Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03688
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 10, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03688

Full Text
Clment Magloire
Ul tIRECTEUR
n'A RUE AMRICAINE 1358
3*TELEPHONE N*2242
e ANNEE N* 7440
[^ Lgion de S^Domingue
*
------o- -
rstavec une lgitime fier-
iiioivrele dl tradition.
GdoH Juillet, du dfil
[Ljque des troupes ayant
Ui dans les possessions
Gaines de la France depuis
(tf jusqu' nos jours.i II
a uste qu'elles soient
Egoenr, s troupes qui,
2int de si nombreuses
*, des sicles ont t
|Sie. Sans elles, comment
bliit pu tre cul ive et s'-
LooDir cette admirable fleur
C'est la Civilisation Franai-
fciussi digne d'tre admire
fijroe lorsqu'elle vient en
Lie terre sur les bords tern
Lit de la Mditerrane ou
Il'Atlantique, que dans lu
Ltechaude de l'Afrique ou
bTropiques. Dan* ce dfil,
foiapylau i ii (ois. h nu pas
Eunitornies de toutes les
Lis qui contriburent a
Cpins'on de lu France
Kotre Mer mais a ceux .e
Lelques- unes d'entre elles
ni lurent contemporaines
L plus grandes poqi es de
Utoireculoniale tran; ise.
[Voil bieu l'.es souvenirs
lorieux qui vuut monter de
kl id fier pusse et palpiter,
l devant nos yeux. Voil
en de h gloire traniise que
[vaillance Irai aise vn faire
kitre^el dont nos curs
Los gjrdeiout longtemps,
jours, U souvenir n-er-
L'i. Du Canada ju-qu'en
[riijur, des Indes Occiden-
tal aux Iodes Orientales,
kronedernire parade,res-
peront les soldats de cette
dm coloniale, dont les faits
Inns constituent la plus
niante pope. Quelle Ar-
epourrait eu voquer une
Lblable'V
Kinsce dl, comment les
Pipes de Sl-Domingi.e, la
fc belle, la plus riche colo-
Itraiaise aes 17e et 18V
watt, ne seraient-elles pas
irtaentes?... Voici LeR
peut du Cap a... Il ne peut
pr,iepense-, que du Rgi-
*ta Cap.franais l'ai-
"Capitale, le Paris de
atDomingue. Il syrabo-
Bf toutes ig troupes de la
Pjpole oui tenaient garni-
M 111e lointaine : gar-
Jinaises et gardes suis
Bombardiers du rgiment
UJwie de Metz dont la
jne existe toujours. R-
pntsd'Auvergue et du (i-
PMe Bretagne et de Nor-
|D('Ie! Escadrons de dra-
J P tance. Mais ne tu-
rj" Ps rappeler aussi Us
PUuj de Saint-Domiu-
f "r noirs et sang ra-
f incorpors dans les
|*oqs coloniales et dont
""g du mme rouge
|1e celui de leurs frres
['ope i violemment
B,.,M mmes chauts de
P^.coul dans les mmes
F*w. livrs aux lies ou
lu erre Ferme- Dans le
| historique nne place
ES? It0nn*e a '* Lgion
|rlnl Dom'ngue. avec sts
PJJierssestusilliers et ses
Kl.*" bi,e reprsentera les
"""ri Volontaires et Cba t>
P noyaux, les Gardes Fa-
E,|euesI^>t.Dom.ngue.
EL .g,'')D ,ut cre en
r Pr le Comte d'Estaing,
Pftjdent soleil des An-
Kffi boie et fait tout
Knt i.r,0r^u*el,e dfilai
I tait Gouverneur car
|retlniU.0e ,r^Ped'hou-
I, ,D^r^t de garde-
I 5ere allure ,a L-
proQl*. lt casque fc
cuir recouvert de toile blan-
che; es officiers et les sons-
officiers dans leur habit bleu
avec parement, collet et dou-
blure ronges, la culotte et la
veste blanches de toile ou
de drap, le chapeau bord
d'argent, les boutons et les
galons aussi ti'argent; les gra-
des des officiers dsignes par
des >paulettes vlistinctives.
Elle avait lire allure, sur la
Flace d'Armes du Cap-Fran-
ais, lu Lsion lorsqu elle d
filait I > i) i;'de...
(l'est 'ans cette tenue au'
'h- riberquii sur la Terre
Fei me, a- courant au secours
de< Insugents Amricains
Cette pJite rtrospective
militai e me permet de rap-
peler que l'utiitorme du Ba-
taillon des Chasseurs du Cap
- la i ernire troupe forme
an C p qui ait port le nom
de IVi cienne Capitale -- avec
sa tunique bleue aux collet et
pire ment rouges, ses gutres
de coutil blanc, son kpi rt-
couvert d'un manchon blanc
qui se prolongeait par un
couvn -nuque b'anc, ses bou-
tons et gallons d'argent, rap-
pelait celui de l'ancienne L-
gion, qui s'en tait all guer-
royer au loin
La Lgion de Saint Domin-
gue o tait IraternelU-
ra nt unis les habitants
blancs, noirs et sai.s mls
se couvrit de gloire Savan
nah Elle se sacrifia pour as-
surer la retraite de l'arme
assigeante. La mle devise
de son audacieux chef, qui
avait enlev St-Christophe et
Grenade aux Anglais, se lit
encore sur sa tombe qui exis-
te toujours Fort au-Prince
c Tout par lorce et par voljh
t. Fire devise d'un homme
d'action, qui fut aussi celle
de ses soldats, digne d''re
celir. de tout homme de cur.
aus le dfil des troupes
coloniales,peut-on ne pas faire
figurer la troupe qui prit une
si grande part la guerre
d'Iudpendance des Etats-
Unis de l'Amrique du Nord?
La prsence de cette tameuse
Lgion rappellerait nne inter-
vention aussi glorieuse pour la
Frauce ;et pour St-Domingue
que fonctionne pour les amis
l'aide desquels ils se port-
rent d'un lan gnreux. Elle
rappellerait tout un pass co-
lonial d'un faste qui ne tut
jamais dpass, pas mme
gal. Enfin, elle rappellerait
que dans un petit coin de
l'immeuse Nouveau Monde,
sur une lie boue lumineu-
se, flottant au gr des flots
brle une flamme allume
par la France, pieusement en
tre'enue par Hati, que les
ouragans et les cyclones n'
teindront pas.Que celte flam-
me sacre du Sr avenir e. de
la Reconnaissance s'allume
aussi dans nos curs et ne
s'y teigne jamais Le Rgi-
ment du Cap, la Lgion de
Saint Do:: ingue tourneront
nos pt uses vers ces troupes
coloniales de la grande le
crole qui, bien avant d'aller
vaincre sur la terre ferme,
sans avoir reu aucun ien-
tort de la Mtropole, rejet-
rent la mer Anglais, Kspa-
gncls et conservrent l'Ile
la France. Le Oircctoiie les
flicita, le Premier Contai
aussi il songea les incor
forer ses vaillanlos armes.
I voulut associer les "lgions
noires" la gloire des l-
gions rpublicaines... Pour-
quoi u'a-t-il pas ralis ce
grandiose projet ? Parmi les
vaillantes troupes, la place
qui lui est due, une troupe
vaillante prendra part au bril-
lant dfil. Elle a,sans comp-
ter, donn son sang et le axeil
U justice doit iresider aiti artrs
de ir lai qui dlitai le sautoir et la
droiiore rgler la MMslIr dcelai
i|ti ail m i m si n- Lniiaiu sluuna
Mul tars if gainent. Bttl qui ui
dssue dr> uniies M le> deoi
ronUtiliiil|uaa> les hautes ngisus
su se dbattes! les ut*-rHa du ci-
Um'D. .munir;
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
LUNDI 10 Aot 1931
L'Idal KSiniiE
AUX ROY
29 annes ^ succs.
L- ne lit Ita paya sal 1res lum
sree . la rfiltril il a s lis
painiiriits le h dellf. Applica-
tions !' hafsstjti (Mi qiftlMS.
leur d'elle-mme pour la[gloi-
re de la France, celle de St-
Domingue, pour la libert de
l'Amrique. Que Osar.recon-
naissaui, salue ceux qui son
morts au loin, pour lui.
NEMOURb
Ancien Mini>'r-- IMnii-n
tentiaue d'Hati eu France.
DAMIEN
i
LE REGRET
I
Adieu, m chre, puisqoe
rbfH*a ''e la sparation a
sonn. Que les roses du bon-
heur s'panouissent 'ont le
14*110 de Ion fli-min Tinssent
le* Ivs des baisers fleurir sur
tes lvre. V. Va. Ne le re-
tourne pas, de peur que je me
meure He contempler ton mnu
vaut v:s- ge. Ou plut' si. '
ourne-toi, retourne-toi. Vue
dernire lois, je veux tenir les
peti'es mains ; m'emplir j i
mais de tes y nu rieurs.
Il
Un matin d'vril, p me pio*
menais dans un ) rli-' mer
Veilleux. l\oses el tnb-pisps
embaumaient dans les parler
rts. Des bougainvi'l ers violets
couraient sur le oiur dlabr,
le respirais avec dlices le par-
tum triste des iizoras ml
l'arme d psr
tout de Mies, ri nus mauves, blancs et roses.
Les ailes diaphanes des abeil-
Ira faisaient silencieusement
neiger des buic, cependant nue
je percevais av l'me le son des mirnsculcs
clo:heMes ros.s Un hibiscus
baignait ses fleurs rongea dans
une lontaire..le contemplai long
temps l'eau immobile. Soudain
une feme dp plus en d'us pr
cise se destina dans le miroir
de l'onde. Un sveHe androgyne
aux doigts longs et minces. Un
sourire tris'e. lointain el doux
errait eue se lvres. Jamais je
ne vis sourir** si tria'e. Ses
yeux humidet tait pnibles
regarder tant ils taient dou-
loureux. Jamais je ne vis si
mouvant regard. Comme nous
se par d'invisib es mains, je me
penchai, je me penchai, et nos
visages se rencontrreni.et nous
baismes tristement, cependant
qu'une harpe olienne munnu
rail : je m'appelle Regret.
I!l
Une pierre tombe dans
l'eau produisit des ondes qui
s'an allrent mourir sur les
bords de la vasque. Et le doux
visage s'vanouit lentement Je
contemplai tristement l'eau
morte.
Mes larmes dessinrent des
ondes qui s'en lirent mou-
rir.
Cari BROUARD
L" !p 11 s n p s-e I1 t ml f lire
Un effort pou P'ii'hIn'"' Lt
cris e nu viwjup <|ii no r'l >
^e rtpJQ ri a nu la m'srp T"Ui
les Py* 'ravaillent pour te con
lerer. N attendons na#| nnos,
les bras croisa, que les pe'i s
oiseaux nous ioiuh"nl OUl l'a
dans la boucha Nous ne s un
mes plus, hlas au temps des
Ismliles ..
Une commission lecko'qua
vient d're lo-mp pour ror-
ganiser Daman. L'ide est ex.
aa"ente. Car Damian est le
Kint de mire de notre ssl it.
ais nous esprons que celtf
commission va mettre dans s s
Ira vaux la r'ni qu'ex >g
nne aiteatinn s afiMante, Nous
lui de m indiins de ne pas suivre
an moins la marche au ralenti
de la Rpublique.
Je proposa le proj-t aiiivanl
dans ia nouvelle organisation
d- I) m en :
L'ensemble des services de
ce"e ins itulion agricole dis-
pos d'un budget par an de trois
millions de gourdes envio' Je*
propose, de rduire ce b'idg-l a
2 millions el de n'en einoloyer
que 50 o/o pe >r l'ensemble d-*
tous les services (son budget
propre) et de disposer d ?s au-
trtefiOo/o de la manire sui-
vante :
Invi'er tous les proprit:'ircsde
terres non cultives, partir de
10 carreaux d'un mme le tant.
exp-imer leur dsir au Mlnis
1re de l'Agriculture d ra ai
d- s cultiver un des produits
donl l'exprimentation a t d-
j (aile Damien. T^-ls que :
orangers citronniers, avocatiers,
papayers, calonniers, cocotiers,
etc., de.. Dioaien d'B'gnerail
un spcialste qui irait sur les
ieux tudier la nature du ter-
rain, aider le prpirer. le
olantor, t dre le ncessaire, sui
v)n I s rgle*. Soigner la cul-
ture approprie ce terrain
toujours avec le concours du
propritaire. Le spcialiste sui-
vrait cette culture jusqu' la i
coite Ce serait i la fois un en
seignement pratique pour l'ex
tension agricole et une exul-
tation productive pour le par-
ticuliei el le Pays Un genre
d'aide et d'associa'ion Csrnaet
la ven'e des produits do ( le
dbouch serait assur nar le
service comptent, 50 o/o des
hntLes iraient la caisse d<;
Dnuien jusqu' concurren-e de
ses dbours el les autres 50 o/o
an propritaire de la terre. E'
cette opration serait rpte
dans tous les centres ag ico's
du Paya et rpandue par les
agents de l'ex'ension.
Ce projet 1res simple en lui-
mme n'est qu'un apera dans
ses grandes ligne*.
I) antres aussi simple el tra
SALON DE BEAUT
MADAME EMILE ZEPHIR
Ruelle) Vilmenay Phone 3438
Annonce sa nombreuse, et disMnne c'i ^n'is* qu'elle a r ca
les produits de beaut suivants qu'elle ;vead ds prix .dti nt
toute concurrence :
GLOSSATINA pour l'embellissement dp la r>Ji*v>|tire c. '2 7M& 1 25
LUSTORK pour lebrillmt de la chevelure la bouteille 0,300
POMENTO ( Pommade pour hoaame ) la botte Gdes 3,00 et 1 50
POUDRE pour les soins du vissge : brunet e, pche, et crme,
couleur de chair botte Gourdd 4.50 & 2,25
COLD CREAM ; Gdes 3 A 1.50
CRcME pour vernir.Gourdes 3 et 1 50
POLI ponr enlever le vernis des oncles grande bouteille 3 gdes
POLI pour ongles grande bouteille 3 gourdes.
Et n'oublies, Mesdames, Mesdemoiselles, de passer au Salon de
ptwr vtjus taire nne beaut dont voua aorte merveilles.
Le Gouvernement a obtenu
le droit d'en ettre des bons pour
.".ooonoo de dol.p oui- rhabiliter
le pays. Leprodii't decelte mis-
sion dre las rclamations pendante-,
au paiscaeni^c la dlie au :iv <
ob'itf. I- cye o "- du 3 sept e ni
b-e 1031 11 ii I escution d
travaux pi b'u, cotiiie li n
travaux d in ig ii. q po m aidi
l'agi nl'ure, I" c O u s i- u -
lion d'coles, de routes, dt
ponla at d dillcta pour le gou-
vernement.
G; are nu Trait avec les
lil'ats-l'uis et . la po!iti,]ii< nei .
giqne du Pr^^idenl Trupllo, le
crdit de la Rpnb'ique Domi-
nicaine i st trs li ut. Le Rece-
vfiir-iiilral de* Douanes a
tabli ni record notable dans
l'amortissement de la det'e
nationale ayant remis panda ni
les six premiers mois de eel *
anne, 926.831,00 dollars (oeul
cent vingt ;n| nulle huit cenl
trente lois doUais) l'Agent
Fiscal N.w Yoik p mr cou
erirIachat t leaoulaiioa de
prs d'un million de dollars
des bons DatioOSOI. Cepen-
dant beaucoup de paya de l'A-
mrique du Sud o'it ajourn le
paiement des intis de leurs
del es, la K-publique Domi
nicone a 'enu ses engage
nunls. Maintenint ce sont ce:*
travaux de rbab lilation entre-
pris et ces amliorations qui
doivent augmente'1 'es recettes
du li c t dvelopper le bien
elre du peuple .
(* Washington Peefa, 24 millet
1931.)
l\
o -
C'est avec plaisir que nous
enregistrons la candidature
d'ailleurs trs sympalhique, de
notre ami Grvy Jean la dpu
talion le l'ort-au Pi i ce pour
la t -oisime circonscription.
L loge de Grvy Jean n'.st plus
'aire. A toutes les lonctiona
cj i*iI a occupes, il a laiss le
souvenir d'un Holien aussi
corop'enl qu'henete, Les Bai-
liens do-it il solicite les v>-
les, il les ronnait 'ond, car il a
pe- dint longtemps v^u de hur
vie Ed i II t,nul n'ignore que peu
da.il des temps et des temps i! a
diril des coupes de bois dans
les environs de Thomazeau e
de Gauthier et que depuis quel
qufs snnea dj il s'occupe le
culture ChincereIle.C'est
duc que sa popularit dans
cette rgion est certaine et qu'il
a normment de chances de
venir siger en avril 1032 la
Ch -rnbre.
Nojs lui souhaitons du suc-
cs daas sa campagne.

OFFRE DE
Pour irlicle franais inconnu
dans ce paya, on demande un
Agent aclil.
Possibilit s.on. SttCca assur dans lOUk
Us milieux. Ecr. PHOTEMAIL,
70. me de Clignancourl, Paris
ionomiq les, inspirs p visites que j'ai laies dms des
organisations agricoles d'une
bjitnc p:n!ie de l'Europe, sont
applicables avec modificaim
i notre Pays et sont en rappo
avec no're systme agriceie r
ces iniaurs.
L'HOMMS DE LA RE.
... a vu, jeudi soir, deux ca-
marades qui causaient, au Bord-
o*- Mer, aat environs de l'Htel
de France, .lus e a ce momei.l-
la arriva une peine lemmr. -
o.-mi n aine, na'urellem-ni
e- qui Isdi les liens camarade
aux paules Ils > o ilinuni""l 4
CaUSrr. Puis un moment den
n l'un s'en alla et lassa l'autr-
en compagnie le la Dominicai-
ne li s r n alla aussi quelque*
aero nlea apr. mais paa seul
reiume la prcdent.
. voit que quelques intres-
S(\Si el lottl le monde devine
nou-quo', COttinUeul leur pr-
tiie propagande, tendant A laire
croire qu'il y a un bien'A1 nue
crise ininis crie le On parla da
dplaceonaot de celui-ci d
gne descombinaikona, de U
chu e de celui la. qu d n'est pas syrapa'hiqea a
certaine ce nbin iso ronameai
peut'Oii penser, ces |oursci, *
une ci ise mmis c lelle, piste au
moment o 'e Cbinai actuel
grca ii sa pBlhode, son sou-
ci de la Chose Pub i>|ue. viet,t
de remporter un succs auquel
tout le Pays rend hommage? Il
y a vaiment de petits esprits
q choses Dations les, l'angle aigu
de leurs mesquins ml.is pei-
aonnela.
%
m m
. voit que del discussions se
nouent et se dnouent autour
de l'article 20 de la lui sur le
commerce. On sait que cet ar-
ticle interdit ceux qui ne sout
pas hatiens d origine de faire
le couimeicede diai'.D'aucune
prtendent que cet article n'a
pas l vot. Que la coinraissiou
inter.iurlemenlaire. foraae en
vue de dpartager le Snat et la
Chambre, n'est pas constitu-
tionnelle, car notre charte pr-
voit les cas o une telle com-
mission peul ;re forme. Et ce
n'est pus le cas...
%
. voit qu'il lait, ces joursci,
aussi chaud Ptionville qu'
Port-au Prince. C'est peut- tre
cause de cela que tant et lant
de gens gravissent les mou-
fueucs el torlueuses collinas
qui montent vers kenskaft oh
la chaleur n'a pas droit de cit.

...a no' avec plaisir que les
diplom des accrdits en Hati,
ou du moins quelques-uns d'en-
tr'eiir. ont t au Dpartement
des Relations Extrieures fli-
citer M. Ahel Lger pour le suc-
cs des ngociations engages
entre le Gouvernement et la L-
gation des Ktats-L'nis d'Amri-
que Port au-Prince el qui ont
ahouti la remis de trois de
nos services. Il convient de ae
paa laisser perdre cette cca-
sion de rendre aussi homrnag
la sympathie et l'esprit d'en
tente avec lesquels S. K. M. Da-
na Munro a envisag ces pio-
b'tiea avecaolre prestigieux
Ministre Lger.
...a vu un jeun* hemm? ui
voyant que la braguette d'un de
ses i ts s'tait entrebaille, lui
moi mira, au tuyau de l'oreille:
Faites attention, cher Mat
In vois saignes du nez.
Le cher Matre, iguorait-il
Celle expression ou l'avait-il oe
blie? se saisil rapidement
et anxieusement de s in mou-
choir et se le porta aux narines.
Ton. le monde clata de rire et
le p lil : -une homme, joignent
le g-sia h parole, expliqua au
cher MBitre ce qu'il entendait
lui dire.
... a vu nu Valrv que reliait
avec tant dv minutie el de dis-
liuciion iitienne Gai'm//equi est,
immi on lsait,l'ua des plus
h ib.lc relieurs des AalUleeqartl
i lojt de M'ute devin qu'il ap
pdr'vii'U quelqa homme de
lettres pour qui l'hermtisme de
t'an^ur de Charmes est une ne"-
v.-lle raison de 1 admirer.


PAGE 2
LE MATIN . 10 AomI IS)
Echos
I a direction de la Loterie Na-
tionale inlorm< t|U' Melle Aga-
the Celestin,c*.LiiiiH'f, Chemin
des Dalles, l'orl-au-l'rince, a
sgne le gros lot de G 20.000
avec le numro 1011 qui lui
avait t vendu par M. Viclor
Duperval.M.LmmanucI Claude,
des Coteaux, s'esl aitiiuu pai
son No 1X2X, le 2me gros loi
de G. 6,000 et M. Edmond Poly-
card ( \ux Caves) est l'heureux
gagnant du iime gros loi de
G. XOOo par le No 3600.

La Loterie Nationale, pour r-
pondre au dsir de ses nom-
breux amis, a encore aogment
l'importance du gros lot (j'i!,;i i
lieu d'tre de G.SO.OoO, est li**>
pour le tirage du f> septembre,
G 22 000. Que chacun ihque
sj chance 1

Notre < i>l < al,S L h e Tri-
bune annonce pi I Crois i
ds ' e's, lis io'iM'S les
plus inli eNsanls ri lam' i n
diniani lu d^rnie de M' Ren
Auguste il briguer le s^e \it
l)< ..' ilt- I 3me circonsenp
tien lectorale de l'arrondi se
meut dd Port-su Prince D*ns
un dis ours remarquab'e, M'
Augustin Cadet fn valoir lesso
li.les rii'o in qui doivent dle?
miner kii'- cuuij) g ion du 'i.i-
vail ag icoie p-. ndre ~n main i
les in'n'-i de li population de
la Crois les Bouquets 11 de
butres bourgs de lagrtndePlai
ne du Cul de-S <.
Le troisim l put ' de Port-
tu l'i in e.dont le maud t prend
fin, est Mr .1 in Rou sei u qui
m- reprsente avec le uim
f[roupe,eVsi-.) il i e ve vi M.Jo
ibois ei Vu lor C luvin.
Dans la ei i' des sucr^ ob*
tenus par l institut Tipp n
haner ;tux ex "mena o flciela d<
1931tnoua relevonsq iel i meil-
leure note de Franuis tant ;i
l'crit |u'.'i l'o al aux examens
olfciels ay t t obtenue par-
le jeane C'en ni \i gloire, le
prix de Littrature Franaise
accord a l'Ecole p r l'honora-
ble prs dent du Tribunal de
Cassat'o i.M.Emmanuel Ethart,
lui est dcern.*
C'est avec gr;ii, | pl.iisir que
nous enregistrons c* roccs, le
laurat tant le li's de notre
Directes .
Nom apprenons par no're
contre'e e Nouvellistes que
jeudi Dialfn M Abel Lger, s. -
crtairr d'Eat des Relations
Extrieures a reu en audience
prive M. le Baron de Cam ts,
charge d'aflairea de la Rpubli
que Franaise l'orl-ju Prince,
qui lui n prsent ses flicita- <
lions personnelles l'occasion
de l'accord sur l'katianisation
(ii s si i vices publics. Le lende-
main,des visite^ ayant le mme
objet Oht t rendues M.Lger
par tel chargs dalla res de
S. M. Britannique et de S. M. le
Hoi d Italie.
Dans une Ptition adresse au
Prsident de la UepuMique.des
habitai ts de la etite Rivire di
Logene rclament des aeeoari :
Les ruines, dis- l'-.!s, accumu-
les dans notre r g on par les
crues de I Itivire. Momauce en
dite des 2.") et 2!) Mai dernier
sont incalculables. Nos bestiaux
ont t emports, nos cultures
ravagea.Sni la seule habitation
La Salle/),Gra.ide l'Iace plus d
250 maisons ont t dtruites
Nous voudrions relever toute
ces ruines.) Le Gouvernement,
nous en lOUIIIiea srs,ne restera
pas indiffrent ces cria de d-
tresse.
Todl le mon ta ta m linle
ii.-i ni qne r >ndes vous de g *n
r*hiCH de la belle s > ili i
Terrace Garden, "tion -Villi
ou i on !> i-1'." des moments
a gr I es qui voua lonl retou*
ner loujou s 'a clisrinante t
ac u i lante ^ il la.
No is avons reu de I i Lg i-
t.on d France un pu mplaire
u u i urli le de Pie "re Renou
vu. p nf ts< ur n i'. Sorbonw,
intitul : L'-s historien* am-
ricains et d Responsabilits de
la guerre ael un antre d'un ar-
licl de Cami le Bioi h. (gaie- ,
m i t j r !' Il ui 'a S M bonne, i
B vanl pour lilre : La Ri s
ponsabilit de la guerre 4 p'o
i>.)s du livre de M. Sydney
Fay C s articles sont extraits
de la Revue des Deus Monde
rI d le Quinz dne Critique, Ht
conlro tenl les ouvrages relen
li s'Miis de deui minanls pro
lesseurs amri ains. MM. Syd-
ney Fay et Berndotte Schindt
qui ont crit The origine ol
(ne \v irld w ir et The "
ming ol lii \v u l'.UD. Le pre-
mier proless a soutient la th-
se de lu responsabilit nat;i
ge, tandis qic M. S' hmiii lait
ai contraire nettement ressor
tir la ulpabili dos Puissances
centralea.
Lis articles de M M Renou-
vin el Bloch ont t trs remar-
qus par la presse in'ernat o -
nah.
Nous remercions I disting
charg d'aflairea de France di
son gracieux envoi.
\ ous qui nt savez i o n
ment vous distraire, allez su
Petit Pavillon de i L'. S S. H. o
Tous trouverez uns coquet e j
installation d l'initiative de
l'ami Em.FlorvllIeet dans cette
installation un Bar moderne,
une Ierrasse, etc, avec tous les
agrments dr sirs.

Les informations parvenues
d. l'Arlibonite disent que les
populations de la rgion sinis-
tre sont dans le plus dplo-
r. ble tal. Iules manquent de
vivres, de Vtements, de se-
mences pour les replant liions.
Ajoutez la disparition des mai-
sons d'habitation.
li est urgent d'aller au se-
cours de ces inlressan'es vie-
unies. Qu'est ce qu'on a lait des
fonds de secours vots par les
Chambres ?


La loi Caovin rglementant
le travail des trangers en llai-
ti a t l'objet d'objections,
del put de l'Lxcutil. C'sst
(on regrettable.
01 parle du faillite de 11
Compagnie gutrale transatlan-
tique do ut le dficit d'eiploi-
t tion se ^ hiflu n i a il.'} millions
de lianes I! pei ait que dej) 1 h
un ci rtain temps, les billan*
accuses par celle compagnie
n'taient pas sincres.
Hier matin ont en lieu 'i la
Ci hdrae. les obfui^de <1a
d .me CHMISTI \N' D1EZ, n*
Loi is< Bruiu^.jdcde la veill
s x lie ns du matin.
Nom adressons nos condo-
lances soi lntilles Diex, Dsy,
Du ys ef lirutus.
Propos
humides
o
Le stand baltien l'ExposiUoa
coloniale de Paria ; eu l'honneur de
la visite le M. Duuiner, prsident de
la Rpublique franaise. C'est fanera
de la rrSanta-Maria* que l'illustre vl-
si'iui a voulu voir.C'est du moins ce
que le ans-lii nous a transmis. C'est
probablement a&act. L'ancre da la
' Sanla-Maria est, parait-il, une
des grandes curiosits uistoriques de
l'exposition coloniale. Le premier
citoyen de France devait tre teoti
de 1 aller voir. Sa visite fat l'ocrai
sion pour MM.Liautaud el Chauvet,'
nos distingus commissaires, de lui
faire connatre notre super-prodeil
national, le 1UIUM SARTUE CA-
CHET ivoit dont M Doumar savou-
ra le got, l'arme et la subtile dou-
ceur tropicale.
SxooAR
Rjfrtnrateur moderne
SUPER DPURATIF
L* plu tr, U plut complet
Le plus pratique aux Colonies
Combat : MaladlM do San(f. de]
la Peau, du Foie. Conattoation,
Age oiUqna vt PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR
39. Rue de la Chapelle, PARIS |
4 P0M -au-Ppinei: Pharmacia W. i'.'CH.
U FETE I L'ECOLE
SPCIALE DE STNO-
DACTYLOGRAPHIE.
--o -
La socit port-su priucieniie,
rpondent a l'inviliion de Me
Marcel Robin, directeur de l'E-
cole Stno Dactylo, lui repr-
sente, d.manche 2 a-n, por
des ceplaints de sea membres,
a Cin-Varils, o l'E'ablises-
ment taisait is remise des dip'
mes aux laurates des derniers
examens de stno dactylo.
Con C'est un trs petit hoinnu
M;>is son tout se rsuma eu ces
mots: volont, courag. lab-ur..
Il a un rve raliser Son Iront,
ses yeux le disent.. Il lve la
prosprit de la chre Hati, il
veut qu'elle devienne grande
pir la somme de savoir et de
labeur de chacun de ses lils.
Aussi s'est-il adonn depuis
quelques annes a la formation,
l'une, layon adqja'e. de la j u
es>- de nos jours dans ces
ton es branches dclivit! mo-
dt nies que sont I < stnographie,
|i l8C ylograpbie. C'est poui-
m o nous lui devoi s de l'esli
Ule et de l'admiration. Car, 11 il
l'a (li' : Il laul que tout le mon-
de s< it prt prendre part au
grand cotnbu de demain o
seu e la con aman e vrne sera
en h tn eur, pour qu'au jour de
fmondag! des mauvais-' bran
chtfa ou le ceil*-. inutiles du
grand aibre. tous so.ent consi
drs omme ncessaires et
pargns.
Li l'e organiss cet efljt
eui un caractre des plus at
trayants. Lu programme trs
n ne lut servi. L'ii deuil rcent
du Secrtaire d'ival le l'Instruc-
tion Fub ique l'empcha de pr^
si 1er. mais, la silhouette du
Chi I de Division du dit Dptr
tement, M. Frsn as Maniga'.s'y
I us nt voir, H remplaa avec
distinction >on chet.
Dans un cidre o, emble-t-
il, la main chinoise nvut pass,
on voyait sur la scne les pices
eonVtCtldn comme On et
di au tJblns : une machne
enre, don de Monsieur Gilg,
commerant tabli sur cette
pla>-. ; un joli crin, qnole-par!
du Secrtaire d'Etal de I Instruc-
tion Publiqui;un lot rie... par-
ch"mir.
U e musique des plus ap-
pl udies, dirigs par le Maestro
Duroseau, jetait par intervalle*,
d-s notes gs. Ses nremi e<
tarent pour La Dessalinienaes
Ci commence
Me M. Nso, svec aplomb,
psrls de l'uvre, du Fminis-
me, du rle que ta ierame est
appele jouer dans la vie so-
ciale, dnie m. Il tut accompa-
r. de h scne sa place par
des applaudissements rpts.
Signe rie succs.
De m musique. Les meilleurs
moiceau* du rpertoire du
mnitie. Kl les plus difficiles
excuter.
a continue......
biVt/.-vous que nous n'avons
pas eu la joie de voir Le cheval,
et l'entenare nous raconter son
histoire ? Dlaut l'endroit de
l'acteur qui, par son absence,
nous a priv le ce monologne.
Mais en compensation, savez-
vous que Papti-Youte a dissip
tout cela, avec deux numros
de son rpertoire? Point n'est
besoin de vous dire combien le
lire tut en honneur. Bravo, Pa-
pa Youfe.
C'est a'entrain. On est content.
On es< cii.ii me.
La chaleur paivenait, ce
nmr.eiii au degr le pins
lev. Oa suai', on souillait,
mais, on niait pas rendu. On
attendait encore.
Avec Daniel Thard, ci con-
tinua___ Un amateur passion-
n de mono ogues parisien?,
les sals surtout, il ne ddUi*
gna nas le b-onhomme d Pon-
ta ne. Il fallait le voir. C tait la
j u liasse vraie. Il se croy it en
caleon appert le mot ologue
Ci utta l___On riait goig
aploye.
Mi Marcel Cimille s est r-
vl un diseur p triait dais
les stances a Min'.
Melle E. Madiou nous gra
tdia de kiirezxalu de J-^au Ka-
meau. avec beauccup de grce.
Mlle I). Ethart, avec une
voix pure, u te diction paitailr,
des gestes approptis joints a
une ni moue prodigieuse, fit
ressort r la beau' les vers de
Charles Moravia : Ole Tous-
saint Louvettnte . Elle tut
longuement applaudie-
Une note particulire Melle
Il4rie-Thr!! Gardinerqui, de
ses doigts agiles, excuta la
Rhapsodie hongroise.
De sa vo x ia plus torte, Mr
Marcel Rob n, en une vribante
allocution, i emercia l'assistance,
et attira l'atienlion du public
sur le geste de Mr Gilg et du
Secrtaire < 'E'at de l'Instruc-
tion Pub'iqur.

Les deux (plus heureuses de
cet'- journe turent Melles Ma-
rie-Tnre Gardiner et Alice
sfagloire. La premire a ob'enu
le prix G'!g;la deuxime l'crin,
le joli cadeau du Secrtaire d'E-
tat, consistant en une plume a
rservoir et un crayon m'ns.
Applaudissements rpts
Des coupes de Champagne
E AU VQISI
Le "Nouvelliste" jign..
que le Prsident Tiujilloforjj
suit mthodiquement desar*
memenls dans la Rpualiqoi
Dominicaine.A l'appui duM.
jet d'une arme deo.ooohom.
mes le Gouvernement Doinj.
nicain reconstitue sa flottfju
de guerre, prpare un ctoja
d'aviateurs,achte desav;osj
de combat.et va mme jusqs|
amnager un arodrome surf
trontire, et, ce qui esl pu
grave.sur un terrain en litip.
Contre qui toutes ces dispeaj
tions belliqueuses, Messiena
les Dominicains? Contreaorn
apparemment, puisque non
sommes vos seuls voisina'
Mais alors, il est temps qm
notre Gouvernement oovn>
les yeux et que des reprseo.
talions soient laites Sto-
mingo. En intendant, ,_;
couvieiidrait .1 pas.ds mais,
ciiaii' de Lipler les cadre)
de nus olliciers militaires,si.
non de nos etlectits sous laj
drupe. U T Formons aussi di
aviat urs, ayons une avij.
t on., n is camps d'avialioo,
approvisionnons nos arse-
naux, redoublons de vigi.
1 nce la Ironttre... et sur.
out ayons l'oeil sur l'unoij.
gra i m dominieaiue qui, ,ie.
piis quelquetem^s.ejcombn
uos villes... sous le Iprtexti
peut-tre tallncieux, ds st
drober anx presc iptious,(||
Sylla dominicain.
Nous sommes pleinement
de l'avis de notre vigjlantcno
lrre : "Le Nouvelliste".Nom
ne pouvons plus garder soin
attitude de bate q litud!.
Le siea ner il-Vo losi.i ,vi>
nalit He l'Europe, est attende
ici vers le 15 crt, en roile
(io"r Kingston, Santo-Dorain-
go etc, prenant trt et pisia*
gers.
eort au Prince, tS aot 1911
REINBOLD &Co. Agents
furent servies et chacun, daoi
une atmosphre de pures cor*
dialits, lit ses compliments il
Directeur de l'Etablissement,
On se spara en emportant It
meilleur souvenir de cette jour-
ne qui comptera pour l'Ecole
Stno Daclylo.
Nous renouvelions i notre
jeune ami Me Marcel Rosin,
nos compliments les meillsun,
P. D. P.
IJHHB
(ilUNDES OCCASIONS
GRANDE LIQUIDATION
Liquidant entirement notre stock, nous avons baiss 60 o/o les prix des
articles suivants : j
Disques* ODON I Pneus et Tubes
Phonographes Champagne
Radio-Phonographes j Vermout
Montres Whisky
VENTE EN GROS ET EN DTAIL.
AtCOliJihZ ' Le stock s'enlve vite.
J. KABAYANY
Port-au-Prince,
Annie Grand'Rue & Rue Prou
nrffr- ru. -_*-..
TZ---*'^~- ' .' --
Khani Bai luiiit (tort
Duplicateurs
Exerciseurs lectriques
Bijouterie
Bonneterie
N
-*
**
boat la rwiv^Mse *s! uaitcrss!!- a garde sa preoii/- *pU;e
Demandez partout
UU HAHHANCOCMT
OpoitteRne^er Csars



ht MATIN 10 Aet ltll
3
mj*At4g*!4 "M

S
IMHWPHwM 1 m FIBIMiIHIhi i u I lll |
Toutes les Polices
DE LA
tu
Sa3 i
8*
GRAND RABAIS EXCEPTIONNEL
Anton I. Sabti
TRANSFRDEPUS LE 1ER JUIN AU rtfM.MMiP^
Icomprennen i la Protection contre Ja
j Foudre sans auqmenration de taux
ce

Etig.LeBoxs
Agents Gnraux
^8


J3h uen/c ofs prsent
dans toutes les plus im-
portantes piceries
GRE4M OATS
Jfatww/hs
M Jif.lWI '
C
bf
-*-*,
"j")
Crale de la meilleure qualit qui existe; la plus
nourrissante de toutes.
CREAM OATS Il ARA VILLA est un aliment
rieure a toutes les crales prcdemment oiTertes
U clientle. Lille est laite de gra-.ns du plus haut
chou MURIS AU SOLEIL, OK'.LoUs dapriYa un
procd brevet qui lui donne une saveur dlicieuse
incomparable.
CHEAM OATS MAIiAVILLA est riche n proti-
nes et an vitamines :'H" Ou la recommande lia.ite-
ist'ut comme l'un des meilleurs aliments pour les
uiants. Sa cuisson n exige que S M1X-UTES ; douii
prparation rapide, facile et a peu de Irai.
CHEAM OATS MAKAVILLA a obtenu parto-ut
un succs immdiat et sera sans doute bientt l'un
si plats latoris dans toutes las bonnes maisons
Hati.
I

Nm.
NEW-YORK, VI, 8. A.
TH8 PAWLE SUES 10' 1PAS. Port n-Pfii et.
anufaclwe Hatienne
eciooj elles
GEBi\RA & G
LES CIGARETTES.
tffas Fantai-L( m
uDesstiliniennc*
Colon *
*F lp ublica me*
^orl-Mu-Princienn e
A L'COLE
rs Kraud profit aux clients. Voili ICI prix de ces quelques orticl
Cric de chine sup l'aune 7 80 cisquelle co'iers demi talon noir
CtU satin blanc iup. ll.oo bleu mariai mo gouiiwpjnf^
6.00 Chip, paille prho.n.can.;..oo QJhnm tanna
2oo chap.poille pr hom.canol.7oo Sot.hsrs Pr hnn ai e
paille pr nom. tin 12.00 Gravi* ton-
1,50
1.7
3,oo
1
On! t admises en 3$fne
anne:
Nielle?- France Char'rs IN rrre,
Clara Vieux, Catroel H.-aux.,
Nadia Franois,LucienneNiu,
Pauline Botsgria.
Mal II Charles Pierre ave*-
la moyenne de 9.38.
Ont t admises en 2e aaQe
Melles Sono e TrniaAL
Elsie Mac lntosh< frrtnen La-
raque. Elodie de Wendt, Rita
l'rezcaii, Kenee hassani}!.
..liles Andia Louis Charte*,
Madeleine ftigiud, Qeorgitte
Guerrier, Winnie S oit, Jooie
Anglade. S'moue Paul, Jane
lirown. Fernande St-Lger.
Mr le Ministre de France a
remis la Directrice des m-
dailles offertes parle miuis-
|re des Aftairea h! t rangeras
x>ur les lves a*tani parti-
cu Urement dis inguiea eu
con.*ooiitloo franaise.
Un. mdaille de vermeil a
t atl riuuac a Melle France
i Charles''fart .Deux mdailles
ouze s Miles Claia Vieux
rnien Lu raque.
A l'cole amWXC. 21 lves
ont obtenu liir'ifleil d'tu-
des primaires et 4 le brevet
lmentaire.
) de br<
et Car
!
Changement dadre8
Arme dlicieux
exquis Prix
Toile de soie sup
Crpe Ginette Meurs
Voile tuile loi
(hgaoui bleu sup.
Voile lakze brodi
Gabardine bleu maiinesp2,M
et me l.oo
Gabardine blanc et noir 1.75
Percale blanc sup. angl. 1,74
percale blanc extra su p. 2, Hatine bl.mercacarream 1,73
Ratine couleur l'aune l.'J
ulleblauc 2"o
IntiMion Simili COol.lbl. U U-i
Zphyr crp barre o,7
uns i coul, mm brabait o,7
Calicot molle 1* o 7o
Indieune hitu G. L. o.7o
Diablement loi t bl. molleo.7o
Colette blanche 1 >
t: {tn pour deuil Gf,. 4 "O
Tte indienne lleura 0,8 1
Baptiste fleurs o.il
Crpon fleurs 0 Do
Tulle sup. carreaux saie l,4o
trpon car. soie l..r>0
Madras cuil. birres l.'i
Madras sup.merc abattes l,5n
\ Saliuelta 1 :-J>
\ Brabant l3o
| Crpon barres soie bl. l,2o
, Indienne O.L.dsmi demi w..^)
I Indienne <. L. conleura 0 7a
/ Flanelle coton
Toile drap ( lloi sup.
Chap. paille ctinole prh. N.oo
" paille lin canotier U.00
'* paille cliarleston a cl 9,00
" cliarleston asst 7.00
lui,) pailla Imit panama il 10
chai eaux paille imitation
panama suprieur 1 no
panama i; 11 onnela
l.oo
9,uo
20.00
2,oo
3,5o
4.oo
Iraoaistis sup
(rinaisdemi deuil
sup avec pttchellct 4 00
Serviettes de ba;n cool.
asst. grandes
Caleons courts Jiabl.
tort mol
Caleons liogl dlab
tort mol
ifl
l.oo
ch peaux uni leaaronel ooo * . ,
Lille Jean Barl dei 5 W on .. &&J~
l,7
ha .uni ! "1 Iles garnis -I 00
' paille fi I non garnis Ij >
chi. InrnM pr damegar 5,oo
" paille loi me non g-'f. 00
" forme large garnit i 00
<:h >P' aux paille S mdino ;-
2o
2 00
1 ho
Lotions luinniy ;>sst.
Lotion Cheramv plesbt
Pommades Cheramy asst. l,6o
Crme de beaut Cheramy l^o
Saxon Borsarl lin l*So
Savon Borsarl aasl 0,T8
Eau de Cologne Vibart IJto
Cbaissetiei prent. snp.p 1 5o
haua.pour enf japonais o9o
* prentanl ll coss a la
' blanc et noir pr eol 1 00
Chaoasetle 1.11 pour hom
couleur aasl 2 on
pr boinnie ti' jour l.io
Chaussettes pr hom 111
y lourcbettea 2 o*
Chaussettes pour hommes
2-301 rut rc. sup. 1,25
2.J.) ^ haussetles pour hom<
!i drap demi bl mixte o./o | ^oie coul. 3,oo
Toile drap ftl mixla Soi (:
erinoleprdama gain 1*2 00 Eau de Cologne Chiansy
" ' pr dame non garotaVou uartum m. flacon 2.oo
chapeaux criuole pr dam.0 00 Eau di Cologue Bortari
Kegina et Imprial &fia
Lotions Cheramy asst.
b nitellle li te 800
Lotion Cheramy grande b.oo
Lotion Ch. moyen bout 2T>o
Houppes cygie tauUiali
animaux 4. no
Houp colon velours Cb o&u
i coton moyennes 0.K0
coton grandes l <>
w cygne petites i.o
PeiRne imitation corne 1 .fto
ioiteur u.ti
Toile drap pur fil l,oo
ihautaettea pour homme
milb
i Annonce sa DOt ubreuse
et distingue clientle tlae '.:f
grande tabrique H 1 loaal-
4ue aUUillJ E. h LJIS
dont il est te seul pro| rie"
taire est Iwaxtttt ia "e
du Quai, No 1807, fa ae
la Douane, tout prs HP Bla"
Kasin Ed. tstve Ptaone : 2005.
Attention
Progrs Nouieatt
Rhum Nouveau
Japonais cou ur
Toile drap Kcuen fil ll,oj ^ hom.mercassi
^oiie uni coul. et blanc o,9o. * pr 0om inerc. jour
1,60 Bas ?o*e ass.
2.1 o |J;is soie sup.
l,So Bas fil suprieur
1 7i
0.6O
0 7(1
0.S0
2 00
S.ao
3,5o
1,00
1 00
1.5o
Bas merci picot sup.
, Tj Bai m etc. uni
'Parapluie homme noir H 00
Parapluie i hom. sup, 85o
Ombi Iles pr d mes coul f> 11 1
Omb elles pr dames noir f> -o
p, daines sup. noir 0 ."k<
12o
121
0 .10

tiot
r lui t.
ALCOOL dfiant laite onciif rene.
CLAIR1.\ VIERtil.
f.hez : 0. NAZO\
Angle des rues F ou
et du euple
Tlphone : H3I3 .
awints 111 uni 1 mnif 1 mi 1111 uttiirninsfP*'.iiuiua imiiuiiub
COMMENT
RAJ^UNIN ?
^Liir!.Tr nombreux nM '"
franais.! trtnfert etrprlf d'P" l1*'
SRS? -SS mmorable de BRO'.VM-
r-iVir. AD ur la possibilit de raleo nlr
'Y* aumain parPabsorption dr IT,n,!T"
Wjhsa d animaux, ont conduit *,"
^^nclusion maintes fois vrifie. <|" '' "
maintenant possible, sans Tolr i-ecour
Iaux procds opratoires (Steinaen.
Voronoff). de restituer a l'orgao ism.
cbez l'homme ramme chez la fearne.
son nergie et sa vigueur perdu a la
suite de maladies, de fatigue phy-nq?
ou crbrale, de vieillesse prmat ure,
et d'effacer les stigmates de cette dt-
cheauce prcoce.
Brochure gratuite et vents :
F.SJOUBN.W. lil'CH, Porf-os -VriM*
Ct ans toutes tes bonnes phar adssv
LE "CLANDOPHILir*
$tul$ iittrikufuri : k. THOMAS A O"
15, Rue Martel, PARU _
MmiiiiiiiiiiiuiiMBuiiHUaimii iiinuasan val
Kaki blanc Gobirnidor
Iv Diill b.auc l'uune
D.ill blanc sup.
DriJI serge crame
DriK sport barie
Drihe flanelle bones
DrilJ toul. sup.
Tuasor n.il'.soie doub.lar.4.So
Tissus nouxejaut coul.d.l.4,5o
Shuuiut'g ifs sup. 600
Casimir angl. sup. coul. U.001 Souliers pr dames en
Casimir anglais sup 17 501 caoutchouc ^ talon 7. '' anglais sup. coul. lSoi en caout pr dames el.7,< o
Serge bleu marine sup. 12,00 <,,ii
Serge noir sup.
Cheviot ang.bleii marine if).t.o Souliers pr boni sans
Cheviot noir 6,0a talon caoutchouc b'
gris aant 6 o
chemises blarr.mille plis 9 00
chemises blanrhea plis i.fto
ificolinibliM.il toul.ri 5o
amricain 5 fo
chemisesbi.inclres*Arrow 7,5o
rrow 10 00
iihapeaux liinipr.ini.ai. 5.no
(Jbap. laine pr luni noir 5 5o
" laine pr bon-, assort. 7 no
' r sup. exira 12 00
flla!m*!ttli tranyaises li.7f>
Irannises sup. .'i. .0
suprieures 4,ou

(i.oo
l.)
2.00
4 a
.oa
a o
;i 00
l*,oo bouliers pr aames rn
14.CO caoutebouc coul. l;ilon
b"
Souliers en caoutchouc
pr homme a talon blanc
Souliers en raouti houe
poui homme couleur
Souliers en caout,boitea
Souliers en caoutchouc
pr entants blanc
Souliers en caoutchouc
pour entants b'acc
S tulieis en euii cii e
iule pr dames
Souliers en euir pour
unes l|lon ha 1.1
Souliers pour dames
, 10
7."i 0
10 .0
7 SU
7 3o
,") o* 1
18.) -
18.)
pour ci
Fleura artificielles
nuances
pour robes W 5>
" mille nuances 2 00
" extra sup pr robes 5 ro
Peignes de toilette sup 2 00
de lantaisie 15 00
de J" 1res sup '
Ciinture imitation euir
" cuir chailestou
" sup.
" extra cuir
Bretelles Iranciises sup.
extra
" entants Iraniisea 1 m
Couronnes pour inarii e .aw
pour 8 < a
pour "extra 11.01
Bande brode plicii di 8 a 178
.......U a. percales 350
El auln s plusieint s articles.
dentelles valenciennei. n-
bans,p rfams i leadentitrioii
paille pour chapeaux, colliers,
miroirs, etc. etc, etc.
Accourei-y en foula, car les
prix de cette occasion sont au
dessus le tomes concurren-
ces et ne sont que pour
quelques jours seulement.
N- tubliez pas la Maison Anton
l. SAUA qui se louve attuelle
rncnl dans ion nouveau local
\,, 1 "7:5:5. rue du Isafltin de
i l'Etal,
Cin&J.Qldy
DEY Al
V'Snilt
La Maison du Mystre
(SUIVEJ ,
sc Htleoe Djrly, Ivan Ifoajtidoiv, Cliarfe*1 '"*
lv 1' r
Kntrf : 0.') ; Bs -c r 1.1X'
e .Ni ( lia
I ,abortoipe Siourn
l)i 1,1 Cl Kl I
h Sjouiuvb, Pfesarmaci
R M-.i .uhm., Ftiaciurfcu*! l
M- SkJooRNK, Pharmacie e>
A vendre
Automobile BuickTonrM
BodHi Silver 19, NeW
de neul
1 bureau amricain a^ac
( | -1 i tournante ;
1 Machine ecrire,.H.ara,ui
i;, s ., rouleau 18 paacaa;
1 coffre-tort .Marvin
1 (ilatiie.
1 toifltuse ainerieaiae;
Peur 'esconditions,s'aiai-
serMrVinctDtCHEIDY an*
gle des rues des Fionts-torta
et du Mngatin de Pfclat.
*^ -
1 Univrelt de P:*u
ruiiiversttl le Ptl, 11 ien

interne de* ripitaax d Paris.
Acl> es des Urines, du sw.c g cirque, du san ( Wa -
sermann, Ure. Constante riVkaji bard, i.ljvemie).
Des crachats. Des matire tecaics
P
-


Lundi
10 Aot 1931
Le Malin
4 IAGIS
ieiae ANNEE X 744*
Pdrt-aa Prince
Tlphone : 2242
- *??, L.J i*
Lykes Brothers SS & Inc. g*"*
Texas Haiti Santo uomingo Porto Rien .y;
Le feuI service hebdomadaire et gulier passagers tt
fret entre les ports du Golte du Tsaas directelitat arec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile :1e ts
importations, servtc vous toujours des navires de >t LYKf i
UNI-.
l-spr :<-baines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer Velma I vk-.'S.) 11
S/S Mar#*rei i^kei 21 |
S/S Ruth Lykes 28 i
S|S IJenrvii'vc i.ykes 1 I Mp'fl nb" 1931
Bureau : Hue du Magasin de l'Etat, Boita l'ostale U
^ti^WjPWS*4t**^i Les Vins Mousseux
lllirtiti
peu de temps ce g
prfrs des Gourmets
"1
*
ffproduit remarquable a I

&
ALUMINUM L1N Igconquis de haute lutte |
Nrv ) '.i. nnd Mobili < P irt-nu-Prnce-- Southsi te .,V4 a i *$$
H om m O'.'tpor' Sanl >-i)om ngo ai Ports June Sailling Ju'ySaillinfts A' # S
liliK
New Orlans, Li Sait*
Mobile, Ah Sai's
Port-au-Prince,Haiti I Mie
Aux Caye\ Il -ni |) ,e
.acmel. il iti Due
Sto l)o Citv M I). Die
San Pedro Mac RI). Une
Maearaiho Duc
1(5 lu'y lt Aug. 11 -."
une renomme des plus S
fti
!*
lune lu
Juin 18 luly >8 Aug. 13 Cm
lune 23 luly 21
.lune 27 .1.(1 v 25
Junc 29 July 21
lune I July 29
l .ly 2 Jniy 30
luly .") Aug. 2
Aug. 20
Aug. 22
Aug 21
Aug. 26
Aug. 27
Aug. 30
env
iabl
es

t*
Demandez toujours le ,
g Rhum HENRI Gardre g
V ; ^ $ T- W *?' # v- ? # v # t* v A W 4 i>2
BIRE NATIONALE
1)E LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le ver re malqr sa o u a 1 i t
suprieure.
, Protaez votre ooehe et
Nous donnera raison, confirmera votre hou jugement et >
(btifiera h contiance que voua no is aurez accorde en .
^SJ^T^Z^^ patr'""ge m,eU* votre sant en la buvant
Nous vous suggrons d'arrter votre cha mbre l'avance
Bire la pression. toujours.
New ')il.:ms nd Mobile to Port-au Prince NoHhside
ici tien Ont port 3 Santo .Domingo and Maearaiho.
Poils inn Sail'ingx Angusl Saillinas July Shillings
MewO lans,La SiiUJunc 2 Juna J0 July 28 Aug. 21
Mobi'e. Ain, Siils.Juor 4 July 2 JUly 80 Aug 27
P-au Prince Hati Due Juin il Jniy ! Aug. 6 Sep. 3
Cap 11 iitiii Due Juin- 13 July 11 Aug. S Sept fi
Puero-!'l;.la. R I l)-e June 14 July \> Aug. 9 Sept 6
San PedtO Mo li D l).,e Juin Ifl July 11 Aug. 11 Sept 8
Sto I)g> Ci if li !> DaeJttiie 17 July l Aog' Va Sept fl
Mecaraibu, venez Due .lune 2(J luly 18 Aug l Sept 12
Poit-au-Prince, le 30 mai 1931
ALI! INIJM I LNE
A DE MA TI LIS & Co, Igents Gnraui
Votre premire visite
A
SPOAIA/1TI
0I/1ZA/1O
A. de MATTEIS&C0,
AGENTS
\
DESCHIEW
rHm0ltMM ,
I'.*ii^nrtrvr il i r+n. rwierit t*r l'liu mtdiaal*.
tfu;> riaurAIn r/antforua( ft..... ?n.rux. Admit dntf Ut Wp.'rau* **W
hmhi
ASSUREZ-VOUS
a
la
9SStBbv'm

General Accident Pire & Lit

Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Seotland )
Lar la GENERAL i es! nue des plus puissantes et des plus va&tcs organitatioaa
le ce genre. U- soleil ne se couche jamais sur son champ d'actiou qui embrasse le j
momie
Set Polices contre ircendis coi.vient aussi les dgflts occasionns par la touca^. | t.
Ses Polices pou i Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans tes biens.
Sts Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables ta Haiti
Ses Policea contre accidents sont valables dans lunixers entier. Tous lus voya-
eei r-* devraient d:nc prendre la prcaution de se munir d'une police contie accidents
d'an moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 / soit 20dollars I. G
A euve l-\ BEHMINGHAM, AuxCave
ECOUTEZ!
.
\
e Pihuin Sarihe
.DUS ENTS
Aaeni General p^ui *.;ou
^oa au-r rince. *->. bJLti
JEAN bLANtHl Tiru ie
Ruval Mail Steam Paeket C
Le steamer Arana a vena ! de Londres', Ko.gsoi.. rsi
MHeodn Ici vers le 12 aot 1931, partant le 'mm' \> nr v b
les p#rs I. J. Bi.O,
Agent Gm rai
Tlphone. No y.l 11
U PLUS aKCIINXE ET IA PLUS EFFIUCE %
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
i
(DRAGES PEYRARD CI
Ourlmmmnt Im
BLENNORRAGIE
TOUTES PHAMUCIES
SfkWttl PEYRARD. . itm S CrtMlk. PARIS
DANS SON PROGRAMME
G0NR7 Orchestre SCOTT
MON OLOGUE Papyot
STATION H R K.
Port-au-Prince ( Hati )
M.
fitCSh. ^*->.
Mosaque
ienms
Charlier-Malebranclisj & Co,
1224, Chemin des Dalles, V3
Tlohone^ 2C8'.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs