Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03679
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 30, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03679

Full Text
-r
Clment Maqloire
DIRECTEUR
RUfif AMERICAINE 11GS
TELEPHONE .N-3Mt
Matin
jlme ANNEE W 7431
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
lui Mt siaplf ait sinb,*iei*
esprits atuei joi tH*i4Wl
Il s i hases suils l>s >prclsdi> i ri
u.ilfialti, iamibles an vulgaire,
|'inu>f il uar graille dillicall se
iNrider, mena djus 1rs nuire
iflaim.
Uateler'UWI.h
JEUDI 30.IPILL' T 0-*l
La Distribution des Prix
^Institution Ste.-Philomne

Elle lut d c s plus russies
L tte thtrale et musicale
Ujinise jeudi dernier par
udemoisellesDupalocca
Endela lecture du palma-
Ifit de la distribution aoien-
lit des prix aux lvea de
Ijbititutioe. Us lecteurs
L Matin n'ignorent pashn-
Itrt que nous portons a I u-
Le de ces hatiennes hono
Cirei qui se dvouent depuis
Cil de trente ans 1 instruc
C et l'ducation de la jeu-
Ljc tmiuiue. Aussi, cha-
ETanne, nous taisons-nous
t devoir da leur consacrer
telques lignes tant pour les
Loercier de leur inlassable
Eroaement, que poor recom-
fcinder aux familles cette
astitutioB qui marche de
Logrs en progrs.
I Le lever de rideau, un Bal
mbbsn t tout simplement
Lvisunt.' UD l0UI dc !orce
lilis par les toutes petites
|e l'tablissement. Il est a
Lier qu' l'Institution Sainte-
Ihiloaioe, les arts d'agr-
LdI le soltge et la m usi-
t inrtout ne sont pas
liliges; tmoin cette say-
Icte comique excute par un
konpe de fillettes qui n'ont
Lg manqu vraiment de se-
Ke> la joie dans l'auditoie
Kir lalruichenr de leurs voix
par leur diction imper cable;
moin encore ces deui mor-
Beaux de piano excuts avec
Solde matrise par Mesde-
Boiiclles Marguerite La in y et
KiricThrse Verna qu'o
toicomparer nos meil-
ars planistes.
llTjte boufl.ninerie en un
Wla>|ja//> a peur des mi-
voreti a deriu les tronts les
lUfillres Nous devons
ftctopliuient* spciaux
NEmilie Gabriel qui lui
* Madame dnritous assez
lurette; Ritba Malaiy qui
BlUt-MflIc i.uiitous assez
l>M.et Marie 1 herse Ver-
Muiiocai na la servante ar-
Pre telles qu'il s'en ren-
llre encore de nos jours
Bwbprovinces recules de
ce.
^B *
Htais le clou de la ltea t
Pcontredit la pice en 3
* intitule Les trois dons
IJ fe Gizelle.L'auditoire,
" en haleine pendant prs
box heures par le jeu na-
Ve* des interprtes, a mon-
P^aitiitaction par un ton-
Vrtd applaudissements.
iPlrigne, a t bien mene.
W N lentait transport au
JP lointain de la todalit
H***awgneurs, uniquement
fwopas de chasses et de
B8"*.confiaient l'ducation
an filles des gouver-
gle qui taient obliges de
w tous les caprices de
V nobles pupilles. En ce
JJJI*.galement, le&chate
V*es enfermaient dans
Vr| manoirs aux tourelles
K^uea, filant la que-
Wm u coin du feu tout en
aV?L* lePou* qui guer-
P'* bas contre les Ssrra-
fcUa trois filles de la
Maine de St. Evrard,coo-
raame (sabeau, leur
nl trs opposs: Isaure,
*J*.aliereethre, se croit
V'J Plus belle personne
K re; Berangre. la ca-
ICiL^rn,f,uease'est
I ,"01IIe la plu* shv it
r7ume; mais Margu
,* plus jeune, n'est m
^'Prsomptueuse. D'hu-
r-^jours gale, douce et
KL ^ trouve toujours
321,5* 'chapper seule
I ^*u>ur.tolerau.ae-
cours de quelque pauvie vas-
sale. A son pas ge. les vieux
la bnissent, les bonnes fem-
mes se signent et les ent.mts
baisent le bout de sa robe de
soi. Ddaignant la com
pagnie des filles de nob'esse,
elle se lie d'amiti avec B an-
cheraine, tille de La Muguette,
^vassale habitant tes terres du
(chteau. Ses surs,ourles,
ont (beau lui reprocher cette
familiarit malsante. Mar-
guerite continuera toujours
aimer sa petite vassale et lui
venir en aide.
^ Uu soir, dans la grande
salle du chteau, la famille
runie tait la lecture en com
mun.S3udatn,du dehars,quel-
au'uu heurte la lourde porte
e chne. On ouvre. Un voya-
, gaur extnu de latigue de-
mande l'hospitalit pour la
, nuil. Vtements presqu'en
' haillons, tout son aspect sou-
lve le dgot et l'horreur
chez Isaure et Berangre qui
le traitent de pauvre lou i.
Mais Margueiite est l. Kl le
tait au voyageur une place au
coin du leu, lui sert uu bon
cordial el de la nourriture.
Et quand au matin l'incoi nu
prend cong de ses hles, il
est trs surpris de trouver
dans sou sac un bijou de
grande valeur don de Mar-
guerite qui lui permettra
de se procurer de quoi pour-
suivre sou voyage.
A quelque temps de la, la
baronue riermngitde est re-
ue en glande pompe au cha-
leau. Ambassadrice d un prin-
ce lointain, elle est porteuse
d'une demande en mariage
pour l'une des filles de la
Chtelaine de St.-Evrard.
Mais laquelle ? Les deux a-
nes supposent qu'il s'agit na-
turellement de l'une dlies.
Mme Marguerite partage leur
avis. Mais o surp ise.le prince
dans sa lettre rappelle certain
soir d'hiver o uu inconnu lut
reu au chteau avec tant de
sollicitude par la douce et
bonne Marguerite. Et le ma-
riage est conclu au grand d-
pit des surs aluces qui n'i
gnorent plus maintenant que
bont vaut mieux que beaut.

Puis les lves de l'institu-
tion, sous la savante direction
du Lieutenant Belliott, pro-
fesse ur de soltge.excutrent
le fameux ballet des roses qui
arracha l'auditoire de fr-
ntiques applaudissements.
t\ous ne voulons pas citer
leurs noms de peur d'en ou-
blier deux ou trois. Toutes
mritent des compliments,
professeurs et lves. Nous
ne leur demandons qu'une
seule chose: c'est de persv-
rer toujours dans cette tche
ingrate et noble la lois ; et
si parfois le grain qu'elles se
ment se lve loin d'elles,
Su'elles aient au moins la
ouce satislaction de contri-
buer la grande uvre de
rnovation sociale en dota t
le pays d'lments capables
et bien duqus. Le palma-
rs sera publi piochaiue-
ment.
oulage des'maux de tte et ue
la nvralgie en' 30 minutes.
Arrtez un refroidissement le
premier jaur et la malaria en
trois jours.
<6ti6 sauve le bb da retroi
disaemeat
L'Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
T
--
SNAT
Sance du 28 Juillet
Lecture de la correspindance
o se trouve une lettre de Fer-
nand Laraque se plaignant des
mauvais traitements dont il a
t vie'mit- de la part de la Po-
lice.
U snateur Zphirin deman- '^l1 d.e ,a Commission
de que celte lettre soit envoye J'^'"/*'- 1 2? V'"'
au Dparlement de la Justice.
- Paultre rppose (srieuses pour l'adoption de sa
proposition.
hombrun: Ce sont le- con-
clusions du rapport de la COBB-
misiion qui sont en diacus-
sion. Elle h accept A faire des
amendements. Le snateur
Paulire est membre de la Com-
mission, il est mal venu dc taire
une piopo i ,on de lo au mo-
ment de la discussion du rap-
I de vo-
ter l'adoption du piincipe d?s
conclusions du rapport. Il nous
est impossible de prendre en
considration la proposition de
loi du snateur Haullre qui n'a
pas sa raison d'tre.
Le Snat, consult, rejet e la
proposition Paultre.
Le Prsident donne lecture
de lu pro^o ition de loi mme
de la Chambre,
Tlimaque : La question de
la rvision constitutionnelle est
d'imporlanre trop capitale f>o>r
.u'elle laisse plate auonre
quivoque Le Pouvoir Cu.s-
tituant qui va tre demand
aux Chanibrt-s pour reviaer la
Constitul on doit tre larg**,
illimit; je demande uu S at
de bien piger s'il n'est pas m le
de dire : de reviser la Cons-
titution de 1918.
La pioposnion Tlmaque
est en dis jus ion.
fttibtltn. N"us ne pouvons
pas violer I an 128 de la Coo Le snattr hudicourt dit
qu'il comiaii le signataire de la
lettre qui tait venu se plaindre
a lui d avoir t sou'fl ii,battu,
enlenn dans un cachot 24 heu.
res, sans motils valables. Ce
sont des abus et de s violences
qu'il taut hire cesser. Ces agis-
sements barbares et injustifis
ont pour consquences de ra-
valer la dignit humaine. ;tte
lettre doit tre envoye au Se-
crtaire d'Etat de la Justice,avec
une recommandation toute sp-
ciale en tavaur du signataire.
Le snateur Paultre lu un rap-
fiort du Comit du Travail sur
a loi Descaries Alberl.
Zphirin lit une proposition
de loi modifiant des articles du
code de procdure civile sur le
mode de rcusation des juges.
Elle est vo'.e.
Discussion des conclusions du
rapport sur la rvision consti-
tutionnelle.
Le Prsident: La dernire lois, ttuhon, e.i volant la propo
nous tions rests 7 contre 7 tlon Tlm;.q>e. Les Chambres
La Commission a dcid que sparmeu! doivent adop ei d*s
l'interprtation de la prolonga- I amendements la Constitution,
lion du mandat de la Chambre Je crols 'il y a lieu de ne nen
doit tre carte, pour s arrter changer.
uniquement la rvision cons- St-ude. Au point o nous
titutionnelle.il donne lecture de sommes arrivs, il im^o. te que
la proposition de loi venue de nous n'apportions aucune en-
la Chambie. trave ce travail de rvision
U Snateur Paultre.La re- constitutionnelle. Nous ne de-
vision constitutionnelle, vous vons don.ier a la Clnmbre au-
ne l'ignorez pas, a t au pro- cune ralSQU de ne ps voter. Le
gramme de nos revendications dlai st court et nous devons
nationales. Depuis que l'Ame- |airt' uvns utile. La proposition
ricain est arriv ici. il nous a T'maque n'a pas sa raison
enlev tous nos droits. Cette |re. Nous devons conserver
Constitution de 1918 nous a t Ie considrant tel qu'.l est libel-
impose par la torce.Nons avons [* B i rs,lite, il n'est pas possi-
t lus pour dtendre les Dle de toucher l'art. 1er et il
droits de la nation supprims en est ainsi de multiples articles.
depuis 1915. U a l reconnu Je propose de voter la loi B6li
nue les lections de l'anne zaire telle qu'elle est libelle.
dernire ont eu un caractre tout : Elmaquc. Je propose un
apcial. seul mot qui donne satisfaction
Le snateur SI-Aude avait a tous. Au lieu de dire rviser,
demand le pouvoir constituant disons : modifier.
pour les Chambies ac'uelles, Hudkjuit. li nous faut a
mme avant les lections, Noas rvision. Pour cela, ne touchons
allons avoir le privilge en 1922 pas un seul mat de la propo
de demander au peuple de don- sinon lielizaire.
ner le pouvoir constituant aux 1 Le Prsident met aux voix la
Chambres. Nous devons agir modification propose par la
avec constance et garder l'attitu- Comimssian. Elle est rejetee.

L'ensemble de la loi est vot
sans les modifications proposes
par la Commission.
Le rapport de la Commission
sur la propositioa Jeannot est
en discussion. Le snateur Jean-
da que noua avons prise depuis
quinte ans. On a dit, au sein
mme du snat, que les lec-
tions lgislatives ont t rvo-
lutionnaires. La Commission
Foibea a accept le principe de
la lvision constitutionnelle et ) not propose d'ajouer : l'acte
le comit ld atif aussi parce additionnel est par suite ino-
que la Constitution telle qu'elle pram.
a l vol ne l'a pas t d'-i 51 Aude. Je crois qu'il n'est
frs le voeu populaire. J'ai | pas ncessaire de taire l'addi-
tionneur de vous prsenter lion propose par le collgue
cette proposition qui rpond Jeannot. Ce qu nous laitons
exactement notre programme n'est qu'une simple prate.stauon
de dfense nation!*. Je vous .pour I histoire, puisque la Con-
demande de la vottr l'una- Jvention continue loojonrs.
nimit. Il lit sa proposition. iau appuie le snalear Jean-
Prael U n'y a ancun d- no .
saccord entre le snateur Paul- Jeannot. Il est dit dans ma
tre et moi Je partage absolu- proposition que l'acte addition-
ment avec lui le prii.cipe de la nl n'est pas obligatoire, oarce
loi mais il y a pour nous une qu'il n'est pas rat.fi. Il n'est pas
question de convenu ce parle- ncessaire que les deux Chm
salaire. J'estime q- "il y a lieu brea prennent ia mme rsolu
de convive? '* .jet de la ton. Ma demmd ..
u txorbitant,elle co npite de.
i e j'ai exprime. Je une le b-
ue la voter.
L'addition propose par ls-
tant craindre que ce projet ne nateur Jeannol est vote,
soit pas vot an temps voulu La Snat a adopt la rso'.a-
Je vous propose de conserver lion.
tel quel le projet de la nam- J-ombrun. Si nous devons
bre. i adopter cette raalution noua 1
VENTE A L'
AI' a t procd mardi ma-
tin s la vante dc deux auto-
mobiles sans aucune publica-
tion pralable. L'une marqua
lP-ck rd>, en psi I lit tat, au-
rait t adjug, pour cinqunn
te dollars et l'autre, marque
sBuick, pour dix dollars.
, Le urine jour,des marchan-
dises' estimes plus de mille
dollars auraient le vendues
des orix insigniliants et re-
vendue? leur destinataire
avec de gros bnfices
Nous avons sous les yeux
une lettre de protestation
contre celte vente illgale
Nous lirons notre opinion
sur cette affaira qui n'a pose
taire sans la complicit d'em-
ploys suprieurs de li
Don ne.
A VENDRE
l'n mobilier complet
S adresser : Dr. Hauworlh
Villa IrtOoll, Turgeau
Phone 773
Ali. .
ChamDie pour evu r uesi.. u.
menls inuti'es. Il val 't
n'y rien changer. Nous -o ri-
rue* i la fi u de la sessioa, il
ne pourrons plus voter les allo-
satiooa budgtaires aux services
amricains. Il y a des accords
qui nous lient. Un budget a
t dpos; il y a des lois de fi-
nances. Comment dire, l'S-
outil de donner suite a cel'e r-
solution ? lle n'a qu'une norta
tborique. platonique. L Excu-
lit est libre d'agir en vue Je
lane cesser les effets de la Con-
vention.
Jeannot- Je m'tonne de
l'altitude du snateur Fombrun.
Si nous avons adopt cette r-
solution, c'est pour mettre l'Ex-
cutif en demeure d'agir. Le gou-
vernement amricain qu: exer-
ynt dans ce pays la puissance
lgislative et la puissance exe-
cutive, c'est Mr Millspaugh qui
le dit a pu nous imposer ce
trait. Le gouvernenu-ut actuel
de la Rpublique a pour devoir
de dclarer formellement au
gouvernement amricain qu'il
n'est plus li par la Convention,
et c'est pourquoi ia Chsinb-e
des Dputs i vat dans ce sens
et nous aussi.
Ce trait n'a plus d'existence
lgale et il est oblig de ngocier
Ur cette base et si le gouverne-
ment ainncain n'entend pas
raison, on peut user des bons
offices de l'mon l'an Amri-
caine. Le gouvernement atien
doit entamer des ngociations
sur celte base, briser les vitres,
afin d'en finir.
Fombrun Il faut concilier
la droit et le fait.
Il donne lecture d'une pro-
position demandant au Snat de
dissocier le pamt de vue juri-
dique du point de vue politique.
Jeannot. C'est une longue
proposition qui vient de vous
tre soumise. Je vous prie de
(envoyer au Comit appel
en connatre.
Tlmaque La rsolution
Jeannotavait l soumises l'exa-
men d'une Commis&ion qui a
tait un rapport que vous avez
adopt. Aprs, le Prsident du
Snat a demand t mode de
transmission au r > voir Ex-
cutif. Oi, il me semble que la
proposition Fombrun ue rpond
pas au vote dji acquis. Je pro-
pose que le bureau sait autoris
transmettre la proposition.
Jeannot mu Pouvoir Excutif,
pour qu'il l'observa entirement.
1-ombrun. Si vous crivez,
dans le sans indiqu par la s-
nateur Tlmaque, ma propo-
sition n'aura plus sa raison
d'tre. Il faut bien examiner la
situation de lait. Sans cela, nous
ne pourrons pas vler un bud-
get pe. in' des crdita aux 3er
s m y .
L .- .o K iinb m
rnvoy, e ju coin.,. ,i ,\ s
Exteneures.
Le Prsident. Sou l'a
forme dois-je communiquer la
rsolution Jeannot an Pouvoir
Excutif ?
Sous lormede notificiiion,
disent quelques snateurs.
Puis ia sance est lave.
WP
. a vu la lnb'e de rdaction
abandonn* et l'ouvrier 'ypo
grspha qui compose n Notre
(Km. t rclamer de la < opie.irtsia
en vain. C'sl que MM. les R-
dacteurs taient en balade
Pstil-Ooive sous prtexte de d-
fendre les droits de la veuve et
de l'orphelin et, tels descoliers
amoureux de I cole buisson-
nira, ils avaient oubli leurs
obligation! envers le patron...
*
... a vu passer un ami, ancien
Secrtaire d Etat, dont le ves-
ton paraissait un peu long. Et
comme on s'en tonnait, il dit .'
Oui, c'est nne vritable cono-
mie. Avec 1res peu d'toffe, je
>"e tais confectionner des cos-
Inmea et comme au furet me-
sure des lessives, ils s'allongea',
ils arrivent tre ma taille m
...a nliuire c t'e l 008 d'u;
voir des coelomes a pet: de frais,
et, pncts temps d'impcunio-
fcit, 6e n>st pas a ddaigner.


... a vu un candidat ala dpu-
tt on qui expliquait son pro-
grainma un groupa d'amis et
d'iud flreu s qui avaient l'air
pfnll ennny. Au plus fort de
l'lopi no- du futur dput,
quelqu'un de l'auddo re s'cria:
Nous avons soif! Il n'en t l
lut pas duvantag- pour fane
perdre le sifflet l'o.aleui qui
n'avait pas U sou et ne pouvait,
par consquent, dsaltrer ses
aaais. E le chain- lit rompu.

... a vula tiimo sse indigne
del petits,prtestsol pareeque
Phomiae qui lui taisait lu cour
avait tu de ton porlefeui le
une collection de photos qui
n'tait pas des plus... honntes.
Elle piqua un fard, puis, cu-
rieuse el allume : Kaites voir!
dit-elle, en smparant du pa-
quet.

O allez-vous? cria t elle.
impatiente, au chauffeur.
Faire de la gi/.oline, avant
de partir.
Pourquoi prendre cette di-
rection?
Parce quu je vais chez Fk-
lu (>. Dbfi.hssy. la rue Des-
touches, tout prs de la Glaci-
re, o je su:s toujours servi
souhait.

... a vu des Amricains de
l'Occupation signer des bons
dans des bars pour da nom-
breuses i .ur nations, puis
refuser api es da payer, sans
qu'il y ait, diseal-ils, aucun re-
cours centre eux. Nothj: u.
veut croire que le gentilhomme
qui est chet de l'Ojcupatiou
ignore ces faits qui ne sauraient
tre tolrs.
AeanraavToua eonlre aaalaol
la Gaaaral Accident Pire 4
Lite Asaaranee Corporation fe-
mited . Vve F. Bermnx*i,
Ageat G n-il noir Hth.
LA DEUXIEME
IDE WU-LIWONG
C'est encore devant une
salle comble que le fameux
mago chinois Dr Wu-Li-Wong
excuta mardi soir sa deuxi
me reprsen ation.II est inuli-
iedepa'ler du succs de cette
reprsentation qui a dpass
dc beau oup l'imagination des
spectateurs.
L: clou de ia soire a t
ir 'our de la femme scie en
deux qui a valu au Dr Wu-Li-
Wong de longi applaudisse*
menls.
Nous esprons que le gros
publi: sera bientt gratifi
du ne reprsentation prix
ro iuita,afioque tout le monde
puisse dire qu'il a vu le Dr
VVu LiWongetseatoarsextri
ordinaires.



PACL 2
*-,%
JMQk
l^E MATIN M Juillet_1931
||WMMWa II <*w.H .
Lei Sfl;|j|r> du Jour
LES ABUS DE LA
E
ELECTRIQUE
e *
LES PI MINIMUMS
o
I Comppg*1 ri Eclairs
I le< ir que lie !* i-au Prince
i du Gp vend d ii>m quelque
. mi'* a des ''>' '' ",ns ""'' I '
'il 1res BViiO>ij(< i s s (I s I-oiii %
lectrique* rfeu ler* rennssT
K'Ie n'a dis prvu un laril pour
la eoneominatio lectrique Ces ustensiles e' I it un lai il
pour cliHiue rli< n' sa g >i :
tel abonn paie six centime le
kilowatt ; 'el autre qu;i're > en
lien >s et une lutte catgorie un
centime Feulement, < I il < < on
t Ile lixe u i aiinnu d
Quatre Dollars pour le louri
lectriques.
Or, i'artic.'e 18 du rnn'r-il
passe entre la Ci et l'K il II i
tien prvoit que la Goiivei n
ment doit l'entaa II u avec
'e nu piei BV8II s d- o DOUr e
qui concerne le pris de '-u-
tarils. etc. No is ne pensons pan
que le ncessaire I t lait :i
It-gird ries cuisine* al autres
ustensiles leeti iqu< n rai la
Gouvernement n'aurait | mais
Mepie ce minimum de 0 tre
Dollars.
Li diffrent entre le pris du
t u il il i laii ; ri celui lu lai il
(I s usu i '-les ,\ (.mi patin n
Mu, m> ; lui ,: li s fi Ml ;
ri i. m* ta lion < ; L'
r pli ic .ic ,. ' i >.! > | lai ion
q ii d'onra I arli li 20 In cou
i. ..i n* \ ii ie iouni j " la
l'.ie, lui tt mi
l-vt nu i e(l > pal '"" *
i ; i s. |- no ou |>, qui mm s
\r nui VI | I itu pu le.1 te ll< Il H'
i <-s \ ,:i lajie .iu\ a 11 . -, la
oinpb|ioie h ii nu e ij.i moj i i
il ii ..n i potii nuguu ! ses,
i Vf, ui qui u l Ts.
.\ijis ion i. '-. ne onslitue
I : abus le la omp ^:..t d I
r ge I-1 i ir (ju ...
LE 0111LEMKE
A l'honneur >l un isi r qu il a
ri pi is ses consultation* el
qu'il e tu nt h la dispusi ion
cle sa bienveillante cln n Ole :
Une du IKAu lain, tel 2692.
Consultation: 8 h. H) y. m.
2 b. 1 2-3 1/21.m
Kxceid samedi api i-s midi el
les jours lrics,
Kchos
! UNE COLONIE AGRICOLE
r
9
I -j udi 25 juin, 10 b. 80.1
u I i u I'id u^ur* ion officielle
d Slut d de la Rpublique tfHa-
ti tu li des Inlorinalious. Au
milieu dnne nombreuse e* l
gmW slance, noua a* o M re-
maqu:
s. r. M. Cooil 'iitin Mayerd,
Minutie dilaiii en France; M.
\' lor Bel ii, Commissaire G-
n< i'I Adjoint, reprsentant le
Marchal Lyautey; s ES. M.
Wiet, Ministre de France en
1! i i ; MM Lon Liautaud et
Lhauvet, Commissaires de la
Rpublique d'Haili; M. D fly,
i oiisu Gnral d'Hati A Paru;
1 R. StgUV Chel du Service du
v icrari.it Cit des Inloima-
i ont; M. Price Mais, Snateur
I bl illaul criva n li mien Mgr
Juliot, Evque des Uon ives.ee.
lompago du i re C ibon, .Se*
i etaire Gn al de 11 Congr-
$a ion du Sa Dt-E pri', et du
ie J. M. Le Mare, Sap rieur
< u Sminaire d liai': eu France;
. Itaoul loiiereau, Praident
i ( la Ligne I l'u.on Lati e ; *t.
. Melcii s-, 'dec, Direct" i r de
/ arli Su t el entre Amrique,
t c,.
i
.Nmi> avons i eu une circQ^
I h. re de la ttoyi l Nathei l ml
I Si atuliip Cou; any nous ai-
Mit qu'a par ir du 1 ir aot
1931, la Maiaon <:. F. M idse.i
s. ra charge de 11 'epn'senta
ion loi aie de la o np < ila
Ki y.da Nerlandaise de Nav;-
g h n a PortauPrinc i E i
u eine temps M. L VeDtC < oui
-
L deux i pris, s dea navires cu-
bains ont r men Poii-m-
Prince n n* de que n cents mi-
gra liaiiens qui. aient disse- J
mi'Ws Cul>a, aux tnvironsdes
u mes sucrire> ou ils avaient
tr.jva'M aux piques ou Is
pnx du sucre n'a Va il pal tel--
men* ugiingol. Ce-t avec plai
sir, qu naiurellem nt, on a ac-
cueil, i sts hres qui avaient eu
l'nergie d'aller tr.^ver ..a- v en(lror, dll 8U 2 ,.n,re ,e
henra que chez eux, I 2Q ,. tj do 1S au
Oment l la vie, . *. .rm .,-, 4>a M
LA CHANSON OE L'AMANTE
ai


LE MOIS D'AOUT 1931
KTLtREGIO.VDEPORTAl PRIXCB
Temprt are La rgion j
| rouvera deux priodes de or-1
le chaleurs du S au 11 el entre ^
e 21 et 24 Des jours plus frais
i l'ai the.ch parioul. 6 mon ptir.ee aux yeui d*,,
rorame au dbut de. t mps chr leas. le proalyi,
Aflrontaii le martyr et reiherchail la mort,
Afl
Comme 6on
Bien-Aim l'ardente Sulamile
parce qu'a ce moi
en llatii, leu- avait paiu unpos-
sib'e Mais la s tua ion n'a pas
chang. I)u moins, elle a empi
r. Et l'on se demande avec an-
goisse ce que ces nouveaux ar-
rivs il v en au.a d'au'res
encore bumt, tertio! actuel
lamenl pour vivre
'.e serait le moment pour le
Aouvetnement de la Rpubli-
que, dont le souci principal est
l'voulio i de la misse pay an-
' ne, de pi lis. r la cration. <-om
i me cela se lait av>c p olit en
Rpubli |ue L)o niiiisiua, le
colonies agricoles. Cea II i-
tiens qn levienr.ent de Cobj
oui t ail C es la eu tjre de
I canne, ou autres pioduis Ils
ont donc une oenan e exji
ritn e do l ou pou' tan fa re
h m licie nos paysan., l'o.ir-
quoi le liouverne.uie .t no s'en-
i. n liai I pas av>c eux an eue
de la tu m lion da dau* ou i "
eo oues ;.|^riioles? Les r
o i u i ouverajt m n le
lis|)Oii i m Lli al a u '- nul
tu ie de pr- prits eu f i b ,1
I,, m. Inspec'eur de la Compa- terres r b es inntil.aea Le
16, au-si entre les 27 et 28. Les
ours chauds seront les jaurs de
t au temps au ciel plus ou
moins clair.
Baromtre. La pression at-
moaphrique marchera sensi-
b'ement la courbe de la tem-
prature. Ainsi le baromtre se-
ra haut du 6 au 13, vers le lfi
et du 21 au 2.'t, par contre loin
bera au-ms'ous de la normale
;iu commencement du mois, au
tour du 12, Il et la lin du
mois.
Finies. La quantit de pluie
qui tombera rester? trs probi-
blemeol un D'il au-dessous de
I no-male ( 14 mm. qui est de i
140 mm ) Lfs puirs o gnia I
leiu nt avec une bosse barom |
t ^q'ie on peut s'-tteudi a de
p'ui'S sont bs sinvnis : 1 'i, 1, |
7 S 10, pn'our du U e| 17 et
2< 23 u 2(.L
L GTIf FAHU'IR
Je faich-rch pa.eilleau fauve fam que
Moctaranl aux seut.ersde l'introuvable proie,
L'InfeliteWe lan de l'aile qui sploie
Vers les jomme's divins du songe nostalgique.
Et l'Es;>o r ce soleil qne chacun pofle eu toi
Illuminait ma route et rammiil ma loi,
Lorsque mon cur lass a".prtait aa repos
En reniai entin cet idal trop beau;
Et l'on a dit, voyant ma nbe dchire,
Mes pieds meurtris, mes yeux agraudis d'pouvante,
Mes cheveux dpeigns, ma poitrine ulcre:
Qu'en garde les enfants, car voici la dmente,
Kien n'y fil : ni les coups i.i l'insulte grossire.
Nnil et jour j'ai march vers loi I Eden, vers toi
l.'Enler. oh I nuit el jour, vers toi le mchant roi,
Vers toi l'ombre paisse el la splendeur premire.
Maintenant je comprends qu'inutile estl'eftotl.
Aucune eau ne pourra dsallrer ma fivre,
Aucun dim me gurir, except votre lvre
Dont le sombre baiser anantit, Mort 1..
I ous DU PI ESSLS.
AVI C ET SANS HIMFS
1
E
g.. ., uuili.UeTa a diriger les
afl 11 e -> gnralea en Hati, So
Doiniago, e'c, comme anpara*
val;'.
De L'Opinion : Le peuple
se i and compte | '" S t; OUI
p I bal ne. Il tec laiPC i s i fj
c'e.s j di'e a vie \ loleil
. e la raliaalion des pio
no sses ..m iu uni t impu-
demmen laites El comme on
. vi dans l'impossibilit de le sa-
hslaie, il maint s e bruyaui
ment aOU luipa ii'iice el 100
mcontentement. Le courant
de dmagogie q :e les naliona-
listes ou u i UX" reines, ils
sont impuissants l ai rter. C'est
l effet /'" suit lu cause.
* v
Ci.si (iini inche '-' sol pro
ihain qu'aura lieu le cinquime
h rage de la Lolei le Nil ou le
d'Hati qui donne de si u-ii s
i -liant s .m public Les b IL Is
seul, vent, le pub'k nvrit la
p u
grande i o li mee dans la
corret bon et la it (i il;.i ite des
ope; liions de la l o ene.
EN
o
A six heures t demie i
chante hier eu 1 Eg lac Cath
drale une messe de Requiem en
mmoire de l'ancien Prsident
()-. ste Zamor, tu le '21 Joillel
1915 au iiiniiieiit du u.as acre
des prisonniers dans des cir-
coustances iragiaues que l'on
eonm ILLePrVidenl de le R
pub'ique s'uit lait reprsenter
par le Chel de su Cabinet par
ticuliei, le chel d- l'Etal -Major
et iiuol'licicr de sa Maison Mili-
taire.les prs dni du Snat et
de laChambredes D putes,dea
snateurs et les dputs, le Se-
crtaire d'Ktat de l'Intrieur, le
ous-sectlaire O'Etal oo Al-
red.le Prlat de Port en Prince
et des pei sonnailles de tout
ordre avaient rpondu a l'invi
talion du snateur Cb nies l.\-
mor et d notre coulrre Oan-
delon Rigaud q n avaient eu
l'initiative de i e p eux h it ma-
tre. Ap sTb oue donne par
e Cu- de la Cathd aie, les
menab s de la l umli- Zamor et
qu-l pi- si iiitiiin se r dire >t
tu Cime re o ih dposera tt
des Heurs sur la 'o nbe de l'an-
cien Prside .
Mardi dernier o il eu lieu les
luuiailit s lie Madame Vve l)i
vitl Cli.i u y. ne Nomie Lara
Miot Nous prsentons uns
sympa i impies condolances aui
parents prouvs.
Les journaux dominical sau
noncent ona le Vatican a accep*
l la dmission de Mgr Ado f j
Alapinilro Nouel,archevque de
Santo-Domingo. C'est Mgr La-
marche qui a t dsign com
uie administrateur apusloli.| e,
La presse dominicaine est u a
mine a faire l'loge d Mgr
Nouel fl demande quon lu as
suit- une pension convenable.


Les person les qui dfirent
prendre part aux examens po .r
I admission SbI prochaine leurs
de l'Ecole Militaire doivent se
prsenter au Quartier-Gnral,
Dpartement Militaire de Port
an Prince, avec leurs certifie ds
pour s'inscrire au plus tard le
1er aol 1931. Apri leur ii s
cripl o l,< Iles se p es** ilero t au
Prsident du Jurv d lume
la Caserne D ir ig te iav.\ le lu -
di .'t ao' 1931 7 heures a. m.
Nouveaux Hatiens : Le.
journal officiel publie des Ar-
rts du Prsident de la Rpj
bbque confrant 11 qualit il ha
beus MM. (i org s Hoh ie, de
nationalit allemande, Hildiic
Hyacinthe, de na io ta i lrn
vais'. Ludwig S.-iun.i r.berger,
de netionaiit suisse, Adamo
Victor, d n iiio i !ii , ise,
Paul EmiLS e, liai ene Ed 1-
mi'Hi Siamp P n o i n
U n'est pas trop tard pour t-
oulila? viais il y a ce ix du Sf-
vice Te. huique d'Ag i ollute
qui se vert-de-grieenl depuis
qu'il est b nique. Ion pr paru
une nouvelle o. niisatioii de ce
s u vie. .
On*(,obj eL ra. avec raisni ,
que tout cela es 1res bien m m
qu on n'a pas d a $ nt. I nt sud i
Mais de l'argent, on peaV e
trouver Ou pourra* <> g miser
des souitcriptioni ; u'a ord avec
le Gouvernemen on pourrait
organiser des que es comme
aux b aux jou ti o' que, car cet'e os ivre vaut
bien celle que le i dcorait, na-
gul ' eiiioi S,de oues les beLes
ipi'biea
Cel'e id-, nous feso'uon ,
ne trouvera pas dndversaiie>.
EU esi p stique Elle esl faci
lemeul ralisable.
Et, par dessus le march, elle
e>t patriotique, puisqu'elle n'a
en sua qu- I a r. ior lio i du
soi i de 'pie q ies 11aitiena qu
regagnent leur Patrie, sans le
so ne ''a rie qu ils avaient
ab i.donne ,i un pox|ue o il
ne leur tait pis possible d'y
v.v e l'aise.
Propos
humides
o
\ Is sance d hier de la
Ch'mhre des D-'out s il y eut
une vive di cussio i mi o ir du
projet 'te loi prsent par i Ex-
cuti> sur les Conseils Commu
naux A cette discowion an
re t n if l< s doots Bu* It V
nui I. E 7. 'r Vil !!>, V inge .
Jo ibn, '.lia elaio et le Mm's
Ire de t i' t 'leur La I"' bit v<
t e avec quelques modifications
Avis
administration Com
munale de Port.au -Poe
Les cteauciera d* la Com
m une de Porl-au-Prince, por
leurs de titres remontant
l'anne 1912. sont pris de
bien vouloir cflectuer le dpt
de ces titres-contre reu
ai Secrtariat de.'Almuis-
IrutiuQ < ommimiile.no jr tre
sonnis a l'exa neu do Cont'
lenr-tt ipportcur del Jet'e
Communale.
i^es crances antrieures A
l'anne 1912, demeurent com-
me liquides par ia i omiuis-
sion Vlathon.
Port -au-Pi iuce, le 23 juillet
19:51,
La Conu tission Communale
Loterie Nationale d'Hai'l
416, RUE BONNE FOI PHONE 3358.
La Loterie Nationale est i
Une Institution hautement humanitaire par la uiulliplj.
cit d uvres qu'c'le se propo e d'ai 1er. :
Une Cba.H-cde bien-tre oliet e tiux hommes de lotilu
conditions de foi lu n?.
Emplovs. Kor.ctionnairs, Ouvriers, Artisan*, Salariso
tous or 1res. Gens (L* m ison ( do nestiqnes f ^xs(im|J
bBi'B Budget, moyennant deux gourdes, peuvent gagner
QU\TRE MILlE ihiUhDLS.
Patrons de Commerce, Chels d'Industrie, parez aux in eW
sauces d s ventes.par i achat d'uu billet, qui vous Ltberwi
du souci des chances. |
Mdecins. Avo r.ts. Ingnieurs, Snateurs, Dput8. Gna
Dignitaires de I Etat,Reprsentaot--, de rinlellectuaiii, Je
nalisles. Donnez I exemple de voire jolidarit sociale.
Rentiers, capitalistes, to orne en jouaut, augmentez rot
avoir.
Vous tous qui habitez Hati, rendex lui senbe en achett
un billet de la Loterie Nationale d Hati.
BAVJMt BtUGUL
Ou6rla<
L'ex. Mijesl." Alphonse XIII vient
de lime l'acquisition d'aa ahteit
pour la bagatelle ! ' mille dollars. Fiehtre tCe rois m
exil... U donnent l'envie dexerctr
leur mtier .quand klesont.bien enlei
du bonds leurs tuais. C'est evi.lem-
meiit mieux ainsi. Les privilge con-
tinuent, la eoailisanerie, le i rotOC -
le, la i .lus .e. l'oisivet, te. Pour que
continuent le laite de la .mu d Es-
pagne, son Souverain I installe dant
an .i.s demeures omptueuse de la
vieille France Toul > eiUusqaesety
compris un stock deBHUM SA RTHE
CACHET D'OR, dont est pouvus tou-
te cave princiers qui se respecte.
Attention
Progrs Nouveau
Rhum Nouveau
Aronic delicie ix-- UuAt
exqiii-. irix rduit.
ALI 001 ili-fi.nii liuiie cunrurrraoe.
( l.llllh \lllll.l.
Chez ; G. iNAZON
Angle Ucs i m s lrou
el du eupie.
Tlphone : I<313.
GOUTTE RHUMATISMES
NEVRALGIES
Dr. Beogu, if, k.. isua,. Paris.
CE SOIR
Pour la dernire lois :
LE BAISER!
i
Avec (ire'a Garbo.J
E"tre: 2& 3 gourde .
DIMANCHE
FERREOL
1 ej
1
m
I




Horn Linie
Le S'en mer Xulia'' venant
: de l'Europe ebl attendu u i
I vers le 3 aot eu route po r
I Kingston, aausto Doeningo
1 et CuraaO. preuant Irt et
passagers.
REINBOLD & Co.Agents
liciler la gracieuse Lolita Cite
bas du ges'e aimable qu'elle a
m n orgeoisent la lte de s.
m di dernier au bnfice de si
nistrs de l'ArUboni r. Que la
disbt gu<* artiste i si que tues
ctus qui ont prt leurs iei-
cours pour la russite de la fe
reoivent ici l'hommage de no-
tre admiration!..
\
ftli\ RADICAL!
T5 A C7 RAPIDE
; / BLENNQRRHA8IE1
L Ciiftr nt tafM r "\
i, I, rw lninie l U*M fUnnuMi
Ou t Une Nuit de Mystre avec Adolphe Menjou et E|W
Entre : 2 & 3 gourdes.
Ce film ne sera donn qu'une seule lois.
l#ilH0Dc. CYTOPHYLACHOUE -
DU PROI-XSSEUR P. OCLBET
ELBIASEI
Comprim* aux tels halogne* d I
MAQNtSIUM
Rtcommnnd4 dans lee afTtetlone do le) H
9 PROSTATE
PRVENTIF du CAHCER|
tin-laldu
CE SOIR
La Maison cle la Haine
f, ru* v'/vaite. P$
f 'ocfJ ^* a-SJ/W
(SU.TE& FIN)
Entre : 0 50 ; Helron : 1.00.
DEMAIN SOIR
Un gr.-nu1 film qui vous transporte :
La Tracjdie de Lourdes
Ou le Miracle de Notre-Deme .
Entre : ,.?) ; Balcon : 1,00.
wr*i m m -.' J
.-.

Le IIiiiiii liaiiaiieoiirl
Dont la t ebmm est uni venelle s garde si premire place
Demandes partout :
UN BARBANCOURT
Dpt *ue des Csaae
l


LE MATIN 30 Juillet 1931
M

*****
fTliBTCTTl Tllll i MM M
Toutes les Polices
DE LA

w
GRAND RABAIS EXCEPTIONNEL
Anton h Saba
TRANSFR 0EPUIS1E 1ER JUIN AU IT1733. RUE OU MAGASIN OE L'EFAT
I_ __ Si vous voulea vous louruir de bonnes marchandises i des prix exceptionnels,
, r% i 9$ *,,,lpz 'l'abord le b.iaar rel de Anton 1. SAM\ daottoa noufetu I" : N IT.'il'.rue du nu
rnmnrennent l Hruprnnn r^ntilrp l *> m*****&*********m* aucune pin ie^anrn>ytoh.iiip.r.riprtxdeceti
UUlilMlCtttl^All. ICI l iULCCLIUll COIlire J g maison ont auvtusiia de t une concurrence; aurlo.it on v i om . des articles tra
Er^airlwA ooa-io a*********!! J inllV SS SPri,ur au P"x d" intrieurs, riant les pril il la qualitt pour Uctu.lile laiaaeut M
rouare sans auqmcntation de mtu } grd proma iianu.voi.j . prix de ces quelques trtidet suivant.:
m
l fiuy.Lelloss&')
# 1
a
AliGe Gardre !
Diplme de l'Acadmie de
JaDaydonda Ptria*. et
2,MteliersdesArtscheso..
EfrW partir du 1er juillet,
! cours de conpe et un
bars d'arts appliqus, rorn
Etant : ?> suture iur bois
irs0 pyrog-avore, mteaux,
cuirs repousss, etc.
Aqents Gnraux
la Cure au
m
Cipe de chine top l'aune 7,80
Crpe salin blauc lUp. 11,00
Tuile de soie sup
Crpe Giuette s Heurs
Voile mite soie
Organdi bleu sup.
Voile laize brod
6,oo
2oo
1,50
1,75
casquette ECO iers
bleu unriue
-*'
CUROMAL
VOILA
VOTRC
le mal m
Mr et Mme James Tho-
Bset'leurs entants, i r tt
ImeZacharieThomaset leurs
,0tants,Mr et Mme Daniel
rbomase leurs enjanta. Mrs
[iDrice et Flix Thomas, et
llatnilles H. Poitevitn. Vas-
r Nemours Thomas, Gu-
tin'et Saint Aude, remercient
U$ cordialement les nom-
frtox amis de la Capitale et
e la Province qui leur ont
imn de* tmoignoges de
mpithie l'occasion de la
nort de leur bien-aim pre
isd'pre, oncle, cousd, et
Dumarsxis Thomas
..joele 16 juillet courant,
tes prient de croire leur
rade gratitude.
Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio-Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
_*>0aaOlIX dai Laboratoire! du Rhne, k luise do mes et etraita de SB plantai
7*.,?Mif ..- ''T "VTf l!r,"'"'< le inoilleur pour Kuorir le mal. Le plui puissant
dpuratif purificateur et reg-euraseur du aauK. Par son action antiseptique et LuattT.
tJSSi!. i 'Vj;^w,l,,*l,u".eUenl1U Ub,"le ''" """' ?"' * i>rmeniatioiii et m-.lu.iua
iiniesiin. n CUROMAL est un mnus, nettf.le les reirs et b T-s,ie. Il B'ient I Kcinia. les Maladies de la l'eau et du San
Varies l-lcru. lei Rhumatismes, Maux de reine. Lumbaco, Douleurs articulaire!,
lei Maladies de la Femme ge orltlque Hmorragie!, Douleun du ventre. Fibrome
l*i4tt "^fj' rtnirt. ivrfiasi. tlourttumtnU. maum U rtmi. Kml a ifini. m ,*,,, ,, i il
STcwwilr*B-T plStni? aTiTo*" """" "' """'""""" ** """ ">"" ***> n 51
Le traltenMat comprtnanl Oacon CUROMAL avec bott, dt pilules fratult, et broebur, nnlIcatlTsas
1 aaa, las bunuM pbanuaciaa. Irtpar, par Ir llocl,ur CIRAl'D, pharmaclaa, Lalwratotra, ttfe&M
t. R, lx.1.1. LONOUUJNS (Franc... ^^ ^^ m ^^
9 mm Mhm*i*mi Pharmaot aacM.
o,S i
o'.)
o flo
Lykes Brothers SS Co Inc.
Texas Hati Santo uomingo Porto Rioo
Le seul service hebdomadaire et rgulier pasasuers et
fret entre les ports du Golte du Texas directement avac
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de >f>
importations, servez vous toujours des navires de * LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont*
S S AlmeHa T.ykes SI juillet 1931
Stramer Velma Ljketa 7 aot
S/S Rut h Lyltesj 11
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat. Boile Postale B
ii
KrelMme Rolland Beaufils
Itan enfants, Mme veuve.
Ilollelhard, ne Beaufils,
HeRv. Pre ArthurBtau
let son pouse et tous les
1res parents et allis re-
srcient tous ceux qui leur
it tmoign des marques
sympathie l'occasion de
mort de leur regrett fils
N, beau-tiie et parents.
Rovu Beaufils
(les prient de croire a leurs
piments de vive gratitude
l-tu-Prince, \tvS juillet
I
HOTELIERS
Vous trouverez des ser-
viettes en papier fin en pa-
quet de 1000 chez
ALAIN LARAQUE,
Ijjfl { Rue du Quai, 1823
Prix modique.
Gabardine bleu marine sp I*
crroe Xfio
Gabardine hl me et noir 1.T5
Parcale blanc sup. angl. 1,75
percale b'anc extra sup. 2,oo
Hatinr bl.nie/c carreaux l,7i
Matinr ou'eur l'aune ),2S
Tulle blac l*
IrottftioB Simili coul.&bl. o.9o
Zphyr crpe barra o,'
Urflia coul.imit brubant 0,75
Calicot molle II o 7o
Indieune bleu G. L. o,7o
Diablement loii bl. molleo.7i
Colttta blnnche l.2b
cpe pour deuil G.I. 4 >o
Tti indienne A tlcurs
Baptiste a fl urs
Crpon fleurs
Voile sup. carreaux *.eie 1 4 >
fc'pun car. soie 1,50
Ma Irai c uil. birres 1,25
Hadtai sup.mer.- barres 1 f>>
Satinafta 125
rabant 1,3 >
Crpon barres ?oie bl. |,2o
lu Heine f.l..demi deoil t),M)
Indienne U. L couleurs o.75
Flanelle colon 2.r)l)
Toil drapro'O! sup. '1.2
" drap demi til mixe 5,75
Toile drap I m xle fi.oo
Toile drap pur 111 8,oo
Toile i drap Kciien fil U,oOi
Voiie uni coul. et blanc o,fo
Knki blanc Kaki blanc amiral
Diiil blaac l'aune
Drill blanc san.
Drill serge cr ne
Orill sport barre
Diille llanelle bnrres
Drill coul. sup.
Tuisor I ml t.sole doub.lar.4So
Tissus nouveaut coul.d.' 4,5o
Shanlung mol sup. ?/00
Casimir augl.sur. coul. 14,oo
Casimir anglais sup 17,')U
anilis sup. coul. \h.
15.oo
9,oo
20,o '
2,00
3,5o
4,oo
sup avec pochettes 4,5o
o.M
Serviettes de ba'o coul.
asst. g audes
. demi talon noir
i.oo goulieri p m r en fini
Cliap. paille |>r hom.can. ,oo u ir- et beige
cliap.paille pi boiu.canol.7 oo j Souliirl pf boni, jauna
paille pr liom. tin 12,oo [Cravates sup. IraoiN
chap. paille crinoleprh. 8.oo| Iraoiistrs sup.
paille fin canotier 14.0Oj Mauvais demi deuil
'' paille charlaston cl 9.oo
" charteitoo asst 7.oo
cliap paille unit, pan ,mm ;: 5U
chapeaux paille imitation
panama suprieur I oo
oan ma garoooets 3.5o
ahap. paille avec glat ne 5,oo
en jjtaua paille k>rooel S.oo
'pnllf Jean BartdeaS LO.oo
cliap. pail fillettes ^arnia loo
paille Hll non garnis S.OO
chape" forme p d imegar 3,0 >
" polie tonna non g i r ton
" tonne llrg< garnis 3,0 >
chapeaux p il le Sandino ;< :> >
a a ,.
Cale uis courts Jiabl.
tort mol l.oo
! lalenns o ^s di b
tort mol 1,75
Lotion Boraari
grandes U tut '2 oo
Lotions Obra ni y aatt. '2
L >tion Cheramy pies bt 1 o
Pommades Cheramy asst. 1 5o
'renie de beaut Cheramy l,6u
s no i Boraari Qu 1,5
S.ivwn B usai i as-! 8.75
cri oo le promu- garn. 12o >) i;, (|(. Cologne V.bert 1 5o
au de Cologne Cbeiamy
P rluine ta. Maon 2.oo
iu de Cologne Borsari
Regina et Imprial 3 5o
Lotions Cheramy asit.
b inteille litre H,'* >
Lotion Cheramy arandeb 6 >o
couleur asst Joolr^iioo Ch. moyen hout 2..,
homme fil jour 1.5o Uouppas y ,, lau'aisie
.> \f^ ni hmn II I
4. 10
rs Ch
pi dame uo.i garnis 9 oo|
chapeaux criuol- pi dam.(ioo
Chaassetlei pr sut. sup p. 1 5o
n'iaus.mur enf japo mis o 5 >
4 pr entant bl OOSt lo
' blanc et noir pr eut. 1 oo
ChaOSSed'- li nou- boni
(
pr
Cliausseites pr hom til
a I archelte-
Chaussettes pour hommes
merc. sup. 1,25
Chaussettes pour boni.
soie coul. :5,oo
chaussettes pour homme
Japonais coulaur o,60
" pr hum. mercaasi o 70
' pr hom merc. jour o.So
Bai soie asst. 2 oo
Bas soie sup.
Bis fil suprieur
2 i> a Houp. c jton e o
1 4o
I,4o
1.2o
1,25
:;,t><
3,6 >
1,00
l.oo
2,00
.'g (Bas merc. picot sup.
Bis merc. uni
Parapluie homme noir 8,00
Para pi nia hom. sup, 8 ."> >
Ombrelles pr doues coul. o.o
Omb elles pr dam-s noir 5,o
*' pr dames sup. noir ('*.'> \
Souliers en caoutchouc
pour lames sans talon ,
Souliers pr dames en
caoutchouc talon 7,oo
" en caout pr dames cl.7,00
uioyeunes o 8 >
grandes i oo
O .') )
n,6 i
08 )
1 5o
e i ....." eu iiniii pr (Mine
SerK. blea manne sup. 12,,JSoll,icr J
Sera* noir ... i r
Serge noir sup. 14,00
Chevno- angbleu marine 13 oo
Cheviol noir e.oo
Kns auue 5.o
che nisesbhnr.mille pi s Ooo
chemises blanches plas^ 5,5o
m tncoline blmcet coul. 5o
amricain 5 5o
chamisesbl nohes^rrOw 7,5o
Arrow lO.oo
chapeaux lainepr.ent.as. 5,oo
chap. laine pr h om noir 5 ao
,', 'ai'np pr hom. assoit. 7 oo
sup extra 12,oo
casquettes tranaises 2,75
franaises sup. 3,58
caoutchouc coul. talon 9,oo
Souliers pr hom sans
ta on caoutchouc bl 6,00
Souliers en caoutchouc
pr homme talon blanc 7,5o
Souliersea caout houe
pour homme couleur 10 o
Souliers en caoat, bottai 7,u
Soulier! en caotti bouc
pr eofaali blanr
Souliers en caoutchouc
pour enlants blanc
Souliers en cuir crue
suie pr dames
Souliers en uuir pour
dames talon haut
c c )t ) "
coton
l cyg le petites
Peigne imilttiin corne
c pu. coifTeur "
Fleuri art ii lellea mi
nuances
pour robes .'t >
mille nuances 2 oo
a extr.i supprrobfsa.oo
Peignes de toilette sup^oo
" de fantaisie 3.oo
" de 1res sup
Ceinture im talion cuir
" cuir charleatoD
" sup.
" extra cuir
Bretelles traoiset SUP* 2 oo
extra 3oo
eut Mils Iranc lises l.oo
Couronnes pour marie (.oo
po ir 8oo
pour extra 11 oo
B inde b ud pices de,8 a. 2.75
" 8 i. percales il 5o
Et autres |)lusieures articles,
dentelles valenciennes. ru-
bans, parfunis.p'es deutitrices
paille pou relia peaux, colliers,
miroirs, eic, etc, etc.
(i.oo
lato
2.oo
l oo
5.O0
i
7,5o
suprieures 4,oo .Souliers pour dames
Accourez-y en foula, car lea
pri. de cette occasion sont au
dessus de toutes concurren-
ces et ne sont que pour
5,00 quelques jours seulemeut.
N'oublie pas la Maison Antou
18,oo 1. SABA qui se louve actuelle-
nient dans son nouveau local
18,5o[fto 1733, rue du Magasin de
i l'Etat.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
s Canadiennes d*assurance
sur la VIE
Colombian | N'achetez pas
Steamship
Company 1
* m*m *m bmm
0(
bUG.Lc BOSSE & Co
AaenLs Gnraux

4rmmm
ne
u/iiy i
Le steamer Martinique i
parti de New York le 25 juillet
via (ionalves et Saint-Marc,
cs-attendu Port-au-Prince
'e 1er aot. Il repartira le m-
me jour pour la Colombie et
Cristobal anal Zone, preuaut
Irt et passagers.
Le maniles'e de ce navire
reu par avion-poste le lundi
27 courant est la disposi-
tion des chargeurs aux bu-
reaux de la Compagnie, rue
Traveraire.
Port-au-P,ince,le2u juillet
1931.
Colombian Steamship Co Inc
OEB^RA&Co., Agents
Parce qua c'est Paul b .41 \ll.4;
mais achetez chez Paul E.
Auxila par ceqne vous tes
mieux servi en amabilit,
quaiit.prix etc. Aussitt votre
chque empoch, vite, allez
prendre quelques aunes de
Drill union blanc, ou de
Shanlung fil et coton, ou de
Tussor laine et coton, ou
de Tussor de soie, u de la
Flanelle blanche pour panta-
lons ou d ; beau Casimir
pour costumes.
tfQNSlR4Tipi
Ml RATON
y.'i l t u'.l Uarmtif attXMr:
A vadre
,fiuvets simples de capacit
Cerufica-s et Diplm-s a
l'imprimerie
V.Valcln
1518, Hue du Dr Aubry
i a Maisn Paoul E. AUXL*
sera transfre vers la 25 cou
rant en face de son local ac-
uel. dans h qrande Halle
BOUTlUVrae raversire.Nos
205 a 29*.
Porl-au Prince.le 17 jaillet
1011.
silLU rjiinniL
n dau mol* fu tm
liLilLES ORIEITLES
Ut saules qui d4tlopr>eia. raf.
ftrsiiasant. rrannstiii m .cm,, affaccDt Ita sailllu.o a-
ses Jta 4p,u r, 'aanant ia
buna ao raaiOTt mbgU(m ianralsaala, aaur II i-nti.
Trou***p*rimr,u,r,aa, mutlm
i''li r".i. a, ^...raB
4M..Ww "> ai aaMTWl
*
r. s
','


Jeudi
30 Juillet 1931
Le Matin
4 PAGES
25nie ANNEE N97iL'i
r*tM t au-Prince
Flobone 2212
"iw. .-*r<:
i*wi^ft..**--r.
P^ .-T_:
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scothmd )
Lr Ifl eGEKI PAI, i une des plus puissantes et des pltfM vastes organisations
le ce genre. Lt aaleil ne se couche jamail sur son champ d'action 'qui embrasse le
monde
Ses Polices contre Incendie couvrent aussi les lgats occasionns par la loue*.
Ses Polices pou i Automobiles couvrent volt, incendie, malveillance, dommages
causs a autrui dans s:: personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mise* par ses branches d'Europe sont payables ea Hati
Ses Polices coi.lu h cidents sont valables dans I univers entier. Tous lac voya-
geurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police outre aceideats
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2/. soit 20 dollars C. C.
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxGaves
Agent Gnral poor Haiti.
SOUS SENDS 'i,- t-ao-Prinee. G. GIL
J! AN BLANCH ET Jrmie
COLUMBIA

L'appareil de choix, l'appareil qui ofi
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPRME
Clart
Solidit
fabrique hatienne
de Chapeaux
Marcelin Martinez & Co.
' Avis
Puret
Prsentation
Le modle 613

>. L'iNDIGNE
Grand'RueNo 2i04.

Mi li-ii ii*< i Lvspinasse, an-
cien prolesscnr d'Enseignement
Secondnire.de retour des Etats
L'ms, oflre ses services pour des
leons d'anglais et d'Espagnol.
Il se tient galement la dis-
position des lves en retard
pour des ptitions de (irec et
de Latin.
Mthode excellente.
Phone,20i:t.
~TJ
A
VIS
i
Monsieur M. Fontaine in-
forme sa bienveillante clien
tie que le Dpt du Rhum
Champion sera ferm cinq
heures du soir partir du
1er aot.
On trouvera cette date e
pendant la saison tous les
produits de sa distillerie dans
sa maison prive Keoskofl.
Pori-au IViuce, le 20 juillet
1931
Telles sont les qualits exceptionnelles que le
GARAGE KNEER
tous cflre en installant une de ces machines chez vous. Toute la rausiqaejda raoade est i
porte.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALlI
entendre ce modle et vous serez, coi
vaincu de sa sunriorit.
doubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement.
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prin<
Chapeaux varis pour hommes.hmi.os et enfants Lfor
qus par des mains hatiennes et avec de la paille d.i
Faites une visite iL'In litf ei.
Grar.a Cal de France
Sou* la direction avise et il lelliaente .! Monsieur Fr-aaooi s
Giraldi qui est devenu l'aS$OC de Monsieur l'atn/.i. le propri--
aire de cet tablissement qtti n'a pas d'ga, le GRAND CATc
xi? i.'UAVri- nilr^ \ ses :im lahles e'. distingus clients, les
es
prix
II.' i'i>-t 11 '-K'1 I ,% > > -' - -
d^FKANCK, ollre ses' ail lahles e! distingus clients, les
eontommalions les plus Unes, les vins de toutes p ovenances I-
plus choisis. Cttjefoa et Cigeretl -s, StndW'ChaS, varis, a des pr
dliant toute concurrence.
L'accuel le plus sympathiq ie continuerai e'e la meilleur
irait d ran-t .d de France.
"" PATKlZl & Co. Tlpnone 2841"
Roval Mail SteamPacketG0
de Londrea, Kmgstoi,, est
t le
mme |our via
Le steamer Arana venant de Loi
attendu ici vers le 12 aot 1031, parUn
les ports du Nord, pour le Havre, Anvers, Londres.
I. J. ML IO
Agent Gnral
liphoue. No 2311
TOI HP TO-DITBMPAIH SIIOP
Harry R. Kl.ney, Prop j
1319, Grand'Rne,
Porf-au-J-'iince, Haiti.
Pronb:A3488
Automobile Cenerol Hepairs
\rtl(-,iniM'/Miirr lui- d'anlamoaile
Aprs 12 annes d'Exprience
jeu Vulcanisation de tubes et
' pneus nous vous garantissons
' une srieuse rparation.
USEZ CETTE LISTE:
loin uni far front
u lu 7|fl0 Bail.
1 puncluie Or 0.10
acb punclure tlie.reafter 0 05
Vulve base 0.26
Valvt insta-uled 0.20
Valve new 11.30
Vulve insides 0.10
BLOWOUTS
1 inch long 0.10
Eich inh thereafter 0 05
joints repaire l per inch 0.05
Iruck lioui
;> te RT
1 punc-ture 0 20
Ench pandore ihreaitar 0 10
Valve base 0.50
Valve inslauled o 40
Valve m w slmghl g 00
Valve new offrit 1 00
DLOvVOUTS
1 inch long 0 2u
Bach inch thereatter 0 10
Ioints repiued per inch 0.U
Kiuimiiif Tires
Touring Car any size 0 20
iruik Tu 82s6 050
Iruck ail larger sizea 1.00
Agents i F CHRIEZ Pelit-Gnve
C. PINARD Siint-Marc
E'oilrz le* Miwm COLUMBIA la ils lies H. I K (as las vrai refis sair.
COHDOZO Cayi
Mli.eC. DOUGtf Jaci
ECOUTEZ!
Pi
i
Il uni Sarihe
DAI\S SON PROGRAMME
CONCERT Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papayoute
STATION H. H. K.
Port-au-Prince ( Hati )
trrm
Mosaque Hatiennes
Charlier-Malebi anche & Co,
1224, Chemin des Dalles, l22f
tlphone : 2680
w


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs