Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03647
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 23, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03647

Full Text
Clment Maqloir
DUIICTIUR
1^51. RUE AMBIHCAINE H
TBLEPHONB U-MU

Heureot les seoule* qui, dans
lirs jsnrs d>|imivf, pMnwjf m
rappeler qn ils nsn as Hf rfel-
|ri si quoique lesr amen If t,
prim-ut se rr qu'ils riteal le
triomphr fl le boBliear parce qrite
al art-ampli la loi du devoir.
A. IIHHI\
25me AJWIB W 7402
POR'NAO^PaiNCE C HAiH)
MARDI 38 JUIN 1031
L'QUIVOQUE

La Chambre, vendredi der
nier, a vol la Rsolution
liellerivc qui enjoint le Gou-
fcrntmtul deugeg goi iatio -s avec celui des Etals
Uni* en vue le faire cesser
les filets de la Convention de
1915 arriver tenue depuis
le 3 mai 1926.
Djux circouslaucea indi-
quent la porte de ce vote
C'est d'abord qu'il a t obte-
nu a l'unanimit des voix, ht
qu'ensuite il est intervenu la
suite et an dpit a'une com-
mui ication du Secrtaire d E
tat des Relations Extrieures
marquant l'opposition du
Gou/emement. Il consacre
ainsi le dsaccord proloud ei
grave des deux Pouvoirs sur
le principal problme natio-
nal. Rglement amiable, dit
l'Excutif. Ce qui signifie: li-
quidation progressive du r
gime du Trait."! Dnoncia-
tion immdiate de la Con-
vention, rclame la Chambre.
Deux politiques, deux ma-
nires, deux mthodes.
On peut trouver que le Ca-
binet, la question tant au
premier chet une question de
gouvernement, et du se pr-
senter devant la Chaanb e
pour dire la tribune l'opi-
nion du Gouvernement. Le
sujet valait un dbat. La
thse gouvernementale et la
thse des partisans de la R
solution se lussent affrontes
dans une discussion publi-
que. Le procd de la commu-
nication criie ne paraissait
pas trs indique en l'occu-
rence. Perinne de ceux qui
)
1 ont actuellement la responsa-
' bilit des aflaires nationales
) ne doit redouter le dbat pu-
blic. Les Membres du Gouver-
nement moins que d'autres.
11 f.iu affirmer hautement les
ides et la politique du Pou-
voir .et ne point re ion ter la
t rise* possible. Ali que, celle
ci se produisant, les responsa-
bilits puissent en tre ais-
ment dparties. L'opioion ju-
geant aux attitudes el aux ac-
tes publics.
Quoiqu'il en soit, nous
sommes eu lace d'une situa-
tion dont l'quivoque est
rel le. Et dangereu e. La
Chambre prconise une poli-
tique. Le Gouvernement en
tait une autre. Les deux poli-
tiques s'opposent. La Cham-
bra est alle jusqu' l'extrme
de ses sentiments : elle a d-
clar la Convention inexis-
tante. Ira-t-elle jusqu'au bout
de son action ? La logique de
sou acte voudrait qu'au vote
du Budget, elle refust les
crdits pour les services dits
du Tiait. Si la Convention
n'existe pas, les services ad-
ministratifs qui en drivent
n'existent pas non plus, car
elles en font fonction. Alois?..
Le jeu n'est rien moins que
clair. Et il complique grande-
ment nos aflaires dj assez
troubles. En telle conjonc-
ture, les responsabilits sont
ici et l. il n'y a la part de la
surenchre parlementaire, il
' y a aussi la part de la timidi-
t gouvernementale.
O nous mne-t-on ?
i

L'Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
La Libert de la Presse
aux Etats-Unis
------o
The Nation, Il Juin.
Par la marge troite de
seulement un vote, la Cour
Suprme a maintenu la liber
t de la presse aux Etats-Unis.
Si le juge Roberts avait vot
avec les quatre membres r-
actionnaires du 1 ri bu na l.cet te
partie de la Constitution'/, qui
garantit la libert de la presse
aurait t annule. L'vne-
ment tut prsent par la loi
sur les journaux du Minosota
qui prvoit qu'une publica-
tion peut tre supprime,!
teutes les lois qu'un juge de
district, mme sans l'avis d'un
jury, aurait trouv qu'il y a
a eu une publication rgulire
d'articles i malicieux, scanda-
leux ei diffamatoires.
Le juge doyen, pour la ma-
jorit de la Cour Suprme,
tout en dnonant des assauts
inconsidrs contre les hom-
mes publics, il a lui-mme
tenu" les coups d'une critique
Violente d*. presse en plus
d'une occasion, a soutenu, a
bon droit qe le fait que la
Jibertde la presse peut cons-
tituer de*sbus par des pour-
voyeurs peu scrupuleux de
scindales ne rend pas moins
ncessaire l'immnnit de la
presse de tonte restriction
pralable en traitant de la
mauvaise conduite officielle,)
Pour le redressement e tels
actes, il reste les lois sur la
diffamation. Si la dcision
avait t rendue autrement,
les voies auraient t ouvertes
plus loin vers la violation de
la Constitution eu matire de
libre parole et de libre assem-
ble. Elle est maintenant sur
le point d'tre annule par des
maires, des shrifls, des offi-
ciers publics sans nombre et
d'autres qui, par le simple
stratagme de dclarer qu'un
meeting quelconque peut
troubler l'ordre public, d-
tendent l'assemble de tous
loupes qu'ils n'aiment pas.
a dcision actuelle prserve
la presse d'une forme dange-
reuse d'attaque et est une in-
dication bienvenue du temp-
rament libral de la i nouvelle
majorit.
DES HORIZONS NOUVEAUX
DES Viorteona nouveau* 'livrent l'homme
qui a de l'argent. Avec $1,009 conomisa*
et dpose en banque, voue pouvez envisager
'"avenir avec confiance. Commence ele main-
tenant pargner en suivant une des mthodea
oi-dessous:
91.000 en quatra ana, aawrlannent de $940.1
en vertementa babdOmadalraa de $'52
91,000 en troie ans. proriecinent de HfS.ll un
versement* hebdomadaire de $6.13
91,000 en deux an, proviennent da $070.32 en
versements hebdomadaire* de $9.33
rsea S*
La Banque Royale
du Canada
En hommage an vnr Prlat qui s'est dpens gnerente-
ment tontes les fois qmun danger nous menaait nous repro-
duisons de notre confrre /.es Antudes ('apoiset* le magnifique
article suivant qui est consacr uses noces e diamant Et nous
renouvelons nos sincres compliments de respectueuse sympathie
S. G. kionseigneur Kersuzun qu entament l estime et ladmira-
tion gnrales.
'NOCES DE DIAMANT
Le ramredi, 3 juin courant, laibles.
tait une journe d jota pour Devenu Evgoe, Monseigneur
la ville catholique du Cap, i Kersotan m-liipli.i *ps activits
rcession des noces de diamant dans toutes !es plieras o il y
de Sa Grandeur Monseigueur avait une vrit a proclamer,
Keriuzan La nature.de mauvai- un conseil donner et une
M humeur depuis quelques jours souffrance a apaiser. Il combat-
s'lait enveloppe de lumire et tait avec fermet i esprit de
plus tard lire nuit toiles se r- \ charit toutes les erreurs qui
pandaitsur la Cit qui s'honore j paralysent la marche ascendante
de possder lame vigilante duo des peuples ou qai las emp-
Grand Vieillard qu; n'a jam;us | eheot d''re tourments par l'al-
cess de prier la Sainte Vierge j Irait de I infini. Il a'adrrssa
en rclamant son intercession ? tes fidles rvec le cur d'un
pour le soulagement de tous le* ; ; re et "> r* titre sa sollicitude
maux des Adles du Dpartement j n,- mm cl psi d'clips,
do Sord.Dana lesconversations, Sole-i 'a b en prit plaisir a rappeler -la I Augustin : Lion tut vaincu en
boute et le courage de l'Evque7combatlant,l'agneau vainquit en
qui s'ait dpens gen4reuseme.it -, soutira ni . La douceur de notre
' ' Bvtqne l'aida beaucoup dans
toutes les fois Jqu'uo dingsr
menaait notre milieu.
J'aime toujours les grands
mouvements intrieurs qui la-
onnent imprieusement la cour-
be d'une vie , pense Kessel. Il
y a soixante ans qu'un jeune
homme, de sant dbile mais
d'une volont, d un djnamsme
puissant, recueilli aux pieds de
Sainta Autels, renonai' vo ou
laireuient aux joies du monde.
nom apostolat. Aux heures las
plus tragiques de notre vie na-
tionale, la voix du nohle prlat
pargna plus d'une famille
capotes la grande dtresse de
perdre les repis;:i:tantsde leu s
affections les plus ihrrs. Au
plu loi! de la mle, quand le
danger tait dans l'atmosphre
mme, son reeur d'apotre, in-
quiet, de. la souflrancs d'aulrui.
et promettait d'accepter lous les I trouvait encore le moyen d'aller
sacrifices au bneBc de la pro | au-devant de eaux qui taient
pjgauon de la Vrit et de l'A-1 mai rea des vies et ds biers et
mour.f Tout ce qui est dans le da les dterminer i user du
monde est coicupi cn e de
la chair et concupiscence des
yeux et orgueil de la vie .nous
dit St Jean. Il choisissait, ce jau-
ne homme, le chemin de la ver
tu, de l'abngation et du dsin-
tressement, et mettait en dis
ponibilit toutes ses nergies au
aervice de la croisade entreprise
Sur le Matre pour le succs du t leurs erreurs et de leurs laibles-
len au milieu des vicissitudes (ses Mais on soutire alois en soi-
humaines. mme d'avoir permis le (nom-
i
Il pensait que sur la mer agite
du monde, travers mille dan-
gers, la meilleure boussole tait
encore le sentiment de servir
une Cause pour laquelle 1 borna*
ait a vibr d'enthousiasme et
dont l'Idal eat mprissable
comme la volont de celui qui
l'a propos. Il a voulu servir ci
la Providence l'envoya en Hati
o la moisson tait abondante
et les ouvriers insuffisant*. Pr
ire, destin tre le mdiateur
entre le ciel et la terre, l'avocat
du taible et de l opprim, il se
rendit compte vile de tous les
rralaisea dont soutirait uotre
Paine. Du h at da la chaire de
Vrit et d'Aniour.il exposa l'en-
seignement dont lea principes
observe avec bonne volont ta
cilitenl le dvuloppemenl har-
monieux de 1 individu et la gran-
deur des Nations, puissantes ou bytrales. Au Cap-Hatien, il
pouvoir avec |ustice et piti.
Notre Lvque a pu aoulrir
d s hosames, parc* que. par
amour, il voulu les aider
tuer le vieil homme, grandir
dans la voie de la vertu, le-
natire a la Vritable vie.
O.i m souV. pas des hommes
quand on se lait complice de
plie des frivolits qui n'ont au-
cune importance sociale. Car la
vie *eruil aupportable sans car-
imes hivolita.
Cafgenrede souffrance produit
par le sentiment du de?oir mal
accompli, 'Kersuzan ne le con-
nut pus.Uaes la mesura du poasi
bla i, organisa la croisade aux tins
de raliser la victoire de la Jus-
tice. Pasteur des me3, il consi-
dra l'ignorance comme un des
dea pirea ennemis de l'volu-
tion posaibie dea masses hu-
maines. En consquence, selon
les ressources qu il posadait et
qu les eiroonstaocea lai per-
mettaient ue poaaeder, il entre-
prit avec l'aide de aea aombrenx
co ahoraleurs, les dvous Cu-
r>,la cunstruclion de beaucoup
d* chjpellea dans les campa-
gnes, U londaiion d'coles prea
Propos
hum ides
Toute une foule lgante e! joveu-
se nid ndait au Ch impda Mars nier
soir. La concert tir la musique du
Palais. Mais le concert tait offert
;.iix Belairieni dont c'tait la fte.
Di'ception des profiteurs et pro-
meneuses... Et i";nl ni aia les jupes
Inngu s, c'eal a d ra qai deacen-
d m jutqu'aes cbevillesou presque,
refaisant nulliple foi le tour du
tiottoirs lordant le alles claires
. porno... Soudain an annonce : In-
cendie, 'ioutes les lies tourne!
?eis le el-Air. El presque toute la
Foute de sa prcipiter par la rua (ief-
ii.ikI. I es plus presss, au pas la
c-vune. Les autres nu pas pins lest
de K.'ns qui as a'aa font pas .1* sui-
vais ua groupe de ces damiers. A hau-
t ur cVAjisonia l'un d'eux proposa :
Si nous alliens. an attendant,pren-
dra an P.HUM SARTHE CACHET
l)'()H.Act|uieseemeit.|ll furent biea-
lAl autour d'une table sou la sala-
rie du chic tablissement
Ja les avais Imite et suivis.
Anton I. Sa ba
Anton I. SABA vite le
Commerce at ses clients g-
nralement quelconque que
sa maison de commerce sise
autrefois i la Halle Bootin,
rue Travar9irt, a t trans-
fre depuis la 1er juin cou-
rant ; la rue du Magasin de
|Etat, an No 1TSM rt Is
la M ai son Antoine Talaraas.
Loi clients y trouveront, com-
me Ion jours, un bon accieil
t de* prit i la ports da
toutes le-s enuraes.
Ce sera une osjHSIOO trs
ttntageuM pour le-s aohe-
teuis de viailcr la Maison
Anton I. Saba avant d* luire
leurs eaplelfoi ailleurs, ear
ils y trouveront nu profit
qu'on ne peut leuroflrir nulle
part.
Visitez donc ANTON I. SAB
avant de taire vos emplettes
et vous m k/. satislait.

fonda Is Collge N. D. l'.S. dont
les services sont hautement ap-
prcis par les familles du l)t-
psrtemeot du Nord.
La noblesse de ses sentiments
et la bont de >on i ocur.ont, r-
si l i l'action sociale qu'il l
instaure parmi nous II a voulu,
en conformit de l'ambition lu
Mai're, que la bonus parole lut
expliq ts dans tous les points
du p y ... omnes gtntes. .al
distributeur d'une meilleurs ci
vili.-ation, il a cherch i ouvnr
les cerveaux de nos trrei inlelli
snts des co.p liasanoei lift
lavrve I scientifique* ulili's.
De plui, il a il professeur
dJnTgie. Aux h ires de d*cou-
ragement, au milieu de la tem-
pta soulevs par des passions
politiques divergentes, il a lou-
j-iur* prch la concorde sfs
fldlea dont le bonhsur dpend
de la cohsion de leurs senti
rnents et d laori voliliom pour
la sauvegaide de leur lib t
de leur indpendance.
Eu ce mo nent, le Grand
Vieillard jouit d*une retraits
bien mrite II a la grands con-
solation de vivre sur une me i
tague c lmenle du l'ays qu'il a
beaucoup aim et au bonheur
duquel il a travaill avec un z*!e
tout apostolique, ht. da s ai
chambie tant, tout eu contem-
plant le magnifique spectacle
qu'cllre la ville SOU l'influence
de le lumire lectrique, il peut
quand la douce paix du sou
sur la plaine s'tend , priei
pour ses nombreux fidles qui,
ses pieds, demandent au tra-
vail et la souffrance des secrets
ne ssaires pour supporter lu
lul'a de la vie.
Nous prsentons nos resp
tueux hommages Sa Grandeur
Monseigneur Rersoxsn poor les
noces de diamant t demwi dons
Dieu de le conetrrrr long-
temps encore parmi OUS.N
souhaitons qu: uolie Vnne
Lvque, ayant assist au rve.I
de la cooatienoe hatienne,puis-
se encore vivre en parlager.i '
nos joiea pour la renaissance h
ture de toulea nos traditions et
de nos gloires essentiellement
nationales.
|j ... a vu dans une picerie bien
achalande deux jeuues gens
ejai vealaieat se prendre an
collet. La raison? Il n'y avait
pi., qe'une seule poehe de et-
aretlsa a Avion et chacun vea-
Uil la prendre. Finalement tout
s'airergra li aeiai (agieut h s
f.'inaiiM-s cigarettes.
*
...l'a va coorir an tlphone
qui tenait de tinter jeyeuse-
meit, comme an grand clat
de rire. A la voix qui treaablait
1 -lias, au bout da fil, il venait
de rpondre:
Non, Madame, il n'est pas
li...
kvl il avait coup la commu-
nie tien. Mais'eut de saite ua
remords le prit la gorge. Peur
quoi, en nantir avoir dit qu'il
n'y e1. il ps, tandis qu'il se
trouvait debl une salle voisine,
Iravsnilant avec aaiit, et dans
l'espoir de cecanpde tlphone?
Mais le remords s'en alla bien
vite. Elle avait tlphon une
aalre lois. Kl celte l'eis, il avait
rpondu :
Na qni! e/ pas, Madame,
il arrive,
F,t il arriva rellement, l.n
lueur qtitt le bonheur mil htt i
vis.tge tait lai lorsqu'il pi il Is
eomelque toule la aile ei: L.t
claire.
,, enlei.ilu en cafetier qui
se plaignait, Il disait, le pau*re
malheureux :
Je US vends pas pour di\
gourdes par jour. Je vous eu
Henn ma paio'e. Il y a (oi.jeui*
du mondeehez moi,dites voue?
Mais oui, c'est exact. Mais 'nus
viennent donner aodieuca et
lorsqu'ils ont soit lis con:inon-
dent, teat simplement, un vf'ie
deao glace. Vous suvez (pie les
verres d'eau, cela ne se paie pat.,,
Mai* alors que ne taites-voes
payer les verres d'eau ?
Il n'y aurait plus personne.
Tontes fei soifs seraient imm-
diatement t.n il >. lit cela n'a ran-
ger, nt ci r eu mes affilies, Je
prfre donc U-ur donner tont
d. mme o bouc.. de l'eau.
a
... a vu une t nos plus j lies
femmes qui, dio>aeche soi-, -
prs le cinma, sanla au Cel
du Champ de Mars, clnx uolie
ami Tl-Beau, et commanda un
kola. Vritable joui de veine ou
qoi 1 ,ut s ion u es d intervalle on
r cew un chef Etal si une b an-
t Ctb e.
*
m o
... n entendu un jeune homme
cjiM.it' i u dan! les ic volulionalies
dominicains, eut celle r.1 g ac-
te msilms :
Les p ys, ces! comme cer
'.i potions. Il faut les agiter
avait de a'en servir.
A vi-c de telles ides an va loin,
jusqu'au bord d" l'abimc mniej

... n vu, Jimnnehe aeir, un
homme qui se rendait au cin-
iii.i. Il tait exactement onze heu-
re moins le qoarl. i ouiineon lai
dsasandail d'expliquer le got
dese rendre au spactaele )aete
* la In, il sourit d'aboi d, puia
Ivaaivesient :
Chacun prend son bien o
il le trouve. Poar certains, c'est
l'entre, peur d'autres, c'est
u ia sortie. Moi, j'ai l'honneur
n'tre de ce* derniers, et je vous
assure qnja je n'ai pas m'en
pUui'iie.
*

... a en, vendredi soir, qnel-
qu'uu qui se pionsannit tout aeal
nu i l.aap de Mars. Chque fois
qu'il incentrait un ami, il fai-
j sait mine de ne pas le recoenai-
: Ire. Mascla rire prometteur dea
i I- inmes ne I attirait pat.
M avait* ' oir, la voionl h-
' oiquu d' ie seul.
!
-T3
Aaacrao voua contre actideot
In '-neral Aceiden' > ire A
Lite \ 'isrance orporat: n U.
m'ted -Vve F. Bei nw^irhum.
h


PAGE 2
LEgMATIN. 23 .Isvin 4831
niifi
BHI
RPUBLIQUE
DOMINICAINE
-
Dernires Nouvelles
Des Vers...
CRPUSCULE
o -

0
Nous ex' a- m '/ I ISTIN DLVUO du 17 Juin courant :
O l'rsissiil Irujills in iresv* -\ l'lit que ceux q ti o'sp- s lui ont
Mio soir diriger ltsoa*r*lise-. euvre So prsence fut magnifique et
rassurante. La note (/ne nous
ennuie te, Correspondant Bazil,
eu liureeni Prsidentiel Ce nui
a t dclar officiellement par
le Secrtaire d'Etat de la Pril
de ne.
Par Ti .'uarin
Mao, 15 Juin.
Listin h.,iiio
Capitale.
Le Prsident Trojille est i
Mao depuis dix heures i.ujoni
d hui. A son an iv ;l fil runii
au Club 1rs personnes l(>s p!j-.
marquantes, le autoiits, h s
principaux gt i. ullcurs et te a
ditentermes elsirs,torta .*| tobi 11
que le Genvernerntnt sssarail
le respect de leurs intrt, <[ la
les troupes gouvernemental u
qui sont la, ont l'ordre de d-
tendre les*h et pioprits des jurea t d'onlrtgM au Proai
hommes dr lab...... Il leur M-lgnral K-.noiiO. Lovato-i par
pl.qua qui ^ voulu venir enli, nublicstion de la rcents [rt-
blrr la paix sont les mmes
lion: i. s qni hier emplirent d'i-
g: omioie I* nom de la Pallia et
gai l'onl mise sang et en deuil.
Ii demanda an peupla de coo-
prer avec le gouvernement et
prsenta la joule le Prsident
Trujillo qui y pstis'ait du bal-
con du Club. Ki terminant le
Praident fP entrer las rhels de
Sections et lei runit pour les
recommander d'inspirer con-
fiance aux paysans et d'viter
qu'ils soient maltraits,
Osvaldo Bazii..
Le Directeur
du"L.lstlnDlario"
soumis la Justice
La Opinion nous informa
que le Diiectsnr du ustin
l)"'!K) , \\r Art UT O I '< ilh rano
Snrda s! soumis k la .1 lice
comme co-auteur du d^ii J'in-
ireur
personne p mr donner cet e
garantie nu caract e oftiuiel.
Tous les Aie nents runis dans
le r.lub reu an avec ont visi-
ble Ittwkicton les paroles eor-
dialesdu Prsident dr I* lipn-
bliqur. ( Le Gai, Trujillo ). Il
ordonna la Musique Munici-
pale de joui i un concert midi
dans le parc, et de le rpter
dans la soire. L impression
qu a eau i e a Mao la prsence du
Chel de la Nation lut magnifi-j
que et rassurante, l.o Prsident "
tre du Lie, Arlro Napolon Al-
varez, qui devait tre j"g ces
jours derniers par le Tribunal
Correctionnel.
L'afiiiiea t renvoye une
date ultrieure et la tumeur dit
|ue Mr Napolon Alvarez a die*
paru de la prison do Nigua o d
tait,
NoUS attendons des prcisions
a ce sujet.
Toula la mer, la blancheur immobile d'un voilier...
et caresse mon rve le sommeil ternel des palmes,
mon rve, la nostilgie de vos prunelles inoubliees...
Os charmes qui retombent en pluie tine sur ma vie
voici !a mer, l-bas, dune douceur infinie..
Ce cur lav dans le pressentiment de la Nuit sage
Pome
Un gazouillis de mots d'amour et d'motion ..
route, toute la route ensoleille de jeunesse ...
Il m'a dit qu'il aimait la douceur de vos yeux,
le miel immacul que distillant vos lvies
De lui, vous vous dtourntes -sans un soarire,
cl gure n'aimiez vous sou air d'artiste pauvra...
Holaud CHASSAGNE
Cachet Miriga
nntlnvrasISlaue
DMM rort-.u-Pitno. ; 11raaata BU.H.
Gin-7aldy
Echos
mle afetnt Nicolas
o

De notre correspondant
Dimanche soir, l'occasion
de la Fte du Perptuai Se- Nous sommes ici quasi.iso
cours, S. E. le Prsident St- ls du i este du pays. Nous n'a-
nio Vincent, fit une promenade voue rglementairement qu'un
au Bel-Air, juste au moment courrier par semaine, mais de-
c u se donnait le ..concert qui j.u;s euviron deux mois, c'est
avait ; annonc. i) la Fon ', au patii bonheur que la cor-
taine de Madame Colo jusque J respoadar.ee arrive. Des lettres
Saint-Franois, ce furent d'en-! expdies de Port au-Prince le
ihoOSiaelee acclamations. Ht 23 mai ne sont parvenues ici
lorsque la toiture s'arrta de- que le 8 juin apra un dtour
CE soin
Avant de retourner le film et pour rponire de nombreuses
demandes :
JUDEX
(SUITE* FIN ).
Entre : t,oi; Balcon : ljjM
DEM*AIN SOIR
Le grand et beau film :
KNIGSMARK
Avec Hutuette Duflos et Jaque Catelain. 12 perlies.
Entre : 1,00 ; Balcon : 2.90.
Trujillo, vtu d un complet bit D
de militaire en campagne, a pris
la direction des Iroupes (|ni
pouisuiT.nl de pies celles qui
sont en toits u contact de la
Garde. La tranquillit est com
plle et les auteurs de ce com-
mencement de gavilleriseimos
(eacos dominicains) tomberont
bientt sous le coup de la loi.
Le Prsident, a vont de pailir de
Santiago pour Mao, ordonna la
libert de lo,is les prisonnierst | attaqu fortement la
Service spieial du Matin
Au cours des derniers com-
bats, l'arme du <.'' Desiderio
Anas fit prisonnier le gnral
Taneredo Savinon, dput da
peuple,qui commandait une co-
lonne des forces gouvei nemen
laie.
Les troupes rvolutionnaires
sous les ordres des gniaux
Nicasio Diax et Cornelio ont
ville de
vant IEglise, c est peine si le
Prsident pii en sortir. Des
mains e tendaient vers lui,
dfS cris montaient de toutes
les poitrines, et quand le Pr-
sident pn-ut au milieu du Kios-
que, parmi les musiciens.ee tut
positivement du dlire. On sen
tait que le peuple de Port-au-
Prince, celui du Bel-Air parti-
culirement, a ilonn et son
coeur et sa confiance au Chef
que le peuple s'est librement
choisi le 18 Novembre, parce
que '.'un des raies repisentanl
le plus sincrement ses aspira-
lions.
Vers neuf heures, aprs nn
petit tour au Champ de Mars,
le Pisident V ment se rendit
jusqu'au Lap-Haitien.
La 11 de ce mois est morte
ici une lemme vnrablt, plus
de yo ans : Madame Adlade
Moisi, ^une vieille figure oi-
henne.
C'tait la mre de l'ancien d-
put Thhsma Loaiesaint et la
tante de nos amis Victor Tho-
mas, Lu d ers el Pierre Mose.
Tout le Mle l'a accompagns
au champ du repos.

On a t mai inapressionn
ici de certaines nominations ai-
tes rcemment Ami un pro-
fesseur une cole rurale si-
gnal pour son incomptence
oire a ; nomm Directeur
Bajiaronaei lei (paveras oaen
aux durent demander du se
cours Santo Domingo.
La rumeur de la ismrl du G*'
Desiderio Arias, survenue dans
une rencontre samedi matin, se
rpand a Sauto Domingo. Las
gardes ont oblig le Listin
Diario sonner la sirne pour
apprendre au peu|>le celle nou
vielle. Les partisans du C' Arias
d< mentent cette rumeur qui,
mmw vraie, n'arrterait point
la rvolution.
Dernire Heure. La
Lgation Dominicaine nous an-
nonce officiellement la mort du
G" Desiderio Arias, tu dans
'assurer une bonne loi les ga- i une rencontie avec les troupes
rantiea de tous les citoyens. Il j du gouvanu ment.
politiques qui avaient empli
ces |ours-ci la Forteresse San
Luis.
Osvaldo Bazil,
Mao, 16 Juin.
Listin Diario
Capitale.
Un meeting de plus de 500
personnes dans le parc de Mao
eut lieu sous l'initiative du Ma
gistrat Communal. Comme ora-
teur unique parla Mario Firniin
Cahal qui expliqua aux habitai.Is
de Mao et .^ ceux des environs
ue le but du gouvernement est
,c r, ,., *-*- -- btt--" j notoire a t nomme Directeur
chea Beau mont Dennu fils, an de u m6me cole c>st rtn.
Champ de Mars. 11 se troiiv;
naturellement en compagnie
d'amis. Il passa une bonne de-
mi-heure avee eux, et les pas-
sants, tout tonnslde la simpli-
cit du Prsident qui audien-
cait avec des amis, s'arrtaient
sous les arbrea d'en lace pour
le regarder. Le Prsident por-
versant. Le dpartement de
l'Instruction puelique ne doit
pas prter attention aux recom-
mandations de gens sans qua-
lit. C'est lui que vent les
critiques.
Bar Terminus
PLACE DESSALINES ;
Cal chie. Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure ls
consommations les plus d-
licates. \
Sandwiches sans .pareils.
a
M. Ail 1(1. vO s mai rus
mi-oiiii Cuanje ilAllairi
Au cours d'une entrevue
qu'il eut avec le Prsident de
la Rpublique, M. Altredo de
Maitn-,i(, n.iii Gnral de S
Majest ls Hoi d'Italie qui.
comme on le sait.tait,depuis
dj quelqee temps, Chargt
des Affaires de la Lgation
Alilversairi 'nu ronirere
Aujourd'bui est le premier
anniversaire du journai t i
Pars qui s'est taille une |>iaie
si importante parmi le presse
de l'on ea-Prince qu'on le
croirait vraimeot piusge.Son
D'autre part, nous attuons
l'attention de l'autorit centrale
fays et i iit^ mps dici ^U1 constamment dnon-
cent les lonctionnaires. On ne
prend jamais la voie des jour-
naux pour ^dnoncer un acte
quelconque .de ceux-ci. La d
nonciation secrte est 7idein
ment plus commode aux mal
veillants, aussi h.en. ceux d'ici
en usent largement. L'autorit
centrale aura djA jug ce
procd et s'tre convaincue
qu'il n'y a ni honntet ni aou
rage chez ceux qui le pra
tiquent.
I
I
Nouvelle Sensationnelle
ci
-r .- ^.v,,....- Directeur, notre courageux
Porl-au Prince, lui a comnui ioutrre Louis Callardfsst un
un-an i mur nu m iuilliilll i iiiiiieu i.uun v.i'iiiii,is[ Uil
nique les leitres de crance j journaliste de race. Sa prose
qui l'accrditent dsormaisIdrue, ragotanta,rappelle tour
auprs du Dcpsrteraent des tour ia manire rabelaisieu-
Relations Extrieures en qua- j ne d'un Lfn Daudet,o celle,
lit de Charg d'Alaires. l i eau forte d'uu Louis Ycuil-
Mous enregistrons, avec le loi.
plus graud plaisir, cette pro-
motion mrite. M- de Matteis
est 1res sympathique en Hat'
et il jouit dans le monde di-
plomatique de beaucoup des
time.
La Matin lui prsents sss
flicitations lss meilleures et
garde la conviction que la
colonie italienne A P- rt-su-
Prince ne manquera pas de
marquer sa joie de vo.relever
A ce grade celui qui a tou-
jours dtendu avss autant de
tact que de conscience lss
intrts italiens. |
Nous prseuions nos biens
sincres lticitatisoi a uotie
Coulrcre Louis Callard et
lisous, tant a lui qu' soa
jourual Ad multo$ unnos:
AVIS DE WkPART
Los dpche! pour New-
Yotk et I Europe ( fia New
Vo.kiliiact ) par le steamer
c4dcodi sciont lei ici mer-
crsdi 24 de eoarent.
Porl au Prince, le 21 juin
1931.
que de trois officiers de son
Etat-Major. Etaient en com-
pagnie du Prsident le dput
Vic'or Cauvin, MM. Alexandre
Boberts, Auguste Dsert, Ed-
gord Mose, Victor Blanchel, Ti
Bau Dennis, etc. etc.
Le Prsident legagna imm-
diatement le Palais en quittant
l'accueillant cal du Champ de
Mars o le p.-Mon avait otert
un grog en son honneur.
e
e e
Nous avons, A plusieurs repri-
ses, demand aux pharmaciens
de s'entendre afin de dsigner, i
tour de rle.un pharmacien qui
sera de service chaque di-
manche. Certains pharmaciens,
sous le prtexte qu'on ne tra-
vaille pas le dimanche, (ont
payer double, quand ce n'est
pas triple, les mdicaments.
L'un d'eux, dimanche, demanda
carrment deux piastres qua-
tie-vingl pour une ampoule de
srum nvroslhnique, quand
aux autres jours cela ne se vend
que quarante centimes. Nous
?errions qui de droit prendre
des mesures pOQT empcher
set abus. On aflirme que ce
sont les consquences premires
de la tameuss Loi sur le Com
mer ce.
KM
Sealage des maux de tte et de
la nvialgie eu 30 miuntes.
An tes un istroidiseement le i
premier jwur et la malaria ee
trois jours.
rV,i sauve le bb du refroi-
dissement.
wuMAawv
AKKIR offre lejkfid-
gel Duofolri et le erayan
assorti. Aussi lgre qu'
BBM p.uiiii et de dimen-
sions assez pelites pour
lire [Mil ira dans la poche
ou dans la bourse le
Mldget Parker Duofold
possde chacun ^e" 47
perfectionnements qui
'ut rendu laineux la Par-
ker dansjle mande entier.
Par le dernier steamer vienn d d'arriver les tormidables Ci*
mionii :
AA
nNTERNATIONAl
VfV
de 4 et de G cylindres de 1 tonns-1 2 A 2 tonnes 1/4.
al Venez voir ces incomparables Camions, ces Rois de Trsnsport,
A la C.bryeler Service Station o vous aurez l'occasion de conatatsr,
vous-mmes, que ce sont les vrais caraieas ; ds 100 poar 100 de
peissasce et de rsistance.
Los Camions INTERNATIONAL sont ceux-lA qn'il leut pour
n'importe quai usage sur les rontes d Hati.Venez voir les dernier*
modles.
MOHR & LAl'RIN
f. O. Box M
Port-au-Princa.
Franck J. MARTIN
DISTRIBUTEUR POUR HATI.
Le Rhum BnrLmm'MfH
s.Ue iAMMaas se. viU ewd a |skas. *&*>
Demoortoz portoet : v*^*i
IjN BARBANOOt^T
Dpt Rue des CooMh
.

1


LE MATIN 23 Juin 1931
3
M "" .........'*
,.-.**
--** '*-ifsmm
m *
Vente l'encan
En vertu d'ordre de l'Ad-l
niinistration Gnrale des Cou
tributions il sera procd
la vente la crie publique,
ct Nord-Ouest de la Halle
1 de la doaaar deflJPort-au-
PriDce, le 24 juin 1931, 10
heures dn matin, d'un lot de
tabac,eu leuiles. L'achetsur
de ce lot de tabac en feuilles
devra payer tous les frais de
transport, de l'endroit o ce
tabac se trouve l'adresse o
on voudra le transporter.
Ce tabac sera vendu au ris-
que de l'acheteur en ce qni
concene l'tat de dtriora-
tion dans lequel il peut se
trouver. Ce tabac sera vendu
en un senl let. Aucune rcla-
mation ne sera admise con-
cernant l'tat du tabac.
Le vendeur se rserve le
droit de refuser une oflre ou
toutes oires faites pour ce
tabac.
Ce lot de tabac i vendra se
trouve dp M les localits sui-
vantes ainsi que sa quantit
approximative cornue ci-
dtssons :
Localit Poids appuximatif
39 kilos
1-1/2 kilo
1/2
25 kilos
58 c
235
118
52 i
264 2,970 a
664
Jacmei
Jrmie
Dame-Marie
Aux 'Jayes
Aquin
Port de Paix
St-Marc
Gonaves
Belladre
Cap-Flaitien
Port-au-Priice
St Germain (CHAMPAGNE
Encanteur Publie
Vente
par autorit de Justice
Bn vertu 1' d'un jugement
du tribunal de 1re Instance
de Port au Prince en date du
30 avril 1931, ordonnant le
partage de la succession de la
dame Flora Joseph dite Clor;
t d'un second jugement du
dit tribunal en date du .
mai coul entrinant le rap-
port des experts, il sera pro.
cd,au rappsrt et par le mi-
nistre du notaire Her-
mann Pusquier, rsidant en
cette ville, rue Roux, No 414,
le jeudi deux juillet prochain
quatre heures de l'aprs-
midi. ia venteau plus efirant
et dernier enchrisseur d'une
proprit tonds et llis es si-
tue la rue Rpublicaine
ou Grandue, mesurant en
viron vingt daux pieds de
faade sur quarante de pro
fondeur, borne par ( hrysos
tome Dsir et Antc ine Michel,
au Sud par les hritiers Ri
vire, l'gst, par les Laspi
nasse et l'Ouest par Arthur
Anselme, telle d'ailleurs qu'alla
se compsrte at a'tend sur lu
aaise prix de deux cent
quarante dollars, outre les
charges de l'enchre.
A la requte 1 del dame
Clmeatine Sauvignon; 2 e de
la dame Amazil Mcyard, agis
tant comme tutrice dative
de la mineure Clelie Sauvi
5non, toutes propritaires,
meurent et domicilies

HOMELAf-J
/U.TA PATENTE ZX'*
DE TMCO rvno Scocino
^ABC Av,0. ^^uSfjMAcrrv j
|HlLL&U:VATGBCa
UUHOMA CITY,USA. -f
SOffWSDW
~ pUENT FLOUR
!
i
L
X\

>

v" *<"iFDFSPECIALLYfO*
!

Poupes
Carnaval Gold CerlifcateHomcland
Les meilleures farines et les plus convenables en rapport
0 au rendement et prix.
J. KABAYANY
Port-a- Prince,
Anqle Grand'Buc & Rue Prou
mm" "*&** "> ~'&imiu*mr*im*mmtiM*mBmim
i ini *n rim imii--------......-----------*~ ->*.'
Port an Prince, ayant roar
avocat coestitu Ile Louis B.
Vilgrain, avec lection de do
aaicile au cabinet du dit avo
cat, en cette ville ;
Et 3# le sieur Luc St
Lger, agissant cemme tatsur
datif du m neur Gaorges Sau
vignon, toua deux propritai
res, demeurant et domicilis
A Port au Prince, avant peur
avocat constitu Matre Flix
Diambois, avec lection de
domicile au cabinet du dit
avocat en cette ville.
Pour plus amples renseigae
men'.s s'adresser au notaire
susdit, dpositaire du cahier
des charges.
Port au prime, le 16 juin 1931
(Srgn)F. DIAMBOIS, av.
i>)Louis B. Vi_GRAIN,.
Rparons
une erreur
Le bruit a rooru qua la*
MOUSTIQUAIRES at leaCHAN-
DilLS sont puise chez Paul
E. AUX1LA ; il nVn est rier;,"ar
par cble le stock de ces arti-
cles est reneuvel. Li clientle
qui se dsolait st a c d'tre
servie an passant en notre Ma-
gasin.
Manufacluie h a Aie n
ae Ciaaielles
GEBARA& C
LES CIGARETTES
Bat Bas Fanlal-Lon
. Dessalinienne*
i Colon
Rpublicaine*
Porl-a u -Prii ? c iei me
Votre premire visite
A
llftlcl Aiisoni;
Nous donnera raison, confirmera votre bon jugement et
jusi'fkra h confiance que vous i eus Bfirex accorde*.* en
nous garantissent voir apprciable patronage I Htel 'e
plus seltet de Port-air Philtre.
Nous vous suggrons danttter votre tira mlu* l':>M*rue
Bire la pression.
Grand Cal de France
Sous la direction avise et intelligente de MoeatCBi1 "sefcepis
Gnaldi qui ei devenu l'associ de Monsieur PalrfB, \m B*mpw-
iiire de cet tablissement qui n'a pas,d'ga-, I* Cn.AN% CAKr.
DE FRANCE, cttre a ses aimablea cl distingu ditnls. !
DE
c
i-onsommalrons ks plus fines, les vins (te foulai piovenaacas le*
plus choiii*, Cigares et Lig'-iretlae, Sandw grce la iaessr de leararru- font les dlices
des vrai raaa'eurs
ditiant touJe loncuneiice.
L'aococ'l le plus sympathique continuera a *'
trait
rend jt de Erance.
PATHIZi & Co.
'e
elle*!
i
Tl; noue 'JK41.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
j CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
LU G. Le BOSSE & Co.
Aaents Gnraux^
mmmmmmm&AAimfammmmmm'aimmiL^ a
Toutes 1rs Polices 5
DE LA 2
m
geomorennent la Protection contre la (
Foudre sans uiqmrnlation de taux
.*y.?.icmm
Agents"Gnraux !^
h




I,
! st-*-
Mardi
23 Juin 1931
ea*

4 l'AvJl.3
25cine ANNEE N" 7412
fort-au-fr uce
i'tehoae : 'JAk

JR8B9
ra
COLUMMA
i I i
L'appareiljde choix, l'appareil qui offre
le plus de garantie.
j L'INSTRUMENT SUPREME
Clart
Solidit
ai s
switcS"
Fres]
Ll
Puret
Prsentation
!-<. grandea chalands arrivent!
Dcidai vabi d* iBflli demi ni iiiR'aher chez vo
Ventilateur Electrique -G. E
Ceel If seul remde
?ton lit'ous de paiement fatal eut picepllor rc Iles.
Cmpdjjnie d'Eclairage lectrique.
i
mil 11> I0-HI k kJd'ilK MltP
Harry R. Kian^y, Fro >,
Uls, (iraad'Kue,
Port-n-l'rince, Hevi.
Pbone: A, 3*38
Automobile Gtnirol Itepairs
Valcuiirz vttr m - i';uiieabi>
Apre 12 a ni d'Hipricaee
n Valcanii i > e> taeee et
paaus noiM *> i g^rantiseens
Creuse > alien.
LIS Z CETTE LISTE:
I' r'iij Cir Iran
0 la 7| '* R.ill
1 pm Itfra U i.ll)
Haaaeunet ir-'il reafer 0 01
V is- i( s- 025
Val? siailel 0.20
V vo n w 0.10
Talve iesides 0.10
BLO MOUTS
1 im li 'erj .10
!rnh 'nh lhlrisat.er 001
Joinfa repaire 1 per in.k" n.ofc

Le modle G13
Telles sonl les qualits fxct ulionnt Ii#i que le
GARAGE KNEEft
m as offre en Instillant unr de ces machines chez vou. Tou'e la musiq ie ! r n; j le a\ voir
porte.
i
Cordonnerie Mt. Garnie!
Hlppolyte JJUDY propritaire
La lordonuene Mont-Canne 1 annonce sa umnltfeuse
Clientle, qu'au tue de* noarcaux stock* de chaussure* de
tous genres qui doivent remplacer ceux en magasin, elle, tait
un labail considrable
On est pri d lairf uue vis le piuf s'en C nivain re.
flrand Rue ou Rpublicaine, c de l'Administration
Gnrale des Postes.
Ii aak (roui
3" le 10"
1 punetare
E*eh pane ur thereatter
Valve lias?
V lv instante l
V e n w stragsl
Vulve new bi| ei
Bl OVvQUTS
l ii ch long
Faeh iac'> Ih'ersiHtr
J) ntg repaired pe- imh
RiiiniD| Tires
Tsarine Car any six-
Truek T 32x0
Truck ail larger sizs
0.20
0.10
O.TJ
oo
Q.tiO
1.00
0 20
0 10
0.10
0 20
0 50
1 (10
Venez au
KNEEIVS COLUMBIA MUSIG HALL
entendre ce modle et vous serez cou- ?"? k/ia/2ipac//i,e
r : -t

vaincu de sa supriorit,
Noublicz pas que nous offrons
des conditions de paiement.
Ce que sr\* H tala t fait
Ce qui ne eut tre d pas 4
S
P. SEJOURNE
Prpar dans des conditions rigoupsusss
D'ASBPSlE
Prparation < Vanip
" PHARMACIB P.SEJ0URN2
Angle dth Ruesk.Ronx et du tente.
On demande
A ACHETER
Trait dta Scituces Oc* .des
Paru*
" S'adresser au b-mau d
journal.
KNEER'S GARAGE,
' Agents i F OBRIEZ Petit-Go >e
4C PINARD -Saint Marc
Port-au-Prince,
CORDOZO Cayea
Mile C. DOUGfc Jacmel.
Veiller, les eenerrts C 0 L U M RI A la slatieii H II k. tons le* Teudrrdis seir.
;
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Martinez & Co ':


xun

ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotkmd )
Wer kl GENERAI. est une des plus puissante! eiafl aJa eelss si
fe se genre. Le seleil i e se coucha iasnais sir son ha.aa 4 ssiea as m
aasade
Ses Toliies contra inucudie convia.il nuisi t '4l* nwit M k jfraefo
Ses Psliwe* |>sui Autonsbiles couvrent vois, >M*etf>1a*. aa^tetfresm .WoSw^p
eeya8 juUi.i dans se personne on dans s-*s biens.
pBePe-licesMoritin.es tnise> psi ses biancha d'Kurspe aew,! psMssssa
Ses Polices contre accidents sud velpbles dan I otiivera stUw. ftMM i
eours devraient donc prendre la pice ut ion de se rnonii d'une petes fitiki
dau moins 400i dollars, la prime ani u Ile n'tan: qi.a uc 1/2 "/. stt 7% eesV. ,
Veuve F. BERMINGH A M,_ Auxlitves
SOt5 KNTS ___
Il Jirra ir#
L'INDIGNE
Grand Rue No'2104
ns
f
r v. t:
La Coquette
^Sehm de roiflare de M 9e>
mu Pereira d'o Ion sort tou-
jours .etisteit.
Tlphone : 2644 Aigle des
ruesSt. i-o oi'ti H('| ubiicainr.
A La CoguasjTK sont annexs
un Bar et un Restaurant orga-
niss de faon donner toute
satisfaction la clientle.
Avis
Les tudiants de 1re aoue
des EeolesNationales de Droit
et tous ceux qui s'intressent
a l'tude de cette scienee.aont
aviss qu'ils trouvereut tant
chez moi ( Avenue Lafleur
Duchesne ) que chez Lonce
Qualo . Cie, Rue du Quai,
Port-au Prince, mes Cours
de Orr.it l'enal explique
Or 1.50 et de Procdure Cri rai
nelle ( 1er fascicule) a. or 1.
Le 2me fascicule de cette
dernire matire paratra in-
cees^mment.
Pour toute demande par
correspondance, prire d'ajou-
ter une gourde pour les trais
d'expdition.
Me Georges O'CALLGHAN
Professeur de Droit Pnal
Picole Nationale de Droit
uc r
au l'un t.
i-'^w sb- f-lrri*e
JPA!
i.i
C6apeaux varis pour hommes, h mrncof en
t|i;#\ |>er des maisosi huiliennes el auc et
paye.
Faites une visite i Llr4afisntt
fanls r b>
(.aille ri*
MENAQKRE8I
Pour teindre tous tissus :
* LAINE, COTON. SOIE, *.
aucun produit n'Jwli
"la MAVRESUE?
tnytntciPorlau l'n->cf fh, ..-W S"H
PUruiicicKuKtDc i I lyutr! bci iic ma., n* i- 'fl:l
/kanni:n ir.uii m framin in Jn*j4ii4mi*
nrt^'^'W!
ai i*1 **&**-'** -
.20**. y.. "Z.
Ai S.
Mosaque lia (tien ns
Chariicr-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
^lnhone : 2680


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs