Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03650
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 26, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03650

Full Text

Cment Magloire
UWBCTIUR
136. aUJfc. AsAWlCAIfr
TMJsTHON *'

I seuiMe >'ii; cicriirllfiui'u
faire lt lissom e iii sert I " H
lu de I iDspciis'aBSf Seu cr r,
H eril, ion artmt -oris s fer-
lent galsBrnl la seuble nasse Ll
ta Irxin restralisleirri fBlre Its-
qicls il l'a jasais m ehoiiir
alina* Ci '.
2f%s AJ1NKS If T45
. IU!_J!. JIUEX JLP"
'f.'I.B'.'
LE TRAVAIL
PARLEMENTAIRE

Il contient peut tre d'aver-
ir ceux au gouven ement
tau parlement qui ont la
espousabilit les aflaires pu-
diques que certaines choses
t passent qui ne laissent
tas d'tre troublantes. On ne
omprend pas bien ce qui ae
ait la Chambre dei Dputs.
,, la travail parlementaire
igt abond mt. Mais la manire
! 1 abattre n eat pas irrpro-
chable. On n'y relverait as-
iz d'incorrections.
En dpit de ce que peuvent
penser certains, il y a une
Constitution qui rgit l'Etat.
Il y a les rgles de droit cons-
titutionnel et de droit parle-
mentaire. Il y a nos tradi-
tions de droit public. Il y a
aussi les rglements qui d-
terminent le fonctionnement
des Chambres elles-mmes.La
jeunesse de la Chambre ne
saurait l'immuniser contre
toutes les rgles directrices.
Encore moins ses passions
ne doivent l'entraner hors la
lgalit constitutionnelle.
Or, on n'est pas sans s'-
mouvoir de la laon dont
s'accomplit le travail lgisla-
tif la Chambre. Il ne parait
pas que ce soit la meilleure.
Il semble que nos dputs
sont surtout proccups de
voter des lois Sur n'importe
quoi. Et n'importe comment
Parce qu'il faut voter des
lois. Ou fait son mtier, sem-
blent-ils se (tire.
Ce n'est pourtant pas ainsi.
Les lois qui ne repondent
pas a une utilit sociale ne
sont pas ncessaires. Celles,
mme ncessaires, dont 1 ap-
plication parait incertaine,
sont inutiles. Pouiquoi en-
combrer la lgislation natio-
nale de textes qui resteront
inappliqus? Si le parlement
est appel i tai'e des lois, il
n'est tout de mme pas une
machine en fabriquer quand
mme.
Nos dputs ne semblent
pas positivement penser ainsi.
Avae quel entrain votent ils
Une Rsolution ^
Inconstitutionnelle
LkTTIB DE M- KMIII Cil Vl.\.
lia rponae a notre ditorial de
mtrcredi intitul : Une rsolution in-
constitutionnelle, nou publions avec
plaisir la lettra ci-aprs qut nous
Tons ra de Me Emile Cauvin :
Port-au-Prince, le 24 juin 1U31.
Au Directeur eu tournai
Le Matin
En Villa.
Monaiaur te Directeur,
Je ne aais a'il m'est permia
d'esprer que vous publierez ma
rtutatioa de votre ditorial de
ce jour T
La rsolution vote par la
Chambre des dputs enjoi-
gnant an gouvernement de d-
noncer la Convention de 1911
vous parat inconstitutionnelle.
D'abord il ne s'agit pas de
dnoncer la convention, puis-
que le motil de la rsolution en
est l'expiration.
Le teste de l'article 74 de la
Constitution de 1918, cit dan
l'dttorial, tout ea chargeant le
Prsident de iaire les traits ou
conventions, rserve la sanc-
tion des Chambres. Cest assex
dire me le sparation dea pou-
voirs n'est pas, en cette matire,
aussi nette, ausei absolue que le
voudrait une interprtation plu-
tt |udalque, 'attachant la
seule lettre du teste ou: plua
exactement, une partie de sa
lettre.
Car nous n'allons pas penser
que la sanction des Chambres
lenienlaire.
En tout cas, il est difficile-
ment concevable que le tra-
vail lgislatif ainsi entendu,
s'accomplisse bien et satislasse
l'intrt g nral
des lois, toutes les lois! Ils en
oublient les limitations cons-
titutionnelles i leur droit d'i-
nitiative. La Chambre a ainsi
vot plusieurs propositions de
loi crant des coles, dei tri-
bunaux, des fonctionnaires.
Crations uouvelles exigeant
de nouveaux crdils budg-
taires. Les nauces de l'Etat
sont engages du fait de ces
nouvelles dpenses.
Pourtant en matires de d-
penses publiques, l'initiative
parlementaire ne joue pas.
Mais la Chambre, on ne pa-
rait pas se douter de l'exil*
tence d'un texte constitution-
nel touchant ce point.
Antre chose. Les Secrtai-
res d'Etat intresss ne sont
pas toujours prsents aux
sances o l'on discute et
vote des lois qu'ils auront
charge d'excuter. On pouvait
lire dans le compte-rendu
d'une sance de la Chambre,
l'autre semaine, que le Secr-
taiie d'Etat de l'Instruction
publique arriva aprs le vote
de deux ou trois piopositioas
de loi portant cration de
nouvelles coles.
ht lundi de cette semaine,
une proposition de le-i rgle-
mentant les conditions de tra-
vail des employs et ouvriers
des entreprises prives tait
vote en l'absence du Secr-
taire d'Etat du travail.
Donc, il s'avre que la
Chambre se soucie peu de
connatre l'opinion du Goa-
vernement sur des questions
| qui touchent de si prs l'ad-
ministration gnrale.Ou peut
i aussi trouver que le gouver-
nement lui-mme ne parait
pas tis empress de se taire
entendre. Il y a des doutes
que cela soit ainsi do boine
rgle constitutionnelle et par-
est obligatoire et se rdnit i un
etir- gistrement.La fin de l'alina
consacre la participation des
Chambres la conclusion des
traits. Si cette participation
leur eat reconnue, comment
Is )utenir qu'elles n'ont pas le
droit d'exprimer leur volont i
l'gard dea traite, mmo aaaa
attendre que l'exeutit leur eou-
mette un texte et pendant lea
pourparlers engags ?
Il parat normal au contraire
que, puisque l'excutif n'a paa
eu la bonne peuae de sonder
l'opinion des Chambre*, elles
disent leurs sentiments. Bllea
prviennent la conclusion d'un
trait oppos i leurs vues et
vitent au pouvoir excutii des
pourparlers veina et un chec
au moment o il leur soumet-
trait nn pro|et de trait arrt
avec un gouv-neraeni tranger.
Mais il ne s'agit i as de tout
cela dans le rsolution; et c'est
une aulie raison qui l'empcha
de heurter la Constitution.
La rsolution ne concerne pas
un trait i (ai e. Elle porte sim-
plement sar un tat de tait, ds
lors qn'elle est londe sur l'ex-
piration de la convention. Bile
ousidre cet tat de lait com-
ii- abusif et invit* le gouver-
nement engager dea pourpar-
lers pour y m.'itre fin.
C'est une question de politi-
que extneore qu'elle tranche.
Il s'agit d'accepter ou de rejeter
poivr-AU-rRiNGR (rurns
VENDREDI 2e JU1M
i

\
et*
H*
DBS HORIZONS NOUVEAUX

D
es
AOUTCOua "ouvrent l'homme
m~ qui W l'argua*. Avec $1,000 conomise
et dpens en banque, voua pouvec nvinagsr
l'avortir avec aonnanea. Commence le main-
tenant pargner en cuveat une des mthodes
oi-d
rua O
$1,0 an tfaatra m, aaTia*nant de $*4H*
en >trNninKi kabdoniMiairM de $4.fl
$1,000 Mt troim an, peu i tannent *** *S5b.JS
ntmaiu habdomadairaa de $6.1}
$1,000 n data* an, proviennent de $470.31 ea
Ternenent hebdumaeaVee de $9 il
La Barque Royale
du Canada
la tutelle de lait du gouverne-
roent amricain. Ls Chambres
donnent des directives au Pou-
voir Excutif. Elle ind quenl
quelle politique extrieure doit
tre suivie. C'est leur droit.. La
Constitution ne s'y oppose pas
Que lai'-on du contrle qu'elles
exercent sur les actes rie l'Bl-
cutil, surtout les actes politi-
ques T
Vous
rsolution
CHAMBRE
DES
DPUTS
Sance du 24 juin 1931
o
, Ls sance s'ouvre par le 30M
citez deux exemple* de I point de l'ordre du jour; le-
ons cartes par des pr- [ ture de la correspondance, au-
sidents de Chambres en France,
pour inviter les noires les sui-
vre. J'ai remarqu que les au
teurs des rsolutions s'taient
curt procs-verbal n'tant prt.
Les m'nistrw des Finances et
de la Justice sont au bmc de
l'Excutif. P'us tard, ceux de
courbs devant l'opinion des l'intrieur et de l'Instruction l'u-
prsidents, ryunt entendu rai- blique les rejoignent.
son et avaient mme retir tear
restlulion. Ain si ils lurent vain-
Piirnu les pices de la corres-
pondance se trouve un message
eus pas la persuation et non par j du Snat et accompagnant les
l'arbitraire. Mais il me semble j modifications qu il a laites lia loi
que j'ils avaient t d'avit que sur la saisie-arrt el qui ont t
laCons itution Irana'Se ne s'op- po ait pas au vote de leurs j ce.
rsolutions, seules les asem- I Le Prsident annonce que les
bles auraient t arbitres entre dputs Ligond et Jn-Louis ont
eux et les prsidents sur la ques- obtenu un pi mus de s'absenter.
(ion prjudicielle de comptence
ainsi souleve. j Pourquoi le lluige! a'a-t-il pan
Il est donc regrettable de pro- j en(ore f l(- Hs ?
poser aux prsidents de nos
Chambres de refuser de sou-
mettre une rsolution la sanc~
CiniattS'adressant au secrtai-
re d'Etat des iinances. .rion-
Uon de leurs assembles, parce eur )e Ministre, je ue veux pas
quelle est inconstitutionnelle. crer Depuis quand chacun de ces \ gouvernement et offrir un di-
prsidents est-il autoris Iran- j Trrtissement celte arme de
ester seul une pareille question ? ma|heureux sans-travail qui suit
Son opinion ne s impose pas nos sances comme un soulae-
la Chambre simplement parce
qu'il la prconise. C'est son de-
voir de l'mettre. Mais si le col-
lgue ne la partage pas, l'assem-
ble doit dcider. Ce que vous;voirs de | Etal e( |umon in,inie
proposez est arbitraire. Vous ac-\ de |a EtlAiUc haltteuue, car le
cordez au prsident de la Chaiu- contraire ne pourrait que profi-
ment sa misre. Mon rve le
plus cher, mon dsir le plus ar-
dent seiait de voir une complta
harmonie exister eulre les Poli-
bre le droit, si tel est son bon
plaisir, de billonner les orateurs
et d'isaposer sou opiutou l'As-
semble. Quelle garantie avez-
vous que c'est toujours la sienne
3ui est juste ? La prsidence ne
onne pas l'infaillibilit.
Recevez, s'il vous piait, Mon-
sieur le directeur, mes remer-
ciements pour l'amabilit que
voua aurez de publier cette leiire
et mes salutations distingues.
Emile CAUVIN.
HALLS LOU1R
Grande Halle Boutin, liuc
Traversire, en lace de Paul
E. Auxila.
Pour les conditions s'adres-
ser i Mi P. Cardozo, rue du
Magasin de l'Etat
ter l'ennemi commun. L'un
des principes essentiels de no-
tre maint n constitutionnel, est
le contrle de l'administrauon
publique, la discussion et le vo-
te du budget. II devait tre d|
dpos depuis le 14 avril, aux
termes mmes de la Constitution
de yiH Voire honorable pr-
dcesseur, celte mme tribu-
ne, lit la dclaration suivante :
Messieurs, le budget serait d-
j prt, sans la mauvaise foi des
services amricaiu, mais nous
vous promettons de ls dposer
sous peu, eu passant par dessus
la mauvaise toi de col services
La Chambre.lortement inquite,
depuis trois mois de ne voir
rien venir, a d vous rappeler
I observance de l'obligation de
dposer le budget eu temps n-
\ cessa ire son examen. Lorsque
fa n ' i L'Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.


Anton I. Saba
lnlon I. SABA vise \r
Commerce et ses clients g
nraSemcnt quelconque que
se maison de commerce sise
atrtJoil la Halle Bontiu,
rue Traversire. a t Irans-
troe depuis le 1er juin cou-
rant la rue du Magasin de
l'Elit, an Mo 173M cot de
la Maison Antoine Talamas.
Las clients y trouveront, corn
me toujours, un bon accaeil
o< doe prix s la porte de
toutoa toa o(>uit-h.
Ceserauue osmmoii trs
avantageuse pour le acho-
tenis de visiler la Maison
Anton I. Saba avant de Iaire
leurs implettot ailleurs, eor
ils y trouveront un profit
qu'on ne.peut leurotrir nulle
part.
Yikitezdonc ANTON I. SAB
avant de Iaire vos emplettes
et vous sereo tatielait.
j'ai eu l'honneur de dposer une
proposition, appuye par mes
collgues, vous vous tes enga-
g d'honneur dposer le bud-
get le mercredi, 17 du courant.
Vous ne vous tes pas 'xcot.
Vous tes un homme d'honneur.
Vous avez le souci de vos res-
ponsabilit*. Sans doute, vous
avis d rencontrer de ttrribles
obstacles.Dites-nous la vrit, si
pnible, si cruelle soit-elle.il ne
laat pas nous Iaire les compli-
ces de l'hypocrisie amricaine
qui, au dehors, proclama que
nous sommes libieset indpen-
dants, tandis que sur notre ter-
ritoire, elle nous traite comme
des laquais, romme des chiens
heureux de sucer l'os qu'on leur
lette.Nous vous mettons l'aise,
Monsieur le Ministre.Vous vien-
drez donc nous dire les raisons
qui, jusqu'ici, vous ont empch
de dposer le budget.
Le secrtaire d Etmt de 1-inaii*
ees : J'ai cout ivec attention
les paroles que vous m'avez lait
lhouneur de m'adressei. Vous
avez proclam que si vous avez
tenu poser celte question, ce
n'tait pas pour amuser le pu-
blic ni taquiner le gouverne-
ment. Vous seriez heureux, di-
tes-vous, de voir l'union rgner
dans la lamiile haUienne.Je vous
If lu le de ces paroles qui vous
tout honneur. Lorsque vous
m'appelez :ei pour donner des
renseignements sur la chose pu-
bliqui, je comprends parlaile-
ment que vous laites tout sim-
plement votre devoir et je- suis
oblig de rpondre vo.'re ques-
tion. L'union, nous voudrions
plus particulirement qu'elle bit
entire, sincre et complte en-
tre les membres des Pouvoirs
Excutii et Lgislatil. Cest de
tout coeur que je suis venu ici
pour vous donner des rensei-
gnements. Je ne m'tais pas en-
gag d honneur apporter ici le
budget le mercredi 17 juin. J a
vais (ht qu'd tait prpar et
allait tre .sonm s incessamment
vos dlibrations. J'ai t ap-
pel au Dpartement des Finan-
ces la date du \'-> mai et le
Dpartement avait prpar un
buuget non quilibr. Nous
tions dj en retard et il a lallu
nous mettre !a besogne pour
tre prts. J'ai consacr lt> heu-
res par jour ce travail, de H
heures du matin minuit par-
fois, et si je ne l'ai pas encore
soumis, ce n'est pas par mau
vaise loi, mais par manque de
temps.llier soir,je me suis attais-
se sur le travail et c'est ma Fa-
mille qui est venue me relever.
Vous devez vous figurer ce que
reprsente ce labeur norme. II
n'y a pas seu'ement le budget
des Finances, mais encore celui
des Travaux Publics Des lois
uouvelles portant cration de.
nouvelles coles, celle rtablis-
sant le tribunal d'Aijiiin.-ln < i
tre incorpores au budget.
Vous concevez bien que cha-
que lois que nous noua so.i-
ujts trouvs en tace de ces
crations nouvelles, il a LIlu h
nouveau quilibrer le budget.
Vous avez dit que j'afan
sans doute trouv des obsta-
cles dans l'accompiitsemnt d.-
VOIR SUIT! en 3me Page
--::/
;.. voit que depai la tta da
Perptuel Secours qui, eosamc
osi le sait, est particuliremeal
clbre an lel-Air, la qaestioa
des lections communales est
revenue l'ordie du joar. Des
noms sont naturellement cits*
Il y en a qui ont des chances
D'autres qui n'en ont pas encore
et qui, peut tre, en auront plvs
tard... Mais tout le monde se di
mne et dj les beaux )oars des
chefs de buuquement ont eom-
mcsic a luire et ce sont les cafs
gai vont eu bnficier.


...a vu unaniiien membre de
la Commission d Inseriptionqui,
pench sur la loi Canvin, la lirait
avec anr anxit vraiment pro-
fonde et patriotique. Qoel n^ fet
le dsappointement gnral t
l'e.ileadre dire, sa le< ture finie,
et un CTO nx coins des lvre;
Je pensais qu'il allait avoir
l'excellente ide de dire que lee
membres descomrnissions d'ins-
criptions seront dsormais ina-
movibles. Je reprendrais paiii-
ble.nent ma place...
*
*
... a vn un vieillard, barb t
meuslach* paivre e. sel, qei r-
pondit crnement a quelqi au
qm lai demandait de vtnir eliH
Ini dans l'aprs-m'di poai
d|ob esses lucratif :
P^ Non, mon vienx, renvo-
yons cela,si tu veux an lm *r-
mam, dans la matine. L'aprs-
midi, je ne l pends pas de mai.
Je ne sais pas si je ne serai ps
gris.
On aHmirn la ronde cal e
franchisa et I homme qni ahViit
le Hjob accepta de gaiet te
enr de le renvoyer n Ifidt-
main matin, et a huit hasjrts,
s'il vons plat".
m
m m
...s vn aa de nos am slata de rire, un rire qni con-
tamina d'ailleurs tentes les au-
Ireslvrea voisines, eareefB'il
venait d'entendie un crtin due
qu'il venail d s (sire photo-
graphier an pied. Seil le photo-
graphi en pied ne eomprit pas
le sens da rire.
a
...a va Flix (. Dcplessy. les
manches retrMSSei ( qni ven-
dait lui-mme le la gazolma
plus de six r h :i u fia m s qui tai-
saient la queae devant sa pom-
pe. Lea BOSSSn's adinirrnil sia-
crement l'exemple de M. Da
plessy dont la pompe et l'p'ce-
rie sont d'ailVnrs p.irmi les los
athnlaudes.
*
. l'a vu qui cntirtikait ua ca-
marade susceptible de la: oftrir
un coquetel.
Mais au Rhum d'Alix Roy,
msistail-il...

... s vn, avec donlaBr, notre
confrre Le Temps annon-
cer que nos confrret Raction, seront jngs bientt.
Nous avons si souvent sollicit
du ('rsident Vincent un geste
' de clmence en leur iavenr ejne,
vraiment, l'ide qn'ile seront |n
gs nous a dsagrablement
touchs. Nons voaloas pas
encore croire ce jngeaent.
Nous prfrons attendre le geste
qne nons avons demand si sou-
vent et qne, vraiment, le Prsi-
dent Vincent se doit de taire.
... a vu, avant-hier soir, un
homme de lettres qui se pro-
menait au F! i -. t Chrie, saas
chapeau. Ce n'est rien do ridi-
cnle. Mais sans chapeau, avee
en main, nnc norme gonrde,
cela change le tablean.
a
... l'a vu qni disait combien
i cela est idiot d'tre fils d'en
: grand homme.
Figarez-vous, chaqnc fois
que i'on soe prsente quel-
qu'un 11 que je lui dcliae mon
nom, indubitablement, je l'en-
leads me dire; Ah voua tes
I fila de mon ami X... C'est
bte tont simplsmert.


PAGEij
LE MATIN 26 Juin 1931
&
i rfc?i^i
Echo
s
Les dimanche 28, lundi 21)
et mardi 30 juin 1911, MeUe
Marcelle Apollon exposera,
dans les salons de Mr et Mme
Lon Liant.: n l,au Bois Verni,
les travaux de ses lves. Le
public est cordialement invit.
AvaDt-hiti matin, oui en-
viron du dpt lleu Auguste
Grand'Rue, M. Antoine Tito*
lut projet par le camion du
Service Technique au mo-
ment o il tentmt rl'y entrer
peu fant qu'il tait en mar-
che U. Titus, qui renl de
ce choc de tories contusions,
perdit Immdiatement con-
aaijsance. .Conduit i'IIopi-
tal Gnral, M. Titus y exp'ia
quelques minutes aprs.
Tout eu dplorant cet acci
dni, n tus m* \> niVUnS nous
empcher d'atiin r l'attention
. des jeunes gens i >i le danger
. qu'il y a m mkr dans les
voitures en maiche, OU ;eu-
ter d en desci edre.
Leouincio d< laxcdi dcliaiti
journnl sera [><:[ pleio d'In-
tel ci. On y lira i ii exilait d'un
lonim le Jacques Roumain,
Fantoches, une critique de M.
Tlioby Marcelin, des vers
d Bmlie Roumer, et une R
fus des Revues du mois de
juin, de Leon4Lalcau. Un :iu
mero lire.
Deux de nos amis, qui ont
eu'li- veine d'assister aux der-
nires rptitions de Aie Bolbcc
et son mari, affirment que ce
sera un succs de tout pie
mier ordre (le sera deux bon
ns heures defou rire, et de
tranche laie t. La pice est
magistralement in ter prte
par Madame Jacqueline WieJ
lier Silvera, Mr. Charles de
Catalogue et quelques autres
artistes de grand talent
Samedi, luiii heures, ce sera
?rniment. Yanles.la Fie du
Rire et de l'Esprit.

Selon une information pu-
blie par notre confrre Le
Temps,la route Pi l-au-IVin-
ce-Jacmel, compltement d-
tonc par les dernires |) nies,
est maintenant voiturable jus
qua bien prs de cette ville.
On lait cheval, en quelques
miuutes, la partie non encore
rpare.
Ou annonce aussi que le
service pestai a repris, son
fonctionnement normal.
Moire contre ce Le Tempsa
a reu de son correspondant
particulier de New York l'in-
formation que "le gouverne-
ment des Klals-Unis se pro-
pose d'aller plus vite dans la
voie de riiaitiaiiisalion qu'on
ne le eroit en laiti, et <|iie
d'ici deux mois, Washing
ton aura reudu au gouverne-
ment toutes les branches du
Service Technique de l'gri
culture, raie des Travaux publies, r
servant la direction du Ser
vice d'Hygine, le contrle
de finances et de la Garde.'
Les marines seront retirs
MBSittque la (sarde pou ri i
assurer le maintien sic l'ordie
et il ne restera qu'un simple
Contrle assurant le service
de l'emprunt.
La Commune a ouvert la
sixime cantine scolaire, ini
talle la (iraud'Rue et pis
ce sous la direction de Mme
Isral Vieux. Cela perte 150
le nombre des enfants servis
djeuner chaque jour. C'est du
la bonne uvre de solidarit
saeiale.
t

On annencs la nomination
de Mr. Lon Dvot comme
prfet desarioadisiem mil de
St M*rc et de Deaselinr*, en
remplacement de Mr V' I ev
Paaltie.
On dit que la rforme
pourra continuer et atteindre
quelques coin missions coin
Baunales.
i
Les Sports
Raciutj Violette
Le plus important match de
championnat dp cetlte. saiso , si
heureusement inaugure par le
prestigieux Comit Excutif de
i'U. S. S. H ,se dispu'era diman-
che entre le" Ilacing club Ha-
tien" et la "Violette Mli''ique
club '. l'ours > fiiie u ie ide pr-
cise ue i'i ii(M);ijiice de ce duel
qui ara, aars nul doute, loyal
et couriois des deux cts je me
lus le devoir d'entretenir ies li-
dates lecteurs de Le Matin" de
la vj sportivedea dni adver-
saires qui s'allVoiiteront diman-
che nu l'arc I.coute.
Violette Athliiqut Club
La V. A. u avec la "Jeu-
nesse Sportive Hatienne"est le
plus ancien club d-l'U. S. S H.
participant bu championnat du
Comit Excutif. Adole-cenle,
la Violette a co MU d Fn en sur
dfaites NghgA >, I nbj de -u <
rire moqueur dj ses i"iniloya
blea adverse ivs, cet e 11 ir in
oll'ensive sipporla li o:que-
nienl l'ardeur suieoca nie de tous
hs soltih huants, c'es -i-.lire
I unpeluosi' de tous les clubs
qui lorereal I admiration des
armleurs du 'ool-b.ill. A veune
volont digae du plus par an
ilo'saxooia ne les ad ni renrs
de cette humble soc 6 se d-
pensrent en eftoris continua
pour donner ce malheureux
club une personn dite sp >: ive;
ils se duienreni ta e; s |. en
qae le bi illanl champ onnat de
1926, laborieusement di>pn
classa la Violette au premier
rang ( lit points sur 1 I, sept
matches). Tour d lorce vrai
ment prodigieux! Ave. Csar, la
Violette, hier honnie, mpri-
se, sera dsormais le point de
mue ou le pivot de l'volution
sportive en Hati, l'arbitre du
devenir de 1 fj. S. S H. que l'a-
pathie de certains poniils en
terrait sous les huiliers du l'arc
Leon!-. Seuiinc-lle perdue du
"Sport Hailien, tombe vu l-
lhargie, la Vio'ette, contraire-
m m a Annibal, mprisera tous
les dlices pour s'employer, se
sacrifier mme la rorganisa-
tion de 1 U. S. S H : Comit de
Rorganisation, Comi Eixcu-
td de |U. S. S. H. Vola, doue
Violette,le couronnement de tes
efforts dsintresss.
Le Ractng Un h Hatien
Ce jeune club s inscrivit pour
le championnat de la 2me ca-
tgorie 1924-21 aprs ine al-
ternance de victoires et de d-
faites, le Raciag remporta le
challenge de sa catgorie qu'il
dut l'anne suivante abandonner
au l'etil-l.luh Hailien. Mais les
leunesquipiers 'grandis l'om
b:e des palmiers de la Place
Louve: ture', aids, encourag*
activement pei l'impayable Uoc
(alias Ludovic Pasquet) orga-
nisrent de jolis peiits matches
sur le ter am de la gendarme-
rie ( le cuia de terre de forme
triangulaire, plac derriert le
bureau de l > Police ). GrAet
l'exigoif de leur land d'en ml
nement,les sympathiques el va
leureux sportsmen du Recrag
oui 'icquis un jeu merveilleux de
cohsion, jeu fougueux et m-
thodique qui leur permis d-
tre victoiieax de la Violette.
Nanmoins, un gros po:n
d'interrogation se pose sur le
rsultai du match dedimanehe.
Le chroniqueur imparlial.avec le
sourire philosophique delliom
ma liabitl aux surprises, dirai
Magntiquement : .Yanticipons
pas, attendons le coup de sif
pet final ie la partie a. Le parti-
san extrmiste du Raring ne
pouvant digrer une dfaite m-
me imaginaire 4e son favori, r-
torquerait : u Non, la vtchttreest
nous, la Violette est notre
cheval de bataille Diable! l-
pondrai' le marchal Mitton, le
biave des braves : *Les /ours
sesuiueni et ne se ressemblent
gure, te cheval, indign d'avoir
t si rudement /teronn, mur
WUt, refusera de porter son trop
heureux cavalier, , je voua en
dame ma parole d honneur. .
Et I in tch le plus impo ;ant,
le plus paasionnant de la bd
son se jouera soui leed anius
du public pi et ova'ionnei le
vainqueur ei plaindre \r vanu u
Ki attendant le COUp de silllei
tinal. je rit avec mon ami,
Haie Beney: Vive !e Racingl
Vive lu Violclle! Viv; le Comit
licutifde l'U S S B.1
F. UEKAKD.
Propos jLa Fte
humides' de dimanche
Madame !
Oh encore Qu'est-ce qu'il y
a encore T
Toujours lu mme chose : le cri
du chacal.
Ainsi eommence le dialogue dans
VAjirs moi'deliernstein. (,-a m'est re-
venu liier aprs midi pendant eue
j'assistais uni- scne toute pareille.
La jolie patronne vit revenir leclieut.
Il parait que c'tait la septime fois
depuis le matin. N'allez pas croire
quelle en prouva une contrarit.
Au contraire. C'eet tout amicalement
qu'elle le reut, septante l'ois, avec
son toujours lin souriie:
Ohfencorel Qu'est-ce qu'il y a!'...
Toujours la mme chose : le
RHUM SARTHE CACHET D'OR.
le crois que lui a des lettres *
vait trouv a dans sa mmoire.
Voix des Autres
La soire qui se donne di-
manche au profit de la loge des
CursUnis , sera certaine-
ment la tte du rire. A part le
dsopilant monologue crole de
Papa-Youte et les tordantes
chansons d'actualit de Candio,
une hilarante comdie locale
sera jeue par un groupe de dos
meilleurs acteurs.
Nous engageons le public
nep >int manquer l'occasion r'e
p .. r l'agra Mes moments
dimanche pour une gourde seu-
lement.
P
o li r
L. D. Gilles
et ses sicaires
Monsieur Louis 1). finies
dont lu fourberie a t dcims-
quee dans le numro du Matin
du juin en cours, n'ayant
m le courage, ni le toapet de
rpondre lui mme.aUit tra-
ner un ir.ist rab.e papier dius
les rues de l'eslel et des Ko-
seaux o ;l a recueilli la signa
ture de certains esc aves Mal-
heureusement pour ceux-ci,
ils ont passe ct de* laits
rvles et dclarent avoir uae
confiance aveugle en leur
matre. Ils sont eien
plaindre,car, avec celte cou-
fiance aveugle dont ils se r-
clament, ils ne peuvent rien
veir.
En tout cas, fa voue qu'i: y
a plus de mrite tre 1 nom-
me de Mr. EJ. Tardieu que
dtre celui d'une espce de
Louis Gilles qui, la Cham-
bre, fait ligure de bois.
Henri P. BERNARD.
CORRESPONDAN-E
Port u Prince.lc 18 juin 7031
Mon cher Directeur,
Vous auez eu l'extrme obli-
geance de publier, sur ma de-
mande, et dans le ho du 12 juin
courant de votre intressant
journal, ta tel tre du 3, que j'a-
vais jug ncessaire d'crire
notre distingu cancitoijen, Mr
h. Biirr-lieynaud.
t'i n que l :ncient soit clos
o*r li mise au point de mes
anciens collgue* et le Cominu
nique du^Dparlement des Rela-
tions Extrieures, je ne peux
sans manquer de loyaut envers
mon ami Burr Reynaud ne pas
vous prier d insrer dans votre
plus prochain i\ota reponse.dont
copie ci incluse, qufU m'a fait
l'honneur de m*adresser.
En vous remerciant el en \
vous pr.scdnnl mes sincres,
excuses, je demeure, mon <:hcr j
Directeur,
\ utre toujours dvou.
J. Ademar ALGUS1L

Logue, ie 1G juin 1931.
Me .1. Adhmar Auguste
i ap-l i.'iitien
Cher Matre,
Je suis en possession de
voire dpche et de la lettre
qui la coutirme, sollicitant
mon sentiment en ce qui vous
concerne. La mise au point
faite dans le e Nouvelliste i
du .'> courant et mon article
"Iv.itin" ejui paratra dans le
No de ce jour du mme jour-
nal, me dispensera de vous
fournir des prcisions au su-
jet de ma d lai ni ion la Tri-
bune de la Chambre.
il ressort qn'il ne s'est pas
agi de desoccupatiou durant
votre ministre. La reni est
cruelle, mais je la prelere
Incertitude, qui l'est davan-
tage.
Croyez, cher Matre, ma
parfaite considration.
(S.) F. BURR-MYMAUD
La Ranon
1 du Roy
Tel est le titre :1e l'mou-
vant drame qui sera repr-
s'n le 4 Juillet a St.-Louis
de lonzagoe.
Pour l'.ivoir tenue des his-
toriens, ou a toujours prt
Henri 1^ celte par de Paris
vaut bien une messe i afin de
justifier sa conversion au ca-
th dicisnr. i.eite erreur l-
gue par l'Histoire aux nom-
breuses gnrations qui se
sont seceedef depuis cette
poque, a vu son fondement
branl par la rvlation de
la vrit Cst un remue-m-
nage historique auquel il est
aus'd impt tant qu'intres-
saut d'assister. Cet avan-
tage vous est offert par La
Ranon du Riyaja belle pice
de Killien d'Equinoy. que les
aceurs bien connus de l'Ins-
titution St -Louis de Gonzague
reprsenteront prochaine-
ment dais la magnifique Salle
de Thtre de cette Institu-
tion, au profit de l'Association
des Dames de Saiul Franois
de Sale.
Ne ratons pas une si pr-
cieuse occasion de nous ins-
truire pour G les. 2.
Donc alors en foule
Saint Louis de Gonzague le 4
Juillet prochain. Les entants
paient G. 1.
Les cartes sont en vente :
A l'Institution St-Louis de
Gonsague, l'Archevch
de Port au-Prince, cher Ma-
dame Pierre Hudnonrt, Pr-
si lente, et chez les Dunes de
l'Association de St.-Fr inois
de Salles,ch"z MM. Lon Ma-
Ihoa, Th. Baker, etc.
Cvmpaynic Girele Trasiallailiqoe
La stea ner-Carimareeparti
de Bordeenx le 21 courant
es' attendu le 11 juillet.
e navire repartira le m-
me jour pour la Havre pre-
nant passagers et fret,
port au prince, le 25 juinl93l
1. ROBILIN & Cie,AgeuU
Colombian
Stearnship
Company ln\
Le steamer Bogota parti
de NewjYork le 20 idia cou-
rant directerrant pour 4Port
au-Prince est attendu ici la
vendredi 2G. Il repartira le
mme jour pour Prtit-Gove,
Mir.igoahe, et Jrmie, en
route pour les ports de la Co
lombieet Cristobal,Ci nul Zo
ne-
Le manites'e de ce navire,
rru par avion mardi matin,
est la disposition dee
chargeurs, aux bureaux de la
Cte., rue Traversire.
Fort au rrince.Ie 24 juin 1951
Colombian Steamshim Cm lue
GEBARA Co., Agents
IIIU

Gin-laldy
CE SOin
L'Enfant-Roi
(FIN)
Entre :0,60 ; Balcon: 1.00.
DIMANCHE
LE PRINCE JEAN
Le Piince Jean est un filon
qui au point de vue ralisation
est parfait. Il se distingue par
de trs relles el louables qua-
lits, c'est un bel ensemble de
scnes harmonieuses et rares.
C'est un film bien conu,
bien charpent, bien rythm.
Les admirateurs du magnifique
talent de Ch Mr. l'auteur de
la pi e, ne pou roui que louer
le metteur en s::ie du ut.n.
Rene Heribel, nous rjouit
toujours, elle ennoblit l'art des
images par sa dignit de t. mine
pour qui la pission amoureuse
est un enrichissement. Elle a
l'lgance du gesle el l'harmo-
nieuse enrylhmie de l'attitude.
C'est une joie pour l'esprit
pour les yeux de la regarder.
Lucien Dalsace, qui a conqsj
l'lment fminin de notre vi|U
a jou en grand artiste le rois
difficile du "rince Jean. Soi
j' n d'une pari i'e sobrit d'osj
admirable tenue, le sacre dfi<
nitivement grand altiste. Da).
suce res'e humain et simple
dans l'i xidtation de la nioturii
viriie comme dans la doulee
de faire souftrirqui l'aime.
C'est un grand film d'art e,
d'amour passionn que voej
verrez dimanche Ht iaQ|.
Entre : 2, S cl 4 Gdes.
Bar Terminus
PLACE DESSALINESj
Caf chic. Restauran
de premier choix o l'od
trouve toute heure les
consommations les plusd
licales.
Sandwiches sans 'pareils.
Nouvelle Sensationnelle
Par le dernier steamer v'eme it d'arriver les lor ni tables c
minnrj : r-'-jifS
r
AaVV
' INTERNAI I0NAI
de 4 el de t cVliAtirts de 1 tonne 1/2 2 tonnes 1/1.
Venez voir ces incomparable* Camions, ces Rois de Transpfl
lsC.hrysler Service S'ation o vous aurez I occasion de constat
vous-mme*, que ce so il le vrais catnioi > ; de 100 po Jr 100
paissaace et de riistence
Les Csm'ona INTERNATIONAL sont ceux la qu'il laut pj
n'importe quel usag-ur les roules d'Hati.Venez voir les den
modles.
Franck J. MARTIN
DISTRIBUTEUR POUR HATI.
Le Rhum
ojfcia rf BBBauoe est suuveejeeiLe garde su Proini4ix jUfit
Demaadea portent :
UN BARBANCOORT
Dpt Rue des Caars
t


Lt M.VTIN 26 Juin 1931
JE
TT-.
a*
m
IWI'JJBL 11
La Chambre
des Dputs
? ,255 SUITE de la 1re PAGE
ce travail. Lu loyaut me com-
mende de vous dire que jusqu'
prsent, il n'en est.nen.ie n'eu
ai pas encore^rencontr et.t'est
la vrit que je dois vous dire.
Je dois aussi vous dclarer que
j'ai soumis le budget hier au
Conseiller financier. Je crois
que la dignit nationale nous
commande lorsqu'une loi a t
vole qu'il taut l'excuter. J'ai _......... .____ ,._ r...(.....
d donc observer la Convention, devant la dclaration du
les accords ei sous accord,etc.
Lorsque |e vous paile. de ce-
la, c'est que nous nous trouvons
en prsence de laits, de rali-
ts qu'il serait puril d'luder.
J'ai t dans 1 obligation de son-
mettre hier le budget au con
seiller financier. Aucune ob-
jection ne m'a encore t laite
mais l'en alteuds. Il m'a d) i
dit, d'une manire courtoise,
iolibis : Mes cher collgues, .
vous avez entendu dernire-1
ment la lecture du rapport de
la loi sur la Presse. Le rapport
pie voit une taxe annuelle a
payer par chaque journaliste.
Uue mesure doit tre gnra-
le. Je propose que l'avocat paye
aussi une licence de 25 gourrs
par an.
La Ministre de l'Intrieur :
Je crois que la proposition Jo-
iiboia est inopportune. Nous
sommes en train d'examiner en
Conseil .des Secrtaires d'Etat
un projet de loi qui prvoit une
taxe sur toutea les professions
gnralement quelconques.
Jolihois retire sa proposition
Mi-
nistie. Vaugues a piopose que
l'avocat ajye une gourde d'ins-
i npiion.
(La Un demain)
CE SOIK
La Lionne&Candio
dans ses chansons.
Entre : 1,00.
Panama Railraad
Staamship Lin*
Le steamer t Cristobalseat
que comme ecettes, il n'y avait attendu i Port-au Prince, ve-
uue 31 millions de gourdes. Ce nant de New-York le diman-
che 28 juin 1931. avec : 23
que -il mimons ue gourd
sont lea voies et moyens qu'il
ne Tallait pas dpasser.
Quant aux compressions que
nous avons laites, elles lent
t sur les services amricains.
Je regrette qu'un journaliste
mal avis ait pu ciire le con-
passagers, 113 sacs de corres
pundanct, et partira dons
l'aprs-midi du mme jour
directement pour Cristobal,
Canal/one,prenant fret, malle
mu " f """ *" e nnasauers
traire, en essayant de corrora- k"*^'.
Dre l'opinion et de taire, .c JWMjjKM* Hati, le 24
pre l'opinion
croire que ces compressions
frappaient seulement sur les
services haitiens.
L shington et i La Havane ont crit
au gouvernement pour dire IV
tat dplorable o se trouva
leur mobilier. Us ont lionu
quand leurs collgues leur lont
visite. 11 a fallu prvoir une
certaine valeur, si minime soit
elle pour le renouvellement
de ces mobiliers.
* Je n'ai pas encore rencontr
d bbtaclea l'gard du budget.
Si j'en rencontre, je vous pro-
mets de vous le dire, si dou-
loureuse que puisse tre la v
rite. ( applaudissements dans
rassemble.)
Cinas : La Chambre,Mr le Mi-
nistre, par les applaudissements
qu'elle vient de vous donner, a
tenu prouver qu'elle est satis-
faite de vos explications. Vous
aavtz qu'elle n'a jamais dout
de votre bonne loi. Elle sait
qu'en acceptant ce poste d hon-
neur prilleux de Ministre des
Finances et des Trsvaux Pu-
blics voua seriez toujours i la
hauteur de votre lche, mais
le temps presse. Si vous aviez
vu le rapport de la Commis
aion des Comptes Gnraux,
vous auriez constat les depr-
dations releves la charge de
certains services amricains
Nous sumnii s heureux de vos
explications et gardons l'us-u
rance uue xous peu, le budget
seia soumis la Chambre.
Api es ces explication?, It
Prsident dcime l'incideui
cloa.
Qtu&lions diverses
Un rapport uu Comit de la
Justice es' lu sur la loi cop.ee.-
nant loi dre das avocats.
Les conclusions du iappuit
sont votes ainsi que la loi avec
des modifications proposes pai
le Comit, las dputs Victor
Cauvin, Vaugues, Cinas. Le
dput Brdy, au cours de la
discussion, a prtendu que
c'est crdit que bien souvent
des huissiers Mgnifient des ac-
tes pour compte de certains
Juin

e ,.,..--
-r n
'<****, '
tan*.
~*i*a.jl.;^*
--- --n
l'Ti
E&m
Wm> M. LLOYD
A gent Gnral, ad hoc.
Administration G-"
dosj Postes
Avis de dpart
Les dpches pour New
York et l'Europe ( via New
York direct j par le steamer
"Stuyvesant" seront fermes
le samedi 27 du couraut.
Portau Prince, le 21 juin
1931.
Je voudrais
bien savoir
Pourquoi la Maison Paul
E. AUXILA ne chme pas,
malgr la duret des temps.
Serait-co parce que ses prix
sont plus i bas, ou que ses
marchandises, meilleures,plus
belles, plus solides, plus la
page, plus Iraiches, plus va-
ries Le service des employs
plus charmant. L air qu'on y
lespire plus parlum. J'y vais
comme tout le monde.
Avis
L'Iu-pedion Sco'aire rap-
pelle aux utresss que selon
:ivis du Dpartement de l'Ins-
truction Publique les examens
pour l'obtention du Brevet
Simple de Capacit ont t
fixs au lundi 13 Juillet pro
chain.
Li consquence le registre
d'inscriptiou des candidats
au ditjBrevct simple de capa-
cit est ouvert h l'Inspection
Scolaire et sera terme le luu-
di 6 Juillet.
Raoul Lemoine :
Sous -Agents- Cap Hatien
LtUTRE MilK GUIMIf et toutes les Teintures GUIYIKT ton
lts plus universellement rpandus. Ils donnent plus de rends
ment, sont plus pirlums et procurent aux linges soi! h plas puis
blsnrhfiir de neige, oit un clat vil, Iranc, ind^l*'gnbl<\
L'OCTRK MER r' nYH est une invention de J. 13. GUIMET.
Nntihs z que l'Indigo (l'IMET pour vos les-dvps t. pour
teindre vos chaussures en loftoi ou raviver vos 'r fts d<* .oie,
de laine, de coton, d m indiz Ie.s Paquets Persans ei les Boni*
raviver.
!.'s T.-inlu"es se vendenl Par If u Prince aJ*s Molle Lrce a-
lor', Mme Thrse Montas, ies Dert o i il s V Mes etc.. Pi it-
(ov, rhz Stvi*1en MaHin, Sain -Marc, chi CK'iuenl P.-
im d. an Op Hai'ien, Raoul Lemoine.
L INDIGO pour- le blanchissage : Partout.
(.f** **..*. -w s
riTsru as itA/ rAit^'tJ
VOSGES
(France)
GRANDE SOURCE
La prsentation de l'acte
cabinets d'avocats, tant la mi- ) de naissance est de rigueur,
are est grande dans le pays. I Port au Prince, le 22 juin 1931
ACTION LECTIVE SUR LB REIN
Cure complte de lARTHRITISiUB
Saiion du 20 Mai au 25 Septembre
OOUM8E9 mHH* OOLF POLO THTRE OMSIMO
" PARO MPOAL POUR LES ENFANT
Trains dlract t PARIS ((tare n TicW dam l>_prlnolpla_Phr:nrlws. Droguartai et Malion l-Aitiiiaiitatlon.
oErmFwcc
ANTISEPTIQUE
AU^PTS
POUDRf,
DENTOL Horn LLe
ri
Le sU imi r \\ ,\ld!rant
Horn a venant de Kmglou
seia Ici le 27 courant e
loute | our l'Ftuope via le^
joii:-. du imd picnautlit
et pavsagei.v.
Le steamer ."Frida Hom"
vetippt de l'Fi rope loocln
ce poit vers le 1er jnille ri
fiartancc p ur Kingston, Siu
)omingoet Curaao, prenanl
Irt et passagers.
| HE1NBOLD A Co, Agentt.
j '""
Le Purgatif idal
PyLElEj
/4 7, Rut du Faut. St-tmt, Paru \
Faci*a k prendra.
Ne nrcawitant auc-m praptrat'F,
!'r oj provd^ce jacuis de dgot, j
Supprimant Ta ditr,
elle ne dbilite p:s le calait.
N'exigeant pal de r-poj i la ilun.lii-, |
clic ae rr.uie aucune p:r!c de lemps.
Plui activa que loin le* fnv'alrea,
elle cil, par consquent, moiai chlrc. I
no** rk;.Rf
iMJmivIsjg
JnuinalLIT MATIN
Port su Prince
A
vus
(honora vous '*.mi ""i
l'< p!c, le plus frind fuoti-
diri de rraQce fia dn-iririf*
pnlitiant* ri d''ntnrmatinQ,
i rni 1 indpendant, la plus
lorl ti'v^r, !p mei'leur rnar-
(h et (|iii rvli Ions les
dfssooa rfe la politique.
S'tdrcsst r :'i Mr S. r. Lill dr
rul rt| rissolant pour
Il.ili.
Elrfttger: R mois 85 frs.
1 an 150 or
DOSE
rVRCATTVE, 2 S Pilule*
Ij'.XAnVE, 1 Pilule
Roval Mail Ste'm Pafikct C"
Le slearoor Gab oua frttnt de Londrtt, Riogatot et les
ris du Sud, est atttodu Ici II 18 juiljtt, partant le mme
> ur le ffitr*-. Anvers. Lon-
por
jour via lis ports
dits.
du Nord
I. J. BIMO,
Acent floral
Tlphone, No 2:J11
' rRj Cal de France
Sons I dirtfction avise et intellliOBU da Mojijpr l%oy
G.raldi qui m< devenu l'associ da Monaioor 1 ilijg, l'J^T..
(aire de rrt ,W8bhenient qui n'a pas .d h.* S^jJJr;*
DF FHANCE, oflre es aimables si disinsjuoa oiients,
ronsommaiions h s plu. Qnes, Isa v.pk M fSSlkLTwM
pins choisi-, Cigares H Cigarsttos, ^ndw = ha. vastes, iOf prix
dfiant tonte toncurrcnee. hl-,
L'aeeueM le olus symmlhique OOOtiorJOfS a e me frsit r rend jt de H rance.
PATKHfl Co.
TUpnoue B41.
ALUM1NUM UNE
DflABTS DIRECTS DE NEW-()RLEA\5 BT DE MBII B
POUR FOUS LFS POIUSDK LA HBVUBLIQ^E D !IA'T1
Le aiiiliioraTorungdi laissera Nt w grle.it.* le M eo*rant
et Mtbilk le 2 juillet tt dirrflUtnMt poir don ivrsTwt-
Sl-Prince et les j.oits, da Sed.
port an p;incr. I<- 24 juin 1W1.
A. de HATT-PSA Ko., Agoit* S*JCrae4
rifj,
-v .. ... ^J
J!
m*p^ -
yi\
Madame, mme dans un tat qui
demande un traitement dlicar,vous
pouvez vous dfaire de la torture des
nauses, en prenant ce laxatif, quoi-
que doux et inoffensif,cependant sr
ENOS-FRUIT SAIT-
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE f
EHG. Le BOSS & Co,
Aaents Gnraux*
Toutes les Polices % |
DE LA

lire la -2.
Scomprennenl la Protection contre
Foudre sans auqmcntation de taux
Eug.LeBossfCo
AgentsTGnraux
5nwiiiiii rn*"*ywTQWM&y
m




Vendredi
26 Juin UJ31
Le Malin
UiJI
25eMeANNBE N 745
Pert-a-*
i la. ii te
4 rA-il.
P
M**** .

60

L'appareil deciioix, l'appareil qui offre
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPRME
C!
'l'I
Solidit
Puret
swl
redb.
E
Liv
t*
Lm grondes f4itl<'s arrivent;
Dfi io vns d* maintenant ;i iis'alie- eh/, vo
Vntilaiur Electrique O. E
1 c'est it *vnl remde
r,n idinn de iniement vrai nrnl ~e>< ppliontr |'e\
u
Pivseniatk n
CoiXfUQiHt dkdairatpt Elvclr'mr.e
,o modle 13
Tilles sont les qualits ezc< nlionnelies que le
GARAGE KNEER
v*ss tflrs en installant uni de ces machines ehes vou<. ToOit U musique du meule ed k voire (i^nera|e des Postes.
porte. |
I
Cordonnerie Ml. CVcncl
Hippolyte JfiUDY, propritaire j
Lu Cordonnerie Mont-Carmel annonce sa nomb-'tuse
Clientle, qu'en me du noavcaoi eteeks de ejipessnre* de
tous genres qui doivent rempl m er ceu-s en megesta, Ut tait
un libds eonMdrsb'e- t
On est pri d lire) une visite pour s'sn convaincre.
Grand Une ou Kepublicaine, ct de l'Administration
r
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ce modle et vous serez cou
vaincu de sa supriorit.
doubliez pas que nous offrons
Ides concluions de paiement.
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince.
r-Agents i F OBRIEZ Petit- Grave
"4C PINMU) -Saint Marc
(*** ~ wi
m-
C? qui n'ajt >al t tait
Co ejui ne peut tre dp *
J'Kola Champaanc
F, SJOUpN
Prpar dans des conditions rfaQireusejr
D'ASEPSIE
Prparation et Veole
PHARMACIE F.SEJOUHNE
Angle de* Hues. Roux et du Senlr*.


PHARMACIE
CANONNE
49. Rue Raumur
88-90. Boulevard Sbastopol
PARIS .
vendant
LE MEILLEUR MARCHE OU MORDE
Produits ut rrtnitris marques
M louiaura de prtmieri tnicmur
UNE 8BULB QUALIT ;
' LA MEILLEURE
'ayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HERBORISTERIE
SPCIALITS c
Franaises et Etrangres
SKIS DE QUININE PURS
77mm produite en flacon,
ampoules, comprims, cachets
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
PANr\QEf, CEINTURES
O *AS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
SeSiiigties hypodermique
Phirnucii de Petit, Ai Voyage
Coffres Pharmaceutiques
tour Usines, communal, itc.

Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Pharmacie CANONNE
49, Rue Raumur
88-90. Boulevard Sbastopol
i PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Fra ice ni l'Etranger
On demande
A ACHETER
Trait des Scitnces Oceultc*
Pafis
S'adresser su bureau dn
jeurnaJ.
CORDOZO Cayes
Mli.eC. uougk Jscmel.
Ecaillez les eeiieerls C O L U M B I A la statien il II K. (ans les Teiidredis ser.
sjMejp
[Fabrique Hatienne .
de Chapeaux)
Marcelin Mariniez & Co
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Kire & Life
Assurance Corporation Lld.
. de Perth (Scotland )
Car la cGENEPAL est nue des plus puissantes et d*>s pies vastes erfseselieBl
le ce ^rnie. Le seleil ne se couche jamais sur sou champ dactioa jei eaaecasae le
aaaadc
Ses Polices contre incendie couvrent aussi le* dfie eeeesienue par la tease
Ses Pelitee peur Autoraebilcs couvrent vols, ineentlie, malveill>ace. dsmmajei
esess juti ni dais s persene ou dans ses biens.
3Ses Polices Manimes mises par ses branches d'Knrope sot payables ea Hati
Ses Polices centre accidents jeun t valables dans I univers entier. Tons les vaya-
rurs devraient donc prendra !a prcaution de se munir d'une pafcre eonkre accidents
an moins 4O0t dollars, la prime annuelle n'tant q.c de 1/2 */ sa*t 24 dallars U. C.
Veuve F. BIRMINGHAM, AuxCaves
SWISACENTS
V" Gf.affl peur Hati
Pri au -" ee. . CfL i
JKAN B*.tCHlt' Jr^raic
L'INDIGNE
Grand'Ruo No2'04


Chapeaux varia pour hommes, le m rue el
qua par des maisoas aaP.ienues ( avec t

a fasse IW
la paille *
laites une vislK a c Lin ligoM.
THE II JO-r)'. IV KUMIK SIIOP
Harry H. Ki..noy Prop.
1319, Graad'Kua,
|Por-st:-Printt. Haiti.
Puons: A 348t
Aulomubile Central Repairs
Valcsiisez^relra fnbe d'automaeila
Aprs Uaeaai d'sfepriiaee
en Veleaniaation dt tabea et
paeaa noaa vaua earinliasens
aae aricase rpaiatian.
LISEZ CETTE LISTE :
Tairii| Cer Iran
0 la 7|2fl Rail.
1 pnactars Or 1.10
aak pjnature tir ranftar 0.06
Valve haut O.'if)
Talv iijfauled 0.20
i'VcIvc nrw 11.10
VMve iir'i. 0.10
BLOWOLTS
1 inch leef 0.10
'laeh inh ihareaftpr 0 05
Joints rapaired per im h COt
Triek roaa
I" le i 1 pnocture 0 20
Raah pans utt ihtreaPtr ''-10
Vsvt bas 0.60
Valvr inatrn'ad oiO
Valve nrw y'iptjhl '()00
Valve sew fcll't 100
BLOWOUTS
1 ir.th !ou| (|.2o
Kah iah llterastler 0.10
Joiats rpai i H par inah 0.1O
I \J
Rinmiii| Tirfs
Taariaa Car any siaa. LO ^o
Truak Ta 126 0.;Mj
Truck ail largar siaas 1.

i
Mosaque Hatiennes
Charlicr-Malebi anche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
^tohone : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs