Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03654
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 1, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03654

Full Text
Clment Magloire
U DIRECTEUR;
aM RUE AMERICAINE 1KM
ANNEE W T409
"
Ce etuijmrlto d vi-
vre et ce qui tait viv? e
1 humanit,ce n'est pr s
le monde de la force t
de la ruse,c'est le mor-
de de la Justice.
r.iHimsniAMi
*'^H'. m IP
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MERCREDI 1er JUILLET 1981
naer
L'OCCUPATION DES ETATS-UNIS
{) i HOU
iiHl ai Prial pour afjir uiii
Tlai aealre r8'"f ''
reii,HINI_
y Caaitale dclare l'icle valida
Irtiiwl* m7 ,#lr 20 *
illiwr la u aarlanit al a"llal
Porl-aU-Prince, Hati, 19Juin
La Chambre des Dputs a
demand aujourd'hui que le
Prsident 'S t o i o Vincent
agisse pour mettre fin i 1 oc-
cupation dangerenae et ill-
plesd'Hadi par les Etats-
Joia. Le rapport de la Cham-
bre, adopt par un vote una-
itne, a dclar (jue le trait
avec les Etats Unis permettant
l'occopalion avait t non
existant depuis Mai 192H.
La prsence de la torce mi-
litaire amricaine en Hait iest
sans ncessit,vexante et dan-
gereuse, en vue du fait qu'un
gouvernement stable a t
main tenant tabli par lec-
tion, a dit le rapport au Pr-
11 j 11
Hati a une population de
plus de 2 millions, en grande
partie des ngres. Hati et la
Rpublique Dominicaine oc-
cupent ensemble une grande
'e dans la mer }des Carabes,
entre Cuba et Porto Rico.
Lfi Etats tais relsreil
lr |Tra.tr lgal
Washington, 19 Juin Les
Officiels du Dpartement
d'Etat ont dit aujourd'hui
qu'ils insisteraient sur la va-
lidit du Ira.l avec Hati,
sous lequel les Etats-Unis
maintiennent un collecteur
des douanes pour assurer le
paiement des emprunts am-
ricains et uce torce de Mari-
nes pour garantir l'ordre et
entraner des gardes indig-
nes.
Ce trait, ngoci en 1915,
tut ratifi le 3 Mai 1916, avec
la provision qu'il resterait en
torce pendant 10 ans, a partir
de cette date. Il contient uue
H
L'Idal iiSiiiu
ALIX HOY
29 annes de succs. |
.autre provision, cependant
sideDL Le Prsident a t re-I qe ,si pour des n\SODS sp-
^nii de prendre des mesures Cliques prsentes par l'une
ou l'autre des hautes parties
inmdiates, par les voies r-
gulires, pour mettre lin,
"Occupation.
c La Convention, signe le
16 Septembre 1916, a expir
le 3 Mai 1926 a dit le rap-
cootractantes. le but du 1 rait
n'avait pas t pleinement at-
teint , avant son expiration,
il pourrait tre renouvel.
Sins attendre 1 expiration
du trait, en 1917, Hati dsi
port.
k'acle additionnel du 28*rant un emprunt qui devait
Mai 1917 ( prvoyant une ex- courir peDliai p|us Je jj ans
tansion de 1 Occupation ) est ieudit la viedu trait une
nul et doit tre considr aulre dcade. Cet instrument
CHAMBRE
DES
DPUTS
o
comma non-existant. Le Chef
Eiculil hatien devra agir
avec diligence au nom de la
Rpublique pour obtenir la
suspension, aussitt que pos-
sible, de l'eftet de la Conven-
tion et de l'occupation mili-
taire.
supplmentaire sign par Ar-
thur Bailly Blanchard, Minis)
nistre Amricain, et Louis
Borno, alors Ministre des Re-
lations Extrieures, prvoyait
que le trait original ne de-
vait expirer que le 3 Mai 1936.
Le Dpartement d'Etat insis-
Si le S.nat approuve le ttTa sur la lgalit de l'agr
rapport, il ira au Prsident meul jjjrno/
pour une action finale. Il peut, A la Sllitc de rlude tai!e
retenir indfiniment une de-j i-nnne dernire par la Cora-
cision, s il choisit de le faire. >mission Forbrs, le Dparte-
Leressentiment contre 1 oc-} ment dEtal essaye d'h.tia
cupation militaire et aussi Diser les services civils de
contre;les officiels amricains nie et de retirer les marines
dans les positions techniques amricains aussitt que pos-
du gouvernement sest accru I sib)c si la Garde Hailieune
ces derniers mois et a rsul tsl prouve capable de main-
ea plusieurs grves et quel- ,enir lordn,f quelques ofU
ciels d'ici croient que les ma
riues pourront tre retirs
avant I expiration du trait en
ques dsordres.
L'0ceaaaliu>aMeiaeal0l
L'assertion de votre corres-
pondant que elle extension
n'avait prs t pla:e c'tvant If l
Snat amricain pour iatif'-ca-
tion, pour la raisou que ce n'-
tait pas nce:saire peut tre
un bon expdient politique, mais
n'est pas un emblme de haute
moralit dress devant le peupla
hatien. Ce soi-disant acte 8ddi-i Sance du 29 juin 1931
tionnel ne tut non pin* ratifi
par le Conseil d'Etat Hatien.
Ce document ne tut |amais
mis en lumire jusquen 1922,
api que L. Borno tt pris h
Prsidence, Pour lui donner un
costume lgal, cei aeU fut pre-
na Igu, sans s'arr'er au lm
qu'a 3 ojobre l(.)lt), un proto-
cole pour un Emprunt de
40,000,000 de dollars av*it '
sign entre Constantin Beroll.
Secrtaire d Etat de Relations
Extrieures d'Hai'i, et Bailly
Blanchard, le Minisire Amri-
cain.
Le pt'agf.!phe fi tel d i lr ar-
ticle s'exprime ainsi : Il est
clairement entendu que ce pro-
tocole, en lait ou par impMca-
tion, n'tend pas la provision du
trait du 16 Septembre ci-dessus
mentionn.) L'Article VIII du
protocole st'pule de plus: Il
est de plus convenu que le oot
trle, d'un o'licier ou d'olficiers
dment eommissionns par le
Prsident d'Haiii. sur la nomi-
nation du Prsident des K'als
Unis, pour le recouvrement et
l'allocation des revenus hypo-
thqus, sera pourvu pendant
lu dure de l'emprunt : aprs
l'expiration du dit traii. *
De plus, dans une lettre pu-
blie au Nouvelliste de Port-
au Prinre, le 18 juillet 1022, le
Prsident D riiguenave a lor
mellement ni que tandis qu il
tait Prsident, aucun renouvel-
lement de la Convention Ini-
tiano amiicaineeut jimaislieu.
Jean G. LAMOTUE.
L'occupation des Marines' U^AjPm?P qU? c
des Etats-Unis en Hati a con- 8/,u f *> &$f?'**rk
tinu depuis 1915, quand des herald, 20 Juin 19.it ).
. quand
troupes turent dbarques
pour restaurer l'ordre aprs
nue rvolution et un massa-
cre qui tut l'aboutissement
dune longue srie de r volves
dans llle. Un trait tut mis i
aicution l'anne suivante, l
faisant l'occupation et enga-
LE TRAIT AVEC HATI
Il kI senlrae qae le deeiiiurni la
1916 aa iss H rtnoaval
A LniTELR ou New-York
Times :
Le membre correspondant de
a rdaction du Times, MrDenny,
gant le gouvernement aider rdaction au i.mi*. Mruenny,
i retahliMiim.nl *JT 4*M une dpche publie dans
S5 0rd.re- ^8.Ut8' lant **Bm introduite la
ynii assumrent aussi, le con- chambre Hatienne des Dpute,
demandant que r l'Amrique
quitte Hati tout de suite, puis-
que le trait d'aprs lequel Isa
Amricains agissent est nul et
de nul eflst , a crit: Le trait
|rle partiel des finances de
la Nation.
U y eut une rvolte en pro-
testation contre l'occupation
es Marines en 1929 qui r
Mita en une e fl u s i o n de \ original qui entra en vigueur en
"-- yitj tait peur 10 ans, avec une
provision qu'il pourrait tre
renouvel pour on autre terme
de 10 ana, ai pour dea raiaona
apeilquea prsentes par l'une
u l'autre des haates parties
contractantes le but de ce trait
n'avait pas t pleinement at-
teint.
11 existe un acte interprtatif
par lequel il a t de plus con-
venu qa'une discussion, si l'oc-
casion s'en prsentai', arait en-
0a0e la fin de la lOme anne,
entre les deux, gouvernements,
n vue^d'examiner si pour des
raisons spcifiques prsentes
par l'une au l'autre des hautes
parties contractantes, le but du
trait n'avait pas t complta-
ment atteint.
Le 1er point d* l'ordre du
|our amenant la sanction des
procs Ter ux ce x lea 18 avril
t s mai y.'tl ont i lus et
sanctionns pir r.*t*aefnblt,
apcl uue moddi-aMon p-op)-
e par le dput Cinas.
O i p itaa ai 2 ne no* ni : l"i -
ture de la correspondance,o ss
trouve une importante lettre du
Secrtaire d'ltat des Melatious
ExtH' ures que nous avons pu-
blie hier.
\ictor Cattoin : l1 ni" semble
que la lettre du Secrtaire d E
tat ne constitue p;.s U'i sirnnle
accus de rception. lille con-
cerne la rsolution Bellerive vo-
te dernirement pir la Clnm
bre. Est-il vrai que les ques-
tions de dsocCUpation, de lih-
raiion nationale ne nous regar-
dent nullement ? Dans sa derni-
re lettre, sous une l'orme dgui
Si, le Minisl''e nous disait :
Vous !*s ('es mineurs sous
une tutelle, vous n'.ivez pas le
droit de vous occuper do. cer
mines questions.) Cest une ma-
tire trop grave pour que nous
nous contentions de classer sa
lettre. Le secrlaue d l-J.it des
Relations Extrieures vient de
crer un conflit entre ffirculif
et le Lgislatif. La Chiinhrt- ne
peut accepter sa laon de voir
qui est non seulement blessante
pour nous, mais pr< judiciable
notre prestige et notre d'unit.
Car il nous reluse le droil de nous
occuper de la libration du terri-
toire.Toul le monde sait q ie par.
mi ceux qui sont la tte do Pou-
voir Excu il, il y en a qui ont
demand le rtablissement des
Chambres pour obtenir la lib-
ration du territoire. Le Minutie
a dit qu'il n'y o rien laine. Il
nous rlre son communiqu
et il faut courber une tte docile
devant les taiis qu'il nous sou-
met.Je pi tends, moi,que quand
le gouvernement amricain dit :
Nous ne pouvons laisser liaii.
H laut continuer protester,
Biles out eu lieu, hier malin, cri.r 1^* ce que notre voix
au Sicr-Cceur par un temps soit entendue.Pour nous (armer
lgrement dor. Quelques amis bouche, on rpond tout le
aceompagaaient notre'ami Sa- lmP ** ob,cc..ons : S.
vous n tes pas satisfaits, prenez
carabine et chassez l'Amricain.
Cela est stupide,parce qu'impoi
aible, mais nous crierons, nous
proies erons,nous ne nous mon-
( NUfYrk Times , 23 min
LES FUNRAILLES
DE SALIM AUN
o
lim sa dernire demeure, par-
mi lesquels on reconnaissait
quelques-uns de ses confrre*,
les joarnalistes, quelques mem-
bre* importun s de la colonie
syn.nnePet quelques camara- J'""1* f" de8 eScl*Y?S Sa/'8-
/es qu'il avait su s'attacher par leits. Il laut que ,usqu'au dar-
Udialinetiun de W manires, nier moment nous manifestions
labaatde son ar e. lava- publiquement au monde entier
ni de son esp it ?u "ou? nc, 80fmmes P" Ml,s;
iicic m* k jaiJ j situation qui nous est
Des limera l es telles qu n les 7. ,
, a a. ,.a.-; r,..i. niustement laite. Il nous aul
aurai aim s, d se tes, mais ,
. ...... 4,iu.,- continuera crier comme nous
incres.ei ces sans ou le une
dernire af.afacUon que lui as- rapp0lIe .^fop rUnion pa.
Mog, mais la Commission du
rsident Hoover pour l'in-
vestigption des conditions po-
gWM, aous la direction de
*} UmsroB Forbes, aida
l'ger la tension en recom-
ndant la discontinuit de
"8UPervision amricaine
ossitt que la situation le
Permettrait, Aprs le dpart
**., Commission, les pre-
J}res lections eurenUieu
un gouvernement previ-
soire tut ;choisi. Plue Urd
actuel gouvernement consti-
e.5?el fut choi- Ton les
SIdaU la P^idence sa-
piati l dM *nti-occiiptdion-
rardaienl les deslins
f.^Nos regrets qai ne t' eia
dront pas de si i, accompa-
J gnent notre ami Sji 111 Aun sa
dernire demeure.
j___.____._____i-->
ilMIRi..
MIMLIIIEII
r.r GHILLIi
Employ Jepni 1811
I contre les nuUJiel
[produites par la
BILEMta6UIRES
[[UahkidafO'E.i/ii
\rcsro0AC, * /#-(
\TESTIHS.uCt/H\
\C0h0C7!OH3. PA.
\iuoisme,fievhS, 7ynr~i
RHUHATiSHEt.) wm
[linrkmxml
Paul OACK*
!fAlS,;2,;-ii.C TaMmP**rmmlm
m&
tnotique eut envoyer en mis-
sion aux Etats Unis trois dl-
gus. C'est grce au scandale
qu'ils ont provoqu que la Com-
mission Me Connu k est venue
ici.Nous avons obtenu quelques
satislactions ; la loi martiale a
t lave. Plus tard, nous avons
continu i protester ; et quand
la grve de Damiens clata, elle
i a eu l'ampleur que vous savez.
i Le gouvernement amricain a
' l4 oblig de s'occuper plus s-
rieusement de la question ha-
tienne et a abouti la Commis-
sion Forbes. Si nous lptons,
avee le secrtaire d Etat, qu il
n'y a rien taire, nous aunoua
' montr* qnejtoutes uos protesta-
. tiona n'ont t que dea tarcea
pour captiver la crdulit po-
pulaire et arriver obtenir un
' sige ici. Nous aurions tromp
I la confiance de ceux qui nous
4 ont confi la dlense de leurs
intrts les plus sacrs II I tut
ret nir cette lettre, l'exoasinr
pour signifier au secrtaire d E
tat les desiderata de 1s Chon-
bre. Vous croyez ssnv dou'e,
que si I Occupation se relue, on
prendra les aunes Ce n'est DSI
vrai. Les gardes tirent si bien
qu'aucune foule ne pourra leur
T a .' Au poi il d<' %ue 'e 1 ur
discipline, ils suffiront grand.'
ment i maintenir l'ordre, .le
vous suppbe de rserver celle
lellre pour en laire une tude
approfondie et prendre telle d -
talon que vous | igiTe con-
S OU :< ccl 'H ir '
La Chambre a dcid que la
I itie du Secrtaire d'Etat dea
KeUliena Rxirieurea sera en-
voye au Comit des Bla io i
Ki l rie lires*
Le dput Noma lit an lami
neux rapport des Comts de
I Intrieur et des finances CO !
cernant Ij loi surl-s domaines.
Vaugaea. A lune de nos
dirnirea aeeuces, jai soa u\-
la aigdature de quelques coll-
gues, une demande non pas d'iuj
terp llalien, uiaii de question
a poser au Secrtaire dBlat dea
Bljiions Liitrieures au suj-i
de la Conveii'isn et l'un de ni"
collgues, le Prsitleoi du Ce
mit des Relations Bilrieures'
Victor Cauvin, m'avait t lit OO
Ber que celle ques'i^n aurait ;
un peu prmature, parceSJ i il y
av.ni des ngociations pen'Jaa-
tea dont ueos ne larderioss pis
connatre le rsultat. Aujour-
d'hui, c'est lui-mme qui a t
oolig de venir celte tribune
pour dire de ne pis laisser clas-
ser.comma une lellre quelcon-
que,! a d pche du S icrtaired \i
lal, raSBO .sive cel e du bureau
de la Chambre qui signiftiil
l'IixculiC la rsolution Belle*
rive.
Les Secrtaires d'E'al out leur
e itre libre ici pour soutenir
les projets de loi du Couverne-
nieut et taire loute coin munie i
ti i officielle. La voie du mes-
sage est plu'l laisse Mn
sieur le Prsident de 11 UpB-
b'ique qui exprime la situation
aux Chambres et fait connu! re
le progi a muie du go jveraeraent.
II importe pour nous d tre lixs
sur beaucoup le points qui nottl
divis- nt. Avons-nous, oui ou
non, le droit d'inlerpellalioii ?
Nous avons soutenu que oui et
les Secrtaires dCat ont fini
par accepter noire point ds vue.
Pour celte question de la
Constitution, nous avons tenu
savoir ce que signifie la rsi-
liation successive des sel vieM
amricains.Le Secrtaire d'aval
nuis a crit que cela ne n >us
rtgirde pas.
Je viens plier le Co u des
Relations Eslrieurea aie tra-
vailler en permanence afi.i que
le rapport qu'il doit nous taire
la prochaine sance soit la-
bor le plus lot possible.
Bridy lit une proposition de
loi mettant les cemmunes sur
le ni.lie pied que l'Etat, quant
S la dispense du droit de II.libre
ta ta gratuit de l'enregistre-
ment de leurs actes, une mo-
tion tei.dant au ritab issement
de la 2' cole priiiiiiie de gar-
cas de V\iragoAne, eu atten-
dant la cration jd'un* cole se-
condaire en cette ville.
Louis JaeqiitS lit des ques-
tions quil compte paser aux
Secrtaires d'Etat des Travaux
Publics, des Fiaances, de l'A-
griculture et du Travail, en in-
vitant le bareau leur crire afin
qu'ils se prsentent i la sance
de vendredi precaain pour y
rpandre.
Descaries Albert lit une pr-
position appuye par qaelques
collgues de demander au Mi-
nistre des finances de se pr-
aenter au sein de la Chaaabre
mercredi prochain pour rpon-
dre certaines questions qni
lui serent poses, relatives des
services de san dpartement.
Une dpche de l'Arcahaie de
Jolibois priant la Chambre d'ex-
caser sou absence de ce jour a
t iae.
l'uis la sance est leve.
'..tlllldLJJ.iJBiajti esMjgggij
A veidre
Brevets simples de capacit
Certificats al Diplmes
l'imprimerie
.V.Valcln
11, Rue du Ur Aubry
"... a vu nn ds nos amis qui in-
firmait voir eifeudu d'un t-
moin oculaire et euriciilaire le
rcit de la morl de Charlemigae
l'tra te D'aprs ce mu Chml--
m g e Pralta arait aaar dans
sonna mac d'un coup de poi-
g i od au ( (wur qui lui 11 put
parui effleier amricain grim
n caco, L'n antre ami, prsen', a
ce moulent i aussi, alfirma a-
voir, lui aussi, entendu d'un eu-
Ire tmoin pataiea et auricu-
laiie le rcit de \\ mme mort.
Charlamague Pralteaarail mort
d un coup de feu Camiue il est
dillicile d'crire l'histoire I

.. toit qaele grvafperlamea-
taire a cess s ois brait ai tro n-
pettes, E'i ellV1, Messieurs les
dputs apte* aveir r/flchi 21
heures ont |u^ pins sage de
prendre leurs chques, lia
rtvaie.it, sans doute, la nostalgie
de la signature ilailit. I0u loas
cas, c'est tint mieux, et comme
on Id dans \n vulgaire: Tou' est
bien qui fi ut bien,
*
... vu une dame 1res experle
daoa 1 -s beaux, livres qni s'esta-
siiii devant nue reliure de luxe
travaill l'of-r.u-Prii.ce. Elle
disait :
S/rail-ce possible? Cela est
fait ici? Sans bl.gue? Noa, je
n'en crois pas mes yeux. Mais
qui do ic a pu faire ce travail
M luxu ux et pi lait?
- Etienne Camille.chre Ma-
il une. S mi adresse ; Bue Bonne-
l-'oi. lout prs de la l'harimcie
Sjourn.
.
... a vu. simudi a midi, de-
vant la West Indies Trading
Co ,rue du Centre, un vieillard
lubrique qui se hvr.il, devant
la rue gnral, dea cantor-
s ons lu u. res digues d'un ge
pour le moins pies Icudre. L al-
cool tait, sjiis doute, la cause
de eedbordemenl qui pourrait
bien coidunv, (|Melque jaur, ce
vieillard dbauch, une ville-
gialure au pnitencier nalianal.


... voit que ch /. Fkil S. Ds-
pi.KSST, c'est, chaque midi, com-
me a la Glacire, une quene in-
I rminable d automobiles. On
dirait que loua Uschaaftcursse
donnent le mot pour ne taire
leur plein de Basolioa que daaa
celle pompe. C'est qa'immdia-
lameot aprs ils peuvent se payer
leur sandwich el boire leur ko-
la l'picerie d ct o tant
se vend rapidement el avec la
meilleure bo.iuu g ace.
... voit que la Maison Kneer
lente de vulgariser la cinma
parlaai en fclslli, (.'est ainsi que
durant cette semaine elle orne
trois saneca a des invits.
e
... voit eue, ilmia sa lebre aux
dputs, le Secrtaire d'Rtat des
Relations extrieures,, pailaat
au nom de tout le Gouverne-
ment, l'ait sienne notre thorie
de 1 inconslitulionnalit de la
proposition Bellerive. Vu, en-
core. Mais rsolution... Tout de
mme... Comme si une assem-
bler politique pouvait avoir la
calme et la srait qu'il faut
pour connatre des ngociations
diplomatiquea... On espre
d'ailleurs que tout cela s'est r-
gl dans la sance en cemil,
hier apis-midi, qui a eu lieu
sous la prsidence de notre ami
le dput Victor Cauvin, dent en
connat le sens de la mesure et
le got de la justice.


... voit que de jour en jenr le
Rhum Sarthe, Cachet d'Or, ga-
gne du terrain. Il n'existe pas
un cal, pas une maison de fa-
mille o le coektail du midi ne
m las&c uvec cette boisson ex-
quise.
m m mm m \jm*tmmma- m m*
Assnrez-vous contre aemueait
la (jeneral Accident f ire A
Lite Asusrance orpoiatiem L-
mited . Vve F. Bei imngham,
Ageni (Gnral nonr " (i.
i
.' -


pfjl
LE MATIN 1 Juillet 1931
"Pour du Linge Blanc"
SA 01\ "CA1XDAD0
-

EXIGEZ LE
( Crusellas & Lia, habana ( CUBA )
Et demandez un Coupon avec chaque achat de 20briaues, qui vous donne droi
de jolis Cadeaux-Primes.
En vente clans toute la Rpublique. Pour renseignements et commandes
adressez-vous
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & CRue du Quai.
*'
T LE FERMENT
m !...
-O
Voiries A"" 4 avant-Mer tt d'hier
( SUITE & FIN)
Lar procdure de Gandhi est
diftrente, mais galement r<>-
dern* el efteclive. Gandhi a tait
pins qu'eflecluer une rvolution.
Arec 180,000 adhrents sans li-
mes, il a rduit l'absurde le
dploiement entier de la lorce,
casques d'acier, mitrailleuses et
bairicades. Il ne pourrait ji
mais accumuler des armes et un
outillage techniqae pour mener
une bataille, mais avec la rsis-
tance passive, la mme arme
puissante qui chassa les Fran-
ais an la Ruhr, il a dtail le
gouvernement anglais.
Ainsi nous avens deux simples
et progressistes instruments de
rbellion, les deux ellicace.s, le
ote contre un gouvernement
impopulaire, la dsobis.-unce
civile contre le rgime tranger.
Nous avons en mme temps
beaucoup de dmonstrations ne
la mthode suranne employe
en Chiot depuis 10 ans, essaye
aeulement la semaine dernire
au Nicaragua et au Honduras,
attach l'Amrique du Sud,
bien que l, aprs une longue
pratique, il u t Irouv.- que
si la bataille et l'eflusion du
sang sont confines aux par-
tisans immdiats de ceux qui
luttent pour les !on:tions publi-
ques, le rsultat Mt aussi dcisd
que dans des batailles sur une
plus grande chelle.
Quelques pays ont chapp
sux rvoltes de quelque sorte,
mais la lai g- u, du champ de
bataille si plus impression-
nante que la grandeur des en-
gagements. En dehors de la
China o les gueres non divil-
Sues tendent comme le son
es tamtams une grande dis-
tance, la rvolution russe est la
scale marque par une terreur
et une destruction de dimen-
sions ep.qui-s. a: tout lint-
r.eur du pays, en contradiction
avec 1 impression gnral' de
la non reistancs des masses.au
programme communiste sont
des preuves ds la lurie de I as-
saut et de la rsistance dans les
premires annes de la guerte
civile. L* guetta n'est pas finie,
mais avec chaque poasse socia
liste, elle se relche.
Regarde an large, la rvolu-
tion mondiale loule turieuse que j" vis une lois
surgir travers la l-riclriehs-
traite Berlin. Le peuple tait
al,an mais non dettrueteOT II
brisa quelques lentres, soutint
de quelques accidents obit aux
agents de la circulation avec
I hsbitada allemande Je l'ordre
et de la docilit. Mais il se massa
autour du titiehtttg et encom-
bra 1 s rues jusqu' ce qu'il lor-
al le gouvernement dmis
lionnar. Alors il en mit un au-
tre qui le satislb mme moins.
Nos rvolutions sont li'trales;
ne connaissant pas exactement
ce que nous voulons ou com-
ment il doit tre ralis, nous
tournons en des cercles agiles
et que le gouvernement change
ou non, la rvolution s'ta-
blit. Les plus grandes trans-
lorinalions, en vrit, ont lieu
en des pays comme l'Angleterre
o le cadre reste le mme et
tout dans la peinture est altr,
ou aux Fiais-Unis, sans doute le
pays le plus conservateur au
monde au point de vue politi-
que, mais tous antres) gards,
Opisnt dune mai! re qui tut
que le degr de vitesse rvolu-
tionnaire de Moscou parait lent.
Ev< Dtuellernenl i ou ; pouvons
trouver des lorme* politiques
pour xpi imet ces ( hangemenlfi
mais les vastes mouvements
auxqi. la nous BSM^tona m i i-
lenant ne sont p.* pob'dq es.
C'est pourquoi lanl J'indiidua
se sentent dups qui i-ouvorsoid
une lorme de gouvei ueiUtftit
seulement nom r neontrr !"=
mmes conditions sons tuv au
Ire. La rvolution es lechmqop,
si eial conomiqil el o;t:ts son
stage avanc de piedomiuance
morale et spiritue e. A un ho d
.le la balance o se trouve i
Russie, elle a one no'Msnte
ncessit de la poweion et d
la matrise de foiliihg'* tech-
nique de la vie mc-dr u ; l'an*
tre bout o se tiennent les pins
vieilles nations industrielles, il
y | une rvulsion < on're la dis-
cipline et la coordination nces-
saires n lu vie (Ibcitnle q .e
l'industrie impoac BU monde.
( Etirait du Niav Yohk Timi.s
Magasine )
FIN
T TRAGIQUE
OE
SVAT

c
Nous extrayons du numro du
/.") juin /'.)!/ de Xucno Diurio.
de Fanto Domingo l'information
suit ante :
Lu n fui RWrl par un moteur de
lujne et Cuire pendu.
Caxoagoey (Cuba) Hier
fut trouv a c de la grue
No ISS, avec quelques bles-
sures.le cadavre d'un homme
connu Ici sous le nom d'Igna
cio Luis de nationalit ha-
tienne. On Vroit que le dit
individu aurait t heurt par
un moteur de lignef lequel,
jusqu' prseut, n'a pu tre
retiouv.
I, autre pendu
Jos Venao lut trouv au-
jourd'hui pendu un man-
guier de la proprit El Ma-
lez*l appartenant Madame
Avelina de Merona, Veuve
Araoz.
Le sujet en question tait ma-
lade t-j> i- quelque temps.
C'est la raison pour laquelle
ou croit qu'il a mi-, i voiou-
Lirenieni ses jours.

Echos
LA LAME
qui s'guise
avec le plus de commodit
FN VENTE
PARTOUT
Distributeurs : Mohr & Laurin
P. O. BOX M Port au-Prince, Hati.
o -
NY're cou l're n Le Nouvel-
h'a'a r> signale la continuation,
La QonVe, des atrocits dont se
rend coup-ble If lieutet amricain qui y commande. Un
mallienrenx, oc< us de meor re,
a t si mallraiti par les gar-
des, qu'arriv devant le Jug<- de
''iix.Soii tal ne permit pas qu'il
lut li.li-r.ogj. 20 minutes aptes
i' av.: t cess d : vivre.
Il i m po t a que l'au'o i'
comptente porte sa plus s-
rieuse attention sur ce qui se
pesai La Go ave. Aatr meni
cette partie du pays devien-
dra inh 11 > ble pour ceux qui
I li.-bilent.
L'auio No33l4, appartenait
M. Polynice, a eu un t hoc < o >-
tre une machine de l'Occupa-
tion condu te in-r un n ariue
Le Prvt Marsh .1 a tait les
i constitutions ncessaires.
n-
Sance du 3 3 Juin
I.i sance s'ouvre par la lec-
tnre du prors-verbal du 19
mai qui a t sanctionn.
Parmi les pices de la cor-
respondance se trouve une
ptition des habitants de Ouana-
min'lie se plaignant des dpos-
sessions dont ils ont t l'objet,
une lettre de Mr P. N. Neptune,
commerant des Cayes, le ma m
dant au Snat de porter une
addi'ion l'art. 24 de la loi
sur le commerce.
Un rapport de la Commis-
mission de l'Instruction Pu-
blique a t lu. Ce rapport se-
ra imprim et distribu.
Le snateur Nau donne lec-
ture d'un rapport du Comit
des Finmes sur la loi Zamor
concernant les droits d'expor-
tation tablir sur les raci-
nes de campche. Ce rapport,
dit le Prsident, sera expdi
la Chambre et au Pouvoir
Eicutit.
L'ordre du jour de la pro-
chaine sance est proclam,
puis la sance est leve.
Pro pos
humides
Il y a toujours un lment qui in-
tervient malencontreusement dans les
affaires liailiennes. C'est la pluie.Dans
les grandes coin me les petites affaires,
affaires publiques ou affaires particu-
lires, la pluie, souvent, trs souvent,
intervient. Presque toujours on et
dsir ne pas avoir ce convive impor-
tun. Mais il est insinuant, incongru,
troublant. Trouble-fte. Ainsi qu'il
empcha dimanche aprs-midi la fte
sportive pour laquelle M. le Prsident
Vincent s'tait dplac.Il n'y et pas
te match attendu entre les quipes du
U.n-iii;; et de la Violette. Le
terrain tait barboleux. Mais il v eut
des ovations enthousiastes en l'hon-
neur du t'rsid -nt. Le sport n'exclut
pas la politique. La politique com-
porte tout. Et puis n'est-ce pas aussi
un sport t Les sporlsmen ne sont pas
eux sans s'en douter. Aussi bien, les
quipiers du Racing et de la Vio-
lette; ne s'tant pas rencontres sur le
terrain se sont rencontrs au bar voi-
sin pour vider ensemble un pclil ver-
re de RHUM SARTHE CACHET
D'OR, qui met toujours d'accord
avant comme aprs le combat.

OIE A uni
Ksquenectady ( Si .a ) La
station de radio on-ies cour-
tes W2X\F. de la Gne, I
Electric Company ndiodilu-
sera le jeudi 10 juillet cou-
rant, 7 hres du soir (heure
normale), et une trquence
de 9530 kilo ycles.ou par des
ondes de 31 mtres 48 ceuti
mtres, un concert ddi
Hati.
L'orchestre sera dirig par
Monsieur Justin Elie, et ex-
cutera deux solos de l'mi-
nent musicien hatien, com-
positeur qui jouit d'une juste
renomme et qui, de plus
s'est distingu comme,pianiste
et comme maestro-directeur,
spcialement en ce qui con-
cerne les rythmes modernes.
Les thmes de ses composi-
tions sont bass en gnral
sur les rares effets mlodi-
ques de la race aborigne de
1 Amrique Latine.
Finalement les compositions
du professeur Elie iigurent
daus les principaux conceits
radioditnss de l'Union Pana-
mricaine Washington. Le
programme do roocerltiu 10
juillet est le suivaut :
OftCHESTKE
Danse dans le Temple des
Dieux du Soleil.
Danse des louanges des
Dieux du Sdcil.
De la partition Kiskaya.
ORCHESTRE
Souvenir d'nn baiser, G.Borno
Fanfaronnade L. Lamothe.
I Justin Elie au niano.
\ir populaire arrang pour
piano par Justin Elie.
Dvouement
Codasse
Danse Indienne Justin Klie
La Rumba Justin Elie
ESTOMAC
Remde Milieu
BASTROCWI
mhptit pv lm tptMii et Pvk |
soulage immdiatement:
BRULURES-CRAMPES I
ACIDITS t r ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION en FOIE
DIGESTION PNIBLE |
GURISON MPfDI
PraJa* a D' C0RNEIJUS
7, av. Caaataat-Coeaafa, ?kW\
Vivum
tort^u-trinm? PhanMr'..*. S* |
Ml
!-
Dcs
Nous prsentons nos sil
condolances Monsieur'
cent Gaudmo qui a eu la Ha
leur de perdre sa mre Ml
me V'-'e z> Gmdiio, dJcid
Naples avant-hie'.
CLUB UNION
Les MemI) es dn Club Usa
sont convoqus en Assembjj
Gnrale, le dimanche 5 Ji
prochain, 9 heares du
au local du Club.
Ordre dn jour :
1) Rapport du Bureau iur|
gestion, D
2) Election des Prsident]
Vice-Prsident pour l'Es. 1
3) Question d'intrt gl
Port au -Prince, le 29 juin
Le Prsident,
Clment YAGL0IR&I
Portail Logane
Porl-au-Prince
J.B. VITAL, Prapritaire
Ebibi. Flill \HT (ils, Oirerltar
Grand Atelier de menuiserie
fine et d'bnisterie o sont em-
ployes les machines Iranfaises
les plus modernes.
Qualit indniable,
Elgance indiscutable,
Conlort incomparable.
Prix tous abordable,
est sa devise.
Tlphones : 3410 et 3191.
IIIAIA
Cin-Ialdu
CE SOIR ^
Un film merveilles :
Violettes Impriales
Un attentat historique avec Raquel Meller.
Entre : 0.50 ; Balcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
Un grand cinroman avec Jacqueline Forzaons :
Le Calvaire d une Mre
( LA POCHARDE )
3e et 4s pisodes.
Entre : 0,50 ; Balcon : 1.00.
^*.
Le Rhum Karbanconrt
bonkfta reooeaatie $A taiveeeelie i gard ta preaArt |lae*
Demmez par tout :
UN BARBANCOURT
IMpo^BsM! > Caars


LE ACTIN 1 Juillet 1931
.BfV
aOA,
iBaQIl iTTir >
Avis
Le wmedi 4 juillet, jour de
Indpendance des Etals-Unis
4'Amriqne, {le Ministre Am-
ricain recevra a sa rsidence
Avenue L.. Hue 4. de onze
heure* du matin uut heure.
gndamfc. pour votre
gouverne,
N'allez jamais en ville, sans
jtireune visite chez
Peul B. AlXIL.4
Si vous n'achetez pas, vous
pourrez tout de mme vous
renieigner sur la dernire
ode en feuilletant les cata-
logues. Du reste.les chapeaux
ciposs de paille.de feutre de
rfitoLetc: les jolis Veiltt chif
La Grande
liquidation
Uelle et complte du VI .
gasin de Vincent 'JRKIDY
Continue
Consultez ces listes de prix
dans notre dition des 4 et
7 juin courant
' Accourez vite avant qu'il ne
soit trop tard.
1 'cole WiwK
I, Exposition de tin d'anne
s'o.ivrira samedi soir 4 jui let
et ss fermera lundi 6. Les
amis rie l'Ecole et les ancien-
nes lves, les parrntg et tous
ceux qui s'intressent la
I om
"6LAHD0PHILE"
La Mdication par les Glandes
La QLANDOPHILE-
mx un r>iiit .1. landea fratchaa
'animaux lactlannaa parmi 1m
aaacea laa plat vlgourauaaa, alora
qac la acrtion glandulalra chet aaa
animait! al
Bplol m consri
L# troubles uerreux at imomnie,
- la qutntaaaanca; soa
aanplol m conscillr crlool.etc; les jol.
Ion les Crpes de ( hine, les jeunesse scolaiie, sont invits
Seieries fantaisies, ne se trou- cordialement visiter les ralles
vtnt pas ailleurs de l'Exposition.
Nouvelle Sensationnelle
\
. f i*P"*on phyaique et morale,
L affaibli aeum eu tunral,
La eroiaaance difficile,
La raobltiime,
Laa auiMt de ne-rre,
La vlelUaaee praee,
F " u ro w * enei I homme quo cher la foanaae.
Le "QLANDOPHILE"
par aon action rapide at durable aur
I eneeuble de touti a Ici fonctione, cone-
lltue le rparateur la plus enar-
fiqua dont l'action na aa traduit paa
aeulamcnt par une aensatlon de blen-ltra,
maia par un rajeunlaaemant total
de l'organlarae.
Demande donc :
.U.'.'Sl-A,IOOPM,Le"M I r.omraa
li"QLANDOPHILE F poar la femaM

j La'QLANDOPHILE
M aontlent auoun produit toxlaua
j tpratCtre pria par TOUT LC MON OKl
f taatata, adnlteaat vieillard dea 1 aeiee.
NetUe r.tnlte at vaota :
SJOCTNE. W. BUC.H. Port-am-rriim
at da toute lea bonnes Pharmacie*.
8tt/t ittrikuttn : A. THOMAS & f
,_ Jt, Rue Martel, PARIS
nnuuiiiianuiiuiiiuuiiiiiiiiiiuiiiiujuiiiiiiiiDinin
1er la dernier slfamer
ennent d'arriver les forni labis ca
ii
(
!
.AaW
...^
IMLKNAIIONAI
4 et df fl cylindre e 1 tonne 1/2 i 2 ton
Venez voir et incompa- I laa Camions, ces ttoij
S'a'io o voua sur- z l'oc-"** on de corn'nfrr,
ca dois ; de 100 pour 100 de
d- T1 anspor
REMERCiEHENTS
Iti .l're lel:i 1) i ' i x
n A b ri J >< Mi Mo
I' l DM IOP II If i r- > t !S,
M * Mrr' I* o' tan JuMe t-
Uellt !" ai ai I) Juste, Mi
(I N1! Ju:ill. J k'i, Vi{ d me Dors.i'ivii .) s1'*, Mr ri
Madone Justin M*aaiart N"r
Osrar Piizbvrg. Mr Pirire
Kiiizbeig, Mr Mmt Julilio.s
Pila et mu pi knli rfu.t-m o ni
n Qrandeui Mo< stienrur il. H.
Gai son, es cti'S *GButi de la
Coin i ui :-c' d Saut argnt-
)lr, I. <.|f!j."' de la C.ft'lu de- la S.iin t T iiii'^, la S pi-
nt'ii'c ! !i.s li.lv-.
j de Cluoy, Mvrand ?
! n'dy, icus leins amis
t S' Jo eph .
Mr Ki m- )
sut de *
ifflE m m mi
^n verlu lod'uoaobligation
I".jpotlin aire eu date du 2
le/rier mil neul tent vingt
.sept souscrite par la eue da
me iMaria Laguerre, mre des
mineurs Privt, Elonore.Emi
'e et Qdette Laguerre, la
demoiselle Ccile Bayaid;2o
|*e deux jugements en date
des dix neuf levier et dix
"!,it juin ruilai-m cent trente
et un. rendus par le tribunal
le Premire Instance de Poit
au Prince ; 3o de deux corn
iaudenienls. dont l'un en
laie du quatre juillet mil neul
'ont trente, et l'antre du vingt
sept juin mil neuf cent trente
et un, demeurs infructueux,
il sera procd le jeudi seize
juillet 1931, d,s dix heurts
du matin, en I tude et par le
ministre du notaire Kdouaia"
Knol. rsidant Port au
i rince, rue Roux, la vente
au plus oflranl et demieren
t iiensseur, d'uue proprit
tonds et btisses, situe
l'etionville, l'angle des rues
Mtellns et Louverture, por-
tant le No 'iode la convenance
de (0 pictJs sur la rue Mtel
lui ' I I-'1, et 10b p e K sur h
'M< t. Nul .1,
ne au No. p..; !.. t L, q
\eiiuie,ju uo j;ir i'tnipl;cc
n.cul t\o 20, a l'fisl par bue
aktcllus et tvouest par
lempibi meut ^t. 2, telle
qo'tlle .-e comporte ; sur i
nsist a pria d h .m tent huit
iii li r aOttift les 1 a*s ux i raie
11 em quilc(-uqus cl ej. I 01 >
la.i s usuels de I aocil pour
ai i^aut cy (J, gfW.W).
la reqtle du a uVuk/1
stile Ccile. Bayard, prupric
taira,demeurant ei domicilie
Port au l'riu e,ayant |> avocat COUSlilU ^le Louis li.
Vilgrain, cre lection de
domicile au rab-m 1 du iiit
avocat eu cette ille.
Contiele.- nfnurstvtouo Emilie, 0 latin et Privai Lt
gunre, iej lseult s par lai r
tuteur Paul Jean L;piiu,lows
piopritauts, dta.euraui et
PLACE DESSALNKS
c.
Restaurant
choix o l'on
C d chi
de premier
trouve toute heure les
consommai ions les plus d-
licates.
Sandwiches sans 'pareils.
!
\ ykes Brothers SS Co lue,
ataiato *jomtiijv> porto dion
Vr :\ pMSSAgt 1 s (t
directeiitiiil -vcc
Il \ 15
\.\ M
Toxa
Le seul service hebdomadaire ri u-.mi
lu'", entre les ports du bulle du Texas
Pori au 'Prince, Haili.
l'on ;. it-i t|.|.(,ii rapide el le maniement habita
Importations, suivez vous loui tur des navires de
Ll.M .
ii ci. t!i unea anfv. es n W rt-an 1
Suatnoi Vefu r. L\L s * :;
S/S ( i m i \ e
\n Kulh Lyke.s
S/S M 'ir;.i. ykes
S/* Al iKii.il L'yksi
B.ituu: Hue du Magasm .'e l'Etal Uo te P s'Mc U
li
17
2.1
:il
! Mm r
i-il'ei
juille
<*
t

l'.'.Jl
Grauj Caf de France
i rraaajus
aiiDirysier Sertiee_
oai-m nrt, que ce sol le> vr,
iace *.....* '
Las Ca-nions INTIRNATIOV L sont rux l ua'd taut pour
n'iraport" tquel uspg^ sur le routes d'Hati Venez voir les derniers
modles.
h l'iovince qui de h Capitale] domicilis ea ceUn
mil I; lit' i"Xi~tl la ll.AMr.O !. lit- t> _ Bi a
qui lt m oui ii moign ii ur sym-1
psihie i Ioceasioa <' la mort'
de leur poi-S", mie. Iille,ur
belle fille, ii. e, cuusiue et al-
lie.
EDITH EI.IZABETII JUSTE,
naCAMEKON. enl vai leur
afleclion lt- y udi 25 juin 1931.
vi lie.
1 s 1 enseigne
^^tsi aw.
Franck J. MARTIN
DISTHIl LTEUR POl'R HATI.
ALUMINUM UNE
WlTS DIRECTS DE NiW-ORLEANS ET DE MnWLE
P0W roiS LES PORTS DE LA WPVBUQVR D'BAITI
Le stsniarToruBgcn) laissera Ni w Orlans le 30 eoaraat
et Mai)* k 2 juilltl et direcleaacet puai Gouivcs.Port-
au-Prioao at las ports, d a Ss.
Port au prince, le 24 juin 1931.
A. de MAT1E1S & Co., Agents Gnraax
\ H 9 LU COMF.'iSiyisS *
Le S^nai !;1 *: tca.ie::! lea Ircis
asditiamenta spcilii|t>ea Uont IWiioa
til/pbiliiique es actrilifiqucmcni
ti.-tion:re pu Ik* liavuux des plu
aaloactl BtvtadlMi exerce une ooliun
awalhra papldl sur lei uccident de la
SYPHILIS et la sai>$ 4 Uuiua ka.
(aliludai de la Mahdwa
Sn*. iaaoflt ' r i'-' 1 f'fKw
i r-.-owt 1/1 IraUameni 4oaon>iqne
, (Baorat t aficaaa HEUTLAANT
VLEaftQOKSSa
g A r.haus h.'..i tn amatli enc
.illAflaUQdl I II
I :Tec./n.if j.i it*railr a ' roH*aiT
| a.S.iWCWIaaiKi!rt.tjalatw 5.-M,*e*
a* an vitr rtra fau!*a a>
laa afcurinaolaa d'Harik
l'ourplus fifti]
ments, taiea&eruu Soi^i'e
susdit, dajposMaire du eaiiier
des charges.
rl , sBJomx, Pbann
lort au Prince, le 30 juin llJ31
Louis H. VlLGUAlN
Panama RatlroaU
Sioamshilp Lino
I.'-s chargeurs s >nt pi ls ,e
nn'er qne le steamer V is
loi ia est iltei du A Por "ii-
l'iince, 'Nenant de Cf viol al.
Canal Zone, le morwtdi M
juillet 1W1.
Lea'perirt'i d'en haque-
ment seront dlivrs p ur ie
liet destination de N Ynik et des ports Emopiens
sur demande faite ce bu-
reau.
Ce steamer pal ira le ru*
nie jour 2 heures p. m. di-
recte ment pour NtwYok,
pitiant lit, ni ni le, et j a sa
gers.
Poit an prince, Hati, e 30
Juin 1931.
Wm. M. LLOYD
Agent Gnral, ad hoc.
S' u la direction wiaa et IntelliBjanfs de Moaai....._ .
fiiraldi qui -si devenu l'usaoci it Monsieur Patrnjfi, lt i>impiV
lair ri* fi tablissement qui n'a pas .d'gal, le (HAXfc CK
DE FRANCE, nllre tes aimables et distingus clients, lai
ennsommsiiouft lis plus fi es, les vins de taules provenances les
pins (lioisi-, Cigares el Cigarelles, Sandwi-jhes, varis, des anx
ri, ..,t I..l......,..,..,. r
eoatiatnsfi >'e
Tlepnaue 3S41.
dfiant toute ron< unence.
L'ccue;l le nlus syrnpafhiq'ie
Irait d- rana* jf He France.
PATRiZl A Co.
taillent
1
BIRE NATIONALE'
DE I.A
Brasserie Nationale
sa
Or 0,10
qualit
Se vend partout
le verre malgr
su Drieu re.
Protaez voire Doche cl
votre sant en la buvant
toujours.

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE "
El) G. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
Toutes les Polices
m OE LA
m u
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de tauxi
lEug.LeBoss$Co
Agents Gnraux -
llBafillalMIlal'' WW**"**mmamWamm*m^
ill


Mercredi
1-Juillet 1931
Le Malin!

2fcnie ANNEE N 740v
frt-ia-f'riuee
ieiu.ioiu : 224:
i/A
. m-*
4 i'A iilS
!
'-*<*.
m
4
Jl
Panama Rnilrnad Slamship Linc
Servie de jrl cl de passagers enlie

Wtti rapi I c 'i |tiin direct rmicr de transport de passaaeri etde lrt\ ertre Ifai4ii
et les poii.d-.uio; 'eus via Nrw-Yord el Cristobal, Canal Zone, Isthme Voi i Ut iivt 'le nosjjagenti | our les principeoi ports de l'Euro;
Angleterre
pe :
France
licosse
Mi'. Mil i DON & Go- 17 James Street, UvMfOOL, Enqland
lin- felluvii tj arr ENilANI), SGOTLaND, Fl.V.i:.
Messrs G. \V, SHELDON & Co.,
17 Jjmes Street, Liverpo )\ Englan
liiriimc, Mi:-.m.\ f, W Si ilon & Co. are r> preeenteddby the loliowing Irma
COLUMBIA
L'appareil dejehoix. l'appareil qui offre
le plus de qaranlie.
L'INSTRUMENT SUPREME
(Ll i.mi y Hknki-.y Cn
21 Iti.e ne la I Rpublique
al< rseillee.
Hernn IN r m Co. Ltd.
51 Qna George V.
Havre.
Il trou Prou & Co, LH,
Il te du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs. A. Iknoix &. .'
21 A lengpde Copenhague
Oslo, Norway.
Intel national
Spcditionaselkap Oslo.
MU Atlantic PreightCorpp
Ijallinhuis, IJamburg 1.
Gcrmaoy.
Messrs Atlantic Freighl
Corporation
(iermatiy
Messrs Al'antic Freinant
Corp'n.,
24 Q;ni Jordaens,
Autwups, Hlium.
Hmm Pbbon & C" L4d
Vis Hue des Maris,
Parie.
IIirnu Pmon & Co Ltd.,
Hue de Traiiqnilit,
Dunkerqne.
Hnnro mon mQo Ltd.,
9 Hue Roy,
Bordeaux.
'/ims )R, ITALY. !
Mcssis riitfBY Col & OlMio
Piaxza S.YIattho.No 15Cienop
CoTTVNBuaa. Swkdbn.
Nordisk Express,
Cothenhurg,
Mess s Atlaniic FftlIOflt
Coni'N.
Koa Kmmop'ein
Rotterdam no'aoe)e
Messsr Stkimanx-3 Co
Clart
Solidit

Puret a
Prsentation

TH1 L'P-TO-BITK RKPAIK Slllir
Harry I*. Ktuney. Prop.
1311), Urand'Hue,
Port-au-Vrince, Ilaili.
Piionb: a 8488
Automobile Gnral Repain
Ylleaaisez.tetrr laie d'itulemeliile
Aprs 12 annes d'Bzpritaen
en Velcanisatien de tubes et
pieus noas vns garantisse!)*
aie srieuse rparation.
LISEZ CETTJE LISTE:
Teiring Car In m
0 ta 7|*0 Rail.
1 piMHture Or 0.10
Each puncttir.1 livrefter 0 06
Valve base 025
Valve inslauleH 0.21
Valv new n.3ll
Valve insides 0.1)
BLOWOUTS
1 inch long 0.10
Kach inh ihereafter 005
Joints repaired per inch >.".">
Trark Iran
5" ta W*
1 puncluie 0 20
Each pnne ara Ihereal'er o 10
Valve bas.' 080
Valve instau'e I o 40
Valve new slraghl q60
Valve new olfet 1 00
BLOWOUTS
l inch long 020
Each incb Ihereatter 0 10
Joiets repaire' per inch 0.10
Rienins Tires
Tearing Car any size 0 20
Trark Te 32x0 0 50
Trnck ail larger si/es 1 00
,.. om^.i^-l' m* .! *
mesfc Enfantes
Sont Mieux Traites
Extrieurement
Arrtez-le en une
nuit.Ne"droguea"
pas; frictionnes
l'heure du coucher
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Mariniez & Co
L'INDIP'V^.
Grand Rue No2tQ4.
Le modle 613
Telles sont les qualits excep iouiHies que'le
GARAGE KNEER
vois oflre e i installant une de ces rmehines ch z vous. Toute la mus lire dj BBO'l le est i volri
porte.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ce modle et vous serez con-
vaincu de sa supriorit.
Noubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement..
Port-au-Prince
KNEER'S GARAGE,
Agents i F. CHHIEZ Petit-Gove
C. PINARD Saint-Marc
Eceuti-z les eancrrts COLUMBIA la slatiai H. Il |K la is les tend redis sair.
r0lU)OZO Cayea
Mu.eC DOUCii!. Jacoa.l.

ASSUREZ-VOUS
la
General Aceident pire &
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( ScolLind )
A
Life
Clin ruix varis p*>nr homme*, l'inmert en fants lohrj
a,ni par des maisons htllien es al avec de la paille du
pajli
l'a lies une vis te i L'lnd:gu>..
L
VICKS
VAFoRun
PourTout Refroidissement
Rova) MailSteamPacketC"
Le eteomer Caboona ven.mt de f.on4rea. Kmgetoua les
ports du Su I, est attrn l jo ii va bs po ts du Nord p ur le HA#ra, Ai ers, Loi
dre.
i. j. m io,
i^gcul (ineial
Tlphoue, No 2311
Car la -Je ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou aha.ap d'action ejni embrasai
niundi-
Sis Polices contre incendie convient aussi les drta eeeasonne par la tfoit
Ses polices pour Automobiles couvrent vols, ineewlie, malveillance, dearfnaH*
eaaaee jutiui dans se personne (m dans ses biens.
:-es Polices Maritimes mises par ses bi8Pehea d'Euiape sent pn,*-l>lei en B^
^ee Polices contre accidents^ ui devraient donc prendre la picanlM i- de te munir d'une police eontre acealr*
dan nui i.s lUOt dollars, la prime aauurlte li'eianl que de 1/2 */ s* 20 ddBar a*--
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCav*
!
SLN E -1S
#pent (r 1 p >ur Kaiti.
P aitit.PBiee. r. mp


Momqne Hatiennes

Chariier-Nialebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 122^
tlphone : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs