Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03641
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 16, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03641

Full Text
Clment Maqloire
DECT*UR %J
lMj *U* MMUCAIMs Wm
TBL1PH0NI N"224r
\*u l'aveu* pan de rl.is aarte leur cro\succion leur parti,
nmpertfjlenr rsndilion, assorte
leur ne ou leur nalisnalittVeri-
gine. las If ril)fs oui Dit
clause, gale,: e>u s'ausrrr le*
ftsiliois sritcfs ou publique iob-
iftBl Boum m cl^pi alite.
Prsident Mac KINLBY

ttane ANNIE N- 7*f>
PORT-AU-PRINCE ( HAITI)
MARDI 16 JUIN 1931
Le Droit l'Existence...

Dans en discours qu'il pre- ^
iait le mois dernier, Mon-
ar Pierre Laval, prsident
conseil des ministres de
ince, disait ceci :
On ne saurait davantage
is taire griet ce certaines
fautions difies pour la
itrle de la main d'oeuvre
ingre. Tout en mainte-
,t la France la rputation
ie nation accueillante,
n'avons pas voulu que
travailleurs trangers,
Hs les circonstances a>
jeiles, pussent venir et s'ins-
Jler dans notre pays pour y t
raver le chuiug'?.a \
Ainsi parlait le chef du
uvei neinent franais. Ainsi *
uiraient dire d'autres chets
gouvernement de beau-
mp d'autres pays. Car
i peu partout, ces temps-ci,
i cause de conditions par-
ulirement anormales, ou
i pris certaines nrcaulionsi
oacbant la main-d'uvre k
mgre. La crise conomi-
j universelle a impos cela.
Nous n'avons pas sur ce
rain l aussi, suivi lcxm-
particulaiiste doune | ar
autres, fous sommes si
tDts nous mouvoir dans le j
iqs de nos iutits vitaux.
Et quel intrt plus vital que
celai-la: protger le droit
l'existence de l'hatien chez
li i Dana notre conomie in-
organise, cela est indispen-
sable.
C'est quoi rpond la pro-
position de loi Victor Cauvin
rglementant le sjour des
trangers en Hati. L'une des
pi emires lois votes par ta
Chambre, elle a t transmise
au Snat depuis plusieurs se-
maines. L'utilit de son objet
tant reconnue, nous ne pen-
sons pas qu'elle reste trop
longtemps la commission
du Travail de la Haute Assem-
ble On espre qu'elle pourra
tre discute et vote en
sance publique ces jours ci.
Mais propos, if paraiv
qu'on s'est mu l'tranger
du tait qu'une loi visant
tablir le contrle des tran-
gers sjournant en Hati a t
soumise notre Parlement.
Mme eu certain pays voisin
o l'on n'est pas ordinaire-
ment trs tendre pour nos
compatriotes qui y rsident,
od semble marquer de l'ton-
neuient- Nous aurions le droit
d'une pareille altitude. Sans
que pour cela nous ne puis-
sions ri ne voulions marquer
le pa^
Hommaqe
l'Abb GRGOIRE
o
t
Je regrette ds ne pouvoir
tenir, en personne, apporter
l'Abb Grgoire le juste trib H
d'admiration et de reconnais-
noce que lui doit tout nom .n
de mon Pays.
Mais quel plus grand hom-
mage pourrais je lui rendre
que de rappeler celui que lui
avtiit dcern l'un de nos
us grands Chefs d'Etat, l
oi Christophe, oui a'intitu-
Jait avec fiert le Premier Mo-
narque Couronn du Nouveau
Monde, Christophe le dvou
compagnon de d'Estaing pen-
dant la guerre de l'Indpen-
dance Amricaineil lut gri-
vement bless Savannan
l'ami et le correspondant du
lameux pasleur antiesclava-
giste Wilbertore, le bienfai-
teur de Chateaubriand durant
ion exil Londres.
Dans un ouvrage intitul
Le Cri de la Nature i le fu-
tur souverain, alors Prsident
de l'Etat d'Hati, assurait l'Ab-
be Grgoire de l'intrt avec
lequel II avait lu son livre sur
< La Littrature des Ngres .
Il remerciait ls vertueux pr-
lat d'avoir consacr sa plume
i la recherche de la Vrit,
la dfense de l'Humanit et
dans son ouvrage crit avec
l'loquence et la simplicit de
la vrit, d'avoir veig les
droits de toute une partie ds
l'Humanit en publiant l'in-
justice dont elle tait accable
et en donnant les preuves de
1 valeur intellectuelle et mo-
rale des malheureux dont il
dlendait si chaleureusement
la cause.
Je tenais i rappeler cette
marque d'admiration et d'es-
timt_la plus haute que l'Ab-
b Grgoire ait jamais reue
l'un homme de mon Pays
qui fait autant honneur au
oourageux aptre qoi|eUn
il a i i adresse, qu'au Chef
d Etat reconnaissant qui l'a
rendue.
Le ne m de l'bk Grgoire
est. sacr pour ceux que pos-
sde le gnreux dmon de la
Fraternit,oui acceptent l'im-
wrtelle devise de la Rvolu:
lion Franaise* < Libert,Ega
lit, Frnternit et qui en-
tendent taire une ralit de ce
haut enseignement humain
de Concorde et de Paix.
loute sa vie le Prsident
de la convention, le Prsi
dent de la Socit des Amis
des Noirs a lutt pour librer
tous les opprims, et surtout
pour aflranchir les esclaves
de tton fiante servitude qui
pesait sur eux comme l'om-
bre d'un nuage immobile et
ternel qu'aucun vint jamais
ne balaie, selon la forte ex
pression de Jean Jaurs.
NEMOURS,
Ancien Ministre d'Hati
en l'rante,
A ncien \ ice-P rsident de
l'Assemble de la
Socit des \alions.
Anton I.Saba
Anton I. SAB avise*1 le
Commerce et ses clients'; g-
nralement quelconque "'que
sa maison de commerce sise
autrefois la .Halle Boutin,
rus Traversiez, a t trans-
fre depuis le 1er juinTcou-
rant la rue du Magasin de
PEtat, au No 1733,a ct de
la Maison Antoine Talamas.
I Les clients y trosveront.com-
, ms toujours, un bon accueil
st dos prix ls porte de
i toutes les bourses,
i Ce sera une ooeasion trs
: avantageuse pour les ache-
l tours de visiter la Maison
Anton 1. Saba avant, de taire
| leurs emplettes ailleurs, oar
ils y trouveront un profit
qu'on ne peut leur oflrir nulle
part.
Visitas donc ANTON L'SABi
.avant de faire vos emplettes
st vos serez satisfaite
L'Idal Mimn
AUX ROY
29 annes de succs.
COUR D'ASSISES
o -
L'affaire de la Ranque
Royale du Canada
o------
( SUITE ET I IN )
( Voir l*s Numros dts L et /."> juin )
Le Magistrat : Quelles sont vos l expert. Il expose sa situation
relations avtc avbert Joseph ? dans ta socit,! tat de sa vkille
Hendricks : Rosi mon novtu. mre infirme que des revers de
J'ai eu le garan'irau garage fortune ont rduit la misre,
Kneer. sa femme et ses S infants pri-
^t ekagis'rat: A qu*ls appointe es de tout : rfei applaudisse-
ments avez vous dbut a la ments rpts couvrent parfois
\
Propos
humides
0
J'ai rencontr l'autrt oir un pati i -
ote- pas un ualionaliste ; il y a une
diffrent*qui dlirait d* Jolt.VOU*
nu devinerlex pas ce qui OXttOlt tant
sa bonne humeur. Aussi, j* vous di-
rni tout de suit* : l'information p-
ril* dans I.h Matin : La Cam*r*uu
demand* le protectorat haltitn.Ce pa-
triote n* se contenait plus d* con-
tentement, il* satislaction, d'orgueil.
Comme il n'est pas dpourvu d ima-
gination, il avait ineontinent bti OD
plan. La plan pour l'*x*rci*e Ou
mandat hatien ou Caaiertnn. Car il
nous voit dj PuilStDOt Mandatai!*.
Et tn Afriqu*. C'est lis ollchaut,
en vril. .t* sois presqu* ralli a la
chost. .le le suis inin* puisque. 0-
prt avoir ttitenOu l'expos du pro-
gramma dt mon ami, j'y ai lait une
addition important* : l'envoi am <-a-
moroonitna d'un* forte "rvision (le
HIUM SA Hllir. CACllKT D'OU. Car
rien ne fait Oe meilleure propagande
e* notre laveur l'extrieur que telle
tupra-line.
Banque?
A 33 dollars.
Combien gagniez vous 'ors-
de l'affaire qui vous a amen
ici?
101 dollars.
Combien aviez vous en cais-
se ?
80.000 MO.OoO dollars.
L'accus iJjoie a la paroi.
Djoie : Je suis tnlr a la
Banque la 4 Janvier 1020. J'ai
occup la 4me cofsat;plaa lord
la 2me. J'ai trouv des dpts
oprs jusqu' 2 millions 800
000 gourdes qui n'laien! pas
compte*.Os valeurs taient d-
poses la charge dos caissier.
J'ai eu une diffrence de 900
J'ai trouv
son discours, il conclut wnsi
Vous apprcier* 7, Magistrat, ce
travail sa juste valeur qui est
zro, car nous avons subi 18
mois d'emprisonnement l'at-
tendre. La Banque a cherch
tous les moyens possibles pour
se couvrir et nous perdre.Nous
avons subi plus de 2 ans de pri-
son avant d'arriver aujotird liui
gravir la sdlet e crimiella.
En voire ms el conscience
d'homme de bieo,qa'aucuoa pas*
sion ne peut girer.vous direz,
Magistrat,que no.is n avoni i o n-
mis ni crime ni dlie
Le Magistrat i Sada : Plusieurs
tmoins sont venus dposer ici
quo veus jouissez de l'estime
de tout le monde. Il pse sur
dollars ma cai.se. VOU8 ractusalioil ,rS grave quo
quelque temps.plu'^quelle avez fait usage d'un ch-
provenait d un compte de cou provision et que vous
version et le comptable rran- ^es complice de dtournement
gea les critures Une deux ne P Ju Ca_
loi*,i ai demand ua emprunt a "
aas 5 ,j wmvs
insuffisant. Ma eaisse recevait F'""**'-
l'argent de linq autres causes. Le Magistrat Lyssalennc :
L expdition de grosses valeurs L'instruction a rvl conlre
aux uccuraalea de proviuces vous des chargea dans cetie at-
ous la respoosabili' des cais- taire.Qu'avez vous rpondre?
sira, tait encore une caisse de Kyssalennc : Dspuis 1WI7. je
dlicit. La succuraale nt. connu -
lait pas immdiatement l'argent;;
et 3 o 4 mois plus lard, je re-
cevais des ii la mations poui des
manquants dans les paquets. Je.
nia l'ami d'Houdrick*. J'ai tra-
vaille 10 annes avtc boaorSbi-
lil la maison itobelin.J'avais
des usines la Kivire r'roide.
Vers 1931-1927, j'avais eu un
tua suis piain' de cet tat de contrat avec la Haytian Merjan
choses la direction. Il y a eu nie Company qui me perme'.tail
dea correspondances chai g es; de tirer tOOtee les valeurs qi il
et c'est ainsi que j'ai eu tairai me fallait pour mes aflaires.D.ms
part au directeur do la Banque J l'intervalle, Hendricks me dit
que chaque lois tju'on faisait des'qu'il avait besoin de mon cou-
dpts.ii y avait des manquants Icours.Je lui consentis des pit.s.
dans les paquets que ie n'avais j Une lois, il me demanda OOOU
pas eu le temps de compter. | dollars. Quand je n'avais pas de
Le Magistrat: Que pensez-[cash, il me d mandait un che-
vous du rapport de l'expert ? [que. Voici un billet qu'il m'ori-
Djoie : Je regrette quo l'expert I vit cette occasion. J'ai t ar-
n'ait pas pu se prsenter ici en ce rt et dpos en prison sur le
moment.Javoudrais savoir s'il a- rapport de l'expert qui men-
vait rellement fait son devoir.s'il Uonne que ;jo suis complice
la _i_!Ui '- - J_ I. !)_ A .i** HIrMirPOmonl ,1> l/tmli ail
On demande \
A ACHETER
Trait des Sciences Ocoultoa
PAros
S'adresser au bureau du
journal.
!
avait vrifi les livres de la Ban
qut.tn remontante l'anne 1924.
Ses oprations se aont arrtea
au 7 octobre 1927. U s'est con-
tent de taire voir le chiftre
avanc par la Banquo.Nous n'a-
vons pas eu les moyens_dt con-
trler les chiffres prsents dans
te rapport. Jusqu' prsent, je
n'ai t en prsence d'aucune
[noce argue do taux, comme la
oivout qu'on me la prsente.Il a
conclu seulement que nous avons
tait un dtournement. Ce rap-
port oot un tissu de racontars,
de auppoaitions. do contradic-
tions,d'histoires sanstondtraonl.
Il dit que, le 7 oe'obre 1927, j'ai
eu un dficit do 22,000 dollars.
Sur quoi londe t-il une telle all-
gation? Ella ne repose aur rien*
L'expert, dans son rapport, dit
un tas de choses on 1 air qui ae
contredisant les uues les autres.
L'accus Djoie parle longue-
ment ; la place jnous manque
pour publier toutes ses dclara-
tions. Il cite des exemples,il ta-
blit, par des citations de faits,
tes contradiclions.les confusions
qui existent dans le rapport de
d'un dtournement de londa au
prjudice de la Banque. Tandis
que l'taisj en prison, ou a tait
choux et raves chez moi, on a
boulevers mes usines,saui mes
livres pour prouver une com-
plicit dans ce prtendu dtour-
nemen'.que j'ignore entirement
s'il a jamais pu exister.
^jLc Commissaire du Gouverne-
ment : Le rle du.Ministrt Pu-
blic est parfoia bien ingrat.d'au-
tant plus ingrat pour ceux qui
en ont une concept.ou particu-
lire et qui croient que le rle
d'accusateur tond personnelle-
ment poursuivre quand mmo
et de toute faon l'accus. J'ai
toutetois compris que le Minis-
tre Public a pour premier soin
do rechercher la vrit qu'il doit
mettre au service de la vindicte
publique, ses cllortt et son ta-
lent.Dans cette atlaire, je le di-
sais ce matin lora de mon ex-
pos mme si je n'avais pa
d'autreo raisons,des raisons sub-
squentes, qu'avant de venu
cette audience poO' ct> i
mis tu ursetast -- r.~.w. ww
|a procdure, il s'tait dress
dans m.i conscience un tormt-
dable point d'inienogdion. Je
vous disais que je ne verrats au-
cun rsultat si l'instruction di-
te n'avait eu des indices qu> ne
s'taient oas dvelopps Tins-
truc'ion orale. Le 13 mai 1929,
quand la direction de la Ban-
que du Canada s'est trouve en
prsence d'un dficit constat et
avou par un des caissiers res-
ponsables, elle avait un devoir
tout indiqu C'aU ou de pro-
cder une enqute pour arri-
ver dmler ce qui avait pu
arriver pour se mettre cou-
vert vis-avis de la m son m-
re, ou rtcouHr au caractre p-
nal qu'un pareil dficit pourrait
crera ^occasion, La Direction
dposa une plainte qui mit l'ac-
tion publique en mouvement.
C'tait pour ouvrir les yeux et
lixer les responsabilits. L'ins-
truction ouveite a t mene
d'abord, elle a permis de lalre
certaines constatations,certaines
suppositions, inductions at d-
ductions. Cela pour constituer
des indices, non pas des char-
ges suffisantes pour renvoyer
les accuss par devant un tribu-
nal de rpression. Le juge a
puis son pouvoir en renvo-
yant les accuss par devant 'a
juridiction rpressive pour que
l'instruction orala suive l'uis-
truciion crite Je me confine
dans mon rle de Ministre Pu-
blic, d'avocat de la socit.
Je termina en rappelant ce que
je disais hier. ( Il lit une partie
de son rquisitoire dfinitif con-
cluant au renvoi des accuses
hors de cause )
L'ordonnance est sortie coi -
tre nies conclusions ai je I ai
excute, niais cette audience,
je ref rends ma libert Somme
touU.je ne me rappelle plus quoi
grand magi-tiat a dit que la *ie
civile et lu via commerciale sui-
'out sont toutes pleiuea da laita
inguliers Isson', comme s'ils
taient lgulieis, tant qu'ih ne
hem lent pas la loi.Souvent leur
irrgularit tsl de celles que la
loi ne frappe pas. Il taul rser-
ver nos svrits pour des cas
et en prsence de coupables qui
mntent"d'tre chtis.
Me Hudicourl : Aprs la d-
fenso des accuss eux-mmes,
aprs le rquisitoire du Minis-
tre Public,je ne demande qu'u
ne seule chose au juge : c'est de
rapporter une dcision que le
Ministre Public rclame et en
rapport avec ta propre cons-
cience.
kir Dclatour se joint son
confrre pour demander le ren-
voi des accuss.
Le tribunal, dit le Magistrat,
rendra son jugement dans U
dlai de la loi. Mt Mudicourt le
prie de le rendre sance tenan-
te. L'audieDte,suspendue,est re-
prise une heure api es; et le |uge
Lescot prononce son jugement
mettant hors de toui et de pro-
cs les accusi, au milieu de
vils applaudis3ementa de la fou-
le nombreuse qui se pressait au
sein du tribunal.
...voit que la question dea am
tours hatiens est l'ordre du
jour. U na se passe paa un ma-
lin ou nne apra-midi qu'elle ne
lasse l'objet d'un article. Si de
cela pouvait sortir usa organi-
sation dont bnficieraient iei
crivains haOipns, on 00 re-
gretloraft pas toute l'entre d-
pense pour cela.

|l\>uUgTr...nt l*im*
    tPHYSSMC I
    or>r*ESSi0M>
    M 1-1
    -H
    ... d vu, dimanche vers otze
    heures du matin, un chu.hVur
    compltement fou. sur la toute
    de Ptien-Ville, Il tait au vo-
    lant, sans veston, en chemise
    blene, les yeux hagards, la lace
    contracte et il montait tt des-
    cendait la voie, et les voitures
    pour ne pas tre prises de Iront
    ou en shsrpS se voyaient obli-
    ges eV se Jeter dans le tn*ua
    de et.Sa VOiare se dirigeait
    quelque fois sur les maisons,
    des poteaux forent arrachs par
    sa dlense. el si certaines g^ns
    ne s'taient pas cartes! re ra-
    pidr. elles auraient t lere-
    bouillea. On fut oblig de lui
    lanterdes pierres, BMW connue
    il allait lis vile ta le ri ad
    chaque lois. Un g"ndnrme se
    dvoue. I sauta dans U voiture
    en Bjsrehe au moment o lia
    tournait, s* saisfl SU chiiilt enrag. Le chauftaur et la *
    lura en folie lurent conduiUat
    poste Dtail milieux : une vi- i e
    tomme, pasaagrs de Ij L'H'ie
    en question resta data la i-
    ture pendant les trente ou |oa
    . ranle minutes que dura Itvola-
    1 tioo...
    o
    ... a vu, samedi soir, Bits-
    clan, un Cturliof eounu cepen-
    dant poar ses imeurs austres
    et son srieux dans les ait m es,
    presqaa en brindftitgttS, Il te-
    nait tn main fine boite de cho-
    colat S l'il huit par Oflrir a une
    prostitnee deuiinicaine. Tout le
    monde tu mangea elle cour.ier
    lui-mme.
    *
    ... a vu, avec un rel plaisir*
    du moins a revu, h eflaiPena ,
    | Manen Leacaot. Le ro as n re-
    vit intensment et Muimn el le
    Chevalier des tineux li eul vi-
    brer tonte l'assista net on vivanl
    lenr dsolante histoire \i< pour
    rendre It spec'acle plu tkuta
    une Inmirs merveilleuse bflls
    comme le jour, et une musique
    de tout premier oi'die. Auoi
    te>ul le monde sortit-il sa istjtf
    de cette soire.
    ... a vu, diuiauhe ;ujtin, a 'a
    messt aa Slcr-Cosur, un iio u-
    ino vtu de noir et qui av.iit
    l'air tout lier, non pas *le sot
    tostutae qui tait, la vri-
    t, -bien l'ail mais de s* ch
    aise moile dont le lar^t co a la
    Dante i s'ployot sur le revrs
    el le col de son vest j;i.
    ... a va un chaofteur qui van-
    tait la tacilit avec laqoelleoi
    arrive se laire strvir aa gaze-
    lioe, la rae Pave, chez Mon-
    sieur Peux G. Dsslosst. lit il
    ajoutait :
    Et do la tosne gazolina,
    s'il voua platt, tt qui ne attpai
    an moment dtt chappe mats.
    ... conatate avec plaisir, qao
    depuis quelques jours, les cla-
    ques ne fonctionnent pas i la
    Chambre. C'est tant mieux.
    Qu'ailes soient gouvernemen-
    tales, quelles soient opposantes,
    lea laques sont idiotet, et, S la
    vrit, elles no prouvent rien
    aux veux des honntes gens et
    seule l'opinion des honntes
    gei.s compte.
    ...voit que. sur la route de
    PVirt-Ville, si remarquable aa-
    ore encore, par sa bel." tenue,
    il y a dea erov*ea et des af-
    em ts (\* ;n t d
    t.
    ..v,^ v pttoft^..' H k. a 1MU-
    l geis.


    PAGE 2
    LKMATIN 16 Juin 1931
    V

    kfatoai

    1 Ji____M
    Echos
    Depuis h er malin, une qui-
    pe d'employs de la CoiBMAoifl
    d'Eclairage Electri-jue a com
    menc les travaux de pose des
    (ylones destins somorlcr les
    ampps qni tc\n>-i; ,v\\ 'ti'sor-
    mais notre Champ de Mtr I1
    ne taudra pas que ces l.i p s
    soient places In mm hnu
    teur que celles existant actuelle-
    mrnl, car elles n'clairer: ie '
    que le feuillage des .aillie* ; h
    chausse elles trottoirs reste
    raient daus l'oml rons I" llention des 'n*mbr"i de
    la Co ninission Co nmonale sur
    ce lait el esperon., qu'ils siu
    ronl apprcier ce oetit conseil,
    qui s toute son impoiluce.

    Un conlrre, par!,nt du l'ont
    Soud, luisait rem" mut ans ce
    pont suspendu av.in t cons-
    truit sous le .iuv"i,M''iiitiii de
    Florvil Hippolyte. Nous nous
    empressons- de iel^er ce le pe-
    tite erreur et pour |)'ns rtnplc In-
    lorm; lion de ceux que cela peut
    intresser, donnons les prci-
    sions suivantes : I ; pont Sond
    tut construit par l'ingnieur CU-
    bain l.oinaz, et inaugur par le
    prsident Boisroml CaDul,le 4 l-
    vrier 187S.
    (^e pont il le donc de plus
    d'un Jeun mi ie Bl n'a | '.mais
    suhi aucune, aviin, melfr les
    nombreuses crues de l'Arlibo-
    nile.
    Hier mat n. Vlr le Prsident de
    la Rpuhliq'ie a reu en au-
    dience solennelle, a 10 li< lires.
    le nouvel g I*.. el Ministre Pl-
    nipotentiaire de S' Mi'i<"t le
    Roi d Italie, Mr KalWlli Bosca
    relli.
    A 11 heures, avec le ir.me
    crmonial, le Chef de l'Etal
    reu le l)v Francisco Henriqucz
    y Oarvajal oui lui u lait remise
    des lettres l'accrdita il ni qua-
    lit d*E. K. et Ministre I' nipo-
    tenlianede la Rpublique Do-
    minicaine. Deux impmeo es
    rceptions auxquelles, par une
    heorerjee innovation, on avait
    Invit les Prsident* du S net.de
    la Chambre d-s Dputs et du
    Tribunal de Cassation,
    En l'Egiaa St-Augustin a t
    clbr le mercredi :i Juin
    rouraot, midi, le mariage de
    Mellr Angeles Maigret, fille
    de Monsieur Roger Maigret,
    Charg d'Affaires de France
    un Hediaz, OflBcier de la L-
    gion d Honneur, Croix de
    guerre, avec Mr Philippe
    Brun, ingnieur.

    Hier matin ont t enten-
    dus lu Chambre d'Instruc-
    tion, par le Juflfl Lescol Mes-
    sieurs Clmenl Magloire, Di-
    recteur de La Mmin, Charles
    Moravia, Directeur de Le
    fi-MPs Jii-Chu!les Pressoir.
    L'ordonnance concernant
    I affaire des journalistes Julio
    Pierre Audaiu, Sabalat et Lu-
    bio sera probablement rendue
    demain.
    *
    Il n'y a pas de rceptions
    arfaites, pas de mariages, de
    aptmes, de fianailles, sans
    les Boissons Ga/eusf.s Dl F.
    Sjourn dont la renomme
    a'teud chaque jour.
    Panama Railroad
    Staamship Llna
    Port-au-prince, Haiti, le 1
    Juin 1031.
    BULLETIN No 861.
    Les chargeurs sout pris de
    noter que le S/S i ANCON
    est attendu Port-au-l'rince.
    Haiti, venant de Crlstobal.
    Canal Zone, le mercredi '24
    Juin 1921.
    Les permis d'embarquemeui
    serout dlivrs pour le irtj
    destination de New-York ;et
    des Ports Ruropeus sur de-
    mande faite ce bureau.
    ^Ce Steamer partira le mme
    jour 2 heures p. m., direc-
    tement pour New Y. rk. re-
    nant fret, malle et passagers.
    JAS. H. C. VAN REED.
    Agent Gnral,
    Autour
    du Canal
    de Panama
    !
    Au dbut de ttie anne, Mr
    Camille Lon, ancien Secrtaire
    d'Etal an Dpartement des Re-
    lations Extrieures, s ptill ici
    mania une tude, trs intrt'
    sant sur Ihs fffairts de la Rpu-
    blique de Panama, considres
    aprs la rvolution de janvier
    dernier,
    Quelle attention srieuse a-I-
    on accords ce travail cou-
    ciencienx?.....le ne sais i>as.
    Dans tous 1 s cas, soulnile
    que l'auteur la remette bientt
    Bous les yeux du public an une
    brochure qea l'on gardera dans
    s i binliothqae.
    Mais .dans La Presse de
    Montral dont }e soie ici le cor-
    respondant, comme l'on sait, la
    qu"s>ion dd Canal de Pan 'Ua
    en corrlation aue la dernire
    roolulton panamienne vient
    d'tre aussi traite par Mr Victor
    Forbin. Je crois taire (auvre pie
    eu demandant au d recteur du
    boa journal LB MATIN de livrer
    la mditation de -,es lecteurs
    la conclusion de l'article di Mr
    Forbin :
    " Il nous reste o dira comment les
    Etats-Unis oui arunagi eette Canal-
    Zone a laquelle ils .nia lient ne si
    grande importance, .i U lois politique
    et commerciale, ils oui construit de
    fonoidablea u ivaui de dfanaa aux
    deux extrmit du Canal el y entre-
    tienneal uac garni io i qui n'Vst |a-
    maie intrieure a 9,000 nommas.
    Au 80 juin daraiar, u populatien
    civile moatait .- 30,301) parsonaas,
    dent 7,U8w de aatioaalil amricaine.
    Le droit d'acheter eu 4e possder
    lu terrain dans Us limitas de la xone
    <-t rfut ;iu\ partiauliera : les 558
    milles carrs qei forment la super-
    Kru de ectte eaclave appartienoent
    au geavarnemeal provisoire,el apis
    une eaqate de polies sur la maralit
    ii les antcdents du postulant.
    Il y a trois ans, les tatt luis
    veujurani agrandir lauradomaineeea
    prenant de aouvellea portions de
    territoire sur divcis points, notant-
    mentdans la ville de Colon. Ile n'-
    prouvrcnl aueane difficult gagner
    i lauraause le prdeaeeeur du pre-
    Mil.nl Arosaiiu'iia ; tuais les dpute
    panamens aioaurgrenl contre ce
    nouveau meicellement et irtusemil
    ilf signer le trait.
    "On paataademandai si ce refus
    n'a pae quelque ehoea a voir avec la
    mouvement rvolutionnaire qui vient
    de renverser le gouveraemenl pana-
    men. Celui-ci avait t poite .11
    pouvoir par une victoire ecraaante
    deslibraux, qai reprochaient aai
    conaervataura leur servilit envers
    les Auiei u-.ii us. Le comptt du 2jan-
    \ ni i.e s est-il pas ona* oinine luit
    exclusif de supprimer nn gouverne-
    ment trop indpendant el de le rem-
    placer par des mat rumen ta plus sou-
    ples? Il ne faut pas oublier que le*
    Idals-l'ni* n'auraient eu quel lever
    le petit doigt ou mme qu' froncer le
    sourcil pour touffer dana l'uf cette
    insurrection.
    " Pauvres Panamens Victimes
    de la gographie, il leur faul renoa-
    1 er pour toujoura duc leur mot et
    relever la tte, devant le Battre de
    leurs destines '..."
    Sans plus de commentaires el
    pour copie conlorme.
    Lie DOltSLNVILLE.
    w --/- m-
    MSNAQtRI
    Pour teindre tous tissus :
    " LAINE, COI UN, SOIE, tt:..
    aucun produit n'gale
    "la MAURESQUE?
    Fn T,ntf 1 l'ori nu Pnr,t Charma.-r w SUCH
    rbarmn ir K .. a, 1 1 ROI', 41 Place Voilier*.
    ei ICJle, l'ont),, mil...u, 4f HbiiI
    BrteaMttea tr-iiuu 1 fran... mr dimani airnUt
    V C KERCQQ. k ASNIRF.S (S.ln.) Tnmn
    Les Frres
    de l'Istsiruciion
    Chrtienne
    Ont "l'h ODDC D r^ d'inviter
    leurs Anciens Elves et les
    Amis de leurs uvresj a u x
    crmonies religieuses qui
    serout clbres dans la Cha-
    pelle de riustilution St Loui
    de toOMgOt, le Dimanche21
    Juin, k l'occasion de la Con-
    scration du Nouvel Autel et
    de la Fte de St-Louis, Patron
    de l'Etablissement.
    La conscration de l'Autel
    commencent 7 heures et ta
    Messe solennelle vers 3^0.
    A I issue des crmonies, il
    y aura Kermesse dans la cour
    de rEtabliiseme.it au proit
    de la Chapelle.

    DES HORIZONS NOUVEAUX
    DES koriaMMie nnuvgtui a'auvrent riaoanme
    qui a k l'aaraamt. tec $l,fJ40 conomiee
    et d|oee an banqaur, vous pewvee envisepar
    3'arenir avec aonflanaek Camenaneeja ds main-
    tenant >arpier aaa auivast koa des mthode*
    ci-deaeoua:
    $1.000 an <|iMtre un*, roviannent de $94*.l
    > m .i'iimmhiI. kxHkimnJiiiM de $4.52
    $1,000 m trois ru. proviennent de $456.2S en
    versement* hebUomadsircs de $6.13
    $1,000 en deux ans, proviennent de $970.32 en
    versesBenss hebdomadaires de $9.33
    fswi P
    La Banque Royale
    du Canada
    Tlll DP TO-FMTa REI'AIK SHSk?
    Harry R. Ksiiney. Frop
    1310, (iraad'.'.i. ,
    Porl-au-l'rince. Haiti.
    Phonk: A 3188
    Automobile (ifntrol Repairs
    .olciuiir/ \uiia liiha d'anlosulii
    Apr-i VI aanas d'Bzpirieace.
    n Valcati'sation de tabca et
    paeufl noas veus garantisscas
    a sriease rparaltcn.
    LISEZ CETTE LISTE:
    Tel ri if Car Ira m
    0 te f|2i Bail.
    1 panelsra Or
    Bach puncture tlisraaftar
    Valve base
    Valre inslaula'l
    Valve new
    Valve iaaidas
    BLOVVOUTS
    1 inch loi;
    Kach incli thureal'ter
    .loinls rapaired per in< k
    TrntL from
    8" Io 10'
    1 panclure
    E eh pauc'ure ilieiealer
    Valve base
    Valve inslaule I
    Vnlve new streght
    Vulve new ail' et
    Bl OWOUTS
    I iihS long
    Eaah iach thereatter
    .loial* lepairaal per inch
    RiaaiBiiiif Tire i
    Tcanag Cer anv aiaa
    frurk-Te 92x6
    l'ruck ail hirgar si/.es
    PLOIE ni; l'ut ik
    K PLUS DE M llk\l
    n Duofold sartdami buts.
    Enlevez la couverture mettez
    la couverture avee Pagratfe,
    emportai! votre plume favori
    de bureau avec voiu. Seule-
    asent le Parker de Bureaaa
    ca trait conomiqee.Deeaan-
    da/ votre distributeur de
    vous dmontrer les autres
    tVrnits exelusita de Parker
    Paofcld.
    0.20
    o.io
    0.10
    0 20
    0 ;")()
    100
    DENTOL

    UN VOL A IA. RUE
    - AMERICAINE
    RDeoi la nuit de dimancke
    lundi, un voleur, l'aide d'une
    spatule d'automobile, iora la
    porte de la boutique de Mada-
    me Anna Pierre,en lace de laCie
    litkographique, et emporta tout
    le caah de cette malheureuse s -
    levant a prs de cinquante dol-
    lar*.
    Hier matin Anna Pierre cons-
    tata la vol dont elle est victime.
    Prs de la porta en retrouva
    l'instrument qui servit a l'ouvrir
    et dans la W. C. u'une proprit
    contigu la tiroir du comptoir,
    mais vide. La conatatation r-
    vrla qu'ancuna marchandise n'a
    t souatraite.
    Que lait la Police pour mettre
    un train i l'acton des voleurs ?
    Procuration
    J'ai l'honneur de perler s
    la connaissance du public en
    gnral et du commerce en
    psrtieulier que pendant mon
    absence Monsieur Normil
    Dauphin et Madame Fernand
    Crepeac sont conjointement
    chargs de ma procuration.
    Monsieur Fernand Crepsac
    est nomm Administrateur
    Gnral dus Usines de
    PRINCE.
    Port au Prince, 1er Juin 1911.
    Alrw> VIEUX.
    DtrmrRlCt
    AMlSCPTIQUt
    AU PTC
    POUDRE
    al* ^
    1 ^v "y^- -
    "X 'T "MiriaWI
    ^"V.;-. ^ !"- Jura* >*
    JoPnaJ f.F MATIN
    Port an ]'< i"rp
    ..... i nnnMni- '"'
    zm
    Remde nouveau
    j
    LA

    GASTROCALillE
    adopte par In Spieialisttt d* Paris
    soulage immdiatement :
    BRULURES CRAMPES
    ACIDITS de i ESTOMAC
    ULCRES GASTRIQUES
    CONGESTION du FOIE
    DIGESTION PNIBLE
    GURISON RAPIDE
    Produit la Dr CORNELIUS
    7, av. Constant-Coquelin, 1 AR1S-7'
    EN VENTE : *
    PoM-a /-Prif< i Phirmsr .*. 6UCH
    et .-m'it iaaei Pharmaslai
    Cachet Miriga
    eantlnvralatlaue
    Mpprlma en quelques mlniiln Fivre, OrIpps, Migraine,
    ajhcmeiisme Mdicament de rhoir loiijnuri tfficac* tl tant
    danger. Hoitesdel et la cachets. En vente lUiisloulri bonne Ph
    Laboratcire. Docteur GlRAUn,rWto.i LTON.OULUNSOVsaw)
    Utpol Port-au-I'rlncs I Mrmaele Bl'CH.
    Une paie dentiltice
    n'est pas un curatii est
    chose prouve par une
    des plus hautes autorits
    . dentaires.
    Les promesses de
    gurir des dsordres
    des dents et dea gen
    cives peuvent causai
    l'ien da mal.
    Plusieurs satan i
    bien connus on
    tait rc'en ment des
    expriences avec
    Plusieurs des tlentitrices les
    plus en vue. Dans leurs labo-
    ratoires ils ont dcouvert des
    proprits qui taient mme
    susceptibles de gurir e
    moindie des malaises drn-
    taires.
    Il s'ensuit don- quelesgeis
    ne se font que des iilusiots
    quand ils tachent de se trai-
    ter ou de se gurir en emplo-
    yant un certain dentitrice au
    lieu d'aller voir 1er dentiste,
    Mais il y a une looetion trs
    importante qu'un dentifrice
    peut et doit remplir conve-
    nablement.Cette lonctioa c'est
    le nettoyage mcanique des
    dents.
    Jamais le Colgale
    ne prtendu taire
    dus. Mais, il prt.
    end taire cette
    chose d'une faon eiemplaire,
    du fait de son point saillant
    unique ( la base Teisioi
    superficielle)"J
    S'il vous tait possible d'ob-
    servir l'action de Celgate
    sous lemi roscope, tout coa-
    me ces savants l'ont lait,roui
    verriez comment il pntre.
    Comment il s'infiltre au fond
    des crevasses les plus minus.
    cules.Et c'est l que la mousse
    ptillante el active dloge les
    impurets nfastes et les noie
    les enlevant dans un flot dJ
    tergent. Suivant 1rs consejig
    de leurs dentistes, plus de
    gens emploient le Colgate ,.
    lourd hui que tout autre d
    titrice. "
    0414
    < a"***' > * */V*W(T. / *
    lfllll
    Cin-laldy
    ce soin
    Avaat de retearner le i!m e' pom r^p- ndre de nonbreutis
    demard t :
    JUDliX ^
    1er et 2- chapitra*.
    Entre : e.i; ItsLent : 1,0$
    N. B. Ce Ilm sera repris en trois sances.
    DEMAIN SOIK
    U' grand li in u'amour et d'action :
    La Sirne de Sville
    Toute la vie enchan!uf- de r*ni!ouaie. Comar d- tau-
    rem*. B-J'aill**- Pfaaorvmata.
    Enti' : 1,00 ; Iialcon : 2 00.'
    CI* >
    CE SOIK
    LLS 3 MOUSQUETAIRES
    7me chapitre
    LE TIGKE SACR
    Tine p sodi.
    Ri lu- :0 50
    Dl-M.AIN SOIR
    LE DDALE
    l-.ntre : U.t
    Le ltliuiu Karbancoai i
    Dnt la re*.ofaiue aai uruvaraelle a gard aa premire |plaa'
    Damaadez parfont :
    UN HARBAVURT
    Dpt :Rue aies Csars.


    r
    Lfc MATIN 10 Juin 1931
    .1
    a jj j-m m ;. n il-mb l i i >
    ' *- *r&
    SE^nCB*
    SOfTWHff/l/f
    pftTENT FLOU*
    CARNAVAL
    * -n-----------------r
    * ,*'ltEO ESPECIMA.Y FO*
    ^O0MW/flNFL0URM\V-VS^
    N ^ONTRtA, CANADA'
    I Mlil&aEWAOBCW
    WtAHOMACI^U^- -#
    A. .............
    HOMELANO
    i
    i
    Poupes
    Carnaval Gold CerlificatcHomeland
    Les meilleures farines et les plus convenables en rapport
    au rendement et prix.
    J. KARAYANY
    Port-a u -Prince,
    Anqle Grand'Rue & Rue Frou

    dUi
    ^srva^v
    %
    Te
    . ili 'i MUBII Ml lui ii mi i1 ililllliliilili
    utes les ^olices *g
    DE LA g
    a
    Avis
    3
    [comprennent la Protection contre la g
    Foudre sans auamentation de tauxfi
    cEng.LeBoss$Co
    1 Agents Gnraux
    JlMPJI'P1 'JIM, *
    Les tudiants de 1re inni'e
    des Etoles Nationale! de Droit
    tt tous ceux qui s'intressent
    l'lude de celle scienee.tonl
    aviss qu'ils trouvereat tant
    chez moi ( Avenue Latleur
    Duchesoe ) que chez Lonce
    Qualo & (je, Hue du Quai,
    a Porl-au-Prince, mes Cours
    de Droit Pnal explique
    Or 1.50 et de Procdure Crrni
    nelle ( 1er lascicule) or 1.
    Le 2me fascicule de cette
    dernire maliie paratra in-
    cessamment.
    Pour toute demanda par
    correspondance, priera d'aj m-
    ter une gourde pour Ici Irai
    d'expditii n .
    Me Georges OCALLAGIUX
    Professeur de Omit Pnal
    i l'Icole Nationale dt Droit
    de Port-au Prince.
    LK DKRNER CRI
    C'est le Salon de CoilHire
    LA GAHOXaE|qui vient de
    recevoir le produit le plus
    loefentil qui donne aax che
    v-ux In souplesse, le brillant
    el l'ondulation voulue.
    Le Pamiiciii est une pom
    made basa d'olive vrila
    blea, peut tre employ pour
    le lepassage, le lissage et Ion
    duhllon des cheveux
    L'application ne cote que
    quatre cinq gourdes.
    Mes leraoise Iles, M' sdemes
    et MesMeuts.taites vous aimer.
    iwim-Toiii eontre aceUe*l
    * Il a General Accident Pire A
    Lile Axaarance Corporation Li|
    miled Vve F. (rHuagmai,
    Agei' (aral isnr BaH!
    Vente pur vol i pire
    Ou tait savoir tons (eux
    qui il appartiendra m'en
    ve: lu l* d'une oblige! <>n hy-
    no'.hrcaire suscntr >..r tri
    Dolevrc Lapurlv. ci levelic
    du spur C G. !.#*
    date du 28 deceuuwe llJl>>: i*
    d'iui j cle df eevoo de C. G.
    Lesnina, en 'nvpiir rln ! ne
    I- lauyuie Aiuuioiee, eu i'< ta
    du 7 novembre 1927 ; 3 rt'nn
    conim. deni'at lail -Mii-
    ne, le le juillet 1030 ; ' d
    la notifie; lio i de la cession
    la Teuve Ui.leyre; La porte,
    en date du 3 mars dernier>t
    i* d'un commandement a la
    veuve Laporle.en d.-ledu 98
    mars 1981, demeur infruc-
    tueux, il sera procd a la
    vente.au plus offrant et der-
    nier enchrisseur, en l'tude
    du Notaire Louis Michaud,
    en cette ville, le samedi 20
    juin courant, neuf heures
    du matin, d'une proprit,
    fonds et ha isses, sise en ceite
    Tille, rue ftpub icaine ou
    Grand'Hue. de la conteuance
    de onze pieds six pouces de
    laa de. sur la dite rue ; de
    vingt et un pieds six pouces
    sur la faade oppose, sur
    quatre vingt quinze pieds de
    profondeur, en ligne droite
    u c>te Nord et en ligne bri-
    se au ct Sud, borne, sa-
    voir.au Nord, par un passage
    commun de trois pieds, au
    Sud par les hritiers Bian*
    Aim Hivire, l'Est par la
    dite me Rpublicaine, et
    l'Oueet par une autre portion,
    telle, d'ailleurs, que la dite
    proprit se poursuit, s'tend
    et compoite sans aucune
    exception ni rserve.
    L'adjudication aura lieu sur
    la mise prix de huit cents
    dollars, outre les charges de
    l'enebre, et les honoraires
    des avocats poursuivants,
    cy Or 800.00.
    A la requte du sieur Fran-
    ois Ambroise, entrepreneur
    de pompes lunbres, agissant
    comme cessiounairedes droits
    privilges et actions du sieur
    ('.. G. Lespiua, demeurant
    Port-a Prince et domicili
    Calcutta(!nde Anglaise),ayant
    pour avocats,Mes J. M. Brdy
    et Eugne Legros, avec lec-
    tion de domicile en leur cabi-
    net, rue Courbe, Poit-uu-
    Prince.
    Contre la veuve Doleyre
    Laporte, demeurant actuelle-
    ment a Giandc Saline.
    Pour plus amples rensei-
    gnements, s'adresser aux avo-
    cats poursuivants, ou au No-
    taire Lonil M I iiml, dposi-
    taire du cahier [dei charge!),
    I orl-au-Piii.ee, le 13 ji'in
    1931.
    Eugne LEGROS.
    J. M. BRHDY
    Si
    * AVJS ALJ COMMERCE

    La panama Hailroad Steamsbip Line a l'avantage d' h
    nobeer les dparts suivants de New Yorkponr port au prince
    Vous voulez prolonger vo- H,m-directeni. durant le mois de Join 1031 :
    tri vie, amliorer votre saule Wparls de heiv )ork. Arrivages Po. t au Prinec
    'que vous fumiez la cigarette,
    Je cigare ou la pipe, aleman
    jdaz unecigaretle A/OS s
    jque vous aJoptarez imm
    fdiateiaout pour votre conli
    nuel usage.
    i Crhtobilele 23 juin 1931
    B^eoaveittdraa 3 jn llet "
    J S. H. VAN REED
    Agent Gnral.
    le 28juin 1031
    le 9 niiih I 193)
    Insurance
    Une des plus fortes COMPAGNIES
    CANADIENNES d'ASSURANCE
    sur la VIE
    EUG. Le BOSSE & Co.
    Aaents Gnraux
    m
    Saulf ge des maux de t el dt
    Ja nvralgie n 30 min les.
    Arrtez un rafroidistemenl le -
    [premier jeur et la|malaria ea . 72!!
    trois jours. j jusitle
    Votre premire visite
    A
    rilolel Aiisoni.
    jours.
    flb sauve U bb di relroi
    dmement.
    { non
    Mons donneia riatiii, confirmera votre bon jugement ei
    ia h eontianee que vous naut aurez accorde en
    l'Htel le
    eaajjalgPfc*y *^
    'M
    La Coquette
    Salon de coiffure de M S.
    muel Pereira d'o J1 on orl fou
    loura aauafait.
    Tlphone :26U Angle de.
    rueeSj.-Ho.;oiet Rpubl.caut.
    Id c0rTB sont annexs
    an Br et un Rea'aurant orga-
    mas de fion dooner toute
    iiatactio | clientle.

    nrantissnnt vn'r opprciable patronage
    - .^Uct de Port-au Prince.
    Nous vous suggrons d'arrter votre eha mbre i l'avance
    Bire la pression.
    Roval MailSteamPacketC*
    Le steamer Culebra valant de Londres Kmgaton et le*
    ports du nord est attendu ici le 18 juin, partent le nofra
    iaur via les porta dn Sad pour le Pl^r Anvers, Londres.
    L J. BIuIO,
    Ageat Gnral
    Tlpkaue. No 23 1
    _


    LE M\TIN 16 Juin 1931
    Fage-
    w
    L'Exprience a
    que le nom
    appris des MILLIONS d'Acheteurs de PNEUS & TUBES
    signifie SUPRMATIE DE QUALITE. Ils savent que cette qualit intangible
    donne le PLUS DE KILOMETRES pour votre Automobile ou Camion.
    ?fre*totte
    manulaclure ses Pneus par son systme GUM D1PPING par lequel le moyen
    omoloy est tremp dans un BAIN DE GOMME PURE. Ceci vite la friclion et
    fait durer vos PNEUS FIRESTONE plus lonutemps.
    Fireslone Balloon Heavy duty et tubes roucies pour les climats chauds!
    Firestonc suprme pour les propritaires aiss dsirant \m pnruqaranti!
    Firestone Batterie -11 13 & 15 plaques pour toutes les autos!
    Firestone Bandes pour freins qualit excellente!
    Firtstone Pneus & Tubes pour Motocyclette!
    hk
    kn vente dans toute la Rpublique, chez :
    JEAN I.UCUNI t C. Cp lail'tn.
    .1 V. GAUTIER. Porl-.li- ' ,
    AREL LAOtOlX iioniv. s,
    CI.KMKNT PINARD, S-.int-VI.-ir,-.
    EDMOS'U '.AUTURE. JAcael,
    ' 1 Ni: MI HX.l'STK Porl o-Prince,
    I!. Il KEINNET, Port-JU-Princ.
    M. J. KOUBI. PoM-a-.'-Priiice.
    T. UOl'SSK. Mirafoinc.
    SAVINIKN MARTIN, Peljl-(ioe.
    Toutes les dimensions de PNEUS & TUBES toujours en stock
    L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co.,
    chez :
    V
    pw
    Agents Gnraux,
    Rue du Quai.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs