Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03657
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 4, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03657

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
itftL RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N-2242

Si tu assurM un rle
qui soit au-dessus de
tes forces, tu le joues
i al. et tu abandonne*
celui que tu pourrai
rempli** avec distinc-
tion.
EPI-TiTE
25aie ANNEE N 74)2
PORT-AU-PRINCE ( 1IAMI )
talMBn 4 JTILLET 103
;.,..;r-rr;-____'___l_ ..v.jsl.
Question l'Ordre du Jour
Suite ht Fin. ( loir le numro d'hier)
On pourrait argumenter du | Art. 1m. Quiconque,
contraire par suite d'une er- soit par des discours, des cris
reur de chiffre qui se trouve ou menaces, profrs dans
11 '' '" des li soit par des crits, des impri-
ms, des dessins, des gravu-
res, des peintures ou embl-
mes, vendus ou distribus
mis eu vente eu exposs dans
des lieux ou runions pu-
blics, soit par des placards
ou afnYhes, exposs au re-
gard du public, aura provo-
qu 1 auteur ou les auteurs de
toute action qualifie crime
ou dlit la commettre sera
rput complice et puni comme
tel
Art. 2. Quicouque, par
l'un des moyens noncs en
l'article 1er, aura provoqu
commettre un ou plusieurs
crimes,Siins que la dite pro-
vocation ait t suivie d'effets,
sera puni d'un emprisonne-
ment qui ne pourra t>e de
moine de trois mois ni excder
cinq annes, et d'une amende
-lans le prambule de la loi
4 Aot 1924.
Eo eflet, la loi porte ce qui
suit :
{Vu les articles 2 57 et aui-
TaDts.77,2l7et218duc.p.
Mais 1 art. 2 de cette loi d
Iroit cette erreur et fait voir
avec vidence qu'il s'agit plu-
tt de l'art. 78 et non de I ar-
ticle 77, parce que la dispo-
sition de ce dernier texte ne
lait que dfinir le mot
armes. Cette disposition,
d'ailleurs non abroge ri mo- [
difie pir aucune loi post-
rieure, est et demeuie tu
gurur.
VI-
la
le
lui
s Cftnd considrant de
de 1924 lentorce notre
opinion sur ce point et fait
voir clairement qu'il s'agit de
rglera mter, comme elle a el
lectivemeut rglement les
eus prvus et punis par l'arti-
cle 78 lu c. p. En efct, dans qui ne pourra cire au-dessous
ce Considrant il est question i de cinquunte francs ni excder
de re'dre compatibles l'in- six mil'efrancs
tdipei lance et la seuiilde
laPr-.se avec les exigences
del paix publique etl'exis-
tence des Institutions natio
miles i.
F.j loi du 9 Septembre 1835
aggrava sur plusieurs points
la loi du 17 Mai 1119.
Le dcret du 6 Mars 184S
abrogea 1.1 loi du 9 Septembre
I835el remit eu vigueur les
articles 1 et 2 de la loi du 17
Mai 1819
Le premier cas, dit Bluuche,
forme l'tat actuel de la lgis-
C F. de 1835 en ses articles 2.1 lation lorsque la provocation
57 et suivants, 78, 217 et 218. commettre un ou plusieurs
Donc il est taux de soute- crimes a t suivie d'effets.
nir, aprs cette dmontra- Quant au second cas, celui
lion, que c'est la loi spciale o la provocation n'a p >s t
ur la Presse idu 15 Dcem- suivie d'effet, la loi franaise
La loi do 5 Aot 1924, qui
est une loi spciale, a eu pour .
but de rglementer des us
dj prvus, non par la loi
sur la Presse du lu Dcem- J
bre 1922. mais plutt par le,
bre 19.2, modifie par les lois
des 23 Janvier, 27 Juin et 6
Juillet 1923 et par celle du 18
Juin 1924, qui est venue.
abroger l'art. /8 du c. p. in vo-
le Ministre Public
de 1819 a t modifie par la
loi des 27 Fvrier 2 Mars
1858
Cet tat de la lgislation en
France a t successivement
modifi par le dcret Ju 24
que par
prs le Tribunal de Premire Octobre 1870 qui a abrog la
Instance de Port-au-Prince' loi du 27 Fvrier 1858 et, en
pour mettit l'aciiou publique dernier lieu, par la loi du 29
en mouvement contre les Di-
recteurs et Administrateurs
du journal La Raction.
Nous rptons et affirmons
que c'est la loi du 4 Aot 1924
Juillet 1881 sur la Presse.
Ce qui est vrai en France, a
savoir que dans le dernier tat
du Droit, c'est la loi sur la
presse qui a dfinitivement
en son art. 3 ci-dessus repro- abrog l'article 102 du c. p.
duit oui rgit actuellement le franc is, correspondant no-
us de ^provocation directe, tre article 78, ne peut se sou-
par crits imprims, veudus tenir chez nous, et pour les
ou distribus, la rvolte ar- raisons ci dessus invoques,
me, qui a motiv la pour-j Donc, en dfinitive, c'est la
fcuite d'office du Ministre Pu-, thse soutenue par le Coni-
blic et oui a servi de fonde-
ment i l'ordonnance de ren-
voi au Correctionnel rendue
par le Juge Elle Lesco:.
Il tant donc dire que le
Gouvernement actuel n a
point manqu sa parole en
missaire du Gouvernement
prs le Tribunal de Premire
Iustance de Port-au-Prince,
savoir qu'il a agi au sujet de
l'infraction reproche aux Di-
recteur et Administra teui.s du
journal La Raction en vertu
se servant de la loi sur la des dispositions de la loi du
Presse contre les auteurs du 4 Aot 1924 abrogeant l'art. 78
dlit rsultant de l'article pu- J du c. p. et qui le remplacent,
>li le 31 Mai 1931 par le c'est cette thse qui contient
lonrnal La Raction.
Le devoir du juriste.comme
celui de l'applicateur de la loi,
st de rechercher strictement
ce qui est la vrit juridique,
abstraction faite des person-
nes en cause.
Notre opinion se fortifie da-
vantage en recourant la
Lgis.ation franaise sur la-
quelle nos diffrents codes ont
t copis. En effet, l'art, 112
do c. p. franais de 1810 cor-
respond au texte de notre ar-
ticle 78 c. p.
L'article du Code Pnal
rinais a subi d'identiques
modifications qu'il est int-
ressant de rapporter.
manche rapporte dans ses
LtudesPratiquessui le Code
rnal Franais, (tomel,
^567 569, No 480), que
{rude 102 fat abrog parla
J> do 17 Mai 1819 et rempla-
EJ. ! articles 1 et 2 de
tue i0l ajnsi conus :
la vrit juridique. Mais les
adversaires de cette thse que
nous approuvons en tous
points nont pas remarqu
que lorsque la loi de 1924 en
son article 7 dispose que les
dlits qu'elle prvoit seront
poursuivis conformment
l'art. 20 de la loi du 27 Juin
1923, modicative de celle du
15 Dcembre 1922 sur la
Presse, elle ne tait que
rappeler que ces dlits devant
tre considrs comme fla-
grants dlits, le Commissaire
du Gouvernement pouvait et
devait mme proc 1er contre
tout dlinquant par la voie de
la citation directe devant le
Tribunal Correctionnel comp-
tent.
Il faut donc J ire,pour faire
ressortir le nouvel tat de
notre lgislation sur le point
que^rglemeniait l'article 78
ue la modification que l'art
de la loi du 4 aot 1924 a
L'Idal
ALIX ROY
1 29 ;ii)nes de succs.
*
HOTEL DEHE1X
pi/nr
FF
KOrr
lodiame, cherchent un repos, Kenskoff 'orW son climat
rgnrateur, ses multiples D om*nndei,excnrl(ifH e ail rac-
lions. >oi pnnMmma grandiose et un dlassement complet
loin des bruils de h ville dans une 'ralc'ieur exquise.
A l'Ho'el ni ennuis, ni tracas de mnage
Se laisser vivre.
Pecon mand par tous les mrlecins.
F'r x trs mode, es Prix trs modr's.
Soulage des maux de lle et de
la nvralgie eu 30 min les.
Arrtez un relroidissement le
premier jour et la malaria en
trois jours.
666 sauve le bb du relroi
dissement.
* r ._-.
CHAMBRE
apporte au C. P. haitieu (art.
78)consistecorrectionualiser
le fait qui auparaxant tait
qualitie.ci nu et puni comme
tel.
CONCLUSION
Notre conclusion, c'est que
ce n'est pas la loi sur la Presse
du ldecembie 1922. modi
fie par les lois des 23 ja -
vier, 27 juin, (i juillet 1923
et pir celle du 18 juin 19j4
qui abroge l'article 78 du C.
P.. Mais bieu la loi du 4 aot
1924, loi d ordre politique,
eu ses articles 2 et 3,tend oit
rendre compatible l'ind-
pendance et la scurit de la
Presse avec les exigeuces de
la paix et de la tranquillit
publiques. Cette loi de 1924
qui a remplac notre article
/S C. P. punit dan* son arti-
cle 2 des infractions com-
mises par d'autres moyens
que par la voie de la presse,
teiles que :cris sditieux, dis-
cours ou menaces profrs
dans des runions ou lieux
publics.
Et cette opinion que nous
soutenons ici est celle qui se
trouve dans notre tude par-
ticulire des intractions pr-
vues et punies par la loi No
4 C. P. C'est bien cette doc-
trine que nous avons ensei-
gne l'Ecole Nationale de
Droit en notre qualit de
Professeur de Droit Pual.
Fait en notre cabiuet.ee 20
juin 1981.
des
DPUTS
Sance du
1" Juillet 1931
c
( SUITE ET FIN )
Voir le No du 3 juillet W'M
Descartes Albert : Il y a a la
Banque de New-York des va-
leur dpose! au compte du
receveur gnral 25 millions qui
sont placs intrt la B ni-
que et le leste subdivis ainsi :
G millions convertis en titre*-, 4
millions, etc Quel est !e montant
des placement en litres A el B
New York ?
Le Ministre :
four la rie A 1 092 000
B 5,0(10,001)
C 302,000
1,725 000
L'E'al h ttien a Intrt A ache-
ter des litres qui lui rapportent
0 o/o d'intrt'.
Descartes Albert Ne. pensez-
vous pas qu'il laut chercher un
autre placement pour ces va-
leurs.
Le Ministre : Nous n'avons
pas intrt le l'an a, nous avons
des rserves.II nous laut des va-
leurs pour parer a toute ve -
loalit L'exercice courant peut
tre en dficit de 5 millions de
gourdes. Il nous faudra couvrir
cette valeur sur nos rserves.
Descartes Albert : Je vous ai
demand des renseignements
dtaills sur ltat du Trsor. Si
vous n'tes pas prt, vous pou-
vez le taire une autre sance.
Je dsire savoir si l'argent
que nous avons New-York ap-
partient au Conseiller financier
ou au Dpartement d'Etat am-
ricain.
Une discussion de chiffres
s'engage entre le Ministre et le
dput Albert.
Descartes ilbert : Je veux sa-
voir si vous avez contrl que
la valeur la Banque de 3 mil-
lions de nickel a t scelle?
Oui, dit le Ministre, a a
t tait par mon prdcesseur.
Descartes Albert : Nous n'a-
vons pas d'argent, dites-vous. Il
y a 10 millions en espces la
Banque de New-York.3 millions
a i- u________J:.: i_____ ______
Georges OC.\LLAGIIAN,
Avocat
Ancien Jnge en Cassation, h Banque d'ici i notre comp-
Protesseur l'Ecole Nationale j te. Cet argent est nous. Nous

de Droit.
N. B. Pour obvier a ce
grave inconvnient de faire
luger par les Tribunaux cri-
minels ou Correctionnels les
intractions prvues et punies
ar les art. 2 et 3 de la loi du
aot 1924, abrogeant l'art.
78* C. P., il faut par une Loi
rtablir la comptence absolue
du jury en toutes matires.
G. O.
avons les Charabres,r.'issemblc3
Nationale, mais que peuvent-ils
taire, si vous de l'Excutil, vous
n'agissez point ?
Je dsire savoir, Monsieur le
Secrtaire d'K'at.s'il y n un con-
trat entre la P. C.S. et l'Etat. Li
P. O. S. es* "une ncessit, s'il y
a une loi, un accord qui pour-
voient ion fonctionnement. Js
dlire le savoir.
Le Ministre La question qui
vient de m'tra pose s'carte
lant soit peu de celles pour i*
Site merveilleux, temprature d'i,ne Irait heur incom-
parable. Chambres e.iiics cl iiau.es de lr> giande pro-
pret avec confort moderne.
FAMEUSE CUISINE FRANAISE
A tous ceux qui, fatigus d'avu'r pein et travaill toute
l'anne dans une rhltanr Mrrideiu qni.'>n,vis p*r If on-
ECOLE ELIE DUBOIS
L'Exposition de (in d'anne
s'ouvrira s-unedi s iir 4 juillet
et se fermera lundi (. l/s
amis rte l'Ecole et les ancien-
nes lves, les parents tions
ceux qui s'intressent la
jeunesse scolaire sont Invitas
cordialement visiter ItStelles
de l'Exposition.
[! !
.pi.
wr 'tu
... a vu comment v
mutin, aa Petit-Four,
sous le parasad du genda- re, un
nantieiiimu a txiili se foire acre*
ser nr u e automobile de la
1 igaa. Il admirait tellementoee
femme aux cheveux eme'eilKa
qui peasail que la vevtire le toM
cha presajoe aup estant.,Victime
de l'Amour.
*
... voit qua ld rfoi me bal son
plein. Taat ni.eux pour eux
qui entrant. v> ns regrets a
cent qui sortent, lit no* cou
pi intenta aux bous marins qu ,
sam avaries, vont passer ta
temps uocagaci de lempl .
quelles j'ai l appe' ici. I!
ne m'appartient pat d relever
les allusions que vous avez lai
tes a la politique gnrale. Je
me permets seulement d vous
dire que si vous croy /. avoii
t perscut dans la personne
de vos amis, je n'y suis pour
rien. Je n'ai fait moi-mme au-
cune rvocation dans les servi-
ces relevant de mon Dparte-
ment.
Le dput l'interrompt pour
une motion d'ordre et expose
que le Ministre des Finances a
relaa des fonds pouf le tribu-
nal de Fort Libert.
Le Ministre rplique qu'il s'est
tromp. Seule I insullis oioe rie
fonda l'a empch de taire fonc-
tionner ce tribunal.
Le .)iinistre Li Chtmhra
semble tre un pan la, je ne
veux pas rp'iquer point pi
point vos demandes. Le Poa
voir Xeutil n'a prononc l'ex-
communication de personnes,)-
dirige deux Dpartements. Qu l
est celui de vos amis que j'ai
lrapp,Mr le dput ? L-. dput
Leroy pourrait s^ plaindre.Vous
avtz dit que j'ai tait a cette tri-
bune dea dclarations qne i>* ne
peux teuir.Je ne l'ai jamais lai1.
Je vous ai dit que s'il m'tait
impossible de conserver la di-
rection effective de mon Dpar-
tement, je m'en irais. Vlr Dun-
etn ne mlait pat la lo>. Pour
la situation du Trsor, voici le<
chiffres qui la constatent : (// lit
les c/uf/res qui tablissent celte
situation.) 27 millions de gour-
des qui ne constituent pas une
rserve dont nous puissions dis-
poser, va h urs dispol b e n
espces, 7 millions et en titres
y millions, en tout 1(5 millions
de gourde*. L'Etal n'a pas envi-
sag la possibilit de t>rer sur
ces fonds. Si le Corps Lgislatif
prend des mesures permettant
l'Kiat d'en disposer, ce sera
pariait.
Le Secrtaire d'Iitat lait | his-
torique de l'affaire Laflaur el
conclut : L" gouverne ie il n*i
pus rvoqu Vlr Lnlleur et il
conserve majeurs ses lonctiont
de commissaire du gouverne-
ment prs li P.C S, e i attendant
que la question soit rgle.
L'incident est clos, dit Sir le
Prsident.
Un rapport des Comits de
l'Intrieur et des Finances est
entendu sur les marchs ru-
raux.
Vauguei : La Chambre ? d-
j rejet le principe d'un pro-
jet de loi sur les marchs ru
raux Nous n'avons pat le droit LXMwm,.!
de revenir sur celte question, j ce de Ption-Ville.
U faut ajounrer tout projet de j
loi avant trait ces marchs. ...a vu avec plaisir le saa-
Thagne Jn-Louis : Il s'agit, ; teur t'aullre rapporter au Snat
ici Messieurs, d'une nouvelle ; sur une ptition du professeur
loi que nous avons prsente Luc Dorsinville tombant les ou-
d n'.s l'intrt de la collectivit. ; vrages classiques d'auteurs aui-
... a lu, rlaas i o're roidre
a Le Temps a de mercredi, o*
relation dtail'e de | mort dt
Gnral Desiderio Arias qui
avait, cnmme disaient jadis nos
proclamations, soulev dans les
plaines l'tendard de la rvolte.
A ca compte rendu on voit e i
quelle aaiima le peuple domia -
cain et aussi les membres al i
liauvernenaeat, contre lequel 1 aa
eien Snateur s'tait rebell, le
tenaient. Des furailles natio-
J nales lui furent faites et unepra-
clamution du n-al Trujillo
accorde l'amnistie aux anciens
partisans du gnral mort bra-
vement, au caars d uae ren-
aonlra avec ane partie de la
mu dia doaaimcaine.


... a retrouve,avanl-biar, mais
cette foi .s chez Sereix, l'homme
qui se proie anx abards das
cals dans l'allante d'un amiqui
lai offrira le cecktail sans le-
quel il ne se rsigne pas re-
gagner ses pnales. Cette lois
il tut des pi u heureux. Au lieu
d'un ami, il en trouva deax et
naturellement au lien d'un cock-
tail il pul, sa trs grande joie,
eu boire deux...
*"... voit que des rparations
urgentes do.vint tre faites sur
la rouie Port-au-Prince-l^ayea.
Ce trajel qui se taisait avan les
dernires ondes en six heures
I au plus ne se fait maintenant
' pas en moins de dix heures. On
l voit ce que reprseute pour un
i commerant, par exemple, ce
i retard de quatre oucinq heures.
... voit que la fte de Saint-
Pierre Ptien-Villa sera, cette
anne, plus remarquable que
les annes prcdentes. Beau-
coup de fort-ju-pnneiens comp-
tent y aller et d| dans cer-
taines nuisons de l.imilie ou ne
prpare a faire des sauteries au
rythme de jazz vruus expresse-
| ment de la Capitale. \ dnna.i-
; che donc, et efi foule,sur la Plu-
Je vous prie de l'admettre et ce
sera tout profit pour le pays.
\uma : Messieurs, il n'est
pas dfendu, d'aprs la Cons-
titution, de prsenter deux lois,
une loi sur le mme objet. Ce
n'est pas, du reste le mme pro-
jet
Vaugues : Je soutiens le prin-
cipe qu'un projet de loi rejet
par la Chambre ne peut it-vt-
nir la mme session, d'aprs
la Constitution.
Drdy combat la propsilion
Vaugues et appuie son collge
Thagne Jn-I.ouis.
Le Ministre : A la date d i
IV) janvier 10d0,il y a eu un con-
trat entre le Gouvernement -i
Mr Farnham. ce contrat avait
t dpos sur les bureaux du
Conseil d'Etat. Ce contrat ayant
t sign par le gouvernement
comme il u'y a pas de solution
de continuit dans les affaires
de l'Eut, je viens aujourd'hui
; voua la soumettre. Vous con-
natrez l'opinion du gonver-
i Voir suite en 2me Page-
I tiens. Le snateur avait t'oc-
casiea, dpos ses lances redou-
| tables pour rencontrer le pro-
{ lesseur sur le terrain patrioli-
J que. .Vum. il coutemule le
prof l des deux chaaapions.
... a remarqu le geste de
l'homme qui accompagnait l'au-
tre soir au Champ ,ie Mais la
|olir brune syi o hatienne. Com-
me le couple arrivait prs du
banc sur leqjel se trouvaient
trois gentilshommes respirant
la fracheur du soir, l'homme
toucha au brassa compagne,qui
s'arrta, lui parla et l'entrana
vers un caf voisin. A eu tout
de raaae le temps de croiser 1j
regard-clair de la brune...
r
... voit un confrre annoncer
luttitade de candidats anx 3
iges de dputs pour larron-
uisstrueutde Port-au-Prince. Ce
qui promet ane lutta ardent.,
u.\ prochaines lectioaa lgis-
latives eatre tant d houort>le
ciioyeas aspirant l'honnear de
reprsenter le peuple.


PAG&j
LE MATIN 4 Juillet 1931

>*!
GK
11. I AMI S LE Cil L1TE Al Tl'l N'I1QI'1-S !
I
Chambre .des
Dputs
Echos
o
!^!S4^W
On ne pcul dissimuler
une mauvaise barbe !
Pourquoi marquez vous voire figure
avf c lestractis des lames falsifies, quand
les fameuses 1 unes Gillette, M vendent
maintenant un prix si rduit ?
Les lames G Mette authentiques, du type Ces lames Cil
trois trous sont maintenant sa mne prix lette utitliriili-
que les lunes talsifUtS / Lintroduction du \ant\amtnin
l'ouvenu rasoir et de la nouvelle lame Gillette GHitltt type
nous oblige Vendre 1rs 1-mes authentiques antitn.
du type ilius'u j un priX.trs iulrieur au prit
courant.
(le sont dot l.i.nes de premire qualit
(iilleltevraies, aiguises, Irutcbas, du typ-
lnen connu. Son nou\tiu prix rduit rpr
sente la plus grande litpiid; tien du sicle,
pour la commodit de se ruser. Faites l'ac
quisilion de divers paquets el rasez-voa>
tous les jouis avec la meilleure lame d i
monde... la Gilletle. El venta partout.
n
l'n q u c I s de
O LAMES
de 5 LAMES
o
SUlTEdela 1re PAGE
nement en temps opportun.
Mais nous ne. croyons pas pos-
sible de rejeter ce contrat.
Nous vous prions de l'exami-
ner en toute libert.
Le Prsident consulte l'As-
semble sur le choix d'une
Commission spciale. Il est d-
cid de l'envoyer aux Comits
des Finances et des Travaux
Publics runis.
Vaugues : O est le budget,
Mr le Minisire? comment Mr Ha-
railton se trouve-t-il encore aux
Travaux Publics?
Le Ministre : Le bndget est
encore o il est. En rponse
une question, je vous ai dit
qu'il ;iva t t soumis au Con-
seiller financier pour ses obser-
vations. Si vous tenez a ce
qu'il vous soit soumis avant
toute discussion, j'examinerai
la question, mais nous devons
avoir un budget qui doit tre
excu'.
Pouf la question Hamilton,
elle n'est pas encore tranche.
Les discussions se poursuivent
Xous avons publi dernih,
ment, un brillant article qui '
t; ires remarqu tant par /
ides exprimes que par Ceu
forme impeccable qui est la J
raclristiquedes nombreux crit,
de l auteur. Cet article. fo/ffoS
public "port-au-prmeien eut bien j Le Laurier aux mort,;
souvent l'occasion d'applaudir, retenu lattentiondt la Z
organise avec le cooeonn dej^ rf/^foif ef de GogfffpAfe
quelques amis une soire muai- d Hati,dont le Secrtaire. j
cale et littraire. Cette tte n[tmgueOr C pressoir, n0u,a
adress la lettre suivante :
Mademoiselle Lolita Cuebas,
la dlicieuse petite artiste que le
A-Il
Gillette Safety Razor Co.
J. D. MAXWELL & C
Hue Rpublicaine. Pot-au-Lrince, Hati. -D1STRI0UTFAJR8.
SNAT
vairr du 2 Jnillrl 1981.
L*s Secrtaires d'Etat de l'In-
trieur et de l'Instruction Pu-
blique sont au bine de l'Ex-
culif.
An 3' point point de l'ordre
du jour le snateur Zphyrin lit
UM rapport des Comits desRe-
Islions Esterientes et des Fi-
nsnees. Il demande linlervir
tissement de l'ordre du joui-
peur le vole des conclusions de
son rapport concernant la loi
qui accorde M. Andr Pau
bert, ex-ministre d'Hati a Santo
Domingo, 8.000 gourdes, com-
me indemnits pour les portes
qu'il a subies au cours du der-
nier cyclone qui ravagea la ca-
Sitale vaisine. Les conclusions
n rapport ainsi que la loi sont
vetea, aprs une observation
du anatenr Hudicourt appuy
par le snateur l'aultre.
Le rapport concernant la loi
anr l'importation des armes et
munitions modifiant celle du
22 dcembre 15)22 a '. In
ainsi qae celui ayant trait
aux chaussures a contectionncr
par des cordonniers hatiens,
aux costumes lournir par des
tailleurs haitiens pour les be-
aeins de la Carde d'Haili. La
proposition de loi qui accompa-
gne la 1er rapport a t vote.
aprs des observatioas des s-
nateurs Hudicourt, Tlemaque,
Elise, St.-Ao.de, l'aultre.
Le ministre Kampy, propos
del lai sur les chaussures dit
De lors du vote de la loi la
hambre, il a eu attirer l'at-
tention de Messieurs les dputs
sur l'accord qui existe entre le
Chef de la Garde et leOouverne-
ment pour la confection de
chaussures.
Aprs des observations des
snateurs Hudicourt, Jeannol,
St.-*ude. Nau et Klize. la pro-
position Zphyrin loodanl a ren
voyer mardi la discussion de
celle loi es! adopte.
Le Snateur l'radel dpose
une loi sur les tarifs prtren-
tiels de tit qai doivent tre
prohibs. Les Compagnies de
Navigation des ervanl les ports
d'Hati et qai accordent une pr-
frence aux ports du C*p et de
l'oit-.i -l'iince nui ( i:' aux in-
trts des autres DOrla C< Ile
proposition esl envoye an Co-
mit appel en connol n .
/.< Snateur Jeannot : Deux
propositions ont votes par
la t hambre des Dputs '. Se
nul de la ltpubliqui a pour de
voir de considrer ce voie don-
n pur la Chambie et de le rert-
forcer. Ces deux rsolutions,
vous !-s connaissez Elles on'
t pi bliees. .le 'es dposerai
sur le bureau du StPat pOJl"
tre achemines aux Cou.it ap-
pels en connatre.
En consquence, je fais au
Snat la proposition suivante.
( Cette proposition s et^ pu-
blie dans notre N" d'hier ).
Ma proposition va tre son-
mise un Comi'. Lors de son
rappoit, je viendrai loul dire
devant vous qui reprsentez
l'honneur national.
La proposition Jeannot es!
envoye a l'examen d'uu Comi-
t sp iel.
/.< Snateur Zphyrin : Je
viens attirer l'attention du S-
nat sur deux plaintes, l'une
adresse par les habitants de
Ouaiiaminthe contre des actes
de dpossession el l'autre par
M. Jacques Magloire, proles-
seur au Lyce du Cap-Ilailien
reprsentant les habitants du
\ (Juartier-Morin. Le Snat eut
crire aux Minisires de l'Int-
rieur et de la Justice pour leur
demander de prendre des dis-
positions propres a enrayer cel
tat de choses. Ils vous ont r-
pondu qu'ils ont pris des me-
sures dans ce sens. Il me semb-
le qu'on n'a pas tenu compte
des ordres du gouvernement.
Quand de pareilles plaintes ar-
rivent devant nous, nous de-
vons y donner suite, sous pei-
ne de paiaille des complices.
Il d| ose une proposition le
qurant le Sn.it ii tendu les
pouvoirs tlj la Commission ap
pele epquter sut Maisaade
el sur tous les autres (.oints del
Rpublique.
Le Ministre de l'Intrieur : Le
ak
ROUIS I
ET
tl,|
Enfin 1 C'est c soir que se
joue'a St Ions de fiouzag le
La Rann i du Roi C'est un
[drame historique : 1 action s*>
pa<^e x.us le rgne d'Henri IV
nu moment o catholiques et
protestants se disputent l'ern
piie re igieux de la France. La
lutte Rengageasses chaude.dans
la (oui n me du roi, et api es
bien de* difficults, les calholi-
! ques, qui ne sont peut-tre pis
les plus pnissauts, mais les plus
ard nls el !es plus convaincus,
lott la vic'oire ; ils convertis-
sent jusqu'au roi.Outre 11 beaut
. dusujet.celie pice est tenue par
des acteurs de piemire main
' Woolley,Colimon,Wiener,Fom-
brun. Ne perde/ donc pas la
rare occasion qui vous est oft r-
le de vous amuser sainement.
\ u le prix dt s cartes ( 2 gdes ),
i elles s'enlvent rapidement;
achetez la vtre le plus vite pos-
sible.
, Dpartement de l'Intrieur saisi
| dj des plaintes avait fait le
J ncessaire. Je ne crois pas que
' depuis l'intervenlion du Snat
| dans celle alfaire.il y ait eu d'au-
tres dpotsessions. Le gouver-
nement a pria toutes les mesu-
res ncessaires pour empcher
le retour de pareilles choses.
Le Snateur Hudicourt parle
du rapport du Conseiller finan-
cier et dsire savoir si le gou-
vernement a dj tait une r-
ponse circonstancie au dernier
rapport qui est du mois de mars.
Si ce n'est pas encore lait. Il
demande au Snat d'appeler en
son sein le Ministre des Finan-
ces pour certaines observations
concernant ce rapport.
Le Snateur Zphyrin appui
son collgue Hudicourt.
(/est plutt mon collgue des
Finances qui poui rail vous don
ner satislaclioi', rpond le Sejj
criaire d Lit de l'Inlneur.
Lordie du jonr de la pro-
(haine sance est proclame el
le Prsident clt les travaux de
. l'Assemble.
org
qi
ca
donnera sous le hut patronage j
de Melle Rsia Vincent et de
Mesdames Pierre Hudicourt el
Thrse Vieux-Clesca.
Une partie des profils de la
soire sera aftecte la caisse
de secours des sinistrs des der
nires inondations.
N'ayant jamais marchand
son concours pour la russite
d'aucune lte, nous prsumons
que Melle Cuebas trouvera tous
les encouragements qu'elle m-
Nous donnerons bientt d'au-
tres dtails, et si.possible, publie-
rons le programme.
M. Hbert Paultre, ex-prlet
deSt-Marc, dont on avait an-
nonc la nomination comme
chel de bureau du Dpartement
du Commerce, nous tait obser-
ver qu'il avait, pour raisons
Port-au-Prince, le 2 JuilU
1931. ~
Mr Clment Msgloire
Directeur du Quotidien
Le Matin i
Membre de la Socit d'Hit.
luire et de Gographie d'Hati
E. V.
Mon cher Directeur,
Dans un rcent numro de
votre journal j'ai lu ,un article
intitul aie Laur ier aux mortu
qui a retenu mou attention.
Parlant de la lutte hrolqsj
de Charlemagne Pralte csq.
ce journal, M. Antoine Pierre,
personnelles, relus celte loncl ^^\ svo.r qu'il.n'est p
fL_ n__. ..~. 1 candidat a la oepuiation natio-
tion. Dont acte.

Le 4e tirage de la Loterie Na-
entre la Ministre Lger et le Mi- j ,. -*e ""^ "e imvu.
rtistrs amricain, mais je n'ai Uonale aura heu dni,. nm.m
point capiiul.
l. Dput Uurr-Reynaud de-
mande au Secrtaire d Etat, en
atteadanl le dpt du budget,
de soumettre la Chambre la
loi (tes linances. Le Minis-
tre dit qu'il examinera la ques-
tion. I
Api es quelques observations |
des rputs Victor Cauvin et
Vaugues sur le Budget, le con-
seiller-tiuancier, l'aftaire Ha-
milton, e Je voudrais
che, 8 heures du malin, en
son local, rue RoOI. Encore une
journe et une nuit d'esprance
pour ceux-l qui vont tenter
leurs chances.
Avant hier marin, lu heures,
Monscigm ur TjIH, Charg d'At*
ta ires uu St-Sige, tait revues
audience prive par le Prsident
de la Rpublique qui il fit re.
u.ise d'uue lei.re autographe m
I :, St-Pierre, lte paroissiale Souverai j Poutile et d'un loi de
de Ptionville, sera clbre | Plces de monnaie de l'Eut (la
crandiosement demain Beau- Vaii^n, ollie gracieuse de Se
bjiiitele au Clu 1 de I Etat.
Le Hisideui Vincent pria,i
nale pour a premire circone
cnpiion de Poii-au-triuce.
gra
coup de por-au pnuciens s y
rendront ds ce soir. U y aura
des distractions varie?. On
s'amusera pleinement et tolle-
ment.
bien
savoir
Pourquoi la Maison Paul
E. AUXILA ne chme pas,
malgr la duret des temus.
Serait-ce parce que ses prix
sont nlus ba, ou que ses
marchandises, meilleures.plus
belles, plus solides, plus lu
pnge. n!us fraches, plus va-
ries Le service des employs
plus charmant. L air qu'on y
lespire plus parfum. J y vais
comme tout le monde.
Melle Anna Morisset organise
une exposition d'arts dcoralits
avec les travaux de ses lves,
le dimanche 5 et le lundi 6 juil-
let prochains, au local sis ave-
nue Christophe, au late du l'oal
St Graud.
On pourra visiler 1 expos' ion
pendant ces deux jours de 9 fit.
du malin 5 ni. de l'aprs-midi.
*
Nous nvons reu la carte de
fianailles de Melle Alice Millery
et du Dr Andr Merciir. Nos
meilleures flicitations.
ceue. occasion, le diplomele
pontifical de bien vouloirtrant*
medte au SamUPte ses vite
remerciements et lui assurer de
sa gralilude pour la paternelle
attention qu il accoide Hati.

Nous avons reu le rapport
annuel 1U30 de la tiarde d'Hati,
Il co.nient d intressants renwi-
gnemenis sur l'oigjuisalion et
le lunci oiiuci'cr.i de notre uni-
que lorce militaire. Noue j
puiserons l'occasion.
Une Co omission compoeie
des snateurs N.ivi, 1 udicourl,
Latorlue, Liurcnt et / j;liyrin s
t tonne hier au Suat pour
examiner la rsoiuliou Jeannot.
LE
DE LA PRESSE LATINE
_o
La Presse latine a donn son
djeuuer mensuel samedi au
restaurant du Journal sous la
prsidence de M. de Nolhac, de
l'Acadmie franaise, en l'hon-
neur de M. Fernando Branco,
ministre des affaires trangres
de Portugal, de passage Paris.
Une centaine de journaux d'Eu-
rope et d'Amrique y assis-
taient.
M. Maurice de Wealfie, secr-
taire gnral, a donn connais
naissance des manifestations et
congrs prvus pour l'anne.
M. de Nolhac a spirituellement
souhait la bienvenue au mi-
nistre de Portugal qu'accompa-
gnait S. E. M. de Gama Ochoa,
ministre Paris, et le haut per-
sonnel de la lgation portu-
gaise. Le ministre a rpondu
en magnifiant le rle de la
presse latine. M. Mayard, le
nouveau ministre d'Hati, a d-
velopp avec beaucoup de
charme et d'lgance le rle de
la civilisation latine aux An-
tilles.
M. Lesca, directeur de la /?e-
Pue de l'Amrique Latine, a an
nonce la fon'la'ion d un prix
annuel de 15.000 francs eu
l'honneur de la meilleure u-
vre hispano-amricaine tradui-
te en tranjis dans le but d'in-
tensifier la pntration des
deux cultures.
Un contrre a annonc le rem-
placement de notre ami Ludovic
Lamothe en sa Jonction de chel
de bureau du Dpartement de
I agriculture. Nous sommes heu-
reux de pouvo>r due que cette
intormauon nVst pas ew te.

Dans une dclaration publie
dans le x Nouvelliste , eu rec-
tification d'une information de
A la sance d'hier de II
Chambre, une rsolution a Mi
dpose par le Comit des Rt-
lanon Intrieures qui invite le
Cabinet en gnral.el rjjrliculi-
reineut le secrtaire d Etat des
Relations extrieures, A venir
fournir U sance de mercredi
prochain, des renseignemeoH
sur les termes de sa lotie.
DE
..nl,nt d* g
mWw. Scul.V Baume Tue-Serf Mlriga luo I. nerf l.-i.li.lro nm.rn-j*. -JJ"J" .
BAUME TUE-4ERF MIRIQA,
jMratoln *u Docteur orRAUD, PSumc en. 8. Rue PolJULTO OBCUm^m
r-,t.% ^ nail4. SamoMiioft mimtaniec. *! A
iq..e l.oitc contient le neceteairr pour |-ulrtiii-anon r l.^"^"""iSi
^es Scul.V baume Tue-Serf Miriga tue I. nerf tCUr ulnAUUt l'iiiinnn eu. o. uuo veva. -
Ucpt Port-ftU-Prlncd : Pharma. BWCH-
I
Cin-7aldy
DEMAIN SOIR ~ .T J
A 5 Heures : Matine : j
BELPHEGOR
( SUITE ) ,
LE PTIT PARIGOT l
( SUITE )
Entre : 0,50 ; Balcon : 1.00.
A 8 HEURES
La plus brlante passion
Rhapsodie Hongroise
Film sonore et musical, sera prspnl dans ss version i0**^
comportant ure adaptation musicale spcialement-crite por
film par MM.Brillouin el E. Delannoy, sur des thmes noW*r
avec soli. churs et Grand Orchestre LUTETIA sous ls o""^
tion de F. Heurteur. Interprt par Dita Parlo, Willy Frits
Lil Dagover.
Entre : 2, 3 et 4 Gdes.
-
aaf M'rm xaw -*-
mn, +m-^***.+-* -m ..
Le ILiiin ftarbattcuiirl
onai i i eoomn*e eil nnitetesie ft gaeei se pcasire !pUe<'
Demandez partout :
UN HARBAKCMVr
npotrRue des Csars

>


'* LE MATIN 4 Juillet 1931
.*. isa,^. ., un i>|.iiw*.
.
m
ii
Pour du Linge Blanc"
HKflf
SA VOIS "CAWADO

EXIGEZ LE
dttifidfl ^b ( Crusellas & Lia, habana ( CUBA )
;t demandez un Coupon avec chaque achat de 20 briques, qui vous donne droit
de jolis Cadeaux-Primes.
En vente dans toute la Rpublique. Pour renseignements et commandes
adressez-vous
I L. PREETZMANN-AGGKRHOLM & C Rue du Quai.
les Amricains, l'auteur
fubai e que la Socit d'His
[ire et de Gographie d'Hai-
i'occn*i 'le nieDer une
kquic : lu de bien tablir
Js faits, cl d'crire ure his-
Jire ne cette j^mire ri glu-
[cuse pour l'honneur Jiatreu.
) L'ide es' heureuse il j'ui
Lj moi-nine ruui quel- (
fies n-atet iuiix dans ce but,
ipiiii l'wQnic passe. Cepen- '
lot le plan Iue piouda* vo-
lecol'aLjrutcurest beaucoup
lus a m pie.
[Aussitt que notre prsi-
en, le Dr trice Mars, sera
kventi d'Europe, probable-
lent vers le 15 de (e mois,
provoquerai une runiou
j Bureau pour dcider de la
anic/e la plus pratique de
iliser les suggestions de
Dire collaborateur.
; vous prie.Monsieur le I ) i-
cteur, et cher Collgue, de
kcevoir mes salutations les
Meilleures.
DrC. PRESSOIR
Secrtaire de la Socit
l'Histoire et de Gographie
d'Haiti.
(Administration G
des Postes
Avis de dpart
j Les dpches pour Port-de
au, Cap Hatien, New York
l'Europe par le steamer
urja seront termes le sa-
medi 4 du courant.
[Port-au-Prince, le 2 juillet
TOI.
Umburg Asaerlkn Unie
1 Le steamer Georgia ,en
Wte pour 'l'Europe, via Us
brts du Nord, sera ici vers
[7 courant, prenant fret et
>sagers.
HELNBOLDA Ca, A gents.
iSTHrIE oprnessioiisX
ulifmnt ImmaUt m gurlson pw tel
[Globules Rbaud I
lulUMmrT*i;\t-ux, jMMf H*rmoci Otmantm HollM
iBAUCHuiTX, 17. Ru V,cior-Mu ^
ot-Coliuba |MmI mm
En employant le Velveela...
REMERCIE
Vf i i( nr ri Madame Hors-
lin* fias. Mu \ va I onkias
Ulysse Ga*, Mesdemoiselles
Vronique ei Automne (: Mi i Mme Martine Imprial,
M' Rolland Gea, Mr Franois
Omond. remercient bien sin-
cr< menl la pr< a* t t les ? mis,
tan' de Ih Prot frire que- rie la
Capitale, qui leur not donne
(it-- tmoignage* rieaymiMitbie
l'nrcrfsiOD de la perle cru-
elle prouve dans la mort
prmature de leur tils, petit
fils, Irre et cousin :
branok Sytutttn Ii dmg Cas
enlev leur iitlection le
same Ils les prient de trouver ici
l'expression mue de leur vive
gratitude
Port-au-Prince, le 29 juin
1931.
Colombian la Solidaril
Slcamshif)
Company Inc.
c
S(; o
k
Votre fimille tntiie
peut manger aatant dt
Velveela qu'elle vou-
dra. Il a ud si bon got...
et si nouveau, facile i
digrer, riche en laifmi-
nral. Vous tendez le
Velveeta juste comme
vous tendez le beurre.
Vous le coupez en tran-
ches facilement. Era-
filoyez-Ie aussi dans
es plats cuisins,
Eour relever le got de
eaucoup de plats. C'est
un fromage nourrissant
et de beaucoup d usa-
ges.
Mais, plus que ceci,
le dlice des nouveaux
plalsque vous faites avec
n'importe lequel des di-
vtrses varits de Fro-
mage Krfft veus donne
une nouvelle vie.,, et
un inleit i nu veau a
vos mets.
En salade, en sand-
wiches, que vous ap-
porltz en pique-nique,
avecdu macaroni ei avt c
vos plais, en dessert...
ce ne sont que quelques-
uns des divers usages
du Velveela et des au-
tres Iromages Kraft...
Pimente, Amricain,
Sui-se. (jiiarid vous fai-
tes vos menus rappelez-
vous le mol Kratt ...
alors vous saurez eeque
vous avez. Chez tous les
bons piciers, en ter-
blancs, jarres et pa-
quets.
I.e ste: mer Martinique
t ai ti de New-"N ork le 27 juin,
vi:i GonaT^es t Si-Mot t.s'
attendu icj 'e samedi 1 cou
ranl.II repartira le n tre jour
pour i* s ?>i>iis de la Colombie
et Ci Istobab, anal Zone.
Le manifeste de ce navire,
reu par avion mardi 28juin
est i la disposition daa
chargeur*, aux bureaux de la
("ie., rue Traversire.
port au prince,le 2 juillet 1931
Colombian Sleamslup C lue
(iEB RA & Co., Ageuts
A 'e pliisir d'inviter ses mem
I>m s, ainsi oue publica assis-
tera la runion du j juillet
se tiendra son locai, sis la
rue de IKnlerrenu ni, au rot
i ord Ht- l'Hospice si -Franois
(le Sales. La sante s'ouvrira a
3 heuics d l'aprs-midi.
Il figure I ordre du jour nue
intressante causerie du roiM
sellier M. le Docteur Flix Coi -
cou sur l'inexistence des mala-
dies sui naturelles.
Le l'isident. Le Scrtait e,
Bosq. J. 1 tUO Je su M
PAMLY SALES CORPORATION
Distributeur :
Pert-H-Prisee, Hati.
KRAFTCHEESE
Des I tils Blanches
SourianU'M
POUR avoir des dents saines,
blanches, tincelantes qui sou-
rient lorsque vous ouvrez la
bouche, nployez le Kolynos.
Le Kolynos nettoie tes dents et
les gencives, tel qu'elles devrai-
ent tre nettoye*. Sun cume
ntiseptiaue, au got agrable,
pntre dans chaque crevasse et
elle en enlve la vilaine pellicule
jauntre ainsi que les parceUcs
d'aliments en fermentation. EUe
dtruit les germes dangereux et
neutralise les acides buccaox.
Dsireriez vous avoir des dents
blanches souriantes, indemnes de
taches et de caries, commencez
employer le Kolynos.
CREME DENTIFRICE
KOLYNOS
Lykes Brothers SS C Inc.
Texas Hati Sant uomlngo Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier pasaagars et
fret eulre les porls du Golle du Texas directement avic
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vps
importations, servez vous toujours des navires de ' LYRE
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince son! '
Steamer Velma Lykes 3 juillet 1931
S/S Genevive Ly e 10 juillet,,
S/S Rut h Lykes 17
S/S Margaret Lykes 23
S/S Almerial Lykes 31
Bureau: Rue du Magasin de l'Etat. Boite Postale li
ILcs Meilleurs
Asvr Bbm
parce qu'ils sent moulus avec
un soin exceptionnelpropres,
dlicut, et pur a.
CUITS SANS TEU
AU MOULINPENDANT 12 HEUtB
Flocons b'Avoine il Minutes
i
M
Toutes les Polices
!
1 DE LA
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE a


EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents Gnraux
|comprennent la Protection contre la g
Foudre sans auamentation de taux
Kug.Le Boss
vf \r
Agents Gnraux
SkMI?^ i sBMaassWaassMssal 1


Samedi
[ Juillet 1931
Le Matin
4 PAGES
-r
25eme ANNEE N'7'.ll
t ort-aa-rTii.ee
Tlnhei : 2242

ili ni[.nn'.-w. nt >
Panama Railroad STamshiD Linc
Servie de frl et de passagers en lie
Hlus rapide et plut dlierl tervice de transport de passagers et du tr\ anus HnUi
et les portsEuropcens \ia New-Vord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de [ararmi
Voici la liste de nos agents pour les principe01 ports de l'Europe :
yinyictrue Ecosse freaoa
Les grands Spcialistes de Beaut
italiens recommandent l'emploi
d'huile d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colire
Mt. f. V. S1I1LD0N \.Cc- 17 James St
i, I ivi: i ooi, i.Vii.-Ni'
The .allosinfl'arr our Aqenls al Bf-fnrir*i*< wMi j| |oi. :
ENGLANI), SCOTLaND, ERANCE.
Messrs G. W, SHELD ) > & Co.,
17 James Street, Liverp. I, Eojjlan
lu rak-t, V.isMh G. W. sheldoe JfcCo. are repres.mtcd !l y tua Mlovrng nu.
Et dans le monde entier, 23,723 matre distin-
gus conseillent leurs jolies clientes de ne
januis se servir de .savon, autre que Palmolive.
irVzza, de Naples, dit:
"Il n'y a pas de femme
qui ait droit une
nliepeaii si elle nglige
d'observer celle prati-
que, la plus impor-
tante qui soit: se laver
la figure soir et matin
avec du Savon Paltit-
olive."
r.IBI.ATLY rflRKBY CO
21 Rue de In la Rpublique
Ah rsciil'S.
Hernu r, ion & Co. Ltd.
'S Q ia< Georgi V.
II ivre.
litrni! reron A Cn, I.' I,
Rue du Moulin Vapeur,
Boologne sur Mer.
Messf.. A Iii:\i)ix &
21 A I n!>:i i.' / ;npenh i^ue.
Oslo, Norway.
I n 11> lion il
Speditio '*-sclk.'jp Oslo.
MM. Mlantic Ereiftht Coran
Billinh us. Fia m bu rg 1.
(Tinany
M ssrs Ulaotic Fieighl
'"'!>')r''on
Germa iv
Messrs A'!an:i: Freingbt
Corp'n ,
24 Quai Jordaens,
Antvverps, Relium.
liBRH PtBOM & C Ltd
li liue des Maris,
';r ;.
Il n\o PfnoN &. Co LM ,
, Elue,'* de Tranqudil I
' D.i k^rque.
lli-'i.\j Peu w & l C s H.,
i) Kue !( y,
R irdeeux.
riF.N'K, ( ( A!.Y
Messie Henry '.or & u:ru<:i
Pia/za S.MatteoN) 1 .V>->>
COTTBNBORS. SWKnlN.
Nordisk ) x >ress.
Cothenourg,
Messrs Atl\v7k: l;ni;iuHr
Uorp'm.
Kon Emmap'etn
Rotterd n lli II Messsi .Su im.\n.v* Le
t" _^f%mtit*t\
(7ex^
*3C, Jf NafUt, frtstri:
U Sa/m i'almelii aux
ktmil HBfoUtMMl fui
MhhM "tmitrur a tant
fkoithM."
La grande
liquidation
Relle et complte du Ma-
gasin de Vincent REIDY
Continue
Consultez ces listes de prix
dans notre dition des 4 et
7 juin courant
Accourez vite avant qu'il ne
loit trop tard.
tiik ipto nvik k r. ni n siior
Harry R. Kl ney Prop.
1319, tirand'Rue,
Port-u-!'riui-\ Hati,
Phone: a 3488
Automobile General liefairs
\ll]r;iinsr/ VllT llllic l'ilttBefelIc
Aprs 12 anne s d'Bxpi i ne
en Valcanisalian de tub. s
pneus noua vous garantisse in
une srieuse rparation.
LISEZ CETIE LISTE:
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Martinez S: Co
< L'INDia&TOR.
Grand Ru EN Italie, tout comme
dans quinze autres
pays, les femmes dcou-
vrent le moyen de con-
server leur teint d'coli-
re. Elles mettent pro-
fit les conseils d'experts.
Lugnio, de Milan;
Pezza, deNaplcs; Andr,
de Palerme; Salvino, de
Venisel Voil des sp-
cialistes de beaut bien
connus en Italie.
Et, lorsqu'il s'agit de soins donner an
vis.ige, les )olief Italiennes qui frquentent ces
alona de beaut apprennent, tout d abord, que:
"La peau exige, avant et par-dessus toutes
choses, d'tre nettoye bien a fond, deux fois
par jour."
Ce nettoyage, si ncessaire, s'opre trs
avantageusement l'aide de Savon Palmolive
et d'euu chaude. Il s'agit de prparer une pite
Onctueuse et d'en masser dlicatement 1 pi-
dermei ou l'enlve ensuite avec de l'eau chaude,
suivie d'eau froide. Ce traitement dbarrasse,
d'une faon trs agrable, les pores des impure-
ts dangereuses qu'ils renferment.
Tous les experts en beaut de France parta-
ient l'opinion de leurs COofrrJB italiens et font
partie d'un vaste groupe intcnatiunal (comp-
tant 23,723 membre*) et tous, sans exception.
Conseillant Palmolive. Sa composition a base
d'huile d'olive et Je pulnie, son efficacit la
fois agrable et salutaire en font, au dire
d'experts, un produit unique. On le recom-
mande aussi pour le luio.
"'
Ut emnitmHt UsmU
m ttmt dit cnxrMU W
ftwi H Utk m m mm
rivdihmmml M tdmdm.
A Hollywood 76 dea
80 experts en beaut
recommandent
Palmolive ,
A Hollr-ood. ot la cSS-
bra bttutti ooabtm Imm
chjrnci toi pis oomr-
tentt dea tiro es h*MM
profcMiooaiU, 7e i 80
alon* 4e bMBt rteom-
muaieot Pilmolivc. Cm
otcilut p*tfrent Plm-
ohvt, dit on, parce qu'il
cit i la (oit alataire.
adouduant et d'aoe 4-
caat remarquable. Voila
ce qoe fait Hol 1 jwoodpo
cooatrTcrccMiotcl'ecsUii.
Ihiiiiihi Car ii-.nn
0 le 7120 Bail
1 puucture Or
Kachpanoturp tharaafter
Volve b se
V.dve instauled
Valve new
Valve m suies
RLO.VOIMS
1 iii' li long
l'.ach nh 'hereafter
Joints repaired per ineh
Trirk (rom
;rt# io'
1 puneture
Kach penctute thereatter
Valve baaff
Val Vf l'istau'el
Valve m* atrasht
Valve new olf et
BLOWOUTS
1 Inch lon|
Each incai lUereelter
Jouis rep.-ii-eW per lich
RmiBiinaj Tires
Tori>g Car '")' '*1
Truck Te 820
Truck Il laiger aize
L&nMswea <& ytwnPf xi jucvulajl
u-a
y.io
01).')
0 25
0.20
0.30
0.10
0.10
0.05
0.06
0 20
0 10
0.10
o-to
o
100
o.ao
0 10
O.lu
OL'O
0 30
100
..- s ; ^ #; J$
$ f '-
;'' i
. .-^ j^g
. t).... ^ -*7C"^*|"
CM < ux varis pnn" hommes. frameH en f
qua i ar des Diaisons !i Uienaes e! avec de I
pays. :-
Faites une via te t f.'lnd.u :i.
rAFLCSSE
DBILIT
mofl
DESCHIEI
d f'HtnocHMs|
04n*rBtanr du no. pruatrlt par latlM ntdleel*.
BWjmaMU'SrJa MMtfenMl tut rarrugnfux. Admit rfana !< Ndp/Iaiur d*
um*,t MMtan OaaOHIBMS. c. nu l'tul eaadff, FAlUt i l'itinimu..
1DIS I
paille
hr
du
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lift
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotlund )

!* -^ . .un WM.i *
Royal Mai] Slc^amPacketC
o
*m m
f 4.. lilsill
tx l'en mer Gabron v,nm' d ondres Km^si'n.ei Ifs
! poils du S ,d, tstatuijiiii .ci te 18 juil et, p.i tant le nu-me
'jour Vi lis ports du Nord pour le Havre, Anvers, Lou-
ilrea.
L J. BI IO,
Agent Gm-ral
Tlphone, No 2311
Lar la GENEPAL est une des plus'funissante"*! cl< s plus vatlefl
1re yenrt. Le soleil ne se couche jamais sur son cl a np d'actiou jui -lubrasa*
monde
Ses Polices cintre incendie couvrent aussi ls dgnts oecnsiouos par la tuua^j
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, rualvei'fonce, denfosaf1!
aaae autrui dans sn personne ou dans see biens. I
lea Police Maritimes imiee pnr ses branche* d'Euiope sont paefublc- eu Ha*|
Ses Polices contre accidenta Joui valables dans I univers entier. Tous le voY*j
geuis devraient donc prendre la preautb n de se munir d'une police conkre accidei!
d'an moins 4000 dollars, la prime anuue.le u tant que de 1/2 / soit 20doHars *>' **|
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCaves
SOIN i E S
Agent Gund pour Ma.u
;u-rriHcr. ff. LLG
JEAN ItLAWeynsrJApeaiir
A.1E \ '-IL"
Momlqne
I

il ,-
Chariier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224|
^lnhone : 2680
\ y


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs