Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03661
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 9, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03661

Full Text

lment Magloire
t{ DIRECTEUR
. KllE AMERICAINE 135
I ljLEFHONf N'22
Il faut aoir in\u nli' Y pris
unedf ces 8k*rnb r>l polit 'inr su
sirgeut 1rs rrirsestaai pjr H'ie
(I par ila' ifn pr- p p iMVerair,
peur r-p'rcif r I i| rl'fs ronsr-
liu-r- ahuries nies pcil alioulir
If leafraVs lions M erfirif I
bti fat mi lr mal digres.
(if r s SYI.UIN



r i-----c
25int
ANNEE N- 71)1
m 5/
iour-Auri RFORME FAIBI^
ne
1 proposition de loi de
,0Jnlilr quelques article
RtoT tlcloralejconliefit
|C cnnsitioi excellente,
ffi?, de celle (-i: Une re-
m imP"llnnle esl proi'"~
K^'un simple change
h S texte actuel dit: cl roi
ii avant la date de la re-
L des Assembles pVtn
Cl Le lc propo*? Mb l
le deux trois. Si ce d
Vi est adopt, comme il M
Brab'c qi'.'l le soit, il eu
Citer *** ofij
E|e de la priode lectorale,
C a-dire des inscription
L lecleuis, partira du lei
U.mbn-au lieu du 1er O
Lie. La p-'iode des dites
Drip i sera au sirduili
dt tix h"
Perso u'u ' '-'
.|t,,;t i de ga-'nci.
es cai.Jti-ats ,. C'<
s de temps qu ils user:;
eur sa.t ci qu ils puiseront
|t r mr.se. D mble conv.~
iX o que ne dd n'gneii
U h ux qui ' i ent lu
hjr.s ces d' n e cam
U/,ei ectorul en 11 i L
fiysensiilc ql s rn r^it el
jemi paralys clans ses acti-
fius gnrales, suiluui en Du
p',.1 ue, un peu moins lon-
guement. Autre importante
considration ne pciut r-
a iger- Donc l'intrt pailuu-
ii. r t l'intrt collectft sac
cordent pour appeler celte
rforme.
Quelle objection peut-ou
trouver contre ? Que deux
m ris sont insuffisants pour
les inscrip ions? La rponse
, .i tu la te l'an dernier.
La priode des iaseriptlns
t'avait p.is dor plus de Vu.r
mois en 1930 0 iverte exac-
tement le 1er Aot, elle a t
e le 1 Oatobre suivant.
Or-, la sL i i |lu lfibiit y- \
BOCUn nio me ni prcaW-
menl on n'avait atteint un
oombre aussi lev 4)inscrits.
L'exprience ainsi admoutn:
que [eux mois suffisent 1 rge-
menl pour les Inscriptions.
Il est dicbio <\ e- ks
i,h imbres c a c c. Le :
: m i tuntueul in u
la pi 9|i isiti ta de la loi
>, Noms disons bien
0 p.uve q l'en t ri.
.... 1 > :;'X eii.'C-'.i iV
i Luivi s de l'aune i er
n re. Nous ne sa, bi us pas
1 i il y ail eu alors ai depuis
les protestations, l'as mme
Jsuitiques. Lei. acquiesec-
is il prou c <| i eue
peu! >'.i; ci ire dans la h gis-
, lion.
mm
k la u^jJ nu m
LETTRE OE M. LUC OURSINYILLE
iodiiLi
Al'occasioc de la discussion, j rai! qu"augmenter le nombre
il du p t 6*u Co- bpvards quelquefois brtl
bit de l'Instruction Publiq e fils, mais su^iuciels, qui
\?ft la lettre de Monsieur uc
isinvilic. 1 c s honorables
Bqateors Hudicourt et Nau
put eu jiie le mot 'e s'a-
pse.de r. son et de vrit
Il serait, en eflef, incomt -
'ble que, pour faciliter fa
Jenie des ouvrages des au-
|l Ifrl hatiens, on proscrivt
W "olre enseignement l'lude
Ses matres trangers qu ou
pt unanime proposer, dans
les Universits de tous les
"ays, comme des uiodKsde
erleclion classique, des c-Ju-
;ateurs, par excellcn. e, de
eaer.gie.de la volont, capa-
es de former des inlelii
;encts claires, lucides, in l-
eu'iautes, toujours au ser-
'ice du vrai, par tonsq"
lu, bien. C'est dans l'lude
rieuse el approlondie, dans
* lecture explique de ces
(crivaius trangers, et surtou!
es auteurs franais, dont
**a |)arlons la langue, que
ious dvelopperons les qua-
rtes intellectuelles el morales
lui nous iont dlaut et qui
."Ululent l'initiative indivi-
duelle, loul les esprits justes
fl libres, les consciences droi-
Jttet les volonts tories.
U autre part, pourquoi nu
jas reconnatre que les (>ru-
ucticns, la plupart du temps
auves, du plus gr.ud nom-
""eue nos crivains, o l'on
le regret de relever
pour ne rien dire.
El puis, a l ou r 11 bi que
le Gou i eroc men Pranait,par
. xeniple. qui a accord nos
ii|)UVm-s I quivalence, sous
,e bnfice de la parit de nos
programmes scolaires avec
ks siens, nous enlverait Im-
mdiatement ce, privilge, si
nous commettions l'impru-
dence de mettre, poi.r ainsi
dire l'index, dans uos ta-
blissements solaires, les m
iholes u'enseiguemeut des
Universits franaises et leurs
,"ogr;.mmes!
Voit-on d'icA les con.*|uen-
jes dsastreuses qui eu r-
sulteraient pour ceux de nos
je.iues gens diffms q u i-
piouveraient le dsir daller'
poursuivre; eu l-'rauce,,k*ur>
les, dan une kaculte quel
conque.
Que les Chambres y pen-
sent uu peu, et aussi le Dpar-
lamaal de rinstructiou jru-
hhquc !
Propos
humides
al IllHiiu
ALIX ROY
29 annes de succs,
1 gg
^F.
-ne
JEUDI I JUILLET r 31
,, f. ... M. I _.!, _J___
ak.
-.. -*..- ^ V
SNAT
o
Maaca du 7 juillet
marche de ce service. Q i n
la lettre du Commandan', ja
tous dirai que je ne partage pu
joii opinion. Certains article;
peuvent couler plus cher ici qu* i
l'Etranger, mais il est de notre
I devoir d'assurer du travail I
U proci-vtrbal du 5 Mai a main-d'uvre haienne. Nous
l lu- et sani liooq. devons, d'une faon gnrale,
LeSecrtaires 'iil .t de i'In- amliorer le sort de nos eoni-
trieur et de l'Inslruclion Pu toyen. Il bal laisser parmi les
h i ie sont au b.mc de l'ExcU- Ouvriers hatiens les commandes
Il i j ncessites par les besoins le
Apres la lecture de la corre.- la CJendarmerie, Je vote le pria
cipe de la loi et j'invoque l ac-
cord 'nme de la Gendarmerie.
/.c snateur tVeti Il laut vo
1er la loi. mme si les 'penses
sont un peu plus lories. On a
parl de la pauvret du peuple
aaiiiea. D'o vient elle ? Du lait
que les administrateur des li-
aancea bulienncs se sont ver-
tus rainer le peuple. Ils ont
pris le capital du peupla, ils l'ont
gird dans leurs collres au p o-
lit de capitalistes amricains.
Ce systme doit flair. On paris
du bon march des articles
tonlre
le contribuable haitien pour
nous idkanchir de la tutelle du
gouvernement amricain. Ils se
sont vertus diminuer les ta-
cults d'achat du peuple, en ac-
cumulant inutilement des rser-
ves. Nous avons connu un sys-
tme d'conomie, un sys-
tme d'administration, vk\ -
contre de ce qu : professent le*
financiers amricains. Ce sy.s'-
me de rserves a l condamn
par les Prsident Cteveland et
Harrison. H ne laut pas (fu ; cela
continue. Je demande au S-
n s'abstienne pis de
t pas compte
i ucr u>u u* exposs par le Chel
U Prsident,' linteriompant.xtei* Garde. Au conlraire.il faut
- l'es! le principe de la loi qui I f'e'- du travail aux ha.t.enr.
est en discussion 0) ^ sol pas trouv des
Le Secrtaire tTEtt de mt-***lix*ttH>* u,n mo,nfnt donn
r-eiir.-l> Chet de la Garde n'est Pour pmkster contre cet tat
P'
mai
pi nd ... e o se s:^ 'aie un mes-
, du Secret ire d'Etat de la
Jl, (ice disant qui! a pass des
> d ;s pu Commissaire du Gou-
1 i i de m ut du Cap \ o ir taire
c s r les dpossessions dans le
N'i,d. on passe au .'{eue po ut
i l'pr re du jour : rapporll
us C tmita el Commissions.
! u Ho n mission du Travail lit
le i ip oit sur la loi Cauvin r-
gi intentant le ravail Hefi Etran-
gers en Hati. Ce rapport sera
imprim et distribu.
La loi sur la confection de ,
l'quipement de ta (rode d Hati : trangers. le prlreraia
chaussures costumer, ceintures
et jambirea pr des ouvriers
hatien s, est en discussion.
Le snateur Zphyr in, Nous
tions MM. les snateurs, la
lois dernire, celle ph se o il
s'.:giss.iil de savoir s'il y avait
moyen de s'ente.dre avec le
Connu and a ni de la garde sur le
point qui nous occ ipe. Nous
avions renvoy la discussion
la sance d'aujourd'hui et nous
avons Ont par remarquer que
l'art.1-ldif que des lois seront pro-
poses pour l'excution de cet
article. Cet article ttous permet i *4 *u U ne saba
de raliser le but d.sir. Je pro voter en ne tenan
. ,i ., fdesmoils expos
as contre k principe de la loi, de choses, a sexpl.que, mais
mais il tait tat de certaines dit- maintenant on ne s expliquerait
Acuits qui pourraient surgir pas une pareile altitude de notre
dans l'excution de cette loi. Par''
Les Hatiens dbarqus lundi du
navire le guerre mis gnreusement
i leurs dispositions par le gouverne-
ment cubain ont t contents Lini .i -o-v-* v*- vivTti niciil runain oni ,eie eonienis ne r.-
1 ue toutes grossires con- j uouver le sol natal La-bjs.terrelran
fp 'e got, ne se recom intll- ^ic.cestdur.Tout : le travail, le pa-
leut nrnr i.>o ii i iran.le IU. tudes iaSSI ,vs, p|as.c'e*t de ne pas trouve, h Ui
N^.>uipui le choix judicieux
dvUerUcs' ui P'ar ,c nodt
|?eJ.prewiou des ides, ni p n
or "t' ,a c,art e la
rr,^u.:i du style.
'hitroduciiou dans
n
s derniers ouvra-
n tout ou
itr^ Je.eeux des auteurs
pli .
chea lane. (,o nme c 8sl arriv aux
n^i'c qui,pwlis pour l'le magique i
il dollar, y oui trouv
cil m ui i mir ch imeur,
BX vrc.it l'tre chez soi.Mais le
ui est souven un problme inso-
,ui" uu., ils de Cuba
. i ux que le (i M leliado fait
itrier lui doivent chacun une
Tell ce i ^ arrivs ces
--ci. L'un s.i plus grande joie a i ruu
Clrin.w nwu j ,ii puis ^i.inct |cir m ciu uc io.uu
L,da8ti nappoit-rait l 'ver le RHUM SARTHE CAC1
rucation de not.-P :.--_- D'OR dont il avait perdu le golde-
Fcun gain sn ; .i leunes.se puis trois ans et six roois.C'tait trop,
gain social ; elle ne te-l en vrit.
Il donne lecture d'une lettre
d Cnnmandan'. de la Grle lui
demandant s'il pensa que les
ouvriers hatiens pourront don-
ner lea mmes fournitures, au
mme piix, que celles impor-
tes.
Il remet cette lettre au Prsi-
dent.
Le snateur Hudicourt. Il
est absolument inutile que le
secrtaire du bureau donne une
nouvelle lecture de cette lettre
qui ne nous a pas t adresse.
Le snateur Latortue. Le
Scat avait renvoy la discus-
sion de cette loi une sance
ultrieure el les 'membres du
Comit ont eu travailler l-
dessus. Cet accord ne tait pas
l'obligation au gouvernement
haitien de lancer ses comman-
des sur les marchs trangers.
Il peut aussi donner du travail
aux Hatiens,
Le snateur Hudicourt.
Aprs qee le Secrtaire d'Etat
eue donn connaissance de l'art.
5 de la loi daot 1916 entre le
Gouvernement et la gendarme-
rie, j'ai voulu me rendre compte
de l'tat de la question. Je l'ai
tudie el l'ai bien vu que c'est le
161e du Corps Lgislatil d'assu-
rer toutes les dispositions con-
tenues dans cet accord.
Il n'esl pas laiss aux soins
du Chet de la Genda mer e de
rgler tcutes lei question Si
on avait voulu laisser la domi-
nation du Chet de la Garde sur
tous les points, ou n'aurait pas
mis dans le texte anglais super-
.on au lia de tout roi. Les
lois ncessaires au lonctionne-
ment de la .iJaimerie leront
laisses au Corps Lgislatif, r. est
efrvsquo.Jepuis rJl5,
nous avoua uu Corp* Lgislatil.
La loi qui vous est propose esl
de nature assurer la bonne
Le snateur Je tnnot. C'est
moi q n ai demand la der-
nire sance, d'ajourner la ques-
tion pour examiner l'accord.Kn
raison des explications fournies
par les snateurs Xau, Hudi-
court et Latortue, trois hono-
rables col gues, notre devoir
est de voter la lo. C'est un acte
politique qui consiste donner
du tiavait ceux qui n'en ont
pas, unjacte jonom qu**, l ire
circuler un p^u d'argent paimi
nos malheureux concitoyens.
Le snateur .\uu, La l-'ran:e
prend des prcautions pour pro-
lger la culture du bl, en em-
pchant les bls trangers d'en-
vahir le march franais. .Un
pays doit songer ses intrts
propres. F.n ce qu'il s'agit du
travail donner I haitien, c'est
une nouvelle raison de voter la
loi.
Le snateur Tlmaque.
Nous avons vu das nations
trangres jeter des milliards
en circulation peur fournir du
travail mme inuli'e aux eh-
meurs. Nous aussi, nous devons
protger nos ouvriers, en leur
permettant de vivre. Les cor-
donniers, les tailleurs, les sel-
liers et hapcliei ', puisque l'oc-
casion nous en est ollerte, doi-
vent trouver du travail.
Le Ministre de l'Intrieur : A
la dernire sance du Snat, j'ai
l'ail savoir l'opinion du gouver-
nement l'gard de celle loi.
Cette discussion vient met're une
arme entre ses mains, pouvant
lui permettre de la faire excu-
ter.
A l'art.1er, le snateur Zphy-
rin propose que les soumissions
soient mises au concours et au
rabais.
Le snateur Hudicourt : Il ne
faut pas que cette loi soit inex-
cutable, par suite du manque de
\
Avant-hier au soir, vers 7
lient es,et demie, un violant
coup de tonuerre clata p. n
daut la lorte averse, rayant
d'une couleur et d'un parfum
soufres latmosplr lourd-.
Qoelqaei secondas aprs.quel
ques cris montant de la rue
annonaient que le leu venait
d'clater la villa t Les Clo-
c!n ttes, proprit de Mr i t
Mme Uouaier,
l.'inceudie,d ("improbable ment
un tourt-cir uit, provoque
par lecaupde tonucrr ,e nia
l'tage d; la maison, li n'y
a pas eu, trs heureusemeni,
d'accident de personnes.Grce
a la pluie,a l'absence de vaut,
l'activit et l'nergie les
pompiers, le leu put tre cir-
conscrit. La maison de Mr.
lnile tXoUZlar brla compl-
teraient en moins d'une demi-
heure, tellement le icu tait
violent.
Nous dplorons infuiim-nl
cet acv i ent et prsentant1 nos
condolances a Mrel Madame
E ails liouzier.
moyens. Il ne laut pas qu'elle
resie lettre morte. Il laul tenir
compte du crdit dont dispose
l'ouvrier hatien pour excuter
des commandes.
Le snateur Nau propose un
amendement la proposition
Zphyrio. Il est adopt.
L'art.2 est vot ainsi que l'art.
Il avec une adjonction du sna-
teur Tlmaque. L'art.4 est vo .
L'ensemble de la loi est vot.
Le snateur Uudieuurt : Mv.
les Snateurs, nous avons vot
cv.leloj.ll tant en assuier t'eSC*
CUtion. Je vous propose la rso-
lution suivante... (apri-s un expo-
s de motifs assez longs ) .' le
Snat a dcid d'inviter les Se-
crtaires d'Etat des Finanees.du
Commerce et des dlations Ex-
trieures, engager des pour-
parlers avec la Lgation Amri-
caine pour faire diminuer les
droits d'importation sur les ma-
tires premires utilis.es par les
cordonniers, tailleurs, selliers,
chapehers,etc.( Il lit une liste
d articles )
Le suaieur Nau appuie celte
rsolution qui est vole par le
Snat.
Le snateur Zphyr in dpose
aussi une rsolution par laq telle
il demande au Snat lo d'attirer
l'atlenlion du Secrtaire d'Etal
sur les laits mensongers conte-
nus dans le rapport du Con-
seiller financier, 2o qu'il y op-
pose un dein'iiti lo met et 3j
que (oue pubiiedon d- ce
genre soit pralablement com-
munique au gouvernement.
Le snateur Hudicourt : Je
crois quil est d'absolue ncessi-
t que le Snat lulei vienne pour
laue une mise au poinl. L>-
Louseiller financier adresse uu
rapport au Secrtaire d Liai des
l.ta s-1 n;s cl c< lui des fi-
nances.Je n'ai aucun doute pour
penser comme le snateur Z-
phyrin que les informations ten-
dancieuses contenues dans ces
i apports n'aient inlluenc le se-
crtaire d'Etat amricain pour
le porter taire la dclaration
que vous savez. Le Conseiller
financier discrdite le pays
l'tranger. C'est une tendance
mchante contre la Nation.Cela
cache uu dessein, c'est pour
qu'on dise : Nous ne pouvons
vacuer le pays, puisqu'il est en
proie des dsordres. C'est un
mensonge. Le Chef de la Gen-
darmerie lui-mme l'a dmenti
dans son rapport. ( Il le cite ),
Nous ue pouvons tolier un
pareil tat de choses. Il nous
laul protester nergiquement
contre de tels laits et en t m p-
cher le retour. Ces actes soi t
nuisibles el ses rapports sont
rdigs, non pas pour nous,Ha-
tiens, mais ad usum Delphi ni II
importe que les membres du
gouvernement iasstctd s obser-
vations sur ces rapports mal-
veillants et le prjudice caus
celte malheureuse Rpublique
do.l tre repaie.
La rsolution Zphyrin est
adopte. Puis la sance est la-
ve.
... veil qu'on n'a pis eu cette
semaine de pages du Carnet
dun provincial. Le succs des
deux premires dans le monda
des g ns de gol el des hommes
politiques vraiment pslriotes
r urait-ilI effray le trop tuodesle
et trs judicieux provincial?
... voit que c'est avec le m-
me plaisir que sous l'clat du
aoleil ou sous l'averse la pins
drue et la plus lorte, on vous
sert votre gazolina la pompe
de M. Faux G. DirUMV. rue
Dcstouclies, tout prs de la
Glacire.
... voil que par ces temps d'o-
rage eaeo plein t passent, le
sair, quelques souffles d hiver,
rien ne vaut un bon punch
pour s'chauffer. Et ce punch est
d'ordinaire plus dlicieux s'il
est fait avec le dlic>eui et c-
lbre Rhum Barbantourt.
*
a
... a vu, hier malin, uu hom-
me dsespr II criait par U
rue, l'ahurissement des pis-
sants, quil en avait assez de
souffrir... Il av il faim... Rien
manger. Depuis des jours d-
j .. <> ne pouvait continuer...
Une femme du peuple rsuma
T impression gnrale :
Il n'a rien, il doit le crier J
Echos
En vue de se rendre compte
de l'importance des dommages,
par suite des rcentes inonda-
lions, dans la lgion de l'Arti-
benite, et d'envisager les me-
sures paur venir en aide
aax populations atteintes, une
commission a t farine avec
les personnalits suivantes : le
Doyen du tribunal de 1re Ins-
tance de St. Marc, le Commis-
saire du gouvernement, le Pr-
fet, le Magistrat Communal, le
! Cur, le etiet du Service d'Hy-
gine, le Capitaine de la Garde
dilati,
Cette commission s'est ren-
due sur les lieux.

*
On annonce des changements
dans le personnel du Dparle-
ment de rinstrnetion Publique.
M. llfrad Viau serait nomm
Chel de D vision en remplace-
ment de M.Paul Douchereau ;
M. le Dr V. Bouchereau rem-
lace M Viau a la direction de
Enseignement; M Henri Large
remplace M. Duracin Vavid
toujours la direction de l'En-
seignement. Et M. Vaval est
nomm prol.s-tur au Lyce
National.

Il sa dit que M. Viau n'a pas
accept lu fonction de Chef de
Division au Dparlement de
l'Instruclion Publique.
Nous avons reu Paillasse n.
Nos. 4 el f>, de la srie des pu-
blications Auguste Magloire.
Paillasse s'amuse et rit de tant
el de tous ; le parlement, la
presse, le monde. Parcea temps
tristes sa compagnie est dsi-
rable...
r
NOUVELLES
Notre correspondant nensin-
forme que M. Mario Gnerra,
directeur de El Diario, prio-
dique de SantiagaEl Caballeros,
ainsi que les rdacteare et lea
i." pograph s de ce journal, ont
' arrts et emprisonns. Ils
sent accuss d'avoir imprim le
man'f'Ste rvolutionnaire du
Gnral Desidario Arias.
Prochainement, nous met-
trons e docament sous les yenx
de nos lecteurs.


PAGEItt
LEfcMATIN 9i;Juillct:<931
tKCtM
IL FAUT TRE
Nous nvionr dit plus d'une
lois que le moment est grave,
que la situation Irise le tragi-
que.
Que faut-il taire ? Quel est le
remde cet lut de Comment !'; ppl;quer, ce re-
mde ?
D'un ct!- l'Amricain ; I"
l'autre, le Gouvernement et le
Lgislatif.
L'Amricain a son program-
me ; il dlient notre pays ; avec
la force, il a notre finance, il
fait ce qu'il vent.
L'Iliiiien rsl divis ; il-.'inju-
rie ; il s'insulic pour rien.Ve-
nt en corps, il s'oublie II oublie
que le Pays >st sien, qu'il doit
le dlend:e ; il ignore que sa
manire de comprendre la vie,
la politique et la civilisation ne
rpond point la conduite
qu'il prend.
On doit H rai peler que les
bruits de l'anne dernire d-
viaient a boufir a la liquidation
des quinze annes de l'occupa-
tion civile et militaire des Etait-
Unis d'Amrique du Nord ; par
consquent colui qui triomphe-
rait de ces luttes, de ces bniits
aurait une mission remplir:
Liquider celle situation.
Mr Stuio Vincent ayant ob-
tenu la majorit du suflrage.
devient le liquidateur de tous
les intrts majeurs de la na-
tion.
Un Gouvernement de liqui-
dation est un gouvernement
dont la situation est trs dli-
cate ; celle situation est si d-
licate qne le Gouvernement ne
doit compter sur aucune ami-
ti, aucun dvouement, parce
que tout le monde est press,
trs press. Personne n'envi-
sage (Intrt gnral ; l'intrt
fi.-iMu ulier devient, le seul but
a seule fin.
Or, la dlicatesse de cetic si-
tuation saute aux yeux des
moins clairvoyants.
Si la liquidation, qui lui est
impose,est bien laite, il lui laut
un long temps pour avoir le
firix de son travail, c'est- dire
a sympathie de la nation.
Mr V.ncenl, dans une situa-
tion pare.Ile, doit envisager les
hauts intrts de 'a Patrie
sans tenir compte des ftiits par-
ticuliers.
Sps aefes doivent !re en
harmonie avec la mission qu'il
remplit. Amis,ennemi>", parents,
il n'en a pas. Son Gouverne-
ment est pareil m qui est en liquidation : Chacun
pour soi.
Four que la liquidation si
faile selon le voeu national, il
importe que les dent branches
du Corps Lgislatif scr.terdenl
avec lui,
Mr Vinrent ne sera pus U seul
responsable d'une mauvaise li-
quidation, les dputes tt les
snateurs aussi.
Que ions cet dtordret, que
toutes ces farces cessent. Que
le Prsident de le Rpublique
et le Corps Lgitlttil le don-
nent ensemble un programme.
De ce programme labor en-
semble, la liquidation sera en-
visage avec plus de cur,plus
de conscience.
L'amricain, se trouvant en
rsenre d'hommes raisonn-
tes, rflchit et penseurs, en
visageia, lui aussi, lu quesion
autrement.
Le Fays, la nation hatienn a
rclame du Prsident de la R-
publique et du Corps-Lgiste-
lit une entente loyale, sincre
et franche par l'laboration
d'un programme gnral de
dsoccupation et d'conome
Iiolitique. Ce programme lan!
a consquence de l'entente de
tous, amnera la patience et la
confiance.
LAVENTURE
FOIE. REINS, VESSIE
KINHi
S* BIT WMAT
erisM pu la
KITINE
MMM fil Mm hl feol.ur
aMMM M iriwm m OmiuI i hM mtIum
TOITM MiWlini
TAU 4. ra. *> Uuk. PARIS
\ *'tUD ESPECUULY O*
BY
^lOMWlNFlOURMWS^
* RtftlUI
m ^aiop.aciom tsrtd*1, ^
OKLAHOMACITV J
I MlLL&aEVffTORCffi
I OKUHOMACITXUSA.
I-
*.. MM #...#
HOMELAND
^mEALt^
Poupes Carnaval Gold CerlificaleHomeland
Les meilleures latines et les plus convenables en rapport
au rendement et prix.
J. KARAYANY
*,,
Port-au-Prince,
Anqle Grand'Rue & Rue Prou
nm
umm*-*
CHAMBRES
DES
DPUT
- o
Si.ince du
8julllet 1981
o
Aucun procs verbal n'bjnt
nr, on passe. A ';i Ictue t!
correspondence < ne se rvle
rien de particuiu r.
L'i loi transmise par -le Snat
sur l'importation ('armes et de
munitions a ' envoye nu Co-
mit de l'Intrieur pour etatoer
sur 1rs moddii alions qui y oui
t apportes.
Un rapport du Comit de la
Justice sur la loi mo liftant telle
concernant les olliciers de l'tat
civil t lu par le dput I iou.
Le ta; port sera imprim et (ii*-
tribn pour lre discui a u.ie
pioi haint sance.
Un autre rapport du Comit
des Finances sur la loi Nau con-
cernant les domumes a t lu
par le dput Bel enve. 11 a le
mme sorl que le prcdent.
Un troisime rapport du Co-
mit de la Justice sur la loi con-
cernant la saisie an l.vo.e der-
nirement par la Chambre et
modifie par le Snat, a t lu
par le dput Kdgard Pierre-
I ouis.Le Comit maintient dans
son entire disposition le teite
de*la toi vote par la Chambre.
L'Assemble ndop'.e ce point de
vue en votant les conclusions
du rapport.
'Un rapport du Comil de
1 Instruction Publique lu pir le
dput Vaugues a l envoy
l'impression.
Le dpul Descartes Albert re
met au bureau une liste de
questions expdier au Minis-
tre des Finances afin que celui-
ci puisse se prsenter au sein de
l'Assemble pour y rpondic
une pro h due sance.
l'uis la sance est leve.
Fianailles
Nom avons rryu. avec plaisir
la carie -le fianailles de Made-
moiselle Rcit Jean avec Mon-
sieur Luc Volant.
Nos compliments aux futurs
poux.
LA SAINT-PIERRE
APITION VILLE
Saint Pierre a t ft ma-
gnifiquement dimanche P
tionviIle. Les visiteurs.' celle
occasion, ont l plus nom-
breux que jamais. On pouvait
les voir arriver ds le ven-
dredi soir. Au march c'tait
la folle joie depuis le dbut
de la semaine; et chaque nou-
| velle escouade de musiciens
tenait venir lalaer SI Pierre
devant la porte de l'Eglise;
leur premier concert tat
! pour lui.
Des quatre heures dn ma-
tiu, l'Eglise tait comble, el
chaque nouvelle messe, les
fidles so runissaient nom-
breux A la grand'messe le
lieu saint se trouvait beaucoup
trop petit. Au chur avaient
pris place : le Prsident le la
Rpublique, entour de son
Cabinet presqu'au complet, M.
le Snateur Nau, M. Victor ("au
vin. Dput, ainsi que MM. les
Snateurs et Dputs en ville
giature. Des lves de l'cole
des Frres ont tenu les fidles
sous le charme de leurs voi\
harmonieuses pendant toute
la messe. C'tait un vrai r-
gal de musique. Le R. P. Bru-
ue', avec son talent bien con-
nu, a redit les vertus de Saint
Pierre et a aussi numr les
principaux gestes imiter
dans sa vie.
A l'issue de la crmonie
religieuse, on pouvait faire le
tour, de la place, visiter les
comptoirs [que les dvoues
dames patronnesses avaient
orgauiss pour l'arausemeu
des grands et des petits. Mr
le Prsident tint lui-mme a
en taire l'exprierce et avec
sa simplicit bien connue il
adressa chaque personne un
mot d'encouragemeut el de
bienveillance.
4 partir de dimanche 12
juillet, il y aura a Plionvillo
messes aux heures suivantes:
4 heures 1/2, G et 8 heu es!
Ce sera lout profit pour les
villgiaturistes. Un non point
au dvou car de la l'aroisse,
je Rvrend Pre Huck.
' LE PRESIDENT VINCENT
A PRIS LA NOBLE DCI-
SION DE SECOURIR LES
o
Suivant une dpche du Pr-
sident Vincent en date du 17
juin coul et ainsi ennoe:
RPrlet Cap-Hatien. Ds la
prsente reue, tormez et pr
sidez un Comit compos du
Prsident Commission Commu
nale. Colonel de la G-rde
d'Ha i, Cur, (;o'nm:ssaire du
Gouvernement, Doyen Tribu-
nal, Inspecteur des Ecoles
i-hel Service d Hygine pour
aprs confrence me faire con
iiiiitre d'urgence et par dpche
tendue dsastre endroi's les
plus prouvs et nature de se
cours a envoyer Prsident
d'Hati, M. le Snateur Charles
/iiunir, le Colonel Fegaa de la
Garde d'Hati, le Prsident del
Commission Commun.-.le M. Ar-
thur Petit, le Doyen du Tribu-
nal de Premire Instance, M.
Marceau Lecorps, le Commis-
saire du Gouvernement, Mon-
sieur Thophile Richard, le Cu-
r de la Paroisse, le Rvrend
Pre Ferl, le Directeur de l'H-
pial Juslinien, M. le Dr Lane
et sen employ suprieur M.
Georges Laroche, 1 Inspecteur
des Ecoles, M. Emmanuel Vil-
lard et notre Directeur, M. C
Bissainthe comme journaliste,
se sont ranis au loca de la
Prfecture sous la prsidence
du Prlel Joseph Raphal Nol
assis de son secrtaire M. Fr-
dric Magny pour statuer sur
les premires mesures suscep-
tibles de satisfaire le noble dsir
prsidentiel.
Aprs une dilibialioo du
Comit sur la rfection i rain
diale des roules et las secours
en argent utiles aux populations
du Nord victimes des dernires
inondations la dpch i ci-des-
sous a l expdie au Chef de
lEtal :
tCep 1er juillet 11)31, Son
Excellence Prsident de la R-
publique, Palais National, Port.
au-Pnnce. Couronnement d
pche 27 juin Comit form a
d'AlpbootJ
CE soin
FRQMONT JEUNE & RISLER A|N t
: uaudet. 1er -ivre uvec Henry Krau.s Jeta An*
Mlle Ptrlsis Fleury. Entre : 0,50.
travaill ce malin et dcid se-
cours argent envoyer aux po-
pulations Borgne, Porl-Margot,
Limbe, Pilt*, Dondon en at-
tendant travaux de roules el en-
digueni ut rivires. Rapport d-
taill suit.
Pour le Comit Ce Prsi-
den1 .1 )seph Raphni Nol, Pr-
let."
Nous remercions infiniment
le Prsid -ni Vincent d'avoir pen-
ch sou coeur vsrs les souftraa
ces de nos sinistrs du Nord
Ce geste re hi' qu'augmenter
notre dette de recoanaissance i
son endroit.
.'.D'aprs nos renseignements
20.000 gourdes pourront tre
distribues aux populations
prouves de ce Dpartement.
(Les Annales Capoises).
M. JOSEPH
Dcs
Est dcde hier matin B-
rnice Josaphat dont les fu-
nrailles ont lieu ce malin en
l'Eglise Sainte-Aune.
Nos condolances a ta
mre, Mr et Mme Christian
Coicou, Clment Avin el Lon
Raymond.

Mardi ont eu lien en l'E-
glise Sle-Anne, let tuuraillet
de notre artiste hatien
Edouard Goldmann, dcd
l'ge de 68 ans.
Nos sincres condolances
aux parents du regrett d-
funt.
Nous prenons plaisir \
due cet entrefilet da jou
Capots La Citadelle dt\
juin 1931 qui prouve fttf
trairement a tix accusait
fantaisistes lances du liasi
\ lu tribune de la Chamhn
Dputs la conduite de
Joseph Carre comme colle
de la douane de bwt LU
t irrprochable.
Monsieur Joseph
est rentr | Port-au-I
et aprs une enqute
nons avons mene et
tains renseignements |ar
de Port-Libertjil laisse I
conp de regrets dans
loalit. On sait dj la
de sa dmission pour
nous y revenions.Maint
comme il laut rendre i
sar ce qui est Csar,
devont dire qn'tu cour*]
son pasaage It douane^
t Fort-Libert, comme
j tcur, il t tgi en bon
'Aussi lui donnons nous
. des dclarations qu'il
i nous taire et que
avons dj publies sur?
numro de Journal.
C^MdOI
"^PASTILLES *v'
HI RATON
i MbaMMfe CMATiU-eUVO.V
Uf douar ait
KTHOOE CYTOPHYLACTIOU;!
OU PROFESSEUR P. oCL,fLl
DELBIASjl
Comprime aux Mil hlf*
MAQNtSIUW
HOnninM dani ta* **
% PHOJTATI .
PRVEMTIFm CAAtf'l
Le Hliuiu Barhncourt
Dont it penotitMt et tiaTrteiie a gart a prtDtirt pice
Denumdes partent :
UN BARBANCOURT
t+poriRut defCetit


LE MATIN 9 Juillet 1931

zilS rr/ Tr/!
&J7>
::^-''
. COSAV -MilSSB & ,C. .
Agents generau* -: .:'"/
3J;5 .Rus FicT.ts Forts '&.
Port m* Pi'tr.os : Kaiti.*

Ha- il Lkmoine :
Sous-Agen'.sCp Ha irn
L'OUTlUvVUK GUlMEf el lones le Tinlnri 6UIMET le plus univ s llement rp"""ti f! rmnnl plq* ?" rende-
ment, ont p1' s p:r ItinVs et p itO'rMll ?ux l'"tf ' *oil h ni p re
blii( li-nr V "< iRe, 'O'I on cbd vif. franc, ind ''>'!i ht >
i'Ot'TRE-MERrfrnfliie1 e' o e invention dp J. R. GU'MET.
Nu'iiiszque l'Ind'go GUeMET pone ' o< IcscIVe*. ci. poar
ie:ni!re vos ehs s- u m " fl s on raviver vos ; ft d* oi*,
de laine, de co on,-- (i ni nd I 1 iaviver.
Les Tinlures se vendent A Pot I- u Prit r ih z Wa'le lare I r-
lo, Mine Th -.c Mao'*s, lei D. i\ o *ell< 8 \7-l i<\. P#iif-
Gcve, rh'z S virtieu Marlir, Sain'-Marc, th'i CNroenl Pi
pa H. an Cap Bai'ier, H <>u! U moite.
LINDIGO pour le blancntasag : PaMont.
Dpurez mm Sang
parla
CUROMAL
* "| Ml (mr 1. U alirrlr Wtataw, dont 11 n'a pu m dbarrasser. e
*J*MpivM( traiLiUoni an lmtaliuna axts-
"wms. an bobos, ai dsasgrMblss, si doulou-
J*MMlli doua, furoncle*, bouton unx
**"Malonj Insupportable G* a inl snii*
JJ* >(JJa, Ua tuinaiiri al lai (Ibrftmss f|(B
"^SWltlurun organisme smpolaonc p P*nrrs,M*maiii | ar une e ireau Ouroni L
" ntidiaaUon U plus simpl*. )a :*
ESI il ta plua sctsnlln<|us, cjul util! las
*J"J o plua I-- SI plant sonnuss .!- ns
{M'Mdaamedacina da lanU<|uit. mais d^nt
"W Onuit), plutrmaciMi a, par Ja* pro-
*^P niodarnaa runi les suss dans une lof-
uiequl lui a sortis des annsss daxparioars*
i 5""' ^ sucs* s couronne se ellorn,
i H Csjomal Kuarit Isa matadiea 4e la pe.iu,
"nus, dartres, psoriasis, c'^Mnirsafs'ins,
[Wurs, fsronrlsi, boutPJS, rl9r, dOQ-
< Tsntre, hg ariiiqu.
J g"M wn>innl S.m CUFOSAt
tJS? P*** "" < amt'Htra SUBsMMS
"Vl.assim |,h. n,mM -- f,immt iwr
rgJ
''.aM phonnnl
*ri),IkarawalfB. Isfcsiasaisl Au fOi^ne,
, LTN-OI'IXIW i r,...... ,
J for u rrinw : Pliarmad* BUOB. -
Elixir 777
Extrait fluide de sept plan
tes a mres, fbrifuges, eonte
n:mt des traces de mthylar-
sinate de ter.
La prparation la plus effi-
cace, la plus ralionnelle.pour
comtattre les fivres, les re-
troidissemei!ts,les pertes d ap
petit, etc.
Le flacon : 2 gourdes.
Pharmacie I efranc Chevallier
Laine, vis -vis du Kiosque
Postal.
Aux Cuves: IrandRuc.
Hamburg Amerika Linie
Le steamer Amassia ve-
nant de l'Europe sera ici vers
if 11 courant en toute peur
Santiago de Cuba. Kingston et
Curaao, prenant fret et pas-
sagers.
KELNBOLD&Co, Agents.
Cin-Taldy
La pluie ayant contraria la reprtenimion de mardi,
CI SOI H
le Calvaire crime Mre
( LA l'OCHAKDE )
5e et tie pisode*.
Entie : 0.50 ; Balcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
SUT demande :
La Hue vers l'Or
Avec. Ctt*rllf Chaplin,
Bfre : 0,50 ; Balcon : 1.00.
Les figures gaies
- -dmontrent que
le repasseur
amliore la barbe
Une barbe suave cre des sou-
rires lieureux sur des millions de
figures dans le tnoude. Lit burlie
laite avec le Valet est la meilleure
de t ules. Le rasoir Valet ne r-
clame |lis beaucoup d'elorl pour
se raser avec propret et rapidit
suis la moindre secousse".
L'; cier du Valet est tremp sp-
cialemeul pour accepter un nou-
vtau lile.Aprs l'avir repasse,la
lame Valet se renouvelle plusieurs
luis eu usant les dispositifs du re-
p.sseur Valet qui l'ait partie int-
grante du rasoir Valet.
Faites l'acquisition d'un paquet
de laines et d'un rasoir Valet si
vous n'en avez pas encore un. Eu
Tente partout prix modique.
RASOIR DE;
Distributeurs :
Mohr & Lan ri n
P. 0. BOX M Poil auPiinee. Hati.
Les
Meilleurs
Pour Hbs
+
parce qu'ils sont digrs faci-
lement; l'amidon est dj
crase parce qu'elle a t
CUITE SANS FEU
AU MOULIN -PENDANT 12 HEURES
Flocons m'A verni 3 Minutes
r.;*-.
MkaM*. tmm-.sam
uxtmf
m\mm mm xfm
*
ii
les examers du Certifie il
d'Etudes pria aires oui nr's
fin la emai ne demie e, le 27
juin, sous la prsidence r'e M.
riiisptcleur I-elx Ma'( ire.
Ils ont donn les lsultats
suivan s :
1er Jury de gar901 | l-
si: par Mr le Sous Inspec-
teiir Samuel Deviens ;'j3 l
V( s ad mil sur 'M\ inst rite.
2me Iihv de garons pr
sid par Mr M Luventuie:
.'18 l rs admis sur .'S
lerJuryde tillrs prsida par
Mr le Sous Inapecli ur C.le-
mnl Poilu 1:92 lves admises
sur i)(i
2me lut y de filles prsid
par Mr le sous Inspecteur
Paul Te'maque: SJ admises
vi.i 95.
Soil au total 237 candidats
les devx sexes almis sur
26 inscrits.
De tels cbifircs montrent
retendue de la besogl v de
l'Inspectioii scclaiie et des
membrea des divers Jurys
d'examens.
Nous ne pouvons que fli-
citer tous ceux-l qui se con-
sacrent avec tant de dvoue-
ment I uvre de lducaliou
de la jeunesse haitienne.
Ces mmes chiites nous
procurent l'occasion de cons-
tater que le local Jel'Inspec
tiou scolaire est absolument
inadquat aujoatdbui. Il est
d.* tonte nces i qu'on lui
atlecte un autre local, par
exemple uue partie de l'di-
fice rcemment construit sur
la place de la Cathdrale.
Lundi commenceront
Ptionville les examen? du
certifteat d Etudes piimaiies
pour les coles de Ptionville
et eie la Croix des Bouquets.
Le Jury sera prsid par le
Sous Inspecteur CL Pot bel.
DQ mill.*n et dm militer.
^ dniante et d'adulte* re-
innailluM tt. Ie jours que
I huila de .: d morue mul-
ioae est le manire la plue
agreb' d'obtenir les Wieniaits
pour le tent de cette nourriture
tonifiante eKentieile.
i'Emulsion Scott
eet de l'huile de (oie de morue
pure 4s*ulek>nne, c'eet-e-dire
Su elle eet prpare pour une
itfeetion facile. Aprs tout,
c est ce que vous ou votre en-
fant digres le plus facilement
qui voua procure le* meilleurs
rsultais.
Donc,, OMeres-votM que l'haut
de ton de morse empioye dan
Porre famillt fit emtW- "
Jfnjt, Pw I'EMUL-
SION SCOTT-c'mt la
plu agrable. __
Nachetezpas
Parce onec'etl Paal B AIMI.A;
mais acheU / chez Paul K.
Auxila par ccque vous ies
mieux Servi en amabilit,
qnaiit.pi ix etc. Auss-LV votre
chque empoch, vite, a'Iez
pteodre quelques aunes de
Drill union blanc, ou de
Inaotoofl fil cl colon, o'i de
Tussor laine el coton, ou
dt Tussor de soie, ou de la
Flanelle blanche pour panta-
lons ou da beau Casimir
pour coslumcs.
"%*>-
M*- *~f-
I

- l
s SPHINX. Revue m* usuelle
des questions rcrulives.
Directeur:Mr Kratchik.Agt
g l'Universit de Bruxelles.
Administration : 75. rue
Philippe Baucq. Bruxelles'
Abonnement : !'() francs ;
tranger; 40 fres.Le nu.tro :
3 fres.
* Le No 7 de cette revue vient
de paratre. Il contient 16
pages qu'on lit avec un intr t
croissant et sans nuiletatigue.
SOMMAIRE Le Caucoe-
mar d un juge. Madame se
iaieuc.it. Calendrier futur.
Le ruban ensorcel. Le pro-
blme des Heines.Concours
spcial du Sphioi. Probl
mes rsoudre. La page
du r lg Le jeu des nom-
bres croiss. Problme.
Fantaisie. Fantaisie ebiqu-
enne, Bibliographie. Corres-
pondance du Sphinx.
VENTE A LENGAN
Fn vertu d'un ordre du Col-
lecteur de la Douane de Por
au-P-ince. il sein procd, le
jeudi 8 juillel 1831. 10 hrs
du matin, la vente a lac IM
publique '
1 automobile Packird.
t'ette xente se fera devant
la halle No 1 del dooanede
Portait Prince, ct Nord Est.
et l'automobile sera livre a
l'acbeb ur au lieu et dans l'tat
o elle se trouve.
En VtftH "un on,re Collecteur de la douane de
Portail Prime.il sera prcde,
le jeudi i> II.'*1 U,:U' a J
hautes du matia, Inveit a
la crie publique :
1 automobile Buick modle
1928.
Celte vente se fera au ta-
rage Colone.rue des Casernes,
et l'automobile sera livre
l'acheteurau lieu et da OS l'tat
o elle se trouve.
St Germain CHAMPAGNE,
Eovauteur pubjic

I
La Solidarit
La pluie nvanl contrari [
runion de lA&semble 0n"
raie du ."> Juillet, elle asl don
fixe pour le diipanehe 12 juillet
courant, avec le mme oadra
du jour, au local de l'Associa-
tion, rue de i Ltderiement. ct
de l'Hospice Saint Franois de
Sales.
wmm ggggp bb jggff!
Une des plusiortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
LLG. Le BOSSE & Co.
Aaents Gnraux
K
mWm %' mmmWmWk^>aA%mWmmm1mWmmmVmJ stBl
I Toutes les Polices
DE LA
l'taB '!(). t-l'f. .^O lH <%1 aPa Iiff
SI J lit Ils il i MH'
Icomprennent la Protection contre la g
Foudre sans auamcnlation de taux
m
.LeBoss
Aqents Gnraux


Jeudi
9 Juillet 1931
Le Matin
25eme ANNEE N7il5
tii
ripiio I
4 PAJE8
T^^JXs*.
.*rx:ti*
.'MU>-
Panama Railroad Stamship Linc
Service de frl el de passaqers en lie
plus rapide et plus ditect service de transport de passagers etdu tr entie ll;;.i
et les portsLuropens via New-Yod et Cristobal, Canal Zone, Islhnij de I anama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Kcosse Franco
Mrs. G. W. SHELDON km 17 James Street, Liverpool, ca-gi \np
Tlie followiogjarf o'ir Agents al iriuri(uil poils iu Europe l
ENGLANU, SCOILaND, FRANCE.
Messrs G. \V, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpocl, En glas
lu rauce# Mettra G. W. Sheldon & Co. are repre.v.nted.Jby the t.Ilowmg lirai
Votre premire visite
A
Avis
Nous donnera raison, roi fumera votre bon jugement et
justifiera h confiance) que vous neui aurtz accorde en
nous garantissant ?o4f appr iblt patronage l'Htel le
plus sltcl do Port-aU'Priuce.
Nous vous suggrons dariier votre eha mhre l'avjote
Bire la pression.
Abonni ?. vous \mj ^
Peuple), le plus gumd quoti.
i Frauce de di ctri
' (I ii'l )Mi :,t )n<
I ii rn'il iudci nidant, le p n'j
l >rt lirs'g', le nu i.kiir ma
h el uni rvle toi s |(j
dessous d ; la politique.
S'adresser j Mr. >. i-. Lisgjjjj
Seal rej iw-uiura pJur
Hati.
Etranger : G noh 83 frj
1 !) 150
n -111
Il ir
u m
S
(l.KLATI.Y HesKKY & C'%
21 Hue de la la Rpublique
Marscilles.
Hernn IVmn & Co. L'd.
"i Quai George V.
I Livre.
Htrnu Prou & Co, Ltd,
Hue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs. A. Bkndix & \*
21 A:lrng;ide. Copenhague.
Oslo, Nohway.
Intel national
Spedilions elkap Oslo.
^MM. Allantic Preighl Coron
Itallinhiius, llambuig 1.
Germa ay.
Messis Atlantic Fieight
Corporation
Gi rmany
Messrs Allantic Fieinght
Corp'n.,
21 Qoal Jordaens,
Antwerps. 13cliura.
Hehn Praoa & Cle LU
86 Hue des Maris,
Paris.
IIkiinu Peron & Co Ltd.,
; Hue,' de Tranqnilit^J
r Du: kei.jue/*
HiitNu Peron&^Co Ltd.,
9 Hue Hoy,
Bordeaux.
JJGenoe, It.vly
Messrs Henry Coe & Clbrici
PlAZZA S.Mattko.No 15Genop
COTTBNBORO. SWBDlM.
Nordisk Express,
Coiheoburg,
Messrs Atlantic Freight
Corp'n.
Kon Fmm.ip ein
:.", Holterdain Hollande
Messsr Steimann8 Co
. PLAGE) DESSALNES
G tl chic. Restaurant
de prenier choix o l'on
trouve toute heure ls
co i iso i ri ma I io ns les p I u sd -
licates.
Sandwiehes sans pareils.
fthaogameiit il'ad essa
l.c salon l r > ffi /,- j/J
Sarchse Tumpsou es! IninsfM
./, lu /;/.' tirs Mii\;vl s ,' la ruA
iln Hiagasin lu Boulangerie Peecaye.
M ; en- r enzo i u l:n*J
\[: et Mine Viuceut '.a i lin j
v el Mme \*> '.iz > S uj
l lo is Ici autres paren's et]
illi s i . ni la Pre |,J
Colonia I ilienne et lo u |,||
.unis do I t C'pit e et lo J
iro ( il- ,u ir j ie i\
lyrapilh e p >n la p -rte r H
1: qu'ils viennent d'pro ur|
a is la mort de :
Il u Crene'oza (iaiiliun
ne Pasqualine Gallucio
pouse, mre, gia id'.urcj
l)elle-mie. enleve s \e\a\
afteciion le 2J jtiu dernier i|
M iplen ( Italie ).
Ils les prienl de Ir iuv : ici|
e p lss on mue de leur arc
l ).i ie gratiiu !o,
La grande
liquidation
Relle it complte du Ma-
gasin de Vincent CREIDY
Continue
Consultez ces listes de prix
dans notre dition des 4 et
7 juin courant.
Accourez vite avant qu'il ne
soit trop tard.
tiik if 10 im>; iibwui suor
Harry R. K.ney Prop.
1319, Grand'Hue,
Poil-Hii-I'rince, Haili.
Piione: A 3488
Automobile General Repaire
tuli aniMV \olrc lulir diinloiuoltilc
Aprs V2 annes (fEiprieaefl
en Vilcanisalion de tutus et
pneus nous vous garantisse) is
une srieuse rparation.
LISEZ CETTE LISTE:
Touriig Car front
la 7|20 Bail
1 punelu'e Or 0.1 >
Eachpuncture Ihereafer
Valve bise
Vjlve inslaule \
Valve new
Valve insiiles
1LOWOUTS
1 iach long
Ktch inli ili-reifter
Joints repaired par inch
TrncL from
:>" la 10'
1 puncluie
Bach pnnc'ure Iberaatler 0 10
Valve basa 0 50
Valve iuslau'e i
Valve new stra^hl
Valve new olhel
BLOWOUTS
1 in< k lon{
Each inch Hieraiiler
Joiats repaired per inch
Kimaaina Tires
Tnrig Car any lxe
frutk -Ta 32x0
Truck ail larger sues
Fabrique Hatienne
de Chapeaux]
Marcelin Mariniez & Co
_
Colombian
Sleamship
Company M
L'INDIGNE
Grand Rue No 2 I 04

BIRE NATIONALE
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
l/-v \rt\rfrt m'I MI'O C'1 i\ I l'A I I O durant pour Cap llailied
te vei i e uianiio ^u .juann- ; ,, ..,,lki
suurieure.
Protuez votre DOcho et
votre sant en la buvant
toujours.
Le sleami i -H: Uvm ayant!
ijuil i- N w %' )i k \ tV'Irnlif
4

10 courant en route te aiuJ
p oui K s poris de ia G>|
hic. anal Zone, i [c-,|Uj
liant I et el passagers.
N s u:.miles es arrivent
c iffl
i 'lu, lundi d
HMMBM
0 0".
0 23
0.20
n 3:j
0.10
0 10
0 O
O.l
0 20
0
-
J
m*T
X
>r$
o 40
o 80
100
0 20
0 10
O.lo
0 20
0.50
100
Chapeani varis pour hommes f m mes et enlaots I l>i
qus par des mains lialieunes et avec de la pailla di
pays.
Faites une vis te L'iodifl e>.
Hoval Mail SteamPackt C
Le steamer Gaboon venant de Londres, Kmgslot. et le^
ports du Sud, est attendu ici le 18 juillet, paitanl le mme
jour via lis ports du Nord pour le Havre, Anvers, Lon
dres.
I. J. BI..IO,
Agent Gnral
Tlphoue, No 2911
,i m une el sont ;': !:i 111>uoa]
lion de nos clients,
poi i au princf.le t> jollet 1(
Colombinv Sleamsh.p (.<> l
GLIi.RA&Co., \$
c&y I
ASSUREZ-VOUS
la
(eneral Accideni Pire & Lify
Assurance Corporation Ltd.
de Perth UhoU / *
Lar la GENERAL est une des plus missanteset d ;.ni:al'0ll
ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur soi cha Dp d ai m |'i emh.-assa
monde j ,,
Sea Polices contre incendie couvrent aussi les dg&h i;i " .
Ses Polices pour Automobiles couvrent !s. incend dpme, domiaa^i
cfliisk & autiui dans sa personne < is. L.
"Ses Polices Mar n:: i [>ar se d I; l payable! i
SwPolicea cnu'n accidents ?onl vabbli ... l'uiiv" < lier. Tor.s |
turti devraient uanc pu picaution di munit tecontreac<
d'au nuira 4000 dollars, la '\>v\n:e annuelle n cl nlqMile 1/2/. sr.il 20 dollars L. j
Veuve F. liEHMING! I vM, Aoxivej
sou5 '.fiNrb
>*M*'wmmr"m
MMriWj
i' C
*".
'. !',li '.
J . LA,\CiiLj J iie

Mosaque Hatiennes
Cvirlier- oaleoranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1221
^lphone : 268^
_,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs