Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03651
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 27, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03651

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
1361. RUE AMERICAINE !&
TELEPHONE N* 224t

Dans la diplomatie,
comme lr r**rr9 1^
put eace at le. Umpi
soac des 'ln ta In
cHspensableai du bu' -
ces
l'a ni DESCIUNFJ.

" IWI '
2Bme ANNEE N* 7406
RVT

.v ai^^'.i. iiw
SAMEDI 27 JUIN 1931
JU_ L -J3MJ-'

Ce qu'on pourrait faire
en attendant 1936

Le Prsident Hoover mrile
la gratitude hatienne. Il est,
dtpuis 1915, le seul Prsident
des Etats-Unis d'Amrique
.qui nous ait marqu catgo-
riquement son intention de
ne pas s'en prendre au droit
de vivre des petites nations.
Il nous a accord les Elec-
tions Lgislatives aprs quoi
nous soupirions depuis 1917.
Ce n'est pas de sa faute si, de
temps en temps, nous avons
l'air de ne pas lui donner rai-
ion d'avoir cru que nous
tions la taille des hautes
institutions dmocratiques.
La question n'est d'ailleurs
point l pour aujourd'hui. Il
s'agit plutt du Secrtaire
d'Etat Stimson qui aurait af-
firm au cours d'une inter-
view ou d'un discours qu'il
n'tait .nullement dans 1 es
vues du Gouvernement Am-
ricain de nous dbarrasser
immdiatement de l'Occupa-
tion. Et pour raisons il donne
les troubles probables qui sui
vraient le dpart des marines
du territoire de la Rpublique
d'Hati. Les gendarmes, pa-
rait-il, ne se soumettraient pas
de gaiet de cur l'autorit
d'un Chef de la Garde, s il
tait Hatien. Et la politique,
peut-tre, contaminerait 1 Ar
nie.
Si ce n'est que cela, on peut
bien s'arrter un mezzo ter
mine qui, on l'espre,donnera
satisfaction aux deux parties.
Le marine est, aux yeux de
l'Hatien, la personnification
mme de l'imprialisme am-
ricain. Toutes nos prven-
tions tomberaient le jour o
il s en irait d'Hati. Pourquoi
le Gouvernement Amricain,
rait avantageuse aux deux
parties. Elle nierait chez l'A-
mricain toute ide d'absorb-
tion, et chez l'Hatien, elle ac-
cuserait un esprit d'abnga-
tion pouss une limite ho-
norable.
Pareille mesure pourrait
s'tendre aux autres services
des Treaty Officiai. Le Gou-
vernement Amricain pour-
rait se dessaisir de quelques-
uns de ses autres pi ivil^es en
accordant la Fondation
RocKteller, par temple, la
facult de dsigner le mde-
cin, amricain ou autre, qui
serait dsormais confie la
direction du S- d'H.
Le g'oupe des Universitai-
res, une torce aux Etats-
Unis, ne pourrait-il pas,
d'accord avec le Dpartement
d'Etat, soumettre au Gouver-
nement Hatien, une liste de
candidats aux fonctions de
Directeur du S. 1. A.? Pour le
poste de Receveur Gnral
des Douanes, nous n'aurions
plus besoin de Conseiller Fi-
nancier, le Conseil de l'U-
nion Pan-Amriceine prsen-
terait par 1 intermdiaire du
Dpartement d'fctat. des pos-
tulants au Gouvernement
Hatien, et qui seraient Am-
ricains, Argentins B siliens,
Chiliens.elc.etc. Peu importe
pourvu qu'ils tussent comp-
tents et n us par 1> vo on
de coopre) h nntement avec
nous, jusqu'en 1936.
Ces suggestions peuvent pa-
ratre oses Mais S. E. M.
Dana Munro les comprendra,
uui est un esprit de qualit.
Docteur eu Philosophie, dont
la thse fait au oi it tant dans
son Pays que dans cerlaines
Linncain, parties de l'Amrique Latine,
de concert avec celui d'riali, universitaire de haute enver-
a confierait il pas le coin
mandement de la G D'H a un
corps ti'Officieri Suisses, par
exemple, jusqu'en 1936, bien
gure qui oflre ici eu admia-
lion son tact, sa modestie,
son dsir de nous lompren-
die, il ne se pourrait pas qu'il
entendu. On sait que l'esprit | refust de travailler trouver
de Genve est ce qu'il y a de (avec uou>. dans ce sens, une
plus mteinational et que I ira- f base d'entente et qui ramne
pnalisme n'a pas droit de
cit dans le cur de la petite
nation sans flotte qui a l'hon-
neur d hberger la S. D. N
Celte solution temporaire se-
rait la confiance et la sympa-
thie entre son grand Pays et
le ntre pour qui la recon-
naissance est une vertu cardi-
uale
CHAMBRE
DES
DPUTS
84ane du 24 juin 1931
( SLITE ET FIN )
' Le secrtaire d'Etat de Pins-
truction Publique dpose le pro-
jet de loi sur l'organisation de
l'instruction primaire,requrant
un crdit supplmentaire de 194.
825 gourdes accorder aui ins-
tituteurs comme salaires et lo-
cations de maisons d'coles. Il
en demande l'urgence et le vote
immdiat.
J Victor Cmnvin combat Is de-
mande du Ministre. Le Dpar-
tement de l'Instruction Publique
avait grandement le temps, dit-
il, de prsenter sa demande. Il
y a des chiffres i examiner.Nons
ne pouvons pas le voter au pied
lev. Ce serait un vritable bri-
gandage.
Le Ministre : Je ne serais ja-
unis venu devant les Chambres
leur demander de sanctionner
un brigandage. Je m'viterais
une telle attitude. Il s'agit ici
d une situstio" particulire. Si
\e suis en retard pour vous pr'
tenter cette loi, c'est qu'il s'tait
agi de transfrer des cole* dans
les btiments construits sous la
direction du Service Technique.
Ce que mon Dpartement a re-
nte. Nous avons lutt pied i
Pid pour qu'il n'y ait pas de
brigandage et nous avons triom-
ph.
iauvin : D'aprs la dclara-
tion mme du secrtaire d'Etat,
il y a des raisons majeuies
pour ne pas voter au p ed lev
son pi ojet II le prsente au der-
nier moment pour faire pression
sur nous. C'est le Dpartement
de l'Instruction Publique qui n'a
nas prpar temps son projet.
Je demande la Ch mbre de
rejeter sa demande d'urgence et
d'euvoyer fa foi au Comit com-
ptent.
Brdy appuie la demande du
Ministre.
Le secrtaire d'Etat des fi-
nances : Le dput Canvin se
trompe quand il croit qu en vous
demandant l'urgence et le vote
immdiat d'une loi, a peut tre
du brigandage.Ce crdit suppl-
mentaire qu'on vous demande,
c'est pour couvrir les appointe-
ments et frais de locations des
instituteurs pour juin, juillet,
aot et septembre. Quand nous
leur aurons refus leurs salaires,
on aura beau dire qu'il y a des
responsables,ils n'en souffriront
pas moins. C'est une honte de
voir ces malheureux instituteurs
ne toucher que 3u gourdes par
mois et vous relus z encore de
les leur payer,
Un incident cela le nlte, te
Prsident et le dput Mctor
Cauuin. Ce dernier finit par ob-
tenir la parole, i tais le secrtaire
d'Etat de l Instruction Publique
l'interrompit pour une motion
En
3 jours
il rend 1
de 3 tons plus blanches
L'icmmt tm'neptiqur (',/ 1 .'."...'-.,.j tttmJi*
par i Ittkmifut ixrfuiirr Jl U Irout--iec ntlloir
*m rmitml lei Jrnli fini Utncltrs un, JifN
DBS dents jaunes enlvent tout le
charme. Dei dents blanthcs
flattent! Et pourtant les dents ne
ont recouvertes que d'un dpt tar-
treux. Ce tartre donne aux dents
une apparence terne et non'soigncc.
U est tach par les aliments et le
ah-ai, et il se dcolore.
Le Kolynos enlve ce dpt tar-
treux! Un demi pouce tendu sur
one brosse sche remplit la bouche
d'une cume qui est antiseptiq-'e et
dsagrge le tartre. En employant
le Kolyoo avec une brosse sche.
vous l'utilisez a pleine force!
De plus, les poils de la brosse
conservent assez de leur raideur
pour rcurer convenablement les
r-rftCfi des dents et de pntrer
dans les interstices entre les dents.
Cette cume rafralrhisianre, possdant
tuuie ta li.ne irojuu sua tllti sur les
iftf.i laineux jauntre, tout lomme de,
oiillams rie doigts lorislblos, Ml, les
nurlift et lave lr, turtace, den-
taire,. Llle dtruit le, germes et les aci-
de, bueeaui. Faites l'esiai du Kolynos
;i.te pendjiit 3 jour, et voui tous rendrea
compre de la blancheur que vo, denrs
auront acquise, et du e>i de proprsni
que vou, aurex dans U nuucuc.
Autour del Compagnie
d'Eclairaje Electrique
Nous aurons bientt i taire conii: santes (onrernant la Compagnie d'Eclair; ge Klectrique de Port-
au-Prince.
Le public ne perdra rien attendri.
P * '" "'' ^ ^-------------1- imm |, s s m m ii |
d'ordre Un colloque s'engage en-
tre eux. I^e dput Catwin con-
tinue :
Vous auriez ri prvoir que si
vous ne prsentt! pas temps
ce projet, les mois de juin, |Uil-
le'.^ol et septembre ne seraient
pas pays aux instituteurs. Je
veux que la Chamb-e fous in-
dique le mole rie procder.
Vous avez eu plus d'un an pour
constater ce dficiU insiste pour
que la demande d'urgence soit
leJMe.
Le secrtaire d'Etat de l'ins-
truction Publique Le dput
Cauf n s mb e due que l'arimi-
nislration doit subir le poids de
sa propre lau'e. Je vous ai ce-
pendant nettement expliqu les
raisons pour lesquelles ce crdit
supplmentaire ne vous est de-
mand qu' celle heure tardive.
C'est parce que, je le rpte,
nous avons eu luiter contre
les exigences qui nous avaient
t faites, que nous sommes en
retard On ne nous a cd qu'en
dernire heure.
La demande d'urgence est vo-
te.
Descartes Albert s'oppose au
vote immdiat et en donne les
raisons.
Le secrtaire d Etat des Fi
nances di( qu'il admet que le
gouvernement soit en faute,mais
qui va en ptir ? ce sont les
malheureux instituteurs pour-
tant dignes de toute notre con-
sidration.
Piou s'oppose au vole imm-
diat et adjure ses collgues de
ne pas l'accorder.Ce sera uvre,
dit-il, de conscience et de di-
gnit.
Le Ministre de l'Instruction
Publique. J'ai eu expliquer
que le budget actuel n'est que
relui de 1929-193f prorog. Il
n'avait pas prvu ces dpen
ses. Le tort apparent peut re-
tomber sur nos paules, mais
je vous ai expliqu comment.
Il ne s'agit pas de se drober
un examen. J'attire votre
attention sur ce point.
Jolibois appuie la proposi-
TTldai
tion Piou. Il faut que nous
disions toute la vrit au
Pays...
Le Ministre ds finances. -
Motion d'ordre! Si vous vou-
lez nous punir, saisissez v\x\ autre occasion; mais.de giace,
ne privez pas les pauvres ins-
tittite'irs de leurs maigres sa-
laires.
lolibois n'insiste put devant
les expirations fournies pur
le Ministre.
X iiiior. Comme vous l'a
dit le Ministre, il s'agit de
pauvres Instituteurs. Nous ne
devons pas reteuir celte loi
ici, Il ne tant pus que ces mal-
heureux attendent si long-
temps le paiement de ce qui
leur est d.
Cauuin. Je me garderais
bien de demander la Cham-
bre d exercer aucune ven-
geance sur un Ministre quel-
conque. H s'agit d un tait
d administration, d'une ques-
iion de principe, pus de pu-
nition ni de veugeauce a exer-
cer. Je vo'e contre la demande
de vote immdiat.
Plan tait une obse vatio >.
Chlelaiv dclare qu'il u'est
pas une m; chine, mais qu'il
prvient qu'il accorde le vole
immdiat uniquement pour
cette raison que s'agissant des
Dputs, de leurs trais de re-
prsentation, ils ont accord
le vote immdiat.
\ au(jues. Comme nous
avons t trans sur la claie
depuis cette affaire du 28 Mai !
Partout, travers le pays, on
nous a traits de Judas, de
fossoyeurs de la Patrie, parce
que le Secrtaire d'Etat de
l'Intrieur tait venu ici avec
une loi laquelle nous avons
accord l'urgence et le vote
immdiat. Commeut,; me di-
sait ce jour l, mon collgue
Descartes Albert, personne u'a
protest?., Qu'est-ce qu'une
ALIX ROY
29 annes de succs.
Anton 1. Sab.i
Anton I. SABA vise i
Comiaercs et ses clients g
nr;i!ement quelconque qu
sa maitt-n de commerce .sis
Itietois la Halle Bouti >.
rue Traversire. a t trans-
fre e>poil le 1er juin cou
rani la me rln Magasin de
TEtat, au No 171i cte de
la Maison Antoine Taiamas
Los clients y trouveront,com-
me toujours, uu bon accueil
et des prix s la porte de
taules Us bourses.
Ce sera une occasion trs
avantageuse pour les ache-
tons de visiter la Maison
Anton I. Saba avant de faire
leurs eaiplettsr ailleurs, aar
ils y trouveront uu profit
qu'on ne'peut leur offrir nulle
part.
Visilrzdons ANTON!. SiU
avant de taire vos emplettes
et vaus serez satisfait.
protestation de li ou 12 dpu-
ts ?JLi loi serait vote quand
mme. Aucun dpulnepeut
tre mcontent contre le Gou-
vernement, puisqu'il n'est pas
responsable de la situation.
Nous savons bien qui attri-
buer le lait de ne pas toucher
nos trais de reprsentation et
c'est pourquoi nous deman-
dons, I univers entier, de
nous dbarrasser de celte
picuue qui nous tnint,
La demande de vo'e imm-
diat accepte par l'Assemble,
la loi est \ete sans modifie
ti ns.
Lecture du rapport du Comit
de l'Instruction Publique sur I >
ptition de la ville du Cap-Ha-
tien relative la cratjon d'une
cole de itres.
Apis les observaiions des
dputs Blizairr, V gus et
Brdy, la Chambre dcide d
recommander la ptition la
bienveillance du Pouvoir Exi-
cutil.
Poil lecture est donne d'une
lettre du Scrta re d'Etat des
Relations Extrieures deman-
dant la Chambre de se cons-
tituer en Assemb e Nationale
pour qu'il puisse dposer la
Convention signe VYashing
ton le 20 lvrier 1929 sur les
marques de lubriques
Egalement d'un rapport du
Couin 'Je la Justice sur la lei
liabhssant.k' tribunal civil d A
quin,
douzaine Bosquet demande
au bureau de la Chambra d ex-
pdier sans retaid auStiiallu
rsolution Beileiive.
Brdy. dclare que cette rso-
lution ne concerne que la Cham-
bre. Seules les loi* vo'es doi-
vent tre achemines au S nat.
Descartes Albert insisl*- sur le
point de vue de liosque', qu'il
appuie. Le Prsident lui rpond
que si un Snateur prsente
celte rsolution au Snat, c'est
son allai; , mais que la Cham-
bre ne peni l'en saisir d'autorit.
Le dput Albert revient a la
charge. Le Prsident lui dit que
le bureau ne peut revenir sur
une dcision dj prise.
L'ordre du jour de la pro-
chaine sance est proclam et
l'Assemble clt ses travaux.

Propos
humides
.Un confrre crivait l'autre jur
tjue la l't du l'cl Air clbre pom-
HBMBMt dimanche dernier a t
l'occa tn pour les candidats aux
I.....li leclicns lgislatives el com-
munales d'ouvrir leur campagnt lee-
loi de. C'est probablement exact. Le
Bel Air joue un rle prdomipant
dwns les lections port-an-nrincien-
iies. Cesl l que dbute toute campa-
gne lectorale. Le Bel Air est irrsis-
tible. I! inspire aux candidats des
mots qui demru ent. Tel celui-c .
Firononc jadis : Si j :ii le ctrur u
tel Air, Me B... dire, celait assez embarrassant, |>m
les Belaiiiani d'tri aimai mora.i-
inent partags.Dans c s su. u- n > ^,
ou eturaha aii:,'i:rs. Je crois b
qu'ils ne l'en ttrreni pas aatrem
ae I impa e.B el.Pom revenir a |In-
formation de notre conlnrc. elle ne
sera pas comp'te i 1 on n'y ajontu
U triomphe du BHL'M SA HTML
CACHET DO H dans toutes les nia-
lations prleetoralekde diman-
che dernier, sur la butte.
... a vu, lorsque les premiers
poils blancs s'garitnt dans sa
moustache, montrer ce com-
mencement rie vieillesse avea
i une espce d'ostentation. Mais
. les poils blancs malheurense-
iim'dI ne restent jamais senls
, longtemps. L'un en appelle l'ati-
i tre et un beau jour Ion ss voit
[ sous le ntz une grande barre
, d'araidou. C'est prcisment ce
' qui lui tait advenu. Quelques
poils.c'tp.it trs bien, mais tonte
la moustache, ce n'est pins la
Blmi chose. Anssi Nosna (Bu
ne s'tanna-t-il pas de le voir,
la moustnehe hieuisiamment
noire, raais si luisante, el telle-
ment cire que l'an se rendait
'ou' de suite campte qu'il avait
collabor avec la nature peur
avoir cette teiate. Avoir la vo-
lont de rajeunir, n'evl-ce pas
une des lornses del vieillesse?


... a vu un da nas facteurs qui
se tordait littralement et se te-
nait les cAtesponrcomprimarlas
trop fortes ractions de sa joie.
On venait, parait-il, rie lui rap-
porter la rponse que fit un
gendarme, u une pallia femme
qui voulait lui donn-r la pa>-
tei cit rie l'enlant qu'alla v. n .t
d metlre au monde Lf g-n
riarute sourit, p kipoudlt U
femme qui nen ci ut pis soi
onilles:
Si r t pilite nxoin li ta
Jaite avec gnou gutre nan pi d
li
m
... a vu, avanl-h er -or. u e
petite femme, fille, qui resta un mai ni
heure:, regarder l'lairrg du
( Inmp-rit-Mifis. Ella secoua la
tl aprs s'en e empli longtetnf s
les yeux de cette clsrti f*"*"
rause, puis se rappelait las heu-
res heurtase qu'ihe avaii pas-
ses a j'po >ua pis lis loin-
taine o il y JitHil encore des
coins ombre au Champ-de
Mars,elle cuippu, et s'en alla.
Kl rsolut de porter ailleurs le
triomphe rie ses c hartnts qui na
peuvent voluer oiivenabh -
ment qu avec la coinpbcn da
l'ombie, du silence et de la so-
litude.
9 *
. a vn, devant un tlphona
un haminequi enrageait de fa-
on peu prolo ulaire U*eri*me,
parait-il, s'tait ttompe de nu-
mro, et son tlphone avait
sonn. Il avait rpondu. La voix
qui de l'autre bout du fil se tai-
sait entendre tait sympathiqne,
prenante! chaude. H voulut na-
turellement continuer la con-
versation aprs avoir dit :
Vous vois tes trompe
Madame.
Et puis la dame avait terme.
Imbcile, que ja sois, re-
Prenait-il, devant l'appareil,
ourqqei lai iti-je dit qu'elle
s'tait trompe? Jamais pent-
lre je n'aurai l'occasion di r-
entendre cette voix, et jamais
aussi je ne saurai qui elle ap-
parent. L'aventure tait pent-
tre dans cette voix chaude et
enlaante, et btement je l'ai
laiss s'teindra...

... voit que quelques person-
nes qui ont t paar acheter dis
cartes pour la tte de ce soir
sont revenues satisfaites. Elles
se Irattaient les mains en se di-
sant :
- Au nombre des carias qui
ont t vendaes on pent se ren-
dra dj compte qn'il y aa a
(le, ce soir. S Varits. C'sst
tant mieux. M* Bolback at son
mari seront applaudis par nna
salle comble, ainsi qu'il eoa-
vieat paur des artistes da la va-
' lenrde Mme Jacqueline Wienar-
i Silvera et C:arias da Catalogua.
'- -aaaw^aaoaOMaaaaaorfi
Aaiaros-vaoa eoatre o*daat
la a Geaaral Accident Piea A
Lite Asosraneo orporafcaa Li-
mited a. Vve F. r>rntKht


PAGEij2
LEgMATIN 2?; Juin 1831
m t
SNAT
Le CHATIMENT de L'EMPIRE
Ds que quelqu'un cie quelque chose
d'utile, ils est immdiatement sujet
imitation. Ceri est le chtiment qu'ap-
porte le triomphe.
Les produits Gillette sont imits dans le
monde entier. Depuis 2'J ans a simplifi
les tares de se raser, au moyen de l'in-
vention du ra-or de
Mire t. Immdiate-
ment des centaines
d'imila'ioiis se pr-
senteront, assurant
que lears lames el
leurs rasoirs "taient,
an lionnes que les
GilUUtf-
1 est Impossible d'i-
miter la qualit et la prcision Le$lame$Gih
des rasoirs et des lames Gillette. ' '!" 'M*
.,..! i i tistrr tentent
i'eut-tre les yeux ne la voient danUuratoirt
plia, mais la diffrence existe Gillette ancien
dans la minutie avic laquelle on modle,
les lubrique. Les imitateurs ne
s'efforcent pas copier la qua-
lit. Le ia-oir et la lame authen-
tiques, cependant, reflte cette
qualit par la sm.vit de la barbe.
Il n'est pas ncessaire que vous
analysiez l'acier. Asuiez vous
que les lames que van* achetez
portant la marque Gillette et
vous aurez la complte scurit
| d'acqurir la qualit qui dis'in-
I gue lauthen'ique de l'imitation.
Le* lama Oillette authenliqnei
de ce /'//' te vendent Maintenant
a un nouveau pris rduit.
Sance du 25 Juin 1931
Le procs verbal de la
sance du 29 ruai tant lu et
sanctionn, on passe la lec-
ture*de la correspondance
o se trouve une lettre du
Secrtaire d'Etat desRe'atioDS
Extrieures demandant au
Snat de lui faire savoir le
our et l'heure auxquels il se
runira en Assemble Natio-
nale afin qu'il puisse dposer
la Convention passe Was-
hington le 29 mai 1929 sur
les marques de fabriques, une
lettre du Dr Alonzo p. Holly,
ancien Coesnl d'Hati, por la-
quelle il fait savoir,aux sna-
teurs et dputes, qu'il a pro-
nonc une confrence 'I'A-
cadmiedes Sciences Sociales
et Politiques Amricaines
ayant pour titre : 'Les rela
lions jutures des Etals Lnis et
ifliaiti; deus ptition des
communes de la Grande Ri-
vire du Nord et' de l'Arca-
haie portant par devant le
Snat leurs dolances a la
suite de la suspension du
fonctionnement de la Compa
gnie Nationale des Chemins
ses hier la Chambre.Ce
qui est accord. Et la loi est
vote saus modifications.File
sera envoy* l'Excutif pour
tre promulgue.
Un rapport du Comit du
Commerce et du Travail ru-
nis a t lu par le snateur
Nau sur la loi du .Commerce
vote par la Chambre et pro
pesant des modilcations y
apperter.
Une analyse minutieuse
des conditions conomiques
actuelles ayant une rpercus-
sion terrible sur le commerce
national rduit presqu a nant
vient l'appui de ces modifi-
cations marques au coin de
l'exprience et de la sagesse,
Ce rapport sera '^imprim et
distribu.
Ont t ensuite entendus :
le rapport du Comit de
l'Intrieur el du Travail rela-
tif la loi sur le port d'ar-
mes, le rapport sur la loi
accordant aux artisans et
spcialistes le droit de con-
Icciion.ier des chaussure,
jambires et ceintures pour la
Gendarmerie et proposant d'
jouter que ce droit s'tendra
aus i aux tailleurs, pour con
iectionuer des costumes con-
venables la^Gendarnaerie.
On pisse la discussion
des conclussions du rappjrt

de 1er qui-favorisait le trans-,"'5 conclusion* uu .appjri
port des produits de ces loca- du J&W ^Mft T
r.A modifications_du Code de pre
Gillette Safcty Razor Co.
5 LAMES
J J). MAXWELL & C
Hue Rpublicaine. Po'-ao Prince, Hati. DISTRIBUTEURS.
Ech
os
La r lo r m e... M. An ton j
Woolley, Irre du dput Me
rassa Weolley, a t nomm
Prfet de l'arrondissement de
Hinche, en remplacement de
M. Helvtius Toussaint. M. Ma-
lary est nomm en son lieu et
place pisulent de la Commis-
ion communal de la mme
ville, M. Hbert Paullre, ex-pr-
fol de Saint-Marc, est nomm
Chef de bureau ;iu Dpartement
du Commerce en i emplacement
de M. Ultimo Boisette qui oc-
cupait celte lonction depuis
environ trente an,

MM. les dputes el snateuis
ont refus de recevoir les ch-
ques dresss en leur laveur
pour la mois de juin en COCU,
cea chque ne comportant pas
les montants des hais de re-
prsentations alloues aux mem-
bres du Corps Lgislatif p;>i
une loi rcente.
t
D'un commun accord les d-
puts ont relus, avant-hier, de
prendre leurs chques et oui
demand qui de droit de tel
retourner a l'Oilice du Con-
seiller Financier.
On croit qu'ils ont re'us de
toucher, parce que le Con-
seiller Financier, aprs avoir
donn son accord pour le vole
de la Loi leur accordant, com-
me aux anciens Conseillers
d'Etat, une valeur de cent dol-
lars, pour leurs Irais, prtend
de n avoir pas de fonds cour
excuter actuellement cet.e loi.
Ce geste seia srement I ori-
gine d'un nouveau conflit dont
on n peut vraiment prvoir
comme il se dnouera. On ai-
meiait bien avoir, ce .ujt.
l'opinion de M. le dput Dor-
ville Jean-Franois qui, il y a
de cela quelques jours, dposait
snr les bureaux de la Chambre
un projet tendant diminuer
les Rupointementi des parle-
mentaire trt nie dollar*
par n ois, ce qui fit un succs
a la Constitution de 1918 que
tout le monde invoqua ce
moment-l parce qu'en termes
tormet, elle tfxe a loi) dollar,
oi amricain, le ippoinletneuta
des mandatsires de la Na'.lon.
Comme quoi peut aller au
di I et non en de a !...


Hier aprs-midi on' .eu lieu
les lunraillas de Aime Flix
Dorlani, n Camror, et ni :e
de no re ami Oscar frit/ bit ,'.
La dfunte, qui a aocfomb des
suites d'une couche bboiicusc,
laisse normment do resTel
dans le monde d< ses amis o
elle tait estime pour ses ma-
nires affable ! ses nomhreu-
v.'s (|ualits.
.i tous ses parents et illis,
nous prsentons nos sincres
condolances, part:culiremi nt
son mari le Pister Dorlans
et a son oncle, noire ami ()s-
cart Fiit/.herg.
On peut lire dans les rcentes
statistiques de la Reichswehr
que celle-ci compte, pour Tan-
ne 1031 : 42 gnraux. 10f> co-
lonels, 191 lieutenants-colonel?.
;i72 majors, 1.122 capitaine,
1.806 lieutenants et 1 ().">,") sous-
lieutenanls.
Le nombre des olficiers a l
gramant augmente en compu-
raison de l'anne dernire. La
proportion entre officier no-
bles et olficiers roturiers qui,
avant la guerre, tait de .'lu
noir 70, a t pour 1931, de
31 pour TO.
Une soire de Sa'nave Va
rits. Lt Su juin, de 8 heures
- da soir, Cia-Vants, l'ar-
J liste Theplule Sa larve donne-

ro une sance :iu profit des si-
nistrs de lacmel. N'tre spiri-
lle! chansonnier chantera quel-
ques-UBes de ses dernires pro-
ductions qui, d'aprs les cen-
naisseura, ne sont pas u-des-
h.iis des premires.
On aura un double intrt
assister a celle soire qui sera
d"s plus intressantes : applau-
dir un artiste Indien de valeur,
el contribuai amliorer le sort
de quelques malheureux que
viennent d'preuver les derniers
o'ju'rs. aux environs de.lacmel.
An 30 juin denc, et en foule.
Huit ordinations dimanche
la Cathdrale Demain matin,
nu cours de la graad'rnesse. Sa
tirandeur Mouse'gneur Le Goua-
ze procdera huit animations.
'.est la premier lois quoi as-
sistera, aa cours d'une mme
crmonie religieuse en fl.iiti,
a un si grand nombre d'ordina-
tions. Il y aura deux smina-
ristes qui seront ordonns pr-
tres, il y aura quatre qui rece-
vront les ordres mineurs et les
quartre derniers, la tonsare.
Nous taisons nos compliments
bien sincres au Clerg qui fait,
avec une bonne loi laquelle
on ne peut que rendre homma-
ge, tout ce qui dpend de lui
peur qu'il y ait parmi eux le
plus de prtres hatiens possi-
ble. Nos vux les meilleurs ac-
compagnent les jeunes gens qui
viennent de se consacrer une
carrire qui est un vrai sacer-
dece, et o il n'y a que dvoue-
ment, sacrifice, et vanglisa-
tion, el protection des humbles.
*
Demain dimanche, 28 jnia,
sere le jour des Papilles de St.-
Antoiae. Dans laules les glises,
des jeunes filles, membres de
cette Association, oftriroat a
public des fleurs, demdailles,
avec leur plus aimable sourire.
Nal doate qu'elles arriveront
dlier, mme les bourses les
plus plates, oeur obtenir une
fructueuse collecte en laveurde
l'uvre, qui a su dj raliser
tant de bien.
Que chacun se prpare ap-
perter son obole ces vaillan-
tes jeunes filles dont le dvoue-
ment n'a d'gal que leur foi dans
la porte sociale du programme
de leur association I
e
M *
A Ioccasion de la Saint-Jean,
fle patronale de Gressier, la
petite lacalit sera en liesse de-
puis samedi soir 27 du courant,
-es Membres du cercle L'U-
nion des Jeunes offrent ua
grand bal qui commencera ds
7 heures du soir au local de la
lerme-eele mis gracieusement
leur disposition. Le lendemain
28, messe solennelle, kermesse
e' diverses attraciions.
Nous engageons tous ceux qui
veulent se distraire aller s'a-
muser, car le quartier avec son
aspect champtre accueillera
avec empressement (eus les vi-
siteurs. Ces ftes sont donnes
au profit de l'glise n construc-
tion.


Le Bulletin de V Union pana-
mer icai ne. No de juin 1931, pu-
blie une photographie de* d-
lgus des 14 Etats amricains
la seconde confrence pana-
mricaine d'Hygine publique
Nous y avons remarqu no
tre compatriote M. le Docteur
Rodolphe Charmant, qui re-
prsente ce congrs notre
Service national d Hygine pu-
blique.
e
Match sensationnel. Diman-
che, sous le haut prolronage d
S.K. le Prisdent de la Rpu-
blique, se jouera le 4e match ;
Racing-Violette
A 3 heures, prliminaire for-
midable.
Saint-Ueerges-Vall res
Le runion en Assemble
Nationale pour dfrer l'in-
vitation du Ministre des Re-
lations Extrieures et enten-
dre sa communication est
fixe demain, dit le Prsi-
dent. .--.i:H
Les Secrtaires d'Etat de la
Justice et de l'Instruction Pu
blique sont au banc de l'Ex-
cutif.
Le Secrtaire d'Etal de l lus
truciiun Publique dpose ua
projet de loi sur la rorgani-
sation de l'instruction primai-
re ouvrant un crdit de 194
828 gourdes pour le paiement
des salai:e> des instituteurs
( loi dpose hier la Cbam
bre ).ll en demande l'urgence
et le vote immdiat pour les
mmes raisons qu'il a expo
cdure civile et des dlais
d'appel. La loi portant ces
modifications est en discus-
sion. L ensemble de cette loi
est vote aprs d'intressantes
discussions auxquelles pre-
naient part les Snateurs,
Fombrun, Nau, St Aude.fludL
court et Tlmaque.
MTHODE CYT0PHYLACT1QUE ^
OU PROFESSEUR P. DELBET
DELBIASE
| Comprim* aux tell halognes dt |
MAGNSIUM
Recommanda dan. In affection, da la
9 PROJTATI
PRVENTIF du CANCER!
t, rut .'.-- Plrlft toutu PhtrmilM.
d'apr*
avec H'
lalet. -
Gin-laldu ;
DEMAIN SOIR
A 5 Heure> : Matine :
BELPHEGOR
( SUITE )
LE PT1T PARIGOT
( SUITE )
Entre : Il 60 ; Raieen : l.'H).
A 8 HEURES
LE PRINCE JEAN
>a p'ce de Charles Mer. Mise en scne de Ren Hervil,
re Herlbel. I Bcien I) iJsaee, Pi ul Guide tt Si nor.e Mon-
CcnI unirand film d'ar' ft ri'rmonr passionne.
Eutie : 2, 3 et 4 Gdes.
Bar Terminus
PLACE DESSALINES
Giii chic. Restaurant
de pie nier choix o l'on
trouve toute heure ls
consommations les plusd-
licates.
Sandwichcs sans 'pareils.
,%.*..-.*><**'

Bont i* raoiae est ttaveeeil fc gard ta pjwmre p -c*
DucnaBdec partoet :
UN BARBANCURT
Bpftr *.Rue des Csars


LE MATIN 27 Juin 1931
Assemble | Grande Fte
Nationale
Laislative
A dix heures 20 miuutes,le
Snat se joint la Chambre
our constituer l'Assemble
lationale. L'appel nominal
accusant la majorit,Monsieur
le Prsident dclare la sance
ouverte.
Le Secrtaire d'Etal des Re-
lations Extrieures est au banc
de l'Excutit,
Lecture est donne du pro-
cs-verbil de l'Assemble Na-
tionale du 20noverabie 1130
qui'a t sanctionn.
U Secrtaire d'Etat des Re
tations Extrieures: J'ai l'hon-
neur de dposer, aux tins
de sanction, sur les bureaux
de l'Assemble Nationale, une
convention passe i Wasbing
ton, sur les |anarques de tab i
aues.signe le 2t terrier 1929.
Nous avons dj sign une
Conventionjen lflfi Buenos
Ayies,modifie en 1923 San
tiago. Celle-ci, .signe Was
hington, constitue un progrs
indniable ;sur les prcden-
tes. Sa sanction va nous ea
dlivrer automatiquement. Il
s'agit de notre quote-part de
Irais au bureau international
pour les marques de tabri-
ques. Si nous pouvons la sanc
tienner avant le 1er juillet,
notre quote part de trais
serait rameae 2(4 dollars.
Je vous demande de vouloii
bien conomiser un millier
de dollars en laveur de I*
Rpublique d'Hati, eu sccoi
dant l'urgence l'i-xamen dts
documents que j'ai l'houneui
de jvous soumettre.
Le Prsident consulte
l'Assemble sur cette demande
d'urgence.
Le Dput Cauuin demaudt
de ne pas adopter l'urgence
sollicite. Le Ministre, dit il,
noua a demande u'exaininei
des ^documents qui pren
draient des heures. Nous ne
pouvons pas le taire, sans un
dlai. Certes l'argument qu'il
prsente a sa valeur. Une
rductioi de 1000 dollars a
son importance, mais nous
ne pouvons vritablement
voter une chose dont nous
n'avons nulle connaissance.
, Si cette Convention est signe
depuis si longtemps,pouiquoi
l'fixcutit ne l'a-tii pas pr-
sente en temps utilefj'estirn*
qu'il serait, imprudent de
voter cette Convention sans
prendre au pralable comrnu
mcatiou des pices qui neus
lient vis--vis des natioas
trangres.
Le Secrtaire [d'Etat des
Relations Extrieures. Nous
ne pouvons accepter que la
bonae loi du Gouvernement
oit mise en doute par le
dput Cauvin.Si j'ai demande
l'urgence pour la Couvent on
que je viens de dposer, c est
2ue j'ai voulu entendre que le
omit appel en connatre,
Nous prenons plaisir i rap
peler que e'est le 4 juillet pro
ehain qu'aura lieu la grande
tte thtrale ofterte par les
Frres de Saint Louis de Gon-
/.ague au bnfice de l'uvre
de St Franois de Sales. Une
pice grand | succs sera
reprsente: Paris vaut bien
une messe i, |interprle par
des acteurs de talent.
Entre gnrale : 2 ides,
H y aura une rptition
gnrale pour les enfants de-
main 28,a 2 heures de l'aprs
midi.
Entre : cinquante centimes
La Fte
de demain
La soire qui se donne de
main au profit de la loge des
( (X'uis-Unis , sera certaine-
ment In tte du rire. A part le
dsopilant menologue crole de
Papa-Youte et les tordantes
chansons d'actualit de Candio,
une hilarante comdie locale
sera jeue par un groupe de nos
meilleurs acteurs.
Nous engageons le public
ne point manquer l'occasion <*..
passer d'8grables moments
demian pour une gourde seu-
lement.
MAUX de DENTS
Ragm *. Dmntm ^::;:::ar,:^flfp||
l>.l.lnitiin! I* dniilniir ni) I caria, MMtn V\c**~**r *5L7i2
(Sukiiw botto contient l nr,-..Mire pou, I obturation le |wmiita*d
\ti ImL I Itaumt Tut-Nrrf Iflrijn tu* le nrrf u.ntmrc . BAUME TUE-NERF Nil RIGA
.TSJL7 TT Dct.r RAUD, Ph.rni.clen. 8. Hue Kole-t LYON-OULUNb (tmut
LabontMOv un Doct.or tMRAUI),
4 W

DEMAIN SOIR
A 4 HEUHkS 1/2: Matine.
LES 3 MOUSQUETAIRES.
Le Masque aux Dents
Blanches
#1 l K*ri\
Entr^p : M
A 8 HEURES
A la demande des clients :
La Rose Effeuille
ou Un Miracle de S->inte-Tlirse .
En lut : 0.50.

Clolurt S'il Concourt) i> beaut
1931
frix des cartes dentre
H A ITIA N A dimanche 28 juin
10 heures du matin ;
\jeune fdle G. 1
_ Jeune homme G. tJSO
^Personnage G. 2. ou2._G.5o
"N B. l'itre toutes les de
moiselles qui avaient r/tondu
l'appel de l'organisateur
d'tre prsentes : l'entre est
libre fou* elles-
Tuez les maudits
et danaere
moustiques
En vaporisant du
Vous deviendrez un
fidle client
De la maison raul E. Amila
lorsqut'J vous aurez constate
qu d qualit Jeyule, melle fend
meilleur march, et qu prix
gaux, elle donne une marchait
dise plus suprieure, sans comp-
ter que certains articles, comme
C haussettes de fit ou de soie,
Cravates et Mouchoirs der-
nier cri, Chemises fantaisie avec
cols pareils dtachs et d autres
articles pour hommes ne se
trouvent que dans ce bazar
lgant.
A vendre
Brevets simples de capacit
Certificats et Diplmes
l'imprimerie
V.Valcin
lill, Rue du Dr Aubry
lasse diligence. J'ai (ait mon
devoir; l'Assemble de faire
le sien. i
Le Prsient esnsulte l'4s
semble A lavoir si elle dsire
envoyer les pices A une
Commission spciale ou tu
Comit de* Relations,Extrieu
res. L'Assemble acquiant,
les pices ont t envoyes
aux Comits des Relations
Extrieures |et des Finances
pour tre examines.
Les moustiques menacent vo-
tre sant et causent vos peines et
vos malaises. Pourquoi ne vous
pargnez-vous pas ces lorlares en
vaporisait du rlit ?
F lit est mortel pour les mou-
ches, moustiques, puces, vers,
lounnis,blattes, punaises et leurs
ufs.Inoli'ensif pour nous. Ne t-
che pas.
Ne confondez, pas le Rit avec
les autres insecticides. Cherchez
les soldats sur" le liidou Jaune
avec la bande noire.
PLIT
Pour votre
protection
rlit eut ven-
dit seulement
en l'erblancs
scell*.
V
Marque depOSC*
Tue -pluiJtin
Funrailles
Hier aprs-midi ont en
lien, I- Cathedra e. les 1 m
rail *"* de
Melle kaizena Jeun Louis
Nos condolances aux la-
railles Jean Louis, Guillaume,
Leroy, Craau. Abraham et
Alexis.
I',nni|)^i|iiic(is(*r iIcTr.ni .illanliqiic
Le stea i.er'!nrim irewpjr'.i
de Bardeaux le 21 courant
est attendu le 11 juillet.
e navire repartir le ni.
me jour pour !e Havre pie-
nant. port au prince, le 25 j u i n 1931
i E. ROUELLN &. Cie,Agents
?"*
DhpesdesEnfentes
l^r Sort Mieux Traite;
-^Erterltursnnhl
SJtt&J" 9 Arrtei-ks en ai
-^i^:i--'X_ Jit.Ne"drugucz"
L^^^Sf Pas> frictionnez
\jj/>^r '" l'hevre du coucher
VjOKS
VAFoFlun
Pour Tout Refroidissement
| Horn I.inc
I,p stf Ilorn vi ne M
sera i( i >t '-'
,. \\ -l-r,i' t
. K l'on
r nrnt en
roule our ITqiif ** ' s
11 >rts du horil prenant irt
l'otn"
le i
I passeg! rv
Le .vii'Mi r '-Fllirin
venant de l'Eorret Joii liera
ee prt vers le 1er jnllle'f u
i t.artinrr p tir KirtR'lop, So
Doninffoel Coraio, prenant
Irt et pessaptr*.
REINBOI D ^ Co, g. ts.
Soalsge de n aux de tte et de
la nvralgie eu 30 mi aies.
Antez nn retroidisttmenl le
premier j trois jours.
6' I sinise le bb du refroi-
dissement.
A
VIS
Avis
Abonnez tous L'Ami du
Peuple, Iw plus grand quoti-
dien de France de doctrine
politique et d'information.
Journal indpendant, le plus
tort tirsige, le meilleur mar-
ch et oui rvle tous les
dessous de la politique
S'adresser Mr S. F. Lltssde
Seul icprseulaut pour
liaili.
Etranger: 6 mois 85 ftfl.
1 au 10
L'Inspection Sco'aire rap
pelle aux nteresss que selon
avis du Dpartement de l'ins-
truclioi Publique lesexamens
pour l'obtention du Brevet
'Simple de Capacit ont t
' lixs au lundi 13 Juillet pro
; (liain
| Kr consquence le registre
[d'Inscription des candidats
au ditjfjrevel simple de capa-
cit est ouvert l'Ir.spectiou
1 Scolaire et sera le. me le lun-
di 6 Juillet.
La prsentation de l'acte
de naissance est de ligueur.
Tort au Prince, le 22 juin I9S1
*
[JJ [9
11
A $ THMfc purssiossl
Globules Rbaud I
* oiiACHovi\ a, *u v-r,4u'"' m
Roval MailSteamPacketC-
Li steamer (tboons venant M Loodret, K"W''> '' '^
'ris .h, Sud. est attendu ici 1.18 Inii*. ,,-,,, !,,,.,
por
jour via les ports du Non
tltk.1.
|p Hivr Anu rs, l <>u-
. I. B! IO.
Aaeftl flnerai
le epliotie. No '.'ill l
GmRJ Caf de France

Sous la direction avis et inlellif^nt- d v,"r'""";
6,raldTLi devenu 1'as.oci d. Mon.ieur P.irg.lj>*fi
toiredaeal tabli-semenl ^ n'a oas.d'aja, le *"JA>t LA '
DE FRANCE, eue a ses aimable -' dMngu< etienta. ^
plus choisi*, Cig -res ei Cig .rettts, Sandw-chti, va- it, I les .
dliant louteconcurienoj. BHl#ai
L'aeearl le olua *ymptlhiqie eoitnierai a**a ta "e"1" '
Irait d- rau-1 M de Ftener.
PATrtIZI Co. relepnonp 2.111.
ALUM1NUM UNE
DEPARTS DIRECTS DE flEW-OHLRANS ET DE M*'L
FOOR rOCS LES l'OlMS [)E LA PUBLIQUE V**
le stiwrToruBao,piaaro *m rlawla Mealjjant
et Mebde le 2 jiiillet et direetement; pour (ioam.ren
au-Priae et les perlb, de Ssd.
Port au ptia. le 24 iain 1331.
A. de MATTUS k ., Ageeto Cuiraex
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
Toutes les Polices
DE LA
sur la VIE


^
* v&
EUG. Le BOSSE & Co. ,
Aaents Gnraux^
i i ii tuumt
comprennent la Protection contre la g
B? Foudre sans auqmentation de tauxfi
Eug. Le lias s'Co g
_ Agents Gnraux 4


Samedi
27 Juin 1931


Le Ma
-is-n-sn
h~*SfX,*U/
*.-*.*-:< WCM
Panama Railroad .Stamshin Linc
Service de fret cl de passagers entic
Pjg* rapi I e t plus diiec! ervice de n*aa sport de pasmeri etdl fcrv outre Hahi
t m wirtfEuropeen via Naw-Yord et Criatobal, Canal Zone, Isthme de Panama;
Toui la liste de nos'afen's pour les principaux aorte de l'fcerope :
Angleterre Ccouse Freaoe
Mr*. G. \V\ SHLLDON A Go- 17 Jame. Street, Livmpool, IjMLA
?fcr follawiaq are fiNGLAND, SCOTLAND. FRANGE
Meesrs G. \V, SHELDON & Co.,
17 James Street, L fer pool, Englan
In laute, Misais G W. Shelclon A Co. are eprcscnteddby the tollouing firn*
(kai.ATiv laNKhV & Co
21 Rue ne la la Rpublique
Marseille*.
Hernn Peron & Co. Ltd.
a} Quai G wige V.
II jvie.
Htmu l t-M.n & Co, Md,
Rue du Moulin a Tapeur,
Boulogne sur Mer.
Ifessr. A. endix A C"
21 Ailengada Oopenhagae.
Oslo, N'ouwat.
lui ination il
Spetfitious< Ikap Oslo.
M vl. Atlantic Freighf Cor. u
Jtnlliuuaus, Hamburg 1.
Gci mai; y.
AJosm S Atlantic FfCigttl
t'orpor ition
erraany
Mettra Ai antic Feinght
Corp'n.,
24 Quai Joidaens,
AnlWirus, ijeliu.u.
Hbhn Pmom k ('.' I.td
95 Hue des Maris,
Paria.
Il m ni: : mon & Co Ltd.,
Hue. de Tranquille.
Du kerque.
\lM9MV Ibron & t> ld.,
5) Hua Roy,
Bordeaux.
Gemoe, Il.U.Y.
M s>ra IJattRY o & 'lerit-i
IMaz/a SJMaTTEO.No lSfiHO'
< OTTMBURO. SWRDtN.
Nordiak Express,
Cotheunui
Matait AibAN'nc l'wtiour
LORPN.
Koa Etnmapleii
Itotiardam Hollande
Messsr Steimann^j Ce
THE DP.T6 D\TK lUIMIII SIIOP
Harry R. Ki.ney Prop.
Llitt, Qraad'Hue,
|Port.aa- 'rince, Hati.
I nonk: \ 3138
Automobile Gentral Repain
?tTeaaJicz[iiri iub d'ailoaeklle
Aprs 112 nn(ig d'ateprieiea
en Vulraniviiirtii d*> laaes al
paaus nnoa veua Mraaliatoaa
une .siie9e rparation.
USEZ CETrE LISTE:
in ii ri h Car toin
0 lu 7\tQ Hall,
1 paaclarc Or 1.10
Iteli punaiure V..it<- baee 025
Valve malauled O.'JO
tValve uw ii.au
Valve iaaidea (MU
BLOWOUTS
1 inch lo;?g 0.10
a>irh ir.ii laaraafier 0 On
Joint reeaiied par iueb 0.06
Treei from
a'* la IV
1 pnnolare 0.20
Eah panelure IheieaCer 0.10
Valve baaa 0.10
Val y.- inatailad q 40
Valve oew1'raeai ooD
Val?e new lise:
BLOWOUTS
1 inch long
Eaeh iath flaaraattar
Joiata rapaiied par niah
1.00
0 20
0.10
0.10
Riaieiiif Tiret
Taariaij Car anj ain
Truak Ta 12x6
Truck ail largar aiaes
020
0 50
100
On demande
A ACHETER
Trait des Sciences Oceultes
Pkpis
S'adra&ajr au bureau du
jeurnaJ.
Vonles-voiis faire le Bb}
un inagnilique poupon t
alors n'hsitez pas nourrissez-lo
voti-H-mmemi!nitc?M'nunlib6
Nestl, joufflu, ijotei, heureux
de vivre.
aViT covcevtbA nrcn
FAKIHl LACTE ..
NESTLE
bbjoI les aliments nerfaitt des
tout-pctitSk
!f^M JMtp*^#Vf^ ts JFh W&*& w?f1^
N i : 11 L m 'mu,
N B1 ,f' ' "cl m ',(..
Nestl Lactogne,
Nesll Chocolat en tablettes et Nestl Minlips
Us menkuis prodaiia.
I! EU Al KU !) I I ET DEMAIN
lv> ,.ie d. iiv ou ii s lis D'inns picenea etphdrmacl^
de la Rpublique. Pour ronumnuk'N d irc> de s'adresser
i. t RI hTZMrtNN AGGERHOLM & (o.
Rua du (Jua'
4 PAIES

2aeeie (AMvH N* 7400
Kort-aa-rfiec*
i't'iekene : 'i242
"****. as]
COL LUBli
a a I a
L'appareil de choix, l'appareil qui offre
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPRME
Clart
Solidit

Puret
Prsentation
Le modle 613
Telles sont les qualits evept'onn lies qir le
GARAGE KNEER
veas ofre e i installant une de eee machines ch^z vou?. Toute la musique du moude est vobe
corte.
Venez au
KNEER'S COLUMRIA MUSIC HALL
entendre ce modle et Vous serez con-
vaincu de sa supriorit.
Noubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement.
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince.
Agents: F CHHIEZ Pelil-Grva
- C. PINARD -S-iM Marc
COMDOZO Gates
MlleC. DOUGa Jacmel.
Iront! / les ciiiiciTts COLUMRIA la statian H. H K. te les eaJreilis ir.
ASSUREZ-VOUS
la
Gnera] Accident Fire & Liiw
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( ScotLind )
DBILITE
SIROP ia
DESCHIENS
Car la GENERAI^ est une des plus puissiin!. et des pins vastes 'Qasate*a
de Ce t>enre. Le soleil ne se couche jamais sur son cha.np d'action qni embrasse la
inonde
Ses Police-, contre incendie couvrent aussi les dgts occasionn par la taaereu
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage*
causs o autrui Haus sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables ea Hetti.
S-s Polices contre accidents sont Valu Lies dans I univers entier. Tous les voya-
tnrv devraient deoe prendre la piecaution tte se munir d'une i>oliie contre aceialeata
d'au inoins 4000 dollar, la prime annuelle u'elan: f|ue de 1/2 / sd 2 dellars fc\
n
-..
a /'Hmoglobine I
Ryfn*ratr du a.infj. pfMtrK pr l'ilite mdloal*. f
Mupt.riv.ir u u v. ituiAi ng-jncux. Atlnii* cliuii Ira Hpitaux da r*\H
Ll*OHI. . Ru. pul B.udiT, r.\Mi l%mrnnlM,
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCavcs
SUIS l'E.N'S
Aajaat Gnral p*.nr Hati.
f6'n akiae **. 6I'LG
JEAN BLANCHE T Urmie
F*gu?>"

m i/:

Charlier-Male^ranche & Co,
1224, Chemin des Mies,
-.**. ^lDhone : 26SO

1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs