Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03642
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 17, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03642

Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR *J
M RUE AMBRICAIN lMft
TELEPHONE N'2242
la libert fil un prsent qui If
rntf pis longtoeips an\ iniii< des
lfies. Il ne reste pas non plataiu
ail de rrn \ qui sont trop insolent,
Irap aiallionntr* on trop iaiilslli-
ffits pour l'eifrrtr.
ANNEE N* 7307
PORT-AU-PRINCE ( HAITI)
MERCREDI 17 JUIN 1981
"?m
Voies et Communications
o
La comptence, l'habilet, I ici. Notre conomie s'est rela
li technique des ingnieurs Hivernent transtorme du jour
amricains viennent d'tre Io les transports par route
aiises rude preuve. C'est ftaient devenus rguliers
gne dmonstration concluan-lentre | les principaux points
te. Tous ies travaux de routes, I du pays.Que (esgrandes villes
de ponts et autres qu'ils ont | provinciales taient relies
accomplis ou qui l'ont t I avec. la Capitale et entre elles,
tous leur direction ont t I Que les dplacements d'une
imports ou sont disparus I ville une autre taient faci-
sous l'action impitoyable du Iles, normales, continuelles,
temps qu'il a tait ces jours I Facilit, rapidit, continuit
derniers. Cependant que les 7des affaires, tel en est le r-
ouvrages datant d'avant l'in- sultat.
L'Idal llliinii
ALIX ROY
29 annes de succs.
tervention sont en belle forme
de rsistance. C'est les faits
aux-mmes qui concluent la
supriorit manifeste de ceux-
ci sur ceux-l. La nature
Or, voici notre conomie
menace dans son dveloppe-
ment par une dtection gn-
rale des voies et communica-
tions. Les informations q u i
\ position Cauvin amnera au o- paie dj u i droit de douant
matique nent unerduc ion ti\.j l'entre Ce serait lai r doubla
mains0 o/o des taxes pi'i s emploi que ^e le tixar encore.
ur l'alcool. Il tau que les uit- La propos tion \1 g esl r. jete,
rets da l'Etat ne soient pas s j- i Seller lut propose d'ajouter un
criffs. Il nous faut conserver le J nouvel alina l'art. 22.
rendement probable acti.l. ) Aprs quel jues lgres modi-
L'impot n'aura plus sa raison ficelions, l'ensemble de la loi
d'tre, s'il doit dirninuar dans esl vot.
de 'ellts proportions. j ,v^ ....
1 MiO i|aurdfs A lademailrs
Anton I. Saba
Anton I. SAB avise le
Commerce et st s clients g-
nralement q-ielc impie ,'que
s maison de commerce sise
autrefois la Halle Boutin,
rut^Traversire. t trans-
fre depuis le 1er juin cou-
rant la rue du Magasin de
l'Etat, au No 173 cot de
la Maison Antoin T.i'amas
... a vu, samedi soir, quai'
gentilshommes qui, aprs ivo;r
lait une balade dans une au'i
donne parfois de ces ironi- j parviennent des dpartemitnts
ques leons. ^jsont a ce sujet troublantes.
En attendant, la vie cono Nous sommes en tace d'un
mique du pay est grandement
menace par la disparution
soudaine de presque toutes
dsastre vritable. Mais que
font en l'oc* urence les Pou-
voirs responsables? QueUes
les voies de communication, sont les mesures prises par le
Il n'y a plus de routes!. Dpartement des Travaux pu-
La Capitale est isole des blic pour rparer le mal dont
provinces. Les provinces s'- est responsable en partie son
(oignent d'elle. On prend la personnel technique?
voie de mer pour -se rendre Depuis dj trois semaines
de Port au-Prince euxGona l'tat de choses dnonc par
ves ou au Cap Hatien, Jar- toute la lesse s'est continu,
Los clients y trouveront.com- | vitre, sont venus iNSONIA
Murr-llanaud seantal la pro-
position Cauvin. Il prtend que
le sous-produit obtenu na tons
titue pas un d'ngr nom la
sant publique. En empchant
l'alcool produit par la mlasse
d tre vendu, on perd le tiers -
du rendement del taxa. Avec \ 1m ravaP3 Saule Domingo.
la nouvelle loi, nous avonata- Diffrents rapports
M. A n il r latibert
Ml boit lit if rapport tou-
che! la loi acroHfni 8000
gourdes d'indemnits a l'ancien
ministre Andr Fiubcrt pour
pertes subies lors du ryelont
me ton jours, un bon accueil
et des prix la porte de
tentas les bourses.
Ce sera une otca^ion trs
avantageuse pour Us ache-
teurs de visiter la Maison
Anton I. Saba avant de laire
leurs emplettes ailleurs, mi-
ils y trouveront un profit
qu'on ne peut leurofl u nulle
part.
Visitez donc ANTONM SiBI
avant de faire vos enpletlts
et vos serrx satislait.
Yoiiguet lit un rapport con-
cernant la loi sur II rglemen-
tation du travail, aussi un rap-
port du Comit de IInstruction
Publique. Le Comit du Travail
rarl ou aux Cayes. C'est le
retour a des conditions an-
ciennes...
Cela est incompatible avec
lu nouvelle conomie natio-
nale. Ce n'est pas un grand
prcis et il s'aggrave par les
intempries persistantes.
Nous rptons : c'est la vie
conomique nationale qui est
menace de paralysie. Que
fai'-on pour pnrer au plus
mot qui s'emploie inutilement i vite ce danger ultime?./
CHAMBRE
DES
DPUTS
emoe du 15 juin 1931
Le premier Secrtaire Estim
prside l'Assemble en l'absence
du titulaire. Un procs-verbal
st lu et sanctionn. Lecture da
la correspondance.
Taies sir l'alresl al la tabac
On passe au vole de la loi
fliant ies taxes sur l'alcool et le
Ubac.
Us arts. 17, 18 *t 19 sont vo
tracasseries avec le service des
Contributions. On demande
un moyen le contrle, mais
qu'est-ce que l'on cherche i em-
pcher V Des fraudes. On n'y ar-
rivera qu'en propageant la cul*
ture du tabac en Hati, c'est--
dire en permettant I bremeut sa
, culture. Pourquoi de malneu-
I reux trafiquants vont-ils en Do-
miuicanie chercher du tabac ?
Parce que nous n'en avons pas
assez chez nous. Je ne vais pas
< la ncessit d'arriver S tint
< d'exigences; je propose de con-
I sacrer dfinitivement la libert
de cette culture dans la loi qua
nous allons voter.
La contre-proposition Chte-
lain est en discussion.
ts. A l'art. 20, Piou proposa /.. Leroy propose de laisser le
une modification. Numa ob- planteur libre de s'adonner la
jet te qu'il n'y a plus d'inapec } culture du tabac, sans y mettre
teurs de culture. Il dtend le
point de vue adopt par la Com-
mission. C'est sur la demande
Vs plan e.ns du Nord et en vue
0 m rier la contrebande du ta-
bac dominicain que cet article
1 t adopt. Il conclut sou
maintien. Il faut dvelopper la
ftraduction nationale, du-il, au
iau d'y mettre des entraves.
Piou maintient sa proposition.
Il demanda de dire que toute
CiHonne voulant taire la cui-
ra du tabac doit an taire la
dclaration l'administration
gnrale des Contributions. Il
ut abolir auasi la taxa de 10
lourdes par hectare dclar.
Numa rplique que la coll-
gue Piou vent taira contrler
Cr l'Administration la dclara
n de l'intress, maia qeg la
taxe de 16 gourdss n'est pas in-
iastt.
Chtelain.U faudrait que ma
fsligion ft plus claire aur ce
Point an discussion. Quelle est
a ncessit da cette dclaration ?
Jl n'en voia qua laa ineonv-
alsnts. On dit qu'il tant faire la
dclaration i l'Administration.
Lt planteur na dira jamais la
vrit. 11 faudra tout un mca-
1 Sisme de contrle et il s'ensui-
vra des scnes, des drames dont
la justice ua souponnera pas
me l'existence. Pourquoi donc
cette dclsration ? Quand i la
tue, elle n'atteiadra pas de la
Bnie faon tous les planteurs.
U tandrait plus d'claircisse-
*ents et dans le cas o je ne les
obtiendrais paa, je demanderais
parement et simplement la sup-
pression de cet article.
EUmb Elie. Avec cet article,
des entraves. C'est la meilleure
solution a donner la question.
Louis Jacques Le collgue
Leroy a mu les siens de son
Ct et a mrit les flicitations
publique* du collgue liredy.
La qui voudrait d re que la
question est juge. Dans ma r-
g on, il y a aussi des gens qui
piaulent le tabac, bien quils
n'aient pas lait de dclaration.
Ils sont quand mme eu proie
S toutes sortes d ennuis de la
pjrt des agents de contribu-
tions. Il y a des planteurs qui
oui mme perdu toute leur r-
colte, par 1 intolrance de ces
agents. Je crois qu'ils accepte-
raient payer 10 gourdes pour
ne pas perdre le truit de leurs
travaux.
Leroy. Le dput, Ls-Jac-
ques vient de confirmer ma d-
claration. Si les planteurs sont
d) tracasss par les agents de
contributions, que sera-ce donc
quand cet article sera vot ? Ce |
sera plua terrible encore 1Lais*
son donc les planteurs libres
de cultiver le tabae, comme ils
l'entendent et sans aucune res-
triction.
^|La contre-proposition Chte-
lain est vote. L'art. 20 est sup-
prim. L'art. 23, devenu art. 20,
est en discussion.
Beauvoir propose de rempla-
cer I art. 23, devenu 20, par nue
nouvelle disposition.
Woolly propose de suppri-
mer cet article. Ce qui est
adopt.
Ls art. 24 et 25 sont suppri-
ms.
A l'art. 26, devanuart. 20, fie
toi L au vin propose une addi-
bli une diffrence, dit-il. Les
intrts de l'Etat sont aussi pr-
servs que ceux des particuliers.
Je vous prit da conserver I ar-
ticle tel qu'il eat libell.
Xamor. Le collgue Kay-, '' u" rapport de la Ici sur le
naud dit que le poison signal : chmage.Le Comit de Unstruc-
de l'alcool de mlasse n'agit pas | ,ion Publique lit un rapport sur
immdiatement. Il est encore u,ne ptition de la population du
plan dangereux, car c'est unI(,,l) aussi sur un.* proposition
poison lent qui s'insinue dans (,s 1' du dput Leroy,
l'organisme et dont les ellets ne L'affaire >< journaliste*
.se lont sentir parfo-s que 20 eus Vauyues : Monsieur le Sccr-
plas t rd. C'est pourquoi vous laire d Etat de la Justice, c'est
dvia laboli'-. |a troisime et derniers lo s que
Camvin dit qu'il est ncessaire je prends la lib r t de vous po
de veiller la sact publique. U aer une questio.i sur le c a des
ne cherche pas laire diminuer journalisas emprisonns La
les recettes de l'Etat, mais premire lois, j'ai atlii ro re
sauv< garder la sant et la vie attention sur la parole du t bel
de ses concitoyens. Il n'insiste de rttat dclarant dsute h loi
pas sur ce point e laisse la sur la Presse.Je vous avais hit
chambre libre de juger. observer que nul ne pourrait
Numa. Le collgue Cauvin faire intcrvcnir,dar.s le cas deces
prtend que l'alcool de mlasse journabsles.lecode pnal qui pu-
eat plus nocif que celui prove- un de mon le dlit incrimin ce
nant du sirop vierge. A ma p tendu appal aux armes. Il
connaissance, cela n'a jamais nous a t reproch d'avoir Vio-
t scientifiquement tabli. l la Constitution, moi, en vous
Le danger consiste dans lab demandant de rappeler sa pa-
sorption mme de l'alcoo'. Dans rle i Monsieur le Prsident de
ce cas, il faudrait dcrter la la Rpublique et vous d'avoir
prohibition com ne aux Etats- accept ce message. Je ne lais
Utlt. aucun procs de tendance, i e
La proposition Cauvin est re- principe de la sparation des
^ah .nij ... ~. Fouvo,rs n'a pas t viol par
A Iart.27 devenu art.21, Piou nous.D'apis la dclaration pr-
atlire l'attention sur le .'ime sidentielle, la lot sur la presse
alina qui consacre une taxe lie serait pas app iquv. Pour-
trop forte. Il propose de la l- quoi a-t-elle e laite? Je n'en
duire 50 gourdes au heu de suis rien. Que l'on so.t revenu
8U .sur celle loi, qu'on ouvre lo
A ce moment pnlreul data! Coda Pnal po ir irou/er des
l'enstinte les secrtaires d Eiat j articles, qu'en l'espce, n'ont au
des Finances et Je la Justice. tune application, e ce moment,
Eduard Numa : L; col ^ue'c'esi notre protestation qui doit
m'a montr ce qu'il a dji lait
Quand l'ordonnance sera ren-
due, on saura ce qu'il y aura
laite.
VuiHjucs Messieurs, ai j'ai
c devoir remontera cett tri-
bune, t'est que je me suis trou-
v dans le mme cas et mon
collgue D s art s Albert peut
le dire ausn. que les journalis-
te* emprisonns.Nous avons su-
bi les mme-i lortures.C'est l'an- i
cien prisonnier qui plaide la .
cause des prisonniers L'instruc- |
lion se pojrsuivai', comme
mai
ils ont din ti cordiale-
ment. A la sort'e, ils ne Icri
salent pas d'loges pou- le me-
nu, le servies et la rrajeheur qui
circule sur lo lerraaa* o i's
avaient choisi de dinar.
... voit que de partoct on s'at-
tend ii unt mesure de clmence
de la part du Chef de I Etat, en
faveur les journalistes etnpri*
sonns, lins la cas o l'ordon-
nance de la Chambre du Ceti-
seil sortirait contre eux.
... ave qu'elle disait eue de
ses amies :
Je ne pnis plus lire un li-
vre s'il n'est pas reli par Etienne
Camille.
Comme l'amie avait l'air de ne
pas savoir, elle insista :
Le meilleur ralirur d'IIaiti.
Kt elle se rappela alors;
- Ah! oui. Je va la: rue Mo t-
nf Foi, lent prs de la rharma-
et* Sjtajrn,
- *
... a va, hier, vers cr.e heure,
un charmant vieillard poivre, ut
sel, ras do trais, expert en in-
ciiptiona lectorales, qui se bi<
intenan'. Qui oserait vous j ladait de table en ab'e. ui t-
demander, Mr le Se.r aire d'E- I ,a,)l l,M thories primes 1
tat, d'exenei une pression sur tsaUrt d'lictiens. Tout cl
un juge ? Nul assurment. Nous
veto allce mettre nos pcyssns tion.
^t prsence de toutea sortes da i Edgar Huma dit qua la pro
Piou i.e voit pas que les dbi-
tants o'alcool payent une do1 -
ble taxe. L'art. 4 a dj prvu le
cas. Il prtend que la licence d*-
25u gcurdea pour les appareils
de distillation et excessive.Ces
le distillateur qui s'enrichit et a
tous les profits. Il est donc ju.te
qu'il paie une licence de 2b0
gocadea.
Le secrtaire d'Etat des Finan
tes : Je crois du dev ir du gou-
vernement de vous faite obser-
ver que la taie sur l'alcool est
une source de revenus pour l'E-
tat. Comme l'a dit le dput
Numa,si la taxe ne trappe pas les
distillateurs, ce serait une grave
erreur. Il importe et je suis
Elac pour vous le dire que le
udget soit quilibr, que nous
ayons les voies et moyens pour
faire lace aux dpenses. Le d-
Eut Numa a dit que celui qui
ut la redistillation ralise un
bnfice considrable qui va jus
qu' 5o. La taxe de 250
gourdes n'est pas dmesure et
vous devex protger la vritable
industrie, l'agriculture. Au nom
du gouvernement, je vous prie
d'adopter les conclusions tfj
rapport.
La proposition Piou est reje-
te. A 1 art. 28 devenu ait, 22.
Huma fait entrer une omission
qui avait t laite an 7me ali-
na qui devient le 9me.
Mgie propose le double de la
taxe sur las cigarettes impor-
tes
s'elevtr. Vous tes venu nous
due, i cette tribune, Monsuti
te tccTi laire d E'ai que ce n'e i
pa, on venu de l* lo, oui la
P.osae que ies fournau*** ou
ie emprisoun, m*is eu vu u
de l'ait. 78 du GetS Pnal. Ce
article n'a-lil pas t abrog
par la dei nire loi sur la Presse?
km diou conme n fui', vous
ue pouvez pas appliquer la loi
sur la Presse. Vous y avez vo-
lontairement renonce. Cette ac-
cusation qui pse sur les jours
nalistes concerne le gouverne-
mentde la Hpubliqu*. C'est une
matire purement politique. La
question est nettement pose. Le
Code Pnal ne peut pas lre
invoqu en l'occurrence. Lors-
que nous vous avons pri de
faire le ncessaire pour qu'ils
lussent mis en libert, nous ne
vous avons adress aucan re-
proche sur leur emprisonne-
ment. Il y a quinze jours qu'il-
sont en prison.On attendait une
ordonnance qui aurait ct sortir
vendredi dernier et elle n'est
paa encore rendue jusqu'ici.Nous
continuerons piotester contre
l'abus qui est tait des textes de
loi qui doivent tre invoqus
par tous et devant lesquels nous
sommes tous gaux.
Le secrtaire d Etat Laleau ; Le
dput Vaugue.doit savoir que
le secrtaire d'Etat de la Justice
ne donne pas d'ordres aux io-
avions cru qu une action sage,
intelligente, nergique, pater-
nelle, viendrait tout arranger.
Le crime de ces malheureux
journalistes, c'est d'avoir fait
plus de bruit qu il n'en laudrail,
pauvres mouches du roche I
pour vous montrer votre devoir.
Nous vous demandons d'agir
avec plus d'intelligence et do
sagesse, noms ne vous d:man-
dons pas d'entraver l'action de
la justise, mais plu> de justice,
plus de libell.
L'ineidest est clo*, dclare 'e
Prsident.
l'ierrc-Louis\\\ un rapport sur
la loi concernant l'ordre des
avocat*.
Nsitvraiu Rapport*
Mresse W oui le y oui et le veau
te la cration d'une cole na-
tionale de garcoas iliarhe.
Le Pri'.sidsul
  • Loi kir la l'rr-se
    Descartes Albert rappelle ai
    Secrtaire B'at de la Justice
    quolo ' >idont avait prislngi-
    gemotit fa. mal de ne paexercer
    N loi aur la l resse. Vo^i* ai /
    remidu. ai -1 au 8o>r'aue
    ot E a la question do dp j
    Vaugies, voua avez dit quota
    n'est pas eu vertu du li loi sut-
    la Presse, snais aa ver'u du Co-
    de l'iiai, que ce* journalistes
    subissent uu emprisonnement
    foie bous considions comme
    illgal. Le n ost pas une prire
    que nous vous taisons. Ils sont
    en prison en veitu d'une loi
    abroge ot il estjnste que leur
    emprisonnement ne se perp-
    tue pas indeliniBient.
    tiurrls aujerieaius saus roui palme
    *MUuin, s'adressant au Sc*.,~'
    taire d Etat des Travaux Publies :
    11 a'agit, Monsieur le Secr-
    taire 'fctat, les Amricains qui
    sont dans votre Dpartement.
    Votie prdcesseur avait dit que,
    grce sas efforts, ils taient
    partis. Il y avait Johnson, un
    vulgaire mauvais ouvrier, ei Ma-
    rmiton, uu incomptent. Ce der- ; ^Vs'ttS bln."mjt tTOt lig,
    nier ae devait sa situation que I j, rpondit en se fckant :
    de Tait na tare! le ment fi iir par a i
    grog, mais pic personne n' ut
    1 laJo de lui offrir.
    ... a vu lundi soir deranl U
    barriio rie la maisoi de M et
    Mme Clment Magloire, svemai
    du Travail, Hoia-Verna, toute
    une toute anxieuse o na re-
    marquait surtout des jeune s gens.
    Quelques-uns d'entre e t\ en*
    valurent mme l'alle. Il* alleu-
    daisnl le rsultat du concours
    aie boaut. Quxnd ils surent -; n
    c'est Mesdemoiselles Marie Pie -
    rietle Roy, Lucienne St.-Au-s'
    et Margot T.bulle qui avaient
    triomph, ils dlirrent de joie.

    ... voit qu'on se dmne a an-
    coup dans le monde de li bi-
    aoena pour la succession de M'.
    Emmanuel Uunpv .'l.s hsr
    ge de Secrtaire d'Etal de I le-
    lericur est m testai ble we
    I-s fenelions de M.Vonni-r de
    l'Ordre des avocalss. On elle
    beaucoup de noms d'avocats
    qui se recommandent par une
    belle carrire, une comptence
    de tout premier ordre, et uuo
    moralit toute preuve. I' faut
    Me. Hiiupy un suecttss ur q ni
    soit on tous poin s digne de lai.
    ...a va un homme peaeaa
    sur son coquetel uu Grand ittol
    de France II rflchissait ou
    ne savaitquoi.il y avait bien une
    heure que le verre ait devant
    lui. I l'avait, plusieurs repriaes,
    port i ses lvres, maia n avait
    pas fini de boire. Et vint us
    camarade. Et qui commanda,
    lui aussi, un cequHel. Au mo-
    ment te payer, lo dernier venu
    paya les doux verres. C'est alore
    ) qu'oa comprit quo si le pre-
    mier n'avait pas bn plai vite
    c'est qu'il n'avait pas eaeore
    trouv le moyen de payer.
    o
    ...a vu nn journaliste qui d-
    tendait atlreusemont sa manire
    de voir et d'crire. A quelqu'un
    qui lui disait qu'on do ses arti-
    par le fait d'tre le neveu de
    l'Ingnisr eu Chel. Les jour-
    naux noue ont appris que ce
    Hamilton a repris service au
    Dpartement des Travaux Pu-
    blics. U paraii mme que lo re-
    tour d'ilamillou a concid avec
    la rvocation de bois Hailieus
    ges.L'aflaire est toujours l'ina-
    ltruction qui su poursuit avec
    aurr Haynaud flicite son col- J diligence. C'est tout ce que je
    lgue Mgie de dfendre Tint-1 peux vous dire. Le juge Lej>coi
    rt indigne. Cependant, il fait la t trs occup ces |ouis der*
    erreur, dit-il. Le tabac import niers. Je l'ai vu ce matin et il
    pour raison d'conomie. Je vous I
    prierais de rassurer l'opinion uii
    Je ne sais pas s'ils sont tien
    ou mal crits, s'ils sont trop
    longs ou trop courte, mais eeque
    le puis a!lir.uer, c'est qu'ils sont
    beurrs d'ides. D'ailleurs des
    gens trs bien, mieux que vous.
    Monsieur, me l'ont dit, et
    is reprises!
    prierai.
    que dsormais votre Dparte- \
    osent ne laissera plus un di
    ( Voir suitt en 3me page
    Assuree-vous contre acotoeit
    p la c oenerai Accidon Kire et
    Lite \susra ic. Corporation Li
    Agtal > iiT*"peur ffstf.


    PAGKtfJ
    LEgMATINS 17 Juio 1*31



    Les ennemis, Propos
    c'est eux...

    On se demande oiVont-ils
    la tte. Si mme ils en ont
    une.
    Les Amer cains, co m m e
    dans le titre d'une des pi< e!
    de Brienx, sont chez noir.
    Et. aucun doute n'est per-
    mis l-des us, il n'est pas
    un Hatien qui ne souh dlereil
    humides
    'MERi.
    Noire jeune eempetriota Andr An
    danl vient dp remporter an magnifi-
    ant aucci au Kanta State Collge of
    [gncultura and Applied Sctence, Sur
    340 cencurents, il rsl class premier
    au CMeoart pour le diplme de b-
    chellar ea-scieoces Bgrie0lea.Ce pelli
    ngre a battu Binti trais tant quaran-
    te t 11 | petits 1)1 uns. Et qoels f... A-
    mi i< i il s. Il tll vrai ipie ce n'tait
    base-hall
    pat a la boxe, ni au nae-ball, ni "
    . roet-b i! rugby. Je n'en suis peur ma
    qu'ils ne S(n aiMent. ..i 'CM part que pi ut lier. Sneet de cerveau,
    vux des cur- u'cr st:ii- J'appiaudia. S'
    saient des mirarhs, il n'y au-
    rait plus aucun marine *ur
    aucun des points de ce Pays
    lit depuis trs longtemps
    Mais o les nationalistes
    extrmistes se p renl des
    gens senss, c'est dam leur
    mthode, et dans leur ma-
    nire d'envitaiier notre situa-
    tion visa vis des Amricains
    Ceux-l ne rvenl que ploies
    et bosses, insultent les Am-
    ricains, avec-mi ils tont bien
    obligs de trait-1. rclament,
    h grand renfort dTnjnres,
    i ni t muttes,
    * tarait plus tide, Carja suis pour
    l'etprit. Sansddaignar outra meir*
    la matire, ie la bits* son reog...
    Comme J'tia Iver au tolr dois an
    groun o l'on cherchai! l'objet la
    meilleur a aaroyei en eaeea au Jeu
    ne Audant. j ai indiqu k RHUM
    SARTHK CACHET D'OU comme I-
    prsenl venu du paya qui lui toui ha
    i j le plus ih (pur.
    T"
    M/MET
    \aK*a ,3olt> *1 Coton
    vos
    EVOTSI
    ,^:--,..-,e^
    a. imp
    ( s
    i etilions qu us De peuverl
    i btenir que si on veut bien le
    leur concder. Et li s autres,
    tous lei autres sont des tra-
    tres
    Ht durant ce temps l, les
    aflaires de 1 Etat stagnent, !les
    finances ie dtriorent, du
    haut de la tribune, pour la
    grande joie des oisifs, m- et
    celle donc des envahisseur!,
    les parlementaire! s'injurient
    et donnant de la tte contre
    le gouvernement issu de MCIn
    libres suffrages. On jette des
    barrea aux roue du char de
    l'Etat, on e c te le peuple
    eontre les trangers, (je
    ne parle pas de la Loi Cauvin
    qui est une excellente chose),
    ce qui n i:s vaut, nous
    qui vivons pour les 3/3 qu
    moins de l! lr Dgei. une r
    putation de lnoph ble, et
    des reprsai les conl e de
    pauvres Hatiens qui n'ont
    rien dmler avec la politi-
    que el ne |ont,en aucune I. n,
    responsables des querelles
    des grands. Mais, naturelle-
    ment, c'esl eux jui en | is
    sent.
    Kl le gcbis, c'est cela
    qui est Icrrible, durerail si
    t le Gouvernement p'tail :
    dcid gouvei er .
    Ea vrit rien ne ressemble)
    Y rreltas, le 11 juin 1931
    Au Directeur du Journal
    t e Matin, ''oit-au t*i nce
    Monsieur 1 Directeur,
    Mous vnus prions dt bien
    vouloir donner publicit de
    l.i pice ci-jointe dans le plus
    piochai" numro de votre
    intressant jouniai.
    Avec os salutations em-
    i'( sses.
    Suivent les signatures.

    Une ptition
    Verret'.es.le 11 juin 1931
    A
    Son l'.x. le Prsident ti'Haiti
    Palais National
    BMJMt BfcUfeVJE
    N
    GOUTTE RHUMAT
    fiEVipCLGI
    fsm

    . COrlELMT-MOSTASSB & C
    Ayants ajenautefU!
    313 Rus franta Forts
    Port au Prince : Kaitl
    Mr le Prsident,
    La population des Vern t
    tes se vint oblige de. recou-
    rir, au non de l'humanit,
    votre bienveillance aux tins
    de vous dire que; du du
    mois de |uio ce jour, dans
    quel tal elle se trouve, va la
    non circulation du Cheniio
    de Fer d'Hai i de Port au
    Prince l'Artibonite.
    Il esl trl probable, '.ion
    sieur le Prsident, que, peur
    des raisons d'Ftat, votre (jou-
    i i :.cnn ni n'ait pas daign
    ordonner la continuation des
    h imins de Fer.
    Cepend mt l'arrt des boni i s
    : talions entre votre Impar-
    tial Gouveroemeol et la Corn
    pagnie des Chemins de Fer,
    le-Teintures GUIMET -ont
    PA' Cl. l.KMOIN'K :
    Sons-Agent-Cap Hatien
    LOUTRE MER GUIMEf al lootes
    les | lus OBver ellemenl rpand'". Ils donnant puis de rende
    ment, sont pJui parlmes et procortni toi linges soit la plus pure
    b'nrhr dp neige. to't un clat vil, Iranc, indleignab'*.
    L'OCTRR-MER artiffrie1 esi ans invention le J. B. GUIMET.
    N'olilise eue l'Indigo GUIMET pour vos lessives , pour
    leinrlrc voa rkaneau'-ea ' iol>s ou raviver vos toiles de soie,
    de laine, de coton, de mandez le* Paquet Persans et 1rs Bordas
    raviver.
    de beaut.
    plus au portrait que les exre ,am;ill.he (ie(eit-i
    miatestaisaient des cooptu 'm.s allair,s a iArtibonUeo
    des coopra
    lionoistea, que les extrmistes
    eux mmes. El cela plus aux
    yeux depuis que la coopra
    (ton a laisse la scne poli-
    tique.
    Mais o se place dans tout
    Cela le Pays V
    Le Pays" et ses intrts pri-
    mordial- x ?
    LK DERNER CRI
    C'est le Salon de Colflun
    LA GARONNE oui vient de
    recevoir le produit le p'"s
    inolansil (|iii donae aux veax la souplesse, le brillant
    et l'ouduiation voulue.
    Le pAi.viaciRK est une pom ;
    niada base d'olives vr t '
    b!es, peut re employ pour
    le repassaaei le lissage et l'on
    dulation des cheveux*
    tave A. Kersaint N. Salomon, tribidion des prix
    C. Maniga Fils, Garonnet lu L*a mambraa du Jury, comme
    Baptiste,Beoito EstigeW Jeu- J|
    ne, Odsou Massiilon.Diogne
    Jeune,Adrien Caar,Cidouane
    D.unil, Roland Anton,Loris
    Joseph, Maria ni Jeanlo**, Claire
    leanlnr, Veuve Alcide, l.uc
    Exantus Aiislhne Angust'm,
    (> Uii Charli s.l) itr.e Molon,
    Olide latigeae, Moesine
    Orlian, Louise St Louis Jo,
    Antony Si F'ien./almi Joseph
    Mai Marcelin, Flieia Joseph,
    . Hicaris Valsin,Nezius B, Bel-
    ' lori. t amereis Kxantus, Jh.
    Dants, Zulmie Marcelin,
    le lleuve est toujours en agi-
    talion.
    S', par impossible, la Com-
    pagnie des Chemins de Fer,
    tans sas propres intrts cher. SflB,7il Vilieu. Marecius
    Marcelin, Doihna trancnises,
    Chirone Nol.Marizs liant bal
    : Marie-Hen-
    Laciefme SL-
    : Margot l'i-
    avnient t
    lierait a mari lier dans la voie
    de In conciliation,mme qu'il
    pourrai! advei r rcrta'ns pe-
    tits obstscles pour la circula
    lieu des Chemins de Fer, la
    situati m do la population se
    rait peut-tre amliore.
    La population se penne
    d'ajouter qu'eu taisant p\
    devons cet te d i ai he.voiie
    Gouvanaemeoi saura com
    plir sa piiiie.ce. dans I in
    lima conviction de prendre
    son cas en considration et
    \o is salue avec ses plus pre-
    londl respects. s in si signe
    Mure Roi ert. G. Marcelin,
    mie, Filoria Filou, Justin l,.
    Eugne, Martial Nol, Ville
    Nol, Chriciane Franois,!len
    cle l'ranf us, Marna Xivier.
    Mira M Xavier, Edvard Xn
    vier, Riside Joseph, Ti-Mar
    Joseph, Gabriel Jeu e, Bstic'a
    Sterling. S'arcb Rservai Da-
    me Sterliu.Silveron .Itur.e.elo,
    etc.
    L'application ne ote que I Mme Jrme Msidor.M.atMn"
    quatre cinq gordcf. Loti ta Chai les Mme (iigoin
    Mesdamoisi Iles, Mes^inmes i i
    cl Messieurs,la;ls vous aimer, do-,
    iunie, Mme Jiome Mil
    Dostheut s Met idor, Gus
    Concours
    de Beaut
    Luadiapr nidi, dans les sa-
    Uns I- M et Mme Claneal
    Vtagloir, < sent runis lea
    memh es du Jury pour la dis-
    . ^tffanaaMtaiw,
    ''.^.'JBWal
    PRBAK
    a dmontr
    a qualit sur des
    millions de figures /
    N RNTF PAL I' UT
    a MOU M't <:/r>/v
    Distributeurs : Mohc &
    i'. o 3QX t M i Port au-Piinc-, Hati.
    b
    aurin
    Martin, Jrmi, Or Salomon.
    Kdmond Mongons et Clment
    M R'oirr,
    Aprs t$ dlibrations nui
    darrtnl aaaez 'ong'enps.le Je.
    ry s'est aritaux rsultalssui*
    vants :
    Nuance claire
    rietle Rey.
    Nuance brune :
    And<\
    Nuance noire
    balle.
    L s candidates
    convoques et beaucoup d>nlr
    'allas avaient gracieusement r-
    ponda a l'appel du Comit
    ;*l.es rsultais aeron' ofliciell*-
    uieai pioclams l'Iltel I am-
    manal au cours de cette te
    mains et il na serait pas im-
    possible mie. dimaneti aa s-
    midi, a le matin, h In rie la
    |raud messe, les trois reine.s
    fissent un 'ouren vil'e, dans la
    m-ae vsitare.
    Aprs eeda elles aer un" reues
    par S- Bxeelleaea U. le Pr-
    sident dt la Rpublique, et la
    Couiaaissiou Communale de
    Porl-au-Prinaa.
    Noua prsentoaa aos trtsia-
    crat complimenta aux trois ri-
    ts de baauti port-aa-princian-
    nes ajui.grce M. Lue Dorais-
    ville i au Monda Caloaial II-
    lus'r, vont anvoyer par la
    mande eniar des noavellta de
    la bttut haitienne.
    Noua p: alitons de cette acca-
    sion pour relever une errear
    qui raeaace de faire tau qai du-
    ra, 'a concours n'a pas t or-
    ganis par le Monde Colonial
    Illustr C'ast un concoara
    ttrietaveaal haftian.Mela eajaneie
    M Da'SMiville qui a eu l'hea-
    reeae ide de I organiser est le
    r^pisentant pour lea Antilles
    du a Monde Colonial lllastr,
    .1 a pu obtenir de la Hevae
    cpaelle publie les photographie
    des trois Relues.
    A ACHETER
    Trait des beitnees Oceultes
    Papus
    S'adresser au bureau du
    journal.
    Or. Ben^uv u, * satta,.
    Une ple dentifrice
    n'est pas un uratii est
    chose prouve par une
    des plus hautes autorits
    dentaires.
    Lea promesses de
    urir des dsordre*,
    des dents et des gen-
    cives peuvent causer
    i
    bien du mal.
    Plusicii'S s-vants
    bien connus on
    tait rcemment des
    expriences avec
    plusieurs des dentitrices les
    plus en vue. Dans leurs labo
    raloires ils ont dt couvert des
    piopiits qui '.aicnt mme
    susceptibles de gurir le
    moindie des malaises den-
    tairts.
    Il s'ensuit donc quelesgeas
    ne se font que des illusions
    quand ils tchent de se trai-
    teroudese gu ir en emplo-
    yant un certain dentitrice au
    iieu d'alhr voir 1er dentiste,
    M ds il y a une ionction trs
    importante qu'un dentifrice
    p. t et doit i emplir convi-
    nablement.Ctttetonctioac'rt
    le nettoyage mcanique d,s
    deuts.
    Jamais le Colgati
    n'a prtendu taire
    dus. Mais, il pr-
    tend^ faire cette
    chose d'une iaou exemplaire,
    du fait de son point saillant
    unique ( la base Teasios
    superHcielle".)
    S'il vous tait possible d'ob-
    server l'action du Colgate
    sous le ni roscope, tout com-
    me ces savants l'ont lait.voui
    verriez comment il pntre.
    Comment il s'infiltre au tond
    des crevaases les plus mines-
    cults.Et c'est l que la mousse
    ptillante et active dloge lei
    impurets nlastes et les noie,
    les enlevant dans un flot d-
    tergent. Suivant les conseils
    de leurs dentistes, plus de
    gens emploient le Colgate au-
    lourd hui que tout autre deo-
    tilrice.
    04
    Cin-laldy
    CE SOIR
    Un grand llm d'amour et d'action :
    La Sirne de Sville
    Toute la vie enchanteresse de Ykn Jalousie. Courses de tau-
    reaux. Batsill -a amoureuses.
    Entre : I <>0 ; Balcon : 2 00.
    DEMAIN SOIR
    Avant de re'ourner le fi'm et pour rpondre de nombreuse
    demandes :
    JUDEX j
    3e et le chapitres. \
    Entre : ,56; Baleon : 1,01.
    CE SOIR
    Pour la dernire lois :
    Les Gomcz & Piripipi
    & Amanda
    qui s'embarqueront le U aur le Medea ponr Venezuela)
    Entre : O.at.
    DEMAIN SOIR
    LES 3 MOUSQUETAIRES
    Sme chapitre
    LE TIGRE SACR
    8me pisode.
    Entre : 0,50,
    ^*i
    Le llliuiii Barbauroiiri
    Dent la raaamaaee est umveraeJle a gard sa premire gplace'
    Demandez partout :
    UN BARBANCOURT
    Dpt :Rue des Csars.


    LE MATIN
    17 Juin 1931
    MmmB+aahm
    Wi
    ,*.*
    m&**>
    >J


    y
    *ttlf g f SPECIMA.Y fO*
    t
    ^^
    ^KlFirRirf
    n. tJC ;A
    ; ttiuaEVArasi
    HOMELAND
    Poupes

    Coi naval Go'd CcrlificnlcHomelahd
    Les meilleures larines et les plus convenables en rapport
    iiu rendement et prix.
    J. KARAYANY
    Port-au-Prince,
    Anqle rand'Rue & Hu- Frou

    > ">".*<
    1
    wiaawrmii'iiiiiii'yuji

    M%
    ^^
    *&>*. y/v.
    Toutes les Polices
    DE LA
    ?ife
    8
    |comprennent la Protection contre la g
    Foudre sans auamentation de IauxJJ
    Eitjj.LeBosstiCo j
    Agents Gnraux
    Avis
    Le)S tudiants de 1reane
    [ des BeolesNatioaali s de Dr ut
    I tt tous ceux qui t'intressent
    ' l'tude de celle scienee.sont
    ! aviss qu'ils tiouveieit iau'
    (liez moi ( Avenue Laflrur
    Duehtsne ) |Ue chez Lo ice
    ' Quito tt Lie, I ue du y i i,
    la Pot t-uti I mu , nies Cjuis
    j de I)eu IV nul t x|)lii| : .
    Or 1 50et rit Procdure Gr mi
    uellc ( 1er tascicule) ur I.
    Le 2me la'cicule de ceile
    dernire matire parai ira iu-
    cessammi 1)1.
    Pour ()'(' desaan 'e par
    correspondance,priera d' j u-
    ler une gourde pour le I aie
    d'exjj lilK n.
    Me fteopgei OCaLLAGIIAN
    Protecteur de iJroit Poal
    1 Icole Nationale de Droit
    de l'i il au l'iincc.
    i
    ! .& .'- V *


    _*_ ... '.: -. >-*v
    r
    L'^4
    JFoie Intestin
    ENFONCEZ-VOUS BIEN CECI DANS LA TTE
    Pour digrer facilement n'Importa quel
    aliment, pour viter la lourdeur. 1 op-
    i>reiion apr* les repai, ueutraiiaer l'ael-
    ilit itomacal, supprimer le* migraine*
    llnmluamaiitt ''""* *ux mauYaie* ni n.uon. " .T ? l.'octer l'inteatin. Il rafflt de nreudre '*
    Gactrlt. i
    EntrlU
    Aigreur
    brl'ireh
    Indigestions pouorls oc cock
    Laboratoire de* FOUDRES Oi OOOK. jeUMONT (**M*j
    j, V l ; v ; k ;m vs loi i t:s HIURMA
    wsmuk
    Insurance G
    Une des plusiortes COMPAGNIES
    CANADIENNES d'ASSURANCE
    sur la VIE
    BUG. Le BOSSE & Co;
    Aaents Gnraux,

    AVIS AU COMMERCE
    L" l'.msm Hiilronl Steimthip [/n a l'a va olnge d' i
    uo'ic r le dparts suivant! rie New Y ki-onr pari u rrme:
    Hati. directement, dorent le moi. de .[ ,.n 1 Dparti de New \or. Amoafei Po I mu Tr et
    " < '.K'o'n'.h 11 j i:, IU01 v %\n\n 1931
    ' Li tB.ve n a> Sjnillel le J il et 1931
    J S if. VA\ REED
    Age it Gnral.
    Colombian
    Steamship
    Company ine.
    Le sti-amt r Bartcoaa \ arti
    deNiw^ork le i' iuia to'l-
    lant diictteu eut pour l'orl
    au-iiiii vendredi li). Il repartira le
    tueme jour pour Aux Cuvei
    ti J a uiei, en mute pour les
    pi ils del Colombie et Cris-
    l >tUi, ^uual Zuue>
    Le manuel e de ce [navire,
    n i |>ji hvk>u mai oi m. lin
    K), lit l.i dispi lido da
    (.ergetiis, aul buieauz del
    Lie., i ue 1 laveieici t.
    pjrt au Piince.u] 1(J juin 1931
    Colombian Sleamilhp Co lue
    ohti .Ha & Lu Agtui!
    j La Chambre
    des Dputes
    SUITE de la 1re PAGE
    an bon sens, on PinpIoyHiit -'*
    soi dit rotripr'fenl*. 3p revu ^"oir si
    Hatoillon e< r > pnn, i J hu-
    bob va revenir tl si lei mme
    abni tlniveiit . iilmii. i.
    /.e Mecrtaire tfElat Doyon,~.
    Messitin>. je n"ai pas encore
    exaiBin* les dossiers ruxqueis
    vens laites alluMon. Jt ne peux
    donc vousjapporler des prci-
    sions. Il n'esl pus a m.i conaais-
    sance que d< s ILilins aient !
    rvoqus mon Dpartement
    pour raison d'conauue. A pro-
    pos de Jobnaen et Hamilton,
    j'ai lu connu vous que te sont
    des experts sans camptance.
    Mon prdecetaeur vous avait dit
    que 7 experts sont partis et que
    sent ea cong. Je crois lavoir
    eji.r panai les 3 se trouvent
    Johason ei ilumilton.Nousvou-
    lons proflU i de cette circons-
    tance peur li iir donner un con-
    g dfinitif. Il a t dcide finis
    ae doivent plus tre employs
    dans les chanliers de la Direc-
    tion des Travaux Pub ics. .le
    donne l'assurance l'Assemble
    que la Direction Gnrale des
    Travaux Publics, sous ma di-
    rection restera toujours terme
    dans ses dcision.
    C.aui'in remercie le Sacr aire
    d'Etal le ses d< laratiooi et du
    que c'est la piciniie lois qu'an
    Secrtaire d'Etal vient parler
    comme il l'a lait h I A.-semhle.
    Il a dit carrment au nom du
    gouvernement la ligne de con-
    duite que le gouvernement
    compte suivre. Il l'en fetic.'e.
    Avant lui, les Scrtait es d 11 al
    ae parlaient que de I Amricain,
    du point de vue amricain.Ce-t
    un rconfort pour rAssenble
    d'entendre de telles paroles qui
    sont l'avantaga du pays el i
    l'honneur du Secrtaire afBlai
    La sance est leve. BOra l
    proclamation de l'ordre du r
    de la prochaine sance.
    La peau in-
    due use ueces
    si le ce savon.

    Il agit doucement sur l
    pores, mieux r/ue nettoyer. Cal un&
    combinaon de fanon pour
    la peau. Il diset ut toute Irace
    de salet et aide la peau tre
    tendre et doue.
    Savon de la pian.
    produit une mousse paisse
    excellente.
    il adoucit et en ive les ru-
    gosits et tonifie le cuir che
    velu. Il aide donc maintenir
    rtul dr ii saule.
    En oente't chez Ions les dro
    i/uisles.l'our Q,3 ils seulement
    il est expdi dt's rception du
    pi es
    / i./niu, Mulicii.e Csapaai,
    lialailt, (iroijiia L s. A.
    iyenl dmundt /'"'" loui
    paya
    ketiuei pour renie gnementi.
    FOIE, REINS, VESSIE
    NRINBI
    AIINDI1I
    iMouaiea
    an*
    urlaen par la
    KITINE
    **tlMetlu* aalMaal *i etlia* t* e*al*ur
    otani;* la* aria** *t m.iwi I aaM* vrlaiM
    TOUTES f.IAHMACTB
    Ukor.loir. VIDAI. 4,ra. a. CraaiSi, PABIS
    Roval MaiTSteamPackel C
    La steamer cCetebrae veuat de Loudree, Kingston et les
    ports du nord est attendu Ici le 18 juin, parlant le mme
    jour vis les ports da Sad p.ai le Hera Anvers. Londra*.
    I. J. Blt.IO,
    Agami Gnral
    Tlphone, No 2 1
    rroupSpasmodiiijt
    I aJNjk Rapidement
    ^1P Arrte
    bfa Vicki. frictionn
    'n-. fondu dans l'eau
    ^*_=STJ chaude et i:-'
    soulage river en*
    VICK :
    %urTout Refroi-4 t



    y
    LE. MATIN-17 Juin 1931
    Pagi-
    L'Exprience a appris des MILLIONS d'Acheteurs de PNEUS & TUBES
    que le nom
    Tfretfotte
    signifie SUPRMATIE DE QUALITE. Ils savent que cette qualit intanqible
    donne le PLUS DE KILOMTRES pour votre Automobile ou Camion.
    irestotte
    manufacture ses Pneus par son systme GUM DIPPING par lequel le moyen
    employ est tremp dans un BAIN DE GOMME PURE. Ceci vite la friction et
    fait durer vos PNEUS EIRESTONE plus lonutemps.
    Firestonc Ballbon Heavy duty et tubes rouqes pour les climats chauds!
    Firestone suprme pour les propritaires aiss dsirant un pneuqaranti!
    Firestone Batterie -1113 & 15 plaques pour toutes les autos!
    Firestone Bandes pour freins qualit excellente!
    Firestone Pneus & Tubes pour Motocyclette!
    En vente dans Ion le la Rpublique, chez
    JEAN LUOAN* C. Cap Hatien.
    J. M. GUTER, Pon-.ic- ij,
    A1EL LACROIX c.nm.fs,
    CLMENT i INArU), SaintOteftCi
    EDMOND LAUTURE Jtttl.
    PENE MAX AUGUSTE, Port au-Prince.
    I!. H KEINNEY, Port-au-Prince.
    M. J. KOURl, Port-au-Prince,
    T. GOUSSE, Mirifiea,
    5AVIM! N MARTIN, Pelit-Uoave.
    Toutes les dimensions de PNEUS & TUBES toujours ci slock chez:
    L.JPREtTZMANN-AGGERHOLM & Co.,
    f0j/kVf\ >"*** v lui i. i . ^
    Agents Gnraux,
    Rue du Quai.
    -


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs