Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03644
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 19, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03644

Full Text
Clment Maqloire
1)ECT1UR *J
liMt; RUE AMBRlCAINETIf
- -ruLEPHONi wmi
Les proiles rf aient leiijeiirs Pi*
tars de nivflici.snip. les lois, 1rs
iislilulious et 1rs qouurnfmcnts
rc|ii'i'M'iii<'i!i peur eux 1rs puissan-
ces m}8liquff, capables de danger
If CMfl (1rs choses leur gr.
l.usIaK [c BON
tfcwe alMNEE M* 7*j9
I OhT-AIWPRWGK ( HAfTH)
VENDREDI lf JUIN W1
HUBLU-l-I! fg -UJC ..*. g."
'g1* '!!
IAL0I(AUV1N J L'idal Rhum
Anton J. Sab
Le crdit rerose, dit un
grand conomiste, sur la
cooiance des prteurs et
d'existence de capi'aux dis-
i ponibles. I! n'y a pas de
crdit quand il n'y a ni con-
fiance ni capitaux, ni qu iod
il y a capitaux sans coa-
c fiance ou confiance sans ca-
i pitaux.
Ei Hati, certaines gens
senss prtendent que l'ab-
sence du Commerce hatien
est due une crise de con-
fiance. Mais elles oublient de
comprendre que si des com-
merants trangers n'exis-
taient pas sur la place, la
conlianeequi semble tre leui
monopole se reporterait sut
des Hatiens. Il y en a qui cer
tain ment ne sont pas trs
recc un manda bls; mais nous
ne sommes pas tous placs a
ia n.me enseigue. ht puis
pour asseoir cette confiance
I Et it peut donner son aval.
Nous avons encore bien d'au-
tres moyens pour le taire. Le
choix est divers et vari.
Et aussi avec le loyer actuel
de l'argent qui est trs taible
sur presque tous les grands
marchs, l'pargne, quoique
trangre,sera force de s'a-
dresser l'Hatien pour les
oprations commerciales qui
sont trs productives.
L'est pourquoi {'opine pour
le vote ou plutt pour la sanc-
tion de la loi Ou vin par le
Snat.
Cette mesure de protection
de nos petits commerants
devrait tre prise depuis long-
temps. Car les banques, pai
des ouvertures de crdit, ont
pris progressivement certains
avantages qui dviaient tre
aux seuls petits commerants
hatiens. Elles nous forcent
donc prendre par des lois
ces mesures de protection.
Tout le monde connat
notre accueil bienveillant
pour les trangers. On sait
avee quelle sympathie nous
leur ouvrons nos bras quand
ils arrivent dans nos ports.
Et nous leur avons toujours
continu cette bienveillance
malgr l'ingratitude dont
nous avons t trop souvent
pay par beaucoup d'entre
eux.
Ailleurs, aux Etats Unis
d'Amrique, par exemple, une
loi limite leur immigration.
Et ceux qui sont admis sur
lt territoire amricain doi-
vent remplir des conditions
parfois quelque peu humi-
liantes.
En France, une loi rcente
interdit aux tranger! de tra-
vailler dans aucune branche
de l'activit sans une auto-
risation de travail dlivre
Par le Ministre du Travail. Et
cette autorisation n'est accor-
de que dans la proportion
de lOo/o des demandes. Et la
majorit de ces pauvres m-
tques, comme on les a bap-
tiss, ue se rencontrent que
dans les,travaux journal ira,
durs, ddaigns des Franais
tels que dans les entretiens et
rfection des voies terres,
dans les travaux lourds de
(constructions, dans l'enlve-
ment des ordures, etc.... Et
encore pour ces dernires no-
bles fonctions, on emploie
guralement des Sidis, des
Marocains ou autres sujets
franais. Mme un manda-
taire aux Halles de Paris doit
tre Franais, etc., etc..
Par ailleurs, dans l'Europe
centrale ou j'ai quelque peu
voyag, il existe presque par-
tout des lois de pretectiou
uationalc. Je crois, si je ne
m'abuse, que nous sommes
un des rares Pays civiliss de
la terre o l'tranger ce
point de vue et certainement
beaucoup d'autres est en si
grand honneur. Le peuple
hatien, par nature, est trs
hospitalier. 11 aime l'tranger
mme quand celui-ci lui
mange la laine sur le dos.
Mais notre sympathie doit
avoir des limites. Le bifteck
est en ce moment trop dur
gag er. Il laul nous dtendre.
Il se joue pour nous l'heure
acluelle, en lace de cette crise
conomique qui nous toufte
dj et devant loules les rsie-
tauces que les Etats-Unis nous
fout, une questiou de vie et
de mort. Aussi, cette loi de
protection que nous recom-
mandons au Snat sera un
commencement de soulage-
ment pour nos petits com-
merants hatiens si elle est
vote. Et, a ct d'elle, il st
un corollaire indispensable
qui est devenu une ncessit
i m ai d i a te : la rvision rmpide
de notre tarif douanier. Nous
savous dans quelles condi-
tions d'exploitation il nous a
t impose. Et c'est pour ces
mmes raisous que la liste
de articles du trait commer-
cial franco hatien de 1926 a
t si strictement limit avec
ses rserves de soupape. Des
majorations d'uu tarif de
guerre tiappent largement les
autres articles franais. Nous
connaissons la formule de cet
index commercial. Question
d'quation qu'il n'est encore
utile ni d'noncer ni de r-
soudre ici.
L'Homme dk la Rua.
N. B. Il est actuellement
dans notre activit commer-
ciale un autre lment tran-
ger qui vient concurrencer
avec des produits chimiques
les petites industries indig-
nes et qui empoisonne notre
vie. Ce sont les Chinois. Ces
nobles fils du Ciel ont-ils un
repisentant accrdit prs
de notre uouvernament 1'
ALIX ROY
29 annes de succs.
Propos
humides
f
is
- ne sais qui a observ qu' auca-
5e *pqe l'on ne te proccupait tant
* fairt des roiset des reines qu'eu nos
lemps actuels de dmocratie. Et c'en
urtout dans les rpubliques que l'on
consacre tant de ttes couronnes. Na-
'rellement les Etals-Unis ont le re-
jjrd. Les plus puissants rois du mon-
S***y trouvent... Souverains de l'or,
n France l'on fait des reines ; c'est la
ce, la beaut, le sourire qui carac-
tenvnt. Marianne... Nous avons de-
pi* trois jours nos reines nous.
***ctement trois.Grace au Monde Co~
wiia/ Illustr, le inonde entier le cou-
*'tra bientt. Ce qui n'est pas du
fcut d'Hectorius. Mais Hectonus ne
Ptnse pas comme tout le monde. Il ne
j*'1 rien de ce que tout le monde fait.
t*|" exemple il n'a jamais got an
JJPM SARTHE CACHET D'OR qui
j* 'a boisson da tau t le monde, la
Wson nationale par excellence.
On demande
A ACHETER
Trait des citnces Oceuites
Pafos
1 S'adresser au bureau du
journal.
ACBITEZ CHEZ
J. D. Maxwell
Ub disque jiLucky Strike-
YYrigley's en Batterie ou
La Dessalinienne Salut
Prsidentiel i Or u.fil an
laisaut inscriiejvotre nom sur
un bulletin et vous aurez la
chance de gagner, par tirage
au sort, un gentil phono-
graphe pertatit.
J. D. MAXWELL
SNAT
Banoo du 1C Juin 1931
La procs-verbal da la ssnee
du 15 mai a t lu et sanction-
n. Apra la lecture de la cor-
leapondance, le 3me point de
Il'ordre du jour amne le rapport
des Comits tt Commissions.
l'a rapport du Couin de
l'Instruction Publique e de Fi-
nana runit a t lu. Le sna-
teur Paullrt demande de voter le
dit rapport proposant de cier
une cole primaire de filles
Pilais qui tara diria.ee pur le* !
Filles de Mari*. Ce qui a Aie j
adopt. La loi crant l'cole a
t vole.
e snateur Lalortua propos
que le Gouvernement vienne au
secours des populat'o.is de l'Ar-
EN PASSANT.
;
1
A Jrmie
o
Le pays d'Hati traverse une
crise particulire et chaque ville
en est a leinte. La ville de Jr-
mie que j'ai connue nagure si
prospre languit, ae meurt. El
cependant de l'avis des homme*
d'ufleirta, c'est encore !a aeole
ville o le crdit n'est ps tout
a hit aboli.
Puisqu'il en est ainsi, le re-
mde ce mal consisterait pour
le moment remettre le com-
mera de dtail aux ha'riens.
Il n'y a pas dire, Jrmie,
ce genre de commerce est an
tiremenl en des mains syrien
n?s. A cot des boutiques syrien-
nes rjui ne dsemplissent pas,
mme pendant la morte saison,
1
Anton I. BABA avise le
Commerce et ses clients g-
nralement quelconque que
sa maison de commerce sise
autrefois la Halle Boulin,
rue Traversire, a t trans-
fre* depuis la 1er juin cou-
rant la rue du Magasin de
FEtat, au No 1733, ct de
la aiaiann Antoine Ta la ma s.
Les clients j trouveront, com-
me toujours, un bon accueil
at des ai ix la porte de
ton'ee las bourse*.
Ce sera une occasion troc
avantageuse pour Ice ache-
teurs de visiter la Maison
Anton 1. Seba avant de taire
leurs emplette* ailleurs, car
ils y trouveront uu profit
qu'on ne peut leur offrir nulle
pat.
Visite donc ANTON I.S4BI
avaat de taire vos emplette*
at ves serez satisfait.
tibonii, St'Marc, Grande Sali, les pauvres commerantes h*i-
ne et Petite Rivire Km4-, qe
Jaciutl et Marigot qui ont t
dvastes par les rcentes inon-
dations.Sa pioposiiion a t en-
voye a l'examen du Comit ap>
pel en connatre.
A l'gard de l'cols primaire f restera plus aux ternmeiants
tilles Mate, le snateur hatiens de Jrmie et d'ailleurs
tenues qui sont aussi bien
pourvues, assistent les bras croi
es i ette concurrence que leur
font des trangers dans leur
propre pays d'Haiti. Si cet tat
f de choses doit continuer, il ne
de
Latortue fait observer que des
normaliennes, munies de dipl
mes, pourraient tout aussi bien
diriger lea eiclca de tilles, ASJ
lieu d'employer des trangres,
le Gouvernement aurait bien pu,
en vertu mne de la loi qui cre
l'Ecole Normale de Port-au
Prince, ne pas laisser sur le pa-
v Ici lves hatiennes dipl-
mes.Il met le veai que dor-
aavaot le Gouvernement em-
ploie des Hatiennes tout aussi
capables que les trangres pour
diriger les coles de tilles
Discussion du dcret de la
Chambre prolongeant d'un mois
la session ordinaire.L-j dcret a
t sanctionn.
L'ordre du jour de la prochai-
ne sance a t proclam et
l'Assemble clt ses travaux.
Une
opinion
autorise
Les uus disent : Dans les
cigarettes, c'est le got. Ce
qui est vrai.
Moi je dis : i 11 faut
fumer les cigarettes qni ont
leur got et leur arme natu
rels ,
Steven HOORMOOZ'S
de Turquie, o poussent les
meilleurs tabacs du monde
qu' migrer en Syrie, au Ma-
roc et en Bessarabie.. J'en con-
nais uu, il se nomme \ntebi,
venu ici, comme simple com-
mis, il y a trois cas. lh bien,
il se dit qu' 1 heure actuelle, il
place son argent que lui pren-
nent ses compatriotes igros in-
trts... Attention, Antebi, vous
laites de l'usure. Votre capital
subd-il l'impt sur le revenu Y
x x
Il y a encore une autre ques-
tion conomique qui intresse
la ville de Jrmie. C'eat celle
des marchs ruraux. Un sait
qu' l'avnement du Prsident
Stnio Vincent, un dcret a t
pris dans le but d'interdire la
spculation en denres au-del
des limites traces parla Com-
mune. Dernirement, un projet
a t prsent par l'Excutit
pour la rglementation des mar-
chs ruraux.Ce proje' a t mal-
heureusement rejet par la
I Chambre.En ce moment quelle
' est la situation des spculateurs
en denre* qui sont munis de
leura patentes et de la licence
du Bareau des Contributions,
n'ont-ils pqs toujours le droit
de ae livrer leur trafic ?
x x
A propos du Projet de Loi
sur les marchs ruraux, nous
croyons savoir qu'il a t ar-
demment combattu par ls d-
pu's du Nord. Si dans les corn-
t muues du dpartement du Nord
DES HORIZONS NOUVEAUX
DBS ho rine nouvu* 'ouvrent l'homme
qui d* l'argent. Avec $1,900 conomise*
et dpose* en banque, vou* pouvez envitoger
l'avenir avoe eonflanoe. Cornmeneax ds main-
tenant pargner en auivant un* des mthodee
ci-deou*:
$1.000 an quatre an, proviennent Je $44*. la
Ml VMMfnaili hebdomadaire* de |4.52
11,000 n trot* an*, proviennent de $a56.M en
versement* hebdomadaire* de $6.1.1
$1.000 en deoj an, proviennent de $970.33 m
Tient* hebdomadairea de $9.33
ras* C
La Banque Royale
du Canada
le marchs ruraux rendent ser-
vice aux populations voiaioet,
dans las villes du Sud, notam-
ment dans les sections rurales
de Jrmie, de Corail et de Pes
tel, ces march vs ruraux ont con-
couru pour une large part i
tuer le commerce et i'agncultu
re. La paysanne se tait com-
merante et colporte son petit
talage de march eu march.
Son homme l'accompagne e' il
ne lui arrive jamais de ne pas
avoir avec lui au moins deux
coqs de combat...
x x
La Grosae Hermance est mor-
te. On croit qu'elle a t tor-
lemenl impressionne quand.de
son balcon, elle a vu cette sc-
ne de pugilat entre un amri-
cain et deux hatiens au caf
La Concrte .
x x
On admire ici le calme olym-
pien du capitaine VVhilney. Oq
reste baba devant la placidit
du lieutenant Paul...
Ha ne sont amricains que de
nom. Je les crois bien haitiens
par le cur et par la couleur...
Comme ils ressemblent peu
l'ingnieur VVynae 1 II est vrai
que celui-ci n'est paa un mauvais
garon quand aucune influen-
ce ne le ddouble. On l'a vu di-
manche dernier, les manches
retrousses,sous la lorte averse,
la tte de ses quipes, en train
de dblayer la voie publique..
Ses prdcesseurs ne nous oui
pimais habitus a de tels actes...
x x
La compression budgtaire
menes de jeter sur le pav
quelques pauvres employs ha-
tiens de oui -m de la Douane
et du Bureau des Contributions.
Ce sont pour la plupart des p-
res de familles qui ont toujours
donn satisfaction leura chefs
dt Service.
Il y a par ailleurs tant de si-
ncuiaa que l'on pourrait bien
supprimer au lieu de frapper
ces utiles serviteurs de l'Etat.
x x
Quelques aotabilita de Jr-
mie, justement mues de cons-
tater le nombre conaidrable de
malingres et d'ioQrmes qui en-
combrent les rues et les gale-
ries, se sont plaintes au Service
d'Hygine qui, lui-mme, s'est
adress a la Garde d'Haiti.
Des ordres vont tre passs et
ces gens, qui sont un danger
pour la sant publiquryleviont
bien quitter la vi lt.
Le Purgatif idale
ipiluleJoehut
147, Rut du Faub. St-tni, Paru
FaciU prendre,
Ne neceeeilant aucun prt;>rtif,
elle ne provoque jamais de dgot.
Supprimant la diet .,
1 etlc ne dbilite pas le aesk.
N'exigeant pa* de repoe I le ckambre,
clic oc cause aucune perte oc temps.
Plu* active que loua lea aimilairae,
elle est, par consquent, moins ckcTc.
ruiunvK, a i s PiuU*
DOSE
LAXATIVt, 1 PU.U
... voit aie M. Fraaek J. Mai -
tic vient de faire un trs beaa
geste. Il mettra la belle Imprial
qu'il vient de recevoir la dis-
position des (rois Reines da
Bract le joai o aprs la pro-
clamation officielle, qui se tera
l'Htel de Ville de l'ort-au-Priu-
ee, elles Ici oui me tourne eu
ville. Salue d'un triple balle-
mect de* paopires ce geste l-
gant da jeune et nergique re
prsentant de la Chrysler.
a

... a vu rautouBobile vitre
s'arrter au Portail Logne,
vingt mtres au moins de la
marchande de poissons. Coiu*
mle mdecin qui s'y troue
en compagnie le sa Dulcine
est uu habru de ces petits
achats sa voilure pelas ai r-
te. la marchanda dlgue vers
le comit en auto ferme u* e
petite fille. i les passauti eau
vent alors surprend)a la *oix
da Docteur murmarael Pa-
reille de la petit* fille, SSpCrtC
ea l'art si difficile d'couter:
Quarante du n/, quihe
ssaiinadcs | o ir eing', dix m -
rue, dit banaaea mures et eu q
patates.
L- pcq isl I dt, le piq iet tout
giaissutix, l'auto se met eo uni-
.lip.et le coup'a va un peu ta
dehors de lu ville parler rl'u-
rnoiir... ou eu faire, da, un
pcrfcui de friture et de ara i si
rancie... L'ameur, parait-il, r-d
comme l'trgenl : d n'a pas d'o-
deur.
... a vu hier aprs- nidi, vers
les cinq heures, l'expert eu U-
ril douanier qui, tomme on le
sait, u sur un poney tan, eu-m lit. s
la taille il un goiSS de dix ans.
I! piqnail des dux le pa il uui
m'il qui lanait du pied j igj t et
i travers, pareil a un commer-
ant qui reoit un be dira a
supplmentaire. L'expert < n ti-
nt douaniei se serait-il, par lui"
said, amriciiiia?
... a vu, h er u^rcs-iB di, ea-
Ire chien et loup, lu bel'e Imi'k
MAL S cylindre* de la Chrv-
Icra sortir de Paleii de la ''r-
sidence. Quelques psfB'ueoa
croyant que le l'rsideai y iait
se sont assembleaoigrille* du
'niais. F.lies mnnitcBlreal Icar
dl o IfCBBC en 'ourn^iu BSeeg
SStffori |aemt'it le de^ lors-
qu'elles eurent vu que ce n siat
pas Soa Excellence qui y c ai ,
mais d' a ne periounages.
r
a
... voit qu'on annonce an <>-
elon* pour vers h M* du moi de
jalo.II paraiiquu U queue s attar-
dera vers I- lg'o sud du l'aval
l'.-la n'est ciu nulle part, tjui
donc, qui donc a l'ai courir ic
bruit qui vu faire ti muler beau|
coup de personnes?
a
*
... voit cjae lr Juge d'Instrae-
tioa I. Lcaeol remis au Ceru
misaaire du Coaveraemeat, M*
Albert Blancbet, I* dossier de
l'affaire des journalistes en pri-
se, poar la prparation desen
rqaisiloire. Ds que le rquisi-
toire da Commissaire sera re-
mis, l'ordonaaneedu Juge d'ias-
troctioa sera rendue. Bt non*
serons fix eufiu sur le sort do
nos jaunes eonlires.
et

... a va, nul mr d'une table de
rdaction, des journalistes qui
discutaient de grammaire. Uu
courtier qni pasaail par basard
* arrta, n qute d'une affaire.
Il tomba sur cette discussion et
s'en alla ea se demandant com-
ment par ce temps de cbalenr
et de vie chre, des pres de fa-
mille pouvaient passer nne heu-
re i dnombrer * qui se dit de
ce qni ne m dit paa.
Asearea-voua eoatre soudent
la Genra Aceidoui Pire et
Lite Aanernuoe Corporai on Li-
mited . Vve F. HfiRi(4kim,
Agfeai Gnrt ponr n.
\
*^ -


PAGF/2
LECMATIN 19 Juin i31
*
hkaaoa
Voix de* Autres
Livres
Au te
de Prix
ET
urs
Hatiens
La Fte de l'honneur i
| correspondanck \
o -
( 19 Juin )
Ne I nqtiii le pat encore des victoire! pour la justice.
( R. w, EMERSON )
Ce jour, j'ai mis des (leurs aux mains de mes ealants;
Cet acte babtnel du pote et du pire
Prit pourtant, ;i leurs yeux, un a tre caractre;
Je leur dis: t i'lez-ks; ils turent triomphants!
Voici venir le mois de Juillet,
c'est l'poque de la distribution
de* prix dans les coles. Les! El jft leur roconUi l'historique journe
Ou nos tnmin chasss tnrent les vrais vainqueurs,
Puisque leur attitude a tnil battie les cosars,
Et grandi 110.c loi dans notre destine...
lves qui ont bien travaill
vont recevoir la juste rcom-
pense qui est due a leur intelli
gence et leur application, l.a
traditioa veut que cette rcom-
pense s traduise en des c i de \
de livres offerts par IVtabli-.se-
raant ou quelque autre persor-
nage.
Chez nous les liv.es de prix
sont toujours des ouvra.as u'aa-
taurs trangers. C'est l une
trangu anomalie. PouiIjmP, la
littrature,hatienne est rneio'e-
nant assez riche pour loin nu
des livres de prix loue les
cales du pays.
La distribution des prix pour' *
rail bien servir noire duca-
tion nationale, si le Dparte
ment de l'Institution publique)
voulait, par une 'ei, exiger sous .
peine de sanctions svres que j
tous les livres de prix soient des ]
auteurs htitiens. Une srule ex
Tous l'iez. rues entants, l'orgueil national
Illuminant le boni et vibrant sous le lorse
De nos Kcpiseutants, ddaigneux de la Force
Dignes, sauvant l'honneur par leur geste ancestral.'
Le Droit lut pitin; nais gardons l'espra ICC
Que la Justice rgira l'Humanit ;
LJuc par le fort le taible sera respect,
Et que des opprims s'teindra la soutlrance.
\licndant le rachat de la Patrie en deuil
CtebroM firemeut la \ i moe immo-telle
O la Fora sans luth v t, dress dci mi elle
L'flonneur plein de cou ge et inpcrbe d o gu'-il
Juin 1918
reptlon serait laite pour les li-
vres lrangi is sur Haili
L'ducation nation le est et
d*it tre une cration continue,
Le livre de nri. es! un des meil
leurs moyens de maiutenir I
civisme au-del de l'cole, dan*
l tamille, dans h vie |r..l ,
Le livre de prix est loujoi i
choy pai l'lve qui l'a obi
et qui le montre avec m gai i
Aussi, exiger que les livres de
prix soient des auteurs h i!;t a
est une homie manie dlen
re et de gnraliser l'ducation
nationale, en taisant compr
dre aux enfante, la :unese.
scolaire, que la littrature lu
tieine est lo il A |,ii| digue d ..t-
tention. C'est une des mei lenre*
lormes de publicit et de pro
pagande pour la pense haiueu-
ne dont lu valeur est iucontes
table.
Le plus souvent, hl s les
Qteajrj hatiens tombent dan<
l'oubli le plus complet, pare
que le peuple De les tour, ill
pas. Les ditions deviennent
rares et presque puises parce
qu'un bon guide ne les a pas
indiques la jeunesse qui d<
mande avidemen' lire.
D'o la rtn \t des secondes
ditions de livres nationaux trs
utiles, trs intressants'. De dIus,
on donne parfois aux lves
comme livres de prix des ou
vrages trangers qui sont le plus
souvent tout lait insignifiants.
Il est douloureux de constater
que le petit hait,en n oit te plus
souvent un enseignement qui
tait de lui un tranger sou
pays, un ennemi de sa p .(; e
Au point de vue de l'duca
tion nationale, il faudrait plutt
donner aux petits haitiens des
livres hatiens qu'ils prendront
fdaisir consulter pendant louti
eur vie des livres <]ui leui
parlent de leur pays, de se
fi '
A-mon humble avis une loi
bannissant comme livres de
prix les auteurs traog a s et au-
torisant seulement les auteurs
hatiens, avec l'unique excep-
tion des livres trangers Irai-
tant d'Haili, celle loi ne peu!
avoir qu'un IM salutaire ten-
dant redresse i I mentalit ha-
tienne qui ddaigne beaucoup
trop notre littrature nationale,
qui est belle et rtobe, assez ri
che pour qu'en paiasa laire une
alection de ce qui conviendrait
aux coles primaires et aux ts
blissemeuls d'enseignement s. -
condaire.
Toutes les objections qu'en
Jiourrait laire celte nouvelle
oi ne rsistent pas un examen
srieux. Les livres hatiens sont
le plus souvent h ochs. Mais
on peut leur donner une reliure
artistique. Cette reliure se paie
asuez eh ri l'trange*-, pour
quoi ne la paier it on pas aussi
cher en Haili ? Il y arait seu-
lement demander aux relieurs
<
X
""' " --t.. mth**m. tmtmmmm mm
as meitre dt s
que cens de
arait
insti-

hatiens de 'e j
plus levs
l'i |er, i' entente
d' tlleun lacile ent'e les
tuteurs tt lrfs relieur*.
A Po t-au-Princa on peut ta*
cilemeol "ronver une reliure
arliatiqaa spciale pour les li-
vres qu'on donne comme prix
aux lves mritants. L'industrie
Iaeale de le reliure pourrait
aiors se dvelopper davantage.
Une deuxime ob|actiou. Las
livres haitiens sont rares. O ai,
ies livres sont ra es, mais paa
tout lot inlrouv.iblts.Hiea de
plus heu.' que le laire des r-
impressions qui contribueraient
considrablement propager
l'eau vie, ai utile, si intressante
et -i noble de h-aucoup d'au-
teurs hatiens. Notre ducation
nationale si rudimeutaire y gi
gnerai normment, parce que
la lecture des auteurs nationaux
contribuerait redrcsse cetie
mauvaise mentalit hatienne
qui tel s dploi. bla. Une r-
percussion < oneuncpieq.n n'est
ngligeable., le cive'oppe-
iikjiiI de l'iodustl i l< J lie la
lypogapbie, do- t l'extension
est un signe maniteste de pro-
g es et de civilisation.
La jeunesse d'aujourd hui a le
plus grand intl a *av< ir ex ic
lement a mditer hricusemeni
ce qu'ont pei S' -1 essay leurs
devanciers, .'euts pres, afin
d'en!- r li s cueds qui m u ont
. nis a la laill.te d aujour-
d'hui. Que de belles kfOUS de
civisme, d'rudition et du
nce politique pratique trou-
veront nos jeunes gne i vo-
quer l'osuvre le Thons's Ma-
fliou, de H. Ardouin, de Saint
Echos
grands citoyens, de ses possibi-j lUmy, deToussaint Louverture,
its commerciales, etc. I de Guy Joseph Bonne', de Jean-
Pierre Beyer, d'Edmond Tau!,
le Beyer Bazelaia, d'Armand
'l'hoby, de Plsance, de L J.
Janvier, de Dclorme, de Fr-
dric Marcelin, d'Antenor Fir-
min, d'Alcibiads l\
rar,
avrae
Prici
Nous lisons dans le Rapport
anne! du Conseiller financer :
Les contrats sig es entra le
gouvernement e' la Co^apagnia
les Chemins d F r d- la PI nue
du ul-de-Sac el entre le (Joj
verne.uent et laCoBBpagO'e Ni-
lionals d-s Chemins de Ft
d Hati auraient M re sanc
lionas dans le plus cour! d-
lai possible. Le rla apport
I approbat.e i de ces contrats
nui au placement du capital
tranger en H*iti et paralyte le
f'onc ioonemant et le dvelop-
pement de ces chemins de ter
qui sont Ions deux des tacteurs
inipo 'nus dans la sie cono-
mique h li tien net,
*
Par an d,t Prsident d- la
Rpublique d m pensions ont
aceordi es : a M. S' -Flix
Duvieila, anien ehef de bureau
II aprimerie Nationale : I00
goura4s, a Mhqs Vve Philo-
i ls Pascal, ancienne dir strie
dcole : G 40.

11. l'hibppe Lafon'anl qui de
puis plusieurs anes occupait
destenciionn impor'antaa la
Texaco a t, on ne sait pour
quels motifs, remerci le 1er
j un courant.
Nous avons reu du Service
N.Jior.ftl d Hygine Publique
en Rapport pour l'aenie fbcale
1929-1930. Ce Rapport consti-
tua un fort volunae de 23i) pa-
ges ern d* gravures et publie
dea renseignements du plus
grand intrt. Tous aos re-
merciements.

Messieurs,Henry Moleethiel et
Charles Vahre ont fait la dela-
ralion d'option prvue par l'ar-
ticle 4 de la Loi du 22 aot 1007
sar la aatiouaiit.
*#-;; sua
-
U.S.S.H.
'omma
de Lon Adaio, d'nnibal prica
pre, de Solon Mnos, de Ter-
tullien Gudbaud, de Lins ta ni
Pradine, d'fimanuel Edouard,
de Jrmie, de Ma sillon Coi-
cou, de Justin Dvot, de I'Ieuiy
Battier, le l'aul Lochard, d'A-
mde brun, tl Hem i Ckauvet,
de Jusiin Lhrisson, el ., ele e'
de lanl de jeunes et brillants
auteurs qui vivent actuellement 1 du grand public
el qui se dvouent par (tara I une surprise.
ss^JkSK?......:r: m jj !""'" r1!"-"1
de 2e catgorie : Verdun-Red
Siar.
!3f aich aousationeel
Dimanche se jouera au
Parc Leconte le ,3e match du
Championnat Arcahaie-Ai-
: g'on.
Cette dernire quipe qui
n'est pas encore bien coamua
lui rserve
Entre Gle : G 1.00.
M ,1 lca dlgus des Clubs
Tous ces a/ in I Hatiens doi-
v- nt tre les 'Tais compagnons
dj ro le du p bl ci' v i> et de
lapai1* i nie dins la 'e- j s mt convoqus l'extraordi-
cherche d'un meilleur avenir I naire piur le samedi 20 juin
pont la marin oreUse P rie. l 4 heares prcises au Parc
I Leconte.
Dr FiUNfois DALENCOUR Le Secrtaire.
l'orl-au-Prince, le 18 juin
1931,an 12Xme de l'Indpen
dan ce.
Le Jiga s'Iiitrnetiei trs le 'Tri
basai de Irra Instause de ce rrs-srt
A
Monsieur Clment Magloirc
Directeur du journal Le
Matin i.
En Yi'le
Mr le Directeur,
Je viens de lire dans le nu-
mro eu date d'Iiie.- du jour-
nal Le Malin *' le compte
rendu de la sance du li cou
rant la Chambre des Dpu-
ts. A une question de Mon-
sieur le dput Vaugues, bu
sujet d'une aflaire confie
mon Cabinet d'Instruction, le
Ministre de la Justice, an dire
de voire reporter, auiait r-
pondu ceci :,..Le Juge Leseot
a t trs occup ces jours
dernieis, je l'ai vu ce matin et
/'/ m'a montr ce qu'il a ihj
lait.
Je m e onne de celle dcla-
ration prte lorl ou i rai-
son Mr. le Ministre de la
Justice, car jamais je ne lui ai
moulr quoi que ce soit, le
OCret de I Instruction ue U
pei mettant pas d'ailleurs, 1! y
a dj quelques JOSFS, l'on
prtait une prcdente dcla
ration au Ministre de la Jus-
tice.' J'aurai promis le rend','
une ordonnance vendredi d(.r
nier; Je saisis l'occasion pou
dihrer ce bit encore ine-
xact
La vrit est que Monsieur
le Ministre de la lusice qui
s'inteicssc beaucoup mi sod
des prvenus Julio lean Pierfe
Aui.iii', Li ns! Sabdat el An-
loine L'ibin, ni', en pi Sicnrs
occasions, deman le de t.;ic
di igenca paur achever au
plus vite la procdure qui
s'instruit contre les d.ts pr-
venus (le i|u'e'i toute cons-
cience jet lis malgr les nom
b eiises ail nres en cauts i
mon cabinet.
fout en vous pliant de pu-
blier celle lettre dans \ore
journal (a mme place que
le compte rendu de l sance
du ' juin courant la t.liam
b a- ncs Dputes, je vous pre-
inteavec inesromarcieiux'nir,
Mouateur le Direeteur, l'as-
suraace de ma meilleure con-
sidrai ion.
P. LES'IOT
Dernire
Heure
o
Rpublique
Dominicaine
Le Listiv Diahio dans son
numro davanl-hier 77 Juin
courant publie T importante
information suivante :
Dttltrafiei efUeielU sur les |>e>nr-
Miiiei ir ,.-# renlra le (inerfll
Ariai.
Cherchant dsinformations
de source ollicielle au sujet
des poursuites diriges coutre
le Gnral Desideiio Arias, le
Secrtaire d'Etat de la Prsi-
dence nous a fait hier la com-
munication suieante:
tinue sa visite olfic:elle* dans
le Cihau et se trouve en ce
moment Mao
Il est .apport oaVciellf-
ment que Deaiderio Aiias,
Francisco Moiilio et Victoria-
uo Abnanzar sont poursuivis
ju liciairement comme au-
teurs de la mort leur Vertillo Reyes el sont en
fu le dans les moutagnes du
N r I Ouest.
a paix rgne dans le
reste du Pays.
V.iici jusqu' cette date
les lutormations que nous
avous pu obtenir de l'office
du Gouvernement.
y liliism Itarbantoiir


I
'SET :
NOUVEAU TRAITEMENT M VC/iBl/C* f:Ec?tA
;c
..>
REMPLACE LES PIQURES
rCQMPRtwsl
f^
1,%
- *&
V A
V
<
Lara'tiro l I '
p ......
c

e *.;.
It. p^tt-
s* h &?&*&**>. tir ''j a ':> :* : >$&& ': t< **& gis/
hhn peu de temps ce &
^
^produit remarquable a jj
Sconquis de haute lute g

& ,
une renon nieedes plus 1
-ci
enviables.
m 9
iJemandez Louiuurs le &
O l
| Rhum HENRI Gardre |
lliuiaiirlir lUI'l'I.WA
Lin-laldij
GE SOm
L'EnLitit-Ho'i
( surra )
Entre :(i,S0 ; Bteoa : 1.00.
Souris
d'htel
Mouie dans son maillot d*
soie noire, la sousis se glisse par
les corridors obscur,san.i brait,
ouvre d^s portes, lait giis- r
des^tiroirs dont le contenu
(quand il en vaut la peine) dis
parai.... Du bruit, elle se ca-
che, de la lumirp, il n'tall
temps, la police....
E l'action se continue la
lois pathtique et lgers comme
la petits souri dans dt s dcors
somptueux comme seuls les
grands Pelacea peuvent en
ofiiu a leur riche eljjerUle.
C'est On ?::=nd rmour ;;ur le-
quel plane le mystr- et la dis-
tribuiion ajoute encore ce que
c scnario a de captivant
lca de Leokeftv io I agrable
S rcgaider est bien la (aame
ondoyante et fugitive qu'il (allait
p3ur ce ro'e plein d imprvu..
E ni <- V ut er, S z mue De!
mas, Prc-1'ils lui donnent ex-
cellemment la rep.ique.
BSBBBO
Sar. ic* National
d'Hygiao Publique
hispfcli'is H i ii-, il i^des licalrs
Tort-au-Prince, Haiti.
Samedi G juin l'.Kl.
LA FilAr,K TYPHODE
La fivre typhoide est une
livre intestinale due un
microbe qui se pi page sur
tout par les matires tcales
aille est contagieuse .et svi
gnralement dans un pays
[lar petites pousses iatermit
tentes ou sous tonne d'pid
mie. Les^; fatigues, l'cncom
bremeu, l'enlussement des
immondices sur les habita
tions.les maisons quiseutent
les cabiuets, les mouches, les
mains siles, 1 parpillement
d l mat .c- iv aies sur !e sol,
les fruits l les lgumes non
lavs, le bit uoa bouilli, etc,
oui cela occasionne lclo-
sion de cette livre si redou*
table. Mais c'est surtout par
l'eau de boisson, souille par
les matires tcales rpandues
10UK1S D HOTEL sera un suc-1 daos les seurces, les puits et
ces de plus pour Taldy et son le* rivires, que cette propa
cin. Entre : 2, 8 et 4 Gdes." galion se lait le plus souvent.

Dont la HMeteaeoeeM oaivereeile a girasa premire Spiace*
Demaadec partout :
UN BAKRAKCOURT
Dpt :Rue des Csars.
K*k
f U.J


LE MATIN 19 Juin 1931
3
L'u individu, u.l ,nt ou adui
te, eut- tre pria subitement
,,e ii ,oi>, de livre, de fiar
rh^e et de migruiur;n)aisfikst
pi ugrea>i veinent, en gnral,
qU il res cul les aiUiules du
mal: douleurs xagiies, lassi
tuflt, puis li.ie, ballonne
nicul Ju vculi e laiigiu- sche,
on e raie, ii iti somnic cl rfu d lice, St tem
prUuic* s- maintient jenire
39 et 40 drgs. Soi! icgird
es vague ; n tsl mette, amai
gn cmu.e trappe de sti peur;
les st .h s sont ltides 1 a lie
vu .lure 10 90, 40 jour* cl
p|, >, avic quelques rpits et
di s rechutes rrqneutes.
Poui viter la fivre lypbo
ide, il laut pro ger le toi et
l'eau co tre la suiiu;e par
les ma bttl UcaU -, en iostal
ant |'U: tout des latrines hy
gi tiques, ii tout aussi luire
un. campagne iuteus.e contre
les o v. !... ei Ils mains n e ;
sure.lc I bygicVej de ceui
q,,i t,. ailL'i-i :l-:is lindus
tru ah lie airt. E" teipps
u idi mie, i1 huit isob i" l< s
iy, iy,|','cs csint.vt-. r Icuis
lin,, -s et entre objets teoj
us if, bqui lii* t'f.m ut- l,< t
si i lavi r l'eau bouillit:les
us osiles de lable et H i i
sin viter les fatigues,
es l) i meut, eic.
M iph w I i' " t i1 n fr -
I* demoiselle
Alice Gard re
Diplme de l*Acadmie co je 1) ydOU de P:il is>:, et
de i Ateliers des Ai isd.cz soi
on rira, partir du 1er juillet.
u cours de cotp et un
io s U'. r's i pliqi i -, roui
pri nasil : peinture mm buis,
larsOi pyrogravure, n tauxet
cuis repousss, etc.
TIIUI10r>\TlilllilAIHS||iV
Hany K. Kl. ney Prop.
1319, Grami'Hue,
Poi -u-f'rince. Haui.
PsAiri: a S488
Automobile Gne ml lit pairs
Vulciini.M/>ftit-f lui* d'aslestabile
Aprs 12 annes d'Kzpri. ace
en Vulcanis.iiion de luh s et
pneus nous vous girauh.vons
une irifuse tparalion.
LISEZ CliTTE LISTE:
el le
Panama Kailroad Mamship Linc
Service de fret cl de passaqers enlie
s rapide et plus direct service de transport de passagers cldu lre\ entre Mm
ps prrtshuroperjs via New-Yc ni et Cristobal, Canal Zone, Isthme, voici la liste de nos -j enls p( n les prircipsi-i forts de IEbiolc :
Tesrioi t'ar fi-:n
0 lo'7|2 Hall.
1 puprlfr* Or
Each puiiclun* th-ifulifr
Valve basa
Valvt* i j-iauled
Valve new
V.lvr iasides
BLONYOUTS
1 ut L rang
teli iiirii Ihereal er
.loinls repaired per incb
1.10
O.O
0 25
0.20
(i.3i)
o.io
0.10
o 05
ii.o
Angleterre) Ecouse France
^ C u. sn-JDOXac- 1TJ;Mne,S,r.,pJVERI,OOLit:NGLANn
hNGLAND, SCOTLaND, PR.VN(J&
Moeurs (;. \V, SHELDO.N & Cp
17 jVnies Strrel, I iverj, :,j, glan
'" 4r. K.m G. VV SI.ek.oi, t mil
i
l-'.uli
.lo
Esc
mis
k inm
IniO
1 amas la a
ui e u. r lier
Valve bi^.
\' i v,- us u e I
n \v slrank'
\'.i ve new eif el
I3LQVVOUT3
1 |jji II hing
h incb lin ; etier
[ic: ineh
i epaiied
20
10
10
40
00
00
2i >
10
,10
llimnsiug Tires
Taui ing Cr bt v < /
Truc k To 32 o
Truck ail lrger srz >
0 20
o 50
100
H AME LOtSR
Giaode lia le Boulin. l ie
Tfa*erire, en face de Paul
E. Auxi' .
Pour les conditions s'adres-
ser Mr F. Cardozo, lue du
Magasin de l'Etat.
r.I.ELAT Y IlE.NKKY A C(l
21 Rt.e -(e la la \u puOlique
lier n? Prou \ C > f, i
)''< Q lui ('ti-t tgf \\
Il vte,
l ruu i-'eM n k C, f.ld,
R -e rtti Moulin Vatiur,
Boulogne sur \Pt.
Mers A. Hind.x &
-' ' I nw i. ,,,,>, In^ju'.
' S^ XoiWAY
Inl r c 'imat
Sperlitfo isM llcep Oslo
MM Alla.;tu Frght Cor u
OdUohai s. IJamburg 1.
(i many
M- ss^s Allcipttc l'uighl
nf por.'itiou
Germa n y
Messrs At an'iJ Fieinght
Corp'n.,
24 Qini Jordaens,
Anlwerps, |{t giura.
HEHN il .,ON . (." f |(J
'' I"' t*s V'iii is,
l'a ris.
lil BXC i |i'!| i0 |j,j ,
Rue de TroquilitA,
Uni kerque.
IIiunu PbronA Ce Ltd.,
9 Hue Roy,
Bordeaux.
JGbnoe, Italy. ;
Messrs Ijbkht i ok (S: i lehici
Piazza S.Mattko.No 15Genof
ptCOTTBNBURa. SWBDBN.
Nordiak Express,
Coihenburg.
Messie Atlantic Faeiqht
CoHI' N.
Kon Em-map'ein 3,
Mol 1erdam Holhnd
Messsr Steimann a (.o
r**\ ^# m > -
1 Toutes les Polices
jb/BE NATIONALE
DE LA
"-'f t'i- - ''. .v.-^
1 r*. 1 y v
LE LA

comprennent la Protection contre la g
Foudre sans augmentation de taxfi
m se
Aqents Gnraux
kt
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre rnalqr sa qualit
su nricu re.
Protaez votre Doche el
votre sant en la huvanl
toir'ours.
Lykes Brothfs SS Clnc.
Texas Hati S;
antjL*timitn>Mm.
8anto.Uoaatngo Porto Rico
! importrattns^vU ?^e ? !t' !";"li'^'"t babHt dt v,,
, "ngoriaiioBtviermwJjaloujosire des oaviree de ' LYKI-:
L-s prochaines arri-.(,sU rr(.;ui prj fttI
Vtlm i_\kH
"M" i; .le' i.\ k. pj
12 juin 1931
10 H
26
8 Juillet
Durwui Rue du Magasin de l'Etal Roi te r os la l pj
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
U faut prevemr la constipation clie: Us^
entants, d autant plus, que rarement ils
s en plaignent. Cultive; la bonne habitude
de leur donner de temoa en temps un peu
de ce laxatif doux et rafrachissant.
ENO'S-FRUiTSAUF
V ITTEL
GRANDE SOURCE
VOSGES
(France)
.--.t. -
Ttw.'' *:*XS** seesa^-
.-*
ACTION LECTIVK SUR LB REIN
Cu-e complte de 1ARTHRITI8ME
nnmm si,on du 20 Mai au 25 Soptmbre
OOUR9E9 TEHNI OOLF pOLO Vm TH*MTBr OASIHO
PA/fO MROML POUR LS Er~*T---------------
Train* cllr,. . t PARIS (nrt j, VEmO A VITTFL
n r.ato d.n. !.. principe. Ph>rmcleB, Ilrogwrlgt MJ^Lu.u,
Von le
par autorit do Juaiica
En vertu 1 d'un j" cment
du tribunal de 1re instance
de Portai Prince en date du
;>() avril 1931, ordonnant ie
l ;u ;n: de i.i socce.tsioo d* la
laine Plora Joseph 2" d'un second jugement du
dit tribunal en date du .
mai coul entrinant le rap-
LOrtdef experts, il sera pro
rd.au -anpait et par U mi-
nistre du notaire Her
iiiann Pasquitr, rsidant an
^ ette ville, rue Houx, No 414,
le jeudi deux juillet prochain
;i quatre heu i es de l'a pi ai-
m idi, ia venteauplus affront
et dernier enchrisseur d'une
proprit tonds et btisses si-
tue la rue Rpublicaine
ou (iiand'rue, mesurant an
fircn vingt deux pieds de
liade sur quarente de pro
tondeur, borne par Chrysos
tome Dsir et Antoine Michel,
au Sud par les hritiers Ri-
vire, I Es', par les Lespi
nasse et l'Ouest par Arthur
Anselme, telle d'ailleurs qu'elle
se comporte et s'tend sur la
mise prix de deux cent
quarante dollars, outre les
charges de l'enckre.
A la requie 1 de la dame
Clmentine Saurignou; 2 ele
la dame Anui/.il Mey.od, agis
saut comme tutrice dative
de la mineure Clelie Sauvi
gnon, toutes propritaires,
demeurant et domicilies
Port au Priuce, ayant |*Olf
avocat constita Me Louis B.
Vilgrain, avec electi >n de do
tuicilc au cabinet du dit avo
cat, en cette ville ;
Et 8 le sieur Luc St
Lgo-, agissant camme tuteur
dalil du m mur Georges Sau
vignou, tous deux proprit!
re., demeuraut et domicilis
Port auP.ince, ayant peur
avocat constitu Matre Flix
Diambois, avec leetion de
domi ile au cabinet du dit
avocat en cette ville.
Pour plus amples renseigse
meuts s'adresser au notaire
sus dit, dpositaire du cahier
des charges.
Port au i rinee, le 1(> juin 1951
(Sign) F. D1AMB0IS, av.
(_S.)Louis 13. VlLGlULN,aT.
^"RA3TILLS
MIRATON t
, ..'. r,l*. 4. CMATtC-OUYO^
Horn Line
Le sleamer Waldlrtit
Honi" venant rs i< i le '22 ronranl en rouie
t onr Kintfsion, prenant li!
el nasajzer.
MUNBOLI) Co, Agents.
Avis
Je, loitMignit. dclare qui
i' appartiendra qne \ dai e
Knplu-mie l.indor, d's ve c la-
quelle je suis divorce de-
puis 1912. n'a n'ois le droit de
signer Mme Nicole* Pereire,
m \erl:i '1- 'oile rlvil
l'ort au-Prince. le 18 j'iin
1991.
Nicole* KRKIM v
Notice
IlUciive Jur224.19il.aiicl
during ihe absence ol Mr.
.las. H. Van Reecl, Mr W.
M IJoyd ln- bren appolnled
AcMng Gn<"*el Agent oi Ke
Paoaor Mail i ad Steamship
Line Hati.
Jas h c. van rb:id
G, ur*l Agent.
Avis
A partir du 22 jui.i, 19*1.
et pendant l'absence iiu sous
signe, Mr. Win M. Lloyd aura
la direction dr l'Agence G-
nrale da la l'an imi B -iiro, d
.ici > Li ' '4- u.
as n. L V ^ Hti U
Agent ueutul



Vendredi
19 Juin 1931
Le Matin
4 PAGES
26rme ANNEE N9 730
porttJi-Pnrte
PM
COLUMBIA
I
I
L'appareil de choix, l'appareil qui offre,
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPRME
DENTO L
.*rn
ic

Clart
Solidit
c
*
ar1
*2S<
;
II
K
Puret
PrscuUition
of a
switcli-
Fresh .
' Lve Air
otrrnnucc
ANTiSCPTIQU
POUORC
3AVON
:
now r R&ftf
Or.,
l.s B/audf* haUu'S arrivenl!
D i''' z v- us ''es mninlcn-i" a in s'm lier che I vo
Ventilateur Electrique -G. E
f/eal 'c s>ii| remde
(onditious de* liminent rmlm-nl Mfent'nmeHtS.
Compagnie d'Eclairage Electrique.
< n
L* modle 613
Telles sont Us qualiil except <>>>ii. hci fn** 'e
GARAGE KNEER
tous cflre en installant une de ces machines en z vn i--. iou la inisi fie du rnci le e I voIm
porte.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ee modle et vous serez con-
vaincu de sa supriorit.
doubliez pas que nous offrons
[ des conditions de paiement.
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince
Cordonnerie Ml. Car me J
Htppolyte JUDY, propritaire
La Corduiiuti "rcMi.ni-Carinel annonce a >. non')* euse
Clientle, au'ta vue 1rs uoeveaux ktocks de chaussure cl
tous ge res qui doivent remplacer ceux en m gasio, ell lait
un idh is considcib e
On est pri dj laite une vis te p i ir s'en c invain re.
Grand Rue ou IWpublicaiue, ct de I' V Imi ii*lratiji
Gnrale des Postes.

--1J- 'U
Ce qui n'a j ial* t i *tt
Ge q,ui ne r eut M re dpass
Kola Champaqne
F. SJOURN
Prpar dans dts cou litions rigouieuses
D'ASEPSIE
l'r^nariion p >'enlp
PHARMACIE F.SEJOURN
Angle des RuesjRoux et du Centre.
Journal LK MATIN
Port-au Prince
La Coquette*
Salon de coiflure de M. S
rauel Pereira d'o ; l'on sort ton"
jours aatislait.
Tlphone:2344.- Argl riifl
rre S'.-Poron* h RrpitbJ c inr,
A La Coqi BTTE sont : nn< i
'ii Har et un Instaurant cigi.-
nis* <*e f von donner 'ou'e
aafifai lion ! elMi'le,
POWI RIRE El SOCIT
Mr. I* MH ilmtr.
I (iih> lm,H a i
"! FARIIlm. M. A MB
PlfcMfU41UU PARIS H
Agents i F. CHMI'II / Pelit-Hove
C FINAUD Saiul Marc
COHDOZO Caves
MllbC. DOl'Or. Jacrael.
E-ouP/ 1rs eescerti : () '. U M B I A la ilaliti II II K. lois les trun-dis ssir.
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Marti nez & Co
Colombian
Steamship
Company 2".
Le steamer Baracoa parti
de New York le 13 juin cou-
rant directen eut pour Porte
r.u-i'rinre est rt'endu ici le
vendiefi 19 II repurliia Is
n me jour pour Aux Caye
et Juiiiei. en route pour les
poils del Colombie et Cris-
lobai, ana' Z ne.
Le man les e'jde ce navire,
ifO par v om mardi matin
16 est la disposition dea
chargeais, aux bureaux del
Cir., me Tiaversire.
rort au prince,le 16 juin 1931
Culombian Steamship C htt
GLIBaRA&Co., Agents
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Lld.
de Perth (Scotbnd )
Car Is GENKPAL s est une des plus puissantes et dis pi* >ns'* *' ;- sitattanl
'? *t tenre. Le seleil ne se coucha jamais sur son chu sa aVaslis.1 Si rsWnsf r
osae
jj Polices foi ire incendie couvrent aussi les 4tai sa eacssjacjilfc *y b |HK
S#-s Pslisra pt i Aiitoiasbilea couvient vols, iiiasudie, BtavetVWaV Owmm^$ i
i: i sa jmIm j rfan* *u peissane m\ duni ses bisru
L'INDIGNE >
Grand Rue No21Q4
~fc -
Avis
I
aes reilres Manuiiies fim-c- pai ses branche* u'Kufapa kt>i paaialMa* as Nw*
Ses Polices contre ;.. ci'ieoK m,m valables dan I uoivaii aeSrr. Tin* km > *-
*.','" drvinieitl Uon< j 11 r- la |wiaoHoa da se in i>ir d'in.a eais i-ei> aaifskwH
(Tau n m s AlHO iJoiLis. ,u priu r ai uusllc u'an v";f l/ /, svi 1P skW P.:
Neuve" F. LliHMlNGH \M. AiixCuves
5o. .s.v. Ml
i ll *#l*^l pt,u> )i!'.
i'O ^ U < i II *&*' '
JLA.N kU.vLi.. J
. i r
Chapeaux varis bho< li m es. femn.eet ^n f
. "fi par des |QsiOBS hiiliin es et a'c- de .a j
pajs.
Faites une vis te % Llodifl ri.
n'y I r
bil i If
Les cludian's de 1re anne
des tco!ea Nations les de Droit
it Ions ceux qui s'inlieisent
Ptudedc cette scienee.sont
.-viss qu'ils trouversnt tant
' hez moi ( Avenue Lafleur
Duchesm ) que chez Lonce
Qualo ^ Lie, Rue du Quai,
a Portau I rince, mes Cours
de Dr.il I'. nul expliqus
Or l.0 tl Je Procdure Cr mi
ne le ( 1er tascicule) cr 1.
Le 2me I. scie u le de cette
('eru re matire paratra in-
cess mn.cn t.
P ur toute demande nsr
cor espon la m a, prire d'aj u-
1er une g ii. i de pour les Irais
d'e\| lition.
Me Georges O' ALLAGUAM
ProlStStor de Droit Pnal
l'Bcola Nationale de Droit
de P. M -atid'rinae.
/ t ii -11 m m aaawaaaai
NOUVEAUX ALAMBICS
.ir Dirnu.ii enrw I
LM saui-oc-vii,
NHUMS, ALCOOLS,
OEROYFILSIIIl
cossi six i m
76. rut iuTHitr*,T9
GUIDE PRATIQUE *. aiiuiuu"'n-~
VU U8EVCEI Me. MANUEL T$%*- |
I S30KB t TARIF ILLUSTRE l sr
Mosaque Hatiennes
tao'i
Charlter-Malebranche & Co,
1224, Chemin Jes Dalles, 1224
^lnhone : 2G8D


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs