Cr�pe Gioi tte i 11 'ura '/.ou
Voile � mite soie i �tj
Organdi bien tu�.
Voile lain br d� 3,oo
Gabardine bleu mari& Sp.2,9S
c ci �n�e l,5o
Gabardine bl me et noir 1.75
Percale blanclop.angl. 1,75
percale blanc extra au p. 2,oo
Ratine bl.merc � es "eaux !,7i
Ratioa couleur l'aune �.2l
Tulle blanc 25o
inallvliol Stuili coul.Abl. n 9 >
Z�phyr cr�p� � barre u,70
Grise coul, unit brabant o,75;
c isqotttt �eo'iers
t�eu :ua ine
Ch m>. �:iille p ' bon .cm. � oo
ch ii.p nlle pr bom.< isnoi i e>o
paille pi boni, li'i I i oo
r.h ip nail'e crinole pt b. t.i i
paille fin canotier 1 Loo
�' i>;nlie charl�slon � <�! !l.oo
" cbarlestoo asst 7.oo
cliap paille i mit� panama li'�0
chanceux paille Imitation
panama sup�rieur ! OU
panama gv�onnels 'l 5o
� li ji paille livre g�latine "',oo
eh i peaux pniUe gar�o let �"� "�>
'piilie Jean B iH des � � lu oo
rluip. pail fillette! garnis 4 oo
paille BU. non narois ." oo
15.< �
XX
� ' !
Calicot molle
Indieune blea '-'i. !..
Diablement loi t bl. mu
c^olelte blanche
e �pe pour deuil G.L.
T� e indienne � Heurs
Baptiste � fl-urs
Cr�pon i fleura
Toi
o 7o <:'t m. ' ler.ne pr dimegtr b.00
0,70
leo.To
1,21
-1 oo
o,8i
0,00
o 9o
paille tonne non gar. U oo
; demi i I n noir
i.5 ) ' gon'ii i n p ur enfant
| � el beigt
S ' � pr !;�� n. jauni
i ts s'M) h nn�aia
- h.i;:c lis �'�s .110.
� n an�nis demi dei il
suc avec pacheftsl
Serviettes de ha'n ooul.
asst. grande!
Cale�ona courts :liabl.
lort mol
Cale� uis longs di.'b.
lort mol
Lo'ion Borsarl
grandes b mt. 2 oo
Lotions Cheramy asst. 2oo
Lotion Cheramy ptei l>i. 1 �o
Pommadsa Cheramy asst. l,6n
Cr�me de beaut� Chei�faiy IJJo
Savon Borsari lin 1.5n
Si\ un Borsari asst. 0,75
00
n oO
20 � �(>
o <�!�
�� .�">"
A on
i 5�
O no
1. oo
1 y.)
" " forme large garnis i
ebapeant paille Sandioo ^.SstEau de Cologne ^rlberl l,5o
" crinole prdame gain !2,oos |.',in de Cologne Ch�tamy
pr dame non garnis \> oo
chapeau] crinole prdam.t� o �
rhauMettes prent. anp.p. i 5o
ro.leaop.acarreauise.el4o ihaua.pourenf iapooai� i ai
j�pon a car. soie 1,50 .. p| ,.�, ,�, y �coss� i I ,
Madras coul.i barres 1,25 .. 1)!iJtlc fl Poir pr eI1, , ,,,
Madras sup.merc a barres l,5o pi. .nCB.
Sa linelte 1 Jt
Brabant
Cr�poa � barrea ?eie bl.
Indienne fl.L.demi d�ni
Indienne 'i. L couleurs
parfum� m. Il icon
I." m de Cologne B�rteri
Regina et Imp�rial
Lotions Cberamy lest.
b niteille li re
2.o
.i.X)
.�(�
Lotion Ch�ramy grande 1> (> so
e fi1 peur boni j Lotion l.li. moyen bout 2 �o
couleur asst 2o>|Houppei cygue lautaiaia
"� ' "pr homme fil � jour 1,5jJ animaux 4.oo
l,2o cii.iu leites pr bom. lil >Houp coton veloen Ch �5o
o,�t)
o,75
2.50
2,25
,i.
1,23
Japonais cou eur
�' pr lu m. merc asst
�' pr nom. merc. � jour
Bas *eta aiit.
Bas soie sop.
l,So Bas lil inp�rieur
175
C'.OO I
o.70|
p,8o
2.rl0
OO
Flanelle coton
Toile � drap cotOU Slip.
� drap demi lil mixte 3.75
Toile � drap II mixte ttoo
Toile � drap pur lil 8,00
Toile � drap |5( uen 81 11,00
Voiie uni coul. et blanc 0,fo
k iki blanc Gobernaclor 1,80
K-ki btanc amiral
Drill banc l'aune
Drill blanc sup.
Drili serge cr�me
Orill sport � barre
Drille flanelle � ba
Drill io.il. snp.
,_ . i;uiwiiin,ii ui UUIUCO VVUI'V U
Inssorimil.soicdoub.lar.l.�o Ombielh . pr darnes noir 6 5a
lissus nouveaut�coul.d.l.4,5o � pr .hunes sup. noir (j � i
Sbautnog mol sup. 5.oo
Casimir ingl.sup. coul. 14,oo Souiien pr dames en
Casimir anglais sup 1750 caoul bouc � talon
anglais sup. coul. I85u
p. 12,oo
i i mon
� colon " grant
<� cygne petites
moyennes
n
� fourchettes 2oo|
ChauMettes pour hommes
merc, sup.
Chaussettes pour hom.
soie coul. . ,o
� ', tussetles pour homme {Fleuri artiG �elks mi'.la
O,(J0l iiniMiccs
� " pour tolie! H �o
i " mille nuencei 2 ou
\ Peigne Imitation corne
. ;� i p< ur coi fleur
o.8 i
l oo
o �O
Il.tl �
o.81
1.5)
f\ir.i snp pr robes 5 oo
�1.5 � Peignes .1" toiletfe sup � �('
.',.") � ; �� rie fantaisie �'! oo
1res sup " 8.00
.M" Ba! merc. � picot m p. l.oo " ','" . "T iUP . ?*?�
i'-!0 Bas .ocre, um lo� Ceinturejimitation cuir l.oo
}'J� Parapluie A homme noir 6 o� " c0,r charleitoe 2.oo
rres {S Parapluie � hom. an p, i 5j " " s,'l>- . "., j �'�
1/0 Ombrelle!prdumeacoul.5oi ' �tracuir ft.o�
i.o y
�' eu canut pr dami s cl.7,o >
Serge bleu marine sup. 12.00 o i i
n ' *�.w Souliers pr d�mes nn
Serge noir sup. n,(,o caoutchouc coul. talon
Uieviot ang.bleu marine 15\oo Soulier! pr hom suis
Cbeviot noir G,oo talon caoutchouc bl
8j"*' aune � �o Soutien en caoutchouc
chemises blanc.mille plia 9oo pr homme � talon blanc 7 �o
chemises blancbei plis 5,8o Souliers en caout bouc
t lricollneblane.etcoul.8 5o nour homme c<�ulonr
'am�ricain � �o noulienco caout.bottes
cbemisesblanches Arrow 7,lo Soull�rl en caoutchouc
Arrow 10 oo l>' �-'' lanta bianc
chapeaux lainepr.euf.as. � oo Souliers en caontcho ic
� 5o
It.OO
10 oo
7 5(J
Bretelles Irwc; lises sup. 2 oo
" exteo .'1 oo
" ( niant! iran�sieti t "n
Coi ronnes pour mari�e O.so
ponr ��<>
pour "extra 11.01
Bande brod� ni� :es de8a 2.75
' ......Sa. percales 35o
Et autre! plnaieurea article!,
dentelle! valenciennea. n -
baiis.parfoins.p�'csik'iititiicTS
paille pour chapeaux, colliers,
miroirs, etc. etc, etc.
chap. laine pr hom noir �u
laine pr hom. assort. 7 oo
sup extra 12 00
casque lies fran�aises 2,7 j
fran�aises sup. '.\,M
pour enfants b'anc
Soulier! eu cuir cr� e
s-�le pr damea
Souiien en cuir pour
dames � talon haut
sup�rieures 4,oo | Souliers pour dames
Accourez-yen loule.car les
prir de cette occasion sont au
"' �o dessus de toutes concurren-
ces et ne sont <|ue pour
5 oo quelques jours seulement.
N'OUbliei pas la Maison Anton
18,00 1- SABA qui se louve actuelle-
ment dans son nouveau local
18 �o Nn 17.T5, rue dd Magasin de
l'Etat.
'� *t.k....
iCkt
Go'S.rlU s
Bart�Hsva
Aigreur�
HrJlu -m: ��
Von>:s$cmenl
li digestions
Pote - Intestin
ENrONCEZ-VOUS BIER CECI D�M LA T�TE
Pour (!i|-,.r.ir farilomont n'impoi 10 quai
�limont, p> ur nvi'or la loururur. 1 op-
TirosMPn anr^i lo� r�pat, D�u'ralia*i t'a .-
:u .-.'. )Triiioalo, rapprillMT lu Miuninei
(Iupi aux mauvauoi dijje�iiori.. d4�lll>
iocier l'iuioKtin. il tufP.t de (ira .
POUURkS DE COCK .
Labopitolre ' S.V1 H h.\.\ '. , u, rUS hH :'� � . t

.� �V. :.[. a
FAIBLI
oteiuiT�
A vendre
Automobile Buick Touiing
mod�le Silver 1029, � l'�tat
dejntul.
1 bureau am�ricain avec
cblise tournante ;
1 Machine � �crire, r.arque
� Royal*, rouleau 18 pouces;
1 coflre-fort �Marvin�
I 1 coifleune am�ricaiue;
Pour les conditions, s'adres-
ser � Mr Vincent CRB1DY, an-
gle des rua? des Fronta-Forta
et du Magasin de l'Etat.
'
r
-
�fltOPas
DESCHiENS
?sasj^.S^^ Taa�a^s�SsS ZSS� +**+
Administration Gf*
des Postas
Avis d� d�part
Les d�p�ches i "Mr New*
York et I I ; � , e ( Vie New-
Yoik mie i ) pai .e steamer
�Ci rstob.l > .v.1,.1 teimees
mercredi � du courant.
Port-au-Prioce, le 3 ao�t
lttll.
.��#(�-.- �* _ �v-


il
Mercredi
5 Ao�t 1931
Le Matin
atome 'ANiNbE N� 7�&6
' .rt 2C-Pn� c
Fil�nhona : 2 t2
4 PAGLS
**"
IMWW>< traws'
-�v . Am�; M*** �*��-�*�
\�H*.'.�
� "tor*4
Lyk<;s Brothers SS Co Inc. |
_ __ ... .. . ____ . � _____ M._4> T> 1 ~ ,.
Texas
Le seul
fret en!"
Port-eu i
Ponr I
Hai'.i iiant.3 UOfletogo - Porto Rico
� rvice hf 1 domadaire e l�gul tr � easeagers et ]
!� s porls ''i Galle du Tt j> din :temeVt ;.vee ,
i iiiCfi 'lai ;. �
�cfptioii rapld > et le M ;jbite de mos '
UaliittraliiB faaaiaale
de Pari au Priai-
.4 flS
\: \(i�iini*'rilinii Com annale
�h ration da ses 'l'- Wtieo �
raultiplM ao*qo�*II< --le
T
4
0
U
al
h
importai! n i, servez voui louioars d.��< n vires tte '� LYK.& ' pourri faire tues si Isa eoniri
UNE.
!-� s :" cluii' - 3Tii fc s �� ce sont
Ste \\\<: i � Genev i \ k s
S amei � V< Ima k s -
S/S �� Marj arei . kes
S/S � Rnth L' l< �
S S <� < lenevi�v � I vk*
BCllI
1931
<:
; !
21
28 �
I se embre 1931
i�
Rmn'i: R �� . u Ma fi de PEU�, Bit' i oslnle U
| baablea r.e remplissent leur
obligation! envers elle � i"T|1
! |ei retardataires qui n'ont pis
j encore acquitta leura redevae-
: i pa ir I '''pnif sn coers, i
i r�gulariser lanr ...' lion dan *
. le pluscaurt d< lai � � aiate. Bll j
� es; r e <; ie � ru jcien's C;
ir�ci us,� lia � 1
L'appareil de choix, l'appareil qui oflj
le plus ele qaranlie.
L'INSTRUMENT SUPREME

ALUMiNUM UNE
NeW'Orleaos and Moh t> l ni au r ce� Southsile
ili�ii'ii O�tporl Sa l -1'o ;i i � o a > I \l;u:;u.i ho.
Porte Jnne Sa aillingi Aug.Siilliufl*
f�ew Orl�ans, La
Mobil-. Ali Su s
Port*au-Prince,H�iti ! i :
Aux Cayes Haiti
Jacmel H.iii D il-
St<� l)^,�> Cily R. I). I) ie
San Pedro Mac lii). Due
Mataraibo Dur
N*w i )rleaos and VI ibi
1
1S
<

i h i
I u i u I
Juue I
.luly 2
Jnly 5
July 1 �
Jnly *
July 26
July 25
July 27
July 29
Juy 30
Aua. 2
Aug.
A u g
Aug.
Aug
Aug.
tug.
Al!".
11
13
22
il
26 j
la plate* ' isit� . ,|., (l.c I<>�. Toies l�gale*.
L'ADMINISTRATION CoUMUif�XE J
1 SI t. Il� TO-llVrtlltPAIBSIIOIf
H.ury R. Kiunoy, Prop
Ku. du Magasin de' I1�ta(
Port-au-Prince, Haiti,
Puons: fc.3488
�A |
'�',",
Clart�
Solidit�
i/
30 �

> i oi u l'rince � Norths le
Hailien Oui i >rts S inlo .Domingo and Mac iraibn.
Ports lui -� Sa" A lil in i l" y S' il qrs
S.il, .lune 2 Ji !�(� .!') .Iu!v 28
Sails .h.ii" 4 July 2 .luly 30
| lu � Juue 11 July il Aug I)
Aug S
Aoa. 9
New 0.1. an.s, La
Mobile. Al�,
P-uu Prim c Haiti
Cap-llnii ii I� �� Jnne 13 J ily 11
Poerto-Plata. R. h D ie Jnne 11 J ly 1'
A g- 2e
Sept. :��
>\t\ r�
S p (i
San Pedio.Mai R I' Due Joui 16 July 1 1 Ai g. 11 Sepl 8
ttO-Pgn i.ilv I'. D. Dui Juin 17 .1 \ !.. g' 1"'- k ''
Hicaraibo, Venez Due J une 21 luly 18 *rg 15 Sepl 12
Port-au-Prince, le 30 mai 1931
A 1,1'. INUM 1 i.NE
A i i: MATTEIS & Co, Agents G�n�raux
inliimobile General Regain .
Vulcanisez votre lube daot�vekile
Apre� l2ann�es d*ETp�ri�fnce
r , \ 'don �:� tek * ei
pneus noua wqu* g�ranUssom
une s�rii eae r' p i ration;
i [SEZ ri-.ni-; LISTE:
Tonriaf I �r in�*
0 i� 7|20 Hall
l punclu e Or ft.10
Eacti paneture h i fie/ 05
-��

Puret�
Pr�sentation
il

Le mod�le 613
^
Votre premi�re visite
Nous donnera raison, coi fi me i votre bon j geesent et
justifiera l< cootiance <| " Vv>us inrez accord�e en
nous garantissant votr a p pr� ia < patronage � l'H�lel le
plus s�lect de Port-au Prince.
Nous vous sugg�rons d'arr�tei vol b � l'avance
Bi�re � la pression.
Valve base
V, - i �m"!f"l
V Ive inw
v..lve m8)des
BLOWOUTS
1 im li long
nh ''i "iv ifier
ils repain I per inch
Tiud il�'�
r to io'
1 puncture
!�;�� h punetnre Hiereat�er
Valve baae
V ;ivc inslfllliV.1
Valve ntwatraahl
Valve ih\v omet
BLOWOUTS
l ir � b long
Bai h Inefa Inareattar
! i ed per inch
Riaaiog Tires
Tou . a Ca y siz"
u-... k -To 32x6
Huck ail larger ize
0 25
0.20 ,
n.30|
0.10
0.10
0 06
0.05
0 20
0 U)
0 50
()4()
p�O
1G0
020
o 10 i
o.io ;
0 20
0 50
1.
Telles son! ies qualit�s exeptio ineli�s qu� le
GARAGE KNEER
?ous c ftre en inetallanl une de ces oaaobiaea chez vous.Toute la musiqie lu marie ait i<
poi !�e.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALI
entendre ce mod�le et vous serez coi
vaincu de sa SUD�riorit�. 1
Noubliez pas que nous offrons
des concluions de paiement. 1
KNEER'S GARAGE, � Port-au-Print
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident. Fire & Life
Assurance Corporation Ltd,
de Perth ( Scotland )
car la �GENEFAL s est nue des plus j mts les �-��. argaaisarioas
de ca genre. Le soleil ne se couche ja � d action qni embrasse !c
monde . .
Ses Polices i ntre '�gal oi onnee paria lauaae
Ses Polices pour Auto ' h candie, malvaiUaaca, dominas
caaaes � autrui dam sa persi es bieus
Ses- Polices vantim. s c- i n u i d'Ei n i': sont payables sa no�ti
Sas Polices contre accid labi�s d ns l'univera eDtier. Tous Us vovu-
geors devraient dme prec e munir d'une pelice conneaccideau
d'au moii b 4000 d >U ira, lu aai �' ' '� que de 1/2 �/� soit 20 aollara �. .�
Veuve F. BERM1NGI1AM, AuxCaves
Agents: F CHBKIKZ - Petit-Oo�va
C. FINAUD -Saint-Marc
COUDOZO�Cayai
AIlleC. DOUGa, � Jacaiel.
Erantrz les oeserrU COLUMBIA a la station n. H ik. (sas les vesdrssis �air.
mwj
mrnmwsmrvmmm

US �.LNBii
;;.' Gaa�rc] pou r Haiti
i*�. ; ai - Prince. j A- W AM.'WiT J�p�i
ie
Roval Mail SteamPacketC* Horn Linie
Le steamer � Arana i M >? de Lou 1 1m. g*i : . eal. Lf ��eamar ' i M' venant
�Uendu ici vers le 12 ao�t 1931, arl m r viande Europe es -
lis porih du Nord, ponr h Havre, A ers " res.
1. J. �IO,
A},1 G�n�ral
; pbone, No 2311
vers le H ao*l eu route pour
k;. � i 5unta Domingo
et Curaaao. prenant tr�i et
passagers.
KFI.\iK)LD ft Co.Agiuts
ECOUTEZ!
Rhum Sarlhc
DA1\S FO]\ PROGRAMME
GOhCERT Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papayoute
STATION H H. K.
Port-au-Prince ( Ha�ti )
Mm * r> ** i* *m � � ^ ��T*w J #* ^a^fa aa /> � Charlier-Malebranche & Co,
JsasMqtte Ha�tienne* 1224, chemin aes � Daiie* 122-
T�t�phone : 2680


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03684
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 5, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03684

Full Text
Cl�ment Maqloire
DIRECTEUR "
M RUS AMERICAINE 19*
TBLEPHONE N'3IVlt
g�ne AHNBE W 7i3<>
s
If mllr de la dhinilctsl iduli
�Jiif avec la Sratiqic de la mai. le ;
reet en K rapirorlMiit <*� Diru
i|iou � �l�ve a la ttrli e rai es�e
rirtenaal a la rtrtl quoi: k fit
Dieu ivur auaiii^i f itfM �le lui.
PLATON
rOR�-AU-PUIN.I. ( HA�TI )
MEhtKLDJ 5 Ac�� VJ'�l
"�**�
FIN DE L�GISLATURE
Li session s'ach�te dans
IDe activit� f�brile des deux
Chambres. C'est le relard dana
1, d�p�t du budget g�n�ral
oui expliqua cette h�te et
cette pr�cipitation, ces jours-
� dans l'examen, la discus-
li�n et le vote des mesures
l�gislatives. On comprend
qn nos d e a x assembl�es
iiient |,oint voulu se s�parer
uns avoir accompli leur mis-
don essentielle de voter le
lidget de la R�publique.
Maison n'est pas sans s'�-
tonner de certaines paroles
| dites � la Chambre et au Se-
nt, de certaius votes, de cer-
taines initiatives prises no-
| uniment � h Cii.mbre.
Il semble qu'il y � eu aug-
nentatioa des credils de cer-
tains chapitres de pi sieurs
d�parteu.'enls minist�riels. A
inmomtot o� l'on parle de
d�lcit, o� il n est question
qie de compression ae d�-
penses. Ceci n'a pas �chapp�
� certaius parlementaires. A
h Chambre, un d�put� a de-
mand� � un minis re si les
Itugaiealaions ! nies au bud �
Iget de sou d�partement n'en
Icoatrarieraieut pas l'ex�cu
Ition...
Question troublante Mais
Ile tait �vident, c'est qne le
(gouvernement acecepte les
augmentations d� d�penses,
puisque les ministres qui as-
sist�e! et participent � la dis-
cussion du budget ne s'oppo-
sent | a� au vote de ces aug-
mentations. Et ils sont res-
ponsables de l'ex�cution du
budget.
Dans le m�me ordre, on se
demande ce qu'est devenue lu
r�jrle constitutionnelle tou-
chant le droit d'initiative en
mati�re de d�penses publi-
ques. On voit s'amonceler
sur le bureau de la Chambre
les propositions de lois auto-
risant de nouvelles d�pe ses.
C'est par s�rie de deux, trois
que le* auteurs de ces propo-
sitions de lois les soumettent,
E�les visent � ci�erde nou-
velles loactions, de nouvelles
�cole.*, des tribunaux, accor-
leut iics subventions � ceci et
� cela.
On ne comprend pas vrai-
ment ce qui .se pas�r. Il y a
eertaiuemeot de i� surench�re
dans ces lib�ralit�s de la
Chambre des D�pit�s C'est
lin de l�gislature. Les �lec-
tions g�n�rales sont prochai
n�s. Mais il faut aussi y voir
de la l�g�ret� chez ceux qui
lont ai bon marche de toutes
r�gies l�gales et de toutes
consid�ration! de prudence et
de sagesse.
Les Soi a dates du Jour.

LES ABUS DE LA COMPAGNIE �LECTRIQUE
LE PRIX DU KILOWA T

Nous abordons aujourd'hui
I chapitre qui ne manquera
� d'int�resser les abonn�s
�il Cie Electrique: c'est le
ix auquel la compugnis
rnii l'�nergie �lectrique.
D'ipr�* les renseignements
|M nous avous eus, nous
poii pu savoir que le kilo
tnrienti 1 centime 8 � la
pigoie, et elle le vend 25
Nr l'�clairage �t � divers
�**� prix pour les frigidai-
*t les cuisine!', commr
�Mlevons d�j� dit, daas un
nos articles pr�c�dents,
�nous lisons dans lecor-
&�>rt. 18. Le Gouverne-
nt s'entendra avec les con-
|ionnaires ou leurs ayants
V pour ce qui concerne le
w de leurs tarits et aie leur
'�ced'ahonaement � l'�gard
^particuliers.� La Compa-
peut nous objecter
Wm a un tari qui a �t�
P >vec la participation �lu
finement et qui data de
"� Cest exact; ea^is ce tarif
cll't qu'un tarit
1910,
provisoire
�e devait rester eh vi
Wr que jusque concur-
cede30O abonn�s, et au-
�ui de ce nombre une non-
PJentente devait intervenir
II...! l CODcessionnaires et
)ut
(001
la
des abonn�s
�e nombre est plus de
Maintenant, a b�n�fici�
�egligence des gouver-
F^. Et � l'appui de ce
�nous Tenons d'avancer.
lent �PU,)llerons Prochaine-',
f^eequ, �tait �crit au ver '
LiiPrCrai,rscontr�,�>di: Cn que la Compagnie
^l "ec les aboin�s qui i
ua,,�utre chose que l'en-1
l�'. C0n^n.ue et �tait inti-1
tertn � , ' Provisoire en 1
&� �!?e� d'ob.igei
a lui coi
��finitive
de la tarilicatiou et comme
elle lie peut pas la cnmiuiini-
qu�r. puisqu'elle n'existe pae,
nous sonnes persuad�s que
le Converncaaent de Mon-
sieur Viacent, qui tient � c�ur
de r�gler notre probl�me
�conomique, ne manquera pas
d'�laborer un nouveau tant
avec la Compagnie. Et an ta-
rit qui sera �tudie par da
vrais experts pouvait se ren-
dre compte du prix de revient
du kilowatt et contr�ler le
p us exactement possible les
b�n�fice�, vraimeu trop �le-
v�s, eue r�alise la Compagnie,
qui, m vertu ele son centr�t
(art. 17), est exon�r�e de tout
droit envers le Isc. Ceci cois-
titue un privil�ge d�j� trop
consid�rable pour qae la
Compagnie n'�ciase les abon-
n�s avec son tarif trop exor-
bitaat.
Chambre
des D�put�*
S�ance du 4 Ao�t 1931..
Le* modification! apport�e*
par In S�nat a la loi aur l'ai-
cool ont �'� vot�ea.
Victor Cauuin propose de tri-
pler le droit d'importation eur
les ci- iiet'rs �trang�res.
Ch�telain propose que le sel
�lranfer paye 0,30 cent mes par
kilo � par'ir du 1er octobre.
Pion pr�posa qu � les 1500
gourdes port�as au budget pour
l'Ecole Normale d 'insM'utrices
soient partag�es en *ix partiel
�ga'es, 250 gourdes pour ch�-
que protmrar, i partir du 1er
�otobre.
Deux r�solution �y| Mt> pro-
pos�es par les d�pmVa Beliss�
et Fiancillon sur es reufes via-
g�res.
teneur en
is-!
date
an Goi-
la Com-
A
�nie
tttenu ji" communiquer
au
sujet
Ford Standard Conpe Mo
rl�le A en tr�s bonne condi-
tion, or 450,oo casb.
f �l�f soie : 2651
1
ALIX ROY
29 ann�es de succ�
La R�forme de la

sur le

Loi
Mariaqe
s haute mission (le
i !�� n saurait laire
I' ae confirme ces jours-ci incomba
qu'un r�cent projet de loi mo- laire d s
ditiernenti�rement ht l�gielation preuve �I uu esprit de r�nova*
du '-'- juillet 1929 ayant Irait a lion dangereux. Certes, une un-
ie c�l�bration du inarjtge pa>- � mobilit� syst. � ,;, m ,i0u
l� minia r� d'un cube.La libetrt^ j pom..... ., rm ut s.,., �i , u
r.e fera plus Inisa�e aux tutirs i de. Avant de r�tonner, ii },
conjoints d�suni* �oit deviat t pour d voir >;e s'�clairi . de
loi licier de l'Etat citd. soit exe- r i'-'p� r de opportunit� i
vani le repr�eenlant l�pe.| de-suies � prendra.
Kur croyance leligirute.Eu w !
mot. l'ait, loi seiaii remis en Dana le jourual
vigueur eane aucuns addition.
il � � Cs
ihoi <| ie � qui .-i t m iiheun ui -
p cai une exisleoce �ph�ini i
Ce t'e r�tor�e, qui conf�r�e Monsieur Al. : V.au insii
* un ministre d'un iulie � lee'snr ' liante port�e aocale de
poavoire de l'olflcier public, liij!" Loi du '2'\ juillet l'.L".). Dans
coula; Im au coup d'encref il y a i'-' tung g obreel persuasif, il
deux ans de cela.Elle passionna | u clinais a croire qne les r �'* -; � 11 �
Copiai on. Des juristes dune rare lais les plus bieutaisama de
coin p�pier la coosid�raieoi vuieni d�couler d'une appbcH-
coinue une �r trou�e pratiqu�s tiou iutsliigeote de N r�lormt.
dius le Droit civil � Selon le:>
doctis co.isid�iallons d� Mai res
M'thon et M g otii- le nouveau
texte ad mal tait � l'�quivalence]
;,--,ri, ...- ...t.. A..... ,_________ .1
Uue atstulique, puis�s � bonue
^OJrt^i et pjbii�e dans le m�me
p�riodique, illustrait son �tude.
I) � la lecture de ce tableau, il
juridique entre deux tonnes de rassort cette lamentableconsta-
uianage autielois diatinulea al uuonque le nombre d s mari -
de caract�re difi.-rem j Un aeo u�� contract�s dans tout le i) -
eat distingu�, bauteurenl eppr�< parteuiitol de l'Oueat �tait d�ri-
ci� dans e monde juridiqa*. |e sont- a c�te de ceux dis paya
vetx parler de Ma�tre Abtl
N. L�ger, |yiit poaitie-i �gale-
ment dans les d'b.ts.Uan-. une
europeeus. La cons�quence in�-
vitable de cette raret� d'un o i
� eguiuie est une eugmentalion
savante �tude il lit ressortir constante de cm fl a anonymes,
qce l'interpr�tation "de �es cou- vent^bi s parias de l'existence'
fr�res n'�tait point conforme � incapables de r�aliser leur des-
l'esprit aie la lai du 20 juillet i tin�e, appel�s � terminer leurs
102i) � Chacun de ces tnailigee, J jours dans nu cachot ou sur un
conclu-il, subsiste donc avec i ut dh�uital 1A L�ogaoe.pour ne
ses tonnes, ses conditions de J citer que cei exemple, le pour
capacit� sp�ciales, s 1 centagu maximum d'entants l�-
Pourtant, enti�rement divisas ' gitimes esi de 3,5 o �>.
El l'on entend pourtanl r�p�-
ter aur loua les ions qu'il (eut
s�rieusement organiser la la
sar le caract�re du v�ritable
mariage consacr� par le l�gu-
lattur du 20 juillet 1929, les
commentateurs �taient tous una- mille. Ceux-l� qui* le disent ont
celles raison. La famille �tend
ses bisntaits aalulaires sur la
soci�t� tout nii�re. On � pu
d>ie av�c beaucoup de juitesse
que les Dations les plus riehea
et les plus lo,!es �taient celles
o� li Jamille �tait le plus en
honneur, cjurl sombre tableau
u� noua faudrait il peint bros-
ser s ii Li.iiii Ul riei ,cl (j<, |, ?je
du foyer chez nos masses iu
raies A n'en pas duunr,' celle
Ismi lu sxiste, m is aile eel d -
gn. de piti� ! Les circonstances
historiques qui ont contribue!
I� loi in ition de no r ;>. i:p|e
expliquent eu par iecelte d�sor*
gauiaeli^n de ia lamille ch./
uos campagnarde.
mmes � reconna�tre que la nou-
velle l�gislation poursuivait une
organisation plus r�guli�re de
la lamille,en facilitant les unions
l�gitimes.
Au demeurant, que la l�gisla-
teur ait voulu consacrer le ma-
riage religieux ou tafua� d'ad-
mettre concurremment deux
(ormes de Mariage de natuie
diil�rente, ce qui ne saurait
�chappar � la sagacit� de plus
d'un, c'ast qu'il avait ob�i � de
hautes consid�rations soi i 1rs ai
humanitaires en pratiquAui
�celte liou�e dans l'pmon li
bre.�
Au moment o� nos pjrk-
mentaires vont se prononcer
aur le m�rite de catte loi, il na
serait pas mauvais de les laire
loucher du doigt certaines r�a-
lit�s qui ont d� in�viiablemen!
frapper leur attention (Ju'i's se
livrent � un� pet.te enqu�te,
qu'ils interrogent les stausti*
ques qui parlent le langage �lo-
quent des chiflre.�, qu'ils p�i-
coarent nos sec ions ruralea, ili
seront peut-�tre �tonn�s dv
constater les nouveaux lofeia
l�gi'imes !
Le pouvoir l�gislatif � u,ui
Appel�e brusquement � la \i-
bi i ^�, noire jeUne II .�ii di I so-
lutionner � peid de aa icule
exp�rience les d�licate prob �-
nies que taisait na�tre sa situa-
tion nouvelle il'� ai iilxe el in-
l�pendanL Au berctau de no-
ue esiaience, nos gouvernanti
v.aent poui d< voir de a'�ver*
tuer � rr�er l'esprit public an
moyeu 1 une �Jnca'ion ad�qu -
�t aLX mcejis de l'�poque, COU*
loiiue au g�nie de la race, en
t
Cours d'�t�
LE�ONS PARTICULI�RES A PORTAU
ET A P�TION-VILLE
Commencent la lundi 3 ao�t procbaii �
rtlITtfVf rif�CAH4tll
bat, a et du leaiae, pareuis
La m�thode est certaine. U n'y a pas de doute.
S'adresser au No 1537. rue Laraane.de 8 hs � 11 h. a. n.
T�l�phone : 2891; ou � air H. i �PI'LXIJALKR
� P�i�ei-Ville, r�e Tillate.
Propos
humides
�o�
Les "wfi" r i 1rs "dry" teroil bie<
t�t aux prises au\ Etata-l'nii, I
campagne pr�sidentielle dam �
grand pays eil mile en parte sur
prohibition da l'elcoel... Du eat pi
nibiti inniste ou aiiti-prohibitionn
le. Le i iii'l leader AI. Smith repi
raitra sur la M�ne portant lerlrapei
des d�mocratea.A ee propos, un cle
gyman, brouclic "dry", adh�rent u
; un ma d�mocrate, d�clai e i<>
uniment que lu plateforme da psi
devra �tre "dry '. W, Smith ;> di
tendaucas hamides... Aussi bien, <
lui vaudra nn appoint itapei li
vois contre Franklin 1). Roosevel
�on concurrent aui saliragea �les d
m ocre tes. Il aura toutes les \ i\ di
Am�ricains revenus d'Ha�ti nvee
souvenir vivaee du RHUM SART1I
CA( III T D'OR C'est le triouipl
assur�, irr�sistible el inagni tique.
LE
' n, once � ^ s clients clii !
pendant la saison d'�t� so i
Olfi �' de la rue l'av e ii a
terme.
Ses b�nies deconsultatim <
n s � maison priv�e :m Boi i
Vei is restent les m�mes :
i in: de 7 h �tires � 9
Soin de .*l � ~t heures,
i�phone ; 2466,
Me 'crcdl 11 vendredi de 9
� 11 heures � l'Hospice Sl-
l'ran�ois de S �les.
\\ I�phone; 2275.
... b lu. dernier eu ent, ��wu* la
plaine d* l'Homme de laitue,
une appr�ciation trop g�n�ra-
lis e �l Syrien pot r n'�tre pas
>(i i � iiiiiiM* I n I � l'y''-
H s ingaoni l'ivraie du bon grain
ei convenons qae des Syiieas
tels qu Salim Aun.de ragrett�e
inen o.ie, nolie uneien collabo-
ralt iir i,' iiileii s, mm B*tjpo,
Daccaret, John Boutas. B�les,
G�b'ira Elu Salomon, Sada, et
nombri d'aotrw, sont de par-
i;1 ts gentilshommes qui ne d�
tonneraient dans aucun salon.
� �
. n vu. lier v>ir, jusque ver*
onae heures, 'rois camarades,
dont 1 un <|ui habita les Genar-
vi s depuis ! nio' dis ansetcjui
est de passage � Port-su Priais*
assis soi l'accueillante terrasse
de l'EI lorado, i dus la clart� en
veilleuse �le le lune. Ils �taient
loua lea troia tr�s m�lanceli-
quea, Les soibels succ�daient
ans FO'bets, les cigarettes sai
ClgarHt'ea, les propos d�coira-
^ s aux propos d�courag�aj Ils
D�voyaient pas les pentes lem-
Oies ((in passaient sur le trot-
io r du Chsmp-de-Mars. tont
aux p obl�mes �conounqaes et
Vitaui pour le Pays qni �taiant
posi s devant leurs trois cons-
cients de patr.otes �cbii�s.
*�-�i^*- "* ~*'m

rapp �i : o < degt� de oui �
lure.L'�uvre du l�g -� eur eta i
de- plus d�beates, I! t d ail i.�
lier l'ancien esclave da SJ-Do
"'�!);� n , ii venu citoyen lialiie i
� la � cm i, in oaion Dier, |� -i. al de pj'iie. l'id�al (' �
lamine Une nation ch- /. lequel
ces h isea 'le la conscience col
lective n'existent pss est vou� �
� toutes 1rs ;iv 'iiturcs.
Les directeurs d'alors de In
jeune R�publique crurent plu .
sag s de nous doter d'une r�g;s
latu ' � ava ic�e pour l'�po
que. Le code Napol�on lut i e
produit avec �<" �g�ressuppraa

...a vu ni Parc Leconte,chez.
Ptnivil, des roupies loeiratryar
|oyeu&emani [osqu'� deux baa-
reada matin, �u son endiabl�
d'un orlophODJC Hem arqu�
parmi les dames une des reines
Ks p|U8 admil�ea �le notre der-
nier Carnaval.et, tout autour, des
gai m s qui, visiblement, r�-
vaient dcire princes cous�* �s...
� n qu'on ne soit pas.
. . v#ii qu'on a bi�l� les her-
bes du peut square qui se Iran*
\ � i I ouest de la Piai e du Ci-
meti�re. Cela ajou'e � cet en-
droii d�j� sinistre on ne sait
aions. Pourtant les superstitions | quelle nots nonvelle de d�tel�,
anets raies �taient encore en �...., qui n'est sans doute pas
Donneur. Le guerrier tarouch
qui avait bris� s s chai lea tout
r�cera n . ne ponvsil se plie
tacilement � nue disciplina I
ne pouv m surfont comprea II
la Dobieaee d'ans associatioa pi
ijcjuel e I homnae et Is lemm
s nuis-ent pour partager le-
pi uaira de la vie e1 en nupoor'e
en commun les �preuves ! In
sensualit� �pur�e par le marrie
ge �tait au-dessus de aa natnr<
ru le et primitive. Il adopta I i
lorme ta plus rudimen'aire d
l'un on �onjugale, celle qne l'o
i ro itre � l'origine de l'huma
od�. Ainsi prirent ueissance ci
alliances de bassrd, �ph�m� k
qui ne survivent gu�re � l'intei
r it� des passions Avec le leinp',
devenuis moiis Ir�quentea di n
nos. i i,< 111 '.talent dans'outr
leur beaut�, dans nos nombreu
aee sections.
En dehors de la loi \'o (J du
CoUe civil, aucune loi sp�ciale
n'�'ait venue 'acil ter les unions
I- Ritimei Or, les dispoaitions er
le mati�re, de la l�gislation de
1825 sont mvillisantes nuisqu'a-
pi es p ms J'un si�cle d'existence.
no iv nation aooflre du m�me
mai.Le : gialatenrde 1929 i pens�
q . I fallait dresser une barri�re
contre le flot sans eeese gr�n->
diei anl de " placages " qui COOS
tituent une v�ritable plaie pour
la masse rurale.Ii a compris qu d
�tait de premi�ie n�cessit� de
travailler a la laire sortir de
celle sPua'ion amorale dans la-
quelle elle v�g�te Et pour ce la,
il a envoy� les ministres des
cull s tfa�a nos plus lointa'n�
b il, (limer snr tous les
d aux uns et aux autres :
��M�rie/.-vous, mariez-vons. Me
voici Je sois i vo�re disposition,
Dps :. , ".i* D en aine/ ps)| ",
i l carti i. . n �tait ; aapa
d'entreprendre celte croisade
d'un nouveau genre.
Cas�ine LARGE
(La fin i demain)
ces messieara
!
q<
pour d�plaire �
les morts.
. . a vu aux prises un cocuer
et un clni'fteur : deux �poques,
le p iss" ol le pr�sent. Ils se�
anirlandaie d ' fui I autre, a
bouche que veut'ti, se ren>
voyant comme des balles de n-
qui tles tous les noms d'anisiPUX
qui leur passaient par la t�'e�
Toute l'Arche de No� y passa.
A un moment les deux chain-
piona descendirent de leur si�ge
l'Ufl avec en main sin louet et
l'antre, aa manivelle. Mais an
gendarme troubla la l�le et les
invita sur un mode qui re sonl-
frail pas d'h�eitatioa :� le suivre
{utqo'au plus prochain psite de
police. Ainsi finit celte nou-
velle querelle des anciens et des
modernes...
... a m qu'on �tait hier se>ir
plus de dix sur le banc des
lonoirs. Ce banc est ainsi ap-
pel� parce que ('est la que se
donnent rendes*veua tous ceux
qui n'ont pas de tonctiona et
(pu viennent se lamenter sor la
dure � des 'emps et la situation
p ih'e de .eux qui ne re�oi-
v nt chaque mois !e petit rec-
t�.ng'e jaune que aoire ami Cel-
lard enpelle si cruellemeit l'ir-
l r�sistihle cb�eue Mailne. Se
dirait on pxsun titre de velse :
Ch�que Mal lu-'.'
r< grette, depuis qaelqua
l n'�'" �"sNoTRBOaasLS.i,
'- ; dis concerta qi'�
dio H. H K le Hhum Sbr>
the, Cm hei ri Or,offre � sa jolie
ei u.uibreuse clien'�le.
\jsiras-vsus coulre
s la � Ueierel Ae .deut Pr�s A
Lite \ n i e I Vva P. Itermiaghi n,
Ag.-l ' -�-�' oa^r Haut.


PAGE 2
LE MATIN = 5 «*t �951
rmmm
<
SENAT !AUX S
�o -
S�ance du 4 Ao�t 1921
I
i l�siecr�iaires d'ElatdeHa-
t�rieor f� des Finance* s�nt
au banc des i-rgtnes de l'E-
x�cutit
Lecture e la coireapon �
dan: t C� m* trouver' DD nM"�
sage de I� Chambre r. < < m-
mnndant au S�nat les o\ �
qu'elle a vol�es el maint* nunt
dans tonte *a foi me et teneur
les articles 20 el 21 de In loi
sur le et Btmerce de d�tail,
telle qu'elle I h vot�e; ui m- �
sage du Pr�sident de lu l'�pu-
blique acrusaul r�< epti
la loi ;�(�< unJanl i n en 'il de
I'iO('� gourd� s pot r loi i -
pr�oi bureau et loui i ; ' < ��
c assidues en laveui du I e|
t*meM de l'inati ucliori I o
blique
Y a t-il des rapporta pr�ta?
demande le Pr�sident.
Le s�nateur Eliz�e lit on
rapport dn Comit� de l'Int�-
rieur lelatit � la loi sur les
eonsei's communaux vol�e
par la Chambre. Le Comit�
demande le vote imin< d-a� de
eetlc loi.
Le Pr�sident dit qu'en Ce
qui concerne le message de la
Chambre in�ormant qu'elle a
maintenu les art. 20 et 21 de
la loi sur le comme ce il pro-
pose la nomination d'une
commission Interner lem< D-
laire pourvi�cider de la ques-
lion.
Hvdicourt : Quand d y a
d�saccord, on doit lormer
une commission interparlt-
menlaire pour Usncner la
question en litige. S'illaut
nous rapporter � l�art.56 de
la Constitution,^ alin�a.nous
pouvons dire que le d�sac-
cord,pour t- re tram h�.devrait
I �tre pai une coninmsion
Interpari menlaire. Mais cet
Article pr�voit s� u�1 meut � M"
tains cas, cl le cas actuel ? j
figure pas Je propose d - iai >-
ter tomber ia loi, et, l'ann�e
prochaine, on la reprendra.
Z�phlrin dit que cette com-
mission doit �tre lorm�e et
il d�ni nde au Pr�aident de
le laire.
Til�maqui appuie son coll�-
gue Z�phiiin.
Le Pr�sident met aux von
la proposition de lormer une
Commission intei parlemen-
taire Ellcist vot�e. Le tirage
au sort a lieu,et les s�nateurs
Hudrcoort, Zamor, Paoltre.
Latorlue, Nau, sont d�sign�s
pour en taire partie.
Le s�nateur Kli/�e ht un
rapport relatit a la taxe de S
dollars sur les lusils de chasse
et le port d'ermes.
Le pr�sident consulte t'As-
ianihl�e � Savoir si ou doit
discuter le rapport concer-
nantla loi sur les Consel
Communaux. *
� lilitMampr�tend qud ny
a pas moyen de disente im-
m�dialeiv.ent la 11 i. Elle est
d'importance trop capitale
pour qn'on la discute au pied
lev�. , .
SI-Aude dit que la 101 is
aussi importante qu'elle <
simple. H s'agit de satoir s il
? a lieu de maintenir les


I ,. � i pris f;n am Rciea- '
Ipnliqa�ep. I.'-. �levai de S�rac ,
� m,- i\ i � ni pi !te n "'" �
[le ii rlic � li de d'uii � cli ip �' '� el
i ei Iri [u< il !'� '�''"' H"':l
:-���..' � de In �oui �� �'� � �
r�sultat� ont i '< tri i i u -
Innl pour ci �� n ' ; '
nlei .�,''�� � ' ''"
programme.
Voici, | rie m�i il . la haie
desne- iveau I ura :
Louis K p .: n l. Antonin Piinpel,
i-, pu Vnn ind, Ren� Moraviu, Bo i
:, Raoul Da-
ns, | cfnei ' � yo, '�' ''il Hastien,
-, cl l.i-
bermann Josaphat,
incours d'ad 10 candi-
i ont pfTronle i � i pn uves i ci ilca :
un: i ont �l � admit :i I' �ral el ils 1
seulcimeet i.: 1�re ann�e.�
Loi autres onl eue u te chance t
la sesiion d'oclobrr.Nous leur soe�
hailuna de r�ussir.
<, San� l'rewies �
, aim li s raligues
,ic l'�criture. La
pointe glisae avec
te11< on m ili don-
ci .11 i t h mis iliort
ipic : >. l-dI "n pi ilr,�
|...;ill...H' .. - pei -
. fei lions exclusives
<|r lu l'ail ci... Votre
distributeur vous en
fera une d�inonalra-
lion... et essayez
m,u i n.cinc le* fo-
:i,i... nail � du Par
'tf'.-tf- k, i ;ni ; Lssiti.....
Echos
�o �
Nous svon i xt �a la 1er nn-
m�re du Phare, p�riodique bi-
prepagation
: le h� restauration li"�
lienn et des int�r�ts de la r�-
gion du ; ati-est, u iraissanl �^
Jacmel sous la direction de Mi
le Dr N�rette Si-Louis.
Nous remen : i � pour le gra-
cieux envoi et adressons do*
m illeurs souhaits � cenouvesu
cootr�re.
Diatributeun
MOHH & LAURIN
P. O. Box �M�
Port-au-Prince.
./. � .'Msrjtw
13
membres du Conseil au lieu
d�3- n CM
Jtannot : Mon coll�gue St-
�ude vient de dire que la loi
est aussi Importante quesim>
pie.Importante, elle l'eut; sim
pie, non pas Avec cette loi.il
/agit d'arriver � r�duire le
nombre des membres des
Consc ils Commimaux.il s'ygit
d'avoir il rrembres pour cha-
que Conseil et ils d ivent re-
cevoir �les appointements de
la i Misse communale.Eh bien
tous me permettre de vous
� lu, i u lie loi, vous
d�truisez l'�conom e de la loi
r�ant les 10 seils commu-
.. puli que, l'uni part, les
tai.es pr�le �i i sur le peuple
dans hnt�i�t public seront
il,ci es su j aiement des
membres du conseil. Vous
trouv�res certainement a*sez
de tonds pour lesjpayer a Port
au-Prince, par i semple ; mais
nrenous les communes des
Coteaux.de Tiburon.ou les re-
, u -, existent a peine, il est
Certain que les tonds re-
cueillis seront i isut�sants ,i
avi i les ti >ts membres. Non
seulement il convient de ne
pas voter une loi pareille,mai*
d tant l'ajourner luaqu'� l'an-
n�e prochaine. Nous avons
des choses p us s�rieuses sur
le tapis, telles que le V0t�
du budget. 11 tant s'en occu-�
pei s�i ieusement. J<' propi se
bu S�nat de lever I. s�ance
pont pei mettre a tou - les se
Dateurs de travailler eu c >�
miie du Budget
J�l�maque. M bsh u s, 11
loi s i tes Conseils Commu
aaui est d'one importance ca
pitale. I e S�nateur Jeannot ne
i�.., p .s eue ira lue, moi non
plus, lt y a 25 articles, com-
me \ ient de le dire I honora-
ble Pi�aident. La l hambre a
pris ii n\ s�ances pour voter
celte loi. Son Impoi tance est
1res grai de C mma Pr�si lent
de ia C.om alasion du Budget,
)e dois von� dire que nu i
n'avons encore rien tait. Nous
n'avons pas encore la loi de
finances qui nous permette de
b�tir un rapport pour la dis-
cussion du budget. Je propose
au S�uat de ne pas entumer
|.i discussion de la loi sur les
Conseils Communaux. Hn'ya
pas lieu d'envisager ceci
quant � pr�sent.
Aau est (t'a* il qua la loi
soit sinon imprim�e, mais co
pi�e et distribu�e au S�nat. Si
cette loi doit op�rer un chan-
gement dans les institutions
communales actuelles, il Im-
porte que nousayODSta loisir
de l'examiner convenable-
ment. Comme viennent de
vous le dire les coll�gues qui
m'ont pr�c�d�, il faudrait
ajourner la loi jusqu'� l'ann�e
prochaine.
le Pr�sident. � Messieurs,
le rapporteur de la Commis
sion de l'ant�rieur demande
le vote imm�diat des conclu-
sions de sen rapport co cer-
nant les modifications appor-
t�es par la Chambre � la loi
sur les armes et muniiicns, �
cel.e sur les chaussures et
jambi�res� confectionner par
des ouvriers ha�tiens pour la
Garde d'Ha�ti. Ce vote est ac-
cord� et les modifications ap-
port�es par la Chambre sont
adopt�es.
D api es la d�cision que
nous venons de prendre, dit
le Pr�sident, je crois que nous
devons passer en Commission
du Budget. La s�ance est sus-
pendue.
TENTATIVE


Hier matin, vers les six heu-
res, dans le voisinage' du l'ont
de Tlior. les gens du quartier
lurent alert�s. D'uu W. C. mon-
taient les vagissements d un
enfant. L'officii r rural de Bizo-
ton, M. Philippe Domood, ap-
pel� eu toute hAte, lit les cous-
tatations l�gales. L'aotaot, em-
mailio � dans da papu-r, doit
avoir deux mois. Un marin, du
r.oui de Lafortoae, habitant
Bizoton, a recueilli l'aotaDi et
\*� pi s � sa eh irg-.'.
La justice su.t son cours. Ou
rsj i d mettre la m lia sur la
pauvra inere d�sesp�r�e,� et
crniiii'el ^.
LA'LAME
qui s'�guise
ovee leylus de commodit�
EN VENTE
p; RTOUT
Distributeurs: Mohr & Laurin
i>. o. � M � � Port an-Prince, Ha�ti.
Vous donnez une Partie?
� SERVEZ nOS INVIT�S
CETTE D�LICIEUSE
SALADE �E FROMAGE
Une h�tesse habile doit toujours
trouver le seerel des plats on pi
nuu.i . dans te froniatje hraft.
Voici une salade d'un bon go�t
extr�me pour votre prochain lunch
" votre th�. Votre tamille l'armera
aussi. La recette de ce pial inconnu
eiorig-nal est ci-dessus. Vous ver-
rez comment ces' sim >le � pr�parer.
Encore elle vous proclamera une
h�tesse chic.
Le fromage Kralt est un �l�ment
d'une valeur particuli�re pour vos
menus, t'as seulement pour la va-
ri�t� qu'il y ajoute, mais parce quen
m�me temps c'est un aliment sain
SALADE AU GEL�E DE FROMAGE
1 cuill�r�i� �le g�tetllW, une tasse de cr�-
me fouett�*, du sel. du poivre, 1/2 U*se
de fromage Kraft, des feuillet de laitue.
Un peu de R�latine dans une ilemie tasse
d'eau froide, ajoute/, une demie tass:
d'eau bouillie, tournez jusqu'� ce que ce
soit bien dissout, m�langez 1� tout. Quand
c'est devenu � peu pr�s solide metter.
dans la cr�me, ajoutiez du Iroinahe Kraft
et verse/, dans une moule. Mettez sur del�
glace et quand c'est bien dur, servez sar
des feuilles de laitue.
contenant beaucoup d'�l�ments vi-
tamines
Le tromage Kraft est vendu par
votre �picier et il en a toutes les va*
n�t�s : Suisse, Pimento, am�ricain
et Velvceta le nouveau tromage. El*
sayez 1 s aujourd'hui m�me. Ils ar-
riveid � votre table trais, et enve-
lopp�s dans du papier d'argent, her-
m�ti (uement scell�s,pour r�sistera
tous les climats. L'�tiquette Kratt
est votre garantie de puret�, de boa
go�t et de saveur.
PAWLEY S MIS CORPORATION
Distributeur :
Port-au-Prince, Ha�ti.
TvR�rTffiQΌSE
qued'.Hlnvnislra ion de la Justice- � la lib�ration du territoir�.
el celle de 1 Instruction Publique I Ire mandat ayant pris, tin
j soient plac�e sous le contr�le| sommes dans l'obligitioi
l am�ricain. J'attire sp�cialement
I voire attention sur ee paragra-
phe du conseiller-f�uancier. ( //
lit le rapport publi� dans LA
Presse )
Il y a des dactylographes qui
gagnent de200� 309 dollars par
mois, landis qu'� nous autres,
mots, 'anois qua nous aunes, 'uau-iai um uepu� ���
chiens d'ha�tiens... ( bruits, tu-' constances graves. Ali
Chambre
des D�put�s
S�ance du 3 ao�t 1931
Lecture de la correspondance
o� se trouve une lettre du Se-
cr�taire d'Etat des Rela'ions
Ext�rieures s'excusant de ne
pouvoir se pr�sen'er � la s�ance
de ce jour el r�pondant aux
questions pos�es par le d�put� I cain est cli i noas.il mange a la
Jolioois.
Jolibois � Je regrette infini-
ment l'absence du Secr�taire
d E'at des rVla'ions Ext�rieure*.
Il nous a �crit que le gouverne-
ment, vu le trait� de l'.ll�. er. ce
nui a trait au service de l'Ivu- '
prunt, accorde seulement un ? aviois eavov� uu message au
simple contr�le des recettes pour - Pr�sident, d�s la constitution
garantir l'amortissement et les j des Chambres, pour lui demin-
lot�r�ts de cd Emprunt. C'est 5 der d'entamer imm�diatement
ue nous avons sou'e- des n�gociations pour une
rendre co npte de l*as>gei
nous en .ivons tait. Je suis:
tre tout-; agitation, contre;
division dans la famillehaiti
ne. Election veut dire dais1
v ut dire agitation.
En Fance, on a |pror
n.iti lat des d�put�s eoi
mulle ,
Le Pr�sident intervient � Re-
tire* ce mot d" chiens d'haidens.
Jolibois continue : L'Am�ri-
blique domtaicaioe, h
eho <.- eut lieu. Je m�i
quand rr.�ma des pro
�lections qui permettronlj
les redressements. Il M
tdbienue nous avons pr�par�e; plus de reconstituer les
-� ____� A :i .. C..; ;i ^-<.,o ...n.. K�c O e'anit de ImflJI
et quand il a fini, il nous jette
un os comme on tait � un chien
( bruits,rumeurs ) Nous aurons
dans quelques jours � rendre
compte d- no rc inandji � ceux
qui nous ont eivoyes ici. Nous
la th�se q
nue ici, il n'y a pas longtemps,
le contrat en mains.� L'Em-
prunt a �t� consenti \ la R�pu-
blique par un g- oupe de finan-
ciers am�ricain. Le gouverne-
ment am�ricains n'avait pas � y
intervenir. Ce n'a pas �t� un
emprunt de gouvernement �
bres, il s'agit de travaille]
d�so cupation totale, iiljf
d� la K�pubiique d'Haili�
il se dii que les pro�
�lections seront olficiellsl
11 se dit que la hberteT
torale sera batou�e M
aox pieds. Va organe dai
verneraent a os� �crirtl
pour �tre d�put�, il I��"
ter les principes du go
une . ici ico y ������_
prompte d�soccupaiion. Mal-1 ment. Nous venons
heu'eusem �nt rien n'a �t� lait. I der au Secr�taire o'Bjfl
\ l'Ecole Vtilnairc, nous avons t�rieur quelles garantie
aux citoyens en vue de M
totale des prochaiae� *lf
Le peuple se laissera'
I
appris qu'on a re�u hier Ml
jeunes gens, mais il taut qu'ils
restent simples gendarmes pen- , �
dant 2 ans On a mis de c�t� lenter aux prochiiaesj
l'ancien programme. S, le Se- comme � celles du IV
gouvernement. Le Secr�taire ! cr�taire d'Etat des Relationa 1931 ?
d'Etat s'est tait excuser, mais i Ext�rieures �tait ici, je lui au Le Secr�taire dktat
c'est une question qui se pose j raig pos� certaines questions I t�rieur : Vous avei eolf
devant la Nation. Il �aut que je . relatives � ces laits. L'avenir, en I d�clarations du d�pa�
bois. Il a d�clar� qaj
m'explique devant l'Assambl�e. | Ce qui concerne la d�soccupa-
Je suis obbg� de mettre mes ] tion du pays, est bien sombre,
coll�gues au courant de certains
taits.
L'art. 9 du contra' d'emprunt
dit que le gouvernement donne
une hypoth�que sur les revenua
int�rieurs et sur les revenus des
avez re�u mandai de
1er � la lib�ration r
Lai� ez-moi voua diiH
gouvernement n�"�.J
de votre sein, trav�a|
galion sur cea taits, mais il ne i la lib�ration n�Ji
dit pas la r�ponse qui lui a qu'avant longtemps, U.
deuanescomme garantie des in-1 �t� faite. � Il est un anti in- I reux de vous oftnf p|
t�r�is et de l'amortissement de terventionniste. Son nom est l tata obtenus.
i Jusqu'ici il n'y a aucun accord
| entre la L�gat or Am�ricaine et
I- 'iouvernement. Le Secr�taire
d'Etat a dit qu'il a �crit � la L�-
ucio.o �|uv..v ..rv....x. .- ^-B- uihii, uu un.) que la d�soc-lvot� n ic� �
tion Am�ricaine u--elle laite; cupation am�ricaine a eu lieu t nelle. Nous aussi,
au goaverneme i h � tien. Bi \ au Mexique et en la R�publique �lutt� pour l'avoir,
eltf tomb�e d accord avec le. Dominicaine. Tant que l'Ex�cu- * avons dit qu'elle �'
gouvernement ? Peur la 2�me tit ne tera pas taise commune qu'en 1932. Che* �JJ1
ques ion, je lui demanderais si . avec la Chambre, rien ne pour- cains, il n'y �v,,t Pf�,
la L�gation Am�ricaine n aurait { ra �tre oblenu. ' titotion debout. ^
pas transmis une Convintion Au Secr�taire dElat de Un- avait tout sabot� s
iaen cela qu'on a consem
Secr�- bre. . �. ei*
La th�se de Mr Mu.ro eat taire "'
quune
res
tion de la Lonventio i pour m t�rieures, nous avons lait res- m��re garanj� �.,
_ ctpr I* rucuc.mi rrA. A.<*1 f *. < .�.S.� �___ _ . _____. i. .� i n*�5� ' 'L '
pas transmis une (.onvtntion; Au Secr�taire d'Etat de
sign�e au nom de la Nation, pai � t�rieur.� Citoyens repr�
le Comit� F�d�ratd. | tants du peuple, Mr le Sev. -. , twm
U th�se de Mr vlu.ro eat taue d'Etat, tout � l'heure, en Les tl�claration�
quune garde am�ne une doit commentant la d�D�che du Se- dans un joaraal n� rj
rester en Ha�ti, apr�i l'expira cr�taire � Etat des Relations Ex- gager le geuverns�j,
tion de la Convenuo i pour ^ t�rieures, nous avons lait res- mi�re garantie ae
receveur g�rerai. L. sortir que nous avons re�u tions prochaines s�
th�se du receveur-g�n�ral est in-ndat du peuple de travailler vous m�me, von�
.
baiicour
aViai ia ren�iu.uee est aaaveNe�e a garut M areaauaie P- ~x$>
Demandez partout !
UN BARBANCOUrVr
U�p�s^Rueiaee C�sari.


LK aWLTIN - 5 Ao�t 1931
3
\M*.���f T-**' 1 ��**�*?�

�fwa�awaBaa&Wiiwwiifi �
Toutes les Polices
DE LA

�� w*
i
6
lia (Mil mu
�t
ft�na
UU'il
�comprennent la Protection contre
Foudre sans auqmcntation de taux
GRAND RABAIS EXCEPTIONNEL
? / iVffftff
' TRANSF�R� DEPUIS LE 1ER IN AU ri731.HEIIIIfitt�BELtW
i � � *
Si vous vonie/ vu- |�ii>rnli rf*� ho n� � morrh!��"M�ei 4 n�< p-'x M er ' ,n �
IvMlfi "ni. mi i- !>., . i � de \ roi I S\U\ d ni s son nouveau lo � \' '" -'."y* jn "��-
; gasiti | ;, ,\ 'i �'.� l i>� � m-tinc emplette, accourez^y en ton'r.ri I � rj*. �! !'
1 m-.iMin � �" '* ' ir'iciea '"*
Up�riruf� an prix dot iili'u-.. rto I ���� �ri* tt la maU'� ponr * ,( ' s fnl lln
lires grand profil aux clients. Voici les prix de ces quelque; arlicl ,; suivante!
.LeBim�&Cn

r O
,oale confiance � vos �lecteurs.
Si vous aver conscience da-
�oir travaill� dans l int�r�t g�-
n�ralle penple vous continue-
*� co.W. La 2e garay
S est dana les lois dans la
LstilntionJe vous donne las-
.urince que les �lections seront
Inli�remeat libres, que le. lois
Iront si�cut�es. A vens de
m�riter la conliancede vos elec-
S, pour revenir i la Cham-
ire, �n ItUT pr�sentant toutes
iirinliesinorai.s.
F;o/i*o� : Bn 1M�. > n ai pM
hit la campagne �lectoral, aous
h protection de la bannie e
toil�e. M�me il m est arrive (
quelquelois de proc�der pc-r- ,
Enellement� I arrestation de \
Sains �lacteuraqni voulaient |
frauder et de les amener nu i
m�me au tribunal depaix.Aujour
d'hui que nous avons un Kou-
vernemnit issu de 1 Assembl�e
Nationale, je ne peux pas de-
mander I immixtion de I Am�ri-
cain ou la protection du drap.80
am�ricain. En ce quil la agit de
la Constitution de 191�, nous
e�mes � prouver � cette tribn-
na quelle n'existait pat, par le
fait des �le< fions qui on' eu lieu
an octobre au lieu de janvier.
Nous e�mes a taire ressortir que
l'arr�t� de 1917 de Mr Sl�nio
Vincent, Secr�taire d'Etat de
l'Int�rieur, avait abr�g� cette
Constitution. J'oflrirai les m�-
mes garantiea morales quen
1930, alors que le Pr�sident
de la R�publique avait tait de.
d�marches pr�s de moi pour
obtenir un accord.
Gaianlies morales ; Je pois
lire une lettre par laquelle on
m'offre 150 dollars sur la Lo-
terie Nationale pour acheter
non silence. Bruit, tumulte,
Plusieurs 9oix : Liscz-li)
Garanties morales, c'est vous
ni �crivez � Stambou Iy et i S r-
Jlepour dire qne 5000 gourdes
de trais S l'occasion de l'inau-
guration du gouvernement ds
?aient �tre pay�es par lex-Pre-
lident de la Chambre.
Le Secr�taire dKtat : Je mis
appel� ici pour tournir des ex-
plications sur une question. La
Chambre ne permettra paa que
la d�put� s'en �carte et expose
das consid�ration, qui n'ont
rian � voir dans la question.
Jotib�s : Garanties morales.
(Il cite un ta$ de faits que le
temps et la place nous emp�-
chent de reproduire. )
m m* nd�ii--i'
Gin�-Taldy
DEMAIN SOIR
La Maison du Mvsi�re
(SUITE)
Av�c H�l�ne Uarly, Ivan Mosjoukine, Charles Vs�tl et Nicolas
Koline.
Entr�e : 0,50 ; Balcon : 1.00.
VENDREDI
La splendiae artiste LILY DAMITA dans le beau film :
La Grande Aventuri�re
Entr�e : 1,50 ; Balcon : 1.00.
Je demande des garanties
pour le� prochaines �lections
Pourquoi a-t on appel� Mr Hi-
laire, de I� �ion�ve, pour lui
donner lo-dre de contrarier
mes �lections? Je prouvera, que
l'ai lait mon devon, ( H lit une
lettre du Pr�sident en r�ponse
� une communication qu il lut
avait fuite et la commente Celte
lettre lait aussi allusion � une
pr�tendue gr�ve qui a �clat�
dans les usines de la Hasco.
Tout le monde en parlait.Gi�ve
ve imaginaire, a prouv� une
enqu�te que fil men�e moi-
J ai demand� � mon coll�gue
Rousseau e� � deux journaliste,
de m'accompagner � la Hasco
et la Mr Elliott me dit : � Il n y
a jamais eu de gr�ve et ce sont
?os ennemis qui en avaient or-

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
| CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
i
Aqents G�n�raux �g
mim**mmMmamwaMm mm
Ce �fttf aVa* j* nais �t� fait
Cs casai ne a�at �tre d�fauss�
Kola Champaqne
F. S�JOURN�
Pr�par� dans des conditions rfgoareuses
DAS8PSE
Pr�paration et Ta� te
Pharmacie F. SK.IOUP.NR
Angle des rues Roux et du Centre.
g�nial une pour en rejeter sur
vous la responsabilit� Le chef
de la ''olice me dit de laire DO
meeting pour me jus'ifier. Pins
tard, � Damieti, on avait Uf� de
violences en mon nom. Je m'y
rendis en personne ei je du-
persai les envahisseurs. Le lait
de parler de gr�ve dans cette
lettre prouve que cela a m�con-
tent� le Pouvoir. Ou a voulu
quand m�me me fendre res-
ponsable de. gr�ves imaginaire.".
Avec celte lettre du Pr�sident
sign�e de son Chel de Cabinet
et d'autres documents nue je
publierai en temps opportun, je
donnerai au peuple la preuve
que j'ai d�tendu ses lat�rite.
Cr�oecJe chine anp l'aune 7,80
Ur�pr v*tio blanc SU p. 1 ! Ou
Toile
University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs