconnaissable sous
l'aspect de sanglame lumtac-
tion dont la revtirent les tor-
tures inexprimables de quel
ques minutes qui eurent L du-
re des sicles.
Comment les hommes peu-
ven'-ils tre ausi barbares ?
X
En revoyant par la pense
ces intressants et chers dis
parus qu il aurait t d'illicile
de pratiquer sans les aimer aus-
sitt, et en me souvenant de
leur vie consacre au labeur,
au devoir et la probit, je me
laissais aller ne point recon
natre la ncessit les vertus
dms ceite valle de Josaphtt
A quoi donc, me demandais-je,
rimait la betmt des mots qu
je venais de prononcer avec
la'it d mprudei ce ?
La nature avait accord
Thomas Woolley un physiqu-
i .s./. agrable ; il manai' de
la personne de ce jeune Hatien
une sduction ici aistibl -qui pro
venait de l'ensemble des Irails
de, sa phyaio >omie, d'une phy
sionomie virilise par un-
magnifique paire de moustaches
les do gis ut li.li iUX les
m -

Ncrologie !
Vendredi aprs-midi, ont eu
lieu, la Chapelle de l'Hpital
Gnral les lunrailles de M.
Hermann Pierre-Antoine, an-
cien Charg d A flaires Bruxel-
les, ancien Conseiller d'Etat.
Depuis quelque temps, M.
Pierre Antoine ne se portait
pas bien.
Il a succomb des suites d'une
opration d'appendicite faite la
semaine dernire l'Hpital.
Nous prsentons nos bien
sincres condolances sa fa
mille, particulirement sa
veuve et ses frres.
nue
i u
Soulage des maux le tte et de
a nvralgie en 30 minutes.
Arrtez un refroidissement le
premier jour et la malaria en
trois jours.
(>ti(> sauve le bb du refroi
di .sment.
Soit qu'il fabriqut un ing-
nie ix uetit papier lettre res-
semh'ant au petit bleu dont
se servait le 'out-l'ans d'il y a
plus le trente ans,soi qu'd co
lectionnt une collection de
mignons ciseaux et cnil> que
auraient produit bon efl' sur h
table de toilette dune de nos
lgantes, Thomas Wolley ex
eellait dans la connaissance
d'une quantit de m tiers mi
nuscules dont l'exercice pro-
enre lillenri quelquefois la lor-
une. tonjoup* l'aisance, '.'est
que Thomas Woolley avait d s
ions qu'on n'aurut poin* soup-
onn chez lui : i! 'ait no-
ta>n nent tavorii dune voi
onore et ju-i- qu d n ' it
puni permis dent n tre san
n Mil)'i" la caresse, el qu ml
II.- clatait I improviste, ata
quant qu^lqu'un^ de res mlo
nies exquises qu'il p-|rait e"-
tre toutes par exemple cel!--
qui a e nn gne les versil-
br#s d Josphin Sou'ary :
Vu/;/ bonheur quta mainn al
teint pus n est qu'un rve*, -'
tait un vrit ihle en hautement,
un pur t!i '.e.
h si les dieux avaient '
clm nts au pmvre ch nt ur.
s'ils lui avaient donn de taire
un ajour, si court q ie celui ci
Les Maisons
ci-dessous
Ont l'honneur d'annoncer leurs clients I
que, comme toujours les premires pr- i
senter les articles susceptibles de les int-
resser, elles ont ds a prsent en magasin
la dlicieuse crale du petit djeuner ou
pour tout autre repas dont ia cuisson n'exige
que trois minutes et qui est laite de graus
de la meilleure qualit.
CREAM OATS
Jtartml/&
" \afti^ iril flM al^
ft*v
iM.S(rj mttM *r**'
Simon Vieux
Eniiii Lajoie
Au Bon March
Crystal Slarket
Lope Rivera
Marcos Talamas
Dereix
x maint lissaient lo >t
ment en un g *sie ripid
nerveux.
(j lelq re s ".' i : que ai
raisse coutrer au m^squ-1 ha
m in cet aiinb ll contes ible
du sexe masculin, me mnu d
It b -aule au'-q le qui tait nue.
l'Ii Muas Wooil y tait loin
d'tre auslre ; il ..vu. au con
traire cette bonhomie altra
yanle q li partout se trouve a
l'ais-, et qu'il n'tait pis .m- bre ,e9 prodm
possible d apprcier sa |uste ijj ,omb, ,is sont expose
valeur, qui n tait point petil ^ux pieds du
loul-nt.
eu' '. laus -e Pins qu il a lo
rait et .|n t d av.i' la nostalgie,
il n'y aurait point perdu certai-
nement son lemns ou ou notns
il aurait chapj i>ar llo'gne-
^n^n' li do' d -n^ I s in e 's c cho s d_-
l' pri oi de l'or -au Prince
Con ne on ne I g o ps. les
[rude de l'art n no t go's
que rarein-it dni'. notre peu
encourage nt milieu el pou>-
nssen' le ploi -oavent sous l'or-
NEW YORK, U. S. A.
IfHTI: THE PAWLE BIUH tlOMPAXT. Perl au-Pricf.
le larg -. d i vastes ho /. ma
Ceci nesi pu une rclame,c'est
une i onstat ition.
B i en amphith tre, K ma
kotl est m lia in ml p irsem de
vil li h alches el ^ des. Dw jei -
dm-, d s 11 ni ^, d la veid ire
partout.I e clim il es! .i une dou
ce < extrme, idal. La cure au
grand lir p ir qui revivifie a'i l
l. ie en oue a li m el ms-
p un e pi i le conlort, p is
aan .
dmirabli .terre li m
pila t el lertile o i g lenl h
repos, la srnit qui ignorent
le Temps e la Mort I
Le tourisme, comme < h u D
le s ait, est une source iupuiaa-
ble de rich laaaa. Il n'est ois or-
ganis chez nous. S'il se dve-
loppait eu Hati la lortune de
U inskofl si rail i iile Les voy i-
geuri aimai enl cei laine ne >
lagrAce de ses ad >s piltoreau i
et aer . iquis par son en i
me tonn ml el puissant.
T. A. V.
pour si ur la p. si rcent
la pierre de l'oubli.
L'HOMME l>E LA HUE
Mais la bont de ce pailo
compagnon, dont quelques uns
de nous abusaient, et qui ne
se lassait jamais d tre requise,
n'excluait point, comme o i au-
rait t dispo> a le croire, 1
lermet et (nergie, vo re un-
Vigueur qui au besoin n'h si
taii point se minifesler, e
dont on n'aurait point cru sus
cepiible la temprament de l'in
dividu.
N sois une toile qui
brillait que de loin en loin,
Thomaa Woolley, malgr la
possesion de rel'esq aMs n'a
passant qai les
vait aucune espce de chuice
dans
ou i
que
le milieu d' H a ires
voluait, ei chaque 'ois
son inaltrable bonne
humeur s empressait d'en con-
venir la suc I qaelq re ch C
srieux qu il ava prouv, c'-
tait en ditant .1^ rue, car i>
,iv r bon espoir ajouar il, d
en.plier linilem-ni i/< guiga
ceue htYeise indsirable quil
avait pens ue jamits recevoir.
Ceux qui envoyrent dans
l'autre inonde Thomas \YY.ol-
ley avec les hres Polynice,
sans se proccuper de con
naiiii- si ptreil voy ig' tait ou
ion prnutur, crurent rendre
un signal* -, i vu" i 11 caua du
, n- e nement q n lit perdue
inei i perurent point que
les- e Soi ta de loue racdoa
n'ayant qu'un succs phm e,
les leurs taient tmpuiaaaots
bran'er la cause u l'duca-
lion.de l'iustructiou et de Ihon-
Dj*e? qu'avaient embrasse et
que -jou'enaient nos a nis.
Quand Thomas VVoollex t li-
sait une apparitiondaoac mon-
de idal de la musique o il lui
tait dtendu de s'attarder, c'
tait regret qu'il an oblig
d'en sortir au plus vite pour
aller s'atteler au service de la
laidr* et brutale, ralit qui le se-
couai', et c'est danscei atlel.ge
i npi oyable qu il pro hg iait tr
plus clair de ses lorces.cecer-
np j Veau de cet intaligable travail-
leur tait tcond en combinai-
sons de toute sor-e, et entre les
milles initiatives conues pa> ce
merveilleux orgin-, i y eut
celle de cette agence de coin*
missio i qui eut son heure de
clbrit au bord de mar.th-
tre des activits de notre com-
merce et d no hommes d'al-
I aires.
Pour le lancement de c die
CO nb n o ou il avait eu b-sciu
du concours dsintress d'un
plum*. et ce lut la mienne
qu'il eut recours. En rponse
sa cordiale demande, et sous le
pseudonyme de GNIG GNAC,
I insrai dani Le MVTiN, cei
hospitalier et gio.ieux quoti-
dien auquel je collaborais alors,
il y aura bientt hlas plus de
vingt ans, un petit article daus
lequel j'essayais de laire une
ciiiude rclame en ta/eur de
l'oeuvre qu il s'agissait de faire
russir auprs du public,et j'eus
la satistaction de voir raliser
pleinement mes intentions.
Maurice C. BRL'N.
{Lafin d demain )
REMERCIEMENTS
Mi e .vim> Bernidot'e Chan-
cy et leurs enfants, Mr Luc
Cm.ncy et ses enfants MretMme
Hugon Lechaud, vide t'.laire
Chiiucy. ainsi que tous les autres
Oc (libres de la taimlle adressent
leurs sincres remerciements
(Ui. nombreux amis de Hort-
au-Prince el des autres villes de
la province qui les ont assists
ou qui leur ont envoy des l-
moignage. de aympaihie, l'oc
cas mu de la perle douloureuse
qu ils ont uiouve dans h per-
son ne de Mme Veuve David
Chlincy, leur regrett* mre,
gr.i ml mre, belle-mre et pa-
tne, enleve rcemment
leu r aftaction.
L'..i reiour, ils les prient de
creue leur protonde grati-
luee
P(>ri*an*<-ince.le lOaoi 1931.
. R6)fAn6rateur modem
[SUPER DPURATIF
I L* plat r, le plut complet
[Le plus pratique aux Colonies
Combat : Maladie* ilu Sang, de
lia Peau,.lu Foie.Conatioation,
Age critique et PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR*
39. Ru* de le CbapeRe. PARIS
4 Hrt-ma-frlKi : Pfcemeelt W. HJ C H.
Convocation
Madame Anna E. L>oauniq
prie ses ves de bien vouloir
se runir pour suivre les cou
d t ; peinture, musique, brfr
derie, sculpture, dessin, )f
oui m c. nt ce jour 17 *
19dl au io:al de lElablisseotH
No. 55W Graod'Kuue.en lace-
Poste de Police du Portail [
Logne.
La Directrice :
Anna E Dominiq.-
SI
Portail Loga..
_^,Port-au-Prino |
B.' VITAL, irairilain
Kmai. ETUEART lili,Din*
Grand Atelier de menu*
rie fine et d'bnisterie"
sonl employes les mj
ns IraDaises les plu w
deincs.
Qualil induiable,
Elgance indiscutable,
<>>n!ort incomparal>le-
Prix tous abordai*
est sa dcvie. .,
Tlphone : 3410 et 31'
V
Gin-Taldy
DEM \IN SOIR
Un beau tilra plein de senlimenti
GOSSETTE
Entre : 0,50 ; Balcon: 1.6t.
Le Rhum Barbaneourt
Don! la rtAo.u-i*e staualv>erMile a garua sa pTtaaiii '.-*?'
Dtinanaei ponoal .
UN BARBANCOLnT
D * V


kf. kCTIN 1" Aait 1931
0gmmM MMaaaw gii 11
Toutes les Polices
DE LA
[comprennent la Protection contre ta
Foudre sans auqmentation de tau>
.leBosstiCo
Aqents Gnraux
FABRIQUE HATIENNE DE CHAPEAUX
Marcelin Mariniez & Co.
l'INDIGNE
Grand'Ru.-No 2? 04
Cnpa liunlr
Trau-allaatique
*

ll*2~^i-- *
i e S/S i Carbbt . parti de
Bordeaux le 24 Juillet pour
Hati, vii\ les Autil es fran-
chises, est attendu Port au-
Prince le 22 cit., venant de
Jacn el el deSantiag Je Cuba.
I repartira le 23 pour Le
Havre, via Cap-Hatien, Puer-
to PI.ita et Fort ae.'inuce.
Pi -au-1 rince, le 13 aot 1881.
E HU KLM & ( i< agents
U PLDS AMCIENNE ET U PLUS EFFICACE
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
t
IdRACES PEYRARD iM
Ourlmmmnl la
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
Spcialits PEYRARD. . nu i GmmImi. PARIS
Chapeaux varis pou- 1 ommes.femmes et enfants f b"
es par des mains hatienies et avec de la) psi le cl
Faites une visita tLndiflnei
Laboratoire Sjourn
Directeurs
ISjolhm'., Plia r nia c en
RSjoluni., Pharmac en
KSliou'.m Pimrmncien de I Universit dei Paris.
ISEJoufcNK. Pharmacien d- l'universit de Paiis,anc!eB
interne des Hpitaux de Paris.
Mlvfs dos Urines, do s c gastrique, du sang ( Was-
de", Vi-v, Constante d'Ambard, Glycmie),
i .rachats. Des matires tcalcs.
in.
tar.
AIAJMINUM UNE
l*...r laissera Ne w Orlans le 25 ont ej Mobile le
indirectement [pour Petit Gove.Porl-,u I rince et les
ido Nord.
Portau prince, le 14 aot IttH.
A. de MATTE1S & Co., Agents Gnraux.
Pouvez Youm Sonurlr*?
AVEZ voun crainte de sourire
L parce que vo dents sont tein-
tes, jauntres? Il est impossible
que vous les cachiez au reKaxd
des que vous ouvrez la bouche.
Le Kolynos en enlvera cette
pellicule terne jauntre, et il d-
truit les germes buccaux dange-
reux qui causent la carie. Un
dentifrice ordinaire n'y arriverait
pas.
De longue date 1m dentistf, P'*-
conitcnt M recommandent le MWJ
parce qu'il neiioie le* den de la
manier? qu'elle! demi *tr. net-
loyeea.
"CREME DENTIFRICE"
KOLYNOS
FICTOUS LIF

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES, d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux,
GRAND RABAIS EXCEPTIONNEL
Anton I. Saba
_____LE 1ER JUIN AU N"I733,RUEDU MAGASIHQtLMAT
Si vous voulez vous fournir de bonnes marchandise! des pria; eteeottoaoeit,
visitez d'abord le bazar rel de Anton I. SABA dans son nouveau local: No )738,rue du ma-
gasin de l'Klat. Avant de faire aucune emplette, accourez-y en toule, cir les pris de fel'e
maison sont au-dessus de toute concurrence; surtout on y trouva dea i rticM lis
suprieurs au prix des infrieurs, dont les p-ix et la qualit pour lacMialit laissent un
trs grand profitai! clients. Voici les prix de ces quelques articles suivants:
Crpe de chine snp l'aune 7,80 casquette coliers
Crpe .satin blanc sup. 11.oo bleu marine
luile de soie sup 6,00
rpe Ginette fleurs 2.oo cn*p."|Se"|?^ Soulisrs"pr hom. jaune
" paille pr boni, lin 12 oo Cravates sup. Iranais
1") oo
9oo
20,oo
2.oo
3,5o
paille fin canotier M.oo Iran cal s demi deuil 4,oo
" paille charleston cl 9,oo M inp.avec pochettes 4,oo
Serviettes de bain coul.
asst. grandes O.90
Caleons courts diabl*
tort mol l.oo
Caleons longs diab,
lort mol 1,75
Lotion Borsari
grandes l> ut
lotions i heramy asst.
Lotion C heramy plesbL 1.5o
Pommades Cheramy asst. i 5o
( renie de beaut Cberamy 1.5o
Savon Borsari lin 1.5o
demi talon noir
5 5o souliers pour enfant
Cbap. paille pr boni. eau. 5,00 uoir et beige
Voila mifesoie 35 (' .,ai
Urgandi bleu sup. 1,75 cillip. aiile crinok-prb. 8,00 M Iranaiatra sup
voie laize brode ;i,oo paille fin canotier U.00 iranais demi deuil
Gabardine bleu marinesp.2,25
crme i,5o ' '" charleston asst /.oo
Gabardine blanc el noir 1.75 chap paille imit. panama 5" 50
Percale blanc sup. angl. 1,75 chapeaux paille imitation
wrale blanc extra sup. 2,oo panama suprieur I 00
a ine bl.merc.caneaux 1,75 panma garonnets 35o
Ratine couleur Jaune 1,25 ,,,, pai|le avec glatine 5,oo
,lul,t'h!a,'c .,. 26o chvpeam paille gronet a!oo
ImiiHionSimilicool.abl.o9o p,(||eJcan Barldes5 IO.00
z.e,im ciep a barre o,70 cbap. pan fillettes garnis l.oo
Unse coul, i mit brabant o,75 paille Ail non garnis 3oo
Calicot molle xx o 7o chap" tonne pr damegar 5,oo
Indieuue bleu G. L. o,7o paille forme non gar. 5.oo
Diablement lort bf. molle o,7o
Colette blanche
crpe pour deuil G.I..
Tte indienne Heurs
Baptiste fleurs
Crpon fleurs
Voile sup. carreaux Mie 1.4o
Ljpon car. soie 1 50
Madras coul. burres 1,25
Madias sup.merc a barrer. L5o
( SaMi elfr j ^g
Brabant lt5o
Crpon barres soie bl 1,2
" eniie G.L.den 1 deud n.HU
indienne L couleurs o 75
2 00
2 qo
nom
coton
drap olou sup.
! aneile
i>.il-
drap demi l mixte
folle drap fi mixte
Toile drap 1 or fil
e drap nui fil ll.oo
9o
1,50
2t o
Toil
oile uni ci.ni. et blanc
Kaki blanc Gobernador
K k blanc amiral
Diill banc Panne
Dnll blanc sup.
Drili serge crme
Drill sport barre
Drille flanelle barres
Diill ioul. sup.
j25 forme large garnis 4,oo Savon Borsari asst. 0,75
.|"ro chapeaux paille Sandino 3.5o Eau de Cologne Vibert l,5o
0g0 crinoleprdame garn !2,oo Rau de Cologne Charaaiy
o,9u pr dame non garnis 9.oo parium m. flacon 2.00
chapeaux criuole pr dam.lioo |;au de Cologne Borsari
Chaussettes prent.sup.p L60 Regina t Imprial 3,5o
ahaus.pourenl japonais o5o Lotions Cheramy asst.
" pr enfant bl coss 0.5o bouteille li re N.5o
blanc 1 t 1 oir pr ent. 1,00 Lotion Cheramy grandeb.O.eo
Lotion (.h. moyeu bout. 2,5o
Houppes cygue fantaisie
Bl I MOIlX 4-00
Houp coton velours Ch. 0.60
t coton moyennes 0.80
coton grandes
cygne petites
Peigne imitation corne
pour coifl ur "
Fleura artificielle! mille
nuance! 1.5o
pour robes S 5o
1 mille nuances 2 00
. exti'n sup pr robes5 00
Peignes de toilette sup 2.00
de fantaisie 3.00
Clmust Mt li1 pour
couleur osst 2,00
" pr homme lil jour l,5o
Chili*se les pr hom. lil
.1 l mu 1 bette! 2 o
Chaussettes poui hommes
nu r sup. 1.25
hausseiiei 1 oui ho n.
soie coul. I5,oo
chaussette! pour homme
Japonais cou eur o.OO
" pr h m. merc ass-
* pr hom nerc jour
Bas scie ;>sst.
Bas soie sup.
l,So Bas lil suprieur
1 75
l,4o
1.4o
1 2o
1 25
2 50
2.25
1 K
.) /.)
(> OO
8.00
l.oo
o.5o
o.tio
O.S.
0 70
n,8o
2 00
3,5o
3,5o
Bis merci picot sup. !,oo de !" trs sup 6.00
Bus merc. uni 100 Ceinture i m talion cuir 1.5o
Parapluie i homme noir 6.00 cuir chu lsion 2.00
Parapluie hom. sup, 85o "top. ' loo
, Ombrelles pr d mes coul 5 o extra cuir 5.00
i"!!orimii.soiedoub.lar.4.5o Ombrelles pr dames noir 5.5o Bretellee franaise! tan. 2*ee
Tissus nouveautcoul.d.l 4.5o ,, dame! up. non 6 5 extra 'foo
t nhinis Iran lise! 1 oe
Couronne! pourmarie O.#o
poor 8.00
pour "extra 11.oa
Blinde brod ni es de 8a. 2.7.)
..... Sa. percales .'J.5o
El antres plnsieures articles.
dentelle! valencienoee, rn-
bans,parfum8,pAtesdentilricai
paille pourchapeaux.colliera,
miroirs, etc. etc, etc.
Chonln I ......- .,w n (lillUl'S Mil). HOU D
Shanlurg mol sup. 5 00 '
Casimir angl.aup. coul. ll.oo Souliers pr dames en
Casimir anglais sup 17 50 -aot, bouc talon 7,
anglais su/, coul. 18 5o en caout pr dames cl.7,o
Serge bien marine sup. 12,oo a u a
viprflo Souliers pr dames en
Chi5n?.L,lP' il00! OUtehoUC COUI. talon 5.5o
Llitviot ang.bleu manne O.oo Souliers pr ho.n sans
~ ,'''.'.,,uir 6,00 talon caoutchouc I,
UMS aune 5 5o Souliers 1 n ennni. Iw.uo
, u'.ls eone 5ol Souliers en caoutchouc
E!" n,H?ill('1,lis)o0 Pr homme tafon blanc 7.5o
etiemises_blanehes plis 5,5o Souliers e.. caoui b. c
# iricohne blanc et coul.3 5o pour homme couleur
amricain 5 5o|Soulierscn caout.boites
chemisesbi -nclie Arrow 7,5o Souliers en caouti houe
Arrow 10 00 P1' tnlanls b nnc
chapeaux lainepr.enf.as 5 00 Souliers en caou ho c
P lame pr h m ni. 551 pour entants biai c
10 et)
7 5t 1
7,5o

laioe

pr hom. assort. 7 o" Souliers en cuir cri e
snp. extra 12.oo ,|e pr damel
casquettes Ira n a i ses 2,75 Souliers en cuir poui
m franaises sup. 3,60 damea lalan haut
suprieures 4.00 ; Souliers pour dames
Accoorei y m Ion le. car Ici
ptir de cette occasion sont au
dessus de lOUleS concurren-
ces et ne soi t pie pour
5,00 quelques jours seulement.
N'oubliez pas la Maison Anton
18,00 I. SABA qui ne louve actuelle
ment dans ion nouveau local
18,5o No 17:W, rue du Mugaain de
l'Etat.
-S
Loterie Nationale d'Hati
416, RUE BONME FOI, PHONE 3358
La Loterie Nationale est i
9
-----O------"
Une Institution hautement humanit. ire |>ar la multipli-
cit d oeuvres qu'elle se propose d'aider.
Une Char.ce de bien-tre ofterie aux hommes de lonlts
conditions de fortune.
Employs. Fonctionnaire, Ouvriers. Artisans, Salaris de
tous ordres. Gens de maison ( domestiques i Saks Cm
wSSwuSSSSwbT gourdes' l'l"v,", KaB""
Patrons de Commerce. Cbelad'Industrie.pares ai ois. I-
aanceadei venles.par. achat d'un billet, qui vous Librera
du souci des chances.
Mdecins, Avocats, Ingnieurs. Snateurs, Dpn'e Grands
Dignitaires de i htat.K prsentante de rintelleclna < Jour-
nalistes. Donnez 1-ezempie de votre lolidarii socisli '
Rentiers, c.p .a i>...s comme e. p,u t ; amrnl.j vot y
avoir &
l^*? <|uiIhabi,ez Hati, rendez lui service en achetant
amaaiaat de la Loterie Nationale d'Hati.
E
Le aieamer ireodosia ,ve-
nant rie l'Europe, est ai tendu
i,-i vi -s le 18 et', en route
i/O1 i Kingston, SantoDomin-
; o etc, prenant Irl et passa-
geis,
. ort an ''rince. 8 aot 19i!
REINBOLD e\Co. Agents
Attention
n
rrogrs Nouveau
Rhum Nouveau
Aii; ( licieus Got
Il i: lN ~~ Yt\x lduit.
COOt diiaal faute nK.rurrrsce.
LUihlA UMli.l.
G. I AZON
des i.es Fi ne
.1 eu pie
Tlphone : ^313.
i-


>

Li ii
17 Ao 1
y Mali
-
? *_>r. .v- * *>
4 rA 1&0 ANNBfi Ni 74*
Port-ail Princ
Tlpboae 2$dl
.-\-w-#*. JaT.*-'
!'" BieWaW*laM** **
. ;<
\.
t

:i
. i
9)10
.^CBMBINATION
L ; .m :i ni oflre plus de
gatautieau point : vue solidiie,
uuiee, ei pureie de reproduction.
Ouiia uni de l curegistreineni
i i>, COLI I.A a trouve le
, lsr.; a prsenter au oauade
j i .i ;, iab hiuiiej modernes
l s;, lugeaieura -ie premire
aise , plus parlai e raiisa-
,i de ! reproluctiou rnasicali
eo creaui les iihonograotf
I ,dtes 1rs auan :es, el les cou*
lcars a sons, loule l'chelle
musicale depuis la plus petite
no aigu, jusqu' la basse la
plus grava Sont rep o lutes t sac-
eut comme l'arusie its a exe-
Daui tu s les modle C6UiMU
, go t dans le uieuu e, 1
nique, ou le mo
i ur. ie m ne soin a eie apporte,
, i ci i i our plus .. nde ii*"
, m t' i eu lin ' NOVJW,
, Bacu.fl la SI l'IUlsii...
L tlcUZ II OI.LMB1*
,i,.|(1. nul e. el ' m*
.i |M. eue prive au-
, i r I i iuia -'' i un '
, ) ,.,., ptl i iu ' l" '
! "X'Appar. il qui douue le maxi-
a Je satisi ictiou.
\. m /. ::u i.)epui leMien I Je du-
quel el phouos COLU vlbiA du
fi i ge.KiNLEHf ii uoui serons
j ,..r ,, u- vous laire entendis
a s dilleitiiis ni< cv i ! qi e ooui
l(. i >.., II Vous pitndiez
i a auujiii '", difteienls
,,,. ulea panel*!* Les oicilieuii
I [portable sur te uiaicne oul in-
model NO. 939 coaleslablement le portants LU-
>ou vu mp i npot. t un po util CtUlHU
KNEER'S GARAGE
Columbia Department, Port-au-Prince.
, c BRUTUS. Jen mit
!,..,,,,. .... : R ..stalles H R !.,Iw esrtlts tel. Uliltt.il.
MOSCATO PASSITO
ano
INCOMPARABLE VIN
DE DESSERT
A.rde MATTE1S & G0,
AGENTS GNRAUX
..-^....
iMtllMl

KUlf
. -- j
^ttoirmAiiou
D'KC-: 'Xrsqc. M .Ml CHAUD
w.Ri .'or 1.19. BESANCON
lllllltllllliffliilllll
COUINENT
RAJEUNIR ?
I.rj travaux tle nombreux mdecins
frai ,;ais at trangen entreprit depuis la
communication mmorable de BROWN-
SEQUARD sur la possibilit' de rajeunir
l'Ot i e humain par "absorption de glandes
fraches d'animaux, ont conduit celte,
conclusion maintes fois vrifis, qu'il est
maintenant possible, sans avoir recours
aux procds opratoire! (Steinach,
VoronnfT). le icslitiier :"i l'organisme,
chez l'homme nomme chea la femme,
son nergie et sa vigueur perdue la
suite de maladies, de fatigue physique
ou crbrale, de vieillesse prmature,
et d'effacer len stigmates de cette d-
chauce prcoce.
Brochure gratuite et vente :
P.SJOURN,W. BUCH. Poil-au-Priuct
t dans toutes les bonnes pharmacies.
LE "GLANDOPHILE"
Stu/t distributeurs : A. THOMAS & C>
1B, Rue Martel. PARIS
IIIIIIHIIIIIIIIIII!lllllllllllllll!ili!!:!IIIIIIIIIIIUIIIIIIIIIIIIIII!
; e C ou une n uit de f te,
iss v M3 des effets qui s'en
ca comtnenant la journe
;. m verre d'eau et une cuillere
axadf doux et rafrachissant*
. s-FRUITSrUT
:>______________________________________________________________________________________________________
.
r

ILIV
sinopi
DESCHIENI
HuioglobiM t
> .....""X
[i^-..svwms>
taw-.*juTmB9BT13(V% . v
ECOUTEZ
SSUREZ-VOUS
la
!
{ :. | idenl I ;re & LiL-
A Corporation Ltd
th (Scotland )
uv, u champ d'aeuoc, ,n. Ii
s,s polices ouvrent volt, incendie, m.lNe.llPnce, d.n.i %
eaiises aulrui lans ses biens ,
< ? bn -fous \nwn-
fars a.uUcu ;;',; ^^.olla. t
5-tu ,,,, anoue.le trttanl qui <'e i..
Veuve I BERMINGHAM, AuxCaves
voenl Garal p l "tr
i piririe. 1 kf .N-<'
jr:: \N HM J-:fr II
A R
DANS SOA PROGRAMMA
rnrp
..
i
I
GOhLhR Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papavoute
STATION h H K
Po*t-au-Prince ( Hati )
*;****** ?*
BBsaaaW**aaa?in9f*aBBkMa**I

/
y




<* i*f'panes
Charier-Mlebranche & Co,
1221, Chemin des Dalles, 1224
^Mphone :-2GS0


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs