Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03667
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 16, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03667

Full Text

lment Maqloire
DIRECTEUR
RUE AMERICAINE 1358
1358.
.TELEPHONE N- 2242JT
Lie nation peot bita Ml e dlivre
par idc ulr* nation du jongftras-
|f, maii ne saurait s'affranchir
que par ses propres iffarts dea an;
dut la source ist en c le mne.
Henri MARTIN
-
2flme ANNEE N- 7420
rORT-AU-PRINCE ( HATI )
JEUDI 16 JUILLET W1
Chambre des Dputs
Sne>* du 13 juillet 1931
(Suite c/'/T/i )
A l'art 1er, Victor Ciuvinjpra
ose ane nouvelle rdaction qui
combattue par Chtelain,
fous ne pouvez pas brler, dit-
ce que vous venez d adorer,
oas ne pouvez pas revenir sur
i vote que vous avez donn- Ce
trait revenir sur le principe
i |i loi que naus avons adop-
H Uat admirer quand mme
babilet du collgue Cauvin
ni fait cette proposition, en
^connaissant ou plutt en
lisant semblant de mconnat-
le vote dj acquis.
[Victor Cauvin Je n'ai pas
lendu me montrer habile,
votant le principe de la loi
Cria presse, je n'ai pas enten-
h n'empcher de iaire;aucune
fod ication au texte de la loi.
jndje dennnde celle mod
ioii, je suis d'accord, je
jisavec l'esprit de l'Assem
|e qui entend taire la rvi-
oi! aune loi draconienne dont
le momie se plaint. Je
i3i tiens ma proposion et voua
Vie de l'agrer.
|L'- Prsident consulte l'As-
ioitile savoir s'il doit met-
mu discussion la proposition
iiiviu, vu l'antinomie qu'elle
seale.
[Fiou. Je ne veux pas ter-
Iser les dbats. A cette heure,
nous taut une atmosphre
impit d'apaisement pour tra-
.iller librement. Je dplore
Is frictions entre collgues,
['les sont pour le moins (!>
jaces. Je ui'oppose a la pro-
Dsilion du collgue Cauvin par-
qu'elle est contraire au prin-
|pe de la loi que nous venons
voler. Il est triste et navrant
I lire au collgue Chtelain
procs de tendance pro-
Bsd'ine loi reconnue n^es-
fcire. Je suis partisan de toutes
liberts, is je pense qu'-
il ne doivent pas blesser les
berts d'aulrui. Si cette boue
ts tracts et des libelles doit
)ds submerger, il faut que nous
agissions contre elle. Il nous
lut prendre les mesures n-
Jawires L'injure est gale-
nt condamnable quand il
Ritdu Chef de l'Etat. Le Co-
(* de la Justice a lait son de
air en se penchant sur le droit
bmstitutionnel. Il a pens que la
P de 1885 ne peut tre remise
"gueur. C'est pourquoi je
MU demande de rejeter lapro-
ttsi'.on Cauvin.
Victor Cauvin. Je crois que
i collgues qui me connaissent
ez savent qu'eu proposant
e modification, je n'ai pas
[tendn faire acte d'habilet,
(la prtends le collgue
aatelain Je crois que dans son
Meuble la loi de 1885 est
une et c'est poui quoi je vous
propose. Vous avez enten
leSecrtaiie d'E at de llr.-
neurvous dire de ne paire-
["M principe de la Ici. Jm
te dor,c pair aue vous vo-
ir"? Proposition.
Wfttttain: Il Ut la proposi-
pwwn : Ce ne serait pas la
S. >ntenie-t-il, pour le
wiHd avoir fait un travail
considrable, si cette loi de
et demeure rtablie,
?e Ie. propose le dput
,D\J Joute pour lui rqu'eat
toV8,1?1 de im> c'est II
PJ Je la loi Iranaiae de 1881.
H r "Von8 utilises toutes
B* Cette loi de 1885 est mal
*, aans plan, ni mtho-
INoas n'avons pas voulu pou-
r m tient* errements de
Qui nous ont prcds,
ons tenu compte des
Pi prs un Peu partout
> mtire. Il f a les
Pte-rendus des sances de
auv!,mbrre e' du sna '' de
e J PUn,S dans ,a lo ran-
CV2J nous n'avons pas
GTS?Aussi bien ,es n-
f laut'eVmemkbres d l'an*
Ikaeni Chambre qoi les as-
D0urCTParaUre da0S ,eur
W2 lIeJQK- Moi aus-
u U Hendu ,e8 Journalistes
i kCj*rn,w rioie. Je les
ewus au mpris de ma
vie, de' mes Intrts, de ceux
de un famille, mais jamais je
ne contondrai libert avec
licence.Nous ne pouvons pas re-
venir sur la loi de 1885, laite
sans mthode et ne tenant pas
compte des ncessits actuel-
le*.
Le Prsident explique que la
proposition du collgue Cau-
vin est en contradiction avec
le principe de la loi dj vo-
t .Elle est carte.
Les articles 1, 2, 3, 4, 5, sont
vots. A l'art 6 Jolibois dclare
que le Secrtaire d'Etat de l'In-
trieur aviil alfirm que le
gouvernement prparait une
loi taxant lO'ittf les pro'essions
ibrales.
Il croit qu'il liai attendre la
loi gnrale pour voter la taxe
propose sur le* journalistes.
Le Secrtaire d Etat Je l In-
trieur. To-'t le monde a t
tax dans la loi gnrale. Ce se-
rait taire double emploi que de
taxer encore les journalistes
dans cette loi. ^vf
La proposition Jolibus est
vole.
L'art. 7 esl vot. A l'art. 8, Jo-
libois demande la suppression
du timbre. Ce qui est adopt.
A l'art. 9, Jolibois signale que
cet art. veut que 1 imprimeur
soit responsable du dlit. Il de-
mande d^ supprimer son nom;
on ne peut, dit-il-, le rendre res-
ponsable du crime caromis par
le journalis'e, car il ne tient pas
compte de la teneur des ma-
nuscrits qu'on lui apporte. Il
loue ses services et c'est tout. Il
demande aussi la suppression
du paragraphe 2.
Chdtelain. J'attire votre at-
tention sur ce lait que le jour-
naliste contrevenant aux dis-
positions de cet article est
condamn une amende et
nous avons ajout que s'il con-
tinue la publication du journal.
la ni avoir pay :elte amende,
on la jug ra nouveau. Il y a
un principe que je vous rap-
pelle, c'est qu il n'y a de dlit
de presse que qand il y a publi-
cit et c'est pour cela que
c'est l'imprimeur le plus grand
coupable, paice que sans publi-
cation, sans imprimerie, il ny a
pas de dlit.C'est pourquoi dans
toutes les lgislations, c'est 1 im-
primeur qui est considr com-
me le coupable principal.
Jolibois. J < prvu le cas,
c'est pourquoi j'ai prtvu 15 jours
1 mois dmp'isonnr aient
pour ceux q li n'ont pas pay
l'amende laquelle ils ont t
condamns. En France, on con-
dam e le vendeur du journal.
L'imprimeur ne peut tre tenu
responsable d'un journal qu'il
imprime. Les p;opritai es et
les grants du jo.mal sont les
seuls respon ibl'i des dlits.
riou propo.e de rejeter la
proposition Jolibo s. Chtel. iu
expose encore le rle de l'im
primeur, le principal coupable
dans tout dlit de presse, et de-
mande de,conservcr le texte de
la loi.
Mise aux vaix, la proposition
Jolibois est_rejete.
A l'art, y," Victor Cauvin pro-
pose une suppression, qui a t
accepte. Les art. 10, U, 12
sont vots.
Didu propose de renvoyer
la prochaine sance la continua-
lion de la discussion de cette
loi. Ce qui est adopt. D'ac-
cord avec le dput Oescartes
Alber', l'Assemble a rserv les
questions a poser aux Secr-
taires d'Etal. Elles se ferent
une prochaine sance.
Un rapport du Comit spcial
charg de rviser le Code Hural
a t lu par le dput Salnave
Zamor.
Le dput Beauvoir lit un
rapport sur le projet de modifi-
cation de 'la loi lectorale du
dput Cauvin.
L u rapport a t lu par le
dput Elius Elle.
burr- Hayntud dpose un
projet" de loi sur la rvision
dea institutions communales.
DuruiUe Jn-Franols dpose
une proposition de loi pour une
i
1
SNAT
et je ons le d's ci toute
cooscience, en toute sincrit,
que l'anne prochaine, ce sera
In mme chose, et l'anne
Spaitt'du H ^Juillet VMM d'aprs aussi, de sorte que
jamais aucun budget ne nous
Le procs verbal de la san- sera prsent. Le Conseiller-
ce du 2.'5 Juin a t la et financier est une aorte d'em-
sanctionn. Lecture de la cor
perenr des Finances d'Hati.
respondance.otiIM trouve une Sa volont I it loi et il sait
pti Ion de M" Hrdy.nj nom trcs bien que ie rjo-p Lgis-
tes hritiers (ieflrard, une ia(if acluei ne V(). (ir;1 j;uiiais
lettre de M dame Clara Les- |(. reconnatre en cette qualf-
ps rclama,: une rente via- l(V u y a aussi pmir(,uoi le
gre aux droits de tcu son
mari dont elle a prsent les
tats de service.
Le Snateur rVau lit un rap-
port du Comit de l'Intrieur
et des Finances runis sur la
loi co cerna ut les taxes sir
cacher? Uue question de race
dans tout ceci. Ce peuple
d';int;lo saxons, ptri de pr-
jugs contre les individus de
notre race n'acceptera jamais
tre contrl par dci ngres.
Il considre comme froissant
lalcool et le tabie. Ce r.ipp >rt pour [el|r dignit, pour leur
conclut l'sdoptioo de la loi honneur tonte subordination
et sera envoy l'impress on. aux lments de noire race.
Le Snateur l'antre lit un Voil, mon avis, la raison
rapport dD Comt de Uni- pour laquelle le bu Igel ne
traction Publique concernant nous a ,)as' prsen' t ne
la cration d'une col pn- Ie sera pas. C'est pourtiuoi je
maire Sallron et c n.laant j demande bu Snat de mendie
surs oir cetle demande ceiie rsolution que je viens
Le Snateur Huduourl de-(0e |j sonmetre po irsiuve-
mande l'intervertisse nenl de mrHor l'h mneuret la diflni
garder
(in Pays. P tint (j.ie dsor-
mais ce te p )s ti 11 de demai-
jdur que nous prenons vis--
1 vis de l'Amricain se change
en celle 'e dfen I mi i L'he re
l'or Ire du jour pour uns co n
municatiou. Ce qui est accep-
t,
Le Snateur hudlcowt.
MM. les Snateurs, tout le
monde sait que la C>u> ilii-' est g tion prvoit d'une faon for- tant agir, nous secouer lllui-
melle, absolue, que daus les draqueia osit.o 1 diplom iti-
huit jours de la constitution (jue clnnge dsormais. Il y a
des Chambres, le Secrtaire! Une chose que no is ndevons
d'Etat des Finances esl dans pas oublier. La Banque est
iobligition de leur prwrter [a trsorire de ta Hpubll |ue
le budget gnral de la H- tJ'Hali, en vertu de son coa-
publique. C'est une des plus trat quj n'a jamais cl rsili.
granles prrogatives du Se- sjlle est notre oblige. Elle est
nat. Si un Corps gMa'if ne r. sponsable au point de vue
doit pas avoir d >ns ses attri des dpenses publiques. Coin-
butious le privilge d^ voter me dana toute loi de Finan-
rimp', les dpenses del ces.ilest lormellemeut stipul
qu'aucune dpense ne paisse
tre acquitte pirla BiQ |UC
sans les dispositions de la
Convention et sans les al!o-
Rpubliqu^, il n'est qiun
simple joujou qu'on met
eu re lis mains des masses
populaires pour les amuse'.
Dans vingt-cinq jours, la ses- cations du B 1 Iget, Von" verra
el ce que la Banque soit d-
non lgislative se fermera
jusqu' l'heure o nous pir-
lou^, le budget n'a pa* e .-
core t dpos sur nos bu
beaux. Nous avons des res
poasabilits envers uos min-
ci nts et nous devons les
mettre couvert Ces respon-
ce que
sonnais aut irise refuser
toute dpense du Conseiller-
financier, la Banque refusera
de lesacquitter.il laudraque
le bandit le grand ch*miii
Ole ie masquet qu'il se serve du
pince-monseigneur pour Irac-
sabilit-, nous ne devons pas, |Urcr lescollresde la Banque
nous ne pouvons pas nous y
drober. Il faut que nous
rappel lions leurs devoirs
ceux qui out charge de nous
prsenter le budget, il faut
que nous leur donnions un
dernier a erlissement C'est
dans celte intentiou que je
dpose devant vous la rso-
lution suivante :
( // IU lu pice que nous
avons publie hier )
et ce sera alors la houle
d'une giande nation qui se
sera dshonore.
/.c snateur ui/|\i.\I, la l-
solution du Snateur lin li
court est de n turc jeter le
trouble dans le Paya, (.'est
une mi'Sureextrinelaquelle
nous ne devons recourir qu'a-
prs avoir ipu se toutes les
autres, car elle peut engen-
drer des consquences lo t
Messieurs, ajoule l'orateur, graves tous les points de v ue.
|e ne m* lais aucune illusio 1.
lotis ces retards qui sont ap
ports au dpt du budget d-
moutieut qu'il ne nous sera
ll'-u'y a pas huitjaurs que le
Ministre des finances a pro
mi> de nous apporter le bud-
get. Je suis d'avis uue l'on
la fin de cette session que
nous ne pourrions convena-
blement l'examiner. Je crois
a
pas prsent. Le sont des remette jeudi prochain le
moyens dilatoires qu'on cm- v*e de la proposition Hudi-
ploie et si mme, il nous tait court parce que j'estime que
prsent, ce serait une po- j *e gouvernement sera avis
que tellement rapproche de de la situation et viendra im-
mdiatement en taire le d-
pt. J'irai jusqu'au bout, o
il faut pour en unir, l'hon-
neur saut.
Le Prsident l'ouchard Mur
Imeau. Je mtaispropo-
cole primaire urbaine d gar-, j, de ^mander personnelle-
ons St-Mchel de lAttalaye U)eut au Miuistre dtM. pi
J.T11T |C T ces ,es ^uscs que l'ont port
que la commune de I AOJt-i- x______ '
Foleur lasse partie de I arron-
dissement du Borgne. Sas int-
rts et sa situation gographi-
que le commandent au lieu
de la laisser laire partie de I ar-
rondissement de Port-de-Paix.
LsGilles propose l'Assem-
ble d'crire au Dpartement de
l'Instruction Publique pour de-
mander le rtablissement des
coles de fllies Pestel et Co-
rail qui doivent tre dirig**
par las tilles de Marie, et afin que
le Secrtaire d'Etat prsente aus-i
la loi mu plus tt.
Bellerioe appuie cette propo-
sition.
Vu i'ieuieavance, lasanca
est leve.
ne pas prsenter le budget
jusqu'ici. Je m'attendais ce
qu'il me parlt .de la Con-
vention et j'tais dcid a lui
rpondre qu'il u'y a aucune
clause, aucun article de la
Convention, qui lui lasse l'o-.
bligation de soumettre lebud
jet au conseiller-linaucier. 11
y^ a les 5 /. pour les frais,
c'est tout. Je n'ai lu aucun
artic'e obligeait le gouverne-
ment hatien communiquer
le buuget ua fonctionnaire
amricain quelconque pour
avoir son approbation avant
de le prsenter a 'examen
du Lorps Lgislatif.
ECOLE DES SCIENCES
o
Le concours d'admission a
l'Ecole des Sciences \impli-
ques est fix au lundi 27
juillet.
Le registre d'inscription des
candi bits restera ouvert, au
Secrtariat de l'Ecoletons les
jours de 8 h. 11 heures du
matin, jusqu'au 21 juillet.
Port-au-Prince, le 13 juillet
193|.
LA DIRECTION
Journoaux de modes
li LA PETITE
iM/.iiiF-m Ctwriu
Merveilles de"|modes, l'aris
Elgant, Paris Mode, Paris
Entants, Les Chapeaux.Bel
Le Snateur llmaque,
Comme le Cabinet noua avait
demand jusqu' cette semai-
ne pour dposer le budget de
la Rpubliqueeurlea bureaux
du Snat, j'estime qu'il nous
faut laire preuve de sagesse
et le modration, en atten-
dant jusqu' vendredi pro-
chain, si prsen'atiotj. Au cas
o nous n'aurions i as obtenu
satisiactiun, noua voterons la
proposition Hudicourt. Je ne
dis pas que nous la discute
rous, mais que uous h vote
rous.
Les conclusions du rapport
sur la loi concernant la si
tualion des trangers en Hati
sont eu discussion. Les arti-
cles 1 jusqu' ti sont Vots
aprs d'intressantes discus-
sions auxquelles oui pris part
les Snateurs Nsu, Tlma
que, St Aude, Paaltrc.Pradel,
PombroB, Zpbirin, Hudi-
-on i, Martiueuu, Jeannot. Le
temps et la place nous man-
quent pour les relater daus
leurs dtails.
Au cours de la discussion,
la sance tut suspeudue pour
permettre l'ex dput Des-
liuoble Ad, de StJ Marc, de
saluer ses amis les Snateurs
Telemaque et Laurent.
Le Snateur Iludicourt pro.
pose de 1 euvoyer la fin de la
tiistiis.mil de la loi a uue
prochaine sance. L'Assem-
Dlee^tonsulte'adopte sa pro-
position et la sance esl le-
ve, . l'extraordinaire.
LU COMPAGNIE ELEC-
TRIQUE EN ACTION
o
Avaul hier aot partis pour
le Cap Hatien deux hauts
fonctionnaires de la (Me. Elec*
Irique. On suppose que ce
voyage esl d aux prcautions
que celte Compag lie esl obli-
ge de prendre depuis la for-
mi bible campagne entreprise
contre elle. Il y a 125 lampei
pour l'clairage de la ville du
Cap-Hatien, et toutes sont de
600 bongies.landis que d'aprs
le contrat les lampes devraient
tre de 1.000 b lUgies.
Serait-ce dans l'intention
de taire une suh.tihilion de
bonnes qns ce voyage, s'effec-
tue? Ivi tous cas, nous atti-
rons 1 attention du Dparte-
ment des Travaux Publics j
sur ce lait, particulirement
ceile de l'Ingnieur Aubry
qui dirige le service de l'lec-
tricit la I). G. T. P.
1
i
... voit que, depuis dj quel-
< ue temps, les gourmets les
I lus rputs ne lont plus qu'
lu Fabrique N >dal A C", ai lace
u bureau do Matin, leur yro-
ision d* macaroni et d ver-
micelle C'est que H- leur avis
rs produiti volent bien ceux
> outra-mer, iwc ceci en
plus qu'on peut les a\o:r lout
fraia chta Nadal. El puis, i\ un
moment o l'on p-ir'p d'ha*ia<
nisi ion, ne ponvienrait-il pas,
par un pi'riotisme bien com-
pris. 1 ecomoiencpi acheter les
p oduita hatiens?

... a vu un homme qui ex-
pliquail pourquoi il n'.iimail pas
lEuropa et lui preleiait les
l',t t.s-1'iiis ri Aml ique.
L, nu moins ou sent l'ai"
suite la fortune. On entend
tout le temps parler de millions
ei de million, lindis qu'en Eu
ro,e lorsqu'on voit un green-
b n k d'uu lodm i t si un eba-
bissemt nt (j*n il.
.. r ne'a tte maniera ua
pi a di 'o de juger Ira pays. Kt
jronrquoi tan* de blancs mu-
ricalm qui, iliaque anne, se
1 ueni vers l'Europe?
... a vu dimanche mat n, un
grand encombrement d'au'oa
la llivirc Fioide, di vanl la ure
mire pisse, Caa anloi taient
bondes de p omaneura. 1 s aa>
!us ne purent, iKiiurellcUKiit,
jus traverser l'i au Les poneura
intervinrent. Les auto. lutaA!
obandonnea 11 qoelqm s inniu-
les plus ta: d on pal voir assis
un Cafde In Tcrrastt tous les
proiueueun. Mali c<- apurl n
peut pas coniinner. L> I* G T.
IV ferait bien d'envoyer un dl-
gu dana les rgion*7, et qui In-
diquerait les travaux immdiila
entreprendra pour permettra,
non Lentement ans promeneura,
maii ans peu vrai paysans qui
ont besoin d'appor ei leurs pro-
dalla au m n h, l'aeta des
villes.
*
... a vu un ji une premier qui
s extasiait devant celle phrase,
la veill banale, qui seit d-
pi graphe au Sphinx a parl de
Dekoori : Femme, sphinx ter-
nel. Il disait, aprs l'avoir lue,
avec de la fl mime aux yeux et
des sourires aux lvres :
Quel ptycholognelQaeliiy'.e
coulant!.. Ahl non, il n'y a pas
deux crivains, en France, de
cette sorte-l!,
>
... a vu, avant-hier soir, aux
Sraliminiirea ; ont-Carmel, a Boloiaa, un Se
nateur qui dbaqui de si voi-
ture. Il tait peina debout
dans la rue qu'un type s'appro-
cha de lui et lui demanda une
f;ourde. Le snateur, trs popu-
aire, ne voilant pas que soit
brche sa popularit, sortit
son porteteuille et donna le
billet. Mais, rsolu n'tre pas
pris une seconde tais,il remonta
dans s voitur et donna l'ordre
son 1 h lufleur de s'en aller.

... a vu, le mme jour, au m-
me en Irait, un dput, tout li r
de son joli costume neuf et qui
faisait les comptoirs. Il s'arr
tait devant chacun d'eux et,
chaque t'ois,commandait un grog
qu'il buvait, naturellement lout
seul. Quelqu'un notant cette s-
rie de gestes murmura, voulant
sans doute taire un jeu de mots :
Si son pre tait comme
lui, on pourrait dire, sans crainte
de se tromper, tel pre, tel son!..
(Lel nie mot esl de l'anglais.)
... a vu une tte de ces jours
derniers un dput et un sna-
teur qui s'en allaient presque
bras dessus bras dessons, et
tout en riant. Mais le dput
allait 1res vite et l'autre allai' son
train de s'uiateur. Cela 1 appela
ceux qui regardaient cette
scne, et Notre il aassi, la
fable clbre du livre el de la
tortue...



r
PAGE 1
LE MATIN = 10 Juillet 1931
_jUst. illlliil'lMWIIW mr
Wartte
CF. l()'H
MUT Ml ET RISLERAINE
Livre 1er
tire : 0,5')
Ech
os
Ire : 2c n
il oi al ru
I ni
ieu de
: Hipperl Ho-
:5int* prix.
\njourdhui, 16 j i.llet, '
l'anniversaire de In oai sa ne
Chanoine Richinl. le dislin i
cur de la Cathdrale, oui co n-
mmnrera galement dimanche
le 25m anniversaire de son
ordination. En celte double oc-
casion, nous renouvelons ou l-
voil nrtre l'express on I I i
te noire sympathie et nos son-
ti lits les meilleurs po ir q n
d'un cur salislail et, ei p*r
taile eant, il poursuive, i r r
nous, l'accomplissement s no
bls devoirs de son sacerdoce.


\ huit heures et demie, A 11
Cathdrale, il y aura dimanche
d'imposantes crmonies pi
des par Son ElC PArchevu
de Port-au-Prince, l'occasion
du 2ma anniversaire de
dinaUon du Pre Richard.
l'or-
Q istra employs do Dparte
m- i.: l Finanai on' t r*le
de leurs mictions : MM.
Philippe Slerlio, Camille I) a,
Pierre-Louis Erneat Victor.

\,\ v iffoa I >n tes de Sjourn va chaque
j m r en augmentant, chacun en
i il la remarqua et on se i end
! compta que cei aicellente pro
doits doivent leur imm nse
accs j cetle prparation el I
< ta ici des principes d'hygine
qui sont la rgle chez Sjourn.

t
Nos amis et conlrres Da-
mas; Pierre-Louis et Alphonse
Larrear, avocats, ont ouvert
lear cabinet, a l'angle des mes
d i Centre et des Miracles, en
lace de l'Imprimerie Pierre
Frdrique.
A l'occasio i lo la proclama*
n ition de vn p II rs, lins
ti ni T >p< nh u-i don Cin
V \rlti i m ii di 18 iuil et ou-
r nt.ii hnll nie soti r ci
'.Levi r du ri leau l h.i r< <

Allez hiri un onr au P
Ltcente el sr U /. vow bu l'el
Pavillon Ut S. S. H que vii ni
de realaurer [' mable 11 v
pafhique Emmanuel flou le
qui y n imtall le B. I m e ix
orgsois qu'on puis e rve .
Boissons de < bois 11 vari*
cimc la gl ce, aii dwi h ,
etc, loul eal servi A la satii far*
lion du clienl qui trouve nn j li
endroit o passer Mi soirei.
faites u'i petit tour, vous dis-
j.. u l' lit Pavil'on -du Par:
L c mte.Voui y retournerez ce i -
t; nnmenl Bvec vos amis et voi
charmantes comimssih, e .
* s nvons r' u \p Bulli i
0 ,7 'tel d i Dtp trie nent tes Re
1 ti ins Ext /'> I do
I ini er-AvHI 19 M I co n ot
I y | ... al .|- 11 si'u itino
i > ir c d i irti met t d*s r ip
p->ris de nos conaulai l'ran-
vs. la rci p'ion olAcieile de
n >, ipini t--". rcemment nom-
, g A Sa to-DomngO, Pris,
; vVashingfO Londres et
I Havane ; 1rs tlgrammes
( h ing A l'occasion de la F
t nationale de l'Indpendance
| une I ste de nos agonis cou
s iloirei A IEU ange. Nous re
mercioni pour le gracie us en-
\ oi.
Es' dcde hi r matin ma-
d e
Reatsura'eurs t1 propi itatn i
dV!ahhs?e i i n'a.vous es ai -
tis que vous liouv. i< Z l 11 '
Alain Laraqoe d jolies s< rvi
tes en papier des prix VI l
meut eicep'ionnels.
Nous avons t agrablemaa
surpris de revoir noire char
mant ami 11. Silvera, l'ancien
commerant de la Rue Courbe
qui avait laiss notre pays, i! y
a quelque temps, s ma esprit de
retour.Nous lui praenions nir.'.i
qu' sa famille qui l'sccompa
eue, nos meillaura souhaits de
bienvenue.
Un nouveau Khnm eal entr
dana le march. Il vient de
Vaudreuil, prpar par M Quil-
laume Nazun. Il se vendra au
prix unique de Huit gourdes e!
est dispos, parait-il, affron-
ter toutes les concurreiues. At-
tendons.

Notre excellent confrre L*
Pays dans son ditonal d'-
vant-hier dit que la convention
est transmue en hydre et d.
mande comment l'y prendre
pour chapper aux malices et
mchancets du monstre.
Oui., comment ? Angoissa-.it
problme...

Vous :ous hii r qui ne rou-
gissiez pas de reeter Bdlee
Mayard quand on le calomniait
et quand on le poignardait tr.ii-
Ireusement, gardez-voua d'-
tendre les voix mielleuses qui
viennent vous aujourd'hui
solliciter votre concours dans
les lections de Janvier 1932.
Ainsi s'explique < La Libre
Tribune . * cela est mdi-
ter.
En l'Eglise Cathdrale cet
bni aprs demain samedi, a
G heures du soir, k mari rge de
Melle Marcelle Breton avec II.
Ernest Goldman.
Dans le rsultat gnral du
encours de dation franaise
de l'Alliance publi avant-hier,
V,- Vli r s-d J< u dain,
l'fcg ii.- 51 ana. s s obsques
a ai ont lieu eel aprs m d
I. Calhdrale.Nos i ondolancea
anz patents, particol remenl
son fi s, M. LnriMOO Morisett,
typographe.
Hier apia-midi onl tu lio
les ob ques de Mme Vv- (i- or-
^ v. H npimip, ne Linio. Ni-
ro! !, d e le matin lige
de 7d ans,
Nous pi (sentons nos sympa-
lh qnes condolances aux pa*
rents particuliremenl nos
amis le pra es'lo et .ses ls.

Notre confrre Les Annales
Capoisea annonce que Vo'vic
Hicouit a adress un appel
| ses frres, marina, ouvriers et
paysans pour rclamer leurs
| su Orages anz lections lg
lives d ns la premire cire
cription ^h\ C p Haitfrn t
programme d< '' R ( url com-
porte : hausse des salaires et
. protection pnrale des ou-
I vners. Il l'tiquette candidat
socialiste.

Le Vieux Tonique
DEPUIS pr* de soixante an,
les mamans ont apprii
connatre la puret et le bon effet
de l'huile di foie de morue
mulsionr,^: pour leurs enfanta.
Des millicns. de mamans la
donnent maintenant aous forrn
d'EMULSION
SCOTT
U y a peine ui.e famille qui
n'ait ralis les bienfaits obtenus
par l'emploi de cette nourriture
tonifiante consacre par le temps.
Atturez vous qv.e VhuiU d
foie de morue que vous
employez soit rnidston-
ns que ce soit de
i'EMULSION SCOTT.
Propos
humides
0
Voici ce qu'erit un chroniqueur I
de l-bas : Madame la pluie, sur- |
tout, fministe exalte, revendtqns
tas droits avec une ardeur clcon* i
cerMnte et sans j.inis, bien ente n-
du, parler de set, devoirs, bile Irai- :
forme nos cbi ans en bourbiers, |
nos roules en neuves, nos jardins en
clangs ; qu'il y ait courses a^han-
lilly rite s'y prcipite ; ... enfin, elle
promena partout son dluge... Voi-
l C'est exactement ici la mmo
chose. Madame la pluie ne dislingue
pas entre le pays des blancs, dss
{aunes et des noirs. Elle est ga-
litaire. L'ne raison pour nous d lui tre sympathique. Et puis quand
elle se prsente el que sa visite est
longue, nous ne nous en plaignons
peaTuVale HUM SARTHE CA-
CHET D'OB, qntcsi lesmanquabl-
mont e la compagnie.
Nouvelle Sensationnelle
JUBILE
Par le demi r atramei vie.ne d d'ar tv.r 'ra^oritiiablsji
mur s
A\_
flNTERNATIONAI
o
Dimanche prochain,1U (Uillel,
ie Pre Richard, cur de la Ca-
ihdrale, clbrera If Jfeanni-
veraaire de son ordination sa-
cerdotale.
A cette occasion, il chantera
nne messe d'actons de gr:is
s h.1/2 prcises.
La crmonie,qui evlira un
caractre tou particulier de so-
lennit, sera prside par son
Excellence Vgr l'ircbevcroe.
Trois chorales, avec un pro-
gramme choisi,appoiteronl leur
concours pour l'excution des
chants.
I e iraeaaiae seitee Bikleate et
hlteiaiie
Lu soii ce musicale el littraire
que, sous le patronage de Mcllc
Hhsiu Vincent, Mesdames lin
diconrt et Vieux Clesea, organi
se la charmante Mademoiselle
Lolita Cuebas, promet dtre une
sidree merveilleuse. Tout a t
mis m uvre pour que le public
ait pleine el entire salis/action,
"n ioura entendre ce soir l,
de\ chanfsdetout premier ordre
'nterprts par des artistes de trs
grand talent Melle ( uebas, dont
on cannait la valeur et qu on
admira tout dernirement eneo
re dais le pome dramatique
de Kl Lon Laleau : Les Feti
tes Marionnettes ". se fera applau
dir plusieurs reprises C esl une
soire ne pas ni 1er. Ainsi que
nous l avions dj dit. une par-
lie des profils de cetle. pie sera
verse A la caisse de secours des
sinistrs des dernic'ies inonda*
fions.
A ....._..,................
brigade qui se trouve actuel- ,a hry&er Service Station o vous aurez <<<; Sion d conn
Un setgent amricain de h
'r 4 et de G cylindres de 1 tonne 1/2 . 2 tonnes 1/4.
V. d< z voir res incomparables Camions, ces Rois| de Trsi
lereut Port-an l*t i. ce, a ga v..m-mme., que ce sont les vrais camions ; de 100 pour 1
eue dans la Loterie de Santo-' puistaaca el J--rsistance.
Domingo un lot de Deux Mille V Les Camions INTERNATIONAL sont cjux-l qu'il M
cinq ents dollars. U b Met lui. nWporta quel usage sur les routes d Hati.Ventl To.r les d
avait t vendu par M Ernest modles.
Ma ait mi, del MiaonAgger-
holm.
Nos llicitaiious M msieur
Massimi qui reo.l uirecte-
nitnt les billets de Santo-Do
miogo et au Sergent Amri-
cain qui, par ces temps o le
cash tsl si tare, va pouvoir
palper une si forte valeur.
!
A louer Ptionville
Pour les mois d't, maison
confortable avec toutes ses
dpend nces. Tlphone.
S'adresser au Matin.
\
HALLE A LOUER
M i i de la grai.d: halle-
sise rue du Ma aa si u de l'E-
tat, ct de la Maison A hred
Co >k<\ re.ceran n occupe
par la G- ndarmerie d'Hati.
Loyer raisonnable
S'adresser Henry STARK.
Rue du Quai, eu laa de
la Gare.
TO LET
C'n trouvera
fa M Simon
Knttr.
des caries chez
Vieux Boit et
W lh i r wi'hout Furnilure
at Bolosse Attractive mo lern
Coon'ry- Honte, beantilolly
Bitnated, splenJid view. truit-
Ircs bath, garage, etc.
Address: Henry STARK,
A\e. A.C'ty, Oj)posile Railroad
Station,
Franck J. MARTIN
DISTRIBUE!. R POUR HATI.
HENRY STARK
Rua du Quai, on faco de la Gara
Verrai \ .1res p)ur vitrin : et tableaux.
\ tir s Polies pour BUlOi
wa Brise ( VViodshield) po ir aulos
Attroi a biseauts pour armoires et coileuses.
Miroirs encadrs pour s. Ions.
(irand cho x d Moulures p jor cadres.
Encadrements pour ag'audi semenls de Phjlos.
Tableaux p >ur salons et salle maiger.
Marbres pour tombes.
Lampes de nuils, etc.
Rparation de Miroirs tach's.
N. B. A pirtir de ce jour |la Uaison fait une
rduction dans le prit des rparations de Miroirs
15 Juillet 1931.
, .. -*i j>s fA
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Nlaiiinez & Co.
M MESSE OE REUUIM
L'INDIGNE
Gii'iicl Rue No2104.

Le 28 Juillet, en la Cath-
drale de t'oit-.ui-Prinoe, sern
chants une messe de requiem
a la mmoire du Gnral Vil-
brun Guillaume Sam, oui fui
Prsident de la Rpublique
d'Hati, Celte pieuse crmonie
>e lait sur l'initiative de noiie
conlrre Le Pays et de quel-
ques amis du det'unt.
L'absoute sera donne, celle
occaaion, par un des grandi di
gnitairea de lEfllise. Le Prai-
(eut dv la Rpublique assistera (
\ cette messe qui ne tevl au-
cun carac're politique et a la- ]
ILNESTPASNCESSAIRE
D'envoyer I tranger poui
ses emplettes, puisque chez
Paul E. AUXILA,
nous poufeni trouver prs
que aux mmes prix les
articles vendus aux grands
magasins de Paiis. C'est ainsi
qu'il vend aux mmes prix
ports dans les catalogues du
Bou March de Paris ou du
Printemps.ses Crmes et Pot-
drea Tokalon ; ses Parfums
et rendre Koubigant. Visitez
son rayon de Parlumerie et
articles de beaut.
BELLE i
n tfai m*"1
PILULES ORIT "
lea muIm qw
lirai,
(rina.iAcMllM'
tn l.l p.nm
boi't |TMM
BlinfalMatM
pprmurtt f*r ht ti
).*atik n-,m.t
A P-Tl-aH Pri tt whU< otaim:
MemmL
Ciojolelll
hnt. t. rstflttasirtaaM
I
9
la Cure i>u
CUROMAL
gurit 1
le mal
q.iette
le tous les mis de l'ancifi
Chf d i:..' ont coneia. Ce
ne sera qu'une crmonie reli
gieuse, al ua i |n ge de re
conn isa ince el de i paration
dl i pari de -es anus, celui
qui gouv< ma If Payi pendant
qui Iqui i nu ta, el succomb i
dans des circontanc s In
.pies el nniqnea dans no rc his-
toire.
i 'I
.mes par
>n> s.
Chape v-x varc pour liouin-sl ni mes cl entants I. br|
des mains hatienoes et avec de .u paille d
Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio
Varices, Rhumatismes, Maladies des t;ti
le OU ROM AL dot Laboratoires du Rh6ne. bas* de sues '"jV. sW.
enferme tout re que U nature a produit de meilleur pour K"r :"i,;.iioq**
dpuratif purificateur et rgnrateur du tang. P,r son ncuon ""'J^ooi
Il g .-rit la constipation, entretient la libert du ventre, ite les * urlaot-S
l'intestin. LE CTJROMAL est un diureliciue ptii-sant, il ,ll'ou,t i.'.iila rW
toxines, nettoie les relus et l.i Tessle. Il gurit rom, les Malaclieso"
Varices. t'Icrn. les Rhumatismes, Maux de reins. Lumbago, i~i-M
les Maladies de la Femme ge critiqua .Hmorragies, Doulw*,i

PITini >CO entiiin ,iivuiui -B.^-. i^_gm M aa,""iB|S)
Je 114ns d terminer ma curt -U cunOMAl. '< suis heureutr M voui H^^ru. H teMEe
Faites uuc visite L'Indigne i.
1M ( .
rrlatses. maux te tenir* xtr'xgs, iourisemeutt, maux U reins, tout
nmSf est cotiipUtement cioUriU. o nun altf>.t dt rhumatisme* va m^atmm
au 11 r\(>UAt li- j pKHni\. s inion
Le IraUrmeot
*"
i"' # rr>nni . l'iiwsi __ _ a n isi *
mfntcompren.nl ttaron CUROMAL "" boB,t?.tS?,LS
lt bvaiiM phsrftiacMt. Prpar p>r 1, Oo*'',".', Slf*S5';r
S, Hue DuW. LYOSOULL1NS iPraae).
Meot i uneaSisnn eimness avo*
9 * -*.; T
L^Bsai Barbaneonrl
Dont la reuoitiue eal universelle a gard sa premire "place'
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
DpOt Rue des Caart,
J


LE MATIN 16 Juillet 1931
*!>'!.
1-wawif.u- /v**--
iSR- ' "SS!

SOfTWHfMfg
PATENT FLOU*
V-
vfv/fl;
CARNAVAL
. *UED ESPECIALLY f 0*
J-KARAYAWPflRT-AU-P
ptTBioortmorsccci"'1
EV^^P^TILLES
Ml RATON
iit-nnni fit**** 0UYC
" $tanrf
. oicuioMAcrrY :
MILL&ELEV7 TORCU.
HOMELAND
*&#
rAL.UM*:
**
Poupes Cai naval Qold Ccrli/icaleHomeland
Les meilleures farines et les plus convenables en rapport
au rendement et prix.
J. KARAYANY
[ Porl-au- Prince,
Angle Grand'Ruc & Ruo Prou
!
ne
Colotnbian
Sleamship
Company l
Le s'en m r-B.racoa par i
de Ncv N ork le 11 eouraii'
est attendu ici le vendredi 17.
11 rpartira le mme joot pour
les ions do i:i Colombie et
Cristobal c Irai et pS'igr*
f Le manifeste de ce stea-
mer reu p.ir ..vion-poste d.
tuodi le 1 semaine est lu
disposition des rh irgenrs aux
burtaui Traversre-
Colotnbian Steamthip C< lnc
GEB *RA & Co., Agents
Ou
En peu
[produit remarquable a g

conquis de haute lutte
fune renomme des plus
[enviables.
J
IDemandez toujours le
I Rhum HENRI Gardre
FOIE, REINS, VESSIE
-mu*--* TRo-Mi-n
erls*n pu U
KITINE
l***H***|-**l -In* * Mtan ta tool.nr.
aa tal rlut M llnoil lui* wiu.
TO**T** r-AHMAUH
Idintilri TM) A L, 44, ra, M Irnii PARIS
Mademoiselle
Alice Gardre
Diplme de l'Acadmie de
coupe Daydou de Paris, et
des Ateliers desArtscbez soi
ouvrira. partir du 1er juillet,
un cours de coupe et un
cours d'arts appliqus, corn
prenant : peinture sur bois
j larso pyrogravure, mteaux,
\ cuirs repousss, etc.
Attention
Progrs Nouveau
Rhum Nouveau
Arme dlicieux Got
exquis Prix rduit.
A1X00L dliant toute fournirenrr. !
(I.tlllh VIKRGB.
( liez : G. NAZON
Angle des rues Frou
et du Peuple.
Tlphone : i<313. \
i Horn Line
Le iteamer Kri a Horn
I venant -te KingstoulNera ici
| vers le 18 cit., en i otite poar
j l'Europe via les port do nord,
J prenant Irt et passagers.
REINBOLD & Cu, %fwM
! otewiti
Dimanche 19 juillet, a dem
heure* prcises : Rptition
gnrale de la sance litt-
raire et musicale donne au
profit d I association des an-
cien ns lves par les lve*
du Pensionnat.
L'entre sera de 0,50 els.
Q'oo n perde pas cete bon-
ne occasion de se dis raire si
grablement 1
o
L'Exposition annuelle des
Travaux rlgtnUl.oavniM
! degOt.etC, de l)essin,de pein-
j taie, d'art nouveau, seia ou-
verte aux ta milles, aux amis
et :!>i public ds le samedi ltf
juillet, 2 heures -'e I aprs
raidsjusqu'au mardi 21 juillet.
Horaire des visites;
Matin; de X h. 11 h. 1/2.
Soir; de 2 ht es G h.

I
I
i
l
il
HOTELIERS
Vous trouverez des ser-
viettes en papier fin en na-
quet de 1000 chez
ALAIN LARA QUE,
Rue du Quai, 1823
Prix modique.

Cin-ldhlij
CE SOIR
Le beuu |lm
La Nuitdu Carnaval
Avec N cola Riouky et Nicole* Kol ne.
Entre : 0 60 ; liai, on :'1,0D.
DEMMN SOI H
Le grand film
La Sirne de Svi
Entrs : 1.110 ; Balcon : 2.00.
as LIT

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le ROSSE & Co
Aaents Gnraux
iffeal "* l
i Toutes les Polices |g
DE LA g
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
b- *# >
:\ "''-
ivm

:
lluy. LeBosse
, m Aqents^Gni aux
L


Jeudi
16 Juillet 1931
Le llatn

,5cme ANNEE N7.20
-nrt-au- nuce
Tlphon 242
4 l'AJf.s
H* F
Panama Railroad S'tamshin Linc
Service defri cl de pmsaqers enlie
plus rapide et plus diieet service de transport de passagers eldu lr. cnt:e Haill
et les pcrUEuropeni via New-Yord et Criatobal, Canal Zone, athme de Panama
Voici la liste de nos agents putll les principaux porta de l'Europe :
Angleterre ticosae Francre
Mrs. fi, W. SHELDON &Jlo~ 17 James Street, I.ivfui'O u., Kngi.anu
I lie loi l eai n jaw air tirais al pfiiciful r ,|" |n t ; :
tNGLAND, SCO l LAND. 1 UANCti.
Mcssrs G. \V, 5UELDON & ;Co.,
17 James Street, Llverpool, Englan
lu i an e, BAeatri G. W. Sbcidon & Co are reprsente Idbj tlie tollow'ng fines
Lykes Brothers SS Ce Inc.
Texas HaitJ Santo womiwjo Poro Rico
Le seul service hebd mu laire et rgulier paajag'rs -1
li entre las poils du (jolie du Tout dirtute -eu avec
Port au-Grince, Hiiti.
Pour la rception rapide et le uHuienunt hal> !r *e %as
importations, suivez vous loujour* dei navires de ' LYK.L
UNE.
Les prochai vies arrives a Port -au-Prine son
S/S Il ut h L\4es 17
S/S M.rgari yke 23 ,
S/s Al neii l L)ks 31
Bureau: Hue du Mjgasm le l'Etal Bo:te Posta'e II
i SCIERIE S1MM0NDS
foi-tuil Leogan
Port-au-Prince
. K. lIT.U.Preirilaire
Emu UU-:NI! (il*, uirrclei?
Grn I Atelier le raenuiser(
fine tt u' bimlei ie o sont en.
ploye* les machines trinaim
les |.lus modernes.
Qjblil indniable.
BinfMle indiscutable,
; j d r.i 11: > mi ibl-,
Pi ix Wus abordable,
est a Jeviie.
T lplionis : 3410 et 319

BIRE NATIONALE'
Avis
11-: i-.\

GLKLATI Y II;;\K!.Y & C.a
2\ iUie le la la Rpublique
Mi rseilles.
Ilernu Prou & Co. Ltd.
53 Quai (j orge V.
lias re.
Iltinu Penm Co, Ltd,
I',i.e du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs. A Rendis & C
21 Atleogade Copenhague.
Oslo, Noiiway.
Internat ional
Speditionsai Ikap Oslo.
MM. Atlantic Freight Cornu
Ballinhaus, Hamburg 1.
Germa ny.
afeaars Allant c Freight
roi por ition
Germa ny
Mcssrs Atlantic Fieiught
C< rp'n.,
24 Qu:ii Jocdaena,
Autwerps, lieliuru.
HBAM PbHOS A 0 Lld
\)> Pue des Maris,
1 *n lis.
HernU Piaios & Co LUI ,
Hue de TranquilitA,
Dunkerque.
Hihnu Pkhon &-Co I..t !!
8 Ku Roy,
Bordeaux.
Genob, Italy. '
Messrs Hknry Coi & Plkric.i
Piaz/.a S.Mattko.No 15 feuop
COTTBHBDRO. Swf.oEN.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messrs Atlantic Freight
Cokp'n.
Kon Kn.niapiein
Rotterdam Ho'^ndi
Mcsssr Steimann* Co
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr sa Qualit
su nrieu re.
Protaez votre Doehe el
votre sant en la bu va ni
toujours.
Ab mm zvous L'Amid
Peuple, le plus graud quoti.
lien de Frauce de dociijtie
uo'itiqne et d'inlor matin,
.1 annal indpendant, le plus
I .rt tirage, 'e meilleur tmr.
ch et qui lvele tous ii
dessous de la politique.
"s'adresser Mr. S. t\ Lissade
Seul reprseutant peur
llaiti.
Etranger : (5 mois 8Sfri
1 au .150

La grande
liquidation
Relle (t complte du M;i-
gatic de Vinrent CRE1DY
Continue
Consultez ces listes de prix
dans notre dition des I el
7 i u i n courant.
Accourez vite avant qu'il ne
:oit trop tard.
^p^^MHM. '- * "
thk ipto ivn; ui;iv\ik siiop
Harry R. Kl noy. Prop.
[319, Granu'Uue,
Poi'-au-l'rinee. Hati.
Puonk: A 8488
Automobile Ccnerol Oepaln
VileaalaM wlw 'iin- iaileanailc
Aprs 11 annes dKr.p i, ik <
en Vulcanisatin de lubcs
pneus nous vous garaulitto h
une srieuse rparution.
USEZ CETfE LISTE:
Taariai Car Irai
0 t 7|"J0 Hall
1 punrlure Or 0.10
Each puncture tbaratfter t ")
Valve bas.- 0*2u
Valve inslauled O.'itl
Valve new II il"
Valve insides 0.10
BLOvYOUTS
1 inch long 0 1()
ICachin'i ihareaftar t><).^
joints repaired per inch .
Trark Iroiu
;r to to'
1 puncture
liach puncture Iharaalicr
Valve base
Valve instauleci
Valve iunv itrVBht
Valve new olf 11
Bl OWOUT1
t iiuli long
Each inch Iherealter
Joints repai'ed per inch
Kinnuiini Tires
Touring Car ipyJ'
r, uck ail larger sites
Voire premire visite
A
Bar Tt>
OU
Soulage des ruaux de'ledl
a nvralgie eu 'M) m mita
Arrtez un relroidis^eraentl
premier juur et la malarias]
trois jours.
156 sauve le bb du refroi
I isst-inent.
;JI

soiua
Non donne.i raison, mnfirmera fotre bon jugement e
iuslliera la continue que vous nous aurez .ccor nous aaraotissont voir apprciable patronage a uioteiie
plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous soggroni d'anter votre cha mbre a lavande
i Bire la pression.
AVIS AU COMMERCE
l.i ptnam Rail ma I Seun hlp Une a l'avantage d'eu
uoncei les dports Hati, direi Ipment, dorant ,mois de Juin IUJ1 :
Dparts r/r \cu> loi** Arrivage* Po t PLACE DESSALINES
Caf ehic. Restaurant
de pre nier ehoix o l'on
trouve toute heure les
consommai ions les plusd-
licales.
Sandwiches sans pareils.
Avis1

l.'re
L'hi'-pectio i Seul lire V*
pelle au in'res es que II
examens du Brevet super
et du Certificat d'Etudes
cond -ire c issiq es li
2me patios ont t flxi
le Dpartement de l'initnj
lion l'i b'iquc au lundi
juill t prochain.
En consquence le rfgi<
d'in liptiou ouvert tflti
sera clos le lundi 13 m
orochaiu. La prsentiiioa
l'acte 'te naissance est 'le
gueur.'J
orl au Prince, le
1931.


;
i \i navenlurat) le 2 \ Mkl 1931
-. ,lC,.n l H juillel l":?l
" C istobal.le'i! j-i.le; 1931
" Guayr.quil" K \ 8 juillet *
J S II. VW REED
Agent Gnral,
le S iuillet lJiii
la 13
le 20 juilht
le 5 a t 1931 j
ASSUREZ-VOUS Itl
la mi
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Lld.
de Perth (Scotl.md)
:.ar la C'WKPAL est une des plus puissantes et des plus vastes rgauisal"
la e itaurc. Le s ileil ne se COUcbe jaunis sur soi champ faction qni embrasse
j
ion'
monde
0 20
a to
0 50
Oio
060
1 00
020
0 10
0.10
0 '20
Cil)
1 00
Ses Polices contre incendie couvreut aussi le% dgts eccasionns par la
C-.... n.lU>a ....... A .!... nlall --------- .._!_ t______1J_ ______; 11______ ,U
hn#
RovalMailSteamPacketC0
1 i Steamer iGaboOns venant de Londres. Kmgs'ouet les
I orts du S id, est attendu ici le 18 Juillet, | u.tant le mme
(OUI va Ls poils dj Nord pour le Havre, Anvers, Lon-
,lrts- I. J. Bl -10.
Agent Gneiul
Tlphone, No 2311
.u.- i ;nit.i i>iim v iih i i ... v w'< it.ni ,iii -i-)i ici ICKll> H..liM)rUICS |a i .
Ses Police! pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance. da""*T
causs a autiui dans sa pei>oane (^i\ duos ses biens. A
Ses Polices Maritiniei mises pui ses biao. hts d'Europe sent payable en H*
Ses Polices contre accidents sont inlubirv dans I univers entier. Tous les vof*
j( ura devra.eut duic prendre la picauticn d( se munir du ;r pelice outre acciW*
d'au Moins 4000 dollars, la prime amutile u'elant que de 1/2 /0 soit 20 dollars *
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCavos
a ,* n.. i #' i ._ .... ai-.i*
sOL'S E^IS
Afeait C navl p -ur flaiti
Po i u-Priu . 0 CiftC
JEAN BLAN^lEJJereal
Mosaque Hatiennes gf atSi%
^lohone : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs