Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03681
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: August 1, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03681

Full Text

Clment Magloire
Ul DIRECTEUR.
mi HUE AMERICAINE IX*
1 ItUFHOM: N-2248
La haine a'a jamais
rien fond, l'injure n a
jamais rlan prouv, la
calomnia n'a Jamais
rien dtruit
jiitg curihi
3ie
eANNEE N 743S
Tt%.
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
SAMEDI i* Aot Mi
u. vandales du Jour
U COMPAGNIE D'
ET LE DANGER DES FILS DtNUDES
E

Noui sommes obliges de
2r sur le sujet de notre
Sic du vendredi 24 juillet
Jrtiernur les fils dnuds.
nmporlsnce de cette prcau-
Rlgiiysot toute sa valeur, il
orte que le Gouvernement
|De la moin terme 4 l'e-
{Blion de cette clause du
otrat A ce sujet nous lisons
jile cahier des charges
irt 11 : Tous les fils doivent
M isols. L'isolement,
Joini que cela ait t spei-
jiutrement, devra tre as-
ur4 par une triple couche
ji nitire isolante tresse
i l'preuve des intempries, a
joDi lisons, toujours dans le
joier des charges:! Art.l4( 1er
ilina)-' afin de prvenir,etc ..
| est de la plus grande im-
.ortance que toutes les lignes
oiant entirement dbarras
ici du voisinage de toute
Ugtation. Dans ce but un
ipace libre d'au moins 1
ntre sera maintenu entre la
glatiun la plus rapproche
lies canalisations de la classe
i, et galement une espace
Ibrede 30 centimtres entre
i vgtation et les fils de la
analisation de la classe C.Les
inchemenls de circuits de
service sur les proprits
rives devront tre tablis
e faon que les fils soient
ODvenablement et |coDStam-
men dgags de toute vg
laiion.
Nous voudrions promener
le lecteur travers Port-au-
Prince pour lui montrer du
{ doigt tous les fils, non seule-
ment dnuds, mais placs
J dans des conditions telles
, qu'on ne s'explique vraiment
| pas comment on n'enregistre
! pas des accidents quotidiens
provenant de ces installations.
| Cependant, les lignes de la
, Grcnd'Hue jusqu' la Hasco,
qui sont dans un tal dplo-
; rable, ont failli causer, la
4 semaine dernire, un accident
1 tout pi es du Pont Rouge; un
'employ de la Cie, averti par
1 un coup de tlphone,fit cou
' per le courant du circuit, et
le ncessaire une lois lait,es a
tait son rapport la Compa-
gnie. En ce moment l.le Pr-
sident encore Port-au-Prince.
Maintenant, au sujet du
contact des fils avec les v-
gtations voisinantes, dans
le.s quartiers du Bois Verua,
Chen in des Dalles, Turgeau,
etc. nous croyons qu'il est
plus facile ri< signaler les
rues on les fils sont | oss
. conlormmcut au cahier des
'[ charges que de dsigner celles
nu 1rs fils sont en viola*lofe
Il gn-ute avec le cod rat de
la Compagnie.
LES QUESTIONS PIOU
i nofre compte rendu de la
mk de la Chambre du 31
M. du dput Pioc aux-
i\a doivent rpondre mer-
rfi pochain 5 aot les mi'
\intresss:
miles questions,relates criptions constitutionnelles?
4' Pourquoi ne pas ordon- !
ner une enqute propos des )
scandales rpts de la Ban-
que Nationale d'Hati : taux
bilan, chques non timbrs,
etc?
,1'QmI est le sort des lonc- j Au Secrtaire d'Etat des
res supprims lai Relations Extrieures
ide Jermie, des Cayes, I
Bel, etc., et des emplo- | 1 Pourquoi toutes les ques-
Mlpaoniques rvoqus a lions administrative*, politi-
dHaynault,Ptionville, ques ou d'intrt national de-
Fourquoi ces auppres- viennent elles des questions
lorsque Mie Ministredes diplomatiques? Y a-t-il tou-
!s,dans ses prcdentes jours un haut-commissaire
Noos, nffirmait qu'il militaire a la Lgation des
Wrait mme pas de com i Etats-Unis?
bodi sur les appointe- 2o Les lois votes par 'es
qes employs hatiens? Chambres sont elles soumises
wsont les mesures que
cttopie prendre pour
J les chantiers des Tra-
Publics?
[? L'Ingnieur en chef Doo-
*>j;fl un toactionnaire
rjcaio on nn fonctionnai-
re? Doit il, comme feu
[*. occasionner dans le
fl5n?.UTel,wrves? N'y
i? eu* Pnr Pr1*
*;*> grande dmocra
ncaine, de demander
J*nent le rappel du dit
JS0"1/* e prsence de
unie de sa gestion des
LS! PQb,ics cl dl*o
Pote.ce intolrable, m-
ttin? '*d*0llTerneinent
LLe Conseiller financier
tJnJdicla,ear? N'est-il
r,* de respecter les lois
"constitution du
l'exequatur du Ministre
amricain ? Quel sera le sort
des lois votes et qui, portes
sur le terrain diplomatique,
ne plairaient pas Mr Dana
Munro ? Quid du Budget de la
Rpublique que les Chambres
lgislatives auront voter ?
Sera-t-il rput non-avenu, si
tel est le non plaisir des offi-
ciels et imprialistes amri-
cains en Hati?
( Sign) Eoouard PIOU.
Propos
humides
Un journal a rapport l'antre joar
ne le Prsident Vitieent. retour de
uaillUtion du pays ? Cabaret o il avait t invit, acela-
"", plaisir doit-il tre m' ovationn, s'est arrt cher De-
jours i.
lut de
rgie? Devant le
lit* lllJ*0nidmriivtraiion,
*rl#S ,nPrlerait il,
&*" *.. s
4qUoc 0ncas,i mme
dlaiHq?.on ava,t donne
^ e Mac Pheney Sans
sera I Lms ail\
reix pour prendre nn rafrachisse-
ment. Le dmocratique chef de l'Etat
tait aocompagn de quelques amis
qui furent heureux de trinquer avec
Son Excellence... Du dehors,les pas-
sants s'airtaieut, admiraient, con-
templaient. Heureux le peuple qui a
un che nui n t que le premier par-
mi ses gaux a.c'eat la philosophie
quintetsencie du contrat social...
Mais ce qre le journal en question a-
rter, c'eat que chea
idairtV Sort dulT*i,omis e apporter, c est que chea
j" QSpOS devant le t nrn l D"*'1' ce or-. le Praident rcla-
***UI, en nnr AIeLOrDM m* du RHUM SARTHE CACHET
. eu outre des prs- D0R.J** ii et .
L'Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de Succs.
SNAT
o
Sance) du 80 Juillet
A dix heures et d mie, nui'
snateurs prsents, la sance si
ouverte.
L" procs-verbal de la sance
du 8 Juillet est lu et sanction-
n. Lecture de la correspondu n
ce o se trouve une (alIre 5e
l'ex-snaleur Suirad Villard
propos de la resolution Jean-
nol. Il reproche au Sna1 de
n'avoir pas statu sur i e qui an
fait I objet.
Le snateur Si Aude : \ wo-
pos de la lettre Suir d Villard,
qui tait d'une giande nnpoi-
lance, il rae semble que qu nd
un citoyen crit au Ser.at sur
une matire considrable, il nu-
rait d statuer cet gard. Il
faut demander a 11 Commission
les raisons pour lesquelles este
n'a pas tenu compie de cet:e
lettre.
Le Prsident se demande fi
quind un ci'oyen crit au Snat,
une Comm-ssion est oblige d en
taire meuikon.
Le snateur Zphirin, Prsi-
dent de la Commission, dclare
qu il n'a jamais vu celte lettre,
qu'elle n'a pas p^ss sou se
yeux.
Le snateur Paultre dit q>ie
le travail de la Commisson tant
achev, il n'y a pas heu de re-
venir sur la question.
Le snateur hudicourt : Que
disait cettp lettre, MM. les S-
nateurs? Que l'acte additionnel
tait nul, parce que non revtu
del sanction lgislative.Ellene
nous a rien appris de nouveau.
J'ai t le premier lvler la
nullit de cet acte. J'en ai lait
une traduction que j'ai remise
dans le temps I Ks or a, qui
l'a publie, i 'ex senateui Villard
n'a soulev au une question im-
portante, aucun point de vue
intressant. Tout le monde sait,
et depuis longtemps, que l'acte
additionnel est nul. C'est une
vrit connue.Nous n'avions pas
besoin de sa lettre pour le sa-
voir.Je ne vois pas la ncessit .
d'un pareil incident.
Le serviteur Elize lit un rap-
port de ia Commission .hsrge
de statuer sur les moditi -.. ion .
apportes par la Charab e la
loi Nau concernant les dpos-
sessions.il en a demand le vo-
te immdiat qui a t accord.
Le snateur Aau lit un rap-l
port relatif a la proposition del
loi Pradel sur les privilges de
Irt accords i certains ports. Il
sera iraprim et distribu.
La loi sur 1 alcool
On continue la discussion de
la loi sur l'alcool. La sance est
suspendue pour attendre le Se-
crtaire d Etat des Finances et
obtenir de lui quelqu s clair-
cissements. Il est occupe! ne
Brut se dplacer. Le snateur
au produit quelques observa-
Cours d't
lions, ft l'article quel
les art 1(> 17 IX 18,30,21 22,
2.'l. 21 son vols.
A i\iii. ?fj. le sn^tiNi Z>n>0f
lait une propositiontopuyenar
le .-.f-MHteur El'ae. Zsphirin tu
corn' at. 'e Prsident fait uns
pto loai'ion qui est adopte.
A l'jrt. 2li, le snateur Z phi-
no |)"i>ose onc fsxr de .")()0()
goides applicable aux tran-
ges tenant f*ri d ho "ls et dbi-
tant l'alcool. Pradel. Tlmaque,
Nau. Zamor 'a combattent.
La proposition Z'phirin est
carle.
A l'art. 2G. le aAoataor BHss
veut (aire payer 50 o/o sur l'ai-
root provenant de la distillt ou
de la mlasse. Le snateur T-
lmaque c imbat le prineio. m-
tw de taxation de la mlasse ;
ci pioduit lant un poison, il
importe dea empcher la dis-
tillation.
Zphirin dpose une propo-
sition punissant ceux qui dis-
tillent la inclusse.
Le Secrtaire d Etat des bi-
minces : O.i dit que la mlasse,
qui est un sous-produit, donne
un iilcool nuisible la sant.
Nous n avens aucune analyse
de laboiatone qui le prouve.
S'il fallait prolger la sani pu-
blique, il faudrait prohiber l'al-
cool qui est un po.so Cest
pourquoi j'interviens pour ap-
puy'- la proposition du sna-
teur Elize de taire payer une
taxe de 50 o/o sur l'alcool de
mlasse.
Zphirin : Celte loi est de p:o-
tectiou sociale, nous tenons
prolger nos nationaux, les pe-
tits prop; itaires contre les gran-
des Compagnies bien outilles
pour distiller la mlasse. Si
cette loi ne produit pis aases d :
revenus, nous chercherom, de
concert avec vous, les moye is
dy remdier.Il laut prohiber la
mlasse, qui est un poison, pro-
tger les petits piotucteurs
d'alcool.Pour cela, vous voterez
ma proposition.
L-. Prsident expose que le
rhum de la Jamaque est tir
de l'alcool provenant de la m
lasse. Ayant sjourn longtemps
a la Jamaque, il peut en parler
d'autorit. Si ce rhum tait
nocif, on ne 1 exporterait pas.Le
Service d'Hygine de la Jumal-
que est encore mieux c rganis
que le ntre. Il ne tolrerait pas
I exploitation d un produit sus
ceptih'e d.- ruiner h sant pu-
blique.
Le Secrtaire d Etat : Nous
ne devons pas decouragsr la
capital et la main d'uvre
liaugers. Voyez la HsacO.
Il y a des milliers d ouvriers
hai'iens qui y gagnent leur vie
sans compter ceux qui tra-
vaillent dans les bureaux. Si
vous donnez celle compagnie,
vous ruinez en mme temps
le pain bon nombie de nos
cor.ciloyi DS. L'honorable Pr-
sident de cette Assemble vous
a expos que l'alcool provenant
de la mlasse n'est pas un poi-
son.Vous adopterez U proposi-
tion du snateur Elize.
E
LEONS PARTICULIERES PORTAU-
ET A PTIONVILLE
Coismencol le loodl 3 aot prochain
I USTITOT flFPEIlAOl!
Gifier du leus parents
La mthode est certains. H n'y a pas de doute.
S'adre5ser au No 1537. rue Latnarre.de 8 hs 11 h. a. m.
[Tlphone : 281; ou' a Mr H. riPPNHA(JBR.
i PtioB-Ville," rae Villata. "
LA VENTE A L'
E MARDI DERNIER
A li suite de la puhli. a'ion
de n >s diMix dernieis articles
sur la veuie scan la.euse de
mardi dernier, BOBS avons
pu recueillir len renseigne-
ments suivants que nous li
vrons v l'oBtiers l'apori ia-
tion du Uecevenr r.neial
dans leur saisissante rnlit.
l.n roa'-aon r\boBdi avait en drot Is Douane nn
lot de m rchan lises v.il:i *
l 50 do'lars environ, et avait
jus qu au ^S dernier p o o i
payer son borlereau l.i
Banque Natiouale. Il se trou-
ve la chose extraorclinairt
que le 27 le collecteur de la
Douaur sisnail un ordre de
vent qui ail en vitesse
acieroiu s leocanteur pa-
bc et d xx le m n- j >ur
en nos bireaux. Le 28 au
nulin l'avis paraissait dans le
Matin snaonant la vante
pour le mciue jour, et Mes-
sieurs Aboudi Cnalom.se pre-
senlant I ouverture les ni-
chats de la rlanque, appre-
naient que la minhandise
avait dj t vend ne.
Li marchandise tait oQerte
li Maison Aboudi, Clnlcm,
quelques instants upics, et
a' hde pour la moiti de sa
v.dtur ; e', chose extraordi-
naue, celte seconde vente
laissait aux c in pres prs de
400 dollars de bnfice.
Voil comment les intrts
du fisc sont sauvegaids. Le
Collecteur se fiant la bonne
foi de certains employs om
met bien souvent de rrg'et-
lables abus et tue le crdit
halien l'tranger Car en
dfinitivs c'est le commettant
tranger qui plit de ces cho-
ses et la mauvaise loi de cer-
tains oui bnfit'ie de ces
combinaisons louehes qui, en
toute sincrit, ne peuvent
continuer.
h
Le snateur bau opine dans
le sens du Ministre.
Zphirin : Depuis qu'on a
dnonc I alcool de mlas&e, le
gouvernement aurait d former
une Commission poui taire des
analyse', des expriences et
s'assurer du degr de nocivit
de ce proluit distill. Le pe-
tit propiitaire qui n'a pes les
DOyana de distiller la mlasse
pour en taire du lafii. distille
du pur jus de canne et se (rou-
ve en tal d'intriorit vis--
vis de h llasco qui distille
sous produit. Ce sont des con-
sidrations d'ordre social el il
faut protger h s petits pro-
pritaires.
Pradel : Lorsque, dans un
pnys comme le ntre, une
compagnie arrache l'industrie
d'un stade presque nul pour
l'lever, il ne laut pas la p n i
lyser. Les usines de la Has-
co produisent un saus-produit
qui donne de l'alcool. Pourquoi
ne voulez vous pas qu'elles
l'utilisent ? Qu on frappa lam-
lasse d'un droi' lev, je le
comprends, mais qu'on exclut
ce sous-produii, c'est revenir
nn stade barbare.
Aucun examen scientifique n'a
jamais prouv que la mlasse
est un poison. Il ne faut pas
pour des raisons de politi-
3ae exagres, carter les gran-
es industries qui font voluer
le pays.
Zphirin prsente encore de
nouveaux arguments en U-
veur dei p^ota propritaires.
qu* ne ilnv.'ii' pn.s i e sa-
li ifia aux | Jeannoi explique son vote j
coulre la proposition Z'phi-
rin. f
Cette proposition, mise aux
voix, est rejet. L'ensemble da
la loi est vole, avec q eiqius
modifications.
Tais la sance est leve.
. v#o' qu'il" nouveau jaur-
nal : (Jui Vive 1 vient de pa-
ratre hux < ave* sous la direc-
tion de M l onisl) ogneThard.
S'il luit en croire la dclara-
tion qui ouvre la premire co-
lonne de ce nouvel organe, no-
tre conl re ne sera ni opposant
lystmalrqne, ni gouvernemen-
tal Bveuglman'. Nous lui mon-
tirions les purs, les honntes,
ceux l qui ont en vue le sou-
lagement apporter a I grande
aiiara du Peuple. N*bs conet*
dreronelessetos du Gouverne
meni, non point l'aBgla d'une
opposition malsaine et mal
ve liante mais avec la saine rai
son et la claire conscience d'un
patriotisme rflchi Nous n'a-
daterons pas les hommes un
pouvoir. Nous ks considrerons
dans le cadre largi de no* Li-
ber es consMulitonnelles recon-
quises, et neoa oriaroiis tons
ceux-l qui p-r-d ront aor lu
irnepo'diqu' :Q n V-v?n-* -
l ce <| li s'j| p-i le parler avcc
ueigi.
t vu mercred'. deux b.'ires.deuxl'ort au-pi m
cens Udi, tVll^'-ove. bn-
{Liaient. iiK.is lis largeuimt,-le
l'hoapitalit petit gov.enne., lia
taient, natur.l'e.tien au loi
de IVd Gove, en f-ce di* la
mer,autour dune table,devant
des coupes qu chaque loi qu Is
les vidaient, taient immmai**
m-nt remplie. Inutile a d. e
que c'tait du chimpagna fris*
bavai l.el'rs.dn- de c cer-
cle, M. Maurice CMries \ Vi--. -
Prsident. M Emile VitaLlaV-
crtaire. M. Alcide Edouard, M.
Feslage Edouard. Magistrat Com-
munal, laillireat se brouiller au
moment de la signature des
bons... Chacun voulait avoir la
joie d'avoir reOB les deux hetes
qui, vraiment, ne purent cacher
leur contusion. ,-s derniers
gantilshommss hatiens se ren-
contrent Peti'-Ciove, et. Pe-
tit-Oove, au Club.

... voit que les mendiants de-
viennent mantenant trs arro-
gants. Lorsqu'ils vous deman-
dent de l'argent c>st avec le ton
d'un crancier auquel on doit
depuis trop longtemps et qui
n'est plus dcid vous atten
dre une minute de plus.
...a vu. hier' malin, un cas
de peur rtrospective Un de
nos amis qui fait profession de
Don Juao causait avec quelques
aunes camarades H parlai',
nature lement, femmea E f-m
rats avec lesquelles il avail
dis aventures. Ces ce mo-
m n'.-li que l'un de ceux qui
l'coj'sient lui dit:
Vous alliez quelque fois
derrire l'Exposition?
Oui.
Dans telle maison?
Parfaitement.
Et vous y tiez, l'aaae
dernire, la veille de la Fte-
Dieu, vers 10 heures du soir.
Oui. Et comm=at le savez-
vous?
Lli bien, le mari a tailli
vous t un coup de revolver,
ce son-l.
Le Don Juan trembla telle-
m ni que l'on vit le geste qu'il
fi' de se fourrer les deux mains
dans sa poche pour qu'on ne
a'bperct point de ce. cas de
peur rtrospective.
. voit, chique soir, vers les
8 heures, dans une des ruelles
di Uos-Verna. un joli Mon-
lie n nui Tr'e indubitable-
ipi' d-"n* !> mii'.oB, la
maison qu'habite sou ilir, C*-
ch derrire un arbre d U*
pendant des minutes dmj Le**
po.r de voir paratra sa dulci-
nue M is el ne parait pas,
pour L raison bien impie aa'-
ellc est i rv.-n-kolt en ville-
giaiure. El comment ne le sa-
vez-vous pas joli cavalier qi
pr'endt-z que celle jeuua ttdf
vous adore?



PAGE 2
LE MATIN 1er Aot 193}
GRANDE \TNTE DE GILLETTE AUTHENTIQUES
'GwiHte*'


. .o/ se coupe bien moins
maintenant avec
,emmm>
authentique
( *yp de trois Irons)
Cet Imiifs (il
telle authenti-
que* srrvrnl
ilimslrsnisi'irs
(iillelle type
milieu.
PAQ4 ETS DE
O LAMES
To le monde s'e l re idu compte de l'inu-
tilit' de soufirir des incommodits de se
raser, quand les lame* Gillette authenti-
(; les peuvent s'acheter un prix m moJi
que.
Lee vr ies la mes Gillette dn type Hlustri e
vendent maintenant prix rduit. L intro-
duction 'lis no IVI BU] i "il S e! rasoirs fil
letle noua a p rmis d'offrir les lama Gil-
lette, type de ttois trous, a ce pris de li
quidalion.
Ce sont dea lames neuves, authentiques, de
ht lameuae qualit Gillette. Jamais voua
n'aviz eu l'opportunit d'acqur|r de* le*
mes m magnifiques a un prix fcussi bas.
.A|l< / vjle, laites l'acquisition dune bonne
nnsniit pour vous raie? mieux que jamais.
En vente partout.
Gillette Safcty Razor Co.
J, D. MAXWELL & G
Bue Rpublicsinf. Poi-au-Prnce, Hati. -DISTRIBUTEURS.
En priant notre aimable cor-
respondant dent croire aueun
sentiment mchant de la part
de faire de la peine <> personne.
nous publions noloniiers la
lettre suiimnlequi met les choses
au peint.
BOITE AUX LETTRES
Jacmel, le 27 juillet 19tl
Mr ( li'iiun M: gloire
uindrur du \'atin
PcrUau Pnnce,
M 11 cher Directeur,
or un i is.
DE 6 I AMES
or 15 cl .
.Jr**M3M
Chaml re
des Dputs
o
Sanck DO 31 JUILLET 1931
Le dput Etzer Vilain* dpo-
sai une proposition de loi denian-
dant allocation d'appointerni nts
pour cei laines cole. LV. gence
tant accorde, elle est vote.
Vaitnues prsente une pi posi-
tion de loi aesordani un coin-
mis-gre'iVr au liibunal civil du
Cap-Ha'nen. Ella est \o -
Leroy ei Ducartes Albert pr
sentent des proposiiions de loi
tendant riger Sallrou e l'on -
Libert en prlectures nu 1er
Octobre.
JMMe prtante une proportion
de loi leadanl a ueer une co
le pnm/'ie uibeioc il- g roni
Mar^oi.
Pieu upw u' propoaifnn
de loi U rdsi.t a Irappi r les
chaussure eu n^ie* d'un drO" n
triple a l'importa'!"' ; ls ma
tires piroeiea r-ertenf la
fabrication dp savon paie i ont
le tieis ik- tbjes pivuc*. i les
graines de i ion pau'ien' ; l'ex-
portation 10 centime* pi kilo.
Puis, il dpose sur le buieau
une srie de questions i naei
aux Secriaues d'fiiat des Tia
?aux Public, des Finance et
des Relation* Ellrienree et pi ie
le bureau de ies inviter se
prsenter au sein de l'Assemble
au-ruedi prochain, 5 aot pour
y rponflrea
I.s (iilles dpose une propo-
sition de lui tendant rtablir
une coU des tours Cor ait.
El'e est vole.
Le" conclusions du rappDr'
de 1 Instruction Pobliqu* rJtil
la cration dune cole d
garons Sl-M rc ont t volves
si. si que la Iri.
On passe ru vol* d:i hrdgt
du Dpai enunl 'e llntiieor.
Une Jo; Citaul a Gros Morne
une cole primaire rrbaine et
plusieurs d'autre* sections s t vote.
l'ne loi crant i n cole p: i
main laque de gnions a la
Tortue et Basin Bleu aet
vote. i
Une loi crent Jaemal al'Sal-
lrou en Dpartement duS>d-
Eat, Jrmie al Tiburon n D
parlement de I; Grain e-Anse;
Fort L*berl. Trou, VaHire, en
Dpi rlemeni du No d-E.t, a t
vole.
La loi rigea I Ciyef.-Jacmel
en comnfune ;< et" vote.
BJiialre m M. j''i lu quel-
que pat qua l'ampute em*ii-
c, me ii>' cesser;" sur le pays que
quand i aus serons Itbls du
carcan de l'Emprunt de 16 mil-
lions de .i ... s Je lais appel au
pair n i me de chacun pour
nous permettre d>: nous en d-
lia ri scr.
Il dpose trois rr< position
de lois demandant 1" chaque
indi ulu lu b lanl I*' ui Hoii s
le vi sir une valeur ds .'l dol>
liTS i ar nn, 2* h c\\ q e pio
pi la i de maison en m alion
de vesr 3 do I rs | a an, 3*
chaque tranger viv ni sur ie
leirroire de vciser ."> dollars
par nn.
Jolibois propose au bme^u
d'CI n- BU S 'Cl Maire d'Etal Ufl
l'Intrieur d'avoir *- praan
1er lundi p;o li.ii'" S noui pooi
lpor.die a une question su les
garanties de libert que le |OU'
I vernen ru' comp'eaccorderaui
i prochaine! lections. Il promet
^ a l'Assemble die l^Jatiqoa
[ seosanonnelles.
Vniniucs itpoee une propo*
\ silicn de loi sur la circula' on
; montaire de la Banque, .ut oui-
; gne il un nui. o iv pistili a-
i ni. Elie a t i IV. ve au Co
pii' di s F.naines
L bi dg< i di D parlement
des Pinai ( i t voie. ()u n'.'-
me celui d*s rravaui Pi I ii s
' Victor Cauoin dam ndi au
Soul.: v- d filt d-s Travaux
Publics s'il est vrai que d'aprs
le b'uit courant en vijle, il y
aurait eu les dtournements
de fonds consists dans le ser-
vi < de l'irgi ieur Duncan.
Le Secrtaire d Etat dclare
qu'il n en sait rien Le dputa
lui demande d'ouviir une en-
qute cet g ird.
Le budget des Travaux Pu-
blics est vote. O passe a huis-
clos pour enti ndie les commu-
nicn'ions du Secrmira d Etal
des Rfliitions Extrieures, en
repense aux i| es ions du d-
put Cinas.
NOUVELLES DE PRESSE
Pur Sans lit
31 juillet.
BUENOS AlKES Des rap-
ports que d-s exils argentins
en Uruguay s'apprtaient S ren
verser le gouveineueni provi*
so r du l'risnb ni l'nburo onl
t I ita dans une dclaration
offic I < <1 police U p r mion
se e i eu liau le 14 j i let
lia a.a 1 U usuav.danalebat
daiv.enersa M-i le gouverne-
ment provisoire par tous les
moyenapossibles, mma parla
violence,
i aires la police, la session
a d< vo'ue lits (isc urs
ail (| ant l'aciut! go ivernemenl
ergenHo et louanl les anciens
prsidents
LONDRES David Lloyd
George, leader du parti librai
anglais a pass une nul trau-
ifui le a la suite d'une opration
dts reins et sa condition a t
jusq nn satial "san'e, a dclar
un bulle'iu tffiJel,
LONDRES Le prime ai
Galles J' t boulevers antire-
iti n' m is pas atteint autiemeiit
au c uis il u' aciiJeni d'auto
taidisquil retou' uail chez lui
; p i un match de golf. Il R
rollson avec une autre ma
dune sur la ioute du LlobSun-
nirglab. Aucune des machines
ne 'u endommagea.
kNB.V \\> |
Le Rliiini
Deux dernires reprsenta,
tion d'adieu du
Dr WU-L1-WONG
LE

Le Matin des 24 et 26
juillet derniers,en rapportaut,
pour l'inlormation de ses lec-
teurs, la proposition de loiqui
a t lue la Chambre des
Dpi ls, en laveur de l'rec-
tioi de l'importante rgion
de Jiicmel-Saltrou en dpar-
tement, a cru qu'il y allait da
si bauchise habituelle :e d
claier i mdiatement api es,
qu il a trouve ce piojet ridi-
cule.
Aprs avoir blagu jusqu'au
nom qui est rser-
v au tutur dpartement, vo-
ire journal qui jouit d'une
si grande notorit dans cette
rgion et qui y compte tant
de sympathtes^s'est -ri.avea
une ironie qu'il n'a mne
pas essay de voile quelque
peu, comme pour achever de
laire ressortir toute l'absur-
dit du pi ojet prsent : A
quand le tour de Ptionville
et de Cabaret ?
N'est-ce pas meconnatreou
plult teindre de mconna-
tre toute l'importance ( de
quelque taonq u'ou veuille la
considrer, cette importance)
ds la rgion en question, que
d'avoir risqu, d'une manire
absolument irrflchie.la com-
paraison entr'elle. une cora-
munect un quartier qui soot-
emore attendre,la premire
BEAUCOUP et, le second,tout,
de leur proximit de la Ca-
pitale. Le Matin, la rdac-
tion duquel appartient tout
ou presque tout ce que nous
comptons de meilleur com-
me g ographes, st.tisticienaf
conomistes, etr,doit-il igno-
rer que la rgion de Jacmtl
Saltrou, avec S':s sept vastes
communes et ses 46 sections
rurules pent soutenir, sans se
sentir, cette fois, etteinle dans
sa iiert et son orgueil la
comparaison h.rdnm ni avec
le dpartement du Nord ouest
qui n'a as sa popu a iou ni
son importance, au doubie
point de vue corameicial et
polit que.
D'ailleurs, Jacme!.chel-lieu
de deux arrondissements,
n'e^t-ePe pas une ville qu'une
loi a-sez aonanoea place sur
le mme pied d ^ali que les
Caves, bs Gmmves et le Cap
qui sont, totres, d s ( hel
lieux le dpai temenls ? En-
tre nous, mon char Directeur,
s'il est vrai qu'il y a des | ro-
je's de lois dj soumis par
nos parlementaires I exrmen
d s l't n*i lue au cours da
cette L,> la nrnquiv b entot
hoir qui ne sont pas dignes
dlie pris en srieuse consi-
dration, il y en a aussi ( on
doit avoir la franchise de
I avouer) qui revlent un ca-
ractre lev, en ison de
leur importance indiscutable
et de l'iotrl pratique qu'ils
prsentoctet qu'un journal,
de la valeur et de l'autorit
suitout du Matin devait bien
se garder de blaguer, quelque
lorle et troublante que soit
ou poiste tre sa pasi on de
l'humour.
Vous voudrez en convenir
avfc moi, j'ose bien l'esprer
et, en attendant, je vous le,
mon cher Directeur, avec mes
remerciements pour la place
que vous donnerez la pr
sente dani un de vos plus pro
chaius niiiiiios, uns aaiula
tionslasplus empressi'as.
Adricu AKKESAltO av.
PROGRAMMES
NOUVEAU
CE SOIR A 8 HS. 30 t ENTRE 2 & 3
U HS. : MINEE -ENTREE GALE,
A t HEURK
FERREOL
Ou Une Nui' de Mystre . av^c Adolphe Menjou et E. Bn
Entre : 2 & 3 gourdes.
Ce film ne sera donn qn'une seule lois
Cin-laldy
DEMAIN SOIR
A i Heures : Matine :
Une uvre de PAUL BOURGET ne laisse personne indil
et vous devez voir l'adaptation de son beau romao:
L'EGUYRE
Avec Jean Angalo.
Entre : .50 ; Balcon : 1,00.
A 8 HEURES
La film le plus sduisant. Des acteurs splendides at pleine
flammes:
VIVIAN GIBSON. IVAN PETROVTITCH
Une intrigue amoureuse des plus jolies se trouve dans:
LE DIAMANT DU TZ
Ce film ast un blouissement.
Entre : 2, 3 et 4 Gdes
T
G
Relativement i un comple-
rendu d'une sance de la Cham-
bre publi dans le jsurnal Le
Malin n du lundi 27 Juillet en
couri ;
Nous, paisibles et hoi u'es du Qmr-
lier de Cabaret, dclarons t es
sincrement, par ta- pr eme,
que Mon&i'ur Fe rand Crep
sac, Admin i'rateu -G^n^ral des
Usinas de Prince, n'a t Caba-
ret le jour de la solennit da la
lte de Mont-Carmel que pour
pr!er on large concouru au
succs de la fle, et sns ee
concoure, la lte n'aurait pas
eu tant d clat.
t En raison de ce bienfait
rendu visiblement i no re pa-
rois e, la population de Caba-
ret ne peut que considrer Mon-
sieur romand Crepatc comme
un plie^ s s ct e en re-
tour, dm', lui K'ii dur une ter-
nelle reconnaissance, en priant
Notre-Dame du Mout-Carmel j
do onserver toujours parmi j
nous ce bienfaiteur dont la
rve es' d'embellir Cabaret.
Cabaret, le 28 juillet 1931.
Sign : les notables de Csba
rat :
Dlorme Bien-Aim*. arpen* >
teur publi" ; Alphonse Supin c-*, i
Praticien an Droit, K. JSimy,
officier de PEtat Civil, Berssn
Bien-Aim, Clestin, Louis Jn-
J. iqnes, Rivire Ph.lippe, Th-
rse BienrAim.S lencieux Dor
n val, L i Guillaume, Mace-
poine Magloira. Bienema Bien-
Aim, Thodore Bien-Aim,
Clment Jh-Bapiiste, Civi \o-
gustave, Gelin Bien- Mme, Mu -
los bien^Aim*. Simon Jn-BfC-
bs'e loois Lespi.iasse. Simon
Lambert, C Apollon, G. f.ler-
mo it. P. Ju-Lharles. Lamsrt:-
ne Magloire. Louis Guillaume.
Antoine Laurent, E imond Jec \
M. f. Jrme, atc, etc, etc.
Le Docteur
CAMILLE L!ll
Lest a va.' un ieng.asdp
sir que nous avons ren
ami le Docteur Camille i
soa qui revient du Canij
des Etals-Unis d'Amrifn^
il a t, pendant deux ans,!
sier de la Fondation Rocklel
Le Dr I.hrisson n'a pas|
s n temps. Il nous est rt
avec un diplme da licenoi
sciences biologiques (Muttfj
Sciences) at de Dr ad H?
Pi blique.
On se rappelle les snce*H
vail obtenus nu Canada
jeune compatriote propej
recherches qu il avait eolr
ses re'alivementi la
Nous esprons qu'il tr
bientt l'Hpital Gnral
laboratoire lui permetlaaij
co itinmr ses travaux qui\
en eicelb nie voie.
p a rtnFiiil
Ptio iviiie flera encoi^
Pierre d main. Les fidleal
va en t pas pu accompagaaM
Pie re travers les mai
Station d't, ils auront r
sio-i de le taire damait.-
La procession aura
heures et demie dtt o*^j
Dans la soire, la maap
Palais gayer- la Plaai
meilleurs morceaux da I
pertoire, les damespalrta
continueront fa foterw 1^,
uu se faire entiremaot n,
manche de la Saint-Pian^
On trouvera aux
toutes sortes da rat
ineufs.
Donc demain rend!
Puonville.
| 8ouUont launJUM* ^
.Globules
... ;
'v '.*
pont U renomana ei aavarsia a garda & premire plaa1
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
D^^tRuedeaCtiri,


LE MATIN 1er Aoit 1931
g Toutes les Polices
DE LA
..*-
m
Si
comprennent la Protection contre la 3
! Foudre sans auqmentation de taux
Eug.LeBoss&Co
I Aqents Gnraux
[Echos
GRAND RABAIS EXCEPTIONNEL
Anton l Saba
TRANSFERE DEPUIS ILE 1ER JUIN AU IT1733. RUE DU MAGASIN OE L'ETAT
Si| vous voulez vous fournir de bonnes marchandises des prix exceptionnel",
visitez (I bord le huar rel de Anton I. SABA dans son oojveau lora': Sa I73,rue du ma-
gasin de I Elit. Avant de faire aucune emplette,, accourez-y en foule, car 1rs prix de cette
maison sont humKssus de tout* concurrence;"surfont on y trouve des articles trs
suprieurs au prix des intrieurs, dont les n-jx et la qualit pnnr'l'actualit laissent un
trs grand profit aux clients. Voici les prix de ces quelques articles suivants:
o
L'Association de la Jiu
tjsSK Chrtienne tiendra
BDO sance solennelle.diman-
che 2 aot prochain, a 9 h 15
du matin, en son local, me
amricaine, No 1354. Celle
sance aura lieu sous le haut
petreoa^e de M.Je mie^raod
fiotecteur de l'Association.
Une causerie y sera pronon-
ce par Me Lon Pierre.

Hier aprs midi ont eu lien
la Cathdrale les obsqm s
de Mme Vve Miltjade Pauyo
Be Closia Edouarin Bap-
tiste, decede la vi il le a lage
de 89 ans.
Egalement a la Cathedra 'e
ont eu lieu les olcjti'S de
Emm.nuel Rodriguez. u d
Il vt i: le l'ge de 35 a us.
Nos condolances.

Une rsolution du dput
Bellerive, appuye de nom-
breuses signatures, a t pie-
tente la Chambre et invite
Il Gouvernement donmr
in effet la loi organisant
prlectures. Cette initia-
tive tend pourvoir de titu
birea plusieurs postes de
Clets non occups depuis
or cration.
Mcmufacluie Hatienne
de ciqai elles
GEBARA& C*
LES CIGARETTES
BatBas Fanial-Lon
s (( Dessalinienne*
0 Colon
Rpublicaine*
"Porl-au-Princienne
Dcs
Hier aprs-midi 2 hs. './2 i
fit morte '
Me Mtrie-Louise Pasquet
Us tanrailles auront lien
fiprs-ini ii a la Cathdrale
iSheares p. m.
Le convoi partira de la mai-
son mortuaire sise Rue du
Magasin de l'Etat, ct d?
Kiwas H erra ai os.
De la part de sa mre Ma-
oane Vve Emm. Pasquet. de
H sur et beau-t- re Mr et
Madame Harry R Renney et
leurs enfants, de Melle Ccile
Pasquet et tous les autres pa
rents et allis.
Nos condolances aux
milles prouves j.ar ce deuil
i
...I
Lykes Brothers SS Co lnc
Taxas Hait! Santo uonalngo Porto Rleo
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret entre les ports du Golfe du Texas directement avec
Port au-Prince, Haili.
Ponr la rception rapide et le maniement habile se vos
importations, servez vous toujours des navires de >a LYsE
L1NE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont'
S S Almeria Lykes 31 juillet 1931
Steamer Velma Lykes 7 aot
S/S Ruth Lykes 11
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat, Boite Postale B
IS
Lph Meilleurs
Pour Adolescents
parce que l'avoine entire-
riche en lments nutritifs
a t
CUITE SANS FEU
AU MOUUN-PENDANT 12 HEURES
Flocons d'Avoine 3 Minutes
MAUX de DENTS
A_-_^ _, n^mm Suppres'ion initantanrr. radie Ir ri Jffinitivc. MU
VOS dm VmniW l'emploi .iniplrrl mcllr In BAUME TUENHIF MIRIS.
Calme Instantnrmant la cln carie, aaaurr In con.crvatinn li ilrnla.
Chaque botte contlanl le neri-nialr pour rubluralinn et la pansement n dent
,rlcr, Seul, le Baitmr Tue-Xtrf Mirtga tue le n.rf dentnlre 'rtlnitlvcinrnt. Blga I*
BAUME TUE-NERF Ml RIGA
i___...... j.. ?!.,,.. niu'li PKupniarUii H Rii< llrl#t tTOrl-OULLlNIi Itl
rires Seul, le floiime Tur-Strf Mirtga tue le nerf dentnlre dfinitivement.
BA_____ ,.____
I Moratoire du Docteur QIRAUD, Pharmacien, 8, Bue
Dpt Port-au-Prlnca : Pharui
Dolet. LTOW-OULUKS (F
maaia lit LU.
"
T.:
Crpe de chine sup l'aine 7,80
Crpi.satin blanc sup. 11,oo
Toile de soie sup 6,00
Crpe Ginette fleurs 2,oo
Voiie mite soie 1,50
Organdi bleu sup. 1,76
Voile laize brod 3,oo
Gabardinebleu marinesp,2,23
crme 1,5a
GabardinebltBC et noir 1,75
Percale blanc sup. ingl. 1,75
percale blanc extra sup. 2,00
Ratifie bl.merccarreaux 1,75
Ratine couleur l'aune 1.25
Tuile blauc 2 5o
Imitation Simili coul.&b'. o,9
Zphyr ci p barre o,70
Grise coul.imit.brabant 8,75
Calicot molle xx o 7o
Indieuue bltu G. L. o,7o
I> ablemenl tort bl. molle o,7o
Colette blanche 1,25
cpe pour deuil G.L. 4.00
Tte indienne a fleurs o,8o
Baptiste fleurs o.'Jo
Crpon fleurs 0 9o
Voile sup. carreaux soie t,4o
Opon car. soie 1,50
Madras coul. barres 1,25
Madras sup.merc.barres 1.5<>
Satinette 125
Brabant 1,5,,
Crpon barres roil bl. l,2o
Indienne G.L.demi deuil 0,80
indienne li, L couleuis o,75
Flanelle coton 2.50
Toile drap coton sup. 2,25
drap dora l mixte 3,75
Toile drap il mixte li 00
Toile drap pur fil 8,00
Toile drap Hctieo fil H.oo
Voile uni coul. et blanc o.lu
Kaki blanc Gobernador 1,50
K*ki blanc amiral
Drill biaec l'aune
Dnll blanc sup.
Drili sege crme
Drill sport barre
Drille flanelle barres
Drill coul. sup.
Tussor imil.soie doul).lar.4.5o
Tissus nouveaut Coul.d.l.4,5o
Shaotung mol sup. 5 no
Casimir angl.sup. coul 14,00
Casimir anglais sup
" anglais sun. coul.
Serge bleu marine sup
Serge noir sup.
heviot ang.bleu marine o'.o(-
theviot noir 6,00
. 8r,s aune 5 5o
chemises blanc.mille plis 9 00
chemises blaii'hes plis 5.5o
l Iricolfneblancetcoul.Jo
' amricain 5 5o
chimisesbianches \rrow7,|)
Arrow lO.ol
chapeaux laiuepr.enf.as 5,oo
enap. laine pr h un n.)ir 5 So
' laine pr h OUI. assort. 7 00
" sup. extra 12.oo
casquettes franaises 2,75
u franaises sup. 3,50
suprieures 4,oo
casquette o'iers derai lalon noir
bleu manne 5 5o j Souliers pour enfant
Ghap, paille pr nom. can. 5,Ofi noir et beige
en ip.paille pr hom.canot.7.00 | Soulisrs pr hom. jaune
" paill pr hom. liu 12 00 Cravates sup. franais
chip, paille criooleprh. 8,001 ' franaistra sup.
paille fin canotier H.coj franais demi deuil
'' paille charleslon cl 9,00
'' cbarlestoj asst 7.oo
chap paille imit. panaisa 15.50
- u 1 e-t.ix paille imilatiou
panama suprieur I 00
fiamnii garonnets 3.5o
Chap paille avec glatine 6,00
chapeaux paille garooit 3.O0
'paille Jean Bart des 5 IO.00
chap. pail fillettu garnif 4.00
paille DU. non garnis 3,oo
chap." forme pr damegar. 5,oo
su p. avec pochettes
Serviettes de ba:n coul.
asst. grandes
Cale ms courts diabl.
tort mol
Caleons longs diab.
tort mol
LotOO Borsari
grandes Lui.
Lotions Cheramy asst.
Lotion Cheramy ptes bt.
15.0)
9,o )
20.oo
2 00
3.5o
4 00
4 5o
o0
l.oo
fi mm
1.75
2 00
2 00
15o
Pommades Cheramy asst. 1.50
. ..,.| iviiai y, 1 1 1 1 ,i ,, 1 1 . 1 ..... "-''ni i.iici mu i-i. |,QQ
" paille tonne non gar. 5*00 Crme de beaut Cheramy l,5o
Savon Borsari fin l,';m
forme large garnis4.00 Savon Borsari asst. 0 75
chapeaux paille Saud.no 3.5o Eau de Cologne Vibrrt
Mcriooli prdame gam !2,oo Eall de Cologne Chla
^JiJrSXS&l^ parfume m. Maon
'chapeaux crin oie prdam.tf.oo
Chaussette> prent. sup.p. 1.5o
B ha US. pour enf. japonais o5o
" pr enfant bl coss fifto
Eau le Cologne Bersari
Rgine et Imprial S.5o
Lotions Cheramy asst.
bo iteille litre 8,5o
2.00
l,9o
175
l,4o
1.4o
1,2o
1,25
ca^^ ta;igr^i5skfe
Chaussettes pr hom. lil
fourchettes 2.00
Chaussettes pour hommes
mire sup. 1,25
Chaussettes pour hom.
soie coul. 9,00
chaussettes pour homme
Japonais cou eur o,60
" pr h itn. mercasst
*' pr hom merc. jour
Bas ieie asst.
Bas soie sup.
Bas fil suprieur
o,70
0,80
2oo]
.00
Houp coton velours Ch. o 5o
t coton moyennes 0.80
colon grandes
cygne petites
Peigne imitation corne
pou coill mr "
Fleurs artificielles mille
nuances
1 00
0 Bo
0.6)
o.Hj
l..r)0
pour robes 3 5:)
mille nuances 2 00
extra su p pr robes 5.oo
,. vAiiaaujipi IUWC9iJ,uu
.'* Peignes de toilette sup i.00
t
de fantaisie
Bas merc. picot sup. l.oo de trs sup '
Bas merc. uni l%0o Ceinture imilatiou cuir
Parapluie a homme noir 6.00 cuir charleslon
Parapluie hom. sup, 8 5) j sup.
Ombrelles pr dames coul 5 0 1 ^xtra cuir
Ombrelles pr dames noir 6,5o Bretelles tranaises sup.
17 50
18,5o
12,oo
14,oo
5,5o
0,oo
7,5o
p. dames sup. noir 6 5 >
Soulier] pr dames en
caoutchouc talon 7,o>
* en caout pr dames cl.7,oo
Souliers pr dames en
caoutchouc coul. talon
Souliers pr hom sans
ta on caoutchouc bl
Souliers en caoutchouc
pr homme a tafon blanc
Souliers en caout houe
pour homme couleur
Souliers en caouLbottes
Souliers en caoutchouc
pr enfants blanc
Souliers en caoutchouc
pourentants blanc
S mliersen cuir ern
sole pr daines
Souliers en cuir pour
dames talon haut
Souliers pour dames
3 00
6.00
l.-<>
2.00
1 OO
5.00
2 00
3 OO
10 00
7,50
extra
entants franc lises 1 00
Couronnes pour marie G.so
pour 8.00
pour "extra ll.oo
Bande brod pices de 8 a. 2.75
8 a. percales 3.00
Lt autres plusieures articles,
dentelles valenciennas, rn-
bans,parfums ptes dentifrices
paille pour chapeaux, colliers,
miroirs, etc, etc. etc.
7,5o
Accourez-y en foule, car lea
prix de cette occasion sont au
dessus de toutes concurren-
ces et ne ?>ont que pour
0,00 quelques jours seulement.
N'oublie pas la Maison Anton
18,oo I. SABA qui se touve actuelle-
, ment dans son nouveau local
18,00 j No 1733, rue du Magasin de
"Etat.
. --
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
Colombian
Steamship
Company 1

EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux

ne
not l eimer Marlmique
| P^ti de New York le 25 juillet
^a. ^naves et Saint Marc,
.^attendu Port-au-Prince
: le 1er aot. Il repartira le m
! me jour pour la Colombie et
f fis .^ Uaaal Zone Panant
l'rt et passagers.
JU manifeste de ce navire
i ?lr ^ion-poste le ^utuU
y carnt est la diS(>os.-
Uon de chargeurs aux ou-
faux u la v.ouipdguie, rue
Traversire. >
]9^rt-au-Prince,le20 juiIlel '
1 Colombian Steamship Co lnc
Aisinislralion ('mmunale
If Port-an IVjiCf
AVIS
L'Adminis'raiiou Communale
, eu raison de ses obligations
Imalliples auxquelles elle ne
pourra faire lace si les contri-
buables ne remplissent leurs
obligations envers elle invite
las retardataires qui n'ont pas
eacore acquitt leurs redevan-
ces pour l'Kxercice en cours,
rgulariser leur situation dans
le plusceurt dlai possible. Elle
espre que conscients de
leurs devoirs sociaux, ils ne
la placeront point dans la p
aille ncessit de les y con-
traindre par les voies lgales,
t. ADMINisrHATION ('oMMUNALE
mil -IUT1 w sh'iial
T' '""- "i ** MnNYW IH SJ3R3IS3 1\k
' e7lvll^'M,, 3nouvudjom9
A peine ouverte
LA
E
| ?MIV si Aouao
la 'sioooir 'latriHy
'jia ia xn3 ai
I VU l.*J3H % U311I1SIQ 1**
Compte dj une importante
clientle, grce a la rapidit
de son service.au dvouement
de son personnel et au trs
sympathique accueil fait aux
acheteurs.
Allez tous, messieurs, rem-
plir vos rservoirs de gasoline
ei d'huile la
STaTION ROUGE
405. Bue Pave, 4ss>.
666
i-***"j
saawntf xnv3AnoN

j:x*
Soulage des^maux de tte et de
la nvralgie eu'30 minntes.
Arrtez nu refroidissement le
premier jour et la malaria es
trois jours.
606 sauve le bb d refroi-
dissement.
.v.^


Samedi
Aot 1931
Le Matin
**?>**** --
Paris . sait- comment
.

...
:'
I
conserver
ce teint d'colire
- i
MaM nou apprend que le h*au:s parisiennes
ont adopt ce procd de toilette a base d'huile
d'olive et de palme .procd recommand par
lu spcialistes de beaut de toute* les villes
d'Europe et par 2 3,713 de leurs conf 1re a l'tranger.
"Aidez rutic Sfsfiia/isi de
beau l en i'/ii iitm'.i de
l'alimolivt, dit Mass. Jt
recommande Imites met
tlUntei .11 ne Janus m
sortir dt satins autre que
Palmolive. ht (files qui
suit mt mes conseils profitent
davantage d. de mes pnpres traitements,
'l'onte femme dsirait aider
ion spcialiste le beaut en si
Hrvant de l'.ilmoliie. Sa
1 1 ipuJttet baie d'huile
trrlale et sre, .idnun -
taule -L-^ycUdLL
16 ki. Daunul, Paru
'tris...
muni Ji iiai.it rifuli, eue
ttmfti au n.thrt ie as
llumlil dil art.1 ocrant Je
9ms lu pari J khrofe
Consultez vntrt
Spcialiste de lieauti
Dsni voir? pfo|ifr ille -
Jurlques p*J d< MU votu pein-
tre il r une eiperte de
plin comptcmcs quipe Je
manire i vous offrir le nom-
breux soins qu'cxi/c 1. beaut.
l-auwi lui accomplir ce que
peut eulc accomplir une jw-
i cialisc Coo-
ultr/ U rl ilii'ciuent. C'rtt
une habitude qui en vut ter-
ttJnMMBi
i peine.
LE clbre Mass
4 a donn
Pari* le moyen de
"conserver ce teint
d'colire."
* Paris dont l'at-
mosphre mme respire la
beaui! Paris, o des experts
tels que Mass reoivent la
visite des souveraines rgnan-
tes. O la noblesse, l'aristo-
cratie, les cantatrices d'opra ec
i anJes actrices demandent:
.ment puis -je conserver nu
I .: i? Que dois-je faire pour
gardst nia peau frache?
L, plus qu'ailleurs, les ex-
perts en beaut sont fort re-
cherch! et lorsque Mass se
F-ononce tout le monde
coute.
Eh bien. Mass, de mme que
les distingus spcialistes du
monde entier, conseille un
LnUlumm* "mut i luUtW de U du feritm
tel Je, m rrm..u fmrlM, aux irailimnii enituumu
Jomuiie 4i*i PalmiliM
traitement domicile des plu
aiss. Enduisez d'abord 1 pi-
derme d'une pte de Palmohve
et d'eau chaude. Massez dli-
catement la figure et la gorge,
rincez ensuite l'eau chaude...
puis l'eau de plus en plus
froide. Voil! L effet obtenu
n'est-il pas dlicieux? Et votre
peau n'esi-cllc pas ravissante de
fracheur et de oeaut? -<
Les femmes se servent
d'huiles d'olive et de palme
pour la toilette depuis les jcmrs
lointains de Clopatre. Ce sont
ces huiles, et ces huiles seules,
ui entrent dans la composition
u savon Palmolive. Elles lui
donnent sa colosation verte et
naturelle que l'on s'est habitu
associer au mot Palmolive.
Servez-vous de Palmolive et
pour le bain et pour la figure.
3
ce tsdmP xi ccliiAA,
li&Sff
tj
i ANNEE .v 7tffl
Port-ao-Prince
FlDhone : 2242
4 PAGES
mm bl ni
*

ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lit
_
Assurance Corporation Lld.
de Perth ( Scotlund )
Utr la GENERAL i Ml une des plu palssaotes et dei nln* vaste orgaaiaatto!
de ce genre. i soleil ne M coithe jamais sur son champ dactiaa qni embrasse le
Ses Polices contre incend i invreot mssi les dgts occasionns par la tud*e
Sea Polices pour Automobiles couvrent votai incendie, malveillance, doaa#M
saut' a autrui dans w personne on dans ses biens.
Ses Polieaa Maritimes mises par scs branches d'Europe sont payables en Hati
Ses Police contre accidents Sont valables dans 1 univers entier. Tous les vova-
ffeurs devraient daoe prendre la prcaution de se munir d'une police contre aceideau
d..u moins 4000 loll .rs. la prime annuelle n'tant que dt 1/2 / soit 20 ona m, %.
Veuve F. BEKMINGHAM, nxCaves

i
OIS EN PS
Agent Tu nr?l pour Haiti.
Port an-Prince. (K GILG
JEAN I LA\CT BTJrmie
. i
Royal Mail SteamPacketC Horn Linie
nutuuu iu v. i v irt,!.. s vers le 3 aot en route nom
i .s i,(]| , Ht iNoril, pour 1- il.vic, Aivei LO"1' ,. '
'' I'" ^ Kinitston, Santo Don- ngo
I. J. Ui .10,
Aoent Gnral
Tlphone, No 2311
i et Luraeao. piecant trt et
pus^Mgei i.
RtIKBOLD Co.Ag.-nis
' ^3CK 3fc jssssr?.~3
TT
LA ^,R^NDE LIQUIDATION
CONTINUE A MOITIE PRIX
CHEZ
t (MM\
A l'angle do rue iu Magasin do l'Etat ot doo]PronU Fort
l a Maison onre nne ternire occasion tous cent qni voudraient profiter ds en".
,, ..ideUoo, par un achat en bloc on en dtail de s ,n stock de marchandises tVMJ
loi l les prix ('client tonte concurrence W*
Vu le 'irnnd Rabais qu'elle accepte pour en finir.
TAND AC OU CE DEUX
Pria itneiens Pris
Voile conl. fl.:u;s ttw 1.00
M.t quisetle pois lB0
Diablenient-lort 1.00
double fil 1^0
tfleurs 1.25
Indienne coul. asst. 1,40
linptisle ray fleurs asst. 1.50
Voile coul. a fit urs asst. 1,7
Voile ray satin asst. 2,00
Voiie ray de soie assort. 2,00
Voile uni 'nul. ust, wip 3,00
Vcle si.ivs' ll urs asst. .'{00
o pandt H l m bl dc 2 00
liaba dur : f ut s Ci ul. as.|. 2,50
|{. puste roui, fli urv assort. 2,0
bi iiation tus*oi 1,50
Pc cline coul. lingeries 1,50
Sinnly blanc .sup. i-.ni
Snuily coul. sup. 2,50
Perai blai c sup. lingeries 3,00
Fouliiidine coul. sup. asst. 2 M)
S F(.ulars sup.pour lobes 4.00
Tiicoiue dessins blancs 2 50
a dessins pr ch m. 3 00
Tiicol.ne uni coul. et blanc 2,50
Tncoliue de aoie ext. sup. 5,00
coul, 3,00
Tiicoliue ray pour pyjamas 2,50
ricoluie Unispuur robes 2.00
Piqu blanc ehem. 3,00
ralicot Spcial Madapolame 1,50
Zphir tranais chemises 3,00
Zphir ray coul. chem. 2,50
Zphir ray soie chemises 2,00
Satin de chine pour jupons 4,00
Petite soierie pour n bes 5,O
Cmlonne t? de soie i0,o0
Voile cilamaise^de soie
Ras de soie au crochet
Basdes'.ie extra sup.
lias de soie sup.
Casimir tranci* coul.
Drill sfauntnng fil dl. larg.
Drill Gabaidine ray
Drill union blanc
Kaki jaune anglais
Drap noir franais
nouv.
0,00
0,75
0.60
0,80
0,75
0,8
0.90
0,90
1,00
1,00
1,00
1,50
1,00
1,00
1,50
1,00
1,00
li
175
1,28 }
1**>0I chapeaux laiue pour ha m
1 25 ( l.apeiix laine pr entant
1,75 Bas de cote pour dames
2 00 Bas fi! sup. pr dames
1 0 Toile drap sup.
1^0 | Couverture de lit blanc
jo|j de lil laine
300 ^erv'e,,es de Daine
,j(%n Serviette de toilette
|8.(
10(
.00
)00
12.50
7,00
20,00
8,0
3 50
5,00
3,00
20,00
Alpaga noir sup. 12,09
Drill coul. asst. 1,75
Quatre fil pour cadre 4,00
Kaki pour chemises 2,50
Chaussettes pr h'm. douz 15,00
pour entants, paire 1,50
pour cadets 2,00
Chapeaux paille pour hom. 10,00
Chapeaux paille pour hom. 12,00
Chapeaux paille pr h un. 15,00
1.25
1,25
1,50
0.90
1,75
125
100
2 50
2 00
Tapis descente de lit
i hernises pr hom. ss. de
Peignes corne tranais Je
Bande brode
Entre deux brode
Siam drap
Drill gabardine uni
Chapeaux laine pour cadets 10.00
Tricolme de soie noire 4.08
Douceline noire pour deuil 3.00
S ( 01 Bas co,e fil Pur fi,lcllc 3-00
' Moue hoir Madras bleu, blanc et feulait
ECOUTEZ!
Siliuni Sarthe
DA?\S SOr* PROGRAMME
:::
G01\RT Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papayoute
STATION H.H.K.
Port-au-Prince ( Hati )
tfj r-
a 11 ?
Chariier-Malebranche & Co,
1224, Chemin desJ Dalles, 122*
tlphone i 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs